Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre I. Dans le sillage de Humboldt (Première moitié du XIXe siècle)

Chapitre VII. Mers et côtes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

"Les mers sont un des objets les plus importants de la géographie physique" affirme Malte-Brun, qui montre que les étendues marines forment un seul Océan, couvrant les 3/4 de la surface du globe, et que les hommes divisent artificiellement en Mers.

Pourtant, avant d’être une science, l’étude des mers a été un ensemble de techniques et de connaissances empiriques propres à faciliter la navigation. On a remarqué qu’il était plus utile à un marin de connaître la profondeur de la mer qu’à un terrien de connaître la hauteur des montagnes. Aussi, pendant longtemps, la science de la mer s’est-elle renfermée dans des cartes ou des instructions nautiques plutôt que dans des traités savants.

Au début du xixe siècle, les contemporains de Malte-Brun dinstinguent l’hydrographie qui concerne les zones littorales et l’océanographie tournée vers le grand large.

1. L’hydrographie marine

"Faire l’hydrographie" d’une côte ou d’une île, c’est en dresser la carte et en décrire de façon précise le tracé avec...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540