Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre II. De la dispersion à l’unification (Seconde moitié du XIXe siècle)

Chapitre XI. Connaissance des montagnes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la première moitié du xixe siècle, la montagne inspire encore, non de l’effroi, mais une certaine crainte. Les Romantiques qui visitent les Alpes ou les Pyrénées, demeurent dans les vallées, au bord des lacs et contemplent de loin les "sublimes horreurs"1 des sommets. Au niveau des alpages, des rochers, des glaciers on ne rencontre, à côté des bergers et des chasseurs de chamois, que des officiers topographes ou quelques "touristes" anglais2. Pourtant, dès la fin du xviiie siècle, Saussure et ses émules ont montré que la haute montagne est le véritable "laboratoire de la Nature". Tous les phénomènes physiques n’y sont-ils pas plus grandioses, plus spectaculaires, donc plus faciles à étudier ?

Au milieu du siècle, dans la décennie 1850 - 1860, le regard sur la montagne évolue profondément. Pour la France, nous avons noté l’importance de l’année 1860 et de l’annexion de la Savoie qui va permettre aux savants de Grenoble d’étendre leurs investigations à l’ensemble des Alpes occiden...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540