Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Baixas

Roussillon

Texte intégral

1Baxianum, 843. Eglise Saint-Etienne citée au xe siècle, reconstruite au xiie et reconsacrée sous le vocable de Sainte-Marie; une partie est de style roman. La seigneurie de Baixas est aux mains du chapitre d'Elne.

Regroupement villageois et cellera :

  • 1 ADPO, G 89, registre incomplet, folios 68 à 91.
  • 2 Ibidem, fol. 79, 83, 84 et 89.
  • 3 Ibidem, fol. 83 v°.

2Dans un fragment de terrier (capbreu) des possessions du chapitre d'Elne à Baixas, en 14001 quatre habitants déclarent tenir pour le chapitre un cellier (sellarium) intus sellariam dicti loci2, et l'un d'eux a en outre un patuus dans cette même cellera3. Trois celliers et la courette touchent tous cum muro veteri. Un cellier touche cum vallo veteri.

  • 4 V. le plan cadastral. Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p. 193, pensent que cette expression dés (...)

3Ce mur vieux et ce vieux fossé plutôt qu'une allusion aux remparts actuellement visibles encore, dont la première mention date de 1324, se rapportent plutôt à un vestige d'une première enceinte, ainsi que le plan du village peut le faire penser4.

  • 5 ADPO, G 89, fol. 71 v°.
  • 6 Ibidem, fol. 78 r°.

4Dans le même document, plusieurs autres déclarations à propos de maisons situées dans le village (domum intus locum de Baxanis) montrent qu'elles touchent parfois cum muro5 ; d'autres à côté des portes touchent cum muro et cum portali6. Il est évident que la fortification aujourd'hui visible, celle du castrum, est appelée « mur », mais dans aucun document, jusqu'au seizième siècle, ce mur, le mur de l'enceinte villageoise active, utilisée, entretenue, n'est appelé « mur vieux ». Le « mur vieux » auquel n'affrontent que les biens de la cellera est bien un « mur de la cellera » originel. On note dans cette cellera la présence de plusieurs celliers voisins, ainsi que d'une courette, mais pas de maisons d'habitation, mis à part probablement la sala et le palau des chanoines, qui font partie d'un ensemble de bâtiments religieux groupés autour de l'église.

  • 7 B. Alart, CM, t. M, p. 130, manuel de P. Pastor, n° 7, not. 1898.

5En 1407, le chanoine d'Elne Barthélemy Bayle fait faire l'inventaire des biens mobiliers du chapitre à Baixa7. Ils consistent en ce qui est à l'intérieur de deux celliers, dont l'un au moins touche au mur. Le contenu de ces celliers nous éclaire sur la fonction de ces constructions et sur le type de biens qu'ils servent à conserver. Dans le premier cellier, on trouve des cuves (tina), distinguées par le nombre de cercles qui les renforcent: l'une a IIII corbes, l'autre est de VIII cercles, toutes deux ont un robinet (una axeta), de cuivre (de coure) ou de bois (de fust). La première cuve contient (ou peut contenir) cinquante saumées de raisins, la seconde quarante - le nombre de cercles n'est pas proportionnel à la taille. Les contenances des deux cuves sont données de rana, c'est-à-dire « à ras ». On y trouve aussi une échelle attachée avec des cordes qui sert à monter les raisins sur deux perestatges (des rayonnages, des clayonnages). Il s'agit probablement d'un plancher établi sous le toit du cellier et servant à faire sécher les raisins. Le second cellier contient lui aussi une cuve avec deux corbes et quatre cercles d'une capacité de cent saumades, deux cuveaux qui tiennent à eux deux douze saumades, un vexell appelé a nabrill avec neuf cercles avec ses chevalets (pontits), un autre vexell, deux barriques de grande taille (botas de mena) et leurs chevalets, des entonnoirs, des coffres, un perestatge avec trois poutres sans planches, un couvercle de cuve. A côté de ces deux celliers, le chapitre d'Elne possède un grenier (granerio), une prison (presono sive curia) où l'on trouve des liens (seps), quatre menottes (grillols) et des brodequins (mejoteres), deux colliers de fer avec une chaîne, une manille et un anneau et un repolis (?) en fer ainsi qu'un anneau de fer. Tout près se trouve la salle capitulaire (aula capitular), la cuisine, la buada ipsius domui (on y trouve un matalaff) et un pigeonnier avec ses pigeons.

  • 8 ADPO, G 89, double feuille volante.
  • 9 Slapejar : « salpejar » dérivé de salpicar. « saupoudrer » (enduire, talocher ?), reblar : « river (...)

6En 1492, le chapitre d'Elne signe un contrat avec le tailleur de pierre Jean Ferall au sujet des travaux à faire dans le palau e casa dudit chapitre situé dans le lieu de Baixas8. Le maître maçon promet d'abord de slapejar e reblar e rebasse9 le mur dudit palau, et en outre de rebassa lo paret del seller. Il doit aussi redresser les murs de la prison et carreler la chambre de la cuisine.

  • 10 ADPO, G 89, original sur feuille volante, a. 1493.

7Les représentants du chapitre d'Elne, seigneur du lieu de Baixas, perçoivent le foriscapi d'une maison et une tina10.

Fortifications :

  • 11 B. Alart, C.M., t. VI, p. 177-178, ADPO, G-57.

8En 1214, le castrum... de Baixanis est donné en gage par l'évêque à un nommé Pierre Pauc11. Celui-ci a en effet avancé les cinq cents marcs d'argent nécessaires à l'achat de la moitié du castrum de Sancto Cypriano.

  • 12 B. Alart, C.M., t. B, p. 499-508.
  • 13 Le texte de cette proclamation, donné d'abord en latin, est ensuite reproduit tel qu'il a été rend (...)
  • 14 On pourra à ce sujet, qui déborde de beaucoup nos préoccupations et nos compétences, se reporter à (...)

9En 1333, un chanoine d'Elne et l'archidiacre du Confient annoncent aux habitants, existentes platea dicti loci de Baxanis magna multitudine populi, que le castrum de Baixas est devenu (redevenu) bien du chapitre d'Elne12. Ils se font remettre toutes les clés du castrum et des portes. Alors l'archidiacre, le chanoine et le notaire, cum magna multitudine populi, se rendent au castrum, et, en signe de prise de possession du castrum et de ses droits, ouvrent et ferment la porte majeure et plusieurs autres portes des maisons qui sont dans ce castrum. Puis, ils se rendent aux portes des Horts et de l'Aire, les ouvrant et les fermant de la même manière. Cette cérémonie de prise de possession, ou de récupération du pouvoir seigneurial (possessionis dicti castri et jurium eiusdem) après une mise en gage, est conforme à d'autres dont nous avons pu trouver des exemples aux xiie, xiiie ou xive siècles dans nos sources. Plusieurs points sont à souligner : l'importance du grand concours de gens qui en sont témoins, la présence de hautes autorités, des seigneurs eux-mêmes ou de leurs représentants directs, le témoignage du rédacteur qui affirme toujours y avoir assisté personnellement, et la cérémonie d'ouverture et fermeture des portes du castrum, mais aussi de celles de plusieurs maisons à l'intérieur des murs, dépendances directes du seigneur, éventuellement demeures seigneuriales ou des chargés de pouvoirs. Puis, les seigneurs font proclamer par le batlle que nul ne doit oser porter des armes hors de taille (autorisée), sous peine d'une amende de vingt-cinq sous le jour et de cinquante la nuit, de saisie des armes et de comparution devant la justice du chapitre d'Elne13. Le droit de justice du seigneur est ainsi réaffirmé, de même que le contrôle des hommes d'armes et la limitation de la violence, source de nombreux troubles aux xive- xve siècles14.

  • 15 1394, ADPO, 3 E 1/894, fol. 25 v°.

10A l'intérieur du village, les maisons touchent au mur15.

  • 16 ADPO, 3 E 1/894, fol. 24v°.

11Les fortifications sont doublées de fossés à l'extérieur, dont le voisinage est utilisé par les jardins; en 1394, un jardin est ainsi prope valum et touche au chemin qui va prope lo vall16.

  • 17 B. Alart, C.M., t. J, p. 428, et description plus précise ibid., t. IV, p. 518. A ce sujet L. Bayr (...)

12En 1447, les consuls de Baixas, l'oeuvre de l'église et Jean Peres, tailleur de pierre, signent un contrat au sujet des travaux à faire au clocher, appelé la tora del cluquer. Il devra en particulier y faire des merlets, les merlons du crénelage17. Le clocher de l'église, comme on l'a vu en d'autres occasions joue un rôle important dans les défenses villageoises.

Structure du village et activités :

  • 18 ADPO, G 89, parchemin original.

13La veuve d'un habitant de Baixas vend en 1303 une maison infra villam de Baxanis qui touche in platea de Baxanis18

  • 19 B. Alart, C.M., t. 0, p. 408-409, archives de l'évêché d'Elne.
  • 20 B. Alart, CM, t. 0, p. 361.

14En 1321, les consuls achètent un ouvroir (operatorium) contigu à la place afin d'agrandir celle-ci (en le démolissant certainement)19. En bordure de cette place, une maison avait été vendue pour la somme de mille sous en 130720.

  • 21 ADPO, 3 E 1/894, fol. 4 v°.

15Les aires se trouvent tout près du village, comme le montre la mention d'un jardin en 1394, prope villam , au lieu-dit la era del senyor21. L'aire du seigneur est un lieu essentiel pour le contrôle des récoltes et la perception des redevances.

  • 22 ADPO, G 89, fol. 77 v° et 80 v°, a. 1400.
  • 23 Ibidem, fol. 84 v°.
  • 24 Ibidem, fol. 83 v° et 89 v°.
  • 25 Ibidem, fol. 71 v°.

16En 1400, deux jardins situés in terminis au lieu-dit a la thoha touchent cum vallo22. Une maison (domum) intus locum de Baxanis touche cum platea dicti loci23. Deux jardins se trouvent in terminis (et non intus locum) au lieu-dit al carrer nou24. Un manse lui aussi in terminis est sis au lieu-dit al carrer de la mar, ainsi qu'un jardin25. Le village s'est donc étendu hors de l'enceinte fortifiée (in terminis, dans la zone des jardins).

  • 26 ADPO, G 89, parchemin original.

17En 1417, un habitant de Baixas, Etienne Vital, reconnaît tenir pour le chapitre une maison intus locum qui touche cum portale narbones... et cum muro ; ainsi qu'une terre au lieu-dit lo pou den Gasch, qui touche cum vallo26.

  • 27 ADPO, G 89, feuille volante.

18Un petit jardin donné en emphytéose en 1461 parle chapitre d'Elne touche cum vallo27, et un autre habitant de Baixas obtient une domum dirrutam qui touche à sa tenure, ce qui pourrait être un indice de déclin, de dépopulation.

  • 28 ADPO, G 89, original sur feuille volante.

19En 1502, Jacques Vaquer déclare tenir pour le chapitre d'Elne une maison située intus dictum locum de Baxanis, avec un patuus contigu, qui touchent au mur28.

Plan et vestiges architecturaux :

20Autour de l'église, reconstruite, agrandie et réorientée, on distingue nettement un regroupement ovoïde de maisons, mesurant environ 70 m d'est en ouest et autant dans la plus grande largeur nord-sud.

  • 29 B. Alart, C.M., t. R2, p. 5, manuel de Pierre Pastor, n° 1892.

21Le chanoine d'Elne, prévôt de Baixas, et deux tailleurs de pierre de Baixas, père et fils, conviennent des travaux à faire pour bâtir une porte en marbre en 140129. Etant donné ses dimensions, cette portalera, large d'une canne de Montpellier, haute de onze palmes et demie, une palme de feuille et deux palmes de tête, est certainement la belle porte d'entrée qui donne accès à l'ancienne cellera.

Communauté villageoise :

  • 30 B. Alart, CM, t. E, p. 403, ADPO, 1B-150, fol. 69.

22En 1392, Barthélemy Cardona fait revenir dans la mainmorte de la ville (amortitzo), en la personne des consuls de celle-ci, deux maisons qui appartiennent à l'université, l'une dans laquelle séjourne le crieur public de la ville, l'autre où est construit le four commun de l'université30.

  • 31 B. Alart, C.M., t. B, p. 551-553, archives du chapitre d'Elne, Baixas.

23L'élection des consuls de la ville est organisée en 1337 par le chapitre d'Elne, seigneur du village31. Le bayle doit réunir en un lieu adéquat les proceres de Baxanis, afin qu'ils élisent des consuls, probos viros discretos et sapientes, dans l'intérêt du chapitre comme de celui de Baixas et de son université. Les élus devront se présenter devant le chapitre dans la lunaison suivant leur élection afin d'être confirmés dans leurs fonctions.

  • 32 B. Alart, C.M., t. B, p. 567-583, archives du chapitre d'Elne, Baixas. Ces privilèges reprennent c (...)

24En 1343, des privilèges sont accordés à l'université loci seu castri de Baxanis, parle chapitre d'Elne, contre un versement en argent32. Les habitants pourront durant le temps des vendanges tenir ouvertes les portes dudit lieu, de jour comme de nuit, et un écrivain public se tiendra à la porte dite de Narbonne, à celle de Rolland et des Horts, durant deux jours ou plus si nécessaire, afin d'enregistrer le volume des raisins récoltés. Le contrôle effectif des vendanges afin de rationaliser le prélèvement est ici confirmé. Le seigneur disposant du droit de fortification et de surveillance des entrées et sorties utilise celui-ci afin de tenir une comptabilité précise des récoltes et par conséquent des redevances dues. Le castrum, élément de protection, est aussi le cadre d'encellulement strict, et la cellera, au coeur du village, est toujours le lieu de dépôt des récoltes, tout au moins de la part prélevée par le seigneur. La surveillance du produit du travail paysan est directement liée au contrôle de ces espaces imbriqués : cellera et castrum.

Pilori :

  • 33 ADPO, G 89, parchemin original.

25Un conflit oppose le chapitre d'Elne et le viguier royal au sujet de la destruction des furchas, costellos et palos, en 1380, conflit qui dure jusqu'en 138633.

Finage et occupation du territoire :

Lieux-dits :

  • 34 ADPO, 3 E 1/894, fol. 28 r°.

26Un lieu-dit lo veyr (four verrier?) est cité en 139434.

Villa vella :

  • 35 ADPO, 3 E 1/894, fol. 23 r°.
  • 36 ADPO, G 89, double feuille volante.

27En 1394, des terres, oliviers et feixes, sont situées sur le territoire de Baixas au lieu-dit la villa vella35 ; en 1502 des terres sont encore citées à la villa vella36. La nature des biens mentionnés indique bien que l'on se trouve sur une partie cultivée du finage, hors du village, et probablement sur l'emplacement d'un ancien lieu de peuplement, pas encore localisé.

Synthèse :

28Autour de l'église paroissiale s'est créée une authentique cellera dont témoignent encore les celliers dans la cellera de la fin du xive siècle. Cette cellera est devenue, outre sa fonction de dépôt des récoltes par les paysans, un espace essentiellement religieux, comprenant les bâtiments d'exercice de l'autorité seigneuriale : le palais, la prison, le lieu de dépôt des prélèvements seigneuriaux (cellier). Ce premier noyau villageois, dont on peut supposer qu'il remonte au xie siècle, a peut-être fait disparaître un autre noyau villageois dont le lieu-dit villa vella garde le souvenir aux xive-xvie siècles.

29Autour de cette cellera originale s'est constitué un village fortifié très large, bien développé et encore presque complètement conservé. Le castrum constitue dès lors le coeur du finage qui s'organise autour de lui. La cellera reste un espace particulier dans ce village fortifié, conservant son plan, son bâti particulier, et un espace libre de constructions, probable emplacement du premier cimetière.

Plan cadastral de Baixas

Plan cadastral de Baixas

Notes

1 ADPO, G 89, registre incomplet, folios 68 à 91.

2 Ibidem, fol. 79, 83, 84 et 89.

3 Ibidem, fol. 83 v°.

4 V. le plan cadastral. Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p. 193, pensent que cette expression désigne les fortifications. Le terme de « veteri » me semble employé par comparaison. Ici, entre les remparts, récents et imposants, et un vestige de muraille deux ou trois fois centenaire. Les mêmes auteurs signalent d'ailleurs plus loin « la cellera au tracé matérialisé dans le mur de soutènement ».

5 ADPO, G 89, fol. 71 v°.

6 Ibidem, fol. 78 r°.

7 B. Alart, CM, t. M, p. 130, manuel de P. Pastor, n° 7, not. 1898.

8 ADPO, G 89, double feuille volante.

9 Slapejar : « salpejar » dérivé de salpicar. « saupoudrer » (enduire, talocher ?), reblar : « river », « renforcer » (?), rebasse: dérivé de rebaixar, « rabattre » (?).

10 ADPO, G 89, original sur feuille volante, a. 1493.

11 B. Alart, C.M., t. VI, p. 177-178, ADPO, G-57.

12 B. Alart, C.M., t. B, p. 499-508.

13 Le texte de cette proclamation, donné d'abord en latin, est ensuite reproduit tel qu'il a été rendu public, c'est-à-dire en catalan: « Araujatz que mana lo balle del honrat capitol que negun ne gaus portar armes vedades de nitz ni de dies, e aquel qui ayso faria pagaria de dies XXV SS e de nitz L SS e perdria les armes e nore meyns estaria a causiment del honrat capitol », ibidem, p. 503.

14 On pourra à ce sujet, qui déborde de beaucoup nos préoccupations et nos compétences, se reporter à Flocel Sabaté, « Les factions dans la vie urbaine de la Catalogne du xive siècle », Histoire et archéologie des terres catalanes, p. 339-365.

15 1394, ADPO, 3 E 1/894, fol. 25 v°.

16 ADPO, 3 E 1/894, fol. 24v°.

17 B. Alart, C.M., t. J, p. 428, et description plus précise ibid., t. IV, p. 518. A ce sujet L. Bayrou et R. Mallol, « Essai de datation des crénelages conservés dans le département des Pyrénées Orientales », Etudes Roussillonnaises, t. XII, p. 109-150.

18 ADPO, G 89, parchemin original.

19 B. Alart, C.M., t. 0, p. 408-409, archives de l'évêché d'Elne.

20 B. Alart, CM, t. 0, p. 361.

21 ADPO, 3 E 1/894, fol. 4 v°.

22 ADPO, G 89, fol. 77 v° et 80 v°, a. 1400.

23 Ibidem, fol. 84 v°.

24 Ibidem, fol. 83 v° et 89 v°.

25 Ibidem, fol. 71 v°.

26 ADPO, G 89, parchemin original.

27 ADPO, G 89, feuille volante.

28 ADPO, G 89, original sur feuille volante.

29 B. Alart, C.M., t. R2, p. 5, manuel de Pierre Pastor, n° 1892.

30 B. Alart, CM, t. E, p. 403, ADPO, 1B-150, fol. 69.

31 B. Alart, C.M., t. B, p. 551-553, archives du chapitre d'Elne, Baixas.

32 B. Alart, C.M., t. B, p. 567-583, archives du chapitre d'Elne, Baixas. Ces privilèges reprennent ceux de 1324 qui prévoyaient les mêmes dispositions, avec moins de précisions, B. Alart, C.M., t. O, p. 415-416, évêché d'Elne.

33 ADPO, G 89, parchemin original.

34 ADPO, 3 E 1/894, fol. 28 r°.

35 ADPO, 3 E 1/894, fol. 23 r°.

36 ADPO, G 89, double feuille volante.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Baixas
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 559k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter