Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Première partie. Synthèse historique

Conclusion générale

Texte intégral

1Au terme d'une synthèse que l'on jugera peut-être trop rapide, il est nécessaire de faire un bilan correspondant aux objectifs qui avaient été fixés au départ de cette recherche.

2Je voudrais présenter d'abord les principaux résultats acquis, en essayant de les organiser selon des critères historiographiques subjectifs : ce qui me semble conforme à une vision « classique » du processus de naissance du village, sur le modèle de la sagrera catalane, ce qui, dans le cas roussillonnais, me semble, par rapport à ce cadre historiographique déjà bien connu et bien défini, plus original voire surprenant ou même contradictoire, et enfin ce qui m'a posé problème et a suscité des réponses encore à étayer.

3Il me faudra pour finir reconnaître les limites de ce travail, déjà entrevues lors de sa présentation préalable, mais qui dessinent ici la perspective des tâches à accomplir pour compléter les résultats acquis, approfondir certains points de vue trop négligés, ou leur apporter un éclairage tout à fait nouveau (par exemple grâce à l'archéologie).

4Un certain nombre de résultats acquis me semblent pouvoir figurer dorénavant dans le tableau des connaissances réunies sur les processus de formation villageoise. L'étude de la naissance des villages en Roussillon, en particulier dans l'optique du regroupement ecclésial, mais aussi de ses rapports avec l'incastellamento, me semble pouvoir être versée au dossier de l'histoire du village médiéval en Europe.

5Il me semble établi qu'en Roussillon l'église, le bâtiment cultuel, élevé souvent durant la période carolingienne, d'après les premières mentions textuelles, a joué un rôle essentiel dans la fixation de l'habitat regroupé au tournant des xe-xie siècles, dans un contexte historique marqué par la montée des violences féodales. Cette fixation des hommes autour de l'église est née d'abord sous la forme du groupement des dépôts de récoltes, des celliers, dans un espace sacré, le cimetière, qui a pris le nom collectif de cellaria-cellera. En même temps, mais de manière plus rare, se sont établies des maisons d'habitation sur ce lieu, devenu un peu plus tard seulement, un espace partiellement résidentiel.

6Malgré une extrême rareté des documents, la cellera des premiers temps, assimilable à la sacraria des pays catalans du sud, peut être définie comme étant d'origine à la fois populaire, spontanée, et largement soutenue par les autorités cléricales. Elle est nettement répandue dans toute la plaine du Roussillon dès la première moitié du xie siècle, malgré des mentions tardives, mais explicables, comme le prouve aussi la morphologie des villages.

7Un élément plus particulier au Roussillon est l'indication de la précocité des premiers signes de ce regrouprement ecclésial, peut-être dès le milieu du xe siècle. En revanche, conformément à ce que nous ont appris les historiens qui se sont penchés sur l'histoire de la Catalogne médiévale, on perçoit en Roussillon aussi la grande fragilité de ces espaces protégés, dès leur mise en place, et leur exposition aux troubles sociaux, fomentés par l'aristocratie guerrière. La cellera naît, se développe et s'organise dans un contexte social et politique de violences indubitablement liées aux mutations en cours dans la société médiévale.

8Ce sont d'ailleurs les circonstances mêmes de cette naissance qui expliquent la mise en défense très rapide de ces espaces que leur statut sacré ne suffit plus à protéger. La fermeture des celleres, leur mise en fortification sont attestées très tôt en Roussillon.

9Plus originale et très surprenante par certains aspects, quoique tout à fait compréhensible, est la relation établie entre ces celleres et les seigneurs laïcs. On assiste en effet, dès le xiie siècle, à une tentative de prise de contrôle qui se manifeste de deux façons différentes. Le plus souvent elle se traduit par un rapprochement des seigneurs vers la cellera, ils établissent tout près d'elle leurs tours et châteaux, fréquemment à l'intérieur même, et y habitent. Ils en possèdent une partie, et l'utilisent dès lors comme un des lieux essentiels de leur pouvoir sur les hommes, y faisant déposer les récoltes par leurs dépendants et prélevant la part qu'ils s'en attribuent. Dans d'autres cas, plus rares mais bien établis et indubitables, on assiste à la création ex nihilo de réelles « celleres castrales », autour du château, de la tour du seigneur, sur un piton rocheux ou une éminence, à distance des pôles originels de regroupement de fond de vallée, de plaine, qui étaient souvent groupés autour d'une église et de son cimetière. La cellera sous cette forme s'éloigne totalement dès lors de la sacraria, elle en est même d'une certaine façon l'image en négatif, matérialisant l'ascendant définitif pris par les châtelains sur les hommes, les terres, leur cadre de vie, leur habitat.

10Il est en tout cas indubitable, que sous la forme classique de la cellera ecclésiale, ou sous celle plus troublante de la cellera castrale, cet espace originel a joué un rôle essentiel dans le regroupement villageois. D'abord en son sein se sont maintenus les celliers durant une très longue durée, souvent sur plusieurs siècles quand les sources permettent d'appréhender la continuité de l'occupation, parfois jusqu'à l'époque moderne, voire contemporaine.

11Ensuite autour de la cellera se sont formés les noyaux villageois concentrés, serrés, enfermés dans leurs murs collectifs, les castra roussillonnais, qui ont pour cœur très souvent une ancienne cellaria. Ces villages fortifiés ont restructuré les finages, rassemblé les hommes, entraîné la disparition d'habitats intercalaires peu viables, ils ont modélé le paysage agricole et humain de toute la plaine et des vallées dans leur partie inférieure.

12Le village s'est alors développé, compliqué de rues, places, et quartiers adventifs. Lacellera s'en est trouvée noyée au sein d'un ensemble plus vaste, sans toutefois perdre totalement sa spécificité de lieu de dépôt des vivres, et sans perdre son nom et une part de ses privilèges d'espace protégé, de lieu d'asile ou d'immunité.

13Enfin par la cellera, en son sein et autour d'elle, s'est établie une couche de paysans prospères, aisés, dépendants mais favorisés par les seigneurs laïcs ou ecclésiastiques, qui constituent la souche initiale des familles villageoises des petits notables, et qui participent à la naissance et au développement des communautés villageoises structurées pour elles-mêmes, les universités. Lieu originel, lieu central, lieu de richesse et de pouvoir, la cellera est l'espace vital du village, sa matrice et son cœur.

14Au dernier siècle du Moyen Age, la cellera a pu parfois retrouver un rôle défensif, quand la population de certains villages ayant dramatiquement diminué, les derniers habitants se renferment au cœur du village, dans l'ancienne cellera, souvent appelée alors fort, forcia, forsa ou fortalicium, qu'ils reconstruisent, réaménagent et dont ils réparent les murailles.

15L'importance de la cellera dans la naissance de nombreux villages concentrés en Roussillon est révélée par les sources, par les mentions fréquentes de la cellera, par l'anthroponymie, par les plans et par la morphologie encore conservée de nombreux centres villageois. Elle méritait d'être mise en valeur.

  • 1 On ne peut que souhaiter le démarrage rapide d'une grande fouille programmée autour de Saint-Chris (...)

16Mais une conclusion ne saurait se résumer à ce bilan exclusivement positif. Sans reprendre l'énumération embarrassée de tout ce qui n'a pu être fait, il me faut bien reconnaître tout d'abord un certain nombre d'insuffisances et de limites à ce travail, permettant au moins de tracer quelques axes de recherche et d'approfondissement pour l'avenir. D'un point de vue méthodologique d'abord, je crois qu'il souffre d'une méconnaissance assez généralisée de l'état du peuplement et de l'habitat antérieurs au xe siècle. Les sources sont bien entendu rares, pourtant pas inexistantes, mais c'est de l'archéologie, sous la forme de prospections et de fouilles que viendront dans les années à venir les éclairages nouveaux que nous attendons. La collaboration entre historiens et archéologues devra être plus étroite. Un effort portant sur la période du haut Moyen Age se révèle indispensable à notre compréhension des phénomènes postérieurs. De l'archéologie on attend aussi beaucoup pour la connaissance matérielle de ce qu'était une cellera1.

17L'histoire de l'art, et ce qu'elle peut apporter à notre interprétation des vestiges existants, remparts, portes, églises, éléments architecturaux de la fin du Moyen Age, n'a pas été mise à contribution à la place qui pourrait être la sienne. Il conviendra d'y remédier, dans une approche pluridisciplinaire et autant que possible en collaboration avec d'authentiques spécialistes de ces questions.

18Le recours à la cartographie, pour localiser les premiers habitats, les premières églises rurales, les réseaux de chemins, les villages disparus, mais aussi l'étude plus approfondie des plans cadastraux, sur le modèle de l'utilisation qu'en fait D. Baudreu par exemple, peuvent offrir à la fois une meilleure représentation, une meilleure compréhension et de nouvelles pistes d'explication d'un phénomène par nature inscrit sur le terrain. Je suis conscient des lacunes de mon travail quant à cet aspect particulier et de la nécessité d'y accorder à l'avenir un soin particulier.

19Sur le plan de la connaissance de la société villageoise, il conviendra de porter une attention plus soutenue, plus systématique, à un village bien documenté (par exemple Millas) pour tenter de suivre du point de vue des familles, de leur patrimoine, de leur position au sein de la communauté, l'évolution de cette petite couche privilégiée des occupants de la cellera. Cela n'est pas impossible, en particulier grâce à la richesse des sources notariales, fort utilisées dans ce travail, mais jamais intégralement dépouillées dans cette perspective.

20Somme toute, si l'on veut bien reconnaître que les conclusions de cette recherche présentent quelque intérêt, on s'accordera pour dire qu'elles ne sont que l'ouverture de larges pistes de travail, tout au plus un débroussaillage rapide de chemins qui devraient permettre d'avancer plus loin dans la connaissance du village et de la vie des communautés rurales en Roussillon au Moyen Age. Que ces études à venir soient celles de l'auteur de cette thèse ou celles de plus jeunes étudiants, archéologues et historiens, on espère que le présent travail, simple point de départ, sera peut-être utile à tous. C'est dans cet esprit en tout cas qu'ont été conçues les rubriques de villages qui vont suivre, comme autant d'entrées en matière pour une étude de la formation de l'habitat groupé en Roussillon.

Notes

1 On ne peut que souhaiter le démarrage rapide d'une grande fouille programmée autour de Saint-Christophe de Vilarnau, dirigée par Olivier Passarrius, et dont on espère beaucoup pour la connaissance concrète d'un espace ecclésial à la fois cimetière, habitat (murs de terre et peut-être maison-forte de pierre), et secteur de stockage (silos), occupé probablement du xie aux xive-xve siècles.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540