Version classiqueVersion mobile

Regards sur le poème muet

 | 
Tony Jappy

Conclusion

Texte intégral

« Regards sur le poème muet »

1Ce titre volontairement énigmatique appelle quelques remarques en conclusion.

2D’une part, les regards portés ici sur le signe pictural ont certes présenté au lecteur un vocabulaire technique insolite, innovant, tout en suivant l’ordre « organique » posé par Peirce en 1903. Encadrés par les catégories, ces regards ont d’abord permis d’identifier les trois sous-classes possibles de la classe des signes : qualisigne, sinsigne et légisigne (ou mieux, famisigne, signe général mais familier) ; ensuite, d’identifier la relation que ces mêmes signes peuvent entretenir avec leur objet : icône, indice et symbole ; enfin, avec un retour sur Simonide et son épigramme qui forment le leitmotiv de cette étude, ils ont permis de déterminer dans quelles conditions ces mêmes signes peuvent être porteurs d’informations : rhème, dicent et argument. À aucun moment il n’a été question de ce qu’ils signifient. Au contraire, référence a été faite à plusieurs reprises à l’idée que la sémiotique peircienne ne fournit pas de recettes pour l’interprétation des signes, et que la signification d’un signe donné est surtout fonction de l’expérience de l’interprète.

3Le lecteur n’aura donc aucune peine dans ces conditions à comprendre pourquoi Peirce, s’inspirant de Duns Scot, se plaisait à appeler sa sémiotique une « grammaire spéculative », c’est-à-dire une grammaire théorique des signes. De nos jours on aurait tendance à considérer une telle grammaire comme une syntaxe générale, laquelle, dans le domaine linguistique, permet de spécifier la manière dont les multiples éléments d’une langue donnée peuvent être combinés. Devant une formule décrivant la morphosyntaxe du groupe verbal d’une langue naturelle comme le français, l’anglais ou l’allemand, par exemple, un linguiste saurait déterminer sans mal quelles sont les combinaisons possibles qui produiraient une forme verbale correcte. Or il en est presque de même du système sémiotique que Peirce a élaboré au début du siècle dernier, à ceci près qu’au lieu d’être une formule stipulant les combinaisons licites des éléments distincts d’un groupe verbal, par exemple, les trois trichotomies peirciennes – trois regards sur le signe pictural – avec leurs dénominations propres, décrivent trois des conditions communes à tout signe, et la manière dont les diverses valeurs dégagées par les trichotomies peuvent être combinées entre elles.

4Autrement dit la « grammaire » des signes étudiés au cours des pages précédentes a pour tâche principale de déterminer les diverses réalisations d’au moins trois des nombreuses propriétés nécessaires – les trois divisions retenues sur notre tableau, bien sûr – pour qu’une entité quelconque puisse fonctionner comme un signe, pour qu’un signe puisse véhiculer une quelconque signification. S’agissant d’une syntaxe, la question de la signification est rarement abordée. C’est sans doute cela le problème qu’a posé le système peircien au critique littéraire qu’est Jonathan Culler pour qu’il taxe de masochistes les recherches entreprises dans ce domaine. Convaincu qu’une langue est un système d’associations strictes son – sens, et qu’il en est de même de la sémiologie, il a dû être déconcerté par la découverte d’une sémiotique formelle où la signification n’est pas « pré-emballée », pour ainsi dire, à l’intérieur du signe.

5Cela veut-il dire pour autant que chez Peirce la recherche sur le signe se limitait à cette syntaxe-là ? Bien sûr que non, car, conscient que son système était tout sauf totalitaire, que la classification de 1903 ne fournissait qu’une vision partielle (seulement trois trichotomies à cette époque) de la richesse des signes, et qu’il était donc nécessaire de pousser plus loin l’analyse sémiotique, Peirce projetait de poursuivre cette recherche dans deux directions distinctes (projet très ambitieux qu’il n’a pas eu le temps de mener à terme), en augmentant le nombre des trichotomies et en diversifiant leur nature d’une part, et en développant la portée de sa logique de l’autre.

6Dès 1904, c’est-à-dire à peine une année après avoir complété le système à trois divisions présenté au cours des pages précédentes, Peirce a dégagé deux classifications à six divisions – six regards sur le signe – capables de fournir vingt-huit classes de signes au lieu des dix étudiées auparavant. Par la suite il a même émis l’hypothèse d’un système à dix trichotomies – dix regards ! – permettant théoriquement d’identifier un total de soixante-six classes. Malheureusement, des systèmes aussi puissants mais peu maniables n’ont guère, pour l’instant, retenu l’intérêt des spécialistes, qui ont préféré procéder à la vérification de leur logique interne au détriment de leur mise en application dans des conditions empiriques.

7La deuxième voie, en revanche, pourrait se révéler plus prometteuse. On se rappellera qu’au chapitre deux la sémiotique peircienne était définie comme une espèce de logique. En réalité, la sémiotique ne constitue que le premier des trois volets devant faire partie d’une conception plus étendue de la logique, d’où l’idée de la « grammaire spéculative » qui en dégagerait les principes formels. Or le dernier volet, le plus important sur le plan scientifique aux yeux de Peirce, n’est autre qu’une « rhétorique spéculative », c’est-à-dire une rhétorique théorique et générale permettant d’étudier les rapports qu’entretiennent les divers types de signes avec les interprétants qu’ils visent à déterminer. Il n’est donc pas à exclure, dans le cadre peircien, que la sémiotique de l’image développée dans les chapitres précédents puisse un jour permettre de poser les premiers fondements d’une véritable rhétorique de l’image. Mais ce serait là un tout autre ouvrage.

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search