Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre I. Dans le sillage de Humboldt (Première moitié du XIXe siècle)

Chapitre VIII. Un monument national : la Carte d’état-major

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1950, A. Libault écrivait dans son Histoire de la Cartographie : "La France vit encore sur la carte d’État-Major... que chacun a utilisée peu ou prou". Et de fait, conçue d’abord par et pour des militaires, la carte d’État-Major s’est diffusée dans toutes les couches de la société et certains ont même voulu en faire la base de l’enseignement de la géographie.

1. Préhistoire de la carte

Au début du xixe siècle, la Carte géométrique de la France, dite Carte de Cassini1, couvre la presque totalité du territoire national. A l’échelle de "1 ligne pour 100 toises" (1 : 86.400), elle comprend cent quatre vingt feuilles s’appuyant sur une triangulation achevée en 1747, elle a occupé des centaines d’ingénieurs civils pendant la seconde moitié du siècle. En 1793, la société civile créée en 1756 par Cassini de Thury (Cassini III) est dissoute par la Convention qui "nationalise" l’entreprise. Les minutes, les cuivres, les feuilles achevées et en cours sont confisquées et transféré...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540