Version classiqueVersion mobile

Regards sur le poème muet

 | 
Tony Jappy

Chapitre six. Une écologie du signe

Texte intégral

1Nous abordons maintenant l’un des aspects les plus importants et innovants de la contribution de Peirce à l’étude des documents iconographiques. C’est précisément dans ce domaine que s’illustre le mieux la relation entre ses trois catégories phénoménologiques et les principes sémiotiques qu’elles gouvernent, formant ainsi la base d’une écologie de signes.

  • 1 L’écologie des signes n’est pas un sujet nouveau. Sonesson (voir, par exemple, Sonesson 1999 et 200 (...)

2À un moment donné du processus d’interprétation, tout signe pour être perçu doit être véhiculé par un canal physique, matériel. Dans le cas de la parole, par exemple, les sons émis sont des phénomènes vibratoires qui se propagent à une vitesse donnée dans un milieu élastique, à savoir l'air, alors que l'écriture quant à elle se constitue en une séquence linéaire d'inscriptions sur une page, sur un écran d'ordinateur ou sur tout autre support également visible. Si tel n'était pas le cas, nous serions incapables de percevoir des signes audibles, visibles, sensibles ou olfactifs, et la communication resterait le privilège de quelques élus possédant le don de la télépathie. Nous ne serions pas non plus capables d’effacer les informations sur une cassette ou un CD ou même, plus simplement, effacer un texte écrit à la craie sur un tableau noir. En d'autres termes, comme nous l’avons vu dès le chapitre deux, aucun signe ne fonctionne indépendamment d'un support, et il n’est donc pas illogique de penser d’une part que le support qui le véhicule est susceptible d’en déterminer partiellement la structure et, d’autre part, qu’une écologie des signes, c'est-à-dire l’étude du rapport qu’entretient tout signe avec son environnement physique, nous renseigne sur la nature de la détermination de cette structure et nous permet d’en approfondir l’analyse1.

3C’est dans le contexte de cette relation souvent négligée associant signe et support que nous revenons au thème de la structure du signe abordé dans les pages précédentes pour le développer. La préoccupation majeure de ce chapitre sera encore l’iconicité du signe, c'est-à-dire les diverses formes qu’il peut présenter, d’une part parce que les caractéristiques formelles des signes sont, nous le verrons, déterminées de façon remarquable par la relation entre signe et support ; d’autre part parce que les variations induites par le support sur la forme d’un signe pourraient bien être aussi la constante principale dans la longue histoire des discussions sur la métaphore textuelle et visuelle. Nous y reviendrons au chapitre huit. S’agissant de formes, comme c’était le cas dans le chapitre précédent, les définitions seront accompagnées de schémas explicatifs.

6.1 COMPLEXITÉ ET STRUCTURE DU SIGNE

  • 2 Saussure, Cours, p. 27.

4Pour aborder le problème des signes et de leur environnement, considérons à nouveau le schéma extrait du Cours de linguistique générale dans lequel Saussure décrit le circuit de la parole afin de situer la langue par rapport aux faits de langue en général2. Nous voyons ici comment le fait d’échanger ou de communiquer des idées commence avec une pensée quelconque représentée par le « point » situé à l’intérieur de la tête de A. Et puisque pour Saussure la pensée et le langage sont comme les deux côtés d’une feuille de papier, la pensée de A suit la direction de la première flèche qui se dirige vers l’oreille de B, et de là vers un autre « point » situé dans la tête de celui-ci.

  • 3 Pour Saussure il ne pouvait pas y avoir une erreur de catégorie, car le signe associait pensée et l (...)

5Il s’agit là, bien entendu, d’une généralisation volontairement simpliste car, il le rappelle clairement dans son exposition, la conception langue et pensée chez Saussure allait bien au-delà de la schématisation de ce simple dessin. Cependant, nous avons montré au chapitre quatre que dans une perspective strictement peircienne, cette simplification excessive nous amène néanmoins à analyser le schéma comme une erreur de catégorie, engendrée par la conception particulière du rapport entre le langage et la pensée que s’était faite Saussure3.

6Revenons à la figure 6.1. Nous savons (voir le chapitre quatre) que, pour Peirce, toute pensée de A – en quelque sorte l’objet dynamique du signe – relève de la tiercéité, catégorie de la généralité et de la représentation. Pourtant, afin d’être interprété par B, le message de A doit être véhiculé par un support – l’air dans ce cas précis – suivant une succession de crêtes et de creux formés dans l’air (mais le message aurait aussi bien pu avoir été écrit sur une feuille de papier). Lorsque B entend le message le processus inférentiel d’interprétation se déclenche et une action adéquate (ou une réponse) est envisagée – c’est l’interprétant dynamique du signe.

7Or, pour que les messages soient reçus par le destinataire, le support qui véhicule les paroles prononcées ou le texte écrit doit obligatoirement avoir une existence sensible : dans le cas contraire, il n’y aurait pas de communication possible. À la différence de la pensée – Saussure parle de la communication de « concepts » – les caractères matériels de la parole relèvent nécessairement de la catégorie de la secondéité, ce qui signifie que cette transmission précise et particulière est unique, et que si A, gêné par le bruit ou tout autre chose, choisissait de la répéter, il ne s’agirait en aucun cas de la même déclaration, bien que la pensée et la teneur du message puissent rester les mêmes. Que signifie donc ici le contraste entre la généralité des concepts communiqués et la singularité du support ? La figure 6.2, qui reprend à nouveau la figure 2.1, le montre clairement.

8Dans le cas de tout signe utilisé dans le but d’exprimer une idée ou de communiquer un message, l’objet et l’interprétant, répétons-le, doivent être de nature mentale, et donc générale. Cela est également vrai du signe, mais afin de pouvoir être perçu par un destinataire quelconque, les qualités matérielles de ce signe doivent nécessairement passer par le truchement d’un support existentiel particulier. C’est la situation illustrée par la figure 6.2, dans laquelle la barre horizontale indique le passage du signe du général au particulier – du cognitif au matériel, en d’autres termes – et elle marque l’incursion momentanée mais nécessaire et incontournable d’une tiercéité dans l’univers de la secondéité. Une écologie des signes requiert que nous nous attardions sur certaines conséquences de cette relation singulière entre sémiose et environnement.

6.2 SUPPORT ET STRUCTURE DU SIGNE

9Nous avons vu au chapitre cinq que dans sa logique de l’icône Peirce proposait deux types distincts de définitions, tous deux dépendants de sa théorie des catégories. Dans le premier, puisque celui-ci agit comme « intermédiaire » entre l’objet et l’interprétant, Peirce définit un signe comme le « moyen de la communication d’une forme », ou encore, pourrait-on dire, la communication d’une configuration de propriétés formelles. Ensuite, d’autres définitions encore établissent comment, grâce au principe gigogne des poupées russes, les signes les plus complexes impliquent ceux qui sont placés plus bas sur l’échelle des valeurs catégorielles : de cette façon, il a été démontré qu’un indice comprend forcément des éléments iconiques, et que les symboles, des énoncés linguistiques par exemple, incorporent nécessairement des indices (en l’absence desquels il serait impossible de savoir de quelle entité la proposition est prédiquée), et doivent, par transitivité, impliquer des sortes d’icônes qui en présentent la forme. Or la dernière étape dans le développement de l’embryonnaire logique des icônes entreprise par Peirce est l’identification et la définition des différents éléments iconiques qui peuvent participer à la structure des signes, qu’ils soient linguistiques, picturaux ou autres. Les éléments en question sont ce qu’il appelle « hypoicônes », mot formé du grec dans lequel le préfixe hypo- (en grec hypo signifie sous, au-dessous) indique des types de structures ou de configurations « sous-iconiques ». Leur analyse révèle clairement en quoi le support détermine la structure des signes ou, en d’autres termes, quel rôle est joué par le support dans la transmission des signes.

LES HYPOICÔNES

10Comme dans les cas de l’icône, de l’indice et du symbole, le point de départ le plus évident de cette étude spécifique nous est fourni par les définitions. Partons ainsi de cette description générale :

Mais un signe peut être iconique, c’est-à-dire peut représenter son objet principalement par sa similarité, quel que soit son mode d’être. S’il faut un substantif, un representamen iconique peut être appelé une hypoicône. Toute image matérielle, comme un tableau, est largement conventionnelle dans son mode de représentation ; mais en soi, sans légende ni étiquette, on peut l’appeler une hypoicône (CP 2.276, trad. Deledalle).

11Ici, dans un but sans aucun doute pédagogique qui vise à souligner les qualités matérielles du signe, Peirce commence par assimiler l’hypoicône à un tableau sans titre ni légende : une vue du château de Marlborough, pour reprendre un célèbre exemple de Nelson Goodman, sans titre donné. Les choses deviennent vite moins faciles lorsqu’il renvoie le lecteur aux complexités de sa logique dès le paragraphe suivant, dans lequel il passe l’icône au crible de son analyse catégorielle désormais familière :

On peut en gros diviser les hypoicônes suivant le mode de priméité auquel elles participent. Celles qui font partie des simples qualités ou premières priméités sont des images ; celles qui représentent les relations, principalement dyadiques ou considérées comme telles, des parties d'une chose par des relations analogues dans leurs propres parties, sont des diagrammes ; celles qui représentent le caractère représentatif d'un representamen en représentant un parallélisme dans quelque chose d'autre, sont des métaphores (CP 2.277, trad. Deledalle).

12C’est au moyen de cette définition concise, sans concession, voire lapidaire, qui, à ma connaissance, semble être la seule du canon, que Peirce nous invite à étudier la nature et la fonction des hypoicônes, définition qui nous permet par la même occasion d’étudier l’écologie de la structure des signes. Le passage consigne la déduction des trois configurations formelles possibles qui permettent de caractériser la « qualité représentative » d’un signe, et élabore ainsi le troisième théorème de l’iconicité : puisque à des degrés différents l’indice et le symbole impliquent une forme d’icône, il s’ensuit que l’indice et le symbole impliquent également l’une ou l’autre des trois configurations « sous-iconiques » définies au paragraphe 2.277. Je traiterai des trois hypoicônes dans un ordre de complexité croissante, en m’attardant davantage sur les formes les plus complexes, mais il est à noter dès maintenant que le choix du terme « image » par Peirce pour désigner la réalisation la moins complexe des hypoicônes peut occasionner des problèmes de lecture. Une désambiguïsation sera fournie dans le texte lorsqu’elle semblera nécessaire.

HYPOICONICITÉ ET SIGNE PICTURAL

13Partons de quatre exemples traitant d’un seul sujet, à savoir le visage humain, pour mettre en lumière les distinctions fondamentales établies par la définition du paragraphe 2.277. Sur le premier, la planche 6.1, on peut s’imaginer reconnaître un nez, un front et un menton, une tête du xviie siècle avec peut-être les vestiges d’une perruque. Mais l’image pourrait tout aussi bien représenter une île avec à l’ouest un lac, ou un lagon. En tant qu’image, au sens peircien, elle représente ce à quoi elle peut ressembler.

14Plus intéressant sur le plan iconographique, le deuxième exemple (planche 6.2), est une version recadrée en noir et blanc de l’illustration de la première de couverture du volume deux du Yellow Book d’Aubrey Beardsley (1894).

15Il s’agit d’une gravure sur bois représentant entre autres le visage d’une jeune femme, et le souci majeur de Beardsley est de fuir le naturel et d’organiser les traits de la femme en accord avec ses propres préoccupations esthétiques comme, par exemple, l’utilisation de larges à-plats de noir et de jaune (dans l’original), ou l’aplatissement délibéré de l’espace au défi des conventions de la perspective, etc. Le rapport entre les yeux, le nez et la bouche n’ont pas une grande importance scientifique, et l’exactitude de la physionomie n’est pas non plus vitale.

16Comment devons-nous comprendre la qualité représentative de cette forme ? La clé de ce problème se trouve dans la référence à la « première priméité » dans la définition fournie ci-dessus. Parmi les hypoicônes, l’image est de structure monadique, d’où il découle qu’une simple qualité suffit pour que le signe dans laquelle elle est incorporée fonctionne comme signe : les qualités composant l’image sont telles indépendamment des deux autres corrélats, ce que nous pouvons illustrer sur un graphique en représentant les qualités du signe par la lettre q, sans spécifier ni la structure de l’objet ni celle de l’interprétant.

17Quel que soit le nombre des qualités présentes dans l’objet, une seule suffit dans le signe pour assurer son fonctionnement sémiotique (le fait que soient indiquées plusieurs qualités sur la figure 6.3 par q1, q2, q3 et qn, n’invalide pas ce principe). Du point de vue de l’écologie des signes il est clair que, comportant uniquement des qualités, l’image est moins complexe que le support par lequel elle est transmise, et par conséquent sa structure s’y véhicule sans problème.

18Il en va autrement dans le cas de la planche 6.3, diagramme d’un crâne humain extrait de Gray’s Anatomy, qui cible nécessairement un public médical ou étudiant : elle vise à informer et à instruire, et la précision anatomique est ici primordiale, l’échelle des différentes parties du crâne devant respecter les proportions justes, et les parties elles-mêmes devant être soigneusement identifiées par leur nom. Bien que le schéma contienne des légisignes indiciaires de plusieurs sortes permettant d’identifier ces diverses parties (frontal, foramen supraorbital, etc., ces légisignes ne posant pas de problèmes aux spécialistes), le mode de représentation du crâne est inéluctablement iconique, en dépit de ces signes langagiers reconnaissables : le schéma est composé de lignes formant des relations internes censées correspondre terme à terme aux relations entre les parties d’un crâne humain.

19On peut donc dire, et c’est ce que fait la définition, que pour que le signe fonctionne correctement, les relations dyadiques, ou compositions de relations dyadiques, existant entre les éléments de la représentation doivent correspondre point par point aux relations existant entre les éléments de l’objet représenté. Nous ne sommes pas sûrs qu’ils le fassent, mais le signe se donne comme représentation fidèle de ces relations. Cette représentation du crâne humain réalise donc la structure hypoiconique du diagramme tel qu’il est présenté par la définition de Peirce, un type d’icône qu’il appelle aussi une « icône des relations » (CP 4.418).

20Comment représenter la structure hypoiconique du diagramme ? Comme c’est le cas de l’image (peircienne), le caractère représentatif du diagramme est déterminé par sa relation aux autres corrélats. Mais alors que pour être valide comme hypoicône l’image ne dépend, en ce qui concerne sa structure, ni de l’objet ni de l’interprétant – il lui suffit d’avoir ses caractères ou qualités propres – le caractère représentatif du diagramme réside justement dans sa dépendance effective de l’objet : selon la définition, pour se constituer en diagramme il faut qu’au moins deux éléments associés par une relation dyadique dans l’objet soient représentés par une relation dyadique analogue dans le signe. La nature de cette dépendance est mise en évidence graphiquement sur la figure 6.4 où, pour simplifier, n’est représentée qu’une seule des nombreuses relations dyadiques impliquées dans la structure du crâne.

21La relation ab dans l’objet détermine (suivant le sens des flèches), et est représentée par, la relation analogue a’b’ dans le signe, sans que l’interprétant entre en ligne de compte. La ressemblance du diagramme avec la structure de l’indice est évidente, mais ici nous avons en plus la représentation d’une partie de la structure interne et de l’objet et du signe (d’où la décision prise au chapitre cinq de représenter graphiquement la constitution sémiotique de chacune des trois sous-classes).

22Bien qu’une telle structure puisse paraître abstraite, elle participe à une multitude de signes rencontrés dans notre vie quotidienne, aussi bien dans des énoncés linguistiques que dans divers types de représentations iconographiques, et, ainsi elle sous-tend les nombreuses relations identifiables sur l’illustration de Gray’s Anatomy. Enfin, il est à noter que du point de vue de l’écologie des signes il y a une parfaite harmonie entre la structure de l’objet, la structure du signe et la structure dyadique du support existentiel (une secondéité, forcément) à travers lequel le signe est transmis.

23Les objectifs de l’image représentée sur la planche 6.4, une affiche de propagande religieuse britannique cherchant à attirer les fidèles à l’église le Dimanche de Pâques 1999, sont d’un tout autre ordre, et il est clair qu’ici la précision scientifique n’est pas le but recherché. Ce dernier exemple illustre la conception peircienne de la métaphore, et provient d’un document intitulé Jesus : No wimp in a nightie (Jésus : pas une femmelette en chemise de nuit). Le document fut publié sous forme d’affiche dans le cadre d’une campagne financée par le service de relations publicitaires de l’église anglicane pendant la préparation des fêtes de Pâques en 1999, avec l’intention avouée de dépoussiérer l’image du Christ et, parallèlement, de faire remonter le nombre des fidèles.

24Nous avons là, bien sûr, la énième appropriation de la célèbre photographie de Che Guevara prise en 1960 par Alberto Korda, le but étant ici de remplacer la perception traditionnelle d’un Christ doux, prêt à tendre l’autre joue à ses ennemis ou à ses persécuteurs (d’où l’emploi du terme wimp, femmelette, poule mouillée, et de l’assimilation de l’ample vêtement du Christ à une chemise de nuit) par une image plus agressive, dynamique et révolutionnaire. Le titre de l’affiche ne comporte pas l’épithète « gentle » (doux), mais le texte rappelle une prière enfantine écrite par Charles Wesley en 1742 :

25Gentle Jesus, meek and mild,

26Look upon this little child ;

27Pity my simplicity,

  • 4 Petit Jésus si doux et bon, /Regarde ce petit enfant, /Prends en pitié ma simplicité, /Et laisse-mo (...)

28Suffer me to come to Thee4

29L’intérêt sémiotique du poster réside dans la façon dont les caractéristiques de deux idéologies, le marxisme d’un côté et la religion chrétienne de l’autre, sont mises en parallèle et intégrées métaphoriquement dans une seule image. Ce parallélisme plutôt incongru est rendu possible par certaines ressemblances dans le parcours respectif des deux hommes : le fait, par exemple, que tous deux soient considérés comme des martyres, et qu’ils soient morts pour défendre des causes impliquant des oppresseurs issus aussi bien des rangs de leurs compatriotes que venus de l’étranger (les Boliviens et les forces spéciales de l’armée américaine dans un cas et les Juifs et les Romains de l’autre).

30Cette dernière hypoicône est de loin la plus intéressante sur le plan de la sémiotique picturale ; il s’agit de la structure hypoiconique la plus complexe, et elle semble avoir découragé le commentaire et l’exégèse de la part des spécialistes. La formulation énigmatique, sibylline de la définition nous informe que les propriétés hypoiconiques de la métaphore sont de nature à « représenter le caractère représentatif d’un representamen en représentant un parallélisme dans quelque chose d’autre », et ce sont les implications de cette définition qui s’apparentent le plus clairement à une écologie des signes.

31Au moyen de la figure 6.5 on comprendra comment s’opère ce type particulier de parallélisme. Le premier point, crucial, que nous devons établir, est que pour Peirce, la métaphore est une forme : ce n’est en aucun cas la figure du discours de la tradition comme on peut en trouver dans des documents à caractère persuasif, ou dans des poèmes par exemple. Car, étant de nature qualitative, il n’y a pas de limite théorique aux types distincts de signes qui sont susceptibles d’incorporer la métaphore : blues aux allusions sexuelles voilées, allusion plus ou moins perfide, fable, allégorie, etc.

32Dans ce qui suit nous étudierons l’importance de cette référence à un parallélisme et du rapport qu’il y a entre la métaphore et la sous-détermination caractéristique des signes informés par cette configuration hypoiconique très particulière et, enfin, de l’incongruité qui en résulte. La structure interne de la forme métaphorique est illustrée sur la figure 6.5.

33Dans le cas de l’image, la structure de l’objet et de l’interprétant n’est pas spécifiée ; dans le cas du diagramme, hypoicône plus complexe, la structure interne de l’objet est spécifiée comme étant dyadique, mais celle de l’interprétant n’est pas pertinente et reste donc non-spécifiée. En ce qui concerne la métaphore, en revanche, le parallélisme présent dans l’objet doit, si le signe est bien compris, se retrouver aussi dans l’interprétant. Cela s’explique de la manière suivante. En raisonnant à partir des catégories, nous comprenons de quelle manière la métaphore peut être une « priméité troisième » : s’agissant d’une icône, elle relève de la priméité, mais de la priméité la plus complexe, une sorte de tiercéité dans la priméité. Étant en plus une forme de tiercéité, tout comme le symbole, elle exige l’implication nécessaire de l’interprétant dans sa constitution sémiotique : c’est donc la seule hypoicône « authentique » des trois.

  • 5 Par « restitué dans l’interprétant » il faut comprendre que l’effet produit par le signe « tient co (...)

34En empruntant leur terminologie à Lakoff et Johnson (1986), nous pouvons identifier les constituants qui composent les éléments du parallélisme dans l’objet (parallélisme signalé par le symbole géométrique // et, bien sûr, restitué dans l’interprétant) sur la figure 6.55. La ligne supérieure indiquant la relation entre a et b constitue la base de la comparaison, plus précisément le « domaine cognitif » de base (cognitif car intégré à notre expérience : nous nous plaçons au niveau de l’objet dynamique) ; il s’agit là d’une partie non problématique de notre expérience commune que l’auteur du signe présuppose être familière à l’auditeur, lecteur ou observateur. La ligne inférieure établit une relation entre a’ et b’, en revanche, et concerne le domaine incertain, problématique que l’auteur du signe souhaite rendre évident (dans le cas qui nous concerne comment faire passer une image plus dynamique du Christ ?), ou sur lequel il veut porter un jugement (Tu es un cochon ! L’homme est un loup pour l’homme). La relation a’b’ constitue donc le domaine cible.

35La structure du parallélisme dans l’objet établit des correspondances entre les éléments participant des deux domaines : a et a’ sont homologues, b et b’ aussi. Les relations existant entre les éléments correspondants des deux domaines, a et a’, par exemple, sur la figure 6.5, sont des « projections » entre éléments homologues dans des domaines différents, ce qui permet d’établir la relation de ressemblance. Or, en raison de l’influence du support, qui est forcément une secondéité, sur la constitution interne d’un signe représentant un objet dont la structure interne est un parallélisme, il s’ensuit que tous les éléments de chaque domaine ne peuvent être représentés dans le signe ; d’où une incongruité inévitable et caractéristique, une perte d’informations et une spécification incomplète des signes informés par l’hypoiconicité métaphorique. C’est ainsi que, sur la figure 6.5, seuls les éléments a’ et b sont représentés dans le signe, car tout se passe comme s’il n’y avait pas de place pour a et b’ : la secondéité du support empêche le signe de véhiculer le parallélisme tel quel.

36Pour en revenir à la planche 6.4, on voit clairement qu’une image rénovée du Christ est visée dans le domaine cible, et que notre connaissance présupposée de Che Guevara et de la célèbre photographie constitue le domaine de base servant à étayer la comparaison. Les homologies établies entre les deux domaines sont limitées : la base contient le portrait de Che Guevara ainsi que son béret et son étoile distinctifs, qui correspondent respectivement au Christ et à la couronne d’épines. Nous remarquons par ailleurs que les cheveux du Che tels qu’ils apparaîtraient dans la base ont été réduits dans le signe, alors que la moustache a été allongée. L’arrière-plan rouge est commun aux deux hommes, figurant le sang et la révolution. Ces deux traits non verbaux, l’expression et l’apparence – répliques de certains légisignes de la communication non verbale – suffisent à nous assurer une lecture efficace du message.

HYPOICONICITÉ ET LANGAGE

37Par souci d’exhaustivité examinons maintenant comment de telles formes hypoiconiques se traduisent dans les signes linéaires du langage. Les énoncés (1) – (4) en fournissent une illustration simple :

  1. Le grognement des cochons dans la cour m’empêchait de dormir.

  2. Le cochon se vautrait dans la boue.

  3. Valmont s’adonne au stupre comme le cochon se vautre dans la boue.

  4. Valmont se vautrait dans le stupre.

38L’énoncé (1) contient un simple cas d’onomatopée dans lequel le son « imite » une expérience disons sémantique, comme ici notre idée traditionnelle du bruit fait par les cochons – le grognement. Un exemple de l’image mentionnée dans la définition citée est contenu dans cet énoncé ; elle l’informe, mais nous remarquons que sur le plan sémiotique la phrase elle-même est en fait plus complexe que le contenu iconique que nous venons d’identifier. Il s’agit, en l’occurrence d’une proposition (qui est de nature symbolique) et une illustration extrêmement simple du principe d’implication examiné au chapitre quatre, en vertu duquel les signes symboliques tels que les propositions impliquent par transitivité les éléments iconiques hiérarchiquement situés au-dessous d’eux.

  • 6 La structure de l’objet n’est en aucune manière épuisée par les référents du signe. Comme nous l’av (...)

39L’exemple (2) illustre la structure dyadique du diagramme : la relation entre les parties de l’énoncé représentées par les nominaux le cochon et la boue (des sous-espèces d’indices) est établie par le verbe se vautrer, de la même façon que dans le monde extralinguistique représenté ainsi se noue une relation entre les « protagonistes » et l’action de se vautrer, situation que nous pouvons représenter comme une structure simple : GN1 + VERBE + dans + GN2 (on se souviendra à ce propos de la manière dont Peirce a caractérisé la structure actancielle des verbes : ce n’est pas une sorte de prédisposition grammaticale interne qui en détermine la nature et le nombre d’actants, mais la structure du fait ou des événement représentés). Dans le cas extrêmement fréquent, donc, où la structure de la phrase est diagrammatique, la structure dyadique du signe reflète la structure, dyadique elle aussi, de l’objet (bien que d’autres parties et relations participant à l’objet puissent ne pas se manifester dans le signe)6. L’exemple (3) illustre, lui, le cas plus complexe de la comparaison de la tradition rhétorique.

40La figure 6.6 représente la forme hypoiconique de l’énoncé (3). Remarquons au passage que dans ce type de comparaison, la conjonction comme associe deux propositions. Deux relations dyadiques sont établies entre respectivement Valmont et le stupre, représentées sur la figure 6.6 sous la forme (Valmont — stupre) d’un côté, et les cochons et la boue (cochon — boue) de l’autre, se combinent pour former une relation dyadique à un niveau supérieur au moyen de la conjonction, nous fournissant ainsi cette structure dyadique complexe commune aux seuls objet et signe, à la différence de l’exemple de la métaphore examiné plus bas, où elle est commune simultanément à l’objet, au signe et à l’interprétant.

41Enfin, l’énoncé (4), bien que syntaxiquement identique à l’énoncé (2), à savoir formé des composants GN1 + VERBE + dans + GN2, est néanmoins sémiotiquement beaucoup plus complexe à deux niveaux distincts, nouant une relation dans laquelle les cochons, la boue et l’action de se vautrer informent un domaine de base supposé reconnaissable de tous, Valmont et le vice formant, dans le domaine cible, les éléments d’une association problématique sur laquelle l’énonciateur souhaite porter un jugement. Sachant que les groupes nominaux Valmont, le stupre, le cochon et la boue sont les objets immédiats de cette série d’énoncés, le lecteur avisé aura sans doute deviné quel en est l’objet dynamique, à savoir la volonté qui les a engendrés au départ.

42Nous représentons cette situation au moyen de la figure 6.7, où la relation que le signe établit entre Valmont et le cochon est l’activité de se vautrer, emprunté au domaine de base. Dans ce cas précis, le signe est composé des éléments Valmont et stupre pris dans le domaine cible (V — st), alors que la caractérisation de cette relation culturellement problématique a été empruntée au domaine de base qui, de façon naturelle et non-problématique, associe le cochon et la boue (respectivement c et b sur le schéma).

6.3 APPROFONDISSEMENTS

LE GOULET D’ÉTRANGLEMENT

43Il nous reste à expliquer l’origine de l’incongru dans les représentations métaphoriques. Le processus par lequel la tiercéité emprunte l’intermédiaire d’un support existentiel (le papier, les ondes, un tableau de classe ou encore un écran d’ordinateur, tous manifestations de la secondéité) a, sur le plan sémiotique, deux conséquences majeures. Le signe résultant, comme nous venons de le voir, est à la fois formellement incongru (car il n’intègre que partiellement deux domaines d’expérience distincts), et sous-spécifié (car tous les éléments de chaque domaine ne sont pas représentés dans le signe, même dans le cas d’un signe bidimensionnel comme un tableau ou une photographie). Tout se passe comme si le canal emprunté par la tiercéité n’était pas assez complexe pour véhiculer un ensemble conceptuel situé à un degré de complexité phénoménologique plus élevé.

44C’est ce principe qui est représenté sur la figure 6.8, où le passage de l’objet à l’interprétant grâce à la médiation du signe est représenté comme une sorte d’entonnoir phénoménologique : en resserrant le contenu du message au point que certains éléments de l’objet ne peuvent nécessairement pas participer au signe, il impose leur réintégration dans l’interprétant par le biais d’un travail inférentiel de la part de l’interprète, qui est amené à puiser dans son expérience. Dans l’exemple, le signe se compose d’un élément du domaine de base a et d’un second élément b’ provenant du domaine ciblé, alors que l’objet et l’interprétant conservent tous deux le parallélisme original, avec la projection de a sur a’ et b sur b’, ce qui est une manière de montrer que le signe, et avec lui, l’intentionnalité de l’objet, ont été correctement interprétés.

45C’est ainsi que la configuration du signe illustrée sur la figure 6.8 représente la structure des hyperboles métaphoriques caractéristiques de certaines expressions référentielles de la poésie épique du vieil anglais (kennings) comme, par exemple, the house of the birds (la maison des oiseaux) autrement dit, le ciel. L’objet est formé d’un parallélisme avec, comme membres du domaine de base (maison (représentée par a) – [êtres humains (représentés par b)]), et, dans la cible, leurs homologues respectifs ([ciel (représenté par a’)] – oiseaux (représentés ici par (b’)), les crochets identifiant les éléments ne pouvant pas, à cause de la constriction métaphorique, être représentés dans le signe. Il en va de même des kennings comme heaven’s candle (la chandelle du ciel), c’est-à-dire le soleil, où la thématisation caractéristique du génitif anglais modifie l’ordre d’occurrence des éléments du parallélisme. Le lecteur n’aura pas de mal à retrouver les homologies implicites de cette expression attestée du poème épique Beowulf : hron-rād « whale road » (la voie des baleines, autrement dit, l’océan). Si, en revanche, le signe était « composé » d’une relation associant a’ et a, la structure s’appliquerait à une proposition comme Achille est un lion, ou Valmont est un cochon, où l’appartenance à une classe postulée de a’ et a est représentée par le verbe être, alors qu’un signe où seraient associés a’, a et b’ aurait la structure de la métaphore L’Homme est un loup pour l’homme.

46Plus important, il doit être clair que le processus qui consiste à se baser sur le connu pour mieux appréhender l’inconnu, l’incertain, ou le problématique, est à la base du travail inférentiel que nous mettons en œuvre dans presque toutes nos activités intellectuelles (et perceptuelles, dirait Peirce) de la vie de tous les jours. Ce type de raisonnement, qui cherche à établir des analogies entre le connu et l’inconnu, semble bien être sous-tendu par la structure hypoiconique de la métaphore.

ATOMISME ET CODE

47Revenons maintenant aux arguments mis en avant dans le chapitre trois pour préférer le concept de légisigne à celui de code, préférence justifiée alors par le fait que le caractère additif de n’importe quel code comportait des implications atomistes pour la conception du signe, et étudions ce commentaire que le philosophe Ernest Gellner a porté sur l’atomisme logique du Tractatus de Ludwig Wittgenstein :

  • 7 Gellner, 1959, p. 93 (je souligne).

Comme nous pouvons le voir, Wittgenstein a élaboré l’idée [d’une correspondance biunivoque entre les atomes du langage et les atomes du monde] en une sorte de théorie miroir de la signification et du langage. En un sens, l’idée est valide, ayant été l’une des bases de la théorie de la communication. Un code peut seulement nous informer du même nombre d’alternatives objectives possibles que celui des messages alternatifs possibles (c’est en cela que l’on peut parler d’effet miroir). Si la richesse du monde dépasse celle du code, le code sera incapable de nous la communiquer. En revanche, une plus grande richesse dans le code (plus de signes que ceux nécessaires pour le nombre de messages alternatifs susceptibles d’être véhiculé par lui) sera superflue7.

48En d’autres termes, et en simplifiant beaucoup, on a parfois avancé l’idée – Wittgenstein le fait dans le Tractatus – que des signes complexes comme les énoncés d’une langue peuvent être fractionnés, et les constituants ainsi obtenus placés dans une relation de terme à terme avec les atomes « extralinguistiques » qu’ils sont censés représenter. Si toutes les phrases des langues naturelles se limitaient à une structure diagrammatique comme celle des énoncés (1) – (3) ci-dessus il n’y aurait pas de problème, et une langue naturelle pourrait être considérée comme une sorte de code. Or, ce n’est absolument pas le cas. Comme nous l’avons vu dans les sections précédentes, un énoncé comme (4) ci-dessus est moins « riche », c’est-à-dire de structure moins complexe, que l’objet qu’il représente : de tels signes sont sous-déterminés par rapport à leur objet. Autrement dit, l’objet de tels signes est trop riche pour être véhiculé dans toute sa complexité par des signes qui sont obligés, par la force des choses, d’emprunter un support existentiel afin de le communiquer. Et, pour en revenir au thème de ce livre, il n’est pas vrai non plus que toutes les images présentent une relation biunivoque entre les éléments inscrits sur leur surface et les objets, protagonistes ou autres, qu’elles représentent : comme nous le verrons au chapitre huit, ce n’est même pas le cas de toutes les photographies.

49En reformulant l’argument de Gellner, nous pouvons dire qu’il y a, dans certains cas bien définis, un degré de richesse dans l’objet dont les éléments ne peuvent être représentés de manière biunivoque ni par ceux d’une image ni par ceux d’une assertion dans une langue naturelle. Comme nous l’avons vu dans le cas de l’hypoiconicité métaphorique, la structure de l’objet est sensiblement plus complexe que celle du signe qui le représente, et la métaphore au sens peircien constitue un cas où « toute la richesse du monde », selon l’expression de Gellner, ne peut pas être transmise intégralement par ce signe. De tels signes sont à la fois sous-spécifiés et incongrus, en raison de l’effet de « goulet d’étranglement » entraîné par le passage de la tiercéité de la pensée à la secondéité du support qui véhicule le signe. La structure forcément additive d’un code, où à chaque élément de représentation est associé de manière biunivoque un élément représenté, n’est pas de nature à transmettre directement le parallélisme de la métaphore. Comme le note Colin Cherry, on ne peut encoder une expression que si elle a déjà été exprimée dans une langue naturelle, qui elle n’est pas un code, que l’expression en question soit imagique, diagrammatique ou métaphorique. Et il en va de même d’un tableau, d’une photographie et de tout autre type d’image fixe.

6.4 RÉSUMÉ

50Dans ce chapitre nous avons développé les thèmes déjà abordés au chapitre cinq, et apporté quelques compléments importants à l’hypothétique et embryonnaire logique de l’icône proposée de manière succincte par Peirce en 1909, ce qui a permis d’établir les points suivants :

  • Dans une formule lapidaire où Peirce passe l’icône à son crible catégoriel, il dégage trois configurations permettant de la diviser en trois « sous-icônes » dénommées hypoicônes. Elles sont, dans l’ordre de complexité grandissante, l’image, le diagramme et la métaphore, dont la constitution respective correspond à la monade, la dyade et la triade.

  • L’image est la forme caractéristique des bandes dessinées, de bien des tableaux de maître, des dessins humoristiques, et sert le plus facilement à des fins esthétiques.

  • Comme nous le verrons au chapitre suivant, grâce à la nature de la relation terme à terme qu’entretiennent ses composantes avec celles de l’objet que représente le diagramme et aux capacités informatives qui en résultent, cette forme du diagramme tend à prédominer dans des signes essentiellement utilitaires.

  • En revanche, en raison du parallélisme informant l’objet, les signes métaphoriques illustrent le dynamisme du processusde la ratiocination. À partir d’un domaine cognitif de base l’utilisateur cherche à juger dans un domaine cible une personne ou un événement, etc., ou à trouver la solution à un problème nouveau. Il peut également chercher à intégrer un fait nouveau ou une information nouvelle grâce à une hypothèse formulée à partir d’éléments déjà connus (la base) présentant des similarités avec le fait nouveau ou information nouvelle (la cible). Il s’agit, en outre, comme nous le verrons au chapitre huit, d’une forme hypoiconique qu’un artiste ou un auteur peut manipuler à des fins tant esthétiques qu’idéologiques.

  • En vertu du principe d’implication, image, diagramme et métaphore peuvent informer non seulement des signes picturaux, mais aussi les expressions et propositions d’une langue naturelle.

  • Il a également été démontré que le caractère spécifique de l’hypoiconicité métaphorique apporte une raison supplémentaire de préférer le concept de légisigne à celui plus ancien de code.

  • Grâce à l’analyse catégorielle citée explicitement dans la définition, il a été possible de rattacher la spécificité respective de ces hypoicônes à une écologie des signes, c’est-à-dire au rapport entre la structure du signe et la catégorie phénoménologique du support emprunté. Alors que la secondéité du diagramme s’accommode parfaitement de la secondéité du support, la tiercéité complexe de l’objet ne peut dans certains cas qu’être véhiculée par un signe relativement appauvri et incongru présentant la forme de la métaphore. Du point de vue de l’écologie des signes la métaphore illustre de manière spectaculaire l’influence du médium ou support – y compris l’air que nous respirons, support de l’oral – sur la structure d’une certaine catégorie d’icônes.

  • Dans le cadre de la sémiotique visuelle peircienne, par conséquent, la métaphore est une forme, non pas un ornement « figuratif », et elle résulte de la tension entre l’existant (le support) et le réel (le parallélisme pensé dans l’objet dynamique), tension qui, d’un point de vue écologique, produit une sorte d’entonnoir phénoménologique qui empêche certains des éléments du parallélisme dans l’objet d’être représentés dans le signe. Le support existentiel de la secondéité « aplatit » en quelque sorte le parallélisme de l’objet, mais ce faisant offre aux artistes et aux orateurs, par exemple, une gamme de possibilités rhétoriques infinies.

51Après avoir dégagé les trois sous-classes de l’icône, nous pouvons d’ores et déjà les ajouter au tableau mis en place au chapitre quatre de la manière indiquée sur le tableau 6.1, sachant que chacune des hypoicônes peut être impliquée aussi bien dans l’indice que dans le symbole. Nous compléterons ce tableau à la fin du chapitre qui suit.

6.5 SUGGESTIONS DE LECTURE

52Il existe peu d’ouvrages spécialisés traitant spécifiquement des thèmes développés dans le présent chapitre, qui a néanmoins fourni les définitions les plus importantes. Lakoff & Johnson (1980), dont j’ai emprunté une partie de la terminologie (Peirce n’en ayant pas développé de spécifique), a été traduit en français en 1986 sous le titre Les Métaphores dans la vie quotidienne, mais relève d’une tout autre conception de la métaphore dans laquelle la notion de ressemblance, base théorique de l’icône, n’est pratiquement pas prise en compte. Pour les deux auteurs les métaphores sont envisagées comme constructions conceptuelles universelles soit dérivées de certaines prédispositions humaines (une préférence bien compréhensible pour la verticalité de la vie sur l’horizontalité de la mort ou de la maladie), soit d’origine « ontologique » : Je suis vidé, par exemple, où le corps humain est conçu comme un contenant. La variété et le nombre des exemples proposés dans l’ouvrage sont très appréciables, et l’étude a été révolutionnaire en son temps. Le caractère ennuyeux de beaucoup des recherches poursuivies depuis la publication de leur livre provient d’une activité de classification digne d’un entomologiste (Culler doit sûrement apprécier), réalisée le plus souvent, semble-t-il, sur la base d’intuitions personnelles. Enfin, pour le lecteur anglophone, Rohrer (2004) étudie de manière détaillée et illustrée de nombreux exemples l’application de la théorie des espaces mixtes ou espaces intégrants (blends) à un corpus de dessins humoristiques à orientation politique. La théorie exposée, qui s’est développée parallèlement à la linguistique cognitive et qui en fait partie, a été anticipée à bien des égards par la conception peircienne de la métaphore.

Notes

1 L’écologie des signes n’est pas un sujet nouveau. Sonesson (voir, par exemple, Sonesson 1999 et 2005) a, ici aussi, ouvert la voie dans cette branche de la sémiotique en associant les signes à un environnement qu’il appelle, après Husserl, lifeworld. Cependant, mon interprétation du concept et de la façon dont il conditionne les divers signes iconiques se démarquent sensiblement de la sienne.

2 Saussure, Cours, p. 27.

3 Pour Saussure il ne pouvait pas y avoir une erreur de catégorie, car le signe associait pensée et langage ; le fait de modifier l’un des deux entraînait forcément une modification de l’autre.

4 Petit Jésus si doux et bon, /Regarde ce petit enfant, /Prends en pitié ma simplicité, /Et laisse-moi venir à toi.

5 Par « restitué dans l’interprétant » il faut comprendre que l’effet produit par le signe « tient compte » de, ou a intégré ce parallélisme.

6 La structure de l’objet n’est en aucune manière épuisée par les référents du signe. Comme nous l’avons vu au chapitre deux, la volonté de l’instigateur du signe au départ est sans aucun doute le plus important des éléments composant l’objet dynamique. La discussion des diagrammes et de la métaphore qui précède a simplifié cette position dans un but de clarté. Il est également évident que l’énoncé (1) présente, lui aussi, la même structure diagrammatique que (2) : il « implique » en outre la structure monadique, donc imagique, de l’onomatopée. L’abréviation GN désigne le groupe, ou syntagme, nominal.

7 Gellner, 1959, p. 93 (je souligne).

Table des illustrations

Légende Figure 6.1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 6.2
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Planche 6.1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Planche 6.2
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 6.3
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Planche 6.3
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 6.4
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Planche 6.4
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 6.5
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 6.6
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 6.7
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 6.8
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tableau 6.1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1734/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search