Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Bompas

Roussillon

Texte intégral

  • 1 Première mention relevée dans le cartulaire du Temple, qui semble inconnue à P. Ponsich, Limits... (...)
  • 2 HGL, t. II, n° 190, cité par A. Cazes, Roussillon sacré, p. 14.

1Malpas, 11531. Eglise Saint-Etienne, 876 : à cette date la fille du comte d'Ampurias donne à Raoul, frère du comte de Confient, la villa de Covengos2 et son église Saint-Etienne ; selon A. Cazes il s'agirait de Bompas.

2Sur le territoire de la commune actuelle se trouvait l'ancien village de Canomals (voir à ce nom) devenu grange cistercienne, où plusieurs documents du xiiie siècle signalent une antique cellera.

Regroupement villageois et cellera :

  • 3 B. Alart, C.M., t. VII, p. 310-312, ADPO, CT fol. 291 v°.
  • 4 Cette porte pourrait rappeler celle qui ferme la cellera de Torreilles en 1070.

3Le comte de Roussillon Gaufred et son fils Girard donnent au Temple une part du manse qu'Arnaud Raoul tient pour eux in villa de Malpas, in adjacencia Sci Stephani en 11533. Ce manse est étrangement limité à l'est in cort oveillar (une bergerie) et in capud de orsum espaneta de porta (à la fermeture de la porte ?), au sud par un autre manse et par l'église, à l'ouest par le « manse de Saint-Etienne » et au nord in aspre Raymundo de Bredes quam tenet per nos (une terre en friche ?). Le « manse de Saint-Etienne » voisin de l'église semble être un mas ou une maison appartenant à l'église. On a quoiqu'il en soit l'image d'un regroupement assez serré autour de l'église, avec peut-être une mise en défense, une porte fermant cet espace4.

  • 5 B. Alart, C.M., t. VII, p. 448, AHP, plech 35, n° 2, voir Perpignan, a. 1168.
  • 6 B. Alart, C.M., t. R2, p. 505-506, couverture de la notule de Pierre Vingrau, ADPO, 3E1/335.

4Quelques années plus tard, ce même Arnaud Raoul donne des biens situés à Perpignan à l'hôpital Saint-Jean de Perpignan (parmi lesquels quatre moulins, ce qui indique un niveau de fortune supérieur à celui d'un simple paysan) et souhaite que son neveu Arnaud ait à sa majorité meum mansum de Malpas de Milicia et unam vineam que suptus mansum est et omnes meos ortos et omnia mea molendina et duos cellarios5. Ce manse semble bien être celui cité dans le document précédent, il jouxte l'église, et les deux celliers qui l'accompagnent évoquent l'idée d'une cellera (plusieurs celliers, probablement dans l'environnement immédiat de l'église). En 1386, un document mentionne le fossé de la cellera6. Dans ce texte très lacunaire, le commandeur de la maison des Hospitaliers de Bajoles (à l'est de Perpignan) traite deux questions. D'abord, il constate l'état de délabrement des fortifications de Bompas, dans lesquelles personne ne peut se défendre ni demeurer à l'abri, et voulant faire réparer aux moindres frais (pro minimo) et reconstruire le fortalicium, avec l'autorisation du roi, il accorde à ses hommes de Bompas, riches et pauvres, le droit de le fortifier à nouveau et de réparer, en élevant les murs et en élargissant les fossés. Afin de favoriser ces reconstructions, il suscite l'installation de nouveaux habitants dans ce lieu et concède en acapte un terrain (patuum) qui se trouve dans le fortalicium. Là plusieurs mots manquent, que l'on doit pouvoir rétablir ainsi (entre crochets) : quoddam patuum < situatum infra cellariam > sive fortalicium, ce qui est la seule façon d'expliquer qu'immédiatement après l'un des confronts soit donné cum thova dicte cellarie. Le réduit fortifié intérieur qui est appelé « fort » n'est autre que la cellera.

  • 7 B. Alart, C.M., t. R2, p. 507, notule de Pierre Vingrau, 1401-1404, ADPO, 3E1/335, fol. 1 r°.
  • 8 G.G.C.C, vol. 14, Fl Rosselló i la Fenolleda, p. 28.

5Un document contenu dans le registre recouvert par ce parchemin, et daté des environs de 1401, apporte une vision précise de l'état dans lequel se trouve le village au tournant des xive- xve siècles7. Les consuls du village déclarent d'abord que les fossés que la communauté possède hors des murs et qui furent creusés pour la défense de ce lieu alors qu'il était très peuplé sont devenus inutiles. Or Bompas est alors réduit « presque à néant », dit le texte, (en 1378 on y compte treize feux seulement8) par le départ des habitants vers Perpignan et à cause des mortalités (on peut constater la parfaite justesse d'analyse des causes du marasme démographique des campagnes par les contemporains). C'est la raison pour laquelle ce fossé n'est plus très nécessaire. Là un manque assez important dans le texte oblige à interpréter la suite : cum alia thova sit in circuitu fortalicii ejusdem < ... >.

6Ces fossés-là ne sont pas les mêmes que ceux dont on vient de parler (alia thova) et ils ne sont pas « hors des murs », mais in circuitu fortalicii, ce qui d'après le texte précédent est sans doute synonyme d'« autour de la cellera ». Il faut entendre que les consuls considèrent que l'espace compris dans les fossés largement enveloppants du castrum des xiie-xiiie siècles est devenu trop vaste, et que ceux de l'ancienne cellera (que l'on a restaurés quinze années auparavant) délimitent un quartier suffisant pour cette population très restreinte de la fin du xive et du début du xve siècle. C'est pourquoi les consuls procèdent à la vente par lots des fossés (une partie est vendue à Barthélemy Opoul, mais elle voisine cum dicta thova quam vendidimus Bernardo Fangaus).

7C'est probablement par ce phénomène tardif de rétractation de l'habitat dans le noyau originel du village, en son coeur, dans des fossés recreusés et des murailles reconstruites, que la cellera a été revivifiée et ses limites redessinées, soulignées, et transmises jusqu'au xixe siècle dans le plan du village. L'image qu'en ont conservé les cadastres napoléoniens ou les vestiges subsistant dans certains villages actuels doivent bien plus à cette réoccupation du bas Moyen Age qu'à la lointaine genèse de ces espaces consacrés au xie siècle. Cependant, on se doit de souligner que l'existence et même le nom de ces celleres n'était pas oubliée, pas plus que le réflexe de s'y regrouper pour la protection des personnes et des biens. Ceci est aussi une preuve de la puissance du phénomène et de sa longévité.

  • 9 ADPO, 3E1/334, fol. 35 r°. D'autres maisons du fortalicium touchent aussi cum toha, ibid., fol. 47 (...)

8Un échange conclu en 1399 entre deux frères (probablement, nommés Bérenger et Bernard Auriol) concerne deux maisons mitoyennes situées dans le fortalicium de Bompas, qui touchent toutes deuxcum toha dicti fortalicii9.

  • 10 ADPO, 3E1/335, fol. 4 v°.

9En 1401, un patuum sis dans le fortalicium touche au fossé10.

  • 11 ADPO, 3E1/335, fol. 34 r° et 37 v°.
  • 12 ADPO, 3E1/335, fol. 38 v°.

10En 1404 et 1405, deux habitants de Bompas déclarent tenir chacun pour le commandeur de Bajoles une maison dans le fortalicium, touchant toutes deux au fossé11. L'inventaire d'une autre maison du fortalicium, en 1405, montre qu'elle contient deux tonneaux, et de nombreux instruments agricoles12. Il semble donc qu'elle ait conservé en partie sa fonction de cellier et de réserve pour l'exploitation agricole.

Seigneurs et fortification :

  • 13 ADPO, 3E1/9, fol. 46 v°. Le même couple vend un jardin à la même date, cf. infra.
  • 14 « in muro seu tova dicte ville », ibid.
  • 15 ADPO, 3E1/9, fol. 27 v°, a. 1276.

11En 1277, on vend à un couple de Bompas13 un patuum sive mansum ... cum hedifficio ibidem facto, qui se trouve dans la villa de Bompas et qui touche au mur ou au fossé de la ville14. L'hôpital de Bajoles, de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, est seigneur de ces biens. Une autre maison, tenue pour le prieur d'Espira-de-1'Agly touche au mur de la ville15.

12Plusieurs documents de la fin du xive siècle révèlent le profond délabrement des murs de la fortification villageoise et la nécessité d'une réparation de ceux-ci.

  • 16 B. Alart, C.M., t. R2, p. 134, notule de Pierre Vingrau, n° 333.
  • 17 Les Armagnac ont repris par héritage les droits des princes de Majorque et leurs prétentions sur l (...)
  • 18 Supplique des habitants de Bompas au Prieur de Catalogne de l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem : «  (...)

13En 1393, un mémoire présenté aux consuls de la ville chiffre le montant des travaux aux murs du village, en particulier pour des balestes de torn que compreren per la forsa, ainsi que mille cinq cents cayros qui entreren a la torra del portall16. Les habitants de Bompas, deux ans plus tard, exposent les raisons qui les ont conduits à réparer les fortifications, sur l'ordre des hospitaliers de Saint-Jean, seigneurs du lieu, mais refusent de payer le capitaine nommé pour la défense de leur village pendant la guerre del comte d'Armeyac17, car il est resté la plupart du temps dans le château de Perpignan18.

14En 1402 un patuum sis dans le barri touche au fossé.

  • 19 ADPO, 3E1/335, fol. 18 v°, « quandam thovam circa locum de Bonopassu », ce qui désigne probablemen (...)
  • 20 « quandam partem dicte thove... affrontat ab oriente cum recho... et ab occcidente, cum thova rema (...)

15En 1403, le procureur de la maison de Bajoles, considérant que depuis l'année 1397 un fossé autour du lieu de Bompas19 n'a plus rapporté ni cens ni acapte, décide de le donner en nouvelle emphytéose. Ce fossé touche à un ruisseau et au fossé restant20.

  • 21 B. Alart, C.M., t. P, p. 538, notule de Pierre Roure, fol. 23-29, 1400-1404, copie de 1420.

16Au début du xve siècle, Barthélemy Opol, de Bompas, promet dans son testament de faire construire une chapelle dans la maison qu'il possède infra fortalicium dicti loci de Bonopassu21.

Structure du village et activités :

  • 22 ADPO, 3E1/9, fol. 46 r°.
  • 23 Ce bien serait situé sur le territoire de l'église « Sancti Johanni de Bono Passu ». Cette église (...)

17En 1277, un couple de Bompas vend à un prêtre un jardin avec les arbres qui s'y trouvent afin qu'il puisse y bâtir une maison22. Ils vendent aussi la maison voisine de ce jardin, qui se trouve sur le territoire de Bompas23. Ceci coincide avec ce qui existe dans d'autres villages en expansion au xiiie siècle.

  • 24 ADPO, 3E1/334, fol. 36 r°.
  • 25 En largeur, au moins six mètres, en hauteur, presque trois mètres.

18Une contestation s'élève en 1399 à propos d'une maison située à l'intérieur du fortalicium24. Il semble en effet qu'elle se trouve là où devrait passer une rue allant de la « porte majeure » près du mur jusqu'à la rue où se trouve le puits. Le procureur ordonne que soit faite cette rue, en suivant le mur, sur la longueur entre ces deux endroits, d'une largeur de trois cannes et trois cosconos, et d'une hauteur de quatorze palmes25. On peut supposer donc qu'elle passe sous l'étage de la maison.

19Le barri :

20Les actes notariaux des xive et xve siècles révèlent un fort mouvement de ventes et de concessions des terrains et maisons, souvent détruites, dans le barri de Bompas.

  • 26 ADPO, 3E1/334, fol. 14 r°.
  • 27 « omnino dirrutum », ADPO, 3E1/334, fol. 17 r°.

21En 1395 par exemple, les frères de la commanderie de Bajoles, donnent en emphytéose un patuum détruit situé in barrio26. L'année suivante, c'est un habitant de Perpignan qui donne un patuum complètement détruit, au même endroit27. Une maison et un pati du barri touchent au fossé.

  • 28 « cum platea communis  », ADPO, 3E1/335, fol. 25 v°.

22En 1403, un pati dans le barri touche à la place publique28 et à des patis détruits.

  • 29 « ubi discurrit aqua tecti dictarum domorum vestrarum », ADPO, 3E1/334, fol. 52 v°.

23Le seigneur de Bompas en 1401, Barthélemy Opol, perçoit un cens en raison d'un aqueductum ou aygavers, construit dans le barri, qui recueille les eaux des toits de deux maisons29.

  • 30 ADPO, 1B 225, fol. 33 r°- v° et 34 r°- v°.
  • 31 D'après Alcover : passage étroit entre deux maisons pour donner de la lumière ou servir d'issue, D (...)

24En 1422, Jean Perpinianus du lieu de Bompas, habitant Perpignan (!), vend à une veuve de Sainte-Marie-de-la-Mer une domum... et quendam andronem seu trossium terre cuiusdam patui mei dicti domui contigui30. Cet andronem31 mesure six paumées carrées de Montpellier. Elle pourra faire là l'entrée de cette maison, extra muros dicti loci de Bonopassu, videlicet in barrio ante portaient eiusdem loci.

25En 1569, lors de l'inventaire des biens de Maurice Mauri, décédé, on relève quatre maisons :

  • l'une dite « casagran » située dans le barri, et dans l'entrée de laquelle se trouvent cinq canissos veils pour garder le blé, vides ;
  • une autre (dans le barri aussi ?) qui sert de pailler (una casa ques fa palier) « en lo dit lloch » ;
  • une casa y palier, en la forsa, appelée lo palier de la obra, qui touche au fossé (vall) de la forsa ;
  • une autre casa en la mateixa forsa qui touche à la rue appelée lo carrer de la forsa32.

26L'intérêt de ce document est de montrer la permanence des ensembles distincts barri/forsa, aux destinations et aux caractéristiques assez différentes : la maison « grande » est celle du faubourg, elle peut être utilisée en pailler, mais dans la forsa se trouve encore le pailler traditionnel, dit « pailler de l'oeuvre », c'est-à-dire de la paroisse, du curé. La forsa a gardé ses fossés.

  • 33 ADPO, 3E1/4574.
  • 34 « et primo una casa situada en lo dit lloch de Bonpas dins de la forsa, la quai affronta ab la mur (...)

27L'inventaire des biens d'un paysan, en 1591, montre que le fort (la forsa ou fortalesa) est toujours un espace remarquable dans le village33. Maurice Aran possédait en effet une maison dans le lieu de Bompas, dans la forsa, touchant à la muraille et à la porte. Cette casa contient les éléments de mobilier d'une maison d'habitation. Il déclare aussi une autre casa avec un pailler et une courette dans la fortalesa34. Ces deux termes désignent-ils un même espace fortifié? (ou peut-on imaginer forsa dans fortalesa ou l'inverse ?) Le même paysan tient un pati et un palier dans le barri.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 35 ADPO, 2J 127/21.

28Le village semble présenter un noyau quadrangulaire, l'église actuelle a été bâtie à la fin du xixe siècle, l'ancienne se trouvait à l'emplacement du monument aux morts à l'intérieur du regroupement en carré appelé « Le Fort ». Le déplacement de l'église du village est évoqué dans le rapport du pré-inventaire35.

Synthèse :

29L'existence ancienne d'une cellera au coeur du village de Bompas, noyau original du peuplement, ne semble pas faire de doute. Cette cellera originelle avait été entourée d'un fossé. L'extension du village au xiiie siècle, en partie aux dépens de la localité voisine de Canomals et de sa cellera, a donné naissance à des barris, qui ont été eux aussi entourés d'un fossé. Plus tard, au début du xve siècle, le village s'est considérablement dépeuplé, et ce dépeuplement entraîne le repli vers le vieux cœur villageois, la cellera, dont les fortifications sont réadaptées à cette nouvelle utilisation.

Plan cadastral de Bompas

Plan cadastral de Bompas

Notes

1 Première mention relevée dans le cartulaire du Temple, qui semble inconnue à P. Ponsich, Limits..., p. 29.

2 HGL, t. II, n° 190, cité par A. Cazes, Roussillon sacré, p. 14.

3 B. Alart, C.M., t. VII, p. 310-312, ADPO, CT fol. 291 v°.

4 Cette porte pourrait rappeler celle qui ferme la cellera de Torreilles en 1070.

5 B. Alart, C.M., t. VII, p. 448, AHP, plech 35, n° 2, voir Perpignan, a. 1168.

6 B. Alart, C.M., t. R2, p. 505-506, couverture de la notule de Pierre Vingrau, ADPO, 3E1/335.

7 B. Alart, C.M., t. R2, p. 507, notule de Pierre Vingrau, 1401-1404, ADPO, 3E1/335, fol. 1 r°.

8 G.G.C.C, vol. 14, Fl Rosselló i la Fenolleda, p. 28.

9 ADPO, 3E1/334, fol. 35 r°. D'autres maisons du fortalicium touchent aussi cum toha, ibid., fol. 47 v°, a. 1401, et fol. 53 r°, a. 1395.

10 ADPO, 3E1/335, fol. 4 v°.

11 ADPO, 3E1/335, fol. 34 r° et 37 v°.

12 ADPO, 3E1/335, fol. 38 v°.

13 ADPO, 3E1/9, fol. 46 v°. Le même couple vend un jardin à la même date, cf. infra.

14 « in muro seu tova dicte ville », ibid.

15 ADPO, 3E1/9, fol. 27 v°, a. 1276.

16 B. Alart, C.M., t. R2, p. 134, notule de Pierre Vingrau, n° 333.

17 Les Armagnac ont repris par héritage les droits des princes de Majorque et leurs prétentions sur les comtés. En 1390 Jean III d'Armagnac lance une offensive sur le Roussillon, qui échoue.

18 Supplique des habitants de Bompas au Prieur de Catalogne de l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem : « com lo dit loch del dit spital e fos enguayns desabitat per deffalliment de murs e de fortza e en temps de guerra lo dit loch se desemparava de tot en tot, en tant que lo dit loch els termes de aquell venia en gran diminucio, la qual cosa era mol dampnosa al dit espital, e par aquesta raho e per moites altres vos senyor ajats manat e hordonat quel dit loch de Bompas e axi mateys lo loch de Sant Ypolit fossen murats, valleyats e fortifficats per los homens dels dits lochs, assi que en temps de guerra los dits lochs nos poguessen desempara, ans los dits homens ab tot lurs bens se poguessen en aquells defensar e conservar... los dits homens de Bompas... an murat e valleyat e ben fortifficat lo dit loch de Bompas », B. Alart, C.M., t. R2, p. 173-175.

19 ADPO, 3E1/335, fol. 18 v°, « quandam thovam circa locum de Bonopassu », ce qui désigne probablement le fossé entourant l'ensemble du village.

20 « quandam partem dicte thove... affrontat ab oriente cum recho... et ab occcidente, cum thova remanente », ibid.

21 B. Alart, C.M., t. P, p. 538, notule de Pierre Roure, fol. 23-29, 1400-1404, copie de 1420.

22 ADPO, 3E1/9, fol. 46 r°.

23 Ce bien serait situé sur le territoire de l'église « Sancti Johanni de Bono Passu ». Cette église Saint-Jean sur le territoire de Bompas n'est mentionnée nulle part. Serait-ce une erreur du notaire ?

24 ADPO, 3E1/334, fol. 36 r°.

25 En largeur, au moins six mètres, en hauteur, presque trois mètres.

26 ADPO, 3E1/334, fol. 14 r°.

27 « omnino dirrutum », ADPO, 3E1/334, fol. 17 r°.

28 « cum platea communis  », ADPO, 3E1/335, fol. 25 v°.

29 « ubi discurrit aqua tecti dictarum domorum vestrarum », ADPO, 3E1/334, fol. 52 v°.

30 ADPO, 1B 225, fol. 33 r°- v° et 34 r°- v°.

31 D'après Alcover : passage étroit entre deux maisons pour donner de la lumière ou servir d'issue, DCVB.

32 ADPO, 3 E1/5455.

33 ADPO, 3E1/4574.

34 « et primo una casa situada en lo dit lloch de Bonpas dins de la forsa, la quai affronta ab la muralla de dita força y ab lo portai »... « una altre casa i paller i pati dintre la fortalesa de dit lloch », ibidem.

35 ADPO, 2J 127/21.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Bompas
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter