Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Première partie. Synthèse historique

Introduction à la première partie

Texte intégral

Présentation

1La présentation des documents réunis dans le cadre des petites notices de villages ne saurait suffire à apporter une réponse aux questions que je posais en préambule à la recherche. Il a donc fallu tenter une synthèse des principales données rassemblées afin de livrer un certain nombre de conclusions assez bien établies et de surmonter par là le caractère éclaté de notre documentation.

  • 1 On se reportera en début de la deuxième partie au modèle de fiche-type et des données qui y sont r (...)
  • 2 Précisons que toutes les dates sont, sauf indication contraire, celles portées par les documents.

2Cette synthèse, qui précède ici les études par villages, est basée presque exclusivement sur celles-ci et est fondée sur les documents analysés dans la deuxième partie. On ne renverra donc pas aux documents un à un, mais une fois pour toutes, à l'occasion de chaque exemple villageois, à la rubrique concernée, où l'on trouvera toutes les indications nécessaires pour se reporter aux sources. On verra que chaque rubrique villageoise est organisée d'après une fiche-type normalisée1 qui doit aider à retrouver les informations qu'elle contient2. Cette synthèse essaiera, dans la mesure du possible, d'établir les comparaisons et les parallèles entre le cas roussillonnais et les exemples voisins.

3Le plan adopté pour cette synthèse est chronologique et thématique. La première sous-partie consiste en une présentation rapide des éléments qui peuvent révéler l'intérêt de cette recherche, tant sur le plan de la grande diffusion du phénomène des celleres, que sur celui des traces qu'il a laissé.

4La deuxième sous-partie développera succinctement le cadre politique et social de la féodalisation et de la montée des violences dans le Roussillon des xie-xiie siècles, celui dans lequel naît la volonté de Paix et Trêve, et la recherche de lieux de sûreté auprès des églises.

5Dans la troisième sous-partie, je me suis efforcé de retracer, avec peu de documents, les premiers temps de la cellera aux xe et xie siècles, l'apparition des premiers celliers-sacrarii et des maisons autour de l'église, la création et la confirmation des espaces sacrés entourant les églises par leurs actes de consécration, les premières mentions de celleres-sacrariae, dans un contexte social troublé ; puis, de la fin du xie à la fin du xiie siècle, vient le temps de la multiplication des celleres et de leurs premières fortifications.

6L'âge d'or du village fortifié, le castrum autour de la cellera, fera l'objet de la quatrième sous-partie, s'étendant de la fin du xiie au milieu du xive siècle.

7Enfin, la cinquième et dernière sous-partie traitera du devenir des celleres, aux temps des crises et des transformations de la période finale du Moyen Age.

Un phénomène digne d'intérêt

8Avant d'entreprendre la longue synthèse des résultats de mon enquête, il ne me paraît pas inutile, au moins pour persuader le lecteur qu'il ne perdra pas son temps à se pencher sur des faits mineurs et de peu d'importance, de souligner justement la forte diffusion du « phénomène des, celleres », que j'avais pressentie lors de mon D.E.A., et qui s'est trouvée largement confirmée par trois années supplémentaires de recherche. On pourra ainsi se convaincre que cette question n'est ni marginale, ni négligeable.

9La cellera a été en Roussillon du xie au xve siècle un élément constitutif d'un grand nombre de villages, sur une aire géographique étendue et précise, qui s'est prolongé sur cinq siècles et dont la forme a bien souvent été conservée.

  • 3 On trouvera en annexe 1, à la suite de cette sous-partie, la liste de ces localités dont la celler (...)
  • 4 Voir par exemple Millas, Torreilles, Mailloles, etc.

10Si l'on s'en tient aux strictes mentions effectives decelleres contenues dans les textes, ce sont soixante-quatre localités (villages actuels ou villages disparus) pour lesquelles on trouve ce mot3. La plupart des mentions sont tardives, on tentera de comprendre pourquoi. Mais elles sont souvent confirmées par plusieurs documents, parfois par des dizaines4. Très souvent l'existence de ces celleres est attestée sur une très longue durée, plusieurs siècles.

11Il convient d'ajouter à ces localités toutes celles, plusieurs dizaines, dont le plan, la mention de celliers au voisinage du lieu de culte, l'acte de consécration de l'église, ou plusieurs de ces éléments combinés, laissent entrevoir l'existence d'une cellera dont les textes n'ont pas gardé la trace. C'est alors une bonne centaine de localités qu'il faut considérer.

  • 5 C'est ce que l'on pourra constater sur les cartes de localisation, en annexes 2 et 3.
  • 6 Il s'agit de Tautavel, Saint-Arnac et Planèzes, qu'étudie aussi Dominique Baudreu, mais dont il a (...)

12Ces localités se trouvent pour l'essentiel dans la plaine du Roussillon, sur les contreforts des Albères et des Aspres. Un nombre non négligeable se situe dans le Vallespir, la vallée du Tech, et quelques unes en Confient, dans la basse et moyenne vallée de la Têt5. Trois celleres sont hors du diocèse d'Elne, mais au contact immédiat du Roussillon6.

13Dans la partie centrale de la plaine du Roussillon, le long des fleuves principaux (Agly, Têt, Tech), sur les piedmonts des Aspres et des Albères, dans la partie nord-est de la plaine, en bordure de mer et d'étangs, dans la zone basse de la Salanque, et en Vallespir aussi, la concentration des celleres est très élevée. Elle est même un phénomène quasiment majoritaire par rapport au nombre de villages.

  • 7 De même que la rubrique thurinoise dans notre quotidien local, L'Indépendant, est appelée : « Auto (...)

14C'est sur une très longue période que ce terme de cellera se retrouve dans nos sources, du xie au xve siècle. À Millas un document parle d'une maison dans la sellaria en 1593 ! A Thuir le quartier s'appelle encore ainsi aujourd'hui7. Pourtant, dans la plupart des villages il disparaît progressivement à la fin du Moyen Age, au cours des xive - xve siècles, remplacé par des termes moins précis (fort, forcia, forsa, fortalicium), pouvant se rapporter à des fortifications de tout genre et de toute origine. Il n'a formé un toponyme majeur qu'à Saint-Pierre-de-la-Cellera (c. d'Argelès), village déjà presque totalement disparu à la fin du xiiie siècle.

  • 8 Admirez les plans de Pézilla, Pia, Palau-del-Vidre, Villelongue-de-la-Salanque.
  • 9 Baho, Villeneuve-de la-Rivière, Maureillas.

15Les formes villageoises elles-mêmes ont conservé la morphologie particulière de ce quartier né autour de l'église, et, dans quelques cas, d'une cellera « castrale ». C'est cette forme arrondie, sub-circulaire, ovoïde, ovale, que l'on retrouve sur les plans8, ou parfois celle plus régularisée d'un rectangle fortifié presque parfait9. Ces formes villageoises qui se maintiennent jusqu'à nos jours sont le signe de la permanence de ces espaces particuliers, de leur inscription durable dans la topographie villageoise, souvent soulignée par des fossés, des murs ou une placette. Au vu de certaines belles photographies aériennes, on comprend que ces celleres ont un rôle essentiel dans l'aspect massif, ramassé, de nos villages roussillonnais.

16L'anthroponymie apporte encore une preuve indirecte de l'importance de ce phénomène et confirme que la cellera est perçue au Moyen Age comme un secteur caractéristique et bien individualisé du village.

  • 10 Ou un dérivé de cellera, sous les orthographes : Celera, Cellarie, Selere, Selera, Sellera. On en (...)

17Lors de ma quête du mot cellera dans les fonds d'archives et dans le Cartulaire manuscrit d'Alart, j'ai pu relever plusieurs dizaines de mentions d'hommes et de femmes dont le second nom était Celler10. Comme beaucoup d'autres noms communs de la langue catalane, en particulier ceux qui ont trait aux éléments de la morphologie villageoise (carrer, carrera, plaça, casa, cases, porta, iglesia, torre, torres, etc.) qui sont aujourd'hui des noms de famille courants, cellera a aussi servi à désigner des familles du village, qui habitaient dans ou près de la cellera, ou y avaient des biens.

  • 11 Au xixe siècle les recensements ne font plus apparaître ce nom, qui semble avoir définitivement di (...)

18Ce qui peut confirmer cette hypothèse, c'est que bon nombre de ces nommés « Cellera » habitent un village où se trouve effectivement une cellera. Ainsi une famille Celera ou Cellera est bien connue à Thuir par des documents des xive et xve siècles. Mieux encore, à Montesquieu, une nommée Sclarimunda Celera possède, au milieu du xiiie siècle, une maison dans la cellera de ce village. Le même nom patronymique est encore attesté à Montesquieu au début du xive siècle11.

19Au total tous ces éléments convergent pour certifier que la cellera est une réalité dont l'étude mérite une certaine attention.

20Reste donc à poser clairement ce qui peut être présenté comme la thèse que ce travail voudrait illustrer, démontrer, soutenir.

  • 12 Voir colloque de Montpellier, Morphogénèse du village médiéval.

21A savoir que la cellera a joué un rôle majeur, bien souvent un rôle initial, dans la naissance d'un grand nombre de villages roussillonnais. Qu'elle ait été formée « spontanément » sur l'aire consacrée autour de l'église, dans un mouvement de recherche de sécurité face aux violences des milites, ou, que, plus rarement et plus tardivement sans doute, elle ait été créée, d'une action délibérée, volontaire voire autoritaire, par des seigneurs au pied de leur château, la cellera a été l'embryon, le noyau originel d'une centaine au moins de nos villages. Ceci en fait un facteur non exclusif mais dominant de l'explication de l'habitat groupé dans notre région et contribue à éclairer, au travers d'un exemple limité mais très typé, la passionnante question de la genèse du village12.

Notes

1 On se reportera en début de la deuxième partie au modèle de fiche-type et des données qui y sont regroupées.

2 Précisons que toutes les dates sont, sauf indication contraire, celles portées par les documents.

3 On trouvera en annexe 1, à la suite de cette sous-partie, la liste de ces localités dont la cellera est mentionnée par les textes, avec leur date de première apparition.

4 Voir par exemple Millas, Torreilles, Mailloles, etc.

5 C'est ce que l'on pourra constater sur les cartes de localisation, en annexes 2 et 3.

6 Il s'agit de Tautavel, Saint-Arnac et Planèzes, qu'étudie aussi Dominique Baudreu, mais dont il a bien voulu me laisser parler ici. Nous avons d'ailleurs échangé beaucoup d'informations à leur sujet.

7 De même que la rubrique thurinoise dans notre quotidien local, L'Indépendant, est appelée : « Autour de la cellera », titre que je n'ai donc pu reprendre pour ma thèse, mais qui aurait bien convenu !

8 Admirez les plans de Pézilla, Pia, Palau-del-Vidre, Villelongue-de-la-Salanque.

9 Baho, Villeneuve-de la-Rivière, Maureillas.

10 Ou un dérivé de cellera, sous les orthographes : Celera, Cellarie, Selere, Selera, Sellera. On en trouvera une liste partielle en annexe 4.

11 Au xixe siècle les recensements ne font plus apparaître ce nom, qui semble avoir définitivement disparu en Roussillon, cf. Georges J. Costa, Répertoire-Atlas patronymique des Pyrénées-Orientales au xixe siècle, Perpignan, 1994, 2 tomes, 705p.

12 Voir colloque de Montpellier, Morphogénèse du village médiéval.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540