Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Arles-sur-Tech

Vallespir

Texte intégral

1Arulas, 934.

  • 1 D'après Ponsich, Limits..., p.74-75.

2La première église fondée sur le territoire de la commune actuelle semble avoir été celle de Saint-Pierre, dépendant d'abord « d'Arles », c'est-à-dire « cella d'Arles », Arles étant alors le nom du lieu où se trouvait le premier monastère fondé vers 780, c'est-à-dire Amélie-les-Bains. Cette église Saint-Pierre se trouve dans la vallée du Riuferrer1, au lieu-dit qui porte ce nom.

3L'église Saint-Etienne, dite (par erreur) de Riuferrer, en 993, est l'église du village d'Arles-sur-Tech lui-même, transformée en maison, elle se trouve sur la place.

4L'ancienne abbaye Sainte-Marie d'Arles, (citée en 934, à la suite du transfert de l'abbaye des Bains-d'Arles), est aujourd'hui église paroissiale.

Regroupement villageois :

Le rôle de l'église paroissiale :

  • 2 MH, n°142.
  • 3 L'identification entre cette église Saint-Martin et l'église paroissiale de Corsavy est proposée p (...)
  • 4 « et donamus in circuitum ipsarum ecclesiarum cimiteria secundum canonicam auctoritatem, in circui (...)
  • 5 Victor Farias, La sacraria..., n'en dénombre que cinq plus anciennes dans les quatre diocèces réun (...)

5L'église Saint-Etienne a été consacrée en 9932 en même temps que l'église Saint-Martin (de Corsav3). Les limites sont données pour les « paroisses de ces églises », mais ces limites ne sont pas distinctes. L'espace délimité conjointement semble pouvoir correspondre aux lieux d'Arles et de Corsavy réunis. En revanche, chacune des deux églises y reçoit un cimetière de trente pas ainsi que les serviteurs du Christ, vivants comme morts4. Cette donation est faite, selon la loi canonique, par un groupe de fidèles présents, dont les parents ont construit ces églises, mais qu'ils dotent, eux, de ces cimetières, qui sont semble-t-il habités. C'est la plus ancienne mention directe d'espace consacré autour d'églises dans le diocèse d'Elne5.

  • 6 MH, n° 428, la date de ce document, dont la copie dans la Marca porte 1158, a été correctement rét (...)
  • 7 Cf. infra les consécrations d'octobre et novembre 1159 : Le Tech, Corsavy, Saint Pierre de Riuferr (...)

6Cette église Saint-Etienne est celle consacrée à nouveau en 11596, consécration célébrée lors d'une visite diocésaine en Vallespir, par l'évêque d'Elne Artallus7. En effet les limites fixées y sont strictement les mêmes que celles de la consécration de 993, mais on délimite la paroisse de Saint-Etienne dont on précise qu'elle touche d'un côté à la paroisse de Saint-Martin de Corsavy, ce qui est une indication que cette consécration fait bien suite à celle de 993.

  • 8 « mansus qui fuit Berengarii sacristae cum vinea quae se tenet cum eo, qui mansus cum praedicta vi (...)
  • 9 Ponsich, Limits..., p. 73, donne plusieurs mentions aux xème, xième, xiième siècles, (Frexano, Fre (...)

7En 1159, l'évêque accorde à cette église le cimetière de trente pas qui l'entoure ainsi que les alleux qui sont en sa possession. Ceux-ci consistent en deux manses. L'un est l'ancienne propriété du sacristain Béranger et se trouve devant l'église. Une vigne lui est contiguë8. Dans les environs immédiats de l'église, peut-être dans l'espace consacré lui-même, subsistent donc, au milieu du xiie siècle, des parcelles cultivées, ici la vigne, peut-être quelques pieds seulement, donnant un vin à usage éventuellement liturgique. Ce manse est partagé en deux demeures occupées par deux hommes. L'autre manse se trouve « ad Fraxinum » qui peut correspondre au lieu-dit Freixa9.

Le rôle de l'église abbatiale :

  • 10 MH, n°231.
  • 11 « Adveniente tempore consecrationis templi praefati coenobii, ego Berengarius nutu Dei praesul mun (...)
  • 12 « ...sint haec signa omnibus fugientibus inimicis suis ad pactum firmissimum et tutamen pacis quan (...)
  • 13 MH, n° 427.

8L'église abbatiale Sainte-Marie est l'objet d'une consécration en 104610. L'archevêque de Narbonne et l'évêque d'Elne y confirment les protections accordées à cette église. Ils précisent que l'immunité dont jouit l'espace entourant l'église est matérialisée par des signes que l'évêque a veillé à faire graver tout autour du monastère11. A l'intérieur de cette zone, les fugitifs trouveront asile et sa violation est interdite sous peine d'anathème et d'excommunication12. Le monastère a donc pu être lui aussi un pôle de regroupement grâce à cet espace de paix très concrètement matérialisé. La nouvelle consécration de 1157 rappelle l'existence de ces signa13.

Fortifications :

  • 14 ADPO, 12 J 24, n° 236, analyse du cartulaire d'Arles, fol. 10.

9En 1321-1322 une transaction entre la communauté des habitants d'Arles et l'abbé, intitulée « acte de les 17 demanes », précise dans ses articles 8 et 9 que les fossés (valla) sont communs à la ville et au monastère et que la portion des murs le long desquels passe le ruisseau des moulins sera réparée aux frais communs14. L'article 15 règle aussi la question des droits d'arrosage avec l'eau des moulins.

  • 15 B. Alart, C.M., t. D, p. 413, ADPO, 1B 186, fol. 27. Le même curé a acheté au curé de Saint-Etienn (...)

10En 1401, le procureur royal remet les droits dus par Raymond Sabater, cordonnier de Camprodon et Guillem Migan, prêtre et recteur de Saint-Pierre de Riuferrer, pour une maison achetée à un boucher d'Arles et un patuus situé in vallibus monasterii Arularum, pour lequel ils ont une concession en acapte de l'abbé dudit monastère15.

Structure du village et activités :

  • 16 ADPO, 3 E 20/449, registre de 51 folios où manquent les folios n° 1, 2 et 5. La date portée sur la (...)

11La configuration du village d'Arles est assez bien connue au début du xve siècle grâce à un capbreu des biens qu'y possède Sainte-Marie d'Arles16. Ce capbreu ne concerne que les biens tenus pour l'abbaye (d'autres sont tenus pour l'église paroissiale et plusieurs des voisins nommés n'apparaissent pas comme déclarants, en particulier le batlle, dont la maison est citée comme confront), il ne s'agit donc pas d'une vision globale de la population villageoise.

12Les maisons, distinguées semble-t-il avec précision entre domus et hospitium, sont situées dans des rues toutes nommées. Au coeur d'Arles, à l'intérieur des murs, les maisons sont « intus villam » dans des rues appelées :

  • in vico nuncupato de la sagristia : une domus et un hospitium, la maison touche in domo infirmarie et in muro. Une autre domus est située in loco vocato a la sagristia.
  • tout à côté se trouve le vicus vocatus den P. Ferrer, ou via que vocatur Pere Ferrer, où l'on déclare deux hospicia dont l'un donne aussi sur la rue de la sacristie et contient une pièce appelée tinar (cellier) et une camera (chambre).
  • dans le vicus del Solan, on déclare un hospicium et une domum qui touche in muro farcie, ainsi qu'un patuum.
  • dans le vicus nuncupato lo carrer dels fabres, deux hospitia touchent cum muro et cum muro fortalicii.
  • se trouvent peut-être dans ce cœur du village les rues appelées vicus de la portela, et vicus prope den Avelan, où l'on déclare respectivement un hospicium et une domus.

13Au total, l'abbaye est assez peu implantée dans ce cœur villageois : elle y possède en tout onze maisons au maximum. L'abbaye est surtout propriétaire de maisons situées à l'extérieur des murs :

  • sur une rue appelée la « rue d'en haut » (in vico superiori, in vico nuncupato lo carrer damont). On déclare douze domus et vingt-six hospitia (dont un avec une tour contiguë), deux patui, dont un à l'emplacement de deux maisons détruites, et une curt is qui était un hospitium. On y trouve aussi l'hospitium du batlle, qui ne fait pas de déclaration17.
  • dans la rue de la ribera, sont déclarés un hospitium, une domus et un patuus.

14En tout l'abbaye a donc quarante maisons au moins hors des murs. Il semble évident que l'implantation de la seigneurie monastique est largement rejetée hors du noyau villageois, peut-être plus directement placé sous la seigneurie laïque ou sous l'autorité de l'église paroissiale.

15Les maisons de la rue d'en haut ont souvent un exita contigu à l'arrière, l'une a un verger, on y trouve aussi deux jardins (dont l'un était un ancien patuus). Cette rue d'en haut est la route qui va vers le castrum de Cursavino. Plus loin, vers l'extérieur de la ville, il devient le vico vocato de Corsavino où se trouve un femorile.

  • 18 Là où se trouvent aujourd'hui encore les boucheries de la place de l'ancienne église Saint-Etienne (...)

16Les jardins se trouvent au lieu-dit la portela, et à Riuferrer. L'abbaye perçoit des cens sur six tables de boucherie (tabulae in carniceria), le macell se trouve sur la place, et même précisément à sa partie supérieure18. Entre ces tables de boucherie se trouvent des passages étroits (passatgium).

17L'abbaye perçoit aussi des cens sur une resclosa molendini draperii, la digue du moulin drapier, mais aussi sur un calcinerium, une terre à chaux, un four à chaux ?

18Le capbreu nous apprend aussi l'existence d'une « oeuvre du pont d'Arles ». On note que deux jardins sont séparés par des « terminos lapideos ».

Communauté villageoise :

  • 19 B. Alart, CM, t. D, p. 341, d'après une expédition faite par J. Costa, notaire, en 1683, reproduit (...)

19En 1235, un violent conflit oppose la communauté des habitants d'Arles-sur-Tech d'une part et les moines et l'abbé de Sainte-Marie de l'autre19. Des émeutes ont éclaté, la célébration des offices divins est impossible et un accord ne peut être conclu qu'après l'intervendon de l'évêque d'Elne et du viguier du Roussillon. Les motivations de la révolte des bourgeois d'Arles sont indirectement révélées par les termes de la convention passée entre les deux parties. En effet, si les habitants reconnaissent devoir se soumettre aux banalités du four et du moulin et acceptent de payer au monastère un dédommagement de 60 livres en raison du préjudice qu'il a eu à subir, ils obtiennent en contrepartie que l'abbé d'Arles renonce aux droits d'exorquia et d'intestia qu'il percevait jusque là. On sait que ces redevances sont lourdes : les quatre cinquièmes de l'héritage sont saisis dans le cas d'un décès sans héritiers directs, le tiers si le défunt était intestat. Caractéristiques du servage, de la dépendance personnelle des hommes envers leur seigneur, elles sont aussi humiliantes, et de même que tous les autres mal usos sont de plus en plus mal supportées.

  • 20 ADPO, 1B 23, onze feuillets papier, copies de fragments du Liber Feudorum B disparu concernant les (...)

20En 1280 Jacques de Majorque accorde un privilège au monastère d'Arles20. Il permet à l'abbé de placer des furchas erectas sur le territoire des paroisses de Saint-Sauveur et de Saint-Etienne (auj. d'Arles-sur-Tech), pour les cas relevant du bayle du monastère d'Arles, afin que celui-ci puisse exercer le merum imperium (haute justice) sur les délinquants pris par lui dans cette villa.

  • 21 Th. Bisson, Fiscal accounts of Catalonia under the early count-kings (1151-1213), 1984. J. M. Salr (...)
  • 22 Extrait des archives d'Arles, ADPO, FdF, 12 J 24, n° 237, p. 39.

21La pêche des truites dans le Tech est mentionnée très anciennement, d'ailleurs le Vallespir versait une lourde contribution au roi en truites séchées21. En 1291 le roi Jacques de Majorque fait annuler son interdiction de pêcher les truites dans le Tech et le Riuferrer, car cette interdition venait en préjudice au droit de l'abbé et du monastère d'Arles22.

  • 23 Ibid.

22La fonction de bourg commerçant d'Arles-sur-Tech est entre autres confirmée par la présence de marchands venus du Roussillon. Ainsi, en 1335 le roi de Majorque ordonne qu'on laisse aller librement les poissonniers de Collioure qui viennent vendre du poisson à Arles23.

Plan et observation sur place :

23On observe sur le plan les signes d'un regroupement autour de l'abbaye, alors qu'autour de l'église paroissiale Saint-Etienne ne subsistent pas les traces d'un tel regroupement, soit disparu, soit jamais réellement effectué.

Finage et occupation de l'espace :

24Quercorb, (com. d'Arles-sur-Tech) :

  • 24 Ponsich, Limits...., p.73.

25Castro Corbi, 832, 993 ; Castelli Curvi, xie siècle, alleu, manse et honor, xie et xiie siècles24. Le toponyme reste mystérieux : château ou quer= rocher ou quercus = chêne ?

  • 25 Bassède, Toponymie..., § 380; et Ponsich, loc.cit.

26Un document du xvie siècle appelle la rivière « riu del celleret o de Santa Creu »25. Le diminutif de celler est employé ici en relation avec le vocable de la chapelle locale (dont c'est la première mention connue, mais en 1159 lors de la consécration de Saint-Martin de Corsavy était déjà présent un nommé Bernard, capellani Chercicurvi).

  • 26 « et de omnibus vasis scilicet de tinis et vaxellis que sunt in ecclesia de Chercurvo vel in eccle (...)

27En 1196 Bérenger Caliga, chanoine d'Elne, abandonne à l'abbé Robert Arnulphe, par un acte de vente, tous les fruits et revenus des églises St-Etienne d'Arles, St-Laurent et Ste-Marie de Coustouges, ainsi que tous les vases, tonnes et récipients qui sont dans l'église de Quercorb ou dans les églises susnommées26.

  • 27 F. Monsalvatje, Noticias historiens, t. VII, ap. XXXIII, et M. IL, n° 489, c. 1386.

28En 1197 Ermessende de Corsavy, son mari Raymond de Termes et Robert, abbé de Sainte-Marie-d'Arles signent un accord de donation-vente au sujet de l'honneur de Quercorb et de plusieurs manses de ce territoire27.

29Faute de documents plus nombreux on ignore si l'église de Quercorb a donné naissance à une cellera, comme quelques indices concordants peuvent le faire penser.

30Fontanils, lieu-dit actuel de la commune d'Arles-sur-Tech :

31Terra de Fontanilis, 993, puis vineas de Fontanilias, 1090, et locus

  • 28 P.Ponsich, Limits..., p. 73.

32de Fontanils, 131228.

33Pas de trace d'une église ou d'une chapelle, l'église de Fontanils serait Sainte-Croix de Quercorb.

  • 29 B. Alart, Notices historiques..., 2e série, p. 157-158.

34Dans la sentence royale de 127729 (voir Serralongue) il est précisé que Bernard-Hugues, seigneur de Serralongue, devra prouver que le lieu de Fontanils était anciennement compris dans le « territoire féodal ou limites du château de Corsavy », sans quoi il devra tenir ce lieu en fief pour le vicomte de Castelnou et en détruire, d'après B. Alart, « la forteresse (fortitudinem) ou cellera ».

  • 30 Cf. une erreur du même type à propos de Celra par l'abbé Giralt.

35En fait le texte original, conservé aux ADPO, ne comporte pas le mot de cellera mais seulement celui de fortitudinem. Il s'agit d'une interpolation de B. Alart, qui, on l'a vu, a été un des premiers à remarquer le motcellera, mais lui a donné, comme Brutails, un sens de « fortification », ce qu'elle n'est pas au départ. En tout cas le mot de cellera ne saurait être purement et simplement interchangeable avec une fortification30. La cellera de la seconde moitié du Moyen Age, avec sa fortification et son aspect de réduit villageois, a souvent reçu le nom de « fort » (forcia, forsa, fortitudo) ; mais l'inverse n'est pas vrai, une fortification quelconque ne reçoit pas le nom de cellera.

Synthèse :

36L'installation très tôt de l'abbaye a certainement entraîné une structuration de l'habitat autour d'elle, relativisant par contrecoup le rôle de l'église paroissiale. On peut cependant constater que l'exercice par les abbés de leur pouvoir seigneurial sur le village n'a pas été toujours facile, et que la situation a été parfois conflictuelle avec une communauté villageoise bien organisée et déterminée. Dans ce cadre, il n'est pas impossible que l'église paroissiale ait tenu une place particulière dans les rapports sociaux à Arles, étant peut-être plus proche des villageois.

Plan cadastral d'Arles-sur-Tech

Plan cadastral d'Arles-sur-Tech

Notes

1 D'après Ponsich, Limits..., p.74-75.

2 MH, n°142.

3 L'identification entre cette église Saint-Martin et l'église paroissiale de Corsavy est proposée par l'abbé Cazes, Le Roussillon sacré, p.33. Un document de 1011 semble autoriser ce rapprochement, on y lit: « valle vetere Riviferrarii superiori, cum ecclesia S. Martini Curtis Savini », Ponsich, Limits..., p.77

4 « et donamus in circuitum ipsarum ecclesiarum cimiteria secundum canonicam auctoritatem, in circuitu ecclesiae sancti Stephani cimiterium triginta passuum, et in circuitu ecclesiae sancti Martini cimiterium triginta passuum, ibidem Christo Domino famulantes tam vivis quam etiam mortuis », MH., loc.cit.

5 Victor Farias, La sacraria..., n'en dénombre que cinq plus anciennes dans les quatre diocèces réunis de Barcelone, Gérone, Osona, Urgell, p.22-28.

6 MH, n° 428, la date de ce document, dont la copie dans la Marca porte 1158, a été correctement rétablie par Ordeig, Les dotalies : p.1313.

7 Cf. infra les consécrations d'octobre et novembre 1159 : Le Tech, Corsavy, Saint Pierre de Riuferrer, Saint Laurent (de Cerdans).

8 « mansus qui fuit Berengarii sacristae cum vinea quae se tenet cum eo, qui mansus cum praedicta vinea est ante praedictam ecclesiam », MH., ibid.

9 Ponsich, Limits..., p. 73, donne plusieurs mentions aux xème, xième, xiième siècles, (Frexano, Frexeno, Frexenes), mais pas celle-ci.

10 MH, n°231.

11 « Adveniente tempore consecrationis templi praefati coenobii, ego Berengarius nutu Dei praesul munire jussi eum ab utrisque partibus immunitatis signum... », ibid.

12 « ...sint haec signa omnibus fugientibus inimicis suis ad pactum firmissimum et tutamen pacis quandiu infra praefixa manserit signa immunitatis. » Ibid.

13 MH, n° 427.

14 ADPO, 12 J 24, n° 236, analyse du cartulaire d'Arles, fol. 10.

15 B. Alart, C.M., t. D, p. 413, ADPO, 1B 186, fol. 27. Le même curé a acheté au curé de Saint-Etienne d'Arles procureur de dame Flors, épouse de Pierre Calaff de Clayra, des cousines valant quarante quatre sous. La causina est peut-être une calsina : un terrain où l'on fait de la chaux... ou des choux.

16 ADPO, 3 E 20/449, registre de 51 folios où manquent les folios n° 1, 2 et 5. La date portée sur la première feuille volante (1387), ne correspond pas à celle de toutes les déclarations du registre, datées de 1405 et 1406.

17 A moins qu'elle ne soit perdue, le capbreu étant incomplet.

18 Là où se trouvent aujourd'hui encore les boucheries de la place de l'ancienne église Saint-Etienne, devenue au xixe siècle la mairie.

19 B. Alart, CM, t. D, p. 341, d'après une expédition faite par J. Costa, notaire, en 1683, reproduit par F. Monsalvatge, Noticias historicas, t. VII, appendice n° XXXIV.

20 ADPO, 1B 23, onze feuillets papier, copies de fragments du Liber Feudorum B disparu concernant les justices du Vallespir (1271-1326), ici: fol. 1, (LFB, fol. 75).

21 Th. Bisson, Fiscal accounts of Catalonia under the early count-kings (1151-1213), 1984. J. M. Salrach évaluait cette contribution à quatre mille truites par an pour les comtés de Vallespir, Cerdagne et Confient réunis, séminaire de Toulouse, séance du six mars 1992.

22 Extrait des archives d'Arles, ADPO, FdF, 12 J 24, n° 237, p. 39.

23 Ibid.

24 Ponsich, Limits...., p.73.

25 Bassède, Toponymie..., § 380; et Ponsich, loc.cit.

26 « et de omnibus vasis scilicet de tinis et vaxellis que sunt in ecclesia de Chercurvo vel in ecclesiis predictis », ADPO, 12 J 24, n° 237, p. 62.

27 F. Monsalvatje, Noticias historiens, t. VII, ap. XXXIII, et M. IL, n° 489, c. 1386.

28 P.Ponsich, Limits..., p. 73.

29 B. Alart, Notices historiques..., 2e série, p. 157-158.

30 Cf. une erreur du même type à propos de Celra par l'abbé Giralt.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral d'Arles-sur-Tech
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540