Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Belpuig

C. de Prunet et Belpuig, Roussillon-Vallespir

Texte intégral

1La grande paroisse de Saint-Pierre de la Serra comprend sur son territoire les deux châteaux de Saint-Marsal (et sa cellera, voir la fiche de ce village) et celui de Belpuig.

  • 1 D'après Marcel Durliat, Roussillon roman, 1986, p. 40, cette église possède une nef principale du (...)

2Serra Sancti Petri, 899, église Saint-Pierre de la Trinité1. Castrum et forcia de Pulcro Podio, 1241.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 ADPO, Hp 186, copie du xive siècle (?) sur papier : « in dicto Castro <de Pulchro Podio> et circulo castri et infra </de> (...)

3En 1282, un accord est conclu entre Guillaume de Castellnou et Arnald de Saint-Marsal au sujet des justices civiles et criminelles et de l'host et de la cavalcata des hommes de Belpuig2. Arnald de Saint-Marsal aura toutes les justices civiles et criminelles sur les hommes habitant le château, autour du château, dans le barri et dans la cellaria du château de Belpuig, sauf les crimes de vol, adultère, cugucia, et homicide, et sauf si les délits sont commis en un autre lieu ou s'ils sont commis dans le château, la cellera ou le barri, sur leurs propriétés. Arnald de Saint-Marsal pourra conduire à l'host et à la cavalcata les hommes de Belpuig et faire la guerre à partir de ce château, de ce barri et de cette cellera.

4Le château de Belpuig est en relation avec un habitat situé au-dessous, et une cellera, autour de l'église ou autour du château.

  • 3 B. Alart, C.M., t. A, p. 271-277.

5En 1293, Arnald de Saint-Marsal comparaît devant le juge de même que Jacques d'Olers, templier, qui est procureur du roi3. Arnald de Saint-Marsal tient en fief les châteaux de Saint-Marsal et de Belpuig pour le vicomte de Castelnou, excepté les hautes justices. Un conflit s'élève avec Jacques d'Olers au sujet des pâtures et des droits de justice de ces châteaux. Raimond Trullars, représentant de Jacques d'Olers, et qui avait signé l'accord de 1282 ci-dessus, affirme que les seigneurs de Castelnou étaient les seigneurs principaux (mayor domini) de Saint-Marsal et ont sur lui les justices hautes et moyennes (mer i mitx imperi), et qu'ils y avaient un bayle. Arnald de Saint-Marsal dit que le seigneur de Castelnou avait la seigneurie directe sur Saint-Marsal, et lui Arnald la seigneurie utile, que le vicomte tenait le caput castri de ce lieu (le château lui-même ? le donjon ?) et non les autres dépendances, ni la cellera « qui est autour de ce château ». Jacques d'Olers affirme que les vicomtes de Castelnou avaient leur juge qui instruisait les affaires des hommes de Saint-Marsal et de ceux vivant dans le barri du château de Belpuig. Et il ajoute que ce que Arnald de Saint-Marsal a in circulo castri à Belpuig, il le tient en fief du seigneur de Castelnou ; il dit aussi que le seigneur de Castelnou avait le mer imperi sur les habitants in circulo barii castri de Belpuig. Il affirme que le seigneur de Castelnou a un droit de passage sur le territoire du château de Belpuig, de sorte que les hommes de Thuir ou d'autres lieux qui passent par là avec leurs moutons, donnent au bayle de Belpuig un mouton pour chaque troupeau. Puis Jacques d'Olers produit une lettre de Bernard Tobau qui est allé, dans la vallée de Ribes, interroger Pierre Minestral, autrefois bayle de Belpuig. D lui a demandé quelle juridiction et seigneurie avaient les seigneurs de Castelnou sur les territoires de Belpuig, Saint-Marsal et la paroisse de la Serra, et quelle seigneurie et juridiction y avait Amald de Saint-Marsal. Et Pierre de Minestral dit qu'Arnald de Saint-Marsal devait percevoir sur la cellera de Belpuig toutes les justices civiles, qu'il devait inscrire les affaires criminelles, dont il ne devait rien avoir, car les inculpés devaient être punis par le seigneur de Castelnou. Amald de Saint-Marsal ni aucun autre seigneur, à l'exception de celui de Castelnou, ne doit rien percevoir ni sur les autres justices de cette paroisse ni sur celles du territoire de Belpuig, sauf sur la cellera de ce château, ni sur la cellera du château de Saint-Marsal, ni ailleurs dans ces lieux. Le seigneur de Castelnou perçoit et exerce toutes les justices criminelles et civiles et perçoit les pasquiers, passages, bans et autres droits dans ces lieux, sauf les justices civiles de la cellera de Belpuig, que doit avoir Arnald de Saint-Marsal.

6Comme à Coustouges, au xiiie siècle aussi, la question de l'exercice des justices semble occasionner des conflits ou des rivalités entre les seigneurs des celleres et leurs feudataires. Il est clair ici que pour \acellera de Belpuig l'exercice et les droits de justice sont nettement distingués de ceux de tout le reste du castrum et de son territoire. La cellera ne semble pas bénéficier d'un droit particulier, c'est seulement le seigneur de Belpuig qui y a une autorité prééminente, à l'inverse de toutes les autres circonscriptions de ses fiefs, y compris \acellera de Saint-Marsal, dont les justices et leurs revenus lui échappent.

Fortifications :

  • 4 ADPO, 3 E 3/111, le prix de vente est de quarante-cinq sous, le manuel du notaire porte une rature (...)

7En 1363, Bartholomé Textor de Belpuig vend à Raymond Pugboger de Prunet et à Raymond Riusech de Boule-d'Amont deux rez-de-chaussée (hangars, remises, maisons basses ? : duos sotulos meos contiguos) situés à l'intérieur des murs de Belpuig, et touchant d'un côté à ces murs4.

  • 5 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 348, notule de Jacques Pia, 1406 et sqq.

8En 1407, Jean Cantarolles de Belpuig vend à Pierre Scriva ses maisons situées intus murum de Pulcro Podio, qui touchent d'un côté à une maison qui est en indivis entre l'acquéreur et un nommé Costaplana et de l'autre au mur, pour quarante-quatre sous5.

  • 6 B. Alart, C.M., t. F, p. 554.

9En 1672, une mansala comprend une tour, un cortal, des patua couverts et découverts, et touche à l'est au mur du castrum de Belpuig6.

Synthèse :

10Au vu des documents et en particulier de la dépendance de la cellera de Belpuig à l'égard des châtelains, comme de sa situation « autour du château », il semble que la cellera de Belpuig soit, plutôt qu'une classique cellera-sagrera née autour de l'église, une cellera castrale, née du château, comme à Corbère, Laroque-des-Albères ou Planèzes.

Notes

1 D'après Marcel Durliat, Roussillon roman, 1986, p. 40, cette église possède une nef principale du xie siècle, à la base de laquelle peuvent être identifiés les éléments d'une construction pré-romane du xe siècle correspondant à l'église consacrée en 935.

2 ADPO, Hp 186, copie du xive siècle (?) sur papier : « in dicto Castro <de Pulchro Podio> et circulo castri et infra muros dicti castri et in ipso barrio et sellaria dicti castri », édité par B. Palustre, RHAR, t.3, 1902, p. 261-262.

3 B. Alart, C.M., t. A, p. 271-277.

4 ADPO, 3 E 3/111, le prix de vente est de quarante-cinq sous, le manuel du notaire porte une rature intéressante : sitos intus castru muros de Pulcro Podio : le terme de castrum qui venait sous la plume du notaire pour parler du village fortifié est ici mal à-propos, on pourrait le confondre avec le château de Belpuig.

5 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 348, notule de Jacques Pia, 1406 et sqq.

6 B. Alart, C.M., t. F, p. 554.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540