Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le drap et le grain en Languedoc

 | 
Gilbert Larguier

Deuxième partie. Renaissances. Milieu du XVe - fin du XVIe

Chapitre X. Une société nouvelle

Texte intégral

  • 1 L’emploi auquel Jean de Foix destine dans son testament rédigé en 1500 les biens de la Vicomté de (...)
  • 2 Un seul Ramejan apparaît au consulat : Pierre Ramejan, mercadier, en 1394. S’agit-il de la même fa (...)

1Tenter de cerner la composition et l’évolution de la société à la fin du xve et au xvie s. est se heurter d’emblée à la question majeure, qui s’impose d’elle-même, de la composition du groupe aristocratique. Quelques chiffres suffiront à poser le problème. En 1499, dans le compoix de Narbonne, on relève quatre cotes nobiliaires en tout et pour tout ; encore concernent-elles des patrimoines bien modestes. Arnaud du Lac, seigneur de Boutenac, imposé pour les usages et les droits seigneuriaux qu’il perçoit, ne possède pas de maison ni de bien foncier dans le terroir. Le vicomte de Narbonne n’a quasiment plus rien, une maison et moins de 5 ha de terres1. On le sait, il ne réside pas. Le seul patrimoine de quelque consistance est entre les mains des héritiers de Peyre Gentian, dont on a vu la famille alliée à Jaume Lac et intéressée à l’exploitation du sel. Quant à noble de Ramejan, il n’a laissé que peu de traces dans la chronique narbonnaise2 (cf. annexe n° 7). En 1561, on dénombre 21 cotes nobiliaires, à la fin du siècle 46. Plusieurs d’entre elles concernent des successions qui ne sont pas encore réglées, des personnes extérieures à Narbonne, comme l’évêque de Lodève Christophe de Lestang ou des biens fort modestes qui tomberont en non-valeur. Le pré-herme de 5,5 ha de François d’Alezio sera de ceux-là. Mais les ordres de grandeur, approximativement 1, 5, 10, entre le début, le milieu et la fin du xvie s., situent bien le phénomène. Narbonne apparaît à la fin du xve s. comme une ville sans noblesse alors qu’un siècle plus tard un groupe aristocratique est parfaitement organisé en une série de lignages qui ont essaimé ; la période des troubles de religion apparaissant même comme particulièrement faste pour la croissance numérique de la noblesse.

  • 3 A.D.A., 5 J 29 et 30, recherches des faux nobles, généralité de Montpellier. Beaucoup de généalogi (...)

2Une fois encore, c’est aborder les choses par la ville et le sommet de la société. Il n’est pas dit qu’il en soit de même à la campagne. Un état des lieux à la fin du xve s. s’impose pour vérifier le degré de représentativité de la ville et voir si le xvie s., traversé par cette onde étonnante qui parcourt la société, aboutit ici, authentiquement, à la formation du second ordre. Quelles sont l’origine de ce groupe aristrocratique, les étapes, les voies et les moyens de sa formation ? On assiste au xvie s. à l’émergence d’une société nouvelle, ou au moins profondément renouvelée. Ne nous dissimulons pas les difficultés de la tâche. Ma tentative a simplement l’ambition d’établir une esquisse, de poser des jalons pour une étude qui reste à faire de la société languedocienne du premier âge moderne. L’entreprise est difficile en effet. Les documentations familiales font défaut. Les sources notariales sont encore lacunaires. Les généalogies élaborées pour justifier l’appartenance à la noblesse lors des recherches des faux nobles au xviie s. remontent rarement au-delà de 15503. La transition entre le xve et le xvie s. s’aperçoit mal. Or, c’est elle qu’il convient d’éclairer. De là ne dépend pas seulement la compréhension d’une dynamique familiale. C’est le fonctionnement même de la société qui est en jeu et celle des pouvoirs locaux.

A / UN VIDE SEIGNEURIAL ?

  • 4 Cf. chap. II, A.
  • 5 Malgré l’union des deux consulats, le pouvoir municipal conserve ses consuls de Bourg et de Cité a (...)
  • 6 24 mars 1271, H. L., t. VIII, preuves, cc 1728-1732. Le différend entre les deux frères ne sera tr (...)
  • 7 À Ouveillan, Fabrezan, Villerouge-la-Panouze, Pérignan...

3L’analyse aussi serrée que possible des sources disponibles, qui proviennent principalement de l’administration consulaire, ne laisse entrevoir de mentions explicites de nobles, d’écuyers ou de damoiseaux que de loin en loin aux xive et xve s.4. Narbonne serait-elle sans noble et sans seigneur ? La question mériterait une attention minutieuse, des définitions rigoureuses et une analyse sur une durée suffisamment longue. Contentons-nous de quelques observations. Le précoce affaiblissement de la vicomté et l’apparition des pouvoirs consulaires de Cité et de Bourg, séparément, puis réunis depuis 13385, n’ont guère favorisé la formation d’un groupe noble stable et nombreux. La décadence vicomtale se précipite à la fin du xiiie et au début du xive s. L’accord de 1271 entre Aymeric le nouveau vicomte et Amalry de Pérignan son frère sur ce qui doit leur revenir comme héritage réduit dangereusement la part du vicomte et ses ressources6. La vicomté n’échappe pas au mouvement de fragmentation et de désagrégation des fiefs. Dès lors, les concessions du vicomte aux communautés de sa dépendance, moyennant finance, se multiplient ainsi que les aliénations7. Partout, il recule devant les autres pouvoirs. Il ne peut rien par exemple contre le consulat narbonnais et la ville qui agissent à peu près à leur guise ou les cisterciens de Fontfroide qui parviennent à s’établir où ils l’entendent malgré ses velléités d’opposition. En cas de conflit, le pouvoir royal par le truchement du sénéchal de Carcassonne ou du viguier de Béziers tranche pratiquement à tous coups en faveur de ses concurrents. La création d’une viguerie à Narbonne au milieu du xive s. va dans le sens d’une dépossession des prérogatives vicomtales. Les vicomtes de Narbonne gardent du prestige hors du Languedoc. Localement, leur rayonnement se réduit comme une peau de chagrin. Dépourvus de moyens, ils ne sont guère en position de constituer une clientèle et de devenir les chefs d’un parti puissant. Autour d’eux, on ne peut guère citer le nom de familiers, de fidèles, d’officiers de sa cour de justice, de familles de quelque envergure qui se soient perpétuées jusqu’à la fin du xve et au début du xvie s. qui puissent se prévaloir de ses liens avec la vicomté et d’avoir appartenu à son entourage.

  • 8 Actuellement dans la commune de Sigean.
  • 9 Pour tout ce qui suit : G. MOUYNES, (1977) p. 379-385.
  • 10 En 1253 par exemple il assiste en qualité de légiste à Montpellier à l’interprétation de la ‘leude (...)
  • 11 Dans la future île Langel. En 1352, elle porte le nom éponyme de P. de Lac.
  • 12 Bien qu’ils soient appelés seigneurs de Boutenac, ils ne possédaient pas la totalité de la seigneu (...)
  • 13 Arnaud est consul en 1366. Pierre en 1368, 1372, 1376. Cette liste est certainement très loin d’êt (...)
  • 14 Arnaud du Lac, gentilhomme, est consul en 1409, 1421, 1425 ; noble Bernard, en 1429 ; Jacques en 1 (...)

4Le seul cas notable qui peut être avancé est celui des Lac. Originaires de la communauté du même nom qui dépendait de la vicomté de Narbonne8, on les voit apparaître dans l’entourage des vicomtes dès le début du xiie s. Les Lac leur servaient de témoins dans tous les actes importants qu’ils passaient, ventes de biens ou règlements de différends et de procès9. Leur ascension est rapide au cours du siècle par deux voies complémentaires : l’Église et le service vicomtal. Guillaume est prieur du monastère de Sainte-Eugénie, de l’église Notre Dame de Lastours d’Azille et se fait concéder des bénéfices par l’archevêque. À la fin du siècle, Pierre-Arnaud assiste le vicomte en qualité de juriste. Celui-ci le tenait en haute estime car il le choisit à plusieurs reprises comme arbitre dans les affaires qu’il avait à régler. Les Lac s’affirment comme des spécialistes indispensables dans la première moitié du xiiie s. Raymond, chancelier de Raymond VII, duc de Narbonne, comte de Toulouse, est juge de la cour du vicomte en 1251. On le voit partout, appelé comme arbitre ou comme légiste dès qu’un point de droit se révèle épineux10. Les Lac sont le type même d’une ascension à partir de bases terriennes par le service d’un seigneur et son besoin de disposer de bons connaisseurs du droit pour sa cour de justice. À l’échelle locale et de la vicomté, ils sont très représentatifs de la montée des légistes. Mais ce faisant, ils relâchent leurs liens avec leurs origines. Raymond cède à l’archevêque les droits seigneuriaux qu’il possédait à Sigean contre une maison située en Cité dans la paroisse Saint-Sébastien11. Au début du xive s., ils ont acquis une partie de la seigneurie de Boutenac. Pierre, le fils de Raymond, que l’on qualifie de damoiseau, fait son hommage en 1303 au vicomte de Narbonne pour la seigneurie12. Les voilà seigneurs d’une communauté, cas unique en Narbonnais qui est aussi une reconnaissance de leurs services et de leurs mérites. On a ainsi un itinéraire narbonnais qui se poursuit dans la mouvance vicomtale. Après Le Lac, puis le couple Le Lac-Narbonne, se forme, par glissement et l’acquisition d’une terre qui dépendait de la vicomté, l’association Boutenac-Narbonne. Les lieux correspondent à autant d’étapes de leur statut et de leur rôle. Les Lac ne persévèrent pas dans leurs fonctions d’hommes de justice. Leur ascension avait coïncidé avec celle de la cour du vicomte. L’importance de celle-ci décline avec le partage en deux de la vicomté et le dépérissement de la puissance vicomtale. Les Lac commencent, au début du xive s., une nouvelle carrière. Ils seront au consulat avec une belle régularité : Pierre, seigneur de Boutenac, en 1315, 1319, 1332, 1335, Arnaud, Bérenger, Pierre, ensuite13... En 1348, au moment de la peste, Bérenger du Lac fut élu régent du consulat de Narbonne. Pendant un siècle et demi les Lac jouent un rôle de premier plan comme consuls de Cité14.

5Mais leurs fonctions édilitaires et de représentation de la ville ne s’accompagnent d’aucune activité sur le plan économique. Ils ne participent pas au commerce, n’achètent aucune maison et même pas une parcelle de terre dans le terroir. Pendant toute la première moitié du xve s., ils se contentent de détenir quelques droits seigneuriaux. Sans enracinement foncier ou immobilier, le soutien du vicomte leur faisant défaut, ils se replient sur leur seigneurie de Boutenac. Noble Arnaud du Lac est le dernier à être porté au consulat de Cité en 1449. Les Lac témoignent pour les avatars du cercle aristocratique narbonnais et pour l’influence déterminante qu’a pu avoir la crise précoce de la vicomté.

  • 15 Il s’agit de Amalric I de Narbonne, seigneur de Talairan, le frère du vicomte qui lui disputait so (...)
  • 16 Par exemple Bernard de Narbonne, marquis de Fimarcon, baron de Talairan, épouse en premières noces (...)

6Le vide vicomtal du xve s. finit d’enlever toute consistance et possibilité de maintenir une cohésion à un groupe aristocratique citadin. D’ailleurs, les vicomtes et leur progéniture nouent leurs alliances matrimoniales systématiquement hors du Narbonnais. Aussi, ne reste-t-il personne sur place après la mort de Guillaume II à la bataille de Verneuil. La branche des seigneurs de Talairan15 se maintiendra plus durablement, avec quelque prestige puisque Jean de Narbonne sera capitaine de la ville et du château de Collioure et son fils Jean gouverneur du comté de Roussillon. Mais leurs descendants ne se marient pas en Narbonnais. Ils trouveront femme surtout du côté de l’ouest, au delà du Carcassonnais16.

  • 17 Cf. supra, chap. III et IV.
  • 18 Noble Pierre de Salas en 1431 peut-être. Les de Salles sont alliés aux Lac. Nobles Guillaume et Ra (...)
  • 19 P.-H. VIALA, (1984).
  • 20 Ces remarques suggéreraient une grande vulnérabilité de ce groupe de damoiseaux aux crises du xve (...)

7Cette évasion hors du Narbonnais confirme l’hypothèse d’un vide seigneurial en ville et dans ses alentours, au moins à partir du début du xive s. Les compoix citadins, si précieux, qui mentionnent dans les patrimoines assujettis à l’impôt les usages, les montrent entre les mains des mercadiers principalement. Doit-on considérer ceux-ci comme formant un groupe nobiliaire ? L’organisation du consulat ne laisse aucune ambiguïté à cet égard et écarte cette hypothèse. Les mercadiers se sont davantage nourris des dépouilles des seigneuries en déshérence. Le mode de confection des compoix et des registres fiscaux établis annuellement exclut les exemptions et les omissions. La pérennité des autres lignages, comme ceux des mercadiers, d’autre part17, ne peut laisser croire à une extinction accélérée de la noblesse à la fin du xive et au début du xve s. Aussi, n’est-ce que de loin en loin qu’apparaissent au consulat des personnages désignés expressément comme nobles : dix membres de la famille de Salis (Salles), tous qualifiés de damoiseau, sont consuls de 1314 à 1378. La dernière mention de noble Pierre de Salles date de 141018. Il y a un groupe de damoiseaux relativement nombreux qui occupe le consulat dans la première moitié du xive s. : Pierre Raymond et Rigaud de Montbrun, Bernard et Raymond de Saint-Just, Jean, Pierre-Raymond et Raymond de Margalonis, Bernard, Pierre-Raymond de Montpellier, Bernard de Sigean19. Aucun ne passe 1355. Les Lac sont les seuls, bien installés au consulat, que l’on retrouve après les crises du milieu du xive s.20. Au xve s., les seuls nobles que l’on voit en charge au consulat en dehors des Lac sont Guynot Teulier -1437-, Benoît et Bernard Stéphane -1411, 1415, 1419-, Jean Roc, P. Gentian -1443, 1447, 1455, 1467-, Guillaume de Sapte, seigneur d’Escales -1469-, P. de la Ribeyre -1441, 1445-, François Catalan, damoiseau -1443, 1457-. La liste est bien courte.

  • 21 A.M.N., AA 103, f° 143 v° sq., publié dans G. MOUYNES, (1871) pièce CLXXXVII p. 398-403 ; cf. anne (...)
  • 22 Cf. infra. En 1453 ils ne possèdent que la bastide de Moujan. Cf. compoix de 1453, f° 11. Perinet (...)
  • 23 A.M.N., collecte des clavaires 1481, f° 112. En 1481 noble Antoine de Mathelin est premier consul. (...)
  • 24 On comprend mieux la vague des nouveaux habitants des années 1480 et la présence sur les listes de (...)
  • 25 Les Lac ne se sont pas éteints, ils ont quitté Narbonne pour Boutenac. Ils restent seulement impos (...)

8Les nobles n’occupaient de place dans le pouvoir municipal qu’en Cité, même après l’union des consulats. L’arrêt organique de l’administration consulaire de 1484 qui reprend les anciennes constitutions municipales ne leur réservait que la première échelle de Cité, avec le droit de désigner un consul donc, qu’ils partageaient avec les clercs et les bourgeois, confirme leur rôle modeste21. D’ailleurs, en 1484, qui trouverait-on à mettre en tête des conseillers composant la première échelle de Cité alors que tout ce que Narbonne comptait de notabilités figurait sur les listes des trois échelles de Cité et de Bourg ? Guillaume Sapte, écuyer, seigneur d’Escales, Pierre de Doliendo, écuyer, seigneur de Moujan, Jean Bordavi. Le commentaire qui accompagne ce tableau ne saurait mieux souligner la vacuité nobiliaire : « et par la grande mortalité qui par cy devant a esté en la dicte Cité, icelle eschelle, pour le présent, n’a peu estre fournye de personaiges de la qualité requise ». Aucun des trois ne possédait beaucoup de biens à Narbonne et à proximité. Les Dorlhens ne sont plus à Narbonne depuis longtemps. Un descendant vendra depuis Auch à un Alcoynes la terre de Moujan en 154522. Quant à Jean de Bordavi, lieutenant de viguier23, il n’est installé à Narbonne que depuis très peu de temps puisqu’il est encore inscrit sur la liste des nouveaux habitants de 1486. Narbonne se trouverait-elle en manque de nobles, à la limite de pouvoir assumer un fonctionnement régulier du consulat ? Bernard Lauret, premier président au parlement de Toulouse et Antoine Bayard trésorier général de France en Languedoc, poursuivant sans détour leurs recommandations, ne seraient pas loin de le penser : « avons ordonné qu’elle (l’échelle) soit fournie le plus tôt que faire se pourra des nouveaulx habitans de la qualité d’icelle eschelle »24. Leur intervention dans l’administration se situe à un seuil : au moment où finissent de s’épuiser les dernières familles nobles et où de nouvelles ne les ont pas encore remplacées. Aucune famille installée à Narbonne qui revendiquera la noblesse au xve et même au xvie s. ne pourra se prévaloir d’antiques origines et prétendre avancer des preuves de nobilité incontestables antérieures à la fin du xve s.25.

9Tout au long du xve s., la réalité du pouvoir municipal est entre les mains des mercadiers de Bourg. C’est eux qui ont le nombre, la puissance, la richesse et l’influence, qui occupent les postes-clef ou les confient à leurs fidèles. Guillaume Alcoynes, par exemple, conseiller en 1484 de la seconde échelle de Cité, celle des marchands, un des plus riches habitants de Narbonne à la fin du xve s., était le clavaire de la ville en 1481. La structure du consulat et du conseil de ville, quasiment inchangée aux xive et xve s., ne poussait guère à l’émergence d’un groupe nobiliaire. La langueur où reste plongée la ville sur le plan économique, n’y aide pas non plus. Paradoxalement, elle perpétue le pouvoir des mercadiers. Aucun renouvellement d’activité ne se produit. Il n’y a pas de sang neuf, de catégorie sociale qui voit ses effectifs grossir et qui parvienne à s’imposer. La montée des notaires, des avocats, est perceptible. On les a vu investir dans la terre. La composition des échelles de Bourg et de Cité en 1484 montre combien ils commencent à faire masse maintenant, alors que l’échelle des pareurs s’est singulièrement amenuisée avec le déclin de la draperie. Ils se dégagent mal encore des autres menesteriaux auxquels ils sont mêlés. On sent néanmoins très nettement une distinction qui est en train de s’établir : le titre de maître précède le nom de chacun d’eux. On s’oriente de plus en plus nettement à la fin du siècle vers une cogestion de la Cité par les mercadiers et les notaires.

10La lenteur que met le milieu des notaires, des officiers de justice, à se dégager, beaucoup plus marquée qu’ailleurs, vient de la situation particulière de la ville. Ce qui lui manque ? Des fonctions administratives, une cour de justice digne de ce nom. La viguerie, au xive s. et jusqu’aux trois quarts du xve s., mène une vie sans relief. Les possibilités d’ascension sur place trouvent vite leurs limites. Le contraste est total avec les capitales comme Bourges ou Tours où les gens d’affaires, les officiers entraînés par le contact direct avec la monarchie et la cour, sont propulsés eux-mêmes ou aident leur parentèle ou leur clientèle à accéder aux charges les plus prestigieuses, ou même avec les villes qui sont sièges de sénéchaussée ou reçoivent une cour souveraine comme Montpellier. On perçoit nettement en cette fin de xve s., la différence entre Narbonne et Carcassonne. Le parcours extraordinairement rapide déjà décrit des Belissen, qui accèdent en un temps record aux fonctions sénéchales, est le type représentatif, simplement un peu plus accéléré et voyant, de ce qui se produit dans l’ombre. Le relatif immobilisme de la société narbonnaise, le décalage avec les autres sociétés citadines, donne la mesure du handicap dont souffre Narbonne. Être à l’écart du pouvoir royal et de ses institutions revient à se trouver hors de l’agent principal de la dynamique sociale.

  • 26 Mais les confiscations des biens des faidits, attribués à l’Église, contribuent à affaiblir les po (...)
  • 27 Cela explique l’attraction qu’exercent ces familles pour les alliances matrimoniales.
  • 28 Il y en a quelques uns cependant, cf. P. CONTAMINE, (1972) p. 155.
  • 29 B. M. Carcassonne, Mb 133, Histoire de la famille de la maison de Rieux et de Narbonne.
  • 30 La fidélité aux Montmorency ne se démentira pas et sera durable. Son quatrième fils François suivi (...)

11Si l’on jette les yeux maintenant hors des remparts de Narbonne, que voit-on ? Autour de la ville rien ou presque. Le même vide, quasiment. Aucun nom, là encore, qui retienne l’attention. Doit-on faire l’hypothèse d’une élimination de la noblesse locale lors de la croisade albigeoise ? Narbonne et le Narbonnais précisément ont été à peu près épargnés par les prises de ville et de villages, les bûchers, les spoliations et la substitution par une strate venue de France26. Ce n’est pas là que s’établissent les croisés, que les compagnons de Simon de Montfort se taillent des fiefs. Ce sera davantage vers les Corbières occidentales et la région de Mirepoix où les lignages nobles, nombreux, sont d’une autre vigueur à la fin du xve s.27. En veut-on un autre indice ? Alors que la noblesse du royaume va combattre dans les armées du roi contre les Anglais ou participe au tournant des xve et xvie s. aux expéditions d’Italie, peu de Narbonnais s’engagent dans le métier des armes28, ni de rejetons nobles, à part les membres de la famille vicomtale. Seule exception, elle est de taille il est vrai, mais son caractère singulier la rend remarquable : les barons de Rieux29. Originaires d’un lieu-dit de la commune d’Eyrien en Corrèze, les la Jugie sont des nouveaux venus en Languedoc dans la seconde moitié du xive s. Pierre fait une grande carrière à l’ombre de son oncle le pape Clément VI. Abbé de Lagrasse en 1343, il devient archevêque de Narbonne en 1347 et le restera jusqu’à sa mort en 1375. Nicolas achète la seigneurie de Rieux en 1372. La famille acquiert aussi les terres de la Livinière, d’Alzonne, de Leuc, inaugurant un procédé promis à un bel avenir, qui veut que la parentèle fait son nid sous la protection de la crosse et de la mitre. Les barons de Rieux cultivent très tôt le métier des armes. Antoine de la Jugie, cinquième possesseur de la baronnie, était à la bataille de Fromigny sous Charles VII. Pierre du Puy de la Jugie Moreze, son successeur, fit partie des armées de Louis XI. Tristan du Puy de la Jugie Moreze, septième possesseur de la terre en 1491, servit Charles VIII qui l’honora du collier de Saint-Michel. Son fils Jean fut tué au siège de Coni en Piémont. Leur participation aux guerres d’Italie les fit remarquer et les rapprocha du souverain. Jacques Germain jouit de la confiance de François Ier et de Henri II. Il participa au siège de Perpignan en 1542 et c’est à lui que fit appel Anne de Montmorency, en 1549, contre les habitants de Bordeaux qui s’étaient révoltés contre le roi. Son fils François, favorisé par Anne de Montmorency, accomplit peut-être la plus belle carrière des Rieux. Il prit part d’abord aux dernières guerres du Piémont où il fut gravement blessé. Bien marié, puisqu’il devint le beau-frère du maréchal de Biron, c’est lui que l’on a vu gouverneur de Narbonne, mal accepté par les habitants de la ville qui le considéraient comme un véritable cheval de Troie trop proche des Montmorency et du parti qu’ils combattaient. Anne, son fils aîné, filleul du connétable, épousa en effet une Crussol, fille du duc d’Uzès30.

  • 31 Épousée en 1422.

12Serviteur de cinq rois, il se fera apprécier d’Henri IV et mourra gouverneur d’Auvergne. L’itinéraire des la Jugie, fort brillant pendant deux siècles et demi, suggère deux réflexions. Leur carrière dépasse le cadre languedocien, surtout au xvie s., mais leurs rapports avec Narbonne et sa région proche sont presque inexistants, comme s’il s’agissait de mondes étrangers. Les barons de Rieux ne s’allient à aucune famille de ce côté là. Jean de la Jugie, veuf de Constance de Levis de Mirepoix31, épouse en troisièmes noces Marguerite de Thurin, fille du baron de Puichéric. Tristan du Puy de la Jugie se marie avec Anne de Narbonne à la fin du xve s. C’est à peu près tout de leurs unions matrimoniales avec la noblesse locale. Moins que de beaux partis à leur convenance c’est de partis, tout court, qu’il manquait. D’autre part, si l’on ne peut retenir l’hypothèse d’une disparition de l’antique noblesse à cause de la croisade, on ne peut pas davantage rendre les guerres des xive et xve s. responsables de l’extinction des lignages nobiliaires. Le seul qui y ait participé, en dehors de la famille vicomtale, n’y a pas si mal réussi.

  • 32 B. M. Narbonne, Ms 10, État du Diocèse de Narbonne en 1707 ; A.D.A., G suppléments et A. D. Héraul (...)

13Cette situation, surprenante au premier abord, est aisée à comprendre. Prenons un peu de recul et observons ce qu’il en est au début du xviiie s. Ne nous arrêtons pas au nom des seigneurs des communautés. Considérons seulement leur qualité, si ce sont des ecclésiastiques, des seigneurs laïcs, ou le roi lui-même. Utilisons à cet effet le très pratique État du diocèse établi pour l’archevêque de Narbonne en 1707 qui mentionne pour chaque paroisse le nom des seigneurs en plus du nom des desservants et des collateurs des bénéfices32. Conservons le classement par archiprêtré de notre document, commode pour dégager une répartition géographique.

Tableau n° 38 - Les seigneurs des paroisses en Narbonnais (au début du xviiie s., en %)

Tableau n° 38 - Les seigneurs des paroisses en Narbonnais (au début du xviiie s., en %)

n.p. : nombre de personnes ; E : seigneurs ecclésiastiques ; E + L : coseigneuries, ecclésiastiques et laïques ; L : seigneurs laïques ; Commun. : communautés.

14Plus de la moitié des paroisses dépendent de seigneurs ecclésiastiques en Minervois et en Narbonnais (cf. carte n° 16). Il s’agit dans la majorité des cas de communautés monastiques : l’abbaye de Caunes qui domine le nord du Minervois, Lagrasse et Fontfroide qui rayonnent davantage. L’archevêque est seigneur aussi de plusieurs communautés : autour de Canet, vers le cours inférieur de l’Aude, la côte et l’ensemble des terres qui bordent l’ancien rivage de la mer du côté de Capestang. Les seigneurs laïques sont très minoritaires. Encore ne sont-ils que dans des communautés bien modestes, déchues comme Marmorières ou qui n’avaient que peu d’importance comme Vinassan ou Armissan. Trait caractéristique aussi, dans cette zone, l’émiettement. On est seigneur d’un lieu, jamais de deux à la fois.

15Il faut aller vers les Corbières, autour de Lézignan, ou dans les Hautes-Corbières de la montagne et de la frontière, le Termenès, pour que la proportion s’inverse. Celle-ci s’accroît à mesure que l’on progresse vers le sud et l’ouest. Dans le Razès, une communauté sur deux dépend de familles nobles et l’on y voit de vrais ensembles seigneuriaux de plusieurs villages aux mains d’un lignage ou d’un même individu comme les d’Arse, les d’Auriac ou les Mirepoix.

  • 33 H. L., t. IX, p. 1116 ; B. M. Narbonne, Ms. 304, p. 79.

16La fondation d’abbayes prestigieuses et conquérantes au Moyen Âge a hypothéqué durablement le développement de la seigneurie laïque. Éliminant leurs compétiteurs ou rachetant les droits aux fivatiers désargentés, prélevant les revenus. Celles-ci ôtaient tout moyen de vivre de la ponction seigneuriale et stérilisaient ainsi le terreau sur lequel un groupe aristocratique pouvait prospérer. La densité même de ces ensembles ecclésiastiques organisés contraste avec les autres seigneuries intercalaires. C’est seulement lorsque les mailles de la seigneurie ecclésiastique se desserrent que la seigneurie laïque parvient à prospérer et des lignages de petits féodaux à se perpétuer. Cela n’interdira pas totalement les seigneuries laïques. Elles seront réduites aux cantons, interstitielles et de rapport limité. Aussi, est-ce dans les Corbières profondes qu’il faut aller chercher les familles qui peuvent se prévaloir des titres de noblesse les plus anciens : les Mage par exemple ou les Gléon, seigneurs de Gléon, Treilles, Durban et Jonquières, qui sont dans les cortèges des archevêques Jean d’Harcourt et Louis d’Harcourt lorsqu’ils font leur première entrée à Narbonne33.

  • 34 A.D.A., 8 J. Fonds de Mage.
  • 35 B. M. Narbonne, Ms 304, Dr. P. COURRENT, Généalogie... qui repose sur l’analyse des archives de la (...)
  • 36 Ibidem, p. 61, 69.
  • 37 Guillaume, l’aîné, épouse Yolande de Ribes, fille d’un chevalier du Boulou, Olivier, en 1453, Cons (...)
  • 38 D’autres unions matrimoniales renforceront encore les liens avec les Castello, Dr P. COURRENT, Gén (...)
  • 39 François de Gléon épouse en 1540 Catherine de Montesquieu de Coustaussa dont la mère, une de Levis (...)

17Mais elles confortent l’analyse précédente. Les Mage remontent à Béranger, viguier de l’abbaye de Lagrasse en 1278 qui par son mariage avec Pauquette de Soulatge devient seigneur de Salsa34. Les Gléon-Durban font remonter leurs origines plus haut encore, avant l’an Mil. De bonnes recherches d’érudits ont clarifié les ascendances, les filiations et les unions matrimoniales de cette lignée35. Les seigneurs de Treilles sont issus d’une branche cadette de la famille vicomtale. La souche était particulièrement robuste car ils ont la durée pour eux. Pendant plus de six siècles, ils se succèdent sans défaillance. Leurs aires de relations sont aussi remarquables et procèdent par phases. Jusqu’au xive s., la maison de Treilles ne sort pratiquement pas des Corbières. Les aînés, comme les cadets ou les sœurs, se marient dans cette terre d’élection seigneuriale. Au début du xive s., la branche aînée y gagne les terres et le nom de Gléon, Durban et Jonquières. On donne les sœurs comme épouses aux seigneurs de Durfort, de Laroque-de-Fa, de Mouthoumet... Les partis choisis hors des Corbières se comptent sur les doigts de la main. Olivier III, émancipé en 1311, épouse Jeanne d’Homps, Olivier V en 1406 Jeanne de Lette, fille d’un chevalier seigneur du Vilar-des-Ports et Paraza36. On ne sort pas du Narbonnais, mais les Treilles-Gléon ne s’approchent pas de la ville. Au milieu du xve s., changement. Ils jettent leurs regards hors des collines et des Corbières, vers le sud, avant que Louis XI ne tente de s’approprier le Roussillon, essaie d’y attirer la noblesse et de susciter la formation d’un parti qui lui soit favorable par la distribution des biens spoliés. Il s’agit là d’une entreprise concertée, d’une véritable politique de toute la famille. Olivier, mort vers 1450, épouse Agnès de Villacorbe, fille d’un lieutenant et gouverneur des comtés de Roussillon et Cerdagne. Parmi leurs nombreux enfants, cinq au moins font des mariages catalans et une fille, Agnès, entre en religion au monastère Saint-Sauveur de Perpignan37. Les deux premiers fils de Guillaume se marient au sud, de belle manière. Edouard épouse en 1485 Françoise de Rocaberti, la fille du chevalier de Rocaberti, seigneur du château de Saint-Maurice au diocèse de Gérone ; Jean, en 1502, Marie de Castello fille d’un bourgeois noble de Perpignan dont le frère, chevalier de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, sera prieur de Catalogne... Au xvie s., au moins deux Gléon-Durban seront chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem38. La période méridionale des Gléon-Durban déborde donc la restitution du Roussillon à l’Espagne. La seule acquisition significative de ce moment est faite au sud par Aimeric fils de Jean qui achète la terre de Montalba. L’offensive du duc d’Albe dans les Corbières en 1503 qui amène l’armée espagnole jusque sous les murs du château de Gléon après avoir investi et brûlé en partie Leucate, Lapalme, Treilles, Fraisse, Castelmaure, Villeneuve et Saint-Jean-de-Barrou, porte un coup d’arrêt à la descente vers le sud. La ligne de crête des châteaux suspendus au-dessus du Roussillon redevient frontière. On en revient aux alliances avec la noblesse locale. Eléonore, la fille puînée de Guillaume III, est mariée au sieur de Mouthoumet. Florentine, sa nièce, au sr de Donos. Isabelle entre au monastère Sainte-Claire de Lézignan dont elle deviendra abbesse. Simple étape vite dépassée. À partir du premier tiers du xvie s., les Gléon se marient vers l’ouest39 et le nord, dans les diocèses de Béziers et de Montpellier.

Carte n° 16 - Les seigneuries en Narbonnais au début du xviiie s.

18L’Église et les vicomtes de Narbonne se retrouvent donc d’une manière ou d’une autre à l’origine d’une partie des lignées féodales qui survivent au Moyen Âge. Les aires matrimoniales dessinent bien un horizon et soulignent l’originalité des Corbières, milieu qui vit à part, sert tour à tour de pont puis de limite avec le Roussillon. Mais les barrières ne seront jamais totalement étanches. La rupture entre les maisons de France et d’Espagne à la fin du xve s., matérialisée par la construction du château de Salses et la transformation de Narbonne en grande place forte, casse un puissant courant d’échanges humains, stoppe un resserrement qui était en train de s’opérer par le biais des mariages et de l’imbrication d’intérêts réciproques. Le rejet des Gléon vers le nord, pour la première fois depuis un demi-millénaire, témoigne du balancement auquel on assiste. Alors que la tendance était nettement aux échanges et au maintien d’une direction méridionale, aussitôt après 1493, il y a un reflux de ce côté-ci de la frontière et une importante arrivée de Catalans en Narbonnais qui sauront se faire rapidement une place enviable dans la société urbaine. Le renversement d’orientation des alliances des Gléon-Durban vers le nord ne se confirme qu’au cours du premier tiers du xvie s. Il est à la conjonction d’une rupture -du domaine de la grande politique- et de l’émergence d’une nouvelle couche nobiliaire en Languedoc. Il est significatif qu’ils aillent au-delà de Narbonne et de son immédiate périphérie : le phénomène s’y amorçait à peine là.

  • 40 P. de VAISSIERE, (1926) p. 19. Les Casteras, seigneurs de Villemartin, seront dans la seconde moit (...)

19Mais le retour d’une situation frontalière tendue et de l’insécurité n’aura pas que des désagréments. Il fallait des capitaines et des gouverneurs au chapelet de châteaux qui verrouillait les voies de pénétration. La noblesse locale y gagnera pour un siècle et demi un emploi, une fonction et du prestige. Guillaume de Mage est gouverneur du château d’Aguilar, en arrière de Tuchan, à quelques portées d’arquebuse de Nouvelles. De 1498 à 1519, Jean de Mage sera gouverneur du château de Termes, viguier de Fenouillèdes-Termenès et Val de Dagne en 1544. Cela contribuera à les maintenir sur place. Même Jean de Joyeuse marié à Marie de Couiza sera capitaine du château de Peyrepertuse en 154640.

B / UNE NOUVELLE NOBLESSE ?

  • 41 Cf. carte des juridictions dans la ville, Narbonne (deuxième moitié xiiie s.), J. CAILLE, (1973) p (...)

20La table est-elle donc quasiment rase aux deux tiers du xve s. ? Restons sur le constat du silence des sources et sur cette socio-topographie à l’échelle du Narbonnais. Point de sources de revenus, de pouvoir, de seigneurie, point de lignage seigneurial. À Narbonne, l’activité économique, l’organisation du consulat, le partage de la seigneurie entre le vicomte, l’archevêque et l’abbaye Saint-Paul41 n’ont laissé que peu de place aux nobles. De relations entre la ville et la campagne, il n’y en a point dans le sens où aucun citadin ne peut se dire seigneur d’une communauté rurale ou propriétaire de vastes domaines fonciers. Il y a bien une géographie de la noblesse en rapport avec la ville, la plaine, les reliefs, l’extension des menses abbatiales, capitulaires, archiépiscopale et le degré d’emprise de l’Église sur les communautés.

  • 42 A.M.N., AA 104, f° 168.
  • 43 Le même jour ils traitaient avec les consuls de Narbonne pour le passage des eaux des fontaines de (...)
  • 44 A.D.A., 2 J, fonds Cayla. Le docteur Cayla avait eu entre les mains le fonds de Chefdebien, alliés (...)
  • 45 Je dois une partie des informations qui suivent à madame M.-F. MOLLOR-BONNET, cf. « Vie et généalo (...)
  • 46 Pendant plusieurs générations les de Chambert fournissent des moines à l’abbaye. Un neveu de Berna (...)
  • 47 S’était-il mis précédemment au service du comte de la Marche et de Castres qui l’avait fait châtel (...)
  • 48 G. LARGUIER, (1995).
  • 49 Jean de Chambert unifie la seigneurie de Bizanet le 25 mars 1521 en rachetant la part de François (...)
  • 50 Les de Chambert se divisent en deux branches : la branche aînée dont le chef devient seigneur de R (...)
  • 51 Alliances avec les Darse, Casteras, Villemartin, d’Abban...
  • 52 Cette dignité sera dévolue à la noblesse des Corbières et du Razès, cf. les Casteras, chap. VIII, (...)

21À la fin du xve s. et dans la première moitié du xvie s., on commence à apercevoir davantage de gens qui revendiquent le titre de noble ou à qui l’on attribue cette qualité. Plus grande abondance et meilleure qualité de nos sources ? Essayons de saisir quand et à quelle occasion nous les voyons apparaître. Jean de Montredon est viguier royal en 147342. Une vingtaine d’années plus tard, il devient engagiste à parts égales, semble-t-il, avec Guillaume de Neveys d’Ornaisons des seigneuries de Saint-Pierre-des-Clars et de Montredon par contrat que lui passent à Pézenas au nom du roi, l’évêque d’Albi et le trésorier du domaine de la sénéchaussée de Carcassonne43. En 1472, Bernard de Chambert se faisait concéder à nouveau fief par le vicomte de Narbonne, Gaston de Foix, le château de Bizanet qui semble avoir été en bien mauvais état et de peu de prestance puisqu’on le décrit comme « une maison en ruine vulgairement appelée château dans le fort de Bizanet »44. Originaire du Dauphiné, le premier de Chambert signalé en Languedoc vient se mettre au service du vicomte de Narbonne et entre dans sa compagnie45. Pour quelles raisons ? On l’ignore. Chambert resta en Narbonnais après la mort du vicomte. Il avait trouvé à se marier avec la fille d’un puîné de la maison de Donos, petite noblesse rurale logée au ras des Corbières. Cette alliance, modeste, laisse à penser que son extraction était du même niveau. Jacques de Chambert parvient cependant à faire souche en Narbonnais malgré la mort de son premier protecteur en traçant les voies que cultivera sa lignée : le ciel, les armes, une habile politique matrimoniale et la fidélité au souverain. L’aîné du fondateur, Jacques, embrasse la carrière militaire, un fils cadet, Bernard, entre dans les ordres et devient moine de l’abbaye de Lagrasse46. Leur chance fut peut-être la trahison du duc d’Armagnac. C’est Jacques en effet que l’on choisit comme gouverneur de la baronnie de Lézignan confisquée au duc de Nemours47. Louis XI engagé en Roussillon s’employait à s’assurer des fidélités en Languedoc et des soutiens en Narbonnais48. C’est dans cette perspective qu’il faut replacer la concession d’une partie du château de Bizanet par Gaston de Foix. Bertrand de Chambert seigneur de Bizanet, petit-fils du fondateur, épouse Jeanne de Bruyères, veuve d’un premier mariage. Les de Chambert sont désormais fermement établis. Il leur a fallu près de trois quarts de siècle pour y parvenir. Un demi-siècle sera nécessaire encore pour qu’ils soient seuls maîtres du fief noble de Bizanet avec la justice et les droits qui lui étaient attachés49. L’affaire du Roussillon et les besoins de la politique monarchique ont donné l’impulsion décisive. Parvenus à ce stade les caractères de leur insertion en Languedoc sont fixés. Ils ne varient pas pendant plus de deux siècles -au moins pour la branche de Bizanet50-. Bien que le premier de la lignée soit de l’entourage du vicomte de Narbonne les liens matrimoniaux dont le lustre croissant accompagne l’ascension restent étonnamment éloignés de la ville. Aucune alliance marquante n’est contractée de ce côté là jusqu’au xviie s. Les fils comme les filles sont mariés dans les Corbières51, du côté du Carcassonnais ou du Mirepoix, voire de Castres et, sautant Narbonne, du Biterrois. Les de Chambert sont l’exemple type de la noblesse rurale qui garde ses distances avec les citadins en mal de noblesse. Seule relation citadine, forte celle-là : le chapitre cathédral. Les de Chambert se succèdent sans discontinuer au chapitre Saint-Just pendant le xvie s. Deux frères, Jacques et Jean, étaient chanoines ensemble au cours de la décennie 1560, le dernier occupant même une des principales dignités capitulaires puisqu’il était archidiacre du Razès. Un moyen d’asseoir son influence sur la partie occidentale du diocèse de Narbonne où la densité des seigneuries était élevée52.

  • 53 A.D.A., G 30, f° 174, 18 octobre 1511.

22Notre carte des seigneuries de 1707, nous le percevons immédiatement, ne correspond plus exactement à la situation de la fin du xve siècle et pêche encore par optimisme pour la place accordée aux seigneurs laïcs. Sallèles, comptée comme relevant de la seigneurie des Massia, est dans ce cas. À la fin du xve et au début du xvie s., le chapitre Saint-Just nommait les syndics de la communauté53. On aperçoit bien le moment où se manifestent des figures nouvelles et la manière dont elles apparaissent : aux trois quarts du xve s., par les charges et l’acquisition des seigneuries.

  • 54 A.D.A., 5 J 29, recensement des titres de noblesse présentés à la commission de recherche de Montp (...)
  • 55 Le viguier royal commence à avoir une activité notable à Narbonne dès 1410.
  • 56 A.M.N., AA 112, f° 29, 1504, Gabriel de Montredon viguier seigneur de Montredon et d’Escales ; AA (...)
  • 57 Les Delort ne le sont qu’assez récemment. En 1453, le juge pour le roi est Anthony Vidal : A.M.N., (...)
  • 58 A.M.N., compoix de 1499, P XX v°-XXII. La bastide de Tarailhan n’est pas allivrée. Il a beaucoup d (...)
  • 59 A.M.N., compoix de 1453, P 78.
  • 60 A.M.N., AA 111, P 57-59. Le compoix de 1489 parle des héritiers de Jean Delort alias Razeire, P 19
  • 61 92,1 moujades, 53, 37 ha. Pierre est donc le petit fils de Anthony le mercadier.
  • 62 Le passage s’est fait à la génération du père de Gabriel, cf. compoix de 1489.
  • 63 A.M.N., AA 111, f° 82.
  • 64 Ibidem, AA 112, f° 9 sq. Il venait d’épouser Anne de Trégoin, fille de noble Antoine de Trégoin, c (...)
  • 65 Ibidem, f° 82, 86, 86 v°. Les droits consistaient en une censive annuelle de 11 setiers de blé, 40 (...)
  • 66 Ibidem, f° 131 v°.
  • 67 Ibidem, P 59, 1549.
  • 68 A.M.N., compoix de 1542.
  • 69 Cf. supra, chap. VIII. À sa mort, il a deux fils : Gaspard qui hérite du château de Lebrettes avec (...)

23Le moment est important aussi pour les Montredon. Ils s’allient aux familles qui avaient un passé. En 1487, un Bernard de Montredon de Gasparet épouse une fille Dorlhens, Louise54, et accède à une position d’avenir. La viguerie était la seule institution royale à Narbonne. Son importance, médiocre encore, est destinée à s’affirmer avec la réunion de Narbonne au domaine royal et le regain d’autorité du pouvoir monarchique dans les provinces55. Les Montredon feront néanmoins une bonne opération en devenant viguiers. Ils occupent ce poste pendant près d’un siècle. À Jean, succédera Gabriel, puis Pierre56. La viguerie restera une cour de justice secondaire. Elle est en cette fin du xve s. la seule voie qui permettra localement une ascension par les charges. Autour d’elle, en effet, on voit s’agréger un petit groupe d’hommes qui font déjà partie du second ordre ou qui sont à sa frange, prêts à s’en ouvrir l’accès. Jean de Bordavi, lieutenant du viguier, est de ceux-là. Bien qu’il ait un fief à Ouveillan, soit reçu comme habitant à Narbonne et intégré comme conseiller à la première échelle de Cité, il restera au second plan. L’exemple du juge est beaucoup plus intéressant. À la fin du xve s., c’est Pierre Delort qui est juge pour le roi57. Homme de la Cité, il habitait en effet dans l’île de Langel. Pierre Delort disposait de très solides assises foncières. Il ne possédait pas moins de 7 maisons, 12 boutiques, 65 hectares de terre, deux bastides à Lebrettes et Tarailhan58. Il se disait d’ailleurs seigneur de Tarailhan. Mais en aucune circonstance, même de manière subreptice, on ne le désigne comme noble. En fait, il s’appelait Pierre Razeire. On l’appelait ainsi encore dans le compoix de 1499. Delort n’est qu’un surnom : Anthony Razeire, alias Delort, écrit le copiste du compoix de 145359. De Razeire, on en est venu à Delort par glissements successifs. On l’appelle Antoine Delort dit Razeire en 145860. Le nom passe au second plan puis est délaissé et oublié. Sonnait-il mal et trahissait-il trop les origines ? Ce transfert patronymique accompagne un parcours social. Anthony Razeire alias Delort était en effet au milieu du xve s. un des plus gros mercadier de Cité : on le taxait pour 700 l. de moble et cabal. Il faisait partie du petit groupe de personnes dont les biens fonciers dépassaient 50 ha61 et possédait déjà la bastide de las Lebrettes. Il résidait dans le terson de La Major, île Peyre Montirat -Saint-Ambroise-, à la lisière du quartier où habitaient précédemment mariniers et patrons, en compagnie d’autres marchands. Fin xve s., les Razeire, qui sont en train de répudier leur nom, ont abandonné la boutique et la marchandise. Leur île d’origine aussi. Ils sont passés dans le terson Saint-Just, beaucoup moins commerçant, à l’île Langel, où les Lac avaient leur maison62. Leur patrimoine foncier a continué de croître. Modérément. En un demi-siècle, ils gagnent une douzaine d’hectares, dont une partie a été achetée à Guillaume Alcoynes. L’acquisition la plus notable est la bastide de Tarailhan dont ils se disent seigneurs. Elle est récente car elle ne figure pas dans la liste des biens sur lesquels Jean Delort est imposé. Peut-on suggérer, même, qu’elle est en construction ou récemment bâtie ? La bastide n’est pas allivrée encore et ne comporte pas, à proximité, de vastes pièces de terre qui signalent un domaine rural déjà organisé. Le parcours est particulièrement rapide, du nom au surnom, puis au domaine rural éponyme, de la marchandise à la terre et à la pratique judiciaire. Comme les Montredon, les Delort s’accrocheront fermement à la viguerie. Martin Delort est juge pour le roi en 154863. À cette date les Delort ont singulièrement affermi leur position dans la société et en ville. Ils se disent seigneurs de Lebrettes vers 152064. En 1548, noble Martin est en train d’acheter au domaine royal les droits seigneuriaux qui pesaient sur sa métairie de Lebrettes65. Gabriel est premier consul pour l’année 154966, Paul chanoine du chapitre Saint-Just67. Leurs domaines ruraux sont devenus de grandes exploitations. Aussi ont-ils un bétail aratoire nombreux pour les travailler ainsi que d’importants troupeaux à laine : 6 mules d’araire pour Lebrettes, 8 bœufs d’araire et 45 juments, 1350 moutons dans le terroir de Narbonne, 1200 à Moussan. Ils sont également entrés dans le club fermé des propriétaires des deux grands moulins construits sur la robine. On les impose en 1542 pour une demi-part du moulin du Gua et un tiers de la neuvième partie du moulin entre-deux-villes68. On a reconnu bien sûr les Delort de Sérignan, restés fidèles à Montmorency qui auront leur domaine de Lebrettes entièrement dévasté à la fin de la guerre civile69. Cette histoire familiale est remarquable par sa précocité et sa valeur d’exemple. Au départ, il y a le commerce, puis l’investissement dans la terre qui prélude au choix du service royal. Déjà, à la fin du xve s., les Delort portent haut et avec insistance leur titre de seigneur. Il ne s’agit pas de seigneuries avec des censives prélevées sur des emphitéotes et des droits honorifiques. Tarailhan est une bastide, produit typique de la création en cours des domaines ruraux dans la seconde moitié du xve s. La bastide leur sert de support matériel où ils peuvent s’enraciner, leur donne un titre et un nom qu’ils revendiquent fièrement. Car il n’y a guère de seigneuries à acquérir.

24Chambert, Montredon et Delort donnent à voir trois moyens par où le Narbonnais se repeuple de seigneurs : l’immigration et l’achat à une noblesse en voie d’extinction, les aliénations du domaine royal, la création ex-nihilo, véritable autogénèse, de leurs propres domaines. Delort, pur produit de la ville, est l’exemple type d’une reconstitution de la noblesse à partir de la société locale, Chambert, un étranger qui vient s’établir dans le pays, d’une substitution par arrivée d’un sang neuf.

C / L’IMMIGRATION CATALANE.

  • 70 J. R. BLOCH, (1934) p. 158 sq.

25Le processus s’accélère dans la première moitié du xvie s. par dynamisme interne et immigration. Simplement, il est devenu un peu plus complexe. Le cheminement vers le second ordre se diversifie et l’origine des apports s’élargit. Il n’est pas toujours facile de dater exactement le moment où ceux qui tentent d’accéder au second ordre y parviennent réellement, quand, pour l’entourage et l’opinion publique, ils sont réputés nobles. Car parmi nos Narbonnais, il n’y en a aucun qui ait obtenu des lettres d’anoblissement sous François Ier. Les Languedociens ont peu reçu cette faveur, accordée plus souvent à des Provençaux et beaucoup plus généreusement à des Normands70. Narbonne ne faisait pas partie, non plus, des 13 villes privilégiées où les charges consulaires conféraient la noblesse et il n’y avait pas localement de cour souveraine où l’on pouvait la gagner.

  • 71 Généalogie des d’Exea dans J. VILLAIN, (éd. 1982).
  • 72 Fils de Henri d’Exea et de Marguerite Baliste.
  • 73 Cf. les Orieult, leur rôle dans le sel et l’achat de maisons à côté des constructions de Mathieu P (...)
  • 74 Cf. supra, chap. IX.
  • 75 Des mariages feront entrer aussi les fils et les filles dans la noblesse locale : 9 septembre 1609 (...)

26Un premier groupe issu de l’immigration est très intéressant : celui des Catalans. Les apports étrangers dans la couche supérieure de la société sont d’origine ibérique principalement au cours de la première moitié du xvie s. Le cas le plus précoce est une conséquence directe de la restitution du Roussillon par Charles VIII. D’origine aragonaise, des d’Exea flirtaient depuis longtemps avec les Français71. Un ancêtre qui avait soutenu les prétentions à la couronne du comte de Foix, époux de Jeanne, la fille aînée du roi d’Aragon, avait dû se replier en France au début du xve s. Une branche était venue s’installer à Perpignan. Louis XI avait fait de Louis d’Exea un chef du Conseil souverain établi dans la ville. Trop compromis, il passa en France dès 1493. Âgé déjà, il ne fait plus guère parler de lui. La destinée de ses fils peut se résumer ainsi : le droit et la marchandise, Narbonne et deux boucles latérales qui reviennent en ville. Trois garçons s’établissent en Narbonnais. Le puîné - ? - alla faire carrière en Dauphiné au Sénéchal. Il y réussit honorablement car sa fille Bernardine épousa un président du parlement de Grenoble, André de Boyer. Leur fille Angèle, mariée à son cousin Jean, reviendra dans le giron familial72. La branche dauphinoise des Exea n’ira pas plus loin. L’aîné devient vite seigneur de Pérignan et de Cabrerolles. Le second, destiné d’abord à l’état ecclésiastique, mais relevé de ses vœux, prendra le grade de licencié en droit et deviendra sénéchal des terres et du temporel de l’archevêché. Celui-ci va jouer pleinement le rôle de bouée de sauvetage. La viguerie était soigneusement contrôlée et leur arrivée de trop fraîche date pour qu’ils puissent s’y glisser. L’entourage de l’archevêque, plus cosmopolite, composé d’étrangers qui n’hésitaient pas à s’établir sur place pour un certain temps73, convenait beaucoup mieux. À cette place, de plus, les compétences de l’ancien clerc pouvaient s’employer. L’archevêché sera très accueillant aux Catalans, un des meilleurs leviers pour réussir leur intégration et leur fortune. François cédera son office à son aîné en 1512. Quant à Pierre, les généalogies qui recensent très méticuleusement tous les enfants, les descendances et les alliances, n’en parlent pas. Et pour cause. Il s’établit à Lagrasse et se lança dans le négoce où il réussit parfaitement. Les membres de cette branche devinrent les plus gros marchands du centre textile des Corbières. On les a vus à la fin du xvie s. acheter et vendre de la laine, expédier des estamets sur Nice74... Ils se maintiendront dans le commerce des draps un bon siècle. Sur la longue durée, ce détour par les draps ne freinera pas leur ascension pour autant. Au contraire. Avec l’argent gagné dans la fabrique et l’échange, les filles auront de belles dots et constitueront des partis avantageux. De Lagrasse, par la laine et le textile, ils étaient en relations d’affaires étroites avec le milieu montant de la draperie et de Carcassonne qui accumulait la richesse et disposait avec la sénéchaussée d’offices autrement plus nombreux et intéressants que la viguerie narbonnaise75.

  • 76 Achat, donation, ou plus simplement dot de l’épouse ? cf. compoix de 1499, f° LXVIII r°. A cette d (...)
  • 77 Il avait 3 maisons à l’intérieur des remparts, entre 10 et 11 ha de terre, 3 mules d’araire et 1 c (...)
  • 78 Sa désignation comme consul par les commissaires du roi en 1484 montre un homme bien en cour. L’al (...)
  • 79 Pierre Baliste est secrétaire greffier de l’archevêché, cf. A.M.N., BB 2, f° 4 v°.
  • 80 Mais le couple n’aura pas d’enfant.
  • 81 D’autres mariages catalans se concluent avec les Trégoin : Marguerite de Puechmija épouse noble Jo (...)
  • 82 Première année où les délibérations consulaires sont conservées.
  • 83 François, Antoine, Henri. Tous trois sont qualifiés de ‘égrégé homme’, ‘maître’... On ne les recon (...)

27Voilà pour la première génération. Comment les fils firent-ils leur chemin dans la société narbonnaise ? François épouse une de ses nièces. On ne connaît pas le nom ni la qualité de la femme de Pierre. Mais, tout au long du xvie s., les d’Exea resteront fidèles à cette double insertion dans la vie française. Les alliances seront recherchées et trouvées dans la basoche et chez les tabellions principalement, un peu moins chez les marchands qui sont en train d’abandonner le commerce actif, peu dans la noblesse ancienne. Jérôme épouse Catherine de Rodille, fille de Nicolas Rodil qu’il qualifie de noble dans un acte de substitution du fief de Cabrerolles. Le mariage s’est fait peu de temps après l’arrivée en France. L’établissement des d’Exea devra beaucoup à Nicolas Rodil. Celui-ci avait donné à son gendre une maison située île la Cour du Roi, et 15 moujades de terre venaient aussi de lui76. En fait, le beau-père était un notaire du terson Saint-Just, vivant de ses pratiques ainsi que du revenu de ses biens77. Prospère, Nicolas Rodil était un des personnages les plus en vue de la ville. Il fut au moins trois fois consul, en 1484, 1498, 150278. Pour les enfants de Jérôme et de François, l’éventail reste largement ouvert. Une fille épouse un avocat ; Henri s’allie aux Baliste, une famille de notaires influents qui se succèdent sans interruption depuis plus d’un siècle79. Deux enfants s’introduisent auprès de la vieille noblesse. Le fils aîné de Jérôme prend pour femme Hélène de Thurin de Puichéric dont la noblesse est antérieure au xve s.80. Quant à François II, l’aîné de celui qui était promis à la cléricature, il convola avec une jeune noble, Jeanne de Vidal dont le père, de noblesse récente, ne dédaignait pas de continuer à faire du commerce. À la troisième génération, le caractère des hymens change encore. Les d’Exea entrent de plein pied dans les familles nobles de Narbonne : les d’Autamar ou les Trégoin. Jean, veuf de sa cousine Angèle de Boyer, se remarie avec Marguerite, enfant du sr de Ricardelle lieutenant au gouvernement de Narbonne81. Les descendants des grands mercadiers médiévaux sont entrés dans la noblesse, ont acquis les charges qui les font, sans discussion possible, membres du second ordre. Les d’Exea sont alors parfaitement intégrés à la société urbaine. Ils sont en bonne place au conseil de ville en 155782 : trois d’entre eux figurent parmi les conseillers de la première échelle83. Mais les dernières alliances témoignent autant de l’évolution d’ensemble d’un milieu social qui tend à se fermer et à s’homogénéiser que de leur propre naturalisation.

  • 84 8,68 ha, venus du beau-père de Jérôme.
  • 85 A.M.N., compoix de 1561, 1597. Jean vient de décéder. Les d’Exea ont donc remplacé les Delon comme (...)
  • 86 A.M.N., compoix de 1597. On l’a vu, ni dans la liste des conseillers de l’année de 1557 ni dans le (...)

28Ayant choisi de rester à Narbonne, il fallait que les d’Exea reconstituent un patrimoine pour que leur établissement devienne définitif. Cela les occupera trois générations et se fera sans précipitation, avec beaucoup de régularité par des achats et les apports de leurs épouses. Ce dernier moyen sera longtemps le principal. De 1499 à 1516, Jérôme ne fait aucune acquisition. L’analyse détaillée de la répartition des biens signale immédiatement le mode de progression : l’ajout successif des maisons et des pièces de terre dispersées dans le terroir. En 1561, la parcelle la plus vaste de Henri et de François mesure 15 moujades84. La majorité des 20 à 30 articles que décrit leur compoix ne dépasse pas 4 moujades. Tard venus, ils ne participent donc pas aux conquêtes rurales et à la formation des vastes domaines ruraux. Cela ne les empêche pas de se hisser presque au niveau de la catégorie des plus gros propriétaires. Déjà bien placés en 1550, ils progressent encore dans la seconde moitié du siècle. Henri totalise 26,8 ha en 1561, son fils Jean, seigneur de Cabrerolles, 32 ha en 1597, son cousin François 43,4 ha en 1561, le fils de celui-ci, devenu entre temps juge pour le roi, 58 ha85. Mais bien que les membres de la branche aînée portent le titre de seigneurs de Vinassan et de Cabrerolles, et qu’ils soient passés de la fonction de juge de l’archevêque à celle de juge pour le roi, où ils ont succédé aux Delort, les d’Exea auront du mal à imposer leur noblesse. La branche aînée y parviendra à peu près. À la fin du siècle, où l’on est devenu beaucoup plus regardant sur ce sujet, seul le sieur de Cabrerolles est désigné comme noble86. Le juge du roi ne l’est pas. La croissance du patrimoine et la fonction ne sont plus le sésame qui donne l’accès au second ordre.

  • 87 A.M.N., compoix de 1499, P 142 r°.
  • 88 Ibidem, compoix de 1504, P 142.
  • 89 Compoix de 1510, P 167 v°.
  • 90 Compoix de 1516, P 162.
  • 91 Évaluées 30 l. en compoix.
  • 92 Comptée pour 150 l. en 1533. La rareté des sources empêche d’y voir clair et de suivre dans le dét (...)
  • 93 Il faut chercher, là, très certainement, l’explication de l’investissement foncier réduit à Narbon (...)

29Le cas des Juer et des Léonard, arrivés au tournant du siècle, est différent. Berthomieu Léonard, expressément désigné comme catalan, est inscrit au compoix de 1504 à l’île Pont-vieux. Il vient tout juste d’arriver avec un maigre bagage. On ne l’impose en effet qu’au moble, modestement, 10 l., et on ne lui reconnaît aucun cabal. Peyre Juer est déjà en ville en 149987. L’homme est d’un tout autre calibre. On l’imposait à la fin du siècle pour un cabal de 500 livres. Il n’était pas là depuis longtemps car il ne possédait aucun bien immobilier et logeait, comme locataire, dans le quartier Lamourguier. Les débuts furent un peu laborieux. La somme pour laquelle on l’imposait en 1504 est en baisse : 200 l. en tout, pour le moble, le cabal et un cheval88. Mais dix ans plus tard, on le qualifie de changeur, son cabal est supérieur à ce qu’il avait en arrivant, il a commencé à s’établir, son train de vie a augmenté car son moble est très élevé (65 1.) et il a deux chevaux de selle. Le changeur a décidé de rester à Narbonne car il a acheté quelques biens : une maison dans l’île Saint-Fiacre, une petite vigne de une moujade et demie89. Mais il reste fidèle au terson Lamourguier. Ce choix n’est pas étonnant. Le cambiador allait là où se retrouvaient les étrangers qui avaient un peu d’argent, des idées neuves et où se nouaient des contacts utiles. En 1516, on l’impose pour un capital double de ce qu’il était six ans auparavant. Il a une seconde maison, une autre vigne et pignon sur rue, c’est-à-dire une boutique sur le pont-vieux90. Dans un premier temps, à la différence de ce qui se fait alors dans le milieu patricien, il s’intéresse peu à la terre. À sa mort, il n’aura en tout et pour tout que 6 moujades et 3 quartières, à peine plus de 3,5 ha. Il consacre davantage d’argent à l’immobilier. Son fils Jean-Antoine déclare en 1533 4 maisons et une boutique et demie. Mais il a acquis déjà quelques usages91. Faisant de Narbonne le centre de ses activités, Pierre Juer disposait, au moins à l’échelle régionale, d’un solide réseau de correspondants. La ville eut recours à lui pour trouver l’argent frais dont elle eut besoin en 1530-1531. Jean-Antoine disposait d’un capital toujours aussi important. Avait-il abandonné le change ? On ne l’appelle jamais cambiador comme son père en effet. Les activités se modifient. Les Juer s’intéressent à la draperie, à la seule spécialité qui garde une certaine importance, la teinturerie. Ils sont en effet propriétaires d’un tinh en plein centre ville, à la barbacane de Cité92. Juer a très certainement repris l’atelier de Mathieu Peyronne. Il se conformait, par là, à une tradition catalane qui venait revigorer sans cesse un textile en difficulté. Peyre Juer a-t-il lui-même acquis des salins et des magasins pour stocker le sel ? On n’en a pas encore la preuve formelle. Mais en 1538, les Juer ont leurs principaux intérêts dans les salins de Peyriac-de-Mer. Il se sont installés, là, au moins aussi vigoureusement qu’en ville93.

  • 94 Cf. supra, chap. VIII.
  • 95 Cf. supra, chap. IX.
  • 96 A.M.N., compoix de 1542, f° 351.
  • 97 A.D.A., 3 E 8377, testament du 28 juillet 1578. Trois fils sont mentionnés : Pierre, Jean, Françoi (...)
  • 98 A.M.N., BB 58, f° 13. Jean-Antoine est noble et sr de Roujan.

30Peyre Juer n’a pu mener à bien cette entreprise sans l’aval de l’archevêque94. En 30 ans, à l’échelle narbonnaise, le changeur catalan a donc fait une percée remarquable. Ses fils Pol et Jean-Antoine demeurent à Narbonne. Sans faire preuve du dynamisme du fondateur, ils restent dans les affaires mais s’intéressent davantage au commerce des marchandises, se glissent en particulier dans le circuit du pastel. Leurs origines les servent, comme les relations qu’ils ont conservées en Espagne. Ils sont parmi les spécialistes des expéditions vers la Catalogne95. Commerce, concession ou affermage des droits patrimoniaux, participation aux institutions municipales bientôt : les Juer jouent sur tous les tableaux. Seule différence encore, qui est le reflet de leur installation récente et d’une autre mentalité aussi peut-être : la relative faiblesse de leurs investissements fonciers. En 1542, Jean-Antoine a ajouté à ce que lui avait légué son père une olivette de 2 moujades, un champ de 1,5 moujade, deux vignes et un pré96. Cela reste encore relativement modeste -12,9 ha au total- et peu original. Il n’y a pas dans leurs achats de stratégie claire. Comme les d’Exea, ils ont acheté ce qui s’est présenté, sans tenter de rassembler leurs terres en un ensemble cohérent. Ont-ils eu les coudées aussi franches à cet égard que dans les autres domaines ? Les positions étaient solidement défendues et difficiles à conquérir. Mais quand Jean-Antoine fait son testament en 1578, Arnaud Cabirol le notaire qui instrumente écrit sur sa minute : noble Jean-Antoine, sr de Roujan97. Jusqu’à la fin de sa vie il n’en aura pas moins continué à pratiquer le commerce actif et à venir participer aux enchères pour emporter une ferme. En 1563, il se désistait du bail qu’il avait conclu pour le robinage98. En l’espace de deux générations, les immigrés catalans qui sont venus tenter leur chance dans le change sont passés dans le second ordre.

  • 99 Il faudrait y ajouter la ferme des droits municipaux. Quand Pierre Juer obtient de percevoir les r (...)
  • 100 A.D.A., 3 E 8312, 29 décembre 1548.
  • 101 On a vu les liens entre Mathieu Peyronne et les Seguier pour l’aménagement du centre ville. Cela l (...)
  • 102 A.M.N., BB 58, f° 5, Paul Léonard arrente le poids de la ville.

31Ce qui frappe dans ce petit monde d’origine catalane, composé de personnalités différentes, dont la position à l’arrivée est loin d’être identique, est de voir les points communs de leur histoire narbonnaise et comment ils se serrent les coudes. À l’exception des d’Exea qui sont nobles, font figure de réfugiés à la suite de l’abandon du Roussillon, ces hommes sont seuls. Seguier, Pierre Juer un demi-siècle après, viennent avec un capital considérable qui dépasse ce que les plus riches narbonnais consacraient au négoce. Cela leur permet, à l’un comme à l’autre, de s’implanter rapidement. Les meilleures réussites sont celles qui se réalisent d’une seul jet. Très naturellement, et sans hésitation, ils choisissent Bourg pour résider. Car ce sont des hommes d’affaires. Les Seguier, comme les Juer, au moins les frères et les neveux, resteront dans le commerce un siècle durant. Avec des nuances de l’un à l’autre, des directions plus ou moins explorées, quatre domaines les intéressent : le change, le commerce terrestre et maritime, le sel, la draperie99. Le change et le commerce sont le premier fondement de leur enrichissement. En un temps où le trafic maritime se développe surtout vers le sud ils ont un avantage décisif sur les autres marchands narbonnais. La perspective d’utiliser cette opportunité a-t-elle pesé sur leur décision d’émigrer ? Louer ou acheter une boutique, négocier, trafiquer, restent des opérations relativement faciles pour des étrangers. Il y a quelque surprise par contre à voir ces Catalans contrôler aussi rapidement le sel à Narbonne, Peyriac et même Lapalme100. S’orienter vers le sel revenait à s’enraciner dans le Narbonnais et s’engager sur la voie des gains moins risqués. Seguier est intéressé au textile par le biais du moulin-entre-deux-villes. Peyre Juer reprend la teinturerie de Mathieu Peyronne101. Cette incursion dans le textile ne sera pas poursuivie très loin. Les difficultés que rencontre la draperie narbonnaise pour se rétablir n’y sont pas étrangères. Mais qui prend en mains ensuite l’atelier de teinture narbonnais ? Les Léonard, autres Catalans102.

  • 103 Cf. supra. Inscrit dans le terson La Major à l’île Pont-vieux il est donc locataire de son logemen (...)
  • 104 A.M.N., BB 58, f° 39 v°.
  • 105 François a au moins deux fils, Jean et Paul.
  • 106 Cela les obligera à un lourd investissement. Paul et Jean Léonard l’achèteront 700 livres à Jean J (...)
  • 107 Un autre Puimejan, Paul -un frère ? -, marchand, habite aussi en ville ; A.D.A., 3 E 8305, f° 73, (...)
  • 108 A.M.N., BB l, f° 1 sq.
  • 109 A.D.A., 3 E 8291, 3 février 1557 : procuration pour les adhérants à la cassation du consul Puimeja (...)
  • 110 A.M.N., BB 1, f° 1.
  • 111 A.D.A., 3 E 8883, 6 avril 1584, testament de noble Joachim de Trégoin ; le père de sa femme, Margu (...)
  • 112 C. MICHAUD, (1991) p. 318.
  • 113 A.D.A., 3 E 8244, f° 39. En 1539 Paul Puimejan, marchand, avait acheté plusieurs biens à Loys Alco (...)
  • 114 A.M.N., compoix de 1499, f° CXLII r°, en compagnie de Pierre Juer et de Dona Benessecha -Benezech- (...)

32Les Léonard offrent un autre type de parcours dans la société narbonnaise. Leur arrivée avait été plus discrète et leur ascension beaucoup plus lente. Ils mettent en effet un bon demi-siècle à se faire une place. Berthomieu, arrivé sans capital, vivote103. Il faut attendre 1534 pour commencer à cerner avec davantage de précision les Léonard. Cette année là, François, dont on souligne pesamment l’origine catalane, est autorisé, moyennant prestation préalable de serment et caution suffisante, à se livrer au courtage des marchandises dans la ville - pour un an seulement prend-on le soin de préciser104-. Entrée modeste, par la petite porte, rendue moins facile à cause de la tension avec l’Espagne, qui sera couronné de succès. À la troisième génération105, les Léonard se hissent au niveau du grand commerce et des principaux marchands de la ville. Ils ont pris en charge la teinturerie106. C’est eux qui resteront le plus durablement fidèles au textile. Leur origine catalane a-t-elle entravé la réussite des Léonard ? Ce n’est pas impossible. De l’accueil sans réticence dont les Catalans bénéficient dans la seconde moitié du xve s. on passe à la méfiance, bientôt à la suspicion ouvertement exprimée. Gabriel Puechmija -ou Puimejan-, un autre marchand d’origine catalane107, élu consul pour le cinquième rang en 1557108, eut affaire à une véritable cabale contre lui. Le lendemain de l’élection, un syndicat se constitua par devant notaire pour obtenir la cassation de l’élection avec comme tout argument que Gabriel Puichmija « de nation et race de Cathalaune et Espanholz » ne pouvait malgré ses dénégations être compté parmi les bons et loyaux sujets du souverain et qu’il ne saurait être question de mettre le gouvernement de la ville entre les mains d’étrangers109. Cet acte de défiance est à mettre en relation avec l’arrêté obtenu du parlement de Toulouse par le procureur du roi, lu juste avant que ne se déroule la désignation des consuls, et qui faisait défense de porter aux charges consulaires des Espagnols et Catalans ou « autres qui soyent natifs des terres hors l’obéyssance du roy, et qu’ils ne soyent originaires de France »110. La mise en garde visait-elle Gabriel Puechmija et avait-elle été obtenue pour empêcher une élection prévisible ? Elle n’avait pas eu l’effet escompté, même si le petit monde des conseillers se divisait sur ce point. Si on peut parler de fermeture sur le plan politique ou des institutions municipales, car on ne voit plus guère de Puechmija au consulat, il n’y a guère d’hostilité à leur égard et leurs origines encore toutes fraîches ne les empêchent pas de bien marier leurs filles. Marguerite, la propre fille de Gabriel, par exemple, épousera noble Joachim de Trégoin, sieur de Saint-Amans et Malvezy111. L’aisance de Gabriel facilitera sans doute les choses. Car ses affaires continuèrent à prospérer. Il est en effet « récepteur des deniers imposés sur le clergé du diocèse de Narbonne » -comme le fut un des Reich de Pennautier à ses débuts-112, quand il achète le 2 septembre 1569 la seigneurie de Vires113. Suggérons une hypothèse car on cerne assez mal encore les Puechmija. Dans le compoix de 1499, au terson Lamourguier, on relève le nom d’un Manuel Puichmija imposé pour un cabal de 100 livres et deux bêtes de bât114. Il s’agit peut-être du père de Gabriel. Les Puechmija auraient débuté par le transport terrestre, les étapes dans les cabarets, des voyages fréquents en Catalogne. Mais d’autres Puechmija avaient occupé des postes en vue pendant l’occupation française du Roussillon et avaient dû s’exiler. C’est probablement un de ces derniers qui meurt seigneur et financier !

  • 115 R. GANDILHON, (1941) p. 108 sq., p. 207 ; A. D. Hérault, A 14, f° 75-77.
  • 116 Antoine Seguier fournit des munitions à l’artillerie ainsi que du fer, collecte des clavaires, 147 (...)
  • 117 Raulin Seguier, fils du premier Raulin, meurt vers 1505. Testament de Anne Gentian seigneuresse du (...)
  • 118 J. GERIG, (1909) p. 483-495.
  • 119 À la même époque Jean de Gardanne lui dédie son édition du Dialogue des Dieux de Lucien.
  • 120 Il laisse deux filles, Gabrielle et Marguerite.
  • 121 B. M. Toulouse, Ms 834, F 26 v°-27 v°, dans J. GERIG, (1909) p. 486 ; J. N. PENDERGRASS, (1990) ep (...)
  • 122 A.M.N., BB 58, F 71 v°, 25 octobre 1565 ; bail à ferme consenti aux consuls par Pierre de Lacoste (...)

33Par delà les origines, ce qui rapproche tous ces individus est la similitude de leur insertion dans la société française, plus ou moins complètement achevée. Les différences, autant qu’aux avoirs dont il disposent à l’origine, tiennent en partie à la date de leur arrivée. La comparaison entre les Seguier et les autres Catalans est très éclairante. L’entrée du premier Seguier dans la vie narbonnaise avait été fulgurante on se le rappelle. Le milieu du xve s. et la seconde moitié du siècle se caractérisent par leur ouverture. Des places sont à prendre. Leur origine même est un atout. Louis XI essaie d’attirer en Languedoc des étrangers, Catalans et Italiens. Il a besoin de salpêtre pour reconstituer son armée. Antoine et Raulin Seguier font partie des hommes sur lesquels il compte en Languedoc et en Dauphiné pour s’en procurer115. Ils vont même à Naples et en Sicile pour le service du souverain. À l’occasion aussi ils fournissent aux besoins de l’armée qui va en Roussillon et servent d’intermédiaires pour les transferts d’argent vers Perpignan116. En quelques années, les deux frères se trouvent à la tête d’une fortune considérable qu’ils investissent massivement dans la terre. Ils ne se contentent pas de parcelles disséminées dans les terroirs. Leurs moyens leur permettent de se payer des bastides comme celle de Pontserme, de grands domaines à Narbonne et Sallèles sur lesquels ils entretiennent de lourds attelages de bœufs et des troupeaux de moutons qui comptent plusieurs centaines de têtes. Tout aussi frappante que cette irruption dans le paysage narbonnais est la rapidité avec laquelle ils sont accueillis au conseil de ville. Ils ne mettent pas longtemps à jouer les premiers rôles. Raulin Seguier, très vite, est porté à plusieurs reprises au consulat et fait partie du petit groupe dont les initiatives contribuent à remodeler de manière décisive l’espace urbain. Leur intégration s’est réalisée, sans retenue, dès la première génération. La stratégie est claire, et d’une très grande lisibilité. Les lieux où ils s’installent, les directions où ils investissent ne sont pas laissés au hasard. Les Seguier sont partout, massivement, où l’on assoit une situation et où se forgent les bases d’un accès au pouvoir. Il en est de même dans le domaine privé. Les Seguier viennent à un moment où les portes sont largement ouvertes et la réussite promise à ceux qui veulent bien tenter leur chance. Ils sont immédiatement reçus dans le cercle patricien et s’allient aux meilleures familles de la ville. Raulin Seguier, par exemple, épouse Anne Gentian, descendante de la seule famille noble d’envergure qui pouvait prétendre à la noblesse à Narbonne à la fin du xve s.117, et, par là, reçoit un peu de l’héritage de Jaume Lac le grand mercadier de la première moitié du xve s., l’homme du sel. Le sel est pour les Seguier à la conjonction de leur puissance financière, de leur rôle créateur dans la ville et dans le terroir, d’une bonne introduction auprès du siège archiépiscopal, mais aussi d’une politique familiale bien conduite. Nouveaux venus et novateurs ils sont aussi héritiers, par les femmes. Le mari de Anne Gentian est certainement un homme passionnant. Fin lettré, il connaissait parfaitement le latin, langue dans laquelle il était capable de s’exprimer avec élégance, et le grec118. Il s’était même acquis une certaine notoriété dans la province. Le savant jurisconsulte Boyssoné, qui professait à Toulouse et dont il avait été l’élève, le tenait en grande estime de même que le très cultivé juge de Nîmes Antoine Arlier119. Tandis qu’Arnaud son oncle restait dans le négoce, pensait-il avoir épuisé tout ce que Narbonne offrait de possibilités ? Le 31 juillet 1538 il était reçu à l’office de conseiller lai au parlement de Toulouse. Noble Raulin Seguier, seigneur de Grandselve, domaine que lui avait donné son oncle Arnaud, meurt vers 1555120. Pour continuer leur progression et aller plus rapidement à la noblesse les Seguier ont donc quitté partiellement Narbonne. Le neveu de Raulin, pour qui il intervenait alors qu’il allait commencer son droit à Toulouse121, sera lieutenant du gouverneur puis juge mage de Montpellier122. Les Seguier conservent des biens à Narbonne. Leur histoire narbonnaise active est terminée. Ils n’ont été que de passage. Le patrimoine amassé avec gloutonnerie dans la seconde moitié du xve s. ira, de partages en successions, à la noblesse. À peine un siècle après leur arrivée, les Seguier sont passés du côté des vieilles familles patriciennes à qui on cherche à s’allier.

34Exceptionnelle, cette histoire familiale a valeur d’exemple. Elle montre en effet les possibilités remarquables qu’offraient le commerce et les affaires, même dans une période difficile comme la seconde moitié du xve s. La conjoncture n’est pas si maussade que cela. Qui a du talent pourra parfaitement réussir. Les Seguier, précocement installés, conserveront toujours l’avance acquise, ce qui leur permettra d’effectuer un parcours plus achevé que leurs congénères. Leur succès même et la brièveté de leur histoire narbonnaise montrent le caractère très mobile de cette société urbaine au tournant des xve et xvie s. où l’on peut faire une entrée en force et s’imposer. La réussite condamne les Seguier à disparaître de l’horizon narbonnais. Ce terrain d’action devenait trop étroit.

  • 123 A.M.N., comptabilité consulaire, 1596, dossiers de défalquements.

35L’immigration catalane est un phénomène citadin. C’est en ville, grâce à l’économie urbaine, que l’aisance s’acquiert ou s’augmente. Mais le signe tangible du succès se manifeste par l’acquisition de terres, de domaines, la constitution d’un vaste patrimoine foncier et la recherche de seigneuries. C’est-à-dire par un mouvement de la ville vers la campagne. Raulin de Lacoste Seguier achève la migration à la fin du xvie s. Ne déclare-t-il pas aux consuls de Narbonne, en 1596, qu’il a transporté ses meubles à Sallèles depuis qu’il a acquis la place du sieur de Firmacon123 ? Les Seguier, là encore, sont des précurseurs, des hommes d’une nouvelle génération. Ce ne sont plus des mercadiers au sens médiéval du terme qui consacraient tout au négoce et s’intéressaient peu à la terre.

  • 124 Le cas des d’Exea, rappelons le, est à part, car ils sont seigneurs de Vinassan immédiatement, et (...)
  • 125 C’est le cas de Juer et, nous le verrons, de Mercier seigneur de Lapalme.

36La nouvelle génération montante, dès le milieu du xve s., investit massivement dans la terre. Plus ou moins achevé, c’est ce processus qui se généralisera et s’imposera. Cette immigration catalane n’a donc pas pour seul intérêt de nous donner à voir un apport extérieur et sa participation au renouveau de l’économie narbonnaise, le degré d’ouverture et d’assimilation de la société locale. Il éclaire, par sa netteté, parce qu’il concerne aussi des nouveaux venus, ce qui élimine les interférences des situations acquises, le fonctionnement de la société. Il faut deux ou trois générations au maximum pour passer du change et du négoce aux seigneuries et à la noblesse124. L’abandon du commerce actif ne se faisant que très progressivement dans certains cas, car tel qui se dit noble au milieu du xvie s. continue ses trafics125. Mais ces Catalans venus pour réussir sont même plus rapides à parcourir les étapes vers le second ordre que les Narbonnais. On peut dater assez correctement la progression. Après l’accumulation du capital, l’acquisition de bases immobilières et foncières bien repérables en ville et aux alentours, viennent les titres de seigneurs. Le mouvement est nettement amorcé en 1530. Il est général en 1550. Alors, pratiquement, tous sont désignés ou se disent nobles. Les minutes de notaires sont remplies de titres. Les rédacteurs des compoix et des actes publics en sont un peu plus économes. Le décalage montre une certaine réserve encore, et que toute cette noblesse récente n’avait pas fait oublier son extraction. Mais la facilité avec laquelle s’effectue l’intégration vient-elle du faible dynamisme de la société narbonnaise ? Accueillante, le fut-elle par nécessité car les nouveaux-venus apportaient ce qui manquait, les capitaux et les relations ? On en est réduit aux hypothèses. Ce facteur a pu jouer. Mais une des clefs des réussites catalanes et de l’insertion rapide vient tout simplement de ce que ces gens entièrement tendus vers la réussite poursuivent le même but et empruntent les mêmes voies que ceux qui sont déjà en place.

  • 126 L’expulsion des juifs est décrétée le 3 mars 1492 ; J. SAGNES dir., (1983) t. I, p. 435 ; H. MECHO (...)

37Dernière question dont on ne peut faire l’économie : quelle est l’origine exacte de ces Catalans qui sont de conditions très diverses ; car les besogneux côtoient des gens fortunés arrivant avec des capitaux importants. L’afflux subit auquel nous assistons est-il en relation avec les événements qui se déroulent dans la péninsule, l’introduction de l’Inquisition en 1487, puis l’expulsion des juifs ? Tout le laisse penser126. Mais les preuves formelles restent encore à réunir. Narbonne, un peu comme Bayonne, aurait bénéficié de l’arrivée de marranes fugitifs qui passent la frontière. Ces immigrés de fraîche date se mêlent peu à la population pendant une quinzaine d’années, puis s’intègrent rapidement.

38Ils contribuent au redémarrage de Narbonne. Les mesures décidées par Isabelle la Catholique provoquent un étonnant retour des choses. L’expulsion de la communauté juive en 1306, passée alors massivement en Roussillon et en Catalogne, avait contribué à préparer les conditions du déclin de Narbonne au xve s. !

D / DYNAMIQUES NARBONNAISES. LA COURSE À LA NOBLESSE. GAGNANTS ET PERDANTS.

39Le modèle catalan se retrouve quasiment à l’identique dans le reste de la société narbonnaise. Une série de caractères frappe dès le premier abord. Le mouvement vers la noblesse s’y manifeste aussi puissamment. Mais, parce que l’échantillon est plus important, on a du mal à déterminer, parmi tous ceux qui rêvaient d’anoblissement ou ont tenté d’accéder au second ordre, combien y sont effectivement parvenus, se sont fait appeler noble en quelque acte, ne serait-ce qu’un nombre limité de fois. On parviendra mieux, par contre, à évaluer la proportion de ceux qui sont dits noble mais qui ne parviennent pas à entrer effectivement dans le second ordre. Car il y a des réussites avortées. Le caractère qui s’impose immédiatement, et souligne encore davantage l’originalité de l’immigration catalane, est l’origine des régnicoles qui réussissent à s’agréger à la noblesse. Tous, sans exception aucune, sont issus de familles solidement installées à Narbonne à la fin du xve s. Cela replace le phénomène de reconstitution de la noblesse dans une histoire longue de la société urbaine et des groupes dominants au xve s., des mercadiers et des notaires.

40Être à la tête d’un important capital immobilier et d’un patrimoine foncier étoffé est une condition absolument nécessaire au départ. Les chances d’accès à la noblesse sont largement fonction de la situation familiale à la fin du xve s. Le cas des Delort a permis déjà de l’apercevoir. Disposer du cabal et de la terre à la fois accroît la probabilité de réussite. Lorsqu’une composante de la fortune est plus développée, laquelle se révèle, à terme, la plus efficace ? Dans la quête de la nobilité, prendre le titre de sieur et s’intéresser aux seigneuries fait partie des étapes obligées, comme un degré nécessaire, et constitue l’indice irréfutable qu’il y a une stratégie d’accession au second ordre. Un facteur se révèle déterminant dans le processus d’anoblissement : l’engagement ou la vente de portions du domaine royal. Jean de Montredon avait offert un exemple précoce, resté sur le moment relativement isolé. Ce phénomène prend des proportions considérables et dure une bonne partie du siècle. Car les ventes s’échelonnent entre 1525 et le début du règne de Henri IV. Aucun Catalan n’y participe. Les régnicoles de bonne souche sont seuls à en bénéficier.

  • 127 A.M.N., compoix de 1499, f° CXVI.
  • 128 A.M.N., collecte des clavaires.
  • 129 A.M.N., compoix de 1499, f° CXX, île Galien Samaric, une maison avec boutique, 5 quartières de vig (...)
  • 130 A.D.A., 3 E 8291, quittance du 14 février 1557. Noble Loys Alcoynes a marié sa fille Marie à Jean (...)
  • 131 A.D.A., 3 E 8281, f° 105, pacte de mariage, novembre 1551.
  • 132 Les Peyronne montreraient un autre exemple d’ascension interrompue. La lignée est stoppée net, les (...)

41Les mieux placés à l’orée du xvie s. sont indiscutablement les descendants des mercadiers. Plusieurs cas se présentent. Deux ou trois lignées de grands marchands du xive s. se maintiennent encore. Elles sont épuisées, en bout de course, prêtes à disparaître, témoins fossilisés des anciennes structures de la fortune, le capital en moins. Tel est le cas des Vidal d’Herminis, une branche des Vidal de Castres. Ils restent encore éponymes d’une île dans le terson Lamourguier. Les descendants de Jean Vidal d’Herminis sont imposés en 1499 pour 6 maisons, une boutique sur le pont, 16,5 ha de terre et des usages127. Le détail de la valeur en compoix qu’affectent les estimateurs à chacun des biens éclaire parfaitement sur la composition du patrimoine. La maison familiale est imposée sur la base de 160 l., les autres, en tout, de 80 l. Ces cinq maisons de petite taille rapportent des loyers. Les terres montent à 131 l. Le seul principe de regroupement est leur situation dans le terroir de Bourg. Sinon, elles sont toutes dispersées : les prés d’un côté -à Livière...-, les champs de l’autre côté comme au Quatourze... Mais le capital le plus important, qui représente près de la moitié de la base de l’imposition, est fourni par les usages perçus sur le quartier du Quatourze : 400 l. Malgré cela, les Vidal d’Herminis ne sont jamais appelés sieurs et ne se disent pas seigneurs du Quatourze. Ils s’éteignent avant que se déclenche la course aux titres, que le moindre droit perçu sur un canton de terre soit baptisé pompeusement seigneurie, que l’appellation d’un lieu-dit serve de nom. On ne les impose pas au cabal. L’héritage sera l’objet au cours du xvie s. d’une de ces luttes à l’échelle locale où s’assouviront les appétits. Arnaud Rigaud se disait sieur du Quatourze au milieu du xvie s. C’était un négociant dont le père s’intéressait beaucoup entre 1520 et 1530 aux profits que pouvait rapporter le robinage. Il en avait été rentier à plusieurs reprises, en 1517, 1522, 1526128, alternant dans les baux avec Arnaud Seguier ou Peyre Juer. Jean Rigaud avait su mener rondement ses affaires. Il était certainement en effet le fils d’un modeste mangonnier voisin de Mathieu Peyronne129. Son fils achète le Quatourze et sa fille fait un brillant mariage puisqu’elle épouse Loys Alcoynes, sr de Camps, Moujan, les Tours-de-Villar et Laurède130. Peu après le décès de Arnaud sa veuve Helix Assalit, qui continue à gérer les biens de son défunt mari, rappelait sa mémoire en parlant de « noble Arnaud Rigaud quand vivait seigneur du Quatourze ». Arnaud se trouvait donc au terme de sa vie dans l’antichambre de l’honorabilité, parfaitement bien placé dans la nébuleuse aristocratique. Une autre Helix Assalit, parente de sa femme, veuve de noble Jean de Brettes et d’Assignan, avait épousé noble Antoine de Trégoin, contrôleur de fortifications du Languedoc131. Le nom ne reste pas cependant. Rigaud n’a pas de descendance mâle et la seigneurie passe aux de Chefdebien qui la rachètent et trouvent là un moyen de s’établir à Narbonne. Leur tentative pour s’agréger à la noblesse échoue. Il manque un fils ; les moyens surtout font défaut. Rigaud n’a ni patrimoine foncier substantiel, ni charge intéressante. Le rêve s’accomplira par les filles132. Les mieux placés pour parvenir à leur fin, cela paraît aller de soi, sont les familles ou les individus en cours d’ascension. Les exemples de Vidal d’Herminis et de Rigaud, fort éloignés en apparence, attirent l’attention sur un point déterminant. Il faut beaucoup d’enfants, de garçons, qui parviennent à l’âge adulte, en un mot durer. Les chances de réussite seront encore meilleures s’il y a non pas un, mais deux, trois garçons, ce qui permettra de pallier les défaillances d’une branche. L’analyse cas par cas de toutes les individualités qui se détachent dans la société narbonnaise au xvie s. vérifie ces propositions. Les exemples significatifs ne manquent pas.

  • 133 Compoix de 1499, f° 43, 67.
  • 134 1495, 1499, 1506, 1511.
  • 135 Le terme est employé très fréquemment on le verra.
  • 136 Cf. supra, chap. VII.
  • 137 Nicolas est receveur diocésain après 1529, ils est premier consul cette année-là.
  • 138 1529 : noble Nicolas Alcoynes premier consul.
  • 139 A.D.A., 3 E 8287, F 3, 2 septembre 1547, dlle Françoise Brunet veuve de feu noble Nicolas Alcoynes
  • 140 A.M.N., BB 58, f° 129 v° ; DD 1072, 29 avril 1545.
  • 141 A.D.A., 3 E 8291, 14 février 1557. J. LLOBET, (1914).
  • 142 Le fils Gabriel d’Auderic, viguier de Narbonne, épouse une de Chambert. Charles, un autre fils, se (...)
  • 143 Gabriel d’Alcoynes sr de Camps, caution du fermier du droit d’équivalent en 1590 - A.M.N., BB 59, (...)

42Deux familles Alcoynes sont à la tête d’une immense fortune à la fin du xve s. Guillaume Alcoynes possède 56 ha, Dame Margaride Alcoynes 2 000 l. de cabal, 26 ha environ, 5 maisons, 5 boutiques, des usages sur certains ostals de Bourg133... Ils font preuve d’une certaine originalité dans le paysage narbonnais. Ils pratiquent peu le grand commerce en effet, ont accumulé des biens fonciers, mais sont moins engagés que d’autres dans ce domaine. L’argent, les prêts surtout, sont leur affaire. À l’échelle locale, ils jouent le rôle de financiers. On les retrouve partout où se manient des fonds. Guillaume est clavaire de la ville en 1481. Sur la liste des conseillers de Cité de 1484, déjà, il est porté au consulat à plusieurs reprises ensuite134. Il appartient à la génération des Peyronne et des Seguier pour qui la frontière entre les affaires privées et le gouvernement de la ville ne paraît pas très clairement établie. Parcours très classique dans une ‘république’135 qui vit de manière très indépendante, où les sollicitations extérieures restent faibles encore. Mais l’époque favorise l’extension du champ d’activité des gens qui ont un capital, ont acquis une expérience et une réputation dans le maniement de l’argent public. Utiles, ils sont même nécessaires, une chance pour la monarchie qui trouve en eux des auxiliaires précieux. Ils lui fournissent d’utiles appuis en province ; mais eux-mêmes y trouvent leur compte, car le service du roi leur offre un levier d’ascension qui n’existait pas jusque-là. Du plan municipal, les Alcoynes se retrouvent tout naturellement à l’échelon supérieur qui est en train de prendre de l’importance avec les besoins croissants de la monarchie et une fiscalité mieux assise136. Nicolas est receveur diocésain en 1535137. Le passage à la noblesse s’effectue sans coup-férir. Avant 1530, déjà, on l’appelle noble Nicolas Alcoynes138. Cette voie originale, des finances, les Alcoynes la doublent de l’acquisition de seigneuries dans une direction nouvelle pour le Narbonnais et les candidats en mal d’appropriation foncière. Nicolas est seigneur de Durfort ; Louis, de Camps-sur-Agly en plein cœur des Corbières. Un mariage a attiré le citadin loin de la ville. Nicolas épouse en effet Françoise Brunet139 dont le frère - ? - est seigneur d’Auriac en 1550. L’acquisition de ces seigneuries dans une zone restée jusque-là rétive et étrangère à Narbonne prend un relief particulier chez les Alcoynes. Installés en ville depuis près d’un siècle, le territoire urbain seul avait paru les intéresser ainsi que l’accumulation de capitaux. Dans la décennie 1520, ils sortent des remparts et participent au vaste mouvement qui s’annonce, orienté de la ville vers la campagne, dont le ressort est moins l’investissement destiné à obtenir une bonne rémunération du capital et l’accroissement direct de la richesse que l’acquisition des symboles et des attributs de la nobilité. Dans leur cas précis, ils cessent en même temps de pratiquer le commerce actif de l’argent. Le plus clair de leurs avoirs passe à l’acquisition de seigneuries et de terres dans le terroir de Narbonne. Louis Alcoynes achète en 1545 pour 4 000 l. la terre de Moujan qui appartenait encore aux Dorlhens, vieille famille noble du xve s., dont les derniers représentants se trouvaient au milieu du xvie s. dans le diocèse d’Auch140. Les Alcoynes se substituent ainsi très largement à l’ancienne noblesse. Ils contribuent à rajeunir un groupe seigneurial en voie d’extinction ou largement replié sur lui-même. Louis, à la fin de sa vie, se dit seigneur de Camps, Moujan, les Tours-de-Villar et Laurède. Devenu viguier, il peut marier sa fille, à qui il donne la seigneurie des Tours-de-Villar et Laurède, à un rejeton de bonne noblesse rouergate, Jean d’Auderic seigneur de Savignac, viguier à son tour, puis lieutenant au gouvernement de Narbonne141. Jean de Brunet d’Auriac recueille une partie de l’héritage du sr de Durfort. Il est établi en effet en 1597 île Saint-Louis en Cité et occupe les fonctions de receveur du diocèse de Narbonne. Le gendre de Louis, à l’origine d’une des familles nobles les plus considérables du Narbonnais des xviie et xviiie s., qui accumule les charges et place ses enfants dans l’Église, au chapitre Saint-Just plus particulièrement, suit la voie tracée par son beau-père142. La descendance mâle de Nicolas et Louis ne dépasse pas le xvie s.143. Une génération a suffi aux Alcoynes pour accumuler la terre, les seigneuries, les charges, et passer dans le second ordre. Ils détiennent le capital.

  • 144 A.M.N., compoix de 1499, f° CIX r°, île P. Certan.
  • 145 A.D.A., 3 E 8291, partage d’héritage, 21 juillet 1557 ; Claire de la Vignette ; A.M.N., compoix de (...)
  • 146 Compoix de 1499, F CVI r°.
  • 147 Compoix de 1533.
  • 148 A.D.A., 3 E 8381, 3 mars 1583 ; 3 E 8383, 6 avril 1584. Marguerite Trégoin, sœur de Antoine Trégoi (...)

43Les Trégoin offrent un autre type de destinée que les Alcoynes, moins brillant au xvie s. peut-être, mais plus solide et plus durable. Ils sont à Narbonne les meilleurs représentants des grands mercadiers médiévaux qui parviennent à passer le cap du milieu du xve s. Le patrimoine immobilier est resté stable. Avec 28,6 ha Jean ne se classe pas dans la catégorie des plus grands propriétaires fonciers. L’explication tient-elle au fait que les Trégoin ont déjà délaissé la marchandise ? Ils ne gardent en effet qu’une boutique au bas d’une maison et ne sont pas imposés au cabal. Les Trégoin vérifient une observation faite souvent : après un demi-siècle de formation et de vigoureuse croissance, la fortune, après avoir atteint comme une taille idéale, marque le pas. Les héritiers font rarement mieux que les fondateurs. La composition de leur patrimoine peut déjà apparaître comme relativement évoluée et de type ancien. Manquent-ils de moyens, d’espèces sonnantes et trébuchantes ? Ils ne font pas partie du groupe d’affairistes qui gravite autour du consulat et bouleverse la ville. Or ils parviennent à se placer remarquablement. On ne les voit guère participer à la ruée vers les seigneuries. Pour cela, il fallait de l’argent liquide ou des capitaux immédiatement disponibles. Un heureux mariage les remet en selle. Guillaume, le fils de Jean, épouse une fille de Raymond de la Vignette, honnête marchand du terson Lamourguier144 pourvu d’un cabal de 300 l., de troupeaux de moutons importants -1 200 bêtes déclarées à Narbonne- et d’une quinzaine d’hectares. L’épousée devait être fille unique car tous les biens du beau-père tombent dans le patrimoine de Guillaume qui s’installe dans ses meubles145. Par les deux conjoints, le couple hérite donc de l’investissement foncier réalisé à partir des bénéfices du commerce. Les arrondissements continuent dans la première moitié du xvie s., presque entièrement tournés vers la terre. Guillaume achète Ricardelle à Peyre David, une petite bastide à la fin du xve s., c’est-à-dire une simple construction avec quelques dépendances autour146. Un tiers de siècle après, Ricardelle est appelée grange147. Situés à la lisière de la Clape, au sud de Moujan, en direction des étangs, les bâtiments sont devenus le siège d’une vaste exploitation rurale en cours de drainage et de conquête. Prolongement de cet investissement, Guillaume Trégoin a aussi acquis deux œuvres dans les salins installés de part et d’autre de la robine. À la fin de sa vie, noble Guillaume, sr de Ricardelle et de Malvezy, possède un autre domaine situé, cette fois, au nord de Narbonne, non loin de la butte de Montlaurès. Le parcours est classique. La part du foncier devient prépondérante dans la composition de la fortune et les satellites ruraux créés ou acquis et développés deviennent l’élément caractéristique et le moyen privilégié de la distinction sociale. Les Trégoin poursuivent cette politique matrimoniale qui leur fait recueillir les fruits du commerce. Le fils de Guillaume épouse Marguerite Puimejan, la fille du marchand catalan148.

  • 149 A.D.A., 3 E 8235, P 20, 31 août 1537.
  • 150 Ibidem, 3 E 8287, P 105, pactes de mariage, septembre 1551.
  • 151 Ibidem, 3 E 8341, 24 octobre 1573 ; 3 E 8343, 23 avril 1578.
  • 152 Partage : 28 juillet 1557, cf. A.D.A., 3 E 8291 ; A.M.N., compoix de 1561. Outre les biens, l’impo (...)
  • 153 Pierre sr de Ricardelle est consul en 1561, noble Joachim en 1568, 1583, 1588.
  • 154 A.D.A., 3 E 8831, f° 206.
  • 155 Ibidem, 3 E 8346, 20 septembre 1576, Anne veuve de Gabriel Delort. Cela montre bien la complexité (...)

44À la différence d’autres prétendants à la noblesse, les Trégoin sont prolifiques. À chaque génération, il y a au moins un fils, souvent deux. Point trop, cependant, pour que le partage des héritages ne réduise la part de chacun à peu de choses. Au xvie s., il n’y a pas de risque, car les dots des femmes compensent largement les effets des partages. Au milieu du siècle, trois Trégoin ont une place enviable à Narbonne. Antoine, viguier temporel de l’archevêque en 1537149, bien marié, puisqu’il épouse noble Helix Assalit150, devient contrôleur des fortifications du Languedoc151. Les deux fils de Guillaume, Pierre et Joachim, se partagent l’héritage paternel. A Pierre revient la plus grande part et Ricardelle, à Joachim Malvezy et les salines152. Ce dernier est docteur et avocat. Une solide éducation, des titres universitaires sont des atouts pour acquérir des charges. La situation des Trégoin est maintenant très fermement assurée. Ils se montrent davantage au consulat. Les Trégoin sont parmi les plus engagés du côté de la Ligue à Narbonne153. En 1597, noble Jean de Trégoin sr de Ricardelle, le fils de Pierre, écuyer et lieutenant, avec des biens évalués à 2 001 l. 13 s. en compoix, est une des cinq premières fortunes narbonnaises. Il est à la tête de 124,3 ha et a probablement en perspective d’autres extensions. Au-delà de Ricardelle, dans la Clape, il possède en effet les deux bastides d’en Sales et de Montalean. Les alliances matrimoniales ne sont plus recherchées chez les marchands : il a épousé une demoiselle de Thézan, Anne154. Une sœur de Pierre et de Joachim s’est mariée avec Gabriel Delort de Tarailhan155.

  • 156 1641 : mariage de Paul Raymond de Trégoin dr. et avocat au présidial de Carcassonne et de dlle Isa (...)
  • 157 A.D.A., 3 E 8381, 6 avril 1584 ; A.M.N., compoix de 1597, île les Augustins.
  • 158 A.D.A., 5 J 29.

45On pourrait continuer à suivre ainsi la constellation des Trégoin qui s’allient à toute la bonne noblesse, conservent un pied dans le droit car plusieurs d’entre eux portent le titre d’avocat au xviie s.156, et, quand une branche tombe en quenouille, marient l’héritière à des nouveaux venus qui présentent de solides garanties : Gabrielle, la fille de Joachim, par exemple, épouse Jean de Raynoard, docteur en droit, conseiller du roi, lieutenant général des gabelles157. On entre dans une autre histoire, du xviie s., où les positions sont acquises. Après un départ relativement lent, au début du siècle, moins prometteur que d’autres, les voilà en 1600 au port, sieurs, écuyers, reconnus comme nobles. Les commissaires chargés de la recherche des faux nobles en 1660 et de l’examen des titres produits rejettent dans un premier temps leurs preuves, comme à peu près celles de toute la noblesse du diocèse de Narbonne158. Mais ils ne seront guère inquiétés.

  • 159 A.M.N., compoix de 1499, f° XXXII v°-XXXIII : me Peyre Deapchier, 21,7 ha; f° XLVI me Berthomieu B (...)
  • 160 Ibidem, f° CLXXIV v° sq.
  • 161 4 maisons et la moitié d’une autre, seulement peut-on dire.
  • 162 Ibidem, f° CLXXXVI.
  • 163 Ibidem, f° CLIII.
  • 164 Ibidem, f° CLVII v°-CLVII v° ; il perçoit aussi des usages.
  • 165 A. RIGAUDIERE, dans J.-L. BIGET, J.-C. HERVE, Y. THEBERT éd., (1989) p. 67.

46Ces trajectoires, dessinées un peu plus précisément, contiennent toutes les variantes que l’on peut observer chez ceux qui à un moment ou à un autre se disent nobles au cours du xvie s. Le caractère citadin est très marqué, ainsi que l’importance des capitaux prêtés, employés dans le commerce ou investis dans la terre. La formation de ces fortunes est relativement récente. Aucun n’a pu compter, comme les Trégoin, sur une situation bien assise dès le milieu du xve s. Elles se préparent et prennent forme dans les années 1470-1480. Ne relève-t-on pas sur les listes des conseillers désignés en 1484, qui ne pouvaient contenir tout ce que la ville comptait de notables, à la première échelle de Bourg, des placiers et marchands, avec Guinot Trégoin, Antoine et Raulin Seguier, Mathieu Peyronne, les noms de Simon Maurin, Antoine Vidal, Pierre Audemar -Autamar-, Henri Guissane, que l’on retrouve en fin de siècle très bien placés avec quelques autres comme Pierre Beauxhostes, Jaume Verzeille, Jean Dumas, ou une cohorte de notaires, au premier rang desquels sont Jean Caursin, Barthélémy Baliste ou Peyre Deapchier159 ? Jaume Verzeilhan vient en second pour le cabal en 1499. On le taxe pour 1 400 l.160. Avec cela, il a 33,3 ha de terre, pratiquement tout en champs découverts. Singularité pour un homme dont le cabal est aussi imposant, il n’a pas de boutique et son patrimoine immobilier n’est pas très étendu161. Peyre Beauxhostes a un patrimoine du même type, aux dimensions légèrement inférieures162, à l’exception du moble imposé 100 1 contre 70 l. : 800 l. de cabal, 21 ha, deux maisons et la moitié d’une troisième. Jean Dumas déclare 800 l. de cabal, 7,4 ha163, Pierre Audamar 800 l. de cabal, 33,4 ha, des troupeaux de moutons de 800 bêtes164... Mais le plus riche, incontestablement, se trouve être Françès Maury. Son compoix porte en effet sur un cabal de 1 200 l., 117,5 ha de terres, 10 maisons et 6 boutiques. L’importance du foncier vient de ce que Maury a une bastide à Livière et, tout autour, 63 moujades de terre d’un seul tenant. Une partie de ces biens ne lui appartient pas en propre : « Per lo bes de M. d’Escales » prend-on la peine de préciser, et immédiatement après : « unq hostal en demora lo dit d’Escallas », ce qui signale, sans que l’on puisse beaucoup hésiter, une rente constituée165.

  • 166 Peyre Autamar par exemple n’est plus compté que pour 400 l. en 1504 ; cf. compoix de 1504, f° 254.
  • 167 Sur l’histoire complexe de la baronie de Lézignan au xve s. cf. J. EUZET, (1988) p. 125-131. Après (...)
  • 168 On ne connaît pas la date précise.
  • 169 A. FABRE, (1883-1884).
  • 170 A.M.N., BB 56, F 37 v°, 24 janvier 1534, obligation consentie à noble Jacques de Verzeille pour re (...)
  • 171 Collecte des clavaires.
  • 172 A.M.N., compoix ; en 1533 Jaume possède encore beaucoup de biens ; en 1561 nobles Gabriel et Franç (...)
  • 173 J. EUZET, (1988) p. 145, 29 août 1529.
  • 174 A.D.A., 3 E 8355, 21 avril 1588 ; noble Gabriel de Verzeille sr de Bizan-les-Allières est débiteur (...)
  • 175 Cette dernière sera rachetée par les habitants, cf. A.D.A., 67 C 13.

47Le cabal est dans l’ensemble le caractère distinctif de ce petit groupe. Au moment où la conjoncture redevient favorable, et où les signes de reprise économique se multiplient, ils auraient pu donner de l’ampleur à leurs affaires, réinvestir dans le commerce, relancer l’activité textile. Or ils se désengagent progressivement166. En revanche, ils vont se lancer à corps perdu dans l’achat de seigneuries. L’exemple des Verzeille et des Beauxhostes est le plus caractéristique. Dans leur cas, il faut parler de véritable frénésie. Jacques Verzeille est à l’affût de tout ce qui se présente. La baronnie de Lézignan revient dans le domaine royal en 1519167. En un tour de main, le voilà seigneur engagiste de la baronnie168. C’est probablement chose faite quelques mois après la mort de Alain d’Albret à qui Boffile avait légué la baronnie par testament car on lui donne du « noble de Verzeilhe de Lézignan coseigneur de Fabrezan » quand il marie sa fille l’année suivante169. Cette acquisition n’épuise pas leurs disponibilités. Les Verzeille, car Jaume a deux fils, Jacques et Claude, succèdent au rôle et aux fonctions tenues par les Alcoynes et les Juer dans les finances municipales. Au cours des années 1530, alors que Nicolas Alcoynes est passé à la recette diocésaine et que Peyre Juer le changeur vient de décéder, c’est eux qui tiennent la première place dans les finances municipales. Jacques est au clavairiat. En 1554, la ville a contracté à son égard une obligation de 600 écus de 2 l. 5 s. tournois chacun en contrepartie du remboursement d’avances qu’avait faites le banquier toulousain Jean-Baptiste de Frescobald -Frescobaldi170-. Il s’agissait d’un prêt relais qui offrait immanquablement, à celui qui était capable de tirer la ville de son ‘étroitesse’ financière, d’avantageuses compensations. En 1535 et 1538, on lui concédait la ferme du robinage et des herbages171. Les Verzeille ne tentent pas d’accroître leurs positions en ville. Le patrimoine initial de Jaume ne sera pas maintenu et se dispersera au gré des successions172. Lézignan devient la base principale d’où ils essaiment. Jacques Verzeille pousse son avantage à Bize. Il en sera bientôt seigneur. En 1529 il acquiert la coseigneurie de Bize173. On aura ainsi les Verzeille de Lézignan, les seigneurs d’Argens et les Verzeille de Bize174. Comme si cela ne suffisait pas, Gabriel, coseigneur de Bize, se porte candidat en 1548, lors de la vente du domaine royal, à l’achat des seigneuries de Ginestas et Mirepeisset175. La stratégie est tout à fait claire : ils tissent leur toile dans l’ouest et le nord du Narbonnais avec un succès réel.

  • 176 A.M.N., AA 112, f° 6, 3 octobre 1518 ; la maison est dite en mauvais état.
  • 177 A.D.A., 67 C 13.
  • 178 Dr. P. CAYLA, (1950-1953) p. 66-67.

48La similitude des trajectoires des Beauxhostes et des Verzeille est frappante. À la fin du siècle, ils sont d’ailleurs voisins. Pierre Beauxhostes et Jaume Verzeille habitent presque côte à côte, île Saint-Paul dans le terson Migean de Bourg. Cette position de leur résidence de ce côté-là de la ville les a-t-elle prédisposés à tourner leurs regards dans cette direction ? Peyre Beauxhotes, nanti d’un solide capital, quitte assez tôt Narbonne. Toujours marchand en 1518, on le dit résidant parfois à Narbonne encore, plus souvent à Mirepeisset quand il vend la maison dite lo Dalphi pour 150 l.176. Simon et Pierre vont acheter à peu près tout ce qui va se présenter en Minervois : Agel, d’abord, avec tous les droits de justice et la leude pour 3 000 l. ; Pardailhan ensuite, payé très cher -11 500 l.-, car avec les droits de justice haute, moyenne et basse, et la notairie du lieu, il y avait aussi les herbages et les forêts177, Aigues-Vives acheté 800 l. en 1543178... Les Beauxhostes sont partout dans ce secteur car, au même moment, leur frère Jean est recteur à Minerve.

  • 179 A.D.A., 67 C 21.
  • 180 Ibidem, 67 C 13 : 50 l. de quête annuelle à Laure vendues en 1539 à François d’Hautpoul de Trausse (...)
  • 181 Sur Pierre Reich de Pennautier, C. MICHAUD, (1991) p. 318 sq.
  • 182 A.D.A., 67 C 12.
  • 183 Cette constatation est essentielle. Le contraste au xviiie s. entre Carcassonne, ville du drap dyn (...)

49À partir de rien, d’aucune position antérieure, les Verzeille et les Beauxhostes jettent leur dévolu sur un territoire bien délimité où ils s’implantent le plus solidement possible. La période 1515-1550, dates larges, est la phase où les ventes du domaine royal permettent de réaliser les meilleures affaires : acquérir les lots les plus importants, s’assurer aussi, pour les plus favorisés de la propriété de une, deux, trois seigneuries qui leur donnent localement, pour longtemps, une position dominante. Cela n’empêche pas d’autres acquisitions ultérieures. Jean de Beauxhostes d’Agel achète encore des fiefs à Fabrezan et Villerouge-la-Panouse en 1594-1595179. Pour qui avait les moyens, l’investissement était particulièrement avantageux. Les fiefs, les fermes, les notairies se négocient sur le pied de 10 à 12 fois le revenu annoncé, ce qui équivaut à un rendement du capital de 8 à 10 %180. D’autres ventes importantes auront encore lieu dans la seconde moitié du xvie s. Elles concernent davantage le Carcassonnais : Pierre et Maurice Sapte achètent Conques 6 000 l. en 1567 ; Pierre Reich, Pennautier et Canecaude, respectivement pour 6 000 et 1 398 l.181 ; Jean Maurel, Aragon et la Fajole pour 4 120 et 700 l.182. Autant en Narbonnais la mise à l’encan du domaine royal favorise les négociants et les gens enrichis dans le commerce de la fin du xve s., autant dans le Carcassonnais ceux qui en tirent bénéfice sont les acteurs de la renaissance de la draperie dans les pays audois et les principaux entrepreneurs du textile183.

  • 184 Ibidem, 67 C 12, 6 mai 1500.
  • 185 En 1543 pour 400 l. ; A.D.A., 67 C 12.
  • 186 Pour 1 500 1., ibidem, 67 C 13 ; 7 octobre 1700 à Béziers : les commissaires du roi vendent à mess (...)
  • 187 G. MOUYNES, (1877) notes p. 385.
  • 188 A.D.A.,67C 12.
  • 189 Guillaume Terrail, marchand de Ginestas, 67 C 9 ; 67 C 3, domaine royal claverie de Fenouillèdes e (...)
  • 190 A.D.A., 67 C 13, viguerie de Minerve, 22 avril 1592.
  • 191 1543,67C 13.
  • 192 Ibidem, 61 C 13.
  • 193 Ibidem, 67 C 21, baylie de Narbonne. On ne parle pas des concessions à temps de certaines parties (...)
  • 194 A.D.A., 67 C 3, claverie de Fenouillèdes et Termenès, 1587-1626.
  • 195 A.D.A., Vicomté de Narbonne 1597, 1 mi 60.
  • 196 14 écus par an en 1597.

50Il ne faut pas trop durcir le trait, ne s’intéresser qu’aux aliénations qui ont frappé les contemporains, consacré et pérennisé de brillantes réussites. Les cessions sont multiples, ont concerné des biens modestes de toute nature qui ont intéressé beaucoup de monde. Quelques vieilles familles ont cherché là une nouvelle jeunesse et le moyen de retrouver du lustre. François de Montredon avait acquis Felines dans le Termenès en 1500, pour 1 293 l. 18 s.184 ; Jacques Germain de la Jugie, la leude de Ventajou en Minervois185. Les Rieux, encore, achètent le fief noble d’Azille pour 1 371 l. que la communauté rachètera en 1597186 ; François d’Hautpoul, la quête annuelle de Laure ; Arnaud du Lac, la moitié de la justice haute de Boutenac187. Les familles dont l’ascension date de la seconde moitié du xve s., bien nanties déjà, ont leur part du gâteau, comme Pierre de Belissen, viguier de Carcassonne qui se rend maître de Sallèles-Cabardès pour 700 1.188. De gros propriétaires fonciers ou déjà des fermiers à l’aise, des marchands de village, s’intéressent aux biens plus modestes, à leur portée, dont la valeur n’excède pas 500 l.189. Surtout, entre 1548 et 1552, mais les ventes s’échelonnent jusqu’à la fin du siècle, sont aliénés les notairies, les greffes, petits scels, baylies... de peu d’importance en capital, sur lesquels les notaires locaux et les gens de justice des bourgs et des villes se jettent littéralement. Ainsi, en Narbonnais, sont vendus les charges de notaires de Ouveillan, Mirepeisset, de la viguerie de Termenès, Azille, Laredorte, Olonzac... Guillaume de Capela, notaire à Peyriac, achète coup sur coup le greffe et l’administration de la viguerie de Minerve190... Un type social de notaire de village se trouve consolidé pour plusieurs siècles. Les communautés et l’Église auront aussi leur part, infiniment moins importante. À Caudiès, les habitants rachètent le moulin pour 300 l.191, à Vendres, un fief pour 400 l. À Azille et Mirepeisset, la communauté rachète le fief précédemment aliéné à M. de Rieux et au sr de Barri192. Le chapitre Saint-Just achète en 1538, pour 2 500 1, le bac de Moussan, le chapitre Saint-Nazaire de Carcassonne emporte la ferme de Tourette193... Si l’on considère l’espace compris entre le Fenouillèdes, le Carcassonnais, la montagne de Minerve et le Biterrois, il ne reste que de rares épaves du domaine royal, éparses et de peu de valeur : des fermes qui ne sont plus encaissées, des droits qui valent plus cher à prélever que ce qu’ils rapportent. Dans le Fenouillèdes, par exemple, les censives, l’orge, l’avoine, ou les gélines n’atteignent jamais 10 livres par an et par communauté, sauf à Caudiès, quand les reconnaissances sont encore conservées194. De la vicomté de Narbonne il ne reste pour ainsi dire rien195 : le péage du bois qui entre en ville, le droit d’attache des barques à La Nouvelle196, des boutiques en ville, le greffe civil...

51Une des constantes du xvie s. est bien, entre les ventes de 1500 et de 1597 qui en sont les principaux repères, cette dilution du domaine public, royal, communautaire, car les ventes des biens des œuvres et des fabriques prennent le relais des aliénations de la monarchie, et de l’Église. Il y a là un mouvement d’appropriation privée important qui va de pair avec la dynamique sociale et la conforte. Parce qu’on est sensible au retour du pouvoir monarchique en province, par le biais de la fiscalité notamment, on a tendance à insister sur la reprise en main de la population dans la première moitié du xvie s. Les aliénations du domaine royal engagent à présenter les choses différemment. Un groupe encore hétérogène profite de la monarchie et de ses besoins financiers permanents pour s’élever. Le phénomène est fondamental. Car si la vieille noblesse reçoit quelques fiefs ou droits de justice, ce ne sont que des miettes dans le total des aliénations. Les principaux bénéficiaires appartiennent à cette génération qui émerge, d’hommes nouveaux, majoritairement issus de la ville et des milieux du négoce dont certains font partie du groupe patricien, des notables citadins qui participent au pourvoir urbain, mais qui n’ont aucun lien, même si à l’occasion ils perçoivent quelques usages, avec la noblesse ancienne, en un mot avec la féodalité. Les nouveaux venus dominent. L’investissement dans les seigneuries détourne l’argent d’autres secteurs d’activité où il s’employait jusque-là. En Narbonnais -peut-être est-ce moins net dans le Carcassonnais-, dans tous les cas où il nous est donné de l’apercevoir avec précision, il y a eu cessation du commerce, souvent même avant que ne soient acquises les seigneuries. Parfois, aussi, migration de la ville vers la campagne. Différentes dans leur nature et leur rythme saccadé, les grandes aliénations se juxtaposent au mouvement de formation des grands domaines, en amplifient les effets. Les deux phénomènes convergent pour mettre au premier plan la campagne et le domaine rural. On a là, probablement, un des moteurs essentiels de la croissance rurale. Le processus est différent en Narbonnais de celui qui était à l’œuvre dans la seconde moitié du xve s. dans les régions du nord de la France où le rétablissement des campagnes s’effectuait avec le soutien de la seigneurie qui reprenait vigueur. Ici, il y a reconstitution, pratiquement totale, et formation d’un nouveau groupe aristrocratique où des influences diverses convergent. La dynamique sociale est au moins aussi déterminante que la dynamique économique.

  • 197 Cf. supra, chap. V, D.
  • 198 G. LARGUIER, (1977) p. 45-47.
  • 199 En 1594, ils figurent parmi les témoins lors de la division de la mense de Fontfroide, notaire Deb (...)
  • 200 A.D.A., 3 E 2788, 26 septembre 1585.

52Assez rares sont les notables des bourgs et des villages qui parviennent aux mêmes résultats en empruntant les méthodes des citadins. Raimond Goudail d’Ouveillan, enrichi dans le commerce, homme de confiance des nobles et déjà gros propriétaire foncier à la fin du xve s.197, a la richesse, une position dominante et la chance d’une descendance bien assurée. Les Goudail poursuivent leurs investissements en direction des métairies à l’écart du village. Aux trois quarts du xvie s. Antoine se dit sieur du Bousquet ; Gilles, sieur de Granier198. Parce qu’ils restent sur place et ne mettent aucune distance entre leurs propriétés, leur titre et leurs origines, ils parviennent assez mal à se dégager de la communauté. Antoine est consul en 1579. Ce n’est que tardivement, par intermittence, qu’on les qualifie de nobles. A la fin du siècle, c’est chose faite. Les Fregoze ont le tact de les mettre de leur côté pour s’installer à Preissan, à Fontcalvy et au Terrai. Ils figurent régulièrement comme témoins dans les actes passés par les Italiens devant notaire199. En 1585, noble de Goudail sr de Granier est rentier des granges du Terrai et de Fontcalvy quand les soldats de Montmorency investissent les bâtiments et s’emparent de tout le bétail à laine200. Ils sont devenus de petits nobles ruraux et glissent vers le type dominant de ces nobliaux qui conservent leurs attaches terriennes, ne sont pas tentés par la ville et entrent dans le métier des armes. Le sr de Granier sert comme lieutenant du gouverneur de Leucate. De Barri, seigneur de Mirepeisset depuis peu, y renforçait alors ses positions. De Goudail était donc un voisin. Ainsi se construit un réseau d’intérêts et de solidarités qui élargit les horizons et renforce une position.

  • 201 P. G. RICHARD, (1988).
  • 202 La question des convictions religieuses de Pontus reste posée. Elle éclairerait peut-être sa sorti (...)
  • 203 Il est très gravement blessé en avril 1560 ; P. G. RICHARD, (1988) p. 19, document n°5.

53Les Escoupérier de Caunes-Minervois sont mieux connus, bien que la fortune de l’un d’entre eux, Pontus de la Gardie, mort en 1585 à Tallinn -jadis Reval-, marié à la princesse Sophie Gyllenhjelm, la fille naturelle du roi Jean II de Suède, et conquérant de l’Estonie, ait longtemps obscurci leurs origines. Vrai roman, un de ces destins exceptionnels dont seul le xvie s. nous donne l’exemple, la vie de Pontus vaut la peine d’être rappelée201. Né vers 1525 à Caunes-Minervois, cadet de famille, il avait d’abord été destiné à l’état ecclésiastique. Il passa ainsi cinq ou six ans à l’abbaye de Montolieu où un parent occupait les fonctions de trésorier. La clôture convenait mal à son tempérament d’homme d’action. Il quitta le couvent vers 1550. Plus tard, un de ses détracteurs qui craignait ses talents de négociateur le traitera de « moine de France échappé de son cloître ». De l’éducation qu’il reçut pour entrer au couvent, et du milieu où il fut plongé, il garda une culture solide, une connaissance sûre du latin, de bonnes notions de théologie qui lui furent particulièrement précieuses ensuite. Manquait-il de foi ? Ce ne fut pas un doctrinaire et il n’est pas de ceux qui s’engagèrent dans un parti au cours des guerres de religion202. Lorsqu’il quitta Montolieu, son père vivait encore et ses deux frères, Auger et Etienne, devaient en principe recevoir l’héritage paternel. Pontus s’engagea. On est en Minervois, près de Rieux dont les barons ont servi longtemps en Italie. Le moine défroqué se retrouve en Piémont en 1551 où il combat cinq ans sous les ordres du maréchal de Brissac. Commence ainsi une carrière militaire qui, après la perte de l’Italie, le ramène en France où il participe au siège de Saint-Quentin -1557-, puis le conduit en Ecosse. Vers 1558-1560, il fait partie, en effet, du petit contingent qui soutient Marie de Lorraine contre les seigneurs réformés du covenant puis Marie Stuart. Pontus faillit y laisser la vie203. Le Languedocien de ‘belle taille, noiraud’, comme le décrit Brantôme, se singularise par son courage, ses prouesses physiques, son esprit de décision et beaucoup d’habileté. Il commandait en Ecosse comme capitaine déjà. Mais c’est en Scandinavie qu’il allait donner toute sa mesure. Il y arriva alors que les positions autour de la mer Baltique étaient en pleine recomposition. Le Danemark voyait son hégémonie contestée depuis la rupture de l’union de Kalmar et la reprise de son indépendance par la Suède sous l’autorité de la dynastie Vasa. Ivan le Terrible, brisant la barrière établie depuis trois siècles par la Pologne et la Hanse entre la Russie et l’Europe occidentale, venait de s’ouvrir un accès direct à la mer en enlevant Narva en 1558 aux chevaliers porte-glaive. Cela ne fit qu’aiguiser les convoitises autour du golfe de Finlande. Le Danemark ambitionnait d’établir vers l’est des points stratégiques. Éric XIV de Suède rêvait de s’étendre jusqu’en Livonie et en Estonie, ce que la Pologne suzeraine des chevaliers porte-glaive et Lübeck voyaient d’un mauvais œil. Sur ce champ de bataille des abords de la Baltique, périphérique à l’échelle européenne dans la seconde moitié du xvie s., les emplois ne manquaient pas. Les cadets de la noblesse n’étaient pas rares dans les cours de Danemark et de Suède. Aussi remarquable homme de guerre que négociateur, habile à gagner puis à conserver la confiance des souverains qu’il sert, Pontus sait devenir indispensable et ne souffre absolument pas d’avoir été fait prisonnier à plusieurs reprises. Tombé aux mains des Suédois au siège de Varberg en 1565, il se met au service des Vasa. Quelques mois plus tard, Éric XIV s’en remet à lui pour solliciter auprès du roi de France une aide militaire. Pontus réussit pleinement dans son ambassade. Charles IX accepte l’envoi de 3 000 fantassins et 3 000 cavaliers. Le hasard des querelles dynastiques va en faire quasiment un faiseur de roi. Eric XIV est au nombre des souverains du xvie s. intelligents et doués qui jouissent d’une complexion psychologique fragile et versent dans les excès, le déséquilibre, voire la folie. Brouillé avec son cadet, Jean de Finlande, il se raccommode avec lui et lui donne Pontus comme gage de réconciliation. Aussitôt, celui-ci encourage Jean à prendre la tête d’une conjuration aristocratique en train de s’ourdir. C’est le Languedocien qui fait tomber la place où Éric XIV se réfugie. Dès lors, les distinctions pleuvent sur la tête du favori. Jean III le fait chevalier le jour de son couronnement. En 1571 il l’investit de la baronnie d’Echolm...

  • 204 Ceci n’est que l’objet principal de l’ambassade de Pontus. Il devait aussi régler les droits de la (...)

54L’origine de Pontus, sa parfaite maîtrise de plusieurs langues, en faisaient un intermédiaire tout désigné entre le nord et le sud de l’Europe. Persuadé du danger que représentait l’installation d’Ivan IV à Narva, Jean III charge le méridional d’en convaincre les principaux intéressés. La Gardie se rendit successivement à Lübeck, Munster, aux Pays-Bas espagnols, à la cour de France enfin, où il était en avril 1572. Mais sa mission la plus importante fut de tenter de rapprocher la Suède et Rome. Marié à Catherine Jagellon, la fille du roi de Pologne, et poussé par elle, Jean III crut possible de ramener la Suède à l’orthodoxie. Étranger à la Réforme et aux réflexes nationalistes, l’ancien moine fut chargé de sonder le souverain pontife. Bien qu’il ait pris soin en chemin de s’ouvrir de ses projets à l’empereur, l’entreprise n’aboutit pas. Le pape ne pouvait transiger sur la question du célibat des prêtres, de la liturgie en langue vulgaire, de l’autorité royale sur les évêques204.

  • 205 Il est enterré dans la cathédrale de Tallinn.

55Avant son départ pour Rome, Pontus de la Gardie avait rétabli une situation compromise en Finlande. Après son retour, Jean III fit encore appel à lui. L’audace, la décision, la vision stratégique dont il fit preuve pendant la période 1580-1583, montrent combien Pontus était un grand capitaine. Les campagnes de 1581 sont un chef d’œuvre, en effet. Nommé gouverneur militaire en Finlande en août 1580, il force les places du lac Ladoga et annexe la Carélie. Au début de février 1581, en plein hiver, il lance ses troupes, passe sur la mer gelée, fonce sur l’Ingrie, pénètre en Estonie où les principales places fortes lui résistent quelques jours à peine. Sans s’attarder, il rentre immédiatement par le golfe de Finlande sur les glaces qui tenaient la Baltique prisonnière. Pontus précipite son retour pour mieux préparer une nouvelle offensive et revenir avec une armée plus nombreuse. Narva tombe le 6 septembre. Un mois et demi plus tard, les dernières forteresses ennemies capitulent. La diplomatie reprend le dessus ensuite. Fort habilement, Ivan le Terrible parvenait à détacher la Pologne de l’alliance suédoise. Pontus persuada Jean III de négocier. C’est à ce moment là qu’il mourut tragiquement. Une chaloupe prit l’eau alors qu’elle transportait la délégation suédoise205.

  • 206 P. G. RICHARD, (1988) p. 13.

56Ce destin exceptionnel se déroule entièrement hors du royaume. Pontus ne reviendra jamais en Minervois. Cela ne veut pas dire qu’il ait rompu tout lien avec sa famille. Apprenant lors de son ambassade à Paris la mort de son frère aîné, il s’enquiert des siens dans une lettre empreinte de beaucoup de sensibilité206. Son neveu Pierre, alors qu’il s’engageait dans une compagnie du baron de Rieux en 1585, annonçait son intention, une fois la guerre finie, d’aller rejoindre son oncle en Suède. La mort de Pontus ruina son projet. Mais un petit courant d’émigration vers les pays Scandinaves dura jusqu’au xviiie s. Un parent de la femme de Pierre, Claire de Belissen, épousée en 1588, passe en Suède au début du xviie s. par exemple. Vital, le fils de Pierre, part lui aussi, réalisant ainsi le projet que son père n’avait pu concrétiser.

  • 207 A.D.A., 3 E 14115, 1561, f° 85 v°.
  • 208 A.D.A., 73 C 272, F 275 v°.
  • 209 3 septembre 1558 ; P. G. RICHARD, (1988) document 3, p. 7.
  • 210 Catherine de Sainte-Colombe avait épousé François de Ramejan en 1534.

57Mais tout ceci ne doit pas occulter les origines familiales. Le connétable de Suède est issu d’une famille de marchands de Caunes-Minervois très représentative des modes d’enrichissement et d’ascension du xvie s. Son père Jacques Escoupérier est déjà prospère quand naissent ses fils. Il a donc hérité d’une aisance acquise dans le négoce. L’essor précoce du textile à Caunes a favorisé l’enrichissement rapide dès la fin du xve s. d’un petit groupe de marchands. Jacques a-t-il poursuivi toute sa vie dans le commerce ? Rien n’est moins certain. Mais un de ses frères, Robert, se disait marchand encore quand il arrentait un moulin à blé en 1561207. Lui-même ne s’était pas départi des manières de l’homme dur en affaire et âpre au gain. Quand il achète en 1558 une petite vigne de 4 journées à fossoyer à un berger de Caunes, François Benezet, pour le prix de 7 livres, le notaire précise les raisons de la cession. Le pauvre berger a reçu un setier de blé. La série de mauvaises récoltes de la décennie 1550 et les chertés sont fatales au petit peuple et permettent aux prêteurs d’acheter à bon compte. Le siège de la réussite est donc Caunes, et c’est à partir de cette localité qui fait figure de centre urbanisé en Minervois que s’organisent les conquêtes foncières et les relations familiales. La fortune des Escoupérier, dès le début de la décennie 1530, appartient à un type que l’on connaît déjà : une belle maison en ville, un jardin, des domaines à quelques kilomètres de Caunes, à la périphérie des terroirs : La Gardie à cheval sur les territoires de Villarzel et Villarlong ; Russol à Laure. Ajouté à cela un intérêt porté aux moulins : Jacques en possédait un, Robert son frère un autre... Il se fait appeler sieur de Russol bientôt. C’est ainsi qu’on le qualifie dans le compoix de Laure en 1555208. L’ambition du personnage transparaît dans chacun des événements de sa vie. Il se remarie en 1552 avec Agnès d’Ebles qui se dit fille de noble Gabriel Ebles, seigneur de la Vacaresse, paroisse d’Alrance dans le Rouergue. Le beau-père n’était pas de grande noblesse et la mariée veuve d’un marchand de Saint-Geniès-d’Olt. Veuf à nouveau assez rapidement, il convole une troisième fois avec Catherine de Sainte-Colombe, belle-mère de son fils et veuve d’un seigneur de Pouzols-Minervois. L’aire matrimoniale, comme celle des biens, reste délibérément minervoise. Mais on sent Jacques Escoupérier entièrement tendu à la fin de sa vie vers la noblesse et tout ce qui peut lui donner de la respectabilité. Il a abandonné le commerce, est viguier de Caunes, exerçant la justice au nom du roi et, par ailleurs, prévôt du vicomte de Joyeuse lieutenant général du roi en Languedoc. Ses compétences n’étaient guère étendues et ses charges lui donnaient plus d’honorabilité que de revenus. Il était parvenu ainsi à peu près au faîte des possibilités qu’offrait le Minervois. Le double mariage du père avec la veuve et du fils avec Catherine de Sainte-Colombe en dit long sur la stratégie de Jacques Escoupérier et le processus social qui est à l’œuvre. A la lecture du contrat de mariage conclu en 1558 on peut penser à une parfaite isogamie209. Le contrat est passé en effet entre « nobles Jacques de Escoupérier sieur de Rusols, lequel promect donner en mariage et louyel espous noble Estienne de Escoupérier son fîlz à noble Panthésilée de Ramejan fdhe légitime et naturelle de feu noble Francoys de Ramejan sieur de Pousols et de Catherine de Saincte Columbe ses père et mère »210.

  • 211 A.M.N., compoix de 1453, île Guilhem Palma.
  • 212 Archives du château de Pouzols, B 118, testament du 17 septembre 1464.
  • 213 En tout 29 moujades ; un champ fait à lui tout seul 20 moujades. Beguet Ramejan est inscrit sur le (...)
  • 214 Archives du chateau de Pouzols, B 129, 2 septembre 1498, Guillaume de Ramejan, seigneur de Pouzols (...)
  • 215 Ibidem, B 130, dénombrement de 1503, son fils François reconnaît exactement les mêmes possessions (...)
  • 216 Ibidem, B 141.

58Il n’en est rien. Les Escoupérier prétendent à la noblesse. Les Ramejan nous sont connus. Noble Guillaume de Ramejan figurait parmi les rares membres du second ordre inscrits sur le compoix de Narbonne de 1499. Oh ! ce n’était pas une noblesse de grand prestige ni très ancienne. Elle remontait à la fin du xve s. à peine, et fut acquise un peu par chance. Beguet Ramejan, Narbonnais qui vivait en Bourg dans la seconde moitié du xve s.211, eut la bonne fortune de recevoir un fief par donation. Jeanne de Vaux, veuve et héritière universelle de Bernard Troc seigneur d’Ornaisons, le lui légua par testament ainsi qu’à sa femme et à leur fils Guillaume qui était son filleul212. On le dit marchand alors, mais il n’appartient pas à la catégorie des mercadiers d’envergure qui accumulent et rassemblent les seigneuries. Son compoix de 1453 ne lui reconnaissait qu’un moble et un cabal de 15 livres, à peine deux vignes, deux champs, une olivette, un pré et un verger213. Son fils Guillaume garde ses biens à Narbonne sans les faire beaucoup fructifier. Seul fait notable, il est propriétaire à la fin du siècle d’une saline qu’il donne à exploiter214. En quoi consistait le fief de Pouzols ? En 80 sétérées de terre dont 40 mises en culture chaque année et 150 sétérées de terres vacantes. Le rapport n’était pas considérable. De sa terre il tirait, tous frais et charges déduites, 50 setiers de grain, 30 de froment, 10 d’avoine, 10 d’orge. Les droits seigneuriaux lui rapportaient, année commune, la moitié en plus : 13 setiers de grain environ, 17 gélines, moins de 3 livres en argent, 15 sols pour les censives et 2 l. de droits de lods215. Le fief était donc modeste. Mais Guillaume de Ramejan s’installe à Pouzols, habite la grosse bâtisse qu’on appelle le château, entend jouer de ses prérogatives. Cela ne fut pas sans mal ni démêlées avec les habitants de Pouzols, peu satisfaits du nouveau venu et qui ne s’en laissent pas compter. Guillaume échoue à faire reconnaître la nobilité de ses terres et doit payer la taille comme les autres manants. On lui conteste même vigoureusement le titre de seigneur de Pouzols qu’il revendique, lui remontrant que le lieu n’a qu’un seul seigneur, le roi216.

  • 217 Ibidem, B 1, f° 2-3 ; des concessions avaient déjà dû être faites : réduction de tasques en 1566, (...)

59Estienne Escoupérier et son père épousant la fille et la mère recueillaient entièrement l’héritage des Remejan. Ce qui les intéressait, plus encore que les biens, était le monde de la petite noblesse du Minervois où ils entraient, de pouvoir se dire seigneurs et d’avoir sous leur domination des emphitéotes. D’ailleurs, immédiatement, Jacques entreprit de faire établir de nouvelles reconnaissances des parcelles de sa mouvance sans trop de précaution et avec la rudesse du parvenu, prétendant exiger des droits supérieurs à ce qu’ils étaient précédemment. Les habitants résistèrent, portèrent l’affaire devant le sénéchal. Ce que gagnera Jacques est une grève larvée du paiement des droits seigneuriaux qui se prolongera près d’un demi-siècle et ne se réglera qu’en 1601 par une transaction où, contre la promesse du règlement d’une partie des arrièrés, le sr d’Escoupérier dut consentir la conversion des tasques en censives217. Autrement dit, les habitants de Pouzols l’avaient emporté sur ces nouveaux venus qui jouaient trop précipitamment aux seigneurs. Cas limite ? L’exemple illustre les résistances que rencontrent les nouveaux possesseurs de seigneuries à se faire accepter.

  • 218 Cf. supra, chap. VIII.
  • 219 2 septembre 1594.

60Etienne, doté au moment de son mariage de 4 000 1., dont 500 pour la valeur d’un troupeau de moutons qui comprenait un nombre égal de têtes de bétail, recueillit, à la mort de son aîné Auger, la totalité de la succession paternelle et donc les métairies de La Gardie et Russol. Mais il n’eut pas, manifestement, la capacité de son père à mener ses affaires. Au contraire de son frère Pontus qui parcourt l’Europe, Etienne ne sort guère du Minervois. Les solidarités, les réussites et les échecs se nouent à partir de là, ainsi que les alliances matrimoniales. Son fils Pierre, que la fortune de Pontus fascinait, s’engage en 1585 dans la compagnie du baron de Rieux, du côté de Montmorency. La facilité avec laquelle celui-ci contourne le Narbonnais, chaque fois qu’il avance vers l’ouest et pénètre en Minervois, repose sur un solide réseau de relations personnelles218. Une dizaine d’années plus tard, endetté, il doit se séparer des deux métairies de Russol et de La Gardie. Il n’avait pu honorer une dette de 1 500 écus contractée auprès de Jean de Beauxhostes d’Agel. L’acheteur ne fut autre que Jean de Maurel sr de Villarlong, autre descendant de marchands de Caunes, enrichi dans la draperie219. Quant aux mariages, ils sont révélateurs du rang auquel les Escoupérier sont parvenus, du brassage et de la fusion en train de s’opérer à la fin du xvie s. et au début du xviie s. dans cette noblesse récente et d’origines diverses. Pierre épouse une de Belissen, leur fils Jean, une d’Exea de Narbonne, Marie, en 1616.

E / L’IMMIGRATION ITALIENNE.

61La seconde moitié du siècle comporte en apparence de nombreuses analogies avec la fin du xve s. et la première moitié du xvie s. On assiste à une nouvelle vague d’immigration étrangère qui donne un nouveau souffle au renouvellement en cours, à la poursuite du mouvement de formation de la grande propriété et des achats de seigneuries. Les différences sont profondes néanmoins et l’emportent sur les ressemblances. Alors que la dynamique interne de la société urbaine donnait le ton et apparaissait comme le trait dominant, car l’apport catalan exclusivement citadin lui avait donné plus de force, l’élan paraît comme brisé dans la seconde moitié du siècle. Aucun individu ou famille ne se révèle, ne brigue la noblesse. Tout se passe comme si ceux qui avaient la capacité d’accéder au second ordre avaient déjà tenté leur chance. Le renouvellement vient d’ailleurs : d’Italie, de 1545 à 1560 principalement, de régions extérieures au Narbonnais ou même au Languedoc. La fermeture de la noblesse et l’accentuation des écarts sont peut-être davantage là, localement, que dans une rigidité augmentée qui limite l’entrée dans le second ordre. Un groupe de trois ou quatre dizaines de familles s’est dégagé et tend à creuser la distance qui le sépare de la société car il parvient à augmenter ses domaines fonciers alors que la tendance est à la fragmentation chez les petits propriétaires. Les catégories moyennes font les frais de l’évolution des structures foncières. L’accentuation des écarts sociaux favorise la fusion à l’intérieur d’un milieu aristocratique encore bien divers dans ses composantes. Les Italiens paraissent parfaitement à l’aise et apportent leur contribution. Le caractère trop récent de certaines réussites s’estompe à la seconde ou troisième génération. L’horizon géographique des alliances matrimoniales s’élargit aussi : les liens se renforcent entre les villes, les alentours et la vieille noblesse des Corbières qui sort de son ghetto.

  • 220 J.-F. DUBOST, (1997).
  • 221 Dr. P. CAYLA, (1938).
  • 222 A.D.A., 3 E 8 300, f° 98, 28 février 1547.
  • 223 Ibidem, F 114, 7 mars 1547, obligation en faveur de Pierre Fanjaux marchand de Narbonne.
  • 224 Y.-M. BERCE, (1974) ; (1991).
  • 225 Nouvelles de BANDELLO, nov. XLIII, vol. 6, p. 175 de l’édition italienne ‘Flora’.
  • 226 R. GASCON, (1971).
  • 227 A.D.A., B 21, F 20 sq., noble Pogio de Pogio oncle de Diane de Pogio fille de Théguin de Pogio.
  • 228 Ibidem, 3 E 2774, 5 octobre 1579 : noble Pogio de Pogio prête 40 setiers de froment à Raymond Barr (...)
  • 229 Ibidem, 3 E 9206, 28 octobre 1589.
  • 230 Ibidem, B 21, P 20.
  • 231 Ibidem, 3 E 9206, P 124, arrentement de la grange du Terral, 12 novembre, moyennant 333 l. 8 s. 6 (...)
  • 232 A.D.A., 3 E 2774, 4 novembre 1579 ; B 21, P 20, dlle Guyone de Pogio seigneuresse dAssignan.

62L’émigration italienne en Narbonnais, nettement circonscrite dans le temps, est directement liée aux conséquences des guerres d’Italie et à la mainmise sur les bénéfices ecclésiastiques. Le phénomène n’est pas une originalité narbonnaise. Sa manifestation peut même paraître quelque peu tardive par rapport à d’autres régions220. La présence italienne n’est pas une nouveauté absolue. On relève le nom de marchands milanais dans les listes de nouveaux habitants de la fin du xve s., et des banquiers transalpins établis à Lyon parcourent les campagnes qui entourent la ville pour percevoir les revenus de l’archevêque Jules de Médicis221. Aucun groupe ne s’était installé durablement à demeure. En 1547-1548, à quelques mois d’intervalle, toute une série d’individus ou de familles se manifestent simultanément. Leur venue, a-t-on avancé, est associée à l’accession du cardinal de Ferrare, Hippolyte d’Esté, au siège de Narbonne. Mais les premières arrivées sont légèrement antérieures. Elle n’est pas étrangère, probablement, à l’installation des Strozzi à Béziers en 1547. Le lien est très étroit néanmoins avec l’Église. Les premiers qui apparaissent dans les minutes des notaires sont les Pogio. Plusieurs membres de la même famille viennent s’installer à Saint-Nazaire-d’Aude, car tour à tour César, François et Philippe établissent des procurations222, consentent des prêts à un marchand narbonnais au nom de Benedicto et Philippe de Pogio frères, compagnons marchands banquiers de Lyon223. Ils s’y trouvaient déjà quand Constance Fregoze, la veuve de César Fregoze le condottiere, effrayée par la révolte qui gagnait tout l’ouest, les prises des villes comme Saintes ou Bordeaux tombées aux mains des émeutiers224, vint se réfugier en août 1548 au château de Saint-Nazaire que possédait l’abbaye de Fontfroide. La petite colonie italienne ne vivait pas repliée sur elle-même. Bandello, le secrétaire des Fregoze, raconte, ravi, l’accueil fait à sa maîtresse, les visites quotidiennes des barons et seigneurs du voisinage et la joyeuse vie que l’on menait : « c’est la coutume du pays que ces gentilhommes s’en viennent en compagnie et mènent ensemble joyeuse vie en visites, ayant d’ordinaire banni en tout de leur esprit la mélancolie et la jalousie : sans cesse dansant et en fête et s’échangeant à chaque danse fort souvent des baisers sans compter »225. L’insouciance apparente, la convivialité, l’ouverture aux étrangers de bonne condition, participent d’un style de vie qui distingue cette petite société seigneuriale. Les Pogio n’étaient pas de passage à Saint-Nazaire. En octobre 1550, François mariait sa fille Guyone à Théguin de Pogio de Lucques qui résidait à Lyon. Les Pogio se disaient nobles et membres d’une famille de banquiers de Lucques, comme les prestigieux Bonvisi226. Continuaient-ils à exercer la banque eux-mêmes ? Les relations avec Lyon restaient étroites, ainsi qu’avec Avignon. Quels sont les liens exacts des Pogio avec l’abbaye de Fontfroide et les raisons qui les poussèrent à venir en Narbonnais dans une modeste bourgade ? Ce point reste obscur encore. Ils ne s’établissaient pas au hasard. Les cisterciens tenaient Saint-Nazaire. En plus de la seigneurie sur l’ensemble du terroir ils possédaient un château ainsi que la plus grande partie des terres nobles qui couvraient un cinquième du territoire communal. Saint-Nazaire devient un point d’introduction et de ralliement de la colonie italienne qui investit le Narbonnais. Les Pogio agissent bientôt comme si Saint-Nazaire leur appartenait. Pogio de Pogio, frère de Théguin, vient en Narbonnais aussi227, achète, vend, arrente des fiefs, consent des prêts aux paysans de l’endroit228. Alexandre de Pogio a des terres qu’il baille à mi-fruit en 1589229. Celles-ci proviennent directement d’aliénations de Fontfroide dont les Fregoze les gratifient. Ils parviennent directement aussi, selon un modèle dont nous retrouverons plusieurs exemples, à s’arroger l’exclusivité des baux des granges et des domaines situés dans l’environnement immédiat de l’abbaye. Théguin de Pogio laissera à ses enfants la métairie d’Aussière par exemple230. Ils bénéficient longtemps des largesses des Fregoze et s’entendront à pérenniser à leur profit la perception des revenus des biens de Fontfroide : Alexandre de Fregoze intéresse Alexandre de Pogio à la métairie du Terral à Ouveillan pour trois ans en 1589231. Les Pogio achètent aussi des seigneuries dans la région, comme celle d’Assignan, toujours avec l’appui de Fontfroide232.

  • 233 Au moins, qui parviennent à l’âge adulte.
  • 234 A.D.A., B 21, P 20, pactes de mariage, 12 février 1583, notaire Jean Massip de Saint-Chinian ; 3 E (...)
  • 235 Cf. supra, mariage de Diane, -6 000 l. de dot-, qui va de pair avec le partage des biens de son pè (...)
  • 236 Les Pogio se marient peu à Narbonne ; César de Pogio épouse Isabeau de Bandinel ; sa petite fille, (...)
  • 237 J. BOUCHER, (1981), p. 551 : 35,71 % des évêques du royaume sont italiens entre 1535 et 1570.

63Ce que ces Italiens réussissent parfaitement, comme la plupart de leurs congénères qui viennent en Narbonnais, est leur intégration dans la vie locale. À la première génération ils se marient encore dans les milieux italiens de Lyon et d’Avignon. Pour les filles, on choisit des partis dans la noblesse locale. Guyone et Théguin de Pogio avaient eu trois enfants233, un garçon, César, et deux filles, Constance et Diane. Constance épouse François Delort de Sérignan, Diane Bertrand du Lac de Boutenac234. Les Pogio entrent ainsi dans les meilleures familles du Narbonnais. Le témoignage de Bandello est précieux. Le contraste entre l’ambiance fort détendue du Narbonnais et le tumulte des révoltes et des émeutes de l’ouest du royaume l’a frappé. Il témoigne surtout de la rapidité avec laquelle les Italiens, partiellement francisés déjà, car ils venaient de Lyon, sont associés à la vie locale. Les étroites relations avec Fontfroide et les revenus qu’ils en tiraient ont grandement facilité les choses. Dans le démembrement des biens de l’abbaye tout n’était pas perdu pour la société narbonnaise. De belles dots facilitaient les alliances235. L’apport italien, avec l’argent dépensé sur place, le partage des successions, la constitution des légitimes, crée un afflux de capitaux dont bénéficie la noblesse narbonnaise. À travers l’ensemble des Pogio on aperçoit ainsi un caractère que l’on retrouve chez la plupart des nouveaux venus d’origine transalpine. L’extrême facilité avec laquelle ils entrent dans les familles les place dans un rôle charnière, d’intermédiaires, à la jonction de groupes d’origines différentes sur le plan géographique et de l’ancienneté nobiliaire236. L’implantation italienne est favorisée par la mainmise sur les grands bénéfices ecclésiastiques. Au milieu du xvie s., près de la moitié des évêchés sont entre les mains de transalpins237. Le Narbonnais n’échappe pas à la règle. Autour des deux principaux bénéfices, le siège archiépiscopal et l’abbaye de Fontfroide, s’organise largement la pénétration italienne dans le pays. Jules de Médicis, le futur Clément VII, avait déjà occupé le siège archiépiscopal de 1515 à 1524. Le cas du frère du duc de Ferrare, le cardinal Hippolyte d’Este, est trop connu pour que l’on y insiste.

  • 238 En 1548 en principe ; il s’en démet en 1555 mais continue d’en percevoir les revenus.
  • 239 Hercule II duc de 1534 à 1559 avait épousé Renée de France fille de Louis XII ; Hippolyte II fait (...)
  • 240 J. BOUCHER, (1981) p. 553 note 1.
  • 241 Histoire de Narbonne... p. 208.
  • 242 Édouard de Pompadour venu à la suite de Helie de Pompadour archidiacre de Carcassonne qui est élu (...)
  • 243 A.D.A., B 29, F 188, 22 novembre 1620, pactes de mariages, dans le palais archiépiscopal de Narbon (...)
  • 244 Six évêques italiens se succèdent sans discontinuer à Béziers ; cf. J. SAGNES, (1986) p. 164 ; Mme (...)

64Abbé de Fontfroide238, il obtient le bénéfice en 1550, le cède rapidement puis le récupère en 1563... Archevêque d’Auch et de Narbonne en même temps, sa situation soulève la réprobation. Il est contraint d’abandonner un des deux sièges et ne doit qu’à la faveur royale de conserver le second239. Bien sûr, le cardinal ne paraît pas à Narbonne. Il utilise des vicaires généraux pour administrer ses diocèses. Il s’appuie à Narbonne sur Tudeschi240 et Zerbinati qui préside en 1551 le concile provincial destiné à restaurer la discipline des Églises et à lutter contre le protestantisme241. Un noyau italien se forme ainsi car, derrière les ecclésiastiques, sont les procureurs, les hommes d’affaires ou les familiers qui s’installent plus durablement que les titulaires des bénéfices. Ce phénomène n’est pas une particularité italienne. Nombre de frères de prélats arrivaient avec eux, se mariaient dans la région et faisaient souche. Après les la Jugie en Minervois au xive s. ce sont les Pompadour au xve s. dans les Corbières242, plus tard les Bunis du Comtat Venaissin installés par Monseigneur de Vervins à Bize243... Mais, avec les Transalpins, l’entreprise est plus systématique et s’appuie sur de véritables réseaux de parentèle et d’influence. Narbonne est entourée d’évêchés tenus par des Italiens. Le frère du grand financier Orazio Rucellai occupe le siège de Carcassonne ; en 1547, les Strozzi sont à Béziers244. À Narbonne, l’évêché jouera moins qu’à Béziers le rôle de pôle de l’influence italienne. Celle-ci s’organisera et se développera largement autour de Fontfroide et de la famille Fregoze.

  • 245 J. HEERS, (1961). Pour la généalogie des Fregoze : Archivio di Stato di Padova, Fonds Salvatico Fr (...)
  • 246 Un se range du côté de la France avec un de ses oncles, Frederico, son beau-frère Guido Rangone, q (...)
  • 247 2 juillet 1541, alors qu’il descendait le Pô en bateau avec l’espagnol Rincon, représentant de Fra (...)
  • 248 TAUSSERAT-RADEL, (1899) p. 616.
  • 249 Auquel s’ajoutera l’évêché de Grasse. La première est faite en 1538. Comme l’aîné des garçons de C (...)
  • 250 Qui viendra rappeler ses promesses à François Ier et le prix de la fidélité, en lui apportant la m (...)
  • 251 Philippe III Strozzi est envoyé par Catherine de Médicis au secours des Portugais. C’est lui que r (...)
  • 252 César II, le deuxième fils de César et de Constance, s’y fixera d’ailleurs.
  • 253 Jean Galeas Fregoze, recommandé par le cardinal de Retz A. Gondi fit partie de ces Italiens habile (...)
  • 254 Ce qui explique pourquoi Alexandre, petit neveu de César Ier, abbé commendataire de Fontfroide à p (...)

65Issus d’une riche famille de commerçants génois, possédant des fiefs importants dans la partie ouest de la Ligurie245, les Fregoze avaient été au cœur des luttes pour le pouvoir de la république de Gênes au xve s. Dans la première moitié du xvie s., les Fregoze choisissent le camp français et sont les plus fidèles soutiens de François Ier. Fils du doge Janus, César Fregoze, d’abord condottiere de l’armée de Venise en Lombardie, passe au service de la France en 1536, suivant en cela le parti de membres de sa famille246. Cela parut-il un acte de traîtrise insupportable à la sérénissime République ? On le fit assassiner247. L’année suivante, en 1542, Venise prononça un décret de bannissement et de confiscation de leurs biens à l’encontre des Fregoze et des Strozzi soupçonnés de trop bien renseigner l’ambassadeur français du secret des délibérations de l’État248. C’est ainsi que Constance Rangone, la veuve de César, deux de ses beaux-frères, ainsi que d’autres membres de la famille Strozzi, dont Lorenzo le futur évêque de Béziers, durent s’exiler. François Ier avait beaucoup promis à César en contrepartie de ses services : l’archevêché d’Agen pour un de ses garçons, l’abbaye de Fontfroide pour un autre, avec pour ce dernier l’autorisation de se marier et de jouir simplement des fruits du bénéfice249. Par Constance Fregoze250, on s’introduit dans le système des alliances, des amitiés, des solidarités qui ne cesse de fonctionner un demi-siècle durant. Les Strozzi, parmi lesquels Constance comptait quatre belles-sœurs, étaient cousins des Médicis et donc de la reine251. Lorenzo, un des bannis de 1542, devenant évêque de Béziers, les Fregoze et les Strozzi se retrouvent voisins en Languedoc. Les Este sortaient de la région de Padoue où les Fregoze gardaient de grands biens et des attaches252. Le premier mari de Constance Rangone était de Ferrare. Les relations de Constance avec Hippolyte furent toujours étroites. Des Fregoze repliés en France gravitent dans l’entourage de la cour. Deux d’entre eux figurent au nombre des 23 gentilshommes de la chambre du roi d’origine italienne253. La mort d’Hector, d’abord pourvu du siège d’Agen, fit de Janus son frère à qui était destiné Fontfroide un évêque et l’obligea au célibat. L’autorisation de jouir du bénéfice sans respecter la règle du célibat resta quand même sur la tête des Fregoze254.

  • 255 Janus Fregoze désigné par François Ier comme titulaire du bénéfice ne prend possession effective d (...)
  • 256 Alexandre est le petit fils de Alexandre Fregoze et de Constance Strozzi.
  • 257 Cf. supra, A.D.A., 3 E 2788, 26 septembre 1585.
  • 258 Pendant qu’il intéresse Alexandre de Pogio à la métairie du Terrai, il vend 50 quintaux de laine à (...)

66Fontfroide a donc été un bénéfice aux mains de protégés italiens pendant plus d’un siècle. Janus administre les biens de l’abbaye de 1548 à 1585 comme procureur général d’Hippolyte d’Este. Pendant cette période, ce sont les familiers du cardinal de Ferrare qui ont la meilleure part, s’installent à la périphérie de l’abbaye ou, franchement, dans les lieux où Fontfroide a au moins une part de seigneurie. Après la mort de Janus, quand les Fregoze ont les coudées franches, c’est la ruée255. Aussitôt, les belles métairies sont investies malgré la conjoncture défavorable. Leur choix ne se fait pas au hasard. Les Castillon étaient installés à Saint-Martin-de-Toques, les Pogio à Aussière et Saint-Nazaire. Ils jettent leur dévolu autour de l’étang de Capestang, là où les possessions de l’abbaye formaient le plus bel ensemble d’un seul tenant, non loin de Béziers et des Strozzi256. Il ont suffisamment d’habilité pour donner sa part au nobliau de l’endroit, le sr de Goudail. Ils le feront rentier des granges du Terrai et de Fontcalvy257. Mais, autant que possible, Alexandre Fregoze, qui prend le titre de rentier général de l’abbaye de Fontfroide, traite avec des Italiens258.

  • 259 A.D.A., H 602. Les signataires de l’acte montrent bien quel groupe de pression était derrière Alex (...)
  • 260 Il s’appelle aussi Alexandre. Le lien de parenté exact n’est pas clairement établi. Il est dit nat (...)
  • 261 A.D.A., H 607. Les concessions de ces derniers domaines restaient obscures pour les moines de l’ab (...)
  • 262 Ibidem, après Alexandre Fregoze, Dominique Fregoze ‘clerc de Verone’ son neveu est pourvu de l’abb (...)
  • 263 A.D.A., 3 E 9219 : 15 février 1536, procuration au comte Frédéric de Fregoze par son frère Dominiq (...)
  • 264 Ils s’allient à la petite noblesse locale ; des filles épousent aussi des notaires... Exemple : A. (...)
  • 265 A. D. A., 4 E 116, BB 5, F 19, 24 février 1679, J. B. Fregoze consul ; BB 8, F 28, 26 décembre 169 (...)

67Le partage de la mense abbatiale en deux parties, l’une pour l’abbé, l’autre pour les religieux en 1594, arrêta les procès qui commençaient à pleuvoir de toutes parts, mit un terme au désordre intéressé de la gestion et des aliénations déguisées259. Mais Alexandre Fregoze installa aussitôt un parent dans la place avec le titre de fermier général de l’abbaye260. Il lui concéda en effet en inféodation les métairies du Terrai et de Fontcalvy261, ainsi que Preissan. Les Fregoze finissent par se rendre maîtres de Preissan et de fiefs qui en dépendent et les considèrent comme leurs biens propres262. Les abbés de Fontfroide se contentent désormais de percevoir les revenus de leur abbaye sans quitter leur résidence italienne, agissant par procureur et ne mettant jamais les pieds à Fontfroide263. Alexandre Fregoze de Preissan, au contraire, reste dans le pays, fait souche à Ouveillan dont il est considéré bientôt comme habitant, place fils et filles dans le voisinage264. A la fin du xviie s., Jean-Baptiste Fregoze est procureur de l’hôpital de Cuxac-d’Aude, puis consul de la communauté à plusieurs reprises265.

  • 266 Francisco Raimondi de Milan est dit marchand de Côme, A.D.A., B 21, F 271 sq., 31 octobre 1585. Po (...)
  • 267 Il figure sur la liste des habitants qui ont quitté Narbonne en 1592 et que l’on met à l’amende, c (...)

68Jusqu’ici les caractères de l’immigration italienne sont profondément différents de la catalane. L’une est urbaine, composée de gens qui doivent s’élever à la force du poignet, accumulent et achètent petit à petit en ville et dans le terroir. L’autre, rurale, est le fait d’une clientèle fortunée, bien en cour, et dotée d’une manière très voyante. Les frères Pogio ou leurs parents, établis à Lyon, ne tentent pas de s’installer à Narbonne et d’y développer leurs activités. Mais le groupe italien grossit entre 1547 et 1550. À peu près en même temps que les Pogio et les Fregoze, arrivent Jean-François d’Alezio et Antoine-Marie Castillon qui sont tout de suite au cœur de la vie narbonnaise. J’ai déjà évoqué plus haut leurs activités commerciales. Soulignons simplement leurs origines milanaises. Deux groupes se distinguent en effet parmi les Italiens qui viennent en Narbonnais. Le premier, avec les Fregoze ou les Pogio, a des liens étroits avec Gênes, la Toscane et la partie orientale de l’Italie du nord. Le second, provient de Milan et des villes proches de la capitale lombarde, de Côme à Pavie266. Ces derniers sont des marchands et des citadins. Antoine-Marie Castillon, arrivé jeune, reste dans le sillage de Jean-François d’Alezio tant que celui-ci demeure en vie. Ce dernier joue d’abord le premier rôle. Homme d’affaires du cardinal de Ferrare, il est immédiatement receveur du diocèse de Narbonne, fait des avances à la ville... Bien évidemment, lui aussi se retrouve dans l’environnement de Fontfroide, devient seigneur de domaines qui avaient fait partie du patrimoine de l’abbaye, comme Saint-Martin-de-Toques et Marcorignan. Bien que son fils prenne partiellement sa succession et garde des intérêts à Narbonne jusqu’à la fin du siècle, les d’Alezio ne se fixent pas267.

  • 268 Il est consul de Narbonne en 1588.
  • 269 20 janvier 1552.
  • 270 Dans leurs preuves de noblesse les Castillon insistent beaucoup sur leurs services rendus à Louis (...)
  • 271 A.M.N., BB 3, F 138.
  • 272 Ibidem, BB 5, F 144, en compagnie de Joachim Trégoin.
  • 273 J. TISSIER, (1900) n° 181, p. 158-159 ; sur le rôle de Castillon, ibidem, p. 21, 158-159, 228...
  • 274 En 1576-77 par exemple il est procureur des hôpitaux.
  • 275 A.M.N., BB 4, f° 125, 10 février 1578.
  • 276 Testament de Simon Vigor, 3 octobre 1575 : « je suis redevable et obligé au sr Antoine-Marie Casti (...)
  • 277 A.D.A., B 23, dlle Jougla, veuve de Antoine-Marie Castillon.
  • 278 Ibidem, B 21, f° 271, 32 octobre 1585.

69Antoine-Marie Castillon s’établit solidement et fait souche à Narbonne. Arrivé comme procureur de d’Alezio pour le seconder dans ses affaires il devait avoir entre 20 et 25 ans268. Les lettres de naturalisation qu’il reçoit en 1552269 montrent qu’il avait bien l’intention de s’enraciner dans le pays et facilitent grandement son insertion dans la vie narbonnaise270. Antoine-Marie Castillon est le type même de l’étranger qui s’intègre avec une aisance déconcertante, parvient à jouer un rôle important à Narbonne tout en n’abandonnant rien de ses origines et en conservant des liens étroits avec sa famille et le Milanais. Il accède au consulat en 1573 comme consul du second rang271. Les conseillers politiques le portent une seconde fois à cette charge en 1588272 dans des conditions autrement plus difficiles. On s’en remettra à lui pour aller négocier à Carcassonne la garantie des intérêts de la ville273. Plusieurs fois dans sa vie on lui demande d’administrer les hôpitaux dont la responsabilité incombait à la municipalité274. Parallèlement à son négoce, qui prend une dimension internationale grâce au pastel, il rend des services à l’archevêque. C’est très officiellement, d’ailleurs, qu’il sera séquestre en 1575-1578 des biens de l’archevêché275. Il avait gardé ses fonctions auprès du nouvel archevêque Simon Vigor et effectuait sur son ordre des virements et des paiements276. Jusqu’à ses expéditions de pastel sur Paris qui ne paraissent pas avoir été très heureuses, Antoine-Marie Castillon mène bien ses affaires. Il ne doit rien de sa situation à son mariage car sa femme, Marguerite Jougla, n’appartient pas aux cercles nobles ou en voie d’anoblissement issus du commerce277. Il succède sur le tard à son patron d’Alezio qui lui vend Saint-Martin-de-Toques en 1579. À ce moment là, le cordon ombilical de la clientèle du cardinal de Ferrare est coupé. Mais autour de lui se reconstitue un petit groupe de Milanais, tous plus ou moins marchands, car, comme beaucoup de nobles italiens, il a persévéré jusqu’à la fin de sa vie dans le commerce. Lorsqu’il marie sa fille en 1585, qui sont mentionnés en effet parmi les témoins du contrat de mariage ? Francisco Raimondi et Dominique Prat (Domenico Prate), deux marchands milanais278.

  • 279 Ibidem, BB 3, f° 203, 7 mai 1574.
  • 280 Le frère de A.-M. Castillon ne quitte pas Milan et c’est à Pavie qu’est partagée la succession de (...)
  • 281 Le cas des Fregoze est très représentatif.
  • 282 Ibidem, B 21, f° 52. Son voyage était prévu car il avait légué 666 écus avant de partir.
  • 283 E. PICOT, (1907) p. 341-345.
  • 284 A.M.N., BB 61, P 65. Peu de temps après, un Vénitien effectue les travaux de curage de la robine, (...)

70Une véritable petite société italienne s’était ainsi constituée à Narbonne : des vicaires généraux, des familiers de l’archevêque, financiers et négociants, le gouverneur de Narbonne, Raymond de Beccaria de Pavie, baron de Fourquevaux ; sa fille Imberte, abbesse du monastère de Notre Dame des Olieux, qui demandait aux consuls en 1577 de permettre l’installation de sa communauté à l’intérieur de la ville car son abbaye, en bordure de la Clape, tombait en ruine279 ; des marchands d’origine milanaise, des artisans. Aussi, les influences italiennes se renforcent-elles à Narbonne. Entre 1570 et 1600 les relations avec l’Italie se font plus étroites. Les liens maritimes directs qui s’établissent avec Gênes, Livourne et Rome, doivent beaucoup aux négociants italiens rassemblés à Narbonne. Tous ces transalpins gardent des contacts avec la partie de leur famille restée au pays280. Le maintien des traditions familiales et l’attachement à leurs origines de toutes ces familles transparaît très nettement à travers le choix des prénoms donnés aux enfants. Ceux-ci se perpétuent jusqu’au milieu du xviiie s.281. Mais les relations avec la péninsule ne sont pas seulement le fait des fuorusciti. Les Narbonnais eux-mêmes vont en Italie. Delort de Sérignan s’y rend. Quand Anne de Seguier demoiselle de Grandselve épouse Antoine de Mage de Nouvelles dans les Corbières en 1583, noble Raulin de Lacoste ne put assister à la cérémonie car il était en voyage en Italie282. Peu de temps après, Paul Romieu de Narbonne naviguait, sous les ordres d’un capitaine marseillais, comme écrivain et chirurgien sur un bateau vénitien283. Pour occuper ses loisirs, il entreprenait la traduction, peu habile disent les spécialistes, des Esprits, une pièce de Pierre de Larivey. On peut gager que revenu à Narbonne, car il abandonna la navigation et demanda à pouvoir exercer sa profession dans sa ville, il fut réceptif à ce qui venait d’Italie284.

  • 285 L. BERTHOMIEU, (1914) p. 179-184. Elle a été maintes fois représentée, notamment en gravure dans l (...)
  • 286 Des fenêtres du même style, avec le même nombre de cariatides, mais traitées plus sobrement, sont (...)
  • 287 île Saint-Simon, actuellement 8-10 rue Rabelais.

71L’influence italienne s’exercera principalement dans le domaine artistique. Jusque là, le Narbonnais paraît peu touché par l’art italien. Les constructions nouvelles que l’on entreprend alors manquent d’inspiration dans l’ensemble et ne sont pas originales en dehors de la maison dite des Trois Nourrices édifiée par Bernardin Fabre-Seguier en 1558285 dont les cinq cariatides qui supportent et encadrent le linteau de la fenêtre du premier étage maniéré et surchargé contrastent avec l’appareil de grosses pierres ajustées et l’horizontalité des lignes286. L’art italien ne pénètre vraiment à Narbonne qu’à l’époque de la ‘seconde école de Fontainebleau’. Antoine-Marie Castillon apporte des aménagements à l’ancien couvent du Saint-Esprit dont il fait sa demeure qui affichent ses goûts et ses origines : tourelle abritant un escalier à vis287, etc.

  • 288 Il bénéficient aussi de commandes publiques. Les grands tableaux commandés par les consuls aux deu (...)

72Mais c’est dans la peinture que le rôle des Italiens établis à Narbonne est le plus marquant. Un groupe de peintres originaires du sud-est et d’Italie vient s’établir qui participera activement à l’œuvre de la Réforme catholique sous l’impulsion du chapitre Saint-Just. Les tableaux et les retables dont on couvre les églises du Narbonnais sont largement, au moins au début, d’inspiration italienne288.

F / LE POUVOIR EN VILLE ET DANS LES COMMUNAUTÉS RURALES.

  • 289 Pour le Languedoc, M. BOURIN-DERRUAU, (1987).

73Une société profondément renouvelée s’est donc formée en ville, comme à la campagne, reposant sur des bases économiques différentes, qui a complètement modifié les relations à l’intérieur des villages, ainsi qu’entre Narbonne et les communautés rurales, avec les investissements fonciers et la frénésie d’achats de seigneuries. La communauté en Languedoc, contrairement au nord de la France est devenue une entité autonome, a acquis une personnalité juridique et des pouvoirs289. Il est impossible d’aborder ici la question complexe des pouvoirs locaux. Les sources nous feraient défaut. Les registres de délibérations municipales de Narbonne débutent en 1557 seulement. Les communautés rurales sont encore moins bien servies. On peut compter à peine sur quelques délibérations, glanées çà et là dans les minutes des notaires, qui ne forment jamais des séries homogènes. Il nous faut nous y intéresser cependant, brièvement, car c’est à leur niveau que l’on peut saisir l’influence des transformations sociales que nous avons dessinées.

1. À Narbonne, la ‘révolution’ de 1537.

74Les structures du pouvoir paraissent ne pas avoir bougé à Narbonne de la fin du xive s. au début du xvie s. Elles ont conservé leur dualité, malgré l’union des deux consulats de Bourg et de Cité de 1338. La longue période de troubles qui s’ouvre alors et oblige à renforcer les ceintures fortes, a contribué à stopper pour longtemps le processus de rapprochement en cours. Bourg et Cité ont conservé leur représentation particulière. Chaque côté de ville a trois consuls et son propre système d’échelles. Celles-ci déterminent les catégories d’habitants qui accèdent au consulat et leur rang (cf. annexe n° 7). La première échelle en Cité comprend les nobles, les clercs et les bourgeois, la seconde les marchands, la troisième les gens de métiers. En Bourg, les bourgeois, les placiers, les marchands, composent la première, les pareurs la seconde, les gens de métiers la troisième. Elles restent à l’image de la société urbaine du début du xive s. L’organisation du pouvoir municipal se révèle donc comme très conservatrice, survit près d’un siècle aux structures économiques et sociales qui lui ont donné le jour. Le déclin prononcé de la draperie, l’effacement de la noblesse, la place grandissante prise par les notaires et les hommes de loi n’ont pas eu d’influence jusque-là. Ces derniers font partie de la catégorie des menestériaux, c’est-à-dire de la troisième échelle. L’entrée de Narbonne dans le domaine royal n’entraîne aucune modification. La monarchie n’intervient pas et n’essaie pas de porter atteinte aux équilibres et au fonctionnement interne de la ville.

75Un débat s’est-il engagé sur la composition des échelles et du conseil de ville ? Aucun écho ne nous en est parvenu. Les listes des consuls, en tête des registres des clavaires, documents secs et peu bavards, sont notre seule source en effet. Un changement majeur intervient en 1537. Les consuls restent toujours au nombre de six. Mais la liste qui nous apprend leur nom ne fait pas référence à Bourg ou à Cité ni à l’échelle dont ils sont les représentants. Le premier est vénérale homme Jean Martin, licencié en droit qui habite île Langel en Cité, le second honorable homme Guillaume Cassang, bourgeois du terson d’Aude de Bourg. Les épithètes d’honneur sont intéressantes. Mais plus significatif encore est l’ordre dans lequel les consuls sont inscrits. Le premier est un homme de loi. Aucun consul n’a été choisi parmi les nobles, les marchands connus, ou même les pareurs ! Comme si d’un coup on voulait abolir l’ordre ancien. Ces consuls de 1537 ne figurent pas parmi les personnalités éminentes de la ville, ni par le nom, ni par la fortune. Trois d’entre eux sont imposés moins de 2 livres ! Guillaume Cassang, le plus lourdement taxé, doit payer 9 l. 2 s. 6 d., ce qui est relativement modeste. Le clavaire compte en effet Raulin Seguier pour 73 l. 5 s. 6 d. Aucun ne fera carrière durablement au consulat.

76Une petite révolution vient de se produire à Narbonne, en silence, car l’événement n’a pas accédé à la postérité. 1537 est le point nodal de toute une histoire urbaine où se condensent les mutations de l’économie, de la société, de l’urbanisme. Le Moyen Âge narbonnais s’achève avec la reprise d’une dynamique interrompue par la crise des xive et xve s. La ville en se développant aux xiie et xiiie s., en multipliant les ponts par dessus la robine, tendait à l’unité. L’union des deux consulats en 1338, voulue et obtenue par les habitants, malgré l’opposition du vicomte et de l’archevêque, en était la concrétisation et un premier aboutissement. Narbonne n’a plus dès lors qu’un consulat, une maison commune, un nombre égal de consuls pour chaque côté de ville. Mais Bourg et Cité gardent leurs échelles et leur type de représentation politique. Deux systèmes coexistent au conseil, qui reflètent des activités et une organisation sociale différentes. En 1537, on assiste à la fusion, à la création d’un corps municipal homogène. C’est la traduction, sur le plan institutionnel, de la construction d’un dispositif de défense qui enserre toute la ville, de la formation d’un tissu urbain continu avec le développement d’un nouveau quartier bâti autour du pont-des-marchands. Bourg et Cité perdent leur personnalité juridique. En même temps, les échelles qui donnaient la première place aux mercadiers et aux pareurs sont abandonnées. On tire les conséquences de la crise du xive et du xve s., du déclin de la draperie et du commerce. Les listes des consuls immédiatement postérieures à 1537 ne font pas référence à la notion d’échelle. A-t-on déterminé sur le champ une nouvelle classification des catégories sociales, une échelle des rangs et des honneurs qui servirait de base à l’élection des consuls et au nouvel équilibre des pouvoirs ? Il ne semble pas. Les hésitations sont évidentes. En 1538, le premier consul est Raulin Seguier, docteur en droit. Viennent ensuite, après lui, deux marchands, Alexandre Saint-Just, Espagnolet Bosc, puis un notaire, Nicolas de la Court. Le sixième consul est un apothicaire. En 1539, Jean de Lanier, licencié en droit, est porté à la tête du consulat, qui comprend aussi deux notaires, un marchand, un pareur de drap et un laboureur. Cet ordre varie d’une année à l’autre. En 1542, par exemple, le sieur d’Autamar de Treilles, premier consul, a pour collègues trois marchands, un sellier et un charcutier. L’année suivante, le premier et le second consuls sont un licencié en droit et un notaire, Guillaume Caursin et Pierre Baliste. Deux autres notaires occupent le cinquième et le sixième rang du consulat... Ce flou dure une dizaine d’années. À partir de 1547, où noble Antoine Trégoin occupe la première place au consulat, un ordre tend à se fixer, plus précis, qui donne la première place à un noble et la seconde à un licencié en droit ou à un notaire. À la domination du couple mercadiers/pareurs, représentative de la ville à son apogée médiéval, se substitue celle du couple nobles/notaires. Les grands perdants sont les pareurs. Les mercadiers également, en apparence ; mais pas de la même façon. Les nobles sont en effet des marchands en passe d’accéder au second ordre. La courte période de transition entre les deux systèmes du pouvoir municipal correspond au moment précis où l’on assiste à la ruée sur les seigneuries et à la prolifération des qualificatifs nobiliaires dans les minutes des notaires. On est passé en une quinzaine d’années en ville de la société médiévale à la société moderne.

  • 290 B. CHEVALIER, (1982). La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne (xiie-xviiie s.), (1 (...)
  • 291 B. CHEVALIER, (1982) p. 43, 309.
  • 292 A.M.N., BB 5, F 501 v°.

77Doit-on considérer l’événement comme la fin de la ‘bonne ville’ chère à Bernard Chevalier290 ? Si l’on conçoit celle-ci comme une ‘puissance’, une ‘formation sociale autonome’, oui291. Car Narbonne abandonne l’organisation qui lui était spécifique pour en adopter une moins originale, plus conforme à la société qui est en train de se mettre en place dans le royaume. La hiérarchisation des catégories sociales s’accentue. Les six consuls et les échelles correspondantes dont ils sont l’émanation sont conservées. Mais les trois classes de Cité et de Bourg cèdent la place à six échelles où sont répartis les habitants de l’ensemble de la ville. La tête du consulat est toujours un noble ou un clerc -un homme de robe, c’est-à-dire de droit-. Les autres échelles ne sont pas fixées rigoureusement jusqu’à la fin du siècle. La mue de la société dure pendant près de trois générations. Les échelles sont les suivantes en 1593292 : à la première sont les nobles et les clercs, à la seconde les bourgeois, à la troisième les marchands placiers, à la quatrième les notaires et les apothicaires, à la cinquième les marchands boutiquiers, à la sixième les pareurs et les laboureurs. Elles appelleraient un long commentaire car elles restent encore un mélange d’ancien et de moderne, de situations acquises et de nouveautés qui parviennent mal à s’imposer. Les marchands placiers ont réussi à se maintenir, mais leur déclassement est net. Ils ne dominent plus la société urbaine. Les pareurs sont toujours au consulat, au dernier rang, très mal placés. Malgré leur recul, ils jouissent encore d’une position enviable, car les autres catégories d’artisans n’ont pas accès au consulat.

2. Dans les communautés rurales, le maintien des structures traditionnelles du pouvoir.

78Les communautés rurales sont-elles le siège de transformations aussi profondes ? Elles sont plus humbles, restent étroitement occupées aux travaux des champs et n’ont pas connu l’itinéraire de la grande ville drapante qui a perdu sa population, sa production et son rang dans le réseau urbain languedocien. Que peut-on dire à l’aide d’un dossier bien mince réuni à grand peine ? Les questions sont les suivantes à leur propos : les institutions communales fonctionnent-elles correctement ? Ont-elles été bouleversées par les changements des structures de la propriété et donc de la richesse ?

  • 293 M. BOURIN-DERRUAU, (1987) ; idem, contribution à Le Languedoc et le Roussillon, G. CHOLVY, J. GUIL (...)
  • 294 Il n’y a aucune différence de pouvoirs entre les communautés syndicales et celles qui ont des cons (...)
  • 295 Comme en Provence : cf. N. COULET, L. STOUFF, (1977) p. 67-89.
  • 296 A.D.A., G 32, F 15 v°, 1er août 1546.
  • 297 G. CHOLVY, J. GUILAINE, M. PY, G. BARRUOL dir., (1982) p. 167.
  • 298 P. CAYLA, (1938) p. 25.

79Comme la ville, les communautés rurales conservent les traits médiévaux de leur organisation dans la première moitié du xvie s.293. Les syndics et les consuls294, le conseil, l’assemblée générale, restent les trois institutions fondamentales295. La participation très large des habitants est voulue par l’autorité seigneuriale qui tient au principe de l’unanimité, gage de la co-responsabilité du corps des habitants. Toute absence non justifiée à l’assemblée générale de la communauté est sanctionnée. Les chanoines du chapitre Saint-Just de Narbonne venus présider la désignation des consuls de Moussan en 1546 condamnent ainsi à une livre d’amende cinq hommes qui ne se sont pas présentés296. Peut-on parler de démocratie villageoise, d’illusion démocratique297 ? Les termes ont été employés et l’on en a beaucoup discuté. L’indigence des sources permet rarement de donner des réponses claires. La faiblesse de la seigneurie en Narbonnais laisse croire à une réelle autonomie du pouvoir communal. Dans le domaine où elle a conquis des droits, la communauté agit à peu près à sa guise. La ‘création’ des consuls donne lieu à des assemblées très populeuses où l’on multiplie les gestes symboliques, comme la remise des clefs du village, des serments plusieurs fois renouvelés. Mais les chanoines du chapitre Saint-Just qui président l’assemblée sur la place de Moussan viennent seulement confirmer le choix qu’ont fait les consuls de leurs successeurs. À Pouzols-Minervois, le juge de la viguerie de Narbonne ne se déplace que tous les deux ans298. Une fois investis, les consuls exercent leurs prérogatives dans toute leur plénitude.

  • 299 Idem, p. 134-136, 272, 274.
  • 300 Idem, p. 25.
  • 301 A.D.A., 3 E 2775, f° 182, 14 septembre 1570. Aucune habitation privée n’est mentionnée comme lieu (...)

80L’exercice du pouvoir, dans les communautés rurales du Narbonnais, se caractérise au xvie s. par le déroulement en public des actes principaux des syndics ou des consuls, des assemblées très nombreuses, une large participation des habitants aux charges et aux responsabilités communales. Nous sommes pleinement dans une civilisation de l’agora. Les faits marquants qui décident de l’avenir de la communauté, comme les décisions qui engagent le devenir des familles, se passent à l’extérieur, sous le regard des habitants. Les arbitres choisis pour régler des litiges concernant un héritage ou des dispositions testamentaires, se placent sur un banc, devant une maison, et se prononcent publiquement299. De même, la ‘création’ des consuls, les délibérations importantes, se tiennent en public devant la totalité ou la grande majorité des hommes adultes du village. Les communautés restent encore attachées à ‘l’universalité’ -à l’unanimité-, et à une forme de démocratie directe. C’est pourquoi elles n’ont pas un immeuble qui leur appartienne en propre, une ‘maison commune’ comme en ville. Ceci est étranger aux conceptions et à la pratique du pouvoir. Les assemblées générales seraient trop à l’étroit, sous un couvert. La pièce fermée, synonyme de secret, n’est pas concevable comme lieu de réunion, en dehors de rares occasions. Cette forme de vie publique s’explique avant tout par le fait que les villages restent largement en dehors de l’écrit. Les communautés n’ont pas d’archives, ne tiennent pas de registres de délibérations, ne possèdent pas de greffier attitré. Il est significatif que l’on n’en désigne jamais, alors que les officiers, c’est-à-dire les habitants à qui l’on confie des responsabilités, sont très nombreux. On n’a recours au notaire qu’en de rares occasions. Aussi, la parole, la décision énoncée oralement, prononcée, ont-elles besoin de témoins pour prendre la valeur d’une résolution qui engage l’ensemble des habitants. Les consuls doivent agir sous le regard et le contrôle de la communauté et restent ses mandants. Une hôtellerie peut servir d’endroit où l’on procède à l’élection des consuls. Les officiers de la viguerie de Narbonne qui sont présents ne s’en offusquent pas300. Le cabaret, étant un lieu de réunion, accessible à tout le monde, a un caractère public au même titre que le presbytère, le four communal ou l’église301.

  • 302 A. D. A., 4 E 116, BB 1 ; A. M. Sigean, BB 1 ; A.D.A., 3 E 2783 sq., Paraza, 20 septembre 1580...
  • 303 Le terme est d’usage courant au xvie s. en ville comme dans les communautés rurales. Cf. A. M. Cux (...)

81Même lorsque les assemblées villageoises ne sont pas appelées générales, elles rassemblent au moins la moitié des propriétaires inscrits au compoix. Sont-elles uniquement spectatrices d’un pouvoir qu’un nombre limité de personnes se partage ? La confrontation des listes des consuls, de leurs conseillers ou des participants aux assemblées avec les compoix et les livres de taille qui nous donnent une hiérarchie de la fortune est difficile à faire car les sources coïncident rarement. Quand on y parvient, comme à Cuxac-d’Aude, à Sigean, ou à Paraza, on en retire un double enseignement302. Le premier est que les responsabilités se partagent très largement. En 1580 par exemple, à Cuxac, après leur élection, les consuls choisissent leurs conseillers, vingt et un en tout ! On procède ensuite à la désignation des officiers de la commune. La liste est longue : six bassiniers de chapelles chargés de recueillir les aumônes et le produit des quêtes, les ouvriers et les marguillers de Saint-Martin, deux procureurs de l’hôpital, des estimateurs et des recompesaires chargés de l’examen des réclamations portées contre le compoix, des contadous pour la répartition de l’impôt, des foraires et falpessaires, les visiteurs du marché, les contrôleurs des mesures et du poids public... sans compter les escabouliers et les bandiers que l’on rétribuait. En tout, une vingtaine de personnes au minimum détenaient en plus des consuls et des conseillers politiques une parcelle de pouvoir et participaient aux affaires de la ‘république’303. Ces missions sont humbles parfois et purement honorifiques. Les habitants ne les dédaignent pas. Le baile Charles Sabatier ne refuse pas la charge de bassinier de Notre Dame de Magrie par exemple. Le second enseignement, aussi important, est que le pouvoir n’est pas réservé à une étroite oligarchie. De petits propriétaires sont choisis comme officiers, conseillers politiques ou consuls. Il nous manque des informations sur les localités dont nous avons pu le mieux étudier l’évolution des structures foncières. Mais nos observations, quand il est possible d’en faire avec assez de sûreté, vont toutes dans le même sens. La formation de la grande propriété et les écarts qui sont allés grandissants dans la société villageoise, n’ont eu jusqu’à la fin du xvie s., du moins jusqu’en 1580, que relativement peu d’écho au niveau de l’exercice du pouvoir dans les communautés. Le système des échelles qui distingue les habitants, les range en catégories et les hiérarchise en rangs, n’a pas encore pénétré la société villageoise. Ici aussi, comme en ville, l’organisation du pouvoir se révèle conservatrice et maintient des équilibres antérieurs du temps où les différenciations sociales étaient moins prononcées.

  • 304 A.D.A., G 32 à 35, nombreux contrats du chapitre Saint-Just de Narbonne.

82Le xve et le xvie s. apparaissent comme une phase originale dans la vie des communautés. Cette période où les structures foncières sont dominées par la propriété moyenne est marquée aussi par l’effacement du pouvoir royal, un affaiblissement de la seigneurie, la crise prolongée de l’Église. Plus libres de leurs mouvements à cause de ce vide relatif des puissances extérieures, les communautés doivent se charger de la gestion d’un vaste patrimoine car elles s’occupent de l’entretien de l’église et des chapelles, assurer l’assistance par l’intermédiaire d’œuvres et de confréries. La faible présence du clergé dans les villages laisse le champ libre aux communautés. Dans les paroisses dont les chapitres sont les collateurs de bénéfices par exemple, les desservants sont recrutés à l’année, par contrat, ne font que passer. Quand ils restent davantage, ce n’est jamais plus de quatre ou cinq ans. Encore certains vicaires trouvent-ils le moyen de se décharger sur d’autres du service qu’ils s’étaient engagés à faire304.

83L’habitant-paroissien qui concourt à l’administration des bassins, des chapelles et des œuvres, est intéressé aux affaires de la ‘république’ autant que dans le cadre de sa participation au paiement de l’impôt. La multiplication du nombre des habitants associés à l’administration des communautés contribue à atténuer les effets de la concentration de la terre et maintient vivantes les anciennes structures du pouvoir. On voit l’importance décisive des ventes des biens des œuvres des églises, des purgatoires, pour faire face aux dépenses de la guerre à la fin du xvie s. Cela réduit, avec le patrimoine communautaire, les possibilités de participation des habitants aux affaires.

  • 305 G. LARGUIER, (1982), p. 23-38.
  • 306 J. TISSIER, (1900).

84L’offensive des citadins en direction de la campagne, la constitution des grands domaines, les acquisitions foncières, la formation d’une noblesse et les achats de seigneuries ne se sont pas traduites dans l’immédiat par l’affaiblissement du pouvoir communal. Narbonne, entièrement absorbée par ses relations directes fortement personnalisées avec le pouvoir royal pour obtenir des privilèges et des exemptions fiscales, ce à quoi elle réussit très bien, s’intéresse peu aux campagnes305. Son influence est réduite d’ailleurs. La volumineuse correspondance entretenue avec les villages pendant la dizaine d’années que durent les troubles de religion en Narbonnais306, montre combien son poids est faible. Ses consuls font tout ce qu’ils peuvent pour attirer le plus de monde possible du côté de la Ligue, essaient de renforcer la défense des villages pour barrer la route à Montmorency. Leur succès est médiocre. Les villages obtempèrent rarement. Cette impuissance de la ville tient principalement à ce que, dans une zone inférieure à vingt kilomètres de rayon, elle ne peut s’appuyer sur des fidèles capables d’imposer leurs vues aux communautés rurales. La noblesse d’origine citadine n’est pas assez nombreuse et n’a pas acquis suffisamment d’autorité pour faire prévaloir sa volonté. La transformation de la société urbaine depuis le début du xvie s. et la formation du second ordre n’ont pas abouti à la prise de contrôle de la campagne par la ville.

G/ CONCLUSIONS.

  • 307 La France de la fin du xve s. Renouveau et Apogée... (1985).

85Les conclusions s’imposent d’elles-mêmes. Il faut totalement revenir sur l’idée que le déclin et l’effacement de Narbonne datent du début du xvie s. Au contraire, ce moment marque le début d’un renouveau remarquable. De même, puisque l’on s’interroge, à la question : y-a-t-il un ‘beau xvie s.’ ? il faut répondre sans ambiguïté par l’affirmative dans le cas de Narbonne et du Narbonnais307. Autant que son ampleur, ce qui frappe, dans ce renouveau, est sa durée qui s’étend sur plus d’un siècle.

86Narbonne ne redevient pas pour autant la grande ville médiévale qu’elle fut. Victime du transfert de la draperie vers les zones rurales, elle ne parvient pas à rétablir une production textile. Ce sera son échec principal, lourd de conséquences à terme. Mais, par ailleurs, le renouvellement est considérable. Plus que le rôle de garde-frontière qui lui échoit, important car il bouleverse la physionomie de la ville et l’urbanisme, le fait majeur est la reprise du trafic maritime. Pour la première fois depuis l’Antiquité peut-être, Narbonne retrouve une authentique vie portuaire, car du temps de Jacme Olivier et des mercadiers, les naus allaient mouiller à La Franqui et ne franchissaient jamais le grau de La Nouvelle. Alors qu’on croyait le port définitivement condamné par l’essor de l’Atlantique, le voilà qui reprend vie au contraire, lentement, mais sûrement, avec des exportations de produits de qualité qui vont en se diversifiant. Le pastel trouve un débouché intéressant alors qu’il périclite du côté de l’océan. Il était nécessaire de suivre, comme un histoire parallèle, jusque dans le détail, la lutte que se livraient Joyeuse et Montmorency, de serrer de près les troubles qui n’avaient que fort peu un caractère de luttes religieuses en Narbonnais, pour apercevoir ce qui semble peu plausible au premier abord car les marchandises doivent prendre la route pour arriver jusqu’au lieu d’embarquement : le trafic maritime connaît sa phase la plus brillante entre 1570 et 1590 au moment où les perturbations sont les plus fortes.

87Le signe le plus tangible du retour de Narbonne au rang de place commerciale qui compte est l’afflux de marchands venus d’horizons différents. Les bases sur lesquelles reposent les échanges et le nouvel espace de relations qui s’esquisse sont néanmoins profondément différents de ce qu’ils étaient au temps de l’acmé médiévale. Les produits fabriqués dans la ville ou récoltés dans les régions voisines, n’alimentent plus les échanges. Ceux-ci reposent sur des marchandises qui transitent par la ville. La ville portuaire est devenue un lieu de passage et de transactions. La curieuse parenthèse des foires octroyées en 1585 qui couronne l’essor commercial narbonnais du xvie s. est la meilleure expression de la fonction acquise par Narbonne. L’argent revient, des fortunes se gagnent. Mais la position reste fragile.

88Ce redressement narbonnais est peu concerné par le déclin d’Aigues-Mortes en qui ne se résume pas la vie maritime du golfe du Lion comme on a trop eu tendance à le considérer. L’entrée de la Provence et de Marseille dans le royaume est une chance pour le Languedoc. Narbonne mettra un demi-siècle à en tirer tout le bénéfice. Le renouveau portuaire et commercial narbonnais sera largement marseillais et provençal, à la fois par l’impulsion donnée, par l’apport des hommes, par les débouchés et les possibilités de trafic.

89L’originalité du redressement du trafic maritime et du commerce est d’aller de pair avec un puissant attrait pour la terre. La ville et les communautés rurales connaissent, à une échelle différente, le même type de processus d’extension des superficies cultivées, de concentration de la terre, de formation des grands domaines qui est un phénomène neuf en Narbonnais. Il faut redire les caractères de cette croissance rurale. Le Narbonnais n’a pas connu les destructions de la guerre, les contractions drastiques des terroirs. Il ne put y avoir, au sens propre du terme, une reconstruction, ou une restauration comme dans d’autres régions. Car au moment de la longue crise du xive s. et du xve s. l’ager s’est maintenu, voire étendu comme à Narbonne même.

90Le Narbonnais connaît une croissance rurale vraie, inégale certes dans sa puissance selon les communautés, mais qui, dans l’ensemble, se prolonge très avant dans le siècle. Les preuves sont suffisamment abondantes pour que l’on soit obligé d’abandonner l’idée que l’on avait admise d’un blocage précoce de la croissance rurale en Languedoc, d’un manque de bonnes terres dès la décennie 1530.

91Les innovations viennent de la ville et des citadins. Narbonne offre le remarquable exemple des mutations d’une société à travers ses élites. Jusqu’en 1450, les profits du négoce se portaient peu vers les campagnes, restaient en ville et dans l’économie urbaine. À partir de la fin du xve s., les héritiers des derniers mercadiers médiévaux, les immigrés de fraîche date, investissent dans la terre en quête d’un beau domaine qui leur donnera un nom et favorisera leur accès au second ordre. Le Narbonnais est un terrain propice où les ambitions peuvent se donner libre cours. Il n’y a pratiquement pas d’ancienne noblesse. ... Ce n’est pas là que pourront se produire des mouvements mettant en cause la noblesse comme en Espagne ou en Allemagne à la même époque.

92Un groupe nobiliaire se forme en une génération, où se mêlent les descendants des marchands médiévaux, les négociants enrichis, les immigrés des péninsules méditerranéennes. Les communautés rurales se repeuplent de seigneurs d’origine citadine. Une dynamique étonnante soulève le Narbonnais. Elle n’est pas sans ambiguïté, car le renouveau urbain et l’ouverture aux trafics maritimes se produisent alors que les citadins les plus fortunés n’ont d’yeux que pour les biens fonciers et les seigneuries rurales. Pour l’instant, la terre et le négoce cohabitent harmonieusement. C’est la principale caractéristique du xvie s. narbonnais. Était-ce durable ? Cela dépendait d’abord de la poursuite du rétablissement portuaire.

Notes

1 L’emploi auquel Jean de Foix destine dans son testament rédigé en 1500 les biens de la Vicomté de Narbonne montre de manière très crue leur modicité : qu’ils servent à régler ses dettes !, H. L., t. XIII, preuves n° 136, cc. 311-314.

2 Un seul Ramejan apparaît au consulat : Pierre Ramejan, mercadier, en 1394. S’agit-il de la même famille ? Rien n’est moins sûr.

3 A.D.A., 5 J 29 et 30, recherches des faux nobles, généralité de Montpellier. Beaucoup de généalogies qui remontent plus haut, complaisamment reproduites, sont sujettes à caution. Les informations généalogiques sont tirées principalement de C. de la ROQUE, (éd. 1972) ; J. VILLAIN, (éd. 1982).

4 Cf. chap. II, A.

5 Malgré l’union des deux consulats, le pouvoir municipal conserve ses consuls de Bourg et de Cité ainsi que ses échelles pour les deux parties de la ville, cf. infra l’exemple de 1484.

6 24 mars 1271, H. L., t. VIII, preuves, cc 1728-1732. Le différend entre les deux frères ne sera tranché qu’en 1281 par une sentence arbitrale rendue par Guy de Levis, seigneur de Mirepoix.

7 À Ouveillan, Fabrezan, Villerouge-la-Panouze, Pérignan...

8 Actuellement dans la commune de Sigean.

9 Pour tout ce qui suit : G. MOUYNES, (1977) p. 379-385.

10 En 1253 par exemple il assiste en qualité de légiste à Montpellier à l’interprétation de la ‘leude de mer’.

11 Dans la future île Langel. En 1352, elle porte le nom éponyme de P. de Lac.

12 Bien qu’ils soient appelés seigneurs de Boutenac, ils ne possédaient pas la totalité de la seigneurie puisque Arnaud du Lac fait l’acquisition en 1537 de la moitié de la justice haute, moyenne et basse de Boutenac des commissaires du domaine royal.

13 Arnaud est consul en 1366. Pierre en 1368, 1372, 1376. Cette liste est certainement très loin d’être complète, les registres des clavaires ne nous sont pas tous parvenus.

14 Arnaud du Lac, gentilhomme, est consul en 1409, 1421, 1425 ; noble Bernard, en 1429 ; Jacques en 1434 ; Arnaud en 1535.

15 Il s’agit de Amalric I de Narbonne, seigneur de Talairan, le frère du vicomte qui lui disputait son héritage en 1271.

16 Par exemple Bernard de Narbonne, marquis de Fimarcon, baron de Talairan, épouse en premières noces Cécile de Mauléon, en secondes noces Françoise de Bruyères Chalabre ; il était le fils d’Aymery de Narbonne, seigneur de Talairan et de Saint-Martin, et de Anne de Lomagne, marquise de Fimarcon, comtesse de Couserans.

17 Cf. supra, chap. III et IV.

18 Noble Pierre de Salas en 1431 peut-être. Les de Salles sont alliés aux Lac. Nobles Guillaume et Raymond assistent leurs cousins mineurs Raymond et Arnaud du Lac dans une transaction en 1396, cf. G. MOUYNES, (1877) p. 396.

19 P.-H. VIALA, (1984).

20 Ces remarques suggéreraient une grande vulnérabilité de ce groupe de damoiseaux aux crises du xve s., très supérieure aux marchands. Cela confirmerait la crise dans laquelle entre la Cité alors que Bourg résiste mieux. Par voie de conséquence cela laisserait-il davantage le champ libre aux marchands au sein du pouvoir municipal ?

21 A.M.N., AA 103, f° 143 v° sq., publié dans G. MOUYNES, (1871) pièce CLXXXVII p. 398-403 ; cf. annexe n° 7.

22 Cf. infra. En 1453 ils ne possèdent que la bastide de Moujan. Cf. compoix de 1453, f° 11. Perinet Dorlhens est consul pour l’échelle des nobles de Cité en 1433, ses biens se réduisent à peu de choses, compoix du terson Saint-Just, 1429, non coté, f° 12 v° : moble 100 l., un hostal, 1,60 ha, quelques usages et la bastide de Moujan. Au compoix de 1453 il est inscrit en face de son moble et cabal et de son personnal : non re. Les Dorlhens sont-ils en train déjà de se retirer de Narbonne ?

23 A.M.N., collecte des clavaires 1481, f° 112. En 1481 noble Antoine de Mathelin est premier consul. Les Mathelin sont dits de Montpellier au début du xvie s.

24 On comprend mieux la vague des nouveaux habitants des années 1480 et la présence sur les listes de Jean de Bordavi. Au cours du xve s. la première échelle de Cité est pourvue souvent par des borges ou des clercs -des juristes-.

25 Les Lac ne se sont pas éteints, ils ont quitté Narbonne pour Boutenac. Ils restent seulement imposés pour quelques droits seigneuriaux. En 1523, noble Arnaud du Lac, coseigneur de Boutenac, fait vente aux consuls de plusieurs droits dont une part qu’il avait sur le droit de cosse et le droit de pain de flaque, cf. A.M.N., AA 112, f° 16. Le clavaire de 1537 les met en non-valeur, c’est-à-dire considère leur cote fiscale comme irrécouvrable. Les Lac ne s’installent que lentement à Boutenac, ne font l’acquisition de toute la seigneurie qu’en 1554 : A.D.A., 3 E 8331, 14 août 1554 : Jacques d’Autamar, seigneur de Treilles, vend à noble Jacques du Lac, écuyer, les tours du haut château de Boutenac et autres maisonnages, ainsi que des droits appartenant à noble Jean de Teinturier d’Ornaisons, comme héritier de demoiselle Marguerite de Neveys -on reconnaît ici des Montpelliérains-.

26 Mais les confiscations des biens des faidits, attribués à l’Église, contribuent à affaiblir les positions de la seigneurie laïque.

27 Cela explique l’attraction qu’exercent ces familles pour les alliances matrimoniales.

28 Il y en a quelques uns cependant, cf. P. CONTAMINE, (1972) p. 155.

29 B. M. Carcassonne, Mb 133, Histoire de la famille de la maison de Rieux et de Narbonne.

30 La fidélité aux Montmorency ne se démentira pas et sera durable. Son quatrième fils François suivit le parti de Montmorency dans sa rébellion contre le roi et mourra au combat de Castelnaudary en 1632. Sa fille épousera le comte de Mérinville.

31 Épousée en 1422.

32 B. M. Narbonne, Ms 10, État du Diocèse de Narbonne en 1707 ; A.D.A., G suppléments et A. D. Hérault, C 45 (111). À titre d’exemple de géographie seigneuriale : G. SABATIER, (1984).

33 H. L., t. IX, p. 1116 ; B. M. Narbonne, Ms. 304, p. 79.

34 A.D.A., 8 J. Fonds de Mage.

35 B. M. Narbonne, Ms 304, Dr. P. COURRENT, Généalogie... qui repose sur l’analyse des archives de la famille de Gléon.

36 Ibidem, p. 61, 69.

37 Guillaume, l’aîné, épouse Yolande de Ribes, fille d’un chevalier du Boulou, Olivier, en 1453, Constance dame de Frestres au diocèse de Gérone, Aimeric aussi qui fait son testament à Perpignan en 1492, Marguerite est mariée à François Bailla damoiseau de Rivesaltes, Vesiade à Pierre Riera damoiseau sr d’Araliy au diocèse d’Elne

38 D’autres unions matrimoniales renforceront encore les liens avec les Castello, Dr P. COURRENT, Généalogie... p. 85.

39 François de Gléon épouse en 1540 Catherine de Montesquieu de Coustaussa dont la mère, une de Levis Leran, est alliée aux de Voisins.

40 P. de VAISSIERE, (1926) p. 19. Les Casteras, seigneurs de Villemartin, seront dans la seconde moitié du xvie siècle gouverneurs de Peyrepertuse à plusieurs reprises. On se rappelle que le chanoine de Casteras, grand archidiacre du Razès, sera envoyé à la cour de Philippe II pour négocier l’envoi d’un contingent en 1590, mission facilitée probablement par le fait que la famille a des biens fonciers en Roussillon.

41 Cf. carte des juridictions dans la ville, Narbonne (deuxième moitié xiiie s.), J. CAILLE, (1973) p. 34-35.

42 A.M.N., AA 104, f° 168.

43 Le même jour ils traitaient avec les consuls de Narbonne pour le passage des eaux des fontaines de la ville sur les tènements de Saint-Pierre-des-Clars et de la seigneurie de Montredon, cf. supra. La seigneurie de Saint-Pierre-des-Clars passera entièrement aux Neveys dans la première moitié du xvie s. Les Montredon en seront ensuite intégralement propriétaires ; ils la possédaient encore en 1789, cf. G. MOUYNES, (1877) notes p. 378. Ces Neveys avaient vendu en 1459 au chapitre Saint-Just une partie du moulin du Gua, A.M.N., AA 103, f. 140 v° sq.

44 A.D.A., 2 J, fonds Cayla. Le docteur Cayla avait eu entre les mains le fonds de Chefdebien, alliés puis successeurs des de Chambert de Bizanet. Ce fonds très important, le plus original du Narbonnais, a malheureusement disparu après la seconde guerre mondiale. Le château de Bizanet provenait de Jean de Son, coseigneur de Bizanet qui l’aurait vendu à Gaston de Foix en 1467.

45 Je dois une partie des informations qui suivent à madame M.-F. MOLLOR-BONNET, cf. « Vie et généalogie des de Chambert de Bizanet et Rustiques », B.C.A.L.N., 1995, p. 195-210.

46 Pendant plusieurs générations les de Chambert fournissent des moines à l’abbaye. Un neveu de Bernard, Antoine, sera élu abbé.

47 S’était-il mis précédemment au service du comte de la Marche et de Castres qui l’avait fait châtelain de Lézignan ? C’est vraisemblable. Demeuré fidèle au roi il serait confirmé à son poste et recevrait en récompense le médiocre bâtiment de Bizanet.

48 G. LARGUIER, (1995).

49 Jean de Chambert unifie la seigneurie de Bizanet le 25 mars 1521 en rachetant la part de François de Ramejan seigneur de Pouzols et de son épouse.

50 Les de Chambert se divisent en deux branches : la branche aînée dont le chef devient seigneur de Rustiques par le biais de l’alliance avec les Bruyères, et la branche cadette de Bizanet.

51 Alliances avec les Darse, Casteras, Villemartin, d’Abban...

52 Cette dignité sera dévolue à la noblesse des Corbières et du Razès, cf. les Casteras, chap. VIII, D. Le chapitre Saint-Just apparaît ainsi comme conservateur dans sa composition, enregistre avec un décalage d’un bon demi-siècle les transformations de la société narbonnaise.

53 A.D.A., G 30, f° 174, 18 octobre 1511.

54 A.D.A., 5 J 29, recensement des titres de noblesse présentés à la commission de recherche de Montpellier, 5e cahier f° 25. En 1512, Édouard, fils de Bernard et de Louise, fait donation de ses biens à ses frères et à sa mère ; cf. A.D.A., mi 156.

55 Le viguier royal commence à avoir une activité notable à Narbonne dès 1410.

56 A.M.N., AA 112, f° 29, 1504, Gabriel de Montredon viguier seigneur de Montredon et d’Escales ; AA 112, f° 90 v°, 1549, Pierre de Montredon viguier. Gabriel épouse le 5 août 1509 dans le palais archiépiscopal de Narbonne Claire d’Auxillon, fille de Barthélémy d’Auxillon, baron de Sauveterre, dont un frère est chanoine du chapitre Saint-Just de Narbonne et un oncle évêque de Carcassonne.

57 Les Delort ne le sont qu’assez récemment. En 1453, le juge pour le roi est Anthony Vidal : A.M.N., compoix de 1453, P 75 v°. Ils le sont au moins depuis 1497 : AA 104, f° 4 v° ; sentence rendue par Messire Jean de Montredon et Pierre Delort, seigneur de Tarailhan, viguier et juge royaux de Narbonne dans un litige entre les consuls de la ville et Philippe Dorlhens, sr de Moujan, au sujet de droits de dépaissance, lignerage et ban.

58 A.M.N., compoix de 1499, P XX v°-XXII. La bastide de Tarailhan n’est pas allivrée. Il a beaucoup de terres en alleu. Mais il n’a rien acquis lui-même. Le compoix de 1489, à la parcelle des héritiers, Jean Delort porte déjà le même nombre de maisons et boutiques, f° 19.

59 A.M.N., compoix de 1453, P 78.

60 A.M.N., AA 111, P 57-59. Le compoix de 1489 parle des héritiers de Jean Delort alias Razeire, P 19.

61 92,1 moujades, 53, 37 ha. Pierre est donc le petit fils de Anthony le mercadier.

62 Le passage s’est fait à la génération du père de Gabriel, cf. compoix de 1489.

63 A.M.N., AA 111, f° 82.

64 Ibidem, AA 112, f° 9 sq. Il venait d’épouser Anne de Trégoin, fille de noble Antoine de Trégoin, contrôleur des fortifications de Languedoc : pactes de mariage du 16 juin 1549, A.D.A, 3 E 8287.

65 Ibidem, f° 82, 86, 86 v°. Les droits consistaient en une censive annuelle de 11 setiers de blé, 40 sols tournois, la justice haute, moyenne et basse.

66 Ibidem, f° 131 v°.

67 Ibidem, P 59, 1549.

68 A.M.N., compoix de 1542.

69 Cf. supra, chap. VIII. À sa mort, il a deux fils : Gaspard qui hérite du château de Lebrettes avec la terre de Moussan, Jean-François qui est son héritier universel, et trois filles : Florette, Yzabel et Jeanne. Martin meurt en 1557, il fait son testament le 1er octobre 1557, cf. A.D.A., 3 E 8291.

70 J. R. BLOCH, (1934) p. 158 sq.

71 Généalogie des d’Exea dans J. VILLAIN, (éd. 1982).

72 Fils de Henri d’Exea et de Marguerite Baliste.

73 Cf. les Orieult, leur rôle dans le sel et l’achat de maisons à côté des constructions de Mathieu Peyronne.

74 Cf. supra, chap. IX.

75 Des mariages feront entrer aussi les fils et les filles dans la noblesse locale : 9 septembre 1609, pactes de mariage entre Jean de Donos, fils de noble de Donos et de Marguerite de Mage, et de Marie d’Exea fille de Charles d’Exea bourgeois de Lagrasse, cf. A.D.A., B 26. En 1618, son frère Jean épouse la fille du sieur et baron de Talairan ; ibidem, B 28, f° 114. On est quasiment entre nobles.

76 Achat, donation, ou plus simplement dot de l’épouse ? cf. compoix de 1499, f° LXVIII r°. A cette date Jérôme déclarait : deux maisons, celle donnée par son beau-père et une autre où il demeurait, île Jérôme d’Exea, c’est-à-dire Saint-Vincent, 4 moujades de vigne, 1 moujade d’olivette, 1,5 moujade de malheul, 1 moujade de pré, 15 moujades de champ. Au total 13,61 ha.

77 Il avait 3 maisons à l’intérieur des remparts, entre 10 et 11 ha de terre, 3 mules d’araire et 1 cheval de selle. Cf. compoix de 1499, f° 8 v°- 9 v°... La maison du notaire sera de l’héritage qui viendra à Jérôme, cf. compoix de 1533.

78 Sa désignation comme consul par les commissaires du roi en 1484 montre un homme bien en cour. L’alliance avec Nicolas Rodil tend à laisser penser que l’on fit bonne figure aux d’Exea. De même, désigner l’île où ils s’établissent par leur nom, montre qu’ils furent intégrés très rapidement.

79 Pierre Baliste est secrétaire greffier de l’archevêché, cf. A.M.N., BB 2, f° 4 v°.

80 Mais le couple n’aura pas d’enfant.

81 D’autres mariages catalans se concluent avec les Trégoin : Marguerite de Puechmija épouse noble Joachim de Trégoin sr de Saint-Amans et Malvesy.

82 Première année où les délibérations consulaires sont conservées.

83 François, Antoine, Henri. Tous trois sont qualifiés de ‘égrégé homme’, ‘maître’... On ne les reconnaît pas comme nobles donc. Ils ne sont pas désignés ainsi, on l’a vu, dans le compoix de 1561.

84 8,68 ha, venus du beau-père de Jérôme.

85 A.M.N., compoix de 1561, 1597. Jean vient de décéder. Les d’Exea ont donc remplacé les Delon comme juges, cf. J. TISSIER, (1900) p. 519. On voit bien la stratégie familiale. La branche aînée qui a des seigneuries dans le Narbonnais développe moins son patrimoine à Narbonne, au contraire de la branche cadette. Le sr de Cabrerolles reste en Cité alors que Jean, juge pour le roi, est en Bourg. On reconnaît parfaitement l’apport de Jean de Vidal et la dot d’une descendante des mercadiers.

86 A.M.N., compoix de 1597. On l’a vu, ni dans la liste des conseillers de l’année de 1557 ni dans le compoix de 1561 les d’Exea ne sont qualifiés de nobles.

87 A.M.N., compoix de 1499, P 142 r°.

88 Ibidem, compoix de 1504, P 142.

89 Compoix de 1510, P 167 v°.

90 Compoix de 1516, P 162.

91 Évaluées 30 l. en compoix.

92 Comptée pour 150 l. en 1533. La rareté des sources empêche d’y voir clair et de suivre dans le détail les affaires de Juer. Quand Peyre a-t-il repris cette teinturerie ? Le compoix de 1516 mentionne une tine. L’emplacement de celle-ci laisserait penser qu’il s’agit de celle que possédait Mathieu Peyronne. Dans le compoix de 1542 on lit : « tinh fut de Mathieu Peyronne ». Des recherches plus approfondies seraient nécessaires.

93 Il faut chercher, là, très certainement, l’explication de l’investissement foncier réduit à Narbonne même.

94 Cf. supra, chap. VIII.

95 Cf. supra, chap. IX.

96 A.M.N., compoix de 1542, f° 351.

97 A.D.A., 3 E 8377, testament du 28 juillet 1578. Trois fils sont mentionnés : Pierre, Jean, François.

98 A.M.N., BB 58, f° 13. Jean-Antoine est noble et sr de Roujan.

99 Il faudrait y ajouter la ferme des droits municipaux. Quand Pierre Juer obtient de percevoir les revenus patrimoniaux de la ville en 1531 il succède au robinage à Arnaud Seguier ; cf. collectes des clavaires de 1528, 1529, 1530, 1531.

100 A.D.A., 3 E 8312, 29 décembre 1548.

101 On a vu les liens entre Mathieu Peyronne et les Seguier pour l’aménagement du centre ville. Cela laisse soupçonner que Juer et Seguier étaient en relations étroites.

102 A.M.N., BB 58, f° 5, Paul Léonard arrente le poids de la ville.

103 Cf. supra. Inscrit dans le terson La Major à l’île Pont-vieux il est donc locataire de son logement.

104 A.M.N., BB 58, f° 39 v°.

105 François a au moins deux fils, Jean et Paul.

106 Cela les obligera à un lourd investissement. Paul et Jean Léonard l’achèteront 700 livres à Jean Juer. Avec les lods et ventes et les réparations qu’ils doivent y faire il leur en coûte 1 000 écus. Cf. A.M.N., comptabilité consulaire, dossier des ‘défalquements’ 1596. Il se plaignent aussi de perdre beaucoup avec les pièces de six et des sommes que leur doivent des marchands de Marseille. Celles-ci sont évaluées à 1 200 écus.

107 Un autre Puimejan, Paul -un frère ? -, marchand, habite aussi en ville ; A.D.A., 3 E 8305, f° 73, 6 mai 1555. Notre liste des Catalans installés à Narbonne est donc encore très lacunaire.

108 A.M.N., BB l, f° 1 sq.

109 A.D.A., 3 E 8291, 3 février 1557 : procuration pour les adhérants à la cassation du consul Puimejan. On est l’année de la bataille de Saint-Quentin il est vrai.

110 A.M.N., BB 1, f° 1.

111 A.D.A., 3 E 8883, 6 avril 1584, testament de noble Joachim de Trégoin ; le père de sa femme, Marguerite, est feu Gabriel de Puimejan dont le tombeau est à l’église des Carmes.

112 C. MICHAUD, (1991) p. 318.

113 A.D.A., 3 E 8244, f° 39. En 1539 Paul Puimejan, marchand, avait acheté plusieurs biens à Loys Alcoynes, seigneur de Camps viguier de Narbonne, cf. ibidem, 3 E 8295, f° 60, 28 février 1539.

114 A.M.N., compoix de 1499, f° CXLII r°, en compagnie de Pierre Juer et de Dona Benessecha -Benezech- la catalana. Cela suggère un groupe compact, une véritable colonie catalane. L’essor du terson Lamourguier est-il en relation avec cette forte immigration ? Pour une part, c’est certain. L’abandon du Roussillon n’a donc pas eu que des effets négatifs pour Narbonne. L’immigration catalane de la fin du xve s. contribue à réveiller Narbonne alors même que les relations se tendent entre les couronnes de France et d’Espagne.

115 R. GANDILHON, (1941) p. 108 sq., p. 207 ; A. D. Hérault, A 14, f° 75-77.

116 Antoine Seguier fournit des munitions à l’artillerie ainsi que du fer, collecte des clavaires, 1473, f° CXXXI v°. Berthomieu Seguier se charge de transférer 600 livres à Perpignan pour le compte de la ville.

117 Raulin Seguier, fils du premier Raulin, meurt vers 1505. Testament de Anne Gentian seigneuresse du Vilar-de-Fargues, veuve de Raulin Seguier seigneur de Grandselve conseiller au parlement de Toulouse. A.M.N., BB 58, f° 14. Elle a deux filles, Gabrielle, mariée à Jean de Montredon, fils aîné de Pierre de Montredon, et Marguerite.

118 J. GERIG, (1909) p. 483-495.

119 À la même époque Jean de Gardanne lui dédie son édition du Dialogue des Dieux de Lucien.

120 Il laisse deux filles, Gabrielle et Marguerite.

121 B. M. Toulouse, Ms 834, F 26 v°-27 v°, dans J. GERIG, (1909) p. 486 ; J. N. PENDERGRASS, (1990) ep. 46, p. 122, notes p. 123.

122 A.M.N., BB 58, F 71 v°, 25 octobre 1565 ; bail à ferme consenti aux consuls par Pierre de Lacoste juge mage de Montpellier agissant comme père et légitime administrateur de la personne des biens de Raulin de Lacoste dit Seguier fils et héritier universel de feu Raulin Seguier conseiller au parlement de Toulouse d’une maison située en Bourg destinée à servir de logement au gouverneur de la ville. Raulin Lacoste Seguier pourvu de l’office de lieutenant du gouverneur de Montpellier pour lequel Raulin Seguier aurait d’abord été pressenti, Actes de François 1er, I, 336, 1826 ; D’AIGREFEUILLE, (1877) t. 2, p. 463.

123 A.M.N., comptabilité consulaire, 1596, dossiers de défalquements.

124 Le cas des d’Exea, rappelons le, est à part, car ils sont seigneurs de Vinassan immédiatement, et sont nobles à leur arrivée.

125 C’est le cas de Juer et, nous le verrons, de Mercier seigneur de Lapalme.

126 L’expulsion des juifs est décrétée le 3 mars 1492 ; J. SAGNES dir., (1983) t. I, p. 435 ; H. MECHOULAN, (1992). Félix et Thomas PLATTER, (1892), p. 196 : « il y a dans ce pays énormément de familles descendant des Juifs [...] établies dans les villes frontières de Montpellier, Béziers et Narbonne ».

127 A.M.N., compoix de 1499, f° CXVI.

128 A.M.N., collecte des clavaires.

129 A.M.N., compoix de 1499, f° CXX, île Galien Samaric, une maison avec boutique, 5 quartières de vigne. La maison qui reste à Jean permet d’avoir toute certitude sur la filiation.

130 A.D.A., 3 E 8291, quittance du 14 février 1557. Noble Loys Alcoynes a marié sa fille Marie à Jean Auderic sr de Savignac. Arnaud est consul de la ville en 1532.

131 A.D.A., 3 E 8281, f° 105, pacte de mariage, novembre 1551.

132 Les Peyronne montreraient un autre exemple d’ascension interrompue. La lignée est stoppée net, les biens se dispersent par donation.

133 Compoix de 1499, f° 43, 67.

134 1495, 1499, 1506, 1511.

135 Le terme est employé très fréquemment on le verra.

136 Cf. supra, chap. VII.

137 Nicolas est receveur diocésain après 1529, ils est premier consul cette année-là.

138 1529 : noble Nicolas Alcoynes premier consul.

139 A.D.A., 3 E 8287, F 3, 2 septembre 1547, dlle Françoise Brunet veuve de feu noble Nicolas Alcoynes.

140 A.M.N., BB 58, f° 129 v° ; DD 1072, 29 avril 1545.

141 A.D.A., 3 E 8291, 14 février 1557. J. LLOBET, (1914).

142 Le fils Gabriel d’Auderic, viguier de Narbonne, épouse une de Chambert. Charles, un autre fils, sera chevalier de Malte. Les d’Auderic relèveront le nom d’Alcoynes.

143 Gabriel d’Alcoynes sr de Camps, caution du fermier du droit d’équivalent en 1590 - A.M.N., BB 59, f° 310- est consul en 1591.

144 A.M.N., compoix de 1499, f° CIX r°, île P. Certan.

145 A.D.A., 3 E 8291, partage d’héritage, 21 juillet 1557 ; Claire de la Vignette ; A.M.N., compoix de 1533, île Peyre Certan, Guillaume Trégoin et sa femme héritiers de Ramon de la Vignette.

146 Compoix de 1499, F CVI r°.

147 Compoix de 1533.

148 A.D.A., 3 E 8381, 3 mars 1583 ; 3 E 8383, 6 avril 1584. Marguerite Trégoin, sœur de Antoine Trégoin, est veuve de Guillaume Alcoynes, 3 E 8235, F 20.

149 A.D.A., 3 E 8235, P 20, 31 août 1537.

150 Ibidem, 3 E 8287, P 105, pactes de mariage, septembre 1551.

151 Ibidem, 3 E 8341, 24 octobre 1573 ; 3 E 8343, 23 avril 1578.

152 Partage : 28 juillet 1557, cf. A.D.A., 3 E 8291 ; A.M.N., compoix de 1561. Outre les biens, l’imposition au meuble différencie les deux frères : Pierre est imposé 80 l., Joachim 40 1.

153 Pierre sr de Ricardelle est consul en 1561, noble Joachim en 1568, 1583, 1588.

154 A.D.A., 3 E 8831, f° 206.

155 Ibidem, 3 E 8346, 20 septembre 1576, Anne veuve de Gabriel Delort. Cela montre bien la complexité des engagements pendant la Ligue, et justifie les réflexions de Baliste sur les relations entre les camps, cf. supra, chap. VIII, B.

156 1641 : mariage de Paul Raymond de Trégoin dr. et avocat au présidial de Carcassonne et de dlle Isabeau de Barcelon.

157 A.D.A., 3 E 8381, 6 avril 1584 ; A.M.N., compoix de 1597, île les Augustins.

158 A.D.A., 5 J 29.

159 A.M.N., compoix de 1499, f° XXXII v°-XXXIII : me Peyre Deapchier, 21,7 ha; f° XLVI me Berthomieu Baliste notari real, cabal 100 l., 1 maison, 1 maison et boutique, 1 boutique île la Cour du Roi, 4,05 ha de terres, 1 mulet de selle.

160 Ibidem, f° CLXXIV v° sq.

161 4 maisons et la moitié d’une autre, seulement peut-on dire.

162 Ibidem, f° CLXXXVI.

163 Ibidem, f° CLIII.

164 Ibidem, f° CLVII v°-CLVII v° ; il perçoit aussi des usages.

165 A. RIGAUDIERE, dans J.-L. BIGET, J.-C. HERVE, Y. THEBERT éd., (1989) p. 67.

166 Peyre Autamar par exemple n’est plus compté que pour 400 l. en 1504 ; cf. compoix de 1504, f° 254.

167 Sur l’histoire complexe de la baronie de Lézignan au xve s. cf. J. EUZET, (1988) p. 125-131. Après la disgrâce puis l’exécution de Jacques d’Armagnac, duc de Nemours, la baronnie de Lézignan avait été attribuée à Boffile de Juge, vice-roi du Roussillon depuis 1475 ; sur celui-ci : J. CALMETTE, (1903) p. 274; F. PASQUIER, (1914). On connaît la personnalité de Boffile, issu d’une vieille famille d’Amalfi, élevé à Barcelone, engagé dans les armées angevines, chambellan du roi René, entré ensuite au service de Louis XI.

168 On ne connaît pas la date précise.

169 A. FABRE, (1883-1884).

170 A.M.N., BB 56, F 37 v°, 24 janvier 1534, obligation consentie à noble Jacques de Verzeille pour rembourser en partie Jean-Baptiste de Frescobaldi pour les frais de la députation chargée d’obtenir des lettres patentes pour l’exemption des tailles.

171 Collecte des clavaires.

172 A.M.N., compoix ; en 1533 Jaume possède encore beaucoup de biens ; en 1561 nobles Gabriel et François de Verzeille héritiers de noble Jaume Verzeille, noble Pierre de Plantevit de Béziers, Jean Lagarde héritier de Bernard Lagarde de Bize lui-même héritier en partie de noble Jaume de Verzeille, comme mari de Jacobie...

173 J. EUZET, (1988) p. 145, 29 août 1529.

174 A.D.A., 3 E 8355, 21 avril 1588 ; noble Gabriel de Verzeille sr de Bizan-les-Allières est débiteur envers Madona d’Exea, veuve de Philippe Jacques de Verzeille de Lézignan, à présent femme de Jean dAlcoynes bourgeois de Narbonne. Le sr de Bize baille à la dite d’Exea une maison située à Lézignan qu’il a acquise de feu noble Raphaël de Verzeille son oncle.

175 Cette dernière sera rachetée par les habitants, cf. A.D.A., 67 C 13.

176 A.M.N., AA 112, f° 6, 3 octobre 1518 ; la maison est dite en mauvais état.

177 A.D.A., 67 C 13.

178 Dr. P. CAYLA, (1950-1953) p. 66-67.

179 A.D.A., 67 C 21.

180 Ibidem, 67 C 13 : 50 l. de quête annuelle à Laure vendues en 1539 à François d’Hautpoul de Trausse pour 500 l. ; la ferme d Agel est vendue au denier 12.

181 Sur Pierre Reich de Pennautier, C. MICHAUD, (1991) p. 318 sq.

182 A.D.A., 67 C 12.

183 Cette constatation est essentielle. Le contraste au xviiie s. entre Carcassonne, ville du drap dynamique, et Narbonne dont l’activité principale -l’exportation des grains-est détournée vers d’autres ports, qui a été un des points de départ de mes réflexions, a donc des fondements beaucoup plus anciens qui ne proviennent pas seulement des effets heureux ou pénalisants des initiatives du début du règne de Louis XIV : création de manufactures encouragée par Colbert pour le Carcassonnais, occasion manquée du canal des Deux-Mers pour Narbonne. Le xvie s., plus sûrement le xve s., sont le creuset où se déterminent des attitudes et des comportements qui paraîtront des traits caractéristiques des siècles postérieurs.

184 Ibidem, 67 C 12, 6 mai 1500.

185 En 1543 pour 400 l. ; A.D.A., 67 C 12.

186 Pour 1 500 1., ibidem, 67 C 13 ; 7 octobre 1700 à Béziers : les commissaires du roi vendent à messire François de la Jugie sr et baron de Rieux gouverneur de la ville de Narbonne la haute, moyenne et basse justice dAzille, lods, ventes, censives, tasques à pacte de rachat perpétuel pour 3 000 l., A.D.A., B 20, f° 79.

187 G. MOUYNES, (1877) notes p. 385.

188 A.D.A.,67C 12.

189 Guillaume Terrail, marchand de Ginestas, 67 C 9 ; 67 C 3, domaine royal claverie de Fenouillèdes et Termenès.

190 A.D.A., 67 C 13, viguerie de Minerve, 22 avril 1592.

191 1543,67C 13.

192 Ibidem, 61 C 13.

193 Ibidem, 67 C 21, baylie de Narbonne. On ne parle pas des concessions à temps de certaines parties du domaine comme la ferme de Livière dans le terroir de Narbonne dont les revenus sont concédés au baron de Fourquevaux pour 3 ans en 1567, cf. A.D.A., 1 mi 60.

194 A.D.A., 67 C 3, claverie de Fenouillèdes et Termenès, 1587-1626.

195 A.D.A., Vicomté de Narbonne 1597, 1 mi 60.

196 14 écus par an en 1597.

197 Cf. supra, chap. V, D.

198 G. LARGUIER, (1977) p. 45-47.

199 En 1594, ils figurent parmi les témoins lors de la division de la mense de Fontfroide, notaire Debas de Saint-Nazaire-d’Aude, 1594.

200 A.D.A., 3 E 2788, 26 septembre 1585.

201 P. G. RICHARD, (1988).

202 La question des convictions religieuses de Pontus reste posée. Elle éclairerait peut-être sa sortie des ordres, bien qu’on ne l’ait jamais rangé clairement du côté protestant. Il a évolué très à l’aise dans un milieu luthérien. Brantôme, qui l’a vu lors de son ambassade à Paris en 1572, affirme que son frère avait été dans l’armée des huguenots. Une lettre de Henri de Navarre, le futur Henri IV, adressée à Pontus, le prie de soutenir la cause protestante, 15 juillet 1584, P. G. RICHARD, (1988) p. 29.

203 Il est très gravement blessé en avril 1560 ; P. G. RICHARD, (1988) p. 19, document n°5.

204 Ceci n’est que l’objet principal de l’ambassade de Pontus. Il devait aussi régler les droits de la souveraine de Suède sur le royaume de Naples, traiter dans les principautés italiennes, à Venise, Milan, Florence, Gêne... De Rome, il ramène des imprimeurs, de Naples un secrétaire pour Jean III. Pontus sert donc puissamment l’influence méridionale en Scandinavie.

205 Il est enterré dans la cathédrale de Tallinn.

206 P. G. RICHARD, (1988) p. 13.

207 A.D.A., 3 E 14115, 1561, f° 85 v°.

208 A.D.A., 73 C 272, F 275 v°.

209 3 septembre 1558 ; P. G. RICHARD, (1988) document 3, p. 7.

210 Catherine de Sainte-Colombe avait épousé François de Ramejan en 1534.

211 A.M.N., compoix de 1453, île Guilhem Palma.

212 Archives du château de Pouzols, B 118, testament du 17 septembre 1464.

213 En tout 29 moujades ; un champ fait à lui tout seul 20 moujades. Beguet Ramejan est inscrit sur le livre de collecte des clavaires à l’île Los Palma (Saint-Crespin) du terson d’Aude pour un montant modeste en 1440, mais il est voisin de marchands d’envergure, comme Etienne Peyronne. Les affaires de Beguet Ramejan, toutefois, ont peut-être davantage d’ampleur que ne le laisserait penser son compoix. Il livre du salpêtre pour l’armée du Roussillon en 1473, A.M.N., compte du clavaire, 1473, f° CXXV sq. Son ascension est-elle liée à ces services rendus malgré la modestie de ses biens ?

214 Archives du chateau de Pouzols, B 129, 2 septembre 1498, Guillaume de Ramejan, seigneur de Pouzols, vend à honnête homme Rodolphe Signeran bourgeois de Narbonne les fruits de la saline de Mandirac pour six ans.

215 Ibidem, B 130, dénombrement de 1503, son fils François reconnaît exactement les mêmes possessions et revenus en 1539, cf. B 139.

216 Ibidem, B 141.

217 Ibidem, B 1, f° 2-3 ; des concessions avaient déjà dû être faites : réduction de tasques en 1566, cf. B 123.

218 Cf. supra, chap. VIII.

219 2 septembre 1594.

220 J.-F. DUBOST, (1997).

221 Dr. P. CAYLA, (1938).

222 A.D.A., 3 E 8 300, f° 98, 28 février 1547.

223 Ibidem, F 114, 7 mars 1547, obligation en faveur de Pierre Fanjaux marchand de Narbonne.

224 Y.-M. BERCE, (1974) ; (1991).

225 Nouvelles de BANDELLO, nov. XLIII, vol. 6, p. 175 de l’édition italienne ‘Flora’.

226 R. GASCON, (1971).

227 A.D.A., B 21, F 20 sq., noble Pogio de Pogio oncle de Diane de Pogio fille de Théguin de Pogio.

228 Ibidem, 3 E 2774, 5 octobre 1579 : noble Pogio de Pogio prête 40 setiers de froment à Raymond Barrau moyennant 20 écus ; arrentement à Bernard Darnot de Montredon du fief de Bonnassié...

229 Ibidem, 3 E 9206, 28 octobre 1589.

230 Ibidem, B 21, P 20.

231 Ibidem, 3 E 9206, P 124, arrentement de la grange du Terral, 12 novembre, moyennant 333 l. 8 s. 6 d. la première année.

232 A.D.A., 3 E 2774, 4 novembre 1579 ; B 21, P 20, dlle Guyone de Pogio seigneuresse dAssignan.

233 Au moins, qui parviennent à l’âge adulte.

234 A.D.A., B 21, P 20, pactes de mariage, 12 février 1583, notaire Jean Massip de Saint-Chinian ; 3 E 8533, P 82, 26 avril 1593.

235 Cf. supra, mariage de Diane, -6 000 l. de dot-, qui va de pair avec le partage des biens de son père.

236 Les Pogio se marient peu à Narbonne ; César de Pogio épouse Isabeau de Bandinel ; sa petite fille, Guyone de Brettes, est femme d’Antoine de Rouch de Ginestas et Mirepeisset, grand propriétaire foncier, baille, qui sera Trésorier de France ; 28 juin 1637, pactes de mariage entre Antoinette de Brettes Thurin, fille d’Étienne de Thurin sr d’Assignan et de dlle Françoise de Pogio, et messire de Sainte-Colombe sr de La Val de Dagne fils de Vital de Sainte-Colombe sr d’Oupia... On se le rappelle, Jacques Escoupérier père de Pontus de la Gardie avait épousé sur le tard une de Sainte-Colombe. A.D.A., 3 E 9219, f° 16 ; 3 E 9220, 2 février 1636 ; 3 E 9222, f° 39, 28 juin 1637.

237 J. BOUCHER, (1981), p. 551 : 35,71 % des évêques du royaume sont italiens entre 1535 et 1570.

238 En 1548 en principe ; il s’en démet en 1555 mais continue d’en percevoir les revenus.

239 Hercule II duc de 1534 à 1559 avait épousé Renée de France fille de Louis XII ; Hippolyte II fait édifier à Tivoli la villa d’Este.

240 J. BOUCHER, (1981) p. 553 note 1.

241 Histoire de Narbonne... p. 208.

242 Édouard de Pompadour venu à la suite de Helie de Pompadour archidiacre de Carcassonne qui est élu évêque d’Alet en 1448. Il épouse la fille de R. d’Auriac sr de Villesèque, de Montpezat et de Fraisse ; Père ANSELME, Histoire de la maison de France, t. VIII, p. 248.

243 A.D.A., B 29, F 188, 22 novembre 1620, pactes de mariages, dans le palais archiépiscopal de Narbonne entre noble Esprit de Bunis, écuyer de Carpentras, sr de Bizan, conseillé par l’archevêque son oncle, et Françoise de Montredon, dot 8 000 1.

244 Six évêques italiens se succèdent sans discontinuer à Béziers ; cf. J. SAGNES, (1986) p. 164 ; Mme BELLAUD-DESSALES, (1901).

245 J. HEERS, (1961). Pour la généalogie des Fregoze : Archivio di Stato di Padova, Fonds Salvatico Frigimelico, Ms. 379 ; renseignements communiqués par Madame d’Andoque de Sériège.

246 Un se range du côté de la France avec un de ses oncles, Frederico, son beau-frère Guido Rangone, qu’il remplace successivement comme lieutenant général du Piémont puis comme ambassadeur extraordinaire à Venise avec mission de conclure l’alliance avec la Porte.

247 2 juillet 1541, alors qu’il descendait le Pô en bateau avec l’espagnol Rincon, représentant de François Ier à Constantinople.

248 TAUSSERAT-RADEL, (1899) p. 616.

249 Auquel s’ajoutera l’évêché de Grasse. La première est faite en 1538. Comme l’aîné des garçons de César n’avait que huit ans, le cardinal de Lorraine se charge du diocèse, en abandonne l’administration à des agents de la famille Fregoze tant au temporel qu’au spirituel. La commende de Fontfroide est attribuée au cardinal de Trivulce en 1546, âgé, qui meurt rapidement. Fontfroide était restée onze ans dépourvue d’abbé commendataire. Hippolyte d’Este est pourvu du titre en 1548 avec le consentement de la veuve du condottiere, à condition que celle-ci en perçoive les revenus. Mais Janus Fregoze aura des difficultés à obtenir le titre effectif d’abbé commendataire de Fontfroide. Les Este ne lâchèrent pas facilement le bénéfice. Catherine de Médicis dut intervenir personnellement.

250 Qui viendra rappeler ses promesses à François Ier et le prix de la fidélité, en lui apportant la main mutilée de son époux.

251 Philippe III Strozzi est envoyé par Catherine de Médicis au secours des Portugais. C’est lui que rencontre Pontus de la Gardie lors de son ambassade à Paris en 1578, cf. P. G. RICHARD, (1988) doc. 2 p. 21.

252 César II, le deuxième fils de César et de Constance, s’y fixera d’ailleurs.

253 Jean Galeas Fregoze, recommandé par le cardinal de Retz A. Gondi fit partie de ces Italiens habiles en missions de tous ordres, appréciés comme négociateurs, cf. J. BOUCHER, (1981).

254 Ce qui explique pourquoi Alexandre, petit neveu de César Ier, abbé commendataire de Fontfroide à partir de 1587, fut marié à Sigismonde Staglia.

255 Janus Fregoze désigné par François Ier comme titulaire du bénéfice ne prend possession effective de l’abbaye qu’en 1582. Il meurt en 1585.

256 Alexandre est le petit fils de Alexandre Fregoze et de Constance Strozzi.

257 Cf. supra, A.D.A., 3 E 2788, 26 septembre 1585.

258 Pendant qu’il intéresse Alexandre de Pogio à la métairie du Terrai, il vend 50 quintaux de laine à Francisco Raimondi pour le rembourser d’une somme qu’il lui avait prêté, cf. A.D.A., 3 E 206, 9 décembre 1589. Le 12 novembre 1589, il associe Alexandre Pogio à la métairie du Terrai. S’agit-il d’un changement de stratégie ou d’intérêts d’une autre nature ? En 1585 le Terrai est dévasté et ruiné partiellement par les troupes de Montmorency. Confier le Terrai à un Pogio n’était-ce pas s’assurer de ce côté-là, car Constance de Pogio avait épousé le sr de Sérignan qui était du côté du duc ?

259 A.D.A., H 602. Les signataires de l’acte montrent bien quel groupe de pression était derrière Alexandre de Fregoze. Signent en effet comme témoins, Jérôme de Castillon, sr de Saint-Martin-de-Toques, François Lenoir contrôleur du roi, receveur général des droits forains de la province de Narbonne seigneur d’Aussière, domaine qui appartenait précédemment aux Pogio.

260 Il s’appelle aussi Alexandre. Le lien de parenté exact n’est pas clairement établi. Il est dit natif de Citadella près de Padoue ; Archivio di Stato di Padova, fonds Salviatico Frigimelico Ms. 422, lettre des religieux de Fontfroide certifiée par Mgr Le Goux de la Berchère, 20 avril-2 mai 1719.

261 A.D.A., H 607. Les concessions de ces derniers domaines restaient obscures pour les moines de l’abbaye cistercienne qui criaient à la spoliation pure et simple. Archivio di Padova, fonds Frigimelico, Ms. 482.

262 Ibidem, après Alexandre Fregoze, Dominique Fregoze ‘clerc de Verone’ son neveu est pourvu de l’abbaye par démission de son oncle en 1619 jusqu’en 1646. Il lui faisait une rente de 1 500 l., 3 E 11637, 28 juin 1626 : arrentement des fruits du monastère à François Verzeille et François Caille pour 7 ans ; bail en inféodation des terres de Marcorignan à Jean de Casaledes.

263 A.D.A., 3 E 9219 : 15 février 1536, procuration au comte Frédéric de Fregoze par son frère Dominique de Fregoze abbé de Fontfroide. Celui-ci, qui doit retourner en Italie, désigne comme procureur à sa place Alexandre Fregoze écuyer habitant d’Ouveillan - 1er avril 1639-.

264 Ils s’allient à la petite noblesse locale ; des filles épousent aussi des notaires... Exemple : A.D.A., B 28, F 48, 24 juin 1617, dans la métairie du Bousquet noble Alexandre de Fregoze épouse dlle Marie de la Raye fille de François de la Raye et de dlle de Goudail.

265 A. D. A., 4 E 116, BB 5, F 19, 24 février 1679, J. B. Fregoze consul ; BB 8, F 28, 26 décembre 1692 ; F 40, 10 novembre 1693. Un de ses fils est consul ; BB 8, F 296 : César Fregoze. Ils s’installent ensuite à Narbonnè d’où ils géreront leur bien de Preissan au xviiie s. Les Fregoze gardent Preissan jusqu’au xixe s.

266 Francisco Raimondi de Milan est dit marchand de Côme, A.D.A., B 21, F 271 sq., 31 octobre 1585. Pour les Castillon, ibidem, 5 J 29, 3e cahier, F 12 ; un frère de Antoine-Marie reste à Milan. L’acte de partage des biens de son père est passé à Pavie le 3 novembre 1589.

267 Il figure sur la liste des habitants qui ont quitté Narbonne en 1592 et que l’on met à l’amende, cf. supra, chap. VIII ; A.D.A., 3 E 8377, 3 août 1578, noble Barthélémy d’Alezio fils de noble Jean-François d’Alezio sr de Saint-Martin-de-Toques vend une maison sise en Cité de Narbonne.

268 Il est consul de Narbonne en 1588.

269 20 janvier 1552.

270 Dans leurs preuves de noblesse les Castillon insistent beaucoup sur leurs services rendus à Louis XII, François Ier et Henri II, A.D.A., 5 J 29. Ils sont donc du parti français ce qui explique les lettres de naturalisation.

271 A.M.N., BB 3, F 138.

272 Ibidem, BB 5, F 144, en compagnie de Joachim Trégoin.

273 J. TISSIER, (1900) n° 181, p. 158-159 ; sur le rôle de Castillon, ibidem, p. 21, 158-159, 228...

274 En 1576-77 par exemple il est procureur des hôpitaux.

275 A.M.N., BB 4, f° 125, 10 février 1578.

276 Testament de Simon Vigor, 3 octobre 1575 : « je suis redevable et obligé au sr Antoine-Marie Castillon bourgeois de Narbonne de 5 000 l. dont 500 payées à l’évêque de Beauvais à la ville de Lyon ».

277 A.D.A., B 23, dlle Jougla, veuve de Antoine-Marie Castillon.

278 Ibidem, B 21, f° 271, 32 octobre 1585.

279 Ibidem, BB 3, f° 203, 7 mai 1574.

280 Le frère de A.-M. Castillon ne quitte pas Milan et c’est à Pavie qu’est partagée la succession de leur père, cf. A.D.A., 2 J 29.

281 Le cas des Fregoze est très représentatif.

282 Ibidem, B 21, f° 52. Son voyage était prévu car il avait légué 666 écus avant de partir.

283 E. PICOT, (1907) p. 341-345.

284 A.M.N., BB 61, P 65. Peu de temps après, un Vénitien effectue les travaux de curage de la robine, cf. infra, chap. XI.

285 L. BERTHOMIEU, (1914) p. 179-184. Elle a été maintes fois représentée, notamment en gravure dans les Voyages pittoresques de J. TAYLOR, Ch. NODIER, A. de CAILLEUX, (1835) ; Histoire de Narbonne, p. 176.

286 Des fenêtres du même style, avec le même nombre de cariatides, mais traitées plus sobrement, sont construites aussi à Béziers, cf. J. SAGNES, (1986) p. 169.

287 île Saint-Simon, actuellement 8-10 rue Rabelais.

288 Il bénéficient aussi de commandes publiques. Les grands tableaux commandés par les consuls aux deux peintres les plus importants de la fin du xvie s. et du début du xviie s., Charles Galeri et Canavesi, sont une galerie de portraits des principaux personnages dont nous avons parlé : Delort, Léonard...

289 Pour le Languedoc, M. BOURIN-DERRUAU, (1987).

290 B. CHEVALIER, (1982). La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne (xiie-xviiie s.), (1988). Histoire de la France urbaine, dir. G. Duby, t. II, la ville médiévale, 1980.

291 B. CHEVALIER, (1982) p. 43, 309.

292 A.M.N., BB 5, F 501 v°.

293 M. BOURIN-DERRUAU, (1987) ; idem, contribution à Le Languedoc et le Roussillon, G. CHOLVY, J. GUILAINE, M. PY, G. BARRUOL, (1982) ; P. DOGNON, (1885) ; R. DOUCET, (1948).

294 Il n’y a aucune différence de pouvoirs entre les communautés syndicales et celles qui ont des consuls, cf. Dr. P. CAYLA, (1938).

295 Comme en Provence : cf. N. COULET, L. STOUFF, (1977) p. 67-89.

296 A.D.A., G 32, F 15 v°, 1er août 1546.

297 G. CHOLVY, J. GUILAINE, M. PY, G. BARRUOL dir., (1982) p. 167.

298 P. CAYLA, (1938) p. 25.

299 Idem, p. 134-136, 272, 274.

300 Idem, p. 25.

301 A.D.A., 3 E 2775, f° 182, 14 septembre 1570. Aucune habitation privée n’est mentionnée comme lieu de réunion par nos sources. Est-ce à dire qu’il ne s’en tenait jamais ? Il n’est pas possible d’en décider.

302 A. D. A., 4 E 116, BB 1 ; A. M. Sigean, BB 1 ; A.D.A., 3 E 2783 sq., Paraza, 20 septembre 1580...

303 Le terme est d’usage courant au xvie s. en ville comme dans les communautés rurales. Cf. A. M. Cuxac-d’Aude, BB I.

304 A.D.A., G 32 à 35, nombreux contrats du chapitre Saint-Just de Narbonne.

305 G. LARGUIER, (1982), p. 23-38.

306 J. TISSIER, (1900).

307 La France de la fin du xve s. Renouveau et Apogée... (1985).

Table des illustrations

Titre Tableau n° 38 - Les seigneurs des paroisses en Narbonnais (au début du xviiie s., en %)
Légende n.p. : nombre de personnes ; E : seigneurs ecclésiastiques ; E + L : coseigneuries, ecclésiastiques et laïques ; L : seigneurs laïques ; Commun. : communautés.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende Carte n° 16 - Les seigneuries en Narbonnais au début du xviiie s.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

© Presses universitaires de Perpignan, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540