Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre III. La géographie physique universitaire ou Le règne de de Martonne (Première moitié du XXe siècle)

Chapitre XXVII. Montagnes et glaciers

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

II. En dehors des Alpes

Pour la plupart des géographes français, les Alpes occidentales constituent une montagne parfaite, une sorte de prototype. Si la spécificité des massifs anciens est reconnue, les Pyrénées, au contraire, souffrent d’être constamment confrontées au modèle alpin et la comparaison tourne rarement à leur avantage. "Les Pyrénées sont perçues à travers les Alpes", constate D. Laplace1 qui souligne "la référence incontournable aux Alpes" dans les études pyrénéennes. Maladroite contrefaçon des Alpes, les Pyrénées sont inférieures en tout : moins élevées, moins riches en aiguilles et en glaciers, elles ont peu de grandes vallées et se révèlent peu pénétrables...2

1. Un Alpin dans les Pyrénées

Cette (mauvaise) habitude des géographes français est perceptible tout au long du gros mémoire que leur consacre, à la veille de la guerre de 1914, le maître de la géographie alpine3. Poussé par une louable curiosité, R. Blanchard parcourt la chaîne de l’Océan à la Méditerranée au co...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540