Version classiqueVersion mobile

Figures du passeur

 | 
Paul Carmignani

II. Initiations, transformations, transmutations

Galaad, héros et passeur dans la Queste del Saint Graal

Paul Bretel

Texte intégral

1La littérature médiévale confie le rôle de passeur à des catégories différentes de personnages ou d’actants : des demoiselles (qui conduisent le héros dans l’Autre Monde, auprès de la fée, comme, par exemple, dans le lai de Lanval ou dans le Bel Inconnu), des nains (cf. Erec et Enide, ou le Chevalier de la Charrette, où c’est un nain qui entraîne le héros sur la charrette d’infamie), des animaux -psychopompes ou non – tels que des biches, des cerfs blancs, des chiens ou même des porcs ... Dans le Conte du Graal, le Roi-Pêcheur lui-même remplit ce rôle lorsqu’il indique à Perceval le chemin qui le mènera dans son château, où se déroulera le mystérieux cortège ; dans la seconde partie de ce roman, c’est une figure emblématique du passeur, un nautonier, qui conduit Gauvain jusqu’au Château des Reines (qui est peut-être le royaume des morts). On considérera aussi comme passeurs les ermites et les moines qui, principalement dans les romans, indiquent aux chevaliers la voie à tenir et les conseillent dans leur quête. Dans tous les cas, le passeur apparaît comme bien un auxiliaire du héros. La Queste del Saint Graal, en revanche, tout en retenant des figures (nombreuses) de passeurs traditionnels, semble offrir une organisation et une concentration des rôles originales, qui méritent attention.

  • 1 Étude sur La Mort le roi Artu, Droz, Genève, 1972, p. 440. À cette trilogie imaginée, selon J. Fra (...)
  • 2 E. Baumgartner, À propos du Mantel Mautaillié, Romania, t. 96, 3, 1975, pp. 315-322.
  • 3 L’Arbre et le Pain, Sedes, 1981, p. 50.

2« À la veille de la Pentecoste, quant li compaignon de la Table Reonde furent venu a Kamaalot ... » Ainsi s’ouvre La Queste del Saint Graal, roman en prose composé probablement à la fin du premier quart du xiiie siècle, et qui constitue avec le Lancelot propre et La Mort Artu, entre lesquels il s’insère, la trilogie que J. Frappier appelle le Lancelot en prose1. L’incipit de La Queste del Saint Graal situe d’emblée le roman dans le genre du récit arthurien, dont E. Baumgartner a bien dégagé les éléments topiques : « la scène est située à la cour d’Arthur un jour de grande fête, et se déroule en présence d’une assemblée nombreuse et brillante. Arthur refuse de se mettre à table avant que ne se produise une aventure. Un personnage, souvent envoyé par un autre, suscite l’aventure par son arrivée à la cour. Celle-ci est alors revendiquée par un chevalier... qui après une série de péripéties variables en longueur revient à la cour pour faire le récit de ses exploits ou donner la preuve de son succès et obtenir, le cas échéant, sa récompense ... signe d’élection et source de gloire, l’épreuve permet à un chevalier jusque là anonyme, méprisé, obscur ... de donner la mesure de ses possibilités, donc de se situer selon son mérite parmi ses pairs. »2 À propos de l’aventure, le même auteur précise ailleurs3 que, « enlèvement, défi, appel à l’aide », elle « trouble le cours répétitif du temps, instaure un manque et inaugure le récit. » Ce « manque » peut être provoqué par le vol ou la perte d’un objet ou d’un talisman garant de la souveraineté (la coupe du roi par exemple), ou par le rapt de chevaliers, voire de la reine elle-même. D’une manière générale il apparaît lié à une agression venue d’un autre monde, perpétrée par des êtres représentant les forces du mal et appartenant à une nature sauvage, qui mettent en péril la stabilité du royaume et les valeurs de civilisation que le roi est chargé de maintenir.

  • 4 Nous reprendrons, sauf indication contraire, la traduction d’E. Baumgartner, parue dans la collect (...)
  • 5 Cf. aussi p. 9, 1.6 ; p. 10, ll.14-16 ...
  • 6 L’épisode est rapporté dans le Lancelot, éd. Micha, Droz, Genève, t. IV, 1979, § LXXVIII, 57. On a (...)
  • 7 J’ai cru pouvoir éclairer le début de la QSG, où le Graal s’offre puis se retire par le commentair (...)
  • 8 L’auteur de la QSG dénonce à plusieurs reprises les mœurs et l’éthique chevaleresque du temps où s (...)
  • 9 P. 26, ll.7-10 et 15-18 – (a l’endemain s’acorderent a ce qu’il se departiroient et si tendrait ch (...)

3Le début de la QSG (c’est par ce sigle que nous désignerons désormais notre roman) reprend plusieurs éléments traditionnels de l’ouverture du récit arthurien : le temps et le lieu (la cour d’Arthur, la veille, puis le jour de la Pentecôte) ; le respect de la coutume (Keu rappelle à Arthur qu’il ne doit pas se mettre à table avant qu’une « aventure fust ... avenue voiant – à la vue de – toz les barons de vostre ostel ») ; l’arrivée à la cour d’un chevalier inconnu (Galaad, futur héros de la quête, que Lancelot adoube dans la nuit qui précède la Pentecôte) ; le départ à l’aventure (les chevaliers de la Table Ronde partent à la quête du Saint Graal). Cependant, par rapport à la forme canonique du récit arthurien, l’ouverture de la QSG se signale à la fois par sa complexité et par des écarts importants. Ainsi, le chevalier nouveau venu à la cour réussit d’emblée une double épreuve ; il retire du bloc de pierre, dans lequel elle était fichée, l’épée qui ne doit pendre qu’au côté de celui qui sera « li mieldres (meilleur) chevalier del monde » (p. 5, 1.24) – et l’on se souvient que c’est la même épreuve qui avait désigné Arthur comme roi – ; et il prend place sur le Siège Périlleux de la Table Ronde, « ou onques hom ne s’estoit assiz a cui il n’en fust mescheu en aucune maniere » (p. 9, ll.7-8 : où jamais personne avant lui n’avait pu s’asseoir sans dommage)4. Après l’épreuve qualifiante de l’épée, l’épreuve glorifiante du Siège Périlleux désigne, aux yeux de tous, le nouveau venu comme celui que la cour attendait pour « achever les aventures del Saint Graal » (p. 7, 1.32)5 ; aussi, avant même que ne commence la Quête, le héros en est connu, que tous, à la cour « servent et honorent de quant qu’il pueent (autant qu’ils le peuvent), come celui qu’il tienent a mestre et a seigneur par desuz celz de la Table Reonde » (p. 9, ll.9-11). Mais l’épreuve de l’épée instaure symboliquement une nouvelle royauté, toute spirituelle, à laquelle se subordonne désormais la royauté temporelle d’Arthur, et bouleverse d’autre part les hiérarchies établies à la cour du roi : jusque-là reconnu par tous comme le meilleur chevalier du monde, Lancelot, qui n’a même pas osé porter la main sur l’épée du perron, se trouve supplanté par Galaad, le fils qu’il avait engendré « en la fille le roi Pellés. »6 C’est ce que va signifier à la cour, non sans quelque brutalité, une demoiselle, envoyée par Nascien l’ermite, et figure christianisée de la messagère de l’Autre Monde, qui annonce aussi à Arthur qu’en ce jour le Saint Graal apparaîtra à sa cour et « repestra les compaignons de la Table Reonde » (p. 13, ll. 12-14). Nous verrons le parti que tire l’auteur de la QSG de la coïncidence, en ce jour de la Pentecôte, de l’arrivée de Galaad et de l’apparition du Graal à la cour d’Arthur. Mais ce second événement a ici encore de quoi surprendre puisque c’est l’objet même de la future quête qui, lors du repas du soir, s’offre aux chevaliers de la Table Ronde, faisant le tour de chaque table, distribuant à chacun les mets qu’il désire et les rassasiant de sa grâce, avant de se retirer. Cette « merveille » comble de joie tous ceux qui en ont bénéficié, et tout particulièrement le roi Arthur, qui souligne qu’aucun roi avant lui n’avait reçu une telle faveur de Notre Seigneur. L’événement se lirait comme une glorification du monde arthurien – et donc plutôt comme un épisode de clôture rendant sans objet toute nouvelle quête – si Gauvain ne tempérait aussitôt le contentement du roi en faisant remarquer que si tous avaient été servis de tout ce qu’ils désiraient, ils étaient « de tant engignié » qu’ils ne purent voir « apertement » (distinctement, clairement) la « vraie semblance » (la véritable apparence) du Graal, qui leur est restée « coverte » (cachée-p. 16, ll.16-18). Il faut ici, me semble-t-il, donner à « engignié » un sens très fort, plus que ne le fait E. Baumgartner qui traduit par « égarés », et se souvenir que l’« engin » peut être la ruse du diable qui détourne l’homme de Dieu et le prive de la grâce. On reconnaît d’autre part dans l’insatisfaction exprimée par Gauvain la forme intériorisée du manque, dont on a vu qu’il déclenche habituellement la quête. En se retirant de la cour sans avoir révélé ses secrets, le Graal fait prendre conscience aux chevaliers de leur imperfection ou de leur indignité, suscite en eux le désir de plus hautes et de plus parfaites révélations et détermine Gauvain, bientôt suivi par tous les chevaliers de la Table Ronde, à jurer d’entrer dès le lendemain matin dans la quête du Graal7. C’est cependant Galaad, en tant que « seignor et mestre de la Table Reonde », qui prononcera le lendemain, sur les reliques, le serment solennel, avant que tous les chevaliers quittent la cour et s’élancent, chacun de son côté, à la recherche du Graal disparu. Ce départ présente, ici encore, plusieurs éléments originaux : tout d’abord, il s’effectue dans la douleur générale de la cour (p. 21, 1.10), en particulier de la Reine (p. 23, 1.33 ; p. 24, ll. 1-5) et plus encore du roi Arthur, qui reproche à Gauvain de l’avoir trahi (p. 21, ll.24-26) et qui confesse que, s’il en avait le pouvoir, il ferait « trop volentiers remanoir ceste queste » (p. 22, 1.11, il désirerait de tout cœur empêcher cette quête). La raison invoquée est l’amour qu’il porte à ses chevaliers, dont il sait que plusieurs ne reviendront pas vivants à la cour ; mais Arthur a surtout l’intuition que cette aventure marque la fin d’une époque où dominaient les valeurs mondaines, désormais obsolètes, dont il avait en charge le maintien8, et l’avènement d’un monde régi par les valeurs spirituelles, comme l’explique à la cour un vieux « preudom », « vestuz de robe de religion », mandé par l’ermite Nascien. On assiste aussi, au début de la QSG, à une redistribution des rôles : Arthur offre l’image d’un souverain tentant vainement d’assumer le rôle d’opposant à une aventure qui s’amorce sans son « congié » (autorisation), à l’opposé du rôle traditionnel de mandateur du héros qu’il assume dans les récits précédents. Une autre différence, fondamentale, tient au nombre des quêteurs : chez Chrétien de Troyes et dans de nombreux récits arthuriens, comme Le Bel Inconnu, l’aventure est confiée à un seul chevalier, qui devient le héros éponyme de l’œuvre, ou qui lui fournit son titre second ; une évolution s’amorce dans le Lancelot en prose où c’est de plus en plus souvent un groupe de chevaliers qui, individuellement ou en compagnonnage, poursuivent la quête dont ils sont investis. Dans la QSG cette forme d’appel lancé par le Graal, qui s’offre et se retire, s’adresse collectivement à la Table Ronde et après le serment prononcé par Galaad, suivi de Lancelot, Gauvain, Perceval, Bohort, Lyonel et Hélain le blanc, ce sont « tuit (tous) li compaignon de la Table Reonde li uns apres l’« autre » qui « jurerent » « autretel serment » (le même serment, p. 23, ll.16-25). Après une première nuit passée au château d’un seigneur nommé Vagan, homme de grande vertu, les compagnons « décidèrent qu’au matin ils se sépareraient et que chacun irait de son côté, car, pensaient-ils, on pourrait les blâmer s’ils restaient tous ensemble ... (ils) sortirent de l’enceinte. Ils se séparèrent alors ... et chacun s’enfonça dans l’épaisseur de la forêt »9. Or, une fois affirmé le principe de solitude, qui constitue l’un des supports de l’éthique de l’aventure, la quête du Graal prend une tournure inattendue et paradoxale. Dès le premier épisode, Melyant demande comme don à Galaad, qui vient de l’adouber, de l’autoriser à l’accompagner « tant que aventure (les) departe » (p. 40, 1.28, jusqu’à ce que le hasard les sépare) – et leur compagnonnage durera une semaine. Par la suite, c’est Gauvain qui se désole de ne pouvoir rejoindre Galaad, qu’il suit pourtant de si près, et qui affirme que s’il pouvait le trouver, il ne se séparerait plus jamais de lui (p. 51) ; c’est Lancelot qui reste dans la Forêt Gaste « dolenz et corrociez dou chevalier qu’il a perdu », après que Galaad s’est enfui pour l’éviter (p. 56) ; animé du même désir de compagnonnage avec le Bon Chevalier, Perceval demandera à sa tante la recluse de lui enseigner comment il le pourra trouver (p. 79), et ressentira de n’avoir pu le retenir auprès de lui un tel désespoir qu’il pressera un « vaslet » de lui donner la mort, avant de se lamenter, se disant à lui-même : « Ha ! las, maleureus, or as tu failli a ce que tu queroies puis que il t’est ore eschapez. » (p. 89, ll.27-29 : Hélas ! Malheureux infortuné ... voici donc que tu as échoué dans ta quête puisque le chevalier t’a échappé).

  • 10 Cf. les formules récurrentes assurant la transition d’un épisode à un autre, comme, par exemple : (...)
  • 11 p. 52, ll. 2-4 (Certes, sire, la compaignie de vos deus ne seroit mie covenable. Car vos estes ser (...)

4Ainsi les chevaliers, dont on suit parallèlement l’itinéraire grâce au procédé de l’entrelacement10, donnent-ils dans un premier temps l’impression de se détourner de la quête qu’ils ont jurée pour se lancer à la poursuite de Galaad, à qui était revenu l’honneur de prêter en premier serment sur les reliques. Or de même que le Graal se retire après son apparition à la cour le jour de la Pentecôte, laissant désemparés les chevaliers de la Table Ronde, de même Galaad, le « Chevalier Desirré » (p. 7, 1.25), après s’être laissé entrevoir, se dérobe-t-il à ses compagnons, les laissant dans l’affliction de n’avoir pu le rejoindre durablement. Gauvain, nous l’avons vu, avait d’emblée compris que la disparition du Graal et l’incomplétude de la révélation faite aux chevaliers s’expliquaient par leur imperfection (« de tant sont il engignié qu’il nel porent veoir apertement ») ; l’explication que donne un moine à ce même Gauvain se désolant de ne pouvoir « atteindre » Galaad, n’est finalement guère différente : « En vérité, seigneur, lui dit un des moines..., tout s’oppose à ce que vous soyez son compagnon car vous êtes un soldat plein de méchanceté et de perfidie et lui un chevalier exemplaire. »11

  • 12 cf. Les ermites et les moines dans la littérature française du Moyen Age, Paris, Champion, 1995, p (...)
  • 13 L’essentiel de la doctrine de Guillaume de Saint-Thierry est développé dans la Lettre aux frères d (...)
  • 14 p. 144, ll. 18-20 (maintenant te pristrent li preudome, li hermite, les religieuses personnes qui (...)
  • 15 « La quête du récit », dans Poétique de la prose, Paris, Seuil, 1971, pp. 129-150.
  • 16 p. 125, ll. 30-32 (Or sai je bien, a ce que vous me dites, que vos estes des preudomes, des verais (...)
  • 17 p. 276, ll... 27-30 (Nostre Sires, qui nés avoit pas obliez, lor envoia devant aux le Saint Graal (...)
  • 18 « Exultatio cum tremore », dit Guillaume de Saint-Thierry (Lettre d’Or, § 273).
  • 19 p. 278, ll. 4-7 (Car or voi ge tot apertement ce que langue ne porroit descrire ne cuer penser. Ic (...)
  • 20 Sur le mythe de la Nef dans la QSG, on consultera, A. Pauphilet, Études sur la Queste del Saint Gr (...)
  • 21 p. 199, ll. 22-24 (Sire bien veigniez vos ! Tant vos avons atendu que or vos avons, Dieu merci ! E (...)

5Si les chevaliers de la Table Ronde se mettent ainsi à la quête du quêteur, de celui dont l’arrivée à la cour a coïncidé avec l’apparition du Graal et l’a probablement rendue possible, sinon provoquée, c’est qu’ils ont l’intuition, ou la certitude, que, pour paraphraser l’Evangile de Jean (XIV, 6), « nul ne va au Graal que par Galaad ». Ainsi, l’aventure des chevaliers se présente-t-elle comme une quête dédoublée : la quête, préliminaire, du « Verais Chevaliers » (p. 77, 1. 31 et passim), puis, pour les chevaliers élus seulement, c’est-à-dire ceux qui se seront montrés dignes d’un compagnonnage avec Galaad, la quête du Graal proprement dite. La première aventure est avant tout intérieure et spirituelle, elle consiste d’abord pour le chevalier à devenir « tex come il doit estre », c’est-à-dire « vrai sergent de Jésus-Christ ». J’ai cru pouvoir identifier12 dans l’itinéraire des chevaliers les états successifs que dégage l’anthropologie spirituelle de l’abbé cistercien Guillaume de Saint-Thierry qui, s’il fut un ami de saint Bernard, n’en fut pas à proprement parler un disciple, et qui transpose la division tripartite d’Origène, lequel distingue, parmi les chrétiens, les commençants ou psychiques, les progressants ou gnostiques et les parfaits ou pneumatiques : pour Guillaume de Saint-Thierry13, l’homme à la recherche de Dieu doit d’abord se détourner de l’état charnel (état de péché), avant d’entamer une progression qui le conduit de l’état animal (dépouillement de l’être charnel, dans l’oboedentia necessitatis, sous l’autorité des « pères spirituels »), à l’état rationnel (la « vita rationalis », dans laquelle l’âme raisonnable, devenue « propre à diriger le corps », acquiert l’intelligence des vérités révélées) et enfin à l’état spirituel (la « vita spiritualis », dans laquelle, sous la conduite de l’Esprit-Saint, « l’intelligence du penseur devient amoureuse contemplation » – Lettre d’Or, § 249). Dans cette aventure intérieure, à laquelle sont invités tous les quêteurs du Graal, les chevaliers ne sont pas livrés à eux-mêmes. Une recluse rappelle ainsi à Lancelot que, après ses échecs initiaux, il s’était persuadé qu’il était si vil et souillé de péché que Notre Seigneur ne voudrait plus de lui comme chevalier et serviteur, mais ajoute-t-elle, « très vite les saints hommes, les ermites, les religieux t’ont recueilli, t’ont engagé sur la voie de Notre Seigneur. »14 Dans la partie centrale de la QSG, le parcours des chevaliers est ainsi jalonné de rencontres avec cette catégorie d’actants, que T. Todorov appelle les « détenteurs du sens »15, et qui, à travers l’exégèse qu’ils fournissent aux aventures, songes et visions, leur délivrent un double enseignement, d’abord moral puis doctrinal, assurant le passage de ceux qui les entendent de la vie charnelle à la vie animale, et de la vie animale à la perfection de la vie rationnelle, qui coïncide avec l’entrée dans la vie spirituelle. Certains de ces quêteurs resteront sourds à leurs exhortations, tel Gauvain, qui rentrera honteux à la cour d’Arthur, sans avoir « atteint » Galaad, avec pour seul bilan une suite de massacres – et le retour du héros (Propp parle dans ce cas de faux héros) devient ici le signe de son échec, contrairement à la signification qu’il prend dans la forme canonique du récit arthurien. D’autres, en revanche, s’en remettent dans un esprit d’humilité et de soumission (l’« oboedientia necessitatis » de Guillaume de Saint-Thierry) à leurs guides, figures manifestes de passeurs, qui, en les menant au seuil de la vie spirituelle, les conduisent à Galaad et les rendent dignes d’entamer la seconde partie de leur quête. Tels sont Lancelot, qui extirpe le péché qui est en lui, et réussit, grâce à ses conseillers, l’épreuve qualifiante de sa conversion (ou metanoia), et surtout Bohort et Perceval qui, sortis victorieux des épreuves de la tentation, se retrouvent, en compagnie de la sœur de Perceval, sur une nef où Galaad ne tardera pas à les rejoindre. Dans cette dernière partie de la QSG, après que le partage s’est opéré entre les chevaliers disqualifiés et ceux que leurs progrès spirituels auront qualifiés pour accéder au Graal, les premières figures de passeurs, que constituèrent les ermites et les moines, disparaissent de l’horizon du récit, en même temps que la narration perd de sa complexité. Nous ne suivons plus désormais des quêteurs multiples comme au temps des épreuves, mais trois chevaliers – que l’on pourrait qualifier de héros seconds –, répartis en deux groupes : d’un côté Lancelot, de l’autre Perceval et Bohort, tous accompagnés, dans le temps où le « conte » s’intéresse à eux, de Galaad, le Bon Chevalier, nouveau héros du Graal. Ce compagnonnage, qui est à l’opposé des compagnonnages mortifères qui ponctuent l’errance des faux-héros, prend des aspects particulièrement intéressants. Perceval et Bohort se trouvent en effet sur une nef, dans laquelle une voix leur a ordonné de monter, lorsqu’ils sont rejoints pour la première fois par Galaad (lequel est en compagnie d’une jeune fille, chaste et vierge, dont on apprendra qu’elle est la sœur de Perceval, et qui procédera à un second adoubement de Galaad, qui fera de lui pleinement un chevalier « celestiel ») ; c’est aussi une nef (la nef de Salomon) qui conduira, en présence du Graal, pendant une « navigation mystique » (A. Pauphilet) les trois héros à Sarraz, le Palais Spirituel, où, à la fin du roman, s’accomplira véritablement la quête, dans la plénitude des révélations faites à Galaad, et dans une moindre mesure à Bohort et Perceval ; c’est encore une nef, sur laquelle il navigue pendant plus d’une demi-année avec Galaad, qui conduira Lancelot au Château de Corbenic, où il assistera à une liturgie du Graal, sans qu’il lui soit toutefois permis de pénétrer, en raison de ses péchés passés, dans le sanctuaire où elle se célèbre. Or, à bien y regarder, chacune de ces navigations sur une nef sans pilote constitue un moment préparatoire, ou une propédeutique, à une révélation. Nous venons de le voir pour Lancelot, qui malgré son échec à contempler le Graal, est autorisé à entrevoir une partie de ses secrets. Mais c’est vrai aussi pour Bohort, Perceval et Galaad dont la première navigation en commun précède de peu l’épisode du Cerf Blanc, qui préfigure les grandes scènes de la fin du Graal, et au terme duquel l’ermite qui a célébré devant eux la messe miraculeuse leur dit : « Je sais maintenant, d’après ce que vous me dites que vous, à qui Notre-Seigneur a montré partie de ses secrets et de ses mystères, vous faites partie des justes, des vrais chevaliers, des hommes de haute vertu qui mèneront à bien la Quête du Saint Graal après avoir subi de si pénibles épreuves. »16 C’est enfin sur la Nef de Salomon que Galaad, sur l’ordre même de Notre Seigneur embarquera, en compagnie de Perceval et Bohort, pour leur dernière traversée, qui conduira les trois héros à Sarraz, le palais spirituel, symbole transparent de la Jérusalem céleste et terme de leur quête. Ils resteront là emprisonnés pendant un an, mais « Notre Seigneur qui ne les avait pas oubliés, leur envoya le Saint Graal qui les rassasia de sa grâce tant qu’ils restèrent enfermés »17 avant que, pendant une messe célébrée en l’honneur de la « glorieuse Mère Dieu », Galaad soit invité à contempler, en tremblant de tous ses membres18, les « esperitex choses » – et peut-être initié au mystère des origines de la vie : « Car je vois maintenant distinctement ce que l’esprit ne peut concevoir ni la langue décrire. Je vois là l’origine des hautes entreprises, la source des prouesses. Je vois là les mystères qui dépassent tous les autres. »19. Après avoir reçu le « Corpus Domini », Galaad expire et les anges emportent son âme en paradis. Ainsi, si toutes les révélations de la dernière partie de la Quête ne sont pas précédées par une navigation (les trois héros parviennent à Corbenic, le Château du Graal, après avoir longtemps chevauché), toutes les navigations conduisent à une révélation et nous reconnaissons là la forme christianisée d’un motif commun à de nombreuses mythologies – des Égyptiens aux Celtes (la navigation d’Osiris et les imrama celtiques) – où la navigation symbolise la quête de l’Au-delà, l’accès au monde spirituel, la régénération20. Comme il arrive souvent dans ce type de récit, les nefs de la QSG n’ont pas de pilote ; mais seule la présence (ou la seule présence) de Galaad sur les nefs – et secondairement de la sœur de Perceval (vivante ou morte), figure de l’Eve Nouvelle, comme Galaad l’est du Christ – leur permet d’appareiller vers les lieux d’initiation et de révélation : ainsi lorsqu’ils voient arriver Galaad à eux, Perceval et Bohort, déjà à bord de la première nef, s’écrient-ils : « Seigneur, soyez le bienvenu ! Vous voici enfin avec nous ! Que Dieu en soit remercié ! Montez, car il ne nous reste plus qu’à partir pour la grande aventure que Dieu nous a réservée. »21 Une fois Galaad monté sur l’embarcation, « maintenant comença la nef a aller grant aleure parmi la mer, car li venz se feroit enz granz (poussée par un vent violent) (p. 199, 1. 33-p. 200, l.1).

  • 22 p. 251, ll . 23-24 (« En tel maniere qu’il n’i avoit celui qui n’entendist a son Creator servir de (...)
  • 23 p. 251, ll. 26-28(« ou il troverent merveilleuses qu’il menerent a chief, que par lor proesce que (...)
  • 24 Sur l’Arbre de Vie dans la QSG, cf. outre les ouvrages d’A. Pauphilet (pp. 145-148) et de E. Baumg (...)

6Dans la dernière partie du roman, Galaad accomplit les promesses de sa venue. Préparée dès l’époque de l’Ancien Testament (cf. l’épisode d la Nef de Salomon), annoncée de longue date par ceux qu’animait l’esprit de prophétie, comme le fut celle du Christ rédempteur, elle était attendue et espérée par le monde arthurien pour que s’achèvent « les aventures del Saint Graal » (p. 31-32) et que cessent les « aventures étranges et les enchantements qui pèsent sur la Terre Gaste ». Et c’est bien à la fois comme héros libérateur et comme héros mystique que le roman présente le Chevalier Désiré : dans les épisodes qui précèdent les révélations finales, alternent en effet pour Galaad et ses compagnons des phases de vie active et de vie contemplative ; ainsi Lancelot et Galaad sont-ils réunis sur une nef pendant une demi-année « sans jamais cesser de servir leur Créateur de tout leur cœur »22, et c’est cette attention exclusive à Dieu qui leur permet, lorsqu’ils abordent dans des îles lointaines, de « mener à bien des aventures extraordinaires, tant par leur prouesse que par la grâce du Saint-Esprit qui en tous lieux les aidait23 ». Plus loin, c’est cette fois Perceval et Galaad qui se chargent de la même entreprise de libération (p. 265, ll. 15-19), tandis que sur la nef de Salomon, où les trois héros sont réunis en présence du Graal, Galaad s’étend pour un long sommeil, dans un lit sur les montants duquel se trouvent chevillés en forme de croix trois fuseaux de bois de couleurs différentes détachés de l’arbre de Vie ; cet arbre est issu d’un rameau attenant au fruit défendu, qu’Eve avait emporté du paradis après la faute (l’arbre prit successivement trois couleurs : le blanc, qui symbolise l’état de pureté et de virginité dans lequel Eve se trouvait au moment où elle planta le rameau ; le vert, après que Adam eut engendré Abel le juste ; le rouge, après le meurtre d’Abel par Caïn, préfiguration du sacrifice du Christ)24. Sommeil extatique – et peut-être crucifixion symbolique de Galaad –, mais aussi sommeil de passage, puisque, au réveil, Galaad se trouve devant Sarraz, le Palais Spirituel.

  • 25 p. 271, ll.22 (« Et por que tu n’ailles sels, voil ge que tu meines a toi Perceval et Bohorz »).

7Or, s’il accède au Graal, aux mystères duquel il sera initié, Galaad entraîne aussi dans son sillage, jusqu’au terme de sa (leur) quête, Lancelot tout d’abord, Bohort et Perceval ensuite. À Cobernic, après avoir donné la communion à Bohort, Perceval et Galaad, le Christ lui-même demande à Galaad d’aller le lendemain jusqu’à la mer, où l’attend la Nef de Salomon, qui le conduira à Sarraz, et il ajoute : « Pour que tu ne sois pas seul, je veux que tu emmènes avec toi Perceval et Bohort. »25 Ainsi, le nouveau héros du Graal se voit investi, par la volonté même de Dieu, d’un second rôle, celui de passeur, qu’il joue auprès des trois chevaliers qui, sous la conduite préalable des « religieuses personnes », auront dépouillé l’homme charnel (ou terrien, ou pécheur) pour devenir des « chevaliers esperitex » (spirituels), et auront été jugés dignes de la compagnie du « Bon Chevalier ». Ce cumul des rôles constitue l’une des originalités majeures d’un roman qui complexifie le récit arthurien en multipliant le nombre des héros (après avoir disqualifié les faux quêteurs) et en établissant entre eux une hiérarchie. Il paraît pertinent de s’interroger enfin sur les raisons de cette pluralité et sur ce qui justifie ce cumul.

  • 26 Selon la recluse, les apôtres se trouvaient le jour de la Pentecôte dans une maison dont les porte (...)
  • 27 Ce qui justifie le commentaire d’E. Gilson (op. cit., p. 71-72) : il ressort manifestement de là q (...)
  • 28 « Por quoi lendoit vostre venue comparer pres a la venue Jhesucrist, de semblance ne mie de hautec (...)
  • 29 p. 15, ll. 12-13 (« Si furent tantost par laienz tôt aussi come s’il fussent enluminé de la grace (...)

8Il convient ici de revenir à l’ouverture du roman ; on a vu que l’auteur de la QSG concentre sur la même journée de la fête de la Pentecôte les deux événements déclencheurs de la quête : l’arrivée de Galaad à la cour, au repas de la matinée, et l’apparition du Graal, au repas du soir, après les vêpres. E. Gilson a montré que le premier épisode constitue une transposition de l’apparition du Christ à ses apôtres après sa résurrection (Jean, XX, 19-22), et que le second est inspiré de la descente de l’Esprit Saint sur les Apôtres (Actes, II, 1-3). Ces deux épisodes sont commentés à la page 78 par une recluse ; or dans l’exégèse qu’elle en donne à Perceval, son neveu, non seulement elle fait une confusion, légère mais significative, entre les deux passages de l’Ecriture26, mais encore elle opère un glissement de l’un à l’autre, affirmant que c’est « Nostre Sires » (et non « li Sainz Esperiz ») qui vint réconforter les apôtres le jour de la Pentecôte27. Ainsi, si Galaad apparaît d’emblée, non, ainsi que l’a pensé A. Pauphilet, comme la réincarnation du Christ, mais plutôt « en semblance » du Christ28, il est aussi présenté dès son arrivée à la cour d’Arthur comme habité par la grâce du Saint-Esprit. Là encore, le commentaire de la recluse est tout à fait explicite : le Saint-Esprit, dit-elle, descendit sur les apôtres « en guise de feu et les réconforta » (p. 78, 1.15), et quelques lignes plus loin, après avoir établi un parallélisme entre le Christ, « pasteur et maître » de ses apôtres « et Galaad, que les chevaliers de la Table Ronde doivent « tenir a mestre et a pastor », elle rappelle que celui-ci vint à la cour « en armes vermeilles, qui sont de color a feu semblables » (vêtu d’une armure vermeille, dont la couleur est semblable au feu, p. 78, ll. 22-23). Il est intéressant de confronter ces formulations aux définitions, à la fois différentes et cohérentes, que le texte donne du Graal, objet de la quête ; expliquant à Hector le sens de ses visions, un ermite lui dit que le Graal est les « secrees (secrètes) choses Nostre Seignor » (p. 158, l.10), avant de préciser : « ce est li Sainz Graaz, ce est la grace del Saint Esperit » (p. 159, 1.2). Et déjà, au moment où apparaissait le Graal à la cour d’Arthur, « tous ceux qui se trouvaient là furent comme illuminés par la grâce du Saint Esprit »29.

  • 30 p. 26, ll. 24-26 (« Ha ! Galaad, sainte chose, je te voi si avironné d’anges que mes pooirs ore pu (...)
  • 31 H.C. Blake, Le paragramme du Graal – La productivité textuelle dans La Queste del Saint Graal, thè (...)

9Mais revenons à Galaad. Lors de la première aventure du héros, le diable avoue son impuissance face à lui : « Ha ! Galaad, créature sainte, je te vois si entouré d’anges que je n’ai plus aucune force devant toi, et je t’abandonne la place ! »30. Jouissant de la compagnie des anges, parce que semblable à eux, et menant en ce monde, comme les plus parfaits des ermites, une vie angélique, Galaad apparaît dès le début du roman comme le héros en qui est « hebergiez » le Saint-Esprit, celui en qui « li feux dou Saint Esperit est ... esprit et alumez » (p. 236, 1.6), ou pour reprendre la terminologie de Guillaume de Saint-Thierry, comme un « homme spirituel », formant « un seul esprit avec Dieu » (imitas spiritus), lui qui, ayant été élevé jusqu’à son adoubement dans une abbaye de religieuses, avec un ermite pour conseiller, n’a jamais connu les souillures du monde. En se lançant à la recherche du Saint Graal, Galaad part ainsi en quête de ce qu’il porte en lui (de ce qu’il a déjà trouvé pourrait-on dire, en se souvenant de Pascal), la grâce du Saint-Esprit. Peut-être d’ailleurs les signifiants ainsi associés véhiculent-ils ces équivalences qu’exprime le récit. Harry C. Blake a montré que dans la phrase que nous avons déjà citée (« ce est li Sainz Graax, ce est la grace del saint Esprit) la dissémination des graphèmes et des phonèmes engendre le signifiant « grace » dans la première proposition, et « saint Graal » dans la seconde ; et que le lexème « Galaad » entretient le même rapport paragrammatique avec le syntagme « Saint Graal » (sAinT GrAAL : il faut admettre ici une quasi-équivalence des deux dentales sourde et sonore, le [t] final de « saint » étant encore prononcé)31.

  • 32 Si Bohort, Perceval et Lancelot progressent, dans la QSG, de la vie animale à la vie spirituelle, (...)
  • 33 p. 270 ; ll. 5-5 (« Mi chevalier et mi serjant et mi loial fil, qui en mortel vie estes devenu esp (...)

10Ainsi, c’est cette quasi consubstantialité du sujet et de l’objet de la quête qui désigne le Chevalier Désiré, héros principal de la QSG, comme le passeur obligé des autres chevaliers vers le Graal. Lancelot est mis par son fils Galaad sur la voie qui le conduit à Corbenic, le château du Graal ; Bohort et Perceval l’accompagnent jusqu’à ce même château, puis jusqu’à Sarraz : quand vient le temps où Dieu accorde aux siens d’indicibles révélations, il récompense ceux qui, partis à l’aventure en même temps que le Bon Chevalier, auront su se rendre semblables à lui, et le rejoindre dans la vie spirituelle (sans en atteindre toutefois la perfection)32. C’est pourquoi le Christ peut s’adresser collectivement en ces termes à ceux que leur mérite autorise à assister à la liturgie du Graal : « Mes chevaliers, mes soldats, mes fils pleins de loyauté, vous qui, dès votre vie terrestre, êtes devenus des êtres spirituels... »33. Quant à ceux qui, sourds aux injonctions des ermites, restent, sans évoluer, dans un « état d’animalité détournée de Dieu » (Guillaume de Saint-Thierry), ils se détournent de Galaad, et perdent le Graal à jamais.

  • 34 p. 38, ll. 13-14 (« Et cele similitude que li Peres envoia en terre son fil por delivrer son puepl (...)
  • 35 Un ermite dit ainsi à Gauvain : « Ne vous imaginez pas que les aventures qui se produisent mainten (...)
  • 36 « Mes quant li Peres del ciel vit que ce qu’il avait formé aloit si mal, il envoia son filz en ter (...)
  • 37 Sur l’opposition entre l’Ancienne Loi et la Nouvelle Loi, qui parcourt toute la QSG, et que l’on r (...)

11Et pourtant l’appel du Graal s’adressait aussi à eux, comme à tous les chevaliers de la Table Ronde – ce qui justifie la pluralité des quêteurs, dans une aventure qui d’ailleurs dépasse les limites étroites du royaume arthurien : à Corbenic en effet les trois élus de notre récit sont rejoints, avant d’assister à la célébration du Graal, par neuf autres chevaliers, venus par groupes de trois de Gaule, d’Irlande et du Danemark (p. 267). La convergence des douze chevaliers – qui sont à l’image des douze apôtres -vers le centre spirituel qu’est le Château du Graal, dessine la forme d’une croix dont les branches indiquent les quatre points cardinaux. On ne saurait mieux signifier l’universalité de cette aventure à laquelle est finalement convié l’ensemble de la chevalerie, et symboliquement, à travers elle, toute l’humanité. Dans ce groupe élargi de chevaliers, qui sont tous « compaignon de la Queste » (p. 268, 1. 15), et à qui le Christ en personne offre « la nourriture la plus sainte, la plus exquise que goûtât jamais chevalier » (p. 269, ll. 27-28), la prééminence de Galaad n’est pas remise en cause : il est bien encore le « mestre et pasteur » de tous les chevaliers élus, comme le Christ l’était de ses disciples (cf. p. 78). Il nous faut revenir une dernière fois sur cette « semblance » de Galaad et du Christ, que la QSG souligne de manière récurrente tant par la similitude des actes (Galaad est aussi un héros thaumaturge, dont les miracles rappellent ceux du Christ, pp. 10, 86, 263 spp, 275) ou des situations que par le discours des personnages : « Or voici que se renouvelle le geste que fit le Père lorsqu’il envoya son fils pour délivrer son peuple »34. À partir de ces parallélismes se dégage progressivement le caractère messianique de la figure et du rôle d’un héros qui accomplit les prophéties des ermites et des moines : après avoir annoncé la venue du Bon Chevalier, ceux-ci définissent dans les deux premières parties de la QSG les nouvelles valeurs et les nouvelles normes35 destinées à régénérer une chevalerie qui s’est donné(e) (à) de fausses idoles et qui s’est abîmée dans la violence et le péché, au point que Dieu a jugé nécessaire de lui envoyer un rédempteur : « Mais lorsque Notre Père céleste vit que sa création allait ainsi à sa perte, il envoya son Fils sur la terre pour délivrer les [...] âmes des justes. Et de même qu’il envoya son Fils qui était avec lui depuis le commencement du monde, de même il a envoyé ici-bas Galaad, qu’il avait choisi comme son chevalier et son soldat. »36 Combinant les vertus de celui qui sait et de celui qui agit, Galaad est investi de la mission d’assurer le passage de la chevalerie terrestre à la chevalerie « celestielle », ou encore de convertir la chevalerie de l’Ancienne Loi, assimilée dans la QSG à la Synagogue, à la Nouvelle Loi, instituée par le Christ rédempteur37. Si l’on peut regretter le caractère un peu éthéré, statique et monolithique du Bon Chevalier, on admettra du moins que cette perfection sans faille et peut-être un peu trop lisse lui fait gagner en richesse actancielle et en grandeur ce qu’elle lui fait perdre en épaisseur humaine. À la figure du héros, qui « mene a chief » l’aventure pour son propre compte et pour sa communauté, se superposent celle du passeur individuel, et, plus importante encore, celle du passeur collectif, qui inaugure des temps nouveaux. La pluralité des quêteurs et la complexité des rôles du héros sont ici le signe d’une quête qui a des implications jusqu’alors inconnues dans le récit arthurien : l’aventure ne se clôt pas avec le retour du héros à la cour d’Arthur, elle n’est pas destinée à rétablir la prospérité du royaume ou à écarter une menace qui pèse ponctuellement sur lui ; elle prend une dimension universelle pour s’inscrire dans l’Histoire mystique des hommes. Avec la mort de Galaad, qui, dans l’extase, rejoint sa patrie d’éternité, la QSG présente une fin ouverte. Dans ce roman du non-retour (à la cour comme aux valeurs anciennes), le seul retour positif est celui de Bohort : figurant au nombre des chevaliers élus, Bohort, auxiliaire du Passeur Galaad, est investi d’une ultime mission, celle de rapporter à la cour d’Arthur le récit des aventures ; le roi les fait aussitôt transcrire par ses clercs, et la QSG, qui en est la translation en langue vernaculaire, nous invite, par des indices nombreux et convergents, à lire ce livre comme l’évangile de Galaad.

Notes

1 Étude sur La Mort le roi Artu, Droz, Genève, 1972, p. 440. À cette trilogie imaginée, selon J. Frappier, par un « architecte » unique, a été ajoutée postérieurement un vaste « portique », L’Estoire del Saint Graal ; l’ensemble a reçu de F. Lot l’appellation de Lancelot-Graal.

2 E. Baumgartner, À propos du Mantel Mautaillié, Romania, t. 96, 3, 1975, pp. 315-322.

3 L’Arbre et le Pain, Sedes, 1981, p. 50.

4 Nous reprendrons, sauf indication contraire, la traduction d’E. Baumgartner, parue dans la collection Champion-traductions, Paris, 1983. Pour les citations du texte original nous utilisons évidemment l’édition d’A. Pauphilet parue chez Champion en 1972 (C.F.M.A., n° 33) et depuis régulièrement rééditée.

5 Cf. aussi p. 9, 1.6 ; p. 10, ll.14-16 ...

6 L’épisode est rapporté dans le Lancelot, éd. Micha, Droz, Genève, t. IV, 1979, § LXXVIII, 57. On assiste d’autre part dans la Queste à une substitution du héros du Graal : Perceval, reconnu depuis Chrétien de Troyes, et par les Continuations comme le quêteur du Graal, n’est plus désormais que le second de Galaad.

7 J’ai cru pouvoir éclairer le début de la QSG, où le Graal s’offre puis se retire par le commentaire que fait du Cantique des Cantiques l’abbé cistercien Guillaume de Saint-Thierry, dont la spiritualité a profondément marqué l’auteur du roman : « Introduite dans les celliers, l’épouse apprit beaucoup sur l’époux, beaucoup sur elle-même en ce lieu ; les dons qu’elle reçut lors de la première entrevue avec l’Epoux, lait des mamelles, fragrance des parfums, révélation du nom de l’Epoux, effusion de sa bonne odeur, cela fut provocation d’amour et appât du divin entraîneur. Après quoi, l’œuvre purificatrice l’attendait ... L’Epoux sortit et s’en alla, et maintenant blessée d’amour et brûlant du désir de l’absent, pénétrée de la douceur d’un renouveau sacré, transformée par la délicieuse saveur et, tout soudain, mise de côté, abandonnée à elle-même, dégoûtée des celliers vides et déserts, l’épouse s’élance sur la trace odorante de l’Epoux. Et dans le bouillonnement de son désir, elle donne l’essor au Saint Cantique par ce cri « Qu’il me baise d’un baiser de sa bouche. » (Guillaume de Saint Thierry, Œuvres choisies, présentées par Dom Déchanet, O.S.B., Paris, 1954, p. 220.)

8 L’auteur de la QSG dénonce à plusieurs reprises les mœurs et l’éthique chevaleresque du temps où se déroulent les événements dont il fait le récit (cf. par exemple p. 95, ll. 14-23 : À cette époque en effet les habitants du royaume de Galles étaient si violents, si dépourvus de toute mesure que si le fils trouvait son père alité parce qu’il était malade, il le tirait du lit par la tête ou par les bras et le tuait sur le champ. 11 se serait en effet déshonoré s’il avait laissé son père mourir dans son lit, mais le fils tuait le père ou le père le fils et si toute la famille mourait de mort violente, on disait alors par le pays que c’étaient là gens de noble race.)

9 P. 26, ll.7-10 et 15-18 – (a l’endemain s’acorderent a ce qu’il se departiroient et si tendrait chascuns sa voie, por ce que a honte lor serait atorné se il aloient tuit ensamble ... Si issirent dou chastel et se departirent li uns de l’autre... et se mistrent en la forest li uns ça et li autres la, ou il la voient plus espese).

10 Cf. les formules récurrentes assurant la transition d’un épisode à un autre, comme, par exemple : « Si lesse ore a tant li contes a parler d’aux et parole de Galaad (p. 55, ll.32-32) ; ‘Mes atant lesse ore li contes a parler de lui et retorne a Perceval (p. 71, ll.27-28)

11 p. 52, ll. 2-4 (Certes, sire, la compaignie de vos deus ne seroit mie covenable. Car vos estes serjanz mauvés et desloiax, et il est chevalier tiex come il doit estre.)

12 cf. Les ermites et les moines dans la littérature française du Moyen Age, Paris, Champion, 1995, pp. 619-633.

13 L’essentiel de la doctrine de Guillaume de Saint-Thierry est développé dans la Lettre aux frères du Mont-Dieu (Lettre d’Or), introduction, texte critique, traduction et notes par Jean Déchanet, O.S.B. Paris, Cerf, 1975.

14 p. 144, ll. 18-20 (maintenant te pristrent li preudome, li hermite, les religieuses personnes qui te mistrent en la voie Notre Seignor).

15 « La quête du récit », dans Poétique de la prose, Paris, Seuil, 1971, pp. 129-150.

16 p. 125, ll. 30-32 (Or sai je bien, a ce que vous me dites, que vos estes des preudomes, des verais chevaliers qui la Queste dou Saint Graal menront a fin, et qui soffreroiz les granz peines et les granz travauz. Car vos estes cil a qui Nostre Sire a mostrez ses secrez et ses repostailles).
Les trois chevaliers élus suivent, dans la Forêt Gaste, un cerf blanc qu’entourent quatre lions. Le cerf et les lions entrent dans un ermitage, et, pendant la messe du Saint-Esprit que célèbre l’ermite, les chevaliers voient le cerf se transformer en homme, tandis que les lions se métamorphosent l’un en homme, l’autre en aigle, le troisième en lion ailé et le dernier en bœuf ; ils s’emparent du trône sur lequel s’est assis le cerf et passent à travers une verrière qui se trouve dans la chapelle sans la briser. Une voix dit alors aux assistants : « C’est ainsi que le Fils de Dieu s’est incarné dans la Sainte Vierge Marie sans que sa virginité ait été touchée. » (p. 235, ll.13-15). L’ermite explique ensuite à ses hôtes que les lions métamorphosés représentent les quatre évangélistes et qu’ils viennent d’avoir la révélation des trois mystères de l’Incarnation, de la Passion et de la résurrection du Christ.

17 p. 276, ll... 27-30 (Nostre Sires, qui nés avoit pas obliez, lor envoia devant aux le Saint Graal por lor fere compaignie, de qui la grace il furent toz dis repeu tant come il demorent en la prison).

18 « Exultatio cum tremore », dit Guillaume de Saint-Thierry (Lettre d’Or, § 273).

19 p. 278, ll. 4-7 (Car or voi ge tot apertement ce que langue ne porroit descrire ne cuer penser. Ici voi ge l’acomençaille des granz hardemenz et l’achoison des proeces ; ici voi ge les merveilles de totes autres merveilles !).

20 Sur le mythe de la Nef dans la QSG, on consultera, A. Pauphilet, Études sur la Queste del Saint Graal, Paris, Champion, 1968, pp. 144-158.

21 p. 199, ll. 22-24 (Sire bien veigniez vos ! Tant vos avons atendu que or vos avons, Dieu merci ! Et venez avant, car il n’a fors de l’aller a la haute aventure que Diex nos a apareilliez).

22 p. 251, ll . 23-24 (« En tel maniere qu’il n’i avoit celui qui n’entendist a son Creator servir de son cuer »).

23 p. 251, ll. 26-28(« ou il troverent merveilleuses qu’il menerent a chief, que par lor proesce que par la grace dou Saint Esprit, qui en toz leux les aidoit »)

24 Sur l’Arbre de Vie dans la QSG, cf. outre les ouvrages d’A. Pauphilet (pp. 145-148) et de E. Baumgartner (pp. 131-140), Esther C. Quinn, « The Quest of Seth, Solomon’s Ship and the Grail », dans Traditio, t. 21, 1965, pp. 185-222.

25 p. 271, ll.22 (« Et por que tu n’ailles sels, voil ge que tu meines a toi Perceval et Bohorz »).

26 Selon la recluse, les apôtres se trouvaient le jour de la Pentecôte dans une maison dont les portes étaient bien closes, alors que cette indication se trouve non dans les Actes, mais dans l’évangile de Jean.

27 Ce qui justifie le commentaire d’E. Gilson (op. cit., p. 71-72) : il ressort manifestement de là que l’auteur de la Queste a construit tout le début de son œuvre en combinant la venue du Christ parmi les Apôtres avec la descente du Saint Esprit ; ensuite que l’Ecriture lui dictait ce rapprochement, puisque le Christ vient parmi les Apôtres, dans l’Evangile, pour leur insuffler le Saint Esprit et que le Saint Esprit descend sur eux, dans les Actes, pour accomplir la promesse de Jean annonçant le baptême de l’Esprit par le Christ.

28 « Por quoi lendoit vostre venue comparer pres a la venue Jhesucrist, de semblance ne mie de hautece » (p. 38, ll.20-21 : c’est pourquoi votre venue, bien qu’elle ne l’égale pas en importance, offre une si grande ressemblance avec celle de Jésus-Christ.) Cf. aussi p. 55, ll. 10-12 ; p. 78 – p. 86, ll. 29-32 ... On rappellera aussi que, comme le Christ (Matt., XXI, 9), Galaad est « estraiz dou haut lynage le Roi David ».

29 p. 15, ll. 12-13 (« Si furent tantost par laienz tôt aussi come s’il fussent enluminé de la grace dou Saint Esperit. »).

30 p. 26, ll. 24-26 (« Ha ! Galaad, sainte chose, je te voi si avironné d’anges que mes pooirs ore puet durer encontre ta force : je te les le Deu. »).

31 H.C. Blake, Le paragramme du Graal – La productivité textuelle dans La Queste del Saint Graal, thèse de Doctorat de 3e cycle, Paris VII, 1973.

32 Si Bohort, Perceval et Lancelot progressent, dans la QSG, de la vie animale à la vie spirituelle, Galaad, héros et passeur, est d’emblée un être spirituel. Si notre lecture est exacte, la QSG semble vérifier l’hypothèse avancée par P. Carmignani selon laquelle l’agent assurant la transition ne subit pas « lui-même a priori de modification particulière ».

33 p. 270 ; ll. 5-5 (« Mi chevalier et mi serjant et mi loial fil, qui en mortel vie estes devenu esperitel ... »).

34 p. 38, ll. 13-14 (« Et cele similitude que li Peres envoia en terre son fil por delivrer son pueple est ore renovelée »). Cf aussi p. 11, l. 8 et p. 55, 1. 10. Signalons aussi que d’après Isidore de Séville, Bède le Vénérable ou l’abbé cistercien Gillebert, « Galaad » serait un des noms mystiques du Christ.

35 Un ermite dit ainsi à Gauvain : « Ne vous imaginez pas que les aventures qui se produisent maintenant consistent à massacrer des hommes, à tuer des chevaliers. Non, elles sont bien supérieures et d’une tout autre valeur car elles relèvent du monde spirituel. » (cf. p. 161, ll. 3-6).

36 « Mes quant li Peres del ciel vit que ce qu’il avait formé aloit si mal, il envoia son filz en terre por delivrer [...] les bones ames. Et tôt aussi come il envoia son filz qu’il avoit devant le comencement dou monde, tout einsi envoia il Galaad come son esleu chevalier et son esleu serjant... » (p. 55, ll. 8-13).

37 Sur l’opposition entre l’Ancienne Loi et la Nouvelle Loi, qui parcourt toute la QSG, et que l’on retrouve dans le roman de Perlesvaus, où les ermites vont répétant que le but de l’aventure chevaleresque est d’« avancier la loi au Sauveur » (ou « la loi Nostre Seignor », dite encore la « Nouvelle Loi »), cf. Pauphilet, op. cit. p. 115-116 et J. Chaurand, « La vieille loi et la nouvelle loi dans la Queste del Saint Graal », dans Annales du Cesere, n°1, 1998.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search