Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire de la géographie physique en France (XIXe - XXe siècles)

 | 
Numa Broc

Livre I. Dans le sillage de Humboldt (Première moitié du XIXe siècle)

Chapitre III. Une géographie sans géographes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En un temps où la géographie n’a pas de statut scientifique ou universitaire bien défini, qui peut véritablement, en France, s’intituler "géographe" en dehors du cartographe ? Il existe bien à la Sorbonne une chaire de géographie1 créée en 1808 mais ses titulaires successifs, férus de géographie grecque et médiévale, ne s’occupent guère de géographie moderne et encore moins de géographie physique. Cette géographie érudite se retrouve à l’Institut et à la Société de géographie de Paris fondée en 1821.

La géographie physique semble être l’apanage de non-géographes, naturalistes ou simples amateurs : Malte-Brun, publiciste et poète à ses heures, Lamouroux, médecin et botaniste, Bruguière, parfait autodidacte. Seul Cortambert correspond à peu près à l’idée que nous nous faisons aujourd’hui du géographe.

1. Malte-Brun : entre Encyclopédie et Romantisme

Journaliste sous l’Empire, spécialiste de politique étrangère, Malte-Brun (1775-1826)2 est venu assez tard à la géographie (voir chapitre I)...

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540