Version classiqueVersion mobile

Regards sur le poème muet

 | 
Tony Jappy

Chapitre deux. Des signes et des choses

Texte intégral

  • 1 Lettre à Lady Welby du 23 décembre 1908, in Peirce 1978, p. 56 (trad. Deledalle).

Sachez que depuis le jour où, à l’âge de douze ou treize ans, je ramassais dans la chambre de mon frère aîné un exemplaire de la Logique de Whately et lui demandais ce qu’était la logique et où, ayant reçu une réponse simple, je me jetais sur le sol et me plongeais dans sa lecture, il n’a plus jamais été en mon pouvoir d’étudier quoi que ce fût – mathématiques, morale, métaphysique, gravitation, thermodynamique, optique, chimie, anatomie comparée, astronomie, psychologie, phonétique, économie, histoire des sciences, whist, hommes et femmes, vin, métrologie, si ce n’est comme étude de sémiotique1.

1Peirce, on le voit ici, a fait reposer sa conception du signe non pas sur le signe linguistique mais sur la logique, se démarquant ainsi d’autres théories des signes. Tout son travail de sémiotique, qui s’est appliqué à un nombre de champs impressionnant, il l’a fait en logicien, préoccupé de mettre en lumière la nature de la connaissance et notre façon de l’acquérir plutôt que de livrer de quelconques recettes de lecture. Un lien étroit unit cette conception de la sémiotique à un champ de recherches épistémologiques plus vaste qui se donne pour but la production de théorèmes généraux de la connaissance et de la découverte scientifique dans lesquels s’impose la prééminence du raisonnement. Cette relation entre logique et sémiotique sera donc étudiée en début de chapitre avant que nous abordions les diverses définitions du signe et la terminologie originale dans laquelle il a formulé cette théorie des signes et de leur fonctionnement. L’étude de diagrammes complémentaires, indispensable à la compréhension de la conception du fonctionnement des signes chez Peirce suivra juste avant une discussion de problèmes techniques rencontrés en cours d’exposition. Le lecteur gagnera à y revenir également plus tard lorsqu’il aura assimilé les notions de base.

2.1 SÉMIOTIQUE ET LOGIQUE

  • 2 CP 2.227, traduction de Gérard Deledalle. Les citations provenant des Collected Papers indiquent le (...)

La logique, dans son sens général, comme je crois l’avoir montré, n’est qu’un autre nom de la sémiotique (σημειϖτικη) la doctrine quasi nécessaire ou formelle des signes. En décrivant cette doctrine comme « quasi nécessaire » ou formelle, je veux dire que nous observons les caractères des signes que nous connaissons et que de cette observation, par un processus que je n’aurai pas d’objection à appeler abstraction, nous sommes conduits à des énoncés, éminemment faillibles, et par conséquent en un sens nullement nécessaires, concernant ce que doivent être les caractères de tous les signes utilisés par une intelligence « scientifique », c’est-à-dire une intelligence capable d’apprendre par expérience2.

  • 3 Il serait peut-être injuste d’inclure Barthes dans cette remarque. Il fut, plus que tout autre, con (...)

2Que devons-nous entendre, dans une discussion du signe, par « logique » ? Considérons par exemple la définition que donne le logicien américain Stephen Kleene : « La logique a la fonction importante de dire ce qui découle de quoi » (1967 : 3). Ceci nous amène immédiatement à une conception dynamique de l’action des signes et de l’interprétation, et illustre l’importance du nombre dans une discussion de la sémiologie et de la sémiotique. En effet, vu sous l’angle de la logique, le fonctionnement d’un signe ne peut être considéré comme une suite d’associations dyadiques de signifiants et de signifiés, du type préconisé par Culler et attribué aux « chasseurs », mais comme le mouvement dynamique du raisonnement qui, pour Peirce, comme pour Hegel avant lui, comporte trois moments ou étapes, dont l’un est constitué par le signe3.

3De plus, le signe lui-même ne peut être compris ou défini indépendamment de ce processus et de ses deux autres corrélats. Reconnaissant ainsi sa dette envers saint Thomas, Peirce définit ce processus cognitif – la ratiocination – comme l'« opération par laquelle la raison procède du connu vers l’inconnu » (CP 4.45). Par ratiocination Peirce désigne tout simplement le raisonnement, c'est-à-dire la façon dont nous arrivons à donner un sens à ce qui pouvait d’abord paraître obscur ou inexplicable : par exemple la façon dont vous, lecteur, avez cherché au départ à donner un sens à la bande dessinée « muette » présentée au premier chapitre… Puisque, pour Peirce, le raisonnement ne peut être accompli que par le truchement des signes, il s’ensuit que notre seule façon d’acquérir des connaissances nouvelles est forcément au moyen des signes. Ceci entraîne d’importantes implications sur la nature d’un signe, et nous amènera à étudier dans les chapitres à venir la façon dont Peirce les a identifiés et classés.

2.2 REVUE DE DÉTAILS…

4Or cette conception de la ratiocination informe les nombreuses définitions du signe que Peirce n’a cessé d’élaborer au cours de sa vie, et nous constaterons que celles-ci sont toujours « triadiques » : elles impliquent trois termes ou corrélats entretenant entre eux une relation stricte où le premier élément « représente » le second à un troisième. Marty (1990) reproduit en annexe soixante-seize textes de Peirce écrits pendant une période allant de 1865 à 1911, où apparaissent plus ou moins explicitement des définitions du signe. En les examinant de près, on s’aperçoit qu’avec une remarquable cohérence presque toutes ces définitions comportent les trois mêmes éléments, conduisent à une acquisition plus ou moins consciente d’une connaissance, et impliquent toutes ce dynamisme fondamental de la ratiocination, à savoir l’action des signes, ou encore, ce que Peirce, de façon technique, appelle la sémiose. Les deux définitions « naïves », c’est-à-dire non-formelles, qui suivent sont des variantes de cette façon de concevoir le processus sémiotique.

L’ACTION DU SIGNE

[Un signe] est un moyen de faire entrer dans notre esprit quelque chose qui lui est extérieur (CP 1.339).

Un signe est quelque chose dont la connaissance ajoute à notre connaissance (CP 8.332).

5La préoccupation philosophique majeure de Peirce, tout comme celle de Kant, était d’expliquer comment se développe notre connaissance scientifique, c’est-à-dire une connaissance du monde qui peut être démontrée comme valide. S’inscrivant ainsi dans une longue lignée de penseurs, il se donnait pour mission de réfuter la doctrine du scepticisme, idée d’origine helléniste qui fit fureur en Europe au cours du xvie siècle avec la traduction en latin d’un traité prétendant que notre connaissance du monde ne peut jamais être absolument certaine. La contribution de Peirce à ce débat était d’affirmer que notre connaissance s’acquiert et se partage avec les autres, grâce aux signes. En effet, la théorie pour laquelle il est le plus connu, son pragmatisme, peut se concevoir comme une théorie très élaborée du rôle que joue l’inférence, classe de signes complexes, dans l’acquisition de la connaissance et la compréhension des concepts de la science. La sémiotique apporte donc à sa théorie du pragmatisme bon nombre de ses définitions fondamentales.

6Les exemples relativement simples proposés plus haut suggèrent de quelle façon les signes contribuent à l’acquisition de la connaissance, et illustrent en même temps la nature triadique de la relation à laquelle ils participent. Le premier met en avant le fait important que, si on laisse de côté le problème posé par le rôle que joue l’esprit dans ce processus, les signes quant à eux doivent bel et bien transiter par un monde perceptible, accessible aux sens. Le second affirme que la connaissance s’acquiert au moyen des signes. Considérons à présent cette autre définition plus explicite datant de 1908. Remarquons la présence des trois corrélats, expressément nommés cette fois-ci :

  • 4 Extrait d’une lettre à Lady Welby, datée le 23 décembre, 1908 (pour en simplifier la lecture j’ai o (...)

Il est bien sûr indispensable de commencer par une analyse large et précise de la nature d’un signe. Je définis un signe comme tout ce qui est déterminé par quelque chose d’autre, appelé son objet, qui détermine un effet sur une personne, ce que j’appelle l’interprétant, de telle façon que ce dernier est ainsi déterminé médiatement par le premier. Mon insertion de « sur une personne » est comme un gâteau jeté à Cerbère, car je désespère de faire mieux comprendre ma conception plus large. Je reconnais trois univers qui se distinguent par trois modalités de l’être4.

7Par cette formulation, à première vue intimidante, Peirce indique simplement que le signe agit en médiateur entre ce qu’il représente, son objet, et l’interprétant qui est l’effet qu’il produit sur la personne qui l’interprète. Soulignons ici que l’interprétant est bien l’effet produit par le signe et non pas celui qui l’interprète. Ainsi, le « gâteau jeté à Cerbère » traduit l’exaspération que ressent Peirce en devant abandonner pour un temps la logique et sa conception « plus large » du signe, et se référer à des notions d’ordre psychologique tel que le concept de « personne », pour se faire mieux comprendre. Il était en effet convaincu que le développement de la pensée et de la connaissance était un processus collectif et interpersonnel qui transcendait les individus.

8Un simple exemple pour illustrer le fonctionnement du processus de l’action du signe. Considérons le panneau circulaire représentant une cigarette traversée par une barre en diagonale, dont le but est l’interdiction gouvernementale de fumer dans les lieux publics. Ces affiches fleurissent à présent à l’entrée de tous les bâtiments publics, et lorsqu’un fumeur s’approche, cigarette aux lèvres, ce qu’il fait en voyant l’une d’elles est bien l’effet que le signe a sur lui. Il peut, par exemple, éteindre sa cigarette, ou faire un bras d’honneur dans la direction du panneau et s’en éloigner, ou encore continuer à fumer comme si de rien n’était à l’intérieur du bâtiment. Puisque deux personnes n’occupent jamais le même espace en même temps et qu’en conséquence deux personnes ne peuvent avoir la même expérience du monde, il s’ensuit que différents interprètes interprèteront un signe différemment, chacun d’entre eux, comme le fumeur, selon son humeur du moment. Cet exemple est certes banal mais il illustre un aspect crucial de cette sémiotique : le signe peircien est non-déterministe. Il ne peut y avoir aucun effet strictement prédéterminé d’un signe sur son interprète, ce qui va évidemment à l’encontre des attentes de celui qui a produit le signe (qui généralement, tout comme les officiers dans les exemples ci-dessous, produit ce signe dans le but d’induire un effet bien précis sur un autre), et tant que le signe n’a pas produit d’effet il est bien difficile de savoir ce que sera cet effet. Voici deux exemples du fonctionnement de la sémiose, inspirés de la vie militaire et fournis par Peirce lui-même.

Si un colonel tend un papier à son ordonnance et lui dit : « Allez immédiatement porter ceci au capitaine Hanno » et si l’ordonnance s’exécute nous ne disons pas que le colonel était sincère. Nous disons que l’ordonnance était obéissante puisque ce n’est pas la conduite de l’ordonnance qui a déterminé ce qu’a dit le colonel mais ce sont les paroles du colonel qui ont déterminé la conduite de l’ordonnance (CP 5.554).

9Et

Supposons, par exemple, qu’un officier commandant un peloton ou compagnie d’infanterie donne l’ordre « Reposez… arme ! » Cet ordre est bien entendu un signe. Cette chose qui est la cause d’un signe en tant que tel est appelé l’objet (dans le langage ordinaire, l’objet « réel », mais plus exactement l’objet existant) représenté par le signe : le signe est déterminé à quelque espèce de correspondance avec cet objet. Dans le cas présent, l’objet que l’ordre représente est que l’officier veut que la crosse des mousquets repose sur le sol (CP 5.473, trad. Deledalle).

10Ici aussi, nous reconnaissons la structure à trois termes des ordres donnés aux soldats et à l’ordonnance : dans les deux cas, l’ordre constitue bien sûr le signe, la volonté respective des officiers est l’objet qui initie chaque processus, alors que la réaction de l’ordonnance et de la compagnie d’infanterie en constitue l’interprétant. Cependant, le deuxième exemple démontre en plus un point important, à savoir qu’au cours de la sémiose le signe est d’une certaine façon « déterminé à quelque espèce de correspondance » avec son objet. En d’autres termes, la nature de l’objet détermine la structure du signe. Nous pourrions également formuler ce principe de la manière suivante : quelle que soit la structure du signe, elle lui est toujours transmise sous une forme plus ou moins perceptible par son objet. Un simple exemple illustre ce principe : le premier cas de sémiose fourni ci-dessus contient un ordre qui donne au signe une forme injonctive : « Allez immédiatement porter ceci.... ». Si en revanche le colonel avait désiré recevoir des renseignements plutôt que se faire obéir, il aurait en toute probabilité posé une question. Si, au contraire, le colonel avait voulu communiquer une information à l’ordonnance, il est vraisemblable que la syntaxe de la phrase aurait été déclarative.

11Dans le cas de la vignette B sur la planche 2.1, il semble évident que l’effet ou interprétant du signe est la réaction du personnage masculin, réaction que notre expérience du monde nous a appris à reconnaître et qui est véhiculée par les trois canaux de communication identifiés plus haut : l’expression de surprise sur son visage, le phylactère contenant l’exclamation, enfin l’effet de surprise rendu par le dessinateur sous la forme du halo en dents de scie entourant la tête et les épaules pour signaler un mouvement de recul. Puisqu’il marque sa surprise lorsque la jeune fille enlève sa perruque et ses lunettes, on en déduit que cela, ajouté à l’explosion de colère de la jeune fille, correspond au signe complexe qui déclenche sa réaction.

  • 5 Par le terme « détermination », Peirce entend simplement le processus qui rend une chose différente (...)

12Ce qui a amené la jeune fille à retirer sa perruque et ses lunettes est l’objet de ce signe particulier, et il a son origine dans la vignette A : c’est la déception et la colère qu’elle ressent en comprenant que son bien-aimé a trahi sa confiance puisqu’il vient de répondre à la « Suédoise » qu’il n’a pas de petite amie attitrée. Tout cela constitue l’objet du signe présenté dans la vignette B. Pour le personnage masculin, dans son monde « de l’autre côté de la vitre », c’est la colère de sa petite amie qui entraîne cette explosion. Prises ensemble, déception, explosion de colère et réaction de surprise constituent dans cet ordre un exemple de la sémiose, clairement illustrée dans la transition entre les vignettes A et B. Et, sur l’ensemble de la bande dessinée et avec des moyens techniques dont ne disposait pas Lessing, on peut concevoir cette activité sémiotique comme une véritable chaîne de déterminations5.

13Mais le lecteur aura compris que la nature de la sémiose illustrée sur la planche 2.1 est forcément plus complexe, car d’un autre côté, nous savons bien sûr que les intentions moralisatrices de l’auteur constituent l’objet qui est également à l’origine de ce signe. Par conséquent, les quelques définitions fournies jusque-là sont trop simples et insuffisantes pour analyser efficacement un signe, qu’il soit pictural ou pas. En 1904, Peirce allait affiner ses premières définitions du signe dans une lettre à sa correspondante en Angleterre, Lady Victoria Welby, dans laquelle il fait allusion à deux objets et trois interprétants, et nous y reviendrons plus loin dans la section 2.3. Examinons en attendant deux façons complémentaires de représenter le processus sémiotique.

DEUX DIAGRAMMES DE LA SÉMIOSE

14Le principe général qui est à l’œuvre dans la sémiose peut être illustré schématiquement au moyen de la Figure 2.1, où les flèches indiquent le sens de la détermination, le « flux de la détermination » pour ainsi dire, allant de l’objet à l’interprétant par le biais ou truchement du signe. La ligne interrompue entre l’objet et l’interprétant marque l’impossibilité d’une relation immédiate entre ces deux corrélats, c'est-à-dire une relation qui ne passerait pas par l’intermédiaire du signe, comme par exemple le genre de relation qui pourrait exister dans quelque théorie fantaisiste de la télépathie.

15En revanche la ligne horizontale pleine séparant le signe à la fois de l’objet et de l’interprétant met en lumière le fait que, pour être perçu, le signe doit intégrer le monde existentiel – celui des crêtes et des creux provoqués dans l’air par la vibration des cordes vocales dans le cas de la langue parlée, ou celui des traces d’écriture sur une lettre ou un manuscrit, par exemple – tandis que l’objet et l’interprétant appartiennent quant à eux au monde plus complexe et général de la pensée et de la volonté. Ce dernier aspect de la sémiose, à savoir les différences de complexité concernant l’objet et l’interprétant d’une part et le signe de l’autre, est une détermination de l’écologie des signes et fera l’objet d’une réflexion plus poussée au chapitre six.

16On voit bien ici comment fonctionne l’interdiction de fumer examinée plus haut : la volonté des pouvoirs publics d’empêcher la consommation du tabac dans les lieux publics constitue l’objet au sens peircien des panneaux d’interdiction placés à l’entrée et à l’intérieur de ces mêmes lieux. Dans ce cas, les panneaux constituent quant à eux les signes, et ont leur existence propre – on peut les individualiser, les tordre, les casser, les couvrir avec une housse, gribouiller des graffitis dessus, etc. En revanche, alors que les panneaux sont placés de la sorte afin de modifier le comportement des fumeurs, et que l’interprétant visé est leur intégration et l’acceptation de l’interdiction par ces mêmes fumeurs, il est impossible de déterminer à l’avance ce que va être en réalité leur réaction : un bras d’honneur, l’acquiescement, le maintien de la cigarette aux lèvres, etc. Tout ce que nous savons est que, quelle que soit la réaction provoquée, le « message » véhiculé par le panneau d’interdiction aura été intériorisé, transformé en un élément de cognition appartenant au même « monde » cognitif que la volonté des pouvoirs publics, qui a déclenché le signe. Et il en va évidemment de même des ordres donnés par les officiers et du comportement de l’ordonnance et du peloton des deux exemples militaires fournis par Peirce : ces ordres appartiennent forcément au monde existentiel qui fournit le moyen de les communiquer, à savoir l’air que nous respirons, alors que l’objet et l’interprétant dans chaque cas relèvent du monde de la pensée.

LA SÉMIOSE CONTINUE

17Revenons à la bande dessinée. Nous constatons en nous appuyant sur tout ce qui vient d’être dit qu’elle illustre aussi deux aspects supplémentaires et cruciaux de la sémiose : les signes ne peuvent tout simplement pas exister hors d’un contexte, et le processus d’interprétation ne s’arrête vraiment jamais. L’image de l’héroïne triste, ou préoccupée, dans la dernière vignette de la planche 1.3, reproduite et étudiée plus loin comme planche 2.2, n’est que la dernière étape de cette chaîne sémiotique particulière, une chaîne de signes et d’interprétants, qui a débuté sur le quai de la gare dans la première vignette. D’une vignette à l’autre, ce qui constitue le signe principal dans la première détermine l’interprétant dans la seconde, qui devient ensuite à son tour signe et détermine un autre interprétant, ainsi de suite dans une séquence qui ne se termine que dans la dernière vignette au moment où nous la lisons. Nous voyons alors que l’objet réel de cette séquence d’images est en fait la conception personnelle de l’auteur concernant le problème complexe de la confiance et de la trahison, autour desquels s’organise ici une variante du mythe masculin-féminin au xxe siècle. De la même façon, l’interprétation de cette bande dessinée et des intentions morales de l’auteur, déjà été étudiées et analysées aux années soixante dans des collèges, continue quarante ans plus tard dans les pages d’une introduction à la sémiotique ! Et bien entendu, ce processus interprétatif ne se limite pas aux seuls signes iconographiques. Prenons par exemple cet extrait d’un roman célèbre :

Les lieux que nous avons connus n'appartiennent pas qu'au monde de l'espace où nous les situons pour plus de facilité. Ils n'étaient qu'une mince tranche au milieu d'impressions contigües qui formaient notre vie d'alors ; le souvenir d'une certaine image n'est que le regret d'un certain instant ; et les maisons, les routes, les avenues, sont fugitives, hélas, comme les années.

18Ces phrases situées à la fin du roman de Proust, Du côté de chez Swann, ne sont que les dernières dans une chaîne de signes/interprétants écrits qui commence plus de cinq cents pages plus tôt par cette assertion lapidaire et désormais célèbre : « Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n'avais pas le temps de me dire : ‘Je m'endors’ ».

19Chaque phrase successive joue le rôle d’interprétant dans une chaîne interrompue, et intègre de manière logique le contenu de celles qui précèdent – y compris le contenu des modifications opérées sur cette histoire au cours de sa longue gestation – devenant tour à tour un signe pour la phrase suivante, tandis que l’objet de cette série complexe de signes est évidemment le ou les objectifs que s’est donné Marcel Proust en l’écrivant. Et depuis sa publication il y a presque cent ans, l’histoire n’a jamais cessé de susciter diverses interprétations et discussions dans des publications, dans le cadre privé ou encore universitaire. Qui plus est, cette première phrase, qui est pour le lecteur le début de l’histoire, n’est en fait que la partie visible d’une sorte de pyramide inversée de révisions, de ratures et de rajouts qui s’est développée de manière presque exponentielle depuis la conception initiale de l’histoire par son auteur.

  • 6 Certains spécialistes ne seraient pas d’accord avec moi sur ce point. Voir, par exemple, Short (200 (...)

20Ce principe – souvent cité comme une « sémiose illimitée », bien que Peirce n’ait jamais utilisé l’expression lui-même, et à laquelle on peut préférer celle de « sémiose continue » – se retrouve clairement dans une nouvelle définition du signe, datée de 1902 : « Un signe est tout ce qui détermine autre chose (son interprétant) à renvoyer à un objet auquel il renvoie lui-même (son objet) de la même façon, l’interprétant devenant à son tour un signe et ainsi de suite à l’infini » (CP 2.303). Il s’ensuit que, afin de représenter la continuité dynamique de la sémiose, le diagramme de la figure 2.1 appelle un complément, à savoir la figure 2.2, dans laquelle O, S et I indiquent respectivement l’objet, le signe et l’interprétant, chaque interprétant devenant à son tour le signe pour un nouvel interprétant, (I1 = S2) suivi de (I2 = S3) par exemple, et ainsi de suite à l’infini6, comme le remarque Peirce :

21Cette formule reproduit clairement le mouvement d’image en image dans la bande dessinée étudiée au cours du premier chapitre, et dans les phrases successives de Du côté de chez Swann, et, par la même occasion, le principe de continuité qui fonde la sémiose nous permet de résoudre le problème qui préoccupait Lessing, à savoir la représentation évolutive des « corps » au cours d’une certaine période de temps. Terminons cette discussion avec un exemple de sémiose continue plus caractéristique de notre monde contemporain : la plupart des quotidiens disponibles en ligne offrent au lecteur la possibilité de réagir et de commenter par ordinateur interposé les divers articles publiés au jour le jour, et les méandres discursifs, souvent agressifs et pas toujours pertinents, de ces suites de commentaires offrent une image assez saisissante de la manière dont un journaliste met inconsciemment en œuvre le principe décrit par Peirce.

2.3 APPROFONDISSMENTS

SIGNE OU REPRESENTAMEN ?

  • 7 Voir Deledalle, 1990, p. 23-28, pour une discussion des hésitations et changements d’opinion de Pei (...)

22Tout lecteur quelque peu familier avec la théorie de Peirce n’aura pas manqué de remarquer que certains spécialistes préfèrent le terme representamen à celui de signe. Quant à Peirce lui-même, sa pratique n’est pas toujours cohérente dans ce domaine : bien que toutes les définitions parlent de signe, il le remplace quelquefois dans ses discussions de la sémiotique par representamen7. Le terme representamen, qui apparaît dès ses premières publications, trouve sa justification théorique dans sa conception des relations triadiques, c’est-à-dire les relations nécessaires et irréductibles unissant trois corrélats distincts et séparés. Une illustration simple est fournie par la valence triadique de verbes français usuels comme donner et raconter, par exemple, mettant en œuvre un sujet, un complément d’objet direct et un complément d’objet indirect, tous nécessaires à un énoncé qui reproduit fidèlement les objets qu’il représente : on donne quelque chose à quelqu’un et on lui fournit, dans le cas de raconter, une information. Cela peut sembler au départ un problème mineur, mais Peirce voyait dans sa théorie des relations triadiques un levier permettant de mieux saisir le fonctionnement interne de « phénomènes » divers dans les domaines de la logique et de la physique. Prenons, par exemple, le problème suivant, trivial certes, mais qui a l’avantage d’être facile à comprendre : comment peut-on déterminer non intuitivement, c’est-à-dire de façon logique, laquelle est sa main droite ? Peirce affirme que logiquement il s’agit d’une relation associant trois éléments :

Prenez en physique n’importe quel fait de nature triadique. Je veux dire par là un fait qui ne peut être déterminé que par une référence simultanée à trois choses…. Ainsi, votre main droite est celle qui est vers l’est quand vous regardez vers le nord en ayant la tête vers le zénith. Trois choses, l’est, l’ouest et vers le haut sont nécessaires pour définir la différence entre droite et gauche (CP 1.345).

23La distinction établie par les physiciens entre vélocité et accélération nous fournit un autre exemple de phénomène triadique tiré, cette fois-ci, d’un champ scientifique autrement plus complexe. Alors que la vélocité est l’expression d’une simple relation dyadique informant le déplacement d’un corps entre deux positions en fonction du temps, l’accélération – le lecteur se rappelle sûrement la formule compliquée de ses années d’études – est un phénomène d’un ordre supérieur, qui met en jeu trois corrélats puisqu’elle mesure le changement en fonction du temps, non pas de position, mais de vélocité. L’action des signes – la sémiose – insiste Peirce, tout comme l’accélération et la définition de la différence entre main droite et main gauche, est également triadique.

24Puisque les trois corrélats impliqués dans ces relations sont séparés et distincts, ils requièrent une définition et un nom, et Peirce propose avec une simplicité désarmante un moyen de les différencier fondé sur la notion de complexité. Il suggère en effet que dans toute relation authentiquement triadique, si l’un des corrélats est moins complexe que les deux autres, c’est celui qui constitue le representamen, le premier terme de toute relation triadique. Dans le même ordre d’idées, si l’un des trois corrélats est plus complexe que les deux autres il le définit comme l’interprétant, le troisième terme donc. Enfin, si l’un des trois corrélats est de complexité « moyenne », ce sera lui l’objet de la relation et, par conséquent, le second terme. Dans ce contexte, un signe est défini comme un representamen possédant un interprétant mental, une cognition de l’esprit, dit Peirce (CP 2.242). Ce qui revient à dire que le signe est le cas spécifique où le representamen produit un effet sur un interprète animé, et plus intéressant encore, un interprète humain. Il s’ensuit donc que les signes sont simplement une classe hautement spécifique de representamens : tous les representamens ne sont pas des signes, mais tous les signes sont des representamens. Ceci nous conduit logiquement à une autre définition importante du signe, datée de 1902, qui intègre les principes examinés ci-dessus :

Un signe ou representamen, est un premier qui entretient avec un second appelé son objet, une relation triadique si authentique qu’il peut déterminer un troisième, appelé son interprétant, à entretenir avec son objet la même relation triadique qu’il entretient lui-même avec ce même objet. Cette relation triadique est authentique, c'est-à-dire que ses trois membres sont liés ensemble par elle de telle façon qu’elle ne se ramène pas à un quelconque complexe de relations dyadiques (CP 2.274, trad. Deledalle).

  • 8 Par exemple, Lefebvre (2007), dans une vue d’ensemble par ailleurs très intéressante du système pei (...)

25Au cours de la sémiose, le signe détermine l’interprétant à entrer dans la même relation avec l’objet que celle qui existe entre l’objet et lui-même. C’est là ce que Peirce entend par l’action du signe, autrement dit la sémiose. Ceci nous amène à envisager un dernier aspect de la nature du rapport signe et representamen : dans certaines présentations de la sémiotique peircienne, le signe est confondu avec la sémiose, comme si c’était le signe lui-même qui était composé de trois « satellites », le representamen, l’objet et l’interprétant8. Or, ceci n’est nullement le cas, comme le montrent clairement les nombreuses définitions fournies ci-dessus : un signe n’est rien d’autre qu’une espèce de representamen, c'est-à-dire l’élément le moins complexe de la sémiose, mais devant solliciter un interprète animé et donc un interprétant mental, et déterminé dans sa façon d’être par un objet indépendant de lui.

DEUX OBJETS

26L’objet tel que Peirce le définit est sans doute le concept le plus étranger aux théories contemporaines néo-saussuriennes, poststructuralistes du signe et, dans le cadre d’une théorie de la sémiotique des signes picturaux, son statut est particulièrement éclairant : comme nous l’avons vu au chapitre précédent, alors que les mots d’un texte appartiennent simultanément à l’espace commun à l’auteur et au lecteur, seul le cadre appartient à l’artiste graphique et à l’observateur du signe pictural, puisque ce qui se trouve de l’autre côté de la vitre, pour reprendre l’expression de Meyer Schapiro, constitue l’espace en trois dimensions propre aux seuls protagonistes. Néanmoins, la conception peircienne de l’objet du signe s’accommode particulièrement bien de cette situation en apparence équivoque.

27Considérons la planche 2.2. C’est une évidence de dire qu’à un premier niveau cet arrangement de lignes et de formes compose un signe représentant les traits pensifs de l’héroïne : nous reconnaissons dans ces éléments purement graphiques un signe qui représente une expression de doute et d’incertitude. En prenant le problème par l’autre bout, on peut dire que le doute et l’incertitude ressentis par la jeune fille sont les déterminants de cette configuration particulière de lignes et de formes précises. Cependant, à un autre niveau, nous constatons également que si ces traits de visage sont bien là, c’est la conséquence de la visée moralisatrice de l’artiste-auteur qui a choisi de les y mettre.

28Il s’ensuit donc que le processus de « détermination par un objet » doit exister à deux niveaux. À un premier niveau « de l’autre côté de la vitre » nous entrons dans un monde où les lignes, les formes et les couleurs sur la page composent un monde de causes et d’effets. À un autre niveau, de notre côté du cadre, nous faisons bien partie du même espace que l’artiste-auteur qui les a mises sur la page. C’est là la raison pour laquelle, dans la bande dessinée comme dans tout signe pictural (comme dans tout signe, en réalité), il semble bien y avoir deux types distincts d’objets impliqués dans cette activité sémiotique complexe, à savoir les objets dénotés dans l’image qui constituent les participants dans cette représentation du monde des adolescents, de la mise à l’épreuve et de la tromperie, l’autre objet appartenant à l’espace de l’artiste-auteur et au nôtre.

29Cette situation potentiellement anormale commença à trouver sa solution en 1904, lorsque Peirce parvint à la conclusion que la sémiose impliquait non pas un mais deux types distincts d’objets : premièrement, le moins visible des deux, l’objet responsable non seulement du signe de la planche 2.2, mais également de toutes les autres vignettes de la bande dessinée, à savoir l’état d’esprit et l’expérience de l’artiste au moment et à l’époque où il a croqué la planche. Ensuite, l’objet que nous inférons à partir des constituants matériels du signe, et que nous interprétons par expérience comme étant le visage d’une jeune personne perplexe (représenté par une configuration de lignes, de formes et, dans d’autres cas, de couleurs). Peirce désigne le premier type d’objet sous l’appellation d’objet dynamique (« dynamoïde », dans la citation qui suit). Il s’agit là de l’objet à l’extérieur du signe, c'est-à-dire cet objet « invisible », l’objet que nous ne voyons pas (l’artiste est en fait décédé, et de toute façon cet objet-là relève de la pensée et non pas de l’individualité d’une personne physique) mais qui a créé le signe au départ, et qui a déterminé non seulement ce qu’il est mais aussi sa structure. Au second Peirce donne le nom d’objet « immédiat », qui est l’objet à l’intérieur du signe, la « trace » immédiate, pourrait-on dire, du premier objet tel qu’il se présente dans cette définition :

  • 9 Extrait d’une lettre à Lady Welby datée du 23 décembre 1908. On trouve la traduction complète de la (...)

Il est habituel et juste de distinguer les deux objets d’un signe, le médiat à l’extérieur, et l’immédiat à l’intérieur du signe. Son interprétant est tout ce que le signe transmet : la connaissance de son objet se fait par expérience collatérale. L’objet médiat est l’objet à l’extérieur du signe ; je l’appelle l’objet dynamoïde. Le signe doit l’indiquer par suggestion et cette suggestion ou sa substance est l’objet immédiat9.

30Dans le cas de la bande dessinée, les intentions esthétiques et/ou graphiques de l’artiste-auteur, et sa volonté moralisatrice concernant la psychologie des adolescents, constituent l’objet dynamique, alors que la série d’objets immédiats présentés dans la suite d’épisodes – des garçons, des filles, une gare, un salon de coiffure et un restaurant, par exemple – dénotent de façon picturale un ensemble d’objets appartenant au monde des protagonistes, et sont de ce fait la « substance » perceptible et donc interprétable de cette « suggestion » de l’artiste-auteur. D’un point de vue méthodologique, nous pénétrons dans ce monde représenté quand nous passons de l’autre côté de la vitre, dans un monde où les éléments graphiques assument une existence autonome et, comme nous le verrons au chapitre suivant, véhiculent des signes sensiblement plus complexes. Dans le cas des signes picturaux tels que celui que nous avons analysé, l’objet dynamique appartient donc à l’espace du cadre de l’image, tandis que l’objet immédiat est une facette du monde dénoté des protagonistes. C’est à partir de ces différents « indices » que nous fournit la bande dessinée, c’est-à-dire cette série d’objets immédiats, que nous l’interprétons comme la représentation des intentions de l’artiste-auteur et, au-delà de lui, de toute une idéologie ambiante des rapports entre jeunes.

31Revenons brièvement au premier des deux exemples militaires de la sémiose examinés précédemment, pour bien faire remarquer que, pour Peirce, c’était la volonté du colonel qui constituait l’objet du signe « Allez immédiatement porter cette lettre au capitaine Hanno ». Cependant, comme nous venons de le voir, les choses ne sont pas aussi simples. Pour commencer, la lettre et le brave capitaine lui-même sont tous deux des « objets », respectivement compléments d’objet direct et indirect de la deuxième phrase, et l’ordonnance devait obligatoirement comprendre ces références afin de pouvoir s’exécuter. Dans un signe verbal comme celui-là, l’objet dynamique, Peirce l’affirme clairement, est la volonté du colonel que la lettre soit transmise, alors que, parmi les objets immédiats de ce signe en particulier, nous avons les entités représentées linguistiquement par les expressions nominales cette lettre, le capitaine Hanno et le vous sous-entendu.

32Et donc, pour simplifier, nous pouvons dire que dans les énoncés d’une langue comme le français, par exemple, les expressions nominales (simples, composés ou complexes) sont généralement les analogues linguistiques des représentations de visages, d’objets ou d’événements, par exemple, que l’on peut trouver dans un document iconographique sans paroles. De plus, le vecteur des mythes et des archétypes dont nous avons parlé à la fin du chapitre précédent est, évidemment, l’artiste-auteur, « siège » en quelque sorte de l’objet dynamique du signe complexe et par conséquent le récepteur sur qui s’est effectuée l’intériorisation de ces mythes et archétypes.

33Il est à noter enfin que la distinction opérée par Peirce entre les deux objets permet d’éviter que le signe soit défini comme une entité qui est présente à l’observateur, mais qui représente, ou qui se substitue à, quelque chose d’absent. Pour en revenir à la bande dessinée, il est évident que, si l’artiste-auteur, n’étant plus de ce monde, en est forcément absent, et même dans le cas contraire il ne serait de toute façon pas directement perceptible en tant qu’objet dynamique, les traces immédiates de sa vision du monde, à savoir les « protagonistes » de la bande dessinée, sont quant à elles tout sauf absentes.

TROIS INTERPRÉTANTS

34Si, logiquement, il a fallu à Peirce dégager deux objets, de la même façon et pour les mêmes raisons de logique il a été amené à identifier trois interprétants. Ce chapitre présentant l’action du signe et ses constituants se termine donc par une discussion préliminaire de ces trois interprétants, discussion qui sera ensuite reprise et développée au chapitre quatre.

35Comme c’est le cas pour d’autres composantes de son projet philosophique global, Peirce a envisagé les interprétants de plusieurs façons distinctes, leur accordant souvent des dénominations différentes. Dans cette introduction à la théorie nous nous limitons à la description qu’il en fait dans une lettre de 1909, qui a le mérite d’être accompagnée d’exemples relativement simples destinés à faciliter la compréhension de son correspondant. Voici donc la traduction libre d’un extrait de la lettre en question :

  • 10 Lettre à William James du 14 mars 1909.

Imaginons que je me réveille le matin avant ma femme et que plus tard elle se réveille à son tour et me demande « Quel temps fait-il ? ». Ceci est un signe dont l’objet tel qu’il est exprimé est le temps qu’il fait à ce moment-là, mais dont l’objet dynamique est l’impression que j’ai probablement ressentie en regardant par la fenêtre entre les rideaux ; dont l’interprétant tel qu’il est exprimé est le type de temps ; dont l’interprétant dynamique est le fait que je réponde à sa question. Mais en plus, il y a un troisième interprétant. L’interprétant immédiat est ce qu’exprime la question, tout ce qu’elle exprime de façon immédiate et que j’ai rendu imparfaitement ci-dessus. L’interprétant dynamique est l’effet réel qu’elle produit sur moi qui l’interprète. Mais sa signification, l’interprétant ultime ou final est la raison pour laquelle ma femme a posé la question, à savoir l’effet que la réponse aura sur ses projets pour la journée à venir. Disons que je réponde « Il fait un temps agité ». Voici un autre signe. Son objet immédiat est la notion du temps qu’il fait dans la mesure où cette notion est commune à son esprit et au mien, non pas pour ce qu’il est mais simplement parce qu’il est. L’objet dynamique est l’identité de ces conditions météorologiques réelles ou existantes à ce moment précis. L’interprétant immédiat est le schéma qui s’est formé dans son imagination, c’est-à-dire l’image vague d’une journée de vent ou ce qu’il peut y avoir de commun entre différentes images d’une telle journée. L’interprétant dynamique est la déception ou tout autre effet réel produit sur elle à ce moment-là. L’interprétant final est la somme des leçons de la réponse, morales, scientifiques, et cetera10.

36En simplifiant on dira que l’interprétant immédiat d’un énoncé linguistique, par exemple, est l’expression de son contenu lexical et grammatical que l’interprète est censé s’être approprié, l’interprétant dynamique est l’effet sur l’interprète que produit sa compréhension de l’énoncé (étonnement, sentiment de fureur, production d’un énoncé en réponse, etc.), alors que l’interprétant final, au moment de la « production » du signe, aura par la force des choses une valeur in futuro.

37En reprenant le second des exemples militaires discutés plus haut, à savoir « Reposez… arme ! », on pourra dire que l’interprétant ainsi exprimé, l’immédiat, est composé des notions de fusils, de pieds et d’une injonction implicite. L’interprétant dynamique est l’ensemble des mouvements physiques effectués par les soldats en obéissant à l’ordre de l’officier, alors que l’interprétant final est, au moment où l’ordre a été donné, un mélange spécifique mais forcément général, alliant raison militaire, dispositions futures du peloton et surtout création d’une habitude.

38Étudions pour terminer un troisième extrait de la bande dessinée. Dans le cas d’une image, la situation est nécessairement plus complexe. Rappelons que l’interprétation de la séquence se passe à deux niveaux – le nôtre et celui des protagonistes : nous interprétons les images, les protagonistes interprètent les faits et gestes des autres protagonistes. De manière générale, en tant que lecteurs de la planche, nous intégrons les lignes et formes sur la page comme les « expressions » graphiques de garçons et de filles, etc., les interprétants immédiats de chaque image, qui sont aussi en quelque sorte les images miroir de l’objet immédiat. Notre réaction, en lisant les vignettes, peut prendre une multitude de tournures – incrédulité, ennui, désir de passer rapidement à la vignette suivante, une interjection, etc. L’interprétant final est de nouveau plus difficile à cerner à ce stade, car pour l’instant nous ne sommes pas arrivés à la fin de l’interprétation, mais cet interprétant contribuera sans doute à l’attitude globale du lecteur envers les bandes dessinées en général, à une réflexion sur la moralité des jeunes gens et, sans doute, une interrogation sur l’intérêt qu’il peut y avoir à porter un tel document à l’attention de collégiens de onze ans.

  • 11 Il est à noter que l’objet « efficient » mentionné dans ce texte correspond approximativement à la (...)

39Passons donc de l’autre côté de la vitre, où tout se passe en trois dimensions, en nous bornant à l’interprétation de la vignette B sur la planche 2.3. La jeune fille semble s’étonner de l’attitude hilare de celui qu’elle vient de sermonner, et lui pose probablement la question indignée « Tu trouves ça drôle ? ». L’interprétant immédiat, tel qu’il est exprimé dans l’énoncé et compris par le jeune homme, concerne donc l’origine de son hilarité. L’interprétant dynamique est constitué par sa réaction, qui comporte ici un mouvement du bras et une exclamation de sa part. L’interprétant final, pour autant que nous puissions le deviner, comportera, entre autres, les leçons tirées de son indiscrétion, qui dicteront son comportement futur dans d’autres cas similaires. Sa réponse, accompagnée d’un geste indiquant les chaussures de la jeune fille, pourrait être « Mais je t’avais reconnue depuis le début à tes chaussures », signe dont l’interprétant immédiat exprime, pour simplifier, les chaussures qu’elle porte à ce moment précis ; quant à son interprétant dynamique, c’est le doute qui s’installe chez elle, comme le montre la dernière vignette (est-il sincère ? avait-il vraiment reconnu mes chaussures ?). L’interprétant final, en revanche, impliquera entre autres les leçons tirées de cet épisode et leur incidence sur son comportement futur. Pour clore ce dossier « sémiose » voici un dernier texte de Peirce qui réunit l’ensemble des corrélats dans toute leur complexité11 :

Je définis un signe comme quelque chose qui d’une part est déterminé par un objet et qui d’autre part détermine une idée dans l’esprit d’une personne, de telle façon que cette détermination-là, que j’appelle l’interprétant du signe, soit par là même médiatement déterminé par l’objet. Tout signe, donc, entretient une relation triadique avec son objet et son interprétant. Mais il faut impérativement distinguer l’objet immédiat, ou objet tel que le signe le représente, de l’objet dynamique, ou objet réellement efficient mais pas présent de façon immédiate. De la même manière, il faudra distinguer l’interprétant immédiat, c’est-à-dire l’interprétant représenté ou signifié dans le signe, de l’interprétant dynamique, qui est l’effet réellement produit sur l’esprit [de l’interprète] par le signe. Et il faut également différencier ces deux interprétants de l’interprétant normal, à savoir l’effet qui sera produit par le signe dans l’esprit lorsque la pensée aura eu un développement suffisant (CP 8.343).

2.4 RÉSUMÉ

40Dans ce chapitre nous avons présenté les constituants de base de la théorie de l’action du signe développée par Peirce au début du xxe siècle, à l’époque même où Ferdinand de Saussure assurait ses trois cours à Genève.

  • Dans la perspective peircienne tout signe participe d’une relation triadique de nature générale l’associant à deux autres corrélats, l’origine du signe appelée son objet, et l’effet que produit ce signe sur la personne qui l’interprète et que Peirce désigne comme l’interprétant. Il est important de comprendre que, pas plus que l’interprétant n’est l’interprète, l’objet n’est une personne, c’est-à-dire un individu ayant son existence propre. Objet et interprétant relèvent non pas du monde « singulier » de l’existence mais de celui de la pensée et de la volonté.

  • Deux modèles de diagramme représentant la nature du signe ont été proposés, indiquant tous les deux le « flux déterminatif » qui va de l’objet à l’interprétant grâce à la médiation du signe. Le premier illustre le principe en vertu duquel le signe, afin d’être perçu et donc de pouvoir fonctionner, doit être transmis à travers un support existentiel, par l’air, par exemple, dans le discours, ou encore communiqué dans une lettre ou envoyé sur un écran d’ordinateur, alors que objet et interprétant sont nécessairement situés dans la pensée des utilisateurs de signes impliqués dans la sémiose. Le second diagramme met en évidence la nature dynamique, continue et théoriquement sans fin du signe : nous avons vu comment le signe, une fois que son objet lui a donné naissance, détermine un interprétant qui, à son tour, devient un nouveau signe pour un nouvel interprétant, processus qui peut se répéter à l’infini. La chaîne d’actions et de réactions qui structure la bande dessinée que nous avions choisi d’étudier illustre parfaitement ce fonctionnement.

  • Pour des raisons théoriques ayant des retombées méthodologiques fort intéressantes, Peirce a été amené à identifier deux types d’objet : d’une part le ou les objets purement « locaux », dénotés par des signes visibles sur la page, qui constituent l’objet immédiat ; d’autre part l’objet plus général qui avait préalablement déterminé le signe à l’existence (les préoccupations de l’artiste, de l’auteur ou dans le cas d’un morceau de musique, du compositeur, par exemple, composantes cognitives qui sont les responsables ultimes de la production du signe).

  • Dans le même ordre d’idées, le chapitre s’est terminé par la discussion et l’illustration des trois interprétants que Peirce a été amené à identifier dans les définitions les plus complètes de la sémiose, à savoir l’interprétant immédiat, qui est l’interprétant tel que le signe le représente, l’interprétant dynamique, qui est l’effet réel émotionnel, physique, ou « cognitif » que le signe produit sur celui qui l’interprète et, enfin, l’interprétant final qui est de l’ordre d’une habitude, ou d’une ligne de conduite future.

  • Au cours de ce chapitre nous avons également pu constater que l’interprétation des signes est un processus différentiel qui varie en fonction de l’expérience personnelle du monde de chacun.

41En conclusion il convient d’ajouter que le signe étant le seul élément du processus sémiotique dont nous soyons sûrs, c’est-à-dire le seul perceptible et obligatoirement perçu, il s’ensuit que c’est également le seul corrélat des trois susceptible d’être étudié, interprété et classé de façon fiable. Cette étude et la classification des signes feront l’objet du chapitre suivant.

2.5 SUGGESTIONS DE LECTURE

42Pour le lecteur francophone désireux d’étendre sa connaissance de la sémiotique peircienne deux sources s’imposent comme une évidence. Les œuvres originales de Peirce lui-même et les introductions aux différentes anthologies des textes de Peirce offrent une entrée dans sa théorie, bien qu’il faille reconnaître que certaines commencent à être un peu dépassées. L’une des meilleures introductions générales à Peirce est celle de l’anthologie de Gérard Deledalle. Elle offre au lecteur des lettres à Lady Welby, une sélection de textes élégamment traduits par Gérard Deledalle sur le système des catégories et l’essentiel de la théorie sémiotique, suivis d’un commentaire pour le guider. D’autres sources existent, elles sont mentionnées dans l’Introduction mais se révèlent mieux adaptées au lecteur averti.

43Le lecteur familier avec la langue anglaise aura à sa disposition nombre de sources secondaires en plus des textes originaux. Deledalle (2000) est une collection d’essais en anglais sur la sémiotique peircienne par un spécialiste français de renom. La troisième partie de ce recueil offre, par exemple, une comparaison de Peirce et Saussure, de Peirce et Jakobson et même Marshall McLuhan. Une autre introduction intéressante est celle de Christopher Hookway dans son Peirce (1985). Le Charles Sanders Peirce : A Life, (1998), de Joseph Brent reste la biographie la plus complète disponible à ce jour. Enfin, EP2, mentionné dans l’Introduction, contient une suite de deux chapitres (p. 267-299) qui donne un panorama très complet de la sémiotique de Peirce et du système des catégories sur lequel elle repose, alors que la section finale de ce même recueil de textes contient de longs extraits de la correspondance de Peirce avec Lady Welby qui permettent au lecteur intéressé de suivre le développement et l’évolution de la théorie. D’autre part, le chapitre intitulé « Pragmatism » contient, dans la première version proposée par Peirce (il s’agit de deux versions distinctes d’une lettre destinée à un éditeur potentiel), la discussion la plus complète des deux objets que nous avons découverts dans le présent chapitre.

Notes

1 Lettre à Lady Welby du 23 décembre 1908, in Peirce 1978, p. 56 (trad. Deledalle).

2 CP 2.227, traduction de Gérard Deledalle. Les citations provenant des Collected Papers indiquent le volume et le paragraphe. Pour en simplifier la lecture, elles seront suivies par la référence exacte à l’intérieur du texte et non pas en bas de page.

3 Il serait peut-être injuste d’inclure Barthes dans cette remarque. Il fut, plus que tout autre, conscient des contraintes imposées à l’analyste par ce système, et il essaya d’une part d’étendre la définition du signe aux signes « non isologues », c'est-à-dire ceux dans lesquels signifiant et signifié sont placés côte à côte et n’entretiennent pas la relation verticale que leur attribue la définition de Saussure (1964b, p. 107) ; d’autre part, il introduisit un élément dynamique dans le signe en sémiologie grâce à la distinction syntagmatique-paradigmatique qu’il propose dans les fonctions de relais et d’ancrage (1964a, p. 44). Pour Peirce et Hegel, voir, par exemple, CP 8.329.

4 Extrait d’une lettre à Lady Welby, datée le 23 décembre, 1908 (pour en simplifier la lecture j’ai omis les majuscules de l’original). Nous reviendrons au cours du chapitre quatre sur les trois modalités dont il est question ici, qui ont une importance capitale à l’intérieur du système sémiotique peircien. Notons, pour l’heure, qu’elles participent à l’encadrement théorique de la définition du signe.

5 Par le terme « détermination », Peirce entend simplement le processus qui rend une chose différente de ce qu’elle aurait été autrement, c’est-à-dire sans l’intervention de l’objet (MS 350). Il est évident que dans le cas d’une séquence d’images comme la planche 1.1, par exemple, les événements représentés dans une vignette donnée sont déterminés par les événements précédents, et ainsi de suite.

6 Certains spécialistes ne seraient pas d’accord avec moi sur ce point. Voir, par exemple, Short (2004).

7 Voir Deledalle, 1990, p. 23-28, pour une discussion des hésitations et changements d’opinion de Peirce à ce sujet.

8 Par exemple, Lefebvre (2007), dans une vue d’ensemble par ailleurs très intéressante du système peircien. De façon plus surprenante, Floyd Merrell, spécialiste américain des choses peirciennes, fait aussi cette erreur dans son chapitre du Companion to Semiotics and Linguistics publié chez Routledge (Merrell 2001). L’auteur de l’article sur Peirce dans la version française de Wikipédia fait également cette erreur. Nous reviendrons sur ce problème au chapitre quatre.

9 Extrait d’une lettre à Lady Welby datée du 23 décembre 1908. On trouve la traduction complète de la lettre dans la sélection de textes proposée par Gérard Deledalle (Peirce 1978).

10 Lettre à William James du 14 mars 1909.

11 Il est à noter que l’objet « efficient » mentionné dans ce texte correspond approximativement à la cause efficiente d’Aristote, à ceci près que l’objet peircien n’est pas un agent humain. D’autre part l’interprétant normal est simplement une autre dénomination de l’interprétant final examiné plus haut dans le texte. On peut concevoir l’effet de l’interprétant final (normal) tel qu’il se définit dans ce texte comme la tendance à créer une habitude.

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search