Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Première partie. Synthèse historique

La cellera et le village de la fin du xiie au milieu du xive siècle

Texte intégral

1Les siècles centraux du Moyen Age sont ceux d'une croissance importante qui va transformer les cadres de l'habitat et du travail dans les campagnes roussillonnaises.

2Ce sont d'abord les transformations de la cellera qui retiendront mon attention, et en particulier sa fortification, ainsi que l'apparition de celleres d'un modèle différent, autour de quelques châteaux.

3Puis viendra la croissance, autour de ce noyau central qu'est la cellera du village lui-même, avec tous ses caractères propres et sa complexité. La construction de murailles autour des villages donne naissance à ces castra de la plaine et des vallées, aux formes compactes et massives.

4Au sein de la cellera et du village on pourra tenter ensuite de percevoir les permanences et les modifications de nature sociale et politique : la naissance des communautés villageoises et leurs rapports avec la seigneurie omniprésente.

5Enfin se dessineront à grands traits les évolutions du finage villageois et les transformations du paysage autour de ces villages groupés.

La cellera et son évolution (fin xiie - milieu xive siècle)

6Pour aborder la question de l'évolution de la cellera sur cette période d'un siècle et demi, il me semble nécessaire d'examiner successivement les points suivants : d'abord ce qu'est devenue la cellera, ce qu'elle contient, l'aspect qu'elle peut avoir, ensuite les éléments de sa fortification, puis les signes de la présence des puissants à l'intérieur de la cellera (châteaux et maisons aristocratiques, celliers de redevances, possession decelleres ou de parts de celleres). Le problème des celleres castrales fera l'objet d'une quatrième sous-partie. Enfin il sera possible d'examiner le cas de certaines celleres déjà déclinantes au xive siècle.

  • 1 T. Bisson, « Une paix peu connue... », article 15 : « Salvitates quoque tocius episcopatus Elnensi (...)
  • 2 D'Achéry, Spicilegium... », tome 3, p. 587 : « Statuimus tamen quod de cœtero domus Templi et Hosp (...)

7L'examen de la liste des celleres montre qu'au cours des années 1202 à 1337 ce sont trente-quatre celleres nouvelles qui sont mentionnées dans les sources. Beaucoup de ces celleres sont de création ancienne, mais n'apparaissent dans les sources que lorsque les documents se font plus nombreux, un siècle ou deux après leur naissance. Cependant il n'est pas exclu que certaines d'entre elles soient nées plus tard, dans le courant du xie voire du xiie siècle. La longue période de troubles qu'a connue le Roussillon féodal peut expliquer qu'en 1173 Alphonse 1er, dans sa constitution de Paix, évoque, en dernier article, les nouvelles « sauvetés » du diocèse d'Elne, qui bénéficient comme les anciennes de cette paix1. On peut comprendre que le mouvement de création de ces espaces protégés, à l'initiative des autorités religieuses, séculières ou régulières, a dû se poursuivre jusqu'à la fin de l'époque comtale en Roussillon. En revanche, l'article deux de la paix imposée par Nunyo Sancho en 1217 est déjà nettement plus restrictif, puis qu'il précise que toute maison religieuse, quelle qu'elle soit, ne pourra créer de nouvelle sauveté sans l'accord de l'évêque et du viguier royal2. Il semble bien, ici encore, que l'exercice strict de l'autorité publique et l'établissement de la paix aient conduit à la fin de la période de naissance spontanée ou incontrôlée des espaces de protection religieux.

8Aux nouvelles mentions de celleres s'ajoutent de nombreux autres documents concernant des celleres connues depuis une date plus ancienne, ou apportant des informations sur d'autres villages où la cellera n'apparaît dans les sources que plus tard ou pas du tout, mais qui éveillent l'attention par la présence des celliers et un développement caractéristique. Ce sont tous ces éléments, que l'on retrouvera dans les notices des villages, que je me propose d'utiliser ici.

A l'intérieur de la cellera

9Dans la cellera, avec une très longue permanence, il faut d'abord souligner la présence des celliers. A Corneilla-del-Vercol en 1224 et 1240, à Fourques en 1237 et 1274, à Mailloles en 1214, comme à Millas, Orle, Saint-Arnac, Saint-Feliu-d'Amont, Saint-Hippolyte, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Torreilles, Toulouges et Villelongue-de-la-Salanque, on situe précisément des celliers in cellaria, intus cellariam, infra cellariam ou même juxta cellariam. Beaucoup de ces celliers sont en outre mitoyens d'autres celliers, donnant la vision de quartiers concentrés de celliers, bâtis les uns contre les autres. C'est ce que révèlent les terriers (capbreus) de Millas, d'Estagel et de Saint-Feliu-d'Amont. Certains de ces celliers sont complétés de petits espaces non bâtis. Assez rarement on trouve ainsi un pati, une courette, appelé « pati du cellier » (Claira, 1380), plus souvent ce sont de simples passages : antuxa (Canomals) ou reseturno (Laroque). En plus des récipients vinaires, tonneaux, jarres, cuves et coffres à céréales que nous montrent quelques inventaires plus tardifs (Baixas), on trouve aussi des silos, creusés, comme à Orle en 1238, dans le sol, devant le mur extérieur du cellier.

10D'autres celliers sont mentionnés à cette époque en des lieux où une cellera est attestée par les textes seulement plus tard, mais ces celliers sont bien le signe de l'existence plus ancienne de ces cellariae. C'est le cas à Codalet, où des celliers, en relation avec le commerce du vin, sont cités en 1323 et à Néfiach, en 1297. Mais ces mentions de celliers apparaissent aussi dans des villages où le plan semblait à lui seul indiquer la présence d'une cellera, dont la trace textuelle s'est perdue, comme à Ponteilla, avec un cellier situé in castrum (dans le village fortifié), en 1263, et à Château-Roussillon (même indication) en 1307, ou à Ille-sur-Têt, Terrats, Marcevol, Corneilla-de-Conflent.

11La mention de celliers se trouvant dans le castrum se rencontre à Bages en 1296, où une authentique cellera ecclésiale est bien connue depuis 1257. Elle est fortifiée à cette date et c'est sans aucun doute elle qui est appelée castrum dans ce document, par opposition avec la villa plus large. Mais certaines mentions de celliers font davantage problème : les celliers de Collioure paraissent difficilement rattachables à une cellera ; un cellier à Calce (cellarium in castrum) pourrait faire partie d'une cellera de type castrai, comme semble l'indiquer l'évolution et la morphologie du village.

12En dépit de cette longue continuité de la présence de celliers, en groupes compacts, dans la cellera, on trouve aussi dans celle-ci, et peut-être de plus en plus, des maisons. Elles sont appelées domus à Thuir, et à Torreilles (où il s'agit probablement d'une maison à étage, domum cum sotulo et solerio, 1287), mais parfois c'est le motmansus qui est employé (Théza 1215, Ortaffa 1238, Saint-Hippolyte 1245). Il est possible dans ce dernier cas que ce mansus ne désigne pas une véritable maison : en effet le document a trait à une cession de mansata, une exploitation rurale, comprenant un manse dans la villa, extra cellariam, et ce manse, intus cellariam ; ceci correspond bien à la structure connue : cellier dans la cellera, maison paysanne (« manse » au sens de « maison ») dans la villa. Le « manse » dans la cellera pourrait n'être que le cellier ou une toute petite maison ayant pris sa place.

13De la construction et de la taille de ces maisons de la cellera on ne sait rien ou presque par les textes. L'une d'entre elles est dite « domus causinalis », à Orle en 1214, ce qui semble indiquer qu'elle est bâtie en chaux. Le fait est-il assez rare pour être un élément de différenciation, d'identification de cette maison ? Certaines maisons appelées hospitium par rapport à d'autres citées dans les mêmes documents comme simples domus sont peut-être de taille supérieure (Saint-Feliu-d'Amont, 1326).

  • 3 Comme je l'ai montré dans ma communication aux journées d'études sur le monde rural, « La maison r (...)

14A côté de ces celliers et de ces maisons subsistent au sein de la cellera de nombreux espaces non bâtis de petite superficie, appelés pati ou patuum, c'est-à-dire courette. La plupart d'entre eux sont donnés en emphytéose séparément, comme des biens individuels, ne dépendant pas directement d'une maison ou d'un cellier, même s'ils en sont mitoyens. Certains peuvent même toucher à l'église, comme à Orle en 1238. Ces patis ont une fonction d'espaces « de réserve »3, bâtis ou non selon les besoins et la pression démographique, enclos ou non de murs, couverts ou non, selon l'utilité que l'on en a. Ils sont des terrains « à occupation variable ». C'est ce qui explique qu'on puisse parler de « patuum détruit » à Montescot en 1318. Le capbreu de Millas montre aussi en 1292 qu'un de ces pads était auparavant un cellier. Abandonné ou détruit, il est redevenu un terrain libre de constructions. La différence entre un pad et une maison du point de vue des charges dues est nette. Un exemple, parmi d'autres, pris à Montescot en 1317, permet de le constater. Le même seigneur donne en acapte dans deux actes différents une maison et deux patis situés dans la cellera. Le cens annuel est le même pour ces trois biens : un demi-carton d'orge ; mais si la maison doit une intrata de vingt livres (soit 400 sous), les preneurs des patis, pour leur part, ne versent que dix et vingt sous de droit d'entrée.

  • 4 Auprès de l'église de Corneilla-del-Vercol, où une cellera est pourtant mentionnée par les textes, (...)

15On trouve aussi dans la cellera de petits terrains utilisés par les paysans comme dépôts de fumier : à Bages un patuum seu femoracium se trouve infra cellariam, un autre femoracium attenant à un manse et à son terrain (solum) est situé à Canomals, en 1203, intus cellariam4. La fosse à fumier est appelée sterquilinium à Corneilla-del-Vercol, en 1206.

16Autour des maisons subsistent donc parfois des espaces libres sur lesquels il est possible de bâtir pour agrandir les demeures. A Montescot en 1317, le preneur d'une maison dans la cellera obtient le droit d'appuyer des constructions sur les murs de celle-ci des deux côtés.

17Il est possible que certains de ces espaces non bâtis, mais parfois fermés de murs, puisqu'ils peuvent être « détruits », aient fait fonction de poulaillers, de basse-cour, de bergerie, voire d'étable. On trouve deux fois la mention de cortals dans des celleres (Saint-Feliu-d'Amont et Laroque-des-Albères), mais à une époque assez tardive (dans la deuxième moitié du xive siècle), au moment où l'on commence à signaler de nombreuses destructions de maisons même au cœur des villages. De nombreux cens en poules payés pour les biens de la cellera pourraient indiquer qu'en plus des récoltes on y conservait aussi quelques volailles.

18Au centre de la cellera, près de l'église, se trouve le cimetière. Il est bordé par les constructions : à Canomals en 1206 une maison dans la cellera touche au cimetière, de même à Mailloles en 1214. A Espira-de-Conflent, où est absente la mention de cellera, on situe des maisons dans « l'enclos » de l'église Sainte-Marie (in ipso cortilio), en 1190, et l'une d'elles touche au cimetière qui se trouve devant les portes de l'église.

19Ce cimetière sur lequel avaient été bâtis les sacrarii, on l'a vu à Corsavy, est désormais précisément délimité, rejeté soit devant les portes de l'église, où il forme un espace libre, soit à son chevet, ou, comme à Estagel, sur un côté du sanctuaire. La placette qui se trouve aujourd'hui au cœur des anciennes celleres correspond à l'emplacement de ce premier cimetière (à Pollestres par exemple, où un vieil habitant se souvenait de son déplacement).

20Beaucoup de ces villages s'étant rapidement développés au cours du xiiie siècle, le cimetière était devenu trop exigu pour les besoins d'inhumation, et en même temps trop étroitement enserré dans les constructions de la cellera. Un autre cimetière a donc parfois été créé assez tôt à l'extérieur du noyau central, dont on retrouve la trace par les textes : à Espira-de-Conflent semble-t-il dès 1319, à Pia en 1339, où le cimetière se trouve extra villam, ou que l'on distingue sur les plans : à Vinça, le « cimetière vieux » du cadastre du xlxe siècle apparaît déjà comme extérieur au noyau originel identifiable autour de l'église.

21Souvent, le cimetière, sans être vraiment déplacé, ou très peu, a été rejeté hors de la cellera lors de sa fortification ; c'est ce qui semble évident sur les plans à Marquixanes, à Estagel et à Estoher, entre autres. Plus tard, le souci de bien séparer la cité des morts de celle des vivants conduit à clore de murs le cimetière : ce sont souvent des donations pieuses qui servent à financer ces travaux, comme à Taxo-d'Amont en 1347 et à Nyls en 1349.

22L'organisation interne de la cellera prend peu à peu forme. On voit autour de l'église se préciser les espaces de circulation : une ou deux rues (via publica), qui conduisent à l'église, à Mailloles en 1214, à Saint-Hippolyte en 1245. En 1266, dans la cellera de Mossellons, fait rare pour l'époque et pour un si petit village, deux rues sont désignées précisément : l'une est identifiée par la maison d'un propriétaire, à laquelle elle conduit ou qui y est particulièrement remarquable (« via domus den Trules »), l'autre est la « rue du fossé » (« via de tovo »). La rue qui fait le tour de l'église ou qui traverse la cellera est souvent appelée carrero, carrerono (Mailloles, Le Boulou, Trouillas).

23Certaines rues appelées « rue de la cellera » sont mentionnées au Moyen Age, mais plus tardivement: le vico vocato la cellera à Corbère (1438), la via de la sellera à Eus, appelée aussi via sive intrata dicte cellarie (1452). Il semble donc que dans ce dernier cas il s'agisse plutôt de la rue du village qui conduit à la cellera, et peut-être pas de la rue dans la cellera. On sait qu'à Thuir existe encore, à l'intérieur de la cellera, une rue qui porte ce nom.

24La rue de la cellera débouche bien souvent à l'extérieur sur une place qui marque la limite du noyau primitif. On peut le constater à l'examen des plans de Torreilles, Saint-Feliu-d'Amont, Pézilla, etc. Quelques rares documents évoquent la placette qui se trouve à l'intérieur de la cellera : à Saint-Feliu-d'Avail, en 1256, des maisons sont situées « près de l'église et de la place ».

25Les confronts des biens dans les celleres font apparaître des traits communs à ceux de toutes les maisons villageoises du Moyen Age : impression de densité de l'occupation du sol, chacun ayant quatre voisins, au moins, parfois plus, mais pas forcément de densité du bâti, puisqu'on y rencontre de nombreux petits espaces libres de toute construction. Le système de circulation est cependant bien organisé : sauf cas très exceptionnel, aucune parcelle ne paraît enclavée.

La défense de la cellera, ses fortifications

26Si au xie siècle les éléments défensifs commencent à apparaître autour des celleres, c'est surtout à partir du xiie que les documents font systématiquement état des divers types de fortifications dont les celleres sont pourvues.

  • 5 C'est lui qui est appelé plus tard tovo veteri (1286) au moment où s'amorce le déclin de Mailloles (...)
  • 6 Ce sens particulier de vallum est confirmé par l'emploi du mot vallum pour désigner une digue le l (...)

27Ces systèmes défensifs apparaissent bien souvent comme rudimentaires et essentiellement basés sur une protection passive. Ils consistent d'abord en fossés, appelés vallum, valla, vallatum, fossato, fossatico ou en catalan tou, tovum, et plus rarement talliata. Il s'agit de la manière la plus élémentaire de mettre en défense : un fossé est creusé, la terre en est rejetée vers l'intérieur de façon à former un talus. On l'a déjà vu en place à Llupia en 1136. Ce fossé est identifié comme le tovo cellarie à Mailloles en 12185, et à Torreilles vallum de cellera en 1204. A Corneilla-del-Vercol des celliers touchent au tovo cellarie en 1240. Dans le vallo de celera de Thuir, en 1337, coule le ruisseau qui alimente les moulins du roi. Mais le terme de vallum désigne aussi le talus, il est souvent employé en doublet, comme à Saint-Hippolyte, en 1314, où un document évoque le vallum sive toa dicte cellarie6. Le fossé est appelé talliata sive vallo à Toulouges en 1291.

  • 7 On a vu que d'autres touchent au « fossé vieux ». Le mur n'est-il pas continu et le fossé existe-t (...)

28Ce fossé peut être doublé d'un mur intérieur, par exemple dans le cas de Toulouges, où un cellier dans la cellera touche in muro ville, et où un manse, situé dans la villa, hors de la cellera, est voisin du tovo. Beaucoup des possessions situées dans la cellera jouxtent le « mur de la cellera ». Après la mention très ancienne de celui de Perpignan, en 1116, on retrouve ce mur de la cellera à Millas en 1202, à Laroque-des-Albères en 1253, et bien plus tard, avec une orthographe intéressante (mur de la ceylera) à Bouletemère en 1363. Dès 1286 ce mur de la ce liera est bien distingué du mur de la ville, à Thuir. A Baixas aussi, il est différencié des murs entourant le village tout entier par son nom de « muro veteri ». Ce sont les celliers seuls qui touchent à ce « mur vieux »7.

29Des biens, des celliers le plus souvent, mais aussi des patua et des maisons, situés dans la cellera, touchent « au mur » à Saint-Hippolyte, Torreilles, Le Vernet, Toulouges ou Pollestres. A Néfiach, où le mot cellera n'est attesté que plus tard, on dit d'un cellier qu'il touche in muro forcie, en 1297. La força ou forcia désigne souvent la fortification villageoise de petite taille, étroite. On trouve le terme avec ce sens très tôt à Llupia (xie s.), mais il se généralise à la fin du Moyen Age (cf. infra).

30Murs et fossés se complètent et l'on parle de « mur fossoyé » à Orle (muro vallati) en 1305, ou des « fossés des murs » à Maureillas en 1356 (vallibus murorum) et à Montescot en 1452 (tou muri).

  • 8 Le même terme se retrouve à Château-Roussillon et Le Vernet, voir les notices de ces villages.

31Sur la construction de ces murs on sait peu de choses. Cependant de précieuses informations sont foumies par quelques documents particulièrement riches, concernant les fortifications de la cellera de Pézilla-de-la-Rivière. En 1207, l'abbé de Lagrasse fait construire un mur de pierre et de chaux autour de la forcia, large de sept à huit mètres, haut d'autant, comportant deux tours qui devaient s'élever de trois à quatre mètres au-dessus des murs. L'une de ces deux tours était « la tour de la porte ». Un document postérieur (1271) nous apprend que le mur de chaux entourait la cellera : un cellier dans la cellera touche en effet au mur « de caus », mais il montre aussi qu'un mur de terre subsiste aussi, au moins par endroits : le même celliertouche aussi « in muro de terra versus cellariam ». En 1239 par ailleurs, un cellier de Pézilla, situé dans la cellera, touchait au mur de chaux (muro causinal) et était proche de l'église et d'une tour double (bistuirem) : soit la tour de la porte, soit une tour avec une autre tour en avancée8.

32A quoi ressemble une de ces celleres fortifiées, au milieu du xiiie siècle ? C'est ce que nous permet un peu d'imaginer la superbe description de la prise de possession de la cellera de Bages par l'évêque d'Elne, en 1257. L'évêque a reçu la potestas du castrum et du fortalicium de Bages. Il est difficile de préciser le sens relatif de ces termes ; peut-être castrum a-t-il le sens de territoire qui s'étend autour du réduit fortifié, le fortalicium (le même document parle aussi de villa et castrum). La prise de possession se déroule en plusieurs temps : l'évêque arrive avec sa suite d'hommes d'armes, de clercs et même de femmes, son étendard est dressé sur les murs, les remparts de pierre (clausure lithium), et il se fait remettre les clefs de la porte et de la tour-clocher (claves portalium et turns sive cloquerii). Le document dit ensuite qu'ayant fait sortir tous les hommes du castrum hors des portes de la cellera (extra portalia cellarie), il fit fermer les portes de celle-ci et plaça ses hommes et son étendard au sommet de la tour-clocher.

33Fortalicium et cellera semblent ici désigner le même lieu, le même espace fortifié. On est intéressé par les mentions de murs de pierre et des portes de la cellera. La fonction défensive du clocher qui sert de tour est bien mise en valeur ici. Nous ne possédons que deux autres exemples du rôle de l'église et de la tour-clocher dans le dispositif défensif. En 1325, un homme est nommé garde et castlà de l'église de Saint-Feliu-d'Avail, au coeur de la cellera, et à Coustouges, en 1339, le roi désigne un castlà du clocher de l'église (castellanum...de tintinnabulo de Costoia).

Les puissants à l'intérieur de la cellera

34La présence des couches sociales dominantes, seigneurs laïcs et ecclésiastiques, à l'intérieur des celleres, se manifeste sous plusieurs formes distinctes et complémentaires.

  • 9 D'où la confusion de J.-A. Brutails à propos du castrum in cellaria de Torreilles, cf. supra.

35Matériellement les nobles laïcs et les ecclésiastiques possèdent à l'intérieur des celleres des maisons d'habitation plus luxueuses, plus grandes que celles des paysans, parfois même des châteaux9. Ils y ont aussi des bâtiments particuliers, des celliers seigneuriaux de collecte des redevances ainsi que des maisons où résident leurs chargés de pouvoir, le bayle et des hommes de confiance.

36Indirectement, ils possèdent des droits sur la cellera, qui se manifestent par les cens recognitifs qui leur sont dus, par des taxes de mutation, par des charges particulières grevant les biens dans la cellera.

37Le résultat de ce que l'on peut nommer un processus d'appropriation de la cellera par les puissants est flagrant dans certaines désignations qui ont cours dès le xie siècle, mais qui se généralisent aux xiie et xiiie siècles, et qui consistent à appeler les celleres : « cellera de tel monastère », « cellera de tel seigneur », « cellera du seigneur roi », voire même « cellera du château ».

38La résidence noble, celle d'une famille aristocratique d'un abbé ou d'un prieur, est souvent appelée sala. On en trouve une dans la cellera de Canomals en 1206, appartenant autrefois à un nommé Rocafort, et une à Torreilles en 1299 qui appartient au roi. A Peyrestortes, c'est le prieur d'Espira-de-l'Agly, un des co-seigneurs du village, qui possède une sala dans la cellera.

39En 1308, c'est à l'intérieur de la cellera de Thuir que le roi possède une demeure désignée par l'expression « castrum seu domum », bien que le document ne la situe que par l'expression « dans le castrum ». Encore une fois on retrouve ici l'ambiguïté de ce terme, qui dans la même phrase signifie « maison forte », ayant probablement l'aspect d'un petit château, et « village fortifié ». La résidence royale se trouve effectivement dans la cellera, puisque cet acte concerne la revente de maisons qui avaient été achetées pour agrandir la demeure du roi et dont on précise qu'elles sont dans la cellera.

40D'autres seigneurs laïcs ont établi des châteaux à l'intérieur de celleres nées autour de l'église. C'est le cas particulièrement à Torreilles en 1228, quand le vicomte de Castelnou déclare tenir en fief pour le roi la moitié d'un château qui est dans la cellera de la villa de Torreilles. A Saint-Hippolyte aussi c'est un castrum sive mansum, situé infra cellariam, qui appartient à un chanoine de Gérone, fils d'un miles, en 1286. Ce castrum est vendu en même temps que de nombreux droits sur des biens, des maisons et des hommes de ce village.

41Des demeures seigneuriales sont installées dans la cellera de Millas en 1293 (une forcia ou castrum) et dans celle de Peyrestortes, en 1320, encore visible contre l'église, sous une forme très remaniée. A Montescot, l'aumônerie d'Elne, qui est en partie seigneur du lieu, possède une propriété dans la cellera, en 1317. En 1261, Pons de Vernet, échangeant son alleu de Torreilles, y conserve cependant les maisons du castrum où, dit-il, il habite. On sait que ce castrum se trouve dans la cellera. A Pézilla, l'abbaye de Sainte-Marie de Lagrasse possède à l'intérieur de la cellera une maison appelée « maison de Sainte-Marie », qui touche aux celliers, est le lieu de perception des redevances (on y trouve aussi un cellier), et où vit un homme de confiance de l'abbé qui a la charge des intérêts du monastère. En 1342, à Villeneuve-de-la-Rivière, où tout semble indiquer une cellera originelle, un acte est passé dans la chambre de la résidence du prieur de Lagrasse.

42La cellera est devenue un lieu de pouvoir. Investie par les puissants, qui s'y installent, y vivent, y placent les symboles de leur domination et leurs représentants, leurs agents et exécutants. Lieu de concentration des productions agricoles, la cellera est aussi l'endroit idéal pour le contrôle des quantités récoltées et stockées par les paysans. C'est alors tout simplement au cœur de la cellera que vont se faire les prélèvements en nature sur les fruits du travail paysan. Les dépendants, ainsi qu'il est stipulé dans les documents, doivent y porter eux-mêmes, à leurs frais et avec leurs propres bêtes, les redevances dues, dans le cellier ou la maison du seigneur, dont on sait qu'ils se trouvent dans la cellera.

43De nombreux contrats d'acensement comprennent une clause prévoyant par exemple le transport des raisins dans la cuve du seigneur. A Château-Roussillon en 1277 les redevances en raisins dues par les tenanciers de vignes doivent être portées dans une maison spécialement affectée à cette destination, qui contient cuves et vaxellos, c'est un cellier seigneurial. En 1299, les redevances des propriétés tenues pour les Templiers à Saint-Feliu-d'Avall doivent être portées dans leur posse ; à Salses entre 1281 et 1309 plusieurs baux précisent que la part de la vendange due au seigneur roi sera portée in tinam domini regis, dans le cellarium du roi. Le roi possède encore des celliers, appelés « cellier du roi », à Tautavel en 1306, à Millas en 1302, à Thuir en 1294. A Peyrestortes, où le prieuré d'Espira possède une maison, les raisins doivent être portés dans la cuve du prieur, en 1234. Le cellérier de Fontfroide a lui aussi une propriété dans Pia pour collecter les redevances. Saint-Pierre de Rodes, en 1279, plus de deux siècles après la première mention de sa cellera de Pollestres, y possède une tina. Dans les « châteaux » possédés par les co-seigneurs de Torreilles en 1198-1228, à l'intérieur de la cellera, se trouvent les cuves où ils perçoivent le quart des raisins et les coffres ou les silos où les paysans portent les céréales.

44Cette appropriation, cette mainmise des puissants sur les celleres conduit à l'emploi d'expressions remarquables pour les désigner. La cellera prend alors, de plus en plus souvent au xiiie siècle, le nom du seigneur qui y exerce son autorité. A Torreilles on trouve ainsi en 1204 la « cellera de Pierre de Castello », qui est probablement devenue en 1257 la « cellera de Pons de Vernet ». En 1253 elle était même appelée « cellaria castridomini Poncii de Verneto »: le château porte le nom du seigneur et représente son pouvoir dans la cellera. Plus tard cette cellera est devenue la « cellera du roi », en 1287, expression qui désigne aussi celle de Saint-Laurent-de-la-Salanque en 1292.

  • 10 Ce qui n'exclut pas apparemment un certain nombre d'inclusions d'autres nobles, comme le chanoine (...)

45En 1292 à Saint-Hippolyte, une maison est située dans la cellaria de Pierre de Claira ; elle lui doit intégralement les mêmes droits que toutes les autres maisons de la cellera, qui est, dit le document, tout entière propriété du même seigneur depuis 128110. Il en possédait une partie dès 1264, époque à laquelle le reste de la cellera était appelée « cellera de la Milice du Temple ».

46La prise de contrôle devenue la possession pure et simple de ces celleres a conduit donc à une totale dénaturation de ces espaces, qui de zones protégées, immunitaires, sont devenues le siège du pouvoir sur les terres et les hommes, le centre de prélèvements symbolisant l'assujettissement aux puissants. De lieu de résistance (Corsavy, 1090) et de liberté (Espira-de-l'Agly, 1130), la cellera est devenue cellera du château, cellera du châtelain, du seigneur, du maître. Comme il a déjà été dit plus haut, pouvait-elle échapper à cette composante essentielle de la société médiévale, qui la structure du haut en bas : la seigneurie ?

47Plus encore, l'examen attentif de certains cas curieux m'a conduit à déduire qu'un certain nombre des celleres attestées par les sources écrites avaient elles-mêmes été voulues, établies et loties sur initiative de seigneurs châtelains, au pied de leur propre château.

Les celleres au pied du château : des celleres « castrales »

  • 11 Sur la base, il est vrai, de l'examen d'un grand nombre de cas très représentatifs et tout à fait (...)

48Par le site et la morphologie des villages qui en sont issus, parfois grâce à des documents très précis, certaines celleres mentionnées aux xiiie et xive siècles apparaissent comme totalement atypiques. Elles ne correspondent pas du tout au schéma si clair, si satisfaisant et facile à développer des celliers-sacrarii regroupés en cellera-sagrera sur le cimiterium d'une église, au cours du xie siècle. Ces celleres non orthodoxes se sont peu à peu imposées à moi, grippant un raisonnement qui était devenu sûrement trop mécanique, trop bien rodé, trop sûr de lui, qui expliquait de manière uniforme et unique le phénomène des celleres, basé sur une certitude : toutes les celleres étaient nées sur les espaces protégés entourant les églises ! Il m'a fallu pourtant convenir peu à peu, et presque à mon insu d'abord, contre mes a priori, de la particularité de certaines celleres, de leur originalité, de leur profonde inadéquation avec le modèle préétabli que je m'étais forgé11.

49Il convenait ensuite de tenter d'expliquer l'existence de ces celleres, après avoir perçu leurs particularités, et de tirer de cette explication des éléments permettant de comprendre le contexte historique de leur formation. Ces celleres, que j'ai appelées « castrales », allaient-elles détruire le bel agencement de ma construction théorique, vérifiée en tant de cas, et qui « collait » si bien à la vision de l'époque de la formation de la féodalité catalane que m'avaient léguée mes maîtres ? Etaient-elles des anomalies, des cas rares, paradoxaux, des contre-exemples ? Dépassant cette contradiction, il m'a semblé qu'elles venaient, à leur façon et à leur place, s'inscrire dans un schéma plus large d'explication du phénomène des celleres, englobant aux côtés des paysans et des clercs, les châtelains des xie-xiie siècles en tant qu'acteurs de cette période historique. En tout état de cause, l'obligation de prendre en compte cescelleres castrales m'a conduit, m'a obligé à considérer un point trop négligé jusque-là dans mon étude, qui était celui de l'incastellamento, même s'il doit être envisagé ici sous un aspect particulier.

50Plus que les documents, ce sont d'abord les lieux qui m'ont convaincu du caractère « non conforme » de cescelleres. La visite de Laroque-des-Albères me laissa perplexe. Voilà un village pour lequel j'avais des celliers, plusieurs, voisinant entre eux, au sein d'une cellera expressément nommée, depuis le xiie siècle jusqu'au xive. C'était sans aucun doute du village que j'avais sous les yeux dont me parlaient ces textes, et pourtant je n'y retrouvais aucun des éléments essentiels à la cellera telle que je la connaissais, l'imaginais : en particulier pas d'église, en tout cas pas d'église ayant donné naissance à la « cellera » dont je retrouvais l'emplacement, et au contraire, un château, un typique village castral.

  • 12 Grâce à l'aide et aux informations fournies par J. Kotarba et O. Passarrius.

51La relecture des documents, l'étude détaillée des capbreus postérieurs, l'approche archéologique12, l'observation du plan et du site m'ont convaincu que cette « cellera » était née autour d'un château et de la volonté du châtelain.

52C'est à partir de cet exemple que j'ai reconsidéré un certain nombre de cas qui me posaient problème. J'en suis venu à conclure à l'existence d'un petit groupe significatif de « celleres castrales ».

53A Montesquieu l'observation des lieux et des sources conduit à considérer le regroupement de l'habitat suivant deux étapes distinctes, partiellement concomitantes et contradictoires. D'abord, autour de l'église de l'ancienne Vilanova, se sont regroupés celliers et maisons, sur le cimetière confirmé par la consécration de 1123, mais existant bien avant. Dès la fin du xie siècle, peu avant 1084 d'après nos sources, un château a été élevé sur le piton rocheux voisin, Monte Esquivo, qui donne son nom au village se développant à ses pieds. A la fin du xive siècle, on distingue le château de la forcia qui l'entoure. Dans une autre source, en langue catalane, on sépare bien le château (castellet) du castell ques appella La Sellera, le premier se trouvant à l'intérieur du second. Dans cette cellera, appelée cellariam castri de Monte Esquivo, une maison avait été vendue en 1265 : le voisinage était déjà bien structuré, puisqu'elle touchait à deux autres maisons, donnait sur une rue et sur le « jardin du château ». Le vendeur avait dû acquitter un droit d'aliénation auprès de Bernard de Montesquieu, le seigneur du château. Cette maison, qui se trouve dans une cellera, est pourtant au pied du château, loin de l'église paroissiale et de son cimetière, plus bas dans la plaine. Lacellera en question est bien celle qui est appelée plus tard La Sellera ou la forcia, et elle est placée sous la seigneurie éminente du châtelain.

54Le processus me paraît révélateur de la volonté de créer un pôle d'habitat autour du château, mais avec cette particularité de l'utilisation du mot cellera pour désigner un regroupement castral, alors même que, selon toute probabilité, il semble qu'un premier regroupement, comprenant des celliers sur une terre consacrée, s'était déjà formé autour de l'église paroissiale. Par analogie, par imitation, par volonté de concurrencer ce pôle, d'attirer les paysans au pied du château, on a repris le mot de cellera pour désigner une réalité tout à fait différente de la cellera-sagrera. Les éléments manquent dans ce cas pour dire si, comme à Laroque-des-Albères, tout près de là, ce regroupement castrai a pris concrètement la forme de la construction de celliers, reprenant non seulement le terme mais aussi la fonction de la cellera. C'est à mon avis probable.

55A Eus, le schéma, tel que l'on peut le reconstituer, semble à peu près similaire. On sait qu'un cimetière entourant la vieille église Saint-Vincent a été consacré en 1053. Sur cet emplacement les capbreus des xive et xve siècles situent des terres, des jardins, mais aucune maison, en un lieu-dit appelé villa veylla. Un premier village, de type ecclésial, s'était développé là, qui n'est plus qu'un souvenir déjà au xive siècle. Près de la villa veylla se trouve la orta veylla : près de l'ancien village les paysans avaient cultivé une zone de jardins, qui a été conservée. A côté, au fond de la vallée, coule le ruisseau des moulins (al moli vell, cité au xve siècle). Or, cette orta veylla est citée sous ce nom (ortam veterem de Euçio) dès 1265. On y trouve un jardin, des terres cultivées, mais le qualificatif indique que ce lieu est déjà perçu comme lié à un passé : on peut supposer qu'une nouvelle zone de jardins a été créée ailleurs. C'est le signe que l'habitat autour de Saint-Vincent est déjà déclinant ou disparu dans la deuxième moitié du xiiie siècle.

56Pourquoi ce déclin précoce ? L'examen du site du village actuel, sur le versant sud d'un piton rocheux dominant la vallée et l'ancienne église, de sa morphologie et de son plan, plus quelques textes tardifs, permettent de suivre un processus de même type que ceux de Laroque-des-Albères ou Montesquieu.

  • 13 R. Fossier choisit d'illustrer le « village perché » par une superbe photographie d'Eus, Le Moyen (...)

57Au sommet du village, souvent cité comme exemple de l’incastellamento ou du perchement13, se dresse une église du xviie siècle qui occupe l'emplacement de l'ancien château, dont quelques murs subsistent. La première mention de celui-ci remonte à 1095, au moment de la multiplication des châteaux privés. C'est au pied de ce château que s'est développé un village serré, dont les extensions successives sont perceptibles sur le plan.

58Au début du xve siècle plusieurs documents mentionnent très précisément des celliers et des maisons se trouvant dans la cellera, qui touchent au mur et qui donnent sur la rue menant au château. Le seigneur de ces celliers et de ces maisons est le châtelain d'Eus. Sans aucun doute ces maisons et ces celliers sont situés dans un habitat très dense, immédiatement au contact du château, et non dans la villa veylla, où l'on n'a plus une seule mention de maison, et qui se trouve en contrebas, à plusieurs centaines de mètres. Au pied du château se trouve une cellera, qui, si l'on en croit la mention de l'orta veylla, a été établie avant 1265, et où se trouvent encore des celliers au xve siècle. Il a donc fallu abandonner l'idée d'une continuité dans le temps et dans l'espace entre le cimetière consacré de 1053 et la cellera du xve siècle : la cellera ne prend pas la suite du cimetière-refuge, elle ne se trouve pas non plus au même endroit. Certes il a dû exister un village de type ecclésial aux xie-xiie siècles, près de l'église vieille Saint-Vincent, mais ce village est déjà en déclin au xiiie siècle et en partie abandonné. Un siècle et demi après il n'existe plus : avant la première apparition de la cellera dans les sources, à la villa veylla on ne trouve plus que des champs...

59On peut en déduire que le seigneur d'Eus a créé une cellera, groupant des celliers tenus par ses dépendants, qui a servi à fixer les paysans au pied de son château, et que le village de fond de vallée a disparu. Les modalités de ce regroupement, par exemple s'il a revêtu un caractère autoritaire, nous sont inconnues. Ce qui est sûr c'est qu'il a dû être un temps concurrent de la première forme d'habitat villageois.

60A Corbère, une cellera est mentionnée dans un document de 1284. Elle est entièrement aux mains du castlà qui peut y entrer et en sortir à sa guise. En 1438 une maison de Corbère se trouve dans la « rue de la cellera ». L'église paroissiale dédiée à Saint-Pierre est située en contrebas, à plusieurs centaines de mètres de là, dans un vallon boisé. Un habitat a existé autour d'elle, mais il a complètement disparu au milieu du xive siècle, laissant place à un lieu-dit vila veyla, sur lequel on ne trouve plus que des terres et parcelles cultivées. L'église a cependant conservé jusqu'à l'époque moderne sa fonction cultuelle et son cimetière. La cellera de 1284 et de 1438 est de toute évidence le village développé au pied du château. Il a fait disparaître d'autres regroupements, parfois très anciens, autour des églises Saint-Pierre-del-Bosc et de Saint-Julien de Vallventuosa, qui se trouvaient aussi sur le territoire soumis aux seigneurs de Corbère.

61Les cas de Belpuig et de Saint-Marsal, dont les celleres sont citées en 1282 et 1293, est probablement assez similaire, bien que l'étude en soit plus difficile à cause d'une plus rare documentation et de l'absence d'étude précise du finage. Les quelques indications que nous possédons portent à croire à des celleres castrales. Dans les deux cas on les nomme cellaria castri ou sellaria dicti castri. A Belpuig on trouve même l'expression cellaria in circuitu castri. Sur la cellera de Belpuig, le seigneur de Saint-Marsal exerce sa justice civile et criminelle ; sur celle de Saint-Marsal, il semble que ce soit le vicomte de Castelnou, son suzerain, qui ait gardé les droits de justice. La délicate question posée par le partage des justices dans le castrum, le barri et la cellera, ainsi que l'enquête détaillée à laquelle elle donne lieu, semblent prouver que chacun de ces espaces, cellera y comprise, est entièrement soumis aux châtelains.

62Des situations assez proches se retrouvent dans un certain nombre d'autres celleres qui sont elles aussi apparemment situées au pied du château : à Montferrer, à Tautavel, à Ortaffa peut-être. A Banyuls-dels-Aspres, la cellera, où se trouvent des celliers et des maisons au début du xve siècle, est distincte de la villa veyla où ne se trouvent plus que des jardins. Cette cellera semble bien correspondre au village perché sur la butte, pendant que l'ancienne église et l'habitat qui l'accompagnait, en contrebas, dans la plaine, sont à l'abandon, puis finissent par disparaître tout à fait. Les céramiques récoltées sur le site du bas semblent montrer que l'occupation n'a pas dépassé les xiiie-xive siècles. La cellera du xve siècle ne saurait donc se trouver là. Il s'agit d'une cellera avec des celliers, mais autour du château, au sommet du nouveau village, sur la petite éminence voisine du site primitif ; ce déplacement villageois n'est pas sans rappeler celui de Villeneuve-de-la-Raho, situé un peu plus au nord.

63La mention de ces celleres castrales s'accompagne souvent de la précision « cellaria castri ». Cette expression est sans doute dans ces cas-là une indication à la fois de l'origine et de la situation précise de ces celleres, et on peut la traduire alors sans hésitation par « cellera du château », c'est-à-dire « cellera au pied du château seigneurial, appartenant au seigneur châtelain ». Mais la polysémie du mot castrum oblige à quelque prudence. On a vu qu'un château construit a posteriori dans une cellera ecclésiale comme à Saint-Hippolyte ou à Torreilles a pu justifier au xiiie siècle l'expression cellariam castri. Ceci n'a pas du tout la même signification quant à la genèse de la cellera, même si, en fin de compte, la situation de ceux qui dépendent de ces « châtelains de celleres » n'est probablement guère éloignée.

64A Thuir aussi, l'analyse en langue catalane d'un document du xive siècle évoque la sellaria del castell où se trouvait une maison. Ce qui est sans doute la traduction de cellaria castri désigne la cellera placée sous la domination du château que le roi possède à l'intérieur de celle-ci. On peut aussi comprendre le mot castrum comme signifiant « village fortifié », et lire cette expression en « cellera du village fortifié », dont les murailles ont été rénovées en 1286.

65En d'autres villages typiquement castraux, issus d'un processus, d'une volonté d'incastellamento qui ne fait pas de doute, il est possible que les seigneurs aient utilisé le biais du regroupement forcé des celliers paysans au pied de leur château, pour fixer la population dans ce nouvel habitat soumis à leur autorité.

  • 14 Voir notices dans Catalunya romànica, vol. XIV, p. 164-165.
  • 15 Au sujet de ce village, il devrait être possible de lire bientôt la notice s'y rapportant dans l'A (...)

66A Calce, au-dessus de Baixas, le village s'est développé sous le château, l'église paroissiale se trouvant à quelque distance à l'est14. Or en 1328 un acte contient la mention d'un cellier, comme bien séparé, situé in castrum. A Castelnou15 en 1276, un cellier touche au cimetière de l'église Saint-Pierre, c'est-à-dire au cimetière de l'église castrale, qui se trouve à l'intérieur du château des vicomtes, le cimetière se trouvant au pied du château. Il n'est pas impossible que nous ayons à Castelnou un processus de regroupement de l'habitat ressemblant assez à celui que nous avons vu à Eus, à Laroque ou à Montesquieu. On trouve en effet à Castelnou aussi quelques indices d'un regroupement autour de l'église Sainte-Marie, extérieure au village castrai.

67D'un point de vue géographique il n'est pas sans intérêt de remarquer que ces celleres castrales sûres ou probables se situent surtout sur les rebords montagneux, les premières hauteurs des piedmonts entourant la plaine du Roussillon, dans les Albères au sud (Laroque, Montesquieu), les Aspres à l'ouest (Belpuig, Saint-Marsal, Corbère, Calce, Castelnou), les premiers reliefs du Confient (Eus), ou des Corbières au nord (Tautavel et plus tard Planèzes). D'autres correspondent à des buttes s'élevant au milieu de la plaine où l'habitat était regroupé, bien souvent, antérieurement, au pied de la colline, près des axes de circulation et des eaux et où avaient été fondées parfois les premières églises (Banyuls-dels-Aspres, Ortaffa et peut-être Corneilla-del-Vercol).

68En tout état de cause, ce phénomène des celleres castrales, s'il reste marginal par rapport au regroupement ecclésial, n'est pas sans importance : parmi les soixante-quatre celleres attestées, ce sont probablement douze, peut-être jusqu'à quinze d'entre elles qui sont du type des celleres castrales. Plus encore que ce nombre, non négligeable, le fait que les seigneurs, pour amener leurs dépendants à se regrouper au pied de leur château, aient repris la forme (le regroupement des celliers) et les termes (cellera) nés du regroupement ecclésial dans les siècles précédents, me semble révélateur de la très grande extension du phénomène dans sa première forme, de son succès en termes d'habitat et dans les esprits des temps. Une réussite à la fois matérielle et psychologique qui explique que le mot et la forme aient été déviés de leur sens originel pour désigner un regroupement castral.

69On a pu voir, dans le dernier quart du xiie siècle, la création à Laroque d'une de ces celleres castrales, et l'on verra, dans la dernière partie de cette synthèse, comment, dans un contexte historique et démographique totalement différent, dans la deuxième moitié du xive siècle, le même procédé de constitution d'une cellera est mis en oeuvre par un châtelain, dans un même objectif et presque dans les mêmes termes, à Planèzes.

Quelques celleres en déclin

70Pour achever cette sous-partie qui nous a permis d'avoir une meilleure connaissance des celleres des xiiie et xive siècles, il convient de remarquer que dès le xiiie siècle toutes les celleres ne se trouvent pas dans la même situation. Bien qu'elles soient toutes nées, ou la plupart d'entre elles si l'on exclut les celleres castrales, d'un même mouvement, sur un terrain mesuré de façon identique, selon des étapes premières assez semblables, on constate que très vite certaines se développent, connaissent un rapide succès, les conduisant à courte échéance à une transformation en village, voire en bourg ou cité (Perpignan, Thuir par exemple), alors que d'autres périclitent assez vite, victimes de la concurrence d'autres lieux de peuplement, mieux pourvus en potentialités (terres, routes, cours d'eau) ou dont des seigneurs puissants ont su faciliter l'essor en y attirant une population et des activités encore mobiles.

71Un exemple très net du déclin rapide d'une cellera est connu à Canomals (aujourd'hui sur la commune de Bompas), dès 1203. En effet, à cette date déjà, la cellera de Canomals est appelée cellariam veterem, impression de déclin qui est confirmée par un autre document, daté de 1206, qui situe une maison de la cellera en ces termes : « infra cellariam que fuit ». La population de cette localité a quasiment disparu cinquante ans plus tard, car en 1255 l'abbé de Fontfroide, seigneur du lieu, reçoit l'autorisation d'y faire une « populationem et congregationem hominum ac edificare villam ». Toutes choses inutiles à préciser si le village avait été peuplé et dynamique. La volonté de Fontfroide d'enrayer ce déclin a échoué, sans aucun doute à cause du succès des villages voisins : Bompas et Villelongue-de-la-Salanque, peut-être aussi Pia.

  • 16 Ce que L. Verdon a bien montré dans sa thèse, La terre et les hommes..., p. 180.

72D'autres celleres semblent marquer le pas au cours du xiiie siècle et ne plus connaître de croissance, voire entrer en phase de déclin. Même si les documents sont plus difficiles à interpréter, il semble que ce soit le cas à Mailloles, tout près de Perpignan vers l'ouest. Ce village est victime au xiiie siècle de la croissance urbaine de Perpignan, en particulier du nouveau quartier hors des anciens murs, dit « à la porte de Mailloles », dont le développement a été favorisé par les Templiers16. La cellera de Mailloles n'apparaît dans nos sources qu'en 1214 (après une première mention de cellier en 1174), pourtant dès 1251 on évoque la villam veteri puis la villa vetula. Il semble bien que, plutôt qu'un ancien lieu de peuplement abandonné dans les environs, ces expressions désignent bien la localité de Mailloles elle-même, autour de la cellera. En 1286 un autre document évoque le « vieux fossé » (tovo veteri), alors qu'on ne mentionne jamais ni nouvelles fortifications, ni nouveaux quartiers ou barris. Au milieu du xive siècle (1346 et 1349) ces anciens fossés, sans aucun doute ceux de l'ancienne ce/fera, sont découpés en parcelles données à bail comme terrains de culture, certains, tout près de l'église Sainte-Marie elle-même, étant plantés d'oliviers.

73En 1293, le capbreu des possessions du roi à Argelès contient la mention de la cellariam inferiorem Saint-Pierre de la Cellera. Parmi toutes les propriétés citées, deux biens seulement sont situés sur le territoire de cette ancienne paroisse, ce qui laisse penser qu'elle est déjà quasiment abandonnée au profit de la ville royale d'Argelès, à quelques centaines de mètres plus au sud. Il est même fort possible que cette ancienne cellera et le village qui avait commencé à se développer autour d'elle correspondent à la villam veterem où plusieurs biens sont mentionnés dans le même capbreu.

74Donc, si la cellera a souvent connu un réel succès, représentant l'embryon d'un village qui se développe rapidement autour d'elle, comme nous allons le voir ci-après, il a pu arriver aussi qu'une sélection naturelle s'exerce et qu'elle fasse disparaître, très tôt, dès le xiiie siècle, certains noyaux ecclésiaux moins bien dotés que les autres lieux de peuplement.

75Durant le xiiie siècle, la cellera s'affirme comme un fait majeur du peuplement en Roussillon, qui se manifeste dans toutes nos sources. On la voit se doter de fortifications, devenir plus complexe, de nature plus ambiguë aussi avec la mainmise des puissants sur cet espace autrefois protégé. Elle s'impose même à ce point que son nom est détourné pour désigner les celliers regroupés à l'initiative seigneuriale. Nous allons voir maintenant comment autour d'elle s'est constitué le village.

Le village autour de la cellera (fin xiie - première moitié xive siècle)

76La cellera est le noyau central du village, autour d'elle celui-ci va se constituer, prendre forme, se donner ou recevoir tous les attributs particuliers qui en feront ce véritable ensemble cohérent de constructions, d'espaces de circulation, de vie privée et d'activités collectives, de services et d'équipements.

77La manière dont se forme cet ensemble cohérent, ce village bâti pour l'utilité commune, autour de ce qui n'était au départ que le lieu de culte, de sépulture et de dépôt des récoltes sera l'objet de ma première sous-partie.

78La seconde tentera de montrer comment ce village construit autour de la cellera se dote très tôt de fortifications et se transforme en castrum, en village fortifié. Les autorisations de fortifier, les descriptions de fortifications et les charges de construction et d'entretien des murailles et des fossés sont les manifestations de cette transformation.

79Enfin on pourra examiner la nouvelle structure villageoise née de cette transformation, avec ses différents espaces concentriques et ses développements vers l'extérieur des murs.

La croissance du village autour de la cellera

80Un certain nombre d'éléments caractéristiques de la morphologie villageoise apparaissent dès la fin du xiie siècle et confirment leur importance nouvelle dans le paysage villageois aux xiiie et xive siècles. La croissance des villages est bien entendue caractérisée aussi par la construction de nouvelles maisons sur des terrains restés libres jusque-là, soit au sein même du village, soit dans les nouveaux quartiers périphériques.

81L'un des éléments indissociables de l'idée de village, et plus généralement d'habitat groupé, est la me. Cependant elle est assez mal connue, peu décrite par nos sources. Le plus souvent appelée via publica, elle est citée comme confront de presque tous les biens vendus, légués, donnés à cens dans le village. Du point de vue de l'organisation de l'espace, de la séparation entre secteurs bâtis et non bâtis, entre domaine privé et public, entre zones d'habitation ou d'activités et de circulation, la structure du village est déjà bien en place, très cohérente et fonctionnelle. Il y a fort peu de biens qui n'ont pas un accès direct à la rue, qu'il s'agisse de maisons ou de parcelles. Ce type d'enclavement, rare, pose d'ailleurs des problèmes de servitude de passage, comme pour cette maison de Saint-Estève qui, en 1236, se trouve à l'intérieur d'un mas, hors de la cellera, et dont l'entrée et la sortie se font par la porte du mas.

82Au xiiie siècle, hormis à Perpignan, les rues ne portent pas de nom. Parfois elles sont très étroites et appelées alors carrero (Trouillas, 1348) ou n'ont pas d'issue (via que no passa : « impasse », à Néfiach, xve s.). En 1263 à Collioure, le roi fixe une largeur minimum aux rues : une canne de Montpellier (environ 1,80 m.) ; il ordonne aussi de les débarrasser des ordures et du fumier qui y sont déposés.

83Les eaux courantes, ruisseaux et écoulements d'eau de pluie ou d'eaux usées les traversent ou les longent. A Ille-sur-Têt, beaucoup de maisons ont ainsi un aquaversum ou aqueductum (1321). Les empiètements de constructions privées sur la rue, domaine public relevant de l'autorité royale, sont soumis à autorisation préalable et au paiement d'un cens spécial, comme à Collioure en 1290, à l'occasion de la construction d'une arcade (ou portique) devant une maison, arcade sur laquelle doit s'élever un étage. Le même acte autorise l'ouverture d'écoulements d'eaux (aquaversus) et de fenêtres supplémentaires sur la rue. Devant une maison de Torreilles on trouve des lavoirs attenants (saffaregs), en 1287, à l'extérieur, sur la rue ou dans une courette.

84La rue, espace de circulation en surface, peut devenir, en sous-sol, un lieu de stockage. A Perpignan en 1304, de nombreux silos (foveas), de dimensions importantes, se trouvent devant les maisons, à l'extérieur, sur la place du blé et les rues adjacentes.

  • 17 Comme à Ponteilla en 1344 lors du changement de seigneur et à Pia en 1376, voir infra 2.4.3, B : « (...)

85Là où les rues se rencontrent, en particulier au point de jonction d'un ancien quartier avec un nouveau, au sortir d'un premier noyau villageois ou d'une zone d'ancienne concentration du bâti, les espaces libres s'élargissent, des carrefours se forment, la place apparaît. Elle est un lieu essentiel de la vie du village. Les maisons qui ouvrent sur la place sont souvent plus grandes, plus aérées, plus en vue, elles sont parfois désignées différemment comme cet hospitium de Torreilles en 1273, ou ceux de Laroque (1371). La place est parfois plantée d'un orme (ulmus), comme à Palau-del-Vidre en 1319 et plus tard à Estagel et Salses. Sous cet arbre, sur cette place appelée « place commune » se réunissent les assemblées des villageois17 : la place est un lieu essentiel de la sociabilité villageoise.

86La mention de la place de Thuir, une des plus anciennes, montre qu'en 1174 c'est sur le forum que se déroule une cérémonie d'hommage, où deux terres sont remises en fief. Le terme de forum, plus rare que celui de platea, plassa ou plaça, indique une des fonctions premières de cet espace : la tenue du marché. En 1207 à Torreilles, les seigneurs se partagent les droits sur le forum vel mercatum du village ; plus tard en 1263, au même endroit, un étal (tabula) est dressé sur la place, comme à Thuir en 1301 où la disposition des étals de boucherie (tabulas macellorum in platea villae de Toyrio) est strictement organisée, en fonction des différentes viandes proposées à la vente. A Pia en 1340, c'est une mensa qui se trouve sur la place. A Ille-sur-Têt deux places existent assez tôt, qui semblent accueillir des marchés différents. L'affluence sur la place pendant les jours de marché oblige à déplacer la boucherie vers un marché plus grand. Sur cette place on trouve la boucherie et les poissonniers, ainsi que des ateliers, comme celui d'un pareur de draps en 1364. La nécessité d'agrandir la place se fait sentir à Baixas en 1321, où il faut pour cela démolir une maison, et aussi à Bouleternère en 1350, où la communauté villageoise achète une maison au curé pour la détruire à cette fin. En 1318 à Salses, des emplacements précis et séparés sont attribués pour la vente des différents produits et animaux, contre les murs du village. Les activités artisanales se groupent aussi sur la place du marché, où des ouvroirs (operatoria) sont mentionnés à Elne en 1312 et à Baixas en 1321.

87Sur la place ou tout près d'elle, comme on le constate sur les plans, les habitants ont souvent accès à un puits ou une fontaine (Pézilla, Baho) dont les textes font rarement mention (Ponteilla, puteum, 1263).

88La croissance démographique, sans doute forte durant ce siècle et demi, bien que difficile à mesurer précisément, se conjugue au phénomène de concentration de l'habitat et se manifeste par un grand dynamisme dans la construction des villages.

89Parmi les signes de cette activité on peut relever en premier lieu les très nombreuses concessions depatis ou patua, ou parcelles de terre, comme terrains à bâtir (ad faciendum domum, domos, casas). Leur surface est le plus souvent d'une à deux monallatas de terre (à Rivesaltes, une monallata et demie, en 1279). On prévoit aussi fréquemment un délai maximum de construction, passé lequel, si la maison n'a pas été bâtie, le preneur peut se voir retirer le terrain. Ce délai est assez généralement de deux ans. Ces mentions de cessions de terrains aux fins de constructions de maisons se retrouvent dans de nombreux villages : Ille-sur-Têt, Montesquieu, Torreilles (1226), Saint-Hippolyte, sur la plassa, en 1293, Théza en 1261, Thuir en 1281, Bompas en 1277, Mailloles en 1261, ou Néfiach dès 1199.

90Cette intense activité de construction se révèle aussi par la mention de nombreux fours à chaux et fours à tuiles, situés près des villages, durant le xiiie siècle. En 1282 un four à chaux est en fonction dans les environs de Salses, un four à tuiles à Villeneuve-de-la-Raho en 1277, à Bages en 1232, à Argelès en 1292.

91Les nouvelles maisons s'établissent parfois hors des murs, soit les murs de l'ancienne cellera, soit ceux du castrum, de l'enceinte villageoise plus large. Elles forment alors ces « faubourgs », le barri ou barrium. A Pézilla en 1338-1345, le barri est aligné le long du carrer d'aval, vers une ancienne église extérieure au village, Saint-Saturnin, qui n'est pas celle de la cellera. A Pollestres le barri est mentionné en 1280, à Château-Roussillon en 1283, à Saint-Feliu-d'Amont en 1290, au Boulou en 1301, à Montesquieu en 1303, à Montescot en 1318, à Thuir en 1333. A Bages en 1237, quatre manses voisins sont situés infra villam foranam, dans la partie du village extérieure aux murs.

92Certains de ces nouveaux quartiers se développent sur une éminence voisine comme à Saint-Hippolyte au lieudit Puyol (1298) ou à Vinça sur Lo Pug, en 1354. Les quartiers nouveaux reçoivent parfois le nom de vila nova, c'est le cas au Vernet dès 1210, à Claira en 1335, à Pia en 1340 et à la fin du xive siècle à Vinça.

93Dans ce contexte d'expansion des villages hors de leurs murs, dans ce grand élan de construction, certains seigneurs vont tenter de fonder des agglomérations nouvelles en attribuant des chartes de peuplement et des concessions importantes aux nouveaux venus. Ceci se traduit par de réels succès, comme la poblacio nova de Prats-de-Mollo en 1245, d'initiative royale, mais peut aussi se traduire par des échecs, comme lors de la tentative de repeuplement de Canomals par l'abbaye de Fontfroide en 1255 ou l'installation d'une populatio nova à Villarasa, près de Saint-Cyprien, à l'initiative de l'aumônerie d'Elne, seigneur du lieu, en 1312, qui ne semble pas avoir donné naissance à un véritable village.

La fortification du village : le castrum villageois

94Ce village qui se développe, autour de la cellera bien souvent, durant les xiie et xiiie siècles, se dote très tôt de fortifications collectives, de murs, qui lui donnent l'aspect d'une ville ceinte de remparts, recevant le nom de castrum, forme d'habitat resserré et fortifié caractéristique des régions méditerranéennes. La naissance de ces castra est précisément datable du dernier quart du xiie siècle dans beaucoup de cas. Par la suite le castrum villageois va évoluer, s'agrandir, ses remparts sont prolongés, élargis pour envelopper de nouveaux quartiers. Ils seront entretenus, rebâtis, surélevés et renforcés, garnis de tours, de créneaux, de chemins de ronde, travaux pris en charge par les communautés villageoises. Mais l'initiative de construire ces fortifications, comme de les agrandir ou de les perfectionner, relève toujours de l'autorité du seigneur laïc (souvent le roi, après 1172) ou ecclésiastique.

  • 18 J.-A. Brutails, Etude sur la condition...
  • 19 L. Bayrou, G. Castellvi, « Esquisse d'une étude des fortifications urbaines... », Etudes roussillo (...)

95Dans un laps de temps serré, entre les années 1172 et 1210 surtout, se multiplient les autorisations de fortifier les villages, délivrées par les rois d'Aragon en faveur de leurs seigneurs locaux. J.-A. Brutails avait déjà relevé ces nombreuses premières mentions de fortifications nouvelles18, faites ou à faire, dont certaines n'ont d'ailleurs peut-être jamais été réalisées ou n'ont représenté que la mise en défense de quelques mas groupés dans une enceinte très restreinte (c'est probablement le cas d'Ortolanes en 1200, de Saint-Nicolas d'Ayguaviva en 1205). Certaines de ces fortifications urbaines ont été depuis étudiées, avec le souci de retrouver les différentes étapes de leur élaboration au travers des vestiges actuels19.

96Cette multiplication des autorisations de fortifier témoigne de la volonté de reprise en main du Roussillon par les comtes-rois, nouveaux maîtres des comtés du nord des Pyrénées, qui, on l'a vu, rétablissent l'ordre sur leurs terres, en exigeant des serments de paix de leurs vassaux, et qui récupèrent et réaffirment leur jus munitionum, le droit exclusivement régalien de permettre la construction de fortifications. Mais cette vague de constructions de remparts marque aussi une étape : la fin d'une première période de croissance villageoise autour des celleres et la nouvelle structure des villages.

  • 20 On ne peut exclure cependant que certaines de ces autorisations concernent la construction de chât (...)

97L'examen de quelques-unes de ces autorisations indique bien qu'il s'agit dans la plupart des cas20 de fortifier des lieux de peuplement et non d'établir des châteaux nouveaux. A Torreilles en 1198, l'autorisation accordée aux co-seigneurs par Pierre 1er d'Aragon concerne la construction d'une forcia communis, une fortification collective, in circuitu ville, autour du village. A Rivesaltes en 1172, Alphonse, roi d'Aragon, avait autorisé l'abbé de Lagrasse à construire une enceinte fortifiée avec les mêmes termes : fortitudo, forcia, employés aussi pour Marquixanes à la même date. L'abbé d'Arles, seigneur de Fourques, obtient l'autorisation de bâtir un castrum et villam munitam.

98Les vestiges des fortifications qui sont encore visibles sont souvent difficilement datables, il semble que la plupart soient plus tardifs (xiiie-xive voire xve siècles). On ne saurait même pas déduire que les fortifications les plus intérieures, au cœur du village, sont les plus anciennes, car, nous le verrons plus loin les noyaux centraux, les anciennes celleres, ont été souvent réaménagés à la fin du Moyen Age en « forts » villageois, quand des fortifications plus larges, devenues trop vastes, étaient délaissées.

99A Baho, le rempart (munitionem et clausuram), dont la construction est autorisée par le roi en 1173, pouvait être, dit le diplôme royal, de terre ou de pierre et comporter des fossés et une tour. Il est probable qu'il n'a pas entouré un espace plus large que celui d'une ancienne cellera, non mentionnée par les sources, mais assez vraisemblable d'après le plan. Cependant la forme actuelle du « fort », un quadrilatère régulier autour de l'église, est peut-être due à des réaménagements postérieurs. Dans bien d'autres villages, à Rivesaltes, à Marquixanes, à Torreilles, il y a de fortes chances en revanche pour que l'enceinte de la fin du xie siècle matérialise déjà une nette extension du village autour de la cellera des premiers temps. C'est aussi ce que permet de déduire l'observation du plan d'Ille-sur-Têt.

100Dans la plupart des cas, cette fortification représente donc un agrandissement du village à partir de son noyau originel, mais il arrive aussi qu'à l'occasion de sa construction, le village soit déplacé et la population regroupée sur un lieu éloigné de l'église originelle et du premier cercle de maisons ou de celliers. Il semble que ce soit par exemple le cas à Prats-de-Mollo, où la poblacio nova est établie autour du palais du roi, sur la colline qui fait face à l'église et à la villa vella dont la muraille était mentionnée en 1242. A Fourques aussi, l'étude du plan et de la morphologie du village montre que l'église d'époque romane, autour de laquelle ont existé des celliers et une authentique cellera citée au début du xiie siècle, donc formée au xie, a été laissée de côté lors de la construction de la villam munitam nouvelle de la fin du xiie siècle. Elle a en effet été bâtie à quelques centaines de mètres de là, en un lieu plus facile à défendre sans doute, au bord d'un ravin. Le noyau initial, la cellera, s'en est trouvé délaissé et sans doute réduit à néant assez vite, il n'en subsiste en tout cas plus aucune trace, ni sur le plan ni sur le terrain.

  • 21 Avant cette époque, le mot castrum désigne couramment une fortification isolée, un château, pour l (...)

101De ce puissant et rapide mouvement de fortification, qui se prolonge sur un siècle, nos villages vont garder leur forme massive, ramassée, et resteront entourés de remparts jusqu'au xixe siècle. Ils prennent alors dans les sources le nom de castrum, terme qui accompagne les noms de la plupart des villages roussillonnais dans le courant du xiiie siècle21. Palau-del-Vidre est appelé castrum en 1191, Baixas en 1214, Saint-Laurent-de-la-Salanque en 1218, Saint-Hippolyte en 1236, Millas en 1252, Eus en 1265, Brouilla en 1271, Maureillas en 1286, Ortaffa en 1291, Codalet en 1305, Château-Roussillon en 1307, Estoher en 1320, Corsavy en 1335. Même de tout petits villages, des lieux ayant disparu assez vite, sont nommés castrum, alors qu'on peut douter parfois qu'ils aient été fortifiés, comme Saint-Jean de Barres (commune de Salses) en 1193, disparu dès 1305, Vilarnau (entre Canet et Perpignan) en 1268, Le Soler-d'Avail en 1348. Le terme de forcia est employé pour Cabestany en 1219, pour Saint-Feliu-d'Avail en 1237, qui est aussi appelé castrum en 1297.

102Au cours du xiiie siècle, on perçoit l'aménagement de ces remparts, avec la mention de tours (Torreilles 1217, Pézilla 1239, Argelès 1292) et de portes (Villeneuve-de-la-Raho 1196, Ortaffa 1240, Thuir 1258, Saint-Laurent-de-la-Salanque 1292).

103D'autres documents nous montrent les seigneurs se préoccuper de la reconstruction, de l'agrandissement ou du perfectionnement de ces fortifications villageoises. A Collioure le mur de la ville est cité en 1207, mais dès 1287 on évoque la destruction récente de maisons pour la construction ou la réfection des murs. Les remparts d'Elne font aussi l'objet de plusieurs campagnes de construction, tant dans la ville haute que dans la ville basse, du xiie au xive siècle. A Thuir, en 1258, un document mentionne les fossés et la porte de la ville, ces fortifications sont l'objet de travaux en 1275, puis en 1286, sur ordre du roi, on fixe les travaux nécessaires aux murs, en distinguant la fortification de la cellera de celle du castrum. Le mur de la cellera devra être consolidé et crénelé, et le mur de la ville devra être construit en pierre et chaux et flanqué de tours. Le castrum de Fourques fait lui aussi l'objet de travaux avant 1303.

104Les travaux aux fortifications extérieures (muris foris castri) ainsi qu'aux murs et fossés du barri, sont à la charge des tenanciers du roi à Tautavel en 1292, d'après les coutumes rédigées à la suite du capbreu. L'obligation de participer à l'entretien des murs des castra est mentionnée dans beaucoup de concessions de tenures ; dans certains cas, ces travaux concernent aussi les fortifications du château seigneurial. A Torreilles, les occupants de manses doivent en 1218 les travaux (opera) au castrum ; à Avalri (commune de Montescot) et à Peyrestortes, en 1273 et 1314, les travaux « aux murs » sont dus aussi par les tenanciers.

105A l'intérieur de la plus large enceinte, celle des xiiie et xive siècles, les maisons sont plus grandes, elles sont aussi plus souvent mitoyennes d'un jardin, d'un verger ou d'une treille, l'espace apparaît comme moins précieux, moins confiné qu'à l'intérieur du premier regroupement. Là, en plus de leur maison, des tenanciers ont un cortal, un enclos à bétail, un poulailler, un pigeonnier et des courettes qui donnent à cet espace, pourtant situé dans les murs, l'aspect d'un secteur intermédiaire entre le dense bâti villageois du centre et la zone périphérique des cultures de proximité. C'est ce qui apparaît dans les plans des villages (Céret, Baixas, Ille-sur-Têt) comme dans les documents de l'époque.

106Des maisons s'appuient sur les remparts du côté intérieur, ce qui suppose toujours l'obtention d'une autorisation préalable, comme à Torreilles, en 1287. D'autres propriétaires obtiennent le droit d'ouvrir une porte dans les murs de la ville (portellam à Torreilles en 1305), qu'il faudra fermer en temps de guerre, ou plus simplement un regard pour permettre l'écoulement des eaux d'arrosage (Le Vernet 1331). Les eaux s'écoulent dans les fossés extérieurs qui doublent le système des murs (tova ville, Villelongue-de-la-Salanque, tovam que est extra villam, Le Vernet 1279). Ces fossés ont à Corneilla-del-Vercol, en 1312, une largeur de deux cannes de Montpellier (environ quatre mètres). Ils sont à cette date donnés en emphytéose, ils ont peut-être perdu leur rôle défensif si des fossés extérieurs autour de nouveaux quartiers ont été creusés ; peut-être leur concession comme jardins ou terrains de pâture n'est-elle pas considérée comme pouvant nuire à leur utilité en tant que défense.

107Dans la première moitié du xive siècle, la reconstruction ou la réorganisation des fortifications villageoises est envisagée à Canohès (1319) ou à Collioure (1345), comme à Baixas en 1324 où sont élevés les grands remparts encore visibles sur le plan et en partie conservés jusqu' à nos jours. La réparation des murs d'Argelès s'accompagne en 1341 de travaux au clocher, qui joue le rôle de tour de guet et de signaux, ainsi que de donjon et de prison.

108La prise de possession d'une ville fortifiée, d'un castrum, se déroule selon un cérémonial institutionnalisé, comme lors de l'entrée déjà évoquée de l'évêque dans la cellera de Bages. A Ponteilla en 1344, pour le changement de seigneur du château, la population entière est réunie sur la place, le seigneur se fait remettre les clés ducastrum, puis, accompagné de la foule, d'un notaire et de ses chargés de pouvoir (dont le batlle), il va faire le tour de son bien, ouvrir et fermer les portes. A Baixas en 1333, le représentant du chapitre d'Elne, qui reprend possession du lieu après une période d'aliénation, ouvre les portes de plusieurs maisons qui appartiennent au chapitre dans le castrum, puis se rend aux portes qui sont percées dans les murailles, les ouvre et referme, fait pousser le cri de ralliement de l'évêque par ses hommes, et fait une proclamation à caractère juridique, interdisant en particulier le port d'armes dans la ville. A l'occasion de ces prises de possession, un emblème du seigneur, fanion, pennon ou drapeau, est hissé sur une maison, un mur ou le clocher. La même cérémonie se déroule à Maureillas bien plus tard, en 1393, où, après l'achat du castrum par un bourgeois de Perpignan, l'entrée en possession du village est marquée par la réunion des habitants sur la place, devant les portes du « fort » villageois, la transmission des clés, l'ouverture et la fermeture des portes du fortalicium, l'ancienne cellera.

109Ce rituel de prise de possession est le même que celui qui se déroule pour un château (Serralongue, 1267), mais aussi parfois pour une maison dans un village. En 1340 à Trouillas, un homme devient propriétaire d'une maison, il en ouvre et ferme la porte principale en signe de prise de possession. De manière presque identique, mais dans un contexte différent qui ne laisse pas de surprendre, quand un nouveau moine entre en charge de l'office d'infirmier au monastère de Saint-Génis-des-Fontaines, en 1375, il ouvre et ferme le verrou des portes extérieures de l'infirmerie « en signe de possession de cet office », dit-on.

110De la fin du xiie siècle au milieu du xive s'est mise en place et consolidée la structure villageoise. L'habitat groupé triomphe dans la plaine du Roussillon et dans les vallées moyennes du Tech et de la Têt, il y prend même un caractère dominant, hégémonique sinon exclusif. La cellera n'a pas joué un rôle mineur dans le succès de ce type de regroupement. Lieu de concentration des richesses agricoles, elle a attiré en son sein les paysans, puis surtout les seigneurs laïcs et ecclésiastiques. Dès lors, ceux-ci, maîtres de la cellera, favorisent l'installation de leurs dépendants autour d'elle, donnant naissance au village et à sa forme fortifiée, le castrum. Les différents espaces villageois restent, malgré les siècles et les évolutions inévitables, fortement typés. La cellera est longtemps, et parfois jusqu'à l'époque contemporaine (à Marquixanes jusqu'au début du xixe siècle), le lieu de dépôt des récoltes. A chaque cellier correspond une maison paysanne dans le village, qui a gardé le nom de mas ou manse. Après la période de naissance des celleres, au xie siècle, c'est au cours des xiie-xiiie siècles que se sont formés les villages concentrés qui caractérisent depuis cette époque le paysage roussillonnais. A l'intérieur de ses murs, sur sa place et dans ses rues prend vie une société villageoise que nos sources permettent parfois de découvrir.

Les pouvoirs et la société dans la cellera et au village ( xiiie- xive siècles)

111La naissance du village autour de la cellera n'a pas que des conséquences morphologiques, topographiques. Elle est aussi un puissant facteur de transformation de l'organisation et des relations sociales. Ce regroupement des maisons est aussi un regroupement des hommes et agit comme un cristallisateur, un élément de cohésion sociale.

112Avec le village se forme une communauté d'habitants, au sein de laquelle se forge une unité, une conscience collective, celle d'intérêts communs. Ces « universités » villageoises se réunissent, prennent des décisions, agissent, possèdent en commun des biens, gèrent un patrimoine et des fonctions communautaires. Une première partie leur sera consacrée.

113Les relations entre seigneurie et communauté villageoise feront l'objet d'une deuxième partie. En effet, sur chaque villageois individuellement et sur tous collectivement, pèse le poids de la seigneurie qui s'exprime par les redevances et les charges dues pour la terre, les banalités et une justice omniprésente. Organisées, solidaires, les communautés tentent de résister à cette pression seigneuriale et y parviennent parfois.

114Enfin, nous pourrons, revenant à la cellera, nous demander quelle a été la place de cet espace particulier dans la formation de la société villageoise. Le village et ses habitants ne constituent pas en effet un tout homogène et indifférencié, ni du point de vue morphologique, ni sur un plan social. On peut donc légitimement s'interroger sur les relations qui peuvent exister entre le découpage topographique et la hiérarchie sociale, plus précisément entre cet espace privilégié qu'est la cellera et les différentes strates de la société villageoise.

Le village : une communauté

115Le regroupement des hommes en un même lieu suppose des contraintes, imposées ou librement acceptées. Il permet aussi à ces hommes, devenus des voisins, de s'organiser pour accomplir un certain nombre de tâches d'intérêt collectif, par exemple, on l'a vu, la mise en défense de la cellera puis du village.

116Créée de manière progressive, sans volonté préétablie, sans prise de conscience préalable de la formation d'un groupe, cette collectivité va peu à peu prendre conscience de son existence, de ses moyens, de sa force. Elle s'organise par elle-même, pour elle-même. C'est ce processus que l'on peut suivre au cours des xiiie et xive siècles.

117Des hommes et des femmes de Tura (village disparu, commune de Rivesaltes) signent ensemble un document en 1265 : la liste n'est pas celle de tous les habitants et ne comporte probablement que les chefs de famille et les veuves. La communauté des habitants prend le nom d'« universitat » en Roussillon au Moyen Age. On la trouve dès 1246 à Palau-del-Vidre, en 1260 à Millas, en 1298 à Peyrestortes, en 1319 à Thuir et dans beaucoup d'autres villages au cours du xive siècle.

118L'université existe même dans de très petits villages : à Reglella en 1319, ou à Taxo-d'Avall. Plus tard, la conscience de former un groupe aux intérêts et aux problèmes communs pousse les hommes à s'unir au-delà des limites du village ou du bourg : c'est ainsi que se forme, avant 1308, l'université des hommes de la vallée de Prats-de-Mollo, réunissant les habitants de tous les villages et hameaux voisins de la ville royale. Cette forme de structuration manifeste cependant en même temps une domination exercée par le « centre » urbain sur la vallée dans son ensemble.

119Cette « université » a ses lieux de réunion. C'est sur la place qu'est assemblée la foule des habitants de Baixas (magna multitudine populi) en 1333 pour le changement de seigneur. A Saint-Jean-Lasseille, en 1339, les gens du village se réunissent sur la place qui est devant la porte de l'église. Sur la place du fortalicium, l'ancienne cellera de Pia en 1376, se déroule la réunion des hommes du village. On se retrouve aussi sur le cimetière, jusqu'au xviie siècle à Bouleternère, sous un porche ou portique devant l'église, ou une « logia » à Palau-del-Vidre, à Tresserre, à Taxo-d'Avall. A Rivesaltes, ces réunions se déroulent dans « l'enclos » ou le « cloître » de la maison du camérier de Lagrasse. Ce sont toujours, on le constate, des endroits centraux, au cœur du village, souvent à l'intérieur de la cellera. Une salle commune, une maison commune existe même en certains villages, comme probablement à Peyrestortes en 1298.

120L'université des hommes se réunit « au son des cloches » ou à l'appel d'un crieur public (preconem publicum) en 1372, à Elne, dans le palais de l'évêque. L'université de Taxo-d'Avall est convoquée sur la place du village par la voix de son crieur public, à la volonté et sous l'autorisation du seigneur de ce lieu.

121Cette université agit comme une entité, elle désigne des syndics, hommes de confiance choisis parmi les plus fortunés de la communauté (ils doivent répondre sur leurs biens) pour prendre en charge des affaires ponctuelles qui intéressent l'ensemble des habitants. Ainsi les hommes de Rivesaltes désignent des syndics pour la mise en place de l'arrosage et la répartition des droits d'irrigation en 1312. C'est souvent pour contracter des emprunts ou pour vendre le droit de percevoir des impositions, pour trouver de l'argent, que l'université nomme des syndics, comme en 1282 à Marcevol où les syndics doivent vendre l'arrière-dîme. En 1352, les habitants de Nyls chargent des syndics de les représenter en justice et de déposer une plainte au nom de la collectivité. Les hommes de confiance de la communauté sont encore appelés probi homines à Prats-de- Mollo en 1321, où ils sont chargés de la répartition des impôts. A Argelès en 1341, ce sont des prohomens qui ont le souci de trouver l'argent nécessaire à la réparation du clocher, travaux auxquels ils obtiennent d'affecter le produit de l'aide (ajuda) du pain.

122De manière permanente, et non plus ponctuelle, l'université a pour fonction de désigner, par élection, des consuls qui restent en exercice durant un temps limité (un à trois ans en général). On connaît leur existence à Prats-de-Mollo en 1339, et leur mode d'élection à Baixas en 1337 et à Claira en 1353. A Baixas, on précise que les consuls doivent être probos viros discretos et sapientes. Honnêteté, prudence (ou rang social élevé : discretos ?) et connaissance du droit sont donc les qualités nécessaires. A Claira leur tâche est ainsi définie : gouverner l'universitatem castri.

123L'action des communautés villageoises est variée. Elle se manifeste au travers de la possession communautaire de pâtures (en 1308 à Latour-bas-Elne), d'un jardin communal à Thuir (jardin « de l'université » en 1311), d'un four commun (Mailloles, 1332). A Baixas, en 1392, deux maisons appartiennent à l'université, l'une où vit le crieur public, l'autre où est construit le four commun. L'université gère aussi la « fabrique », dite fabrica communa à Peyrestortes en 1298. Les consuls de Claira parmi leurs obligations doivent gérer la fabricam ecclesie et pontis dicti castri. Ces universités achètent des maisons, des terrains, pour agrandir la place du village à Baixas en 1321 ou à Bouleternère en 1350. A Bages, les consuls sont chargés de la gestion des biens de l'église, et c'est à ce titre qu'ils diligentent une enquête à propos de l'incendie qui a ravagé l'intérieur du lieu de culte, détruisant, entre autres biens, des livres.

124L'université a souvent en charge aussi la gestion des hôpitaux et léproseries qui existent dans presque tous les villages du Roussillon à partir des xiiie et xive siècles. Ces hôpitaux, qui sont tenus par des clercs et qui reçoivent des donations pieuses, souvent par testaments, sont administrés par l'ensemble de la communauté laïque. Ils possèdent des maisons, des terres, qui leur permettent d'avoir un revenu et de remplir leur rôle d'établissements d'accueil, d'hébergement et de soins.

125En 1297, le roi d'Aragon permet aux consuls et aux hommes de Prats-de-Mollo de construire un hôpital pour les pauvres et d'y placer un frère hospitalier. Les consuls acquièrent une maison et des biens-fonds pour subvenir aux besoins de l'hôpital. C'est aussi la communauté qui a la charge du lazaret ou léproserie de Mailloles mentionné en 1299 et 1342, et de la léproserie d'Elne (1344). Les consuls de Sainte-Marie-de-la-Mer achètent une maison en 1391 pour y établir un hôpital.

126Au treizième siècle sont mentionnés les hôpitaux de Canet, d'Argelès, du Soler, d'Elne, d'Ille, et au quatorzième ceux de Claira, d'Orle, de Prades, de Trouillas, de Millas, de Laroque-des-Albères, de Salses, etc.

127La communauté villageoise, dynamique et prospère, est cependant soumise très fortement à la seigneurie omniprésente.

Le poids de la seigneurie

128La communauté des habitants, qui joue un rôle important révélé par les documents, n'est pas le seul acteur social, ni même le principal, à l'intérieur du village. Tout au plus représente-t-elle une sorte de contrepoids, de force de résistance parfois, face à l'autorité dominante, celle du (ou des) seigneur(s) : seigneur laïc, châtelain qui étend son pouvoir depuis sa tour surtout le village, son territoire et ses habitants, ou seigneur ecclésiastique, souvent lointain, mais représenté par ses agents et fondés de pouvoir, ou dans d'autres cas, fréquents, seigneur-roi.

  • 22 J.-A. Brutails, Etude de la condition..., op.cit.
  • 23 L. Verdon, La terre et les hommes..., op.cit.

129La seigneurie en Roussillon a déjà été bien étudiée, depuis le siècle dernier22 jusqu'à ces dernières années23, par des historiens qui en ont fait un bilan détaillé et solide. Je ne retiendrai donc ici que quelques-uns des aspects de cette emprise seigneuriale, montrant comment elle s'exerce sur le village et ses habitants.

130La seigneurie, c'est d'abord la seigneurie foncière, qui tire ses revenus de la terre et de la part du travail agricole qu'elle s'approprie en échange de la concession des tenures aux paysans. Le seigneur contrôle les récoltes et organise ces prélèvements, selon des modalités pratiques que la concentration villageoise et en particulier celle des celliers dans la cellera vont favoriser. Ainsi à Baixas, lors de la reprise de possession du castrum par le chapitre d'Elne en 1343, le représentant des chanoines confirme que les portes de la ville seront ouvertes de jour comme de nuit pendant la durée des vendanges et qu'un notaire, un écrivain public, se tiendra à chaque porte durant le temps nécessaire pour enregistrer le volume des raisins entrant dans la ville. La mise en fortification du village et la centralisation des récoltes dans la cellera permettent ainsi une efficacité accrue du contrôle seigneurial et du prélèvement de la part qui lui est due. On a vu plus haut de nombreux exemples de celliers et de maisons d'agents seigneuriaux situés dans la cellera : l'aspect pratique de cette localisation ne doit pas faire sous-estimer sa raison première, qui est sans aucun doute la surveillance exercée sur l'entrée des récoltes.

131Parmi les charges qui pèsent sur les paysans tenanciers, dépendants du seigneur, on peut relever aussi celles qui ont trait aux travaux de construction et d'entretien du château ou des fortifications collectives, comme aux obligations de guet. Obligation est faite ainsi aux hommes d'Ortaffa en 1240 de garder les murailles, les habitants de Palau-del-Vidre doivent participer aux travaux du castrum, ceux de Thuir doivent au moins y contribuer financièrement en 1288.

132La seigneurie n'est pas que le pouvoir sur la terre, fondé sur la possession de l'espace rural. Elle est devenue un pouvoir sur les hommes qui se manifeste sous plusieurs formes.

  • 24 L. To, « Le mas catalan... », Cahiers de civilisation médiévale, op. cit.

133La soumission des hommes au seigneur s'exprime par des cérémonies concrètes : en 1305, le bayle et les hommes du castrum du Vernet (Perpignan) prêtent collectivement hommage et fidélité au nouveau seigneur, Jaubert de Castelnou. C'est aussi ce souci de se faire reconnaître comme nouveau seigneur qui motive la réunion de tous les villageois sur la place, à Baixas ou à Ponteilla, lors des prises de possession de ces castra. A Brouilla en 1269, le prieuré du Monastir-del-Camp (Passa) possède des droits sur tous les hommes du village ; à Terrats on sait que tous les hommes du village sont aux xiie-xiiie siècles des serfs24.

134La seigneurie banale, celle qui exerce le droit de ban, qui juge et qui punit, est probablement celle qui est du plus grand rapport au point de vue financier, elle est aussi celle qui concrétise le plus fermement l'autorité du seigneur sur le village et ses habitants. C'est pourquoi elle fait l'objet de délicats partages et de conflits nombreux entre seigneurs. Le partage des justices est évoqué dans l'accord intervenu en 1207 entre les trois seigneurs de Torreilles. C'est aussi à propos du partage des revenus de la jusdce entre seigneurs suzerains et vassaux qu'est menée l'enquête au sujet de Belpuig et de Saint-Marsal, en 1282 puis 1293. Droits sur le castrum (le château et son territoire) et sur la cellera sont précisément distingués.

135Dans son fameux testament, Guillaume-Hugues de Serralongue en 1267 ordonne de supprimer le costel, le pilori, qu'il a fait élever dans la cellera de Coustouges. D reconnaît avoir créé un précédent, en étant le premier à avoir érigé là cet instrument de punition. Il reconnaît aussi, de fait, n'y avoir eu aucun droit. La cellera comme espace d'immunité a cessé d'exister, mais un souvenir subsiste de cette ancienne protection, qui est assez fort pour amener le seigneur à faire amende honorable avant son départ en croisade. Plus tard, l'exercice et les fruits des justices dans la villa et dans la cellera de Coustouges sont partagés entre le roi, qui garde les justices civile et criminelle (moyenne et haute justice) et l'abbé, qui a la basse justice. Si l'on précise que ces justices s'exercent aussi dans la cellera, c'est sans doute à cause de cette ancienne immunité. L'exercice de la justice dans la cellera de Coustouges est d'ailleurs expressément exclu de la concession faite par le roi au seigneur de Cabrens : comme sur tous les hommes et les biens dépendant de l'abbé d'Arles, sur la cellera de Coustouges le seigneur de Cabrens n'a aucun droit de justice.

136La justice haute et moyenne, qui punit les crimes et condamne à des peines corporelles (ou à une lourde composition) est sévèrement appliquée semble-t-il et constamment rappelée par la présence effective, partout, de carcans, piloris, fourches patibulaires, soit sur la place du village, soit en un lieu particulièrement bien exposé du territoire villageois : une colline, un carrefour, un point toujours remarquable.

137En 1260, les deux seigneurs de Millas établissent un pilori (costell) sur la place du village, dont ils auront l'usage commun et où seront enfermés ceux qui ayant commis un délit ne pourront payer l'amende. Il ne s'agit pas d'une menace faite à la légère, car cette précision vient appuyer l'affirmation par ces seigneurs du droit de ban qu'ils exercent sur les jardins, les vignes, les champs de toute la paroisse et l'interdiction aux habitants de posséder un four particulier.

138La valeur symbolique de l'installation de ces fourches ne fait aucun doute, elles sont le signe, la preuve du droit d'exercer effectivement la justice, délégué à un seigneur privé. Quand en 1393, comme on l'a vu, un bourgeois de Perpignan prend possession du castrum de Maureillas, il réunit les hommes de ce lieu, devant la porte du « fort » (fortalicium, l'ancienne cellera), et fait installer devant le fossé du « fort », sur la place, face à la porte, un pilori en signe de possession (costellum... in signum possessionis).

139On trouve des autorisations de dresser ces fourches, en bois ou en pierre, à Arles-sur-Tech en 1280 (furchas erectas), à Taxo-d'Avall en 1347 (furcas lapideas vel fusteas), à Turan (Rivesaltes) en 1312, où un lieu-dit « .Les Forques » existe encore en 1422, à Pia en 1326. A Canomals, le roi Sanche confirme à l'abbé de Fontfroide les justices civiles et criminelles et l'autorise à y établir une prison et des instruments de torture (carceres, furche, costella et alia instrumenta seu patibula). L'existence de ces fourches est certaine à Baixas où un conflit oppose le viguier royal et le chapitre d'Elne pour la destruction des furchas, costellos et palos (1380-1386). A Mailloles, les furxe regie se trouvent sur une colline à la fin du xive siècle. A Trouillas comme à Eus existent aussi des lieux-dits al costell.

140Le pilori est toujours associé à l'idée d'infamie, et le lieu où il se trouve est marqué d'un signe négatif. A Perpignan en 1303, il n'est donc pas surprenant que la viande des bêtes mortes (de mort naturelle) et la viande impure (mesela) ne puissent être vendues que sur le marché de la plassa del costeyll. Un document concernant Saint-Jean-Lasseille donne une description assez précise de ces fourches : elles sont doubles, en bois, une poutre les ferme.

141L'inventaire des biens contenus dans le « château » du chapitre d'Elne à l'intérieur de la cellera de Baixas fournit la liste du mobilier de la prison : fers, menottes, liens, brodequins, colliers de fer. Le genre de châtiments susceptibles d'être infligés aux condamnés est détaillé dans la confirmation des justices accordée au seigneur de Saint-Marsal en 1307 : fustigation, marquage au fer rouge (signacionem ferri caldi) et amputation (detrunchacionem membrorum). Une liste effrayante des supplices susceptibles d'être infligés est aussi établie à l'occasion de la passation de la seigneurie de Maureillas, en 1393. L'archevêque de Narbonne possède lui aussi une prison à l'intérieur de son château, dans la cellera de Pia.

142La pression exercée par la seigneurie se manifeste en outre par l'imposition de banalités assez lourdes comme celles pesant sur les moulins et les fours, des fours seigneuriaux étant mentionnés à Torreilles et Claira par exemple. A propos de ces banalités comme des droits de justice, on voit les communautés villageoises tenter d'obtenir quelques concessions, aménagements, ou remises, et y parvenir parfois. En 1243, Pons de Vernet abandonne la banalité de la cuisson du pain qu'il possédait à Torreilles et autorise les habitants à avoir leurs propres fours, en échange d'une journée par an de travail au ruisseau de ses moulins. Comme dans ce cas, l'abandon de droits par un seigneur est généralement le résultat d'un échange, d'un accord où la communauté villageoise cède elle aussi, accepte d'être soumise à certains droits seigneuriaux, ou plus simplement verse une importante somme d'argent.

143En 1260, à Millas, l'universitas populi, en échange de la construction d'un four par les seigneurs, accepte la confirmation de leur droit d'exercer la justice. A Baixas, les privilèges accordés à l'université des hommes en 1343 par le chapitre d'Elne sont obtenus contre une forte indemnisation pécuniaire. Des privilèges et exemptions de droits sont accordés aux habitants de Villeneuve-de-la-Raho (1225), de Prats-de-Mollo (1241), de Palau-del-Vidre (exemption de leudes, 1243), de Vinça (exemption d'exorquia, 1245).

  • 25 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. II.

144Les exemptions concernent souvent les plus mal acceptées des charges qui pèsent sur les paysans et en font des dépendants asservis : l'exorquia et l'intesti257. C'est à propos d'ailleurs de ces « mauvais usages » qu'éclate en 1235 un violent conflit entre la communauté des habitants et les moines d'Arles-sur-Tech. Des émeutes ont eu lieu, la célébration des offices divins est devenue impossible et un accord n'a pu être conclu qu'après l'intervention de l'évêque d'Elne et du viguier du Roussillon. Aux termes de la convention passée entre les deux parties on comprend les raisons de cette crise : les habitants d'Arles-sur-Tech acceptent d'être soumis aux banalités du four et du moulin et de payer un dédommagement au monastère, ils obtiennent en retour que l'abbé renonce aux droits d'exorquia et d'intestia qu'il percevait jusque là. Les révoltes plus tardives de la pagesia de remensa sont préfigurées par ce soulèvement des Arlésiens contre les banalités et les marques de dépendance servile. Il est aussi la preuve d'une forte cohésion sociale des villageois face à leur seigneur ecclésiastique.

145L'attribution de coutumes (comme à Tautavel en 1292) et l'exemption de certaines charges sont aussi le moyen pour les seigneurs (et bien souvent le roi au premier chef) d'attirer dans le village qui lui appartient une population nouvelle qu'il s'agit de fixer durablement pour profiter pleinement de la croissance démographique.

146A Prats-de-Mollo, dans le cadre de l'établissement de la populatio nova, le roi accorde à tous les habitants de la vallée, en 1241, l'exemption de cugucia, exorquia et intestia. Puis, en 1245, il affranchit totalement et rend libres tous les étrangers qui viendront s'établir sur le puig, à côté du palais royal. La promulgation d'une charte depoblacio royale à Collioure en 1207 avait elle aussi été complétée en 1223 par l'attribution de franchises.

147Cette « faim d'hommes » qui pousse les seigneurs à accorder ces privilèges peut aussi les conduire à se nuire les uns aux autres, en cherchant à attirer les dépendants d'un seigneur voisin par la promesse d'avantages réels, et particulièrement en leur accordant la liberté. C'est ce qui est sous-entendu par le roi pour les étrangers qui viendront habiter Prats-de-Mollo, et c'est ce qui amène Nunyo Sancho, en 1237, à promettre à l'abbé d'Arles, qui lui cède Les Bains d'Arles (aujourd'hui Amélie-les-Bains), qu'il n'accueillera pas d'hommes ou de femmes dépendant de l'abbaye dans ce castrum.

148Seigneurs et villageois sont ainsi en relation étroite, parfois conflictuelle. Leurs rapports se font souvent par l'intermédiaire de l'universitas et en particulier de ses consuls ou prohomes élus parmi les notables. C'est que la communauté villageoise n'est pas un tout homogène et qu'en son sein on distingue différentes strates de fortune et de prestige, un étagement subtil mais rigide des conditions. Il est possible de se demander quel rapport existe entre cette différenciation sociale et la variété des espaces villageois. L'une des fractions de la société villageoise est-elle plus représentée que les autres au sein des occupants de la cellera ? Quelle relation peut-on établir entre la présence dans la cellera et le niveau d'aisance de ses occupants ?

Dans la cellera, une « aristocratie villageoise »

149Espace protégé de formation ancienne et dont la fonction de dépôt des récoltes se maintient souvent jusqu'aux xiiie-xive siècles, la cellera n'est pas un quartier du village comme les autres. Lieu de centralité, de sociabilité, elle est au cœur de la structure villageoise et agraire. Le lien étroit qui existe depuis ses origines entre le cellier et le manse, notamment avec les plus anciennes de ces exploitations rurales et donc probablement les mieux établies, explique que les tenanciers de la cellera forment un échantillon remarquable des exploitants agricoles.

150Percevoir cette particularité, la mesurer, suppose de pouvoir comparer cet échantillon à l'ensemble. Cela n'est possible que dans de rares cas, ceux où les sources permettent d'entrevoir l'ensemble des tenanciers d'un même seigneur, répertorient leurs tenures dans le détail, à une même date, en un même lieu. Nous disposons heureusement en Roussillon d'un certain nombre de capbreus (terriers) établis pour le roi de Majorque en 1292-1293, en particulier pour les villages d'Estagel et de Millas où existent des celleres bien constituées à cette époque, ainsi que des documents analogues établis pour le compte de l'abbaye de Lagrasse à Prades en 1379-1380 et en 1504, ainsi que pour le vicomte d'Ille à Saint-Feliu-d'Amont, en 1326.

  • 26 Par J. Reynal, Une seigneurie..., et L. Verdon, La terre et les hommes...

151L'exemple de Millas est un des plus révélateurs. Le capbreu en a été fort complètement étudié à deux reprises26 selon des points de vue différents. La première approche était monographique, elle donne la vision détaillée d'un village et de son finage à la fin du xiiie siècle ; la seconde avait davantage pour but de compléter et de comparer une évaluation du poids de la seigneurie en Roussillon à la même époque. J'ai utilisé ces deux travaux en orientant mon interrogation vers la différenciation des niveaux de fortune des divers tenanciers, en relation avec les biens qu'ils déclarent dans la cellera et ailleurs.

152Parmi les deux cents habitants de Millas déclarant tenir des biens pour le roi à Millas, un huitième seulement, soit vingt-six exactement, sont en possession d'une mansata ou d'une borda, une unité agricole complète. Ils détiennent à eux seuls un cinquième des biens répertoriés (maisons, champs, vignes, parcelles et terres diverses). A l'intérieur de ce petit groupe se détachent ceux (seize) qui détiennent un cellier dans la cellera, en relation avec leur manse ou borde. Ces tenanciers de manses ayant un cellier dans la cellera sont, dans le groupe des tenanciers de manses déjà favorisé, ceux qui détiennent en moyenne le plus de biens (seize chacun pour une moyenne générale de treize chez les tenanciers de manses et bordes). Bien entendu une parcelle n'est pas égale à une autre et la comparaison a ses limites : il ne paraît pas possible d'aller plus loin dans la précision.

153Les tenanciers de manses ne sont pas les seuls villageois à détenir un bien dans la cellera. Dix-neuf autres paysans, qui ne tiennent pas un manse pour le roi, ont un cellier dans la cellera. Si l'on établit pour cet échantillon la même comparaison avec leur groupe d'origine (celui des non-amansats) on constate qu'ils sont eux aussi en moyenne, légèrement mieux pourvus en biens (neuf en moyenne contre huit).

  • 27 On y trouve aussi, on l'a vu, une résidence seigneuriale, une maison forte, appelée forcia dans le (...)
  • 28 Un tenancier de manse détient deux celliers.

154Sur l'ensemble des trente-huit celliers constituant la plus grande partie27 de la cellera à la fin du xiiie siècle, dix-sept28 sont encore détenus en relation avec un manse ou une borde, selon la structure de base, originelle, de la constitution de la cellera et de la répartition des terres dans la seigneurie. Parmi les autres tenanciers de celliers, nul doute qu'il n'y ait un certain nombre d'héritiers de manses fractionnés, ayant reçu pour part de succession un cellier et quelques terres.

155En tout état de cause, il apparaît nettement que le groupe des tenanciers dans la cellera est plus favorisé que la moyenne des villageois et que les tenanciers de manses y représentent presque la moitié des tenanciers, alors qu'ils ne sont qu'un huitième dans la population totale. Bref, tous les paysans prospères n'ont pas forcément un cellier dans la cellera, mais ceux qui en ont un sont plus prospères et mieux dotés que la moyenne. Ces éléments permettent de conclure à une cellera qui joue en partie le rôle de conservatoire des vieilles structures agraires (le manse et ses dépendances), une cellera dont les tenanciers sont encore en grande part des descendants des vieilles familles villageoises qui ont reçu ces mas avec leurs celliers, et qui constituent une petite élite rurale.

156Le cas d'Estagel est plus difficile à analyser, car le roi n'est qu'un des seigneurs de ce village, le principal étant l'abbé de Lagrasse, dont on sait qu'il possède un cellier de collecte des redevances et une maison, probablement pour son bayle, contre le mur de l'église, dans la cellera. De fait, le roi n'a que très peu de possessions dans la cellera.

157Dans le capbreu royal, sur quatre-vingt-dix-huit déclarations, quatre seulement mentionnent un bien dans la cellera, à savoir trois maisons et un cellier. Cependant, par rapport à l'ensemble des tenanciers royaux, ces quatre occupants de la cellera sont nettement mieux pourvus en terres cultivées et vignes. Ils sont en outre tous les quatre tenanciers de manses ou de portions de manses ou de bordes. Ils se situent au moins dans le tiers le plus riche des déclarants, et rien ne permet d'exclure qu'ils ne soient pas aussi tenanciers de biens pour Lagrasse.

158L'essentiel des tenanciers de la cellera d'Estagel échappe donc à notre vision. On peut supposer que c'est l'abbaye languedocienne qui y possède la plupart des biens, mais même le petit échantillon dont nous avons connaissance confirme l'impression tirée du capbreu de Millas, celle que dans la cellera se retrouve une proportion non négligeable de la sanior pars de la communauté villageoise.

159Les capbreus de Saint-Feliu-d'Amont et de Prades, nettement postérieurs, apportent eux aussi des renseignements intéressants sur la longue permanence des celliers dans la cellera et sur la position favorisée de la fraction des paysans qui les détient.

160A Saint-Feliu-d'Amont, on sait que depuis 1243 au moins le vicomte de Fenollet possède des droits sur quatre celliers situés dans la cellera. Dans la première moitié du xive siècle, un capbreu établi pour le vicomte Pierre de Fenollet dresse la liste de ses tenanciers et de leurs possessions dans le village de Saint-Feliu-d'Amont. Il est incomplet et l'on doit remarquer aussi d'emblée que le vicomte n'est pas le seul seigneur dans la cellera puisqu'il s'y trouve des tenanciers pour trois établissements religieux (le prieuré de Marcevol, l'église de Saint-Feliu-d'Amont et l'hôpital d'Ille).

161Malgré ces carences, on peut faire quelques remarques intéressantes. Sur soixante-quatorze déclarants, cinquante ne tiennent pour le vicomte qu'une à trois parcelles et pas de maison ; ils sont sans doute tenanciers pour d'autres seigneurs. Parmi les vingt-quatre restants, neuf déclarent une maison (domus ou hospitium), ou un cellier, dans la cellera. Ils sont tous assez bien dotés en terres et trois sont dits « hommes propres et solides,amansats ». Ils font partie du quart le plus aisé des tenanciers. Les confronts permettent de reconnaître onze autres tenanciers dans la cellera, qui dépendent probablement des autres seigneurs.

162Pour Prades, nous disposons d'un fragment de capbreu des années 1379-1380 et d'un capbreu plus complet, mais très tardif, puisqu'il a été établi en 1504, tous deux en faveur de l'abbaye de Lagrasse.

163Le capbreu de 1379-1380 comprend des déclarations pour trente-quatre celliers qui sont tous situés in fortalicium, nom que prend la cellera à la fin du xive siècle. Chose remarquable, tous les déclarants qui tiennent un cellier pour l'abbaye commencent leur déclaration par le cellier, sans exception aucune, avant même la maison et tout autre bien. Il semble que ce soit à partir du cellier qu'est établie la dépendance par rapport à Lagrasse. Ceux qui ont un cellier ont davantage de biens que les autres, ils semblent aussi apparemment dans une relation différente au seigneur, étant avant toute chose possessionnés au cœur de l'ancienne cellera. Ils sont les plus proches des dépendants, Lagrasse possédant dans la cellera un grenier et la maison de son camérier.

164En 1504, trente celliers existent encore dans la cellera (toujours appelée fortalicium), dont au moins dix-huit sont tenus pour Lagrasse. Ils sont groupés autour de l'église Saint-Pierre que certains celliers touchent.

165L'ensemble de ces éléments permet de conclure non seulement à la grande permanence, à la longue durée des celliers dans la cellera, mais aussi à une persistance de leur lien avec les manses et bordes, et par l'intermédiaire de cette structure, à leur possession par une partie de la couche la plus favorisée des paysans.

  • 29 Pour reprendre l'expression de J.-P. Cuvillier, « Les communautés rurales.. ».

166Lieu central, la cellera est aussi un conservatoire des formes traditionnelles d'exploitation agricole et l'espace privilégié où se retrouve une partie de l'« aristocratie villageoise »29, vieilles familles paysannes, coqs de village, hommes de confiance des seigneurs, tenanciers des gros mas et des exploitations importantes.

167Ceci a dû jouer un rôle dans la survivance de la cellera comme espace particulier, original, jusqu'à la fin du Moyen Age et parfois au-delà.

Le finage villageois (xiiie-xive siècle)

168Une transformation des structures de l'habitat aussi radicale et généralisée que fut celle de l'apparition des castra, villages concentrés fortifiés, autour de la cellera originelle, ne pouvait rester sans conséquence sur le paysage, le territoire entourant le village.

169Le premier type d'observations qu'il est possible de faire concerne le domaine des activités agricoles et artisanales des villageois hors de leurs murs, en particulier quant à leur répartition zonale et à la spécialisation des terroirs au sein du finage.

170Viennent ensuite une série de renseignements épars mais convergents sur le nécessaire travail d'aménagement et de transformation du territoire villageois : voies de circulation, routes, chemins, points de passage obligé (ponts, bacs), ainsi que sur le contrôle et la gestion des eaux.

171Enfin, au titre des conséquences finales de cette réorganisation de l'espace rural, on pourra tenter de mesurer sommairement l'impact de la nouvelle concentration de l'habitat sur les anciens lieux de peuplement, en particulier au travers de la disparition précoce de certains d'entre eux que l'on ne retrouve plus, dès les xiiie-xive siècles que sous le nom de villa vella.

Les activités agricoles et artisanales autour du village

172Le village dans la forme concentrée, ramassée, qu'il prend en Roussillon, le castrum autour de la cellera, modifie la relation des paysans à leurs terres. Cette concentration de l'habitat a pour conséquence majeure la dissociation entre le lieu de vie, de repos, la maison, le lieu de stockage, le cellier, et le lieu de travail, les champs.

173Si la disparition de l'habitat dispersé n'est jamais absolue, car partout dans la plaine roussillonnaise on trouve quelques mas épars sur le territoire villageois, et plus encore sur les piémonts du sud ou de l'ouest, le trait principal du paysage est bien la formation des gros villages où vivent la majorité des paysans.

174Sur le plan de la répartition des zones cultivées, les conséquences vont être doubles : spécialisation des terroirs et organisation concentrique du finage. L'exploitation ne forme plus nécessairement un ensemble cohérent spatialement, ses terres ne sont plus groupées autour de chaque mas, les paysans doivent dès lors se déplacer pour les travaux des champs. Chacun ne détient plus les parcelles au plus près de sa maison, ce qui est devenu impossible avec le resserrement villageois, mais chaque terre est située sur une partie différente du finage, sur les divers terroirs, en conjuguant les aptitudes différentes de chacun d'entre eux. Ensuite, la répartition de ces parcelles groupées en terroirs s'organise très souvent de manière concentrique, le village jouant le rôle de pôle, de centre autour duquel se fixent, au plus près de lui, les cultures qui nécessitent le plus d'investissement de temps de travail et de soins réguliers et au plus loin les espaces, les terres dont on n'use et ne s'occupe qu'occasionnellement.

175En bordure du village, souvent entre les maisons du barri, voire du castrum si les murs de celui-ci ont englobé un espace trop vaste pour être entièrement bâti tout de suite, on trouve bien entendu les jardins et les vergers (horta et viridaria). S'ils sont hors des murs, hors de l'espace construit, les jardins sont voisins entre eux et forment une zone maraîchère, la horta, parfois la horta nova, ou ortos novos à Orle, orta d'avall à Mailloles. Une rue « va aux jardins » à Comeilla-de-la-Rivière, un chemin sépare « les jardins » des fossés à Thuir, un jardin touche à quatre autres jardins à Montferrer. Un secteur « des jardins » se trouve près de l'Agly sur le territoire de Pia, des jardins contigus existent à peu près partout (Serrabone, Saint-Hippolyte par exemple). Ces jardins sont souvent complantés d'arbres fruitiers : des « arbres » sans autre précision à Elne, mais aussi des oliviers et des figuiers à Saint-Feliu-d'Avall, des mûriers à Molitg, dès le xie siècle. C'est pourquoi on peut les trouver sous le nom de « jardin ou verger », parfois aussi de « treille » (trilleam) quand on y cultive une vigne.

176Ce qui est certain, c'est que ces jardins sont irrigués (dès le xiie siècle à Mailloles), et qu'on les trouve plus particulièrement près des rivières (la Tôt à Ille-sur-Têt, à Néfiach, à Saint-Feliu-d'Avall, la Vassa à Prades) et au bord des ruisseaux d'amenée ou de fuite d'eau des moulins (Orle). Au xiie siècle à Torreilles, un jardin est traversé par la regeram de qua totus ortus rigatus (est), des jardins au Vernet sont cédés avec leur recatura. L'eau d'irrigation ou d'arrosage peut provenir des fossés (Mailloles), juste au pied des murs et au contact direct du village. A Estagel, Elne, Vilarnau, Baixas, Banyuls-dels-Aspres, Palau-del-Vidre les jardins touchent aussi aux fossés. Plus tard, la terre des fossés, riche des rejets de détritus et très humide, est donnée souvent à bail pour y faire des jardins (Mailloles, Bompas). Cette transformation du vallum en jardins est bien visible sur les plans du xixe siècle encore (Baho, Saint-Jean-Pla-de-Corts).

177Le jardin est d'assez petite taille, à Pia deux monallatas de terre, ou de la largeur de la maison du barri, qu'il prolonge à l'arrière (Prades, Laroque). Il peut devenir terrain à bâtir (Bompas, xiie siècle) ; plus tard, lors de la période de régression démographique (cf. infra), le terrain où s'élevait une maison abandonnée redevient un jardin. Certains jardins sont appelés spécifiquement « jardins du château » (Montesquieu, Le Vernet, Saint-Hippolyte, Maureillas), on trouve de la même manière le « jardin de l'église » à Laroque, ou celui « de la sacristie », à Prats-de-Mollo.

178La proximité des jardins et de l'habitat explique qu'ils subsistent en des lieux-dits qui évoquent un ancien château (Castellars, à Salses), ou un ancien village (Saint-Jean-Pla-de-Corts et Saint-Hippolyte, a la villa vella) ; à Eus l'ortam veterem correspond à la villa vetera.

179Les maisons qui ont des jardins contigus sont, comme on l'a vu, des maisons du barri (Villeneuve-de-la-Rivière, Vinça) ou situées a la vila nova (Le Vernet, Claira), ou encore des mas isolés (Laroque) ou hors de la cellera (Saint-Estève). Le jardin est en tous les cas un élément constitutif essentiel de toute borde ou mansata et ne manque pratiquement jamais à l'énumération des parcelles qui les composent. Il est d'ailleurs cité le plus souvent juste après la maison (Estagel, Fourques, Saint-Arnac, Saint-Feliu-d'Avall et d'Amont, Saint-Genis-des-Fontaines, Saint-Hippolyte, Toulouges, Laroque).

180Beaucoup de jardins sont complétés d'une treille (trilia, trillolia à Fuilla, xie ou xiie siècle), cette treille s'appuie aussi sur les murs des maisons du barri, à l'extérieur des fortifications (Bouleternère, Laroque).

181Le verger est aussi à côté de la maison, si elle est extérieure au castrum (Céret), ou située dans le barri (Maureillas, Saint-Feliu-d'Amont), ou dans la vila nova (Pia). Il est lui aussi arrosé (Le Boulou), et un puits alimenté en eau par un ruisseau est situé dans un verger du Vernet. A Salses un verger appartient au presbytère alors qu'à Elne, dans la ville haute, se trouve le verger du palais épiscopal. Un secteur du terroir peut être plus spécifiquement consacré aux vergers : c'est sans doute le cas à Prats-de-Mollo, où une porte de la ville est appelée « Porte des vergers ».

182En relation avec les maisons extérieures, celles des barris, ou avec des jardins, on trouve beaucoup de pigeonniers ou colombiers (columbarium). Ils sont nombreux en Roussillon, et détenus par des paysans ou villageois sans statut privilégié. A Bouleternère, ils semblent concentrés en un même lieu, car on précise que plusieurs sont contigus. Ils sont souvent bâtis sur les jardins, d'ailleurs on autorise la construction de pigeonniers à Corneilla-de-la-Rivière ou à Reglella, sur des jardins, contre versement d'un cens annuel de deux pigeons. Le chapitre d'Elne possède un pigeonnier et des pigeons près de la maison qui est sa propriété, à l'intérieur de la cellera de Baixas, mais la plupart des pigeonniers se trouvent hors des murs des villages (Laroque, Eus, Terrats). Une bergerie (cort oveillar de ovella : brebis) est attenante à un mas à Bompas au xiie siècle. Cette bergerie est d'ailleurs assimilée à un cortal ou à un patuum fermé d'un enclos.

183Le cortal ou corral (cortilio, curtilio, parfois stabula) est un espace clos, un enclos à bétail, petit ou gros, étable, bergerie ou simple poulailler. Il est très rarement au cœur du village : celui qui se trouve en 1355 dans la cellera de Saint-Feliu-d'Amont apparaît comme une exception, il résulte peut-être de la destruction d'une maison ou d'un cellier, tout comme à la fin du xive siècle, la domum sive cortal située dans le fortalicium de Laroque-des-Albères. La plupart se trouvent soit à l'intérieur du castrum, dans l'enceinte la plus large, où l'on trouve encore quelques espaces non bâds (Céret, Ille-sur-Têt, Millas), soit à l'extérieur, dans le barri (Laroque-des-Albères, Bouleternère, Salses, Saint-Estève, Saint-Feliu-d'Avall).

184Les cortals sont « hors des murs » à Collioure et Thuir, où l'on interdit même de les construire à moins d'un trait d'arbalète des remparts. Certains, comme au Boulou, ont dû être détruits pour faciliter la défense de la ville en temps de guerre, car ils étaient trop près des fortifications.

185Le bétail est souvent gardé à l'intérieur des murs d'anciennes maisons en partie détruites, en cours d'abandon, probablement sans toit ; c'est ce qui explique que l'on trouve tant de mentions de cortals dans les villages en déclin dès le début du xive siècle (Reglella, Casesnoves, Tura) et dans la « ville vieille » de Rivesaltes.

186Dans les environs immédiats du village se déroule aussi l'activité de battage du blé. Les épis sont portés sur l'aire, espace découvert, à la périphérie immédiate du village, souvent dans un secteur où sont regroupées toutes ces aires de battage. Dans nos villages actuels on trouve encore des « rues des aires » (à Pollestres par exemple). Ces aires sont ainsi regroupées à Baixas, à Nyls, à Bages, où deux aires sont mitoyennes. Mais dans les quartiers extérieurs au bâti moins dense, on trouve aussi des maisons avec leur aire contiguë (Laroque-des-Albères).

187Dans un périmètre plus éloigné se trouvent les vignes, omniprésentes. Même à Py, en secteur montagneux, un terroir s'appelle le vinyal ; à Fuilla aussi, à près de mille mètres d'altitude, on trouve encore de la vigne. Une vigne touche souvent à une autre vigne, et de même les maillols, les jeunes vignes, sont aussi plantés dans des secteurs spécifiques.

188Les champs de céréales ou de légumineuses ou de plantes fourragères (ferraginal) sont le plus souvent désignés sous l'appellation générique de « pièces de terre », « terre » ou « champ ». Dans certains secteurs le nom du terroir indique quelle est la culture dominante : comme les linières de Saint-Feliu-d'Avall (als Linars, 1240).

189Plus loin encore sont situés les bois et les pâtures naturelles. Le fait qu'ils soient éloignés et peu entretenus, peu travaillés, n'en fait pas pour autant des espaces négligés, sans intérêt. A preuve les conflits qui naissent pour leur utilisation et les jugements qui la règlementent (Belpuig). La devèse est l'espace mis en défense, sous protection : ce peut-être une terre en friche, placée en réserve, éventuellement aux fins de mise en culture future (Salses 1294) ; ce peut-être aussi un tronçon de cours d'eau, à la fois la rivière, ses eaux, ses poissons, ses rives, les bois qui y poussent, les prairies qui les bordent, le sable même qu'elle a déposé (à Château-Roussillon, près de la Têt, on mentionne le lieu-dit arenals). A Reynès, la devèse s'applique à l'interdiction de pêcher dans le cours du Tech. On trouve plutôt les devèses dans la partie montagneuse du diocèse (Ayguatebia 1392, Laroque-des-Albères). Auprès de la mer, dans les parties très basses de la plaine littorale, les salines sont nombreuses et convoitées par les établissements religieux (Torreilles, Saint-Hippolyte).

  • 30 Au sujet de ces activités, dont j'ai trouvé de nombreux témoignages, je ne peux que renvoyer à l'a (...)
  • 31 S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon du ixe au xve siècle, CNRS éditions, 1995.
  • 32 Une bonne étude permettant de mieux connaître la production de ces artisans dans la région toulous (...)

190Un certain nombre d'activités artisanales ou de transformation se déroulent aussi hors des murs du village. Ce sont par exemple, et pour mémoire seulement, les forges, les moulines de fer, les charbonnières, les mines, situées dans les secteurs boisés ou montagneux, souvent auprès de cours d'eau30. Dans la périphérie des villages aussi sont établis les moulins, qui ont été l'objet d'une étude complète et exhaustive31. Moins étudiés dans notre secteur32, on trouve cependant quelques fours à poteries (Argelès 1292), fours à chaux (dans la garrigue de Salses) et fours à tuiles (Villeneuve-de-la-Raho).

191Le territoire dépendant du village apparaît donc comme largement transformé par les hommes, adapté aux nouvelles structures spatiales et agraires : le village concentré, les mas regroupés, les terroirs spécialisés. La mise en valeur du finage est alors rationnelle et méthodique. Il a fallu pour la rendre possible ouvrir et entretenir des chemins, construire des ponts, aménager des cours d'eau, les endiguer, assécher les creux marécageux, creuser des canaux pour irriguer les terres avides d'eau : une véritable transformation du paysage, certes millénaire, mais accélérée au cours des siècles centraux du Moyen Age et surtout redéfinie par l'exigence nouvelle de la centralité du village, par l'omniprésence du castrum qui restructure autour de lui son territoire.

L'aménagement et les transformations du territoire villageois

192Cette question à elle seule pourrait faire l'objet d'une recherche approfondie, alliant l'étude des textes, celle des plans cadastraux, des toponymes mineurs et faisant ponctuellement appel aux méthodes archéologiques. Il n'en est bien entendu pas question ici, mais on peut essayer de dessiner à grands traits comment le territoire a été aménagé, transformé par les communautés villageoises en fonction de cette réalité nouvelle et majeure dans le paysage qu'est le village concentré et fortifié, le castrum.

193Les déplacements accrus des paysans depuis leurs maisons villageoises jusqu'à leurs différentes parcelles dispersées sur les divers terroirs du finage, supposent la multiplication des chemins d'exploitation et leur réorientation vers un centre unique, le village.

  • 33 Voir les plans en annexe des rubriques villageoises.

194L'étude de ce phénomène, à grande échelle, avec beaucoup de précision, reste à faire. On n'a pu le percevoir que de façon très ponctuelle, et en quelque sorte en négatif, par l'examen des cas de quelques villages disparus, comme la villa vella d'Eus et celle de Villeneuve-de-la-Raho33. On y devine comment l'ancien réseau des chemins et des routes, mais aussi des ruisseaux, s'orientait vers le premier noyau de peuplement, qui avait attiré à lui les axes de circulation. La disparition de ces noyaux d'habitat ecclésiaux de plaine ou de fond de vallée au profit d'un habitat castrai perché a conduit à la réorientation de l'ensemble des chemins vers le nouveau centre, sans toutefois parvenir à faire disparaître totalement, jusque sur les plans cadastraux du xixe siècle, l'ancien tracé des routes qui menaient au premier village. En revanche, les vestiges de la situation antérieure à ces premiers pôles, qui correspondrait au réseau de chemins adaptés à un habitat beaucoup plus éclaté, disséminé ou groupé de manière plus lâche, en nébuleuses, hameaux ou mas isolés, sont plus difficiles à retrouver.

  • 34 Cette situation de carrefour explique peut-être l'installation de la motte castrale de Banyuls, au (...)

195A plus petite échelle, on trouve aussi la mention d'anciens chemins, qui correspondaient aux anciens axes majeurs de circulation, de l'époque antique ou du haut Moyen Age. Ainsi est citée la route appelée iter vetus à Claira, nommée aussi carreria, qui va vers Saint-Laurent-de-la-Salanque et qui pourrait correspondre à la via mercadera, orientée est-ouest à Canomals (c. de Bompas). Un grand axe ancien, peut-être antique ou carolingien, remonte le Confient (la via conflentana, 1276). A Eus, en fond de vallée, elle est appelée strata veteri, elle vient de Perpignan et passe à Mailloles où elle semble successivement nommée via mercadera en 1222 et via conflentana en 1357. Une autre route importante, venant d'Elne, remonte la vallée du Tech, jusqu'en Vallespir. Elle passe à Banyuls-dels-Aspres (camino vocato vallespira, 1412), où elle croise le chemin « franc » (via francescha 1161, caminum franceschum) qui va des Cluses (le passage des Albères) à Perpignan34. Cette route est prolongée vers le nord par la carraria antigua qui va de Perpignan à Salses. Elle rejoint probablement là un plus vieux chemin, d'origine romaine, qui suit au moins en grande partie le tracé de la Via Domitia. On suit le tracé de ce Cami de Carles, l'actuel « chemin de Charlemagne », par les sources écrites, au travers des territoires de Claira, Canomals, Bompas, Château-Roussillon et Cabestany, jusqu'à Saint-André de Sorède au sud où il est appelé au xvie siècle via publica de Carlos Manyes. C'est une route déjà en partie délaissée, mais qui conserve les traces de son aménagement antique ; elle est en effet nommée à Taxo, Théza et Canomals : cami ferrat, carrera padrosa, la caussada ou la carrera de calciata, de calçatines, la calçada, termes qui témoignent de son empierrement qui subsiste. Mais cet itinéraire majeur de l'Antiquité est progressivement abandonné, à la suite du déplacement d'est en ouest de l'axe de circulation nord-sud depuis les Corbières jusqu'aux Albères, au travers du Roussillon. Ce déplacement correspond à la montée en puissance de Perpignan comme centre économique et politique des comtés, et après la quasi-disparition de Château-Roussillon (le Ruscino antique) dès la fin de l'Antiquité, à l'affaiblissement progressif d'Elne après l'époque carolingienne.

196L'aménagement de l'espace contraint les hommes à se préoccuper de la question des eaux. Ce problème se pose sous plusieurs formes : les eaux étant un obstacle à la circulation, il faut donc permettre, prévoir et organiser leur franchissement ; les eaux sont aussi une nécessité, et l'irrigation, déjà bien étudiée en Roussillon, sera ici simplement rappelée, de même que l'assèchement des marécages et des zones humides, son corollaire inverse dans la mise en valeur des terres agricoles ; enfin l'eau est aussi un danger, qui en Roussillon prend la forme d'inondations ravageuses, pouvant emporter les meilleures terres et parfois même détruire les villages.

197Les trois fleuves roussillonnais, Agly, Têt et Tech, traversent la plaine selon une direction ouest-est, qui vient couper les axes de circulation principaux nord-sud ou entraver la communication de part et d'autre des vallées principales (vallée de l'Agly, Confient, Vallespir). La question de leur franchissement se pose comme un problème collectif et reçoit une réponse de la part de la communauté villageoise, qui en supporte les frais, sous forme de travaux, d'impositions ou de taxes de passage. C'est aussi « l'université » qui gère, entretient, répare ou reconstruit les ouvrages qui permettent ce franchissement.

198Sur des cours d'eau d'importance moyenne ou mineure existent des points de passage aménagés sous forme de gués (Peyrestortes, 1143). On en trouve aussi sur les fleuves majeurs : une île au milieu du Tech permet ainsi à la route qui va de Montesquieu à Perpignan de franchir ce fleuve par des gués qui se font face.

199Plus élaborés sont les bacs qui franchissent les rivières (al bach ultra comam, à Corbère) ou les fleuves (Le Boulou, sur le Tech, 1339). Ces barques glissent le long de cordes ou de chaînes attachées à des poteaux placés de part et d'autre du fleuve, comme à Saint-Martin de la Rippa, sur le Tech, au sud-ouest d'Elne ; elles permettent de traverser les fleuves même grossis par les pluies (à Taxo, le Tech près de son embouchure est franchi par barque, en 1396). Mais par forte inondation cette solution se révèle périlleuse voire impossible, comme c'est le cas au Boulou en 1339. On trouve de ces barques au voisinage des ponts, ainsi à Elne, en 1395, où un homme obtient le monopole d'exploitation des barques permettant de franchir le Tech, entre Saint-Martin de la Rippa, Palau-del-Vidre, Taxo et Elne. Il est possible que le trafic sur les ponts soit plus onéreux pour certaines marchandises lourdes ou pour les animaux. Les barques leur sont peut-être préférées dans ces cas. Elles suppléent aux ponts détruits, comme à Pia, quand le pont de peracaus doit être reconstruit.

200Un pont d'origine antique, sur la via Domitia, explique probablement le lieu-dit ad ponthiones, Pontiones. On retrouve aussi des lieux-dits ad Pontarros, Pontario, au Soler et à Saint-Feliu-d'Amont. Des ponts sont cités aux xiiie et xive siècles au Boulou (par-dessus le ravin qui sépare le barri de la cellera), à Corneilla-del-Vercol, Estagel, Ille-sur-Têt, Latour-Bas-Elne, Seners, Vinça entre autres. Les ponts sont souvent construits ou entretenus grâce à des legs et donations pieuses gérés par des « œuvres du pont » qui existent à Arles-sur-Tech, Elne, Rivesaltes par exemple. La communauté villageoise a la charge de l'entretien du pont sur l'Agly en 1353 à Claira. A Tura au xve siècle un homme remplit la fonction de ponterius pontis (chargé du pont?). Le pont situé sur la commune de Pia, bâti à pierre et à chaux, est appelé peracaus. Ce sont les habitants du village qui ont dû payer pour sa construction en 1316. Le passage sur le pont suppose toujours le paiement d'une taxe dont les habitants des villages voisins de Salses et de Garrieux, au nord, ont été affranchis, probablement en raison de leur contribution à sa construction.

  • 35 S. Caucanas, Moulins et irrigation..., en particulier p. 255-307.

201L'irrigation et le drainage des terres en Roussillon au Moyen Age ont été l'objet de nombreuses études dont la plus récente, celle de S. Caucanas, fait si complètement le bilan qu'il paraît difficile d'y ajouter grand chose35. On peut seulement remarquer l'omniprésence des agouilles (aculea, aculea mari, aculea stagni), ruisseaux d'arrosage (recatura), dont certains sont publics. L'entretien de l'un de ces canaux d'assèchement est à la charge des tenanciers dont les terres ont bénéficié des travaux de drainage (Corneilla-del-Vercol, 1297).

202Contenir les eaux montantes des fleuves est aussi un souci permanent. C'est ce risque d'inondations dans la partie la plus basse de la plaine, en Salanque, qui conduit en 1340 à bâtir une digue sur la rive nord de l'Agly, entre Ortolanes et Pia, appelée barrera ou vallum. L'ensemble des chefs de famille signent un acte où ils acceptent de contribuer à sa construction, à l'initiative des seigneurs.

203A l'amont de cette digue, les inondations ont conduit à la destruction partielle et à l'abandon du village de Tura, dont on sait que la reconstruction a été autorisée plus loin, en 1332. Après cette date le village semble avoir encore une véritable existence et plusieurs dizaines de feux, avant de disparaître, probablement au cours des xve-xve siècles.

204D'autres inondations en Vallespir, vallée soumise aux caprices du Tech, ont détruit ponts et remparts à Prats-de-Mollo, au xve siècle. Là aussi les habitants sont soumis à contribution pour les réparations : ils devront faire un emprunt et lever des impositions spéciales pour le rembourser.

Les habitats disparus : la « ville vieille » (villa vella)

205La restructuration de l'habitat autour de la cellera sous la forme du village concentré, entouré de remparts, le castrum, a conduit au cours des xiiie et xive siècles, avant même les grandes crises démographiques de la deuxième moitié du xive et du début du xve siècle, à une sélection des lieux habités menant à la disparition de certains villages anciens et à la redistribution de leurs terroirs.

206On a pu percevoir ainsi le précoce déclin de quelques celleres comme celles de Canomals et Mailloles. Le même phénomène affecte dans les siècles suivants d'autres lieux nés aussi autour d'une église. Sur le territoire de Laroque-des-Albères on a pu trouver les indices de la disparition d'habitats anciens autour des églises de Saint-Félix, Saint-Laurent et Saint-Fructueux. Sur le territoire actuel de la commune d'Ille-sur-Têt, deux villages anciens, l'un né autour d'une fondation monastique carolingienne, Reglella, l'autre entre une église et une tour féodale, Casesnoves, sont en déclin dès le début du xive siècle, comme semblent l'indiquer la présence de nombreux cortals (bergeries, étables), souvent des maisons détruites, à Casesnoves, ou à Reglella les réductions de cens accordées en 1334 à des preneurs de patuum seu domum qui sont à reconstruire ou à bâtir en partie.

207D'autres indications de même ordre sont fournies par les nombreuses mentions de villa vella, que l'on trouve dès la fin du xiiie à Calce, à Argelès, à Rivesaltes, à Villelongue-de-la-Salanque, à Villeneuve-de-la-Raho, à Saint-Hippolyte, puis au xive siècle à Baixas, Corbère et plus tard à Eus, Fourques, Banyuls-dels-Aspres. Dans tous ces cas, soit par attraction d'un village voisin développé autour d'une cellera (Baixas, Villelongue-de-la-Salanque, et probablement Rivesaltes), soit par concurrence d'un village regroupé autour d'un château (Villeneuve-de-la-Raho, Eus, Corbère, Banyuls-dels-Aspres) les habitats anciens ont disparu. La plupart étaient nés autour d'une chapelle rurale, première église paroissiale du village, et celle-ci subsiste bien souvent, ainsi parfois que son cimetière et l'habitude d'y faire enterrer les morts du village, tout comme se maintient bien longtemps le service religieux dans cette église d'origine, qui conserve le plus souvent jusqu'à la fin du Moyen Age au moins son titre et son statut d'église paroissiale.

208Sur l'emplacement de ces villae veteres, les habitants du nouveau village déplacé ou du village voisin qui en a capté la population (Bompas pour Canomals, Perpignan pour Orle et Mailloles, Salses pour Sainte-Colombe, Pia pour Ortolanes et Frumigeras, Torreilles pour Mudagons, Juhègues, Saint-Estève de Pi, Ille-sur-Têt ou Thuir pour les villages voisins disparus) continuent à cultiver des jardins, éloignés du nouveau centre villageois, mais qui bénéficient du travail des générations antérieures (fumage, irrigation). Il est probable aussi qu'une partie des ruines, des bâtisses abandonnées, sont utilisés comme enclos, comme remises (Tura, Casesnoves). Même le sol où s'élevaient les maisons, redevenu patuum, a pu être transformé en jardins, ou verger, profitant de la fumure naturelle accumulée pendant des décennies par la présence d'hommes et d'animaux.

209C'est au cours des siècles centraux du Moyen Age que se dessinent les grands territoires villageois, regroupant ceux de deux, trois, quatre (ou davantage) anciennes paroisses ou lieux de peuplement secondaires, bien vivants aux xie et xiie siècles, même s'ils étaient de petite taille, et qui disparaissent progressivement dans les deux siècles suivants. C'est à plusieurs dizaines que l'on peut estimer ces disparitions sur l'aire géographique concernée par cette étude.

210Le village né autour de la cellera, pour peu qu'il ait connu le succès et réussi à agglomérer en son sein les ruraux autrefois disséminés ou regroupés en « nébuleuses », hameaux ou trop maigres villages, a fortement transformé le paysage autour de lui au cours des xiiie et xive siècles. Avec son aspect massif, fortifié, il est devenu le pôle organisateur d'un finage beaucoup plus large, structuré en grande partie en fonction de ce nouveau centre et mis en valeur par une communauté villageoise active et dynamique.

211On verra que l'époque suivante marque bien souvent un coup d'arrêt à ce dynamisme, avec une forte régression du point de vue démographique et économique qui se traduit elle aussi de manière concrète dans la morphologie du village et dans son territoire.

Notes

1 T. Bisson, « Une paix peu connue... », article 15 : « Salvitates quoque tocius episcopatus Elnensis tam novas quam antiquitus constitutas sub predicta pace et securitate ponimus et constituimus. »

2 D'Achéry, Spicilegium... », tome 3, p. 587 : « Statuimus tamen quod de cœtero domus Templi et Hospitalis, vel alius venerabilis locus religiosus, non recipiat novas salvetates sine consilio domini episcopi et vicarii nostri. »

3 Comme je l'ai montré dans ma communication aux journées d'études sur le monde rural, « La maison rurale en Roussillon du ixe au xve siècle », à paraître.

4 Auprès de l'église de Corneilla-del-Vercol, où une cellera est pourtant mentionnée par les textes, on signale une terre cultivée. Mais le plan du village est difficilement interprétable comme celui d'un village à cellera ecclésiale, et certains documents peuvent faire penser à une cellera de type castrai, que j'aborderai plus loin.

5 C'est lui qui est appelé plus tard tovo veteri (1286) au moment où s'amorce le déclin de Mailloles. On trouve aussi des mentions assez précoces de toa vella à Cabestany en 1276, et plus tardives à Torreilles, en 1388. De même le vallo veteri de Baixas en 1400 désigne sans aucun doute le fossé qui subsiste autour de l'ancienne cellera originelle.

6 Ce sens particulier de vallum est confirmé par l'emploi du mot vallum pour désigner une digue le long de l'Agly à Pia.

7 On a vu que d'autres touchent au « fossé vieux ». Le mur n'est-il pas continu et le fossé existe-t-il seul par endroits ?

8 Le même terme se retrouve à Château-Roussillon et Le Vernet, voir les notices de ces villages.

9 D'où la confusion de J.-A. Brutails à propos du castrum in cellaria de Torreilles, cf. supra.

10 Ce qui n'exclut pas apparemment un certain nombre d'inclusions d'autres nobles, comme le chanoine de Gérone dont on a évoqué le castrum sive mansum dans cette même cellera, cf. supra.

11 Sur la base, il est vrai, de l'examen d'un grand nombre de cas très représentatifs et tout à fait valables de celleres « classiques », ecclésiales, et, erreur plus grave peut-être, par une hâtive assimilation de toutes les cellariae à des sacrariae, ce qui était sous-estimer l'immense latitude offerte par le premier terme, non religieux, non sacré, pour désigner des réalités très différentes. Là encore la lumière est sortie de la discussion, et d'une remarque, pouvant sembler anodine, de P. Bonnassie, lors d'une de mes participations à son séminaire, quand, frappé par l'expression de « cellera du château », il a souligné que jamais une telle expression ne pourrait se rapporter à une sagrera. Il y avait là plus qu'un détail. Par son caractère prosaïque ce terme avait pu être utilisé hors du contexte religieux... le reste s'est imposé à moi, et n'a pas cessé de me causer du souci, tant les modèles trop simples (et en partie faux donc) sont confortables pour l'esprit.

12 Grâce à l'aide et aux informations fournies par J. Kotarba et O. Passarrius.

13 R. Fossier choisit d'illustrer le « village perché » par une superbe photographie d'Eus, Le Moyen Age, Armand Colin, Paris, 1990, tome 2, p. 337.

14 Voir notices dans Catalunya romànica, vol. XIV, p. 164-165.

15 Au sujet de ce village, il devrait être possible de lire bientôt la notice s'y rapportant dans l'Atlas des bourgs castraux, sous la direction d'A. Debord et M. Bourin, écrite en collaboration avec Philippe Sénac.

16 Ce que L. Verdon a bien montré dans sa thèse, La terre et les hommes..., p. 180.

17 Comme à Ponteilla en 1344 lors du changement de seigneur et à Pia en 1376, voir infra 2.4.3, B : « La société ».

18 J.-A. Brutails, Etude sur la condition...

19 L. Bayrou, G. Castellvi, « Esquisse d'une étude des fortifications urbaines... », Etudes roussillonnaises offertes à P. Ponsich.

20 On ne peut exclure cependant que certaines de ces autorisations concernent la construction de châteaux, comme à Py en 1193, diplôme qui semble prévoir aussi la possibilité de construire au pied du château une enceinte basse contenant des celliers.

21 Avant cette époque, le mot castrum désigne couramment une fortification isolée, un château, pour lequel on trouve aussi le terme castellum, utilisé aussi par la suite pour faire la différence avec le « castrum-village fortifié ». L'interprétation du mot castrum pose parfois quelques problèmes, comme on l'a vu dans l'expression « cellaria castri ». En effet ce mot désigne aussi des fortifications privées au xiiie siècle, comme le castrum de Juhègues en 1246, sur le territoire de Torreilles.

22 J.-A. Brutails, Etude de la condition..., op.cit.

23 L. Verdon, La terre et les hommes..., op.cit.

24 L. To, « Le mas catalan... », Cahiers de civilisation médiévale, op. cit.

25 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. II.

26 Par J. Reynal, Une seigneurie..., et L. Verdon, La terre et les hommes...

27 On y trouve aussi, on l'a vu, une résidence seigneuriale, une maison forte, appelée forcia dans le capbreu.

28 Un tenancier de manse détient deux celliers.

29 Pour reprendre l'expression de J.-P. Cuvillier, « Les communautés rurales.. ».

30 Au sujet de ces activités, dont j'ai trouvé de nombreux témoignages, je ne peux que renvoyer à l'article de V. Izard « Cartographie successive... », dans l'attente de sa thèse de géographie, qui doit être soutenue bientôt à Toulouse-Le Mirail.

31 S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon du ixe au xve siècle, CNRS éditions, 1995.

32 Une bonne étude permettant de mieux connaître la production de ces artisans dans la région toulousaine est proposée par M.-C. Marandet, « Tuiliers et potiers... ».

33 Voir les plans en annexe des rubriques villageoises.

34 Cette situation de carrefour explique peut-être l'installation de la motte castrale de Banyuls, au bord de ces routes.

35 S. Caucanas, Moulins et irrigation..., en particulier p. 255-307.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540