Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre IV. Éclatement, contestation et recentrage (Seconde moitié du XXe siècle

Chapitre XLII. L’hydrologie continentale après Maurice Pardé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’hydrologie continentale (ou fluviale) est fille de la climatologie puisque la plus grande partie de l’eau qui ruisselle à la surface de la terre est d’origine atmosphérique. Ainsi, les deux disciplines sont-elles réunies grâce au concept de cycle de leau. Conscients de cette complémentarité, de nombreux auteurs, M. Rochefort, R. Frécaut, J. P. Vigneau, parmi bien d’autres, ont pratiqué conjointement l’hydrologie et la climatologie.1

Cependant, il serait abusif de ne voir dans l’hydrologie qu’un simple appendice de la climatologie car l’écoulement des eaux dépend de bien d’autres facteurs. Il s’agit d’une discipline autonome qui a atteint en France, avec M. Pardé, sa maturité. L’approche à la fois naturaliste et mathématique du maître sera celle de la plupart de ses disciples. Mais la "potamologie" s’enrichira de concepts nouveaux : système fluvial, structure hydrologique, cycle et bilan de l’eau... Et pour les "nouveaux hydrologues" comme J. P. Vigneau, "l’eau constitue le nœud de...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540