Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Première partie. Synthèse historique

Les premiers temps de la cellera (v. 950-v. 1175)

Testo integrale

1Du milieu du xe siècle au dernier quart du xiie, de profondes mutations affectent l'ensemble de la Catalogne. Ces mutations politiques et sociales ont leurs conséquences directes sur le mode de vie, de travail et de regroupement des hommes. Les structures de la propriété, les cadres ruraux, les habitats en sont modifiés.

2Dans un premier temps, au cours des xe et xie siècles, les paysans vont chercher dans les cimetières consacrés, un lieu où entreposer leurs récoltes, à l'abri des seigneurs pillards. Ainsi naissent les celliers sur la terre qui entoure l'église et qui forment les sacrariae ou cellariae originelles.

3Au xiie siècle, les celleres se font plus nombreuses dans notre documentation, montrant que le phénomène de leur construction a touché l'ensemble du Roussillon. On trouve aussi trace de leurs premiers aménagements intérieurs et de leurs premières défenses. Autour d'elles commencent à se grouper les maisons d'habitation des paysans, donnant naissance aux formes villageoises resserrées. La concurrence entre les pôles d'habitat castraux et ecclésiaux s'exprime par les tentatives des châtelains de déplacer les villageois au pied de leurs forteresses. Certains y parviennent, parfois en imitant le modèle des celleres ; d'autres seigneurs vont s'installer à la porte des celleres, ou en leur cœur.

Aux origines de la cellera (xe-xie siècles). Des sacrarii sur le cimiterium à la cellera

  • 1 Voir Planèzes.

4La naissance de la cellera n'est pas un fait institutionnalisé. Pas d'acte fondateur, de texte de création, d'accord entre autorités, pas de contrat passé avec les futurs occupants. Les seuls documents que nous ayons pouvant se rapprocher de ceux-là sont tardifs et se rapportent à des celleres atypiques, de création seigneuriale1.

  • 2 Les petites constructions qui avaient pour fonction d'abriter les récoltes de paysans, construites (...)

5Ainsi qu'il a déjà été dit, la plupart des mentions de celleres sont tardives (xiie, xiiie voire xive ou xve siècles), en tout cas bien postérieures à l'époque que l'on suppose être celle de leur formation. Pour retrouver leurs origines, il faut donc procéder de manière régressive, interroger les documents à la recherche d'un certain nombre d'indices de la constitution d'un espace protégé autour des églises, de son occupation par des sacrarii2 ou parfois par des maisons.

6Cette recherche est guidée par un certain nombre de réflexions préalables, qu'il convient de poser. Quand on observe dans un village actuel une église d'époque romane (xie siècle) autour de laquelle subsiste un quartier très resserré, presque circulaire ou rectangulaire, présentant les vestiges d'une fortification du Moyen Age, et si les documents signalent une cellera dans ce village seulement au xiiie ou au xive ou xve siècle, il est probable que l'apparition de ce terme dans les sources ne coïncide pas avec celle de la cellera dans le périmètre de l'église.

7Les éléments qui me poussent à préjuger de cette plus grande ancienneté de la cellera sont effectivement des données indirectes ; ce sont les seules dont nous disposions pour tenter de suivre la genèse des celleres.

8C'est d'abord l'église qui retiendra notre attention, et surtout, lors de sa consécration, la mention de l'attribution d'une terre sacrée, le « cimetière », parfois précisément mesurée ou délimitée par des signes, parfois simplement située « alentour ». Cependant beaucoup de ces consécrations ne sont que des re-consécrations à l'occasion d'agrandissements, de nouvelles dotations, de reconstructions de l'église. La mention du « cimetière » est alors bien en retard sur sa création, et elle n'évite donc pas le recours à une enquête régressive.

  • 3 Dans mon mémoire de D.E.A, « L'église et le village en Roussillon... ».
  • 4 Par exemple à Laroque-des-Albères, comme nous le verrons plus loin.
  • 5 C'est l'exemple de Sant Feliu de Pallerols, étudié dans deux importants articles de C. Fochs et J. (...)

9Les consécrations des xie et xiie siècles ne mentionnent jamais la cellera. Je me suis demandé pourquoi, quand, dans certains cas, il me semblait assuré qu'il en existait une. J'ai essayé de répondre à cette question3; je ne crois pas avoir trouvé de meilleure explication aujourd'hui. Au xie siècle l'espace protégé sur lequel ont été construits les sacrarios, les celliers, a reçu en Roussillon, à peu près indifféremment, le nom de sacraria, comme dans le sud de la Catalogne, ou celui de cellera. A partir du xiie siècle c'est ce dernier nom qui s'impose définitivement chez nous, parfois avec un sens sensiblement différent, reflétant une extension à d'autres regroupements de celliers hors de toute terre consacrée, où le mot desacraria eût été totalement inapproprié4. Au sud des Pyrénées, il semble que ce terme de cellera ait désigné au xive siècle, dans un village où est mentionnée une sagrera au xie, une extension spatiale de cette sagrera, accompagnée de sa fortification5. Les deux termes ne sont donc pas entièrement interchangeables dans ce cas.

  • 6 A Espira-de-l'Agly, en 1130.

10La sacraria ayant cédé la place à la cellera, au moins dans la terminologie, il devenait impossible de la rencontrer dans les actes de consécration, qui ne s'occupent que des biens et des terres relevant directement de l'église consacrée. Le cimetière qui entoure l'église, quand il était appelé sacraria, avait entièrement sa place dans ces actes de consécration, par son caractère avant tout sacré, religieux. Mais le terme decellera évoque déjà un espace fortement laïcisé, au nom trop probablement prosaïque, trop concret, pour ces actes de consécration. La cellera désigne en outre dans certains cas un espace qui n'a pas de caractère sacré, et n'a plus que faire dans un acte de consécration. C'est pourquoi le seul acte de consécration qui mentionne un de ces espaces en Roussillon le nomme sacraria6.

  • 7 Villiers-le-Sec, par exemple, mais aussi à Laroque-des-Albères.

11Un autre élément peut indiquer une plus grande ancienneté de la cellera que ne la laisse supposer sa première mention effective dans les textes. C'est l'indication d'un regroupement de bâtiments autour de l'église. Aux origines la cellera-sacraria est un espace consacré, mais s'il reste non bâti, il ne sera qu'un cimetière et pas le pôle originel du peuplement qu'il est devenu. La formation des villages est sans doute plus complexe qu'un simple agglomérat régulier, mécanique, des maisons autour de l'église. Il faut en effet imaginer au vu de fouilles déjà bien connues7, qu'au cours des ixe et xe siècles déjà l'église paroissiale a joué un rôle de plus en plus important dans la mise en place de l'habitat. Dans ses environs, sous forme de hameau ou de nébuleuse se sont rapprochées des maisons séparées, entourées de leur jardin, d'un enclos, d'une parcelle de terre et de dépendances. Une zone de quelques centaines de mètres, dans le voisinage des églises a ainsi pris peu à peu l'aspect d'un secteur d'habitat regroupé de manière lâche et non structuré.

12Ces hameaux ne sont pas des villages à proprement parler. Ils n'en ont ni les caractères physiques : maisons mitoyennes, rue, place, structure figée du parcellaire qui fixe durablement, définitivement, la différence entre espace bâti et non bâti, entre propriété privée et domaine public ; ni les formes sociales : la communauté villageoise, même embryonnaire, l'« université », les syndics, consuls, prohoms, le lieu de réunion, les décisions collectives.

13Aux ixe-xe siècles l'espace immédiatement au contact des murs de l'église est sans doute encore libre de constructions, réservé aux sépultures. C'est seulement à partir du milieu du xe siècle, et plus généralement dans les toutes dernières décennies de ce siècle, que le phénomène de groupement contre le bâtiment cultuel se dessine puis s'amplifie.

14Enfin, le dernier indice de l'ancienneté de beaucoup de celleres est l'aspect concentré, dense, du quartier entourant la vieille église paroissiale. Bien sûr les constructions visibles actuellement, comme celles que porte le cadastre du siècle dernier, sont le résultat de nombreuses reconstructions, mais le parcellaire, lui, a souvent conservé la marque d'une organisation de l'espace qui ne peut être que très ancienne, qui remonte au moment où bâti et non-bâti, privé et public étaient encore en cours de délimitation. Ceci renvoie à l'époque où cet espace n'était encore occupé que de manière très peu dense. La structuration de l'espace environnant les lieux de culte prend donc place au cours d'une période qui ne remonte guère avant le milieu du xe siècle et semble achevée dès la deuxième moitié du siècle suivant, date où cet espace apparaît déjà fortement organisé, tout au moins dans certains cas que l'on peut tenir pour exemplaires.

Les premières mentions de celliers et de maisons autour de l'église (xe siècle)

15D'un strict point de vue chronologique, ce sont d'abord les mentions de sacrarii ou de constructions adjacentes à l'église qui apportent les premiers signes du lotissement de l'espace entourant les lieux de culte. Il faut remarquer ici que nous ne disposons que de données très partielles, géographiquement dispersées, parfois peu explicites, qui ne sont que des indices ténus du début d'un phénomène. Mais leur ancienneté comme leur rareté en font tout le prix, et c'est pourquoi je m'y attarderai.

16Les premiers textes mentionnant des celliers (sous le nom de sacrarii) et des maisons dans l'environnement immédiat d'églises concernent cinq localités du Roussillon et du Vallespir.

17Le cas le plus ancien, intéressant mais complexe, est celui de Vallventuosa. Vallventuosa est un lieu-dit, actuellement sur le territoire de la commune de Corbère. A un kilomètre environ au sud-ouest du château subsistent les ruines d'une église dédiée à Saint-Julien, dont les vestiges semblent pouvoir être datés de la deuxième moitié du xe siècle. Vallventuosa est appelée villa en 944, ce qui reste très ambigu à cette époque : territoire, noyau de peuplement, souvenir d'un grand domaine...

18En 945-946 un document d'interprétation difficile y mentionne un sacrarium. Il ne nous est connu que de façon très indirecte, par la copie que F. de Fossa a faite au xviiie siècle des notices d'inventaire des chartes détenues par l'abbaye de Cuixa. L'une d'entre elles concerne la vente par un homme et sa femme à l'abbé de Cuixa, pour la somme de seize deniers, d'un sacrarium situé dans le comté de Roussillon, à Vallventuosa, près de l'église Saint-Julien (ad domum Sancti Juliani).

  • 8 La dernière fois, c'est en 1090 à propos des quarante-trois sacrarii de Saint-Martin de Corsavy, v (...)
  • 9 Il me semble évident que l'on peut ici écarter le sens de « sacristie ».
  • 10 K. Kennelly, « Sobre la paz de Dios y la sagrera... ».

19Le terme de sacrarium est caractéristique des plus anciens documents : on ne le trouve plus en Roussillon après le xie siècle8. Il désigne sans aucun doute l'une de ces petites constructions sommaires élevées par les paysans sur l'espace sacré entourant l'église et dont elles tirent leurnom9. Ces constructions n'ont pas, au moins dans un premier temps, une finalité d'habitation, mais servent de lieu de dépôt des récoltes au temps de la montée des violences10.

  • 11 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. VII, p. 360.
  • 12 P. Bonnassie « Les sagreres catalanes... », p. 70, a. 988.

20Plusieurs points peuvent être soulignés à propos de cette première mention. D'abord sa datation : « la neuvième année du règne de Louis, fils de Charles », qui renvoie à l'année 945-946, Louis IV d'Outremer, fils de Charles le Simple, régnant de 936 à 954. L'abbé Baldrila, l'acheteur, est probablement celui que l'on connaît sous le nom de Baldric et qui dirige le monastère une seule année, en 94611. La date est très précoce : nous sommes quarante ans avant la première mention desacrarium relevée par P. Bonnassie12. Faut-il la remettre en cause ? S'agit-il d'une erreur de l'un des copistes ou de F. de Fossa ? Ce document pourrait-il être un faux, une interpolation ? Au sujet de cette dernière question il semble possible de répondre négativement d'un simple point de vue de pure logique. Que peut justifier ce document ? Des droits anciens sur un sacrarium valant seize deniers. Un point c'est tout : aucun droit sur l'église, sur ses revenus, sur le cimetière ou sur la paroisse. C'est bien maigre pour motiver la fabrication d'un faux.

  • 13 J.F. Niermeyer, MLLM, s.v. superpositum, p. 1007.

21Ce qui est dit dans cette courte notice, et qui semble directement copié sur le document, laisse toutefois entrevoir que nous sommes au tout début de ce phénomène de construction des sacrarii. Ce sacrarium est vendu cum ipso superposito. F. de Fossa traduisait ces mots ainsi : « avec sa redevance ». Je crois plutôt qu'il s'agit d'une description matérielle, et que superpositum a ici le sens d'édifice, de construction13. Le sacrarium étant avant tout une portion d'espace, de terre sacrée, les vendeurs veulent souligner qu'il porte une construction en élévation au-dessus du sol. Cela peut s'opposer à une autre forme rudimentaire d'aménagement par creusement de silos ou enterrement de jarres, ayant la même destination de stockage des récoltes. Ce qui me fait pencher pour cette interprétation est la suite de la notice (probablement un mot à mot du dispositif de l'acte de vente) : les vendeurs précisent en effet que ce sacrarium est en leur possession per manufactionem. Je crois qu'il faut comprendre qu'ils l'ont édifié eux-mêmes. Nous sommes donc réellement au tout début de ce phénomène de construction sur l'espace consacré. La date très précoce peut-elle en être justifiée ? La localisation précise « ad domum Sancti Juliani » indique la proximité immédiate, peut-être même la mitoyenneté avec l'église.

  • 14 Quoi qu'en pense mon ami Lluis To (« El marc de les comunitats pageses... », p. 231, n. 219), je n (...)

22A Brouilla, en 976, une femme et son fils donnent un alleu à la cathédrale Sainte-Eulalie d'Elne. Il comprend des maisons, des cours, des jardins et ipsos sacrarios qui sunt prope Sancto Johanne14. Dans l'environnement immédiat d'une église aujourd'hui disparue, très proches d'elle, se trouvent donc plusieurs sacrarii. Ces constructions bâties sur l'espace consacré entourant l'église sont citées au pluriel. On a donc un regroupement de ces sacrarii, tous dans la proximité de l'église, tous sur la terre sacrée. Le périmètre entourant l'église s'individualise, se spécialise, comme lieu de construction des abris de nourriture, en plus de sa destination ancienne de cimetière et de lieu d'asile, Les sacrarios sont en passe de former une sacraria. On peut remarquer aussi la relation implicite existant dans cette donation entre les maisons (casas), cours et jardins, et les sacrarii, les celliers. C'est le premier indice d'un rapport que nous verrons s'affirmer par la suite entre les exploitations rurales (le mas : mansus), leurs dépendances, leurs terres cultivées et la petite bâtisse individuelle, éloignée de la maison-mère de l'exploitation, le cellier, construit tout près de l'église, dans un quartier spécifique, au cœur du village. Déjà se dessine cette structuration du finage villageois en secteurs imbriqués, dont le noyau central est constitué par la sacraria.

23Malgré la précocité de ce document, on doit remarquer qu'il émane d'une femme dont on a du mal à croire qu'elle soit simple paysanne. Cet alleu est en effet composé de plusieurs maisons, plusieurs celliers, probablement plusieurs exploitations agricoles. Famille de riches alleutiers, peut-être de rang social plus élevé, on ne sait. Peut-être aussi s'agit-il d'une famille ayant concentré un certain nombre de biens par héritages, une famille privilégiée, en passe d'accéder à un statut de petite aristocratie.

24Vingt ans après, en 996, le terme de « celliers », cellarios, fait sa première apparition dans nos sources, en un lieu appelé Villanova, au pied des Albères. Cette Villanova, de fondation probablement carolingienne, par des aprisionnaires sans doute Hispani, garde son nom jusqu'à l'établissement d'un château sur une éminence voisine, au cours du xie siècle. Le château de Montesquivo (Montesquieu), dominant tout le territoire de l'ancienne Villanova, a attiré la population sous ses murs et a donné son nom à la localité, jusqu'à nos jours. C'est là qu'à la fin du xe siècle une femme et son fils donnent à l'évêque d'Elne une exploitation rurale tout entière consistant en un manse, un jardin, onze parcelles de vigne, deux champs, un colombier et deux celliers. Quelle est la localisation précise de ces celliers ? Rien dans le document ne permet de le dire. Tout au plus leur mention à part en fait-elle des bâtiments séparés, distincts de la maison-mère du mas. Cependant l'acte de consécration de l'église Saint-Saturnin, d'un siècle postérieur, mentionne l'espace protégé de trente pas qui entoure cette église, donné à titre de « cimetière ». Il n'est pas exclu que ces celliers aient été construits là, le fait qu'ils soient deux pouvant indiquer un début de regroupement.

  • 15 P. Bonnassie, op. cit., mais M. Riu et P. Valdepeñas trouvent la mention d'une sacraria et de mais (...)

25Ces premières mentions de sacrarii-cellarii posent problème. Cependant j'en tire l'impression, confirmée par d'autres indices qui seront développés ci-dessous, que le processus de construction des sacrarii est probablement légèrement plus ancien qu'on a eu tendance à le croire jusqu'ici. L'apparition des premières sacrariae dans la documentation est bien datable des années 1020-1030, contemporaine donc du début de la plus forte crise féodale en Catalogne (v. 1020-1060)15. Mais il me semble que le début de recherche d'une protection auprès de l'église par les paysans, afin de mettre à l'abri leurs récoltes, est plus précoce, et daterait du dernier quart du xe siècle, peut-être même du milieu du xe siècle. La prise de conscience de l'existence de ces sacrariae, comme entités spécifiques, portant leur nom propre, bien reconnues et repérées dans l'espace villageois et dans toute la Catalogne aurait pris une bonne génération, peut-être deux. Qu'est-ce qui peut expliquer cette naissance précoce des sacrarii sinon une certaine inquiétude, une tension sociale ? Peut-on anticiper à ce point le processus de « féodalisation » dont la chronologie est solidement établie pour la Catalogne ? Je ne le pense pas, mais, à la lecture de ces documents, il faut croire que la sûreté des récoltes semblait être mieux garantie pour certains paysans auprès des églises, dès avant le xie siècle. Peut-être faut-il y voir une preuve indirecte des signes avant-coureurs d'une crise sociale plus profonde et plus généralisée ? Peut-être aussi ne faut-il pas rechercher une adéquation parfaite entre les faits de peuplement et d'habitat et les faits politiques et sociaux majeurs, qui laissent des traces dans les sources écrites. Un certain sentiment d'insécurité peut naître et se développer, dans un contexte social et politique qui offre encore toutes les marques extérieures (celles transmises par la documentation) de l'ordre ancien.

26A la même époque, dès la fin du xe siècle, certains documents révèlent la présence de maisons situées tout près des églises.

  • 16 Voir la notice concernant ce village. La cellera de Thuir n'est mentionnée dans nos sources qu'à l (...)

27C'est d'abord à Thuir16, en 960, que des casas sont données, dans les environs immédiats de l'église Saint-Pierre. Elles appartiennent à un prêtre qui donne plusieurs biens, parmi lesquels une petite éminence, un puig, avec des maisons, près de l'église (ipso pugo cum casas qui est ad ipsa ecclesia). L'église Saint-Pierre est au sommet d'une petite butte, et il est probable qu'autour d'elle d'autres petites éminences ont été par la suite aplanies, gommées par le développement du village. Sur l'une d'entre elles devaient s'élever quelques maisons. Ce doit être là une forme de regroupement assez lâche encore, puisque le même document mentionne un champ touchant à l'église.

  • 17 La cellera de Coustouges apparaît dans les documents dans la deuxième moitié du xiiie siècle.

28En 984 et 988, on note la présence de maisons tout près de l'église de Coustouges17, en Vallespir. Il s'agit d'abord d'une maison juxta ecclesiam qui est la possession d'un prêtre et que l'évêque d'Elne donne à l'abbé d'Arles-sur-Tech. Elle fait partie de la part de droits (la portio) que l'évêque détenait sur l'église Sainte-Marie de Coustouges et qu'il transmet à l'abbé. Plus tard, en 988, c'est la comtesse Ermengarde qui donne à l'abbé d'Arles son alleu de Coustouges, incluant l'église Sainte-Marie, son cimetière et les maisons qui sont autour (circa). On peut faire la relation entre ces maisons autour de l'église et le cimetière, soit qu'elles soient construites directement sur lui, soit qu'elles occupent une partie de l'espace qui lui était primitivement destiné. En tout état de cause ce sont plusieurs maisons qui sont déjà établies sur l'espace sacré entourant l'église.

29On remarquera que dans ces deux cas, à Thuir comme à Coustouges, ce sont des prêtres qui sont en possession de ces maisons, et qui parfois les occupent. Dans l'environnement immédiat de l'église prend ainsi naissance un quartier ecclésial et ecclésiastique, où, à côté des celliers, on trouve tout au long du Moyen Age des bâtiments aux mains des établissements religieux ou des clercs à titre individuel. La fonction résidentielle de l'espace consacré entourant l'église est probablement, dans un premier temps, plutôt réservée, naturellement réservée, aux prêtres officiant dans l'édifice cultuel.

Du xe au xiie siècle, les consécrations d'églises établissent et confirment les espaces sacrés qui les entourent

  • 18 V. Farias en a fait l'étude exhaustive dans sa tesina : La sacraria catalana.

30C'est encore à la fin du xe siècle, dans une (presque) exacte concordance chronologique, que les consécrations d'églises font état des cimetières et espaces sacrés entourant les lieux de culte18.

  • 19 Ce document très connu a été traduit et utilisé à plusieurs reprises, en particulier par M. Aubrun (...)

31Les plus anciennes occurrences sont contenues dans un même acte de consécration, en 993 celui qui concerne les églises Saint-Martin et Saint-Etienne, probablement Saint-Martin de Corsavy et Saint-Etienne d'Arles19. Il y est dit que les laïcs, les fidèles de la paroisse, ont donné un espace d'une largeur de trente pas autour (in circuitu) de ces églises afin d'y faire leur cimetière. Une autre très ancienne attribution de terre consacrée n'est connue que de manière indirecte. En effet dans la consécration de la nouvelle église des saintes Juste et Ruffine à Prats-de-Mollo en 1245, on indique que le comte de Besalu, Oliba, et l'évêque d'Elne, Hildesind (donc entre 984 et 988), avaient donné le terrain entourant l'église à titre de cimetière. Les dimensions n'en sont pas précisées, mais les limites de 1245 sont données, preuve de sa longue survivance.

32Dans le courant du xie siècle les consécrations d'églises créent ces cimetières ou viennent les confirmer. En 1011 une bulle papale dresse la liste des possessions de l'abbaye d'Arles-sur-Tech, parmi elles l'église de Coustouges et celle de Saint-Laurent-de-Cerdans, qui lui est soumise. Elles possèdent des alleux, des biens qui se trouvent autour d'elles (in giro). On sait déjà qu'auprès de l'église de Coustouges, trente ans auparavant, s'élevaient des maisons appartenant à l'église et au monastère d'Arles. En 1025, c'est l'église Saint-Jean de Perpignan qui reçoit un cimetière d'étendue non précisée, mais situé lui aussi autour du lieu de culte (in girum). A Fuilla, en 1031, ce sont les hommes qui ont construit l'église qui lui donnent trente pas (de terre) pour faire le cimetière.

33Les limites de l'espace consacré et protégé peuvent être indiquées sur le terrain et non définies par une mesure à partir des murs de l'église. A l'occasion de la consécration de l'abbatiale d'Arles-sur-Tech, en 1046, l'évêque indique qu'il a fait graver des signes d'immunité de tous côtés, qui délimitent un espace où les fugitifs peuvent chercher refuge. Le pourtour d'une terre d'asile de même nature est marqué par des croix à Marcevol, en 1129. Les hommes en fuite et les biens, précise l'évêque, y seront en sûreté. Cette donation fait d'ailleurs expressément référence aux dispositions de Paix et Trêve.

  • 20 M. Riu propose de donner au dextre une valeur approximative de 2,80 m, op. cit.

34A Eus, en 1053, les hommes qui ont fait construire l'église lui donnent son cimetière, sans le mesurer. En revanche, à Serrabonne, en 1082, les fondateurs de l'église, transformée en prieuré, lui accordent trente dextres de terre de tous côtés. Cette mesure, plus rare que celle exprimée en pas conformément aux canons des conciles wisigothiques, correspondrait à un « cimetière » aux dimensions plus que doublées20. En 1114, une petite église, celle du Vilar Gennoni (Le Vilar de Reynès), reçoit un terrain de dix dextres, correspondant à un cimetière de taille à peu près « normale ».

  • 21 V. Farias, La sacraria catalana..., p. 29.

35Au cours du xiie siècle, une série de consécrations confirme ces cimetières de trente pas, à Mantet, en 1102, à Salses, en 1114 et surtout en Vallespir, à l'occasion de plusieurs visites pastorales de l'évêque qui consacre à nouveau plusieurs églises et leur confirme leurs droits, en particulier sur ces « cimetières ». Ces consécrations sont celles, en 1142, de l'église de Coustouges, et en 1159, des églises de Cos, de Corsavy, d'Arles, de Riuferrer et de Coustouges à nouveau21. Peut-être dans le contexte troublé du xiie siècle en Vallespir, qu'il a été donné d'évoquer rapidement ci-dessus, peut-on voir dans ces tournées épiscopales et ces confirmations renouvelées la tentative d'imposer le respect de ces aires de paix, dont certaines se sont déjà transformées, comme on le verra, en de véritables sacrariae ou celleres. L'un de ces cimetières, celui de Saint-Laurent-de-Cerdans, mesure douze pas ; en effet l'église n'est qu'une ecclesiola, placée sous la dépendance de la paroisse de Coustouges.

  • 22 « tam vivis quam etiam mortuis » dit la consécration de Saint-Martin et Saint-Pierre, en 993, M. H (...)

36Ainsi, parallèlement à la construction de celliers-sacrarii et de maisons aux abords immédiats de l'église, les actes de consécration instituent ou confirment ces espaces protégés sous le nom de « cimetières ». Le plus souvent ils ont une dimension de trente pas, qui peut être doublée ou réduite selon l'importance du lieu de culte, ou bien délimitée par des croix ou des signes. Le terme de « cimetière » qui sert à désigner ces espaces doit être compris comme « terre consacrée » à l'usage des vivants comme des morts22 : on y trouve aussi bien des sépultures, que des silos, des celliers, des maisons. La consécration de Saint-Pierre de Riuferrer en 1159 mentionne ainsi « tous les celliers » (omnia cellaria) du village qui sont donnés à l'église. Cimiterium est en quelque sorte une appellation générique, la dénomination la plus vaste, permettant de placer sous une protection sacrée toutes sortes de réalités diverses.

Les celleres s'établissent (xie siècle)

37Au xie siècle les mentions de celliers se font plus nombreuses et apparaissent surtout dans nos sources les premières sacrariae ou cellariae. A partir du milieu de ce siècle, on perçoit même les premiers signes d'une structuration de ces espaces.

  • 23 Une cellera y est mentionnée bien plus tardivement, voir la notice sur ce village.

38A Molitg en 1024, un mas (un manse) est composé de plusieurs biens, dont un cellier. Ce manse appartient à un prêtre et se trouve non loin de l'église, mais on ignore la situation précise du cellier. A Villeneuve-de-la-Rivière, en 1057, c'est un sacrarium qui est donné, lui aussi en même temps qu'un manse. Le mot est beaucoup plus explicite pour la localisation, et renvoie bien à l'espace sacré entourant l'église23 : L'intérêt de ces deux mentions précoces est dans la relation que l'on voit s'y établir, très tôt, entre le manse et le cellier, liaison organique qui constitue la trame de base du village roussillonnais tout au long du Moyen Age et que nous aurons l'occasion de retrouver.

39L'exploitation rurale, le manse ou la borde, est composée d'une maison d'habitation, la maison-mère du mas, entourée de quelques bâtiments et enclos auprès de laquelle se trouvent aussi cour et jardins. Plus loin, sur les différents terroirs du finage villageois, le mas dispose de parcelles de terre complémentaires (vignes, champs cultivés en céréales ou légumineuses, pâtures, terres en friche). Au cœur du futur village, dans ce qui en constitue le noyau originel, la cellera-sacraria, chaque mas dispose, en principe, d'un cellier. Cette structure se modifie au cours des siècles suivants par la concentration des maisons d'habitation dans la zone entourant directement la cellera, donnant au village roussillonnais sa morphologie de village resserré.

  • 24 Comme nous le verrons plus loin à propos d'Espira-de-l'Agly.

40En 1036, à l'occasion d'une plainte très révélatrice du contexte de crise et d'usurpation dont l'Eglise est victime, le comte Hugues rend un jugement en faveur de l'abbé de Lagrasse et lui restitue l'église Saint-Cyr de Canohès, tous ses revenus et tous ses biens, parmi lesquels les cimiteriis (droits sur les sépultures) et ses cellariis (celliers). L'église possède donc soit directement des celliers, soit plutôt des droits perçus sur ceux-ci24, tout comme elle perçoit les droits sur les sépultures, cités juste avant dans le jugement. Si l'église perçoit des droits sur les celliers, c'est que ceux-ci sont situés sur le cimetière.

41Ces éléments convergent pour donner l'image d'une cellera déjà en place sous la protection et le contrôle de l'église paroissiale de Canohès, et au travers d'elle du monastère de Lagrasse, dont nous verrons l'intérêt et les soins attentifs qu'il porte aux celleres par la suite.

  • 25 C'est par exemple le cas à Laroque-des-Albères, cf. infra.

42En 1100, à Palol-d'Aval, près d'Elne, un croisé à la veille du départ met en gage des terres, des vignes et deux celliers. Une autre relation est mise en évidence par ce document, celle qui rattache vigne et celliers. Le cellier, dépôt des récoltes de tous types, est cependant avant tout la cave où l'on entre la vendange et où l'on conserve le vin dans les récipients adéquats, cuves, barriques, tonneaux. C'est souvent en vin qu'est versée la redevance due par le tenancier25, et c'est dans la zone d'extension de la vigne que se rencontrent ces celliers, liant ainsi la géographie des celleres et du vin.

  • 26 V. Y. Esquieu, Autour de nos cathédrales...

43On trouve aussi de plus en plus de maisons autour de l'église, comme l'ont montré les décisions du synode de Paix et Trêve de Toulouges en 1027. A Elne, en 1052, un diacre rédige son testament, couché dans une maison appelée saniliata (nom de femme ou « infirmerie » ?), dont il dit qu'elle se trouve sous l'église, contre le castrum et qu'elle appartenait à l'évêque. L'environnement immédiat de la cathédrale fait penser à un quartier canonial déjà constitué26. Près d'une église Saint-Pierre disparue, sur le territoire de Torreilles, un document de 1070 signale la présence de croix délimitant le territoire qui lui appartient, sur lequel, autour de l'église (circa eam), sont construites des maisons.

44L'espace environnant les lieux de culte est loin d'être totalement bâti ; par exemple on sait qu'en 1091 à Corneilla-de-la-Rivière une parcelle de terre touche au chevet de l'église.

  • 27 P. Alessandri et alii, « Deux fosses médiévales à Saint-Julien, Villeneuve-de-la-Raho », Etudes ro (...)
  • 28 L'opération, effectuée en quinze jours en août 1996 par O. Passarrius, C. Coupeau et quelques étud (...)

45L'archéologie devrait pouvoir apporter quelques informations précieuses sur l'occupation du terrain autour des chapelles rurales. Les données recueillies sont encore rares, mais des recherches récentes ou en cours semblent pouvoir éclairer des points sur lesquels les textes restent muets ou peu précis. A Villeneuve-de-la-Raho des fouilles ont mis au jour une zone d'ensilage, de stockage au nord-est de l'ancienne église Saint-Julien, et un quartier d'habitat situé tout contre celle-ci27. Sur l'emplacement de l'ancien village de Vilarnau, entre Canet et Perpignan, une fouille toute récente28 montre autour des vestiges de l'église Saint-Christophe un ensemble de tombes, recoupant semble-t-il des murs de terre antérieurs, restes probables de bâtiments habités (céramiques grises abondantes, charbons de bois), ainsi que des silos. A quelques centaines de mètres à l'est, une tour constituait le deuxième pôle de regroupement de l'habitat, entouré d'un fossé. Le site, connu par les textes sous les noms de Vilarnau d'Amont (autour de la chapelle) et de Vilarnau d'Avail (sous la tour, nommée en 1430 lamota licarum castri de Vilarnaldo), promet d'apporter de riches enseignements lorsque la fouille des fossés de la tour et de la zone qu'ils délimitent aura pu être menée, dans les mois prochains.

46Au xie siècle apparaissent les premières celleres ou sacrariae expressément nommées en tant que telles dans nos sources.

47A Saint-Feliu-d'Avall en 1055, ce sont un mas et ses dépendances qui touchent in celera et semblent donc être à l'extérieur. Un cellier est mentionné en ce même lieu.

  • 29 P. Negre, « Dos importantes documentes... », op. cit.
  • 30 Je pense en particulier à son exposé intitulé « Justice publique et violence féodale en Catalogne, (...)

48D'autres celleres sont mentionnées à l'occasion des violences qui s'y exercent. Les plaintes du comte d'Ampurias au sujet des exactions commises par le comte Gaufred de Roussillon, son fils Gilabert et leurs hommes contre les biens et dépendances de la famille d'Ampurias en Roussillon29. La découverte de ce document unique, daté entre 1040 et 1070, et l'explication historique qu'en a donnée J. M. Salrach30 sont d'une importance essentielle pour comprendre le contexte politique et social de la naissance et du développement des celleres.

49A Pollestres, les hommes de Perpignan, dépendants du comte du Roussillon, ont commis un sacrilège : l'effraction de l'église et de la cellera qui appartenaient en alleu au monastère Saint-Pierre de Rodes, pour y dérober les biens de ses hommes. Les mêmes faits se sont déroulés à Tresserre, où des hommes d'armes, de la mouvance du comte du Roussillon, impliqués dans la construction illicite d'un château et un assassinat, ont volé des biens (avere) dans la sacraria. Ces plaintes emploient successivement les termes cellera et sacraria pour désigner à Pollestres et à Tresserre les mêmes types de lieux : près de l'église, placés sous protection et dépendance de l'église, leur fonction de dépôt des récoltes est bien confirmée.

50Pons d'Ampurias dénonce aussi un autre sacrilège commis en Roussillon, à Alamans (commune de Palau-del-Vidre), où une mansio appartenant à la famille d'Ampurias a été détruite. Le sacrilège provient du fait qu'elle se trouvait près de l'église (ad ecclesia). Ce ne sont donc pas exclusivement des celliers qui sont bâtis sur la terre consacrée entourant le lieu de culte, puisqu'une maison, et probablement une maison de taille et d'apparence remarquables, une demeure aristocratique, se trouve là.

51Que ces premières mentions soient liées à celles de violences, de pillage, d'effraction, de sacrilège, souligne deux points essentiels pour notre compréhension du phénomène de mise en place des celleres et son contexte historique :

  • La généralisation des violences est réelle, effective, et s'exerce au détriment des paysans, par des rapines. Un enjeu essentiel de ces actions est de s'approprier le surplus de la production agraire, sur les terres du seigneur voisin, mais ce sont les paysans qui en supportent les conséquences directes.
  • Les protections religieuses sont recherchées, l'existence des celleres-sacrariae le prouve. Leur création est favorisée par l'Eglise, qui y a ses « hommes », ses dépendants et leurs récoltes, à l'abri relatif des milites locaux, peut-être surtout quand, comme dans le cas de Pollestres, le seigneur ecclésiastique est éloigné.
  • Mais les seuls interdits religieux sont aussi en grande partie inefficaces. Ceci conduira à la mise en défense de ces espaces, protégés dans un premier temps par leur seul caractère sacré.
  • 31 Malgré l'absence du mot cellera ou sacraria dans ce document, j'ai considéré, à titre d'unique exc (...)

52Ces espaces qui recueillent toutes les maigres richesses des paysans sont l'objet de bien des convoitises, de bien des pillages. Les « barons-pillards » du xie siècle ne vont pas se nicher bien loin, ce sont souvent les châtelains du lieu même où s'élève l'église. C'est ce que montre l'exemple de Corsavy en 1090. L'abbé d'Arles-sur-Tech exige à cette date que Raimond Matfred, le seigneur de Corsavy, cesse les prélèvements par la force (toltas, forcias, malos usaticos) qu'il exerçait sur les quarante-trois sacrarii qui se trouvent sur le cimetière de l'église Saint-Martin, placée sous la dépendance de l'abbaye. L'emploi de l'imparfait, la volonté de faire cesser ces exactions et non d'obtenir réparation pour une mauvaise action ponctuelle, montrent qu'il s'agit là d'une pratique habituelle, régulière, de Raimond Matfred. Le nom de ces celliers (sacrarii), leur situation précise sur le cimetière, leur nombre très exact, qui correspond sans doute approximativement à un nombre d'exploitations agricoles, la nature de leur contenu (les toltes sont des prélèvements en nourriture) montrent que nous sommes sans aucun doute possible en présence d'une sacraria31. Le responsable des vols est clairement désigné : c'est le seigneur du château voisin, construit sur le territoire de la paroisse, qui descend de son piton rocheux à la sacraria située quelques centaines de mètres en contrebas, pour y dérober des vivres, au grand dam du seigneur ecclésiastique, défenseur de ses « hommes » et de leurs récoltes, qui sont en partie son revenu.

53Ce sont ces sacrilèges, ces exactions répétées qui vont pousser à mettre en défense les celleres.

54Le premier signe de la protection matérielle d'une cellera et de ce qu'elle abrite est contenu dans l'acte de donation d'un alleu situé à Torreilles, en 1070, en faveur de l'abbaye de Saint-Michel-de-Cuixa. La relation entre manse et cellier y est claire : à un demi-manse donné correspond un demi-cellier situé contre l'église Saint-Julien (juxta ecclesiam).

  • 32 Comme dans d'autres documents catalans, cf. V. Farias, La sacraria catalana..., p. 86-87 : « cimit (...)
  • 33 C'est ce que semble indiquer le plan de la cellera de Torreilles, voir notice de ce village.
  • 34 Je pense à la manière dont, dans beaucoup de nos villages actuels, sont gardées les clefs de l'égl (...)

55Le document est, pour une fois, d'une grande précision. Sur le mur de devant, la façade de ce cellier, est fixé le gond de la porte de la sagrera (appelée ici sacrarium32). Une porte ferme donc la rue unique de la sacraria. Ceci suppose qu'il y a une réelle organisation, une structuration de cet espace. D'abord, toutes les ouvertures des celliers doivent donner sur cette rue ; ils doivent aussi être mitoyens et leurs murs extérieurs jointifs doivent former une sorte de rempart élémentaire, en tout cas ne présenter aucune ouverture permettant d'y pénétrer. Plus tard, cette forme primitive de fortification a pu être doublée d'un fossé33. Cette mise en défense suppose aussi un minimum de dépenses collectives (porte) et d'organisation collective des usagers -occupants de lasacraria (garde de la porte, de la clef, heures d'ouverture, de fermeture, surveillance des abords). Peut-être doit on supposer qu'un villageois vivant tout près est chargé de ces différentes tâches par une forme de collectivité embryonnaire34. La sacraria apparaît en cette deuxième moitié du xie siècle comme un espace social structuré et structurant. Elle est délibérément organisée, et elle pousse les villageois à s'organiser, à se rassembler concrètement en un même lieu, autour de mêmes intérêts, de mêmes besoins et problèmes. Peu à peu, par cette nécessité d'organisation collective, ils vont passer d'un groupe simplement existant à un groupe conscient, d'un groupe en soi à un groupe pour soi.

  • 35 Il s'agit de Taxo-d'Avall, sur la commune d'Argelès, voir la notice de Taxo-d'Avall.
  • 36 C'est ce que P. Bonnassie appelle « la dénaturation des sagreres », « Les sagreres catalanes... », (...)
  • 37 On a vu en revanche que la sacraria de Corsavy, aux mains d'une autorité ecclésiastique puissante, (...)

56Entre les années 1074 et 1102, le vicomte de Taxo prête serment au comte du Roussillon pour son château de Taxo et sa cellera (castrum de Tacidone cum ipsa cellera)35. Il promet de ne pas fortifier la cellera sans l'autorisation du comte, de n'y faire ni tours ni fossés et de ne pas l'utiliser contre le comte. Si cette cellera correspond bien à l'espace qui entoure l'église de Taxo-d'Avall, il faut supposer qu'à la fin du xie siècle celle-ci n'est pas encore fortifiée, mais qu'elle est déjà placée sous le contrôle du château de Taxo et du vicomte. Mais le serment révèle aussi que le mouvement de fortification des celleres est en cours et peut avoir pour initiateurs non pas les paysans mais le seigneur local, les hommes de guerre, pour faire de cette cellera un point d'appui lors d'expéditions militaires36. Ici ces indications ne sont fournies qu'à titre négatif et rien ne prouve qu'elles existent encore. La cellera, espace social particulier qui concentre une partie des richesses, n'échappe pas au contrôle voire à l'appropriation des maîtres de la terre et des hommes. Il n'est probablement pas indifférent d'en trouver la première preuve sur le territoire d'une des plus puissantes familles du Roussillon37.

  • 38 T. Bisson, « Une paix peu connue... », article 2 de la paix, p. 74 : « Ecclesias quoque incastella (...)

57L'existence des ecclesias incastellatas, où malfaiteurs et voleurs amassent leurs prises, est confirmée plus tard en Roussillon par la constitution de paix et trêve d'Alphonse 1er en 117338. Elles sont, comme les autres, protégées, et toute plainte à leur encontre doit être examinée par l'évêque et le bayle du roi. En revanche ccsecclesias incastellatas, et les barons pillards qui les utilisaient, n'apparaissent plus dans le serment de paix imposé aux seigneurs du Roussillon par Nunyo Sancho en 1217. Le développement de ces bases de brigandage au cœur même des lieux sacrés était liée à la faiblesse du pouvoir comtal aux xie-xiie siècles. La ferme reprise en main des comtés, par Alphonse 1er et ses descendants, a sans doute eu pour conséquence de faire disparaître ces anomalies en moins d'un demi-siècle.

58En 1095 à Llupia, le seigneur de ce lieu donne à l'église Saint-Romain, aujourd'hui disparue, des celliers (sallaria) construits à l'intérieur de la forcia de Llupia. Terme difficile à traduire, forcia peut désigner aussi bien une maison-forte privée qu'une fortification collective ; il semble désigner ici un espace fortifié assez large pour y inclure plusieurs celliers. Comme on sait, par des documents légèrement postérieurs, qu'une cellera bien structurée existe au xiie siècle en ce lieu, on peut supposer que ces celliers en font partie et sont intégrés dans une fortification de type collectif. Ce serait alors une des mentions les plus anciennes de fortification d'une cellera.

59La période de naissance des celleres peut donc être divisée en trois principaux moments, d'après des sources peu nombreuses et pas toujours très explicites. Dans un premier temps, au cours du dernier quart du xe siècle (peut-être même la dernière moitié de ce siècle) s'opère la construction et le regroupement des premiers celliers et de quelques maisons autour de l'église. Ils sont situés sur l'espace consacré, généralement de trente pas de largeur, entourant l'église, et donné par les fidèles qui l'ont élevée. Puis les actes de consécration, de la fin du xe au milieu du xiie siècle, fondent ces « cimetières » et confirment la protection dont ils jouissent. Enfin au cours du xie siècle, on voit apparaître les celleres, pour la première fois citées dans les textes. Elles sont mentionnées souvent dans un contexte de violences et vont être spirituellement protégées par les conciles de Paix et Trêve (Toulouges 1027), juridiquement défendues lors de jugements (Corsavy 1090) et matériellement mises à l'abri des pillards par de premiers éléments défensifs (Torreilles 1070, Llupia 1095). C'est pourtant au cours du xiie siècle que, notre documentation devenant plus abondante, on va voir se multiplier les celleres et se mettre en place les premiers éléments de structuration du village.

Multiplication descelleres, formation et première structuration des villages (xiie s.)

60Au cours du xiie siècle la cellera devient un phénomène de plus en plus apparent dans les sources. Les mentions de celliers, de cellera, parfois de maisons ou de fortifications de la cellera se multiplient. Le village se structure nettement autour de ce noyau central et son finage est organisé en fonction de l'habitat qui se regroupe. Au cœur même du village, les seigneurs laïcs et ecclésiastiques s'intéressent de près à ce lieu de concentration des richesses qu'est la cellera et à son contrôle.

61Le dernier quart du xiie siècle, qui sera abordé dans la partie suivante, est marqué par un grand nombre de constructions de fortifications villageoises, particulièrement après la prise en main des comtés par les comtes de Barcelone.

62Les documents plus nombreux du xiie siècle permettent de voir surgir dans beaucoup de villages des celliers, des maisons près de l'église, en des localités où soit le plan, soit les textes indiquent l'existence d'une cellera.

63En 1106, un riche propriétaire, probablement issu d'une famille noble, donne à l'abbaye d'Arles un ensemble de biens situés à Fourques. Il s'agit de quatre manses (mas) et de leurs dépendances. En relation avec trois de ces manses sont donnés trois celliers. Quatre autres celliers sont aussi donnés indépendamment de tout manse.

  • 39 On verra plus tard cette cellera autour de l'église de Fourques.

64Plusieurs éléments sont à relever : le nombre de celliers, sept, qui est assez important ; un véritable regroupement existe déjà39. La relation entre manse et cellier est bien marquée, mais on voit que plusieurs celliers sont considérés comme des biens séparés de tout manse. Parmi ces celliers donnés séparément, certains ont déjà perdu leur fonction exclusive de dépôt des récoltes, puisque dans l'un d'entre eux, dit-on, vit un dénommé Karolus. La cellera est donc partiellement habitée.

65A Latour-Bas-Elne, en 1134, un règlement de conflit entre le châtelain local et l'évêque mentionne des celliers dépendant de cinq manses. Là encore ces celliers apparaissent comme des constructions séparées, mais faisant effectivement partie de la structure de base du manse. Leur nombre montre qu'il s'agit d'un phénomène généralisé. En 1143, au Boulou, le seigneur d'Orle donne un demi-manse et un cellier, sur lequel il perçoit une redevance d'une paire de poules, très fréquente pour les celliers et dont c'est ici une des premières mentions.

66A Passa en 1146, un chanoine d'Elne lègue un alleu qui comprend deux bordes, leurs dépendances et quatre celliers. A propos des celliers et d'eux seuls on précise qu'ils se trouvent dans la villa, ce qui peut fournir une indication quant à la structure villageoise sur laquelle nous reviendrons. Le même chanoine d'Elne lègue aussi deux bordes à Saint-Jean-Pla-de-Cotts, avec deux celliers. La relation entre l'unité de base d'exploitation agraire (manse ou borde et terres cultivées) et son cellier est attestée. Cependant nous n'avons pas d'indication sur la situation précise de ces celliers.

67A Bompas en 1168, un manse touche à l'église et avec lui sont cités deux celliers. Il appartenait au comte de Roussillon qui l'a donné aux Templiers, en 1153. Là encore plusieurs celliers, proches de l'église, donnent l'image d'une cellera constituée, dont la mention dans les textes n'est que beaucoup plus tardive. D'autres celliers sont mentionnés à Mailloles en 1174, en relation avec des terres cultivées, et à Saint-Hippolyte, la même année, un cellier, tenu par un homme qui a une borda, se trouve contre l'église.

68Quelques indices montrent aussi qu'au xiie siècle les maisons continuent à se regrouper dans l'environnement de l'église et du cimetière.

69A Cabestany, en 1174, un homme, probablement seigneur du lieu, lègue à son fils une parcelle de terrain pour y construire une maison. Ce terrain touche au cimetière de l'église, d'un côté, d'un autre à un mas ou maison (mansum) mais aussi à un champ de fourrage et un chemin (une rue ?). L'espace autour de l'église, occupé en partie par le cimetière, est en train d'être bâti, la concentration de l'habitat est en cours.

70Au sud de Salses, sur l'ancienne paroisse de Sainte-Colombe, l'abbé de Lagrasse cède tous ses biens au roi d'Aragon en 1192. Il en exclut l'église de Sainte-Colombe et la maison qui lui est contiguë (manso illo). Il est possible qu'il s'agisse de la maison du prêtre.

  • 40 Il faut remarquer que cette mention se trouve dans un acte de consécration, document religieux où (...)

71Les mentions de cellera se multiplient dans les textes. A Fourques, en 1108, la cellera apparaît comme déjà bien constituée, construite de celliers et de maisons, sur lesquels divers seigneurs se partagent les droits. A Elne, en 1141, un manse est situé dans la cellera ; on dit l'année suivante qu'il se trouve in villa videlicet in cellaria. En 1150, c'est la cellera de Peyrestottes qui est citée, une maison (dite « de la cellera ») y étant donnée au prieur d'Espira-de-l'Agly. La cellera de Marquixanes, dont il sera question plus loin, est citée en 1176. Celles de Fuilla, de Laroque-des-Albères, et les celliers ou la cellera de Py sont mentionnés dans les dernières décennies du xiie siècle (1188, 1197 et 1193). Enfin, dernière apparition de ce terme en Roussillon40, dans un acte de consécration, la sacraria d'Espira-de-l'Agly apparaît dans nos sources en 1130.

72Les celleres se développent, elles se lotissent : l'église, le cimetière, ses celliers attirent autour d'eux les maisons et les constructions y sont beaucoup plus denses. Ces espaces insuffisamment protégés par les interdits religieux vont être plus systématiquement et plus efficacement mis en défense par divers moyens : fossés, murs, portes. La structuration plus nette des celleres, le regroupement systématique des récoltes à l'intérieur, l'intérêt qu'y portent les autorités, laïques ou ecclésiastiques, vont permettre, conduire et peut-être contraindre à les doter d'un système de protection, de véritables fortifications parfois.

  • 41 Comme dans d'autres cas de bourgs ayant connu une extension très rapide à partir de la cellera (Il (...)
  • 42 Les archéologues ont peut-être retrouvé trace de ce mur, ou d'un second mur « de la cellera », au (...)

73La plus ancienne mention, très connue, de l'existence d'un « mur de la cellera » est celle qui concerne Perpignan et qui date de 1116. C'est d'ailleurs la seule mention de la cellera de Perpignan41. Cette terre consacrée, « où se trouve l'église Saint-Jean », dit le document, lui avait été attribuée, on l'a vu, par la consécration de 1025 à titre de cimetière. L'espace intérieur de cette cellera semble déjà totalement occupé dès cette date, puisque le comte de Roussillon, voulant donner une terre pour y faire un hôpital, doit la trouver à l'extérieur, contre le mur de la cellera42. A l'intérieur de cet espace n'existent plus que des bâtiments et lieux à fonction religieuse ou sépulturale. En outre, ce mur semble avoir été très rapidement jugé insuffisant et une autre ceinture défensive, peut-être composée de fossés seulement au départ, mais enfermant un espace plus large, a été construite avant 1152. En effet, à cette date, une autre donation comtale mentionne des « fossés nouveaux » (tovis novos) qui semblent bien s'opposer à d'autres, plus anciens, donc probablement ceux de la cellera. Les « fossés nouveaux » de Perpignan, comme son précoce « mur de la cellera » prouvent le développement rapide de la ville comtale.

  • 43 P. Alessandri a interprété le tracé de deux cours d'eau délimitant un « espace quadrangulaire » co (...)

74Au cours du xiie siècle, plusieurs autres celleres sont entourées de fossés. La ville d'Elne est dotée de remparts en 1140 et 1155, pour ses parties haute et basse. Celle de ces fortifications qui enserre la ville haute comprend acellera, peut-être déjà élargie. A Llupia, où les sellaria (celliers) que nous avons vus étaient situés dans une forcia, la prise de possession d'une partie de la cellera en 1136 par les Templiers s'accompagne d'une déambulation où l'on délimite l'espace donné. Parmi les limites de la cellera est cité un fossé. A Mailloles en 1153 ce sont des talus ou fossés (vallos) qui bordent des jardins irrigués. Des celliers sont mentionnés quelques années après à Mailloles, puis la cellera ; on peut supposer qu'il s'agit là des fossés de la cellera43. Dès cette époque un autre document évoque une « porte », qui semble bien être un élément de fortification, bâtie en élévation, peut-être simplement sur une partie du périmètre de la cellera, pour barrer l'entrée par exemple. A Palau-del-Vidre, en 1155, un manse touche lui aussi au fossé (fossatico).

75Aucune de ces mentions n'est directement et explicitement celle d'un « fossé de la cellera » comme nous en trouvons au siècle suivant. Cependant, il ne semble pas douteux que l'on ait commencé à fortifier les celleres, comme on l'a vu, dès le xie siècle. A Palol, en 1184, celui qui tient le château pour le compte de l'évêque d'Elne s'engage à ne construire dans la cellera aucune maison forte ou autre maison, aucun mur de terre, de pierre ou de bois et aucun fossé. C'est une interdiction, mais, encore une fois, révélatrice de la tentation des châtelains, qui doit bien aboutir parfois à des celleres « privatisées » et fortifiées.

76Aux xive et xve siècles plusieurs mentions de « vieux fossés » et de « vieux murs » dans de gros bourgs ruraux, qui ont de plus amples remparts datant des xiiie et xive siècles (Baixas, Céret, Ille-sur-Têt), font probablement référence à cette première enceinte villageoise, surtout quand, comme à Baixas en 1400, ce sont exclusivement des celliers et d'autres biens situés dans la cellera qui touchent à ce « vieux mur ».

77La cellera apparaît dans nos sources comme le lieu central du village en formation, son véritable cœur. Sa fonction de dépôt des récoltes en fait un espace convoité. On l'a vu par les assauts violents qui lui étaient donnés au xie siècle. Au xiie siècle, il semble que cette violence contre les celleres soit atténuée, nous n'en avons plus en tout cas de traces textuelles. En revanche les celleres, espaces nés sans doute de l'initiative paysanne spontanée, soutenue et relayée par l'Eglise, sont au xiie siècle en train de passer totalement sous le contrôle des puissants, seigneurs ecclésiastiques naturellement, mais aussi laïcs, issus des familles de l'aristocratie locale.

78L'attraction que la sacraria-cellera exerce sur les paysans, sa structuration forte et sa mise sous protection et sous contrôle ecclésiastique sont bien illustrées par la consécration d'Espira-de-l'Agly en 1130. On y montre une sacraria habitée, dont les occupants doivent payer un « cens de la sacraria » à l'église Sainte-Marie. Ce cens garantit leur sauvegarde et leur liberté. Un siècle après les synodes de Toulouges, l'Eglise manifeste encore son attachement à défendre cet espace protégé « libre et sans soumission à quiconque », à s'en porter garante auprès des habitants en contrepartie d'un « cens de liberté ».

79Ce sont évidemment les autorités ecclésiastiques, protectrices naturelles de ces espaces de paix, qui vont y occuper une place prépondérante. Les abbayes et les chapitres, comme les simples prêtres, sont parmi les principaux propriétaires de biens dans les celleres.

80A Llupia, la cellera est partagée en 1136 entre le monastère de Saint-Pierre de Rodes (qui possède, on l'a vu, la cellera de Pollestres dès le xie siècle) et le prieuré de Sainte-Marie-del-Camp (le Monestir del Camp à Passa). Les Templiers y reçoivent aussi une dernière partie par donation du vicomte de Taxo.

81A Elne, en 1141, une transaction entre deux laïcs à propos d'une maison située dans la cellera nécessite l'accord de l'évêque, qui reçoit du nouveau propriétaire un manse à Mailloles, apparemment en compensation. Dans le village voisin de Latour-Bas-Elne, l'évêque est directement propriétaire de cinq manses et de leurs celliers, qui sont tenus par ses dépendants et qu'il tente de protéger des exactions du châtelain local.

  • 44 Je dois cette information à Annie Pezin, archéologue municipale de la ville d'Elne, responsable de (...)

82Les établissements ecclésiastiques disposent dès le xiie siècle, à l'intérieur des celleres, de lieux de perception et de stockage des redevances en nature que leur versent les fidèles ou leurs dépendants directs. A Elne, des fouilles récentes ont révélé que tout près des murs de la cathédrale étaient creusés de nombreux silos comblés au Moyen Age44. Des documents postérieurs (xve s.) évoquent ces sitges du palais episcopal ainsi que les grands récipients (vixella) qui se trouvent au cellier de l'évêque ; leur emplacement les situe au cœur de la cellera originelle. A Coustouges, les redevances dues par les mas de Bertrand de Buada, dont l'intéressante liste est dressée en 1168, doivent être portées au cellier de l'abbé d'Arles.

83Percevoir les redevances, les centraliser, les conserver à l'abri sont des opérations facilitées pour les établissements religieux qui disposent d'un cellier dans la cellera de la paroisse dont ils ont la possession, sur l'église de laquelle ils exercent leur autorité. On ne saurait négliger aussi la possibilité pour ces établissements de contrôler à l'arrivée dans les celliers la quantité récoltée par leurs dépendants et donc de fixer précisément le montant des redevances dues.

84A Marquixanes, qui est depuis le xie siècle propriété de l'abbé de Saint-Martin du Canigou, celui-ci donne en 1176 au seigneur d'Eus un manse, des maisons et deux celliers. Il précise que ces deux celliers sont de taille différente. L'un est de la taille de tous les autres celliers : il y a donc une sorte de standard, de norme, de gabarit pour les celliers dans cette cellera, ce que le plan du xixe révèle encore partiellement. Ceci témoigne d'une organisation délibérée dans la mise en place de la cellera qui peut avoir pour origine soit la communauté des villageois, soit l'autorité religieuse qui régit cet espace sacré, ou peut-être les deux de manière successive ou conjointe.

85L'autre cellier, dit-on, est de la taille du cellier de Saint-Martin, c'est-à-dire de la taille du cellier que possède l'abbaye, seigneur du lieu, dans la cellera de Marquixanes. On peut supposer que ce cellier est plus grand que les celliers communs des paysans et destiné à la collecte des redevances qu'ils doivent verser. Pouvoir sur l'église paroissiale, pouvoir sur la cellera, pouvoir sur le village : le seigneur a la possibilité de disposer de certains celliers, d'utiliser la cellera comme lieu de contrôle et de perception. Le seigneur d'Eus, qui reçoit plusieurs biens et droits (en particulier sur des moulins) sur le territoire de Marquixanes, obtient aussi une place privilégiée au sein de la cellera.

86Les seigneurs laïcs sont de plus en plus présents au sein de cet espace à l'origine protégé qu'est la cellera. Il peut paraître surprenant que ce lieu où les paysans sont venus chercher la protection sacrée de l'église et de son cimetière contre les rapines des hommes de guerre soit, dans bien des cas, tombé sous la domination de ceux-ci. Mais aucun espace n'échappe aux luttes pour le pouvoir de contrôler terres, récoltes et hommes. Il n'est pas d'îlot de liberté, de no man's land des oppositions sociales qui puisse subsister. L'histoire de l'alleu ou du statut des paysans en est un exemple ; la cellera n'échappe pas à la mise en place de la seigneurie foncière puis banale, dans la même période historique et pour les mêmes raisons. Lacellera ne saurait rester à l'écart de cette emprise de plus en plus forte de la seigneurie, qui enserre de ses mailles toute la vie rurale : terres, mas, celliers et condition paysanne. C'est du moins ce que révèle notre documentation qui, transmise par le biais des archives des puissants, occulte peut-être une petite proportion résiduelle de propriétés restées indépendantes.

  • 45 On peut aussi imaginer un processus qui fasse précéder la prise de possession seigneuriale de tout (...)

87C'est en relation avec les exploitations paysannes dont ils sont seigneurs, que les aristocrates laïcs sont propriétaires de celliers ou d'autres biens au sein de la cellera. Au Boulou, c'est le seigneur d'Orle qui possède des celliers. A Fourques, le propriétaire de quatre manses et de sept celliers, dont on précise qu'ils sont tenus par ses hommes, ne peut être qu'un petit seigneur tout au moins. A l'échelon supérieur de l'aristocratie, le vicomte de Taxo possède toute une partie de la cellera de Llupia, qu'il donne aux Templiers. Qui plus est, à Fourques comme à Llupia, la possession de plusieurs celliers ou d'une partie de la cellera par un noble s'accompagne de son installation effective au cœur de la cellera : le propriétaire des sept celliers de Fourques possède dans la cellera un ostal dominicum ; le vicomte de Taxo a, lui, dans celle de Llupia, un estare dominico. La similitude des termes révèle l'existence des demeures seigneuriales, appelées plus tard « forcia », « forsa », voire castrum : moins qu'un vrai château, mais plus qu'une simple maison, une « maison-forte ». La volonté du seigneur de Cabestany de voir son fils construire une maison contre le cimetière de l'église n'est pas étrangère probablement à cette volonté de résidence dans la cellera45.

  • 46 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 236.

88Il subsiste quelques vestiges de cette présence aristocratique au sein des celleres, ou dans leurs environs immédiats (ce qui n'est pas tout à fait la même chose et peut révéler une meilleure résistance de leur statut d'immunité). Le « château » de Llupia se dresse tout à côté de l'église. La tour de l'Alexis à Ille-sur-Têt46 est, quant à elle, construite en bordure immédiate du noyau le plus étroit des maisons autour de l'église paroissiale.

89En 1196, c'est sans aucun doute le seigneur du lieu qui lègue un cellier de la cellera de Fuilla à l'église Sainte-Marie de Corneilla-de-Conflent, car, même s'il s'agit du seul bien immobilier légué, son testament comprend de nombreux autres biens et droits ou redevances dus par les hommes de Fuilla. La résidence de ce seigneur pourrait bien correspondre à cctteforcia dont on dit en 1225 qu'elle est « in ecclesia ».

90Plus révélatrice encore de cette prise de contrôle des terres, des hommes et des récoltes, donc des celliers, on voit dès le xiie siècle des seigneurs laïcs créer, établir, faire construire des celliers, dans un espace qu'ils nomment parfois cellera, non pas autour d'une église mais autour de leur château.

91En 1194 par exemple, l'abbé de Camprodon, comme le roi d'Aragon l'avait autorisé, permet au curé et au bayle de Py, deux frères, de construire une forcia et à côté d'elle des cellaria (qui signifie probablement « des celliers », le mot cellarium semblant ici employé régulièrement au neutre pluriel). Les deux hommes auront la moitié des droits sur ces celliers, cens et justices, pour prix de la garde de cette forcia. On ne sait si cette « maison-forte », ou petit château, fut vraiment construite, mais on voit que la décision de regrouper les celliers sous ses murs, et d'y exercer une entière domination seigneuriale (cens et justices) est prise par le seigneur.

  • 47 Voir bien entendu la notice de ce village et l'article écrit en collaboration avec O. Passarius, à (...)
  • 48 Comme autour d'autres lieux de culte du territoire actuel de Laroque.

92On connaît ailleurs l'exemple d'une de ces « celleres d'initiative seigneuriale », qui a été effectivement bâtie, qui a perduré et est très bien documentée, celle de Laroque-des-Albères47. En effet, en 1188, c'est la dame de Laroque, héritière du château, qui donne en acapte un cellier dans la cellera du castrum. Le cellier touche au castellum (le château) et doit la même redevance que les autres celliers, est-il précisé, soit une mesure (canada) de vin. D est spécifié que celle qui obtient cette concession a elle-même « édifié » ce cellier. Tous les éléments sont donc réunis pour conclure à une cellera de création récente à la fin du xie siècle, donc bien postérieure à la période de naissance des celleres-sagreres autour des églises, sur les cimetières consacrés, et à une cellera née au pied du château, où chaque cellier doit la même redevance au seigneur châtelain. Château et cellera sont situés par ce document dans la paroisse de Tanya, dont l'église se trouve à plusieurs centaines de mètres au nord du piton rocheux qui porte la tour et la cellera à ses pieds. Quand on sait, à la suite des prospections archéologiques effectuées dans le périmètre de ce bâtiment de culte, qu'un habitat regroupé, peut-être assez lâche, existait autour de cette église48, on voit se dessiner un schéma de prise de contrôle des terres et des hommes, avec la restructuration du finage et de l'habitat, dont le château devient le centre, par le biais essentiel de sa « cellera ». Cette « cellera castrale » devient l'élément structurant de l'habitat et le cœur du futur village castral. Elle joue un rôle important dans le processus d'incastellamento, sorte d'espace-relais entre le château et les maisons villageoises.

  • 49 On verra plus loin les cas d'Eus, de Montesquieu et de Corbère par exemple.

93Par analogie avec le cas de Laroque-des-Albères, pour lequel nous avons la chance de posséder un document renseignant sur l'époque et le mode de fondation de cette cellera castrale, on peut supposer un processus analogue pour un certain nombre d'autres celleres atypiques pour lesquelles les textes sont plus tardifs ou moins explicites, mais que l'étude des plans et de l'évolution du peuplement rapproche du cas de Laroque-des-Albères49.

94A Corsavy notamment la concurrence entre pôles de peuplement ecclésial et castrai se traduit par une rivalité, dont la reconsécration de l'église Saint-Martin en 1159 porte indirectement témoignage. En effet dans cet acte l'évêque souligne que la chapelle du château, dédiée à Saint-Jacques, est soumise à l'église paroissiale Saint-Martin, qu'elle n'a aucun droit à percevoir des dîmes, prémices et sépultures. Une composition financière est prévue en cas de violation des privilèges de l'église paroissiale. Après l'engagement pris par Raimond Matfred de cesser ses exactions contre les sacrarii bâtis sur le cimetière de l'église paroissiale, on peut reconstituer le déroulement d'une longue entreprise de mainmise seigneuriale. Les seigneurs ont élevé une chapelle castrale, où ils poussent leurs dépendants à se rendre et à verser leurs aumônes et contributions au culte. La prévision d'une composition dans un acte de consécration, tout à fait exceptionnelle pour un document religieux, est une indication du caractère conflictuel de l'opposition entre l'abbé d'Arles-sur-Tech et le seigneur de Corsavy. La disparition du noyau de peuplement autour de l'église Saint-Martin dans les siècles suivants et son regroupement autour du château montre l'inefficacité de ces mesures dissuasives, même si l'église paroissiale n'a été déplacée au village castrai qu'à l'époque moderne.

  • 50 Le château repoussoir de l'habitat est évoqué par P. Bonnassie, dans « Description de forteresses (...)
  • 51 A. Settia, « L'incidenza... ».

95La volonté de regroupement des hommes au pied du château, cet incastellamento bien connu pour l'ensemble des régions méditerranéennes, se développe en Roussillon dans un contexte social, une occupation du sol et un paysage déjà fortement marqués par le phénomène des celleres. Les châtelains doivent tenir compte des premières formes de concentration de l'habitat, nées indépendamment des châteaux, et sans doute en partie contre eux, comme à Corsavy50. Ceci conduit les maîtres des châteaux à utiliser le mot cellera et l'idée de regroupement des celliers, développée aussi en Italie, pour favoriser51, provoquer, diriger la naissance d'un pôle d'habitat au pied de leurs forteresses.

96Du développement descelleres, et, de ce point de vue, indifféremment de leur origine ecclésiale ou castrale, découle une profonde restructuration de l'espace de vie et de travail des populations rurales.

  • 52 L. To, « Le mas catalan... » et A. Catafau, « La cellera et le mas... » Journal des Savants, à par (...)

97Le mas (manse ou borde), devenu l'élément de base de l'organisation du travail agricole dans le cadre de la seigneurie foncière, en même temps que l'instrument de soumission de la paysannerie aux nouveaux cadres de la seigneurie banale52, est une entité par nature complexe. Il est composé d'une maison-mère (le capmas, qui prend plus tard le nom de la famille des tenanciers), de jardins, de potagers, de vergers proches de cette maison, ou sur la périphérie immédiate du village, près des éléments indispensables à leur mise en culture (cours d'eaux, ruisseaux d'arrosage, canaux d'amenée ou d'évacuation des moulins), et aussi de parcelles disséminées sur les terroirs aux aptitudes différentes (vignes, champs de céréales ou de légumineuses, pâtures, terres incultes, bois et taillis sur les hauteurs et les confins). Cette structuration du finage, modelée par l'omniprésence du mas, vivace dans le Roussillon comme dans toute la Catalogne, est en quelque sorte soudée par la cellera. Les mas ont là un espace de mitoyenneté par la juxtaposition de leurs celliers, qui prend l'aspect d'un ensemble resserré puis fortifié au xiie siècle.

98A chaque manse ou borde, son cellier dans la cellera. Cette distribution, qui souffre bien entendu des exceptions et n'est pas figée, est globalement en place dès les xie-xiie siècles. Nous l'avons vu à Fourques, Latour-Bas-Elne ou Marquixanes. C'est aussi ce qui apparaît à Laroque-des-Albères au travers d'une donation datant de 1191. Le seigneur de Laroque donne à l'église paroissiale de Tanya un manse avec toutes sas dépendances et avec son cellier dans la cellera du castrum de Rocha. Le mas et le cellier sont exemptés des redevances qu'ils devaient, entre autres le service de guet et les travaux (aux fortifications).

99La cellera castrale ou ecclésiale structure durablement l'espace villageois en lui donnant un centre. Ce centre finira même dans la période suivante par attirer les maisons-mères des exploitations rurales, regroupant les paysans dans le village et ne laissant, au moins dans la plaine roussillonnaise, qu'une part minime à l'habitat en mas dispersés. Les réseaux de chemins s'infléchissent vers ce centre, un plan radio-concentrique se met en place. L'étude des parcellaires permet de retrouver parfois, comme à Eus ou à Villeneuve-de-la-Raho, le tracé de ces anciennes convergences vers le lieu de peuplement groupé originel (la villa vella près de la « vieille église »), délaissé plus tard au profit d'un habitat de hauteur.

100La multiplication des lieux de culte au cours des ixe-xe siècles a eu pour conséquence la naissance au siècle suivant de petits noyaux de peuplement groupé parfois peu distants les uns des autres, inégalement dotés en territoires cultivables, en potentialités de mise en valeur. Beaucoup des villages nés autour d'une cellera ont connu un vrai succès dans les siècles suivants, qui leur a permis de devenir de petits centres ruraux, actifs et dynamiques jusqu'à nos jours. Parmi la masse des celleres (ou des regroupements ecclésiaux) certaines ont disparu assez tôt par la rivalité voulue et organisée d'un pôle castrai, mais aussi d'autres, nées autour d'une église mal placée, trop concurrencée par des villages voisins au développement plus rapide, ont assez vite dépéri. De ces dernières, certaines ont pu connaître un effacement très rapide, perceptible dès le début du xiiie siècle, comme dans le cas de Canomals, où la cellera apparaît comme « vieille » et moribonde très tôt, victime d'une sorte de sélection naturelle des lieux de peuplement et de la formation rapide des gros castra voisins de Pia et Bompas.

101Le trait marquant de la période suivante, qui débute dans le dernier quart du xiie siècle et se prolonge jusqu'au milieu du xive siècle, est en effet la naissance, autour du noyau originel de la cellera, d'un authentique village médiéval, plus vaste, aux fonctions diversifiées, aux espaces bien individualisés, et le plus souvent fortifié : le castrum, typique de la plaine et des vallées roussillonnaises.

Note

1 Voir Planèzes.

2 Les petites constructions qui avaient pour fonction d'abriter les récoltes de paysans, construites sur la terre sacrée du cimetière, ont reçu dès le xe siècle le nom de sacrarium, ii, neutre, avec un pluriel irrégulier, au masculin sacrarii et sacrarios, afin de les distinguer de l'espace où cessacrarii avaient été construits, que l'on nommait du féminin sacraria, ae , qui a donné en catalan sagrera. La même formation linguistique a donné sur la base de cellarium, ii, le cellier, neutre singulier, les cellarii, et cellarios, pluriel au masculin, l'espace bâti de celliers étant nommé cellaria, ae, féminin, en catalan cellera.

3 Dans mon mémoire de D.E.A, « L'église et le village en Roussillon... ».

4 Par exemple à Laroque-des-Albères, comme nous le verrons plus loin.

5 C'est l'exemple de Sant Feliu de Pallerols, étudié dans deux importants articles de C. Fochs et J. Canal, « La sagrera de Sant Feliu de Pallerols », et « La cellera fortif icada de Sant Feliu de Pallerols ».

6 A Espira-de-l'Agly, en 1130.

7 Villiers-le-Sec, par exemple, mais aussi à Laroque-des-Albères.

8 La dernière fois, c'est en 1090 à propos des quarante-trois sacrarii de Saint-Martin de Corsavy, voir infra.

9 Il me semble évident que l'on peut ici écarter le sens de « sacristie ».

10 K. Kennelly, « Sobre la paz de Dios y la sagrera... ».

11 P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. VII, p. 360.

12 P. Bonnassie « Les sagreres catalanes... », p. 70, a. 988.

13 J.F. Niermeyer, MLLM, s.v. superpositum, p. 1007.

14 Quoi qu'en pense mon ami Lluis To (« El marc de les comunitats pageses... », p. 231, n. 219), je ne doute pas vraiment de la validité de ce document. Bien que précoce, il peut tout à fait entrer dans le cadre chronologique des premières mentions, cf. P. Bonnassie, op. cit.

15 P. Bonnassie, op. cit., mais M. Riu et P. Valdepeñas trouvent la mention d'une sacraria et de maisons près de l'église dès le début du xe s., « El espacio eclesiastico... », p. 64.

16 Voir la notice concernant ce village. La cellera de Thuir n'est mentionnée dans nos sources qu'à la fin du xiiie siècle.

17 La cellera de Coustouges apparaît dans les documents dans la deuxième moitié du xiiie siècle.

18 V. Farias en a fait l'étude exhaustive dans sa tesina : La sacraria catalana.

19 Ce document très connu a été traduit et utilisé à plusieurs reprises, en particulier par M. Aubrun, La paroisse..., et E. Magnou-Nortier, La province ecclésiastique de Narbonne...

20 M. Riu propose de donner au dextre une valeur approximative de 2,80 m, op. cit.

21 V. Farias, La sacraria catalana..., p. 29.

22 « tam vivis quam etiam mortuis » dit la consécration de Saint-Martin et Saint-Pierre, en 993, M. H., n° 142.

23 Une cellera y est mentionnée bien plus tardivement, voir la notice sur ce village.

24 Comme nous le verrons plus loin à propos d'Espira-de-l'Agly.

25 C'est par exemple le cas à Laroque-des-Albères, cf. infra.

26 V. Y. Esquieu, Autour de nos cathédrales...

27 P. Alessandri et alii, « Deux fosses médiévales à Saint-Julien, Villeneuve-de-la-Raho », Etudes roussillonnaises offertes à P. Ponsich... Renseignements complétés par la discussion avec les archéologues concernés.

28 L'opération, effectuée en quinze jours en août 1996 par O. Passarrius, C. Coupeau et quelques étudiants en histoire de l'art et archéologie de l'Université de Perpignan n'a pas encore, au moment où je rédige ces lignes, donné lieu à un bilan d'intervention par le responsable du chantier. Ce que j'en écris ne relève que de l'interprétation de ce qu'il m'a été donné d'observer sur le terrain, avec les explications indispensables des archéologues.

29 P. Negre, « Dos importantes documentes... », op. cit.

30 Je pense en particulier à son exposé intitulé « Justice publique et violence féodale en Catalogne, xe-xiie s. », lors de la séance du séminaire de P. Bonnassie et M. Berthe à Toulouse-Le Mirail, le 22 février 1991.

31 Malgré l'absence du mot cellera ou sacraria dans ce document, j'ai considéré, à titre d'unique exception, que ce document pouvait faire figurer Corsavy dans la liste des celleres attestées, en annexe.

32 Comme dans d'autres documents catalans, cf. V. Farias, La sacraria catalana..., p. 86-87 : « cimiterium atque sacrarium ».

33 C'est ce que semble indiquer le plan de la cellera de Torreilles, voir notice de ce village.

34 Je pense à la manière dont, dans beaucoup de nos villages actuels, sont gardées les clefs de l'église.

35 Il s'agit de Taxo-d'Avall, sur la commune d'Argelès, voir la notice de Taxo-d'Avall.

36 C'est ce que P. Bonnassie appelle « la dénaturation des sagreres », « Les sagreres catalanes... », p. 75, et que dénonçait déjà le concile de Vie en 1063, MH, n° 269, ou celui de Toulouges en 1064-1066, FFM, n°780 : « Ecclesias vero illas ubi castra fuerint constructa... ».

37 On a vu en revanche que la sacraria de Corsavy, aux mains d'une autorité ecclésiastique puissante, l'abbé d'Arles, peut résister à la mainmise du seigneur châtelain local.

38 T. Bisson, « Une paix peu connue... », article 2 de la paix, p. 74 : « Ecclesias quoque incastellatas sub eadem pacis et tregue deffensione constituo... ».

39 On verra plus tard cette cellera autour de l'église de Fourques.

40 Il faut remarquer que cette mention se trouve dans un acte de consécration, document religieux où ce terme est le seul approprié pour désigner cet espace consacré et habité qui n'est manifestement plus seulement un cimiterium.

41 Comme dans d'autres cas de bourgs ayant connu une extension très rapide à partir de la cellera (Ille-sur-Têt, Vinça, Elne), le terme lui-même de cellera disparaît rapidement de tous les documents concernant Perpignan, comme si cet espace était noyé dans l'accroissement de la ville, perdait sa spécificité.

42 Les archéologues ont peut-être retrouvé trace de ce mur, ou d'un second mur « de la cellera », au sud de l'église Saint-Jean le Vieux ; voir la notice de Perpignan.

43 P. Alessandri a interprété le tracé de deux cours d'eau délimitant un « espace quadrangulaire » comme la trace d'un « ensemble à caractère défensif aménagé ou entretenu », remontant peut-être à l'Antiquité ou à l'époque wisigothique, cf. « Perpignan, le site de Villa-Gothonim à Mailloles », Etudes roussillonnaises, t. XIII, p. 85-86. Ils semblent en tout cas antérieurs et, de tracé comme de taille, différents de fossés de la cellera, dont on ne trouve pas trace sur le cadastre.

44 Je dois cette information à Annie Pezin, archéologue municipale de la ville d'Elne, responsable des fouilles.

45 On peut aussi imaginer un processus qui fasse précéder la prise de possession seigneuriale de tout ou partie de la cellera par la résidence du seigneur voisin dans la cellera : « De la résidence à la seigneurie, il n'y a qu'un pas », écrit P Bonnassie à propos justement de Llupia, « Les sagreres catalanes... », op. cit., p. 74.

46 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 236.

47 Voir bien entendu la notice de ce village et l'article écrit en collaboration avec O. Passarius, à paraître dans les E.R., tome XIV.

48 Comme autour d'autres lieux de culte du territoire actuel de Laroque.

49 On verra plus loin les cas d'Eus, de Montesquieu et de Corbère par exemple.

50 Le château repoussoir de l'habitat est évoqué par P. Bonnassie, dans « Description de forteresses dans le Liber Miraculorum sanctae Fide ».

51 A. Settia, « L'incidenza... ».

52 L. To, « Le mas catalan... » et A. Catafau, « La cellera et le mas... » Journal des Savants, à paraître, 1998.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540