Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Banyuls-dels-Aspres

Roussillon

Texte intégral

1Balnelona, Bagnules, 819, 934. Eglise Saint-André citée au xie siècle.

  • 1 B. Alart, « La villa vella de Banyuls-dels-Aspres », BSASL des PO, t.XXI, 1874, p.260-272 ; J. Cap (...)

2Banyuls-dels-Aspres est un village ayant subi un déplacement au cours du Moyen Age. Situé d'abord en position de plaine, au pied d'une butte, au bord d'un étang, il a été installé sur cette éminence. Pendant longtemps, on a gardé le souvenir de la villa vella et de son emplacement. La première église se trouvait dans ce vieux village1 Se trouvait aussi en ce lieu une motte castrale, conservée encore au xixe siècle.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 ADPO, 1 B 186, fol.34.
  • 3 Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 133-134.

3Parmi les biens ayant appartenu à deux frères, prêtres originaires de ce lieu, en 14072, une maison se trouve dans le barri, le faubourg, mitoyenne du fossé, vallo ; deux jardins sont situés « a la villa vella » ; un petit cellier (celleret) et une autre maison, se trouvent « a la sellera dicti loci de Banyuls ». La formulation imprécise et la date tardive de ce document ne nous permettent pas d'affirmer où se trouvait cette cellera : est-ce au vieux village autour d'une première église, ou sur la butte, autour de la nouvelle ? Dans ce cas, elle aurait probablement moins le sens de « cellera-sagrera », que celui de fortification villageoise de taille réduite, peut-être même d'origine seigneuriale ? Il faut remarquer les vestiges de fortification autour de l'église du village et les restes de fortification de l'église elle-même3.

  • 4 B. Alart, loc.cit.

4A la fin du siècle dernier, on connaissait encore l'emplacement d'un vieux cimetière situé entre le village sur la butte et « un bâtiment religieux en ruines » de la villa vella4.

Fortifications :

  • 5 G. Castellvi, « Mota de la vila vella de Banyuls », Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 134.

5Une motte castrale était encore visible au xixe siècle, elle est aujourd'hui arasée. Elle se trouvait auprès de l'ancien chemin qui va du Boulou à Saint-Jean-Lasseille, au nord du village actuel, en contrebas. Elle se serait trouvée au lieu-dit villa vella, à l'emplacement actuel du mas Vidalou, où l'on a collecté des céramiques des xiiie-xive siècles. Une occupation romaine est attestée sur ce même site. Georges Castellvi daterait cette motte du xiie siècle5.

  • 6 LFM, t. II, n° 711, p. 226-227.

6En 1147, dans une convenientia conclue entre Gaufred de Rocaberti et Gaufred comte de Roussillon, le premier s'engage, si le comte avait une guerre sur sa terre, et si lui n'en avait pas sur la sienne à ce moment précis, à rester à Perpignan ou à Banyuls-dels-Aspres avec dix cavaliers et leur nourriture, au service du comte6. Le choix de Banyuls-dels-Aspres (à peu près à mi-chemin de Rocaberti et de Perpignan) s'explique peut-être par l'importance stratégique de la surveillance d'une route. Nul doute en tout cas qu'il faille associer cette troupe à l'idée du renforcement de la garnison d'un château (une motte apparemment) située à Banyuls. L'hébergement de dix cavaliers et de leur seigneur, de leurs chevaux et de leurs hommes d'armes, suppose un ensemble de constructions qui s'organisent autour de la tour originelle.

  • 7 J. Capeille, « La seigneurie de Banyuls-dels-Aspres », RHAR, 1904, TV, p.17-26.
  • 8 ADPO, 3E20/434, fol. 14 r°.

7Le cartulaire du Temple fait mention des « murailles du village », de l'« enceinte » de la localité7. En 1374, la partie fortifiée du village est appelée fortalicium, on y trouve une maison vendue par un meunier de Nidolères, qui touche à la propriété du vénérable Dalmau de Banyuls, seigneur de ce lieu qui perçoit un droit de mutation sur la maison8.

Structure du village et activités :

  • 9 ADPO, 3E1/19, fol. 76 v°.

8En 1312, un habitant du diocèse de Narbonne loue pour cinq ans une maison à un habitant de Banyuls, maison qui se trouve sur la Plassa, il donne cinquante sous de Barcelone pour toute cette période9.

9La première mention de la nouvelle église Saint-André du village haut est de 1424.

  • 10 B. Alart, C.M., t. M, p. 511, notule de Pierre Pastor (n° 1906).

10Parmi les biens composant une mansata tenue par un homo proprius, solidus, abordatus et amansatus, en 1415, une domus se trouve in barrio dicti loci de Bayullis et plus précisément in vico vulgariter vocato Puyg d'en Rabassa10.

  • 11 ADPO, 3 E1/2503.

11Un testament de 1550 mentionne une maison située en los barris, appelée casa del forn. Une autre maison citée dans ce testament est située al barri, elle touche à un jardin, à une bergerie et ab los valls de dit lloch11.

  • 12 ADPO, 3E1/5456, notaire J. Port.

12Un inventaire après décès de 1571 mentionne une maison située dans la forsa de Banyuls, qui touche à la voie qui va du portail et de l'église vers le château de ce lieu12.

Le finage et l'occupation du territoire :

Lieu-dit Fontclara ou Breda :

  • 13 B. Alart, C.M., t. II, document publié par R. de Saint-Malo dans Le Publicateur.

13Un acte de 1212 concernant un champ sur le territoire de Saint-Jean-Lasseille est rédigé in rocha sive forsa Beate Marie de Fontisclare vel de Breda13.

Chemins :

  • 14 B. Alart, C.M., t. Z, p. 257.

14En 1150, un « honneur », un bien, est partagé entre deux frères qui le divisent en deux en suivant le tracé du « chemin franc » (franceschum) qui va de La Clusa à Banyuls et de là à Perpignan. On parle plus loin de la carraria qui mène de Banyuls à Elne14. Le village (la villa vella de la plaine) est situé quasiment au point de rencontre de deux axes de circulation importants de la plaine du Roussillon, d'où l'importance de la motte et de la garnison.

Synthèse :

15Un problème se pose quant à ce village : il semble que son déplacement vers le sommet de la butte soit assez ancien ; les vestiges de fortification actuels dateraient probablement du xiiie siècle, mais selon certains le déplacement de l'habitat de la villa vella basse vers la ville haute actuelle daterait des xie-xiie siècle, ce qui me semble improbable, étant donné l'existence de la motte, probablement à cette même époque. Il semble en tout cas qu'aient perduré pendant assez longtemps deux noyaux d'habitat : ville basse ancienne et ville haute fortifiée plus récente, au moins pendant les xiiie et xive siècles. La question est de savoir dans laquelle se trouve la sellera dont on parle en 1407. Le fait que l'on parle dans ce document de la villa vella en tant que telle pour y situer seulement deux jardins, donc pas de maisons, me ferait pencher pour une « cellera atypique », c'est-à-dire une fortification villageoise postérieure, qui aurait pu être appelée aussi fortalicium.

Notes

1 B. Alart, « La villa vella de Banyuls-dels-Aspres », BSASL des PO, t.XXI, 1874, p.260-272 ; J. Capelle, « L'église fortifiée de Banyuls-dels-Aspres », Montanyes regalades, 1921, p. 88 ; et du même « La seigneurie de Banyuls-dels-Aspres », RHAR, 1904, t. V, p. 17-26.

2 ADPO, 1 B 186, fol.34.

3 Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 133-134.

4 B. Alart, loc.cit.

5 G. Castellvi, « Mota de la vila vella de Banyuls », Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 134.

6 LFM, t. II, n° 711, p. 226-227.

7 J. Capeille, « La seigneurie de Banyuls-dels-Aspres », RHAR, 1904, TV, p.17-26.

8 ADPO, 3E20/434, fol. 14 r°.

9 ADPO, 3E1/19, fol. 76 v°.

10 B. Alart, C.M., t. M, p. 511, notule de Pierre Pastor (n° 1906).

11 ADPO, 3 E1/2503.

12 ADPO, 3E1/5456, notaire J. Port.

13 B. Alart, C.M., t. II, document publié par R. de Saint-Malo dans Le Publicateur.

14 B. Alart, C.M., t. Z, p. 257.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540