Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Saint-Marsal

Roussillon

Texte intégral

1Villare Mansaldi, 869, forcia Sancti Marcialis, 1198, église Saint-Marcial, 1344, sur le territoire de la paroisse de Saint-Pierre de Serra, près de Belpuig (autre château et autre cellera, voir ce village).

Cellera :

  • 1 B. Alart, C.M., t. X, p. 456-457, ADPO, CT, fol. 149r°.

2En 1262, Arnaud de Saint-Marsal reconnaît avoir perçu indûment un cens en poules sur des maisons de la cellera du castrum de ce lieu, poules qu'il restitue aux Templiers1. Ces deux maisons, qui se touchent, sont voisines d'autres maisons, et l'une touche au cellier du tenancier de la seconde. La cellera comprend donc de véritables celliers.

3Il est clair que se retrouve ici la concentration des maisons (peut-être sur l'emplacement d'anciens celliers, dont certains subsistent) dans cette cellera qui est appelée cellaria castri Sci Marcialis. On constate aussi que les Templiers sont seigneurs dans cette cellera, comme dans plusieurs autres en Roussillon, et qu'ils semblent soucieux de faire reconnaître leur seigneurie, le cens annuel d'une poule par maison de la cellera étant évidemment récognitif.

  • 2 B. Alart, C.M., t. A, p. 271-278.
  • 3 Raimond Trullars, représentant de Jacques d'Olers, et qui avait signé l'accord de 1282 ci-dessus, (...)

4En 1293, Arnald de Saint-Marsal tient en fief le castrum de Belpuig pour le vicomte de Castelnou2. Une discussion s'élève entre les deux hommes, devant les représentants du roi de Majorque, au sujet des droits respectifs de chacun d'eux3. A cette occasion on reconnaît à Arnald le droit d'exercer la justice civile sur la cellaria de Belpuig, à l'exclusion de toute autre partie du territoire, y compris la cellaria castri de Sen Marzal.

5Le contexte dans lequel cette cellera est mentionnée est particulièrement intéressant, révélant les conflits de pouvoir et la compétition entre seigneurs pour s'approprier les droits banaux sur les différents territoires juridictionnels de leur domaine castrai, dont la particularité est nettement affirmée : la cellera ne relève pas forcément du même statut que le castrum (pas plus que le barri dans le cas de Belpuig). On remarque aussi que la cellera est appelée cellera du castrum, en l'occurrence : « du château » certainement.

Seigneurs et fortification :

  • 4 B. Alart, C.M., t. H, p. 5-6, procuration royale, reg 31, fol. 71 v°.

6En 1307, c'est dans le castrum de Saint-Marsal que se réfugient en cas de besoin les habitants de la paroisse de Saint-Pierre de la Serra4. Le seigneur y possède les droits de justice et d'exécution des peines en particulier : amputation (detrunchacionem membrorum), fustigation et marquage au fer rouge (signacionem ferri caldi).

  • 5 « decimam sci Petri de Serra... in terminis de Pulcro Podio et de sco Marciali », B. Alart, C.M., (...)

7En 1333, Arnaud de Saint-Marsal (le même ou son fils ?) tient en fief la dîme de Saint-Pierre de la Serra, pour le vicomte d'Ille Pierre de Fenollet, qui la tient lui-même en fief de l'évêque, sur le territoire de Belpuig et de Saint-Marsal5.

Synthèse :

8Le cas de Saint-Marsal est probablement à rapprocher de celui de Corbère, pour lequel nous avons des documents de même type. Il n'est pas impossible qu'ici aussi nous ayons affaire à une cellera de type « castral », née au pied du château et non autour de l'église, une cellera sur laquelle le seigneur exerce sa domination, en concurrence avec les Templiers.

Notes

1 B. Alart, C.M., t. X, p. 456-457, ADPO, CT, fol. 149r°.

2 B. Alart, C.M., t. A, p. 271-278.

3 Raimond Trullars, représentant de Jacques d'Olers, et qui avait signé l'accord de 1282 ci-dessus, affirme que les seigneurs de Castelnou étaient les seigneurs principaux (mayor domini) de Saint-Marsal et avaient sur lui les justices hautes et moyennes (mer i mitx imperi), ainsi qu'un bayle. Arnald de Saint-Marsal dit que le seigneur de Castelnou avait la seigneurie directe sur Saint-Marsal, et lui, Arnald, la seigneurie utile, que le vicomte tenait le caput castri de ce lieu (le château lui-même ? le donjon ?) et non les autres dépendances, ni la cellera de ce château.

4 B. Alart, C.M., t. H, p. 5-6, procuration royale, reg 31, fol. 71 v°.

5 « decimam sci Petri de Serra... in terminis de Pulcro Podio et de sco Marciali », B. Alart, C.M., t. O, p. 423, le même tient aussi la dîme de Vallicrose, hameau de Camélas.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540