Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre III. La géographie physique universitaire ou Le règne de de Martonne (Première moitié du XXe siècle)

Chapitre XXV. Apogée de la géomorphologie cyclique et premières critiques (1920-1950)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

II

1. Surfaces des plaines et des bassins sédimentaires

Les massifs anciens auraient-ils le monopole des aplanissements cycliques ? On pourrait le croire en se limitant aux travaux de Baulig, Perpillou, Beaujeu-Garnier, Guilcher... Ce dernier, rappelons-le, remarque justement que l’étude des régions basses se révèle souvent aussi complexe que celle des régions montagneuses. Cela se vérifie aussi bien pour le Bassin Parisien que pour les plaines et les plateaux du Bas-Languedoc.

1.1. Plates-formes structurales et surfaces d’érosion du Bassin Parisien

Cette opposition fondamentale a été bien vue dès 1888 par Margerie et de La Noë qui montrent que "l’inclinaison des couches est toujours supérieure à celle de la surface du sol"1. A partir de cette surface s’est organisé le réseau hydrographique et s’est formé le relief de côtes par dégagement ultérieur des roches dures. En 1896, Lapparent2 reprend ce schéma en lui appliquant la théorie davisienne. La pénéplaine fondamentale du Bassin Parisi...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540