Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Le Boulou

Roussillon

Texte intégral

1Volo, Volone, 976. Eglise Sainte-Marie, 1016.

Développement villageois et cellera :

  • 1 ADPO, 12 J 24, n°160.

2En 1143, Pierre d'Orle, fils de Bérenger Bernard, donne à Cuixa de nombreux biens, des manses à Orle et des parts de manses ou de bordes à Mailloles, Toulouges, Canohès, Molars1. Au Boulou, il fait don d'un demi-manse sur lequel il perçoit six deniers de cens et un cellier pour lequel on lui donne une paire de poules. La relation manse-cellier, bien connue ailleurs, est ici nettement en place aussi au xiie siècle, la cellera est sans aucun doute déjà existante, même si la première mention connue est postérieure d'un siècle et demi.

3La cellera :

  • 2 ADPO, 1B 21, fol. 70 v°. Le texte de cet acte, malheureusement tronqué par la détérioration du reg (...)
  • 3 « in fossato sive tovo dicte cellarie », ibid.

4En 13072, deux hommes reçoivent du roi l'autorisation d'agrandir leur ouvroir en construisant une portalera, un porche, sur la rue et sur le pont par lesquels on entre dans la cellaria du Boulou. L'ouvroir lui-même est situé à l'extérieur de la cellera, « in barrio villae de Volone », et il touche d'un côté au fossé de la cellera3, de l'autre au pont.

  • 4 B. Alart, C.M., t. T, p. 443, parchemins du Boulou, série B.

5En 1352, un cordonnier du Boulou vend un hospicium... in villa de Volono... juxta plateam, qui touche cum vallibus sive tous dicti loci et à la fontaine appelée de Na Reja ainsi qu'à la place4.

  • 5 ADPO, 1B 114, 46 fol.
  • 6 « quandam domum dirrutam quae est prope vallum cellariae dicti loci et affrontat in dicto vallo ».
  • 7 « quandam domum dirruta que est intus vallum », ADPO, 1B 114, fol. 13.

6La cellera le barri, les autres quartiers et la place sont cités à de nombreuses reprises dans le capbreu, terrier royal, de 1364-13655. Dans la celleria, on trouve des maisons possédées par des habitants qui ont aussi des vignes et souvent une autre maison soit dans le barri, soit dans le quartier de la Colomina. Une maison détruite est proche du fossé de la cellera, touchant à ce fossé et à laplathea6. Une autre, détruite elle aussi, semble s'élever sur le fossé lui-même7.

7A l'intérieur de la cellera, les maisons touchent à une ruelle, carrerono, et à une rue. Le cens pour les maisons de la cellera est d'une poule. On mentionne la rue du four où se trouve le four du roi. Il est remarquable qu'on ne trouve aucun cellier mentionné dans ces déclarations, il semble bien que tous aient été transformés en maisons, ou appelés maisons.

  • 8 ADPO, 1B 131, fol. 58 r°-v°.

8En 1375, un pareur de Perpignan originaire du Boulou, vend à un meunier de Nidolères une maison qu'il possède à l'intérieur de la cellera (intus cellariam de Volono) qui voisine avec les propriétés de quatre autres habitants du Boulou et à une rue8. Le prix de vente est dix livres. Le donzell Raymond de Fourques perçoit un cens de trois deniers et le foriscapium.

  • 9 B. Alart, C.M., t. G, p. 260, notule de R. Ferrer, ADPO, 1B-218.

9Dans une maison de la cellera vit le prêtre, nommé Bernard Bach, en 14219. A cette date, le chevalier Dalmau de Darnius exempte de redevances le prêtre et sacristain pour sa maison intus cellariam loci de Volono.

  • 10 B. Alart, C.M., t. C, p.240, 1424, source: 1B-227, notule G. Roure, fol. 10v°.

10Un donzell, habitant du Boulou, obtient du procureur royal la concession d'un ruisseau (quandam vassam) situé in valla de la cellera, près d'une fontaine et du portale den Moli10. Il utilisera cette eau pour arroser son verger voisin.

  • 11 ADPO, 1B-232, fol.130 v°. Le texte dit « clavem portalis cellerie loci de Volo ».
  • 12 Voir Bages, Ponteilla, Serralongue.

11En 1427, le roi exige d'un de ses fidèles, un certain Raymond de Ribes, donzell, habitant le Boulou, qu'il lui restitue la clef de la porte de la cellera11. Comme en d'autres lieux, la remise de la clef a une valeur symbolique importante : elle signifie la reconnaissance de la seigneurie effective sur un lieu. L'opération s'accompagne souvent de l'ouverture et de la fermeture répétées des portes et d'une criée des titres du nouveau seigneur12.

  • 13 B. Alart, C.M., t. H, p. 160.

12Au xive siècle, un inventaire après décès comprend une maison dins la forsa del Volo13, qui touche ab lo vall a tremontana, a mig die ab lo cementiri de la esglesia, a ponent ab algunspatis. La cellera a donc pris le nom de forsa, comme dans la plupart des autres villages roussillonnais.

Seigneurs et fortification :

13La cellera, on l'a vu, est entourée d'un fossé, et probablement de murs sur une partie de son périmètre au xve siècle, puisqu'une porte en ferme l'accès.

Structure du village et activités :

14Au début du quatorzième siècle, la structure du Boulou est nettement caractéristique de celle des gros villages roussillonnais. Autour de la cellera, entourée de son mur et de son fossé, s'ouvrant par une porte sur le reste de la villa, est apparu un quartier nouveau, le barri, de l'autre côté de la plathea, qui est proche du four royal. Un peu plus loin les moulins sont groupés près d'un ruisseau.

  • 14 On trouve assez souvent aux xive et xve siècles des habitants d'un village qui portent comme préno (...)
  • 15 ADPO, lB-21,fol. 10 r°.

15En 1301, Volonus14 et na Ferrera reconnaissent tenir du roi une maison, quod domus est in villa de Volone et affrontat ex una parte in platea de villa15.

  • 16 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol.47r°-v° et 48r°.

16En 1303, Ferrer Palet reconnaît tenir du roi un champ sur le territoire du Boulou, jouxtant le barri de Volono et affrontant d'un côté le four du roi, ainsi que sept maisons qui se trouvent intus villam de Volono, in barri eiusdem, qui sont toutes contiguës et touchent à la rue du four et un patuum qui touche à une rue, à la platea et à la via vocata molinera16. Il déclare en outre percevoir des cens (de six, quatre ou un denier, ou d'une ou deux poules) sur trente-quatre maisons, toutes contiguës, intus villam de Volono.

  • 17 B. Alart, C.M., t. G, p. 483, manuel de Bérenger Sereta.

17En 1415, un juriste vend au donzell Raymond de Ribes, habitant Le Boulou, un patuum avec sapasera, c'est-à-dire probablement sa passerelle, passage en pierre, au-dessus d'un ruisseau, qui était autrefois une mouline à fer, situé hors des murs du Boulou et qui touche au ruisseau d'écoulement des moulins17.

  • 18 B. Alart, C.M., t. C, p. 244, manuel de Guillem Roure, ADPO, 1B 227, 1424-1425, fol. 30 v°.
  • 19 Ibidem, p. 254, source: 1B-230, notule de R. Ferrer, 1423-1429, fol. 26v°, 1424.

18En 1425, le roi donne l'autorisation à un pareur de draps du Boulou de construire un casai de moulins à blé ou à drap, tout près du mur de la ville au lieu-dit la claveguera del clusell, c'est-à-dire la rigole, ou le cloaque, et à prendre pour cela toute l'eau nécessaire du Tech ou d'ailleurs, mais il devra respecter le droit d'un autre habitant du Boulou de conduire l'eau du Tech par le rechum de la Farga18. L'activité manufacturière est présente dans le domaine du textile, mais aussi de la métallurgie. A la même époque, on fait réparer les étals et le mur de la boucherie et de la poissonnerie19.

  • 20 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 40, procuration royale registre n° 8, fol. 7v°.

19Lors de l'invasion des comtés par Jacques de Majorque, les hommes de celui-ci ont détruit une bergerie (corral) en 1345, qu'un nommé Perpignan de Puigsec, habitant du Boulou, possédait extra muros loci de Volono20. Le roi d'Aragon Pierre lui donne en avril 1345 le droit de la reconstruire jusqu'à une hauteur de douze palmes de Montpellier, et à telle distance qu'entre celle-ci et les fossés des murs il reste un passage suffisant pour une voie publique. A cette condition aussi que toutes les fois où se présentera la nécessité de la détruire, elle puisse l'être aux frais du propriétaire.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 21 ADPO, 2J 127/24, a.1825.

20Le plan cadastral21 fait apparaître, au sommet d'une petite butte, le regroupement autour de l'église, au nord, à l'est et au sud à une distance voisine de trente mètres, mais plus près à l'ouest où la pente est abrupte vers le lit du Tech.On reconnaît encore certains des lieux mentionnés dans le capbreu de 1364, comme la place, à l'extérieur de la cellera et la rue du four, de l'autre côté de la place.

Finage et occupation du territoire :

  • 22 Henri Aragon, Etude historique sur Le Boulou, Perpignan, 1925, 222 p.
  • 23 B. Alart, CM., t. C, p. 353-354, ADPO, 1B-240, Procuracio real, reg. IX, fol. 13v°-14.

21L'importance du Boulou tient essentiellement pour le roi à sa situation frontalière dans le comté du Roussillon, à la limite nord des Albères, au débouché des passages du Perthus et du Vallespir, vers le col d'Ares. Par Le Boulou transitent des marchandises qui paient la leude de Collioure en 120722. C'est cette situation frontalière qui motive l'effort de repeuplement de la cité, en 139223, renouvelé en 1393 et 1394.

  • 24 B. Alart, C.M., t. B, p. 491, Procuracio real, reg. V, fol. 23-24.

22Le problème se pose aussi du passage du Tech, et de son contrôle, occasion de perceptions nouvelles. En 1339, le roi ordonne que l'on tienne registre, parmi de multiples redevances, des recettes de passagio barche de Volono24. Dans le récit du voyage de l'infant Pierre en terre de Roussillon, il est dit que, partant de Perpignan et arrivant au Boulou, il y avait, au mois de novembre 1339 tant d'eau que l'on ne put prendre la barque pour passer le Tech, et que l'on dut aller jusqu'au pont de Céret, puis par le col de Panissars jusqu'à La Junquera.

Synthèse :

23Le village du Boulou s'est développé autour de la cellera, elle-même située autour de l'église, sur une butte, au-dessus de la vallée du Tech. Elle est au départ très caractéristique des celleres roussillonnaises, avec la présence des celliers, en relation avec les manses extérieurs. Puis elle est transformée au moins partiellement en quartier d'habitation. Le village se développe grâce à sa situation favorable, sur une route importante, à un passage du Tech, en relation avec les activités artisanales (fer) et marchandes. Il est l'objet des soins attentifs de l'autorité royale qui tente d'y établir une population plus nombreuse.

Plan cadastral du Boulou

Plan cadastral du Boulou

Notes

1 ADPO, 12 J 24, n°160.

2 ADPO, 1B 21, fol. 70 v°. Le texte de cet acte, malheureusement tronqué par la détérioration du registre dont les derniers folios manquent, mérite d'être cité : les procureurs royaux, après avoir rappelé leurs titres, poursuivent ainsi « recognoscentes vobis Berengario Torderes barberio et Guillemo Massa sutori de Volono et [ ] quod vos de voluntate nostri operare quo oporti fuistis quoddam operatorium vestrum infrascriptum, aplicastis et comprehendistis quandam peciolam vie quae est ante dictum operatorium et in eadem fecistis quandam portaleriam versus pontem et supra ipsum, in capite pontis quo ponte intratur ad cellariam de Volono, que non consueverat ibi esse cum adhuc non esset inde. Et dicto nomine procuratorio predicto damus sive quasi tradimus ad accapitum vobis... dictam peciolam dicte vie quam aplicastis (ampliatis) dicto operatorio et dictam portaleriam quam in eadem supra dictum pontem fecistis... Est autem dictum operatorium cum dicta peciola que fuit dicte vie in barrio de Volono, in capite predicti pontis et affrontat ...in fossato sive toa dicte cellarie de Volono et ex alia in dicto ponte. Et nos predicti Berengarius Torderes et Guillemus Massa sud predictis conditionibus hec laudamus et promittimus vobis... quod dictam peciolam que fuit dicte vie est aplicata (ampliata) dicto operatorio cum... [la suite manque].

3 « in fossato sive tovo dicte cellarie », ibid.

4 B. Alart, C.M., t. T, p. 443, parchemins du Boulou, série B.

5 ADPO, 1B 114, 46 fol.

6 « quandam domum dirrutam quae est prope vallum cellariae dicti loci et affrontat in dicto vallo ».

7 « quandam domum dirruta que est intus vallum », ADPO, 1B 114, fol. 13.

8 ADPO, 1B 131, fol. 58 r°-v°.

9 B. Alart, C.M., t. G, p. 260, notule de R. Ferrer, ADPO, 1B-218.

10 B. Alart, C.M., t. C, p.240, 1424, source: 1B-227, notule G. Roure, fol. 10v°.

11 ADPO, 1B-232, fol.130 v°. Le texte dit « clavem portalis cellerie loci de Volo ».

12 Voir Bages, Ponteilla, Serralongue.

13 B. Alart, C.M., t. H, p. 160.

14 On trouve assez souvent aux xive et xve siècles des habitants d'un village qui portent comme prénom le nom de leur village.

15 ADPO, lB-21,fol. 10 r°.

16 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol.47r°-v° et 48r°.

17 B. Alart, C.M., t. G, p. 483, manuel de Bérenger Sereta.

18 B. Alart, C.M., t. C, p. 244, manuel de Guillem Roure, ADPO, 1B 227, 1424-1425, fol. 30 v°.

19 Ibidem, p. 254, source: 1B-230, notule de R. Ferrer, 1423-1429, fol. 26v°, 1424.

20 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 40, procuration royale registre n° 8, fol. 7v°.

21 ADPO, 2J 127/24, a.1825.

22 Henri Aragon, Etude historique sur Le Boulou, Perpignan, 1925, 222 p.

23 B. Alart, CM., t. C, p. 353-354, ADPO, 1B-240, Procuracio real, reg. IX, fol. 13v°-14.

24 B. Alart, C.M., t. B, p. 491, Procuracio real, reg. V, fol. 23-24.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral du Boulou
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 526k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540