Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Préface

Pierre Bonnassie

Texte intégral

1Comme tous les livres importants, celui que nous donne ici Aymat Catafau s'insère dans une large problématique. Celle de la naissance du village. Depuis un quart de siècle (en fait, depuis la thèse pionnière de Pierre Toubert sur le Latium), le sujet mobilise les chercheurs et donne lieu à des débats passionnés. Une chose est sûre : le village est un fait médiéval. Avant le xe siècle, l'habitat aggloméré dans les campagnes était l'exception ; passé l'âge féodal, il est devenu la règle. Mais au-delà de cette certitude, que d'inconnues dans les modalités de ces regroupements dont la forme et le rythme varient de région à région ! En gros, deux modèles ont été définis par les spécialistes : celui de l'incastellamento où le château joue un rôle déterminant et celui de l'ensagrerament, où la polarisation de l'habitat s'effectue autour de l'église. Le premier, comme son nom l'indique, domine en Italie, mais aussi dans la plupart des régions du Midi de la France. Le second apparaît plus spécifique de la Catalogne. Ces deux modèles de référence sont constamment présents dans la démarche d'Aymat Catafau, mais celui-ci démontre qu'ils ne sont ni l'un ni l'autre automatiquement transposables au cas roussillonnais. Les choses en effet ne sont pas si simples...

2Au départ, nous dit Aymat, est la cellera. Ce noyau originel des villages n'est rien d'autre que l'espace sacré entourant l'église, de forme le plus souvent circulaire, de trente pas de rayon (parfois de quinze, parfois de soixante), incluant donc le cimetière et servant d'asile aux habitants des campagnes en période de violences. En ce sens, la cellera roussillonnaise semble s'identifier formellement à la sagrera de la Catalogne du Sud, forme majeure de l'agglomération de l'habitat dans les diocèses de Barcelone, de Gérone et de Vic. De fait, l'origine est la même : le principe premier de ces enclos ecclésiaux se trouve dans l'application des normes de protection définies par les Assemblées de la Paix de Dieu (tout particulièrement par le célèbre Concile de Toulouges de 1027). Mais l'évolution fut divergent : c'est ce qu'établit magistralement cet ouvrage et c'est ce qui fait en grande partie l'originalité des villages roussillonnais.

3Avant toute chose, il convenait de répertorier les celleres. L'enquête n'était pas facile car le mot, en Roussillon (sauf à Thuir), est tombé en complète désuétude. Aymat Catafau s'est donc livré à une traque inlassable dans les documents médiévaux. Au prix d'un travail exemplaire de rigueur et de persévérance, il est parvenu à repérer 64 celleres et à en relever toutes les occurrences, directes et indirectes, dans les textes du xe au xve siècle, poursuivant parfois sa quête jusqu'en pleine époque moderne. Mais là ne s'est pas bornée sa recherche car s'il est un découvreur d'archives, Aymat est aussi (et d'abord) un homme de terrain. Un à un, il a parcouru les villages roussillonnais : pas une ruelle, pas une courette, pas un pati, pas un cortal qu'il n'ait observés, confrontant systématiquement la topographie actuelle à celle que révèlent les cadastres anciens et reconstituant à partir de là la trame originelle du tissu villageois. Aux 64 celleres attestées par les textes, plusieurs dizaines d'autres se sont ainsi ajoutées, révélées par cette méthode régressive, tant dans la plaine que dans les vallées de la Têt et du Tech.

4Ce corpus établi, Aymat Catafau n'était pas au bout de ses peines. Il était impossible de comprendre la naissance et l'évolution des celleres sans tenir compte du climat social dans lequel elles avaient vu le jour. Or l'histoire de la société roussillonnaise aux xiè-xiiè siècles restait, pour l'essentiel, à faire. Recourant à des documents inédits, dont l'importance avait été jusqu'à lui méconnue par tous les historiens locaux, Aymat nous brosse un tableau saisissant des conflits qui désolent le Roussillon à cette époque. Les guerres que se livrent les féodaux ne sont que prétexte à opérations de razzia : incendies, homicides, vols, sacrilèges, rapts sont pratique courante comme en témoignent les diverses querimonias ou rancuras (listes de griefs destinées sans doute à être produites devant des cours d'arbitrage) qui sont ici analysées pour la première fois et dont certaines constituent des morceaux d'anthologie. Quant aux répercussions de ces violences sur le sort des paysans, elles sont très clairement décrites, avec ce sens du concret qui caractérise la démarche d'Aymat Catafau. Il nous montre comment la rapine seigneuriale est institutionnalisée sous le nom de toltes, de forcies, de mals usos, etc.

5Dans ces conditions, on comprend fort bien pourquoi les populations rurales ont recherché l'asile des églises. Dans le cercle sacré qui entourait le sanctuaire, ils ont entreposé leurs provisions, le produit de leurs récoltes, et installé ces celliers qui donneront leur nom aux celleres. Des celliers, puis des maisons. Aymat Catafau a retrouvé, datant de la fin du xe siècle, les plus anciennes attestations de cette concentration de l'habitat autour des églises, y compris dans les cimetières dès lors tout autant voués au séjour des vivants qu'au repos des morts. A vrai dire, de tels regroupements autour des édifices ecclésiaux n'ont rien d'original, même s'ils ont connu ici une singulière intensité. On les retrouve en bien d'autres lieux : ce sont eux, en particulier, qui ont donné naissance aux sagreres de la Catalogne barcelonaise. Mais c'est la suite qui est intéressante et qui différencie le Roussillon des régions avoisinantes.

6Ici, les troubles ont perduré en raison de la faiblesse de l'autorité publique. Les comtes de Roussillon (d'assez tristes sires, si l'on interprète bien l'opinion qu'en a Aymat Catafau) non seulement sont incapables de faire régner un semblant d'ordre, mais contribuent eux-mêmes à attiser les violences qui désolent leur comté. Contrairement à ce qui se passe dans la Catalogne du Sud (où les comtes de Barcelone veillent jalousement sur la sécurité dessagreres), les celleres sont abandonnées à elles-mêmes par ceux qui auraient dû être leurs protecteurs naturels. Sans résistance devant les hobereaux locaux, elles sont pour la plupart intégrées à des seigneuries et perdent de la sorte leur immunité sacrée. On y construit des tours, des demeures seigneuriales et surtout on les entoure d'une enceinte. Ces remparts, murs de pierre ou simples talus de terre, deviennent même leur caractéristique principale. Mieux encore, des seigneurs aménagent des celleres au pied de leurs châteaux. La découverte de ces celleres castrales, jusqu'ici totalement ignorées alors qu'elles sont loin d'être exceptionnelles, constitue assurément l'un des points forts de la recherche d'Aymat Catafau. Elles démontrent à elles seules ce qu'ont d'aléatoire les modèles proposés par les historiens. L'ensagrerament, loin de s'opposer à l'incastellamento, l'engendre. Voilà qui donne à réfléchir. La recherche avance par de perpétuelles remises en question : le travail d'Aymat en est, en son domaine, la brillante démonstration.

7Mais il n'est pas que cela : ce serait en réduire singulièrement les apports que de ne les examiner que sous l'angle des origines premières des villages. C'est toute la vie de ceux-ci dans la longue durée que nous restitue ce livre. On les voit s'agrandir, profitant de la croissance économique et démographique ainsi que de la paix retrouvée lors de l'incorporation du comté au royaume d'Aragon. De la fin du xiie jusqu'au milieu du xive siècle, Aymat Catafau nous montre l'urbanisation qui s'effectue hors de la cellera, souvent en ordre concentrique, l'apparition de rues, de places, l'érection d'enceintes nouvelles, dont de nombreux vestiges subsistent encore aujourd'hui. Ainsi naît le castrum, le village fortifié, dont la cellera n'est plus que le cœur. Enfin au-delà même du rempart se développent des barris qui sont autant de témoignages du dynamisme villageois à cette époque. L'ancien enclos ecclésial est donc débordé de partout par les habitations. Il n'est pourtant pas voué à l'oubli : Aymat Catafau souligne fortement le lien organique – insoupçonné jusqu'ici – qui continue a unir les nouveaux manses à la vieille cellera : tout manse important, dans ou hors du village, se doit d'avoir son cellier (ou ses celliers) à l'intérieur de celle-ci. Lacellera devient ainsi – pour reprendre ses propres termes – « un conservatoire des formes traditionnelles d'exploitation agricole ».

8Elle est aussi le lieu central d'une sociabilité villageoise que l'auteur nous décrit avec soin. Les solidarités sont fortes, qui s'incarnent dans l'université des habitants et ses représentants, syndics ou consuls. La vie communautaire semble très active, mais elle reste en butte aux exigences du seigneur. La seigneurie, en effet, n'a pas désarmé. Comme dans la majeure partie de la Catalogne, elle se montre pesante, parfois cruelle, comme en attestent les piloris, fourches patibulaires, voire instruments de torture dont Aymat a fait le sinistre inventaire. Des paysans donc qui semblent prospères, mais qui trop souvent sont maintenus dans un état de quasi-servage. Dans ces conditions, des tensions se manifestent et Aymat Catafau n'a pas tort de voir dans l'émeute d'Arles-sur-Tech de 1235 une préfiguration des révoltes remenses des xivè-xvè siècles.

9Cette population villageoise, l'auteur ne se contente pas de nous la décrire intra muros, mais il tient à juste titre à observer ses activités dans tout le cadre environnant. Pour cela, sortant du village, il se fait l'historien du paysage rural. Voici les jardins et les vergers qui jouxtent les remparts, voilà les vignes, les pâtures et les bois. Ici des pigeonniers, des étables, des bergeries ; là des moulins, des forges, des fours : rien n'a échappé à l'œil attentif d'Aymat. Il suit ses villageois le long des routes, des chemins – vias, carrerias, caminos – dont il restitue le tracé, il les accompagne sur les bacs qui traversent les fleuves et qui peu à peu sont remplacés par des ponts. Cette familiarité – fruit d'une érudition sans faille – qu'entretient l'auteur avec les hommes et les femmes de ce temps n'a d'égale que la sympathie qu'il éprouve à leur égard.

10Il ne les abandonne donc pas au temps des malheurs. Poursuivant son étude au-delà de la Peste Noire de 1348, il nous montre les conséquences des épidémies à répétition, des guerres, des pillages, il mesure la dépopulation qui affecte les campagnes, il dénombre les abandons de maisons ruinées, d'exploitations délaissées. Découverte étonnante : celle de la réactivation de la cellera à la fin du Moyen Age. Sous l'effet des calamités, le village se rétracte et retrouve son périmètre primitif. Reprenant du service, remise en défense, la vieille cellera devient forsa,fortalitium, entourée de remparts tout neufs. Et ce sont ceux-ci, construits souvent dans les dernières décennies du xive siècle, qui ont préservé l'antique enclos ecclésial et lui ont permis de traverser les siècles pour témoigner jusqu'à aujourd'hui de la lointaine naissance des villages roussillonnais.

11Bien sûr – et je dirais heureusement – ce beau travail d'Aymat Catafau n'épuise pas le sujet. Il reste des pistes à explorer qu'il a d'ailleurs ouvertes lui-même : celle, par exemple, d'une mise en relation de la configuration des celleres avec l'architecture des églises, celle aussi d'une enquête sur la maison rurale et son évolution. Aymat ne reste pas sans ouvrage, mais on peut lui faire confiance : toutes les promesses que contient ce livre seront tenues.

12A qui en douterait, il suffira de consulter l'imposant recueil de monographies que comporte l'ouvrage. On est confondu par la masse de matériaux qui ont été rassemblés, village par village. Des diplômes carolingiens aux livres terriers (capbreus) de la fin du Moyen Age, en passant par les actes de donation, de vente, les testaments, les inventaires, les reconnaissances, etc., tous les types de documents d'archives ont été mis à contribution. Et toutes ces informations sont classées, hiérarchisées, mises en perspective. Confrontées aux plans cadastraux et aux trop rares données archéologiques dont l'on dispose, elles débouchent sur de brèves synthèses où l'essentiel est dit de l'origine -assurée ou hypothétique – de chaque village et de ses transformations au long des siècles médiévaux. Toutes ces notices sont convaincantes ; certaines, particulièrement riches – je pense, entre autres, à celles d'Espira-de-Conflent, d'Eus, de Laroque-des-Albères, de Millas, de Montesquieu... – constituent autant d'exercices réussis de microhistoire, autant d'« Histoires de villages » qui, au prix d'une rapide mise en forme, méritent de donner lieu à publication.

13Historien chaleureux, efficace, scientifiquement irréprochable, Aymat Catafau devient, dès ce premier livre, un spécialiste incontesté de l'histoire du Roussillon. Mais au-delà, par l'exemple qu'il a développé, par les perspectives qu'il ouvre, il apporte une contribution d'importance à notre connaissance de la vie des campagnes médiévales. Aussi bien sait-on depuis longtemps qu'il n'est pas de hiatus entre histoire générale et histoire locale. L'une vit de l'autre.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540