Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Argelès

Roussillon

Texte intégral

1Argilariis, 879. Eglise Sainte-Marie, domus Sancte Marie, 920, appelée plus tard Sainte-Marie del Prat.

2Plusieurs paroisses existent au Moyen Age sur le territoire de cette très grande commune (5625 ha) :

  • Pausa, 1128, paroisse Saint-Alexandre, 1339.
  • Parrochia Sancti Juliani de Garriga, 1178.
  • Cella Sancti Laurentii, 981, Parrochia Sci Petri vel Sci Laurencii de Argeles, 1068, parrochia Sci Laurentii de Monte, 1178.

3et deux au moins qui ont donné naissance à des celleres :

  • Villa Sancti Petri juxta villam Argelariam, 981, plus tard Saint-Pierre-de-la-Cellera, 1292, voir à ce nom.
  • Villa Tacidone subteriore, 967, Taxo-d'Avall, voir à ce nom.

4Auxquelles il convient de joindre quelques lieux-dits ayant pu correspondre à un habitat, parfois avec présence d'une chapelle :

  • Ecclesia Sce Mariae in Turnebule, xie s. (?), 1242.
  • Vallis bona, 1164, abbatia Scae Mariae Vallis de Bona, 1242.
  • Villa vella, 1292, en relation peut-être avec un castrum vetus mentionné à la même date.

5ainsi que des tours isolées ou châteaux :

  • Vulturaria, 673, turris, castrum, xe s., ecc. Sce Marie, 1100 (il s'agit du château d'Ultrera).
  • Pugols, 1074, la casa, la torre, la força de Pujol, v. 1375.
  • Torre de Perabona, 1293, in colle de Massana, 1325.

Fortification :

  • 1 ADPO, 1B-30, fol. 2, d'après A. Cazes, il s'agirait de la porte de Collioure, Le Roussillon sacré, (...)
  • 2 Ibid., fol. 5v° et fol. 31.
  • 3 ADPO, 1B-30, fol. 34v°.

6Dans le capbreu de 1292, une reconnaissance concerne une tour située à la porte Sainte-Marie in villa de Argileris1. Plusieurs autres éléments de fortification y sont cités : la tour de Amato, et la tour qui est au-dessus du portail d'Elne2. On distingue aussi une ville basse entourée d'un fossé (tovoville inferiori). Il doit s'agir d'un faubourg hors des murs, mais entouré d'un fossé comme à Vinça par exemple. Près de là se trouve (argile d'Argelès oblige !) un furnum ollarum juxta tovum ville de Argileriis3.

  • 4 Ibid., fol. 30.
  • 5 B. Alart, C.M., t. P, p. 513, ADPO, 1B-193, notule et manuel de Raymond Ferrer, fol. 42. Pour ma p (...)
  • 6 B. Alart, C.M., t. J, p. 97, manuel de Gabriel Resplant, not. 1020.

7Le même document mentionne l'hôpital des pauvres d'Argelès, dont le commandeur déclare tenir des biens pour le roi4. Le mur (muro), le fossé (lo thou) et une tour « du four » sont donnés comme confronts d'un patuum en 14115. En 1419 on vend deux maisons et une cour extra menia loci de Argileriis, à la rua nova6.

  • 7 B. Alart, C.M., t. B, p. 560-561.
  • 8 B. Alart, C.M., t. H, p. 434, ADPO, 1B-371, fol. 100.

8Le très haut et puissant clocher semble bien avoir joué le rôle d'un donjon pour le village fortifié. En 1341 il avait besoin de réparations et les notables, les prohomens d'Argilers, avaient demandé que l'argent de l'aide du pain soit consacré aux travaux nécessaires à « l'hobra del cloquer de la glesa »7. En 1553, le clocher sert encore de prison : douze Turchs prisonniers sont enfermés en lo campanar de Argillers8.

Structure du village et activités :

Rues :

  • 9 ADPO, 1 B 170, fol. 58, a. 1398.
  • 10 B. Alart, C.M., t. M, p. 520, notule d'André Fabre, a. 1397.
  • 11 Ce sont des palomides, probablement une variété de maquereaux (des liches, voisins des scombres).
  • 12 « ballista cum suo croco et carcax ».

9L'inventaire des biens d'un notable local mentionne un hospicium situé dans le vico vocato de la mar9. L'inventaire des biens d'un autre habitant comprend une maison située dans la rue de la mer dans laquelle se trouve un cellier dont le contenu est détaillé10 : des tonneaux, des cuves, des barils de poissons salés11, des sacs d'orge mais aussi une arbalète12, des écheveaux de fil de lin, de laine.

Places :

  • 13 « botigia sive operatorio cum sua tabula vestra contigua », ADPO, 1 B 159, fol. 15.

10En 1396, un marchand d'Argelès tient une boutique ou atelier avec un étal contigu, sur la rue qui va de la place longue à la place ronde13. Il pourra diviser cet étal afin d'y découper et d'y vendre des viandes d'un côté et des poissons de l'autre.

  • 14 ADPO, 1 B 170, fol. 35 et suivants.

11A l'occasion du règlement d'un conflit entre factions privées rivales, en 1398, le représentant du roi se rend personnellement à Argelès, sur la place qui se trouve devant le portail de Collioure, hors de la ville, dans le barri14.

Maisons :

  • 15 ADPO, 1B 130, fol. 31 r°-v°.

12Une enquête menée par le procureur royal et le batlle d'Argelès en 1374 renseigne sur la destination d'un pati, et les constructions qu'il comprend. Le procureur royal s'adresse au batlle d'Argelès sur plainte de Pierre Duran15. Celui-ci perçoit un cens d'une demi-émine d'orge sur un pati, tenu en directe seigneurie pour le roi par un nommé Deuslosal Flors ; or celui-ci ou les siens ont « découvert » cepati, au grand dommage du seigneur roi qui demande une enquête.

13Guillaume Fabre témoigne par lettre et dit que quand Jean Flors a acheté ce pati, il était couvert en deux parties : c'est-à-dire à l'entrée jusqu'à un mur construit à l'intérieur de ce pati, et il était couvert aussi à son extrémité (au fond), alors qu'au milieu était un cortal découvert. Interrogé, il dit ne pas savoir si Jean ou son fils Deuslosal ont découvert ce pati et s'il est découvert à ce jour.

14Mascharosa, veuve de Jean Roussillon d'Argelès, dit très bien se souvenir que, quand Jean Flors a acheté ce patuus, deux maisons étaient construites sur son sol : l'une à l'entrée, l'autre à l'extrémité ; les deux étaient couvertes d'un toit, entre les deux était un cortal découvert. Quand on lui demande si elle sait qui de Jean ou de Deuslosal les a découvertes, elle dit que le toit de l'entrée a été découvert « par lui-même » (Jean ?), mais qu'elle ignore à partir de quand l'autre fut enlevé. Jean Sabater dit qu'il ignore si, quand Jean Flors a acheté ce pati, il était couvert, mais que quand vivait son propre grand-père Pierre Bernard, au temps de la grande mortalité, ce pati était couvert en deux parties, de l'entrée jusqu'à un mur se trouvant dans ce pati, et ensuite au fond (in postea in extremo) de ce pati ; au milieu se trouvait un cortal découvert. Il sait que ce pati est découvert mais il ignore si ce sont Jean ou Deuslosal qui en sont responsables.

15Raymond Roma dit qu'après que Jean Flors ait acheté ce pati, il l'a vu couvert sur sa partie antérieure depuis un mur qui existe maintenant (encore) à l'intérieur de ce pati, jusqu'à la rue (usque ad vicum), et que le fond était en partie couvert et en partie découvert. Il ignore aussi qui l'a découvert.

  • 16 B. Alart, C.M., t. E, p. 486.

16Comme dans d'autres villages roussillonnais, la fin du xive siècle apporte des indices de crise démographique et de régression des villages, en particulier au travers des mentions de maisons détruites. Ainsi, en 1393, le procureur royal concède en acapte à un tailleur de pierre d'Argelès, originaire de Carcassonne, l'autorisation de fermer et de bâtir deux patua sive famorasses de terre stérile, situés dans la ville basse, la vila d'avall, où se trouvaient autrefois deux maisons qui furent plus tard détruites sur ordre du roi16.

Evolution du village :

  • 17 B. Alart, C.M., t. E, p. 426-427, ADPO, 1 B 153, fol. 13 v°.

17La communauté villageoise est organisée dès le treizième siècle. Ainsi existe on l'a vu un hôpital des pauvres, et les prohomes interviennent auprès des autorités royales pour la réparation du clocher. Comme dans nombre de villages, le roi nomme à Argelès un crieur et messager public, en 1390, en remplacement de l'occupant précédant de la charge, défunt17.

Plan et observation sur place :

18Le village a un plan remarquable, en grande partie orthonormé, comme celui d'une Villeneuve. Seuls les alentours immédiats de l'église pourraient faire penser à un noyau ecclésial plus ancien.

Occupation du territoire :

Droit d'arrosage :

  • 18 B. Alart, C.M., t. E, p. 459, a. 1393.
  • 19 « V alvea et ambegues sive recaturas », ibid.
  • 20 « ultra quendam paries que inibi nunc est constructa in deffensionem aque », ADPO, 1 B 165, fol. 3 (...)
  • 21 « aculeas sive margines facere in deffensionem dicte aque quantum se extendit dicta pecia terre ve (...)

19Une habitante d'Argelès reçoit du procureur royal l'autorisation de récupérer toute l'eau pluviale perdue qui s'écoule par le portail dit du Bade et par la route de Pugols, afin d'arroser un clos18. Elle devra pour cela faire à ses frais cinq bassins (réservoirs), des rigoles ou canaux d'arrosage19, et paiera un droit d'intrata. Cette parcelle touche au fossé (vallo sive lou), aux routes de Pugols et de Taxo, et à la rivière. On peut supposer que l'eau de la rivière, en contrebas, n'est pas aussi facile à utiliser pour l'arrosage. Quelques années plus tard, la même femme obtient le droit de prendre une terre d'une largeur de deux cannes de Montpellier (environ 4 m.), au-delà du mur d'endiguement de la rivière20 et d'y planter des arbres. Elle pourra creuser des « agouilles ou fossés de bordure » tout le long de cette terre en protection contre les eaux21.

Villa vetera :

  • 22 ADPO, 1 B 30, fol. 17 v°, 19 v°.

20Plusieurs tenanciers déclarent, dans le capbreu de 1292, des terres, vignes, une borde et une demi-borde in villam veterem de Argileriis22. Ceci semble indiquer la localisation d'un village primitif, abandonné lors du développement de la ville royale.

  • 23 Ibid., fol. 18 v°, 36 v°.

21Cette ville vieille est sur le territoire paroissial de Sainte-Marie del Prat d'Argelès, comme le lieu-dit castrum vetus mentionné dans le capbreu. Une vigne touche d'ailleurs in dicto Castro23. Château privé ou village fortifié, il s'agit sans doute d'une fortification en rapport avec la vieille ville.

Synthèse :

22Le gros bourg d'Argelès, dont l'origine est peut-être une fondation royale de date inconnue, doit à sa situation sur un axe majeur de circulation un succès rapide qui lui a permis d'occulter plusieurs lieux de peuplement plus anciens, parmi lesquels la cellera de l'église Saint-Pierre (voir Saint-Pierre-de-la-Cellera) et une villa vetera (peut-être, d'ailleurs, Saint-Pierre), à quoi l'on peut ajouter les deux villages voisins de Taxo-d'Avail et d'Amont, avec leurs celleres, qui ont subi la concurrence d'Argelès. Il n'est pas impossible qu'un regroupement ecclésial autour de l'église Sainte-Marie ait préexisté à la fondation de ce qui apparaît, d'après le plan, comme une possible « Villeneuve » très originale en Roussillon.

Plan cadastral d'Argelès

Plan cadastral d'Argelès

Notes

1 ADPO, 1B-30, fol. 2, d'après A. Cazes, il s'agirait de la porte de Collioure, Le Roussillon sacré, p. 80.

2 Ibid., fol. 5v° et fol. 31.

3 ADPO, 1B-30, fol. 34v°.

4 Ibid., fol. 30.

5 B. Alart, C.M., t. P, p. 513, ADPO, 1B-193, notule et manuel de Raymond Ferrer, fol. 42. Pour ma part j'ai lu : torra del fren.

6 B. Alart, C.M., t. J, p. 97, manuel de Gabriel Resplant, not. 1020.

7 B. Alart, C.M., t. B, p. 560-561.

8 B. Alart, C.M., t. H, p. 434, ADPO, 1B-371, fol. 100.

9 ADPO, 1 B 170, fol. 58, a. 1398.

10 B. Alart, C.M., t. M, p. 520, notule d'André Fabre, a. 1397.

11 Ce sont des palomides, probablement une variété de maquereaux (des liches, voisins des scombres).

12 « ballista cum suo croco et carcax ».

13 « botigia sive operatorio cum sua tabula vestra contigua », ADPO, 1 B 159, fol. 15.

14 ADPO, 1 B 170, fol. 35 et suivants.

15 ADPO, 1B 130, fol. 31 r°-v°.

16 B. Alart, C.M., t. E, p. 486.

17 B. Alart, C.M., t. E, p. 426-427, ADPO, 1 B 153, fol. 13 v°.

18 B. Alart, C.M., t. E, p. 459, a. 1393.

19 « V alvea et ambegues sive recaturas », ibid.

20 « ultra quendam paries que inibi nunc est constructa in deffensionem aque », ADPO, 1 B 165, fol. 31.

21 « aculeas sive margines facere in deffensionem dicte aque quantum se extendit dicta pecia terre versus videlicet ripariam », ibid.

22 ADPO, 1 B 30, fol. 17 v°, 19 v°.

23 Ibid., fol. 18 v°, 36 v°.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral d'Argelès
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1824/img-1.jpg
Fichier image/, 459k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540