Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le drap et le grain en Languedoc

 | 
Gilbert Larguier

Deuxième partie. Renaissances. Milieu du XVe - fin du XVIe

Chapitre VII. La mer, la terre, le sel une croissance narbonnaise au xvie s.

Texte intégral

A / 1480 - VERS 1550 : UNE CONJONCTURE NARBONNAISE ?

1Il faut attendre 1554, c'est-à-dire trois quarts de siècle, pour qu'on ait à nouveau des informations sur les bâtiments qui sortent de Narbonne et les marchandises qu'ils transportent. On n'a plus guère, comme seul repère jusque-là, que les droits de robinage. Les séries notariales trop minces encore et discontinues ne peuvent prendre le relais et combler ce vide documentaire. Les interrogations ne manquent pourtant pas. Sur quelles bases repose la fréquentation plus régulière du port de Narbonne avec la reprise qui se confirme ? S'agit-il d'une simple augmentation du nombre de bateaux et des volumes, des mêmes directions, hommes et produits donc ?

  • 1 Histoire économique et sociale de la France, I, 1450-1660, t. I, L'état et la ville, p. 240-241.
  • 2 R. Gascon dans Histoire économique et sociale de la France... p. 236.

2Le renouveau maritime narbonnais était trop dépendant du Principat pour être totalement épargné par la crise catalane et l'insuccès de la politique de Louis XI en Roussillon. L'économique et le politique s'entremêlent étroitement. Lequel allait peser le plus dans l'activité narbonnaise ? L'entrée de Marseille et de la Provence dans le royaume, qui doublait ainsi d'un coup sa façade méditerranéenne, et le lien en train de s'établir entre la cité phocéenne, Avignon, Lyon et bientôt Beaucaire, provoquent-ils vraiment avec l'effacement d'Aigues-Mortes un repli du Languedoc comme on l'affirme1, et donc par voie de conséquence de Narbonne ? C'est réduire un peu trop vite le Languedoc à un seul port et à sa partie orientale. Davantage qu'un recul ne s'agit-il pas plutôt, d'ailleurs, dans cette extrémité rhodanienne, d'un réaménagement qui prend la forme d'un de ces balancements dont le Languedoc a le secret : Beaucaire prend la succession de Saint-Gilles après l'intermède d'Aigues-Mortes ? Comment le mouvement portuaire narbonnais enfin s'inscrit-il dans la conjoncture du xvie s. ? Suit-il le mouvement d'ensemble qui se caractérise en gros par une montée rapide entre 1460-1470 et 1510-1520, un palier traversé d'ondulations jusqu'en 1550, puis une retombée dont le fléchissement des années 1550-1559 serait un signe avant-coureur2 ? Est-il plus proche des rythmes d'autres centres avec lesquels, directement ou indirectement, Narbonne est en relation comme Marseille, Lyon, Barcelone ou Valence ou bien a-t-il une dynamique originale ?

1. Le mouvement portuaire

  • 3 Collecte de 1487, f° 90 v°.

3Pendant la décennie 1480 la ville cède les recettes du droit de robinage au souverain. Le 11 août 1487, le clavaire porte dans son compte un versement de 71 l. accompagné de ce commentaire : « ce robinage ne rend rien car il a été à la main du roi »3. La série recommence en 1489 avec un arrentement qui s'était conclu sur le pied de 300 livres. La progression est de plus de 25 % par rapport au meilleur score de la décennie 1470. Le bond en avant est encore plus spectaculaire en 1490 : 400 livres. On atteint les records du xve s. La recette de 1491 est plus incertaine. Jean Berre, le nouveau fermier, semble éprouver des difficultés et ne pas aller au terme de son bail. Un autre est passé en novembre à Berthomieu Saint-Jean qui pour 11 mois -7 novembre 1491-13 octobre 1592- verse au clavaire 148 l. Le retour en arrière est spectaculaire. Doit-on voir là une répercussion de l'abandon du Roussillon ?

  • 4 178 l. 15 s. pour l'année.

4Il faudra une quinzaine d'années pour que le montant du robinage se hisse à un niveau aussi élevé qu'en 1490. L'activité du port connaît une période de récession après cette année exceptionnelle. La remontée qui se mesure à la dénivellation entre les trois premiers quartiers de baux et le quatrième qui s'ajuste sur les recettes encaissées est lente : 43 l. 15 s. pour le quatrième quartier de 14944, 47 l. 10 s. l'année suivante, 58 l. 15 s. en 1495. Le dernier quartier de 1496, décevant, rend 30 l. Ce n'est toutefois qu'un incident sans conséquence. Les trois quartiers de 1498 produisent 78 l. 15 s. chacun. Une dizaine d'années maussades suivent où hausses et baisses alternent. Le robinage reste compris entre 160 et 280 l. jusqu'en 1506. Ce n'est qu'en 1507 que s'ouvre une nouvelle période. Le bail du droit dépasse la barre des 300 livres et ne redescendra au-dessous de ce seuil ensuite qu'une ou deux fois pendant le quart de siècle suivant. Le creux de 1523 vient de la pandémie. Malgré la peste qui rodait en Méditerranée -elle fit 1519 victimes de mai à septembre 1519, plus de 6 000 peut-être en 1521 à Barcelone-, le trafic ne faiblit pas. Il ne s'interrompit même pas quand Narbonne fut contaminée. On ne semble pas avoir pris la mesure du danger au début. Les enchères du robinage se déroulent normalement. Peyre Juer va jusqu'à proposer 250 l., ce qui, étant donné les circonstances, était faire preuve d'un solide optimisme. Mais à la fin de l'année, le clavaire inscrit sur son livre : « nihil pour ce qu'il ne s'est point vendu de mon année » à la rubrique du robinage, nihil aussi aux chapitres du banderage et du moulin du Gua, comme si toute vie avait cessé en ville et à sa proximité. Dès que la maladie se fut éloignée, les bateaux revinrent et le trafic reprit aussi vif que précédemment.

  • 5 H. L., t. XII, p. 229.
  • 6 Il faut donc une certaine prudence pour aborder la question d'éventuels cycles courts. Si on prend (...)
  • 7 A.M.N., BB 56, f° 4, 28 janvier 1534 : compte arrêté entre la ville et les héritiers de Pierre Jue (...)

5L'arrentement du robinage dépasse à nouveau 400 livres. L'accès de faiblesse de 1529-1531 s'explique par la conjonction de l'épidémie et de cataclysmes naturels. La peste qui n'avait pas vraiment disparu depuis l'offensive générale en Languedoc de 1522-15235, revient en force à Narbonne et oblige à prendre des mesures d'isolement qui, si elles ne sont pas totalement hermétiques, ont un caractère dissuasif car la peste sévissait aussi à Barcelone et en Catalogne. Les inondations qui surviennent sur ces entrefaites et détruisent la paissière de Sallèles, perturbent peut-être encore davantage les échanges car les bateaux ne peuvent remonter à Narbonne pendant plusieurs semaines6. La succession de ces malheurs place la ville dans une situation catastrophique à cause des dépenses imprévues, absolument énormes pour l'assistance, les travaux édilitaires ou les fortifications. Elle ne peut y faire face, est obligée de s'en remettre au marchand Pierre de Juer qui lui avance une partie de ses besoins et s'entremet auprès de banquiers d'Avignon pour trouver le complément moyennant l'abandon d'une partie de ses revenus patrimoniaux comme le robinage, les herbages ou le banderage. La crise financière dans laquelle se débat Narbonne rend muette notre seule source d'information pendant une dizaine d'années7.

2. Une conjoncture originale

6Les précisions comptables sur le montant des quartiers du droit de robinage versés par les fermiers affinent la perception que l'on peut avoir du volume du trafic en montrant les dispositions d'esprit des milieux intéressés au commerce ; la hausse, si les bateaux sont venus plus nombreux ; l'ajustement à la baisse, si l'année écoulée n'a pas répondu aux attentes. La première moitié du xvie s., tout à fait remarquable à Narbonne, confirme les promesses de renouveau du demi-siècle antérieur.

  • 8 M. MORINEAU, (1970) p. 135-171.
  • 9 P. VILAR, (1962) t. I, schéma : le trafic barcelonais au xvie s. Mais le déclin de Barcelone n'ent (...)
  • 10 E. SALVADOR, (1972), 713 embarcations au port en 1522, 201 seulement en 1558, cf. schémas p. 344-3 (...)
  • 11 Ils passent de 200 000 à 400 000 sous environ.
  • 12 R. GASCON, (1971)

7Le mouvement portuaire apparaît original comparé à celui des autres ports méditerranéens. Marseille, après un premier tiers de siècle hésitant, connaît une vigoureuse ascension autour de 1540 qui s'essouffle et se ralentit bientôt. Il faut attendre 1570 pour que le trafic qui était resté étale jusque-là reparte franchement à la hausse. Le mouvement portuaire marseillais se caractérise au xvie s. par de vives et brèves phases de croissance de 7 à 8 ans suivies de longs paliers de consolidation de 20 à 25 ans8. Les débuts du siècle sont difficiles à Barcelone aussi. Les chiffres du periatge perçu ad valorem sur les marchandises qui transitent par le port se trouvent au-dessous des résultats des plus mauvaises années du siècle précédent, ce qui, étant donné la montée des prix, correspond probablement à une diminution des échanges. De 1502 à 1525, la valeur des marchandises qui passent par le port reste étale. Elle fait un bond en valeur de 1525 à 1530, augmentant d'un bon tiers. Mais la progression en volume qui traduit le véritable essor n'interviendra qu'en 1570-1580 lorsque la hausse du periatge sera supérieure à la montée de l'indice des prix9. La conjoncture de Valence avec qui Narbonne garde des relations suivies est différente. La guerre des Germanias laisse de graves séquelles. Les meilleures années pour la fréquentation du port se placent dans le premier quart du siècle où le maximum est atteint. Le retournement est brutal à partir de 1523. Valence entre dans une longue crise qui ramène le nombre des embarcations se présentant au port à la moitié à peine de ce qu'il était10. La convalescence sera lente. Le mouvement des bateaux ne se redresse qu'à partir de la fin de la décennie 1550, le rendement des arrendamientos sort de sa médiocrité pour doubler de 1554 à 157011. La période d'euphorie ne dure pas longtemps. Les progrès sont insensibles ensuite. Valence à la fin du siècle a récupéré à peine son activité de la période 1500-1522. Lyon, qui est le pôle économique le plus dynamique de l'espace français, présente un profil différent. Les recettes du garbeau de ses foires sont au plus haut dès 1510, se maintiennent à peu près pendant un demi-siècle malgré un lent fléchissement jusqu'en 1530, avant de connaître des fluctuations beaucoup plus contrastées, à la baisse ou à la hausse, liées aux guerres, aux épidémies, au boom marseillais de la guerre de Chypre12.

Graphique n° 5 - Le mouvement du port de Narbonne, 1470-1550, d'après le droit de robinage (montant des baux, en livres)

Graphique n° 5 - Le mouvement du port de Narbonne, 1470-1550, d'après le droit de robinage (montant des baux, en livres)
  • 13 Si l'on met à part bien sûr l'année 1490 qui est exceptionnelle.
  • 14 J. GUIRAL-HADZIIOSSIF, (1986) p. 19-24. En 1488, 12 bateaux languedociens dont 5 de Aigues-Mortes.
  • 15 Cf. tableau n° 28.

8Narbonne ne correspond à aucun de ces modèles du commerce de la Méditerranée occidentale. Deux périodes se distinguent nettement avant 1530. La première, de 1470 à 1506, ne montre pas, après le redémarrage, d'augmentation sensible du volume des échanges. Trois cycles se dessinent assez bien de 10 à 12 ans chacun : 1470-1480 ( ?), 1481( ?)-1492, 1493-1505. Le rendement du robinage oscille entre 150 et 280 1.13. Le vrai progrès est davantage dans la consolidation de la reprise. Le décollage intervient à la fin de la décennie 1500-1509 et porte pour 25 ans le robinage à 75 % au-dessus de ce qu'il était précédemment avec une série de pointes à 400 l. et au-delà. Le mouvement des bateaux à l'entrée du port de Valence confirme indirectement ces chiffres. Les relations sont renouées avec la France à la fin du xve s. Elles restent très modestes encore puisque les navires français n'assurent que 3 à 4 % du trafic total, mais tous les ports languedociens sont concernés. Ce que l'on observe à Narbonne vaut semble-t-il donc pour l'ensemble de la province. Aigues-Mortes garde sa première place14. Narbonne envoyait un ou deux bateaux par an. À partir de 1507, le rythme des rotations des bâtiments augmente. Il y en a plus d'une dizaine. Narbonne fait jeu égal maintenant avec Aigues-Mortes. C'est d'ailleurs le seul port languedocien qui lui conteste sa suprématie15. Des ondulations parcourent cette période aussi, plus courtes de 7 à 9 ans : 1506-1512, 1513-1522, 1523-1529. La phase de croissance narbonnaise apparaît donc comme beaucoup plus précoce que celle des autres ports. Elle précède de 20 ans Barcelone, d'un bon quart de siècle Marseille. Le fléchissement apparaît alors que tous les autres grands ports voisins progressent enfin. Le mouvement narbonnais est-il donc décalé, répondant à des impulsions différentes ? En tous cas, l'exemple narbonnais confirme trois choses. Il n'est pas surprenant d'abord de voir combien la situation de chaque port est spécifique et se laisse mal enserrer dans une conjoncture générale. La précocité de l'essor des trafics en Méditerranée ensuite. La découverte de l'Amérique, l'avantage donné aux routes océaniques et à la façade atlantique n'entraînent pas la déchéance d'un port comme Narbonne situé à l'extrémité d'un isthme qui relie les deux espaces maritimes. L'entrée de la Provence et de Marseille dans le royaume ainsi que la réorganisation de l'axe rhodanien enfin, ne condamnent pas au déclin tout le Languedoc.

  • 16 G. CASTER, (1962) ; Histoire du Languedoc (dir. P. Wolff).
  • 17 De Narbonne et de Marseille arrivent à Valence du pastel, des toiles de qualité, des drogueries, d (...)

9Avec l'expansion retrouvée, l'augmentation de la population, la croissance urbaine, la construction reprend et avec elle la demande de bois et de fer qu'exporte Narbonne. De même, c'est à ce moment-là que le pastel toulousain connaît sa phase la plus brillante, sur laquelle s'édifient des fortunes colossales16. Toutes les coques ne sont pas dirigées vers l'ouest et le sud. Narbonne ne reste pas à l'écart des échanges pasteliers17.

  • 18 L'interdiction de la traite est demandée près de deux années sur trois. Tout ce qui suit d'après l (...)
  • 19 A.M.N., AA 101, f° 172 v°, 16 septembre 1501.
  • 20 PV États de Languedoc.
  • 21 De 1518 à 1545 les États de Languedoc ne mentionnent pas la prohibition de la traite des blés que (...)
  • 22 PV États de Languedoc : en 1517 les États protestent que le roi a déjà ordonné la prohibition sans (...)

10La question du blé est beaucoup plus complexe et demanderait une connaissance approfondie du mouvement des bateaux. La situation frumentaire du Languedoc n'a pas été des plus favorables dans la première moitié du xvie s. Si l'on en croit les comptes-rendus des sessions des États de Languedoc, la traite du blé aurait été défendue ou son interdiction demandée avec insistance une année sur deux pour cause de mauvaise récolte ou de réserves insuffisantes18. Le xvie s. s'ouvre en Languedoc sur une situation frumentaire difficile. En 1501, « les habitants sont en grand danger de famine »19. La traite hors du royaume est prohibée20. Nouvelles défenses en 1502, 1504, 1505, où les États de Languedoc ne veulent rien accorder aux Florentins et aux Génois malgré les lettres qu'ils ont obtenues du roi, en 1507, 1508, 1513, 1514, 1515, 1517. À partir de 1518, et jusqu'au milieu du siècle, l'interdiction de la traite des blés vers l'étranger est un état quasi permanent21. Les États de Languedoc garants des privilèges de la province entendaient jouer le premier rôle dans l'autorisation à donner aux exportations et être consultés avant qu'elle ne soit délivrée ou refusée22.

  • 23 PV États de Languedoc, en 1525 prohibition de la traite malgré la trêve avec les ennemis.
  • 24 Les consuls de Narbonne donnent de nombreuses amendes, signe de tension et de difficultés de ravit (...)
  • 25 Le PV des États de Languedoc de 1529 parle de « la grande indigence de blé soufferte par les habit (...)
  • 26 En 1541, elle s'étend aussi à la chair à quatre pieds.

11L'attitude très sourcilleuse de l'assemblée de la province s'explique aussi en partie par la guerre et la crainte de participer au ravitaillement de l'ennemi23. En 1526, l'interdiction d'exporter s'étend aussi à la Provence à cause de la « crainte de la famine »24. La récolte de 1527 est franchement mauvaise. Les grains manquent ainsi que les vins et tous les autres fruits. 1528 s'avère presque aussi médiocre. L'assemblée provinciale refuse toute sortie de grains, de vins et autres victuailles et s'oppose au roi qui, pour les nécessités de sa politique italienne, permettait aux « genevois, florentins, lucois [...], pour entretenir l'alliance avec eux », d'acheter des blés dans le pays25. Les États rejettent l'année suivante les demandes d'achat de blé présentées par Arles, Avignon, Lyon... L'interdiction s'étend aux châtaignes, aux légumes en 1531, 1534, 1539, 1540, 1541, au vin en 1538 et 154126. Lors de la session de 1544, les États supplient les commissaires « à cause de la stérilité (des blés) et cherté d'iceux, et l'affluence des pauvres questant l'aumosne, qui sont tant dudit pays que autres d'ailleurs en grand nombre », songent à intervenir auprès de M. de Grignan pour faire restituer à la province les grains du pays portés à Marseille...

  • 27 Comptes consulaires, achats effectués avec de l'argent emprunté.
  • 28 Il s'agit de Antoine de Juer. Les vols s'élèvent au moins à 69 setiers. A.M.N., livre de taille.
  • 29 Livre de taille.
  • 30 Notamment contre les mangonniers qui vendent trop cher.
  • 31 AA 112, f° 89 v°, 25 août 1549, lettre du connétable de Montmorency : « grande abondance des bletz (...)

12L'impression qui se dégage des délibérations des États de Languedoc est que la province ne parvint jamais à desserrer vraiment l'étreinte de la pénurie dans la première moitié du xvie s. La situation fut-elle aussi tendue en réalité ? Il n'y avait guère d'excédent à dégager et seulement de manière intermittente. L'approvisionnement de Narbonne posa problème certaines années. Le corps de ville dut intervenir pour se procurer le pain qui manquait. Le 6 mai 1531, les consuls achetaient par l'intermédiaire du vicaire de l'évêque d'Agde 200 setiers au prix de 360 livres qui furent transportés par charrette et vendus aux particuliers27. Le nombre des cizes, -les amendes données par les consuls aux contrevenants- peut servir d'excellent baromètre des difficultés d'approvisionnement et des accès de fièvre des prix des denrées. 89 personnes, dont une majorité de femmes, sont condamnées en 1538 pour le pillage d'une barque de blé sur la rivière d'Aude appartenant à noble de Roujan28. 130 cizes sont distribuées en 1546 pour faux poids, pain trop court, vente de viande au-dessus du taux fixé par les consuls, ou poisson ‘pas de recette’, c'est-à-dire impropre à la consommation29 ; beaucoup encore en 1547 et 154830. Les exportations de blé permises d'abord avec réticence sont interdites en 1549, 1550, 155131.

13‘L'étroitesse’ des récoltes dans la province est réelle. Peut-être ne faut-il pas l'exagérer. L'obsession des grains dont font preuve les États vient aussi de l'hostilité envers le royaume voisin, de la crainte de livraisons illicites à l'ennemi, de la volonté d'affirmer ses prérogatives et de marquer son indépendance à l'égard du pouvoir royal. Plus profondément, la faiblesse des quantités exportables a sa source dans le manque d'organisation du commerce des grains. Le coût du transport reste prohibitif sur de longues distances en l'absence d'une amélioration des routes et des chemins. La région dont les sols et le climat sont les plus favorables aux blés a mieux à faire que de produire des céréales dont l'exportation peut être remise en cause en permanence. Le pastel est infiniment plus rémunérateur.

  • 32 PV États de Languedoc, janvier 1508, permission à ceux de Frontignan de tirer par eau des blés de (...)
  • 33 P. VILAR, (1962) t. I.
  • 34 Quant aux opérations militaires dirigées vers la frontière d'Espagne, elles n'ont qu'une influence (...)

14L'attention portée aux sorties de grains montre malgré tout la place conquise par le blé dans le trafic maritime dans la première moitié du xvie s. Narbonne, qui était le principal point d'exportation, se trouvait intéressée au premier chef. L'attitude assez malthusienne de l'assemblée provinciale influe-t-elle sur le trafic du port ? Relativement peu. Les fluctuations du montant des baux du robinage n'ont guère de relation avec l'autorisation ou l'interdiction de la traite. Cela pose deux questions qui sont complémentaires. Les défenses de vendre hors du royaume étaient-elles bien respectées et les États disposaient-ils de moyens pour faire observer leurs décisions ? L'interdiction d'exporter ne pénalisa guère Narbonne. La ville continua à exporter des grains même lorsque la traite fut prohibée32. Les courants commerciaux se modifient. Marseille se substitue largement à Barcelone et à la Catalogne. Barcelone qui s'approvisionnait en blé en Sicile principalement, mais aussi à Narbonne on l'a vu, cherche ailleurs les grains qu'il lui fallait, à l'intérieur de la péninsule33. La dégradation des relations avec la France, dont l'attitude des États de Languedoc n'est qu'une des manifestations, eut peut-être une influence sur les responsables barcelonais qui trouvaient à l'intérieur un ravitaillement moins dépendant des revirements politiques. Les exportations vers la péninsule ibérique ne cessent jamais totalement cependant. Au milieu du siècle, elles se sont rétablies34.

  • 35 Pour les 13 années où l'on dispose à Valence des renseignements sur l'origine des bateaux, 66 vien (...)

15Mais le plus important pour Narbonne dans cette première moitié du xvie s. ne se trouve peut-être pas dans les volumes échangés et les fluctuations conjoncturelles. Narbonne conforte sa place et redevient le premier port languedocien. Ceci est la conséquence de l'agonie d'Aigues-Mortes et de la renaissance narbonnaise. Le résultat est identique. On en demandera les témoignages à des sources indirectes à défaut de documents languedociens. Ils sont sans appel. À l'entrée du port de Valence, par exemple, Narbonne supplante Aigues-Mortes. Le trafic en provenance du Languedoc se réduit à ces deux ports. Sérignan, Agde, qui envoyaient des embarcations vers le sud de l'Espagne au xve s., disparaissent quasiment. Pendant la première moitié du siècle, chaque année, avec régularité, des bateaux qui se présentent à l'entrée du port de Valence viennent d'Aigues-Mortes. Narbonne l'emporte déjà avec une moyenne annuelle de 7 bateaux contre 4,7 au port des bouches du Rhône35. Dans la seconde moitié du siècle, Aigues-Mortes disparaît pratiquement des statistiques valenciennes, malgré ceux qui lui voient encore un avenir, car les États de Languedoc se disent prêts à engager de fortes sommes pour soutenir à bout de bras l'établissement portuaire. La fondation de Louis IX se maintient donc un demi-siècle après l'entrée de Marseille dans le royaume. L'essor de Lyon, les privilèges d'introduction des épices dont elle bénéficie, lui offre un dernier revival qui ne peut résister à l'axe direct qui tend à s'établir entre Marseille et Lyon, au premier signe de défaillance des foires de la place rhodanienne ensuite, à la montée en puissance de Beaucaire et à la nouvelle donne qui s'effectue autour du delta du Rhône. Il est significatif de voir Arles se substituer à Aigues-Mortes sur les registres du port espagnol. Remarquons, à l'occasion, le transfert qui s'opère dans les préoccupations et les discours tenus à l'égard des ports languedociens : au xvie s. les États de Languedoc prennent le relais de la monarchie.

16L'espace narbonnais se trouvait ainsi dégagé d'une hypothèque qui avait bridé son développement. Contrairement à l'idée qui a cours, l'entrée de Marseille dans le royaume a peut-être constitué une chance pour Narbonne et un relais opportun grâce au débouché que le port phocéen lui ouvrait pour le pastel et les grains que Barcelone cherchait ailleurs. Ce qu'elle perd vers le sud, Narbonne le regagne vers l'est. La première moitié du xvie s. est le moment décisif des retrouvailles avec Marseille.

  • 36 Dix neuf Français, en tout, partent avec Magellan, dont l'expédition, on le sait, est largement in (...)

17Veut-on un dernier exemple, anecdotique, du retour de Narbonne à la mer ? Un Narbonnais, Bernard Mauri, faisait partie des 234 hommes d'équipage qui quittent Sanlúcar de Barrameda le 6 mars 1520 sur les cinq voiliers de Magellan. Sur le Santiago, un autre Languedocien, Jean-Baptiste de Montpellier, occupait un poste de bombardier36. Simple marinier sur la Victoria, Bernard Mauri n'eut pas la bonne fortune de faire partie des survivants de l'expédition, qui avec ce seul bateau rescapé revint trois ans plus tard à Sanlúcar. On perd sa trace dans le Pacifique, victime probablement comme nombre de ses compagnons et Magellan lui-même des nombreux combats meurtriers qu'ils eurent à livrer.

Tableau n° 28 - Valence et le trafic de la France méditerranéenne au xvie s. (Nombre de bateaux venant des ports de la France méditerranéenne)

Tableau n° 28 - Valence et le trafic de la France méditerranéenne au xvie s. (Nombre de bateaux venant des ports de la France méditerranéenne)

B / LA TERRE : CROISSANCE ET INÉGALITÉS

  • 37 E. LE ROY LADURIE, (1966) ; chapitre « Difficulté d'être et douceur de vivre : le xvie s. » dans H (...)
  • 38 E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 189 sq.
  • 39 Idem, pain de touzelle à Montpellier, annexe 24, p. 819-820, gr. 12 p. 944-945, et à partir de 158 (...)
  • 40 G. et G. FRECHE, (1967) p. 38 sq. gr. 1, p. 92-93, appendice 11 p. 114-117.
  • 41 Actes de l'administration consulaire, BB 56 sq. Chiffres publiés par G. MOUYNES, (1877) p. 469 sq. (...)
  • 42 On ne dispose malheureusement pas de bonnes séries du prix de l'huile pour mieux comprendre la pou (...)

18Tout paraît avoir été dit sur le xvie s. languedocien et la situation dans les campagnes : la croissance de la population, l'augmentation des prix, les fluctuations du revenu décimal37. La population ? Les compoix et les livres de taille suggèrent une véritable ‘éruption démographique’, une multiplication des hommes « comme des souris dans une grange »38. Les prix ? La version languedocienne de la ‘révolution’ qui traverse le siècle est bien connue grâce aux magnifiques séries déjà publiées : la taxe du prix du pain à Montpellier39, les prix mensuels des grains vendus au marché de la Pierre-Saint-Géraud à Toulouse ainsi que le prix du vin40, les contrats de l'approvisionnement de la boucherie passés par les consuls de Narbonne pour la viande41. Les différences entre la courbe plus assagie du pain montpelliérain et celle du prix du blé vendu au marché aux fluctuations beaucoup plus contrastées sont de peu d'importance dans la longue durée. Le prix nominal des grains dans les deux têtes du Languedoc est multiplié par cinq entre 1500 et 1580. La hausse de la viande, qui double entre 1550 et 1580, freinée par le système des contrats municipaux est un peu inférieure à celle des grains. Quant au vin, il suit loin derrière. La tendance est à l'alourdissement de 1525 à 1560, les hausses violentes et les rechutes alternent entre 1560 et 1600. Mais au bout du compte, en un siècle, nominalement, son prix ne double pas42. À quelques variantes près, ces tendances sont identiques à ce que l'on peut constater ailleurs.

19Les dîmes ? Les meilleures séries languedociennes sont narbonnaises. E. Le Roy Ladurie a dépouillé les registres de contrats du chapitre Saint-Just et en a tiré les longues courbes des carnencs des dîmes en argent, des dîmes du blé, de l'huile ou du vin en nature qui ont servi largement à éclairer le mouvement régional de la production, du revenu agricole et de la rente foncière. Ces résultats sont acquis. Mais suffisent-ils, avec la description des années de stérilité et de la misère des pauvres, à caractériser tout le xvie s. languedocien, à donner une vision parfaitement claire du nombre des hommes, de l'évolution des cultures et de la production ?

  • 43 Cf. supra et E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 221-226.
  • 44 Idem, p. 224 et 226.
  • 45 Idem.
  • 46 Idem, p. 189-190 ; ce sont des villes et de gros bourgs principalement, qui ne vivent pas seulemen (...)

20À regarder de près, l'image est moins nette qu'il semble à première vue et, sur bien des points, contradictoire. Prenons quelques faits saillants. La ‘tragédie du blé’, par exemple, s'ouvrirait dès l'amorce du second quart du siècle, que viendraient souligner dix années d'interdiction d'exportation prononcée par les États de Languedoc43. En Narbonnais, « le reflux (des récoltes en blé) intervient partout », « l'expansion céréalière est bel et bien cassée après 1525-1535 », « les fameux ciseaux s'ouvrent, la démographie bondit, tandis que la production piétine ». Celle-ci doublerait environ alors que l'augmentation des récoltes ne se ferait qu'à pas comptés44. Plus que la concurrence des plantations ou le mouvement conjoncturel des prix, la raison profonde de cette léthargie décimale s'expliquerait essentiellement par la faible élasticité des terroirs45. Après la première phase de récupération, la reconquête des bonnes terres, il ne resterait plus pour nourrir le surcroît de population que les sols médiocres, peu productifs. Les limites d'une croissance agricole, à moins d'une amélioration rapide des techniques, serait-elle atteinte aussi tôt ? Cela impliquerait une grave faiblesse des réserves foncières qui pèserait sur tout l'avenir des communautés rurales. Le nombre des taillables continue pourtant à augmenter à un bon rythme pendant une génération dans les communautés héraultaises46. La croissance de la population aurait-elle continué sans faiblir si la production s'était essoufflée aussi vite ? D'autre part, le blé n'est pas la seule production. Des récoltes durablement trop maigres pour nourrir les habitants n'auraient-elles pas incité à reporter tous les efforts sur les grains et condamné d'autres cultures ?

  • 47 Idem, gr. 30, p. 996-997. Deux terroirs aussi exigus ne peuvent décider pour toute une province.
  • 48 Idem, gr. 26, p. 982-983.
  • 49 Cf. infra, chap. VIII.
  • 50 E. LE ROY LADURIE, (1966) gr. 17-18, p. 958-970.

21Or, on n'aperçoit pas au cours du xvie s. un phénomène identique à celui qui se produit après la série de mauvaises années de la fin du xviie s. et le désastre de 1709 où la crainte de la pénurie et l'obsession des grains amenèrent à prendre des mesures d'interdiction contre la vigne : on défendit alors d'étendre les plantations et de fumer celles qui étaient déjà en production. Et d'ailleurs, l'extension de l'espace cultivé s'est-elle bien interrompue ? Les fluctuations des dîmes du chapitre Saint-Just ne sont pas univoques. L'image qu'elles nous transmettent est finalement plus complexe qu'il ne semble au premier abord. Certes, le produit de la dîme en nature du blé de Saliès chute dangereusement après 1530 et se réduit de moitié. Mais à Creissan tout proche il y a stagnation, simplement, pendant une quarantaine d'années47. Le rendement de la dîme des carnencs en forte progression suggère qu'on s'est beaucoup plus intéressé au cours du second tiers du siècle à l'élevage48. On observe un fléchissement marqué entre 1570 et 1600. L'effondrement dont sont victimes les carnencs est directement imputable aux hivers rigoureux, aux vols d'animaux commis par les soldats, à la peur des déprédations et des contributions forcées49. Les dîmes en argent ne varient pas au même rythme selon les localités. Conilhac progresse vigoureusement entre 1500 et 1550, plus sagement ensuite. Celeyran stagne au début du siècle au contraire, multiplie ses livraisons par trois entre 1530 et 1550, s'envole après 156550... La diversité l'emporterait donc et on aurait autant de types d'évolution que de localités. Il faut donc revenir aux situations concrètes. La réponse est dans les terroirs, du côté des cultures, des superficies, des propriétaires. N'est-ce pas là que se produit l'essentiel : la réaction aux prix des denrées et le partage de la terre.

22Le hasard de la conservation des documents veut que l'on ne dispose pour le xvie s. d'aucune série de compoix ou de livres de taille des lieux où le chapitre Saint-Just percevait ses dîmes, si ce n'est à Narbonne. Mais la dîmerie de la plaine de Livière, de superficie limitée, a une situation si particulière -elle a été réduite à l'état de marécage et l'on s'efforce de la drainer- qu'elle ne peut témoigner pour tout le terroir. Les réponses doivent venir d'ailleurs.

23Quelle est l'augmentation de la population et à quel rythme s'effectue-t-elle au cours du siècle ? Reprenons le dossier des taillables. Avec prudence, car beaucoup de précautions s'imposent. Il faudrait d'abord pouvoir disposer de séries homogènes qui couvrent des périodes identiques. Mettre en regard des chiffres trop distants, du xve et du xviie s. par exemple, n'a guère de sens. C'est risquer l'interférence de phénomènes de nature différente d'une localité à l'autre, s'exposer à faire l'impasse sur des évolutions courtes divergentes, voire ne pas apercevoir une redistribution de l'habitat. Les compoix et les livres de taille qui en découlent, donnent des listes de propriétaires soumis à l'impôt, non des chiffres de population. Varient-elles toujours dans le même sens et proportionnellement ? La question se pose en effet, déterminante pour une confrontation avec les résultats tirés des dîmes. Or, autant que la multiplication des hommes, elles dépendent de l'accès à la terre.

  • 51 La stagnation des propriétaires fonciers ou immobiliers oblige la ville, devant les charges croiss (...)

24Commençons par la ville que l'on suit depuis un siècle et demi. Malgré l'augmentation de la courbe des contribuables et le bouleversement de l'urbanisme, le nombre des propriétaires inscrits au compoix ne bouge pas. On en compte 723 en 1549 contre 713 en 1499. Mais au lieu de 85 taillables imposés uniquement pour des biens immobiliers il y en a 137. Le nombre des propriétaires fonciers a reculé de 6,4 % ! Peut-on dire que Narbonne perd des habitants pendant cette période ? Certainement pas51. Les soldats qui composent la garnison ne se sont pas mués en paysans.

  • 52 A. M. Peyriac-Minervois, 1 G 3.
  • 53 Ibidem, 1 G 4.
  • 54 Ibidem, 1 G 10.

25Dans les villages, l'évolution se rapproche-t-elle de l'exemple de Peyriac-Minervois, dont le redémarrage aux trois quarts du xve s. était foudroyant, ou de celui de Narbonne ? Elle est très nuancée en fait, ne semble pas aller au même pas d'un endroit à l'autre et, en ce sens, ratifie pleinement les observations déduites des séries décimales. Peyriac-Minervois poursuit d'abord son expansion à un rythme très vif. De 1476 à 1521, on compte 109 % de propriétaires en plus, soit 24,2 % d'augmentation par décennie52. La croissance tend à s'assagir ensuite. Les gains sont seulement, si l'on peut dire, de 9 % entre 1521 et 154653. Derrière la pente apparemment différente de la progression il y a cependant une même réalité. Pendant trois quarts de siècle, en moyenne, il est venu s'ajouter annuellement à Peyriac deux propriétaires supplémentaires, ce qui aboutit à une multiplication par trois du nombre des taillables ! La progression s'essouffle. Vingt propriétaires s'ajoutent au cours de la seconde moitié du siècle54, ce qui équivaut à une progression de 2 % par décennie, autant dire une quasi-stagnation (cf. annexe 6).

  • 55 A.D.A., 73 C 269, compoix de 1526, 73 C 271, compoix de 1545, 73 C 272, compoix de 1555, 73 C 273, (...)
  • 56 En 1545, il y a 278 propriétaires habitant le village.
  • 57 1555 paraît être un sommet absolu à Laure, au moins du xvie au xviiie s.

26Mais Peyriac-Minervois ne témoigne pas pour tout le Minervois. Voici Laure, dont le terroir est juste à son couchant. Le bourg est plus populeux. Il compte en 1526 près de 50 % de propriétaires de plus que la communauté voisine55. Laure a-t-il déjà achevé sa récupération ? Durant vingt ans les gains sont insignifiants56. Puis la marche en avant reprend. Le nombre de gens qui ont du bien progresse de 6,8 % entre 1545 et 1555. Laure est quand même bien loin d'avoir connu le bel essor de son voisin. La seconde moitié du siècle, d'ailleurs, est décevante. Les inscrits au compoix sont en baisse. Le nouveau livre cadastral confectionné en 1612, d'excellente facture, en donne 250 contre 297 au milieu du siècle précédent57 ; un chiffre inférieur à celui de 1526, donc. On ne saurait être plus proche que Laure et Peyriac et avoir des destins aussi différents.

  • 58 A.D.A., 73 C 52 (1519), 54 (1599), 87 propriétaires contre 52, ce qui donne un accroissement moyen (...)
  • 59 A. N., T* 166/8 compoix de 1530 ; T* 166/9 compoix de 1561 ; T* 166/15 compoix de 1594.
  • 60 A. D. A., 4 E 223, CC 3 compoix de 1492, CC 4 compoix de 1571, CC 5 compoix de 1612, CC 8 compoix (...)

27Trois exemples encore qui relèvent d'autres situations géographiques : Boutenac à la retombée nord des Corbières, le groupe Ginestas-Mirepeisset-Sallèles au nord de l'Aude, Pérignan qui côtoie la Clape maritime. Boutenac gagne 67 % entre 1519 et 159958, Pérignan qui deviendra Fleury au xviiie s. 36,9 % de 1531 à 1561, 34,3 % de 1561 à 159459. Le rythme décennal de progression reste égal à lui-même, presque aussi fort à la fin du siècle (10,4 %) qu'au début (11,4 %), alors que partout il se ralentit beaucoup, ou devient négatif. Le nord du Narbonnais montre autant de diversité dans un périmètre très réduit. Le cas le plus curieux est fourni par Ginestas et Mirepeisset. Mirepeisset se situe immédiatement au nord de Sallèles, le long de la Cesse. Ginestas qui lui est contigu aussi, est un peu plus en profondeur, à l'intérieur des terres60. Viennent s'ajouter à Ginestas quelques taillables supplémentaires de 1532 à 1572. Mirepeisset voit les siens multipliés par 3,5 de 1492 à 1571, progresse encore de 19,1 % entre 1571 et 1612.

  • 61 A. M. Pézenas, A 7/14 et A 7/15.

28Arrêtons-nous sur ce cas un peu déconcertant. Ginestas est une vieille communauté comptée en 1342 pour 180 feux alors qu'on n'en attribuait que 16 à Mirepeisset61. Bâti sur une petite éminence qui affleure au dessus de la plaine, parfaitement rond, organisé en cercles concentriques, Ginestas est le village typique du Narbonnais qui s'est épanoui au Moyen Âge mais, si l'on fait crédit aux compoix, qui paraît immobile entre 1532 et le milieu du xviie s. Mirepeisset appartient à une strate d'habitat beaucoup plus tardive. Localité parmi les plus récentes du Narbonnais, ce lieu occupe une position originale et unique en son genre, à-même la vaste terrasse d'épandage formée de cailloutis roulés par la Cesse qui débouche des montagnes et non loin de l'eau. La ‘garrigue’, si pierreuse que l'araire n'y pénètre pas facilement, au sol arable squelettique, trop sèche car toute l'eau de pluie qui tombe disparaît aussitôt, comme bue, était restée très longtemps quasi déserte, utilisée seulement comme terrain de pacage pour les troupeaux de moutons, ou réserve de bois pour chauffer les fours à cuire le pain des communautés environnantes grâce aux taillis qui croissaient près de la rivière.

  • 62 En occitan, littéralement ‘contemple poisson’.
  • 63 Remond Roubert : 6,67 ha à Mirepeisset, 21,33 à Ginestas ; Jacme Roubert : 6,22 ha à Mirepeisset, (...)
  • 64 En 1342-1344, la comparaison porte sur des feux ; au xvie s. sur des propriétaires, ce qui n'est p (...)

29Le blé n'y pouvait venir sans risque. Ce glacis stérile se trouvait aussi sous la menace permanente des eaux de la Cesse. Les habitants y gagneront par dérision le sobriquet de ‘mira peis’62, qui restera comme dénomination du village. À une échelle modeste, Mirepeisset est une ‘frontière’ intérieure, une terre de conquête. Les registres paroissiaux manquent ici pour préciser les origines et les filiations des nouveaux habitants. Les noms portés par certains propriétaires laissent à penser que beaucoup venaient des communes voisines. Les gens de Ginestas dirigent leurs efforts davantage vers la garrigue vierge de Mirepeisset que vers leur propre terroir. Ils étaient trois à y posséder un petit lopin de terre en 1492 d'une sétérée chacun, ce qui faisait en tout 61 ares. Ils sont 21 trois quarts de siècle plus tard, au premier rang desquels il y a les Rouch, Antoine, Bernard et Jean-Paul, et les Roubert, Remond et Jacme, qui sont les plus gros propriétaires de Ginestas63. La garrigue de Mirepeisset sert d'annexe, de réserve foncière où l'on peut commodément s'étendre. À un niveau très modeste, Ginestas fait figure de centre ancien, Mirepeisset d'espace neuf. L'immobilité apparente de l'un ne se comprend qu'avec les conquêtes du second. Aussi, ne faut-il pas considérer les deux terroirs séparément. Cela réduit la progression à des proportions plus modestes, de l'ordre de 20 à 25 %. La comparaison des chiffres des dénombrements de 1342-1344 de la viguerie de Béziers et des compoix est très éclairante. 180 feux au milieu du xive s. pour Ginestas, 133 habitants-propriétaires quand Christophe Colomb s'élance sur l'océan. On peut considérer que Ginestas a parfaitement récupéré et s'approche dès ce moment-là de ses plus hauts niveaux médiévaux. Est-ce là un seuil de résistance qui explique la quasi-stagnation ultérieure ? Mirepeisset a déjà légèrement progressé. L'essor du xvie s. n'en prend que plus de signification. Alors que l'écart était de 1 à 11 entre les deux communautés voisines, il n'est plus aux trois quarts du xvie s. que de 1 à 3,364. Il y a donc de vraies croissances, et pas seulement des récupérations plus ou moins complètes au xvie s.

30Que conclure de ces suggestions des compoix narbonnais ? L'impression qui domine est celle d'une grande diversité, voire d'une hétérogénéité. Le Narbonnais connaît tous les types de situations : stagnation ici, triplement ailleurs, ascension vigoureuse au début du siècle, faible progression, diminution parfois ensuite, ou croissance, moins alerte, mais plus soutenue jusqu'à la fin du siècle. Un site, un lieu, ne peut témoigner pour un vaste territoire, même pas pour une microrégion. La population du Narbonnais augmente. C'est certain. Mais il serait hasardeux de proposer un ordre de grandeur pour l'ensemble du siècle. Le gain a-t-il été de 50 %, de 100 % ? Avancer que la population du Narbonnais double, paraît excessif. Aussi importante que la croissance globale paraît être la nouvelle répartition de la population qui se dessine. Le Narbonnais n'est pas tout entier entraîné dans un mouvement d'expansion qui emporterait tout.

  • 65 2 236,25 l. sur 6 956,75 en 1476 ; 3 622,25 l. sur 9 230 l. en 1546. Il ne faut bien évidemment pa (...)
  • 66 A.D.A., 52 C 7 ; compte de recette et de dépense présenté par noble Nicolas Alcoynes receveur du d (...)
  • 67 Cf. supra, introduction ; P. Chaunu et R. Gascon, l'État et la ville, t. I de l'Histoire économiqu (...)
  • 68 Cf. infra, C.

31Il y a les localités dont le bâti, obligé d'absorber le surcroît de population, s'étoffe. L'exemple de référence est, bien entendu, Peyriac-Minervois. La valeur des biens estimés en compoix traduit bien le mouvement de construction. En 1476, les maisons et dépendances comptaient pour 31,1 % de la valeur totale des biens ‘compésiés’. La proportion est de 39,2 % en 154665. D'autres plus nombreuses, Ginestas, Ouveillan, Moussan, en sont le type représentatif, restent à l'aise dans l'espace médiéval. Il nous manque ici cruellement un dénombrement, des estimations sommaires, pour pouvoir comparer avec la première moitié du xive s. La fin du xve s. est en effet, à l'occasion du retour à la croissance, un des moments de l'histoire rurale et des populations du dernier millénaire où les positions se modifient le plus vite. Il faudra attendre l'expansion viticole du xixe s. pour que l'on se remette çà et là à construire massivement et que se forge en quelques dizaines d'années une autre répartition du peuplement. On hésite à utiliser à cet effet la répartition par communauté de la somme à laquelle le diocèse de Narbonne est imposé aux États de Béziers de 1534 pour les subsides demandés par le roi66. On sait les distorsions auxquelles on peut aboutir involontairement67. Le long préambule qui précède le montant dû par chaque communauté insiste lourdement sur l'équité qui doit présider à l'assiette des contributions. Répartition en fonction de la population, des facultés des habitants ? Les deux à la fois très probablement, comme de coutume. On peut douter qu'autant de villages des Corbières comme Montjoi, Salsa, Saint-Martin-des-Puits, Cucugnan, imposés 4 l. 8 s. 8 d. chacun, comptent exactement le même nombre d'habitants. L'effort de justice et le souci de serrer de près les ressources ne sont pas discutables. L'échelle même des sommes demandées, les écarts et les nuances entre localités montrent que la répartition n'a pas été faite au hasard. Est-ce à cette occasion que l'on a ressenti la nécessité d'une connaissance exacte du diocèse, de dresser un état des lieux ? La préoccupation affichée de justice sert aussi de moyen pour rechercher la matière imposable. À cet égard, mesure du changement et entrée dans une fiscalité plus moderne vont de pair. Toute une série d'initiatives voient le jour alors pour approcher la richesse des communautés et jeter les bases d'une nouvelle assiette de l'impôt. La plus remarquable sera la Recherche générale du diocèse commencée en 1537-1538 où les enquêteurs viendront sur place arpenter toutes les paroisses du diocèse68.

32Acceptons ce rôle pour ce qu'il est. On peut en tirer parti avec quelque précaution. Ce qui frappe le plus en première approche ce sont les écarts qui séparent ces communautés. En dehors de la ville-centre, quatre ensembles se distinguent assez nettement : il y a d'abord la façade maritime de Leucate à Gruissan, composée de groupes humains d'importance moyenne, relativement homogènes, où aucune paroisse ne l'emporte vraiment sur les autres. Les Corbières, ensuite, extrêmement diverses, qui allient en leur cœur de petites cellules de vie, quelques points plus importants qui émergent comme Tuchan, Durban, Albas ou Bouisse, et une couronne septentrionale garnie d'unités de taille respectable telles Fabrezan ou même Boutenac. Au nord de Narbonne s'agglomère la série des plus grosses communautés avec une partie orientale, à l'est d'une ligne Cuxac-Ouveillan-Capestang, de gros villages, où même les communautés de rang inférieur ne sont pas modestes ; le couloir près de l'Aude et le Minervois enfin, où domine très nettement Caunes qui, imposée au tiers de Narbonne, est de très loin le second lieu du diocèse.

  • 69 55 pour Saint-Martin-de-Toques, 53 pour Saint-Pierre-des-Clars.

33Cette répartition des grandes masses de peuplement est connue, dira-t-on, et pour l'essentiel fixée depuis longtemps ? On est dans un pays de vieille civilisation rurale. La remarque n'est vraie que partiellement car le rôle fiscal de 1535 informe sur la manière dont le Narbonnais a résisté à la dépression des xive et xve s. et repart de l'avant. Quelques communautés qui figuraient sur la liste des feux de la viguerie de Béziers en 1342-1344 ne s'y trouvent pas. Manquent à l'appel Saint-Martin-de-Toques, Saint-Pierre-des-Clars au nord-est de Narbonne ; dans les Corbières, Gléon, Orthoux... ; moins d'une dizaine de communautés, fort petites pour la plupart, à l'exception des satellites narbonnais qui dépassaient 50 feux69. Ce sont d'ailleurs eux dont le terroir retournera le plus rapidement à la friche. 6 à 7 % des hameaux disparaissent, dont la moitié sont l'objet d'un déclassement et se réduisent à un simple domaine rural sans disparaître totalement comme Gléon. Le Vilar-des-Ports, Védilhan, résistent encore. Ici, la taxe peut induire partiellement en erreur. Son montant provient davantage de la valeur des biens entre les mains d'habitants de Narbonne par exemple, que de l'importance de la population.

  • 70 Cuxac 195 feux, Coursan 162, Pérignan 87.

34Une nouvelle donne de la répartition du peuplement s'est mise en place. Certains villages ont grandi et sortent du Moyen Âge plus importants qu'ils n'étaient. Les changements les plus marquants sont du côté de la basse vallée de l'Aude. Armissan comptait 26 feux à la veille de la peste noire, Marmorières 28. Au tiers du xvie s. le rapport de force est totalement inversé. Armissan paie 156 l. 2 s. 5 d., Marmorières 4 l. 15 s. 2 d. La décadence de Marmorières mériterait de longs développements car elle est typique d'une situation. Voici un site au nord de la Clape dans le rocher encore et sur la pente, au-dessus de la plaine, qui n'est pas sans importance jusqu'au sommet du Moyen Âge puis décline ensuite, alors que, tout autour, les villages se développent. Marmorières dominait un golfe et un domaine lacustre infesté de moustiques vecteurs de maladies. Les hommes qui l'habitaient retournaient les terres légères des pentes, pratiquaient l'élevage dans la Clape et sur la mauvaise herbe des terres découvertes des bords d'étang, étaient davantage pasteurs que cultivateurs. Armissan vivait à l'étroit dans son fond de vallée karstique mal drainé et isolé par les eaux stagnantes. Le nouveau cours de l'Aude ruine la position et la valeur de Marmorières. L'habitat de plateau est abandonné au profit des zones basses qui sont en train de devenir terre ferme. L'avancée de la masse alluvionnaire se lit dans les chiffres. Cuxac en 1342 l'emportait sur Coursan, possédait deux fois plus de feux que Pérignan70. Au premier tiers du xvie s., la hiérarchie est inversée. Coursan est en tête, dépasse de fort peu Pérignan, Cuxac suit derrière. Le détournement du fleuve n'a pas été défavorable à tout le monde. Prairies et terres à blé ont remplacé avantageusement les salines. Il y a donc eu là, au cours de la période de dépression, une croissance vraie, qui compense partiellement les reculs que l'on a pu décrire ailleurs. La progression pérignanienne suggère que les conquêtes commencées bien avant dans le xve s. sont loin d'être achevées alors.

  • 71 Ici aussi quelques communautés sont rabaissées au niveau d'un simple domaine rural comme Montpezat (...)

35Les Corbières montagneuses, rocailleuses, qui ont dû se replier sur elles-mêmes en perdant les débouchés rémunérateurs qui les mettaient en contact avec la ville et l'économie monétaire, font preuve malgré tout d'une belle résistance. La nature des sols ne permet pas des innovations spectaculaires. Dans l'ensemble, les plus grosses communautés se comportent mieux que les plus menues : toute fonction de service, même ténue comme la présence d'un notaire, d'un bayle seigneurial ou d'un marchand qui trafique entre l'Espagne -les Comtés catalans- et le Carcassonnais, est un avantage décisif71. Les Corbières n'appartiennent pas aux mondes périphériques des abandons qui seront à reconquérir.

36La répartition de la population n'est pas bouleversée totalement. Les transformations, cependant, sont plus importantes qu'on ne l'a dit. Le dénombrement de 1342-1344 nous donnait le point ultime d'un type de développement. Au creux du xve s., un autre se met en place qui dès la première moitié du xvie s. a déjà largement produit ses effets. Ce que nous montrent nos compoix n'est que l'accentuation d'écarts déjà bien marqués.

  • 72 Mais + 24,3 % de superficie encadastrée car les terres vagues prises en compte passent de 194,96 h (...)
  • 73 19,3 % en superficie encadastrée, 29,8 % en superficie effectivement cultivée.
  • 74 Soit une multiplication par 2,6.

37Déconcertante au premier abord, l'hétérogénéité des situations est un facteur positif. Il sera possible de mieux déterminer l'attitude à l'égard de la terre, des cultures et le comportement des structures de la propriété. La question fondamentale, bien sûr, à laquelle il faut tenter de répondre, est la suivante : l'extension des terres suit-elle celle de la population ? Les rédacteurs des compoix ne détaillent malheureusement pas toujours la contenance des parcelles ; aussi, les exemples précis sur lesquels on peut s'appuyer sont-ils peu nombreux. À Narbonne ou Ginestas, les terroirs ne restent pas immobiles malgré la stagnation ou la diminution du nombre des propriétaires : + 19,5 % de terres cultivées supplémentaires en un demi-siècle à Narbonne72 ; + 29,8 % à Ginestas entre 1532 et 157273. La superficie moyenne déclarée des propriétaires passe donc de 3,8 ha à 4,5 ha à Ginestas, de 5,58 ha à 8,26 ha à Narbonne. Le domaine cultivé s'arrondit aussi à Pérignan, Mirepeisset ou Boutenac, mais un peu moins vite que le nombre des propriétaires : + 15,5 % de 1530 à 1561, + 20,4 % de 1561 à 1594 à Pérignan ; + 116,5 % de 1492 à 1571, + 22,5 % de 1571 à 1612 à Mirepeisset74 ; + 30,25 % à Sallèles de 1502 à 1613... etc. En dehors du cas un peu exceptionnel de Mirepeisset, la superficie des terres gagnées à la culture augmente dans des proportions assez voisines, quelles que soient les situations -de 20 à 40 %-. La population s'accroît-elle donc à un rythme plus rapide que les cultures ? Bute-t-elle sur le manque de bonnes terres disponibles qui découragent les défrichements ? Ce facteur a souvent été invoqué pour rendre compte du ralentissement de la croissance, tôt dans le xvie s., et de la dégradation des conditions paysannes. Des discordances existent sûrement d'une communauté à l'autre que l'on ne voit pas. En Narbonnais, l'espace est le dénominateur commun, alors que la taille des groupes humains, la nature des sols et la valeur des terres sont aussi diverses que possible. Il est trop tôt pour répondre catégoriquement. L'addition constante de parcelles supplémentaires fait douter de la pertinence en toutes circonstances de cette réponse. En première approximation on peut avancer qu'en Narbonnais le nombre des hommes ne laisse pas loin de lui les sétérées travaillées.

  • 75 La progression est considérable aussi de 1476 à 1546 à Peyriac-Minervois où la valeur en compoix d (...)
  • 76 À Boutenac, 29 malheuls contre 78 vignes ; à Pérignan, 38,4 ha de malheuls et 48,9 ha de vignes en (...)
  • 77 Entre 1549 et 1561.
  • 78 Les malheuls passent de 54,03 ha à 78,16 ha ; 7,15 % du vignoble. Elle regagne le terrain perdu à (...)
  • 79 G. et G. FRECHE, (1967) gr. XII.
  • 80 Ici, les progrès de l'olivier sont inférieurs à ceux de la vigne. Mirepeisset se singularise en to (...)
  • 81 À Peyriac-Minervois l'olivier gagne au moins autant de terrain en complantation qu'en parcelles qu (...)
  • 82 C'est peut-être un peu moins vrai à Peyriac-Minervois où la valeur des champs estimée en compoix a (...)
  • 83 Elle reste stable à Ginestas : 59,1 % en 1532, 59,6 % en 1572. Il y a un léger recul à Mirepeisset (...)

38Qu'a-t-on semé ou planté sur ces nouvelles terres ? Les réactions sont très homogènes au cours du siècle à l'égard des trois composantes de la trilogie méditerranéenne, les céréales, la vigne, l'olivier, en dépit de la diversité des aptitudes pédologiques. La vigne, une fois achevé le renouvellement des plantations, ne confirme pas son rétablissement. Elle gagne encore quelques hectares, mais timidement : + 4,2 % à Narbonne de 1499 à 1549, + 11,2 % à Pérignan de 1530 à 1561. Mirepeisset, décidément très original, est le seul endroit où la vigne réussit une percée et assoit sa place : elle triple de 1492 à 1571 - + 205,9 %75 -, alors que l'espace cultivé double - + 108,6 %-. La poussée viticole de la fin du xve s. trouve un prolongement ici où la place de la vigne encore très modeste -11,5 % de l'espace cultivé- était inférieure à celle qu'elle occupait à Ginestas -18,6 %-. Jusqu'à quel moment se prolonge le mouvement de plantation des malheuls ? Ceux-ci sont encore nombreux à Boutenac en 1529, à Pérignan en 153076, où toutes les catégories de propriétaires, les moyens comme les gros, en ont. Mais, au bout du compte, les superficies couvertes de ceps ne progressent guère. Quelques indices laissent croire à une brève reprise de la marche en avant entre 1550 et 1560 ? Elle gagne 70,6 ha en 12 ans à Narbonne77 contre 41,7 ha pendant tout le demi-siècle précédent, progresse au rythme de 0,5 % par an, ce qui est important étant donné le niveau déjà atteint78. Les cours du vin n'incitaient guère cependant à prendre des initiatives en ce sens. Ils restent constamment bas au cours de la décennie 1550-1559, sont à leur plus bas niveau depuis 152579. L'intérêt s'est reporté sur l'olivier. Son ascension amorcée depuis un siècle se poursuit, perceptible dans tous les terroirs, à Narbonne comme à Pérignan, Ginestas, Mirepeisset ou Boutenac... À la différence du xve s., ce sont les plantations denses, les olivettes, qui progressent davantage que les complantations. Les gains sont substantiels : + 66,6 % pour les olivettes à Narbonne, + 27 % à Pérignan de 1530 à 1561, + 110,4 % à Mirepeisset80, au moins autant à Peyriac-Minervois81. Ce n'est pas un raz-de-marée. Aussi, les champs consacrés aux céréales tendent-ils dans l'ensemble à améliorer leur position. C'est vrai à Narbonne, comme à Pérignan, à Ginestas, et, autant qu'on puisse le voir à travers les comptages de parcelles, à Laure-Minervois ou à Boutenac82. À Narbonne, champs nus ou complantés d'oliviers occupaient 65,1 % des terres mises en culture en 1499, 68,7 % en 1549. À Pérignan, la proportion passe de 63,3 % à 67,9 %83.

39Ces gains sont minces, peu perceptibles dans le paysage, ne modifient pas de manière radicale le volume des récoltes. On ne perd pas de vue le problème des subsistances. L'extension des olivettes montre qu'il y a encore des fonds en réserve utilisables pour autre chose que des céréales. Même si on accepte l'idée que les terres nouvellement défrichées ont une valeur moindre que celles cultivées depuis longtemps, on ne peut retenir l'hypothèse d'une insuffisance des récoltes de grains en Narbonnais dès la première moitié du xvie s. qui jetterait les pauvres sur les chemins.

40Les transformations du paysage par l'extension des villages, des terroirs et de l'olivier sont des phénomènes directement mesurables. Ce ne sont pas les seuls qui traversent le monde rural, ni peut-être les plus importants. Les structures de la propriété changent aussi. Le fait majeur est l'extension de la grande propriété. Ç'en est fait de la période très favorable où la moyenne propriété dominait, des sociétés villageoises peu contrastées. Partout les écarts se creusent. Le processus était en marche à Narbonne. Il s'accélère. Ceux qui n'ont que des maisons ou moins de 0,5 ha voient leurs effectifs augmenter. Le phénomène majeur est l'accroissement du nombre des grands propriétaires. Quatre d'entre eux possédaient plus de 50 ha en 1499 ; ils sont 20 en 1549 ! De 1 320,4 ha et 34,4 % du terroir en 1499, la propriété de plus de 20 ha passe à 2 760,4 ha et 58 % des superficies encadastrées en 1549.

  • 84 L'écart est beaucoup plus faible pour les propriétés de 20 à 50 ha : 15 en Cité, 18 en Bourg.
  • 85 Respectivement 99,08 et 52,34 ha.
  • 86 Durand Nautonier 37,21 ha, Pierre Certier 20,89 ha, Louis d'Exea 27,21 ha. Durand Nautonier avec u (...)
  • 87 Cf. infra, D.

41L'essentiel est dit avec ces quelques chiffres. La grande propriété domine désormais dans le finage. Son extension a été beaucoup plus rapide que celle de l'espace cultivé. On le voit à Narbonne, les défrichements ne sont pas dus aux modestes qui sont allés épierrer un morceau de garrigue et planter une vigne ou quelques pieds d'oliviers. Ils sont entièrement réalisés par les plus gros propriétaires. L'investissement dans la terre devient massif. Le modèle de la grande propriété, du vaste domaine organisé autour d'une métairie, s'impose dans la première moitié du xvie s. Le côté de ville où habitent ces propriétaires de plus de 50 ha nous indique quelle est leur origine et dans quelle catégorie ils se recrutent. Six habitent en Cité, quatorze en Bourg84. Nous les connaissons à peu près tous : les Alcoynes, les Seguier, Arnaud et Raulin, les Trégoin, Guillaume et Antoine, noble Bernard Guissane, noble Jean d'Autamar, les héritiers de noble Joachim Gentian, les héritiers de Claude Verzeilhe ou de noble Jaume Verzeilhe... Peu de Narbonnais dont la famille est installée depuis moins d'une génération parmi eux, et de commerçants85 -trois entre 20 et 50 ha86-. Dans le cas de noble Loys Alcoynes sieur de Camps et de Moujan, l'accumulation des terres a pris une allure tout à fait inusitée jusque-là, puisqu'il peut revendiquer 465,7 ha ! La plus grande partie de cet énorme domaine foncier est constituée de champs et de prés. Il ne déclare en effet que 1,1 ha d'olivettes et 8,8 ha de vignes. Les parcelles que détaille son compoix, de valeur très modeste dans l'ensemble, sont extrêmement vastes : 47,5 ha d'un seul tenant à Saint-Georges, 25 ha à Matefère... Cet ensemble constitué en une vie, démesuré à l'échelle narbonnaise, est néanmoins très typique de l'évolution des structures foncières et de l'organisation du terroir. En dehors de ses salines dont on reparlera87, Loys Alcoynes possède cinq maisons, la moitié d'une autre, île le Consulat, quelques dépendances et une boutique. On est loin des immenses patrimoines immobiliers accumulés par les marchands du xve s. Mais il a hors de la ville une métairie, deux granges, et on l'impose pour six bœufs à labourer une troisième grange. Si l'on ajoute les trente juments qu'il possède pour le service du salin et le dépiquage des blés, on a le modèle, pour près de deux siècles, de la grande propriété narbonnaise : quatre à cinq maisons en ville, peu de boutiques, de gros bâtiments d'exploitation dans la campagne avec un jardin, au moins une vingtaine d'hectares autour d'un seul tenant, des attelages de bœufs et des troupeaux de juments. Ceux-ci deviennent rapidement le signe distinctif et l'orgueil des grands domaines, nécessitent de vastes écuries et un personnel spécialisé, les harassiers -les garde-haras- et les égassiers chargés de soigner et conduire les juments. On a deviné au nom des tènements, la direction vers laquelle Loys Alcoynes avait jeté son dévolu et pourquoi il avait pu s'approprier autant de terres. Les gains sont du côté de l'étang. Sous sa forme extensive il s'agit d'une véritable colonisation, de l'intégration à l'espace rural d'un espace vierge et inemployé.

  • 88 Autres nobles qui ont moins de 20 ha : noble de Taraillan n'a que des maisons ; M. de Villeurbanne (...)
  • 89 Il faut mettre à part le cas de Sallèles où Raulin Seguier a un vaste domaine dès la fin du xve s.

42Deux tiers des propriétaires de plus de 50 ha se disent nobles88. L'extension massive de la grande propriété foncière à Narbonne est liée à l'affirmation d'une nouvelle couche sociale, à la reconstitution de la noblesse. Freine-t-elle l'accès de la terre à d'autres catégories ? On n'en a pas de preuve formelle. L'hypothèse n'est pas à rejeter. Car les plus fortunés se précipitent sur la terre, raflent tout ce qui est disponible. Un modèle social et culturel s'impose, qui commande à l'économie et transforme le paysage. On est aux antipodes du fonctionnement de la ville et du terroir au début du xve s. La terre devient le principal facteur de différenciation sociale. Le phénomène est d'autant plus spectaculaire à Narbonne qu'il s'agit d'un processus interne à la société, sans qu'il y ait d'intervention ou d'apport extérieurs. La faim de terre des notables narbonnais s'étend-elle au-delà des limites de Narbonne dans la première moitié du siècle ? Il nous manque les compoix détaillés des communautés ainsi que les minutes des notaires. Il n'y a pas d'acquisitions systématiques89 et l'investissement foncier citadin reste pour l'essentiel à moins d'une dizaine de kilomètres de la ville.

43La concentration des terres et la constitution des grandes propriétés n'est pas propre à la société urbaine. Partout où des sources sont disponibles, on observe le même mouvement. En Minervois, Laure et Peyriac montrent un profil différent. À Laure, où le nombre des villageois propriétaires ne bouge que très peu de 1526 à 1555, l'équilibre entre riches et pauvres paraît stable au premier abord. La proportion de ceux qui se situent de part et d'autre de la valeur moyenne des biens inscrits en compoix ainsi que leur part du patrimoine villageois varient peu : elle est de 1/4 -des propriétaires- 3/4 -de la valeur des biens-.

44Dans cette communauté importante les possibilités d'extension et de concentration des terres sont-elles plus réduites qu'ailleurs, le processus de différenciation par la terre marque-t-il le pas ? Les positions évoluent pourtant et les écarts se creusent. Les catégories médianes comprises entre la moitié et deux fois la moyenne de la valeur des biens qui représentaient 37,23 % de l'ensemble des propriétaires en 1526, tombent à 29,13 % en 1545. Les catégories les plus modestes dont les biens n'atteignent pas 1/8 de M grossissent au même rythme que la précédente se vide : 10,3 % en 1526, 18,8 % en 1545, 20,2 % en 1555. Ici, il n'y a pas dans la première moitié du xvie s. de gros propriétaires qui se dégagent, mais une masse de petits qui se renforce.

  • 90 Peyriac et Laure s'opposent en tout. Par exemple : la propriété foraine est faible à Laure au débu (...)
  • 91 A. N., Fonds de Fleury, T* 166, 8, 9, 15.
  • 92 L'équivalent des ramattes narbonnaises. Jean Dornas, le plus gros propriétaire a une barque et bou (...)
  • 93 Me Peyre Bort déclare 1 300 bêtes, me Jean Bazal 727 bêtes, Jean Dornas 660...

45À Peyriac, la situation est beaucoup plus mouvante à cause de l'augmentation rapide des possédants90. Aux trois quarts du xve s., la société villageoise était assez égalitaire : pas de grand propriétaire qui dominait le village, peu de petits. Les catégories intermédiaires -entre 1/2 M et 2 M- l'emportaient très nettement. Cet équilibre ne résiste pas longtemps. De 1471 à 1476, la fragmentation des patrimoines n'est pas telle qu'elle entraîne déjà l'émiettement de la propriété. Le changement se place à l'intérieur des catégories médianes. Le nombre des propriétaires compris entre 1/2 M et 2 M augmente de 42 %. Personne ne vient grossir les rangs de ceux dont la valeur des biens est comprise entre M et 2 M. Au cours de la première moitié du xvie s. se dégage nettement, à l'échelle locale, la grande propriété. Trois personnes possédaient des biens d'une valeur au moins égale à 4 M en 1521 ; il y en a huit en 1546. Le décile des propriétaires les plus fortunés qui détenait 25,8 % des biens en 1471, 27,8 % en 1476, en concentre 39 % en 1521, 44 % en 1546. Le pourcentage très faible de la fin du xve s. est un signe de jeunesse des structures foncières. En trois quarts de siècle, Peyriac s'approche de la répartition de la terre que connaît Laure. En 1546, 29,8 % des propriétaires dépassent M contre 41,5 % en 1471. Une proportion croissante de la population est rejetée vers les catégories inférieures. À Pérignan, près de la mer, le contraste est encore plus voyant91. Les ressources n'y manquaient pas qui pouvaient contrebalancer partiellement la valeur du foncier, comme la pêche au boulich dans l'étang largement ouvert encore, la prise du poisson dans les ‘rames’92, l'élevage des moutons sur les garrigues qui couvraient 4/5 du territoire communal93. En 1530, le partage de la terre n'y était pas encore inégalitaire.

Tableau n° 30 - Évolution des structures foncières à Peyriac-Minervois au xvie s. (Propriétaires et allivrement par rapport à la valeur moyenne des biens, en %)

Tableau n° 30 - Évolution des structures foncières à Peyriac-Minervois au xvie s. (Propriétaires et allivrement par rapport à la valeur moyenne des biens, en %)
  • 94 La distinction entre propriétaires du lieu et forains n'est pas rigoureusement établie. Une partie (...)
  • 95 Plus une barque, des parts de rames. Philip Nyel, successeur de Jean qui avait 21,61 ha, se trouve (...)

46Un propriétaire sur cinq possédait de 5 à 20 ha94, et deux, Jean Dornas et Jean Nyel, passaient de peu la barre des 20 ha. Une génération plus tard, la répartition de la propriété est tout à fait différente. Près de 50 % des habitants inscrits au compoix ont moins de 1 ha. Le groupe des propriétaires compris entre 5 et 20 ha s'effondre littéralement alors que sept individus s'imposent. Les 'moyens' détenaient 256,1 ha et 61,3 % de la superficie encadastrée, en 1561 ils n'en ont plus que 19 %, alors que les sept plus gros concentrent 47,9 % du terroir entre leurs mains. Un retournement complet de situation s'est produit. On suit très bien, à travers eux, le caractère mouvant des situations acquises. Les Azéma par exemple, qui figurent parmi les mieux dotés en 1530, disparaissent du compoix. D'autres, déjà bien pourvus, consolident leurs positions : Barthélémy Berre propriétaire de 17 ha, d'un troupeau de 660 moutons, d'une barque, déclare 30 ans plus tard exactement le double, 34 ha95. Mais l'extension de la grande propriété à Pérignan est due à la percée fracassante des Aragon. En 1530, un Guillaume Aragon avait 7,9 ha, et avec cela d'autres biens qui le mettaient au premier plan de la communauté : un moulin, des parts dans les parcs de pêche. Au compoix de 1561, Guillaume Aragon -son fils ? - déclare 46,5 ha, une maison avec patu, étable, deux courtals, deux moulins dont un à huile. Pascal Aragon, maître des ports de Narbonne est à la tête de huit maisons, de patus, d'étables, de courtals, de quatre parts de rames et de 49,75 ha de terre ! Les Aragon concrétisent leur réussite hors de Pérignan puisqu'ils sont bien installés à Narbonne et parviennent à acquérir un office intéressant. Mais c'est dans leur communauté d'origine qu'ils développent leurs bases foncières. On aperçoit très facilement à la lecture du compoix comment ont pu se faire ces extensions si rapides. Les gros patrimoines fonciers comportent deux types de parcelles : les biens traditionnels, villageois peut-on dire, dont la superficie dépasse rarement un hectare, et quelques grosses unités d'un seul tenant. On distingue nettement l'espace villageois fixé depuis longtemps, soumis au jeu des divisions par successions, et les satellites périphériques, aussi vastes qu'un bien assurant l'indépendance économique à celui qui en dispose. Pérignan et Narbonne, d'une certaine manière, appartiennent à un même espace géographique de terres à saisir. Chronologiquement et dans ses modalités, l'émergence de la grande propriété est identique à la ville et à la campagne.

Graphique n° 6 - Le bouleversement des structures foncières et sociales en Narbonnais, Peyriac-Minervois au xvie s. Les propriétaires (I) et leur patrimoine (II). Classement par rapport à la moyenne de l'allivrement en compoix

Graphique n° 6 - Le bouleversement des structures foncières et sociales en Narbonnais, Peyriac-Minervois au xvie s. Les propriétaires (I) et leur patrimoine (II). Classement par rapport à la moyenne de l'allivrement en compoix
  • 96 A.M.N., II, non coté.
  • 97 G. LARGUIER, (1977) p. 214.

47On pourrait allonger encore cette étude de cas en utilisant toutes nos ressources documentaires. Mais partout, à quelques nuances près, le même type d'évolution s'aperçoit avec la plus parfaite netteté. L'exemple de Ginestas-Mirepeisset a déjà été évoqué. Deux exploitations dépassaient 20 ha en 1532 ; il y en a 7 en 1571, alors que le nombre des possédants ne varie pas. La propriété de plus de 10 ha occupait 38,4 % des terres en 1531. Elle couvre 54,9 % quarante ans plus tard. Ginestas connaît exactement le même type d'évolution que Narbonne. L'effectif des catégories inférieures et la masse des terres qu'elles contrôlent restent stables à peu de choses près. La tranche 5-10 ha se réduit de moitié. Parmi ceux qui en sortent, 50 % sont retombés au-dessous, les autres ont accédé au groupe des plus gros propriétaires qui comme à Narbonne accroissent leurs domaines autrement plus rapidement que ne progressent les terres mises en culture. Ils s'étendent en effet de 120,6 ha alors que la superficie cultivée par les autochtones n'avance que de 43,4 ha. À Ouveillan, on n'a pas de compoix, des sétérées, ni un nombre exact de propriétaires à déterminer et à comparer. Mais les reconnaissances seigneuriales disent exactement la même chose. On aperçoit même mieux le morcellement au niveau des parcelles. Peu marquée dans les tènements proches des murs du village, car les partages d'héritages avaient depuis longtemps fait leur œuvre, la division va bon train. Du xve au xviie s., 50 % des articles du fief de l'œuvre conservent leur intégrité ; les autres sont scindés en deux ou trois parts rigoureusement égales, ce qui nous fait reconnaître à coup sûr des pratiques successorales. La proportion est sensiblement du même ordre pour les fiefs de Bordavi et de Loupian. Le fief du roi, beaucoup plus important puisqu'il totalisait près de 1 200 articles au xviiie s., donnerait une impression encore plus forte96. Deux tiers des parcelles environ auraient fait l'objet d'un partage au xvie s. Le morcellement villageois est bien circonscrit dans le temps. Accéléré à la fin du xve s. et dans la première moitié du xvie s., il se ralentit ensuite. Après 1600, il se poursuit, à un rythme beaucoup moins vif. À l'opposé, les métairies qui existaient déjà arrondissent leurs terres et se constituent en grosses unités. Ainsi pour le Vier, que reconnaît Joseph Andoque en 1767, où des parcelles sont réunies pour constituer des ensembles plus vastes. Il en est de même à Preissan, autour des métairies du Bousquet, du Colombier et du Chambert97. Parce qu'on est là sur des terres conquises depuis longtemps par l'homme on a des exemples de réunion et de remembrement. Le cas est relativement rare en Narbonnais. Au centre, la tendance est à l'émiettement ; à la périphérie, au regroupement en vastes exploitations que l'on cherche à isoler et à séparer du village. Rarement, dans toute l'histoire rurale, l'évolution des structures agraires aura été aussi rapide qu'au xvie s.

  • 98 E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 221 sq.

48On ne peut donc retenir pour le Narbonnais l'hypothèse d'une pression intolérable de la population, d'un manque de bonnes terres, d'un recours, comme dernière chance, aux parcelles des garrigues que l'on sera obligé d'abandonner par la suite. Les micro-analyses des terroirs amènent à conclure que si l'on identifie la croissance à l'extension des terroirs, celle-ci ne s'est pas interrompue en 1530 comme cela se produirait dans d'autres régions du royaume. Les conquêtes faites alors ont été solides, car les terres rompues ne seront pas abandonnées. D'autres seront défrichées plus tard. Le blocage dont on a parlé à propos du Languedoc98 ne proviendrait pas des terroirs inextensibles et de l'incapacité technique à augmenter les rendements ; en tout cas pas en Narbonnais.

49La croissance ne se poursuit pas à un rythme aussi vif que durant la fin du xve et le début du xvie s. Une fois encore, ne confondons pas récupération et croissance vraie. Celle-ci se poursuit parfois à une allure soutenue tout au long du xvie s. Le cap du premier tiers de siècle où se nouerait la ‘tragédie du blé’ ne lui est pas fatale. Doit-on entreprendre de proposer une nouvelle périodisation, précise, déterminer une chronologie claire, le moment où la tendance se retournerait et la croissance s'interromprait ? Les choses sont plus complexes, on l'a vu, et ne se posent pas ainsi. Ici et là on peut parler de croissance, en Narbonnais au moins, jusqu'en 1550-1560.

50Ce point préalable réglé, et une fois décrites l'organisation des terroirs et l'évolution des cultures, on ne peut retenir pour notre région l'hypothèse d'une tragédie du blé. La vigne paraît davantage marquer le pas. C'est elle qui sera la grande perdante du xvie s. alors que triomphe son concurrent, l'arbre à huile.

  • 99 G. BOIS, (1981) p. 379.

51De même, les transformations ne sont pas telles que l'on puisse souscrire sans nuance au schéma-catastrophe décrit en Normandie où la paysannerie sauterait sans transition d'un « âge d'or... dans un âge de fer »99. Certes, la situation n'est pas idyllique. Les choses se présentent un peu différemment. Plus que le nombre d'hectares et le volume de la production, la course entre le nombre de setiers de blé récoltés et la population à nourrir, le vrai problème au xvie s., peut-être, est le partage de la terre.

C / LA TERRE, L'ANIMAL, LA MACHINE : LE NARBONNAIS EN 1537

52Les exemples monographiques mettent en lumière des dynamiques internes et, placés en parallèle, dégagent des tendances et des modalités de rétablissement. Ils sont irremplaçables, mais trop ponctuels et laissent hors de notre champ de vision plusieurs dimensions. Ils appartiennent tous, en effet, à la plaine et à ses bordures. Ce n'est pas un hasard. La documentation incline à privilégier les communautés assises dans les vastes terroirs, situées à proximité des réseaux de communications, capables de supporter la lourde dépense que représentait la confection d'un nouveau compoix. Le redressement n'a-t-il pas tendance, presque naturellement, à aller se loger sur les meilleurs sols et les terres arables les plus vastes ? Dans un espace aussi varié et complexe que le Narbonnais marche-t-on partout au même pas ? Il nous manque un regard d'ensemble sur la zone comprise entre la ligne des forteresses postées à la frontière espagnole et les premiers contreforts du Massif central. La taille et la densité des groupes humains ne sont pas seules en cause, la structure même des villages et des bourgs, le nombre des maisons, des dépendances, des équipements, renseignent autant sur la population potentielle, ses activités, l'emprise qu'elle a sur son environnement.

  • 100 A.D.A., 56 C 1-4.
  • 101 Ce principe étendu aux diocèses languedociens a servi à la même époque à fixer la part que chaque (...)
  • 102 Ce qui fait la valeur du document est son caractère unique. D'autres recherches seront envisagées, (...)

53La Recherche générale du diocèse de Narbonne effectuée de 1537 à 1539, deux générations après que le nombre des habitants s'est stabilisé, permet de faire un premier tableau du Narbonnais100. On a dit ses buts et le soin avec lequel on la fit. Des commissaires furent chargés de parcourir le diocèse de Narbonne et d'établir un état des biens des différentes localités. Des bases claires avaient été déterminées au préalable car ils procèdent partout de la même manière et usent de critères identiques, ce qui nous permet d'exploiter statistiquement les dossiers qu'ils nous ont laissés. Ils commençaient par calculer les dimensions et les contenances des paroisses, ôtaient la superficie des rochers et des terres nobles, puis procédaient à deux comptes. Le premier, du village, comprenait les bâtiments, maisons d'habitation, courtals, étables ou moulins, les jardins et les terres attenantes comme les ferragals ; le second, du terroir, distinguait les terres mises en culture, elles-mêmes réparties en trois catégories, bonnes, moyennes, faibles, et les terres hermes. Ensuite, on évaluait le tout. Chaque maison a sa valeur. Pour les terres, on a fixé un barème. À Ornaisons par exemple, les meilleures terres furent comptées 7 l. 10 s. la sétérée, les moyennes 3 l. 15 s., les faibles 17 s. 6 d., les terres incultes ou hermes 3 s. 6 d. La somme ainsi obtenue par l'addition des différentes catégories de biens donnait l'estime de chaque communauté et sa force contributive qui servirait de base à l'assiette de l'impôt ; à charge ensuite pour les consuls d'en répartir le montant sur les propriétaires en proportion de leurs avoirs101. Les commissaires et leurs acolytes apparaissent très à l'aise dans leurs opérations d'arpentage et d'évaluation des biens. On en avait l'habitude en Languedoc. Il est dommage qu'on n'ait pas su avec autant d'exactitude compter les hommes. Le travail effectué sous l'œil attentif des syndics ou des consuls des communautés, ou d'après les informations qu'ils donnaient eux-mêmes, ne souleva guère de contestations. Le résultat est remarquable102. L'ensemble des dossiers rédigés à la suite de la Recherche ne nous est pas parvenu intact. Ce qu'il en reste offre néanmoins suffisamment d'exemples pour discerner les types de terroirs et l'emprise de l'homme en Narbonnais au premier tiers du xvie s.

54Première information, incidente, d'où dépendait le calcul de la valeur totale de la terre, l'étendue des terres nobles exemptes d'impôt. La question si souvent débattue et sujette à tant de récriminations trouve ici une réponse partielle. Au début du xvie s., les terres considérées comme nobles sont peu étendues. Moins de 50 % des 86 communautés que nous connaissons en déclarent -48,8 %-. Lorsqu'elles en possèdent, la proportion du terroir privilégié reste faible ; inférieure à 3 % du territoire dans la majorité des cas. Elles ne dépassent 5 % que dans quelques communautés -13,9 %-. Saint-Nazaire-d'Aude avec près de l/5e de son étendue considérée comme privilégiée, apparaît comme un cas d'espèce -19,3 %-. Aucune région ne se distingue particulièrement par un taux plus élevé de terres nobles. Les communautés qui en sont dépourvues se répartissent à peu près également partout, dans les hautes Corbières comme en plaine. Tout au plus, aperçoit-on de petits noyaux comme Cucugnan, Durfort, Rouffiac dans les Corbières, Pépieux, Rieux, Trausse en Minervois où la proportion dépasse 5 % des terres mesurées. La rareté des terres reconnues comme nobles apparaît comme un trait caractéristique du Narbonnais. Au mieux, dans 25 % des communautés, elles représentaient 20 à 25 ha, l'équivalent d'une propriété moyenne, sans plus ; et rien ne dit qu'elles étaient entièrement cultivées. Même à Durban, où le seigneur du lieu possède plusieurs maisons, casais, cortals, porcatières, une jasse, une teulière..., il n'y a que 32 sétérées de terres nobles. La réalité des tailles n'est pas un vain mot en Languedoc. La thèse de la faible emprise du système seigneurial en Narbonnais à la fin du Moyen Âge reçoit là le renfort d'un argument de poids.

  • 103 Cf. la description que Gensanne fera des Corbières au xviiie s. dans son Histoire naturelle de la (...)
  • 104 Cf. carte n° 12.

55Deux mondes s'opposent en Narbonnais : la plaine des abords de l'Aude et du Minervois où plus de 50 % des terrains sont mis en culture ; la montagne et ses bordures ainsi que le littoral où l'espace cultivé ne dépasse pas, à de rares exceptions près, 20 %. Les hautes Corbières forment à tous égards une marche à proximité de la frontière d'Espagne. Le relief ingrat et difficile, depuis le no man's land de rocailles brûlées qui sépare Fitou de Salses jusqu'au pech de Bugarach, y a puissamment contribué. Les lourdes croupes montagneuses aux pentes escarpées, occupées par la garrigue pierreuse, laissent peu de place aux surfaces planes et aux sols un peu consistants. Les flancs des collines ne sont pas attaqués103. Ce sera l'œuvre du xixe s. viticole. L'exiguïté de l'ager étonne. On cultive en 1537 40 sétérées à Palairac, 48 à Durfort, 86 à Duilhac, 136 à Rouffiac... Moins de 5 % du territoire en moyenne ont été retournés par l'araire dans les communautés qui gardent la frontière : 2,8 % à Padern, 3,4 % à Cubières, 3,1 % à Feuilla, 3,8 % à Castelmaure... etc. Villages et champs apparaissent comme autant d'îlots perdus au milieu du calcaire et des broussailles. La montagne, sur les 10 à 15 kilomètres qui jouxtent la ligne de crête de la frontière, sur le versant nord des Corbières, défend davantage le pays que l'homme104.

  • 105 Tuchan 1 341 sétérées, Paziols 1 814 sétérées.
  • 106 On pourra se reporter, comme exemple, aux Commentaires de Blaise de Monluc qui a aussi fait quelqu (...)

56Des terroirs aussi étriqués ne pouvaient donner lieu au développement de propriétés foncières étendues. La Recherche ne nous en dit rien. Ce n'était pas son objet. On peut, malgré tout, tirer quelques renseignements précieux de la comparaison de l'étendue des labours et du nombre d'oustals -les maisons d'habitations- que comprenaient les villages. À Duilhac et Palairac qui faisaient figure d'assez gros villages avec respectivement 30 et 20 maisons, on n'arrive même pas à 3 sétérées en moyenne par oustal ! Les familles se partageaient donc moins d'un hectare chacune. Ce sont des cas extrêmes. Ailleurs, on vivait un peu plus au large, avec 8 à 9 sétérées par oustal à Rouffiac, Feuilla, Durfort, 13 à Castelmaure, 16 environ à Padern et Cubières, 21 à Camps, ce qui est un maximum dans cette zone. Tuchan et Paziols se distinguent, heureuse exception, et font un peu figure d'oasis. L'horizon se dégage, un bassin plus large et aplani, convergence des ruisseaux et des alluvions, donne deux bons terroirs de 350 et 450 hectares105, et une proportion de l'espace cultivé supérieure à 20 % du territoire communal. Une société rurale plus différenciée peut aussitôt s'épanouir. À l'échelle des Corbières et au milieu du semi-désert humain qui l'entoure, Tuchan au début du xvie s. apparaît déjà comme un gros bourg, fortement charpenté. Le lieu ne compte en effet pas moins de 150 oustals, une vingtaine de casais. La place faisait office de marché avec son couvert, une taule de masel... Aussi, Tuchan fut-il le but des principales attaques venues du sud. Mais celles-ci, une fois un ou deux villages enlevés et pillés, ne furent jamais poussées en profondeur106.

57La vie ne s'était donc pas retirée entièrement des Corbières pendant les xive et xve s. Une activité vive animait les plus vastes terroirs au premier tiers du xvie s. déjà. Plusieurs finals signalent un vignoble étendu à Tuchan, deux moulins à huile à Tuchan, un autre à Paziols, des oliviers en abondance. Les habitants ne limitaient pas leurs entreprises aux récoltes du sol ou à l'élevage. Ils travaillaient aussi la laine. Paziols comptait 3 moulins drapiers. L'estimation que l'on en fait, 200 livres et même 400 livres pour l'un d'entre eux, les classe parmi les installations importantes qui servaient à traiter un volume de draps déjà intéressant.

  • 107 Actuellement dans la commune de Roquefort-des-Corbières.
  • 108 À l'exception de Saint-Martin-des-Puits où ne sont déclarées en culture que 45 sétérées, 1,6 % du (...)

58Les Corbières n'abandonnent que lentement vers le nord leur sévérité et leur âpreté. Le relief commande toujours aussi impérieusement. Dans le Termenès, le massif de Mouthoumet et toute la retombée des Corbières sur la mer, y compris aux abords de la plaine comme à Mattes107, les terres cultivées progressent un peu, tout en restant dans l'ensemble comprises entre 5 et 10 % du territoire mesuré par les vérificateurs108. Ce n'est qu'au centre, sillon intermédiaire, par Quintillan, Cascastel, Albas, que l'on parvient à dépasser le seuil de 10 %, que se desserre un peu l'étreinte du milieu sur l'homme. Il faut arriver à la hauteur de Lagrasse, de la route qui conduit à Narbonne, pour que les formes s'adoucissent, que les sols suffisamment riches et profonds disputent l'espace à la pierraille. Un nouveau seuil est franchi à ce niveau. 20 à 30 % du sol sont mis en valeur. Les terroirs deviennent vastes. Plus de 1 000 ha sont travaillés régulièrement par les habitants de Fabrezan en 1537.

  • 109 La superficie déclarée ne correspond pas toujours aux limites des communes contemporaines. On ne p (...)

59Dès qu'on atteint la plaine, à Fontcouverte et Cruscades, les choses changent totalement. Partout 50 %, les 2/3, voire les 4/5, ou même les 9/10 des superficies déclarées comme composant les territoires communaux sont en culture. Autant les quelques dizaines d'hectares gagnés dans les hautes Corbières apparaissent comme égarés et l'exception, autant on est frappé par la très forte occupation des espaces communaux en plaine autour de Narbonne, aux abords de l'Aude et dans le Minervois. La moindre communauté a 250 ha labourés régulièrement, les villages du nord du Narbonnais, comme Saint-Nazaire, Ventenac, Roubia, Sainte-Valière, 500 ha environ, les gros bourgs un bon millier, Laure-Minervois davantage encore, Azille près de 1 700 ha109.

Carte n° 12 - L'occupation du sol en Narbonnais en 1537 ( % de la superficie cultivée)

60Ces derniers chiffres tendraient à confirmer dans la zone où les conditions agricoles sont les plus favorables, l'existence d'une pression précoce sur la terre, proche d'une limite infranchissable. Mais, autant que cela, ce qui frappe est le caractère très homogène de l'extension des espaces cultivés par rapport aux réserves foncières locales. Cela témoigne d'une solide emprise des hommes sur la campagne. Ceux-ci ne flottent pas comme dans des habits trop grands. On a là la confirmation, non peut-être de vigoureuses récupérations ou croissances, mais d'abandons limités au cours de la dépression des xive et xve s. ; une hypothèse pour expliquer la vigueur inégale des progressions d'un lieu à l'autre.

  • 110 Ventenac, Ribaute : 55 sétérées environ ; Argens, Pouzols 60. Mais à Canet et Saint-Nazaire il n'y (...)

61Le rapport du nombre d'oustals aux superficies cultivées, procédé un peu approximatif mais utile faute de meilleur instrument, finit d'opposer les terroirs de plaine aux Corbières. Chaque oustal disposait rarement en moyenne de plus de 20 sétérées dans les hautes Corbières, généralement de beaucoup moins. En plaine, la surface disponible est environ le double. On atteint même des valeurs supérieures à Ribaute, Ventenac, Escales, Pouzols, Argens110. À Tournissan, Camplong, Fabrezan, Bizanet, dans la partie nord des Corbières, la valeur moyenne oscille entre 35 et 50 sétérées par oustal. Les structures foncières y sont identiques à celles de la plaine. On a là une paysannerie assez à l'aise, comportant peu de micro-propriétaires, tout à fait semblable à celle que l'on a aperçue dans les compoix. On note d'ailleurs avec intérêt que dans les Corbières de la transition, à Albas, Cascastel, voire à Davejan, où Yager occupait peu de place, chaque oustal pouvait compter sur 20 à 30 sétérées. Le petit nombre de terres ouvertes près de la frontière catalane ne provient donc pas uniquement de l'incapacité des hommes. Ne nous engageons pas dans une tentative d'évaluation du nombre de personnes qui pouvaient loger dans une maison, en moyenne. Nous ne disposons que de trop peu d'éléments pour cela. On peut malgré tout avancer, sans risque, que c'est dans les Corbières que se posait de la manière la plus aiguë le problème des subsistances. Ce monde relativement isolé, condamné aux échanges, à l'ouverture pour assurer le quotidien, sera le plus vulnérable aux crises de subsistances.

  • 111 Citou 12, Caunes 18, Peyriac 16. Citou appartient à la montagne déjà ; la garrigue et le calcaire (...)

62En Minervois, on retrouve des quotients sétérées/oustals inférieurs à 20, à Citou, Caunes, Peyriac111. On est à 15 à Villeneuve-les-Chanoines. D'autres lieux restent plus à l'aise. Azille, qui a un quotient de 40, forme le plus bel ensemble cultivé d'un seul tenant de toute la région. Ces villages, assis au milieu de plantureux terroirs, s'approchent de structures urbaines, ne serait-ce que par le nombre d'habitations. On en compte 120 à Villeneuve-les-Chanoines, 180 à Azille, 200 environ à Rieux et Peyriac, plus de 300 à Caunes. Pépieux, Caunes, ont leur hôtellerie. Tous ces lieux dénombrent des boutiques. À Caunes, qui fait fonction de petite capitale du Minervois, joue le rôle de centre commercial et d'animateur de la production textile, au contact entre le plat-pays et la montagne, les boutiques se pressent autour de la place. Comme en ville, les belles demeures comportent une boutique au rez-de-chaussée. Le caractère urbain de ces bourgs tient aussi à la forte proportion dans l'espace bâti des maisons d'habitations et des dépendances qui leur sont directement associées. Le type maison-pailler-étable se rencontre relativement peu. Il n'y a pas dans ces gros villages du Minervois, même à Citou qui fait la transition avec la montagne de l'arrière-pays, la masse des casais et autres bâtiments ruraux. En revanche, on ne trouve ce caractère que là, ce qui est le signe d'une organisation différente et de relations plus complexes entre les agglomérations et leur terroir, tous les villages ont leurs bories, autre terme pour désigner les mas ou les métairies : une dizaine à Pépieux, Villeneuve-les-Chanoines ; une vingtaine à Citou ; une trentaine à Peyriac-Minervois. Une partie de la vie rurale se déroule dans les écarts.

63On reconnaît sans mal le caractère distinctif de la grande propriété telle qu'elle est en train de se développer sur les marges des tènements de villages. Cet habitat dispersé contribue encore davantage à distinguer le domaine des vastes terroirs et des grosses communautés de la plaine de l'espace discontinu des massifs. Par là même, on cerne bien le territoire où se développe le mieux le processus de transformation des structures foncières que l'on a décrit. Le phénomène d'ascension sociale vers où on se précipite et les écarts qui se creusent au sein des communautés sont à leur maximum d'intensité là. Ailleurs, ce modèle qui donne son trait le plus marquant à la croissance du xvie s. ne peut se développer. Le blocage dû au caractère inextensible des terroirs s'y manifeste bien davantage. Aurait-on un espace et une société immobiles ? L'accumulation de la richesse et la différenciation sociale empruntent des voies différentes et se font sur un autre terrain : l'élevage et le négoce surtout. L'échange était une nécessité vitale pour ces régions de circulation malaisée. Il fallait vendre la laine, se procurer ce que l'on ne produisait qu'en quantités insuffisantes sur place. Les meilleures affaires, les plus lucratives, venaient de la fonction d'intermédiaire, de trait d'union entre zones plus éloignées et complémentaires, comme entre le Roussillon et le Carcassonnais. Aussi, le type social de la réussite y sera au xvie s. le marchand, le notaire accessoirement, installés aux principaux nœuds de communications. C'est d'ailleurs eux-mêmes, leurs fils ou filles que l'on verra venir en ville pour donner une dimension nouvelle à leurs affaires, acheter une charge ou un petit office, se marier. Ils choisiront davantage, comme terre d'accueil, le Carcassonnais où les conduisait leur commerce et où l'argent gagné trouvait mieux à s'employer dans le négoce ou les charges. Les alliances seront beaucoup moins recherchées avec le monde issu de la terre et Narbonne.

  • 112 Il y a aussi une dizaine de moulins à Puisserguier.
  • 113 Il y en a plus d'une trentaine à Rieux-Minervois par exemple.

64La vitalité des foyers humains et de la production du Minervois est soulignée par le nombre impressionnant des moulins à blé, à huile et drapiers. On en compte 5 à Rieux et Azille, une dizaine à Caunes et Peyriac112 ; de tous types, à une, deux, trois meules. Ces derniers n'étaient pas rares. Il y en avait deux à Peyriac, entourés de corps de bâtiments importants : maisonnage, colombier, pailler, étable ou tinal. Le bassin du Minervois, il est vrai, bénéficiait de conditions favorables, d'une rivière abondante, l'Argent Double, sur les bords duquel, par ailleurs, on faisait venir des canabeyrals, des chenevières113. La taille des villages, l'occupation dense de l'espace, la variété des productions et des sources de revenus suggèrent donc une économie qui a de solides assises. On relève bien de-ci de-là quelques traces de ruines. Trois ousîals sont dits abandonnés à Citou par exemple. Ces mentions extrêmement rares sont contrebalancées par la masse des constructions neuves. Tel moulin de Peyriac évalué 300 livres est appelé mouly nouvel... etc. La superficie moyenne par oustal, plus faible en Minervois, à l'inverse des Corbières, tient à une population nombreuse, qui ne vit pas seulement de l'agriculture. Les structures foncières complexes, différenciées, s'apparentent à celles que l'on peut observer autour d'une ville comme Narbonne.

65Diversité et profonde unité caractérisent les campagnes narbonnaises au début du xvie s. Le contraste est total entre Padern, Duilhac, Embres-et-Castelmaure... et Caunes-Minervois. Quatre ensembles au moins composent le Narbonnais en dehors du territoire urbain ; deux dans les Corbières et deux en plaine, auxquels il faut ajouter les abords de la côte et les bordures de la Clape. Ce monde rural présente aussi, malgré son hétérogénéité, des caractères communs qui se retrouvent dans le bâti et l'organisation des villages.

  • 114 Près de 40 % du total : Cubières, Dernacueillette, Félines, Feuilla, Padern, Palairac, Rouffiac, S (...)
  • 115 Bouisse, Durban, Portel, Davejean, Albières, Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse 35, Fontjoncouse et Fi (...)
  • 116 140 à 150 maisons, des boutiques, une taule de masel, Fabrezan a tous les caractères et les foncti (...)
  • 117 Tuchan, à un moindre degré Durban et Portel.

66Si l'on s'intéresse aux maisons, aux bâtiments maintenant, que constatons-nous ? Une hiérarchie d'abord : à la base, les petites unités de moins de 10 oustals comme Camps, Saint-Martin-des-Puits, Salsa, Donos ; les communautés de 10 à 20 oustals, les plus nombreuses114, les villages plus étoffés de 20 à 30 maisons115, les plus gros enfin atteignant ou dépassant 50 maisons : Cascastel, Bizanet, Villerouge-Termenès et Fabrezan, le pendant de Tuchan pour les Corbières du nord116. Cette hiérarchie villageoise que l'on peut établir avec précision est-elle proche de ce que les Corbières connaissaient tout au long du Moyen Âge ? On manque d'informations. La taille de Villerouge-Termenès par exemple confirme la fonction militaire que sa position et sa forteresse lui avaient donnée. L'importance des localités au seuil de l'âge moderne est assez différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Mais si l'on excepte les villages-centres qui ont beaucoup grandi117, la densité humaine des hautes Corbières ne devait être guère éloignée de ce qu'elle est actuellement après avoir subi les effets de l'exode rural.

  • 118 Le notaire Graffan le montre très bien dans ses minutes ; cf. Dr. CAYLA, (1947-1948) p. 270-286.
  • 119 La petite chapelle de Saint-Pierre près de Montjoi avait 44 brebis...

67Tous ces villages étaient beaucoup plus volumineux que ne le laisse penser le nombre d'oustals. Peu d'étables dans les hautes Corbières, partout des casais, qui sont des enclos ou des petites masures. Une par maison en moyenne. La proportion s'élève à deux à Feuilla et même à 2,5 à Paziols ! Des cortals aussi -des bergeries-. Une vingtaine à Bouisse pour une trentaine de maisons, 6 à Camps pour 11 maisons... On pourrait multiplier les exemples. Il y en a 1 à 2 pour 3 oustals dans tous les villages. Les Corbières sont vouées à l'élevage du mouton qui constitue leur principale ressource. Tout le monde, riches ou pauvres, simples particuliers ou collectivités, s'y trouvait intéressé. C'est pourquoi on parvenait à vivre en dépit de superficies cultivées dérisoires. Les plus modestes trouvaient à s'engager comme pasteurs, gardaient les bêtes, les prenaient en gasailhe, possédaient aussi parfois quelques têtes de bétail. Tous ceux qui détenaient un capital en réservaient une part à l'animal : les seigneurs, les ecclésiastiques, les marchands, les communautés aussi, ce qui n'est pas l'aspect le moins intéressant de la vie des Corbières118. Des troupeaux d'importance très inégale se côtoyaient dans les montagnes, de quelques dizaines à plusieurs centaines de moutons et de brebis. La dame de Mouthoumet, Louise d'Alban, en possédait 1 345, le seigneur d'Albas 450 à Albas même, ainsi qu'un autre troupeau de 346 têtes à Villeneuve-des-Corbières ; l'archiprêtre de Termenès, l'official de Villerouge-Termenès, le recteur de Talairan en faisaient garder chacun de 100 à 200 ; Pierre Brunet, un marchand de Villerouge-Termenès, 600 bêtes confiées à plusieurs pasteurs des environs... L'élevage communautaire tenait aussi une place considérable. Du sud au nord des Corbières, rares étaient les communautés qui ne possédaient pas un troupeau communal. Il y en avait ainsi à Bouisse, à Albières, Mouthoumet, Laroque-de-Fa, Davejean, Termes, Castelmaure, Villerouge, Saint-Pierre-des-Champs, Talairan... Il ne s'agissait pas, comme on pourrait le penser, du troupeau où l'on faisait garder ensemble le bétail appartenant à des particuliers qui n'avaient pas assez de bêtes pour y consacrer du temps, mais d'un bien patrimonial que les communautés géraient. Les œuvres, les fabriques, les fondations attachées aux sanctuaires en avaient aussi. Le revenu des gasailhes servait aux besoins du culte ou à constituer quelques réserves utilisées lors des années de disette. En 1545, l'œuvre se trouvait à la tête de 89 bêtes à Montjoi. Elle en avait 300 à Salsa, 140 à Donnove, 180 à Félines119... Le mouton était le capital-roi, support à la fois d'une économie et d'une forme d'organisation de la société.

  • 120 Un an parfois, ou 6 ou 7 ans ; mais c'est plus rare. En Corbières, au xvie s., la durée des gasail (...)
  • 121 Ce type de bail, en augmentation au xvie s., était plus fréquent autour de Narbonne. Sur d'autres (...)
  • 122 À Lagrasse en 1583 : 11 setiers de froment, 3 charges de vin, 1 migère d'huile, 1 émine de sel pou (...)

68Les Corbières vivaient donc au rythme des sonnailles et des gasailhes. On pratiquait surtout la gasailhe simple, « à demi-laine, demi-agnel, demi-paulx ». Les propriétaires confiaient aux gasailhans le capital pour une durée de cinq ans généralement120, au terme de laquelle le capital et le croît se partageaient à parts égales entre le bailleur et le preneur. Clause souvent spécifique, coutume toujours respectée, le propriétaire avait la conaguda de la laine qui revenait au gasailhan. Ce droit de prélation lui permettait de se réserver ainsi, au prix du marché cependant, toute la laine du troupeau. C'est pourquoi Pierre Brunet, le marchand de Villerouge, s'arrangeait pour confier son bétail par petits paquets de 20 à 50 moutons ou brebis à plusieurs pasteurs. Il recevait les toisons auxquelles il avait droit, s'entendait avec les pasteurs pour conserver toute la laine des troupeaux. Les marchands établis dans les localités qui jalonnent les principales routes s'assuraient ainsi la marchandise de larges secteurs et éliminaient la concurrence. La gasailhe à mi-fruit s'assortissait de conditions moins favorables souvent. Le tiercement obligeait les gasailhans à ajouter au troupeau l'équivalent de la moitié des bêtes qui le composaient. Si le bail courait sur 5 ans, il versait 20 % de la valeur de ce tiers au bailleur sinon celui-ci, à la fin de la gasailhe, prenait une part supplémentaire de bêtes. La gasailhe à rabastié, où au terme du contrat le preneur devait rendre le troupeau identique au cheptel de départ, une sorte de bail à rente perpétuelle et à redevance annuelle, avait beaucoup moins cours dans les Corbières au xvie s.121. Ceux qui concluaient les contrats de gasailhe ne gardaient pas toujours eux-mêmes les troupeaux. Les sous-arrentements se pratiquaient fréquemment. Dans d'autres cas on préférait salarier les pasteurs. Ces contrats en nature, peu fréquents hors des Corbières, s'expliquent par la faiblesse de la production locale des grains, la poussée exagérée des prix lors des mauvaises années. Les pasteurs ne perdaient pas forcément à avoir leurs provisions de l'année garanties122.

  • 123 Fin xive s. et début xve s. il y a un vaste mouvement d'accords de limites entre communautés, de p (...)

69Les vastes étendues de garrigue servaient donc de terrains de parcours que l'on partageait rigoureusement123. Le mouton, outre les revenus qu'il dispensait, servait de moyen à l'homme pour assurer son emprise sur l'espace.

  • 124 Il est impossible, tant nos renseignements sont fragmentaires, de pouvoir simplement esquisser une (...)
  • 125 Faut-il faire une distinction entre poursigoules, locaux où les jeunes gorets vivaient séparés de (...)
  • 126 Faut-il faire intervenir des raisons complexes de végétation, de conservation de viande ? Il ne se (...)
  • 127 Il y a aussi de nombreuses galinières.
  • 128 14 appartenaient à des habitants de Mailhac, 35 à Pouzols, 24 à Sainte-Valière ; Dr. CAYLA, (1964) (...)

70On aperçoit à travers la sécheresse des inventaires et les évaluations des immeubles la nature et la composition du bétail de trait que l'on employait. Il n'y avait quasiment pas de chevaux dans les Corbières, quelques bœufs pour les labours, des ânes et des mulets pour le transport124. L'énumération précise, par contre, des poursigoules, des porcatières, des porsyguières125, est pleine d'intérêt, à la fois pour le type d'élevage qui se pratiquait et les compléments alimentaires qu'il procurait. On est aussi à un moment de l'histoire de cet animal dans cette partie du Languedoc. Le cochon était familier dans les villages du Narbonnais au xvie s., mais inégalement semble-t-il. Si on essaie de scruter attentivement les dossiers de la Recherche générale du diocèse sans chercher à tracer des limites trop rigoureuses, on peut reconnaître trois parties en Narbonnais. Dans les Hautes-Corbières méridionales il n'y en avait pas semble-t-il. Les terroirs trop exigus, l'impérialisme du mouton, n'inclinaient pas à pratiquer cet élevage. On ne note pas non plus de galinières -de poulaillers-. À partir de Villerouge-Termenès, Cascastel, Durban, on en rencontre, comme dans toute la partie nord des Corbières126. L'élevage des porcins prend une place importante seulement lorsqu'on arrive dans la plaine des abords de l'Aude, qui s'accroît à mesure que l'on se rapproche de la montagne minervoise127. À Pouzols, Sainte-Valière, Roubia, Saint-Nazaire, dans tout le Minervois, nombre d'habitants possédaient un ou deux cochons. Ils s'associaient d'ailleurs pour en confier la garde à un porcher. Les communautés se chargeaient elles-mêmes le plus souvent de conclure les baux de gardiennage du troupeau commun. Les contrats stipulaient que les porchers devaient, chaque matin, à son de trompe, rassembler les truies et les verrats pour les conduire dans la garrigue. À l'automne, les particuliers, les communautés séparément, les consuls de deux, trois communautés parfois ensemble, s'entendaient avec des nourrisseurs. Les cochons partaient s'engraisser dans les forêts proches de Saint-Pons ou même beaucoup plus au nord, jusqu'à Lacaune. En 1593, par exemple, des habitants du diocèse de Vabre déclaraient avoir reçu des consuls de Pouzols, Mailhac et Sainte-Valière agissant au nom de leurs communautés, 73 porcs ou truies128. La proximité de ces terrains de glandées favorisait l'élevage des cochons dans toute la zone de contact avec l'extrémité sud du Massif central et cette forme de transhumance. La densité des moutons et des porcs est inversement proportionnelle et oriente les relations de ces régions dans des directions différentes.

  • 129 On a noté que les commissaires qui procèdent à la Recherche comptent les orts avec les maisons, le (...)

71Outre la forte présence des animaux, les villages, quelle que soit leur taille et la zone à laquelle ils appartiennent, présentaient d'autres points communs qui finissent d'esquisser une civilisation rurale aux caractères très cohérents malgré sa diversité. L'ort faisait partie intégrante du village et en était une des composantes principales129. Les bergers des Corbières, par exemple, ne passaient pas toutes leurs journées à garder les brebis ou à retourner leurs maigres fonds de terre. Chaque famille pratiquement avait la possibilité de disposer d'un ort. On en compte en effet partout, presqu'autant qu'il y avait d'oustals : 25 à Duilhac pour une trentaine de maisons, 40 à Bizanet pour 50 maisons... Les plus grosses agglomérations en comportaient autant, entourant le village ou regroupés sur les alluvions auprès des ruisseaux. On en dénombre ainsi 80 à Fabrezan, 170 à Peyriac-Minervois, une centaine à Azille, une centaine à Caunes-Minervois encore avec autant de verdiers... Les ceintures horticoles sont choses courantes. La question des subsistances ne se résume donc pas, loin de là, à une course entre la production des grains et le nombre des habitants.

  • 130 Sur les moulins cf. R. CAZALS, (1985).
  • 131 Deux autres sont déclarés ruinés.
  • 132 À Caunes, Peyriac, à Puisserguier encore...

72Autre présence familière et universelle en Narbonnais : les moulins130. Aucune localité qui n'en ait au moins un, même les plus petits hameaux comprenant 4 ou 5 maisons. Dès que le lieu prenait quelque importance, dépassait une vingtaine d'oustals, on pouvait en compter 2 ou 3. Saint-Jean-de-Barrou, gros d'une douzaine de maisons et d'autant de casais, en possédait 3, dont 2, il est vrai, allivrés très faiblement ; Fontjoncouse 4, Cascastel pour 50 maisons en avait 6 en état de fonctionner131. La densité des moulins comparée à la taille des villages était plus forte dans les Corbières que dans la plaine. Cela tenait-il à l'éloignement et aux difficultés de communications ? En partie seulement. Cascastel se trouvait à proximité de Durban qui en était bien pourvu. Or, l'endroit bénéficie d'un équipement qui paraît très supérieur aux nécessités de la mouture des grains récoltés par les habitants ou même apportés pour les nourrir. Chaque année, étant donné les superficies déclarées, ils ne pouvaient ensemencer, au maximum, guère plus de 150 ha. Cela ne les empêchait pas de déclarer 16 aires à battre le blé, une pour 3 maisons. Les bourgs du Minervois en comportaient 4, 5, et même une dizaine pour les plus importants132.

  • 133 Quelques moulins sont dits à blé et à huile à la fois, comme à Ferrals.
  • 134 À Saint-Pierre-des-Champs et à Pasa le moulin sert aussi à moudre les grains.
  • 135 Un autre à Cascastel, à Durban...
  • 136 Deux à Thézan, deux à Fabrezan.

73On peut saisir parfaitement la variété des moulins en dépit de l'absence de documents iconographiques ou de descriptions à l'occasion de réparations ou de contrats d'arrentement. Quatre cinquièmes d'entre eux travaillaient à moudre les grains. Les autres étaient surtout des moulins à huile133. Il y avait en outre quelques moulins drapiers. Leur nombre n'était pas considérable. On en a assez vite fait l'inventaire : 3 à Caunes, dont la fonction était double car on les qualifie de moulins bladiers et drapiers, 1 à Bize et dans les Corbières, 1 à Saint-Pierre-des-Champs, 1 à Félines-Termenès, 1 à Pasa et 3 à Paziols134. Le nombre des moulins bladiers ne constitue pas une surprise ; celui des moulins à huile davantage. Il y en a relativement peu dans la haute Corbière. On était trop à l'étroit pour que l'olivier puisse prétendre à un développement intéressant. Malgré cela, on en comptait 1 à Castelmaure, 2 à Tuchan135... C'est donc que l'olivier insensiblement s'était glissé très en profondeur dans la montagne. La conquête restait loin d'être acquise encore au début du xvie s. Les moulins à huile se faisaient plus nombreux lorsque l'on approchait de la plaine136. Là, ainsi qu'en Minervois, ou à Puisserguier, la proportion par rapport aux moulins à blé s'élève. Un moulin sur 4 au moins est destiné à broyer les olives. Suréquipement là encore ! En tout cas, l'infrastructure existait et l'extension éventuelle des différentes productions ne souffrirait d'aucune insuffisance de ce côté-là. La localisation des moulins drapiers en Minervois et dans les Corbières où ils sont assez dispersés, leur importance aussi, car le moulin de Félines est évalué 340 1., ceux de Paziols 200 et 400 1., signalent deux foyers de production de draps qui sans être considérables ne sont pas négligeables. Pensons aussi que nous ne possédons pas l'intégralité de la Recherche du diocèse. D'autres moulins drapiers existaient probablement. Aussi, ne doit-on pas s'étonner que les frères Sapte, fondateurs au début du xvie s. d'une célèbre manufacture à Conques dans le Carcassonnais, où se concentraient toutes les opérations de fabrication des tissus, soient originaires de Tuchan. La fabrique carcassonnaise, dans une première phase de son histoire, est issue des Corbières.

74Ne nous arrêtons pas, bien que le sujet réclame attention, aux techniques et à l'énergie qui actionnait ces moulins. Les moulins à vent l'emportaient très largement dans les Corbières. La multitude des tours ruinées visibles sur les buttes et dans les couloirs de vents en témoigne encore aujourd'hui abondamment. 90 % des moulins n'utilisaient que la force éolienne. Mais le moindre courant d'eau dont le débit un mois ou deux par an permettait de faire tourner une meule, accueillait des moulins. Peu importait qu'ils n'aient qu'un filet d'eau ou tarissent complètement le restant de l'année. Un moulin à huile avait été installé à Durban sur la modeste Berre. L'Orbieu portait un chapelet de moulins à Ribaute, Fabrezan, Ferrais. Les plus importants se trouvaient en Minervois le long de l'Argent Double. Ceux-ci n'égalaient pas cependant, de loin, les gros moulins installés sur l'Aude et la robine qui nécessitaient de coûteux investissements mais offraient l'avantage de travailler sans interruption plusieurs semaines d'affilée. On aperçoit très bien la hiérarchie de cette infrastructure très complète au nombre de meules. Les moulins à une meule sont les plus courants. Tous les moulins à vent appartiennent à cette catégorie. Leurs performances sont modestes. C'est une des raisons de leur dissémination dans les Corbières. En Minervois, la moitié des moulins sont à 2 ou 3 meules. On les évaluait fort cher, 900 à 1 200 livres contre 100 à 250 au plus pour les machines à une seule meule.

  • 137 Cf. supra, chap. IV, C, 3.
  • 138 Nombreuses maisons, casais, cortals, jasses, porcatières, une teulière... Les moulins nobles ne so (...)

75Aussi intéressant pour nous est de savoir à qui appartenaient ces moulins. Aucun parmi ceux qu'il nous est donné de connaître dépendait de communautés religieuses ou d'ecclésiastiques. Une poignée seulement était entre les mains de seigneurs. Monsieur de Nouvelles possédait le moulin à huile de Donnove. Monsieur de Ferrais en avait un, noble Jacques Verzeille un autre à Rieux-Minervois. Il faut mettre à part les grands moulins autour de Narbonne qui réclamaient la construction et l'entretien de véritables barrages et de biefs, de lourds investissements longs à amortir, supportables par de véritables puissances financières, abbayes, chapitres, sociétés137. Les moulins ne sont pas un domaine réservé de la seigneurie en Narbonnais. Même dans une localité comme Durban où le seigneur du lieu, fait exceptionnel, possède une bonne partie du village, celui-ci ne contrôle pas les moulins138. Ceux-ci sont un capital comme un autre, au même titre qu'une maison ou un champ. C'est un facteur qui explique leur si grand nombre. Parfois, c'est rare, les moulins font partie du patrimoine des communautés comme à Cuxac-d'Aude ou à Villeneuve-les-Chanoines, ou de l'église du lieu. En Narbonnais, le moulin n'est pas synonyme de droit seigneurial impératif, de banalité, d'exaction, un symbole du pouvoir seigneurial sur les populations. Les habitants peuvent porter leur récolte où bon leur semble. Une preuve supplémentaire, décisive, du poids moins fort de la seigneurie en Languedoc qu'en d'autres régions. Celle-ci n'enserre pas la vie des personnes et des groupes dans un carcan qui règle tous les aspects de la vie quotidienne.

D / LE SEL

1. Du système médiéval au système moderne

76Le sel narbonnais est la rencontre de l'histoire géologique, des techniques, de l'économie, des groupes sociaux, de l'histoire politique et fiscale aussi et donc du pouvoir. La complexité des facteurs qui le déterminent en se cristallisant autour de lui en fait un des fils conducteurs les plus durables et les plus éclairants de l'histoire du Narbonnais, par où on peut viser à une histoire totale.

  • 139 A. DUPONT, (1958) p. 7-25 ; E. MAGNOU-NORTIER, (1974).
  • 140 R.-H. BAUTIER, (1961) ; E. MAGNOU-NORTIER, (1974) p. 216-217.
  • 141 G. LARGUIER, (1977) p. 166 sq. L'étang d'Ouveillan produira du sel jusqu'au début du xixe s. Les g (...)
  • 142 À la fin du xvie s. le chapitre Saint-Paul a toujours la même saline que trois siècles plus tôt.
  • 143 A. BLANC, (1899) pièce annexe LVI, 1306, transaction arbitrale concernant les salines sises à Cour (...)

77On ne peut rappeler l'histoire du sel narbonnais, fort ancienne, depuis son origine. Il n'est pas inutile cependant d'en retracer les principales étapes à partir de l'An Mil. L'exploitation du sel est en effet intimement liée à la conquête des terroirs et à l'évolution du milieu naturel. De nombreux propriétaires se partageaient les salins du Narbonnais, des particuliers, des juifs, des seigneurs laïcs. Mais comme partout ailleurs en Languedoc, l'Église s'était intéressée très tôt en Narbonnais aux bords de la mer, aux étangs ainsi qu'aux ressources qu'on pouvait en retirer. L'abbaye de Lagrasse avait acquis l'étang de Lapalme ; l'archevêque possédait des salines prospères qu'il cédait à l'abbaye de Saint-Paul en 1080 ; autour de l'étang de Capestang qui communiquait encore librement avec la mer, il y avait des salines qui appartenaient à l'église de Béziers139. Dans un premier temps, le plus grand nombre de textes signalant des salins concerne le Narbonnais. C'est là d'abord que se développe la production la plus importante en Languedoc. Les salins entre l'étang de Vendres et Mauguio ne parviendront jamais à se développer beaucoup. Le groupe des salins de l'est, du côté du delta du Rhône, à proximité d'Aigues-Mortes, ne prendra son essor sous l'impulsion de la monarchie qu'à partir du xiiie s. Du littoral languedocien, le transport en direction de l'intérieur s'était organisé très précocement : les sauniers conduisaient aux marchés toulousains leurs ânes chargés de sel140. Dominée par l'Église jusqu'au milieu du xive s., l'économie du sel se circonscrit autour des étangs. Mais ce n'est pas toujours à la lisière de la mer comme on pourrait l'imaginer. La principale activité se déploie à l'intérieur des terres. L'élévation de la température moyenne découvre une multitude d'étangs en aval de Sallèles qui sont le plus souvent les témoins résiduels du rivage que l'Aude et ses alluvions ne cessent de faire reculer. Des salines naturelles s'offraient durant un siècle et demi ou deux siècles où il suffisait de récolter sans effort en décollant la croûte salée. L'étang d'Ouveillan, d'origine et d'évolution différentes il est vrai, était aménagé comme une véritable saline, en planches délimitées par des rigoles141. La récolte devait être très inférieure à ce que produisait un salant dont on renouvelait sans cesse l'eau. Mais l'exploitation peu coûteuse ne nécessitait ni moyen, ni compétence technique. La multitude des conflits qui se développent pour le contrôle de ces salines donne la mesure de l'intérêt qu'on leur portait et de l'enjeu économique qu'elles représentaient. L'Église, l'abbaye de Fontfroide en tête, est au premier rang de la compétition et l'emporte toujours. Est-ce une lacune de notre information ? L'exploitation des salines de l'étang au sud de Narbonne sur laquelle on est d'abord renseigné paraît fort discrète et peu offensive au xiiie s. Le chapitre Saint-Paul ne la développe pas142. Les salines les plus nombreuses et les plus actives se situent au nord, sur les bords de l'étang de Capestang et à proximité de Coursan143. Le cours de l'Aude ne s'était pas encore modifié. Les masses d'eau douce et les alluvions se déversaient au sud. Les étangs de Capestang et de Vendres qui communiquaient, et leurs bordures, offraient des conditions plus faciles pour installer des salines.

78Ces conditions se trouvent totalement ruinées au xive et au xve s. Les étés frais et la pluviosité accrue réduisent à néant le rendement des petits étangs enclavés qui étaient d'ailleurs en voie d'épuisement. Les inondations catastrophiques, puis le détournement de l'Aude dans la première moitié du xive s., détruisent les salines de Coursan, condamnent celles de l'étang de Capestang. Le gros des alluvions apportées par l'Aude se déverse désormais au nord. L'étang de Capestang rapidement isolé de la mer ne reçoit plus d'eau salée. Les salines situées au nord de l'Aude, quels que soient leur origine et leur système d'exploitation, disparaissent. Cette rapide élimination, qu'explique l'action conjuguée du climat et du fleuve, se trouve facilitée par la crise profonde dans laquelle entrent l'Église et les ordres religieux. Principaux propriétaires des salins, ils étaient les premiers affectés par ces pertes de patrimoine et de revenus. L'Église cesse de prendre part de manière active à l'exploitation des salins narbonnais. En trois quarts de siècle, le système sur lequel le sel médiéval avait vécu était emporté.

  • 144 J. C. HOCQUET, (1985) p. 283-284.
  • 145 Ibidem.

79Or cette désorganisation de la production intervenait au moment même où le royaume risquait de connaître de sérieuses difficultés d'approvisionnement en sel. Les principaux centres de production de la côte atlantique échappent au contrôle du roi de France qui ne peut plus compter que sur les salins de la Manche et de Peccais144. L'importance économique du sel, son caractère ‘stratégique’145, la guerre et les conditions économiques difficiles accélèrent la reconversion et la reconstruction des salines qui s'établissent sur des lieux nouveaux, avec des techniques, des moyens et des hommes différents. Le système moderne d'exploitation se met en place au cours de la première moitié du xve s. Narbonne devient alors authentiquement une ville du sel. Ce sera un des ressorts de son économie jusqu'à la fin de l'Ancien Régime.

  • 146 En face de Bages, l'excroissance qui provoque un resserrement et isole l'étang de Capelle, est une (...)
  • 147 Cf. carte du terroir de Narbonne au début du xve s., n° 8.

80Le nord ennoyé et en voie de colmatation rapide étant devenu improductif, on se reporte vers le sud. L'abandon par l'Aude de son cours primitif et son détournement au nord du massif de la Clape eurent au moins cet aspect positif pour Narbonne. Malgré l'obstination des consuls à maintenir constante l'alimentation de la robine, les apports d'eau douce diminuent considérablement dans le système lagunaire méridional qui reçoit aussi des eaux moins chargées de produits en suspension, plus claires, et évite en partie les brusques irruptions des inondations et des hautes eaux de printemps et d'automne. Toutes les salines, jusqu'à l'époque contemporaine, seront installées au sud. Premier site où on les aménage : Mandirac, dans l'excroissance comprise entre le lit que s'était construit la robine et l'étang de Bages146, en arrière de l'endroit où débouchait le fleuve, à l'abri donc des émissions d'eau douce. Avantage aussi, et non des moindres, la proximité de la robine facilitait le tirage du sel et son transport en barque jusqu'à Narbonne. On mesure à ces localisations précises combien la topographie a changé depuis le xie s., voire depuis la première moitié du xive s. Des salins prospéraient en 1048 dans le tènement de Villajuzaïc près de Moujan, en 1340 à Gazagnepas147. La Clape demeurait quasiment une île entourée d'eau saumâtre.

  • 148 J. LE GOFF, (1958) p. 514-525.

81L'Église ne prit aucune part à l'installation des nouveaux salins. Elle en tira profit indirectement cependant. L'archevêque, par exemple, seigneur de tout le littoral, de Sigean, Peyriac, Gruissan à la zone de l'étang salin, reçoit la tasque, qui était le l/7e du sel récolté. L'initiative revient aux mercadiers, dont le prototype, on l'a vu, est Jaume Lac. Cette évolution entre dans un mouvement beaucoup plus ample qu'on perçoit sur le pourtour de la Méditerranée. J. Le Goff a noté que les salins changeaient de mains à mesure que s'effectuait la reprise du grand commerce ; les anciens propriétaires fonciers, des ecclésiastiques majoritairement, cédant la place ou se faisant évincer par une nouvelle classe de marchands urbains qui s'emparent de la propriété foncière et des matières premières, et tirent une part grandissante de leurs bénéfices de l'exploitation de la fiscalité royale148. À Narbonne, il n'y a pas de transfert de propriété. On crée plutôt. Les investissements correspondent à une double orientation, à une nouvelle géographie du sel et à une mutation de l'économie narbonnaise ; à un balancement local nord-sud, et plus vaste de la mer vers la terre, de la Méditerranée vers le continent. Les salines et le fleuve, comme s'ils se fuyaient, permutent dans l'espace narbonnais. Quand l'un poursuit sa course au nord, les autres sont déplacés au sud vers des emplacements plus calmes, moins exposés aux limons et aux eaux douces. Le sel, dont le royaume était en passe d'être privé et dont on encourage la production car il formait un gisement de revenus pour la monarchie, offrait une planche de salut pour une économie entièrement tournée vers le commerce méditerranéen et des mercadiers qui trouvaient de plus en plus difficilement à placer les principaux articles de leur négoce.

Carte n° 13 - Salins créés à Narbonne en 1506-1507

82Prise en main par les marchands, la production du sel débute aussitôt sur un autre pied et change d'échelle. Aux petites salines dispersées succèdent des salins aménagés pour une exploitation rationnelle avec des troupeaux de juments pour le charroi et des entrepôts pour stocker le sel. Les magasins contenaient 20 000 quintaux en 1453. L'inscription de ce volume sur le compoix devait correspondre, chiffre rond, à la production annuelle. Le sel passe sous le contrôle total de la ville. Tout y fait. La personnalité des entrepreneurs, l'implantation des salins, avec les voies d'eau dirigées vers le port, la construction des magasins, la mise en place même des greniers à sel.

  • 149 P. WOLFF, (1954) p. 450-458; G. CASTER, (1962) p. 316-319. Selon Ph. Wolff le coût du transport en (...)
  • 150 On n'est pas renseigné sur ce qui se passe à Peyriac et Sigean.
  • 151 A.M.N., compoix de 1499, f° 166 v°.
  • 152 Trois salines à Mandirac, 6 charrettes, 25 bœufs, 25 bêtes cavalines.
  • 153 MAHUL, t. I, p. 391 sq., Pierre meurt en 1478, Guillaume en 1501.

83Les Narbonnais, comme les Languedociens, ne portent, par contre, qu'un médiocre intérêt au transport du sel vers l'intérieur. On ne les voit jamais apparaître dans les contrats qui concernent l'acheminement du sel vers Toulouse et au-delà. Ce ne sont d'ailleurs pas toujours les mêmes hommes et régions qui tiennent en main ce trafic. Les âniers ou muletiers narbonnais du xiie s. ne sont qu'un lointain souvenir. Les marchands et habitants des villes situées à l'est de Toulouse, comme Caraman et Avignonet assurent, semble-t-il, une part importante du transport dans la seconde moitié du xive s. Au xve s., les Béarnais s'imposent avec leurs charrettes tirées par des bœufs. La voie commerciale Toulouse-Bayonne prenant de l'importance, ils l'emportent sur cet axe de communication, s'installent en nombre à Toulouse. Une partie du sel du Languedoc transporté jusqu'à Toulouse était destinée à leur pays. Les Béarnais en profitent pour accaparer le trafic du sel depuis la Méditerranée. On comprend mieux la présence aussi assidue des Béarnais parmi les migrants à Narbonne sur les listes des nouveaux habitants ou des décédés à l'hôpital. Le sel est un facteur indirect d'échanges humains149. Pendant la seconde moitié du xve s., les conditions de l'exploitation du sel changent peu, au moins à Narbonne150. Aucune saline nouvelle n'est venue s'ajouter aux précédentes. Dans le compoix de 1499, toutes les œuvres sont localisées à Mandirac comme au temps de Jaume Lac. Autre trait qui demeurera une constante pendant plus de deux siècles : la propriété des salins reste stable, concentrée entre quelques mains. Les œuvres de salin ne s'achètent et ne se revendent guère. C'est un des biens que l'on conserve le plus jalousement dans les familles, que l'on se transmet par héritage. Les héritiers de noble Peyre Gentian ont encore deux salines, les huit magasins sis à côté du consulat en Bourg et le grenier à sel151. Raulin Seguier est devenu l'homme du sel152. Celui-ci d'ailleurs ne se contentait pas seulement de la récolte du sel, semble-t-il. Au compoix de 1499, on l'impose pour 6 chars et 24 bœufs. Or, on n'employait sur les salins que des juments. S'occupait-il aussi du transport vers le Haut-Languedoc ? Ce n'est pas ce qui l'enrichit. Il y avait pourtant d'excellentes affaires à réaliser comme le montre l'exemple de Pierre et Guillaume Belissen153.

  • 154 MAHUL, t. I, p. 48 et infra, chap. IX.
  • 155 Dès le début du xvie s., les Toulousains reprennent eux-mêmes leur ravitaillement du sel, cf. G. C (...)
  • 156 Ce que l'on disait de Jean Maurel, cf. Mahul, op. cit.

84Originaires du Carcassonnais, fils ou neveux d'un hôtelier de Barbaira, ils s'emparent pratiquement du trafic du sel entre Narbonne et Toulouse au cours de la seconde moitié du xve s., l'organisent et en font la base de leurs entreprises. Ils développent tout un réseau de correspondants sur le trajet. Pierre utilisait les services d'un triginier de Villepinte qui amenait le sel avec des chars tirés par quatre bœufs, établit des facteurs qui se chargeaient de la revente. Les charretiers ne venaient pas à vide. Ils apportaient du blé, du pastel, de la laine. Très entreprenants, les Belissen utilisent admirablement leur position d'intermédiaires dans cette période où s'amorce la reprise économique pour donner une ampleur étonnante à leurs affaires. Pierre se charge d'encaisser les censives, tasques, agriers, leudes... du baron de Couffoulens, est intéressé à la levée du droit d'équivalent de Carcassonne. Guillaume, qui aura des agents jusqu'en Espagne et à Lyon, à Avignon et même en Italie dit-on, développe le système. Le sel, retour indispensable aux marchandises expédiées vers la Méditerranée, reste la base de son négoce. Il l'achète encore en grande quantité : 300 quintaux d'un coup en 1482, 500 quintaux l'année suivante. Mais celui-ci est devenu un moyen, plus que la source principale de ses profits. Grâce aux gains rapidement accumulés, il devient financier, se charge de la levée des tailles de nombreux villages, leur consent des avances en exigeant en contrepartie des commissions qui pouvaient monter à 5 ou 6 sols par livre -25 à 30 %-. À l'occasion, il se faisait régler en huile ou en laine, procédé commode pour se procurer des produits à bon compte. Successivement, ou parallèlement, receveur particulier des deniers de l'aide et octrois de Carcassonne, fermier des droits de l'équivalent de la sénéchaussée de Carcassonne en 1488, les étapes de l'ascension sociale sont franchies à toute allure. Son mariage en 1474 avec la fille d'un marchand de Carcassonne le fait entrer dans la bonne société de la ville. Fortune faite, il recherche des seigneuries. En 1487, il est déjà seigneur de Malves. Toute son attention est désormais réservée à établir ses enfants. Pierre, l'aîné, qui recevra la seigneurie de Malves, est viguier de Carcassonne en 1498 ; Jean, écuyer de François Ier, sera gouverneur de Carcassonne ; Bertrand, chanoine de l'église cathédrale de Carcassonne... À la troisième génération, les Belissen, entrés dans la noblesse, délaissent le négoce et le sel. Cet itinéraire exceptionnel d'entrepreneurs sortis des auberges et des relais d'étape n'est pas isolé. Les Maurel, devenus seigneurs d'Aragon, établis à Caunes, en réussiront un aussi brillant dans le commerce de la laine154. Les Narbonnais font pâle figure et paraissent bien timorés, comparés à ces brasseurs d'affaires entièrement occupés à s'enrichir et accéder au premier rang de la société. La faible organisation des marchés et des circuits de l'échange laisse le champ libre aux audacieux qui savent se placer comme intermédiaires, trustent les échanges des produits de la terre et de l'élevage entre Narbonne et Carcassonne, font argent de tout en utilisant la faiblesse des communautés et leur insolvabilité. Hommes d'une situation exploitée à fond, qui disparaissent rapidement155. Mais l'étonnante aventure familiale des Belissen ne contribue-t-elle pas à expliquer une part de l'atonie narbonnaise que l'on constate au cours de la seconde moitié du xve s. ? Accaparant le commerce actif, contrôlant les allers et les retours sur la route est-ouest, ne font-ils pas écran entre le Narbonnais et le Toulousain, entre le sel et le pastel par exemple ? Le sel trouvait un débouché assuré, le pastel arrivait sans encombre avec les chars à bœufs ou les caravanes des muletiers. Position commode et sans risque pour Narbonne et ses marchands, véritable rente de situation dont ils pouvaient fort bien s'accommoder. Hypothèse ? Le contraste entre la personnalité des Belissen ou de Jean Maurel et les Gentian ou les Seguier de Narbonne invite à s'interroger. Ceux-ci, héritiers des grands mercadiers narbonnais dont la fortune s'est faite dans la draperie et le commerce du Levant, ont abandonné le commerce actif depuis longtemps, sont appelés nobles comme les Gentian ou vivent noblement. Les Belissen, partis de leur ‘méchant cabaret’156, triment le long des routes. Différemment, par leurs trafics ou leurs alliances, l'un et l'autre se trouvent liés au renouveau de la draperie carcassonnaise ou du Minervois : Guillaume Belissen se remarie avec la fille d'un marchand-fabricant, Jean Maurel s'enrichit principalement dans le commerce de la laine. Deux types d'individus que tout oppose, bien que leurs activités soient interdépendantes.

  • 157 LA PIJARDIERE, (1875), État du diocèse de Narbonne, 1675, vol. I, p. 98. Le commerce du sel foncti (...)

85L'orientation vers le sel n'a peut-être pas été sans influence sur la manière dont se rétablit l'économie narbonnaise à la fin du xve s. et au début du xvie s. L'acheminement de tonnages aussi considérables nécessitait pour fonctionner correctement une contrepartie, des marchandises venues de l'ouest. Le pastel y a pourvu longtemps, les draps aussi, les blés ensuite157. Facile à produire une fois les œuvres aménagées, le sel apportait des revenus réguliers sans qu'il soit nécessaire de se préoccuper des débouchés. Le contraire de la draperie. Le sel, d'autre part, faisait se tourner vers le Haut-Languedoc alors que la draperie s'exportait hors de la province. Tous ces facteurs, bien qu'on voit Raulin Seguier participer à la construction du moulin-entre-deux-villes qui pouvait servir à fouler des draps, n'ont-ils pas contribué à bloquer le rétablissement de la draperie narbonnaise alors qu'on la voit reprendre ailleurs ? La question mériterait d'être posée. Le sel pèserait lourdement sur le destin narbonnais.

2. Un cycle du sel à Narbonne ?

  • 158 Cf. supra, chap. VI. Pour un an d'abord, le prélèvement fut rendu permanent ensuite, cf. A.M.N., A (...)
  • 159 A.M.N., AA 105, F 109, 4 septembre - 3 octobre 1531 ; f° 111, 17 octobre 1531 ; f° 112 v°, 8 févri (...)

86Reflet et agent des bouleversements du Narbonnais, tant physiques que sociaux et économiques, le sel garde cette fonction au xvie s. en étant beaucoup plus directement lié au développement de l'État. L'exploitation du sel connaît une nouvelle extension au début du xvie s. L'augmentation de la population, l'expansion économique retrouvée accroissent la demande et jouent comme stimulant. La restitution du Roussillon à l'Espagne y contribue plus directement. C'est au sel que l'on pense immédiatement pour financer la mise en défense du Languedoc. L'obligation d'édifier de nouvelles fortifications sont un autre moyen de lier la ville au sel. Dès 1495, on l'a vu, Charles VIII augmentait à cet effet le prélèvement sur le sel vendu dans les greniers du Languedoc de 10 deniers158. Le sel ne tentait pas seulement la monarchie. Lorsque la paissière de Sallèles fut emportée en 1531, les consuls songèrent en priorité au sel pour accroître leurs ressources et parvenir à faire face à leurs difficultés. François Ier accéda à leurs demandes en accordant 1 000 livres à prendre sur les revenus du sel des deux années suivantes, puis en instituant en 1532, pour 24 ans, une crue de 5 deniers sur chaque quintal de sel vendu aux greniers de Narbonne, Capestang, Peyriac, Sigean et aux chambres à sel du Lac et de Lapalme. À cause de la fiscalité qui lui revenait, Narbonne avait tout intérêt à pousser au maximum la production du sel159.

87Avec l'importance grandissante que prend le sel dans les ressources de la ville pour le financement d'éléments aussi essentiels que ses remparts ou l'alimentation en eau de la robine, trois traits principaux dominent l'histoire du sel narbonnais au xvie s. : la construction de nouvelles salines et l'augmentation de la production ; le caractère aristocratique de plus en plus marqué de l'exploitation, accaparée par quelques familles ; l'acquisition des charges liées à la fiscalité du sel, dès que celles-ci sont créées, par ceux-là même qui sont propriétaires des salins ou leurs alliés. Le sel est au centre de l'évolution de la société narbonnaise.

  • 160 G. MOUYNES, (1877) p. 51, note 1.
  • 161 Au xvie s. l'étang salin au bord duquel, on se le rappelle, il y avait des salines au début du xiv(...)
  • 162 C'est actuellement là où passe la route départementale n° 32 qui relie Narbonne à Gruissan. La top (...)
  • 163 À la limite de la division actuelle des communes de Narbonne et Gruissan.

88En 1506, Robert Orieult qui agissait comme trésorier de l'archevêque baillait à nouvel achept à Raulin Seguier 200 moujades de terre -115,8 ha- pour établir des salins. L'année suivante, trois nouvelles concessions d'égale contenance étaient faites à Guillaume Orieult marchand de Narbonne et à Guillaume Alcoynes160. Les confronts des terrains permettent de localiser très précisément les endroits à aménager (cf. carte n° 13). Le salin de Raulin Seguier était ainsi délimité : la rivière d'Aude à l'ouest, les étangs de Narbonne et de Campignol à l'est, le grand coin de l'étang de Narbonne et herm s'étendant de ce coin jusqu'à la rivière, aquilon, le coin de l'étang de Campignol près de las Tanquades au nord. Extrême précision, très précieuse. Contrairement aux précédents salins de Mandirac établis à l'ouest de la robine, le tènement de la Luenha -ou de la Leigne- que l'on choisissait, s'étendait entre la robine et la Clape. Saint-Martin restait encore une île. L'eau pénétrait très en profondeur entre le lit de la robine et la Clape161. La partie la plus profonde, que l'envasement a fait disparaître162, portait le nom d'étang de Campignol. Le second salin s'étendait au sud du précédent, contre les berges de la robine, le troisième au sud du pech de Conilhac163. L'implantation du quatrième était un peu plus traditionnelle car on l'aménagea du côté de l'étang de Bages, à l'ouest de la robine entre Mandirac et l'Ardeilhon, le nom sous lequel on désignait la langue de terre construite par le fleuve qui tendait à compartimenter l'étang. 450 ha gagnés d'un coup représentaient une extension considérable. Ils constituaient aussi une nouvelle étape dans la progression des salins vers le sud et la mer qu'imposait l'envasement et permettait l'avancée de l'Ardeilhon dans l'étang.

  • 164 Nos chiffres des ventes du sel sont donc estimés à partir des revenus de la blanque ou blanche, le (...)

89À combien pouvait se monter la production ? En l'absence d'archives des salins ou qui concernent l'exploitation on ne dispose d'aucun chiffre précis. Fort heureusement, la crue du sel de 5 deniers imposée au profit de la ville en 1533 supplée partiellement à cette carence164. Les revenus de la crue nous donnent des tonnages sur une assez longue période. Il faut s'entendre cependant. Ceux-ci correspondent au sel vendu dans les greniers, non au sel récolté dans l'année. On sait que celui-ci restait en tas un an environ sur le pouzadou afin que s'éliminent ses impuretés. Les tonnages estimés à partir de la Manque correspondent donc environ à la récolte de l'année précédente. Ces chiffres sont un peu tardifs. Ils nous montrent en effet la production du sel à sa maturité, lorsque les salines ont été aménagées et que la nouvelle répartition de la production s'est faite entre Narbonne, Peyriac et Sigean.

  • 165 À la crue de 2 s. 6 d. établie en 1533 est ajouté un 'petit blanc' de 5 deniers en 1576. La crue e (...)

90Considérons la période où nos chiffres sont les plus sûrs, jusqu'en 1575, car nous sommes le plus souvent obligés de les déduire de la somme que produisait la Manque. Les hésitations sont grandes ensuite. La fiscalité augmente beaucoup, sans qu'on parvienne toujours à discerner clairement le moment où la hausse est répercutée. La part attribuée aux fermiers pour leur travail varie aussi d'une année à l'autre165.

  • 166 Cette subite envolée de la production est-elle bien effective ? Elle paraît bien isolée en effet d (...)
  • 167 Cf. supra, A, 2.

91Le milieu du xvie s. est la grande période de la production salinière narbonnaise. Le siècle peut se diviser en trois parties : la première dont on ne voit que le terme est l'ascension qui porte la production à un niveau proche de 50 000 quintaux. La seconde, des décennies 1540 à 1560 est l'apogée. La dernière, postérieure à 1570, voit un rapide déclin qui ramène la production à 28 % environ de ce qu'elle était quarante ans plus tôt (cf. gr. n° 7 et 8). Ceci s'entend pour la somme des ventes des trois salins. Vente n'égale pas exactement récolte d'une année à l'autre, mais à peu de choses près on a, assez bien dessinée, la courbe de la production. Pendant la période faste, les volumes écoulés au grenier de Narbonne sont compris entre 44 633,5 quintaux en 1546 et 84 902 quintaux en 1569, l'année record du xvie s.166. Mais, dans l'ensemble, une année médiocre est compensée par deux bonnes campagnes. Les hauts et les bas s'équilibrent à peu près. 1546 est encadré par deux exercices excellents. 1569 succède à un tassement prolongé. Les variations positives ou négatives ne s'écartent guère de la moyenne. De 1542 à 1558 où il se vend, année commune, 64 876 quintaux aux trois greniers, les écarts sont compris entre + 21,4 % et -31,5 % par rapport à cette moyenne. Ces variations en volume entre bonnes et mauvaises années sont très proches des oscillations des récoltes frumentaires. La décennie 1550 est marquée par des étés torrides et des intervalles de sécheresse prononcée167 ; les saisons sont plus rigoureuses à la fin du siècle avec une série d'hivers particulièrement rudes. Mais il ne faut pas tout déduire des conditions météorologiques : la corrélation n'est pas parfaite entre les trois salins qui jouissent de conditions d'ensoleillement et d'évaporation identiques.

  • 168 Le trafic portuaire ne cesse pas totalement, non plus, à La Nouvelle car les employés de la forain (...)
  • 169 Cf. infra, chap. VIII, C.

92Deux autres facteurs influent au moins autant, rendent compte des fluctuations et des divergences apparentes entre les salins. En 1560, la peste est à Narbonne. Les ventes au grenier de la ville sont inférieures de moitié à ce qu'elles étaient au cours des deux décennies précédentes. À Peyriac, on vend les mêmes quantités que d'habitude : à deux cents quintaux près. L'année suivante, Narbonne retrouve son niveau précédent. La peste n'avait donc pas interrompu le travail au salin. L'épidémie de 1592 est autrement plus sérieuse et perturbatrice. Peyriac cesse pratiquement tout négoce, comme Narbonne. Seul le grenier de Sigean poursuit à peu près normalement ses livraisons, sans pouvoir compenser le déficit des deux autres centres d'achat168. La guerre civile n'entrave pas, directement, le rendement des salins autant qu'on pourrait le croire, au moins au début des hostilités. La zone où les œuvres se situaient, mal protégée et difficile à tenir car aucune ligne de défense ne les abritait, était très vulnérable. C'est par là que les ennemis arrivaient pour surprendre Narbonne et effectuer leurs courses. Ils ne se privèrent pas à l'occasion de s'attaquer aux salins comme dans la nuit du 3 au 4 octobre 1585 où ils s'emparèrent de tout le bétail qui servait à charrier la récolte169. Les ventes sont correctes l'année suivante. On écoule les stocks de 1584. Le fléchissement marqué de 1587 s'explique probablement par l'entreprise de 1585. Le siège de 1590 perturbera davantage les ventes, d'ailleurs, que la production qui ne s'interrompit pas totalement. Mais en 1591, on vit largement sur les réserves des années antérieures.

Graphique n° 7 - Un cycle du sel en Narbonnais au xvie s. (en nombre de quintaux)

Graphique n° 7 - Un cycle du sel en Narbonnais au xvie s. (en nombre de quintaux)
  • 170 Sur une moyenne de 64 876,75 quintaux, 48 221,5 se vendent à Narbonne (76,3 %), 10 895,5 à Peyriac (...)
  • 171 A.D.A., 7 C 3, gabelles, grenier à sel de Narbonne.

93Au cours des décennies 1540 et 1550, les meilleures du siècle, Narbonne vend 3/4 du sel, Peyriac l/6e, Sigean 1/11e170. Rien ne paraît devoir menacer la production. Même la peste qui touche la région entre 1558 et 1562 n'a qu'une influence négligeable. Les sapines chargées du sel des œuvres de Mandirac ou du pech de Conilhac traversent l'étang plutôt que d'emprunter la robine et de se diriger vers les entrepôts de Narbonne. Mais les salins de Narbonne ne peuvent se maintenir longtemps sur la ligne de crête de leurs meilleurs résultats. À partir de là, le sel ne paraît causer que des déceptions après sa brillante ascension de la première moitié du siècle et contribue à distinguer deux versants dans le xvie s. narbonnais. Les ventes chutent. C'est déjà perceptible au cours de la décennie 1560, malgré le résultat exceptionnel de l'exercice 1569. La dégringolade se poursuit ensuite sans discontinuer : 57 000 quintaux en moyenne, chiffres ronds, de 1560 à 1569 ; 43 000 quintaux la décennie suivante, 31 000 de 1580 à 1589, moins de 18 000 à la clôture du siècle. Le bail de la ferme des trois greniers de Narbonne, Peyriac et Sigean, entre les mains de Raulin Sabatier, porte sur 26 000 quintaux de 1593 à 1595, sur 21 000 quintaux à partir de 1596171.

  • 172 75 314 quintaux sont vendus au cours des deux années 1604-1605. Aucun chiffre n'est donné pour les (...)

94À la fin du siècle, la production est donc ramenée à moins du tiers de ce qu'elle était à son apogée. Les ventes ne s'écartent plus guère de ce tonnage au début du xviie s. comme on peut le voir grâce à la recette de la crue de 4 s. 6 d. prise sur chaque quintal de sel débité dans les 17 greniers du Languedoc. Les ventes déclarées s'élèvent à 23 659,5 quintaux, ce qui correspond à une récolte de l'ordre de 25 000 quintaux172.

Graphique n° 8 - La production des salins du Narbonnais au xvie s. (en quintaux)

Graphique n° 8 - La production des salins du Narbonnais au xvie s. (en quintaux)

Carte n° 14 - Les greniers à sel du Languedoc au xve et au xvie s.

Tableau n° 31 - Vente des greniers à sel languedociens en 1604-1605 (en quintaux)

Tableau n° 31 - Vente des greniers à sel languedociens en 1604-1605 (en quintaux)

(Source : A. M. Narbonne, livres de taille)

  • 173 E. LE ROY LADURIE, (1983) t. II, p. 17, p. 185.
  • 174 P. JEANNIN, (1968) p. 81.

95Une chute aussi impressionnante ne va pas sans soulever beaucoup d'interrogations auxquelles on peut difficilement répondre à partir de nos comptes municipaux. Deux hypothèses se présentent : s'agit-il d'une incapacité à produire davantage ou bien les récoltes sont-elles obligées de s'adapter à une demande moindre ou qui dépend d'une nouvelle répartition des aires de débouchés ? Nous nous contenterons de quelques remarques. Les chiffres des distributions des greniers à sel de Languedoc de 1604-1605 orientent malgré tout vers un début de réponse. Le ralentissement de la croissance, le retour des difficultés conjoncturelles et les troubles mettent un terme aux conditions favorables qui avaient poussé à l'extension des salines. La demande en baisse, par une consommation réduite et les difficultés d'approvisionnement, serait donc le facteur principal qui influerait sur les volumes écoulés aux greniers. Le recul des salins de Narbonne est compensé partiellement un temps par l'ascension de Peyriac qui atteint ses meilleurs niveaux au cours de la décennie 1560. La chute brutale se produit au début des années 1570. Elle est effective à Narbonne en 1572, un peu plus tardive à Peyriac et Sigean. « Aucun sel ne s'est vendu en 1575 au grenier de Sigean » écrit le clavaire de l'année courante. Cette pénurie à Sigean et la limitation des livraisons aux greniers qui atteint 40 % environ à Narbonne est contemporaine ou suit de très près une série d'années détestables sur le plan météorologique. De 1568 à 1573 se succèdent sans discontinuer des hivers d'une rigueur sans pareille173. La pénurie du sel produit sur les bords de l'Atlantique et que l'on exporte vers l'Europe du nord est grave en 1575174. On la retrouve du côté de la Méditerranée en Narbonnais. Le manque de sel est donc général dans tout le royaume. L'hypothèse climatique n'est ainsi pas à rejeter entièrement pour rendre compte des aléas de la production. Mais contrairement à ce que montre l'activité des salins du côté de l'océan, une fois ce cap passé, les ventes aux greniers ne reviennent pas à leurs volumes d'antan. La guerre civile n'arrange pas les choses. Les opérations militaires ne deviennent vraiment gênantes que sur le tard. Comme la conjoncture maussade, elles paraissent être davantage un facteur aggravant qui précipite une évolution.

  • 175 J. GUIFFAN, (1979) p. 44. On ne possède malheureusement pas l'acte de constitution de cette sociét (...)

96L'extrême sensibilité du milieu narbonnais aurait-elle sa part dans l'effondrement du rendement des salins ? Elle y a contribué. L'implantation des œuvres dans une zone soumise à une évolution rapide où l'équilibre entre terre, étang et ancien lit du fleuve reste précaire, montre rapidement ses faiblesses et ses limites ? Partiellement oui. La diminution des ventes n'est pas du même ordre de grandeur dans les trois greniers de l'aire narbonnaise en effet. Sous la chute globale des ventes se dissimule une répartition nouvelle de la production. Du milieu du siècle à la décennie 1580, la réduction des ventes atteint 63,3 % à Narbonne, elle n'est que de 14,2 % à Peyriac. Le grenier de Sigean résiste beaucoup mieux puisqu'il accroît ses livraisons de 31 %. Narbonne recule constamment, Peyriac progresse fortement au début de la décennie 1560, puis maintient sa position acquise ; Sigean, sans augmenter sa production, accroît progressivement sa part pour atteindre l/5e des récoltes à la fin du siècle. À mesure que le repli s'accélère, une nouvelle géographie de la production se met en place, davantage orientée vers le sud et la mer. Narbonne qui, à l'apogée, fournissait trois quarts du sel, tombe au dessous de 50 %, Peyriac atteint régulièrement 1/3 des livraisons. On tend vers la parité entre les trois lieux de production. Le résultat sera l'association des trois greniers en 1599 et la constitution d'une société des salins qui gérera en commun les œuvres, investira, affermera à une seule personne l'ensemble de la récolte et répartira les frais et les bénéfices au prorata des œuvres classées selon leur taille et leur valeur175.

Tableau n° 32 - Part des différents salins dans la production du Narbonnais au xvie s. (en %)

Tableau n° 32 - Part des différents salins dans la production du Narbonnais au xvie s. (en %)
  • 176 Cf. supra, tableau n° 15.

97Malgré leur repli très sévère qui les ramène à leurs plus bas niveaux depuis trois quarts de siècle, les salins du Narbonnais ne perdent pas toute importance en Languedoc puisqu'ils fournissent encore près du tiers des sels vendus dans les greniers de la province. Cette proportion et les quantités négociées en 1604-1605 résument assez bien l'itinéraire du sel narbonnais. Sa part en Languedoc s'est notablement accrue du milieu du xve s. au début du xvie s.176. À l'apogée, on parvient à tirer du Narbonnais 85 % environ des quantités déclarées en 1604-1605. Le groupe Narbonne-Peyriac-Sigean au temps de sa splendeur récoltait largement de quoi approvisionner la moitié des greniers languedociens.

98La pacification, après que Henri IV eut affermi son trône, n'ouvre pas la voie à un redressement de la production. À peu de choses près, celle-ci reste au niveau de l'étiage où elle était tombée. La réorganisation de la production au moyen de la ferme qui ne conserve que deux ensembles de salins, Peccais et les étangs du Narbonnais, pérennise la stagnation de la production et bloque toute possibilité ultérieure de revenir aux sommets du xvie s. Un cycle du sel s'est refermé. La création de la société des salins est à placer dans la perspective de cette situation nouvelle.

  • 177 LA PIJARDIERE, (1875), État du diocèse de Narbonne en 1675, t. I, p. 98. C'est à ce moment-là que (...)
  • 178 Narbonne, et les propriétaires des salins, paieraient-ils ainsi indirectement leur engagement du c (...)

99Les salines narbonnaises n'ont pas, à la différence des marais salants de l'Atlantique, de débouchés outre-mer ou, derrière elles, un vaste territoire à approvisionner comme les salins de Peccais. Trois quarts de siècle plus tard, l'État du diocèse de Narbonne confirme de manière catégorique l'hypothèse de la limitation de la production : « les sels qui se font ou se pourraient faire dans un terroir de Narbonne appelé Mandirac et de Peyriac ou de Sigean qui sont deux villages du diocèse voisins de Narbonne seraient suffisants pour tout le Languedoc et au delà, aussi Messieurs les fermiers des gabelles pour épargner deux tiers des frais et la garde en ont supprimé deux qui sont souvent malgré eux sans soin, et n'en font travailler qu'un qui leur fournit du sel plus qu'il ne leur en faut non seulement pour le diocèse mais aussi pour tout le Languedoc »177. Les salins de Peccais l'emportent sur ceux de Narbonne et avec eux l'axe rhodanien au détriment de l'axe aquitain qui rencontrait très tôt le sel atlantique178.

3. Le sel : une histoire de l'aristocratie

  • 179 On voit bien la différence entre les salines de l'âge moderne et celles du début de la mise en pla (...)
  • 180 Guillaume Orieult avait acheté, on l'a vu, deux maisons de Mathieu Peyronne à la tête du pont-vieu (...)
  • 181 Cf. supra, chap. IV.
  • 182 A.D.A., 52 C 7. Nicolas, qualifié de noble dès 1529 dans les collectes des clavaires, 'bourgeois d (...)
  • 183 Ils ont immédiatement beaucoup de biens à Peyriac-de-Mer, possèdent trois boutiques de sel, une ma (...)
  • 184 Il est de nouveau consul de la première échelle, de toute la ville cette fois, en 1547. Il meurt e (...)
  • 185 Collecte des clavaires, 1533.
  • 186 Sa fortune confortable n'était pas aussi importante que celle de son frère. En 1526, Raulin, ‘bour (...)

100Le sel est peut-être l'activité économique qui, dans l'histoire narbonnaise, sous l'Ancien Régime, est la plus étroitement associée à l'aristocratie. Le caractère déjà nettement affirmé au milieu du xve s. ne fait que s'accentuer. Ainsi en 1499, les salines et les ‘boutiques de sel’ sont la propriété de noble Guillaume de Ramejan, des héritiers de noble Peyre Gentian, de Raulin Seguier et de la veuve Anthony de la Rue. L'extension des salines en 1506 et 1507, la présence de Raulin Seguier parmi les bénéficiaires des concessions, les replacent dans le vaste mouvement de créations et d'initiatives qui surgissent alors de toutes parts à Narbonne. Raulin Seguier à qui était revenu une partie des salines de Jaume Lac devient au début du siècle l'homme du sel à Narbonne. Il ne pouvait agir ainsi qu'en jouissant d'excellentes relations avec l'archevêque, à qui les terrains où l'on implantait les œuvres appartenaient, et ses agents179. Le trésorier épiscopal n'oubliait pas ses intérêts familiaux car deux cents moujades allaient à son frère180. Les Alcoynes héritiers de mercadiers181 appartenaient à la dizaine de familles les plus riches de la ville. Guillaume possédait 54,6 ha de terre, dona Margaride Alcoynes -sa mère ? - et Alexandre Maurin son gendre se faisaient taxer en 1499 pour 2 000 livres de cabal, de très loin la plus forte somme de Narbonne. Les Alcoynes s'orientent rapidement vers le maniement de l'argent et des finances royales. En 1535, Nicolas, qualifié maintenant de noble, levait, avec le titre de receveur, l'aide octroyée au roi par les États de la province tenus à Béziers182. Le lien avec l'archevêché est tout aussi marqué à Peyriac-de-Mer. En 1538, 13 des 17 œuvres appartiennent à Pol Juer et à Antoine Trégoin183. Les Juer, arrivés à Narbonne à la fin du xve s., s'occupent des intérêts de l'archevêque. Les Trégoin dont on a suivi l'ascension dans le négoce au xve s. confortent leur position. Antoine qui a les salines est consul de la première échelle de Bourg en 1527, contrôleur des gabelles, ‘garde de l'artillerie’ en 1533, viguier de l'archevêque en 1546, chargé de prélever au grenier de Peyriac les 2 s. 6 d. dus par chaque quintal de sel184. Entre temps, il a accédé à la noblesse. Ces quelques familles solidement installées autour du sel, qui cultivent leurs relations avec les prélats mis successivement sur le siège de Narbonne, collectionnent les grandes propriétés foncières, les charges consulaires et les offices que la monarchie commence à créer pour prélever les aides occasionnelles ou les impôts et sont toutes entrées dans le second ordre avant 1550, vont préserver très jalousement cette partie de leur patrimoine. Les Seguier, Alcoynes, Trégoin ne cèdent leurs œuvres à personne. Il n'y a pas, au moins au xvie s., de marché des salins. Ceux-ci se transmettent de père en fils ou font partie, quand il n'y a pas de descendant mâle pour relever le nom, de la dot des filles mariées à la bonne noblesse. C'est le bien de famille type. Nicolas Alcoynes avait transmis ses salins à Loys, sieur de Camps et de Moujan. Les deux frères Seguier, Raulin et Arnaud, s'étaient entendus pour se répartir les œuvres de leur père. Au compoix de 1562, Raulin en détenait trois et demi, Arnaud quatre et demi. Arnaud qui a la meilleure part reste dans le commerce plus longtemps que son frère. Le compoix de 1526 lui attribue un cabal à négocier de 800 livres encore et il se trouvait intéressé à tout ce qui touchait de près ou de loin au sel car il participait à la levée de la première Manque accordée par François Ier en 1533185. Il poursuivra ses activités de négoce pratiquement jusqu'à la fin de sa vie, ce qui ne l'empêchera pas de se parer du titre de noble et de préférer être appelé sieur de Grandselve, du nom d'un domaine rural acheté à Coursan, plutôt que Seguier186. Les derniers représentants de la famille d'ailleurs, tendront à faire disparaître leur nom de Seguier qui trahissait leurs origines, ne le conservant que comme surnom, ainsi Raulin Lacoste dit Seguier. Les biens des Seguier, avec les salins, passeront aux filles et le nom des domaines ruraux servira de titre aux gendres. Les Dupac seront sieurs de Pontserme. En 1597, noble Pierre Dupac de Lassalle aura sur son compoix les salins créés par Raulin Seguier au début du siècle.

Tableau n° 33 - Les propriétaires des salins de Narbonne au xvie s.

Tableau n° 33 - Les propriétaires des salins de Narbonne au xvie s.

101La diminution de la production après 1570 n'est pas sans conséquence sur la fortune et la position du petit groupe qui a investi dans les salines. Les effets en seront d'autant plus vivement ressentis que l'essor du sel, socialement, a un caractère local, ‘narbonnais’, très marqué. Aucun étranger en effet n'est parvenu à se faire une place. Guillaume Orieult, le frère du trésorier de l'archevêque, ne concrétise pas ses acquisitions de 1507. Être admis à acquérir ou à aménager des salins apparaît comme un brevet soit d'ancienneté dans la ville soit de réussite sociale, voire de distinction. Cela ne veut pas dire que tous les propriétaires des salins du Narbonnais puissent faire état d'origines languedociennes. Les Seguier, les Juer, plus tard les Castillon, sont des immigrés d'origine catalane ou italienne. Mais leur participation précoce aux salins est l'indice de leur niveau social élevé à leur arrivée, qui leur permet immédiatement de jouer les premiers rôles, de leur fortune et de leur capacité à s'intégrer rapidement dans la société locale. À cet égard, le sel témoigne aussi de la diversité d'origine du milieu des notables citadins, de leur fusion rapide au sein d'un groupe aristocratique lié par les intérêts et les alliances. Le sel n'est pas à l'origine de la fortune de ces familles. Elles survivent à son déclin. Mais l'essor de la production dans la première moitié du xvie s. contribue puissamment à consolider leur réussite. La meilleure phase du sel à Narbonne coïncide avec le moment où elles accèdent au second ordre, où leur fortune est à son apogée.

  • 187 Raulin Seguier sr de Grandselve épouse Anne Gentiane (Gentian) seigneuresse du Vilar-de-Fargues.

102À l'échelle du Narbonnais, le rôle social que joue le sel a autant d'importance que les tonnages récoltés à Mandirac ou au pech de Conilhac. Le sel participe à l'émergence de la nouvelle société qui se met en place au xvie s. Un véritable cycle social accompagne même les fluctuations de la production. L'extension des salines favorise -accélère serait plus juste- une évolution de la composition des fortunes, l'adoption d'un style aristocratique. Occasion pour les nouveaux venus, dont les frères ou les neveux n'ont pas abandonné le commerce actif, de s'installer aux côtés d'une noblesse en voie d'épuisement à qui ils s'allient et dont ils recueillent la succession187. Il faut une génération pour que tout ce monde dont l'ascension s'est préparée depuis longtemps, entre dans le second ordre et vienne former une nouvelle strate nobiliaire. C'est chose faite entre 1530 et 1550 au moment de l'âge d'or du sel narbonnais.

  • 188 Partagées entre Jean de Trégoin sr de Ricardelle et noble Pierre de Trégoin.
  • 189 L'heure des Alcoynes et des Seguier est passée. Leur apogée coïncide exactement avec le meilleur m (...)
  • 190 A. D. Hérault, B 21, f° 84 v°, résignation par Raulin de Rinac habitant de Montpellier en faveur d (...)
  • 191 Un autre facteur qui explique le désintérêt pour le transport.

103Les premiers signes de déclin suivent de près la chute de la production. Jusqu'au milieu des années 1580, la cohésion du groupe était restée très forte. Mais les fissures ne tardent pas à apparaître à la fin du siècle. Les Trégoin sont les seuls à conserver intactes leurs salines188. Les Alcoynes disparaissent. Raulin de Lacoste ‘dit Seguier’ Sieur de Grandselve et Sallèles ne conserve qu'une grande œuvre à Mandirac et un magasin à sel en ville. Les autres salines des Seguier sont allées par les filles à noble Pierre Dupac sr de Lassalle189. Le groupe originel se défait. En même temps que les salines changent de main, le caractère des propriétaires se modifie. Noble Hierosme de Castillon sieur de Saint-Martin-de-Toques dont on verra l'origine, s'occupait activement de commerce, jouissait de la protection de l'archevêque, était bien introduit dans les milieux proches de l'Eglise narbonnaise. L'installation des Castillon dans le pays était relativement récente. L'acquisition des salines achevait en quelque sorte une intégration dans la société narbonnaise menée au pas de charge. Avec les Raynoard et les d'Autamar de moindre prestige, bien qu'un d'Autamar ait été un des hommes de confiance des Joyeuse à Narbonne, on entre dans le monde des offices de la gabelle. Jean Raynoard à qui échoient les salines des Alcoynes est lieutenant général des gabelles. Henri d'Autamar sieur de la Planasse, frère de Pierre d'Autamar qui a une saline à Mandirac, avait acheté l'office de contrôleur général provincial des gabelles à un Montpelliérain en 1586190. Après le temps des créateurs vient celui des héritiers. Maintenant, la production est contingentée ; la ‘faction des sels’, concédée à des fermiers, se fait en fonction de ce que laisse le pouvoir royal sur chaque quantité de sel récolté. Le contrôle des salins apporte moins une source de revenu direct qu'un moyen d'obtenir des offices. La fonction sociale du sel l'emporte sur la fonction économique191.

Notes

1 Histoire économique et sociale de la France, I, 1450-1660, t. I, L'état et la ville, p. 240-241.

2 R. Gascon dans Histoire économique et sociale de la France... p. 236.

3 Collecte de 1487, f° 90 v°.

4 178 l. 15 s. pour l'année.

5 H. L., t. XII, p. 229.

6 Il faut donc une certaine prudence pour aborder la question d'éventuels cycles courts. Si on prend l'exemple du cycle 1523-1531, il est encadré par deux épisodes pesteux ce qui ferait de la peste le facteur économique principal. On n'évoque pas non plus la piraterie, active, dont on parvient mal à apprécier l'impact sur le montant des enchères du robinage.

7 A.M.N., BB 56, f° 4, 28 janvier 1534 : compte arrêté entre la ville et les héritiers de Pierre Juer pour raison de son afferme des droits de robinage et de banderage durant les années 1531 à 1534. À partir de 1535, c'est monsieur de Verzeilhe qui se substitue à P. Juer. L'habitude ne sera pas perdue de si tôt de concéder en période de difficulté le produit du robinage pour désintéresser les créanciers. En 1550 le robinage ainsi que les herbages et le banderage sont concédés à monsieur d'Alezio. En 1555, le robinage est remis à monsieur de Cerezan « jusqu'à temps qu'il se soit payé de la somme de 218 l. 14 s. 8 d. que lui doit la ville... »

8 M. MORINEAU, (1970) p. 135-171.

9 P. VILAR, (1962) t. I, schéma : le trafic barcelonais au xvie s. Mais le déclin de Barcelone n'entraîne pas derrière lui toute la Catalogne. Les ports plus au nord comme Mataró, Sant-Féliu-de-Guixols, Callela, Tossa... profitent de cette situation. C'est là que s'effectuera la reprise.

10 E. SALVADOR, (1972), 713 embarcations au port en 1522, 201 seulement en 1558, cf. schémas p. 344-351.

11 Ils passent de 200 000 à 400 000 sous environ.

12 R. GASCON, (1971)

13 Si l'on met à part bien sûr l'année 1490 qui est exceptionnelle.

14 J. GUIRAL-HADZIIOSSIF, (1986) p. 19-24. En 1488, 12 bateaux languedociens dont 5 de Aigues-Mortes.

15 Cf. tableau n° 28.

16 G. CASTER, (1962) ; Histoire du Languedoc (dir. P. Wolff).

17 De Narbonne et de Marseille arrivent à Valence du pastel, des toiles de qualité, des drogueries, des objets de luxe... cf. E. SALVADOR, (1972) p. 360. On reconnaît là une partie des produits que l'on verra sortir de Narbonne au milieu du xvie s.

18 L'interdiction de la traite est demandée près de deux années sur trois. Tout ce qui suit d'après les PV des États de Languedoc, A. D. Haute-Garonne, C 2276 sq. dont l'inventaire sommaire a été publié par A. Baudouin et F. Pasquier, Toulouse, 1903. Nous renverrons ci-après à PV États de Languedoc, à la date de la délibération.

19 A.M.N., AA 101, f° 172 v°, 16 septembre 1501.

20 PV États de Languedoc.

21 De 1518 à 1545 les États de Languedoc ne mentionnent pas la prohibition de la traite des blés que pendant 5 ans seulement : 1521, 1523, 1532, 1536, 1542. Cf. également E. LE ROY LADURIE, (1966) t. 2, annexe 27, p. 829-830.

22 PV États de Languedoc : en 1517 les États protestent que le roi a déjà ordonné la prohibition sans consulter les États contrairement aux privilèges du pays.

23 PV États de Languedoc, en 1525 prohibition de la traite malgré la trêve avec les ennemis.

24 Les consuls de Narbonne donnent de nombreuses amendes, signe de tension et de difficultés de ravitaillement ; cf. collecte des clavaires.

25 Le PV des États de Languedoc de 1529 parle de « la grande indigence de blé soufferte par les habitants l'an dernier ».

26 En 1541, elle s'étend aussi à la chair à quatre pieds.

27 Comptes consulaires, achats effectués avec de l'argent emprunté.

28 Il s'agit de Antoine de Juer. Les vols s'élèvent au moins à 69 setiers. A.M.N., livre de taille.

29 Livre de taille.

30 Notamment contre les mangonniers qui vendent trop cher.

31 AA 112, f° 89 v°, 25 août 1549, lettre du connétable de Montmorency : « grande abondance des bletz qu'on tirait du Languedoc pour porter en Espagne » ; f° 90, 22 août 1549, lettre de Henri II chargeant le connétable Montmorency de faire « retirer la traite du blé » de tout son gouvernement du Languedoc. Une partie du blé exporté avait été expédiée en Espagne ; P 95, 18 septembre 1550, défense de la part du roi par le vicomte de Joyeuse, lieutenant de Montmorency au gouvernement de Narbonne, de ne retirer aucune espèce de grains par terre et par mer ; P 106 v°, 16 mai 1551, défense « de ne achepter aulcungs grains dans la ville et diocèse de Narbonne et iceulx emporter ou transporter hors de la ville, ny faire munition si ce n'est pour la provision particulière des dits habitants » à cause de la spéculation à laquelle se livraient les marchands.

32 PV États de Languedoc, janvier 1508, permission à ceux de Frontignan de tirer par eau des blés de Narbonne en baillant caution de ne pas transporter hors du royaume. Collecte des clavaires, 1540, recette des gens qui ont vaqué pour faire la traite du blé : 55 l. 17 s. 9 d.

33 P. VILAR, (1962) t. I.

34 Quant aux opérations militaires dirigées vers la frontière d'Espagne, elles n'ont qu'une influence indirecte sur le trafic de Narbonne. Elles n'apparaissent pas dans les comptes du robinage car les fournitures pour l'armée du roi ne payaient pas de droits.

35 Pour les 13 années où l'on dispose à Valence des renseignements sur l'origine des bateaux, 66 viennent d'Aigues-Mortes, 91 de Narbonne ; cf. tableau n° 28.

36 Dix neuf Français, en tout, partent avec Magellan, dont l'expédition, on le sait, est largement internationale par son équipage. Premier voyage autour du monde sur l'escadre de Magellan par Vincenzo Pigafetta (1888) ; Premier voyage autour du monde par Magellan, 1519-1522 (1964).

37 E. LE ROY LADURIE, (1966) ; chapitre « Difficulté d'être et douceur de vivre : le xvie s. » dans Histoire du Languedoc (dir. P. Wolff) ; G. et G. FRECHE, (1967).

38 E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 189 sq.

39 Idem, pain de touzelle à Montpellier, annexe 24, p. 819-820, gr. 12 p. 944-945, et à partir de 1587 du setier de touzelle à Béziers p. 821-822, gr. 12, p. 946-947.

40 G. et G. FRECHE, (1967) p. 38 sq. gr. 1, p. 92-93, appendice 11 p. 114-117.

41 Actes de l'administration consulaire, BB 56 sq. Chiffres publiés par G. MOUYNES, (1877) p. 469 sq. utilisés par E. LE ROY LADURIE, (1966) annexe 26, p. 826-828, gr. 16, p. 956-957.

42 On ne dispose malheureusement pas de bonnes séries du prix de l'huile pour mieux comprendre la poussée extraordinaire des olivettes. La série publiée par E. Le Roy Ladurie ne débute qu'en 1589 lorsque les conquêtes de l'olivier sont terminées ; cf. gr. 12 p. 952-953.

43 Cf. supra et E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 221-226.

44 Idem, p. 224 et 226.

45 Idem.

46 Idem, p. 189-190 ; ce sont des villes et de gros bourgs principalement, qui ne vivent pas seulement de la terre.

47 Idem, gr. 30, p. 996-997. Deux terroirs aussi exigus ne peuvent décider pour toute une province.

48 Idem, gr. 26, p. 982-983.

49 Cf. infra, chap. VIII.

50 E. LE ROY LADURIE, (1966) gr. 17-18, p. 958-970.

51 La stagnation des propriétaires fonciers ou immobiliers oblige la ville, devant les charges croissantes qu'elle a à supporter, à modifier son système fiscal.

52 A. M. Peyriac-Minervois, 1 G 3.

53 Ibidem, 1 G 4.

54 Ibidem, 1 G 10.

55 A.D.A., 73 C 269, compoix de 1526, 73 C 271, compoix de 1545, 73 C 272, compoix de 1555, 73 C 273, compoix de 1612. On compte 272 personnes de Laure et 153 forains contre respectivement 186 et 90 à Peyriac.

56 En 1545, il y a 278 propriétaires habitant le village.

57 1555 paraît être un sommet absolu à Laure, au moins du xvie au xviiie s.

58 A.D.A., 73 C 52 (1519), 54 (1599), 87 propriétaires contre 52, ce qui donne un accroissement moyen de 8,3 % par décennie.

59 A. N., T* 166/8 compoix de 1530 ; T* 166/9 compoix de 1561 ; T* 166/15 compoix de 1594.

60 A. D. A., 4 E 223, CC 3 compoix de 1492, CC 4 compoix de 1571, CC 5 compoix de 1612, CC 8 compoix de 1630, CC 11 compoix de 1668, CC 13 compoix de 1696. Compoix de Ginestas : A.D.A., 3 J 101 (1532), 3 J 403 (1572), 73 C 224 (1652), 73 C 225 (1770) ; J. F. MARQUIER, (1986).

61 A. M. Pézenas, A 7/14 et A 7/15.

62 En occitan, littéralement ‘contemple poisson’.

63 Remond Roubert : 6,67 ha à Mirepeisset, 21,33 à Ginestas ; Jacme Roubert : 6,22 ha à Mirepeisset, 23,21 à Ginestas ; Antoine Rouch : 5,98 ha à Mirepeisset, 29,40 à Ginestas ; Bernard Rouch : 3,31 ha à Mirepeisset, 13,67 à Ginestas ; Jean-Paul Rouch : 3,71 ha à Mirepeisset, 26,32 à Ginestas.

64 En 1342-1344, la comparaison porte sur des feux ; au xvie s. sur des propriétaires, ce qui n'est pas la même chose. Il s'agit de dessiner simplement une évolution et d'approcher des ordres de grandeur.

65 2 236,25 l. sur 6 956,75 en 1476 ; 3 622,25 l. sur 9 230 l. en 1546. Il ne faut bien évidemment pas déduire de ces chiffres l'augmentation de l'espace bâti.

66 A.D.A., 52 C 7 ; compte de recette et de dépense présenté par noble Nicolas Alcoynes receveur du diocèse ; A. D. Haute-Garonne, C 2277.

67 Cf. supra, introduction ; P. Chaunu et R. Gascon, l'État et la ville, t. I de l'Histoire économique et sociale de la France (dir. F. Braudel et E. Labrousse), 1970 ; La ville classique, t. 3 de l'Histoire de la France urbaine, p. 24.

68 Cf. infra, C.

69 55 pour Saint-Martin-de-Toques, 53 pour Saint-Pierre-des-Clars.

70 Cuxac 195 feux, Coursan 162, Pérignan 87.

71 Ici aussi quelques communautés sont rabaissées au niveau d'un simple domaine rural comme Montpezat, Mattes ou Gléon. On ne peut faire état d'une géographie des désertions.

72 Mais + 24,3 % de superficie encadastrée car les terres vagues prises en compte passent de 194,96 ha à 474,14 ha. Comparaison entre les compoix de 1499 et 1549.

73 19,3 % en superficie encadastrée, 29,8 % en superficie effectivement cultivée.

74 Soit une multiplication par 2,6.

75 La progression est considérable aussi de 1476 à 1546 à Peyriac-Minervois où la valeur en compoix des vignes double pratiquement, passant de 1 172 l. à 2 113 1., alors que la valeur totale des biens ne progresse que de 32,7 %. La progression est sensible surtout à la fin du xve s.

76 À Boutenac, 29 malheuls contre 78 vignes ; à Pérignan, 38,4 ha de malheuls et 48,9 ha de vignes en pleine production.

77 Entre 1549 et 1561.

78 Les malheuls passent de 54,03 ha à 78,16 ha ; 7,15 % du vignoble. Elle regagne le terrain perdu à Laure-Minervois. Les compoix de 1526, 1545, 1555 de Laure-Minervois ne mentionnent pas les superficies. On en est réduit à compter les parcelles. Il y en a 484 en 1526, 399 en 1545, 416 en 1555. On devrait conclure à un recul de la vigne. Pourtant la proportion des malheuls est constamment élevée : 186 en 1525, 170 en 1545, 150 en 1555.

79 G. et G. FRECHE, (1967) gr. XII.

80 Ici, les progrès de l'olivier sont inférieurs à ceux de la vigne. Mirepeisset se singularise en tout. En fait, il faut analyser Ginestas et Mirepeisset comme un seul terroir.

81 À Peyriac-Minervois l'olivier gagne au moins autant de terrain en complantation qu'en parcelles qui lui sont entièrement consacrées. L'hésitation vient de la présence de claus qui d'habitude portent des oliviers ; or le compoix de 1471 établit une distinction entre claus et claus avec oliviers :
Tableau n° 29. - Valeur des biens estimés en compoix à Peyriac-Minervois, 1476-1576 (en livres)
Image

82 C'est peut-être un peu moins vrai à Peyriac-Minervois où la valeur des champs estimée en compoix augmente beaucoup moins que celle des vignes ou des olivettes.

83 Elle reste stable à Ginestas : 59,1 % en 1532, 59,6 % en 1572. Il y a un léger recul à Mirepeisset, de 77,8 % à 74,3 %. Mirepeisset paraît être un contre-exemple. Mais on était à l'aise et on ne souffrait pas d'un déficit des récoltes par rapport à la population locale.

84 L'écart est beaucoup plus faible pour les propriétés de 20 à 50 ha : 15 en Cité, 18 en Bourg.

85 Respectivement 99,08 et 52,34 ha.

86 Durand Nautonier 37,21 ha, Pierre Certier 20,89 ha, Louis d'Exea 27,21 ha. Durand Nautonier avec un cabal de 1 000 l. et Jean de Labatut avec un cabal de 600 l. sont les seuls qui restent engagés dans les affaires.

87 Cf. infra, D.

88 Autres nobles qui ont moins de 20 ha : noble de Taraillan n'a que des maisons ; M. de Villeurbanne 17,47 ha ; noble Pierre de Montredon 7,96 ha ; M. de Vinassan 19,11 ha ; noble Arnaud du Lac sieur de Boutenac n'a que quelques usages ; le vicomte de Joyeuse 2,32 ha ; noble Jean de Sens de Carcassonne 17,08 ha ; noble Loys d'Autamar 18,66 ha ; noble Simon de Laudremont 19,61 ha.

89 Il faut mettre à part le cas de Sallèles où Raulin Seguier a un vaste domaine dès la fin du xve s.

90 Peyriac et Laure s'opposent en tout. Par exemple : la propriété foraine est faible à Laure au début du xvie s., importante à Peyriac à la fin du xve s. Ici elle se réduit fortement en pourcentage, elle ne s'accroît pas en superficie. Là, elle augmente au contraire. Les forains sont plus entreprenants à Laure que les autochtones.

91 A. N., Fonds de Fleury, T* 166, 8, 9, 15.

92 L'équivalent des ramattes narbonnaises. Jean Dornas, le plus gros propriétaire a une barque et boulich par exemple, Barthélémy Berre qui a 16 ha et 600 têtes de moutons, une autre. Il n'y a pas d'un côté les pêcheurs et les ‘ruraux’. Les différentes formes du patrimoine se concentrent sur la tête des mêmes individus.

93 Me Peyre Bort déclare 1 300 bêtes, me Jean Bazal 727 bêtes, Jean Dornas 660...

94 La distinction entre propriétaires du lieu et forains n'est pas rigoureusement établie. Une partie des plus petits propriétaires sont peut-être des forains.

95 Plus une barque, des parts de rames. Philip Nyel, successeur de Jean qui avait 21,61 ha, se trouve à la tête de 32,37 ha. Lui aussi est imposé pour des parts de rames, un courtal (il a donc des troupeaux de mouton) et un four.

96 A.M.N., II, non coté.

97 G. LARGUIER, (1977) p. 214.

98 E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 221 sq.

99 G. BOIS, (1981) p. 379.

100 A.D.A., 56 C 1-4.

101 Ce principe étendu aux diocèses languedociens a servi à la même époque à fixer la part que chaque diocèse devait supporter des charges de la province et qui restera à peu près stable jusqu'à la fin de l'Ancien Régime.

102 Ce qui fait la valeur du document est son caractère unique. D'autres recherches seront envisagées, voire entreprises comme en 1690. Aucune n'aboutira.

103 Cf. la description que Gensanne fera des Corbières au xviiie s. dans son Histoire naturelle de la province du Languedoc, t. II.

104 Cf. carte n° 12.

105 Tuchan 1 341 sétérées, Paziols 1 814 sétérées.

106 On pourra se reporter, comme exemple, aux Commentaires de Blaise de Monluc qui a aussi fait quelques exploits à Tuchan.

107 Actuellement dans la commune de Roquefort-des-Corbières.

108 À l'exception de Saint-Martin-des-Puits où ne sont déclarées en culture que 45 sétérées, 1,6 % du territoire communal. Dernacueillette, Davejean déjà gros villages de plus de 40 oustals ont des terroirs plus étendus.

109 La superficie déclarée ne correspond pas toujours aux limites des communes contemporaines. On ne peut faire une comparaison rigoureuse avec l'occupation actuelle du sol.

110 Ventenac, Ribaute : 55 sétérées environ ; Argens, Pouzols 60. Mais à Canet et Saint-Nazaire il n'y en a en moyenne que 25.

111 Citou 12, Caunes 18, Peyriac 16. Citou appartient à la montagne déjà ; la garrigue et le calcaire reprennent leurs droits.

112 Il y a aussi une dizaine de moulins à Puisserguier.

113 Il y en a plus d'une trentaine à Rieux-Minervois par exemple.

114 Près de 40 % du total : Cubières, Dernacueillette, Félines, Feuilla, Padern, Palairac, Rouffiac, Saint-Jean-de-Barrou, Donnove, Valmigère, Vignevieille, Fraisse, Quintillan, Tournissan.

115 Bouisse, Durban, Portel, Davejean, Albières, Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse 35, Fontjoncouse et Fitou 40...

116 140 à 150 maisons, des boutiques, une taule de masel, Fabrezan a tous les caractères et les fonctions d'un bourg-centre.

117 Tuchan, à un moindre degré Durban et Portel.

118 Le notaire Graffan le montre très bien dans ses minutes ; cf. Dr. CAYLA, (1947-1948) p. 270-286.

119 La petite chapelle de Saint-Pierre près de Montjoi avait 44 brebis...

120 Un an parfois, ou 6 ou 7 ans ; mais c'est plus rare. En Corbières, au xvie s., la durée des gasailhes est relativement longue. Elle aura tendance à se raccourcir au xviie s., de même qu'autour de Narbonne.

121 Ce type de bail, en augmentation au xvie s., était plus fréquent autour de Narbonne. Sur d'autres contrats, cf. infra, Dr. CAYLA, (1947-1948) ; (1964) p. 351-357.

122 À Lagrasse en 1583 : 11 setiers de froment, 3 charges de vin, 1 migère d'huile, 1 émine de sel pour un troupeau de 300 têtes, cf. Dr. CAYLA, (1947-1948) p. 182.

123 Fin xive s. et début xve s. il y a un vaste mouvement d'accords de limites entre communautés, de permissions de dépaissance accordées par les seigneurs aux communautés : mouvement de libération des hommes lié aussi au passage du miel à l'économie fondée sur le mouton.

124 Il est impossible, tant nos renseignements sont fragmentaires, de pouvoir simplement esquisser une évolution des modes de traction animale entre le xive et le xviie s.

125 Faut-il faire une distinction entre poursigoules, locaux où les jeunes gorets vivaient séparés de leur mère après le sevrage, et les porcatières ?

126 Faut-il faire intervenir des raisons complexes de végétation, de conservation de viande ? Il ne semble pas.

127 Il y a aussi de nombreuses galinières.

128 14 appartenaient à des habitants de Mailhac, 35 à Pouzols, 24 à Sainte-Valière ; Dr. CAYLA, (1964) p. 574-576. On n'a que des sources notariales qui nous montrent comment fonctionnait cet élevage postérieures à 1537. La densité des poursigoules montre qu'il était déjà en place alors avec des formes similaires.

129 On a noté que les commissaires qui procèdent à la Recherche comptent les orts avec les maisons, les séparent de l'espace rural.

130 Sur les moulins cf. R. CAZALS, (1985).

131 Deux autres sont déclarés ruinés.

132 À Caunes, Peyriac, à Puisserguier encore...

133 Quelques moulins sont dits à blé et à huile à la fois, comme à Ferrals.

134 À Saint-Pierre-des-Champs et à Pasa le moulin sert aussi à moudre les grains.

135 Un autre à Cascastel, à Durban...

136 Deux à Thézan, deux à Fabrezan.

137 Cf. supra, chap. IV, C, 3.

138 Nombreuses maisons, casais, cortals, jasses, porcatières, une teulière... Les moulins nobles ne sont pas mentionnés par la Recherche ? On peut hésiter. Ils ne sont cependant qu'une minorité des moulins que l'on peut dénombrer.

139 A. DUPONT, (1958) p. 7-25 ; E. MAGNOU-NORTIER, (1974).

140 R.-H. BAUTIER, (1961) ; E. MAGNOU-NORTIER, (1974) p. 216-217.

141 G. LARGUIER, (1977) p. 166 sq. L'étang d'Ouveillan produira du sel jusqu'au début du xixe s. Les grandes sécheresses de 1809 et 1816 permettront des récoltes de plusieurs tonnes. Cf. registres de délibérations municipales, Ouveillan.

142 À la fin du xvie s. le chapitre Saint-Paul a toujours la même saline que trois siècles plus tôt.

143 A. BLANC, (1899) pièce annexe LVI, 1306, transaction arbitrale concernant les salines sises à Coursan.

144 J. C. HOCQUET, (1985) p. 283-284.

145 Ibidem.

146 En face de Bages, l'excroissance qui provoque un resserrement et isole l'étang de Capelle, est une ancienne embouchure de l'Aude.

147 Cf. carte du terroir de Narbonne au début du xve s., n° 8.

148 J. LE GOFF, (1958) p. 514-525.

149 P. WOLFF, (1954) p. 450-458; G. CASTER, (1962) p. 316-319. Selon Ph. Wolff le coût du transport entre la côte et Toulouse s'élèverait à 35 % de la valeur de la marchandise, p. 454.

150 On n'est pas renseigné sur ce qui se passe à Peyriac et Sigean.

151 A.M.N., compoix de 1499, f° 166 v°.

152 Trois salines à Mandirac, 6 charrettes, 25 bœufs, 25 bêtes cavalines.

153 MAHUL, t. I, p. 391 sq., Pierre meurt en 1478, Guillaume en 1501.

154 MAHUL, t. I, p. 48 et infra, chap. IX.

155 Dès le début du xvie s., les Toulousains reprennent eux-mêmes leur ravitaillement du sel, cf. G. CASTER, (1962) p. 313 sq.

156 Ce que l'on disait de Jean Maurel, cf. Mahul, op. cit.

157 LA PIJARDIERE, (1875), État du diocèse de Narbonne, 1675, vol. I, p. 98. Le commerce du sel fonctionne ainsi aux trois quarts du xviie s : « commodité qu'on a de faire voiturer à Narbonne les bleds du haut Languedoc par le retour des charrettes qui portent les sels ».

158 Cf. supra, chap. VI. Pour un an d'abord, le prélèvement fut rendu permanent ensuite, cf. A.M.N., AA 102, f° 160 v°, 162 v°.

159 A.M.N., AA 105, F 109, 4 septembre - 3 octobre 1531 ; f° 111, 17 octobre 1531 ; f° 112 v°, 8 février 1535, permission aux consuls de vendre ou d'engager les deniers de la blanche du sel pour procurer des ressources de manière à faire exécuter immédiatement les travaux de la paissière. Ce droit sera renouvelé ensuite. C'est grâce à lui que l'on peut connaître approximativement la production du sel en Narbonnais.

160 G. MOUYNES, (1877) p. 51, note 1.

161 Au xvie s. l'étang salin au bord duquel, on se le rappelle, il y avait des salines au début du xive s., s'étendait encore à la hauteur de Moujan. La ville affermait la prise du poisson dans cet étang entre 1500 et 1550 ; cf. comptes des clavaires.

162 C'est actuellement là où passe la route départementale n° 32 qui relie Narbonne à Gruissan. La topographie des lieux ayant beaucoup changé, il est difficile de proposer une localisation rigoureusement exacte des salins. Je bénéficie ici des recherches et des réflexions de Yves Martin.

163 À la limite de la division actuelle des communes de Narbonne et Gruissan.

164 Nos chiffres des ventes du sel sont donc estimés à partir des revenus de la blanque ou blanche, les droits pesant sur le sel au profit de la ville.

165 À la crue de 2 s. 6 d. établie en 1533 est ajouté un 'petit blanc' de 5 deniers en 1576. La crue est de 4 s. 11 d. en 1594. S'ajoutent 7 s. 6 d. à partir du 1er avril pour payer un supplément de 300 hommes de morte-paye, de 11 s. 5 d. en 1599... Une crue de 5 s. est accordée en 1594 à la ville et au diocèse de Carcassonne par Monsieur de Joyeuse pour trois ans ; A.D.A., 7 C 3, gabelles, greniers à sel de Narbonne. Le 'droit de la crue' est de 1 s. 3 d. en 1577, de 1 s. en 1579, de 2 s. en 1589... Nos chiffres deviennent beaucoup plus incertains. Le montant des droits encaissés est d'ailleurs de plus en plus mal reporté dans les registres des clavaires. De nouvelles crues sur le sel s'ajoutent encore. Il est décidé en 1595 que 40 sols seront imposés sur chaque quintal de sel qui se débitera aux greniers de Narbonne, Peyriac et Sigean, cf. PV des États de Languedoc ; 20 août 1597, lettre autorisant le syndic de Languedoc à lever pour 3 ans une crue de 25 s. par quintal aux greniers de Narbonne, Peyriac et Sigean, au lieu du doublement de l'équivalent accordé aux États, des 5 s. levés en ces greniers pour les dettes de Carcassonne, des 10 s. pour celles de Narbonne et des 10 s. pour le fort de Peccais, cf. A. D. Hérault, B 25, f° 145. Mais cette série de crues finit par susciter des protestations. On en trouve l'écho aux sessions des États de Languedoc : 1596, les députés de Castres protestent contre les droits sur les sels qui se tirent des greniers de Narbonne, Sigean et Peyriac. Aux États réunis par Joyeuse à Narbonne, la même année, on implore l'abolition des crues mises pendant les troubles sur le sel des greniers de Narbonne, Peyriac et Sigean. Une demande pressante est adressée au roi lors des États de 1602 pour qu'il abolisse la crue de 10 sols ci-devant destinée à la construction du port de Sète...

166 Cette subite envolée de la production est-elle bien effective ? Elle paraît bien isolée en effet dans des volumes de récoltes qui marquent le pas. Nos estimations sont calculées à partir de ce que rapporte la crue du sel : 1 157 l. 3 s. 8 d. en 1568, 1 680 l. 19 s. en 1569. Un alourdissement de la fiscalité a-t-il gonflé le produit de la Manque sans que nos sources nous en informent ? Nous ne disposons que d'un chiffre global pour les trois greniers, on ne peut donc savoir quel est le salin qui produit autant. Le doute subsiste quant à la valeur de ce ‘record’.

167 Cf. supra, A, 2.

168 Le trafic portuaire ne cesse pas totalement, non plus, à La Nouvelle car les employés de la foraine s'y réfugient et continuent à encaisser les droits de douane, cf. infra, chap. IX.

169 Cf. infra, chap. VIII, C.

170 Sur une moyenne de 64 876,75 quintaux, 48 221,5 se vendent à Narbonne (76,3 %), 10 895,5 à Peyriac (16,8 %), 5 759,75 à Sigean (8,9 %).

171 A.D.A., 7 C 3, gabelles, grenier à sel de Narbonne.

172 75 314 quintaux sont vendus au cours des deux années 1604-1605. Aucun chiffre n'est donné pour les greniers de Sigean, Villeneuve, Mèze, Mirevaux. Le total des fournitures devait s'élever à 80 000 quintaux. Nos quantités sont en effet, une fois de plus, déduites des droits encaissés. Notre source ne précise pas si la recette s'entend brute ou nette des frais de levée des droits qui se montaient à 5 % environ. Il faudrait également ajouter les quelques centaines de quintaux de 'franc salé' ou de 'facture' au bénéfice des fermiers du grenier.

173 E. LE ROY LADURIE, (1983) t. II, p. 17, p. 185.

174 P. JEANNIN, (1968) p. 81.

175 J. GUIFFAN, (1979) p. 44. On ne possède malheureusement pas l'acte de constitution de cette société des salins. Celle-ci est aussi le résultat de l'évolution sociale des propriétaires, cf. infra, chap. X.

176 Cf. supra, tableau n° 15.

177 LA PIJARDIERE, (1875), État du diocèse de Narbonne en 1675, t. I, p. 98. C'est à ce moment-là que déclinent définitivement et disparaissent les salines du territoire de Narbonne. La production se replie entièrement sur Peyriac et Sigean, nouvelle étape, mais non la dernière, de la migration des lieux de production.

178 Narbonne, et les propriétaires des salins, paieraient-ils ainsi indirectement leur engagement du côté de la Ligue ? Cf. A. D. Hérault, B 21, f° 33 : commission provisoire du roi de France en faveur de Barthélémy Perdrier commis au siège particulier des gabelles de Montpellier pour exercer l'office de visiteur général de Languedoc au lieu de Jean Gibron retiré à Narbonne ville rebelle au roi ; f° 35 v°, même commission à Pierre Gailhac à la place de Jean de Maysonnat maître des ports de la sénéchaussée de Carcassonne au bureau général de la foraine de Narbonne.

179 On voit bien la différence entre les salines de l'âge moderne et celles du début de la mise en place à l'époque médiévale : aux xie et xiie s., l'archevêque a la propriété directe des salins. Au xvie s. il agit comme seigneur propriétaire éminent de la terre qui la concède à un emphitéote et perçoit la tasque sur la récolte.

180 Guillaume Orieult avait acheté, on l'a vu, deux maisons de Mathieu Peyronne à la tête du pont-vieux. Malgré cela, les Orieult ne s'installent pas durablement à Narbonne et ne conservent pas longtemps les terrains qu'on leur a attribués. Ont-ils même engagé les travaux d'aménagement ? Plus probablement ils les ont rétrocédés moyennant finance, ce qui était probablement le but recherché.

181 Cf. supra, chap. IV.

182 A.D.A., 52 C 7. Nicolas, qualifié de noble dès 1529 dans les collectes des clavaires, 'bourgeois de Narbonne' est seigneur de Durfort.

183 Ils ont immédiatement beaucoup de biens à Peyriac-de-Mer, possèdent trois boutiques de sel, une maison.

184 Il est de nouveau consul de la première échelle, de toute la ville cette fois, en 1547. Il meurt en 1555. En 1556 la taxe sur le registre du clavaire est au nom des héritiers de Antoine Trégoin. L'évolution des biens d'Antoine à travers les compoix est très significative : la superficie des terres évolue peu, le nombre des maisons diminue sensiblement. Il n'en reste qu'une seule en 1561. Le cabal se réduit, les chevaux de selle ainsi que les bêtes de labour augmentent en 1533. La simultanéité de ces modifications de la composition de la fortune avec l'acquisition des titres et des charges est frappante. Il achète aussi 100 moujades de terres nobles à Monsieur de Narbonne, c'est-à-dire l'archevêque. C'est l'origine des deux petites œuvres salin évaluées à 150 livres qu'il a au compoix de 1559. Il avait alors 15 juments pour le service du salin.

185 Collecte des clavaires, 1533.

186 Sa fortune confortable n'était pas aussi importante que celle de son frère. En 1526, Raulin, ‘bourgeois’, est inscrit au compoix pour 150 l. de moble, 10 maisons et 1 étable, 2 boutiques, 2 boutiques à sel, 6 salines, 1 taule de masel, 86 ha environ dont 17,4 de malheuls -la superficie des prés et des vergers n'est pas indiquée-, une begude et cortal à Pontserme, 2 000 moutons, 4 chevaux, 4 bêtes de selle. Arnaud 'marchand' taxé pour 90 l. de moble, 800 l. de cabal a 8 maisons, plus des parts de 4 autres maisons, 2 galinières, 2 boutiques et la moitié d'une troisième, 67 ha. La taxe totale des biens de Raulin s'élève à 24 l. 4 s., celle d'Arnaud à 11 l. 5 s. Ceci, bien évidemment, ne s'entend que pour les possessions sises sur le territoire de Narbonne.

187 Raulin Seguier sr de Grandselve épouse Anne Gentiane (Gentian) seigneuresse du Vilar-de-Fargues.

188 Partagées entre Jean de Trégoin sr de Ricardelle et noble Pierre de Trégoin.

189 L'heure des Alcoynes et des Seguier est passée. Leur apogée coïncide exactement avec le meilleur moment du sel à Narbonne. Une branche des Seguier quitte Narbonne. Raulin Seguier sr de Grandselve (un fils d'Arnaud ?) est conseiller au parlement de Toulouse en 1563. Les Seguier alliés aux Lacoste restent à Narbonne, gros propriétaires encore, membres de la matricule, consuls. Le sr de Grandselve de Sallèles est consul en 1603. Rapide déchéance. À Sallèles les Seguier seront remplacés par les de Massia, receveurs du diocèse de Narbonne d'abord, qui iront poursuivre leur carrière en Roussillon ensuite.

190 A. D. Hérault, B 21, f° 84 v°, résignation par Raulin de Rinac habitant de Montpellier en faveur de Henri d'Autamar sieur de la Planasse habitant Narbonne, de son office de contrôleur général provincial du pays de Languedoc.

191 Un autre facteur qui explique le désintérêt pour le transport.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Graphique n° 5 - Le mouvement du port de Narbonne, 1470-1550, d'après le droit de robinage (montant des baux, en livres)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Tableau n° 28 - Valence et le trafic de la France méditerranéenne au xvie s. (Nombre de bateaux venant des ports de la France méditerranéenne)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Tableau n° 30 - Évolution des structures foncières à Peyriac-Minervois au xvie s. (Propriétaires et allivrement par rapport à la valeur moyenne des biens, en %)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Graphique n° 6 - Le bouleversement des structures foncières et sociales en Narbonnais, Peyriac-Minervois au xvie s. Les propriétaires (I) et leur patrimoine (II). Classement par rapport à la moyenne de l'allivrement en compoix
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Carte n° 12 - L'occupation du sol en Narbonnais en 1537 ( % de la superficie cultivée)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Légende Carte n° 13 - Salins créés à Narbonne en 1506-1507
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Graphique n° 7 - Un cycle du sel en Narbonnais au xvie s. (en nombre de quintaux)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique n° 8 - La production des salins du Narbonnais au xvie s. (en quintaux)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Carte n° 14 - Les greniers à sel du Languedoc au xve et au xvie s.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Tableau n° 31 - Vente des greniers à sel languedociens en 1604-1605 (en quintaux)
Légende (Source : A. M. Narbonne, livres de taille)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Tableau n° 32 - Part des différents salins dans la production du Narbonnais au xvie s. (en %)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Tableau n° 33 - Les propriétaires des salins de Narbonne au xvie s.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 907k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1614/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 425k

© Presses universitaires de Perpignan, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540