Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Objectifs de la recherche, délimitation du sujet, méthode de travail

Texte intégral

Les objectifs de la recherche et les problèmes abordés

  • 1 Je conserve pour l'ensemble de mon propos la forme catalane du mot, au singulier cellera, au plurie (...)

1Une recherche portant sur les cellere1 du Roussillon recouvre des aspects dont la diversité et la complexité ne me sont apparues qu'au fur et à mesure de l'avancée dans la question.

  • 2 Cf. L. To Figueras, El monestir de Santa Maria de Cervià, doc. 72, p. 53 et 271.
  • 3 J.A. Brutails, Etude sur la condition..., p. 35-37.
  • 4 J. Reynal, Une seigneurie roussillonnaise.., p. 22.
  • 5 C'est particulièrement le cas pour J.A. Brutails, dans les pages citées ci-dessus. Un document de (...)

2Il fallait d'abord définir le sujet : je partais d'un mot, cellera, assez fréquent dans la documentation roussillonnaise du xie au xve siècle, qui se retrouve aussi au sud des Albères, en Ampourdan2. La première série de questions concernait ce mot lui-même : quand apparaît-il, dans quels documents, quelle est sa période de plus grande extension, quand commence-t-il à se faire rare avant de disparaître à peu près complètement ? Questions intéressantes du point de vue de l'histoire de la langue, mais qui pour l'historien du village devaient être liées à l'étude du sens de ce terme. Quelle réalité recouvrait le motcellera-cellaria. Il est clair qu'il désigne un espace particulier au sein du village. Quelques rares auteurs depuis la fin du siècle passé s'étaient posé ces questions, y répondant parfois par l'interprétation de quelques exemples isolés3 ou l'étude d'un cas particulier4, ce qui au mieux ne leur avait permis d'en saisir qu'un aspect, ponctuel, daté, un moment précis de l'évolution, ou qui parfois les avait conduits à une interprétation abusive5.

3Pour approcher la réalité de la cellera il fallait, si j'ose dire, s'en éloigner. Ouvrir la perspective, insérer son étude dans un ensemble plus vaste. Bien entendu c'est de la formation de l'habitat groupé qu'il s'agissait, et donc d'histoire du peuplement. Aspect qu'il convenait de mettre en relation immédiatement avec d'autres : héritage antique et du haut Moyen Age, constitution du réseau paroissial, rôles respectifs de l'église et du château.

  • 6 Ce sont bien entendu les travaux de G. Duby, Le Mâçonnais..., de P. Bonnassie, La Catalogne..., es (...)
  • 7 Au premier titre desquels P. Toubert, Les structures du Latium médiéval..., M. Bourin-Derruau, Vil (...)

4Plus largement même, ces derniers points montrent que c'est à une histoire sociale qu'il fallait recourir pour expliquer naissance, développement et évolution des celleres. Pour cette approche, les références ne manquaient pas, c'étaient même elles qui allaient le plus fortement guider ma recherche6. Tant pour la Catalogne que pour d'autres régions, l'historiographie médiévale comptait depuis trente années nombre de travaux de poids qui, abordant ces questions de peuplement d'un point de vue global, permettaient d'en appréhender tous les aspects et leurs interactions7.

  • 8 C. Chapelot et R. Fossier, Archéologie de la maison et du village..., J.M. Pesez, « Les naissances (...)
  • 9 C'est le cas de Patrice Alessandri pour ses fouilles dans le campo santo de Perpignan, d'Annie Pez (...)

5Le problème des origines du village, débattu entre historiens et archéologues8, était aussi posé : la cellera avait-elle été le noyau originel de certains villages ? Une réponse exclusivement basée sur l'étude des textes reste bien insatisfaisante, mais les délais fixés à ce travail, et plus encore les insuffisantes compétences archéologiques de son auteur, ont interdit d'avoir recours à la fouille. Pourtant, je n'ai pas renoncé à utiliser les données fournies par d'autres chercheurs, occasionnellement mis à contribution dans l'étude des villages concernés9, ou pour une vision plus large des phénomènes de peuplement.

  • 10 A. Pezin pour Elne, J. Kotarba pour Laroque-des-Albères, Passa, P. Alessandri pour Perpignan, entr (...)
  • 11 On pense aux campagnes de prospection autour de Thuir et dans la basse vallée du Tech et le piémon (...)

6L'objet de cette étude ne pouvait être un vaste tableau de la répartition du peuplement en Roussillon à l'époque médiévale. Certains matériaux existent pour cette étude, mais sont très dispersés dans d'anciennes revues et publications, ou encore aux mains des archéologues de terrain et non publiés. Beaucoup d'entre eux, membres de l'Association archéologique des Pyrénées Orientales, m'ont aimablement fourni toutes les indications qu'ils possédaient sur certains secteurs importants pour ce travail10. Pour l'instant beaucoup de ces données sont encore inédites, en attente de publication, et une cartographie générale de l'histoire du peuplement manque encore, mais les travaux réalisés sur quelques zones précises sont riches de promesses11.

  • 12 On en trouvera un exemple dans la notice concernant Laroque-des-Albères, et de manière plus fouill (...)
  • 13 Il m'a été donné d'en faire une rapide synthèse dans les volumes de Catalunya Romànica, t. XIV, IX (...)

7On peut attendre de ces prospections, au vu des premiers résultats, une connaissance des lieux de peuplement pour le haut Moyen Age et leur mise en relation avec les sites connus de l'époque antique. Même pour les époques mieux documentées par les sources écrites, ces prospections apportent des renseignements que l'on ne trouve pas dans les textes, ou rarement, sur l'habitat autour des lieux de culte, ou les activités artisanales en milieu rural12. Les éléments partiels dont nous disposions ont été amalgamés aux données des sources écrites, parfois complémentaires, souvent malheureusement trop disjointes pour donner une vision précise de l'histoire du peuplement et de son évolution13.

  • 14 J. Chapelot, R. Fossier op. cit., et La construction au Moyen Age..., SHMESP, Besançon, 1973.
  • 15 M. Bloch, Les caractères originaux..., R. Dion, La formation du paysage rural..., G. Roupnel, Hist (...)

8Dans cette étude de l'habitat, tout ce qui concernait la maison et ses modes de construction, son évolution devait être examiné14, mais il fallait aussi élargir encore la perspective vers les environs de la cellera, le territoire sur lequel elle était née. Sortir des murs et des fossés, pour examiner l'agencement des quartiers périphériques, des anneaux concentriques formant le finage villageois : jardins, champs, pâtures et terres incultes, et leur maillage de chemins, de canaux, de ruisseaux, de cours d'eau. Ce cadre « naturel », largement aménagé par l'homme, depuis des siècles, ne pouvait pas ne pas avoir subi certaines transformations avec la naissance d'un habitat concentré, autour de la cellera. Là venaient à mon secours les travaux, anciens ou plus récents, des maîtres de la géographie historique, ou des historiens du paysage, et de tous ceux qui s'étaient penchés sur les rapports entre les formes de l'habitat humain et l'espace 15.

  • 16 M. Bloch, Apologie pour l'histoire ou le métier d'historien, Paris, 1964, p. 8.

9Revenant au terme même de cellera, on ne peut éviter de rappeler le mot fameux de Marc Bloch : « au grand désespoir des historiens, les hommes n'ont pas coutume, chaque fois qu'ils changent de mœurs, de changer de vocabulaire » 16. Au cours des cinq siècles sur lesquels s'étend mon étude, le mot a pu prendre des sens sensiblement différents, désigner des réalités parfois contradictoires. Pas plus que castrum ou que villa, le mot cellera-cellaria n'est de définition facile, de sens univoque ou immuable. Comme il est en outre utilisé constamment en relation avec ces deux autres termes (et bien d'autres : fort, forcia, fortalicium, munitio, fortitudo, etc.), leur définition doit être l'objet d'une très grande attention. Ce n'est pas la moindre difficulté (et peut-être le moindre intérêt) de ce travail.

  • 17 Au sujet de la sacraria dont nous aurons l'occasion de reparler abondamment, la mise au point de p (...)

10Pour ce qui est des origines de la cellera-cellaria, il semble assez bien assuré qu'elle est un équivalent, avec des nuances qu'il conviendra de préciser, d'un terme plus répandu dans le reste de la Catalogne : lasagrera-sacraria17. Il s'agit donc, tout au moins à l'origine, et dans les cas les plus « classiques », de l'espace sacré entourant l'église, sur lequel sont construits les celliers qui lui donnent son nom.

  • 18 P. Imbart de la Tour, Les paroisses..., M. Aubrun, La paroisse...
  • 19 G. Fournier, « La mise en place ... ».
  • 20 M. Fixot, E. Zadora-Rio, L'église et le terroir, et L'environnement des églises...

11Voici donc, pour l'étude de la cellera, un autre point à examiner, celui de l'église, à la fois en tant que bâtiment, au cœur de cette cellera « classique », et en tant que centre de la paroisse. Avant la cellera existait donc l'église : on pouvait se demander où et comment étaient distribués les lieux de culte, comment avaient été découpées et aménagées les paroisses originelles18, quels étaient leur rapport avec le peuplement19, avec la fixation de l'habitat et la naissance du village20.

  • 21 P. Ariès, La mort et l'Occident...
  • 22 E. Zadora-Rio, « Les cimetières habités... », M. Duparc, « Le cimetière, séjour des vivants... », (...)
  • 23 A Elne et Caramany, par exemple, ces fouilles nous sont connues grâce à l'amabilité d'Annie Pezin.
  • 24 S. Leclerc, « Les églises fortifiées... », Etudes roussillonnaises offertes à P. Ponsich.
  • 25 Par exemple dans les villages de Saint-Feliu-d'Avall ou de Coustouges.

12L'attention devait se porter sur l'église et son espace environnant, le cimetière, lieu de sépulture, mais aussi lieu social21, et lieu de refuge22. Là encore on regrettera la rareté des informations apportées par l'archéologie. Quelques trop rares fouilles de périmètres voisins des églises23 viennent jeter quelques lumières sur les types de vestiges que l'on peut espérer trouver dans ces contextes. Le bâtiment de l'église elle-même aurait souvent mérité plus d'attention que je n'ai pu (ou su) lui en accorder. Là encore, manque de temps, de compétences et aussi de travaux antérieurs en histoire de l'art et architecture, malgré quelques publications intéressantes24, on ne trouvera que de rares mentions de son rôle comme point fort au coeur de la cellera25.

  • 26 On ne peut que rappeler P. Toubert, Les structures du Latium médiéval...
  • 27 On aura reconnu les « villages ecclésiaux » de J.-P. Cazes et D. Baudreu qui ont tant apporté à ma (...)

13Cellera, donc église et cimetière, cette approche de la naissance de certains villages en Roussillon eût été bancale si l'on n'avait pas tenté d'en mesurer l'impact, l'importance relative, par rapport à l'autre pôle de regroupement de l'habitat, le château, et au phénomène de réorganisation du peuplement et des terroirs qui a reçu dans les régions méditerranéennes le nom d'incastellamento26. Ce phénomène mériterait une étude spécifique détaillée et méticuleuse dans notre région, qui n'a pu bien entendu être menée dans le cadre de cette thèse. Mais le passer sous silence, ne pas tenter d'en percevoir les principaux effets, les manifestations, c'était occulter tout un pan de l'histoire du peuplement, et dans bien des cas s'interdire de comprendre la cellera dans son évolution d'ensemble. La relation église-château est indissociable de la fixation de l'habitat sous forme de village castrai ou « ecclésial » 27.

  • 28 Sur les châteaux du Roussillon, et des vallées voisines, il peut être toujours utile de se référer (...)

14La cellera ne se conçoit parfois que comme pôle confronté au château, et ne peut être comprise qu'en relation avec lui. Mieux encore, et plus surprenant, il est d'autres celleres, plus atypiques, qui sont nées au pied du château, certaines assurément étant d'initiative et de création châtelaines. Relation délicate donc à établir, qui contraint à un examen plus précis, dans quelques cas au moins, des processus d'enchâtellement dans notre région28. Une histoire sociale du peuplement ne pouvait occulter le rôle des familles châtelaines, de leurs châteaux, le contrôle qu'elles exercent sur les terres et les hommes, comme composantes essentielles d'une transformation de la société dont l'apparition des celleres est une conséquence parmi d'autres.

  • 29 Ce schéma reste en grande partie toujours valable, mais est à corriger dans un certain nombre de c (...)

15L'examen détaillé de certaines celleres a révélé que le schéma qui était le mien dans un premier temps de la recherche29, celui d'une cellera qui aurait représenté exclusivement un pôle de refuge et peut-être de résistance face à la montée des violences et à l'affirmation du pouvoir des milites, pouvait être critiqué, et jugé un peu trop simpliste ou dogmatique. Cette opposition mécanique et absolue entre château et cellera était en effet contredite par l'apparition de celleres associées à un château, parfois nées autour du château et de la volonté du seigneur châtelain. Même sans douter de ce qu'était la cellera typique des origines, c'est-à-dire une forme de sagrera, il fallait reconnaître qu'il pouvait y avoir d'autres cas, où le même mot désignait des réalités voisines d'apparence (un regroupement de celliers) mais totalement opposées quant à leur origine.

  • 30 Comme ce castrum de Torreilles qui troublait J.-A. Brutails, cf. supra.

16Au-delà même de l'opposition entre ces deux types de celleres, les voir comme irrémédiablement antithétiques pouvait aussi être une autre schématisation abusive. En effet, cellera classique autour d'une église, ou cellera plus surprenante, et plus rare, autour du château, le résultat en fin de compte ne fut-il pas un peu similaire ? Aux xiiie-xive siècles, quelle cellera a pu échapper au contrôle seigneurial, laïc ou ecclésiastique ? Combien de ces celleres nées sur la terre consacrée du cimetière n'ont-elles vu s'élever à leur contact immédiat, ou en leur sein même, une tour, une maison forte, un château30, venu là les contrôler, en prendre possession, et pour finir les dénaturer en partie ?

17La relation cellera-église-château était donc à examiner de manière plus fine, moins manichéenne, si l'on ose dire. Autant que le résultat momentané d'un rapport de forces, la cellera fut tout au long de son existence un enjeu dans la concurrence, la lutte que les divers groupes sociaux dominants avaient engagée pour le contrôle des hommes, des biens, des produits du travail. Elle n'échappe pas à la mainmise de la seigneurie, elle en est même un des moyens d'« encellulement » (R. Fossier).

  • 31 Le mot, audacieux, est de P. Toubert, « L'incastellamento », exposé polycopié, Paris I -Sorbonne.
  • 32 L. Bayrou et G. Castellvi, « Esquisse... », Etudes Roussillonnaises offertes à P. Ponsich.
  • 33 Encore une fois il me faut reconnaître mon dû à J.-P. Cazes et D. Baudreu, pour la presque totalit (...)

18La cellera, on le verra, n'apparaît souvent que tardivement dans les sources, alors qu'elle est déjà un quartier du village, un de ses éléments constitutifs, et non plus son premier embryon, son noyau originel. Faire son histoire, c'est tenter de revenir, par une méthode régressive, aux premiers temps de sa formation, et donc percevoir les signes avant-coureurs de ce regroupement : mention de celliers, de l'espace consacré, du voisinage de certaines constructions et de l'église. Faire l'histoire de la cellera dans le village, c'est aussi se pencher sur l'évolution de la morphologie de celui-ci : rues, places, fontaines. Et suivre les premiers signes d'un urbanisme villageois médiéval31 : quartiers nouveaux, « villeneuves », barris, faubourgs, et bien sûr murs, fossés, fortifications, tours, portes. Appréhender l'évolution de la cellera au castrum (village fortifié) a aussi nécessité d'interpréter textes, plans cadastraux, parfois vestiges encore visibles, pour écrire à rebours l'histoire de cette progression, pas forcément linéaire d'ailleurs. L'étude de ces évolutions, faites de phases de croissance, de stabilisation, de régression parfois ou de déplacements de centres, n'était pas simple. Fort heureusement des travaux pionniers, tant sur le Roussillon32 que dans les régions voisines33 m'ont servi de point d'appui, de modèle ou de source d'inspiration. Ainsi on a pu suivre l'enveloppement des celleres, la modification progressive de certaines devenues des quartiers d'habitation presque comme les autres, mais aussi la longue permanence de la fonction de dépôt des récoltes pour quelques unes d'entre elles.

  • 34 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux...
  • 35 M. Bourin-Derruau, R. Durand, Vivre au village...

19L'histoire du village, qui constitue un pan important de notre recherche, ne saurait se limiter à celle de son cadre matériel. Car un village, ce sont d'abord des hommes regroupés pour vivre ensemble au sein de ce qui est une communauté. Elle a ses règles d'organisation, ses lieux de réunion, ses formes d'expression, ses modes de décision, ses notables, ses responsables, ses problèmes. Au sein du village on voit aussi apparaître toute une diversité d'occupations, de métiers, d'activités. Bien sûr il n'était pas dans mon propos de tenter une histoire globale du village roussillonnais, comme celle qui a pu être écrite pour les villages du Biterrois34 et permettre des synthèses intéressantes35. Ce sont surtout les relations entre les activités villageoises et la cellera, entre les différents groupes et cet espace particulier qui ont retenu mon attention. L'examen détaillé de quelques cas a pu apporter de précieuses indications au sujet de la permanence de la fonction de dépôt des récoltes, des celliers, de l'existence de plusieurs niveaux de fortune dans la communauté villageoise et de leurs rapports respectifs à la cellera. On a pu suivre aussi la transformation des constructions situées dans la cellera en maisons d'habitation, éventuellement en ateliers, en boutiques, et tenter de mieux savoir qui les possède, les vend, les occupe, et à quel prix. Dès lors, il était possible de se demander si la cellera était un espace ayant conservé plus longtemps sa spécificité dans le contexte villageois.

20Poser ces questions n'était qu'un premier moment de la recherche, il fallait aussi déterminer avec précision le sujet de l'étude, son cadre géographique et chronologique, ainsi que les éléments bibliographiques et les sources qui pouvaient permettre de le traiter.

Définition du sujet, cadre géographique et période chronologique de l'étude

21Une fois ouvertes ces larges perspectives de recherche, il était nécessaire de resserrer le sujet de l'étude et de le définir précisément. Il m'a paru en effet impossible dans le cadre d'une thèse de nouveau régime, menée à terme dans les délais impartis, de traiter de toutes les questions que je viens d'évoquer, exhaustivement, et de consulter toutes les sources et toute la bibliographie qui pouvaient les éclairer, c'est-à-dire quasiment tous les fonds d'archives et tous les ouvrages concernant la période médiévale !

22Il fallait donc en revenir à la cellera, et ne pas la perdre de vue. L'objet de la recherche était bien : la cellera roussillonnaise, son apparition, son développement, son rôle dans la formation de l'habitat groupé et la naissance du village. Le point de départ était la mention d'une cellera existant dans certains villages, ou tout au moins d'indices convergents pour un certain nombre d'autres villages, donnant à penser qu'ils avaient comporté une cellera à leur origine.

  • 36 K. Legrix, Le peuplement en Confient...
  • 37 Voir la thèse de J.J. Larrea, « Peuplement et société en Navarre ».
  • 38 M. Berthe, « La structure du peuplement rural dans les Pyrénées... », Journée d'études de Perpigna (...)

23Le cadre géographique de cette étude devait correspondre à une entité significative pour la période concernée et le sujet choisi. Plutôt qu'une unité politique médiévale (comté) ou contemporaine (département), il m'a semblé approprié d'opter pour une circonscription religieuse plus large et plus stable dans le temps, plus en rapport aussi avec le sujet, qui reste proche du domaine religieux, à savoir le diocèse d'Elne. Ce diocèse correspond à l'aire de langue et de culture catalanes au nord des Pyrénées, qui est celle de diffusion du mot cellera. Ceci exclut la Cerdagne, dont la partie française était placée sous l'autorité de l'évêque d'Urgell. Comme on le verra, les celleres se faisant rares à partir de la moyenne vallée de la Têt, au-dessus du bassin de Prades, et aucune mention n'en ayant été trouvée pour les hautes vallées et la Cerdagne, le diocèse d'Elne couvrait donc largement toute l'aire de diffusion de la cellera. De plus, les villages de ces régions montagneuses sont à l'évidence très différents de ceux de la plaine et des vallées alluviales larges. On n'y trouve pas ces gros villages concentrés et ramassés dans leur enceinte, mais plutôt des villages « éclatés » selon la trilogie « amont-milieu-aval » (d'amunt-del migd'avall) où l'église ne joue pas le rôle de centre de regroupement de l'habitat36. Cette structure de peuplement, mise en lumière dans d'autres régions37 s'est diffusée tout au long des Pyrénées38.

  • 39 P. Sénac, A. Catafau, « Castelnou », « Canet », notices pour le Dictionnaire des bourgs castraux.. (...)

24Restait donc dans l'ancien diocèse d'Elne, un nombre de villages concernés suffisant pour mener l'étude de la cellera, et au-delà de l'examen détaillé de chaque cas, suffisant pour pouvoir tenter une synthèse, voire une typologie et des comparaisons. Il était en revanche impossible d'étudier tous les villages du diocèse, mais certaines études antérieures ont pu être utilisées, en particulier pour des villages d'origine castrale39. On ne trouvera donc pas ici une étude « des villages roussillonnais », bon nombre d'entre eux n'ayant pas à s'y trouver, de par l'approche choisie – l'existence ou la probabilité d'existence d'une cellera. Parmi ceux qui n'y sont pas, il est cependant possible que certains aient dû s'y trouver mais aient échappé à mon enquête.

25Enfin il convenait de préciser la période chronologique que couvrirait ce travail.

  • 40 P. Bonnassie, La Catalogne..., J.-M. Salrach, El procès de feudalització....

26Les premières mentions de celleres en Roussillon sont relativement tardives par rapport à leurs cousines catalanes du sud, les sagreres. Si nous possédons quelques mentions du xie siècle, la plupart ne remontent qu'au xiie, au xiiie voire aux xive et xve siècles. Cependant les indices de leur mise en place (aire consacrée, « cimetière » de trente pas, constructions établies sur cet espace : sacrarios, celliers, ou maisons) nous font remonter à la fin, et dans quelques cas même au milieu du xe siècle. Cette apparition des éléments constitutifs des premières celleres est tout à fait concomitante des événements politiques et des transformations sociales faisant des décennies qui encadrent l'an mil une période de mutation bien mise en évidence par les riches archives catalanes et leurs historiens40.

  • 41 Largement acceptée par les historiens de bonne foi, depuis les thèses de G. Duby , J.-P. Poly et P (...)

27Le point de départ de mon étude m'était donc fixé par la nécessité d'une explication sociale du phénomène de la cellera, grosso modo à partir du dernier quart du xe siècle. Ce travail n'a pas pour objet de refaire une nouvelle démonstration de cette révolution ou, mieux, mutation féodale41, mais il s'inspire des données bien établies désormais par les historiens de la Catalogne et d'ailleurs, et voudrait en être une illustration, dans un domaine certes limité, mais très concret, celui de la cellera. Les enseignements des maîtres sont peut-être parfois schématisés pour les besoins de l'exposé, espérons qu'ils ne sont pas trahis.

  • 42 C'était le parti-pris adopté dans mon D.E.A, op. cit.
  • 43 Pour les documents des xvie et xviie siècles, ainsi que je le signale souvent dans les références (...)

28Le terminus de la recherche est plus difficile à fixer. Dans un premier temps, j'avais considéré qu'il était bien suffisant de borner l'enquête au xive siècle et à la période de grands bouleversements qu'il initie, en laissant ceux-ci de côté42. Très vite, je dus me résoudre à déborder, parfois assez largement hors de ce cadre. En effet certaines celleres n'apparaissaient dans les sources écrites qu'au xve siècle, comment les rejeter ? Et puis surtout, pour quelques villages, je me trouvais devant une suite presque ininterrompue de documents depuis le xe siècle jusqu'à l'époque moderne43, comment refuser cette manne ? Le point d'arrêt de la collecte des documents est donc variable d'un village à un autre. De manière générale, et pour conserver une vision d'ensemble au-delà des cas particuliers, j'ai décidé de poursuivre l'étude jusqu'à la fin du Moyen Age, au xve siècle inclus, partout où c'était possible et éclairant. J'ai ainsi pu intégrer de nombreuses informations concernant les maisons, les baux, les métiers, les activités des villageois, contenues dans les registres notariaux, minutes ou manuels, abondants à partir du xive siècle. Quelques riches documents de cette époque m'ont aussi permis de mieux comprendre l'évolution tardive des celleres et leur réutilisation aux temps de crise de la fin du Moyen Age, ce qui était indispensable pour appréhender la permanence des formes villageoises jusqu'à nos jours.

29Difficile compromis entre un sujet étroit, trop limité (« la cellera en Roussillon ») et un sujet trop ambitieux (« histoire des villages roussillonnais »), ce travail risque de paraître un peu hybride et contenir de tot un poc. Aucun des thèmes abordés (peuplement, occupation de l'espace, paysages, mise en valeur du terroir, mutation féodale, seigneurs, châteaux, fortifications, morphologie, activités et communautés villageoises, etc.) n'est traité à fond, pour lui-même, de manière exhaustive. C'est ce qui pourra décevoir, mais il n'était pas réaliste de tenter une vaste fresque de la société roussillonnaise au Moyen Age. Si l'on a, au bout du compte, après la lecture de ces pages, une première vision, point trop floue, de la diversité des celleres roussillonnaises, de leur rôle dans la naissance de bon nombre de villages roussillonnais, et de leur évolution sur un peu plus de cinq siècles, alors, me semble-t-il, l'objectif aura été rempli.

Méthodologie

30Tout travail de recherche suppose la mise en œuvre d'une méthode d'enquête adaptée aux objectifs qui ont été définis. Cette méthode n'est le plus souvent que le résultat d'un maladroit tâtonnement engagé lors de la recherche préparatoire, le D. E. A., et fait la part entre ce qui est souhaitable et ce qui est possible, entre ce qu'il aurait fallu entreprendre et ce qui a pu effectivement être mis en chantier. Les limites de temps, les obligations professionnelles, mais aussi les lacunes de la bibliographie existante, connue, ou consultée, et bien plus encore la réalité objective et indépassable des traces matérielles subsistant : bâtiments, vestiges archéologiques et, base de mon travail, sources écrites conservées aux archives, fixent le cadre rigide dans lequel cette recherche a pu être menée. On verra que ce cadre, parfois trop étroit, a permis toutefois d'appréhender un vaste phénomène sur une durée et dans un espace étendus, avec une masse documentaire et bibliographique permettant de conduire une étude appuyée sur des bases assez sûres.

Ma méthode d'enquête

  • 44 Par exemple à Thuir, dont on lira la notice en deuxième partie.
  • 45 Comme devant les plans de Fourques, de Comeilla-del-Vercol, d'Espira-de-l'Agly, Saint -Hippolyte ( (...)

31La recherche est partie d'un mot, cellera ou cellaria, et d'une forme de villages concentrés autour de l'église. Ces deux éléments se conjugaient parfois avec une évidence qui confortait mes premiers enthousiasmes44. Parfois l'un et l'autre divergeaient sérieusement, me laissant à ma perplexité45.

  • 46 A. Catafau, « L'église et le village... ».
  • 47 Il s'agit, à ce stade, du fonds François de Fossa, copies de documents réalisées au xviie siècle, (...)

32Mon premier objectif, pendant l'année de préparation du D.E.A., fut donc de rechercher toutes les sources imprimées, les ouvrages et articles susceptibles de me fournir un fonds de départ, un lot assez important de celleres pour une première approche du phénomène, l'évaluation de son importance, sa mise en perspective historique46. Ceci prit une année, utilisée aussi au dépouillement bibliographique et à la consultation de quelques documents d'archives, les plus facilement repérés47. Je complétai ce sondage par l'observation de quelques plans cadastraux du début du xixe, ceux du cadastre napoléonien, des villages qui avaient retenu mon attention par une mention de cellera ou par leur « troublante circularité » lors d'une de ces pérégrinations dominicales que j'imposai à ma famille, de village en village, de cellera en cellera.

33J'ajoutai rapidement à mon premier trésor decelleres attestées par les textes un choix presque aussi volumineux de villages où des indices de la formation d'une cellera pouvaient être relevés : consécration d'église mentionnant son cimetière, espace protégé autour de l'église, délimité en pas, en dextres ou par des signes gravés, des croix, mention de celliers, ou de maisons jouxtant l'église, et villages au plan caractéristique. Ainsi se trouva constituée la base de départ de ma recherche, réajustée après la soutenance de mon D.E.A. d'après les conseils et remarques de mon jury.

34Les deux années et demie suivantes furent consacrées à la recherche systématique des documents écrits.

  • 48 On se reportera à la sous-partie 1.3.3 pour les remarques concernant les sources, et en particulie (...)

35Six mois entiers passés devant les lecteurs de microfilms de la Médiathèque de Perpignan m'ont permis de prendre connaissance in extenso des soixante-quatre volumes du recueil de documents collationnés par le bibliothécaire-archiviste Bernard Alart, à la fin du siècle dernier, et connu sous le nom de Cartulaire manuscrit ou Cartulaire Alart. Chaque volume, d'environ six cents pages contient plusieurs milliers de copies d'actes, en général fragmentaires48.

36L'intérêt de la consultation de cet immense corpus ? D'abord le plaisir de plonger, sans la difficulté de lecture des documents anciens et de consultation des archives au compte-gouttes, des heures durant, dans un océan de textes, tous passionnants. Parfois aussi vint le plaisir de retrouver le fil conducteur de l'esprit tortueux mais brillant qui avait confectionné ce monstrueux amoncellement d'érudition. B. Alart avait passé sa vie à compulser et à sélectionner les documents dans l'immense fonds des Archives, retenant tout ce qui lui paraissait intéressant ou curieux. Comme je n'excluais pour ma recherche aux multiples directions aucun type de document, du xe au xve siècle, cette longue lecture se révéla particulièrement fructueuse.

  • 49 Voir dans la partie concernant les sources la présentation de ces fiches.

37Je dois rendre hommage à la fine connaissance par B. Alart du vocabulaire catalan du Moyen Age, qui lui a permis de rédiger (en plus de ce cartulaire et de quelques dizaines de publications) des centaines, des milliers de fiches constituant le projet d'un Dictionnaire de la langue catalane médiévale49. Il a remarqué dans un grand nombre de documents l'apparition du mot cellera et de son équivalent latin cellaria, l'a très souvent souligné, et, je crois bien, a recopié certains documents exclusivement à cause de la présence de ce mot. Ainsi mon travail fut largement facilité. Cette lecture du Cartulaire manuscrit fut comme l'examen d'une coupe grandeur nature, une gigantesque « carotte », un sondage géant dans le fonds d'archives des P.-O. que je savais ne pouvoir épuiser moi-même dans le délai que je m'étais fixé. J'en retirai quelques centaines de fiches sur tous les thèmes que j'avais choisis pour ma recherche, et sur un certain nombre d'autres que sans cette lecture j'aurais peut-être ignorés. Ce fut une véritable pêche miraculeuse parfois. Certains jours, deux, trois celleres nouvelles et quelques dizaines de documents encore inconnus venaient grossir mes dossiers et remplir mes cartons à chaussures. Je glanai aussi un bon nombre de références aux liasses d'archives, qui me servirent à aborder le dépouillement d'un fonds qui restait impressionnant.

38La deuxième période de six mois fut alors consacrée à explorer les fonds des ADPO : la série B d'abord, tout au moins pour la période la plus ancienne, armé de l'inventaire très détaillé (mais un peu embrouillé) établi par… B. Alart ; puis les séries G et H du clergé séculier et régulier furent systématiquement dépouillées.

39Une année et demie fut ensuite réservée à la lecture des archives notariales, complétées éventuellement par un retour vers les séries B, G et H, ou d'autres archives comme celles des hôpitaux d'Ille et de Perpignan. Les archives notariales particulièrement riches pour les P-O. à partir du xiiie siècle m'ont fourni nombre d'indications sur tous les aspects de la vie matérielle des villages et de leurs habitants : actes concernant les biens immobiliers bien sûr, qui m'intéressaient tout particulièrement, mais aussi contrats d'artisans, de vente, de travaux à réaliser, d'apprentissage, reconnaissances de dettes, mises en gage par des particuliers ou par la communauté villageoise, décisions de l'université des hommes du village.

  • 50 On en trouvera quelques unes, bien représentatives, dans cet ouvrage.

40Au cours de cette année et demie je consultai systématiquement tous les plans cadastraux des villages concernés par mon étude. On verra dans chaque rubrique villageoise le parti, limité mais parfois essentiel, qui a pu en être tiré. En revanche, la recherche de photographies aériennes ne m'a pas apporté de données vraiment utilisables. Pourtant certaines de ces photos donnent une vision remarquable de la survivance des celleres dans le cœur des villages, jusqu'à nos jours50.

  • 51 En particulier la cellera et le château de Pia, voir cette notice.
  • 52 Je m'empresse d'ajouter à ma décharge que grâce au passage de Sylvie Caucanas aux ADPO nous posséd (...)

41Voilà donc pour le travail d'archives… On constatera tout de suite que ma paresse ou mon caractère casanier ne m'ont pas poussé à sortir des P.-O. pour aller vers des fonds plus éloignés qui auraient pu m'apporter d'autres sources. On m'a signalé la possibilité de trouver aux Archives de la Couronne d'Aragon, à Barcelone, des documents encore inédits ou peu connus sur le Roussillon médiéval. Je sais que l'évêché de Narbonne possède un très riche inventaire d'actes, dont certains concernent ses possessions roussillonnaises51. J'ai môme résisté à l'appel de Sylvie Caucanas qui m'ouvrait les Archives de l'Aude et les fonds de Lagrasse, dont beaucoup d'actes concernent le Roussillon, et probablement certaines de ses plus remarquables celleres52. Bref, les lacunes sont réelles, et le mea culpa de rigueur. Je ne peux que promettre de compléter à l'avenir par quelques recherches spécifiques ce qui aurait été trop négligé ici.

42Reste cependant, à la suite de ce travail de dépouillement, un ensemble d'environ mille cinq cents documents, analysés, recopiés, mis en fiches, concernant une bonne centaine de villages et localités du Roussillon et se rapportant de près ou de loin à la cellera, à la structure ou à la société villageoises et à leur évolution. L'ensemble constitue le corpus de textes sur lequel s'appuie l'étude de chaque village et la synthèse générale qui les précède.

43Ma démarche a été de tenter de relier une histoire précise, fine, pointilleuse, s'apparentant presque à la micro-histoire, menée pour chaque village, à une tentative de systématisation, de synthèse des données recueillies.

44Chaque fiche allait donc grossir le dossier du village qu'elle concernait, et l'on trouvera l'utilisation de l'ensemble de ces fiches dans la deuxième partie de la thèse, sous les rubriques des villages classées selon l'ordre alphabétique. On peut ainsi suivre la formation de ces villages, ou au moins la deviner au travers des documents conservés, quartier par quartier, rue par rue, maison par maison parfois ; on peut parfois aussi connaître et reconnaître certains habitants, certaines familles, et pénétrer dans la sphère d'intimité, dans le dernier cercle des relations sociales, à l'intérieur de la maison familiale.

45Mais chaque fiche allait aussi enrichir (grâce aux possibilités de questionnement multiple de l'outil informatique) d'autres dossiers, thématiques ceux-là, sur les celliers, les maisons, les cimetières, les ruisseaux, les places, les routes et chemins, les piloris, les terrains à bâtir, etc. Ce sont ces dossiers thématiques qui ont permis de rédiger la première partie de la thèse, appelée, peut-être abusivement, synthèse.

46Méthode empirique, qui ne peut prétendre à la rigueur scientifique ni à l'exhaustivité. D est possible que quelques documents utiles, peut-être même importants m'aient échappé ; il est probable que, comme souvent, le temps final, celui de la réflexion et de la rédaction, ait été trop sacrifié.

47Parmi les difficultés rencontrées, il en est qui tiennent à la nature et à la quantité des sources. Trop rares pour la période la plus ancienne (xe-xie siècles), elles deviennent trop abondantes pour les deux derniers siècles de l'étude, interdisant la consultation systématique de tous les registres notariaux par exemple.

  • 53 Malgré les travaux de L. Bayrou et G. Castellvi, « Esquisse... », mais aussi de L. Bayrou, « créne (...)

48Beaucoup des grandes questions crânement posées dans mon introduction au problème ne reçoivent, je le crains, que des réponses sous forme d'hypothèses ou entachées de grands trous d'ombre. J'ignore toujours comment se présentait effectivement une cellera des origines : impossible à dessiner par les textes, encore moins à retrouver sur les plans cadastraux, il faudra attendre quelque fouille d'un site abandonné précocement pour s'en faire une idée. Mais même ce qui est encore visible des formes villageoises conservées ou des éléments de fortification est difficilement interprétable ou datable53.

  • 54 C. Duhamel-Amado, « La famille aristocratique languedocienne », thèse de Doctorat d'Etat.
  • 55 On peut se reporter aux travaux de P. Ponsich dans Le Pays Catalan et Catalunya romànica et à G. C (...)

49Quelques interrogations importantes restent presque intactes. En particulier celles ayant trait aux rôles respectifs des paysans et de l'Eglise dans la naissance des celleres. Celles aussi qui concernent la place des familles aristocratiques dans ce processus : hostilité ? – certes, dans plusieurs cas -protection ? renversement et utilisation du phénomène ? On manque encore d'une histoire sociale du groupe aristocratique en Roussillon, comme il a pu être mené en Biterrois54. On ne connaît guère que les généalogies des branches les plus saillantes, et les premières mentions de leur apparition comme fondatrices des châteaux55. L'étude de la constitution du réseau castrai et des fidélités en Roussillon et dans les comtés voisins est encore à faire.

50Incertitudes et insatisfactions sont probablement le lot de tous ceux qui achèvent une thèse. Il faut se résoudre pourtant à mettre un point final et à présenter un travail, qui dans son état actuel, permettra, je l'espère, de mieux connaître les celleres du Roussillon et leur rôle dans la naissance et le développement de nombreux villages roussillonnais.

Notes

1 Je conserve pour l'ensemble de mon propos la forme catalane du mot, au singulier cellera, au pluriel celleres. Bien que beaucoup plus rare dans ma documentation que la forme latine cellaria, il ne fait aucun doute que c'est ainsi que les habitants de nos villages nommaient ce lieu, ce quartier, cet espace particulier, comme en témoignent quelques sources qui font la différence entre oral et écrit, en particulier dans les notes prises par les notaires préalablement à la rédaction des contrats. Il m'a semblé plus approprié d'utiliser le mot catalan, d'essayer ainsi de lui redonner vie et de le faire entrer dans le vocabulaire courant de l'histoire de l'habitat médiéval. Pour les non catalanophones, précisons que les deux ll sont mouillés et que l'on prononce « ceillère ». Sur ces questions de noms voir aussi n.152, infra

2 Cf. L. To Figueras, El monestir de Santa Maria de Cervià, doc. 72, p. 53 et 271.

3 J.A. Brutails, Etude sur la condition..., p. 35-37.

4 J. Reynal, Une seigneurie roussillonnaise.., p. 22.

5 C'est particulièrement le cas pour J.A. Brutails, dans les pages citées ci-dessus. Un document de 1228 concerne la cession d'une moitié du castrum de Torreilles. Sur la foi de la localisation de ce castrum, donnée ainsi dans l'acte : « quod predictum castrum est intus cellariam et villam de Turrillis », Brutails glissait vers une interprétation à contresens des deux termes, confondant ce castrum (probablement une maison forte, une tour dans le coeur du village) et une fortification collective, il écrivait : « Ces réduits [comprenant celliers et greniers] semblent avoir porté plus spécialement le nom de castrum et les enceintes qui enveloppaient le village entier, celui de cellaria, cellera.. », ibid. , p. 37.

6 Ce sont bien entendu les travaux de G. Duby, Le Mâçonnais..., de P. Bonnassie, La Catalogne..., essentiellement.

7 Au premier titre desquels P. Toubert, Les structures du Latium médiéval..., M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc...

8 C. Chapelot et R. Fossier, Archéologie de la maison et du village..., J.M. Pesez, « Les naissances du village... ».

9 C'est le cas de Patrice Alessandri pour ses fouilles dans le campo santo de Perpignan, d'Annie Pezin pour ses fouilles dans les environs de la cathédrale d'Elne, de Jérôme Kotarba et d'Olivier Passarrius pour plusieurs villages où ils ont fouillé ou mené des prospections de surface.

10 A. Pezin pour Elne, J. Kotarba pour Laroque-des-Albères, Passa, P. Alessandri pour Perpignan, entre autres.

11 On pense aux campagnes de prospection autour de Thuir et dans la basse vallée du Tech et le piémont des Albères, dont j'ai utilisé les résultats, avec l'aide d'Olivier Passarrius et Jérôme Kotarba.

12 On en trouvera un exemple dans la notice concernant Laroque-des-Albères, et de manière plus fouillée dans : A. Catafau, O. Passarrius, « Laroque-des-Albères,... », à paraître.

13 Il m'a été donné d'en faire une rapide synthèse dans les volumes de Catalunya Romànica, t. XIV, IX et XXIX, pour le Roussillon, le Confient et le Vallespir.

14 J. Chapelot, R. Fossier op. cit., et La construction au Moyen Age..., SHMESP, Besançon, 1973.

15 M. Bloch, Les caractères originaux..., R. Dion, La formation du paysage rural..., G. Roupnel, Histoire de la campagne française..., et plus près de nous, R. Fossier. On ne saurait oublier les développements éclairants de P. Toubert sur la réorganisation des terroirs autour de ses castelli du Latium.

16 M. Bloch, Apologie pour l'histoire ou le métier d'historien, Paris, 1964, p. 8.

17 Au sujet de la sacraria dont nous aurons l'occasion de reparler abondamment, la mise au point de parution la plus récente est celle de P. Bonnassie, « Les sagreres catalanes... ».

18 P. Imbart de la Tour, Les paroisses..., M. Aubrun, La paroisse...

19 G. Fournier, « La mise en place ... ».

20 M. Fixot, E. Zadora-Rio, L'église et le terroir, et L'environnement des églises...

21 P. Ariès, La mort et l'Occident...

22 E. Zadora-Rio, « Les cimetières habités... », M. Duparc, « Le cimetière, séjour des vivants... », L. Musset, « Cimiterium ad refugium... ».

23 A Elne et Caramany, par exemple, ces fouilles nous sont connues grâce à l'amabilité d'Annie Pezin.

24 S. Leclerc, « Les églises fortifiées... », Etudes roussillonnaises offertes à P. Ponsich.

25 Par exemple dans les villages de Saint-Feliu-d'Avall ou de Coustouges.

26 On ne peut que rappeler P. Toubert, Les structures du Latium médiéval...

27 On aura reconnu les « villages ecclésiaux » de J.-P. Cazes et D. Baudreu qui ont tant apporté à ma réflexion.

28 Sur les châteaux du Roussillon, et des vallées voisines, il peut être toujours utile de se référer aux travaux d'A. de Pous, Tours et châteaux..., et à la maîtrise de G. Castellvi, Les châteaux de l'ancien comté...

29 Ce schéma reste en grande partie toujours valable, mais est à corriger dans un certain nombre de cas, trop nombreux pour être négligés. On le trouve exposé dans mon mémoire de D.E.A, L'église et le village dans l'ancien diocèse d'Elne... ainsi que dans ma première publication sur ce sujet, « Les celleres del Rosselló », Catalunya Romànica, vol. XIV.

30 Comme ce castrum de Torreilles qui troublait J.-A. Brutails, cf. supra.

31 Le mot, audacieux, est de P. Toubert, « L'incastellamento », exposé polycopié, Paris I -Sorbonne.

32 L. Bayrou et G. Castellvi, « Esquisse... », Etudes Roussillonnaises offertes à P. Ponsich.

33 Encore une fois il me faut reconnaître mon dû à J.-P. Cazes et D. Baudreu, pour la presque totalité de leurs publications communes ou séparées.

34 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux...

35 M. Bourin-Derruau, R. Durand, Vivre au village...

36 K. Legrix, Le peuplement en Confient...

37 Voir la thèse de J.J. Larrea, « Peuplement et société en Navarre ».

38 M. Berthe, « La structure du peuplement rural dans les Pyrénées... », Journée d'études de Perpignan, novembre 1995, à paraître.

39 P. Sénac, A. Catafau, « Castelnou », « Canet », notices pour le Dictionnaire des bourgs castraux..., A. Debord dir.

40 P. Bonnassie, La Catalogne..., J.-M. Salrach, El procès de feudalització....

41 Largement acceptée par les historiens de bonne foi, depuis les thèses de G. Duby , J.-P. Poly et P. Bonnassie. A propos de « révolution » ou « mutation » féodale, voir P. Bonnassie, « Le rapport de l'homme à la terre... ».

42 C'était le parti-pris adopté dans mon D.E.A, op. cit.

43 Pour les documents des xvie et xviie siècles, ainsi que je le signale souvent dans les références données en note dans les rubriques des villages, je dois un grand merci à Denis Fontaine, employé des Archives Départementales des P.-O., qui, dans le cadre d'une recherche sur la dévotion populaire en Roussillon à l'époque moderne, m'a communiqué nombre de testaments où il était fait mention de legs de maisons, celliers, etc. dans les villages, en particulier dans les mentions de fort, forcia.forsa, qu'il a eu soin de relever pour mon plus grand profit.

44 Par exemple à Thuir, dont on lira la notice en deuxième partie.

45 Comme devant les plans de Fourques, de Comeilla-del-Vercol, d'Espira-de-l'Agly, Saint -Hippolyte (voir les notices correspondantes) qui n'évoquent plus du tout une morphologie de cellera.

46 A. Catafau, « L'église et le village... ».

47 Il s'agit, à ce stade, du fonds François de Fossa, copies de documents réalisées au xviie siècle, ADPO, 12 J 24 et 25, et de la série B (archives comtales et royales) des ADPO.

48 On se reportera à la sous-partie 1.3.3 pour les remarques concernant les sources, et en particulier ce curieux « Cartulaire manuscrit » d'Alart.

49 Voir dans la partie concernant les sources la présentation de ces fiches.

50 On en trouvera quelques unes, bien représentatives, dans cet ouvrage.

51 En particulier la cellera et le château de Pia, voir cette notice.

52 Je m'empresse d'ajouter à ma décharge que grâce au passage de Sylvie Caucanas aux ADPO nous possédons, entre autres bienfaits, une photocopie de la partie de la thèse d'Ecole des Chartes de C. Pailhès (Les actes...) où elle a édité certains actes de Lagrasse. L'édition définitive et complète du « cartulaire de Lagrasse », en cours par Mlles Nortier, est dans sa phase d'achèvement, depuis quelque temps...

53 Malgré les travaux de L. Bayrou et G. Castellvi, « Esquisse... », mais aussi de L. Bayrou, « crénelages » Etudes Roussillonnaises, t. XII, avec la réponse de P. Ponsich qui montre bien la difficulté de datation de ces vestiges.

54 C. Duhamel-Amado, « La famille aristocratique languedocienne », thèse de Doctorat d'Etat.

55 On peut se reporter aux travaux de P. Ponsich dans Le Pays Catalan et Catalunya romànica et à G. Castellvi, Les châteaux...

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter