Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Première partie. Synthèse historique

Le Roussillon, le Conflent et le Vallespir aux temps féodaux (xie - xiie siècles) :

La naissance des celleres dans un contexte de crise et de violences

Texte intégral

  • 1 L'ouvrage de référence sur cette question reste bien entendu la thèse de P. Bonnassie, La Catalogn (...)

1Les comtés et vicomtés qui composent le diocèse d'Elne connaissent à la fin des temps carolingiens une rapide transformation des structures sociales et politiques, une profonde mutation1.

  • 2 P. Ponsich est le maître de cette histoire généalogique et politique du Roussillon féodal. On pour (...)

2Mon propos n'est pas de tenter de faire une histoire du Roussillon à l'époque féodale, ni de me pencher avec attention sur l'essor et les aventures des familles comtales, vicomtales et aristocratiques, ce qui a déjà été fait en grande partie par d'autres, avec plus de passion que je ne saurais y mettre2. Mon objectif sera de mettre davantage en lumière que cela n'a été fait jusqu'à présent, en tout cas pour le Roussillon, le contexte social dans lequel s'est faite la montée en puissance de ces familles, avec leurs antagonismes, leurs compétitions, leurs disputes, leurs guerres privées. Je tenterai ainsi de percevoir comment la situation de crise prolongée de cette société a pu jouer un rôle majeur dans la naissance des celleres.

3Le vestige le plus évident du bouleversement de l'ordre social, de la ruine de l'édifice public et de la multiplication des pouvoirs lignagers au cours de cette période est sans nul doute la multiplication des tours et châteaux. Ils surgissent par dizaines, comme surgissent dans la documentation ces hommes qui ajoutent à leur nom celui d'une terre, d'un piton rocheux sur lequel ils ont établi leur siège de commandement et à partir duquel ils rayonnent dans la région voisine.

  • 3 Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 102-104.
  • 4 Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 236 et 241-242.

4Dans la plaine, ces nouveaux maîtres des châteaux s'installent dans des tours de pierre, massives, hautes, dont quelques-unes nous sont conservées. A Pugols, sur la commune d'Argelès-sur-Mer, se dresse une tour rectangulaire presque intacte, de quatorze mètres sur dix, sur une hauteur approximative de quinze mètres. Elle est entourée d'un périmètre fortifié, dont les murs faisaient huit à dix mètres de haut, de cinquante mètres sur quarante-cinq environ. Elle daterait, d'après les textes comme d'après son mode de construction, du dernier quart du xie siècle3. Des tours de ce type sont encore conservées dans le village d'Ille-sur-Têt et au lieu-dit voisin de Casesnoves4.

  • 5 Pour l'étude des tours et châteaux du Roussillon, on se reportera aux travaux de G. Castellvi, en (...)

5D'autres tours mentionnées dans nos sources ont disparu à Latour-Bas-Elne, Palol (c. d'Elne), Avalri (c. de Montescot). Les vestiges de plusieurs autres subsistent sur les hauteurs entourant la plaine, comme celle de Saint-Christophe dans les Albères par exemple5.

  • 6 Comme à Banyuls-dels-Aspres (ancienne route d'Elne au Vallespir et au col du Perthus) et à Saint-F (...)
  • 7 G. Castellvi, « Les mottes castrales... », AMM, et « La motte de Saint-Feliu d'Avail... », ER, vol (...)

6Des mottes artificielles surmontées de tours de pierre ont aussi existé en Roussillon. Elles se trouvent dans la partie basse de la plaine, en Salanque, ou près de certains axes de circulation6. Leurs mentions sont souvent tardives, et leur construction, d'après les quelques fouilles menées, ne semble pas remonter au-delà du xiie siècle7. Elles semblent correspondre à la volonté de tout petits seigneurs d'établir leur contrôle sur des portions de territoire exigu. A Torreilles, sur le territoire d'une commune actuelle, on compte aux xie-xiie siècles au moins trois mottes et deux châteaux ou tours, extérieurs au village et à sa cellera. Chacun ne peut exercer son autorité sur son terminium qu'au prix d'alliances et de rivalités génératrices de nombreux conflits.

7En outre, la pyramide des relations féodo-vassaliques se complique dans notre région de liens familiaux étroits entre familles comtales, vicomtales, châtelains de rang inférieur, et haut clergé (évêques et diacres), qui ajoutent aux occasions de conflit ou les étendent au-delà des protagonistes principaux. En effet, le trait marquant de cette période est la multiplication des conflits internes au groupe aristocratique, qui opposent entre eux les représentants les plus éminents de cette couche sociale mais aussi leurs hommes d'armes, et qui les opposent aux autres groupes sociaux, en particulier aux clercs et, sur un autre plan, aux ruraux.

  • 8 A. Catafau, « Contentiones fuerunt... ». On trouvera en annexe à cette communication une liste aus (...)

8On peut tenter d'établir une typologie de ces contestations, oppositions, conflits, violences et même guerres privées, au travers des nombreux documents qui en font état8.

9Ces actes apparaissent dans les premières décennies du xie s. et restent nombreux jusqu'à la fin du règne de la famille comtale roussillonnaise en 1172. Avant le début du xie siècle, les conflits étaient réglés dans des plaids où les comtes étaient les garants du respect de la justice publique s'appliquant à tous. Ensuite, après 1172, ce sont les comtes-rois de Barcelone qui imposent leur paix au Roussillon féodal. Entre ces deux dates les synodes de la Paix et Trêve de Dieu (Toulouges, 1027 puis 1064) apparaissent comme la seule tentative de régulation des violences. Leurs résultats furent au demeurant bien fragiles.

  • 9 Ceci a été brillamment mis en lumière pour une autre région par Ch. Lauranson-Rosaz, « Les mauvais (...)
  • 10 On remarquera la rapacité particulière des vicomtes de Castelnou, les vicomtes du Vallespir, serré (...)

10Il a semblé intéressant de mettre en relation ces documents entre eux en essayant d'en faire une typologie, de les classer selon la qualité des personnes en cause, les objets des litiges, les solutions adoptées. On peut aussi les mettre en relation avec d'autres termes apparus dans les sources, qui désignent des prélèvements nouveaux, toltas, forcias, malos usaticos, imposés par des actions brutales à toute la paysannerie9, ainsi que les malafacta, méfaits ou mauvaises actions dont les seigneurs s'accusent parfois. Un premier ensemble est formé des contentiones qui opposent une autorité ecclésiastique (abbé, prieur, évêque) à un laïc (comte, vicomte10, seigneurs locaux et simples chevaliers). Ces affaires ont pour objet principalement des usurpations de biens ou de droits. Ces conflits se règlent à l'amiable, le plus souvent, par un déguerpissement accompagné parfois d'une indemnisation en retour. Les violences directes y sont rares, mais on en décèle quelquefois des indices lors de l'appropriation illicite des terres.

11Des conflits et des convenientiae entre seigneurs laïcs forment un deuxième groupe : on y trouve des évacuations simples, mais aussi des mentions de violences, de batailles, de guerres privées ; les enjeux en sont là aussi des droits et des terres, mais surtout les châteaux qui permettent de les contrôler.

12Enfin, dans ces deux types de documents comme dans d'autres plus spécifiques, on trouve les indices de la violence ordinaire contre les paysans, prenant parfois un tour plus direct, plus brutal. Jamais toutefois les gens du peuple eux-mêmes ne s'expriment, leur situation juridique est déjà avilie, et c'est de manière toujours indirecte qu'apparaissent ces victimes, quand leurs « protecteurs » s'estiment lésés au travers d'eux.

Les attaques contre les ecclésiastiques

  • 11 Ch. Lauranson-Rosaz a noté lui aussi toute la différence qui pouvait exister entre ces compromis e (...)

13Compte tenu de la nature des sources disponibles pour le Roussillon féodal, essentiellement les copies réalisées au xviiie siècle par F. de Fossa d'après les cartulaires de la cathédrale d'Elne, des monastères d'Arles, de Cuixa, de Saint-Martin du Canigou, du prieuré d'Espira, l'Eglise apparaît comme la principale victime des oppositions et des conflits. En un siècle et demi, entre 1043 et 1172, trente-quatre documents concernent des querelles mettant en cause des laïcs, nobles de tout rang, et des établissements religieux. Ils s'intègrent pour partie dans la grande campagne de récupération des droits de l'Eglise dans le cadre de la réforme grégorienne, et tous se concluent de manière favorable aux clercs : soit que les laïcs viennent d'eux-mêmes à soumission, soit qu'ils y soient contraints par une autorité supérieure, religieuse ou laïque, qui donne son verdict. Ces réunions ressemblent fort peu aux anciens plaids de justice, même quand ils en portent le nom : le plus souvent ni juges, ni témoins, ni présentation de preuves écrites, une simple confrontation, et une décision, toujours la même, condamnant les usurpateurs11. On verra à quel prix.

  • 12 On peut s'interroger sur l'« utilité »des dévastations décrites, tant d'un point de vue militaire (...)

14Dans la majorité des cas, les plaintes concernent les terres d'Eglise, alleux ou honneurs entrés dans les patrimoines ecclésiastiques parle biais de dons ou de legs et que les héritiers en titre du donateur, ou son seigneur, ou un noble (parent, familier : cela n'est pas toujours indiqué) se sont appropriés. Alors surviennent les « invasions », «usurpations», parfois suivies de pillages et de dévastations12.

  • 13 ADPO, fonds F. de Fossa, 12 J 24, n° 122.

15En 1043, des «hommes mauvais et pervers» sont responsables de «déprédations, invasions, usurpations et rapines» contre des biens appartenant à l'abbé de Cuixa en Fenouillèdes et en Roussillon13. Les usurpateurs sont excommuniés par un concile provincial, tenu à Narbonne en présence de l'archevêque, des évêques de Gérone, Carcassonne, Elne, Barcelone, Urgell, Couserans et Béziers. On ignore l'identité des coupables comme la situation précise des biens usurpés. Cependant la qualité et le nombre des prélats devant lesquels cette affaire a été portée indique un conflit au plus haut niveau de la société, mettant en cause de très puissants aristocrates. Déjà s'affirme une constante de ces affaires d'usurpation : elles s'accompagnent de violences et de destructions.

  • 14 ADPO, 12 J 24, n° 128.

16L'opposition de certains héritiers aux legs pieux faits par leurs parents explique l'attitude d'un nommé Bernard, en 105414. Celui-ci, sitôt son frère décédé et son corps porté par lui dans l'église de Saint-Michel de Cuixa pour qu'il y soit enterré selon ses voeux, court envahir l'alleu que le défunt avait légué à cette église. Le comte reçoit la plainte de l'abbé, devant les vicomtes et de nombreux nobles et « chevaliers », proceres et equitibus. Bernard doit restituer cet alleu.

  • 15 On trouvera plus loin d'autres cas de conflits à propos de ce droit de gîte et la redevance qui le (...)
  • 16 ADPO, 12 J 24, n° 17.
  • 17 ADPO, 12 J 25, n° 219.
  • 18 ADPO, 12 J 25, n° 222.

17D'autres plaintes concernent des droits prélevés injustement par des laïcs sur des terres appartenant à l'Eglise, ou sur les hommes les habitant. On ne s'étonnera pas d'y retrouver toute la gamme des « nouvelles redevances » appelées chez nous « usages », ailleurs « coutumes ». En 1067 le vicomte de Castelnou doit abandonner l'albergue15 qu'il percevait injustement sur les habitants de Tordères, qui appartient à Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech16. Les abbés de Lagrasse obtiennent des vicomtes de Castelnou qu'ils leur abandonnent les toltas, forciam et « mauvaises possessions » qu'ils faisaient sur les lieux de Pézilla et Corneilla-de-la-Rivière, en 108817, puis à nouveau en 1105 où le vicomte Guillem évacue de malis super questionibus quas parentes mei injustefecerant18. Le simple renouvellement de cette restitution «volontaire» donne une idée de la difficulté à faire respecter leurs engagements aux vicomtes.

  • 19 ADPO, 12 J 24, n° 122; 12 J 25, n° 148 ; 12 J 24, n°21.
  • 20 ADPO, 12 J 25, n° 155, n° 169.

18Les clercs ne disposent que de peu de moyens pour inspirer la crainte et faire valoir leurs droits : l'excommunication contre les usurpateurs en 1043, l'appel aux autorités publiques, en 1087, quand les chanoines d'Elne se plaignent devant les comtes d'Ampurias et de Roussillon ensemble, ou en 1099, quand le comte de Besalu, les vicomtes de Castelnou et de Besalu tranchent le différend entre l'abbé d'Arles et un nommé Sentellus19. Mais très souvent ce sont ces mômes représentants de l'autorité publique qui sont tenus pour responsables des atteintes aux biens des clercs, causées le plus souvent par leurs « hommes ». Ainsi, les vicomtes de Castelnou sont mis en cause en 1095 à propos des villae de Taulis et Croanques, ou en 1115 pour les dîmes de l'église de Ponteilla20.

  • 21 ADPO, 12 J 24, n° 28.
  • 22 ADPO, 1 B 5, a. 1153 et 1 B 79, a. 1168.
  • 23 M.H., n° 326 ; restitution du tiers à l'évêque, même date, 12 J 24, n° 160.
  • 24 « ..domos quoque comburentes, arbores incidentes, homines etiam vulnerantes... », M.H., n° 326.

19Les seigneurs locaux ne sont pas en reste pour ces usurpations de biens d'église. Le puissant seigneurd'Oms rend en 1134 deux manses qu'il avait soustraits au monastère d'Arles21. Les seigneurs de Peyrestortes envers le prieur d'Espira ou le seigneur de Buada envers l'abbé d'Arles sont coupables d'actes similaires22. Plus gravement, c'est souvent du sommet même de l'édifice féodal que viennent les conduites brutales. En 1100 le comte de Roussillon Gilabert s'empare de la villa de Tanyères (c. de Perpignan) à propos d'un conflit avec l'évêque d'Elne pour la possession d'un tiers de cette villa23. Le comte et son fils Girard, au mépris d'un premier jugement rendu selon la loi wisigothique, envahissent et ruinent totalement ce territoire : maisons brûlées, arbres coupés, hommes blessés24.

  • 25 M.H., n° 325.
  • 26 « dantes illis multas pecunias », ibid.
  • 27 Ceci permet de mesurer aussi la distance qui sépare alors le droit public des intérêts privés, que (...)
  • 28 « consideransque dampnationem illorum virorum qui injuste Sancto Michaeli abstulerant et alienae p (...)

20L'affaire tranchée en 1100 par le comte de Confient et de Cerdagne, Guillem Jorda, est révélatrice du degré atteint par la déchéance des pouvoirs publics au cours du xie siècle25. L'origine de cette affaire remonte à l'épiscopat d'Oliba (1009-1014), ce qui confirme que beaucoup de ces délaissements interviennent longtemps après les usurpations. L'évêque Oliba avait donné à son chevalier (suo militi) trois églises, dont celle de Catllar, sans l'accord des moines de Saint-Michel de Cuixa dont elle dépendait. Par la suite les comtes Raimond (1035-1068) et Guillem, son fils (1067-1095), ont permis aux descendants de cet homme d'armes de conserver injustement ces églises, car ils leur donnaient beaucoup d'argent26. Enfin le comte Guillem Jorda, écoutant les plaintes des moines, leur restitue ces églises, avec de dures paroles pour ses ancêtres et même pour Oliba27. Qu'un des hommes d'armes de l'évêque réussisse à se faire donner des églises pour sa rétribution, que l'évêque les prenne non sur son patrimoine mais sur celui des moines de Cuixa, que les fils du chevalier veuillent les conserver et surtout que les comtes ne négligent pas quelques arguments sonnants et trébuchants pour couvrir cette usurpation pendant des décennies, voilà qui donne une idée des rapports sociaux en Roussillon au xie siècle28. On mesure aussi la difficulté à faire cesser ces comportements quand les magnats en donnent l'exemple et mettent un siècle à les corriger.

21Bien que les usurpations soient manifestes et que le droit des clercs ne soit pas contesté sur le fond, les religieux doivent bien souvent verser une indemnisation aux gens de guerre, et cette compensation financière est lourde. Elle est le signe de l'incapacité du droit à s'imposer aux hommes en armes. Pour qu'ils acceptent de se défaire de biens sur lesquels ils n'ont qu'un pouvoir acquis par la force mais aucun droit, ils exigent de véritables rançons versées par les plaignants.

  • 29 ADPO, 12 J 25, n° 148. On notera l'importance, pas seulement militaire ou économique, mais symboli (...)
  • 30 M. H., n° 326 et ADPO, 12 J 25, n° 160.
  • 31 ADPO, 12 J 25, n° 169, sur Pons Bliger, Alart, C.M., t. 1, a. 1105 et L.F.M., n° 778, a. 1078-1102

22En 1087 un nommé Pons Bernard, à qui un usurpateur a donné un alleu qui aurait dû revenir à la cathédrale d'Elne, est contraint de le restituer, mais reçoit vingt onces d'or et une pouliche d'un an29. Le comte Gilabert, après avoir reconnu les graves dommages qu'il a causés à Tanyères, restitue le tiers de cette villa en 1100 et reçoit sept cents sous donnés par l'évêque sur les biens de la cathédrale30. Des restitutions comme celle des dîmes de Ponteilla en 1115 par le vicomte de Castelnou, ou celle des bois, rivières et moulin de Baho par Pons Bliger31, seigneur de Mailloles, un proche du vicomte de Castelnou et du comte du Roussillon, ne se font que contre des versements de soixante-dix et deux cents sous.

  • 32 M.H., n° 250 avec la date erronée de 1058 (B. Alart propose la date de 1054, C.M., t.1), ADPO, 12 (...)

23Des violences de nature plus politique peuvent à l'occasion être exercées au sein même des églises. C'est le cas quand à quelques années d'intervalle, en 1053 et vers 1064, la cathédrale d'Elne est par deux fois ravagée et envahie32. En 1053, après les ravages causés par les « destructeurs de l'église », l'évêque Bérenger (1031-1053) lui-même, se déclare coupable de pêchés : en tant que membre de la famille comtale roussillonnaise il est probablement lié aux « destructeurs ». Vers 1064 la cathédrale est envahie par le vicomte de Castelnou et ses hommes, qui tentent de s'opposer à la nomination de Raimond, fils du comte d'Ampurias, comme évêque. Cette décision devra finalement être imposée par l'archevêque de Narbonne qui ferme toutes les églises du diocèse. En 1075 les milites du comte de Cerdagne envahissent Saint-Michel de Cuixa, s'emportent furieusement et en chassent « avec violence » le comte de Roussillon Gilabert.

  • 33 Villanueva, Viaje literario..., t. VI, p. 340.
  • 34 « ipsos valls quos supradictus episcopus faciebat in circuitu ville Elnensis et... ipsam fortezam (...)
  • 35 ADPO, 12 J 25, n° 194 et M.H., n° 424.

24Pour la protection de sa cité -on se souvient du récit du pillage d'Elne par les Sarrasins en 113533- l'évêque l'a fait entourer de fossés et a fortifié sa cathédrale, avant 114034. Un différend l'oppose alors à Guillem de Salses qui prétend détenir ces fortifications en fief. Guillaume renonce à ses prétentions avant que soit tenu un plaid devant l'archevêque de Narbonne, mais la « protection » des nobles laïcs est parfois envahissante. En tant que seigneur de nombreux villages de la plaine, l'évêque d'Elne est souvent aux prises avec ses propres feudataires : en 1142 puis 1155, à propos d'un alleu puis des « justices de l'évêque », il est opposé à Gaubert d'Avalri (fief au nord d'Elne, entre Corneilla-del-Vercol et Villeneuve-de-la-Raho)35.

Les violences au sein du groupe des guerriers

25Conflits et oppositions s'expriment aussi au sein du groupe des guerriers. Pour la période 1014-1172, plus de vingt documents témoignent de ces violences directes ou indirectes entre chevaliers. La pauvreté des sources d'origine laïque, l'absence d'un grand cartulaire comtal par exemple, pour la période précédant l'annexion du Roussillon par les comtes-rois de Barcelone, doit faire considérer ces documents comme des témoins épars de faits qui ont dû être beaucoup plus fréquents.

  • 36 Archives de l'hôpital d'Ille, parch. I, n° 30 et B. Alart, C. M., t. 1.
  • 37 L.F.M., n° 748, a. 1141.
  • 38 L.F.M., n° 751, a. 1014-1074.

26Ces oppositions sont parfois assez banales : à la suite de contentiones, d'altercationes pour la possession de biens fonciers, interviennent des accords, comme en 1139 à propos d'un manse à Camelas ou d'une vigne à Peyres-tortes36. Mais souvent les conflits au sein de l'aristocratie laïque se règlent par l'emploi de la violence, allant jusqu'à la guerre privée. La nature des relations entretenues par les seigneurs et leurs vassaux est clairement illustrée par les textes des serments. La fidélité y est d'abord définie en termes de non-agression physique. Deux vassaux jurent ainsi au comte du Roussillon : « Nous ne te tuerons pas ni ne te ferons tuer ni t'enleverons des membres de ton corps, ni aucun homme ou femme sur notre conseil »37. Ces engagements renouvelés témoignent du climat de défiance et des craintes de trahisons qui prévalent dans les relations féodales en Catalogne. On peut y joindre la pratique systématique de la délivrance de gages matériels et d'otages (des hommes d'armes de l'entourage des seigneurs) pour s'obliger à respecter les termes des convenientiae38.

  • 39 Editées par Pelayo Negre Pastell, « Dos importantes documentos del conde de Ampurias, Poncio I », (...)
  • 40 Pour le xiie siècle, elles ont été étudiées par Blanca Garí, « Las querimoniae feudales en la docu (...)
  • 41 Convenientiae, serments et remise de gages entre les comtes d'Ampurias et de Roussillon : L.F.M., (...)
  • 42 P. Bonnassie, « Les conventions féodales dans la Catalogne du xie siècle », Les structures sociale (...)

27Pour connaître le climat de violence qui règne en Roussillon au milieu du xie siècle, les plaintes, ou rancures, de Pons d'Ampurias contre le comte de Roussillon Gauzfred et son fils Gilabert en 1040-1078 sont un document précieux par leur précision39. Ces querimoniae, reproches écrits d'un seigneur contre un vassal ou un allié, sont assez fréquentes en Catalogne40. Il ne nous en a pas été conservé pour les seigneurs du Roussillon, mais les plaintes de Pons concernent en grande partie des possessions roussillonnaises. Pons et Gauzfred sont cousins, descendants de Gauzfred Ier comte d'Ampurias et de Roussillon (mort en 991) qui avait partagé ses domaines entre ses fils Huc et Gilabert. Entre ces comtes et leurs descendants, de nombreuses convenientiae renouvelées fréquemment ont pour objet le respect des châteaux et des possessions de chacun, en particulier sur la frontière des Albères et à l'intérieur du comté voisin41. A eux seuls ces accords sont déjà signe de tensions, d'hostilités et de violences entre les nobles42.

  • 43 Cette attaque pourrait correspondre à celle évoquée dans le document de 1053, cf. supra.

28Pons fait un long récit des torts dont Gauzfred et Guilabert se sont rendus coupables dans leur propre comté contre des hommes ou des biens dépendant de Pons. Ce document révèle l'extrême violence des expéditions des guerriers, hommes d'armes subalternes, milites de la troupe des grands, contre les églises et leurs biens, contre les possessions d'autres seigneurs, contre les paysans, leurs champs et leurs maisons. La liste en est impressionnante : spoliation de terres dans les Albères, de La Clusa à la mer ; destruction du château d'Ultrera ; refus de rendre le château de Recosind, utilisé par Gauzfred et ses hommes pour lancer de véritables razzias sur les terres de Pons, en Ampourdan ; sacrilèges, bris d'églises et de sacrariae-cellariae ; homicides, vols, incendies, arbres coupés ; construction d'une tour à Banyuls, la tour de Guardia, et de châteaux sur les alleux de Pons ; attaques contre la cathédrale Sainte-Eulalie d'Elne43, avec destruction de l'autel, et contre le monastère de Saint-Estève. Pons dénonce les maux causés à ses hommes, comitores, cavallarios, la guerra menée par Gauzfred et Gilabert, l'enlèvement de la vicomtesse de Rocaberti (épousée par Gilabert), la prise du château de Tatzo par Gilabert, la destruction de sa demeure d'Alamans. Le fils du comte a capturé l'abbé de Saint-Pierre de Rodes et l'a contraint à payer rançon (et fecit ilium redimere), s'est emparé de la demeure du seigneur de Mudagons et a tué ses hommes. L'un des hommes de Gilabert, Pons Miro, est accusé d'avoir assassiné par traîtrise un nommé Arnald Guillem, probablement un homme du comte d'Ampurias en Roussillon.

  • 44 Les pères sont tenus pour responsables des agissements des jeunes guerriers lançant depuis le chât (...)

29Ces actions sont bien celles d'un groupe guerrier, ici le comte et ses hommes, en mal de rapines, de vols, cherchant à s'approprier des terres, des biens surtout, à détruire ce qui ne peut être volé, et à bâtir ou à saisir les châteaux qui sont, comme Recosind, utilisés comme bases des « chevauchées » dans la contrée environnante. On remarque le rôle des jeunes, au travers de Gilabert et de sa troupe personnelle : vol, rapt, ravages divers44. La responsabilité des actions violentes incombe à ces troupes d'hommes que l'on voit chevaucher, plutôt avec le fils qu'avec le comte, et mener dans tout le comté, du nord au sud, leurs attaques contre tout ce qui peut être considéré comme « prise » de « guerre » (les deux mots sont cités dans le document).

  • 45 L.F.M., n° 735, le comte veut débarrasser la route « ab omni vexacione et a sordidis muneribus a P (...)
  • 46 « novas inpresiones in via publica faciebat ad locum qui vocatur Malpertus, et quia libera erat vi (...)
  • 47 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. 2, p. 619-624.

30Les seigneurs des châteaux importants utilisent ceux-ci pour imposer leur pouvoir de contrainte, leur ban, sur le domaine public. En 1164 un conflit oppose Bernard de Montesquieu et le comte Girard à propos d'une nouvelle perception (nova inpresione) que Bernard faisait à Malpertus (Le Perthus ?)45. Ce châtelain a imposé des péages sur la route qui va de Perpignan à Malpertus46, et le comte, comme son père Gaufred l'avait déjà fait, réclame que la route redevienne libre. La force est utilisée là pour rançonner les voyageurs, cette piraterie des routes rappelle les conflits pour le contrôle du col du Puymorens entre les vicomtes et les comtes de Cerdagne au milieu du xie siècle47.

  • 48 Les expressions employées sont « Et nos emparavimus vos de ista guerra cum nostris castellis et cu (...)

31Les hommes d'armes, milites subalternes, « champions » de leur maître, ne sont pas réservés à l'entourage des laïcs. L'évêque d'Elne lui-même, dans certains des conflits qui l'opposent aux seigneurs locaux a recours à des valedors. En 1184, un accord intervient entre l'évêque Guillaume et Arnald Jocbert. L'évêque lui accorde la rémission de nombreux méfaits et du meurtre d'un nommé Raimond Arnald : cet homme était probablement un des partisans du prélat. En retour Arnald Jocbert pardonne à l'évêque et à ses valedors tous les méfaits et dommages qu'ils lui ont causés48. Le conflit avait pour objet le partage des revenus du marché d'Elne et le contrôle du village fortifié (castrum) et de la cellera de Palol, dans lesquels Arnald Jocbert s'engage à ne pas avoir de fortification (maison forte ou tour : fortezam).

  • 49 ADPO, 12 J 25, n° 211.

32Les conflits entre seigneurs laïcs ont souvent pour objet la possession ou la garde des châteaux : châteaux construits illicitement sur les terres du seigneur, châteaux pris de force par le seigneur voisin, châteaux tenus en fief que les vassaux refusent de rendre. Ainsi Guillem de Pia en 1165 refuse de rendre le château de Salses au comte Girard, malgré son serment de le remettre à la première requête49. Le comte s'y rend en présence de certains de ses plus puissants vassaux, les seigneurs de Château-Roussillon, Paracols, Collioure, Tatzo, Mosset, Canaveilles, Montner, Juhègues et Llupia.

  • 50 ADPO, 1 B 5.
  • 51 ADPO, 1 B 45.
  • 52 ADPO, 1 B 5.

33Une forteza à Torreilles fait l'objet de deux conventions en 1139 et 1140, après avoir été l'enjeu d'une contemptio magna entre des familles rivales de ce lieu : celles de Juhègues, de Peralada et de Garardia50. Il semble qu'il ne s'agisse que d'une maison forte à l'intérieur du village. En revanche pour des châteaux plus importants les oppositions vont jusqu' à la guerre. L'honneur de Pugols, avec sa grande et belle tour, est disputé en 1145 par le vicomte de Tatzo au comte du Roussillon51. Le vicomte, qui réclame cet honneur, a causé au comte de grands méfaits (magnis malefactis). Sur le conseil de ses amis, il accepte d'évacuer Pugols, que le comte tenait au moment où la guerre avait commencé entre eux52.

  • 53 « diffinimus tibi... totum honorent de Pugol... sicut tu melius habebas et tenebas et possidebas i (...)
  • 54 ADPO, 1 B 5, parch, original, non daté. B. Alart propose la date de 1158, C.M., t. 1.
  • 55 Cette guerre est curieusement nommée ici : « per istam guerram Raimundi Sancti Laurentii et Willel (...)

34Une autre guerre oppose au milieu du xiie siècle le comte du Roussillon et un autre de ses vassaux53. Au coeur de ce conflit le comte et son fils imposent une convenientia à Raimond de Saint-Laurent et à Bernard de Montesquieu et Bérenger d'Orle. Le comte, qui place dans sa dépendance Raimond et son frère, leur donne le fief que Bernard et Pons de Saint-Hippolyte avaient tenu pour lui ; Raimond et son frère, pour cette mise en dépendance (« emprise », emparatio)54 et ce fief, donnent mille sous et s'engagent à fournir au comte dix milites pour la guerre en cours, avec leur nourriture, et cinq pour toute autre guerre qui surviendrait après la fin de celle-ci. Bernard de Montesquieu fournira lui aussi dix milites pour la guerre en cours55 et cinq pour toute guerre future ; Béranger d'Orle fournira trois milites pour cette guerre et viendra avec un autre homme à toute guerre future.

  • 56 ADPO, 12 J 25, n° 204.
  • 57 « ut omnes homines totius ville... recognoscant... michi Artaldo Elenensi episcopo... omnes justic (...)
  • 58 En outre, la justice de l'évêque fait de plus en plus souvent appel aux ordalies. En 1134, à propo (...)

35Même les ecclésiastiques, en particulier les plus éminents d'entre eux, les plus puissants, en véritables seigneurs séculiers, ont parfois recours à la violence, par l'intermédiaire, comme on l'a vu, de leurs « champions », hommes de guerre attitrés, stipendiés, leurs valedors. Au sein même de la cité épiscopale des groupes d'hommes armés sont prêts à se battre contre les seigneurs du voisinage. En 1155 l'évêque donne l'autorisation aux habitants d'Elne d'entourer de fossés la ville haute et la ville basse, et surtout leur permet de faire la guerre contre ceux qui leur auraient fait du tort et dont on ne pourrait faire justice autrement56. Quiconque, clerc, chevalier, piéton, à quelque seigneurie qu'il appartienne, s'il est habitant de la ville, recevra le concours de tous les autres clercs, chevaliers et piétons et de l'évêque pour obtenir justice. Si malgré cela on n'obtenait pas justice, l'évêque permet aux hommes qui le voudraient de suivre leurs seigneurs hors de la ville, à la condition qu'ils ne reviennent qu'une fois la guerre finie ou une trêve obtenue. Cette autorisation est donnée en échange d'un serment prêté par tous les hommes de la cité âgés de plus de quinze ans et la reconnaissance de leur soumission à la justice de l'évêque57. Violences et guerres privées justifient ainsi l'affermissement de la seigneurie banale58.

Les violences contre les paysans

36Les conflits générateurs de violences qui viennent d'être détaillés ont souvent pour cause la prise de possession de biens fonciers par des hommes d'armes au mépris des droits des propriétaires, clercs ou nobles. Si ces usurpations lèsent les droits des seigneurs en titre, elles s'exercent matériellement par l'irruption d'hommes en armes, la levée de redevances par la force, le pillage des greniers et des caves, des violences envers les hommes qui travaillent sur ces domaines. Parce qu'on pourrait appeler un phénomène de gravité sociale, toute violence dans les sphères supérieures de la société engendre une pression accrue sur les couches inférieures. La plupart des documents restent muets sur ces violences envers les paysans. Elles n'apparaissent que lorsque les intérêts du propriétaire sont atteints au travers des torts qui leur sont faits.

  • 59 M.H., 304.
  • 60 P. Bonnassie, La Catalogne, t. 2, p. 590.
  • 61 ADPO, 12 J 25, n° 219.
  • 62 Consécration de Serrabone, B. Alart, Cartulaire roussillonnais, n° 63, p. 93. Ch. Lauranson-Rosaz (...)
  • 63 B. Alart, Cartulaire roussillonnais, n° 84, p. 116-117.

37Les rancures de Pons d'Ampurias montrent, à Tresserre, à Pollestres, à Alamans, des biens dérobés, les cultures dévastées, les hommes emmenés. En 1090, dans un contexte plus étroitement seigneurial, le seigneur de Corsavy, Raimond Matf red, est contraint de cesser ses agissements sur le territoire de cette paroisse59. L'abbé d'Arles, qui possède l'église Saint-Martin de Corsavy, se plaint des prélèvements abusifs de ce seigneur. Ces prélèvements sont désignés par le terme de toltas : il s'agit de pillage des réserves en nourriture60. Toute la terminologie des redevances nouvelles imposées à partir du xie siècle aux paysans traduit la violence qui est exercée par les maîtres de la terre. Le même document les appelle « malos usaticos ». Ces redevances nouvelles sont bien souvent au coeur des conflits. Le geste de prendre, d'arracher (tollere) est illustré dans les rancures de Pons par l'expression répétée de plaintes pour suo avere que tollit, suos kavals que tollit. Ces prélèvements par la contrainte sont progressivement désignés collectivement sous le nom de forcias, au sens propre : des extorsions. On a vu qu'en 1088 le vicomte « faisait » des mala possessiones, forciam, toltas, à Pézilla et Corneilla61. Dans un délaissement de 1101 en faveur du chapitre d'Elne, un nommé Pons Adalbert de Saint-Laurent, un miles, puisqu'il se réserve un droit de gîte, abandonne un manse avec ses dépendances situé à Juhègues, et omnes violentias, forças scilicet et toltas, et omnes usaticos quae ego ibi faciebam. On ne saurait être plus explicite sur la violence inhérente à ces « usages »... que les paysans d'alors auraient eu du mal à percevoir comme de simples « ajustements ». Le terme d'usages est aussi utilisé en 1082 pour désigner les nouvelles redevances62. A Las Fonts (c. de Calce) ce sont des malis aprisionibus qui constituent les usatichos abandonnés par le bayle de ce lieu au monastère de Lagrasse en 110463.

38Ce que dénoncent ces textes ce n'est pas bien sûr le principe de ces exactions mais seulement le fait qu'elles soient exercées sur les terres d'un autre seigneur, envers des paysans qui ne sont pas dépendants des milites coupables. Toutefois, le vocabulaire qui désigne ces prélèvements est le même dans toutes les chartes, même celles qui n'élèvent aucune plainte et font seulement un inventaire de droits par exemple : les mêmes termes montrent bien que partout s'exercent les mêmes violences.

  • 64 ADPO, 12 J24, n° 17.

39La nature des prélèvements et la fonction de ceux à qui ils profitent est révélée par le très fort taux de conflits nés autour des albergues, le droit de gîte des officiers publics carolingiens détourné par les cavaliers en armes. Pour le groupe le plus nombreux des milites, les plus démunis, ceux qui occupent un rang subalterne dans le monde aristocratique, issus de la paysannerie ou rejetons pauvres de familles nobles, il s'agit avant toute chose de se procurer des vivres. Une douzaine de documents mentionnant les conflits féodaux accordent une place de premier plan à la perception de ces albergues. Elles sont « faites », prélevées, par les « hommes » des seigneurs, et leur poids est lourd pour les paysans. En 1067, le vicomte de Castelnou abandonne aux moines d'Arles l'albergue de Tordères, car les moines se plaignaient qu'à cause de l'albergue « faite par les hommes du vicomte », l'alleu était devenu heremus, « désert »64.

  • 65 ADPO, 12 J 24, n° 144 et 145.
  • 66 ADPO, 12 J 24, n° 239, analyse du cartulaire majeur de Saint-Michel de Cuixa, notice n° 88, p. 23.

40Dans chaque mas de Baho l'albergue s'élève à la nourriture nécessaire à trois milites et trois écuyers : deux setiers d'avoine, dix fouaces, de la viande pour une valeur de dix deniers, vers 1075. Quelque temps après, le vicomte allège cette albergue : chaque manse ne devra plus que la nourriture de deux milites65. En 1088 le vicomte retire à un nommé Guillaume Raimond l'albergue qu'il tenait (probablement encore à Baho), au sujet de laquelle Guillaume Raimond avait commis plusieurs « vexations »66. L'abbé de Cuixa confie au vicomte la garde de ce lieu, à condition qu'il n'augmentera pas la dite albergue etqu'il protègera les habitants contre les « malfaiteurs ». Il semble bien qu'il faille voir en ceux-ci des hommes dans le genre de ce Guillaume Raimond, un miles particulièrement avide.

  • 67 Ch. Lauranson-Rosaz montre comment cette coutume de la « réception » annuelle du comte et de ses a (...)
  • 68 ADPO, 12J25, n° 162.

41En 1101 sur un manse de Juhègues, de taille certainement importante, le receptum67 représente la nourriture nécessaire pour un jour à douze cavaliers avec autant d'écuyers, à savoir un porc, deux setiers de vin, un setier de froment pour le pain et quatre setiers d'avoine68. La ration alimentaire des combattants à cheval et de leur escorte est sans conteste celle de privilégiés. Au cours des xie et xiie siècles ces albergues révèlent l'âpreté de la nouvelle couche des milites subalternes qui, littéralement, se nourrissent sur les paysans.

42Dans la deuxième moitié du xiie siècle -est-ce la conséquence d'un siècle de synodes renouvelés de Paix et Trêve de Dieu contre ces violences ?-ces mauvaises actions (malefacta) sont plus mal perçues par la société et ressenties par les coupables eux-mêmes comme des obstacles à la réalisation de leur salut. Dès lors, et jusqu'au xiiie siècle, se succèdent dans les testaments des puissants les emendationes, les compensations, indemnisations pour faire pardonner les méfaits commis envers les particuliers et les villages. On peut remarquer que nous trouvons là les premières apparitions dans des textes laïques des communautés villageoises que l'on n'entrevoyait jusque là qu'en tant que groupes de paroissiens lors de la consécration des églises.

  • 69 B. Alart, C.M., t. VII, p. 560.
  • 70 M.H., n° 464.

43Bernard de Laroque, en 1172, évoque ses rapines et proclamations, qui doivent être compensées et soldées à l'aide de la moitié des revenus de Villeclare (c. de Palau-del-Vidre)69. A la même date le célèbre testament par lequel le dernier comte de Roussillon, Girard, lègue son comté à Alphonse, roi d'Aragon, instaure des indemnisations pour quinze particuliers et communautés villageoises (dénommées populo Perpiniani, populo de Pollestres, hominibus de Albera, de Cereto, de Candel, de villa Mulaca, de Canomals, etc.) auxquels, dit-il, il a causé des méfaits (pro malefactum quod eis feci)70.

44Cette abondance de mentions de conflits et violences révèle le climat social d'insécurité dans lequel vit l'ensemble de la population. C'est d'ailleurs cette tension sociale durable qui explique l'apparition d'un mouvement aux origines sans doute populaires et spontanées, vite relayé par les hommes d'Eglise, celui de la Paix de Dieu. Le Roussillon ne fut pas vraiment pionnier en cela, puisque le mouvement de Paix aquitain a une bonne génération d'avance sur les synodes de Toulouges. Mais on peut remarquer plusieurs particularités de ce mouvement en Roussillon.

  • 71 « ....caterva quoque fidelium, non solum virorum, sed etiam feminarum, convenerunt in comitatu Ros (...)
  • 72 « ... neque aliquis auderet ecclesiam vel domos in circuitu positas a XXX passibus violare aut ass (...)

45En premier lieu, c'est avec une force particulière qu'il s'exprime, puisqu'une véritable foule d'hommes et de femmes71 se réunit dans un champ, à Toulouges, pour exiger la confirmation de cette Paix, en 1027. Ensuite, ces synodes introduisent la notion de Trêve de Dieu : de la neuvième heure du samedi jusqu'à la première heure du lundi, personne ne saurait attaquer son ennemi. Enfin, personne n'osera violer ou attaquer l'église ou les maisons qui sont établies dans un périmètre de trente pas 72.

  • 73 Le document ne dit pas « cellarios » ou « sacrarios », mais utilise le mot domus, qui est peut-êtr (...)

46Cette dernière disposition appelle un certain nombre de remarques. En premier lieu, autour des églises, sur un espace large de trente pas, mesure canonique des « cimetières » attribués par les consécrations d'églises, sont construites des maisons73. En second lieu, cela semble courant d'après la formulation du texte qui énonce ce fait comme une généralité. En dernier lieu, si l'interdiction d'attaquer églises et maisons situées sur la terre consacrée a besoin d'être rappelée, c'est qu'elle est enfreinte. On verra plus loin comment les occupants de cessacrariae-celleres ont tenté de se protéger matériellement de ces attaques, ne pouvant les empêcher par la seule force des interdits religieux.

  • 74 T. Bisson, « Une paix peu connue... ».

47Dans le dernier quart du xiie siècle, le mouvement de Paix, qui n'avait pas réussi à assagir une aristocratie turbulente, fut repris, à des fins de remise en ordre, par les comtes de Barcelone, héritiers du comté de Roussillon en 1172. Les nouveaux maîtres du Roussillon imposèrent la signature de ces serments de paix à tous les membres des familles châtelaines locales74, et affirmèrent aussi leur autorité pour les concessions de châteaux et les autorisations de fortifier. Ils mirent ainsi fin à une longue période de troubles sociaux, qui n'avait pas vraiment connu de répit depuis le début du xie siècle en Roussillon. Les constitutions de Paix et Trêve de 1173, promulguées pour le Roussillon par Alphonse 1er, roi d'Aragon, sont la première initiative publique de défense des églises, cimetières et sacrariae, plus d'un siècle après le dernier synode de Toulouges. Dans l'intervalle, aucune prise de position des comtes n'était venue défendre les espaces de paix. L'incapacité des comtes à empêcher les troubles des xie et xiie siècles, pire : le rôle actif qu'ils prennent parfois dans les guerres privées, les rapines et les actes sacrilèges, expliquent sans doute cette incurie. En 1173, le roi fait signer la paix à un groupe représentatif des familles nobles les plus puissantes du Roussillon, où se remarquent les seigneurs de Vernet, Orle, Canet, Pia, Taxo, Villarasa, Castelnou, Saint-Laurent (de la Salanque), Sainte-Colombe, Château-Roussillon. Ce n'est peut-être pas un hasard si nous trouvons en beaucoup de ces lieux des celleres constituées à cette époque.

  • 75 D'Achery, Spicilegium.....tome 3, p. 587-589, voir ci-dessous.

48En 1217, Nunyo Sancho, gouverneur du Roussillon, fait signer une paix de même nature75, à une liste encore élargie de seigneurs roussillonnais, parmi lesquels, outre les précédents, on note ceux de Serralongue, Salses, Montesquieu, Ortaffa, Villelongue, Peyrestortes, Tressere, Ille et Le Soler.

49Le Roussillon des xie-xiie siècles est donc, comme toute la Catalogne, plongé dans des crises qui affectent l'ensemble de la société et maintiennent un climat de conflits, allant souvent jusqu'à la violence et la guerre privée. Les inermes, clercs et surtout paysans, en sont les principales victimes, et vont rechercher auprès de l'église, sur son espace consacré, une sécurité réaffirmée par les synodes de Paix et Trêve.

Notes

1 L'ouvrage de référence sur cette question reste bien entendu la thèse de P. Bonnassie, La Catalogne..., op. cit.

2 P. Ponsich est le maître de cette histoire généalogique et politique du Roussillon féodal. On pourra se reporter à ses nombreux articles et à ses synthèses dans Le Pays Catalan, Jean Sagnes dir., et plus récemment les introductions aux volumes XIV, VIII et XXIX de Catalunya Romànica.

3 Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 102-104.

4 Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 236 et 241-242.

5 Pour l'étude des tours et châteaux du Roussillon, on se reportera aux travaux de G. Castellvi, en particulier sa maîtrise, Les châteaux..., à Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 44-54, voir en particulier la carte p. 44.

6 Comme à Banyuls-dels-Aspres (ancienne route d'Elne au Vallespir et au col du Perthus) et à Saint-Feliu-d'Avall, le long de l'ancienne via confluentana.

7 G. Castellvi, « Les mottes castrales... », AMM, et « La motte de Saint-Feliu d'Avail... », ER, vol. XIV, à paraître.

8 A. Catafau, « Contentiones fuerunt... ». On trouvera en annexe à cette communication une liste aussi complète que possible des documents faisant état de ces violences et tensions.

9 Ceci a été brillamment mis en lumière pour une autre région par Ch. Lauranson-Rosaz, « Les mauvaises coutumes d'Auvergne ».

10 On remarquera la rapacité particulière des vicomtes de Castelnou, les vicomtes du Vallespir, serrés entre Roussillon et Besalu, nostalgiques de la grandeur passée d'une famille de rang comtal, et eux-mêmes aux prises avec une aristocratie guerrière très remuante.

11 Ch. Lauranson-Rosaz a noté lui aussi toute la différence qui pouvait exister entre ces compromis et l'ancienne justice publique, op. cit., p. 579.

12 On peut s'interroger sur l'« utilité »des dévastations décrites, tant d'un point de vue militaire qu'économique: incendies, arbres coupés, etc. Il faut sans doute y voir une sorte de politique de la « terre brûlée », qui détruit les biens plutôt que de les abandonner à son rival. Une sorte de potlach à rebours : la destruction d'un « cadeau » qu'on refuse de faire.

13 ADPO, fonds F. de Fossa, 12 J 24, n° 122.

14 ADPO, 12 J 24, n° 128.

15 On trouvera plus loin d'autres cas de conflits à propos de ce droit de gîte et la redevance qui le remplace, appelée aussi reception.

16 ADPO, 12 J 24, n° 17.

17 ADPO, 12 J 25, n° 219.

18 ADPO, 12 J 25, n° 222.

19 ADPO, 12 J 24, n° 122; 12 J 25, n° 148 ; 12 J 24, n°21.

20 ADPO, 12 J 25, n° 155, n° 169.

21 ADPO, 12 J 24, n° 28.

22 ADPO, 1 B 5, a. 1153 et 1 B 79, a. 1168.

23 M.H., n° 326 ; restitution du tiers à l'évêque, même date, 12 J 24, n° 160.

24 « ..domos quoque comburentes, arbores incidentes, homines etiam vulnerantes... », M.H., n° 326.

25 M.H., n° 325.

26 « dantes illis multas pecunias », ibid.

27 Ceci permet de mesurer aussi la distance qui sépare alors le droit public des intérêts privés, que D. Barthélemy remettait en cause en ces termes dans son article : « Les mutationistes récents [...] reconduisent largement l'opposition ethnocentrique faite au xixe siècle entre le « droit » et la « force », entre l'ordre public et les pouvoirs privés », op. cit., p. 773.

28 « consideransque dampnationem illorum virorum qui injuste Sancto Michaeli abstulerant et alienae personae dederant », ibid.

29 ADPO, 12 J 25, n° 148. On notera l'importance, pas seulement militaire ou économique, mais symbolique, en tant que marqueur de rang et de fonction sociale des chevaux dans les transactions concernant le groupe des equites. En 1085-1095, un bon cheval de combat peut valoir entre 15 et 30 onces d'or, cf. P. Bonnassie, La Catalogne..., p. 928.

30 M. H., n° 326 et ADPO, 12 J 25, n° 160.

31 ADPO, 12 J 25, n° 169, sur Pons Bliger, Alart, C.M., t. 1, a. 1105 et L.F.M., n° 778, a. 1078-1102.

32 M.H., n° 250 avec la date erronée de 1058 (B. Alart propose la date de 1054, C.M., t.1), ADPO, 12 J 25, n°125.

33 Villanueva, Viaje literario..., t. VI, p. 340.

34 « ipsos valls quos supradictus episcopus faciebat in circuitu ville Elnensis et... ipsam fortezam quam predictus episcopus faciebat in ecclesiam Beate Eulalie », ADPO, 12 J 25, n° 188.

35 ADPO, 12 J 25, n° 194 et M.H., n° 424.

36 Archives de l'hôpital d'Ille, parch. I, n° 30 et B. Alart, C. M., t. 1.

37 L.F.M., n° 748, a. 1141.

38 L.F.M., n° 751, a. 1014-1074.

39 Editées par Pelayo Negre Pastell, « Dos importantes documentos del conde de Ampurias, Poncio I », Anales del instituto de estudios gerundenses, vol. XIV, Gérone, 1960, p. 229-261.

40 Pour le xiie siècle, elles ont été étudiées par Blanca Garí, « Las querimoniae feudales en la documentación catalana del siglo XII (1131 -1178) », Medievalia, Universitat autonoma, Barcelone, n° 5, p. 7-49.

41 Convenientiae, serments et remise de gages entre les comtes d'Ampurias et de Roussillon : L.F.M., t. 2, n° 697 à 707, et B. Alart, Cartulaire roussillonnais, Perpignan, 1880, p. 83-86.

42 P. Bonnassie, « Les conventions féodales dans la Catalogne du xie siècle », Les structures sociales de l'Aquitaine, du Languedoc et de l'Espagne au premier âge féodal, Annales du Midi, t. 80, 1968.

43 Cette attaque pourrait correspondre à celle évoquée dans le document de 1053, cf. supra.

44 Les pères sont tenus pour responsables des agissements des jeunes guerriers lançant depuis le château paternel leurs attaques sur les environs, dans la constitution de paix et trêve de Vich en 1068 : « si aliquis filius magnatum terrae tant majorum quant minorum fecerit aliquod malum per pacem et treugam domini aliquibus hominibus, ex Castro patris sui vel ex honore ejus, aut cum hominibus suis, ipse cogat filium suum et homines suam terram tenentes redirigere malum quod fecerint. », M.H., n° 269.

45 L.F.M., n° 735, le comte veut débarrasser la route « ab omni vexacione et a sordidis muneribus a Perpiniano usque ad Malpertus »

46 « novas inpresiones in via publica faciebat ad locum qui vocatur Malpertus, et quia libera erat via publica », ibidem.

47 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. 2, p. 619-624.

48 Les expressions employées sont « Et nos emparavimus vos de ista guerra cum nostris castellis et cum nostris hominibus sine vestro engan... », « et per ipsam emparationem quam facimus vobis acepimus a vobis M solidos », ibidem.

49 ADPO, 12 J 25, n° 211.

50 ADPO, 1 B 5.

51 ADPO, 1 B 45.

52 ADPO, 1 B 5.

53 « diffinimus tibi... totum honorent de Pugol... sicut tu melius habebas et tenebas et possidebas in illa die in qua guerra se comovit inter nos », ibidem.

54 ADPO, 1 B 5, parch, original, non daté. B. Alart propose la date de 1158, C.M., t. 1.

55 Cette guerre est curieusement nommée ici : « per istam guerram Raimundi Sancti Laurentii et Willelmi fratis eius », ibidem. Comment le comprendre, sûrement : « guerre de (avec) Raimond de Saint-Laurent et son frère ».

56 ADPO, 12 J 25, n° 204.

57 « ut omnes homines totius ville... recognoscant... michi Artaldo Elenensi episcopo... omnes justicias et omnes batalas et omnes cogocias et omnia homicidia et omnes latrones », ibidem.

58 En outre, la justice de l'évêque fait de plus en plus souvent appel aux ordalies. En 1134, à propos de la reconnaissance des justices de l'évêque par Arnaud de Latour, qui tient la baylie du lieu, le voleur éventuel doit être échaudé, escaldatus, F. Monsalvatje i Fossas, Noticias historicas, t. 21, p. 366, ap. XXXIV. D'autres mentions de cette « justice » per judicium aque calide, dont l'application est prévue sur les bayles en cas de différend avec l'évêque, en 1070 et 1128, ADPO, 12 J 25, n° 130.

59 M.H., 304.

60 P. Bonnassie, La Catalogne, t. 2, p. 590.

61 ADPO, 12 J 25, n° 219.

62 Consécration de Serrabone, B. Alart, Cartulaire roussillonnais, n° 63, p. 93. Ch. Lauranson-Rosaz l'a aussi relevé en Auvergne, op. cit.

63 B. Alart, Cartulaire roussillonnais, n° 84, p. 116-117.

64 ADPO, 12 J24, n° 17.

65 ADPO, 12 J 24, n° 144 et 145.

66 ADPO, 12 J 24, n° 239, analyse du cartulaire majeur de Saint-Michel de Cuixa, notice n° 88, p. 23.

67 Ch. Lauranson-Rosaz montre comment cette coutume de la « réception » annuelle du comte et de ses agents s'est transformée en une redevance en nature, « Les mauvaises coutumes... », p. 569. L'autre nom plus fréquent de cette redevance est l'albergue, c'est-à-dire « l'hébergement », du nom de la maison, l'« alberc ».

68 ADPO, 12J25, n° 162.

69 B. Alart, C.M., t. VII, p. 560.

70 M.H., n° 464.

71 « ....caterva quoque fidelium, non solum virorum, sed etiam feminarum, convenerunt in comitatu Rossilionense, in prato Tuluies. », E. Junyent, Diplomatari d'Oliba, doc. 92.

72 « ... neque aliquis auderet ecclesiam vel domos in circuitu positas a XXX passibus violare aut assallire. », ibid.

73 Le document ne dit pas « cellarios » ou « sacrarios », mais utilise le mot domus, qui est peut-être plus vague (« bâtiment »), ou désigne peut-être les maisons d'habitation que sont parfois devenus ces celliers.

74 T. Bisson, « Une paix peu connue... ».

75 D'Achery, Spicilegium.....tome 3, p. 587-589, voir ci-dessous.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540