Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Alamans

Commune de Palau-del-Vidre, Roussillon

Texte intégral

  • 1 Un doute peut subsister à propos de la localisation de ce lieu. En effet plusieurs documents du ix(...)

1Lieu-dit habité, probablement situé sur la commune de Palau-del-Vidre, au sud du Tech, près d'Elne1.

  • 2 P. Negre, « Dos documentos importantes... », AIEG, 1960, p. 255.
  • 3 P. Ponsich, Limits..., p. 47.

2Domenicatura de Alamanis, 1040-10782, église Sainte-Colombe, 11463.

Indices d'un regroupement villageois et peut-être d'une cellera :

  • 4 « Rancurat... de suo alode de Alamans que li-en-para, et de sua mansione qui li es-derrocha ad ecc (...)

3Dans ses rancures contre Gausfred et Guilabert de Roussillon, Pons d'Ampurias cite les méfaits commis à Alamans, en particulier la saisie de son alleu d'Alamans, la destruction de sa mansio qui se trouvait près de l'église et le sacrilège qui a été commis là4. Ce terme est employé à plusieurs reprises dans le même document pour évoquer les méfaits commis dans les églises et la cellaria de Pollestres ou la sacraria de Tresserre.

  • 5 J. de Font-Réaulx, « Structure du diocèse d'Elne au Moyen Age... », 39e Congrès de la FHLMR, 1969, (...)
  • 6 B. Alart, C.M., t. J, p. 374.
  • 7 Ibid., a. 1353 et 1354.
  • 8 Un autre document appelait d'ailleurs l'église d'Alamans Santa Coloma de Tresmals, en 1341, manife (...)

4On ne possède que peu d'informations sur l'église Sainte-Colombe d'Alamans, aujourd'hui disparue, absente de la carte de Cassini, mais répertoriée par J. de Font-Réaulx sur sa carte du diocèse d'Elne5. Il la place à l'ouest de Palau-del-Vidre. Plusieurs documents du xive siècle évoquent le décimaire de cette église, qui s'étend sur des terres situées sur le territoire de Taxo d'Avail, en 13416. Elle est nommée quelques années plus tard Sainte-Colombe de Tribus Bonis7, par analogie sans doute avec l'église voisine de Sainte-Eugénie de Tresmals, au nord du Tech8.

Synthèse :

5Il semble que nous nous trouvions en présence d'une église de fondation ancienne, peut-être d'origine privée, sur un grand domaine aristocratique (domenicatura) appartenant aux comtes de la famille d'Ampurias, cousins de ceux du Roussillon, au xie siècle. Elle a pu donner naissance à un regroupement du type d'une sacraria, ainsi que peuvent le faire penser la mention d'une maison voisine, des « hommes » du comte qui semblent se trouver là (soit hommes d'armes, soit plutôt paysans dépendants). Ce lieu de peuplement ne semble cependant jamais avoir donné naissance à un véritable village, peut-être en raison de la concurrence de ceux voisins : Taxo d'Amont et d'Avall, Palau-del-Vidre et Villeclare.

Notes

1 Un doute peut subsister à propos de la localisation de ce lieu. En effet plusieurs documents du ixe siècle mentionnent une villa ... Torrente et Alamannis villa, ou villa quo dicuntur Torrente et alio vocabulo Alamannis, (qu'il faut peut-être lire alia vocabub Alamannis), sur le territoire de la commune de Laroque, en 834, 898, 899, avec une église Saint-Laurent à Torrente, 981. Nous avons examiné cette question dans un article concernant Laroque-des-Albères, où se trouvait la villa Torrente, cf. O. Passarrius et A. Catafau, « Laroque-des-Albères.. »

2 P. Negre, « Dos documentos importantes... », AIEG, 1960, p. 255.

3 P. Ponsich, Limits..., p. 47.

4 « Rancurat... de suo alode de Alamans que li-en-para, et de sua mansione qui li es-derrocha ad ecclesia et de suos arbores que li-talla et de sacrilegi que ille fecit, et illos homines que per ilium fuerunt. » La fin de la phrase reste énigmatique. Peut-être faut-il ajouter « emmenés » ou « tués », comme cela est précisé pour le lieu de Mudagons (c. de Torreilles) : « et suos homines ... que li tollit », « de suos homines que illi occidit », ou à Tresserre (?) « et homines que ille amena », ibid., p. 255.

5 J. de Font-Réaulx, « Structure du diocèse d'Elne au Moyen Age... », 39e Congrès de la FHLMR, 1969, annexe.

6 B. Alart, C.M., t. J, p. 374.

7 Ibid., a. 1353 et 1354.

8 Un autre document appelait d'ailleurs l'église d'Alamans Santa Coloma de Tresmals, en 1341, manifestant une certaine confusion entre ces deux lieux-dits, P. Ponsich, Limits..., p. 47.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter