Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Bages

Roussillon

Texte intégral

  • 1 Louis Cornovol, « Bages », RHLDP, 1926, p. 97 et suiv.

1Première mention en 911 (?)1. Baias, 922. Eglise Saint-André, 1093.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 B. Alart, C.M., t. Z, p. 504-505, d'après les papiers de la famille d'Oms et le Liber feudorum epi (...)
  • 3 Ibidem, p.505-506.

2En 1257, Bernard de Villeneuve, représentant du comte d'Ampurias Pons-Hugues, vend à l'évêque d'Elne le castrum de Bages, ainsi que les albergues qu'il percevait sur la villa et le castrum de Bages et sur les hommes de ce lieu2. Quelques jours après, l'évêque se rend à Bages pour prendre possession du lieu, avec ses hommes, les clercs de l'église cathédrale, des hommes d'armes, son étendard3. On dresse son étendard sur les remparts de pierre, l'évêque reçoit la potestas ducastrum et du « fort » (fortalicium). Il se fait remettre les clés de la porte et de la tour-clocher (turris sive cloquerii), et après avoir fait sortir tous les hommes par la porte de la cellera (portalia cellarie), l'évêque la fait fermer par son bayle d'Elne. Puis il fait dresser son étendard par ses hommes au sommet de la tour-clocher et leur fait crier à trois reprises « Sancta Eulalia ! Sancta Eulalia ! Elnal Elna ! ». Il ordonne que son étendard reste là en signe de son autorité et laisse sur place son écuyer (scutifer), à qui il confie toutes les clés.

  • 4 ADPO, G 22, parchemin original, « et possimus ego et successores dicte uxoris mee et homines nostr (...)

3En 1296, Ermengaud de Llupia, au nom de son épouse Bérengère de Bages, prête hommage à Raymond évêque d'Elne pour le castrum et villam de Bages. Il s'engage à livrer, à toute réquisition, le castrum, mais lui-même, ses hommes et ceux qui y ont leurs celliers pourront y rester et y conserver leurs provisions4.

  • 5 Brutails, Etude..., p.37, qui ne donne pas d'indication de source.
  • 6 En 1393, en établissant son testament, Sclarmunde se dit veuve d'Hugues de Llupia, seigneur du cas (...)

4Brutails signale qu'à Bages les « propriétaires » (?) ont un manse dans le faubourg et un cellarium dans la forcia5. La seigneurie de Bages est encore aux mains de la même famille de Llupia un siècle plus tard6.

  • 7 B. Alart, C.M., t. N2, p. 1, source non précisée.

5Le précepteur de la maison des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, au Mas Deu, donne en acapte en 1327 quoddam patuum intus cellariam loci de Bagis7.

  • 8 ADPO, 3E1/ 4719, minute du notaire Bernard François, fol. 1 v°.

6En 1353, un notaire de Perpignan vend à un curé de Bages, nommé Nicolas Raserius un patuum seu femoracium ... scituatum infra cellariam de Bagis et qui touche au mur de Bages, pour un prix de dix sous, sauf le droit de l'hôpital du Mas Deu des hospitaliers de Saint-Jean consistant en un cens annuel d'une poule8.

  • 9 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 526, notule d'André Romei, 1B-105, fol. 7 v°- 8 r°.
  • 10 Semble-t-il... mot difficile à lire sur le document.
  • 11 B. Alart, C.M., t. VI, p. 411-413.
  • 12 Le chanoine prévôt de Bages en 1301 s'engageait à verser chaque année au chapitre au titre de la p (...)

7En 1356, un nommé Raymond Bertrand de Bages, habitant de Perpignan, pour Hugues de Llupia, seigneur de Bages, tient un patuum ... infra cellariam dicti loci de Bagis, qui touche in muro de Bagis9. Il doit pour celui-ci deux poules de cens. Il déclare aussi un autre patuus non localisé et un troisième dans la cellaria10, ainsi qu'une maison dans le barrium qui touche à la platea. Il tient en outre pour le même seigneur cinq terres et un champ.En 1367, la prévôté et le prévôt de Bages doivent, sur les ordres de l'évêque d'Elne, pourvoir à tous les besoins de la table du chapitre d'Elne durant les mois d'août et d'octobre, ainsi que fournir le pain, le vin et les deniers nécessaires à la fête de Sainte-Eulalie du mois d'octobre11. La seigneurie de Bages est donc importante pour le chapitre d'Elne12.

  • 13 ADPO, G 88, registre des concessions accordées par le prévôt de Bages, incomplet; subsistent les f (...)

8En 1395, Bernard-André Altzina, chanoine d'Elne et prévôt de Bages pour cette église donne en acapte à Julien Vedrinyans de la ville de Perpignan, habitant de Bages, une domum constructa intus cellariam dicti loci de Bagis, qui touche cum muro dicte ville... et cum quodam patuo quod die presenti dedi et concessi vobis ad accapitum13.

  • 14 ADPO, 3E1/18, fol. 37r.

9Un patuum donné en acapte en 1313 par l'aumônerie d'Elne dans la villa de Bages touche d'un côté à l'église14. On ne dit pas qu'il se trouve dans la cellera bien que cela soit inévitable, ceci tend à prouver que la mention de la cellera n'est pas systématique, ils'agitd'une précision de localisation qui peut être oubliée parfois.

Fortification :

  • 15 B. Alart, C.M., t. VII, p. 251-253, ADPO, CT, fol. 169v°, la localisation à Bages est probable mai (...)

10Une « porte d'Elne » existe certainement dans le village fortifié dès la première moitié du xiie siècle. En effet, en 1146, un nommé Pierre donne au Temple sa part d'une terre qui touche in alodio See Eulalie ad portellum de Elna15.

  • 16 ADPO, 3E1/5454, notaire J. Port.

11En 1562 un inventaire après décès mentionne une maison située dans la forsa de Bages, touchant à la rue qui va du portail à la muraille16. Cette forsa est sans aucun doute l'ancienne cellera fortifiée.

12Le village de Bages, resté assez modeste de taille, ne dépassait pas 55 feux fiscaux dans la deuxième moitié du xive siècle. Il n'a pas eu d'autre enceinte fortifiée que celle qui fermait la cellera originelle.

Structure du village et activités :

  • 17 ADPO, Hp 186, parch, orig.

13Une maison (mansus) qui touche à trois autres mansi est située infra villam foranam, dans la partie extérieure du village (autre nom du barri ?)17. Elle est échangée en 1237 contre une autre maison infra villam Sci Andree de Bagis, appartenant à la milice du Temple.

  • 18 B. Alart, C.M., t. P, p. 281, notule de Jacques Ferrand (n°4973).

14Une demeure (hospicium), in villa de Bagis, touche en 1330 à la propriété d'Hugues de Llupia, seigneur de Bages, et à la platea de Bagis18.

  • 19 ADPO, G 208, parchemin original.

15En 1334 Bernard de Comdors de Bages donne en acapte une aire (aream) au lieu-dit orient, elle touche une autre aire19.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 20 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 126.
  • 21 Cf. plan cadastral. On remarque que beaucoup des parcelles situées dans cet espace précisément dél (...)

16L'église actuelle, de style roman, peut-être en partie des xie- xiie siècles20, est au centre d'un regroupement régulier de maisons à une distance approximative de trente pas des plus anciens murs de l'édifice religieux21.

  • 22 Selon le même L. Cornovol, ibid. Le « château » en question peut être soit le nom de la cellera fo (...)
  • 23 Ibid., p. 150-151, selon Comovol, qui ajoute: « Tout près de l'ancien château, dans la partie enco (...)

17Bages aurait possédé un « château »22 dont il ne reste qu'une partie du mur d'enceinte crénelé, faisant face à l'est, et la « tour carrée », devenue la maison curiale en 1922. (La tour ronde voisine a été construite à la fin du xixe siècle par un propriétaire privé). La cour attenante à l'antique tour carrée, du côté de l'est, était primitivement occupée par le cimetière du village23.

Communauté villageoise :

  • 24 B. Alart, C.M., t. R2, p. 481-482, notule de Bernard Bertrand, n° 354.

18En 1389, le feu détruit des livres à l'intérieur de l'église24. Le sacristain Jacques Raoul est tenu pour responsable de cet incendie par le consul et les operarios operis ecclesie, mais il s'en défend. Les deux parties s'en remettent à la décision de Raymond de Bages, alias de Llupia, seigneur de ce lieu. Le sacristain demande à sa mère et à son frère de payer ce à quoi le seigneur le condamnera.

Finage et occupation du territoire :

  • 25 L. Comovol, op. cit.

19La mise en culture de la basse plaine qui entoure Bages n'a été possible qu'après de lourds travaux d'assèchement. En 1194, Guillaume II évêque d'Elne signe une transaction avec le maître de la milice du Temple au sujet de l'étang de Bages, qui prévoit que les Templiers creuseront le canal de l'Agulla de la Mar25.

  • 26 ADPO, CT, fol. 170 r°.
  • 27 B. Alart, C.M., t. S, p. 417, parchemins du Temple, n° 3191.

20Une parcelle de terre est située, en 1232, près du four à tuiles, in loco vocato ad clibanum tegulerium, apud clibanum tegulerium26. Le même lieu vocato furno teulario est cité en 128927.

  • 28 ADPO, G 208, parchemin original.

21En 1391 on cite la route qui va de Bages à Avalri28.

Synthèse :

22Le village de Bages est de manière tout à fait évidente bâti autour d'une cellera classique, ronde, bâtie autour de l'église, et conservant jusqu'aux xiiie-xive siècles au moins sa fonction de dépôt de récoltes et son nom de cellera. Cette cellera est située sur une petite butte, apparemment naturelle, de quelques mètres d'élévation. Les fossés qui ont dû l'entourer au moment de sa fortification ont aussi pu accuser cette apparence de dénivelé. Le fait que le village de Bages ait été placé sous la seigneurie de l'évêque a pu contribuer à fixer durablement cette cellera. On a vu dans le document de 1257 comment l'évêque veillait personnellement à la prise de possession de ce village et de sa cellera fortifiée, et à la matérialisation de son caractère d'espace protégé placé sous l'autorité religieuse.

Plan cadastral de Bages

Plan cadastral de Bages

Notes

1 Louis Cornovol, « Bages », RHLDP, 1926, p. 97 et suiv.

2 B. Alart, C.M., t. Z, p. 504-505, d'après les papiers de la famille d'Oms et le Liber feudorum episcopi elnensis (perdu).

3 Ibidem, p.505-506.

4 ADPO, G 22, parchemin original, « et possimus ego et successores dicte uxoris mee et homines nostri et habentes ibi cellaria ibi esse et victualia recepisse ».

5 Brutails, Etude..., p.37, qui ne donne pas d'indication de source.

6 En 1393, en établissant son testament, Sclarmunde se dit veuve d'Hugues de Llupia, seigneur du castrum ou lieu de Bagis. B. Alart, C.M., t. IV, p. 239, notaire Jacques Molines, n° 474, fol. 177.

7 B. Alart, C.M., t. N2, p. 1, source non précisée.

8 ADPO, 3E1/ 4719, minute du notaire Bernard François, fol. 1 v°.

9 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 526, notule d'André Romei, 1B-105, fol. 7 v°- 8 r°.

10 Semble-t-il... mot difficile à lire sur le document.

11 B. Alart, C.M., t. VI, p. 411-413.

12 Le chanoine prévôt de Bages en 1301 s'engageait à verser chaque année au chapitre au titre de la prévôté de Bages la somme de quarante-cinq livres de Barcelone, ADPO, G 88, parchemin original.

13 ADPO, G 88, registre des concessions accordées par le prévôt de Bages, incomplet; subsistent les fol. 81 à 94; ici fol. 90 v°, l'acte de concession du patuus se trouve à la suite, fol. 91 r°.

14 ADPO, 3E1/18, fol. 37r.

15 B. Alart, C.M., t. VII, p. 251-253, ADPO, CT, fol. 169v°, la localisation à Bages est probable mais non certaine.

16 ADPO, 3E1/5454, notaire J. Port.

17 ADPO, Hp 186, parch, orig.

18 B. Alart, C.M., t. P, p. 281, notule de Jacques Ferrand (n°4973).

19 ADPO, G 208, parchemin original.

20 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 126.

21 Cf. plan cadastral. On remarque que beaucoup des parcelles situées dans cet espace précisément délimité ne sont pas bâties au début du xixème siècle.

22 Selon le même L. Cornovol, ibid. Le « château » en question peut être soit le nom de la cellera fortifiée, des quelques murs qui en subsistent, soit d'une demeure noble plus tardive ; en tout cas le crénelage fait penser à un remaniement bien postérieur (voir article Bayrou, et alii sur crénelages en Roussillon).

23 Ibid., p. 150-151, selon Comovol, qui ajoute: « Tout près de l'ancien château, dans la partie encore appelée le « Fort », se trouve l'église paroissiale. La nef de Saint-André daterait du xie siècle. Dans les dépendances du « Fort », aussi bien tout le long du mur d'enceinte que dans l'intérieur, on a bâti de nombreuses maisons ».

24 B. Alart, C.M., t. R2, p. 481-482, notule de Bernard Bertrand, n° 354.

25 L. Comovol, op. cit.

26 ADPO, CT, fol. 170 r°.

27 B. Alart, C.M., t. S, p. 417, parchemins du Temple, n° 3191.

28 ADPO, G 208, parchemin original.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Bages
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540