Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre II. De la dispersion à l’unification (Seconde moitié du XIXe siècle)

Chapitre XIV. Le désert : des explorateurs aux universitaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour les Français, le Sahara est le désert par excellence. Le désert algérien, faut-il le préciser, car c’est à partir du sud-algérien et au rythme de la pénétration coloniale que progresse l’exploration du Grand Désert et que l’on passe de la "géographie par renseignements" à la connaissance directe. Jusqu’à la fin du siècle, le pays demeure peu sûr et le massacre de la mission Flatters en 1881 montre que les militaires eux-mêmes ne sont pas en pays conquis. Quant aux civils, comme Duveyrier ou Largeau, ils ne s’aventurent au sud de l’Atlas qu’avec la protection ou l’autorisation de l’armée. A la fin du siècle, pourtant, les méharés de Laperrine et la traversée intégrale du Sahara de Ouargla au Tchad, codirigée par un militaire, le commandant Lamy, et un civil, Fernand Foureau, marquent pratiquement la fin de la "pacification" du désert. Quelques années plus tôt, en 1893, un universitaire, Henri Schirmer, a tenté une première monographie géographique du Sahara, alors qu’aucun Europ...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540