Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Saint-Laurent-de-la-Salanque

Roussillon

Texte intégral

1Villa Sancti Laurentii, 981.

Celliers et cellera :

  • 1 B. Alart, C.M., t. T, p. 263, ADPO, 1B-33, fol. 8r°.
  • 2 Ceci peut rappeler ce qui se passe non loin de là, à Torreilles, où la cellera est partagée entre (...)

2Dans le capbreu royal de 1292, un nommé Raymond Macip déclare tenir pour le roi quoddam cellarium intus cellariam domini regis in Castro de Sancto Laurencio1. On remarque, comme d'ordinaire, la conjonction cellier/cellera, ainsi que la précision des situations gigognes : le cellier dans la cellera, la cellera dans le castrum/village fortifié. Cependant, la dénomination de « cellera du seigneur roi »2 est révélatrice d'une prise de contrôle de cet espace par le seigneur du village. Cinq autres maisons sont situées dans la cellera.

3Le cimetière se trouve devant l'église, des maisons le bordent sur les autres côtés (« juxta cimiterium »).

  • 3 B. Alart, Essai de dictionnaire..., Médiathèque de Perpignan, en fiches. Le capbreu de 1292 a été (...)

4En 1292, le capbreu mentionne le « ...loco vocato als celers...via dels selers »3. Nous n'avons pu l'identifier.

Seigneurs et fortifications :

  • 4 ADPO, 1 B 42, parchemin original.

5Un document non daté (fin xie-début xiie siècle) donne la liste des milites qui tiennent un fief pour le seigneur de Saint-Laurent4. L'un d'eux, Pons Guitard a donné son fief à Raimond de Juhègues, mais à la condition que les hommes de ce fief devraient travailler à ce château (de Saint-Laurent probablement) et y faire le guet (gueitent), comme les autres hommes du château, et quand il y aurait des travaux, qu'ils prêtent leurs ânes et leurs boeufs.

  • 5 ADPO, 1B 9, parchemin original.

6En 1218, Raymonde, fille de Guillaume de Cruixello, et son mari Guillaume de Castellnou vendent à Nunyo Sancho tous les droits qu'ils possèdent de la succession de Guillaume de Cruixello sur le castrum et la villa de Saint-Laurent pour dix-huit mille sous, somme pour laquelle le dit Nunyo Sancho engage aux vendeurs totum castrum de Sco Laurencio et villam ejusdem castri5.

  • 6 B. Alart, C.M., t. T, p. 263, même source, fol. 20 r°.

7Dans le capbreu de 1292, un habitant de Saint-Laurent déclare tenir une maison intus villam qui touche d'un côté al Castelas dicti domini regis6. Il est possible que ce terme désigne la résidence royale, le « château ». Cinq maisons sont situées près de la sala du roi. Sept maisons touchent aux murs (juxta muros).

8Ce capbreu évoque trois portes du castrum : la porte de la mer, celle de Torreilles, celle de Mont (d'Amont ?).

Structure du village et activités :

  • 7 B. Alart, C.M., t. A, p. 245, ADPO, 1B-16.

9En janvier 1281 on situe une mansatam dans le castrum de Saint-Laurent, dont le roi dit être le seigneur7.

  • 8 ADPO, 1B 21, fol. 15v.
  • 9 ADPO, 1B 21, fol. 17r.

10En 1302, les procureurs royaux donnent en acapte à Raymond Gaucelme de Saint-Laurent une domus cum omnibus hedificiis eiusdem quae est intus villam Sci Laurentii et affrontat ex una parte in muro dicte ville, à condition que lui et ceux qui tiendront cette maison la conservent à leurs frais condirectam et constructam8. Le cens s'élève à douze deniers, le droit d'entrée à soixante sous. A la même date est vendu aux Templiers un cens de douze deniers à percevoir sur une maison de Saint-Laurent qui touche in tovo ipsius ville9.

  • 10 B. Alart, C.M., t. A, p. 123, notule de Guillaume Marès, notaire de Claira, ce qui indique qu'il s (...)
  • 11 A Bompas par exemple.

11Un très intéressant document de 1 400 concerne les maisons sises dans le fortalicium « qui doit être construit sur le cimetière qui entoure l'église de Saint-Laurent »10. Le périmètre entourant l'église semble déjà abriter des constructions, mais il est question là de fortifier ce noyau, la cellera des origines, et de le repeupler. C'est une indication de ce phénomène que nous avons perçu ailleurs11 : la réactivation des fortifications étroites aux temps de crise du bas Moyen Age.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 12 B. Alart, C.M., t. R2, p. 479.

12En 1445, l'église a été reconstruite grâce à une imposition exceptionnelle d'un vingtième12.

Communauté villageoise :

  • 13 ADPO, 1B 21, fol. 45v°.

13Barthélemy Eymeric de Saint-Laurent vend au roi Jacques, en 1304, hospicium cum domibus eiusdem quod est intus villam Sci Laurencii, qui touche d'un côté à la tenure de l'hôpital des pauvres de Saint-Laurent13. La précision de ce texte montre que le terme hospicium est ici employé pour désigner une demeure plus importante, qui englobe plusieurs maisons, c'est aussi ce que semble indiquer le prix de vente élevé, cent livres de Barcelone.

Finage et occupation du territoire :

  • 14 ADPO, 1B 17, fol. 3r°.

14En 1281, pour une mansata tenue pour le roi à Saint-Laurent il est dû duas trassas animalium ad portandum blada et alias duas trassas ad portandum sal14. Les corvées de transport de blé sont probablement destinées à porter le grain à l'aire de battage ou au cellier royal (ou à la demeure du représentant chargé de percevoir les redevances), comme le sel, preuve de l'activité des salines autour de l'étang.

  • 15 B. Alart, C.M., t. A, p. 596, ADPO, capbreu de 1292.

15On mentionne de nombreuses salines dans le capbreu de 1292, parmi les jornals cum bestia dus par un tenancier, deux sont ad tirandum sal15. Dans le capbreu on mentionne aussi un lieu-dit Ayglino veteri.

  • 16 P. Ponsich, Limits..., p. 59.

16Plusieurs biens sont situés au lieu-dit Palasol, dérivé d'un Palatiolum mentionné dès le xe siècle16.

  • 17 B. Alart, C.M., t. R2, p. 478.

17Un jardin est situé en 1353 sur le territoire de Saint-Laurent-de-la-Salanque au lieu-dit ort del castel17. Ancienne motte ou jardins dépendant du château, peut-être le château royal.

Synthèse :

18Le village de Saint-Laurent-de-la-Salanque s'est constitué autour d'une cellera, dont on ne connaît que les mentions contenues dans le capbreu de 1292. Cette cellera est ensuite entourée d'un village plus étendu, lui-même fortifié en castrum. Elle ne joue probablement plus de rôle défensif à cette époque. Mais, au creux de la dépression démographique, dans l'extrême fin du xive siècle, la cellera est réoccupée et ses fortifications reconstruites, elle devient le fortalicium où s'abrite une population fortement diminuée, comme, non loin de là, à Bompas.

Plan cadastral de Saint-Laurent-de-la-Salanque

Plan cadastral de Saint-Laurent-de-la-Salanque

Notes

1 B. Alart, C.M., t. T, p. 263, ADPO, 1B-33, fol. 8r°.

2 Ceci peut rappeler ce qui se passe non loin de là, à Torreilles, où la cellera est partagée entre plusieurs seigneurs et où chaque partie de cellera est appelée du nom du seigneur qui la possède.

3 B. Alart, Essai de dictionnaire..., Médiathèque de Perpignan, en fiches. Le capbreu de 1292 a été étudié par Marie-Blanche Galian, Saint-Laurent-de-la-Salanque, un domaine des Rois de Majorque au xiiie s., maîtrise, Montpellier, 1973.

4 ADPO, 1 B 42, parchemin original.

5 ADPO, 1B 9, parchemin original.

6 B. Alart, C.M., t. T, p. 263, même source, fol. 20 r°.

7 B. Alart, C.M., t. A, p. 245, ADPO, 1B-16.

8 ADPO, 1B 21, fol. 15v.

9 ADPO, 1B 21, fol. 17r.

10 B. Alart, C.M., t. A, p. 123, notule de Guillaume Marès, notaire de Claira, ce qui indique qu'il s'agit bien de Saint-Laurent-de-la-Salanque.

11 A Bompas par exemple.

12 B. Alart, C.M., t. R2, p. 479.

13 ADPO, 1B 21, fol. 45v°.

14 ADPO, 1B 17, fol. 3r°.

15 B. Alart, C.M., t. A, p. 596, ADPO, capbreu de 1292.

16 P. Ponsich, Limits..., p. 59.

17 B. Alart, C.M., t. R2, p. 478.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Saint-Laurent-de-la-Salanque
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1820/img-1.jpg
Fichier image/, 724k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540