Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre II. De la dispersion à l’unification (Seconde moitié du XIXe siècle)

Chapitre XVI. De la géographie botanique à l’écologie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1898, Charles Flahault écrit dans l’introduction d’une Flore des Pyrénées-Orientales : "La Flore est un ensemble de documents au même titre qu’un dépôt d’archives ; elle n’est pas la science, elle est un instrument de la science"1. La géographie botanique ne saurait se contenter de catalogues, d’inventaires floristiques aussi complets soient-ils. Pour expliquer la répartition de la végétation, la géographie botanique doit faire intervenir une multitude de "causes physiques actuelles", mais tenir compte aussi des "conditions géographiques et climatériques antérieures". Elle doit aussi faire la part de ce qui est végétation primitive et végétation artificielle transformée par l’homme.

Lorsque Flahault expose ces principes, beaucoup de botanistes, sans négliger totalement nomenclatures et classifications, suivent les préceptes de Humboldt et d’Alphonse de Candolle2. Ils recherchent les facteurs naturels qui conditionnent la répartition des plantes ; ils identifient des "régions botan...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540