Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le drap et le grain en Languedoc

 | 
Gilbert Larguier

Deuxième partie. Renaissances. Milieu du XVe - fin du XVIe

Chapitre VIII. Narbonne ligueuse les troubles de religion en Narbonnais

Texte intégral

1Tout paraît se conjuguer pour que s'ouvre une crise qui touche tous les secteurs de l'économie, la ville et les campagnes, ainsi que les différentes catégories sociales. La guerre civile en multipliant prises et reprises de villages, les allées et venues des reitres, accumule les destructions, les ravages des récoltes, les pertes de bétail. Les opérations militaires, les bandes, vite tombées dans le brigandage pratiqué à leur propre compte, causent de gros dégâts aux vignes, aux oliviers surtout qui ne cessaient de progresser depuis un demi-siècle ; la peste enfin revient, favorisée par les désordres et le peu de rigueur des contrôles.

2Les péripéties et la chronologie des opérations militaires ne sont pas les mêmes d'une région à l'autre. Il ne saurait être question, même de manière succincte, de suivre le détail des événements qui se déroulent en Narbonnais entre 1560 et 1596 où la ville reconnaît enfin Henri IV. Dégageons simplement les principales périodes d'affrontement. Deux phases se distinguent nettement : avant 1585 où le Narbonnais reste largement à l'écart du tumulte ; après cette date où, au contraire, devenu frontière entre les deux partis qui se disputent le Languedoc, il se trouve au centre de la tourmente. Deux facteurs expliquent cette périodisation et la forme qu'y prit la lutte. Le Narbonnais peu séduit par le protestantisme ne connaît pas les affrontements brutaux entre huguenots et papistes qui ensanglantent d'autres régions et n'est pas une zone qu'ils se disputent. Mais, lorsque la guerre prend un tour politique, la valeur militaire de Narbonne et son engagement du côté de la Ligue en font un objectif essentiel. Le sort du Languedoc ne se joue pas là, ni le succès d'Henri IV. On y aperçoit bien cependant l'incapacité de la Ligue à s'imposer et les raisons de sa défaite consommée dès 1592.

A / NARBONNE BASTION PAPISTE

  • 1 H. L., t. XII, preuves, n° 237, p. 571-573.
  • 2 Carte d'après les chiffres de Basville dans G. TILLY, (1986) p. 138.
  • 3 Nombreuses abjurations dans les registres paroissiaux ; C. DELORMEAU, (1970), (1973) ; J. GARRISSO (...)
  • 4 E. LE ROY LADURIE dans P. NORA dir., (1986), chap. Nord-Sud, p. 117 sq., carte p. 133

3Le diocèse de Narbonne est la seule zone du Languedoc à ne pas être gagnée par l'hérésie ; le siège archiépiscopal, l'unique ville importante où ne parvient pas à s'organiser une Église réformée. Raymond de Beccaria, baron de Fourquevaux, nommé gouverneur de Narbonne en 1557, l'expose très bien dans une de ses lettres peu après sa prise de fonction dans son gouvernement : « cette dicte ville est [...] aujourd'hui la moins infectée de la dicte faction » de tout le Languedoc1. Un siècle et demi plus tard, l'intendant Basville dans son Mémoire concernant la province du Languedoc souligne fortement cette particularité. Les diocèses de Saint-Papoul, Carcassonne, Alet et Narbonne, les pays audois donc, ne renferment quasiment aucun des 198 433 protestants -13 % de la population environ- qu'il totalise en Languedoc2. Certes, quand il écrit en 1698, le protestantisme se trouve en mauvaise posture. Le terrible intendant mène la vie dure aux ‘nouveaux convertis’ comme il les désigne et les voudrait déjà. Les communautés protestantes établies dans la haute vallée de l'Aude et le diocèse d'Alet ont disparu, victimes de la politique de reconquête d'évêques marqués par la rigueur janséniste. Le Narbonnais hermétique au calvinisme joue même la fonction de centre où, au contact de l'unanimité catholique, vient se dissoudre la Réforme, faiblit la foi des réformés qui, dès qu'ils sont transportés dans la ville, isolés et travaillés par un encadrement pléthorique et efficace, abjurent l'hérésie3. Pourquoi cette solution de continuité dans le croissant huguenot du Midi qui rassemble plus de la moitié des protestants français du xvie s., alors que les Églises réformées se pressent nombreuses de la Saintonge à la vallée de la Garonne, à partir de Montpellier-Nîmes de part et d'autre de l'axe rhodanien, et qu'en arrière de la Montagne Noire le calvinisme fait des adeptes et par Castres, Mazamet et les hauts reliefs soude les deux blocs protestants du Midi4 ? On s'est beaucoup interrogé sur cette particularité. La permanence d'un terreau hérétique a paru une hypothèse séduisante. Mais le catharisme est bien mort au xvie s., a disparu des pays audois sans laisser aucune trace. Il faut envisager d'autres arguments.

  • 5 J. GARRISSON-ESTEBE, (1980) p. 67.
  • 6 D. CROUZET, (1990) t. I, p. 348-349.
  • 7 P. F. GEISENDORF, (1957), arrondissement de Narbonne, n° 206.

4Le Narbonnais reste extérieur à la première vague triomphante d'extension du calvinisme qui paraît devoir s'installer partout entre 1559 et 15625. Narbonne compte au nombre des rares cités où on ne tient aucune assemblée de la nouvelle religion en 1560. Aucun incident. Rien de comparable à ce qui se produit à Carcassonne où des religionnaires s'emparent d'une Vierge le jour de la Noël 1561, la traînent dans les rues en proférant des menaces, ce qui provoque une vive riposte des catholiques et des heurts sanglants6. On ne peut s'étonner que le calvinisme n'ayant pas réussi à prendre pied à Narbonne dès le début ne soit pas parvenu à s'y implanter. Il est en effet en recul partout après 1562. Le livre des habitants de Genève confirme l'insuccès du calvinisme dans le diocèse de Narbonne. Il n'arrive qu'un seul réfugié du Narbonnais, Jean Guisard de Rieux-Minervois7.

  • 8 Lettre de Pierre Viret à Calvin, op. calv. t. XIX, col. 357-358, reproduite dans B.S.H.P.F., t. XX (...)

5L'hérésie ne fit-elle aucun adepte à Narbonne ? Quoi qu'en ait dit le baron de Fourquevaux, il y en avait. D'ailleurs, un de ses premiers soins ne fut-il pas de tenter d'extirper toute trace de calvinisme du siège archiépiscopal en imaginant un ingénieux stratagème. Il fit courir le bruit que deux Espagnols s'apprêtaient à se battre en duel dans un terrain placé à l'extérieur de la ville. Friands de ce type de spectacle, les Narbonnais se précipitèrent et sortirent en foule. De duel, il n'y en avait point. Mais les portes étaient soigneusement gardées. Beccaria y avait posté des sentinelles qui avaient ordre de ne laisser entrer que les papistes et de refuser l'entrée à tous ceux que l'on suspectait d'hérésie. Cette péripétie haute en couleur, qui fit grand bruit, car on la porta même à la connaissance de Calvin8, un peu trouble car s'y mêlent l'artifice du transalpin, le goût morbide des Languedociens pour les défis, l'attrait supplémentaire de voir le combat de deux étrangers en passe de devenir les ennemis-types des régnicoles, montre que les huguenots et ceux que l'on soupçonnait de sympathies pour la Réforme étaient parfaitement connus.

  • 9 A. D. Haute-Garonne, B Parlement, arrêts criminels, décembre 1538.
  • 10 C. ROQUES, Inventaire de la série B, Haute-Garonne, t. I, p. 418-419.
  • 11 C. DELORMEAU, (1970) ; L. GUIRAUD, (1918-1919) p. 125-126, Preuves, p. 263-264.
  • 12 Cf. infra, B.

6Le petit nombre de religionnaires n'empêche pas le maintien d'un foyer hérétique. En 1538, un certain Amelin de Narbonne poursuivi pour fait de religion par l'Inquisition devant le sénéchal de Carcassonne était déclaré hérétique, luthérien, relaps et condamné à être livré au bourreau. Il fit bien appel auprès du parlement de Toulouse. Celui-ci confirma la sentence. On l'étrangla puis on brûla son corps le 12 décembre sur la grand-place de Carcassonne9. Amelin n'était pas tout seul puisque six mois plus tard le parlement de Toulouse pressait les officiers spirituels de l'archevêque de Narbonne de sévir contre les luthériens10. Peu de temps avant que Fourquevaux ne prenne ses fonctions, le grenetier du grenier à sel, Guillaume de Contour, soupçonné d'hérésie fut emprisonné. On dut l'élargir faute de preuves. Passé à Montpellier avec l'office de contrôleur général des greniers à sel, il deviendra un des membres les plus influents de l'Église Réformée montpelliéraine11. Le maître serrurier que l'on surprend en 1575 en train de mesurer la hauteur des remparts s'appelle Masse Hamelin12. L'homonymie avec le supplicié de 1538 est frappante. S'agit-il d'un fils ? La répression n'a pas découragé la piété filiale et religieuse. La continuité est remarquable et laisse croire que les religionnaires pouvaient à l'occasion compter sur des correspondants sûrs.

  • 13 P. Deapchier, conseiller de deuxième rang de la matricule depuis 1557, consul en 1563, 1567, 1580, (...)
  • 14 A.M.N., BB 2, f° 194, 20 mai 1569.
  • 15 Ibidem, BB 2, f° 208, 18 avril 1569 : réquisition au gouverneur de la ville de faire sortir « ceul (...)

7En 1569, le syndic général de la ville Paul Deapchier13 faisait état de plusieurs listes de huguenots habitant ou ayant habité la ville. Il avançait le chiffre de 20014. Que comptait-il exactement ? Les individus ouvertement déclarés comme adeptes de la nouvelle religion, les familles, tous les huguenots qui avaient habité Narbonne et ne s'y trouvaient plus au moment où il faisait son décompte ? Il distinguait en effet trois catégories d'hérétiques : les huguenots qui avaient porté les armes contre le roi, que les consuls avaient fait sortir de la ville après la fête Saint-Michel, les huguenots chassés d'autres villes, les huguenots réfugiés à Narbonne depuis six ou sept mois. À en croire Paul Deapchier, Narbonne était en train de devenir un refuge protestant, ce qui contredit totalement l'idée que l'on se fait de Narbonne. Il faut faire la part, dans ces affirmations, de l'hostilité des consuls à l'égard du gouverneur de la ville, Monsieur de Rieux, qu'ils accusaient de favoriser ouvertement les religionnaires, d'avoir fait rentrer ceux qui avaient été chassés en 1567 et de fermer la porte aux bons catholiques. Ces listes, les demandes renouvelées à plusieurs reprises de 'faire restreindre les huguenots' chez eux, montrent qu'il y eut des calvinistes pendant plusieurs années à Narbonne15. Mais ils ne parvinrent pas à faire souche ni à s'établir durablement.

  • 16 C. DOUAIS, (1891).
  • 17 Consul en 1574, 1601.

8Les religionnaires ne font plus guère parler d'eux après 1570, malgré les soutiens supposés dont ils disposent dans la place. Comment expliquer le médiocre succès de l'hérésie ? Pas par la répression. Par la vigilance des consuls ? Celle-ci témoigne davantage de la fidélité au catholicisme des membres de l'administration municipale. Narbonne jouirait avec le clergé paroissial, les chapitres et les nombreux monastères, d'un encadrement religieux très solide, supérieur à ce que l'on trouve généralement ailleurs ? Le clergé était la cible de nombreuses critiques. M. Baliste à qui le baron de Fourquevaux demande de rédiger l'état du diocèse de Narbonne pour le mémoire qu'il adresse à la reine en 1573 fait un rapport plutôt sombre. Depuis la mort du cardinal Briçonnet, il y a soixante ans, écrit-il, aucun archevêque n'est venu résider à Narbonne. Les cures sont mal desservies, les bénéfices conférés à des personnes ignares et indignes, sont entre les mains soit d'un clergé urbain qui, au mieux, délègue dans les villages des vicaires mercenaires engagés par contrat, soit de laïcs, gentilshommes, marchands, bourgeois, qui en jouissent comme d'un patrimoine. S'ajoutent à cela les exactions des gentilshommes et des capitaines qui s'emparent dans les campagnes des revenus ecclésiastiques, la mauvaise volonté des paroissiens à payer les dîmes et qui fraudent tant qu'ils peuvent16. Le tableau est noirci à l'excès, trop conforme à celui que l'on dresse partout, au discours que l'on souhaite entendre. La personnalité de l'auteur du rapport donne crédit à ses affirmations. Barthélémy Baliste, avocat, fin lettré -il avait fait un recueil des inscriptions latines qui figuraient sur les pierres réutilisées lors de l'édification des remparts-, appartenait aux milieux dirigeants de Narbonne puisqu'il fut consul à plusieurs reprises et envoyé comme émissaire à l'occasion de missions délicates17.

  • 18 G. LARGUIER, (1977) p. 47.

9Les démêlés des curés d'Ouveillan avec leurs paroissiens, dans la seconde moitié du xvie s., confirment ses propos, montrent que, même dans les plus grosses communautés peu éloignées de Narbonne, la réalité était proche des abus que l'on dénonçait. Monsieur Riffaut, pourvu de la cure depuis 1555 au moins, ne mit pas une seule fois les pieds dans sa paroisse. Il ne s'occupait même pas du choix des desservants. En 1571, par exemple, il affermait les revenus de sa cure à des habitants du village pour 300 livres par an à charge pour eux de tenir suffisamment de prêtres pour assurer le service divin. Les plaintes des paroissiens sont continuelles : une fois ils veulent saisir une partie de la dîme des olives car le curé refusait de participer aux dépenses de mise en défense de la localité, une autre fois ils réclament au vicaire général, et obtiennent un prédicateur de Carême... Au plus fort des troubles, entre 1586 et 1591, la paroisse n'est desservie que par intermittence, à tel point que la maison presbytérale tombe en ruine. Désemparés, les villageois s'adressent à Montmorency pour qu'il oblige le curé à honorer ses obligations18. Peu importe que celui-ci, trop content de décider en leur faveur, leur permette de se saisir des fruits décimaux. L'important est de voir la fidélité des populations au catholicisme et le peu d'enthousiasme qu'elles montrent à l'égard des différents partis qui se disputent le pouvoir, notamment à la Ligue, trop lointaine, identifiée à la ville et aux intérêts qui pressurent les campagnes. L'état du diocèse de Narbonne n'est donc guère différent de ce que l'on observe ailleurs. Le statut de la ville archiépiscopale est insuffisant à rendre compte du faible succès du calvinisme.

  • 19 J. GARRISON-ESTEBE, (1980) p. 17 sq.
  • 20 Ibidem, p. 39 sq.
  • 21 Cf. infra, chap. IX.
  • 22 Cf. compoix de 1499. Jean Vincent libraire de Narbonne s'engage à relier les bréviaires et missels (...)

10Les partisans de la religion réformée se recrutent dans la noblesse, chez les marchands, les artisans, les membres des milieux éclairés des avocats, des notaires, des officiers royaux, des cours souveraines, dans les villes situées le long des principales voies de communications19. Narbonne s'écarte de ce modèle. C'est une ville largement ouverte sur l'extérieur, on l'a vu. L'activité économique est beaucoup plus vive qu'on ne l'a dit, même si le grand essor commercial est un peu postérieur. À Toulouse, Béziers, Montpellier, dans la vallée du Rhône, les marchands occupent une place importante dans la société calvinienne. Narbonne est en relations d'affaires étroites avec ces villes. Son port est un des débouchés principaux du pastel toulousain. Or les milieux du pastel, les marchands qui ont fait fortune et leurs facteurs, accueillent très favorablement la Réforme20. L'imperméabilité du négoce narbonnais à l'hérésie tiendrait-elle au fait qu'il se déplace peu, Narbonne pratiquant surtout un commerce passif ? On a souligné en effet la corrélation étroite entre les voyages d'affaires des marchands et l'adhésion au protestantisme. Mais les négociants étrangers se déplacent et l'on voit des Toulousains, des Lyonnais, résider à Narbonne21. Il n'y a pas d'imprimeur en ville, mais un libraire y est installé avant 150022. Le livre circule depuis longtemps. De même, les courants migratoires ne laissaient pas Narbonne à l'abri de la contamination huguenote. La vallée de la Garonne, les pays en arrière de la Montagne Noire d'où partent de nombreux candidats à l'installation, sont des bastions de la nouvelle religion.

  • 23 Cf. infra, chap. X.
  • 24 À cause de cela aussi, peu de gens du Narbonnais participent aux guerres d'Italie et de la premièr (...)
  • 25 Cf. chap. précédent.
  • 26 Cf. les Juer, chap. X.

11Un ensemble d'autres caractéristiques de la société et de facteurs spécifiques à Narbonne ont pu jouer en sens contraire. Le redémarrage économique de la première moitié du xvie s. ne se traduit pas par un renouveau de la production artisanale qui attire les hommes et les idées. Plus significatifs paraissent être la faiblesse de la noblesse urbaine et rurale, l'influence italienne ou espagnole, les liens de dépendance à l'égard du pouvoir religieux ou politique. Le Narbonnais se caractérise dans la première moitié du xvie s. par une noblesse rurale peu nombreuse ; surtout, par une noblesse urbaine en voie de formation qui n'a pas encore étendu son emprise sur les campagnes environnantes23. L'adhésion de familles nobles bien implantées en certaines régions comme la Guyenne, le Quercy, ou le Gévaudan, a fortement contribué à favoriser la propagation du calvinisme. La démobilisation de nombreux nobles à la paix de Cateau-Cambrésis, l'engagement de hobereaux désargentés dans l'aventure religieuse, ont puissamment contribué à alimenter le conflit et à lui donner la forme de guerre qu'il prit. Or, on n'aperçoit rien de tout cela en Narbonnais. Les individus et les familles qui sont en train de passer dans la noblesse, au moins en ville, sont issus du grand commerce, tous fortunés. Aucun d'entre eux ne possède de seigneuries dispersées aux alentours ou de fortes positions dans les communautés rurales qui lui permettrait d'imposer sa foi, n'a une situation acquise depuis suffisamment longtemps ou de prestige pour jouer un rôle de leader et rallier à son lignage une masse d'obligés. De même, le personnage du nobliau de campagne n'existe pas ou peu en Narbonnais à cette époque-là. Les rares individus que les documents nous donnent à voir comme les de Goudail à Ouveillan, sont les descendants de marchands qui ont réussi et sont d'importants propriétaires terriens24. Ces familles, dont on a vu l'ascension, entretiennent des liens étroits, autant d'intérêt que de conviction, avec l'archevêque. L'exemple des salins me paraît très significatif25. Il y avait un risque considérable à se couper de sources de revenus sur lesquelles une partie des fortunes avaient été bâties ; auxquelles s'ajoutaient des fonctions qui garantissaient une influence considérable dans la contrée, comme celle de viguier de l'archevêque26. Il en est de même avec le chapitre Saint-Just. Celui-ci contrôlait trop de bénéfices, de dîmes... pour qu'on puisse le braver sans dommage.

  • 27 La fille du baron de Fourquevaux, par exemple, est abbesse du couvent de Notre Dame des Olieux de (...)
  • 28 Cf. infra, chap. X.

12Deux autres facteurs n'ont peut-être pas été sans incidence : la fonction du gouverneur de la place de Narbonne, créée en 1531, prend vite de l'importance. La qualité des personnages à qui est confiée cette charge y contribue : Anne vicomte de Joyeuse, lieutenant de Anne de Montmorency au gouvernement du Languedoc, et le baron de Fourquevaux. Les gouverneurs résident peu à Narbonne. Mais leur ascendant est réel et les Joyeuse recruteront à Narbonne certains de leurs partisans les plus dévoués. Les contacts permanents qu'ils maintiennent avec le conseil de ville et les principales familles, leur intervention non déguisée dans les élections consulaires, développent des fidélités qui n'ont pas été sans effet pour s'opposer aux séductions de la religion réformée27. De même, l'arrivée en Narbonnais entre 1550 et 1560 à la suite des Fregoze qui obtiennent l'abbaye de Fontfroide d'Italiens immédiatement intégrés à la vie locale, renforce les soutiens au papisme28. La densité des échanges commerciaux et humains avec la Catalogne et l'Espagne en général joue en ce sens également.

  • 29 GACHES, Mémoires... p. 463.
  • 30 Mais il serait intéressant de savoir dans quels milieux se recrutent les quelques religionnaires q (...)

13On peut opposer à chacun de ces arguments des exemples qui ne plaident pas en leur faveur. Ainsi, Janus Fregoze est entouré d'une cour d'Italiens à Agen où il est évêque, dont le célèbre Scaliger et le poète Bandello. Cela n'empêche pas le calvinisme de se diffuser et de s'y implanter solidement. Le principal opposant narbonnais au parti dominant favorable à la Ligue, qui se range du côté de Montmorency, le sieur Delort, est marié à une Pogio arrivée de fraîche date en Narbonnais, et Gaches dans ses Mémoires, ne narre-t-il pas l'installation à Castres en 1596 d'un ministre italien qui vient de La Rochelle29. Mais un facteur isolé ne suffit pas à rendre compte du succès ou de l'échec de la nouvelle religion. À Narbonne, les structures de la société et du pouvoir paraissent déterminantes pour expliquer les raisons qui maintiennent la ville dans le giron du papisme30.

B / LES PREMIERS TROUBLES

  • 31 En 1563 des expéditions sporadiques de religionnaires seraient menées vers Cuxac. Il paraît y avoi (...)
  • 32 Dr. PROUZET, (1975) p. 24.
  • 33 Ginestas, Fonds Teilhan, Saint-Nazaire 1570 ; G. LARGUIER, (1977) p. 84.
  • 34 A.M.N., BB 3, f° 207 v°, 20 mai 1574.
  • 35 Ibidem, BB 3. f° 203.
  • 36 Ibidem, f° 258 v°, 13 juin 1575.
  • 37 Ibidem, 17 juillet 1575, f° 269 ; f° 293 v°, le 25 septembre le rateau qui barre l'entrée du port (...)
  • 38 Sur les alarmes, J. TISSIER, (1900) 1581, documents n° 54, 56, 57 ; mars-avril 1585, documents 59, (...)

14Le Narbonnais est seulement agité en 1562 par l'armée qu'assemble le vicomte de Joyeuse pour aller déloger Jacques de Crussol qui s'était avancé jusqu'à Lespignan31. Les luttes entre catholiques et protestants qui se déroulent à Limoux et dans le diocèse d'Alet, dans la Montagne Noire, en Lauragais, ne s'étendent pas. Narbonne n'en subit que des gênes indirectes ; pour le transport des marchandises32. Il faut attendre 1570, la chevauchée des troupes huguenotes conduites par l'amiral de Coligny et Montmorency à travers le Languedoc, pour que le Narbonnais connaisse les premières destructions. Elles sont légères car la troupe passe vite. Une expédition à la recherche du ravitaillement ici, comme dans les Corbières, une métairie isolée ou un moulin détruit là, comme celui de Saint-Nazaire qui appartenait à l'abbaye de Fontfroide33 ; le mal n'est pas trop grave. L'agitation et les combats se rapprochent en 1573. Le Narbonnais connaît les premiers engagements sérieux. Montlaur est prise, les religionnaires sont très présents dans les Corbières, s'emparent de Bize le 24 décembre 1573. Ils restent maîtres de la place de longs mois. Le baron de Fourquevaux échoue à les déloger. De là, ils multiplient les sorties, « courent près de Narbonne pour empêcher la récolte »34, parviennent même à pénétrer dans Cuxac et à s'y maintenir. Le danger est aux portes de Narbonne. Car début mars 1574 des compagnies de soldats traversent l'Aude, viennent s'établir à Coursan et Vinassan où ils tuent le bétail à laine et commettent mille exactions35. L'inquiétude est réelle à Narbonne qui mobilise pour placer des garnisons dans les villages et prévenir l'avancée des ennemis ; sans grande efficacité car ceux qui tiennent Bize et Cuxac sortent à peu près comme ils l'entendent, perpètrent des « meurtres et massacres de gens catholiques »36. Narbonne vit quelques mois d'alarmes permanentes, dans la hantise d'une attaque par surprise ou d'une conquête par traîtrise. Les rumeurs complaisamment colportées et déformées, les avis quotidiens adressés par ceux qui ont des intelligences dans le camp adverse, paraissent trouver leur confirmation dans une série d'incidents : le maître serrurier Masse Hamelin est surpris en train de mesurer la hauteur des murailles près de la porte Saint-Paul ; le jour de la fête saint Paul de carême, des portefaix pénètrent en ville avec des balles qui contiennent des noisettes, affirment-ils. Inspection faite, on s'aperçoit qu'elles sont bourrées de lames d'épées37. Cette année-là, on ne laisse pas entrer les marchands forains venus pour la foire dans la ville ; ils déballent leur marchandises à l'hôpital de la peste à la Malhole38.

  • 39 A.M.N., BB 5, f° 23, 21 mai 1585.
  • 40 Dr. PROUZET, (1975) p. 32-33. Acceptation du conseil de Narbonne de payer pour les vivres de l'arm (...)
  • 41 Ibidem, BB 3, f° 145, 8 février 1573.
  • 42 A.M.N., BB 4, P 14, on lui fera don de ‘mangalhes exquises’. Ibidem, f° 76 v°, 18 août 1577 ; P 98 (...)
  • 43 C. DOUAIS, (1891) p. 27.
  • 44 Il suggère de « députer commissaires, gens de bien et d'autorité pour en informer secrètement ».
  • 45 A.M.N., BB 5, P 128, 2 mars 1589, déclaration de noble Joachim de Trégoin seigneur de Malvezy et d (...)
  • 46 Cf. infra, D.
  • 47 Toute tentative pour faire une évaluation précise des pertes humaines est vouée à l'échec. Les mém (...)
  • 48 Cf. GACHES, Mémoires... p. 182.

15Pendant une dizaine d'années, la chronique retient quelques faits d'armes. Mais le Narbonnais traverse sans trop de dommages la première phase des guerres de religion, jusqu'en 1585 où le duc de Montmorency est traité « d'ennemi juré de la ville »39. Malgré l'engagement de Narbonne du côté de la Ligue, dès sa formation, une certaine modération prévaut. La région ne connaît pas ces oppositions irréductibles qui jettent une partie de la population contre l'autre en des expéditions sanglantes, des massacres à venger, qui se renouvellent dès qu'un camp reprend espoir et pense pouvoir l'emporter. Les clivages existent. Ils ne vont jamais jusqu'à dégénérer en des tentations d'élimination physique des gens du parti contraire. On se contente de demander que les huguenots soient consignés chez eux et surveillés ; au pire, on les expulse. Le faible nombre des religionnaires explique cette attitude, ainsi que la retenue dont ils font preuve en pays audois. La personnalité et l'attitude du vicomte de Joyeuse et de Montmorency n'y sont pas étrangères. Ils ne sont pas de ceux qui attisent les passions. En 1572 par exemple, à la nouvelle de la Saint-Barthélémy, ils s'emploient à éviter que le sang coule en Languedoc40. La formation de la Ligue à laquelle adhère immédiatement Narbonne ne creuse pas d'un coup un fossé entre les deux partis. On continue à discuter, à entretenir une correspondance. Les demandes d'aide de Montmorency ne sont pas systématiquement rejetées41. En septembre 1576, le conseil de ville s'apprête à recevoir Damville avec les plus grands égards42, on accède à ses demandes de ravitaillement et de subsides jusqu'en 1585 où la rupture est consommée, on garde des appuis dans l'autre camp et on se ménage. Barthélémy Baliste cloue au pilori l'attitude de la noblesse qui se glorifie du titre de catholique et d'être au service du roi : « elle faict la guerre lachement, communicque familièrement avec l'ennemy ; parlent mengent et boyvent ensemble, trafficquent, négocient et partagent entre eulx les butins et s'espagnent les ungs et les aultres pour raison des parantelles, aliences ou amytiés qui sont entre eulx... »43. L'avocat érudit souligne la puissance des parentèles pour stigmatiser l'attitude ambiguë, qui lui paraît relever de la duplicité, des membres de la noblesse44. Le Narbonnais leur doit en partie la paix relative qu'il connaît. On ne s'y étripe pas. Les heurts proviennent davantage d'une compétition à l'intérieur du groupe dirigeant, d'une lutte pour le pouvoir et de renversements d'alliances. Les déclarations en faveur du ‘saint parti’, répétées constamment, ne doivent pas faire illusion. Le front en sa faveur est moins monolithique et solide qu'il se proclame. Il faudra l'enjeu dynastique pour que le ton change, que la lutte devienne âpre45. C'est à partir de là, d'ailleurs, et lorsque le Narbonnais est au centre des combats, que s'exercent les violences contre les personnes. L'exemple de Jean de Barri gouverneur de Leucate exécuté alors qu'il était prisonnier est resté célèbre à cause de sa femme, Françoise de Cezelli, qui refusa de livrer la forteresse contre la vie de son mari. Il est isolé. On lui faisait payer davantage le fait d'avoir changé de camp et de s'être rangé du côté de Montmorency que de faire peser une grave menace sur les arrières de Narbonne. À l'égard de noble Jean-François Delort de Sérignan, le seul qui à Narbonne se soit ouvertement déclaré pour Montmorency, on usa de représailles plus traditionnelles : vol de bétail, ravage de terres et de sa métairie de Lebrettes46. Les pertes humaines pour fait de guerre dans la population urbaine et rurale sont limitées en Narbonnais47. Pendant cette longue période d'observation et d'engagements épisodiques, cependant, à peu près tous les caractères que prendra la guerre au plus fort de son intensité sont déjà présents. La ville n'est jamais sérieusement menacée. Ses remparts, ses mortes-payes mobilisées en permanence pour les garder, les soldats qui y étaient constamment stationnés, la rendaient hors d'atteinte des troupes et de l'artillerie réunies par l'adversaire. Il fallait des centaines, voire des milliers d'hommes, des dizaines de volées de canons, être dix assaillants contre un défenseur pour emporter de modestes villages dépourvus de fossés, d'où la hantise d'une complicité à l'intérieur. Malgré l'inquiétude permanente, les Narbonnais n'eurent jamais l'occasion d'entendre le « Tue, tue, ville gagnée »48 des assaillants entrés nuitamment par ruse ou escalade en 25 ans de guerre. Sûrs de la fidélité des habitants et de l'invulnérabilité de la place, les Joyeuse n'y feront de 1570 à 1575 que de brefs séjours. Ils seront beaucoup plus souvent dans la haute vallée de l'Aude, du côté de Toulouse, voire à Carcassonne. Montmorency d'ailleurs laissa Narbonne à la Ligue et ne chercha jamais à l'attaquer sérieusement. Il se contentera de faire ravager le terroir et les villages des environs.

  • 49 G. LARGUIER, (1977) p. 43-44.
  • 50 Ibidem, p. 47.
  • 51 C. DOUAIS, (1891) p. 27. La ville ne met guère plus d'enthousiasme à accueillir des soldats. Elle (...)

16Les zones rurales paient un tribut beaucoup plus lourd. Il faut relever les remparts, amasser des provisions de guerre, résister aux soldats. La notion même de parti est relativement secondaire pour les villageois. Le poids de la guerre est davantage dans le coût que représente l'entretien ou le désintéressement des soldats que dans les dommages causés aux immeubles et aux récoltes. Les Ouveillanais réparent une première fois leurs murailles en 1567, puis abattent trois ans après les maisons et les bergeries accolées aux remparts construites depuis la fin du xve s. et pensent rétablir les fossés qui entourent le village49. Damville annonce en 1576 l'envoi d'une garnison de 50 hommes. Le conseil général de la communauté s'assemble aussitôt, ne trouve comme solution que de mettre en vente les biens du purgatoire. Toutes les parcelles ne trouvent pas preneur. Damville consent à se contenter des 4 761. que produit la vente et n'envoie pas de soldats. Trois ans après, une troupe aux ordres de la Ligue commandée par le capitaine Barin dévaste le terroir d'Ouveillan, s'empare du bétail, « massacroit les gens ou les entrainoit de force ». La communauté dépêcha une députation pour tenter d'amadouer le capitaine. L'alternative était simple : la guerre ou la contribution de 80 setiers d'avoine et 50 écus d'argent par mois jusqu'à la fin du mois de mai. Il fallut s'exécuter50. Ces pratiques sont monnaie courante. Dans le mémoire qu'il rédige en 1573, Baliste n'en fait pas mystère : « on noyt jamais parler de si estranges concussions, pilleries et rançonnements qui se font sur les subjectz du Roy par les gens de guerre et ceulx qui les commandent, lesquelles surpassent les violences mesmes des ennemys ; dont advient que plusieurs villes et les lieux ayment mieux recepvoir l'ennemy qu'endurer les faiçons de faire des nostres »51.

  • 52 Engagé du côté de Montmorency, Mazamet participe aux occupations de Bize. Un de ses principaux fai (...)

17On ne connaît pas la composition des troupes ni la manière dont elles se recrutent. L'image du soldat qui nous est renvoyée est toujours la même : un être sans visage, sans nom, sans âge, sans origine, toujours violent, capricieux, dur, débauché. Le soldat n'a pas d'existence sociale. Seuls les capitaines qui commandent -mal- les troupes sont un peu mieux identifiés. Parmi ceux qui opèrent en Narbonnais, plusieurs sont de la région. Les deux frères Molinier, alias Turenne, sont de Mailhac, le capitaine Fabre, de Saint-Paul-de-Fenouillet, Mazamet de la ville qui lui sert de nom et de reconnaissance à la fois. Huguenot, il appartient en effet à cette catégorie de soldats qui sautent la Montagne Noire pour faire de la plaine le théâtre principal de leurs exploits52. Gens du pays, comme probablement la plupart des soldats qui composent leurs troupes, ces capitaines évoluent comme chez eux. Leur origine explique parfois leurs objectifs et pourquoi ils parviennent à se maintenir longtemps quand ils s'emparent d'une localité. Le cas de Bize, pris à plusieurs reprises par les religionnaires ou le parti de Montmorency, en est le meilleur exemple. Les frères Molinier y venaient en voisins d'autant plus facilement que le bourg, à la périphérie du Narbonnais, déjà dans la montagne minervoise, se trouvait exposé aux courses des huguenots venus du nord ainsi qu'au passage des troupes qui allaient et venaient entre Carcassonne et Béziers.

  • 53 C. DOUAIS, (1891) p. 28 ; Journal de Charbonneau... p. 63-64 ; GACHES, Mémoires...

18Dans quels milieux se recrutent ces chefs qui prolifèrent ? Fort peu parmi les petits hobereaux, contrairement à d'autres régions. Il y en eut quelques-uns comme le sieur de Loupian. Ils sont en minorité. Les frères Molinier, le capitaine Fabre, sont des paysans, Mazamet et le capitaine Fornier dit poltron, artisans, l'un maréchal, l'autre serrurier ; Belaigue un prêtre défroqué53 : des ruraux et des citadins, des hommes identiques à ceux qu'ils vont attaquer et rançonner. C'est pourquoi l'ascendant et l'autorité qu'ils ont sur les soldats de leur troupe sont si médiocres. Les capitaines sont obligés de tolérer les vexations que leurs hommes font subir partout où ils s'installent, sinon ils les quitteraient aussitôt. Les capitaines suivent leurs hommes autant que ceux-ci marchent avec eux. Leurs exigences exorbitantes à l'égard des populations viennent de là. Ils parviennent à durer malgré tout. Le capitaine Mazamet écume la région pendant une quinzaine d'années. À travers eux, une question se pose, lancinante, qui vient des origines de la noblesse et de l'engagement des gens du pays dans les guerres. D'origine relativement récente, sans tradition militaire vraiment bien affirmée, elle n'aurait pas de valeur guerrière et peu de goût pour le commandement ? Sa position est très différente de la noblesse batailleuse du Castrais par exemple que nous décrit avec minutie Gaches. Les guerres de religion leur serviront de moyen et d'occasion de se former à la guerre.

  • 54 J. TISSIER, (1900) pièce 42, 11 février 1575, de Barbaira à Capendu l'ennemi arrête et fait des pr (...)
  • 55 A.M.N., BB 2, F 17 v°, 5 août 1565.
  • 56 E. LE ROY LADURIE, (1983) t. II, p. 16-17.
  • 57 Dr. PROUZET, (1975) p. 32.

19Jusqu'en 1585, les blessures encore pas trop profondes sont donc limitées géographiquement et dans le temps. Les campagnes peuvent reprendre leur souffle. Le commerce terrestre subit quelques désagréments autour de Narbonne. Mais les bêtes de somme et les charrettes passent d'habitude sans encombre. Les perturbations se produisent beaucoup plus en Lauragais et sur la route de Carcassonne54. La peste qui sévit à Narbonne et les mauvaises récoltes contribuent autant à alourdir la conjoncture. Le Narbonnais connaît deux moments sérieux de difficultés frumentaires de 1560 à 1585 ; le premier en 1565, relativement bref, le second, beaucoup plus long et grave, à partir de 1571. Les hivers semblent commander. Les ‘stérilités des blés’ sont associées essentiellement à des hivers rudes. Celle de 156555 vient après des froids excessifs qui gèlent le Rhône à trois reprises en moins de 2 mois. La pénurie de 1571-1575 coïncide avec une série d'hivers glacés56. L'hiver 1571 est d'une rigueur sans égale. Tout gèle, les oliviers, les figuiers. Les 11, 12 et 13 janvier la neige ensevelit le pays, crève les toits, fait des lézardes aux murs, provoque l'effondrement des maisons, comme seule sait le faire la neige lourde qui tombe quand la perturbation vient de la mer, et reste sur le sol jusqu'à la mi-février. L'été qui suit, torride et sec, accentue le désastre57.

  • 58 A.M.N., BB 2, f° 30, 11 décembre 1565 ; Monsieur Deapchier livrera 3 000 setiers ; la moitié en ja (...)
  • 59 Ibidem, BB 2, F 61 v°, 31 mars 1566.
  • 60 Le droit de cosse se levait sur les blés apportés au marché par les étrangers, il s'élevait à 1/32(...)
  • 61 G. et G. FRECHE, (1967) p. 45.
  • 62 Trois compagnies du régiment de Salaboz.

20À la fin de l'automne 1565, les consuls s'inquiètent de la 'pénurie de blé' et songent à constituer des réserves58. Au printemps suivant, ils sont encore plus fébriles, empruntent aux habitants les plus aisés autant qu'ils le peuvent pour acheter du blé, désignent une commission chargée d'aller à Toulouse, en Lauragais, en Provence... en tous lieux où il pourra se trouver des grains59 et font la remise du droit de cosse aux étrangers qui apporteraient du blé sur le marché60. En fait, la situation à Narbonne était moins préoccupante que ne le laissent penser les délibérations alarmistes du conseil de ville. Les livraisons se faisaient au prix de 3 l. 15 s. le setier, soit au même niveau que l'année précédente et 6,6 % de plus que sur le marché toulousain61. Fin mars, on faisait vendre le blé à 4 l. le setier, 2 sols de plus qu'à Toulouse - +2,5 % -. La différence s'était un peu atténuée. Ce prix, légèrement inférieur à ce qui se pratiquait en ville, servait à freiner les velléités spéculatives. On ne peut pas parler de pénurie ni de fièvre ; à peine de tension. La réaction des consuls vient de l'obligation dans laquelle ils se trouvaient de loger des troupes dans la ville62. 1565 marque le début des répercussions directes de la guerre sur les prix et l'approvisionnement. Elles dénotent une certaine fragilité de la situation frumentaire narbonnaise. Les prix ont tendance à s'élever plus rapidement qu'à Toulouse, le blé arrive assez difficilement. Narbonne aux deux tiers du xvie s. n'est pas encore un port du blé qui reçoit facilement des secours de l'intérieur et, en cas de besoin, de la mer.

  • 63 A.M.N., BB 3, P 28, 8 février 1571.
  • 64 Ibidem, P 48 ; cet approvisionnement « est très requis et nécessaire, causant la faulte des bledz (...)
  • 65 Ibidem, f° 53 v°, 1er septembre 1571.

211567 amène la détente et quatre années de bas prix du blé avec l'exceptionnelle récolte de 1568 qui fait tomber le setier de blé au mois de juillet à moins de 2 1., ce qui ne se reproduira jamais plus. La pénurie qui s'annonce en 1571, par contre, est beaucoup plus grave. Déjà, dans l'hiver précédent, on surveillait les sorties de grains et les consuls s'opposaient aux embarquements qu'avait autorisés le baron de Rieux63. Le 1er juillet 1571, alors que la coupe des grains était à peine commencée, le conseil de ville se réunissait pour décider d'emprunter 10 000 l. destinées à acheter de toute urgence du blé64. Les promesses de livraison n'ayant pas donné les résultats escomptés, le conseil adopta une autre méthode. Ceux qui s'engageaient à fournir du blé recevraient une indemnité. Aymeric Rigaud, le directeur du grenier à sel, promit ainsi de trouver et de faire conduire dans la ville 2 000 setiers moyennant 500 l., ce qui revenait à accorder une subvention de 5 sols par setier -environ 6 %65 -. Mais cela ne suffisait pas à attirer le blé. Le 28 février, on envoya des gens le long de la côte jusqu'à Montpellier pour en trouver. Ils revinrent bredouille. Le 11 mars, le patron Syris Martinenc reçut mission d'aller jusqu'en Provence. Le gouverneur et l'archevêque offrirent d'avancer les sommes nécessaires pour le voyage. Le patron fut heureux de pouvoir ramener 500 setiers de Tarascon. Cette petite cargaison était la bienvenue car la soudure s'annonçait difficile. Les prix montèrent encore de 15 % entre mai et juillet.

  • 66 Ibidem, f° 109, 31 août.
  • 67 Ibidem, f° 104, devant la protestation des habitants, les soldats seront logés dans les hôtellerie (...)
  • 68 Ibidem, f° 118, 7 décembre 1572.
  • 69 GACHES, Mémoires... p. 131, la neige tombe en abondance le 25 décembre, l'Agout gèle.

22La récolte de 1572, aussi décevante que la précédente, interrompit pratiquement le commerce. Le fermier de la leude demanda une indemnité pour compenser ses pertes. Tous ceux qui disposaient de quelques sacs de grains les conservaient précieusement. Le commerce s'interrompit pratiquement66. Certes, une fois encore, se reproduisait la conjonction du déficit frumentaire, des compagnies de soldats à loger67, et de l'afflux des pauvres. Mais la pénurie n'était pas totale. En cachette, les blés s'achetaient à Coursan en vue de l'exportation68. Le froid qui s'abat sur la région dès le mois de décembre favorise encore la spéculation69. La hausse culmine en avril 1573. Le blé coûte le double de ce qu'il valait au mois d'août précédent et dépasse 10 l. le setier.

  • 70 Ibidem, f° 273 v°, 25 juillet 1575.

23La fièvre ne retombe qu'au début de l'automne suivant, lentement. Les grains restent chers. Le blé ne repasse au-dessous de la barre de 4 l. le setier qu'en mai 1574 et pour quelques mois seulement. Dès le printemps 1575, les cours bondissent à nouveau. Fin juillet, le prix du blé est déjà anormalement haut, le blé commence à manquer au marché. Les consuls menacent : une recherche générale des grains sera entreprise dans toute la ville. Ceux qui ont chez eux des quantités supérieures aux besoins de leur consommation devront apporter au marché de l/10e à 1/15e de leurs réserves70. Mais les craintes s'avèrent exagérées. La flambée des prix que l'on redoutait ne se produit pas. Au plus haut ils seront 7 à 8 % plus cher qu'en juillet, rien que de très normal.

24Le Narbonnais ne subit donc pas de situation frumentaire détestable en dehors du début de la décennie 1570 où la puissante hausse du prix des grains commencée en 1550 culmine avec la plus grave pénurie qui se soit produite depuis un demi-siècle. La guerre joue un rôle secondaire dans les variations de prix, les causes psychologiques ont une importance supérieure. La crainte du soldat et des bouches supplémentaires à nourrir influence davantage que les opérations militaires, les ravages, ou les entraves au travail de la terre.

C / LE NARBONNAIS, FRONTIÈRE ENTRE DEUX LANGUEDOCS

  • 71 Journal de Charbonneau... p. 26.
  • 72 Idem, p. 29.

251585 marque un tournant. Le pays ne jouissait pas d'une paix parfaite dans les mois qui précèdent. Des vols et des rapines s'y commettaient journellement ; principalement dans la zone disputée de l'est du Narbonnais. Il y avait beaucoup de brigandage du côté du Pas-du-Loup par exemple, sur le grand chemin de Narbonne à Béziers, entre Coursan et Nissan, à la frontière des deux camps71. À l'occasion, on parvenait bien à se saisir de quelques détrousseurs, tel ce La Caze de Béziers, souteneur de filles de mauvaise vie qui était allé établir la base de ses méfaits à Olargues, d'où il sortait pour courir la campagne et voler dans les métairies proches de Narbonne. Le personnage témoigne pour une géographie du brigandage né des circonstances, qui s'ajoute aux chevauchées plus épisodiques, mais effectuées en troupe par des gens d'armes. Arrêté avec un complice, La Caze eut la tête tranchée le 31 décembre 158372. Mais ces supplices prestement prononcés et exécutés n'en imposaient guère. On ne risquait pas davantage sa vie en se faisant voleur qu'en s'engageant dans une compagnie pour courir au combat.

  • 73 Idem, p. 38.

26Dans le courant du mois de novembre 1584, le sieur de Bruyères, installé à Coursan pour Joyeuse, lançait une série d'incursions en direction de Béziers d'où il ramenait des prisonniers. Irrité, Montmorency commandait une opération de représailles. Deux cents gens d'armes et 500 arquebusiers fondaient sur Coursan, investissaient le lieu par surprise, pillaient sans s'occuper de Bruyères retranché dans ce qui servait de fort, repartaient aussitôt avec les chevaux des gens d'armes et tout le bétail des paysans qu'ils avaient pu saisir et traîner derrière eux. Le tout fut vendu à l'encan à Béziers et partagé entre tous ceux qui faisaient partie de l'expédition73. Simple escarmouche pour l'instant. Le climat semblait plutôt à la détente. La mort du duc d'Anjou, l'héritier présomptif de Henri III, le 10 juin 1584, créait une situation particulièrement délicate pour Henri III qui n'avait pas d'héritier mâle. Le trône, en vertu des lois fondamentales de la monarchie, devait échoir à Henri de Navarre. Or les Guise, appuyés par l'Espagne, se faisaient de plus en plus envahissants. Le souverain chercha à composer avec Montmorency avec qui ses relations n'étaient pas bonnes afin que les hostilités s'arrêtent en Languedoc. Fin décembre, la paix était signée entre les deux adversaires qui paraissaient disposés à tenir leurs engagements. Montmorency et Joyeuse licenciaient leurs troupes.

  • 74 Pour Charbonneau la raison serait que M. de Rieux revenait de la Cour portant commission du roi d' (...)

27Mais l'apaisement fut de courte durée. La Ligue se reconstituait, après le traité de Joinville signé avec l'Espagne le 31 décembre 1584, pour faire appliquer « la loi fondamentale supérieure et antérieure à la loi salique » qui prétendait que le roi devait être nécessairement catholique. Narbonne qui jusque-là, même au plus fort des précédentes crises, n'avait jamais vraiment rompu les relations avec le duc, se prononça franchement à la suite du maréchal de Joyeuse pour la Ligue, durcit sa position et abandonna tout esprit de composition. Le 18 mai, les consuls prenaient la décision de refuser l'entrée de la ville au baron de Rieux. Craignaient-ils des représailles à la suite de l'affaire d'Alet ? Les religionnaires de cette ville exilés depuis 1583 venaient d'être massacrés aussitôt après être retournés dans leur maisons sous la protection de Montmorency74. En tout cas, ils étaient sur leurs gardes. Trois jours après, le duc de Montmorency était traité 'd'ennemi juré' en plein conseil de ville.

  • 75 H. L., t. IX, p. 729.
  • 76 On le sait, cela ne fut pas suivi d'effet car les officiers refusèrent d'obéir.
  • 77 J. TISSIER, (1900) pièces 98 et 101.

28Les Ligueurs, forts du soutien de Philippe II et sûrs de pouvoir compter sur celui du nouveau pape Sixte Quint, accentuent leur pression. Le 7 juillet 1585, l'édit de Nemours portait que le catholicisme serait la seule religion admise dans le royaume. Le 9 septembre une bulle de Sixte Quint prononçait la déchéance du roi de Navarre au trône. Montmorency retombait une nouvelle fois en disgrâce, se voyait retirer tout pouvoir de commander en Languedoc et interdire l'entrée de Narbonne. Henri de Navarre et les protestants ne pouvaient accepter ce traité ainsi que les conséquences qui en découlaient. Damville annonça ouvertement ses intentions à la fin des États réunis à Béziers où il avait plaidé la fidélité au roi et le refus de soutenir la Ligue : « l'orage de la guerre va infailliblement tomber sur la province de Languedoc »75. Le 31 juillet, le parlement de Toulouse enregistre l'édit de Nemours. Dès lors, la rupture est consommée. Tout va dans le sens d'une partition du Languedoc en deux, un Haut-Languedoc ligueur et un Bas-Languedoc politique. Le souverain ordonne que la Cour des Aides, la Monnaie et même l'Université quittent Montpellier et aillent s'installer en Haut-Languedoc76. Les Narbonnais espéraient que la Chambre des Comptes viendrait se fixer chez eux. Joyeuse n'obtint que la Monnaie77.

  • 78 Il ne fait pas mystère aux États qu'il assemble à Pézenas, qu'il prendrait tous les deniers public (...)
  • 79 Montmorency percevait déjà la ferme des salins de Peccais.
  • 80 A.D.A., 71 C 1 et 2. États généraux des recettes des droits forains de la province de Narbonne, sé (...)
  • 81 Cette monnaie est établie en mai 1586. Une autre avait été préalablement ouverte à Beaucaire.

29Menacé de voir la partie du Languedoc qu'il tenait dépouillée de tout, isolée, en passe d'être privée de ressources, Montmorency fit flèche de tout bois. Il percevait déjà les impôts pour son propre compte. La captation de ce qu'il pouvait recueillir devint plus systématique78. Dès le mois d'août un grenier à sel est établi à Saint-Pons avec défense d'aller se ravitailler à Narbonne79 ; les officiers de la foraine des ports de Sérignan, Agde et au-delà arrêtent de faire parvenir leurs recettes au siège de Narbonne80. De même, une Monnaie fut établie à Béziers pour faire concurrence à celle de Narbonne81.

30Deux Languedocs sont face à face, dont le Narbonnais est la frontière et le principal théâtre d'affrontement où les adversaires tentent de se prendre à la gorge. La guerre prend un tour nouveau, change de caractère, ou plutôt prend une dimension qu'elle n'avait jamais eue jusque-là. La forme des combats et la zone où ils se déroulent sont largement commandées par les deux verrous que constituent Narbonne et l'Aude. Les incursions vers le sud de la ville et le franchissement du fleuve sont périlleux. Toute sortie ou contre-attaque peut prendre au piège et intercepter une troupe imprudemment avancée. C'est pourquoi le va-et-vient des soldats, les prises de villages et les escarmouches se déroulent principalement entre le cours inférieur de l'Aude et les montagnes, l'Orb et le Minervois. Mais la lutte, c'est l'originalité de cette période, ne reste pas confinée sur terre, sort du cadre continental et provincial où elle se cantonnait jusque-là. Elle s'ouvre à la mer. Ces entreprises déployées sur l'eau ne seront que piqûres d'épingle. Beaucoup plus importante et significative, bien qu'apportant autant de désillusions qu'elle avait fait naître d'espoirs, est l'intervention espagnole pour soutenir le parti du maréchal de Joyeuse. Narbonne concentre sur elle toutes les phases et les modalités de la guerre.

31À tout bien considérer, vu de haut, ce qui frappe dans les différentes poussées belliqueuses et ‘d'échauffement’ de la guerre -la similitude dans le langage des chroniqueurs contemporains des termes employés pour caractériser l'épidémie et la guerre est très suggestive- est la faiblesse des belligérants incapables de se maintenir durablement hors de leur sanctuaire et d'obtenir jamais un avantage décisif. Les Joyeuse, qui paraissent disposer de meilleurs atouts au départ, ne se montrent guère offensifs, répliquent aux attaques de leur adversaire, mais plutôt mal. Manque de génie militaire, de suite dans la conduite de la guerre à cause des deuils qui déciment la famille ? Les deux peut-être. Montmorency, qui a pour lui la durée, entreprend davantage, mais vite essoufflé, manquant de moyens, ne pousse jamais assez loin. Ce n'est pas en Languedoc que se jouent les premiers rôles ni que se décide le sort de la guerre. L'action se déroule sur deux scènes : le cône largement ouvert au nord de Narbonne, la principale, et la mer, en contrepoint ; en deux phases d'opérations, 1585-86 et 1589-92, où le pays subit la soldatesque et les ravages, entrecoupées d'une période de relative accalmie. La guerre s'achève en Languedoc plus tôt qu'en d'autres régions voisines. Les coups du sort qui s'abattent sur la famille de Joyeuse précipitent leur défaite et la fin des hostilités.

  • 82 J. TISSIER, (1900) pièce 78, 19 août 1585. Du bétail appartenait à monsieur Baliste, Journal de Ch (...)
  • 83 J. TISSIER, (1900) 20 août, pièce 79 ; 24 août prise du domaine de Vires, pièce 83. Le 7 septembre (...)
  • 84 Ibidem, pièce 89, 29 août 1585, Bernard et Jean Fabre bourgeois de Narbonne sont fait prisonniers  (...)
  • 85 Ibidem, pièce 91.
  • 86 Ibidem, pièce 103.

32Commencées par des courses brèves, de simples chevauchées d'intimidation, les opérations militaires s'intensifient progressivement. Au début, ce ne sont que des coups de main comme celui que mènent le 15 août 1585 400 partisans de Montmorency contre Cuxac, sans autre résultat que d'enlever le bétail qu'ils trouvent sur leur passage82. La tactique change vite. Montmorency décidé à occuper le pays et à gêner autant que possible Narbonne, fait tenir les points de passage. Des groupes, quelques dizaines d'hommes à pied et à cheval, s'embusquent près des routes, aux abords des ponts qui mènent à Narbonne, interceptent les chevaux, font des prisonniers, se répandent dans la campagne, s'emparent de domaines isolés83. Le but, de part et d'autre, manifestement, n'est encore que de faire le plus de prises qu'il est possible, de manière à pouvoir libérer ses propres partisans tombés dans les mains ennemies84. On ne recherche pas le contact ni à se mesurer à l'adversaire. Narbonne, pourtant, n'est pas à l'abri d'un coup de main. Un matin, 60 à 80 chevaux viennent donner une charge contre la barrière de la porte de Bourg85. Les entreprises, désordonnées, sont conduites sans plan d'ensemble. Les gens de Montmorency, par formations de quelques dizaines ou de 200 à 300 chevaux et fantassins, parcourent la partie nord de la plaine en toute impunité et malgré l'interdiction du duc courent sur le bétail des paysans. Leurs cibles ne sont pas toujours dues au hasard. Ils s'attaquent à la métairie du Terrai dans le terroir d'Ouveillan qui dépendait du monastère de Fontfroide, ils avancent dans la nuit du 3 au 4 octobre jusqu'au terroir de Mandirac, près des salines et des terrains de pacage où paissait le gros bétail appartenant aux plus riches propriétaires qui faisaient l'opinion et la politique de la ville, et causent des pertes pour plus de 4 à 5 000 écus, « la plus grosse perte que les habitans de ces villes et diocèses ayent fayt pour une fois depuy vingt ans »86. Les manants hésitent à franchir la porte de leur village de peur d'être surpris ; les semailles subissent du retard et sont sérieusement entravées.

  • 87 Journal de Charbonneau... p. 57.
  • 88 Ibidem, p. 51.
  • 89 J. TISSIER, (1900) pièce 107.
  • 90 Ibidem, 7 janvier 1586, pièce 110. À ces plaintes répondent celles des habitants de Puisserguier e (...)
  • 91 Journal de Louis Charbonneau... p. 57.

33Ceci n'était que hors-d'œuvre. Montmorency masse des troupes et prend l'offensive à la mi-décembre. Villespassans, Agel, Aigues-Vives, Bize, Mirepeisset, Saint-Marcel, Sallèles bientôt, ne tiennent pas longtemps face au canon87. La résistance n'est pas acharnée. Les garnisons mises en place pour éviter la prise des villages sont de véritables fléaux. Tous les témoignages, quelle que soit leur origine, se rejoignent pour reconnaître la dureté de l'occupation des troupes. « Le pauvre peuple était fort rongé de la gendarmerie qui était par tous les villages » narre Charbonneau88. À Capestang, les capitaines mettent à loger des soldats qui « vivent à discreption » et menacent de piller si on ne leur donne pas de l'argent89. Les soldats rendent 25 à 30 maisons inhabitables, font main basse sur l'huile, les meubles des habitants, à tel point que ceux-ci se rendent à Narbonne « faire une telle cryerie et plaincte que les habitans de ceste ville en demeurent tous scandalisés »90. Montmorency entreprend aussi de détruire la paissière de Sallèles, le talon d'Achille de Narbonne pour priver la ville d'eau, ce qui nous ramène aux guerres médiévales deux siècles et demi en arrière et plonge les habitants dans les plus vives alarmes. Ils dépêchent immédiatement un émissaire auprès de lui pour proposer jusqu'à 10 000 écus s'il cesse son entreprise91. Ce n'est pas d'argent dont il avait le plus besoin, mais de blé. Il leur réclame plutôt 3 000 setiers de blé. Sa situation, précaire en effet, l'empêcha de mettre à profit les fidélités chancelantes et de capitaliser ses premiers succès. La récolte de 1585, très moyenne en Haut-Languedoc, mais suffisante, avait été franchement médiocre en Bas-Languedoc. Malgré cela, Montmorency comptait bien nourrir ses hommes sur le pays. C'est pourquoi il avait donné des ordres pour qu'on ne maltraitât pas trop les villageois. Mais les grains faisaient cruellement défaut partout et il ne conduisait qu'une armée de ventres creux. Est-ce pour ménager ses soldats ou les villageois ? Il ne fit presque rien, ne rencontra d'ailleurs aucune opposition organisée ni soldats du camp adverse, abandonna ce qu'il avait occupé quelques jours auparavant pour se diriger vers le Minervois qu'il espérait moins démuni. Là aussi les bourgs ouvraient leurs portes sans grande difficulté. Pépieux qui entreprit de résister tint quatre jours.

  • 92 Idem, p. 60.

34Mais il ne trouva pas davantage de provisions. Les greniers étaient vides. Non que le Minervois ne disposât plus d'aucune réserve pour passer l'hiver et attendre la moisson suivante. Tous ceux qui disposaient de stocks, les avaient fait porter à l'abri dans les villes voisines92. Précaution devenue une habitude, maintenant, quand la guerre menaçait et que les garnisons venaient s'installer. Faire le vide était la manière la plus sûre de limiter les pertes. Une solidarité de circonstance s'établit ainsi entre les villes réputées imprenables comme Narbonne ou Béziers, transformées en greniers-forts, et la campagne, au moins entre marchands, amis, correspondants et notables villageois, qui contribue à renforcer l'image de la ville opulente, et à faire converger vers elle, dès que la pénurie s'annonce, les pauvres descendus de la montagne. La maladie vient affaiblir encore un peu plus les soldats, qui commençaient à se débander. Un froid intense se mit de la partie qui empêcha de camper. Montmorency ne put tenir longtemps dans ces conditions et se replia sur Béziers sans même s'employer à disposer solidement des garnisons capables de lui garder les lieux occupés. Cette piteuse campagne ne produisit rien. Au moins, parce qu'il n'y eut pas de combats ni trop de pillage, les dommages se limitèrent-ils à peu de choses.

35Les péripéties de cette curieuse campagne mettent à nu les faiblesses de ces tigres de papier quasiment impotents que sont alors le duc de Montmorency et le maréchal de Joyeuse. Celui-ci, qui était à Narbonne au moment de l'avancée du duc, n'avait-il rien essayé de faire ? Encore fallut-il qu'il puisse. Non seulement les Narbonnais essayaient de négocier avec Montmorency et s'apprêtaient à payer cher pour qu'il arrête la destruction de la paissière de Sallèles, mais ils se 'mutinent' contre Joyeuse. Il ne faut pas prendre l'expression de Gaches, toujours prêt à insister sur les difficultés internes des catholiques, au pied de la lettre. La tension n'en fut pas moins réelle entre le maréchal qui désapprouvait les avances faites à son adversaire et la ville. Il se retirera d'ailleurs un moment à Carcassonne. L'incident, mineur, relève plus de la fâcherie que d'une fracture entre Narbonne et la Ligue. Il n'en révèle pas moins, malgré les protestations d'attachement et de fidélité des consuls et conseillers politiques, d'un manque de fermeté de Narbonne lorsque ses intérêts vitaux paraissent menacés. D'un manque de charisme aussi de Joyeuse qui parvient mal à en imposer ?

  • 93 J. TISSIER, (1900) pièce 126, 10 février 1586.
  • 94 Ibidem.
  • 95 Ibidem, pièce 124, 8 février 1586 ; réponse des consuls de Marseille, pièce 133, 8 mars 1586.

36La disette menaçante paralysait les deux camps. Les réserves frumentaires de Narbonne étaient au plus bas. Les consuls exagéraient lorsqu'ils écrivaient à Joyeuse : « il n'y a pas dans cette ville pour nourrir le quart du peuple jusqu'à la moisson »93. La situation n'en était pas moins précaire et annonçait une soudure particulièrement délicate jusqu'à la moisson prochaine. Le transport des grains en provenance du Lauragais et du Toulousain n'avait pu se faire normalement à cause des soldats répandus depuis la fin de l'été le long des routes et aux abords des passages qui conduisaient à la ville. Il restait aux Narbonnais, coupés de l'ouest, les secours venus par mer. Mais les chances d'obtenir des surplus de ce côté-là paraissaient tout aussi aléatoires. Narbonne se heurtait à d'autres obstacles : « Messieurs de Marseille retiennent toutz les bleds qui se presentent en mer »94. Le port phocéen exerçait un véritable monopole et raflait tout le blé disponible. C'est d'ailleurs avec d'infinies précautions que les édiles narbonnais s'adressaient à leurs homologues provençaux pour qu'ils consentent à laisser passer quelques bateaux en direction du golfe du Lion95.

  • 96 Sur les aventures de cette galère : Journal de Charbonneau... p. 54.
  • 97 J. TISSIER, (1900) pièces 137, 293 ; Journal de Charbonneau... p. 64. Gaspard Dot faisait aussi du (...)
  • 98 J. TISSIER, (1900) pièce 125, 15 février 1586 ; Journal Charbonneau... p. 64.

37Narbonne ne resta pas inactive à attendre le bon vouloir de Marseille. Une véritable bataille s'engage sur la côte pour le contrôle du blé. Le capitaine Gaspard Dot, alias Barberoussette, un Provençal qui avait commandé une galère armée par le cardinal de Joyeuse à Marseille96, personnage haut en couleur, à moitié corsaire, qui agissait souvent pour son propre compte, fut envoyé avec deux galiotes au Brescou qu'il réussit à occuper sans coup-férir et où il se fortifia97. De là, il surveillait qu'aucun grain ne soit débarqué à Agde ou vers les zones contrôlées par Montmorency et arrêtait les bateaux qui passaient à proximité. Il eut la bonne fortune de se saisir de trois petites barques chargées de 800 setiers qu'il fit conduire derechef à Narbonne. Ce secours inopiné qu'on n'espérait pas, véritable providence, apporta la détente sur le marché qui en avait bien besoin. Le setier se négociait en effet à 8 l. Le prix du blé chuta d'un coup de 25 sols. On put même se procurer quelques setiers à 4 l. 10 s.98.

  • 99 Journal de Charbonneau... p. 61-69.
  • 100 Du blé arrivait aussi encore par mer à Narbonne. Quatre barques portant 600 setiers étaient dans l (...)
  • 101 Ibidem, p. 74.
  • 102 G. et G. FRECHE, (1967).
  • 103 Journal de Charbonneau... p. 74-75.

38Ces écarts en disent long sur le soulagement éprouvé et l'importance des facteurs psychologiques sur le cours des grains. La détente fut de courte durée. L'étroitesse du marché ne laissait aucune marge de manœuvre, d'autant que les pauvres descendaient en masse de la montagne et affluaient dans toute les villes de la plaine99. Avril, pluvieux, chose rare en Bas-Languedoc, mais qui laissait espérer des épis bien nourris, donc une bonne récolte, ramena le blé de 8 à 6 1.100. Simple reprise de respiration. Une fois encore la pause ne dura qu'un instant. Le marché, cette année-là, décidément, ne parvenait pas à se stabiliser et la mercuriale s'affolait. Le setier montait à Béziers en mai à 9 l. et même, au plus haut niveau, à 10 l.101. Situation tout à fait anormale comparée à la relative sagesse du marché toulousain étale pendant l'hiver et le début du printemps, à peine affecté par une légère tension à la fin de mai et au mois de juin102. Fort heureusement, les espoirs suscités par les pluies d'avril ne furent pas déçus. La récolte 1586 tint ses promesses et fut excellente, mettant fin à la segmentation du marché et à l'exaspération des situations locales. Chacun put faire sa provision pour l'hiver à un bon prix. Mais prudents, les paysans gardèrent chez eux seulement de quoi assurer leur subsistance quelques semaines. Le reste prit le chemin de la ville. À Béziers par exemple, les greniers débordaient, si bien qu'on ne savait où loger les grains103.

  • 104 Trêve entre les diocèses de Béziers, Narbonne, Saint-Pons protégeant le bétail, autorisant le labo (...)

39Le début de l'été s'annonçait sous de meilleurs auspices. La guerre semblait devoir s'éloigner. Le maréchal de Joyeuse qui s'était porté au mois de mars sur les villages du nord de Narbonne occupés au début de l'hiver par Montmorency, lançait une offensive ensuite en direction du Biterrois. Il tint quelques semaines Cessenon. Montmorency avait mieux à faire ailleurs il est vrai. Il bataillait en mars-avril du côté d'Avignon. La mort du grand prieur gouverneur de Provence l'obligeait à masser ses forces près du Rhône. Pour avoir les mains libres, il faisait signer une trêve qui éloignait les hostilités du Narbonnais104.

  • 105 Ibidem, pièce 155, lettre de Puisserguier, pièce 164, lettre d'Ouveillan.
  • 106 L'été 1587 très médiocre, frais, pluvieux, retarde les récoltes ; la mortalité est élevée, Journal (...)
  • 107 GACHES, Mémoires... p. 364.
  • 108 Plaintes des consuls de Ginestas, Mailhac, J. TISSIER, (1900) pièces 174-175.

40Le début de l'année 1587 ramène Montmorency dans le nord du Narbonnais malgré les pluies diluviennes qui s'abattent en décembre et janvier. Le scénario déjà tant de fois répété se renouvelle : les villages excédés par les troupes mises par la Ligue ouvrent leurs portes105. Mais le duc ne reste pas et repart vers le Languedoc oriental. Ces opérations étaient davantage destinées à impressionner l'adversaire et à l'obliger à immobiliser ses forces qu'à prendre un avantage. Le 23 juillet, une trêve stoppait les engagements, qu'on justifiait comme à chaque fois par la nécessité de faire la cueillette des fruits et le labourage106. Vaille que vaille, la trêve dura toute l'année 1588. La mort d'Anne de Joyeuse et de son frère Saint-Sauveur arrivée peu de temps après sa conclusion à la bataille de Coutras, enlevait aux Ligueurs toute capacité de reprendre l'offensive. Le coup était rude pour les adversaires de Montmorency ; il n'y a qu'à voir l'empressement de Henri de Navarre à lui envoyer un exprès lui apporter la nouvelle, les transports de joie du duc qui fit aussitôt préparer un feu de joie et donner une forte récompense au courrier107. Il put tranquillement, sans risque de surprise, délaisser le Narbonnais pour se transporter du côté de Nîmes et de Remoulins. L'année 1588 est un peu moins dure aux villageois qui sont victimes davantage de l'indiscipline des soldats des garnisons installées chez eux et d'extorsions des capitaines qui s'emploient à les « ronger jusqu'à l'os »108 que des combats et des mouvements de troupes.

D / 1589-1592 : LES ANNÉES TERRIBLES

  • 109 Leucate est livrée le 28 avril 1589, J. TISSIER, (1900) pièces 196-197.

411589 ramène la guerre plus dure qu'elle n'a jamais été. L'avantage des forces a changé cependant. Le maréchal de Joyeuse apparaît en position beaucoup moins favorable par rapport à son adversaire que trois ans auparavant. Montmorency, qui croit à sa supériorité, vise pour la première fois Narbonne qu'il pense pouvoir emporter. Les choses se gâtent pour la Ligue en effet. Le Bourg de Carcassonne rallie Montmorency, ce qui lui donne le moyen de contrôler avec beaucoup plus d'efficacité la route Narbonne-Toulouse. Le gouverneur de Leucate, le sieur de Barri, jusque-là fidèle à Joyeuse, rallie le camp du duc en avril 1589109. Cela affaiblissait singulièrement la position de Joyeuse car l'encerclement de Narbonne devenait possible. L'entre-choc des grands va se concentrer sur le siège des deux villes qu'ils essaient d'étreindre ou de dégager tour à tour. Leur méthode sera le blocus et l'étouffement, beaucoup plus que l'attaque en règle et massive avec une puissante artillerie dont ils ne disposent pas. Les villes souffriront beaucoup moins que les terroirs qui les entourent, systématiquement ravagés. Mais derrière les principaux engagements qui se déplacent de Carcassonne à Narbonne, puis de Narbonne à Carcassonne, car aucun belligérant n'a les moyens de prendre en tenaille les deux citadelles à la fois, se livrent plusieurs guerres : guerres des clans qui s'assurent des prisonniers et des gages, représailles de villageois organisées contre d'autres qui sont venus s'emparer du bétail... Infra-histoire confuse, aux retournements quotidiens, qui ne pèse en rien sur l'issue de la guerre, mais la plus intensément vécue par les individus et la plus importante pour eux. C'est elle en effet qui cause le plus de ravages matériels, soulève les passions, exacerbe la violence qui n'a jamais atteint ce paroxysme en Narbonnais depuis le début des guerres.

  • 110 Ibidem, pièces 217, 597.
  • 111 Ibidem, pièces 260, 261.

42Pour éviter que l'étau ne se resserre sur Narbonne, le duc Antoine Scipion de Joyeuse entre en campagne afin de libérer la voie d'accès de Toulouse à la mer et s'assurer les communautés entourant Carcassonne. Ceci exécuté, Antoine Scipion de Joyeuse prend la route de Narbonne où est le vieux maréchal son père. Mais l'argent manque. Une partie de ses troupes, non payée, se débande. Montmorency n'exploite pas cette situation au mieux. Le duc se met en mouvement tard. Les premières troupes qui s'avancent vers Narbonne ne font pas preuve d'une grande pugnacité. Un contingent d'infanterie passé sur vingt bateaux par l'étang de Vendres ne parvient pas à pénétrer dans Salles. La cavalerie qui arrive aux abords de Narbonne contre la porte Roi est mise en fuite par une sortie des arquebusiers logés dans la ville et se retire vers Cuxac sans vouloir combattre110. Les saisies de marchandises, les attaques de marchands suivies de représailles et d'échanges se multiplient sur la route qui vient de Carcassonne. La dévastation et la destruction des récoltes ont des effets plus graves. L'armée de Montmorency, et le duc lui-même qui est devant Narbonne début juillet, entreprennent le ravage systématique des fruits encore sur pied, fauchent les blés, le seigle, le foin, emportent tout ce qui est possible, incendient les gerbiers qui restent111.

  • 112 Ibidem, pièces 262, 269, 275.
  • 113 Ibidem, pièce 271 : Monsieur de Cogomblis de Pérignan le 22 juillet 1589, pièce 287, 5 août...
  • 114 Ibidem, note 1, p. 236, 22 et 23 juillet.

43L'armée que menait le duc de Joyeuse pour protéger la récolte s'étant égayée, bien peu de choses put être sauvé. Les consuls de Narbonne en furent réduits à lancer un appel pressant aux Messieurs du parlement de Toulouse pour qu'ils organisent leur ravitaillement. Le maréchal de Joyeuse promit un secours. À cette fin, d'ailleurs, main basse fut faite sur les blés des terres que les Carcassonnais possédaient dans les consulats voisins. Courant juillet, la pression exercée sur Narbonne augmenta encore. Une nouvelle fois, les ennemis entreprirent de rompre la paissière de Sallèles112. Dans certains villages, la situation devenait tout à fait critique. « Le peuple est à la faim » reconnaissait le capitaine de la morte-paye de Narbonne venue à la rescousse à Pérignan113. Exaspérés, les habitants commençaient à laisser échapper leur mécontentement. Les soldats des garnisons manquant de munitions n'étaient guère dans de meilleurs sentiments. Les Gruissanais qui survivaient grâce à leurs pêches reçurent comme des furies les compagnies qu'on leur envoyait pour monter la garde, leur firent porte close et ne voulurent accepter les capitaines qu'après avoir longuement parlementé114.

  • 115 GACHES, Mémoires... p. 291.

44Incapable de venir défier Montmorency sur les bords de la robine, le duc de Joyeuse tenta alors de rassembler des forces pour faire diversion et obliger son adversaire sinon à lâcher prise, du moins à desserrer l'étreinte. Avec un succès médiocre. Il n'obtint pas un soldat des villes de son parti auquel il s'adressa. Rien non plus de Mayenne. Le grand prieur n'eut d'autre issue que de solliciter le roi catholique. Quelques compagnies lui furent dépêchées qu'il pensa mettre à l'abri en arrière de Carcassonne. L'une d'elle logeait à Villegalhenc. Mais dès l'annonce de leur installation, une expédition organisée nuitamment de Carcassonne courut sur place, fit sauter la porte d'un coup de pétard, pilla, tailla en pièces le contingent étranger et repartit avec les magnifiques chevaux espagnols115. Le défi, comme on les aimait tant, aussi vite exécuté qu'imaginé, action psychologique surtout destinée à atteindre le moral des renforts, n'est qu'une péripétie. Cette mésaventure augurait bien mal de l'intervention étrangère qui fut toujours malheureuse et de piètre efficacité. Les autres compagnies du roi catholique n'eurent guère plus de chance. L'une fut aux trois quarts anéantie à Roquecourbe, l'autre à Saint-Couat ; les chevaux et bagages pris et conduits à Carcassonne. Les soldats qui ne restèrent pas sur le carreau ou prisonniers ne demandèrent pas leur reste et repassèrent la frontière.

  • 116 Les consuls de Narbonne au duc de Joyeuse, 6 août 1589, J. TISSIER, (1900) pièce 290.
  • 117 GACHES, Mémoires... p. 395 ; J. TISSIER, (1900) pièces 303, 304, 308, 310.

45Montmorency qui s'était avancé jusqu'à Carcassonne pour soutenir le Bourg put revenir l'esprit tranquille. Début août, il occupait Bages pour renforcer le blocus de Narbonne et « couper les chemins de l'eau et de la terre »116. Sa supériorité paraissait décisive cette fois. Pourtant, le 30 août, la trêve de Pardailhan, de quatre mois, étendue car elle couvrait aussi les échanges commerciaux, suspendait les hostilités. L'assassinat de Henri III venait de bouleverser profondément la situation. Devant Narbonne, aussi, un retournement se produisait. Le duc de Joyeuse arrivait en droite ligne de Toulouse à la tête de plus de 5 000 hommes, impressionnait si fort les capitaines de Montmorency qu'ils refusaient de se battre, pensant la partie inégale117. Narbonne dégagée in-extremis respirait. D'autres raisons concourent à la fin précipitée de cet engagement qui semble tourner court. Moins sûr de son avantage sur le terrain, Montmorency paraît estimer qu'un climat plus détendu conviendrait peut-être mieux à la veille de nouveaux États favorables à Henri de Navarre. Le pays, ravagé, supportait aussi de plus en plus mal les troupes. Montmorency gardait vif en mémoire le souvenir de sa campagne de 1586 où il n'avait pu se maintenir dans un pays aux réserves épuisées. La peste répandue dans Barcelone et en Catalogne n'était pas loin. L'épidémie pouvait sauter d'un moment à l'autre en Languedoc. Quant à Joyeuse, ces troupes lui permettaient de restaurer son prestige. Une trêve était la bienvenue car il manquait singulièrement de réserves.

  • 118 J. TISSIER, (1900) pièce 317.
  • 119 Ibidem, 20 octobre, pièce 343.
  • 120 Ibidem, pièces 313 sq., 350. Le 28 octobre encore, deux mois après la conclusion de la trêve, un c (...)

46Mais une trêve signée ne vaut rien si on ne la respecte pas. Leur accord donné, les grands partent chacun de leur côté, Joyeuse dans le Carcassonnais, Montmorency vers Pézenas. En Narbonnais et sur les routes qui y conduisent l'insécurité reste. Passe encore que les consuls de Narbonne refusent le bénéfice de la trêve aux gens de Leucate. Leur rancœur à l'égard de la trahison de Barri restait comme une plaie ouverte et ils entendaient la marquer par cette mise en quarantaine118. On eut du mal à passer, aussi sec, des désordres à un semblant de paix. Comme toujours, les marchands sur les routes avec leurs charrettes, tout heureux de pouvoir reprendre leurs affaires, furent les plus exposés. On n'arrive pas à faire le compte des arrestations, des prises de marchandises et des demandes de rançon. Le grand chemin de Narbonne à Carcassonne n'était pas le seul à être écumé par les soldats transformés en brigands. La route qui longeait le Minervois réservait autant de mauvaises surprises119. Les consuls de Carcassonne et Narbonne pourtant, après un moment d'hésitation et de soupçon réciproque, faisaient assaut de protestations de bonne volonté pour que la trêve produise ses effets, intervenaient avec un certain succès parfois pour que l'argent ou les ballots volés soient restitués de manière à arrêter la suite ininterrompue des représailles, justifiées par une exaction à venger120. Car il y a toujours un marchand, des charretiers, des tissus d'importation qui valent cher ainsi que des bourses pleines encore avec des poignards et des pistolets pour se défendre, les points d'embuscade que les convoyeurs ne peuvent éviter en empruntant des chemins détournés, les capitaines originaires des villes, le lieu de leur retraite dont ils font un sanctuaire à une demi-lieue du grand chemin.

  • 121 Ibidem, 6 novembre, pièce 352.
  • 122 Ibidem, pièces 360, 361, 362, 364, 365.

47Les routes n'avaient pas l'exclusivité des rapts. Dans les campagnes, les paysans excédés par les pertes répétées qu'ils venaient de subir s'échauffaient plus vite que jamais malgré les trombes d'eau qui tombèrent cet automne-là. À Cuxac par exemple, les habitants prennent trois bêtes qui transportaient du sel au sieur Rayssac de Pérignan. Celui-ci riposte aussitôt, fait dételer le bétail aratoire qui labourait et s'en empare. Les Cuxanais répliquent, organisent un nouveau raid sur les bêtes de Rayssac. Le baile de Cuxac, Ferran, s'entremet à Béziers, à Narbonne, auprès des gens de la Ligue et de Montmorency, calme les ardeurs d'abord, pour éviter la rupture de la trêve, propose ensuite d'échanger les prises121. La chronique de ces incidents répétés ne doit pas laisser croire qu'on ne goûtait pas cette période d'accalmie. Il n'y a qu'à voir l'énergie que l'on déploie, comment on s'agite de toutes parts pour calmer le jeu dès que se produit un manquement aux articles du traité et l'on voit toujours arriver le terme de la trêve avec inquiétude. Fin décembre, les consuls de Narbonne et de Carcassonne se consultaient pour voir comment ils pourraient travailler à sa prolongation et se donnaient rendez-vous à Moux pour en conférer122. Le commerce reprenait insensiblement et avec lui les affaires. Narbonne, d'autre part, à court de blé, qui envoyait des émissaires depuis Toulouse jusqu'en Provence sans grand succès, ne voyait pas d'un très bon œil une reprise éventuelle des hostilités.

  • 123 F. BRAUDEL, (1985) t. II, p. 487.
  • 124 J. TISSIER, (1900) pièce 255.
  • 125 Ibidem, 9 août 1589, pièce 293.
  • 126 Ibidem, p. 268, note 1.

48On n'a pas, par commodité, pour ne pas rendre le récit trop confus, envisagé ce qui se passe sur la côte. Une partie s'y joua qui est une des facettes de la lutte qui se livre sur terre, mais dépasse aussi le premier cadre languedocien de la zone frontière entre la Ligue et Montmorency. Barberoussette se maintenait depuis 1586 au Brescou, allait et venait sur la côte avec son neveu entre Agde et Leucate, stationnait à La Nouvelle à l'occasion. Montmorency disposa tardivement, à partir de 1588, d'une flottille de brigantins et de frégates123. Elle était plus voyante que menaçante et efficace. Elle n'exploita même pas la médiocrité des défenses placées sur la côte. Montmorency n'eut pas l'idée de l'employer lorsqu'il prit l'offensive sur terre à la fin du printemps. Paul Martinenc envoyé par Narbonne le 29 juin pour commander la tour de La Nouvelle trouvait le bâtiment en mauvais état et si pauvre en munition qu'il « loue Dieu de ce que l'ennemy ne nous est venu voyr »124. Les soldats qui s'y trouvent ne valent guère mieux. À la première menace d'ailleurs la tour fut perdue. Paul Martinenc qui logeait à Bages accourut avec une fargate et des soldats provençaux. Mais ceux-ci parlèrent de se rendre dès que les premiers coups de feu furent lâchés. Aussi, fut-il obligé de prendre le large et d'aller se réfugier à Collioure. Là, on le désarma en représailles de ce que Barberoussette s'emparait des marchandises espagnoles125. Son séjour ne s'éternisa pas cependant. Le 4 septembre, les consuls de Narbonne lui écrivaient de revenir avec sa fargate chargée de blé car « nous avons notre canal libre »126. L'ennemi ne s'était pas maintenu. On était il est vrai après la signature de la trêve de Pardailhan. Tirer quelques coups de canon, de mousquet ou d'arquebuse, débarquer pour un coup de main exécuté avec agilité, c'est tout ce qu'on était capable de faire. Il était impossible de résister à une troupe arrivée par la terre.

  • 127 R. BUSQUET, (1977) ; W. KAISER, (1992).
  • 128 A.D.A., 71 C 1, 21 janvier 1595 : 13 rames grandes de galère, 23 petites ; 9 mars : 32 rames grand (...)
  • 129 F. BRAUDEL, (1985) t. II, p. 487.
  • 130 Les Narbonnais venaient d'engager ce patron pour remplacer Barberoussette. Si l'on en croit Gaches (...)
  • 131 A.D.A., non coté, cote provisoire B 208 ; livre du bureau de la foraine de Narbonne : 17 décembre (...)
  • 132 Ibidem, 23 mars, 12 juillet 1596.

49Mais depuis 1588, Narbonne pouvait compter davantage sur Marseille. Les relations des deux villes s'étaient resserrées. Le ralliement de Marseille à la Ligue en 1588 crée les conditions du rapprochement qui se concrétise lorsque le Navarrais devint héritier du trône, que la lutte prit un tour plus âpre avec l'entrée en jeu de l'Espagne. Un axe politique double l'axe économique. Cette situation n'était pas pour déplaire aux Narbonnais. La haine de Henri IV les unissait aux régions où étaient leurs principaux intérêts économiques, de Toulouse à la Provence et à l'Espagne. Avec l'arrivée au pouvoir de Charles de Casaulx à Marseille en février 1591127, la collaboration devint encore plus étroite et se poursuivit au delà des opérations militaires en Narbonnais. Les Marseillais trouvaient à Narbonne des produits indispensables. En 1595, le consul Casaulx fit venir à plusieurs reprises des dizaines de rames de galère, grandes ou petites128. Montmorency privé du bois de la haute vallée de l'Aude fut obligé d'aller s'approvisionner à Livourne129. Les ordres de Joyeuse étaient stricts et s'appliquaient avec la plus grande rigueur : on ne commercerait qu'avec les lieux qui tenaient pour le Saint-parti. Au bureau de la foraine de Narbonne on ne délivra d'obligations qu'aux patrons qui s'engageaient à ne pas aller dans d'autres directions. Estienne Don, capitaine des fargates qui croisaient dans le golfe, multiplia de 1592 à 1593 les prises de marchandises suspectes130. Des marchands de Montpellier, Pézenas, Clermont-Lodève en firent les frais, ainsi que des Roussillonnais131. Bien que la lutte ait pratiquement cessé en Languedoc, Narbonne et Joyeuse continuaient de soutenir Marseille qui résistait encore. La ville s'était résignée à reconnaître Henri IV, alors qu'elle continuait à imposer aux patrons de barques l'obtention d'une patente établie au nom de Joyeuse portant que les blés exportés seraient livrés exclusivement aux villes catholiques132.

  • 133 A. N., K 1708, dans F. BRAUDEL, (1985) t. II, p. 488.
  • 134 A.M.N., 2 mai 1598, BB 5, f° 245 v°.
  • 135 C'est une des dignités du chapitre de l'église cathédrale de Narbonne.
  • 136 F. BRAUDEL, (1985) p. 488, 22 juin 1590 ; A.M.N., BB 5, f° 274 v°, 8 juillet 1590.
  • 137 A.M.N., BB 5, F 255, 22 mai 1592.

50Se tourner vers le sud fut naturel pour Joyeuse, mais un peu contre nature, par contre, pour Narbonne. Les troupes amenées par Joyeuse devant Narbonne à la fin de l'été 1589 ne suffisaient pas. Inquiet de l'offensive de Montmorency en février-mars 1590 en direction de Carcassonne qui paraissait préparer la stratégie d'enveloppement de Narbonne, de manière plus dangereuse qu'elle n'avait été l'année précédente, Joyeuse ne vit de salut que dans l'aide espagnole et lança un nouvel appel, aux accents pathétiques cette fois, à Philippe II : « Les affères des catolicques du Languedoc sont en tel estat que s'il n'est proveu bientôst et ce dans la my-juin, il est à craindre que le roy héréticque n'en demeure le mestre de tout »133. En attendant, Narbonne se mettait en défense. Le conseil de ville imposait des garnisons à toutes les métairies du terroir134. Il fallait coûte que coûte empêcher Montmorency de venir battre les murailles de Narbonne. Mais l'aide de l'Espagne tardait. Beaucoup trop aux yeux de Joyeuse. Sa fébrilité montre un homme aux abois. Il dépêcha Jean-Pierre de Casteras de Villemartin, l'archidiacre du Razès135, auprès du roi catholique136. Cette politique ne semble pas avoir été approuvée par la population car les habitants parlaient mal des consuls137.

  • 138 J. TISSIER, (1900) pièce 381, 5 septembre 1591. Quelques compagnies seulement participent au siège (...)
  • 139 Ibidem.
  • 140 A.M.N., BB 5, F 295, 7 octobre.
  • 141 600 hommes, H. L., t. XII, preuve 431.
  • 142 A.M.N., BB 5, F 307 sq. ; EE 8, supplique aux viguiers et juges royaux et information de la tentat (...)
  • 143 Ibidem, J. TISSIER, (1900) 6 novembre 1590.
  • 144 J. TISSIER, (1900) pièce 394, 9 février 1591, lettre des députés de la ville de Narbonne aux États

51Le contingent finit par arriver, 6 000 lansquenets espagnols débarquent au grau de La Franqui fin juillet. La supériorité du nombre permettra à Joyeuse de résister à Montmorency, de freiner ses ardeurs offensives et de reprendre l'initiative. Il ne parviendra qu'à se donner un peu d'air autour de Narbonne. L'aide espagnole se révélera tout aussi décevante que la précédente et d'un bien maigre secours. Les lansquenets allemands débarqués refusent d'abord d'avancer, exigent d'être payés avant d'aller combattre. Le duc de Joyeuse ne pourra les satisfaire qu'au début septembre138. Jusque-là, ils vivent d'expédients et commettent « des désordres et ravages » doit reconnaître lui-même le duc139. Leur présence n'est même pas dissuasive. Un soldat posté à l'extérieur de la ville pour faire ‘l'écoute’, c'est-à-dire la surveillance des mouvements suspects et donner l'alarme, surprend les ennemis en train d'escalader les remparts nuitamment140. Le gros des troupes reste stationné devant Narbonne, inactif. Quand Joyeuse se met en campagne à la mi-septembre pour reprendre les villages du nord du Narbonnais et du Minervois, l'armée de Montmorency en profite pour attaquer les Espagnols et leur faire subir de lourdes pertes141. Nouveau défi contre le renfort du Roi Catholique, pied-de-nez plus encore à Joyeuse. On lui montrait de manière un peu cruelle ce que valaient les troupes étrangères inaptes à se défendre dès qu'il avait le dos tourné. Cette dernière avanie subie sous les yeux des Narbonnais parut-elle de trop ? Les frustrations engendrées par l'intervention étrangère se donnaient libre cours. Le 27 octobre, sur le coup de deux à trois heures de l'après-midi, une troupe du duc de Joyeuse de 800 à 1 000 arquebusiers, avec plusieurs capitaines à sa tête, « tambours battant aux champs » tenta de pénétrer de force dans la ville aux cris de « Tue, tue, canailles, vous vous êtes donnés à l'espagnol »142. La herse du pont Raymond-Jean, abaissée si précipitamment qu'elle tua deux personnes en tombant, interdit in-extremis l'entrée de la ville. Trois consuls furent blessés. Plusieurs hommes restèrent à terre, morts. Les soldats se répandirent autour de la ville, furent main basse sur le bétail et même le linge que des femmes avaient mis à sécher. L'affaire est confuse. Antoine Scipion de Joyeuse se trouvait dans la ville en effet. Cela le mit dans un profond embarras143. Pour calmer les esprits et dissiper l'effet désastreux de cette entreprise, on invita le lendemain le commandant des troupes espagnoles, le comte de Lodron, à assister au conseil de ville. Il n'en reste pas moins que l'alliance espagnole n'était pas vue d'un bon œil, même par les partisans de Joyeuse. On ne passe pas facilement en si peu de temps de la position de place forte contre l'Espagne à celle d'alliée du Roi Catholique. Les troupes de Joyeuse, au moins certains de leurs chefs, car les arquebusiers suivent les capitaines, y étaient franchement hostiles. La tentative qui semble fort à une expédition punitive voulait-elle signifier une réprobation, voire un avertissement, au duc de Joyeuse ? Cela y ressemblait fort. Joyeuse, en tout cas, ne contrôlait pas fermement ses soldats et son autorité se trouvait sérieusement compromise. On ne peut manquer de s'interroger cependant. La succession des attaques meurtrières contre les forces espagnoles, qui chaque fois paraissent isolées, sans défense, ne laisse pas d'étonner. Était-ce toujours l'effet du hasard ? On aurait voulu miner la politique espagnole qu'on ne s'y serait pris autrement. La mauvaise humeur des soldats exprimée avec leurs moyens, une charge contre les remparts, des cris d'attaque et le vol de ce qui leur tombait sous la main, traduisait manifestement un sentiment beaucoup plus diffus dont le duc de Joyeuse dut tenir compte. Aussi, de peur d'essuyer un refus, n'informa-t-il les États réunis à Castelnaudary au début du mois de février 1591 de l'arrivée d'un nouveau contingent espagnol qu'au moment où celui-ci marchait déjà et passait la frontière144. Prudent à l'extrême, il leur demanda leur approbation. Les troupes n'avanceraient pas s'ils n'y consentaient pas. Une manière de leur faire endosser la responsabilité et de ne pas supporter seul les griefs dont il était la cible. On évita soigneusement qu'ils ne viennent camper sous les murs de Narbonne et on les fit passer par Bizanet et Névian.

  • 145 C'est pendant cette attaque que l'armée de Montmorency, plutôt que de tenir les villages, en profi (...)
  • 146 15 novembre 1590, GACHES, Mémoires... p. 406-407. Des divisions minent l'armée de Montmorency. Le (...)

52La haine de l'Espagnol offrait-elle un point de convergence aux soldats de la Ligue et de Montmorency qui en arrivaient à oublier d'en découdre ? Les choses ne vont pas jusque-là. Avec les troupes de Joyeuse devant elle et les Espagnols qui faisaient masse, Narbonne connut en 1590 une situation moins oppressée et inconfortable que l'année précédente. Les opérations militaires dignes de ce nom commencent tard. Joyeuse ne fut en ordre de bataille que courant septembre. Montmorency guerroyait en Dauphiné. Dans ces conditions, l'histoire bégaye, paraît se reproduire plus répétitive et stérile que jamais. Fin septembre, Joyeuse prend l'offensive. Tous les villages du nord du Narbonnais et du Minervois passent à la Ligue145. Fin octobre, Montmorency revenu avec près de 4 000 hommes contre-attaque, regagne tout ce qui avait été occupé par les Ligueurs, à la réserve de Ginestas où Antoine Scipion de Joyeuse avait établi son commandement, d'Azillanet et de Quarante. Épuisement des adversaires déjà ? On se bat peu, même devant Azillanet où les deux armées sont au contact. La campagne de 1590 s'achève sur une nouvelle trêve, et un statu quo146.

  • 147 J. TISSIER, (1900) pièce 403.
  • 148 Arrivée de charges d'argent pour payer l'armée, A.M.N., BB 5, f° 374.
  • 149 J. PROUZET, (1975) p. 122-123.
  • 150 J. TISSIER, (1900) 31 août 1591, lettre 418.
  • 151 Ibidem, pièce 425, 5 novembre.

53Celle-ci, une fois encore, est très imparfaitement respectée. Le 6 mai 1591, le sieur d'Espondeilhan un des principaux lieutenants de Montmorency accusait les Ligueurs de multiplier les courses, les ravages, les rapines, les vols de bétail : plus de 200 bêtes aratoires et à cornes, à Cuxac, Ouveillan, Montels, Cruzy, Assignan, Villespassans, qui formaient la frontière entre les deux partis147. Malgré cela, Montmorency aurait souhaité sa prolongation et qu'elle soit transformée en trêve générale. Joyeuse qui venait de recevoir un nouveau contingent espagnol et des subsides refusa148. Le Narbonnais, cette fois, se trouve hors du champ de bataille. Le duc de Joyeuse concentre son action autour de Carcassonne et sur la Montagne Noire. Le plat-pays et les localités prises d'assaut sont traitées avec une brutalité à laquelle le Narbonnais a, dans l'ensemble, échappé : récoltes systématiquement détruites, politique de la terre brûlée, massacre de la population149. Le Bourg de Carcassonne subit la pression que Narbonne avait dû endurer l'année précédente. Mais le duc de Joyeuse qui avait bénéficié jusque-là de l'absence de Montmorency ne poussa pas son avantage à fond. La peste venait de sauter de Catalogne en Languedoc et de se déclarer dans les troupes espagnoles. Joyeuse poursuivi par le sort avec les troupes d'outre-mont nia d'abord l'évidence, puis dut reconnaître les faits150. L'épidémie perçue comme une marque de la colère divine aurait pu être interprétée comme le signe de l'abandon de sa cause par Dieu qu'il entendait servir. Montmorency qui revenait en Languedoc à la tête de 5 000 hommes ne se montre guère plus entreprenant. Le 25 octobre il est devant Azillanet en Minervois qu'il entreprend de faire plier. Joyeuse se porte à sa rencontre. Les deux adversaires, enfin face à face, vont-ils en découdre une bonne fois pour toute à Cesseras où ils se joignent ? L'engagement commence tard dans la journée, s'interrompt à la tombée de la nuit. Joyeuse dont les compagnies commençent à reculer sonne la retraite et se replie sur Azille. On en reste là. Les adversaires poursuivent leurs démonstrations destinées à s'impressionner mutuellement, sans conviction. Des pourparlers s'étaient engagés151. On reparla d'une trêve de labourage qui sera signée le 8 novembre.

54Cette campagne s'achève comme elle a commencé, sans que les deux ducs qui se disputent le Languedoc aient acquis un avantage déterminant sur le terrain. La bataille de Cesseras -non-bataille devrait-on dire- est à l'image de cette guerre. Les deux grands paraissent comme frappés d'impuissance, la volonté bridée, dès qu'il s'agit de terminer le siège d'une grande place, de déployer les troupes et de livrer un combat. D'ailleurs, si l'on emploie couleuvrines et pétards et l'on envoie des salves de canons contre les murailles des villages, jamais on ne s'en sert pour frapper Narbonne et Carcassonne. On choisit le blocus, jamais hermétique, pour en venir à bout. Plusieurs fois, Joyeuse et Montmorency sont face à face, mais hésitent à engager le combat décisif qui donnerait la victoire à l'un d'eux et paraissent se ménager au dernier moment. Ce n'est pas du Languedoc que viendra la décision. Cette conduite de la guerre est importante pour nous car elle détermine la forme de la lutte dont dépendent les pertes humaines et matérielles.

  • 152 Ibidem, pièce 427.
  • 153 Le duc dans une de ses lettres, le 18 décembre, tente de dégager ses responsabilités en faisant gr (...)
  • 154 24 janvier 1592.
  • 155 F. BRAUDEL, (1985) t. II, p. 488-489.
  • 156 GACHES, Mémoires... p. 463. La guerre était déclarée déjà entre les deux royaumes.
  • 157 On revient très vite à la situation ‘normale’. La retenue des Narbonnais à l'égard de l'Espagne et (...)
  • 158 Les contemporains ne s'y sont pas trompés. 1592 est bien pour eux la fin de la guerre civile en La (...)
  • 159 Le duc de Joyeuse est un peu prompt à affirmer le 19 août, sur des nouvelles reçues de Narbonne, q (...)
  • 160 Ibidem, BB 5, f° 415 v°.
  • 161 Ibidem.
  • 162 J. TISSIER, (1900) pièces 433, 435, 438...
  • 163 Ibidem, pièces 434, 438.
  • 164 Liste insérée dans le registre de collecte de 1557. Le petit cahier porte pour titre : amende « pa (...)
  • 165 Noble François de Guissane. Monsieur d'Autamar refusera finalement la fonction.

55Si les armes se taisaient, au moins provisoirement, d'autres maux menaçaient le Narbonnais. La peste progressait. Le 14 novembre 1591, elle était peut-être à Azille. On en doutait encore mais on venait par précaution de condamner trois maisons où il y avait eu des morts suspectes152. En réalité, l'armée du duc portait la peste, propageait la contagion et semait la mort partout où elle passait. Narbonne s'inquiétait. Le 20 novembre, le conseil de ville envoyait un exprès au duc pour lui signifier qu'on refuserait l'entrée à sa suite si elle venait. On l'accepterait seul, et l'on ne ferait d'exception que pour son secrétaire particulier153. La non-reconduction de l'aide espagnole, la mort d'Antoine Scipion de Joyeuse à Villemur qui intervient quelques mois après la disparition du vieux maréchal son père154, ont focalisé l'attention sur l'année 1592. Philippe II aux prises avec un soulèvement en Aragon refuse que de nouvelles troupes passent les Pyrénées155, abandonnant ainsi Joyeuse et les catholiques du Languedoc à leur sort et précipitant leur défaite. Philippe II tirait les conséquences d'expéditions peu fructueuses. Joyeuse n'avait jamais su utiliser correctement ses troupes, réussir l'amalgame entre les contingents et ses hommes, saisir sa chance pour reprendre avantage. Le Roi Catholique se lassa-t-il de cette incapacité ? La politique nouée par les chefs du parti catholique portait en elle-même ses limites. Les réactions narbonnaises sont éloquentes et révélatrices. La fidélité à l'égard de Joyeuse n'est jamais remise en cause, ni l'hostilité à Henri IV. Mais on n'est aucunement prêt à entrer inconditionnellement dans le jeu de l'Espagne. Symboliquement, les Narbonnais manifesteront leur rejet de l'alliance espagnole en 1596. Ils traîneront par les rues de la ville l'image du Roi Catholique156. La mise en scène et la participation collective, véritable cérémonie aux valeurs cathartiques, car Narbonne en avait fait de même à l'encontre du prétendant huguenot au trône, termineront les guerres en remettant Narbonne à sa place : de garde-frontière dressée contre le sud157. Mais si l'année 1592 ne laisse plus aucun doute sur l'issue de la lutte en Languedoc158 et ne ramène pas les armées en Narbonnais, cela ne veut pas dire pour autant que le retour à la normale soit rapide. Écoutons les consuls de Narbonne qui écrivent, deux ans plus tard, aux capitouls de Toulouse : « En 1592, estant la contagion grandement eschauffée dans cette ville qu'il n'y avoyt que bien peu d'habitans, nostre mortepaye à néant, le canal de la rivière à sec, les deux arcs des ponts faisant muralhe ouvertz ». L'épidémie fait rage jusqu'au cœur de l'été, même si sa virulence retombe. La vie ne reprend son cours normal qu'à la fin de l'automne159. L'attaque pesteuse fut brutale et, immédiatement, d'une rare violence. Le 9 décembre, les consuls s'inquiètent : comment défendre la place ? Il faudrait procéder à une levée de 100 à 150 hommes. Or les morts s'accumulent, les habitants qu'on enferme chez eux, portes clouées pour qu'ils ne puissent communiquer avec l'extérieur, sont promis à une fin prochaine et beaucoup de gens font leurs bagages160. Le conseil de ville réagit énergiquement et prend sur l'heure les dispositions les plus urgentes, réquisitionne les métairies pour isoler les pestiférés. Comme un malheur ne vient jamais seul, une crue particulièrement violente a ennoyé tous les abords de la ville, inondé l'hôpital de la peste hors les murs... et mis à mal la paissière de Sallèles161. Narbonne devait se défendre contre la maladie et les ennemis, faire sortir de la ville les vagabonds, les malades, les suspects, les regrouper, les garder, les soigner, les nourrir jusqu'à leur trépas, leur donner une sépulture et en même temps empêcher que les bien-portants ne désertent pour pouvoir résister à une surprise toujours possible : tâche qui demandait du caractère et un sens aigu de l'organisation. Joyeuse, de loin, de Toulouse et Limoux, encourageait aux mesures draconiennes, promettait des désinfecteurs qu'il fit quérir à Rodez et aller chercher à Quillan. Le vieux d'Autamar, membre de son conseil particulier, l'archidiacre Villemartin, le négociateur de 1590 auprès de Philippe II, achetaient des poutres et des planches pour bâtir les cabanes infectes où on logeait les pestiférés162, ceci dans un climat d'alarmes permanentes, de bruits d'avance de l'ennemi et de trahison, d'avis que des gens allaient aider de l'intérieur à livrer la ville163. Ces menaces se révèlent infondées, de l'ordre de l'action psychologique. Combien d'habitants restent sur place ? Il est difficile de le dire. Dès les premiers jours de la contagion, comme toujours en pareil cas, les citadins fuient la promiscuité, vont chercher refuge dans les fermes isolées ou les villages encore épargnés. On n'a pas le compte des fugitifs. Mais certains départs furent interprétés comme une dérobade, un abandon déguisé du parti ligueur. Il y avait là des patrons de barque, comme Pons Pascal ou Sauvaire Vidal, ce qui pouvait se justifier, des marchands comme Samson de Lavedan, Jean Alezio, Jean Léonard, mais aussi des personnages plus en vue comme le maître des ports, monsieur de Fitou, Jean Alcoynes ou monsieur Molins164. Leur absence durable, qui se prolonge au début de l'été encore, malgré les mises en garde réitérées et les amendes renouvelées, sont-elles l'aveu d'un attiédissement des convictions ligueuses ? L'empressement du duc de Joyeuse à proposer son fidèle d'Autamar pour prendre la place du premier consul qui venait de décéder165 montre, avec le peu de liberté de manœuvre dont jouissait le groupe dirigeant à son égard, une inquiétude réelle et un besoin de s'assurer d'hommes sûrs.

  • 166 Demandes de défalquement, comptabilité consulaire, années 1592, 1593.
  • 167 Comptabilité consulaire, 1592.
  • 168 Cf. infra, chap. IX.

56Ce que vivent les gens restés dans la ville au plus fort de la peste reste assez opaque faute de sources. On sait, par les demandes de modération de taille déposées ultérieurement, qu'on y traita ceux que l'on suspectait d'être contaminés et leur mobilier sans ménagement. La désinfection consistait le plus souvent à livrer le mobilier aux flammes. Le reste se perdait, maltraité ou pillé. Antoinette Saporta, veuve d'Antoine Mir, Raymond Melot, un couturier, Antoine Peredoux, garde de la foraine qui réchappe de la maladie, des dizaines de personnes sont dans ce cas166. On est mieux renseigné sur le sort réservé aux pestiférés. Malgré les difficultés de tous ordres, les 'infects' ne manquent ni de pain, ni de viande, ni de vin ou de médicaments. Le bois fit défaut un jour ou deux pour cuire les aliments. Les comptes de bouche ou du chirurgien montrent que l'on assura autant que possible le quotidien167. À combien peut-on chiffrer les décès ? Il faudrait pouvoir distinguer la mortalité des Narbonnais restés sur place, les décès des forains venus chercher du secours auprès d'une assistance organisée, les sépultures des habitants partis se réfugier ailleurs. Mais on n'a aucun compte des uns et des autres. Les dizaines de dossiers de demandes de réduction ou d'exonération d'impôts établis sur le moment et l'épais dossier de 1593, une fois l'épidémie éloignée, montrent une mortalité à coup sûr importante. 10, 15, 20 % de la population de 1590 ? Il faut retenir au moins cet ordre de grandeur. Les vides seront rapidement comblés. Narbonne a retrouvé en 1595 sa population d'avant la peste. La rapidité de la récupération s'explique peut-être, bien qu'on ait peu d'éléments sur lesquels s'appuyer avec certitude, par une moins grande virulence de la maladie autour de Narbonne. Sigean continue à vivre comme si de rien n'était et le trafic portuaire reste soutenu168. Gruissan où de nombreux citadins ont trouvé refuge reste indemne à la fin du printemps.

  • 169 J. TISSIER, (1900) pièce 446 ; comptabilité consulaire, 1593, défalquements.

57Ceux qui avaient cru sauver leur vie et leurs biens en fuyant la ville ne furent pas à l'abri de surprises. Au cours de la seconde semaine de juillet, Gruissan fut la cible d'un raid particulièrement destructeur. La prise était tentante et facile. Nombre de marchands narbonnais, et non des moindres, s'étaient repliés là avec leur capital, des marchandises, et continuaient à commercer. Ils perdirent pratiquement tout ce qu'ils possédaient dans l'affaire. Guillaume Rouch par exemple avait fait porter de la laine, du grain, du vin. Les soldats ne lui laissèrent rien. D'autres encore, venus avec un capital et tout ce qu'ils avaient pu porter, furent complètement dépouillés et faits prisonniers. Mis à la rançon ils durent vendre ce qui leur restait de biens pour obtenir leur libération. Quant à Bringuier Langlade, un orfèvre, on le pilla entièrement, « jusqu'à la chemise »169.

  • 170 Ibidem, pièce 450, arrivée à Ouveillan, Capestang, Puisserguier d'une troupe, 6 octobre 1592.
  • 171 Raisins séchés au soleil, appelés aussi panses dans les cargaisons.
  • 172 Ibidem, pièce 456.
  • 173 Ibidem, pièce 463. Le capitaine se prénomme dans cette lettre Agostino. Ces incidents s'expliquent (...)
  • 174 Ibidem, pièce 562.

58On est proche des derniers soubresauts et de la fin des troubles. Villemur marque bien en Languedoc la fin de la capacité des Ligueurs à combattre, des offensives170, et du Narbonnais comme frontière disputée par les troupes des deux partis. On va de trêve en trêve. Le calme met du temps à se rétablir complètement cependant. Les soldats ont quitté le Narbonnais et les garnisons les villages. Les vols, les exactions, les représailles n'en continuent pas moins encore. Ce sont souvent des règlements de comptes, des gages pris par précaution parce que des promesses n'ont pas été tenues... La guerre des grands et des partis traîne derrière elle des luttes privées où les communautés prennent fait et cause pour leurs membres. Gruissan et Narbonne se livrent une de ces guérillas qui n'en finissent pas : pour une histoire de poulain pris avant la trêve qu'on ne veut pas rendre, de bétail volé dans la Clape en représailles et de capes enlevées aux bergers. Les femmes de Gruissan qui viennent vendre le poisson au marché de la ville et s'en retournent avec leurs emplettes, du pain, de la viande, des passerilhes171, se font détrousser en chemin par des soldats de Narbonne. Le capitaine Guliermo Boydo tempête toute l'année pour qu'on lui restitue ses biens172. Fin août 1593, on lui retient des pinatelles qu'il a envoyées charger à Narbonne. Alors, il se saisit de deux mulets appartenant à des poissonniers de Bages173. Ces troubles s'apaisent progressivement174. Les incidents ne sont maintenant que des épiphénomènes et des événements localisés. Le bétail qu'on peut saisir facilement et faire marcher demeure la cible privilégiée. Les dégâts aux récoltes ont cessé. La vie rurale a à peu près repris son cours normal ainsi que le commerce terrestre et maritime.

  • 175 A.M.N., BB 5, 20 avril 1594, P 587 v°, 588 v°.
  • 176 Ibidem, BB 5, P 533 à 540. Le 2 avril, le duc de Joyeuse vient au conseil en compagnie de Monseign (...)
  • 177 Ibidem, BB 5, f° 286, 7 août 1590.
  • 178 Ibidem, dossiers des comptes consulaires, 1590, dossier « instance contre le Sr de Sérignan » : co (...)
  • 179 Ibidem, comme monsieur de Mus, monsieur d'Agel, monsieur de la Salle, dossiers des comptes consula (...)
  • 180 A-t-on démoli aussi la maison que Delort possédait en ville ? C'est ce que laisse supposer l'insta (...)
  • 181 A.M.N., BB 5, f° 581.

59Quelle date choisir pour fixer le terme des troubles en Narbonnais ? La publication ou le renouvellement d'une trêve ? Une manifestation plus symbolique comme l'outrage fait au Roi Catholique dont on traîne l'image par les rues, la reconnaissance d'Henri IV, tardive et du bout des lèvres qui ne se fera qu'après une dernière protestation de fidélité aux villes unies et seulement lorsque les États se seront eux-mêmes prononcés175 ? L'ensemble de mesures que prend le conseil dans sa séance du 28 mars 1593 pour apurer les comptes et remettre les affaires de la ville en ordre -prévision de 10 000 écus de frais pour réparer la paissière de Sallèles, de nouvelles impositions pour le service de la dette, de dispositions destinées à améliorer l'assistance des pauvres-complétées dans le mois qui suit par les offres du duc de Joyeuse d'augmenter les revenus du collège pour lui donner un nouvel essor, qui mettent en branle le mouvement de reconstruction d'après-guerre176 ? Toutes sont à retenir et contribuent à créer un nouveau climat psychologique. Mais mieux que ces faits qui chacun ont marqué on peut, peut-être, retenir l'indemnisation que le sieur Delort de Sérignan obtint pour la perte et la destruction de ses biens. Principale figure narbonnaise du parti de Montmorency, il commandait pendant la guerre un régiment des troupes du duc. Jusqu'en 1590, on ne s'en était pas pris aux biens de ceux qui ne s'étaient pas rangés du côté de la Ligue. En 1590, Joyeuse manque d'argent, Narbonne subit un siège, les ennemis ravagent les alentours. Les mesures de rétorsion commencent, graduées. On va d'abord couper le bois qui est dans les propriétés de Sérignan pour construire les cabanes où sera logée l'armée espagnole qui vient d'arriver177. Le 11 septembre, le duc de Joyeuse décide que les biens de Sérignan qui porte les armes contre la ville seront saisis, le bâtiment de son domaine de Lebrettes voué à la destruction, démoli pierre par pierre, les matériaux récupérés. L'argent qui en proviendra servira aux défenses de la ville178. Les autres opposants déclarés seront mis à l'amende179. Une commission immédiatement constituée se charge de la mise à l'encan des biens de Delort qui commence dès le lendemain et se poursuit une quinzaine de jours180. Guillaume Delort, fils de Sérignan, dépose une demande de réparation des dommages subis le 9 mars 1593181. À cette date, le parti de Joyeuse ne peut poursuivre la lutte. La guerre est terminée en Languedoc même si Narbonne persiste dans ses convictions, reste fermement du côté des villes unies, joue tant qu'elle peut la carte marseillaise. Le conseil de ville, sentant la partie perdue, s'apprête à se réunir pour engager la restauration matérielle, en un mot à tourner la page. L'instance déposée par Guillaume Delort est déjà d'après-guerre : elle inaugure le règlement des contentieux, les discussions et l'apaisement des passions. Les choses traînent. Les Delort portent l'affaire devant le parlement de Toulouse où elle sera jugée en 1596. Mais on parviendra à un accord. Guillaume Delort, seigneur de Sérignan et de Lebrettes, et sa mère Constance de Pogio se satisferont des avances de la ville. Les parties renonceront à toute action l'une envers l'autre. Nous sommes en 1598 : chronologie d'un cas particulier qui épouse à la perfection le mouvement d'apaisement que l'on perçoit en Narbonnais et plus largement en Languedoc.

E / UN LOURD BILAN

60À l'heure du bilan, qu'il faut bien envisager, que retenir de cette multitude de faits, jamais totalement reconstitués, sur lesquels l'attention se concentre mais qui donne plus à voir les agressions, les vols de bétail ou de marchandises, les pertes sèches que l'entrave au travail et le ralentissement des affaires plus dommageable à terme, les incidents que les belligérants grossissent et montent en épingle pour mieux dissimuler leurs propres méfaits ou responsabilités que l'on ignore souvent ? Les effets immédiats -nombre de morts, pertes matérielles, coût financier-, les plus spectaculaires et les plus vivement ressentis par les contemporains, sont les moins difficilement mesurables. L'impact sur la vie rurale, la conjoncture économique, la dynamique sociale le sont bien davantage.

61La chronique des désordres et des combats est une première réponse. Les 'mangeries de la guerre' ne se sont pas succédées de manière ininterrompue les vingt-cinq années qu'ont duré les troubles. Les destructions sont limitées dans le temps et géographiquement.

  • 182 Un exemple parmi cent : A.D.A., 3 E 8342, 8 avril 1575, testament de noble Claude de Doultre habit (...)
  • 183 L'affirmation est un peu trop catégorique et à nuancer certainement. Que l'on se rappelle l'incide (...)
  • 184 Gruissan, Armissan, Bages sont menacés, ainsi que Moussan, Montredon et jusqu'à Fontfroide, mais b (...)
  • 185 Lézignan par exemple.
  • 186 Ainsi Montmorency à la fin de 1585 : « son camp se fortifioit de jour a autre, a cause des lieux q (...)
  • 187 P. de VAISSIERE, (1926).
  • 188 Cf. infra, chap. X. À part le sr de Sérignan, le baron de Rieux, qui se rangent du côté de Montmor (...)

62Un premier point à éclairer serait celui des pertes humaines. L'inventaire est difficile à faire. Aux décès directement provoqués par la guerre et les entreprises des soldats, il faut ajouter en effet la surmortalité qui les accompagne : violences exacerbées des partis les uns contre les autres182, assassinats le long des routes, exécutions de soldats insoumis, massacres d'adversaires qu'on tient à merci comme ces soldats italiens prisonniers à Narbonne qui se réjouissent un peu trop bruyamment aux fenêtres de leur geôle des succès d'une attaque contre les portes de la ville, bandits de grands chemins ; sans compter les conséquences démographiques des sièges de villages et de bourgs, des disettes aggravées par la présence des troupes et la peste. La liste est longue des raisons qui augmentent le nombre des sépultures. Ajoutées les unes aux autres, elles finissent par compter. Une chose est sûre : le Narbonnais ne figure pas au nombre des régions qui ont payé le plus lourd tribut humain aux troubles de religion. Aucun des mémorialistes qui ont écrit au jour le jour ou peu de temps après les événements n'a fait état de sévices graves, de massacres ou d'importantes pertes militaires. Même l'ensemble de lettres échangées entre Narbonne et les villages circonvoisins qui informent des exactions des garnisons, publiées naguère par J. Tissier dans ses Documents, n'aborde le sujet. Si les troupes vont et viennent et se disputent le pays, il n'y a pas, on l'a vu, d'acharnement contre les populations ni de batailles rangées où meurent des centaines d'hommes. Les citadins, là-dessus on a toute certitude, n'ont eu à déplorer directement aucune victime du fait de la guerre183. Quant aux villages, il faut distinguer soigneusement. La liste des lieux qui ont été l'objet d'attaques à un moment ou à un autre est finalement relativement limitée. Le quadrilatère exposé se circonscrit entre Pérignan, Coursan, Montels, Capestang à l'est, au contact de l'Aude et des étangs, Narbonne au sud et plus généralement Cuxac, Sallèles, Saint-Nazaire sur la rive gauche du fleuve184, Ginestas, Mailhac à l'ouest, Quarante, Cruzy, Bize et jusqu'à Pépieux et Cesseras au nord. En tout, guère plus d'une vingtaine de villages. Ailleurs, la guerre ne frappe les localités qu'une ou deux fois comme en Minervois ou sur la route qui conduit de Narbonne à Carcassonne185. Cela fait moins de 10 000 personnes sous la menace directe des troupes. En supposant, proportion excessive, une mortalité de 10 % imputable directement aux opérations militaires il y aurait eu en 25 ans moins de 1 000 morts, ce qui, si on peut risquer cette comparaison, dépasserait de peu les pertes enregistrées par le seul contingent espagnol en une fois devant Narbonne en 1590. Ce n'est pas sans conséquence cependant, car les décès sont concentrés à la fin des guerres. Mais la démographie d'Ancien Régime est coutumière de chocs autrement plus graves. La mortalité indirecte induite par la guerre est donc au moins aussi importante. Quant aux pertes de soldats, le Narbonnais est-il concerné ? Ce problème est quasiment insoluble. Il faudrait connaître la composition des troupes et leur recrutement. Les puissantes armées conduites par Joyeuse en 1589 ou Montmorency en 1591 par exemple, ne sont pas composées de fantassins ou de cavaliers d'extraction locale. Chaque camp utilise des reitres étrangers tudesques, espagnols, italiens. Prélevait-on aussi des hommes sur place ? Chaque fois qu'un des partis s'imposait, ne serait-ce que quelques semaines, il attirait à lui ceux qui dans les villages portaient les armes, vite enfuis dès les premiers signes d'un retournement de situation mais qui périssaient parfois de mort violente ou de maladie186. Le système des fidélités et des clientèles fonctionne à plein pendant cette période. Les Joyeuse, très solidement implantés à Narbonne, ne disposent cependant pas de bases aussi fortes dans les campagnes. La famille n'est pas de la région, n'y possède ni terre ni seigneurie. Le vicomte sait susciter la sympathie et le dévouement parmi les notables narbonnais. Mais ni lui ni ses fils occupés à la Cour ou par des charges plus prestigieuses ne s'installent au siège de leur gouvernement. Leurs séjours, au plus fort des combats, sont toujours brefs. Ils n'apparaîtront jamais comme les chefs de la noblesse locale187. Cela s'explique aussi par la médiocre influence de la ville sur son environnement, la faiblesse du réseau de relations personnelles et de clientèle des principales familles citadines dans les zones rurales188. L'engagement du côté de la Ligue ne sera pas massif et les pertes allégées d'autant. Mais le facteur déterminant, peut-être, de la modération des pertes humaines, est l'absence de luttes religieuses entre catholiques et protestants. Celles-ci déclenchent des massacres partout où elles se produisent, générateurs d'une violence meurtrière que l'on aperçoit dans la vie quotidienne. Le Narbonnais échappe partiellement à ce climat de lutte exacerbée entre groupes sociaux. Tous comptes faits, la peste de 1592 fit davantage de victimes que la guerre.

63Les destructions et l'effort financier que la guerre entraîne sont d'un poids beaucoup plus lourd. La ville, cette fois, n'est pas épargnée. Les ruines qui s'accumulent sont de tous ordres : dommages que subissent les ouvrages de défense, dans lesquels on rangera la paissière de Sallèles, destruction des maisons à l'intérieur des villages et de la ville, démolition des bâtiments isolés dans les terroirs. Les premiers dépendent des communautés. Les dépenses occasionnées par les dégâts se traduisent par une fiscalité accrue que supportent les possédants en proportion de leurs biens. Les seconds sont du patrimoine immobilier privé, touchent davantage les particuliers qui reçoivent exceptionnellement des dédommagements.

  • 189 Ouveillan, par exemple, exécute ces travaux en 1567. G. LARGUIER, (1977) p. 43. La date tardive co (...)
  • 190 Cf. supra, l'exemple de Cuxac et l'opinion de Baliste. A.M.N., dossiers de la comptabilité consula (...)
  • 191 Ibidem.
  • 192 G. LARGUIER, (1977) p. 48-49.
  • 193 Cf. supra.
  • 194 J. TISSIER, (1900) pièce 292.

64La forme de la guerre en Narbonnais éprouve peu les fortifications. La faiblesse de l'artillerie limite ce type de dégâts et les frais. La remise en état des remparts par mesure de précaution coûta davantage. Cela concerna surtout les communautés rurales. Narbonne possédait une citadelle neuve et un financement prévu à cet effet189. L'intérieur des villages et de la ville souffrit peu aussi ; davantage d'ailleurs du fait des garnisons que des assaillants190. Beaucoup plus grave, par contre, sont les ruines accumulées dans les terroirs de la zone disputée. Tous les bâtiments ruraux ont souffert. La plupart des belles métairies qui ont poussé dans les environs de Narbonne au cours de la première moitié du xvie s. sont gravement endommagées ou quasiment détruites quand elles ne sont pas rasées comme Lebrettes. Le sr de Ricardelle, encore, se plaint que sa métairie du Contrast n'est qu'un tas de décombres. François Salvat, le grenetier du grenier à sel de Narbonne qui avait pris la métairie de Montlaurès en arrentement, ne peut que restituer des bâtiments hors d'usage. Quant à Raulin de Lacoste, sr de Grandselve, sa métairie de la Barque sise dans le terroir de Cuxac est anéantie. La pierre, le bois, les tuiles, tout a été pris191. Les granges du Terrai et de Fontcalvy, entre Ouveillan et l'étang de Capestang, qui faisaient partie de la mense de l'abbaye de Fontfroide, prises et reprises par l'ennemi qui s'y était retranché, avaient connu le même sort et n'étaient plus que carcasses192. Les moulins sur l'Aude comme celui d'Emparre, étaient rompus et incendiés193. Ces métairies, proies faciles malgré les soldats qu'on essaya parfois d'y loger194, appartenaient aux personnages les plus en vue de Narbonne qui détenaient le pouvoir et s'activaient du côté de la Ligue. Cela explique en partie l'acharnement dont elles furent l'objet qui les laissa à l'état de pans de murs. Les biens servaient de substitut aux individus qu'on ne pouvait saisir dans ces luttes fortement personnalisées. Les pertes sont catastrophiques pour certains, et quasiment irréparables. Avec ces métairies disparaissait tout un capital accumulé par les générations précédentes dans le commerce que les héritiers retirés des affaires étaient bien en peine de retrouver immédiatement et encore moins de reconstituer. Il faut se garder d'exagérer les ravages en l'absence d'un inventaire détaillé. La mise à mal des grosses métairies bâties dans la jeunesse du xvie s., du grand élan de la conquête rurale, signe néanmoins, à cause de la signification qu'elles ont dans la dynamique économique et sociale du siècle, la fin d'une époque.

  • 195 Mais en plusieurs occasions on parle d'oliviers coupés. On verra ce qu'il en est des olivettes dan (...)

65Peut-on chiffrer ou au moins entrevoir les dommages causés aux récoltes et au bétail ? C'est d'eux dont on parle le plus. Mais ils ne concernent, une fois encore, que les territoires où l'on combat. Traumatisants car ils laissent les populations dans l'angoisse du lendemain, sans ressources pour l'hiver, sans possibilité d'ensemencer ou de travailler quand les attelages ont été dérobés, ils ne sont pas, remarquons le, systématiques, n'ont eu lieu qu'en deux ou trois occasions lorsque la lutte atteint sa phase la plus critique. Les moissons qu'entreprennent les soldats, l'incendie des récoltes sur pied ou des gerbiers n'ont jamais anéanti intégralement une récolte. Les textes parlent des grains. Ils se taisent sur les vendanges et la cueillette des olives, plus longues et difficiles à faire, moins stratégiques aussi aux yeux des belligérants car leur destruction n'affamait pas195. Les plus exposés sont les propriétaires, les plus gros, visés particulièrement, mais qui peuvent compenser partiellement par les hauts prix rémunérateurs quand ils sauvent quelque chose ; les petits et les sans-terre qui subissent la cherté. La période de la soudure où les grains finissent de mûrir est la plus dangereuse. Ensuite, on l'a vu, on s'est organisé. Tout ce qui peut être resserré part dans les villes.

  • 196 Tout n'est pas toujours perdu. Une partie des vols ne sont qu'une riposte, destinée à faire pressi (...)
  • 197 Comme le sr de Ricardelle.

66Les coups les plus rudes sont portés aux animaux. Le bétail aratoire et les troupeaux de moutons et de chèvres tués, volés ou dispersés manquent à la fois par ce qu'ils coûtent -la perte en capital est souvent supérieure à la valeur d'une récolte- et parce qu'ils enlèvent les moyens de travailler. Montels, Ouveillan, Coursan, Cuxac et Narbonne ont perdu le plus grand nombre d'animaux196. Ces localités ont vu leur cheptel aratoire réduit de 25 à 30 %. À Narbonne, les pertes ont été un peu moins élevées car on a pu mettre en sûreté beaucoup d'animaux. Par contre, conséquence de l'insécurité plus que des vols, les troupeaux de moutons voient leurs effectifs diminuer. Jean de Trégoin, pour ne prendre que cet exemple, déclare 200 moutons et brebis en 1593 contre 500 auparavant, proportion qui correspond à peu près à la diminution du bétail à laine dans la région. Pris séparément, ces dégâts paraissent n'avoir rien d'irrémédiable. Concentrés dans le temps à la fin des guerres, ils frappent parfois les mêmes personnes qui subissent à la fois la perte de récoltes, de bétail et de bâtiments ruraux197. C'est alors la ruine ou au moins une amputation sérieuse du patrimoine. On tient là une raison essentielle, on le verra, de la perte de dynamisme de certaines dynasties familiales.

  • 198 J. TISSIER, (1900) pièce 296, 12 août 1589. Fontfroide paie un lourd tribut aux guerres : domaines (...)
  • 199 Ibidem, pièce 94, 16 septembre 1585.
  • 200 Ibidem, pièce 291.
  • 201 En 1589, ibidem, pièces 231, 235 sq.
  • 202 A.M.N., dossiers de la comptabilité consulaire, demandes de défalquement, 1593.
  • 203 Ibidem.

67Que penser des pillages effectués autant par ceux qui sont chargés en principe de protéger que par les soldats du camp adverse eux-mêmes, comme ce capitaine Mounié envoyé au nom de Narbonne garder le monastère de Fontfroide qui emporte les meubles, 4 à 500 setiers de blé, un calice d'argent et d'autres objets précieux198 ; des vols de marchandises, des rançons, de leur extension réelle et de leur impact économique ? Si beaucoup de choses enlevées lors des pillages sont gâchées et bradées, tout n'est pas perdu pour tout le monde. Faire des prisonniers, rançonner, est une pratique universelle entre 1589 et 1592. Tout le monde s'y livre, personne n'est à l'abri. Un Gruissanais va-t-il à Vendres pour s'informer de son bétail ? On le retient prisonnier deux jours199. Dom Anglade, prieur de Fontfroide, est mandé le 8 août 1589 à Bizanet pour parler à un certain Despeugiolz du parti de Montmorency ? Ce n'est qu'un traquenard pour le faire prisonnier, mais il parvient à s'échapper200. Les marchands, plus souvent sur les routes et de bonne prise car ils ont de quoi payer, sont les plus visés. Les conséquences ne sont pas trop graves lorsqu'ils sont victimes de la véritable guerre que se livrent un moment Narbonne et Carcassonne201. Les marchandises saisies sont restituées, les marchands retenus rapidement élargis. On ne connaît pas d'exemple d'arrestation et de mise à la rançon de gros marchands narbonnais. Ils circulent peu eux-mêmes, disposent d'un réseau de relations suffisamment étoffé dans tous les camps pour parer à toute mésaventure. Les commerçants de moindre envergure sont les plus exposés. François Serre reste deux ans prisonnier des huguenots qui ne le relâchèrent qu'après avoir tiré de lui tout ce qu'ils pouvaient. Il dût vendre la totalité de ses biens. Pierre Escalier, Antoine Fornier, réfugiés à Gruissan quand le lieu fut pris en 1591, furent amenés à Béziers, relâchés contre une rançon payée par des amis qu'ils durent rembourser202. Francisco Raimondi, un marchand milanais établi à Narbonne, tombé aux mains des ennemis et emprisonné, ne sortit du cachot qu'après avoir accepté de verser 1 000 écus203. Si l'on en croit les dossiers déposés au greffe du consulat de Narbonne la proportion des trafiquants ainsi séquestrés et dépouillés s'élève au moins à 4 à 5 %. L'argent ne revient pas au commerce ou très indirectement. Qui en profite ? Les grands pour financer la guerre ? Peu. Les simples soldats ? Pas toujours. Ils se partagent le butin au retour des razzias, aussitôt dépensé en coups à boire et en ribaudes. L'incertitude du lendemain pour eux est telle qu'ils n'accumulent pas ; l'argent leur brûle les doigts. Les capitaines, les chefs subalternes nécessaires et recherchés en profitent davantage, et pour cela sont une plaie. La période des troubles de religion a entraîné une redistribution de la richesse. Des exemples ont été donnés de pillards qui s'enrichissent de leurs rapines. Malgré l'affirmation de M. Baliste on ne peut citer en Narbonnais de capitaines ou de hobereaux qui aient amassé ainsi une fortune. Ce n'est pas dans cette région qu'à l'occasion de la guerre se forgent des destins remarquables et se jettent les bases d'ascensions familiales. Globalement, le Narbonnais, la ville surtout, ont beaucoup plus perdu que gagné à cause de l'entrave à l'activité des individus, de l'appauvrissement de nombre de marchands sans que la redistribution occasionnelle des richesses se traduise par une relance de la consommation ou de l'investissement.

  • 204 Cf. supra ; G. LARGUIER, (1977) p. 45-46. Damville annonce l'envoi d'une garnison de 50 hommes d'a (...)
  • 205 Idem.

68Pillages et rançons ont cependant moins appauvri le pays et fait de mal que les garnisons. Celles-ci, par bien des aspects, et ce à quoi finalement elles reviennent, s'apparentent aux rançons et sont une forme organisée, collective et au premier abord moins délictueuse, du brigandage qui s'exerce non sur des individus mais sur des communautés. Les exemples qui concernent Ouveillan, collectés par le recteur Amadou ont valeur d'exemple plus général204. Le seul moyen d'échapper aux soldats est de payer l'équivalent de ce à quoi revient leur entretien. On peut chiffrer ce qu'il en coûte d'éviter les soldats ou d'en obtenir le délogement, jamais leurs ‘mangeries’ quand ils sont quelque part et les privations des habitants. Les sommes exorbitantes demandées, équivalentes dans le cas d'Ouveillan à près d'une année d'impôt, exigibles sur le champ, sont de vraies calamités. Une solution ? Puisque les communautés entières se trouvaient concernées et voulaient se libérer on puiserait dans le patrimoine communautaire... qui n'était pas inépuisable. Le Conseil général assemblé décidait de se séparer des biens de l'œuvre paroissiale, du purgatoire, des chapelles. Les consuls et les marguillers d'Ouveillan mettaient en vente en 1574 deux maisons, un ferragal et deux champs de l'œuvre paroissiale, ce qui rapporta 347 l., sans compter le prix d'une des deux maisons dont on ne sait pas le montant. Deux ans plus tard, le Conseil général de la communauté autorisait l'aliénation des biens du purgatoire, une maison et un champ, ainsi que la poursuite de la vente des biens de l'œuvre : six champs, deux vignes, la moitié d'un pré. L'année ne s'était pas achevée que l'on recommençait à proposer les terres de l'œuvre à qui voudrait bien les acquérir. Cette fois, on mit sur le marché les olivettes auxquelles on n'avait pas encore touché. Ceci ne suffisant pas, la communauté fit subir le même sort aux biens d'une chapelle fondée par Michel Loches consistant en une maison et une vigne. Tout y passa, cédé au plus mauvais moment, dans la précipitation. L'œuvre qui jouissait de 80 sétérées -15,5 ha- perdit tout alors, un capital foncier qu'elle ne reconstituera plus205.

  • 206 A.D.A., notaire Nicolas Bernard de Caunes, 1577, 3 E 14131.

69Grâce au recteur Amadou qui a colligé scrupuleusement tous les titres qui de près ou de loin touchaient à sa cure, on aperçoit l'ampleur des cessions et leur chronologie. Les communautés sont prises à la gorge tôt, au milieu de la décennie 1570. Dix ans plus tard, il ne reste rien des biens d'Église alors que le plus dur de ce qu'auront à endurer les habitants n'est pas encore venu. Le manque de rigueur de la tenue des archives villageoises ou leur disparition empêche de dresser un tableau exhaustif des aliénations. Mais dès qu'un registre de notaire est conservé, on voit exactement les mêmes choses se reproduire. Ainsi à Trausse en Minervois, par exemple. Le conseil général s'assemble en 1577 à plusieurs reprises dans des réunions particulièrement nombreuses et enfiévrées pour décider de la vente à l'inquant public des biens et de l'hérédité légués au purgatoire par les sieurs Bruguières et Estienne Benezech206.

70Ainsi disparaît un patrimoine constitué depuis le xive s., de grande signification car, après la grande vague des dons aux églises et aux communautés monastiques et la phase triomphante de l'expansion des xie-xiiie s., sa naissance puis sa constitution marquèrent une certaine désaffection à l'égard de l'Église, des chapitres et des ordres religieux, correspondirent avec les temps difficiles à un repli sur l'horizon plus restreint de la paroisse qui s'accompagnait, parallèlement, d'une conquête des droits individuels et d'une affirmation des institutions communautaires. Les fidèles ne donnaient plus pour que s'édifient des empires fonciers aux mains d'ecclésiastiques de la ville ou d'ordres monastiques, mais à l'église de leur patrie et à la paroisse. Les laïcs, consuls et marguillers, géraient ces biens rassemblés peu à peu en toute liberté, autonomie et, peut-on dire, souveraineté. Oeuvres, purgatoires, chapelles, constituèrent d'ailleurs le premier patrimoine matériel de la communauté et le seul vraiment consistant, un espace de liberté et d'action pour les habitants. Ce caractère qui établit une symbiose étroite entre communauté et paroisse, telle que les habitants dans leur esprit n'en faisaient guère la distinction, s'affirma d'autant plus aisément et fortement que les curés en titre ne résidaient pas et déléguaient le service divin à des vicaires stipendiés. Par là aussi, elles distendaient les liens entre la ville et la campagne en même temps qu'elles créaient un domaine retranché des relations de domination seigneuriale. Il était naturel que les habitants, devant l'urgence, pensent à ce capital. Cela ne souleva pas de protestation d'ailleurs. La communauté en use librement. C'est bien au Conseil général que l'on discute de la mise en vente et que sont prises les décisions. La portée de sa disparition, car on ne se contentait pas d'écorner ce qui avait été transmis par les pieux paroissiens, va au-delà des difficultés de l'heure, de l'argent qu'on en retire, mangé et bu par les soldats. Elle affaiblissait singulièrement la communauté des laïcs en éliminant un des piliers sur lesquels la communauté d'habitants vivait depuis le milieu du xive s. Dramatique sur le moment, on l'aperçoit bien à Ouveillan car les moyens d'assurer le culte, le nombre d'offices s'en trouvaient encore un peu plus réduits, alors que les curés concevaient leurs bénéfices comme des biens de rapport et se souciaient du service divin comme d'une guigne, l'aliénation du temporel paroissial prépare et facilite, paradoxalement, le retour en force de l'Église et du curé en milieu rural.

  • 207 C. MICHAUD, (1983).
  • 208 A. N.. G* 8 1390, f° IIm VIIc LXVv° - IIm VIIc LXXIII.
  • 209 E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 359-371.
  • 210 L'extension des biens d'Église est-elle moindre ? Peut-être aussi, en Narbonnais, ne voit-on pas l (...)

71On a beaucoup insisté sur la vente des biens d'Église de la seconde moitié du xvie s., répétition d'une vente des biens nationaux. On la connaît mieux car elle a laissé des répertoires et des inventaires. Dans le diocèse de Narbonne, le clergé paie correctement les décimes, mieux d'une manière générale que les autres diocèses du Languedoc et ne rejoint que tardivement le front du refus au prélèvement fiscal au profit du gouvernement royal207. Le diocèse de Narbonne, par exemple, est le seul avec celui d'Agde à ne pas accumuler de restes pour les trois décimes réclamés en 1568-1569. Aussi, l'ampleur des ventes est-elle relativement limitée. La seule qui ait une réelle importance concerne l'archevêché. Mais elle n'est pas en terre narbonnaise puisqu'il s'agit de la baronnie du château d'Appray en Roussillon, vendue 9 8001. à Bernard Joly, un gentilhomme de Perpignan208... Il n'y a donc pas en Narbonnais de transfert massif de propriété. L'absence de protestants ainsi que d'une noblesse ancienne peut-elle servir d'explication ? Une alliance entre 'huguenots, légistes, gentilshommes' pour dépouiller l'Église ne peut se constituer, comme on l'aperçoit du côté de Nîmes209. L'hostilité à l'égard de l'Église est moins forte parmi les notables. On l'a vu tout au long du xvie s., trop d'ascensions sociales, d'intérêts, sont liés au siège archiépiscopal et à l'Église pour qu'on songe à s'y attaquer de front210. Les ventes plus humbles et dispersées, moins systématiques aussi, du patrimoine communautaire ont une signification et une importance au moins aussi grande.

  • 211 G. LARGUIER, (1977) p. 50.
  • 212 A.D.A., 3 E 2586.

72Mais les maisons, les champs, les vignes, les olivettes rendus à la propriété privée n'y suffirent pas. Il fallut payer jusqu'à l'extrémité du siècle. Le 2 août 1598, le conseil d'Ouveillan répartissait sur l'injonction du Connétable, les frais occasionnés par les cavaliers qui étaient restés dans le lieu de 1591 à 1596211. On recourut à l'emprunt. Combien ? On a du mal, là encore, à évaluer le total des sommes quémandées en catastrophe, dans les plus mauvaises conditions car les prêteurs potentiels capables de mobiliser immédiatement de grosses sommes en liquide n'étaient pas légion. Le seigneur du lieu, le noble qui possédait quelques parcelles dans le terroir, furent sollicités en premier. Les habitants se retournent pendant les troubles vers les puissants pour obtenir la protection qui leur épargnerait les soldats, leur éviterait le logement de gens de guerre ou mettrait à leur disposition les sommes dont ils avaient un besoin immédiat. Un exemple, parmi tant d'autres : le 23 avril 1586, les consuls de Mirepeisset empruntent à Jean de Brosses, sieur du Barri, gouverneur de Leucate, 50 écus212. Des liens nouveaux se tissent à l'occasion entre le noble et les communautés d'habitants. Le seigneur apparaît, dans le malheur, davantage dans la position du protecteur auquel on ne fait pas appel en vain, que dans celle du potentat qui exerce un pouvoir sans partage et pressure ses vassaux.

  • 213 A.M.N., BB 5, f° 533, 28 mai 1593.
  • 214 Ibidem, 30 août 1592, f° 469 v°. On récupérait bien tout ce qui était possible, les biens des habi (...)
  • 215 A.M.N., collecte des clavaires. Jean Delgua, blancher, associé à Raimond, maselier, a été obligé d (...)
  • 216 A.M.N., livre de taille, 1599, P 131 v°.

73Les petites communautés ne sont pas les seules à crouler sous les dettes. À Narbonne, les intérêts des emprunts s'élèvent à 2 000 écus en 1593213, ce qui situe les dettes à 72 000 l. environ. À titre de comparaison, la partie assignée à la ville la même année sur les impositions du diocèse montait à 3 000 écus, la dépense annuelle comptée en 1592 à 15 335 écus 5 s. 9 d., ce qui était exceptionnel. La peste est un gouffre qu'on ne maîtrise pas214. Les dépenses imprévues imposaient d'emprunter. Les finances municipales furent malmenées. La ville était jusqu'à la fin du xvie s. dans une position saine. Elle le devait à ses revenus patrimoniaux, aux exemptions, à la sollicitude du lieutenant au gouvernement du Languedoc, aux crues dont on chargeait le sel, véritable vache à lait et moyen commode de reporter sur les habitants de la province, par la fiscalité indirecte, une partie des charges qui incombaient à la ville. Le conseil usait aussi du moyen facile qui consistait à taxer les marchands étrangers habitant en ville215. Le groupe des négociants du Puy fut sollicité plus qu'à son tour. Mais ces expédients ne pouvaient se renouveler indéfiniment. La situation se dégrade dans la dernière décennie. Narbonne doit emprunter. La dette double en moins de dix ans. Narbonne se débat dans une crise financière aiguë. Le clavaire est même emprisonné 15 jours dans les prisons de l'archevêché à la réquisition de Jean de Brunet, le receveur des tailles du diocèse216. La décennie 1590 marque pour Narbonne la fin d'une partie de ses privilèges sur le plan fiscal. 1598-1599 la ramènent à de dures réalités.

  • 217 G. LARGUIER, (1977) p. 47.

74Les petites communautés ne disposaient pas de conditions aussi favorables que la ville ou de moyens de pression. Leurs seules possibilités, elles ne s'en privaient pas, étaient de tirer parti des rivalités, de s'essayer à une politique de bascule pour échapper aux charges. En 1586, Montmorency, bon prince, accordait aux Ouveillanais une remise d'impôts pour les deux années suivantes en considération des désordres de la guerre, cadeau facile pour Damville qui l'engageait peu -il ne s'était jamais maintenu plus de quelques semaines dans cette zone-. Cette libéralité visait en réalité à priver l'adversaire de ressources ou à le faire apparaître comme hostile au peuple217. Tous comptes faits, l'augmentation du poids des impôts dans les cinq dernières années de troubles, les plus difficiles, est de l'ordre de 30 à 40 %.

75S'appesantir sur la chronologie des troubles, leur forme, leur ampleur et leur géographie dans le Narbonnais resté catholique et devenu ligueur constituait un préalable à la poursuite de la description de la vie rurale et des trafics maritimes et terrestres. Si l'on peut, il faut faire le partage entre ce qui relève directement de la guerre et ce qui dépend de la conjoncture. Les troubles en Narbonnais prennent une intensité qui perturbe toute la vie du pays seulement au cours de la phase terminale, entre 1585 et 1592. C'est relativement tard, ce qui a le temps de laisser aux mouvements économiques ou de la propriété de se dessiner fermement auparavant. La guerre vient simplement contrarier ou accentuer des évolutions déjà largement amorcées. Mais les perturbations sont trop profondes pour que, à des titres divers et pas toujours de la même manière, toutes les catégories sociales n'en soient pas affectées, les individus, les familles, comme les communautés, les grands et les humbles, la ville et les villages. Seuls les artisans narbonnais, au premier abord, paraissent avoir été moins touchés. En fait, ils n'échappent pas à la diminution des commandes à cause de l'appauvrissement, de la peur du lendemain et des difficultés de communications qui raréfient la clientèle rurale.

76Mais au fil des années et des troubles, trois situations se sont dégagées : la ville, la ‘frontière’ du nord, la partie au sud et à l'est de Narbonne ; les Corbières par exemple qui continuent à vivre sans faire parler d'elles, restent largement à l'écart du passage des troupes et des exactions. Le Narbonnais n'est pas un bloc qui subit des événements partout en même temps avec une intensité identique. Il faudra s'en souvenir dans l'analyse des structures de la propriété foncière.

77En dehors des ravages et des destructions causées dans son terroir aux récoltes et aux métairies, Narbonne paraît relativement épargnée par la guerre. La peste de 1592 rétablit l'équilibre du malheur. Protégée des soldats par ses remparts elle devient, dès que le bacille a passé les portes, un foyer où l'infection s'enkyste. Les mesures rigoureuses d'isolement contribuent à accentuer le décalage entre l'espace urbain clos, replié par force sur lui-même, obligé d'attendre que la peste recule seule, et le pays resté en meilleure santé.

  • 218 Tous ces exemples sont pris dans les dossiers de défalquement au compoix, dossiers de la comptabil (...)

78Les malheureux qui n'osent ou ne peuvent pas fuir, prisonniers de la contagion ou du soupçon de peste, en réchappent parfois. Dans les dossiers déposés pour obtenir une réduction d'impôt en 1593 on relève de façon sûre cinq ou six cas. Ils perdent quand même une partie de leur mobilier, leurs instruments de travail et leur argent. La litanie des formules, les détails même, se répètent d'une requête à l'autre : il a fallu vendre le mobilier pour payer les honneurs funèbres du défunt, le bétail qui échappe aux vols meurt quand même... Le valet de Bernard Soulignac qui s'occupait de deux bêtes, contaminé, est sorti de la ville, Bernard Soulignac trépasse de la maladie. Les deux bêtes laissées sans soin meurent. Les autres membres de la famille vivent sur le capital et les marchandises, les épuisent presque entièrement. Pendant les semaines qui suivent le retour à la normale, Narbonne semble revivre les lendemains de la peste de 1348. Les ventes à l'encan se succèdent de manière ininterrompue. Il faut rembourser les dettes contractées, régler les cérémonies funèbres et les frais de sépulture. Cela ne touche pas uniquement les humbles comme on pourrait le croire. Antoinette Juer, fille et héritière de Jean Juer, un des plus beaux partis de Narbonne, se plaint que son oncle a vendu à l'encan les meubles de son père. Jean Séguy, un marchand assez bien pourvu puisqu'il possédait une maison île Saint-Pierre en Bourg, 5,5 ha de terre en champs, vignes, olivettes, prés, ainsi qu'un cabal de 250 l. et deux bêtes de somme a la même destinée ; l'inquanteur public disperse tout218...

  • 219 Par exemple, pour n'en citer qu'un : société de Martin de Cerezon et de Michel Portal.

79Une fois encore, tout ne fut pas perdu pour tout le monde. Avec autant de mobilier proposé au plus offrant il y eut de bonnes occasions à saisir. La vague de cérémonies funèbres engraissa les drapiers, les marchands de cierges et les desservants qui célébraient les offices. Mais l'insistance de tous les demandeurs sur les dettes qui les accable impressionne. À la fin des troubles de religion, l'endettement atteignait-il de tels sommets ? Les dépenses de la peste, la perte des revenus du travail entraînée par la maladie, l'isolement de la ville, étranglent une partie de la population. Les dossiers de ‘défalquement’ réunissent les situations les plus critiques. L'accumulation des décès et l'incertitude des successions précipitent aussi les demandes de remboursement des créanciers. On solde, massivement, les comptes et les dettes qui traînaient. De manière drastique et dans la douleur la peste assainit l'économie. Quelle est la proportion de ceux qui se retrouvent sur la paille avec un capital sérieusement amoindri car il faut ajouter encore les commerçants en société qui voient leur association partir à vau l'eau et leurs confrères qui détenaient le capital et des marchandises ne plus donner de nouvelles et disparaître219 ? Deux cents environ recensés, pour moitié des marchands, un quart des artisans, les autres se partagent entre les laboureurs, les notables... Ce qui fait un bon cinquième des cotes fiscales. Ce pourcentage reflète assez bien les atteintes par catégories sociales. Les brassiers sont peu nombreux à se plaindre. Les petits commerçants et les artisans bien davantage. Ce sont ces catégories intermédiaires de gens vivant correctement, avec une profession, des biens au soleil, qui sont les plus durement frappées. La peste de 1592 est aussi dommageable à Narbonne que la guerre. Elle contribue surtout à répartir les malheurs sur l'ensemble des catégories sociales et à en augmenter singulièrement les effets. L'épidémie survient à un moment de fragilité de la société.

80Une partie des dégâts, spectaculaires, sera rapidement effacée. Il fallait bien remeubler les maisons et rétablir le cadre quotidien, ce qui fournit du travail. D'autres ne sont pas mesurables en écus, marquent, à certains égards, comme le sac des métairies ou la vente du patrimoine paroissial, une rupture dans le siècle, voire multi-séculaire qui va bien au-delà d'une crise passagère ou même de l'épisode des troubles de religion.

Notes

1 H. L., t. XII, preuves, n° 237, p. 571-573.

2 Carte d'après les chiffres de Basville dans G. TILLY, (1986) p. 138.

3 Nombreuses abjurations dans les registres paroissiaux ; C. DELORMEAU, (1970), (1973) ; J. GARRISSON-ESTEBE, (1980) ; Dr. PROUZET, (1975) ; Le pasteur S. MOURS, (1958), (1959) ; J. TISSIER, (1900).

4 E. LE ROY LADURIE dans P. NORA dir., (1986), chap. Nord-Sud, p. 117 sq., carte p. 133

5 J. GARRISSON-ESTEBE, (1980) p. 67.

6 D. CROUZET, (1990) t. I, p. 348-349.

7 P. F. GEISENDORF, (1957), arrondissement de Narbonne, n° 206.

8 Lettre de Pierre Viret à Calvin, op. calv. t. XIX, col. 357-358, reproduite dans B.S.H.P.F., t. XXV (1870), p. 106-108.

9 A. D. Haute-Garonne, B Parlement, arrêts criminels, décembre 1538.

10 C. ROQUES, Inventaire de la série B, Haute-Garonne, t. I, p. 418-419.

11 C. DELORMEAU, (1970) ; L. GUIRAUD, (1918-1919) p. 125-126, Preuves, p. 263-264.

12 Cf. infra, B.

13 P. Deapchier, conseiller de deuxième rang de la matricule depuis 1557, consul en 1563, 1567, 1580, est nommé syndic général de la ville en 1568.

14 A.M.N., BB 2, f° 194, 20 mai 1569.

15 Ibidem, BB 2, f° 208, 18 avril 1569 : réquisition au gouverneur de la ville de faire sortir « ceulx qui sont suspectz de la religion » ; f° 225, 23 janvier 1570, le viguier demande la liste nominative des suspects de la religion.

16 C. DOUAIS, (1891).

17 Consul en 1574, 1601.

18 G. LARGUIER, (1977) p. 47.

19 J. GARRISON-ESTEBE, (1980) p. 17 sq.

20 Ibidem, p. 39 sq.

21 Cf. infra, chap. IX.

22 Cf. compoix de 1499. Jean Vincent libraire de Narbonne s'engage à relier les bréviaires et missels que le chapitre Saint-Just fait imprimer à Lyon. A.D.A., G 31, f° 80, 30 septembre 1529 et f° 32-33, 5 juin 1527.

23 Cf. infra, chap. X.

24 À cause de cela aussi, peu de gens du Narbonnais participent aux guerres d'Italie et de la première moitié du XVIe s. et ne sont donc pas concernés par la démobilisation qu'entraîne la paix.

25 Cf. chap. précédent.

26 Cf. les Juer, chap. X.

27 La fille du baron de Fourquevaux, par exemple, est abbesse du couvent de Notre Dame des Olieux de Narbonne.

28 Cf. infra, chap. X.

29 GACHES, Mémoires... p. 463.

30 Mais il serait intéressant de savoir dans quels milieux se recrutent les quelques religionnaires que l'on compte à Narbonne. Masse Hamelin est un artisan.

31 En 1563 des expéditions sporadiques de religionnaires seraient menées vers Cuxac. Il paraît y avoir confusion entre Cuxac-d'Aude et Cuxac-Cabardès ; H. L., t. XI, p. 433 et 434.

32 Dr. PROUZET, (1975) p. 24.

33 Ginestas, Fonds Teilhan, Saint-Nazaire 1570 ; G. LARGUIER, (1977) p. 84.

34 A.M.N., BB 3, f° 207 v°, 20 mai 1574.

35 Ibidem, BB 3. f° 203.

36 Ibidem, f° 258 v°, 13 juin 1575.

37 Ibidem, 17 juillet 1575, f° 269 ; f° 293 v°, le 25 septembre le rateau qui barre l'entrée du port est demeuré grand ouvert...

38 Sur les alarmes, J. TISSIER, (1900) 1581, documents n° 54, 56, 57 ; mars-avril 1585, documents 59, 60, 63... Elles paraissent d'autant plus fondées que les ‘surprises’ sont constantes. Gaches se complaît à les rapporter comme tous les autres mémorialistes. Le Maréchal de Joyeuse ne s'en privait pas, cf. Journal de Louis Charbonneau, p. 11.

39 A.M.N., BB 5, f° 23, 21 mai 1585.

40 Dr. PROUZET, (1975) p. 32-33. Acceptation du conseil de Narbonne de payer pour les vivres de l'armée de Damville qui fait le siège de Nîmes. Même avec M. de Rieux avec qui les rapports sont souvent tendus, les relations restent longtemps étroites : 11 mars 1572, offre, avec l'archevêque, de la somme nécessaire pour aller chercher du blé en Provence, A.M.N., BB 3, f° 87, 11 janvier 1577, avance de 1 000 1., ibidem, BB 4, f° 360...

41 Ibidem, BB 3, f° 145, 8 février 1573.

42 A.M.N., BB 4, P 14, on lui fera don de ‘mangalhes exquises’. Ibidem, f° 76 v°, 18 août 1577 ; P 98 v°, 3 novembre 1577.

43 C. DOUAIS, (1891) p. 27.

44 Il suggère de « députer commissaires, gens de bien et d'autorité pour en informer secrètement ».

45 A.M.N., BB 5, P 128, 2 mars 1589, déclaration de noble Joachim de Trégoin seigneur de Malvezy et de Saint-Amans au conseil : « nostre resollution n'est aultre que de vivre et mourir en la relligion catholique, apostollique et roumaine, exposer nos vies et nos biens pour la manutention d'icelle, promectant et jurant de ne recepvoir en lad. ville aucung hereticque ny faulteur d'iceulx, Monsieur le duc de Montmorency ni aultre uny avec eulx... »

46 Cf. infra, D.

47 Toute tentative pour faire une évaluation précise des pertes humaines est vouée à l'échec. Les mémorialistes, les correspondances consulaires ou privées, avancent des chiffres qui paraissent exorbitants par rapport aux résultats obtenus : des dizaines, voire des centaines de morts à chaque fois. On n'a guère d'évaluations précises pour les combats qui se déroulent en Narbonnais.

48 Cf. GACHES, Mémoires... p. 182.

49 G. LARGUIER, (1977) p. 43-44.

50 Ibidem, p. 47.

51 C. DOUAIS, (1891) p. 27. La ville ne met guère plus d'enthousiasme à accueillir des soldats. Elle essaye à plusieurs reprises de s'en libérer ou de les éviter : 11 octobre 1571, le conseil envoie de toute urgence une députation à la cour pour éviter deux compagnies du régiment de Saint-Geran, BB 3, f° 56 ; 31 août 1572, le conseil intervient partout pour se libérer des deux mêmes compagnies, BB 3, f° 109 ; 8 avril 1582, les consuls répondent au Maréchal de Joyeuse qui veut augmenter les troupes qui défendent la ville que « aucungs des habitans qui sont de si mauvaize volonté qu'ils rejestent tous leurs commandemens, reffuzans de recevoir et norrir ung seul soldat », BB 4, f° 276.

52 Engagé du côté de Montmorency, Mazamet participe aux occupations de Bize. Un de ses principaux faits d'armes est la prise de Lézignan le 6 mai 1576 où il s'empare du couvent des Dames de Sainte-Claire qu'il pille et dont il jette les religieuses à la rue ; J. EUZET, (1988) p. 146-148.

53 C. DOUAIS, (1891) p. 28 ; Journal de Charbonneau... p. 63-64 ; GACHES, Mémoires...

54 J. TISSIER, (1900) pièce 42, 11 février 1575, de Barbaira à Capendu l'ennemi arrête et fait des prisonniers.

55 A.M.N., BB 2, F 17 v°, 5 août 1565.

56 E. LE ROY LADURIE, (1983) t. II, p. 16-17.

57 Dr. PROUZET, (1975) p. 32.

58 A.M.N., BB 2, f° 30, 11 décembre 1565 ; Monsieur Deapchier livrera 3 000 setiers ; la moitié en janvier-février, l'autre moitié à la fête de Pâques.

59 Ibidem, BB 2, F 61 v°, 31 mars 1566.

60 Le droit de cosse se levait sur les blés apportés au marché par les étrangers, il s'élevait à 1/32e, soit 3 % environ. Son poids était d'autant plus vivement ressenti que les prix montaient. Nouvelle déclaration de remise du droit de cosse le 23 juin, ibidem, P 77 v°.

61 G. et G. FRECHE, (1967) p. 45.

62 Trois compagnies du régiment de Salaboz.

63 A.M.N., BB 3, P 28, 8 février 1571.

64 Ibidem, P 48 ; cet approvisionnement « est très requis et nécessaire, causant la faulte des bledz qu'est en la présent ville de Narbonne et stérilité de la présent année ».

65 Ibidem, f° 53 v°, 1er septembre 1571.

66 Ibidem, f° 109, 31 août.

67 Ibidem, f° 104, devant la protestation des habitants, les soldats seront logés dans les hôtelleries et non chez les particuliers.

68 Ibidem, f° 118, 7 décembre 1572.

69 GACHES, Mémoires... p. 131, la neige tombe en abondance le 25 décembre, l'Agout gèle.

70 Ibidem, f° 273 v°, 25 juillet 1575.

71 Journal de Charbonneau... p. 26.

72 Idem, p. 29.

73 Idem, p. 38.

74 Pour Charbonneau la raison serait que M. de Rieux revenait de la Cour portant commission du roi d'avoir avec lui ordinairement 50 hommes de garde. Les consuls se méfiaient : ils enlevaient aussi les clefs que le viguier avait en sa possession. Craignaient-ils que Rieux très proche de Montmorency ne livre la ville avec sa complicité ?

75 H. L., t. IX, p. 729.

76 On le sait, cela ne fut pas suivi d'effet car les officiers refusèrent d'obéir.

77 J. TISSIER, (1900) pièces 98 et 101.

78 Il ne fait pas mystère aux États qu'il assemble à Pézenas, qu'il prendrait tous les deniers publics.

79 Montmorency percevait déjà la ferme des salins de Peccais.

80 A.D.A., 71 C 1 et 2. États généraux des recettes des droits forains de la province de Narbonne, sénéchaussée de Carcassonne et de Béziers ; cf. infra, chap. IX.

81 Cette monnaie est établie en mai 1586. Une autre avait été préalablement ouverte à Beaucaire.

82 J. TISSIER, (1900) pièce 78, 19 août 1585. Du bétail appartenait à monsieur Baliste, Journal de Charbonneau... p. 48-49.

83 J. TISSIER, (1900) 20 août, pièce 79 ; 24 août prise du domaine de Vires, pièce 83. Le 7 septembre une troupe tient le passage de Villedaigne et s'empare de marchands, pièces 91 et 92.

84 Ibidem, pièce 89, 29 août 1585, Bernard et Jean Fabre bourgeois de Narbonne sont fait prisonniers ; pièce 92, lettre de Joyeuse, 8 septembre : « je fays ce que je puis pour recouvrer le fils de Fabre et en auffre ung qui meritoit estre pandu et sans le fils de (Fabre) il le serait deja ».

85 Ibidem, pièce 91.

86 Ibidem, pièce 103.

87 Journal de Charbonneau... p. 57.

88 Ibidem, p. 51.

89 J. TISSIER, (1900) pièce 107.

90 Ibidem, 7 janvier 1586, pièce 110. À ces plaintes répondent celles des habitants de Puisserguier en septembre 1586 qui excédés de « se veoir estre rongés et encore batteuz », d'être obligés de jeûner pour nourrir les soldats se lèvent une nuit, trouvent les soldats qui devaient faire la surveillance endormis, les désarment et s'apprêtent à les jeter dehors, pièce 155.

91 Journal de Louis Charbonneau... p. 57.

92 Idem, p. 60.

93 J. TISSIER, (1900) pièce 126, 10 février 1586.

94 Ibidem.

95 Ibidem, pièce 124, 8 février 1586 ; réponse des consuls de Marseille, pièce 133, 8 mars 1586.

96 Sur les aventures de cette galère : Journal de Charbonneau... p. 54.

97 J. TISSIER, (1900) pièces 137, 293 ; Journal de Charbonneau... p. 64. Gaspard Dot faisait aussi du commerce. En août 1587 par exemple il charge à la foire des draps bijarres et estamets pour Antoine Villeurbanne de Narbonne et Antoine Blanc de Nice à destination de Nice ; A.D.A., 73 C 33.

98 J. TISSIER, (1900) pièce 125, 15 février 1586 ; Journal Charbonneau... p. 64.

99 Journal de Charbonneau... p. 61-69.

100 Du blé arrivait aussi encore par mer à Narbonne. Quatre barques portant 600 setiers étaient dans le port de Narbonne au début du mois d'avril, Journal de Charbonneau... p. 66.

101 Ibidem, p. 74.

102 G. et G. FRECHE, (1967).

103 Journal de Charbonneau... p. 74-75.

104 Trêve entre les diocèses de Béziers, Narbonne, Saint-Pons protégeant le bétail, autorisant le labourage et la récolte mais non le commerce, signée le 23 juin, valable jusqu'au 31 août. Elle sera prolongée jusqu'à la fin de l'année et à peu près respectée malgré quelques manquements, J. TISSIER, (1900) pièce 145.

105 Ibidem, pièce 155, lettre de Puisserguier, pièce 164, lettre d'Ouveillan.

106 L'été 1587 très médiocre, frais, pluvieux, retarde les récoltes ; la mortalité est élevée, Journal de Charbonneau... p. 71.

107 GACHES, Mémoires... p. 364.

108 Plaintes des consuls de Ginestas, Mailhac, J. TISSIER, (1900) pièces 174-175.

109 Leucate est livrée le 28 avril 1589, J. TISSIER, (1900) pièces 196-197.

110 Ibidem, pièces 217, 597.

111 Ibidem, pièces 260, 261.

112 Ibidem, pièces 262, 269, 275.

113 Ibidem, pièce 271 : Monsieur de Cogomblis de Pérignan le 22 juillet 1589, pièce 287, 5 août...

114 Ibidem, note 1, p. 236, 22 et 23 juillet.

115 GACHES, Mémoires... p. 291.

116 Les consuls de Narbonne au duc de Joyeuse, 6 août 1589, J. TISSIER, (1900) pièce 290.

117 GACHES, Mémoires... p. 395 ; J. TISSIER, (1900) pièces 303, 304, 308, 310.

118 J. TISSIER, (1900) pièce 317.

119 Ibidem, 20 octobre, pièce 343.

120 Ibidem, pièces 313 sq., 350. Le 28 octobre encore, deux mois après la conclusion de la trêve, un capitaine Melon, habitant de Narbonne, posté à la hauteur de Conilhac, arrêtait un chargement qu'un marchand de Carcassonne, le sieur Felines, venait d'acheter à Narbonne, composé de serge de Florence, de velours, de bas de soie, entraînait les charretiers à Fontcouverte qui lui servait de base et ne les relâchait qu'après les avoir délestés de leur bourse, argent, capes, poignards, copieusement molestés et blessés. Ces deux affaires, dont on connaît le détail, sont exemplaires, témoignent pour les autres restées ignorées, pour des intermèdes où l'on a en principe déposé les armes, et permettent de camper à merveille les hommes, les théâtres des méfaits et les courants d'échanges.

121 Ibidem, 6 novembre, pièce 352.

122 Ibidem, pièces 360, 361, 362, 364, 365.

123 F. BRAUDEL, (1985) t. II, p. 487.

124 J. TISSIER, (1900) pièce 255.

125 Ibidem, 9 août 1589, pièce 293.

126 Ibidem, p. 268, note 1.

127 R. BUSQUET, (1977) ; W. KAISER, (1992).

128 A.D.A., 71 C 1, 21 janvier 1595 : 13 rames grandes de galère, 23 petites ; 9 mars : 32 rames grandes ; 11 mars : 43 rames grandes...

129 F. BRAUDEL, (1985) t. II, p. 487.

130 Les Narbonnais venaient d'engager ce patron pour remplacer Barberoussette. Si l'on en croit Gaches, en effet, Barberoussette fait prisonnier par les troupes de Montmorency, amené à Béziers, aurait reçu des menaces telles qu'il aurait préféré, pour garder la vie sauve, livrer le Brescou. On n'entend plus parler de Barberoussette sur la côte. Mémoires sur les guerres de religion... p. 396.

131 A.D.A., non coté, cote provisoire B 208 ; livre du bureau de la foraine de Narbonne : 17 décembre 1592, 5 janvier 1593, 11 janvier, 14 janvier, 21 janvier...

132 Ibidem, 23 mars, 12 juillet 1596.

133 A. N., K 1708, dans F. BRAUDEL, (1985) t. II, p. 488.

134 A.M.N., 2 mai 1598, BB 5, f° 245 v°.

135 C'est une des dignités du chapitre de l'église cathédrale de Narbonne.

136 F. BRAUDEL, (1985) p. 488, 22 juin 1590 ; A.M.N., BB 5, f° 274 v°, 8 juillet 1590.

137 A.M.N., BB 5, F 255, 22 mai 1592.

138 J. TISSIER, (1900) pièce 381, 5 septembre 1591. Quelques compagnies seulement participent au siège de Leucate défendue par Françoise de Cezelli.

139 Ibidem.

140 A.M.N., BB 5, F 295, 7 octobre.

141 600 hommes, H. L., t. XII, preuve 431.

142 A.M.N., BB 5, F 307 sq. ; EE 8, supplique aux viguiers et juges royaux et information de la tentative faite sur la ville par les soldats du duc de Joyeuse.

143 Ibidem, J. TISSIER, (1900) 6 novembre 1590.

144 J. TISSIER, (1900) pièce 394, 9 février 1591, lettre des députés de la ville de Narbonne aux États.

145 C'est pendant cette attaque que l'armée de Montmorency, plutôt que de tenir les villages, en profite pour s'infiltrer vers Narbonne et surprendre les Espagnols.

146 15 novembre 1590, GACHES, Mémoires... p. 406-407. Des divisions minent l'armée de Montmorency. Le duc, aussi, est peu sûr du Bourg de Carcassonne qui est prêt à l'abandonner. La situation de Joyeuse n'est pas meilleure. Il en est réduit à solliciter l'aide de Narbonne pour avoir quelques soldats à placer dans Quarante, A.M.N., BB 5, f° 326-327.

147 J. TISSIER, (1900) pièce 403.

148 Arrivée de charges d'argent pour payer l'armée, A.M.N., BB 5, f° 374.

149 J. PROUZET, (1975) p. 122-123.

150 J. TISSIER, (1900) 31 août 1591, lettre 418.

151 Ibidem, pièce 425, 5 novembre.

152 Ibidem, pièce 427.

153 Le duc dans une de ses lettres, le 18 décembre, tente de dégager ses responsabilités en faisant grief à la ville de son manque de rigueur. Il laisse entendre que si l'épidémie a pris une telle ampleur c'est à cause du peu d'ordre qui règne dans la ville, J. TISSIER, (1900) pièce 432. Le reproche était partiellement fondé. Le registre des droits forains de l'année 1591 -A.D.A., 71 C 6- montre que le 18 décembre, encore, Pierre Laugier marchand de Narbonne enregistrait pour le compte de Guillaume Gleizes marchand de Toulouse, une cargaison de 148 quintaux de pastel à destination de « l'isle de Toulon pour faire quarantaine puis le porter où bon lui semblera ». Lucide sur les moyens de combattre le fléau, le duc remarque dans sa lettre : « c'est une maladie qui s'en va plus tost des villes par un bon ordre que par mediquamens ». Le 21 décembre il écrit encore : « la ou l'on y establit une bonne police le mal n'y dure poynct », J. TISSIER, (1900) p. 376.

154 24 janvier 1592.

155 F. BRAUDEL, (1985) t. II, p. 488-489.

156 GACHES, Mémoires... p. 463. La guerre était déclarée déjà entre les deux royaumes.

157 On revient très vite à la situation ‘normale’. La retenue des Narbonnais à l'égard de l'Espagne et leur peu de confiance trouve une justification. Le 15 mai 1597, Jean de Belissen qui commande la tour de La Nouvelle reçoit des nouvelles d'un ami d'Espagne l'informant que des troupes sont parties de Castille pour se diriger vers Narbonne. À leur tête, le comte de Lodron qui commandait le contingent espagnol devant Narbonne, A.M.N., BB 5, f° 802 v°.

158 Les contemporains ne s'y sont pas trompés. 1592 est bien pour eux la fin de la guerre civile en Languedoc. Gaches, une fois encore, exprime bien le sentiment général après Villemur : « Nous voici arrivés à la fin de l'année et par cette signalée défaite peu s'en faut à la fin de nos misères, après laquelle la trève ayant esté publiée, le Languedoc commença à reprendre une nouvelle face, et les habitans des villes qui avaient esté, resserrés durant six années sans oser aller voir leurs biens ruinés, y alloient pour faire reprendre la culture. Les marchands travaloient à restablir le commerce et, par cette pratique et communication, aplanir le chemin de la paix », Mémoires... p. 440.

159 Le duc de Joyeuse est un peu prompt à affirmer le 19 août, sur des nouvelles reçues de Narbonne, que la santé est rétablie ; J. TISSIER, (1900) pièce 449. Le conseil de la foraine ne reprend ses audiences que le 7 décembre 1592. Le greffier du bureau de la foraine reste réfugié un an à Sigean. Le scribe ajoute : la contagion a duré « un an ou plus » -A.D.A., non coté, cote provisoire B 208, f° 54 v°-. Le 23 janvier suivant, Raimond Cadail reçoit 20 écus pour le salaire de 2 mois qu'il vient de passer à désinfecter les maisons de la ville, A.M.N., comptabilité consulaire, pièces justificatives. Ces justificatifs des dépenses engagées par le clavaire avec l'aval des consuls prouvent bien que l'épidémie n'a pas cessé à la date où Joyeuse se réjouit de ce que la santé est rétablie à Narbonne. Divers comptes de dépenses pour la nourriture des pestiférés regroupés à l'hôpital de la peste hors de la ville, vont au delà de cette date. Un compte de Pierre Berthomieu, capitaine de la santé, pour me Bouzigues chirurgien de la contagion, va du 10 juillet au 29 août. Ce même Jean Bouzigues reçoit ses gages de chirurgien de l'hôpital hors la ville (25 écus) le 16 décembre 1592. La contagion avait néanmoins diminué d'intensité. Le 17 octobre le capitaine Soucaille de Villerouge amenait 15 soldats envoyés par M. d'Auriac pour la garde de la ville. À partir d'octobre, Narbonne peut à nouveau mieux organiser sa sécurité : 50 soldats gardent les portes.

160 Ibidem, BB 5, f° 415 v°.

161 Ibidem.

162 J. TISSIER, (1900) pièces 433, 435, 438...

163 Ibidem, pièces 434, 438.

164 Liste insérée dans le registre de collecte de 1557. Le petit cahier porte pour titre : amende « par mandement de Monseigneur le duc de Joyeuse sur les habitants qui se sont absentés de la ville à cause de la santé ». Commencé le 13 mai, il va jusqu'au 8 juillet.

165 Noble François de Guissane. Monsieur d'Autamar refusera finalement la fonction.

166 Demandes de défalquement, comptabilité consulaire, années 1592, 1593.

167 Comptabilité consulaire, 1592.

168 Cf. infra, chap. IX.

169 J. TISSIER, (1900) pièce 446 ; comptabilité consulaire, 1593, défalquements.

170 Ibidem, pièce 450, arrivée à Ouveillan, Capestang, Puisserguier d'une troupe, 6 octobre 1592.

171 Raisins séchés au soleil, appelés aussi panses dans les cargaisons.

172 Ibidem, pièce 456.

173 Ibidem, pièce 463. Le capitaine se prénomme dans cette lettre Agostino. Ces incidents s'expliquent par le fait que Gruissan, depuis juillet 1592, reste aux mains des adversaires de la Ligue.

174 Ibidem, pièce 562.

175 A.M.N., BB 5, 20 avril 1594, P 587 v°, 588 v°.

176 Ibidem, BB 5, P 533 à 540. Le 2 avril, le duc de Joyeuse vient au conseil en compagnie de Monseigneur de Lestang évêque de Lodève... Il aurait voulu que les Jésuites prennent en main les destinées du collège. Le conseil s'y refuse : « plusieurs fois, ce faict a esté propozé aux habitans ; que par plusieurs considérations la ville ne trouve pas bons les Jésuites... », début d'une longue hostilité narbonnaise à l'égard des Jésuites.

177 Ibidem, BB 5, f° 286, 7 août 1590.

178 Ibidem, dossiers des comptes consulaires, 1590, dossier « instance contre le Sr de Sérignan » : construction d'un corps de garde hors de la ville, d'une maison pour servir à l'écurie, hors les murs, réparation des murailles derrière Lamourguier...

179 Ibidem, comme monsieur de Mus, monsieur d'Agel, monsieur de la Salle, dossiers des comptes consulaires, 1592. Une maison du sr de la Salle sera toutefois vendue et achetée par le sr de Caursin pour 100 écus le 27 janvier 1591.

180 A-t-on démoli aussi la maison que Delort possédait en ville ? C'est ce que laisse supposer l'instance engagée par le fils de Sérignan devant le parlement de Toulouse.

181 A.M.N., BB 5, f° 581.

182 Un exemple parmi cent : A.D.A., 3 E 8342, 8 avril 1575, testament de noble Claude de Doultre habitant de Fabrezan, blessé d'une arquebusade à la cuisse...

183 L'affirmation est un peu trop catégorique et à nuancer certainement. Que l'on se rappelle l'incident de l'attaque des troupes de Joyeuse contre la ville.

184 Gruissan, Armissan, Bages sont menacés, ainsi que Moussan, Montredon et jusqu'à Fontfroide, mais beaucoup plus épisodiquement et seulement pendant l'année 1590.

185 Lézignan par exemple.

186 Ainsi Montmorency à la fin de 1585 : « son camp se fortifioit de jour a autre, a cause des lieux qui se rendaient » ; mais le froid, la faim, la maladie ont vite fait de venir à bout de ces troupes supplétives, Journal de Charbonneau... p. 58.

187 P. de VAISSIERE, (1926).

188 Cf. infra, chap. X. À part le sr de Sérignan, le baron de Rieux, qui se rangent du côté de Montmorency, de Cogomblis qui sert de capitaine de garnison, de Loupian, on ne voit pas que les gens de Narbonne ou du Narbonnais aient un rôle militaire important, que des chefs de guerre entraînent à leur suite beaucoup d'hommes.

189 Ouveillan, par exemple, exécute ces travaux en 1567. G. LARGUIER, (1977) p. 43. La date tardive confirme combien le Narbonnais resta longtemps à l'écart des troubles.

190 Cf. supra, l'exemple de Cuxac et l'opinion de Baliste. A.M.N., dossiers de la comptabilité consulaire, défalquements de compoix, 1593. Le patrimoine immobilier arrive à la fin de la guerre assez délabré, comme après toute longue période de troubles. On diffère les travaux d'entretien, on remet les réparations urgentes de peur que de nouvelles surprises ou expéditions ne viennent ruiner ce qui vient d'être remis en état.

191 Ibidem.

192 G. LARGUIER, (1977) p. 48-49.

193 Cf. supra.

194 J. TISSIER, (1900) pièce 292.

195 Mais en plusieurs occasions on parle d'oliviers coupés. On verra ce qu'il en est des olivettes dans la seconde moitié du xvie s.

196 Tout n'est pas toujours perdu. Une partie des vols ne sont qu'une riposte, destinée à faire pression sur les voleurs et à récupérer son bien.

197 Comme le sr de Ricardelle.

198 J. TISSIER, (1900) pièce 296, 12 août 1589. Fontfroide paie un lourd tribut aux guerres : domaines dévastés comme le Terrai et Fontcalvy qui justifieront leur concession à un Fregoze à des conditions peu favorables à l'abbaye, vol de bétail à laine à Saint-Nazaire (Ibidem, pièce 229, 31 mai 1589) ; ici pillage partiel du bâtiment abbatial...

199 Ibidem, pièce 94, 16 septembre 1585.

200 Ibidem, pièce 291.

201 En 1589, ibidem, pièces 231, 235 sq.

202 A.M.N., dossiers de la comptabilité consulaire, demandes de défalquement, 1593.

203 Ibidem.

204 Cf. supra ; G. LARGUIER, (1977) p. 45-46. Damville annonce l'envoi d'une garnison de 50 hommes d'armes, on lui propose 476 l. pour l'éviter ; le capitaine Barin exige pour arrêter ses exactions 80 setiers d'avoine et 50 écus par mois.

205 Idem.

206 A.D.A., notaire Nicolas Bernard de Caunes, 1577, 3 E 14131.

207 C. MICHAUD, (1983).

208 A. N.. G* 8 1390, f° IIm VIIc LXVv° - IIm VIIc LXXIII.

209 E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 359-371.

210 L'extension des biens d'Église est-elle moindre ? Peut-être aussi, en Narbonnais, ne voit-on pas l'Église participer dans la première moitié du xvie s. à la constitution et à l'achat de belles métairies comme dans le diocèse de Nîmes (idem, p. 359). L'absence de concurrence ne suscite pas de réflexe de ‘récupération’.

211 G. LARGUIER, (1977) p. 50.

212 A.D.A., 3 E 2586.

213 A.M.N., BB 5, f° 533, 28 mai 1593.

214 Ibidem, 30 août 1592, f° 469 v°. On récupérait bien tout ce qui était possible, les biens des habitants décédés sans enfants ni parenté proche, comme ce que possédait le capitaine Choques ; ibidem, 13 mars 1592, f° 445. Le procédé était courant. La ville assumant la fonction d'assistance héritait des biens des pestiférés.

215 A.M.N., collecte des clavaires. Jean Delgua, blancher, associé à Raimond, maselier, a été obligé de prêter 300 écus à la ville pendant la contagion ; comptabilité consulaire, pièces justificatives des demandes de ‘défalquements’ du compoix de 1593.

216 A.M.N., livre de taille, 1599, P 131 v°.

217 G. LARGUIER, (1977) p. 47.

218 Tous ces exemples sont pris dans les dossiers de défalquement au compoix, dossiers de la comptabilité consulaire, 1593.

219 Par exemple, pour n'en citer qu'un : société de Martin de Cerezon et de Michel Portal.

© Presses universitaires de Perpignan, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540