Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre IV. Éclatement, contestation et recentrage (Seconde moitié du XXe siècle

Chapitre XXXVIII. Hautes latitudes et hautes altitudes : du Groenland à l’Himalaya

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la veille de la deuxième guerre mondiale, la présence scientifique française dans les zones froides et la haute montagne est des plus discrètes. Pour les régions polaires et subpolaires, il faut cependant signaler les croisières du commandant Charcot sur le Pourquoi-Pas ?, la traversée du Groenland par P. É. Victor, M. Perez et R. Gessain en 19361, les missions de V. Romanovsky au Spitzberg et de E. Aubert de la Rüe aux Kerguelen (voir chap. XXVIII, 4. 2.). Pour la haute montagne, si les observatoires du Mont Blanc et du Pic du Midi font bonne figure, les alpinistes et les chercheurs français, contrairement aux Anglo-Saxons, ne s’aventurent guère dans l’Himalaya ou la Cordillère des Andes. L’expédition organisée par le Club alpin français au Hidden Peak (Karakoram), en 1936, se soldera par un échec. Elle comprenait un médecin et un photographe, mais pas de spécialiste des sciences de la Terre. Il faudra attendre l’expédition au Fitz-Roy (Andes de Patagonie) en 1951-1952, pour voir...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540