Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Baho

Roussillon

Volltext

1Baso, Basone, 843, 925. Eglise Saint-Vincent, début du xe siècle.

  • 1 R. d'Abadal, Com neix i com creix, n° 100. Le n° 109, en 988, donne à nouveau les mêmes limites.
  • 2 ADPO, 12 J 24, n° 162. Voir la notice du village de Le Soler.
  • 3 M.H., n° 408.

2Baho et son église Saint-Vincent et Saint-Jean sont cités en 976, et les limites de la villa mentionnent Orle et le solario de Orzono, qui a donné son nom au village voisin du Soler1. En 1149, lors de la consécration de l'église paroissiale Saint-Vincent de Baho, la limite sud de la paroisse est fixée encore ad ipsum Soler de Orucio vicecomite, belle permanence du souvenir de la résidence, sans doute éphémère, d'un vicomte au Soler au xe siècle2. On confirme à cette occasion à l'église, outre les dîmes, prémices et offrandes habituelles, les cimiteria et alodia qu'elle possède ou possèdera. Il s'agit sans doute de la confirmation de l'espace de paix entourant l'église, cimetière et refuge des vivants, ainsi que des droits de sépulture qui s'y rattachent3.

Seigneurs et fortifications :

  • 4 ADPO, 12 J 24, n° 238, p. 13, « Commenda facta per Petrum abbatem et monachos coxanenses Guillermo (...)
  • 5 P. Ponsich, C.R., vol. VII, p. 360 et vol. XIV, p. 186.

3Une analyse non datée tirée des archives de Saint-Michel de Cuxa indique que l'abbé de Saint-Michel, Pierre, et la communauté des moines avaient remis le lieu de Baho au vicomte (de Castelnou) Guillem afin qu'il le fortifie et le défende contre les auteurs de méfaits4. Deux abbés nommés Pierre Guillem ont été à la tête de Cuxa, l'un en 1090-1102, l'autre en 1202-1209 ; le nom de Guillem est très fréquent dans la famille des Castelnou : Guillem II est vicomte de 1075 à 1094, Guillem III lui succède jusqu'en 1124, de 1202 à 1249 on trouve un Guillem V à la tête de la vicomté5. Il semble toutefois que l'allusion aux « méfaits » doit pouvoir faire dater cet acte de la fin du xie siècle, période de forte insécurité en Roussillon.

  • 6 MH, n°463.
  • 7 D'après L. Verdon, qui a montré dans sa thèse, La terre et les hommes..., p. 150, à la suite de Mi (...)
  • 8 B. Alart, Notices historiques..., t. 1, p. 87.

4Une autorisation de fortifier fut donnée par le roi d'Aragon à l'abbé Arbert de Saint-Michel-de-Cuxa, seigneur du lieu, en 11736. Il précisait que l'abbé pourrait faire in ipsa villa vestra de Bason, munitionem et clausuram... terream sive lapideam, vel etiam turrem... et valla, murs de terre ou de pierre, tour et fossés autorisés par le pouvoir royal, et sur lesquels nul autre que l'abbé ne pourra avoir la potestatem vel dominationem, c'est-à-dire ni l'exercice du pouvoir, ni la seigneurie éminente7. Ceci est une façon pour le roi d'éviter que cette autorisation ne se traduise par le renforcement du pouvoir d'un seigneur laïc local. En 1261, un nommé Pierre Bérenger est le castellanus de Basono, ayant pour fonction la garde de cette fortification8.

  • 9 B. Alart, C.M., t. G, p. 79, d'après la rubrique de Puignau (?), registre VIII, fol. 202v°.

5En 1393, une dame Maria, fille de Pons Maria de Baho, vend à un marchand de Perpignan une maison en la fortalesa qui touche la muralla9.

  • 10 ADPO, 3E1/5455.

6En 1565, une maison située dans la forsa touche à la muralla; elle figure dans un inventaire après décès qui précise que le défunt avait aussi une autre maison située en la plassa de dit lloch dans laquelle se trouve un cellier10.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 11 Bayrou, Castellvi, Esquisse..., p.192.

7Le plan du village11 montre que les vestiges de muraille délimitent un rectangle assez régulier autour de l'église, celle-ci, dans l'axe du rectangle, étant légèrement décentrée vers l'est. Ce rectangle mesure environ 60 mètres de longueur et 55 de largeur. Au sud et à l'est de ce rectangle, des jardins, ou des constructions basses (appentis, garages), sont appuyés à l'extérieur des anciens murs de fortification : ils occupent sans doute l'emplacement des anciens fossés, dont un ruisseau au sud suit le tracé. A l'ouest, l'espace fortifié ouvre par un porche sur une placette extérieure où se trouve la fontaine du village; au nord, l'autre porche fait communiquer l'intérieur du réduit avec la route de Perpignan à Pézilla-de-la-Rivière.

Synthèse :

8La morphologie du village de Baho correspond assez bien par ses dimensions à d'autres observables dans des villages voisins du Ribéral (Corneilla-de-la-Rivière, Villeneuve-de-la-Rivière). Une ancienne cellera, que la documentation ne cite pas, mais dont la mention du cellier au xvie siècle, à l'intérieur de l'enceinte, montre la permanence, a été fortifiée sur un plan quadrangulaire, ici un rectangle assez régulier. La rue principale de ce réduit porte encore aujourd'hui le nom de « rue du fort » : « fort villageois », fortalicium, forcia ou forsa, ce sont les noms que l'on emploie à partir des xive-xve siècles pour désigner ces réduits fortifiés. Il est donc fort probable que l'aspect actuel de cet espace, dont l'église tient encore le centre, et qui ne porte pas de trace d'un château ou d'autre maison forte seigneuriale, tienne davantage aux fortifications successives (depuis le xiie siècle au moins, et certainement réutilisées et remaniées jusqu'à la fin du Moyen Age). Ce n'est donc plus la cellera originelle que nous avons sous les yeux, mais le résultat de ses transformations ultérieures.

Anmerkungen

1 R. d'Abadal, Com neix i com creix, n° 100. Le n° 109, en 988, donne à nouveau les mêmes limites.

2 ADPO, 12 J 24, n° 162. Voir la notice du village de Le Soler.

3 M.H., n° 408.

4 ADPO, 12 J 24, n° 238, p. 13, « Commenda facta per Petrum abbatem et monachos coxanenses Guillermo vicecomiti, de villa Basono ut custodiret eam et defenderet a malefactoribus ».

5 P. Ponsich, C.R., vol. VII, p. 360 et vol. XIV, p. 186.

6 MH, n°463.

7 D'après L. Verdon, qui a montré dans sa thèse, La terre et les hommes..., p. 150, à la suite de Michel Zimmermann (« Et je t'empourvoirai... ») que le mot potestas désigne l'exercice du pouvoir, alors que dominacio se rapporte à la seigneurie éminente, ibid., p.63.

8 B. Alart, Notices historiques..., t. 1, p. 87.

9 B. Alart, C.M., t. G, p. 79, d'après la rubrique de Puignau (?), registre VIII, fol. 202v°.

10 ADPO, 3E1/5455.

11 Bayrou, Castellvi, Esquisse..., p.192.

Abbildungsverzeichnis

Titel Plan cadastral de Baho
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1828/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 339k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540