Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Première partie. Synthèse historique

La cellera et le village à la fin du Moyen Âge

Texte intégral

1Après une longue phase d'expansion, qui s'étend tout au long des xiie et xiiie siècles et qui se prolonge dans les premières décennies du xive siècle, la période suivante, du milieu du xive siècle jusqu'à la fin du xve dans certains cas, est caractérisée par un triple mouvement de repli.

2Il s'agit d'abord d'un recul démographique important affectant l'ensemble du Roussillon, dans le même temps qu'il touche tout l'Occident. Ce recul reste difficile à mesurer pour nous de manière sûre faute de chiffres antérieurs à 1348, le début de la Peste Noire, car les premiers fogatges ne remontent qu'à 1358. Son importance est toutefois assez notable pour être perçue par les contemporains eux-mêmes, qui en font mention assez fréquemment dans les documents de l'époque.

3Le second repli affecte particulièrement les habitats ruraux marginaux, mal situés ou mal dotés en terres, qui subissent comme tous les autres lieux de peuplement l'effet direct des crises de mortalités mais qui sont de plus touchés par de nombreux départs d'habitants vers les gros bourgs ruraux voisins ou vers Perpignan.

4Le troisième recul, conséquence immédiate des deux précédents est celui des surfaces cultivées et des espaces bâtis. Les terroirs se rétractent, les mas les plus isolés, les plus difficiles d'accès ou d'exploitation sont abandonnés, les terres les moins faciles à cultiver, les moins rentables sont délaissées. Jusqu'au cœur même des villages, et au sein de la cellera elle aussi, les maisons en ruines, détruites ou regroupées deux à deux témoignent de l'abandon des lieux de peuplement par leurs habitants.

5L'examen des signes de ce recul démographique et de cette rétractation de l'habitat fera l'objet d'une première sous-partie, qui permettra aussi d'envisager quelques aspects de l'évolution des communautés villageoises.

6Dans une seconde sous-partie seront considérées les conséquences plus particulières de ces crises pour les celleres, leur évolution, leur transformation et parfois leur réactivation comme lieux de protection, voire la création tardive de « celleres de type castral ».

La dépopulation et les crises. Leurs conséquences pour l'évolution des villages et des communautés

7On a pu percevoir les signes d'un arrêt du dynamisme démographique et économique du Roussillon dès les premières décennies du xive siècle, mais c'est bien entendu la grande épidémie de Peste Noire, dont les effets ont été bien étudiés à Perpignan, qui marque le point de départ d'une crise démographique d'ampleur inégalée. Les retours de peste et les épidémies diverses, cumulées aux effets des guerres et des passages de gens d'armes, vont prolonger cette crise sur un siècle environ.

  • 1 Capbreu de Confient, a. 1393, ADPO, 1 B 149.

8Les contemporains ont gardé le souvenir de cette année 1348, appelée plus tard « l'any de les morts »1, ou la « grande mortalité » (Argelès 1364). Les études démographiques manquent encore pour l'ensemble du Roussillon, mais il n'est pas impossible de tirer quelques enseignements des nombres de feux, de présents aux assemblées ou de signataires des actes des communautés villageoises. L'examen rapide de quelques cas permet de sentir l'importance de la diminution de population et le creux très marqué des courbes démographiques au tournant des xive et xve siècles, même si les séries de chiffres obtenues par ces sources sont hétérogènes, difficiles à comparer entre eux et à utiliser (Vinça).

  • 2 Ils ne sont tout au plus que des indicateurs, mais peuvent au moins être comparés entre eux. Même (...)

9A Prats-de-Mollo, un capbreu royal de 1324 dénombre cent-dix-huit déclarants dans la seule ville, plus des dizaines d'autres dans les hameaux de la vallée. En 1367 la vallée toute entière compte encore cent-quatre-vingt-huit feux, quand en 1417 on n'en dénombre plus que soixante-quatre. Ces nombres sont ceux de feux fiscaux et l'on sait avec quelle précaution il doit en être usé pour la démographie2. Ce recul démographique, qui a un caractère massif (diminution plus de 60 % du nombre de feux), est franchement dramatique pour les écarts, des hameaux de la vallée comme celui d'Ayats qui passe de vingt déclarants au capbreu de 1327 à deux feux en 1417. Les mortalités sont jugées comme responsables de cette dépopulation (« com lo nombre de fochs... sien diminuits per mortalitats e en altra manera »).

10La diminution du nombre d'habitants, la depopulatio, est constatée à Corsavy en 1453 (diminutionem et depopulationem), à Eus en 1452, où l'on déplore que le lieu soit tombé dans une grande pauvreté par suite des mortalités répétées, à Latour-Bas-Elne, qui n'est plus au début de l'époque moderne qu'un hameau de quatre à huit maisons.

  • 3 On rappellera pour mémoire cette curieuse « Prière pour la défense des gens de la terre de cette f (...)

11Mais les mortalités ne sont pas seules en cause. A Prades en 1405, on dit bien que par suite des guerres, en particulier lors des conflits entre les héritiers des familles de Majorque et d'Aragon, en 1374, de nombreux habitants ont quitté la ville. D'autres lieux ont eu à subir aussi les effets des guerres, qui les affectent soit par des destructions directes (le barri de Pia est détruit par Pierre d'Aragon en 1374, Salses est attaqué), soit par les menaces d'expéditions, les craintes qu'elles entraînent (Saint-Hippolyte, Saint-Génis-des-Fontaines), et qui suffisent parfois à les vider temporairement de leurs habitants3.

12Une autre cause de dépopulation des villages, bien perçue dès l'époque aussi, est l'attraction exercée par les centres voisins plus importants. Le départ des habitants vers Perpignan est ainsi mis en cause directement en 1401 dans les causes de l'hémorragie subie par Bompas.

13Face à cette crise démographique grave qui s'étend sur un siècle et affecte lourdement les campagnes, davantage peut-être et plus durablement que les centres de taille urbaine, on assiste à une double tentative de réaction. D'un côté des communautés villageoises, parfois simplement de petits groupes de tenanciers, demandent et obtiennent des réductions de cens, d'impositions, de charges, de redevances, en faisant constater l'extrême dénuement dans lequel ils se trouvent.

14A Prades, en 1405, c'est sans doute à la demande des tenanciers que le monastère de Lagrasse accepte de diminuer les redevances qu'ils lui doivent afin de stopper les nombreux départs de villageois après la campagne militaire du roi d'Aragon, en 1374, et de favoriser le retour de certains vers Prades. D'autres réductions de cens, en ce début du xve siècle sont d'initiative seigneuriale.

15Sur la paroisse de Saint-Fructueux de Camélas en 1408, le précepteur de l'hôpital des pauvres d'Ille-sur-Têt constate qu'il ne peut plus percevoir ou exiger sur les manses et les bordes situés dans cette paroisse aucun des services, redevances et prestations dus par les « abordats i amansats » qui tiennent pour l'hôpital ces exploitations. Ces bordes, d'après le précepteur, ont été dépeuplées tant par les mortalités qu'à cause des guerres et des gens armés qui ont envahi cette terre. Il accorde donc à ses tenanciers l'exemption de toute servitude et hommage, et celle des charges d'exorquia, intestia et intrata...

16A Bompas, en 1403, le procureur de la maison de Bajoles, constate que le fossé qui entoure le village n'a plus rapporté de cens ni d'acapte depuis 1397 et décide donc de le donner en nouvelle emphytéose, pour une somme réduite.

17D'autres conséquences de cette dépopulation sont perçues par les contemporains, elles affectent les terres cultivées ou les secteurs limitrophes du finage villageois. A Prats-de-Mollo par exemple en 1408, par suite de la dépopulation dont a vu les causes, les bois se sont étendus au détriment des terres cultivées. De ces bois sortent la nuit ours, sangliers et loups qui attaquent le bétail et entrent dans la ville. Les travaux des champs en sont même devenus dangereux. En plusieurs autres lieux du Roussillon on mentionne des « vignes hermes » et des terres redevenues friches (Bouleternère, 1363).

18D'autres mentions plus nombreuses encore concernent les maisons et les exploitations rurales (manses, bordes) abandonnées ou regroupées, à Claira en 1380, à Château-Roussillon en 1412, à Céret en 1421. Certains tenanciers, comme à Laroque-des-Albères en 1396, ont deux bordes, n'exploitant que les meilleures terres de chacune et laissant à l'abandon les parcelles dans la montagne, dont ils avouent même ne plus connaître la localisation précise ou qu'ils ne situent que très vaguement.

19Des maisons détruites redeviennent des jardins, des terrains non-bâtis, comme à Argelès en 1393. A Seners, en 1389, des jardins se trouvent à l'endroit où, autrefois, s'élevait une maison. A Néfiach, des pigeonniers détruits ont laissé place à un terrain libre de constructions, en 1419. Ce repli de l'habitat se fait sentir jusque dans le cœur des villages où les maisons sont souvent regroupées deux à deux, à Corneilla-del-Vercol (1354) ou à Laroque-des-Albères à la fin du xive siècle.

20Maintenir les habitants dans les cités, même les plus importantes, est le souci des communautés comme des seigneurs. A Elne, en 1404, les consuls de la ville affranchissent un tisserand de taille, de queste et de la contribution aux travaux aux murs et aux fossés, pour une durée de six ans, à condition qu'il fasse résidence dans la ville durant le double de cette période. Volonté de maintenir le peuplement et les activités économiques se combinent ici. Les mêmes dispositions sont prises d'ailleurs quelques années plus tard en faveur d'un chirurgien et d'un autre homme.

21Favoriser l'installation des hommes, le repeuplement des villages situés en des lieux stratégiques est aussi le souci de l'administration royale quand elle prend des dispositions pour attirer au Boulou de nouveaux résidents, en 1392 puis 1394, en un lieu particulièrement important, au carrefour des routes du Vallespir et des Albères vers les comtés du sud.

22L'une des préoccupations des consuls et des syndics des communautés villageoises est de veiller à la survie du village, pour cela il convient qu'il offre à ses habitants des possibilités d'activités commerciales et artisanales. En 1419 à Millas les consuls veulent que soit préservé le marché qui existe devant l'église, ainsi que les spectacles (misteris) qui y étaient donnés. Il faut aussi que le village permette à ses habitants de jouir de services qu'ils n'auraient pas ailleurs. En 1372 par exemple les consuls de l'université de Collioure décident d'embaucher, de loger et de rétribuer un médecin qui rendra visite aux malades et inspectera gratuitement les urines des habitants deux fois par an. La communauté villageoise met en place, grâce à sa relative prospérité, un service d'assistance médicale gratuite qui ne peut être perçu, par les habitants des villages environnants, que comme un net progrès en ces temps d'épidémie.

23L'aide et l'assistance s'expriment aussi au travers de la multiplication des hospices pour les pauvres et les malades, que nous avons vu se développer dès les xiiie et xive siècles dans la plupart des villages et qui reçoivent de nombreuses donations aux temps difficiles de la fin du Moyen Age.

  • 4 Sur le passage des Grandes Compagnies et les inquiétudes qu'elles suscitent en Roussillon, on trou (...)

24Ces diverses mesures de repeuplement ne suffisent pas cependant à rassurer les villageois. Face aux guerres et aux pillages des bandes armées venues de France4, il faut que le village offre des défenses efficaces. Au cours de la deuxième moitié du xive siècle et au début du xve siècle sont entrepris de nombreux travaux de réfection des remparts, qui nécessitent des consolidations ou même une reconstruction après ce qui semble avoir été une période de moindre soin ou d'abandon. Il est possible que ces murailles aient été ressenties un temps (entre le xiiie et le xive siècle) comme moins utiles, ou que les efforts et les énergies des communautés villageoises aient été mobilisés tout entiers pour leur survie durant les dernières décennies du xive siècle, laissant se détériorer des défenses par ailleurs endommagées avec le retour des conflits armés.

25Quand ces réparations sont devenues indispensables elles nécessitent la levée de contributions exceptionnelles, permises par les autorités publiques, ces impositions étant perçues directement par les communautés (Vinça 1362). On répare ainsi les murs de Claira en 1367 et 1409, de Bompas en 1393, d'Ille-sur-Têt en 1411, d'Ortaffa en 1412, d'Elne en 1418, de Peyrestortes en 1439. Souvent il s'agit d'ajouter aux murs des éléments de bois (chemins de ronde à Ille, à Ortaffa, à Claira), des portes (en bois à Maureillas en 1393) ou même de reprendre les travaux en dur, à la chaux (Villelongue-de-la-Salanque, 1381, Vinça). Dans certains cas, que nous examinerons plus loin, ces travaux consistent à reconstruire les fortifications sur un plan plus resserré, mieux adapté à une population réduite, en abandonnant les fortifications du grand castrum villageois et en se repliant à l'intérieur de la cellera originelle.

26Les autorités publiques exigent parfois l'achèvement de ces travaux, commencés longtemps auparavant et jamais terminés, comme à Brouilla en 1434 où un délai de six ans est fixé après lequel la forsa devra être achevée. En effet, faute de remparts, les populations fuient au moindre danger, à la première alerte, et se réfugient dans les villages voisins mieux défendus, dans le cas de Brouilla, vers Ortaffa, ou de Saint-Génis-des-Fontaines vers Elne, ou des villages proches vers Thuir.

27Parmi les travaux entrepris par les communautés, on ne saurait négliger les réfections des clochers (Torreilles 1415) et l'attention portée aux cimetières, entourés de murs, munis de portes, parfois fermées à clef (Elne 1415). Ces cimetières au cœur des villages étant souvent devenus trop exigus, ils sont complétés par un cimetière extérieur, comme à Palau-del-Vidre où au xvie siècle encore le cimetière de la forsa (devant l'église, au centre de la probable cellera originelle), est le lieu d'inhumation des vieilles familles de notables, alors que le cimetière extérieur, doté d'une chapelle Saint-Jean est appelé « le cimetière des étrangers ». La communauté villageoise n'est donc pas forcément une structure d'accueil qui permette l'intégration rapide des nouveaux arrivants, puisqu'être venu d'ailleurs cela suit un homme jusqu'après sa mort. Il faut aussi probablement voir dans ce témoignage tardif et indirect sur l'installation de nouveaux venus à Palau-del-Vidre l'indication d'une reprise de la croissance démographique du village, qui semble amorcée en plusieurs lieux dès la deuxième moitié du xve siècle, parfois un peu avant.

28Au Soler, en 1430 un document montre que des patua qui avaient été séparés, leur cens étant jugé excessif dans les années précédentes, sont alors pris à bail par un nouveau tenancier et regroupés afin d'être reconstruits. C'est peut-être un des rares signes d'une précoce amorce de repeuplement. A Eus, en 1452, après avoir évoqué les malheurs qui ont appauvri le village, le seigneur fait dresser un terrier pour récapituler l'ensemble de ses biens et de ce qui lui est dû par ses tenanciers, « puisque, dit-il, par ignorance, les jeunes et les nouveaux arrivants ne paient plus le cens ». La seigneurie se reconstitue, les terres sont reprises à cens, le plus noir des temps de crise semble passé et le village fixe à nouveau le regain des hommes.

29Mais au cœur du village touché par la dépopulation et les crises, la cellera a elle aussi subi les conséquences de ces malheurs des temps, parfois délaissée, parfois au contraire revigorée dans son rôle défensif.

L'évolution de la cellera à la fin du Moyen Age

30La fin du Moyen Age, temps de crises démographiques et politiques, de destructions et d'abandons, va affecter les celleres du Roussillon. D'abord elles n'échappent pas au phénomène de désertion, de dépopulation, qui conduit à délaisser certains bâtiments, entraînant leur ruine rapide. Au cœur même du village, à l'intérieur de la cellera, le bâti se détériore parfois au point de laisser place à des courettes et terrains à reconstruire. Les fortifications originelles de la cellera sont aussi délaissées, sans entretien, durant une longue période.

31Malgré tout, contrairement à ce qui se produit pour les quartiers périphériques du village, les faubourgs ou barris, contrairement même aux parties du grand village enfermé dans les murailles les plus récentes, celles du castrum dans son extension maximale, la cellera va trouver dans les crises et les difficultés de la fin du Moyen Age un nouveau rôle, un nouvel essor, un nouveau souffle. Dans un moment de décrue démographique et d'insécurité, la population se replie en effet à l'intérieur de ce vieil espace autrefois fortifié, qui a gardé une partie de son système défensif et qui correspond mieux à un petit effectif d'habitants et à des capacités restreintes de défense et d'investissement.

32Le premier point à souligner est que la cellera perd le plus souvent son nom en cette fin du Moyen Age. Le terme devient plus rare à partir du xive siècle et a presque totalement disparu au xve siècle. Seuls quelques rares lieux (Millas, Thuir) en conservent le souvenir à l'époque moderne et contemporaine. La disparition de ce mot dans nos sources n'est pas due à la disparition du quartier lui-même. Elle s'explique par la conjonction de plusieurs phénomènes.

33D'abord, malgré une grande permanence de leur fonction de dépôt des récoltes, que nous avons déjà remarquée, et qui est soulignée dans de nombreuses notices villageoises, les celleres sont de moins en moins exclusivement le quartier des celliers, qui n'en sont plus la seule ni parfois même la principale composante. Pourtant des celliers s'y maintiennent bien tard : à Corneilla-de-la-Rivière encore en 1591, un testament montre qu'un paysan possède une maison dans la villa et une autre maison dans la forsa (l'ancienne cellera), et que cette dernière contient exclusivement des tonneaux et des cuves : il s'agit donc bien d'un cellier.

34Cependant, de plus en plus, l'ancienne cellera est un lieu d'habitation permanent, en particulier à l'époque des troubles de la fin du xive siècle. Elle devient alors un réduit fortifié et se définit d'abord par ses fortifications, par l'abri qu'elle offre.

35Cette différence de perception de la cellera, devenue de plus en plus le lieu fortifié central, se traduit dans nos sources par son changement de dénomination. La cellera n'est généralement plus appelée que fortia, forcia, forsa, fortalicium ou fortitudo. Le terme forsa ou ses équivalents latins se trouve employé au xive siècle à Ponteilla, Corneilla-de-la-Rivière, Villeneuve-de-la-Rivière, Maureillas, Montesquieu, Banyuls-dels-Aspres, Mailloles, Baho, Bouleternère, Laroque-des-Albères, Le Boulou. Durant les xve et xvie siècles, il est employé à Thuir, Pézilla-de-la-Rivière, Villelongue-de-la-Salanque, Bages, Bompas, Espira-de-Conflent, Estoher, Eus, Marquixanes, Ortaffa. A cette même époque, est aussi utilisé le mot clausura aux Bains-d'Arles (Amélie-les-Bains) ou clos à Saint-Feliu-d'Avall, pour désigner l'espace villageois resserré, fermé de murs, dans lequel se trouvent des maisons.

36Ces appellations désignent sans aucun doute l'ancienne cellera ; on trouve d'ailleurs parfois les deux termes en doublet, comme à Pia en 1376 (fortalicium seu cellariam). A Laroque-des-Albères à la fin du xive siècle, à Prades au xve siècle, ce sont indifféremment l'un ou l'autre des deux mots qui sont employés pour désigner le même espace et y localiser maisons ou celliers, tout comme à Salses en 1378 et au Soler en 1427.

37La crise démographique et les abandons de maisons se font aussi sentir au cœur même de la cellera. En 1377, de nombreuses maisons de Reynès faisant l'objet d'une déclaration dans le capbreu sont « détruites », en ruines ; en 1407, on signale encore des casais détruits se trouvant dans la cellera et qui étaient autrefois des maisons principales d'exploitations agricoles (bordes). A Rivesaltes, la maison du camérier de Lagrasse, probablement dans le vieux centre villageois, doit être réparée en 1411, alors qu'en 1410 à Salses c'est la maison de la Cort (maison consulaire) qui doit être démolie car elle tombe en ruines. A Maureillas comme à Ponteilla, on note des maisons détruites à la même époque « dins la forsa ». Au Soler, des patua situés dans la cellera doivent être reconstruits en 1430, ils avaient été laissés à l'abandon depuis longtemps.

38Cependant, comme le montrent quelques documents précieux pour comprendre l'évolution tardive des celleres, ces espaces étroits autour de l'église, les plus anciens du village et les premiers mis en défense dès l'origine, vont connaître grâce aux crises des xive et xve siècles un renouveau important.

  • 5 Je pense par exemple aux remparts et en particulier à la porte fortifiée, défendant la cellera de (...)

39On perçoit les signes d'un repli vers la cellera à la fin du xive siècle dans les villages de la plaine, à Saint-Feliu-d'Amont, à Saint-Laurent-de-la-Salanque, à Pia, à Saint-Hippolyte et à Bompas. Dans tous ces lieux, les sources écrites montrent que la cellera est réoccupée et remise en défense à la fin du Moyen Age. Même si nous n'en possédons pas les preuves écrites ailleurs, ce phénomène a pu concerner un nombre important de villages ; on devrait pouvoir l'étudier au travers de la datation des vestiges de fortifications entourant les anciennes celleres5.

40A Saint-Feliu-d' Amont, en 1364, selon la volonté de Sibille de Fenollet, seigneur de ce lieu, les habitants et leurs consuls décident d'entreprendre des travaux pour élever un mur fermant la partie du village appelée « mota », où se trouvait l'ancienne cellera (prout erat cellaria antiqua). Ils contribueront à ces travaux selon leur fortune. La cellera avait été l'objet d'un capbreu détaillé en 1326, et plusieurs reconnaissances postérieures, en 1341 et 1355, y situent des patua et des maisons. D'ailleurs, en 1380, on trouve encore mention de la cellaria dans laquelle s'élève une maison avec son pati. En 1326, la cellera était entourée d'un mur, dont il est probable qu'il fut jugé insuffisant pour la défense des villageois une quarantaine d'années plus tard, soit qu'il ait été mal entretenu, soit qu'il ait été endommagé : dépopulation, désertion partielle, expéditions militaires, guerres ont dû y participer. Le besoin de fermer d'un mur (muro claudetur) l'ancienne cellera révèle qu'elle est redevenue un espace de protection indispensable. Il ne semble pas qu'il y ait eu à Saint-Feliu-d'Amont une seconde fortification, entourant une plus grande partie du village, et si l'on peut parler de « repli dans la cellera », il n'y a pas pour autant abandon de remparts d'un castrum de plus grande superficie. Cette reconstruction de la fortification est toutefois très intéressante, puisque c'est elle qui est en partie responsable de l'aspect conservé actuellement par la cellera et des murs qui y sont encore visibles.

41A Pia en 1376-1377, les habitants ont quitté les maisons du barri détruites lors de l'expédition du roi d'Aragon (en 1374) et sont allés se réfugier dans la cellera. L'espace y est étroit : ils doivent alors diviser les maisons qui s'y trouvent ; même celle du prêtre est partagée et une partie donnée en emphytéose. C'est bien la cellera qui est là réoccupée, habitée, comme le montre un document de 1376 où une maison située intus cellariam de Apiano est achetée à la condition de pouvoir être divisée entre l'acquéreur et ses enfants.

42A Saint-Hippolyte en 1387, le commandeur du Mas Deu souhaite faire construire une enceinte, appelée fortalicium, pour offrir un abri aux habitants, actuels ou futurs, et à leurs biens. Là encore, la fortification villageoise qui a subsisté jusqu'à nos jours, appelée forsa ou fortalicium à la fin du xive et au xve siècle, apparaît comme une remise en défense de l'ancienne cellera originelle, probablement sur un plan sensiblement différent, puisque l'église, bien que voisine, est extérieure à ce « fort » villageois. Peut-être n'a-t-on choisi de fortifier qu'une partie seulement de l'ancienne cellera, auprès du « château » des Templiers devenu celui des Hospitaliers, en laissant de côté l'église et le cimetière. Ce « fort » abrite, outre des maisons, des celliers permettant de mettre à l'abri les « biens » dont parle le document.

43A Saint-Laurent-de-la-Salanque en 1400, un document précise qu'un fortalicium doit être construit sur le cimetière qui entoure l'église de Saint-Laurent. Cet espace comporte déjà des maisons ; et on possède une mention de la cellera de Saint-Laurent-de-la-Salanque remontant à la fin du xiiie siècle. La même source, le capbreu de 1292, nous apprend que le village tout entier est fortifié, appelé castrum et possède plusieurs portes, des fossés, et plusieurs maisons touchant au « mur de la ville ». Dans ce cas on peut supposer que l'édification d'un « fort », sur l'emplacement de la cellera, est réellement la marque d'un repli, d'un retour à l'intérieur d'un espace plus resserré, plus facile à défendre, mieux adapté à un nombre d'habitants réduit.

44L'exemple le plus éclairant de cette réactivation descelleres est fourni par deux documents concernant Bompas, en 1386 et 1401. Si des celliers groupés, sans doute proches de l'église, sont mentionnés en 1168 à Bompas, la cellera en tant que telle n'est citée dans les sources qu'en 1386. A cette date les fortifications de Bompas sont en état de grand délabrement. Le seigneur, commandeur de la maison des Hospitaliers, décide de faire réparer et reconstruire le fortalicium : il s'agit d'élever des murs, de recreuser les fossés. Le seigneur concède un terrain (patuum) qui touche au fossé de cette cellera, le terme étant ici employé en doublet avec fortalicium. La cellera devenue le fortalicium, reflète par son état la situation générale du village, très amoindri (en 1378, il ne comptait déjà plus que treize feux fiscaux).

45En 1401, le village est d'après les consuls « réduit presque à néant », rendant inutiles les fossés « hors des murs ». Les causes de cette diminution de population sont analysées par le préambule de ce document : départs pour Perpignan et mortalités envoyées « par la grâce de Dieu ». On peut supposer qu'il s'agit de fossés entourant la partie du village construite à l'extérieur de la cellera initiale. Ces fossés sont inutiles puisque, dit le document, il en existe d'autres autour du fortalicium, ils sont donc vendus par la communauté.

46Ces exemples montrent avec précision que les habitants, en nombre réduit, confrontés à des violences extérieures, guerres, mouvements de troupes, sont à la recherche d'un abri sûr, à un moment où les défenses collectives, remparts et fossés, mises en place dans les siècles précédents, ont commencé à se détériorer et ne peuvent plus être entretenues, ni défendues par une population trop restreinte. La cellera, sous le nom de fortalicium, devient alors le « réduit » villageois où la population va mettre à l'abri ses biens et s'enfermer en cas de danger. La vieille cellera est ainsi réactivée, elle connaît un renouveau et peut-être en certains cas une transformation (redécoupage, plan plus rectiligne, réaménagement intérieur, division des parcelles, reconstruction). Nul doute qu'en bien des lieux l'image de la cellera qui nous a été conservée sur les plans et dans la morphologie villageoise ne doive davantage à ces modifications tardives qu'à la période de sa naissance. Cependant le réflexe des villageois de se replier vers la cellera montre aussi la longue permanence de cet espace de refuge, tant d'un point de vue psychologique, dans l'esprit des habitants, que d'un point de vue matériel, les anciens fossés, les anciens murs étant encore là, même en mauvais état, pour matérialiser cet espace et permettre sa remise en défense rapide.

47Mais cette époque de troubles a d'autres conséquences que la réoccupation des anciennes celleres au cœur des villages ; en effet, de cette époque date un cas particulier, la création ex nihilo d'une cellera-fortalicium au pied d'un château, sur la limite nord du territoire qui fait l'objet de cette étude.

48En 1363, le seigneur de Planèzes donne en acapte trois terrains à bâtir à trois hommes différents. La condition est que sur ces patua doivent être bâties des maisons. Ils se trouvent à l'intérieur de la cellera seu fortitudo qui doit être faite en ce lieu. L'un de ces terrains touchant au château, nous sommes donc bien en présence de la volonté seigneuriale de développer un nouvel habitat, à quelques centaines de mètres de l'église et du cimetière qui l'entoure, autour du piton rocheux qui porte le château. Cette cellera-fortitudo de création seigneuriale imite celles que nous avons trouvées à Laroque-des-Albères (créée dès le milieu du xiie siècle) et à Montesquieu, Eus ou Corbère. Plus originale est la date tardive de cette création. Les effets de la dépopulation ont sans doute été importants sur ce village frontalier et il est possible qu'un premier noyau d'habitat ecclésial ait été abandonné. Autour du château, sur des espaces libres de constructions, le seigneur veut installer ses dépendants et se propose de constituer un castrum-fortitudo, soumis à son autorité, mais auquel il donne le nom de cellera, ce qui n'est pas indifférent. Il s'agit d'une des mentions les plus septentrionales de ce terme, qui témoigne encore du fort rayonnement de ce phénomène jusque sur les confins catalano-occitans.

49Jusqu'à la fin du Moyen Age, donc, la cellera, née autour de l'église ou plus rarement créée par l'autorité seigneuriale, a fortement marqué la vie villageoise, tant dans les périodes de croissance que dans celles de crise. Elle avait été l'élément central de la formation et de l'affirmation du village, un facteur essentiel de la prise de conscience de la communauté. Elle a ainsi naturellement représenté un recours lors des temps difficiles, l'espace de refuge où sont venus s'abriter ceux qui, voulant rester dans le village, ne pouvaient plus en occuper que le tout petit noyau central.

Notes

1 Capbreu de Confient, a. 1393, ADPO, 1 B 149.

2 Ils ne sont tout au plus que des indicateurs, mais peuvent au moins être comparés entre eux. Même si les communautés obtiennent parfois des réductions d'impositions sous la forme de réévaluation à la baisse du nombre de feux imposables, la multiplication de ces données permet d'avoir une vision au moins relative de l'évolution démographique.

3 On rappellera pour mémoire cette curieuse « Prière pour la défense des gens de la terre de cette frontière », de 1388, Frontières, n° 4-5, 1994-1995, p. 47-54.

4 Sur le passage des Grandes Compagnies et les inquiétudes qu'elles suscitent en Roussillon, on trouve de nombreuses références dans les documents, entre autres : ADPO, 1 B 113, 1 B 121, ou 1 B 133 où il est fait mention de leur passage sous la conduite de Du Guesclin.

5 Je pense par exemple aux remparts et en particulier à la porte fortifiée, défendant la cellera de Pollestres, une des plus anciennes connues, et qui datent apparemment du xive siècle, cf. L. Bayrou, G. Castellvi, « Esquisse... ».

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540