Version classiqueVersion mobile

Regards sur le poème muet

 | 
Tony Jappy

Chapitre cinq. Modes de représentation

Texte intégral

  • 1 Il y a eu un certain flottement dans les traductions françaises de l’« index » peircien, certains a (...)

1Un signe, écrivait Peirce en 1902, peut être « une icône, un indice ou un symbole » (CP 2.304), et c’est cette répartition particulière des signes en trois sous-classes qui constitue le deuxième critère de leur classification1. Ce critère, marqué OS sur le tableau 4.1 du chapitre précédent, concerne les trois modes de la représentation d’un objet par un signe ; ou, pour se placer d’un autre point de vue, le critère porte sur les trois réalisations de la relation entre le signe et l’objet qui lui donne existence.

  • 2 Pour Peirce la ressemblance est simplement l’identité d’au moins un élément commun à l’objet et au (...)

2Établie par Peirce dès 1867, cette distinction tripartite entre icône, indice et symbole est de loin la plus connue, celle qui a été le plus souvent appropriée par d’autres au point de figurer en bonne place dans l’arsenal de théories sémiotiques concurrentes, et dans la plupart des descriptions de notre culture dite « visuelle ». Pourtant c’est certainement le concept de l’icône, fondé sur le principe de la ressemblance, qui est la sous-classe de signes la plus controversée de toutes celles que Peirce a établies (ce qui n’a rien d’étonnant compte tenu du fait que les critiques écrivent pour la plupart d’entre eux dans le cadre d’une conception verbocentriste des signes)2. Cette division est la seconde du système triadique de 1903, venant après la distinction établie entre qualisignes, sinsignes et légisignes présentée au chapitre trois, et avant la division « informationnelle » qui sera examinée au chapitre sept. Que la trichotomie icône-indice-symbole figure dans trois de ses classifications majeures montre bien l’importance que Peirce lui attribuait, au point même d’envisager une logique spécifique de l’icône.

3Dans les sections qui suivent, nous nous occuperons des trois sous-classes par ordre de complexité croissante, allant de l’icône au symbole. Étant donné la nature polémique de cette partie du livre, et en raison de l’importance du concept d’icône dans une introduction à la sémiotique visuelle, nous commencerons par un certain nombre de généralités qui viendront éclairer la motivation qui a amené Peirce à associer les relations de ressemblance, de contact physique et de convention à, respectivement, l’icône, l’indice et le symbole. Après quoi nous mettrons en lumière la pertinence des icônes et des indices non seulement dans la sémiotique visuelle mais aussi dans l’étude des signes conventionnels des langues naturelles. Mais s’agissant dans ce chapitre de signes classés par rapport à la relation les associant à l’objet (et non plus pour leur statut sémiotique propre), ces définitions seront illustrées par des schémas explicatifs.

5.1 LOGIQUE DE L’ICÔNE

LE DÉFI TECHNOLOGIQUE

  • 3 Mitchell, 1986, p. 179.
  • 4 « Le type le plus achevé du symbole est celui qui marque une croissance, un développement autonome (...)

4Dans une discussion de Marx et la camera obscura, W. J. T. Mitchell suggère que son réalisme immédiat a fait de la photographie le « média révolutionnaire du siècle3 », mais pour la plupart des gens l’invention des « images cinétiques » de Muybridge et, plus tard, du Kinétoscope d’Edison devait sembler encore plus incroyable. Quoiqu’il en soit, Peirce semble avoir eu une conscience aigüe des tensions que ces deux média venaient créer pour une théorie des signes qui se voulait complète et exhaustive, et l’importance qu’il a peu à peu attribuée au développement spécifique de la logique de l’icône est confirmée dans un fragment d’un article manuscrit intitulé « Phanéroscopie » daté de 1906. Ces quelques paragraphes mettent en évidence son intérêt pour la représentation graphique de la ratiocination, et au cours de la discussion il en arrive à étendre considérablement la portée traditionnelle de la logique4.

5Il y a sans aucun doute d’innombrables raisons pour justifier son besoin de reconnaître et de développer une logique des icônes. Par exemple, lorsqu’on sait qu’il considérait ses Graphes Existentiels comme « l’image cinétique de la pensée » ([moving pictures of thought] CP 4.8 ; 4.11), et qu’il recourait constamment aux photographies et au travail du photographe comme modèles de la représentation indiciaire, on peut imaginer combien il avait été frappé par cette autre invention technologique majeure de la fin du xixe siècle que fut le Kinétoscope.

ÉLÉMENTS POUR UNE LOGIQUE DE L’ICÔNE

6Malheureusement, Peirce n’a jamais eu le loisir ou le temps nécessaire au développement complet de la logique de l’icône. Par conséquent, ce qui suit sera forcément hypothétique. Mais on peut imaginer qu’une telle logique aurait comporté, en plus de ses diverses représentations graphiques de la ratiocination (notamment la déduction), certains éléments spécifiques de sa logique générale. Le chapitre deux, par exemple, a introduit une série de définitions du signe qui ont familiarisé le lecteur avec les trois corrélats impliqués dans la sémiose, et de telles définitions sont indispensables dans une sémiotique générale. Cependant, à l’intérieur de la logique de l’icône il y a au moins deux étapes supplémentaires qui éclairent avec plus de précision la nature spécifique de l’icône : définitions des trois sous-classes de signes définies par la relation OS, et principe de l’implication d’une sous-classe de signes dans une autre présenté au cours du chapitre précédent. Voyons néanmoins une ultime définition, générale mais fort pertinente, du signe extraite d’une lettre à Lady Victoria Welby datée du neuf mars 1906. Peirce y explique les conséquences formelles de la détermination du signe par l’objet (principe que nous avons déjà rencontré dans la seconde des illustrations « militaristes » de la sémiose) :

J'utilise le mot « signe » au sens le plus large de médium pour la communication ou extension d'une forme (ou figure). Étant moyen, il est déterminé par quelque chose, appelé son objet, et détermine quelque chose appelé son interprétant […] Pour qu’une forme puisse être étendue ou communiquée, elle doit réellement avoir été incorporée dans un « sujet » qui est indépendant de la communication ; et il doit également y avoir un autre sujet dans lequel la forme est incorporée en tant que conséquence de la communication. (EP2 : 577)

  • 5 Cf. « Le sens d’un mot, sa forma (ce qui constitue le mot), a été décrit comme la relation du mot a (...)
  • 6 Dans un cas comme celui-ci, où le signe, l’objet et l’interprétant sont tous des qualités, le signe (...)
  • 7 Comme nous le voyons cependant au chapitre six, la priméité est toutefois sujette à un traitement c (...)

7L’important ici, et cela constitue par ailleurs un principe majeur de ce que les linguistes connaissent sous le nom de « théorie de l’iconicité », c’est qu’en accordant une existence au signe l’objet lui impartit ou communique une partie de sa propre forme : nous dirons que ce que le signe représente informe ce signe au sens premier du terme « informer » – donner forme à quelque chose, d’où nous vient le concept d'« information ». Il est facile de voir que ce principe s’applique plus particulièrement dans le cas du signe le moins complexe, à savoir l’icône. Tout comme les Scholastiques, Peirce avance dans cette définition l’idée que ce qui est communiqué au signe par l’objet relève de la forme pure5. Ceci découle du principe selon lequel la seule catégorie stable et indivisible « inhérente » aux trois corrélats est la priméité, idée formulée autrement dans la remarque suivante : « Les pensées ne sont ni des qualités ni des faits. Ce ne sont pas des qualités, car elles peuvent être produites et évoluer alors qu’une qualité est éternelle, indépendante du moment ou d’une quelconque réalisation » (CP 1.520)6. Et il ajoute un peu plus loin : « La qualité est l’élément monadique du monde » (CP 1.526) ; ce qui implique que la priméité est la seule catégorie dont on ne peut rien retrancher ou abstraire. Et pour cette raison, elle constitue une sorte de socle phénoménologique qui se réalise dans des propriétés aussi diverses que la forme picturale ou les sensations de goût amer, de texture granuleuse ou de la noirceur de la poix7. Dans cette tentative de reconstruction de la logique de l’icône nous examinerons pour commencer une série de trois définitions (une quatrième définition sera présentée au chapitre six).

TROIS ORDRES DE COMPLEXITÉ

8Considérons d’abord la description suivante, succincte mais typiquement peircienne, des trois sous-classes, car elle illustre les principes examinés au chapitre quatre, et elle nous servira de cadre de travail pour définir les notions développées dans celui-ci. Nous y retrouvons le fondement numérique des catégories de priméité, de secondéité et de tiercéité qui sous-tendent la description des trois sous-classes de signes qui nous concernent :

On peut remarquer une progression régulière de un, deux, trois dans les trois ordres de signes icône, indice, symbole. L’icône n’a pas de lien dynamique avec l’objet qu’elle représente ; il se trouve simplement que ses qualités ressemblent à celles de cet objet, et provoquent des sensations analogues dans l’esprit pour lequel elle est une ressemblance. Mais elle n’a réellement aucun lien avec elles. L’indice est lié physiquement à son objet ; ils forment une paire organique, mais l’esprit qui interprète n’a rien à faire avec ce lien, sauf à le remarquer après qu’il est établi. Le symbole est lié à son objet en vertu de l'idée de l'esprit qui utilise des symboles, idée sans laquelle un lien de ce genre n'existerait pas (CP 2.299, trad. Deledalle).

9Ces distinctions, venant se combiner au principe d’implication gigogne, forment la base de ce qui suit. Elles nous fournissent principalement une indication précise à la fois de la « constitution » sémiotique des trois types de relations entretenues par le signe et l’objet, et de la manière dont cette constitution peut être figurée par un diagramme, et ce d’autant plus que la « progression régulière de un, deux, trois » relève des catégories dites « des formes de l’expérience », à savoir la monade (composée par définition d’un seul élément, et constituant donc la « forme » de la qualité), la dyade (composée de deux éléments, constituant la « forme » du particulier, de l’individualité, du fait réel et de l’événement existentiel) et la triade (composée de trois éléments et présentant de ce fait la « forme » de la généralité). Dans ce qui suit, nous allons étudier comment la constitution de l’icône est déterminée par l’objet dynamique, c'est-à-dire par une entité localisée à l’extérieur du signe, et comment l’icône entretient un rapport « organique » avec l’indice et le symbole dont elle devient par conséquent un constituant.

5.2 LES TROIS MODES DE LA REPRÉSENTATION

L’ICÔNE

10La planche 5.1 est la reproduction du portrait d’un révolutionnaire célèbre. Laissant l’identification de l’objet dynamique de ce signe au lecteur, nous notons dans ce cas particulier que l’objet immédiat ne saurait mériter une attention poussée : le portrait n’est pas détaillé, ce n’est qu’un simple dessin au trait, une silhouette, et les légisignes de la communication non verbale se réduisent essentiellement à l’apparence (les cheveux, le béret portant une étoile) ainsi qu’à l’expression détachée mais très reconnaissable du visage. Nous classerons l’image elle-même parmi les sinsignes, un sinsigne iconique pour plus de précisions : c’est une entité existante, mais composée seulement de lignes et de formes, ce qui en fait un signe unique.

  • 8 « La valeur d’une icône réside dans sa capacité à représenter les aspects d’un état des choses conç (...)

11Bien que celui-ci incorpore un certain nombre de qualisignes, il ne fait partie d’aucun système. La relation entre le signe et ce qu’il représente est donc nécessairement qualitative, puisqu’elle est seulement composée de lignes noires et de formes : il faut que le signe et l’objet aient au moins ces qualités en commun pour que nous soyons à même d’identifier la personne représentée, et ils sont « unis » par la relation de ressemblance. Un tel signe ne saurait en aucun cas constituer une preuve de l’existence de son objet, il ne partage que des qualités avec quelqu’un ou quelque chose8.

12Le fait que nous reconnaissions en l’objet un révolutionnaire célèbre et une icône dans plus d’un sens du terme relève seulement de l’expérience de chacun et pas du signe lui-même : un enfant ou un adolescent ne verrait certainement dans ce signe qu’un homme portant un béret, pour la simple raison que, en dépit de ce que diraient Umberto Eco, Nelson Goodman et une foule de critiques fustigeant la notion de ressemblance, c’est bien ce à quoi il ressemble. Dans un premier temps, d’ailleurs, Peirce appelait justement de tels signes des ressemblances (likenesses), mais dès 1885 il en vint à adopter le terme universellement connu mais plus polémique d’icône. La planche 5.1 est ainsi un exemple d’icône, un signe « motivé », c'est-à-dire déterminé dans sa forme par celle de l’objet qu’il représente de la façon indiquée dans la définition fournie ci-dessus (EP2 : 577) : une partie de la forme du visage du révolutionnaire se retrouve dans la configuration graphique du portrait. Il s’agit là, bien sûr, du mode de représentation caractéristique de la bande dessinée présentée au premier chapitre. Voici la définition soigneusement formulée par Peirce :

Une icône est un signe qui renvoie à l’objet qu’il dénote en vertu des caractères qu’il possède, que cet objet existe réellement ou non. Il est vrai que si cet objet n’existe vraiment pas, l’icône n’agit pas comme signe ; mais cela n’a rien à voir avec son caractère de signe. N’importe quoi, qualité, individu existant ou loi, est l’icône de quelque chose, pourvu qu’il ressemble à cette chose et soit utilisé comme signe de cette chose (CP 2.247, trad. Deledalle).

13Par définition, donc, une icône est une entité dotée de qualités ou caractères propres mais ne devient signe que lorsqu’un objet dynamique le détermine à signifier en vertu d’au moins un « caractère » ou qualité qu’il partage avec cet objet. Formulée ainsi, la définition veut tout simplement dire que l’icône, étant un signe, est le premier des trois corrélats de la sémiose, et ne comporte que des qualités, situation que nous pouvons représenter par la figure 1, au moyen des « étiquettes » q1, q2, q3… qn.

14En d’autres termes, pour mériter le nom d’icône, un signe se doit d’être composé d’au moins une qualité, telle que forme ou couleur, ou les deux comme dans le dessin de Che Guevara ci-dessus (il faut cependant bien admettre qu’un signe ne présentant qu’une seule qualité ne pourrait intéresser que le sémioticien !) ; et la qualité représentative caractéristique de l’icône est d’être telle qu’elle est, indépendamment de l’objet et de l’interprétant.

15Ainsi, dans la mesure où quelque chose présente au moins une qualité, il est à même de fonctionner comme signe, bien que ce ne soit vrai qu’à partir du moment où il se conforme à un objet et a, à son tour, déterminé un interprétant ou effet. Rappelons aussi que la qualité représentative de l’icône est, d’un point de vue catégoriel, « monadique » – elle n’implique qu’un seul corrélat, le signe – et nous avons un exemple de cette constitution monadique sur la figure 5.1, où le signe avec ses qualités propres est indiqué en caractère gras noir, alors que l’objet, l’interprétant et leurs relations avec le signe sont indiqués en gris.

L’INDICE

  • 9 Peirce aimait proposer la photographie comme l’illustration parfaite de l’indice, ne serait-ce que (...)
  • 10 Mais comme nous le verrons au chapitre sept, l’indice de type photographique s’il n’affirme rien es (...)

16Sur la planche 5.2, le lecteur reconnaîtra sans mal la photographie d’un accident de train. Selon les termes de Peirce, dans un tel cas le signe est réellement (existentiellement, physiquement) « affecté par son objet9 » : du point de vue des catégories, objet et signe relèvent tous deux de la secondéité. Cela signifie qu’un indice ne peut être associé qu’à un seul objet individuel, ou, dans le cas d’une photographie de groupe comme une photo de classe, par exemple, à un groupe ou plusieurs groupes d’individus. De plus, un tel signe est déictique, car il a pour fonction de montrer, de désigner, dans la mesure où il se rapporte à, et n’est compréhensible qu’en relation avec, un individu unique (ou groupe d’individus) dans un lieu et à un moment uniques : « l’indice n’affirme rien ; il ne fait que dire : « voici ! », il s’empare de votre regard, pour ainsi dire, et le dirige de force vers un objet particulier où il s’arrête » (CP 3.361)10.

17Cependant, et Peirce insiste là-dessus, puisque le contact physique réel entre le signe et l’objet est ce qui rend le signe indiciaire (contact auquel nous n’assistons généralement pas), afin que nous puissions reconnaître l’objet représenté par la photographie, il est nécessaire que l’indice incorpore une ou des icônes – traces laissées par ce contact avec l’objet. Dans le cas présent, le matériau iconique est une composition beaucoup plus élaborée de lignes, de formes et de couleurs que l’image de la planche 5.1, mais reste cependant une série de traces qualitatives, iconiques donc, du jeu de l’ombre et de la lumière reflétées sur les sels d’argent par la locomotive qui s’est écrasée dans le mur de la gare Montparnasse en 1895.

18Notons que ce sont justement ces traces iconiques qui nous permettent de reconnaître les objets immédiats du signe – la locomotive, les wagons, le mur, la vitre brisée, etc. – alors que l’objet dynamique est ce qui a poussé le photographe à prendre la photo : la curiosité, le désir de faire un scoop, l’étonnement etc., alors que la cause effective de l’accident, une rupture de freins, par exemple, ou une erreur humaine, n’a aucun intérêt sémiotique.

19De la même façon une empreinte de pied sur le sable, autre exemple d’indice, montre qu’un animal ou une personne est passé à cet endroit précis, mais la forme de l’empreinte elle-même, son contenu iconique, nous permettra de déterminer à qui appartenait le pied, à un chat ou un oiseau, ou comme le découvrit Robinson Crusoé, à un être humain. Il s’ensuit donc qu’un indice est également un signe motivé. Voici la définition qu’en donne Peirce en 1903, dans un passage qui suit celle de l’icône citée plus haut.

Un indice est un signe qui renvoie à l’objet qu’il dénote parce qu’il est réellement affecté par cet objet. Il ne peut être un qualisigne, puisque les qualités sont ce qu’elles sont indépendamment de tout autre chose. Dans la mesure où l’indice est affecté par l’objet, il a nécessairement quelque qualité en commun avec l’objet, et c’est eu égard aux qualités qu’il a en commun avec l’objet qu’il renvoie à cet objet. Il implique donc une sorte d’icône, bien que ce soit une icône d’un genre particulier, et ce n’est pas la simple ressemblance qu’il a avec l’objet, même à cet égard, qui en fait un signe, mais sa modification réelle par l’objet (CP 2.248, trad. Deledalle, je souligne).

20À la différence de celle de l’icône, qui est telle qu’elle est indépendamment des autres corrélats, la constitution sémiotique de l’indice est donc nécessairement composée de deux éléments, à savoir le signe et l’objet : les deux vont de pair et il ne peut y avoir l’un sans l’autre. Cette constitution est dyadique, situation que nous illustrerons au moyen de la figure 5.2, dans laquelle la seule relation marquée en caractère gras est celle qui associe les deux éléments impliqués dans la relation, c’est-à-dire l’objet dynamique et le signe.

21Le passage cité plus haut ne fournit pas seulement une définition de l'indice, il établit aussi deux points importants faisant partie de sa logique de l’icône. Premièrement, en raison du principe d’implication, Peirce a pu justifier de façon théorique la raison pour laquelle il nous est possible d’interpréter un indice tel qu’une photographie : le contact physique entre le modèle et la pellicule n’est en lui-même que brièvement observable dans le meilleur des cas et il en va de même du moment où quelqu’un pose son pied sur le sable mouillé. Néanmoins, l'« impact » du modèle sur le film ou du pied dans le sable est de nature à laisser une marque ou trace complexe mais visible qui offre une information sur « l’objet » qui l’a causée. Nous savons déjà, selon les termes de la définition, qu’une icône constituée d’un ensemble de qualités est impliquée dans l’index, faute de quoi nous serions incapables d’identifier l’objet du signe.

22Deuxièmement, Peirce affirme qu’il serait impossible à tout signe classé comme qualisigne dans la première trichotomie de fonctionner comme indice : un qualisigne est une qualité (et relève donc de la priméité), tandis que la relation entre l’indice et son objet est existentielle, c'est-à-dire qu’elle ne peut exister qu’entre des individus, et relève de ce fait d’un degré de complexité phénoménologique supérieur. En revanche, tout individu doit incorporer des qualités, faute de quoi il n’aurait pas de traits propres et serait donc imperceptible.

23C’est à ce point que le lecteur fera peut-être une objection. Comment concilier, dans les exemples étudiés au chapitre trois, la bordure rouge faisant partie du panneau routier et les maillots bleu blanc rouge qui identifient les supporters de foot avec le statut simplement qualitatif et iconique de la couleur ? Le problème est d’autant plus intéressant que la couleur rouge peut être interprétée comme le signe du danger, du feu ou du sang, c’est-à-dire comme un symbole. Or, en tant que couleur le rouge de la bordure fait partie intégrante d’un légisigne d’un type particulier, et lui fournit une partie de sa spécificité. De ce fait elle partage le statut phénoménologique et sémiotique du panneau, et c’est pour cela qu’elle peut assumer le statut de symbole. D’autre part, les couleurs du maillot des supporters sont pour eux, comme pour le supporter solitaire de l’équipe adverse, l’indice – le rouge n’y est plus symbole – de leur appartenance « tribale ». C’est ainsi que l’un des buts de la classification de 1903 est d’établir comment les trois différentes facettes d’un signe donné constituent un tout organique, logique et donc intelligible, et comment les composantes d’un signe ayant peut-être des origines phénoménologiques diverses coexistent, plutôt que la recherche de la signification de ce signe.

24Alors que dans le cas de l’icône l’existence de l’objet n’était pas un prérequis en raison de sa qualité représentative particulière, l’indice se définit précisément par le fait que son objet est nécessairement impliqué dans sa constitution sémiotique : comme le montre la figure 5.2, l’interprétant n’entre pas en jeu, bien que les indices ne puissent fonctionner en tant que signes sans déterminer un interprétant. Prenons, par exemple, des images tournées pendant la destruction de bâtiments au cours des récentes échauffourées en Palestine, Iran ou Irak et montrées à la télévision. Ce qui reste des maisons semble souvent criblé de balles, les impacts reconnaissables à leur forme circulaire (iconique, donc) et à la profondeur des trous (également iconique). Ces impacts existaient déjà avant l’arrivée des caméras de télévision ; alors qu’ils n’avaient pas encore le statut de signe ils en avaient déjà le potentiel. Avec l’arrivée des journalistes venus les fixer sur l’image ils ont généré des interprétants, et ce faisant ils ont fonctionné en tant que signes. De la même façon l’empreinte laissée par Vendredi sur le sable était là depuis quelque temps déjà mais n’est devenue indice qu’au moment où Robinson l’a aperçue. Notons à ce point que l’empreinte de Vendredi fournit de l’information mais n’affirme rien, à la différence, par exemple, d’un graffito du style « Vendredi est passé par là ! ».

25Revenant à nouveau à la définition, nous remarquons la façon dont le principe de préscission opère dans le cas de l’indice. Alors que rien ne peut être abstrait, retranché de l’icône – dans sa forme pure c’est une simple priméité – l’icône, elle, peut être abstraite de l’indice, comme c’est le cas sur la planche 5.1, où la silhouette a été prélevée sur la célèbre photo de Che Guevara par Alberto Corda. À l’inverse, la définition indique qu’un indice implique une icône, bien que d’un type « particulier ». Peirce illustre ce principe de la manière suivante : « Une photographie, par exemple, ne fait pas que déterminer (excite) une image, [elle] a une certaine apparence mais, en raison de sa connexion optique avec l’objet, elle est la preuve que cette apparence correspond à la réalité » (CP 5.557), ce qui est le cas de l’exemple montré sur la planche 5.2. Dans ce cas particulier, l’image ou apparence est formée par les éléments iconiques incorporés dans la photographie, alors que la connexion physique est la détermination existentielle réelle du signe dont l’objet dynamique complexe est un événement insolite et la volonté du photographe de le fixer pour la postérité.

26Considérons, pour terminer la description de l’indice, les quatre panneaux routiers posés sur un pont-aqueduc représentés sur la planche 5.3, à la lumière de l’exemple donné dans les illustrations du chapitre trois : ce sont tous des réalisations particulières, des répliques donc, de ce légisigne du code de la route (la différence des valeurs numériques n’ayant aucune importance sémiotique).

  • 11 On reviendra sur ce problème au chapitre sept.

27Le légisigne en question est à la fois général et unique : en revanche il « prolifère » dans les occurrences qu’il détermine, comme les quatre que nous voyons ici. Mais s’il est légisigne en lui-même, une tiercéité et donc général, son mode de représentation l’associe à un objet unique localisé dans l’ici et maintenant, une secondéité par conséquent. Comme nous l’avons vu plus haut, il convient de noter qu’en tant qu’indice le panneau incorpore non seulement du matériau iconique mais aussi du symbolique, c’est-à-dire des signes dont la signification doit s’apprendre : c’est le cas bien sûr des chiffres indiquant les différentes hauteurs sur les panneaux et aussi le cercle rouge commun aux avertissements de ce type11.

28Malgré la présence de ces éléments iconiques et symboliques, le mode de représentation des panneaux présentés sur la planche 3.8 est clairement indiciaire pour la simple raison que l’avertissement – l’objet dynamique – prend effet à partir du lieu exact où ils sont posés : « Les pouvoirs publics ont décidé qu’à cet endroit précis un véhicule d’une hauteur de plus de trois mètres soixante mais de moins de quatre mètres quarante doit circuler au centre de la route », par exemple. Pour résumer, les quatre signes visibles sur la planche sont des répliques de légisignes selon la première trichotomie et indiciaires au vu de la seconde.

LE SYMBOLE

  • 12 Ce qui veut dire que ce sont des opérateurs linguistiques mais ils n’entretiennent pas une relation (...)

29Le cas des panneaux routiers nous amène naturellement à examiner enfin la relation la plus complexe existant entre un signe et son objet, celle qui transcende l’individualité pour représenter un objet général, et qui, de par la nature des choses, est quasiment impossible à représenter de manière adéquate dans les pages d’un livre (ou sur tout autre support matériel, d’ailleurs, d’où l’intérêt de l’allégorie et des personnifications). Dans ce cas précis, puisque seules des classes sont impliquées et non pas des individus, le signe doit être appris (son objet n’est pas visible comme peut l’être un individu, et doit donc être inféré). Le symbole fonctionne par convention, par un « accord tacite » passé entre ses utilisateurs (en d’autres termes, nous sommes tous d’accord pour appeler un légisigne légisigne !). Ce qui signifie que de tels signes engagent forcément l’interprétant, car quiconque ne connaît pas encore le sens du terme légisigne ne le comprendra pas lorsqu’il le rencontrera pour la première fois, à moins de pouvoir l’inférer à partir du contexte. Les légisignes de type linguistique tels que les noms communs, les verbes, les adjectifs et les adverbes sont tous également des exemples de symboles, alors que les noms propres, les démonstratifs ou encore les pronoms personnels, par exemple, qui renvoient à des individus, relèvent tous d’une sous-catégorie des légisignes indiciaires12. Voici donc l’une des nombreuses définitions que Peirce donne du symbole :

Un symbole est un signe qui renvoie à l'objet qu'il dénote en vertu d'une loi, d'ordinaire une association d'idées générales, qui détermine l'interprétation du symbole par référence à cet objet.... Non seulement il est général lui-même, mais l'objet auquel il renvoie est d'une nature générale.... Le symbole sera, indirectement, affecté par des cas particuliers ; et par conséquent le symbole impliquera une sorte d'indice, bien que ce soit un indice d'un genre particulier (CP 2.249, trad. Deledalle, je souligne).

  • 13 Lorsque les trois corrélats participent de cette manière à la constitution d’un signe, Peirce estim (...)

30Voilà pourquoi la constitution sémiotique du symbole exige nécessairement la participation active de l’interprétant : nous devons connaître à l’avance l’objet immédiat du signe afin de pouvoir interpréter celui-ci. Lorsque ce n’est pas le cas, nous sommes contraints de l’apprendre d’abord. En revanche, nous sommes normalement capables de reconnaître presque immédiatement les éléments d’une photographie (indice) ou d’un tableau (icône), et les définitions de Peirce sont là pour expliquer pourquoi nous reconnaissons aisément le portrait d’un homme ou un train accidenté, et pourquoi nous devons tous apprendre la signification des noms communs guérillero et train. Autrement dit, la constitution sémiotique du symbole est triadique : la signification du signe doit déjà être « dans » l’interprétant. Ce qui peut se résumer ainsi sur la figure 5.3, où, pour faire la différence avec la précédente, les trois corrélats mentionnés dans la définition et la relation les associant apparaissent en caractères gras, signifiant ainsi que tous doivent participer au fonctionnement sémiotique du symbole13.

31S’appuyant sur le principe d’implication, Peirce nous explique dans la définition ci-dessus qu’un symbole contient une sorte d’indice, bien que « d’un genre particulier ». Or nous savons déjà qu’un indice incorpore une icône, d’où il s’ensuit que par transitivité un symbole contient aussi du matériau iconique (n’oublions pas que dans le cas contraire nous ne pourrions le percevoir – le symbole lui-même est parfaitement général, alors que l’indice est unique et instantané, et que seules les traces iconiques dans le signe sont perceptibles et de ce fait interprétables).

32C’est ainsi que le principe d’imbrication gigogne de la logique de l’icône permet de montrer comment un panneau routier in situ, réplique d’un légisigne indiciaire relié aux autorités administratives par son emplacement précis, est formé de certaines combinaisons de couleurs ayant chacune sa valeur propre. Le symbolisme religieux est riche de ce type de signes.

33Mais laissons de côté les symboles qui foisonnent dans l’art religieux occidental, déjà étudiés dans une multitude d’ouvrages et de dictionnaires spécialisés dans ce domaine, et prenons en revanche l’exemple de deux photographies prises à l’intérieur d’une église de Cappadoce. Il s’agit de l’église de Sainte Barbara (Barbara kilise), lieu de culte byzantin du xie siècle taillé dans le tuf, une roche volcanique poreuse caractéristique de la vallée de Göreme dans la Turquie centrale. Les images sur les planches 5.4 et 5.5 apparaissent en rouge ocré sur les murs blancs de l’église, et montrent l’influence durable de l’iconoclasme religieux du ixe siècle, bien que l’église n’ait été creusée dans la roche que deux siècles plus tard.

  • 14 On peut voir dans une autre partie de l’église des représentations plus conventionnelles, comme par (...)

34La planche 5.5 présente deux croix perlées avec, au milieu, un insecte à mi-chemin entre coléoptère et sauterelle. Puisque l’interdiction de représenter les personnages saints avec un visage humain semble avoir perduré dans la région, il est maintenant convenu que les croix représentent le Christ et la crucifixion alors que la « sauterelle » représenterait le diable14. La même influence iconoclaste est à l’œuvre dans les lignes géométriques abstraites peintes sur le mur pour mettre en relief l’architecture et la structure de l’église. À la droite de l’image on peut apercevoir la schématisation d’un scorpion, animal qui passe en Turquie et au Moyen Orient pour avoir des pouvoirs apotropaïques.

35L’image 5.5 est interprétable comme le rappel d’un passé où les Romains s’opposaient aux Chrétiens. Ils sont représentés ici sous la forme d’un coq ou d’une poule, et l’Église catholique naissante comme une jeune pousse que le coq essaie d’extirper. Il est bien évident que, quelle que soit la véracité de ces explications, notre regard du xxie siècle doit d’abord les apprendre, alors que pour les moines et congrégations de l’église du lointain xie siècle le problème se posait un peu différemment : il allait de soi pour eux, dans leur monde quotidien, que la plante représentait l’Église et le coq les Romains. Cependant cela eux-mêmes aussi avaient dû préalablement l’apprendre.

36Comment le principe d’imbrication s’applique-t-il dans ces cas concrets, et quels sont ici les indices et les icônes ? Les croix, la sauterelle, le coq et la plante fonctionnent comme des noms propres – les « cas particuliers » de la définition. Ici, sur le plan pictural, de la même façon qu’un légisigne trouve son instanciation dans ses répliques spécifiques, les symboles s’instancient dans ces indices. De plus, ce qui différencie chacune de ces quatre entités est un arrangement spécifique de lignes et de formes rouges, c'est-à-dire le matériau iconique peint sur les murs, rappelant au regard dans ce cas précis la crucifixion, une sauterelle, etc.

37Ce type d’indice, qui est l'instanciation d’un symbole, se distingue nettement de celui, plus conventionnel, qui est visible sur une autre église troglodyte de Göreme représentée sur la planche 5.6, où l’entrée de l’église est indiquée aux fidèles grâce aux croix indiciaires devant fonctionner en cela comme le signe H à l’extérieur d’un hôpital, ou la croix verte lumineuse au-dessus d’une pharmacie, ou encore un panneau routier indiquant la hauteur utile au passage d’un pont-aqueduc.

5.3 LES SIGNES DU LANGAGE

DE L’ICONICITÉ

38Il faudrait consacrer une monographie complète aux applications théoriques des principes énoncés dans la définition du symbole pour leur rendre justice, car ce que l’on appelle théorie de l’iconicité – variante contemporaine de la logique de l’icône de Peirce – est devenu maintenant un champ de recherches de la linguistique cognitive à part entière. Elle a été portée à la connaissance des linguistes lors de la parution d’un article de Roman Jakobson en 1965, dans lequel il menait à son terme la réfutation théorique des principes de la linguistique saussurienne qu’il avait commencée en 1948 dès son arrivée aux États-Unis. Dans cet article, Jakobson cherchait à familiariser un plus large public avec le principe de la motivation des signes linguistiques qu’il avait découvert dans ses lectures de Peirce et, pour appuyer cette thèse de la motivation, il proposait un certain nombre d’exemples frappants dont le plus connu est la célèbre phrase par laquelle César rapporte sa victoire à la bataille de Zéla, 47 avant Jésus-Christ : « Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu » :

(1) Veni, vidi, vici.

39Dans ce cas précis, l’ordre des propositions de l’énoncé est déterminé, « motivé », par l’ordre chronologique des événements représentés. Il y a, certes, des exemples plus proches de nous que l’histoire romaine ; en voici deux :

(2) Marie a épousé Pierre avant la naissance de leur fille.

(3) Lorsque Pierre est entré dans la pièce, Marie s’est évanouie.

40Une étude superficielle suffit à montrer que ces deux énoncés contiennent les deux indices Marie et Pierre. En tant que noms propres, ils renvoient à des individus, tout comme l’expression indiciaire leur fille, à la différence du nom commun fille qui, général, renvoie à une classe d’êtres humains.

41De plus, puisque nous savons déjà que les indices contiennent du matériau iconique, il s’ensuit par transitivité qu’un symbole comme l’énoncé (2) doit également contenir des éléments iconiques, c'est-à-dire qu’il doit incorporer des éléments formels déterminés par l’objet qu’il représente. C’est visiblement le cas en (2) et (3), dont la structure suit l’ordre chronologique : le mariage a eu lieu avant l’arrivée du bébé et, à l’inverse, Marie s’est évanouie après l’arrivée de Pierre (nous avons tendance à interpréter son évanouissement comme une conséquence de cette arrivée : post hoc, ergo...). Ainsi, l’ordre des propositions dans l’énoncé (3) reflète-il bien l’ordre des événements dans le monde extralinguistique qu’elles représentent.

42Un autre exemple simple du même principe nous est fourni par la structure actancielle des verbes. Parlant des objets « partiels » d’un verbe, c'est-à-dire de ses différents « compléments » possibles, y compris le sujet, Peirce dit des verbes transitifs : « Les objets partiels d’un verbe transitif ordinaire sont un agent et un patient. Ces caractères distinctifs n’ont rien à voir avec la forme du verbe en tant que signe, mais ils sont dérivés de la forme du fait signifié » (EP2 408). Par exemple, un verbe trivalent comme donner est trivalent non pas par fiat grammatical, mais simplement parce qu’il représente des événements impliquant un donneur, un objet donné et un destinataire. Et c’est ainsi dans l’optique peircienne que, tout comme les divers éléments perceptibles sur la photo de la locomotive accidentée, la structure actancielle d’un verbe est déterminée non par quelque programme sémique ou génétique interne, mais par le fait ou l’événement extérieur qu’il représente, et qu’il est déterminé à enregistrer comme une partie de son objet dynamique.

43Les propriétés iconiques des différentes sortes de signes verbaux constituent le matériau de base de la théorie de l’iconicité, champ qui s’intéresse à l’incorporation dans les énoncés linguistiques des phénomènes de leur énonciation et de leurs constituants phonologiques et syntactiques, et ce dans des cas nettement plus complexes que les exemples que nous avons rencontrés ci-dessus. Nous y reviendrons brièvement au chapitre suivant.

5.4 RÉSUMÉ

44Nous avons examiné cette deuxième division de Peirce dans le cadre de son embryonnaire logique de l’icône, décision justifiée par le thème général de ce livre, qui est la sémiotique visuelle. À partir des définitions et du principe d’implication nous avons pu établir les points suivants :

  • Les trois modes de représentation, fondés sur la théorie des catégories, sont respectivement la ressemblance affichée par le signe dans le cas de l’icône ; le contact physique, existentiel associant objet et signe (c’est-à-dire la contiguïté spatio-temporelle de l’objet et du signe) dans le cas de l’indice ; et, enfin, l’association du signe à l’objet par convention dans le cas du symbole.

  • Nous avons vu que la constitution sémiotique – ce n’est pas un concept de Peirce, il a été introduit ici à des fins explicatives – de chacun des trois types de signes correspond respectivement à l’une ou l’autre des catégories des formes de l’expérience, à savoir la monade (l’icône), la dyade (l’indice) et la triade (le symbole). Du fait qu'elle est constituée de ses seules qualités propres, en tant que signe l’icône est une possibilité de signification ; constitué par la relation existentielle l’unissant à l’objet, l’indice est une actualité ; en vertu de la convention qui détermine son interprétant le symbole est une généralité (et de ce point de vue il n’est pas arbitraire comme le prétendait, par exemple, John Locke). C’est ainsi que le coq et la jeune pousse de la planche 5.5 ne sont pas les éléments d’un dessin de basse-cour fait par un enfant, une icône, en somme : au contraire ils représentent graphiquement quelque chose de plus général, et relèvent de ce fait de l’ordre du symbole.

  • L’icône est donc le mode de représentation des dessins animés, des tableaux de maître et des instructions qui accompagnent, par exemple, des meubles à monter ou des appareils domestiques à installer.

  • L’indice est le mode de représentation de la photographie, des films (les films d’animation sont iconiques), des panneaux routiers et des feux de la circulation in situ, des instruments de précision et de mesure comme, par exemple, radars, thermomètres, baromètres, des reality shows à la télévision, des bulletins d’information, des prévisions météorologiques, etc.

    • 15 « Les symboles se développent… Un symbole, dès qu’il existe, se répand parmi les nations. Par l’usa (...)

    Les symboles sont d’une saisie plus conceptuelle, ayant pour objet des entités générales. Dans un texte de 1894 Peirce en propose comme exemples des mots « ordinaires » comme le verbe donner et les noms communs oiseau et mariage, ajoutant que le symbole n’a rien d’invariant : « Symbols grow », le symbole se développe ainsi au gré de l’usage et de l’expérience de ses utilisateurs15.

  • Indépendamment de leur mode d’être, chacun des trois types peut inclure les deux autres. Le mode de représentation iconique d’un plan de ville, par exemple, inclut également des indices (les noms de lieux, les coordonnées, les points cardinaux, etc.) et des symboles sous la forme de directives, etc. C’est ainsi que l’implication d’une icône dans l’indice, et de l’indice dans le symbole et, par transitivité, de l’icône dans le symbole, est l’un des principes fondateurs de la logique de l’icône : il est organique, et se justifie par les opérations de la préscission présentées dans le chapitre quatre. Plus généralement, il constitue un outil d’analyse d’une très grande importance dans l’étude des signes de tout genre, et pas seulement dans le cadre d’une sémiotique picturale.

45Enfin, revenons brièvement sur quelques cas étudiés dans un chapitre précédent. Il est maintenant évident que ce que nous voyons, par exemple, sur les planches 3.1 et 3.2, à savoir la photographie d’un campo de Venise et le dessin au trait d’une querelle entre jeunes gens, sont, en tant que signes, respectivement, un sinsigne indiciaire et un sinsigne iconique. Dans ce dernier cas, néanmoins, à l’intérieur du monde représenté nous trouvons un ensemble de répliques « iconisées » de légisignes ; autrement dit, la représentation picturale de ce qui serait dans une telle confrontation de la vie réelle un ensemble de répliques de légisignes indiciaires.

46D’autre part, nous sommes maintenant en mesure d’établir la différence entre les deux principaux types de légisignes étudiés dans cet ouvrage, à savoir les légisignes de la communication verbale et non verbale. Ceux du premier groupe sont soit des symboles – c’est le cas des noms communs, des verbes, des adjectifs et des adverbes – soit des espèces d’indices : les noms propres, les relatifs, les pronoms personnels, etc. Dans un énoncé comme Ces supporters vont se battre, par exemple, le nom commun supporter et le verbe battre sont parfaitement généraux en ce sens que leur champ d’application est quasiment illimité, et n’est pas lié à la seule situation décrite par l’énoncé : leurs objets sont généraux. Le démonstratif Ces et le pronom réfléchi se, en revanche, n’ont pas cette propriété générale : ils n’ont de champ d’application que dans la situation décrite. Il en va de même de la forme verbale vont, qui relie – indique le rapport avec – l’activité à venir à un moment repère qui se trouve dans ce cas précis être le moment ou l’énoncé est prononcé.

47À la différence des légisignes verbaux, les signaux de la communication non verbale sont tous reliés au contexte, à la situation où on les rencontre : ils sont indiciaires. Bien qu’appartenant à un répertoire général, les gestes et apparences des supporters de la planche 3.7 n’ont de signification que dans la situation représentée sur la photographie : la relation qu’ils entretiennent avec leur objet est purement existentielle. Autrement dit, l’énoncé Ces supporters vont se battre peut se dire d’un nombre illimité de confrontations similaires, alors que la photo de la confrontation ne peut représenter que cette occasion-là. Sur la planche 3.2 les éléments de ce même répertoire de signaux sont représentés graphiquement comme une querelle d’amoureux, et sont, de ce fait, iconiques. Les différences que nous pouvons déterminer sur le plan informationnel entre l’énoncé que nous venons d’étudier, la photographie de la confrontation et l’image des amoureux seront le thème principal du chapitre sept. En attendant, nous pouvons ajouter au tableau 5.1 les trois sous-classes de la deuxième trichotomie.

5.5 SUGGESTIONS DE LECTURE

48Le statut sémiotique de la ressemblance est un concept théorique qui, avec des adversaires comme Umberto Eco et Nelson Goodman, a hanté la sémiotique tant visuelle que générale pendant une génération. Il peut sembler aujourd’hui inconcevable que des autorités aussi renommées aient pu nier la ressemblance comme principe de représentation, comme s’ils pensaient que la photographie de leur mariage ou celle de leur passeport n’avaient d’autre valeur que leurs qualités plastiques. Pour se faire une idée de la complexité du débat aux yeux des non-peirciens, le lecteur pourra consulter la troisième partie de Sonesson (1989). Dans sa préface, l’auteur décrit son ouvrage comme une « chronique d’erreurs et d’idées fallacieuses » et, effectivement, les arguments proposés contre l’idée d’une représentation par ressemblance y sont exposés dans tout leur ridicule. Sonesson n’est pas peircien, mais plutôt un franc-tireur de la sémiotique, et la conception de l’iconicité développée dans ce livre n’aurait peut-être pas tout son aval. Néanmoins, son étude constitue une excellente appréciation indépendante de l’idée géniale de Peirce.

49Les textes se rapportant à la théorie de l’iconicité proprement dite sont beaucoup trop nombreux pour être mentionnés ici de façon détaillée, et pour donner au lecteur une idée des controverses que le sujet peut susciter, je citerai seulement Jakobson (1966), qui fut le premier texte à présenter la théorie des icônes de Peirce à un vaste public de linguistes, et, en anglais, Jappy (1999) qui commence par un résumé historique des vicissitudes théoriques rencontrées par le mouvement au cours des vingt premières années de son existence.

Notes

1 Il y a eu un certain flottement dans les traductions françaises de l’« index » peircien, certains auteurs optant pour le terme d’« indexe ». Je retiens ici celui qu’a proposé Gérard Deledalle.

2 Pour Peirce la ressemblance est simplement l’identité d’au moins un élément commun à l’objet et au signe. Cf. CP 1.388.

3 Mitchell, 1986, p. 179.

4 « Le type le plus achevé du symbole est celui qui marque une croissance, un développement autonome de la pensée, et c’est de celui-là seul qu’on peut construire une représentation cinétique ; et en conséquence, le problème central de la logique sera de dire si oui ou non une pensée donnée est, c'est-à-dire apte à être, le développement d’une autre… et il me semble que dans l’état présent de notre connaissance des signes, toute la doctrine de la classification des signes, et de ce qui est essentiel à un type de signe donné, doit être étudié par un groupe de chercheurs. J’étendrai donc la logique pour qu’elle embrasse tous les principes nécessaires de la séméiotique, et je reconnais une logique des icônes, une logique des indices, et aussi une logique des symboles » (CP 4.9).

5 Cf. « Le sens d’un mot, sa forma (ce qui constitue le mot), a été décrit comme la relation du mot avec l’objet signifié. Cette relation est mentale et reflète ou consignifie donc le concept que l’esprit se forge de l’objet. Le sens a deux composantes : le significatum et le consignificatum. Ils sont attribués au mot par deux impositions consécutives » (Pinborg 1976, p. 256).

6 Dans un cas comme celui-ci, où le signe, l’objet et l’interprétant sont tous des qualités, le signe est forcément un qualisigne

7 Comme nous le voyons cependant au chapitre six, la priméité est toutefois sujette à un traitement catégoriel.

8 « La valeur d’une icône réside dans sa capacité à représenter les aspects d’un état des choses conçu comme s’il était purement imaginaire » (CP 4.448). Il est à noter que pour Peirce notre connaissance collatérale du genre nous amène à considérer un portrait « posé » comme l’effet du modèle sur l’artiste et se trouve dans une relation existentielle avec ce modèle. Cf. CP 2.92.

9 Peirce aimait proposer la photographie comme l’illustration parfaite de l’indice, ne serait-ce que parce que la lentille de l’appareil ne pouvait créer à cette époque de la photographie argentique un objet non existant, preuve que la relation qu’entretient l’objet avec le signe est bien existentielle.

10 Mais comme nous le verrons au chapitre sept, l’indice de type photographique s’il n’affirme rien est néanmoins plus « informatif » qu’une icône.

11 On reviendra sur ce problème au chapitre sept.

12 Ce qui veut dire que ce sont des opérateurs linguistiques mais ils n’entretiennent pas une relation existentielle avec leur objet comme c’est le cas pour une photographie. Il s’agit au contraire d’une fonction référentielle qui se répète à chaque nouvelle occurrence. Ils sont donc indiciaires dans la mesure où ils indiquent et renvoient à un antécédent dans le discours ou à un référent dans le monde extralinguistique, mais à la différence d’une photographie, ce n’est jamais forcément le même. Dans CP 2.285 Peirce les définit comme sous-indices. « Les sous-indices ou hyposèmes sont des signes qui deviennent tels en raison d’un rapport réel avec leur objet. Ainsi, un nom propre, un démonstratif personnel ou un pronom relatif ou encore une lettre sur un diagramme, sont capables de dénoter quelque chose grâce à une connexion réelle avec leur objet mais aucun n’est un indice car il n’est pas un individu ». Autrement dit, l’indice entretient une relation avec un objet individuel unique alors que les pronoms et démonstratifs endophores, par exemple, ne renvoient qu’à du texte.

13 Lorsque les trois corrélats participent de cette manière à la constitution d’un signe, Peirce estime que celui-ci est « authentique ». Le symbole est de ce fait authentique, alors que l’indice et l’icône sont « dégénérés » au sens mathématique du terme.

14 On peut voir dans une autre partie de l’église des représentations plus conventionnelles, comme par exemple, celles de sainte Barbara dans sa tour et de saint Georges en train de tuer le dragon.

15 « Les symboles se développent… Un symbole, dès qu’il existe, se répand parmi les nations. Par l’usage et l’expérience, sa signification se développe. Des mots comme force, loi, richesse, mariage ont pour nous des significations très différentes de celles qu’elles avaient pour nos ancêtres barbares » (CP 2.302, trad. Deledalle).

Table des illustrations

Légende Planche 5.1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 5.1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Planche 5.2
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 5.2
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Planche 5.3
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 5.3
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Planche 5.4
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Planche 5.5
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Plance 5.6
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Tableau 5.1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1733/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search