Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Bouleternère

Roussillon

Texte intégral

  • 1 Gavin, Inventari..., p.402.
  • 2 B. Alart, C.M., t. 1, p. 213.
  • 3 B. Alart, C.M., t. Q, p. 423, ADPO, 1 B 16, fol. 57 r°.

1Bula, 1008-1011. Ancienne église paroissiale dédiée à sainte Marie1, puis église Saint-Sulpice, 1145. Possession de l'abbaye de Lagrasse2. Le castrum de Bula de Terranera est inféodé par le roi Sanche à Pierre de Fenouillet, seigneur d'Ille, en 13033.

Regroupement villageois et cellera :

  • 4 ADPO, 3E3/111, notaire Gaucelme Ferréol, fol. 16-17.

2En 1363, Sibille de Fenouillet, vicomtesse de Canet et d'Ille, épouse d'André de Fenouillet, donne en acapte un terrain sur lequel se trouvent quelques constructions (murs), situé in loco et cellaria de Bula4. Ce patuus soli touche d'un côté à la propriété du bayle de Bouleternère, de l'autre au mur de la cellera (cum muro de la ceylera). L'orthographe de la deuxième forme est une transcription de la prononciation en catalan. La cellera est fortifiée, elle est aussi en partie possédée par le seigneur du lieu et l'endroit où se trouve la demeure, ou le cellier (?) du responsable du village pour l'autorité seigneuriale.

Seigneurs et fortifications :

  • 5 AHI, 3 B 323, parchemin original.

3Plusieurs maisons vendues par un oncle à son neveu en 1298 sont situées in Castro de Bula5.

  • 6 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 643, archives de la mairie de Bouleternère, parchemin n° 84.

4Les fossés de Boule sont mentionnés en 1341, dans la concession d'un patuum qui touche d'un côté in vallo de Bula6.

  • 7 B. Alart, C.M., t. XV, p.10-11, syndicat d'Ille.

5Une dame Françoise, fille de Pierre Fuser, lègue en 1361 cent sous pro quadam custodia construenda in loquo de Bula7. Elle lègue aussi au prieur de Serrabone deux demeures (hospitium) situées à Boule au lieu appelé al Palau, qui touchent l'une au ruisseau public de la ville, l'autre au mur.

  • 8 . Alart, C.M., t. XV, p. 29-30, archives de la mairie de Bouleternère, parchemin 57.

6En 1362, le curé de Bouleternère, qui est représentant du chapitre du monastère Sainte-Marie d'Aniciensis ou du Puy, constatant que la communauté a saisi et fait détruire, pour la réparation de la fortalicia dudit lieu, une partie d'un verger et d'un jardin sur lequel a été creusé un valle seu forsat (pour: fossat ?), fait estimer ces biens et perçoit les foriscapia8.

Structure du village et activités :

  • 9 B. Alart, C.M., t. XI, p. 327, AHI, 3 B 322, vérifié sur l'original.
  • 10 B. Alart, C.M., t. XI, p. 343-345.

7En 1281, un achat concerne un columbarium et une maison qui sont in terminis et adjacencia Sci Sulpicii de Bula, intus villam de Bula9. Le pigeonnier touche à un autre pigeonnier et la maison touche à un pigeonnier de l'acheteur. Un autre document mentionne un autre pigeonnier et unpatile à Boule, en 128710.

  • 11 ADPO, 1 J 224/2, 8 fol. parchemin.
  • 12 Ibidem, fol. 4v, 6v, 7r.

8Le capbreu des possessions du monastère de Ripoll à Bouleternère en 1346-1347 les fait apparaître regroupées le long du ruisseau de Thuir, auquel elles touchent toutes11. Parmi celles-ci on note un cortal à l'intérieur de la villa, une maison, une maison avec une treille contigu12. Cette dernière touche aux maisons du monastère de Serrabone.

  • 13 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 250, archives de la mairie de Bouleternère, parchemin n° 40.

9En 1350, comme le village souhaite agrandir sa place13, le prêtre de Boule, nommé Perpignan Saura, vend aux consuls de l'université une maison lui appartenant, pro amplitudine platee que nunc de novo debet fieri in dicto loco. Le seigneur en était le prieuré de Serrabone.

  • 14 B. Alart, C.M., t. XV, p. 30, arch, de la mairie de Bouleternère, parch. n° 58, 1362.
  • 15 B. Alart, C.M., t. XVI, p. 429, mairie de Bouleternère, parchemin n° 78, année 1390.

10Bernard Perpinya de Boule vend une maison située a la Plassa, en 136214. Le curé de l'église Saint-Sulpice de Bouleternère vend à un tisserand de ce village quendam patiolum soli situm intus villam de Bula, qui ne contient aucun édifice et touche à la rectoria (l'église)15.

  • 16 ADPO, 3E3/111, fol. 39 r°, le prix est de treize livres et demie.

11En 1363, Pierre Vilela d'Ille, autrefois de Boule, vend à Raymond Tanya de Boule une maison à l'intérieur de Boule (intus) avec des tables (cum taulis), qui donne sur la place16.

  • 17 ADPO, 3E3/112, fol. 15 r°.
  • 18 ADPO, 3E3/112, fol. 28 r° et 24 r°.

12En 1364, le manuel du notaire d'Ille Gaucelme Ferréol contient plusieurs actes concernant des maisons de Boule. Ainsi un chirurgien d'Ille, François Teylet,surgitus de Insula, fils d'un habitant de Boule vend quandam domum meam videlicet sotulum et solerium, scitam in dicto loco de Bula, loco vocato a la coma17. En ce même lieu-dit (ou faubourg ?) de Boule est vendu la même année un columbarium avec suis patuis. Une autre maison est située au lieu-dit a la auliveda18.

  • 19 ADPO, 3E3/114. fol. 23 r°.

13En 1375, un nommé Pierre Pedro de Boule vend au prieur de Serrabone l'usufruit d'une partie de sa maison de Boule, à savoir la maison appelée étable, c'est-à-dire le rez-de-chaussée avec ses étages couverts (sotulum cum suissoleriis cohopertis), ainsi que d'une autre maison appelée boal. Il retient pour lui l'étage de cette maison et ce qui est au-dessus de cet étage. La maison appelée « étable » touche cum altera domo vocata estable. Le prix de la vente de l'usufruit est de trente sous, le vendeur s'engageant à vendre l'étable et ses soleriis et le sotulo de la maison appelée boal, pour cinquante livres avant le mois de juin suivant19.

  • 20 B. Alart, C.M., t. F, p. 86, notule de l'hôpital des pauvres d'Ille.

14Au xve siècle, le prieur de Serrabonne vend à un habitant de Boule un patuus sive cortale situé in barrio de Bula, au lieu-dit A l'auliveda20.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 21 Constant Paulet, Bouleternère, notes historiques, Montauban, 1981, plan p. 8, et Jean Reynal, « Bo (...)
  • 22 Datation à revoir : fort probablement à réviser xiiie-xive s.
  • 23 Au sujet de cette enceinte, J. Reynal parle de la cellera. Il est l'un des rares auteurs contempor (...)

15Pour l'instant les textes n'ont donné que peu d'indications, d'autres indices de regroupement autour de l'église sont tirés de l'observation du plan et de la datation des vestiges21. Une enceinte (vraisemblablement fin xiie-début xiiie siècle22) entoure tout l'ancien village. Mais en son sein, autour de l'ancienne petite église carrée, existent les vestiges d'une autre muraille, la seule rue de ce quartier très resserré s'ouvrant sur l'extérieur par une porte fortifiée. Cette muraille est à une distance approximative de 30 mètres des murs de l'ancienne église23. A l'intérieur, contre le premier mur, a été construite, aux xiie-xiiie siècles, la nouvelle église.

Communauté villageoise :

  • 24 B. Alart, C.M., t. F, p. 525, sans indication de source. A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 128, pr (...)

16En 1677, l'université des hommes deBula Terranera est convoquée et réunie au cimetière de la chapelle Saint-Michel24.

Environs et lieux-dits :

  • 25 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 126-127, arch de la mairie de Bouleternère, parch n° 25, 1321.

17Une parcelle in terminis Sci Sulpicii de Bula, au lieu-dit a Mont Jusich, touche in itinere regali25.

  • 26 ADPO, 1 B 367, fol. 259 v°.

18En 1321, la procuration royale autorise le vicomte Pierre de Fenouillet à construire un moulin à farine sur le ruisseau du roi, sur le territoire de Bouleternère26.

  • 27 ADPO, 3E3/111, manuel de G. Ferreol, fol. 70 r° et fol. 75 (feuille volante).

19En 1363-1364 est vendue à Boule une vineam heremam27.

Synthèse :

20Le village de Bouleternère présente l'intérêt de montrer qu'autour d'une cellera originelle encore bien visible, et semble-t-il fortifiée, s'est développé assez tôt un véritable village d'incastellamento, sur les versants de la butte où s'était établie la cellera. Il a été entouré de fortifications, et sa puissante église, rebâtie, près de la précédente, domine tout le village. Ce village a été un certain temps placé sous la seigneurie de Lagrasse, qui protège et renforce ses possessions, en particulier en veillant à leur fortification et à la survivance de leurs celleres. Il semble que Bouleternère ait été un village prospère, comme l'indiquent le nombre de pigeonniers, de moulins, et l'importance du ruisseau royal.

Plan cadastral de Bouleternère

Plan cadastral de Bouleternère

Notes

1 Gavin, Inventari..., p.402.

2 B. Alart, C.M., t. 1, p. 213.

3 B. Alart, C.M., t. Q, p. 423, ADPO, 1 B 16, fol. 57 r°.

4 ADPO, 3E3/111, notaire Gaucelme Ferréol, fol. 16-17.

5 AHI, 3 B 323, parchemin original.

6 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 643, archives de la mairie de Bouleternère, parchemin n° 84.

7 B. Alart, C.M., t. XV, p.10-11, syndicat d'Ille.

8 . Alart, C.M., t. XV, p. 29-30, archives de la mairie de Bouleternère, parchemin 57.

9 B. Alart, C.M., t. XI, p. 327, AHI, 3 B 322, vérifié sur l'original.

10 B. Alart, C.M., t. XI, p. 343-345.

11 ADPO, 1 J 224/2, 8 fol. parchemin.

12 Ibidem, fol. 4v, 6v, 7r.

13 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 250, archives de la mairie de Bouleternère, parchemin n° 40.

14 B. Alart, C.M., t. XV, p. 30, arch, de la mairie de Bouleternère, parch. n° 58, 1362.

15 B. Alart, C.M., t. XVI, p. 429, mairie de Bouleternère, parchemin n° 78, année 1390.

16 ADPO, 3E3/111, fol. 39 r°, le prix est de treize livres et demie.

17 ADPO, 3E3/112, fol. 15 r°.

18 ADPO, 3E3/112, fol. 28 r° et 24 r°.

19 ADPO, 3E3/114. fol. 23 r°.

20 B. Alart, C.M., t. F, p. 86, notule de l'hôpital des pauvres d'Ille.

21 Constant Paulet, Bouleternère, notes historiques, Montauban, 1981, plan p. 8, et Jean Reynal, « Bouleternère... », D'Ille et d'ailleurs, n°l, plan p.21.

22 Datation à revoir : fort probablement à réviser xiiie-xive s.

23 Au sujet de cette enceinte, J. Reynal parle de la cellera. Il est l'un des rares auteurs contemporains à prêter attention à ce phénomène, l'ayant étudié dans sa description de Millas au xiiième siècle, cf. Reynal, Une seigneurie... A propos de Bouleternère, il écrit : « Au centre de cet amalgame de maisons, une deuxième enceinte clôturait au plus juste le quartier le plus précieux; véritable coffre-fort des récoltes, la cellera de Bouleternère, appelée carrer del pati, s'enferme au centre de la sécurité, entre l'église-château et les murailles de la ville. Son propre rempart tourne ses défenses contre l'agglomération elle-même. Une porte fortifiée s'ouvre comme un oeil plein de doute sur les maisons voisines. » ibid, p. 18. On perçoit bien que la cellera est ici considérée comme un ultime réduit défensif au sein du dispositif fortifié, la transformant quasiment en « donjon ». Même si la cellera a pu jouer le rôle, à la fin du Moyen Age, d'un « castello diposito » dont les seigneurs avaient pris le contrôle (et qu'ils ont même en d'autres lieux créé de toutes pièces, comme en Italie du nord), il convient, à mon avis, de souligner davantage, dans la plupart des cas, l'antériorité de la cellera-sagrera. par rapport au castrum. Bayrou et Castellvi parlent eux aussi de la cellera de Bouleternère, cf. « Esquisse... », p.195

24 B. Alart, C.M., t. F, p. 525, sans indication de source. A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 128, précise que cette chapelle s'élevait autrefois sur l'emplacement actuel du terrain de basket ; donc à l'extérieur de la petite enceinte originelle. On peut supposer que le cimetière autour de l'église paroissiale étant devenu trop exigu, on a créé un nouveau lieu d'inhumation dans l'environnement immédiat, doté d'un bâtiment cultuel secondaire. Le lieu de réunion de la communauté villageoise a suivi ce déplacement vers la « périphérie ».

25 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 126-127, arch de la mairie de Bouleternère, parch n° 25, 1321.

26 ADPO, 1 B 367, fol. 259 v°.

27 ADPO, 3E3/111, manuel de G. Ferreol, fol. 70 r° et fol. 75 (feuille volante).

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Bouleternère
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter