Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du passeur

 | 
Paul Carmignani

I. Transitions, transactions, transgressions

La bataille du Styx ou la fin du voyage célinien : notes sur les passages dans Rigodon

Roger Bastrios-Kuhlmann

Texte intégral

  • * Docteur en Lettres et Sciences humaines – Université de Perpignan

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Rigodon, Bibliothèque de la Pléiade Tome III, Paris, Gallimard, 1974, p. 893.

« Lili ma petite fille il faut passer, n’importe comment !1 »

  • 2 Voyage au bout de la nuit, Bibliothèque de la Pléiade Tome I, Gallimard, 1981 p. 229.

2Toute l’œuvre de Céline est placée sous le signe du mouvement, du départ, du transit comme si les personnages, refusant une fixité qu’ils savent d’avance mortifère, s’étaient voués à une errance infinie. Et lorsque le héros croit entrevoir une lueur de tendresse et de bienveillance dans cet univers désespérément hostile, une irrépressible inquiétude le pousse à nouveau sur les routes. La belle et admirable Molly, prostituée au grand cœur, rare figure positive du Voyage, en fait la triste expérience : elle échoue à retenir Bardamu et celui-ci, la mort dans l’âme, cédera finalement à son « vice, cette envie de (s)’enfuir de partout, à la recherche de je ne sais quoi2 ». Cet appel de l’ailleurs interdit tout confort affectif, tout repos prolongé, il expose au contraire le héros à de nouveaux périls auxquels il lui faudra échapper, conférant par là-même à l’imagination célinienne un caractère cyclique qui constitue, comme nous le rappelle Henri Godard, tout à la fois son unité et son rythme :

  • 3 Henri Godard, Préface au tome I de l’œuvre romanesque, La Pléiade, Gallimard, p. xxxv.

Ferdinand n’est pas de ceux qui trouvent leur bonheur à seulement vivre (...) La vie ne peut le satisfaire aussi longtemps qu’elle reste, précisément « sans histoires ». Il ne la possède que lorsqu’elle est en danger et au besoin il la risque. Son histoire (...) trouve son unité dans cette menace de tous les instants et son rythme dans ce retour périodique de l’apocalypse3.

  • 4 Philippe Sollers, Stratégie de Céline in La guerre du goût, Paris, NRF, Gallimard, 1994, p. 169.

3Le personnage célinien ne connaît donc point de répit : il est en perpétuel mouvement, toujours au centre d’un « sauve-qui-peut » général, c’est un agité, un agitateur qui sème la pagaille autour de lui, provoque des poursuites, des bagarres, des explosions. La mêlée tragi-comique est son élément naturel, elle stimule son mental comme cet état de fièvre qui le saisit régulièrement et qui agit comme un puissant accélérateur : le récit peut alors s’emballer, se mettre au diapason de l’émotion vraie et la phrase produire sa juste cadence qui n’est plus le rythme de la marche ou du trot mais celui du galop, « cette allure d’avant la domestication4 ».

  • 5 Voyage au bout de la nuit, op. cit., p. 275.

4Déroger à cette règle expose le héros à la pire des confrontations, celle où il risque l’enlisement, l’engluement, lente descente dans les fonds bourbeux de la nature humaine : « A mesure qu’on reste dans un endroit, les choses et les gens se débraillent, pourrissent et se mettent à puer tout exprès pour vous5 ». La dernière partie du Voyage qui relate le retour et l’installation du docteur Bardamu dans la misère au quotidien d’une banlieue parisienne illustre cette obsession de la mort, désormais omniprésente car déclinée sous toutes ses formes : meurtre, avortement sordide, et puis toujours la maladie et l’agonie de l’enfance. Le geste célinien par excellence, celui de la rupture, étant devenu impossible, il ne reste plus qu’à supporter l’insupportable et à renoncer aux moyens d’annuler l’intolérable.

  • 6 « Si je vais m’inspirer comme on dit ce n’est certainement pas dans les lectures ! choses mortes ! (...)
  • 7 Bagatelles pour un massacre (1937), L’école des cadavres (1938), Les Beaux draps (1941), Paris, De (...)
  • 8 « Les idées, rien n’est plus vulgaire... Ce n’est pas mon domaine, les idées, les messages. Je ne (...)
  • 9 Philippe Muray, Céline, Paris, Seuil, 1981, p. 15.
  • 10 Jean-Pierre Richard, Nausée de Céline, Fata Morgana, 1973, p. 53.

5Ce qui est valable pour la fiction semble également être applicable à l’homme si tant est qu’on puisse séparer chez Céline création littéraire et données biographiques6. L’auteur qui a toujours aspiré à la vie autour de lui pour sustenter son verbe n’a cessé d’être en quête d’ailleurs, d’actions, d’altérité. Ce fut sa seule manière d’être, de vivre et d’écrire. Seule la part maudite de son œuvre, la sinistre période pamphlétaire7, brise cette logique et opère une fixation à travers un délire antisémite d’une virulence sans précédent : de 1937 à 1941, aveuglé par une illumination qui est pour lui de l’ordre de la révélation, Céline se mêle de réorganiser le monde, de le « resémantiser ». Croyant avoir isolé les causes du Mal et les responsables à éliminer, il nous livre un message en forme de remède et cela en dépit du mépris dans lequel il a toujours tenu les idéologues8. L’écrivain tombe alors dans le piège du ressassement, de la répétition obsédante et infinie : un seul signifiant – JUIF – vociféré jusqu’à la nausée occupe tout le texte, mot incantatoire d’une rumination haineuse qui ne s’éloigne jamais très loin de son centre de gravité. Les pamphlets ne racontent plus, ils ne déroulent plus d’histoires ou très peu mais ils nous offrent le pitoyable spectacle d’un théâtre pulsionnel qui se joue désormais à huis-clos. Ces textes-limites constituent une contradiction et cela à plusieurs titres : en tant que « passage de la forme interrogative ou négative (les romans) à la forme affirmative d’une positivité (le pamphlet)9 », ils signifient l’échec d’une littérature ouverte, polyphonique et l’enfermement dans un système saturé de sens, en tant que dénégation de sa propre névrose, ils signifient l’impuissance de l’auteur à « la reconnaître pour sienne en décidant qu’elle ne vient plus de lui mais du dehors10 », en tant qu’adhésion au pire archaïsme politique, ils démentent la liberté et la modernité d’une écriture romanesque unique en son genre.

  • 11 Féerie pour une autrefois I, Gallimard, 1952 ; Féerie pour une autre fois II, Gallimard, 1954.

6Les pamphlets auraient pu définitivement achever la destinée littéraire de Céline. Or voilà, à la fin de la guerre, l’écrivain retourne au roman. Dès 1946, durant son incarcération à la prison danoise de Vestre Faengsel où il fait l’objet de la part du gouvernement français d’un mandat d’arrêt pour trahison, il se met à l’écriture de Féerie pour une autre fois, décidé à retrouver le succès suscité par le Voyage en 1932. Les deux parties de Féerie11 ne trouveront à leur publication qu’un écho très faible. Il faudra à l’auteur attendre 1957 et la parution de D’un château l’autre, premier volet de la trilogie allemande, pour regagner les faveurs du public. Cette série de textes écrits après la seconde guerre mondiale doit être considérée comme un ensemble homogène : Céline y retrouve son inspiration naturelle, et les aventures vécues depuis son départ de Paris en juin 1944 jusqu’à sa détention au Danemark lui donnent largement matière à développer ses thèmes de prédilection.

  • 12 Philippe Muray, op. cit., p. 207.
  • 13 Ibid., p. 229.

7Cette dernière période littéraire est particulièrement intéressante dans la perspective du thème qui nous occupe, celui du passeur et de ses figures. Tout d’abord un titre que Céline, nous dit Philippe Muray, « traîne de livre en livre, qu’il projette de donner à chacun des romans de cette époque et auquel il renonce à chaque fois : c’est la Bataille du Styx12 ». La figure de Charon, batelier de la mort, est d’ailleurs explicitement mentionnée dans un passage onirique de D’un château l’autre : c’est l’épisode de « la Publique » sur lequel nous reviendrons plus loin – et dans une lettre à Gaston Gallimard du 8 décembre 1954. Céline place de toute évidence ses derniers livres sous le signe de la descente aux enfers comme s’il s’agissait d’embarquer le lecteur vers l’au-delà, de lui faire sentir toute l’horreur et l’abomination du siècle. Mais dans cette vision offerte par un homme qui se considère lui-même comme un revenant, une sorte de mort en sursis, la distinction entre le Bien et le Mal n’est plus de mise. Il s’agit bien d’une apothéose guerrière, d’une apocalypse générale qui entraîne toutes les populations sans distinction et mêle aveuglément coupables et innocents. Il est vrai comme l’écrit Philippe Muray que « Céline ramasse dans une barque des morts toute l’espèce humaine » mais si l’auteur à travers cette ultime vision devient le passeur du siècle, « notre écrivain psychopompe13 », il convient toutefois de s’interroger sur cette amplification de la mise en scène du Styx. Le mythe ici ne doit pas en effet nous faire oublier que c’est en témoin coupable que Céline retranscrit l’histoire et que la référence à tous les disparus des guerres et des persécutions – c’est-à-dire aussi à ceux qu’il a demandé qu’on extermine – se trouve pour ainsi dire diluée dans une dimension métaphorique.

  • 14 Henri Godard, Préface du tome II de la Bibliothèque de la Pléiade, op. cit., p. xv.

8La Bataille du Styx est moins un passage qu’une percée et ce titre envisagé par l’auteur nous indique qu’il s’agit bien d’une lutte, d’un dernier combat contre la mort et l’oubli. Elle est tout d’abord le témoignage d’une traversée dantesque dans le chaos et le fracas de l’Allemagne vaincue, traversée qui multiplie les obstacles, les impasses, les allers et retours et dont l’aboutissement est cette frontière danoise qui attire l’écrivain tout autant que l’aiguille aimantée de sa boussole. Mais cet ensemble signifie également une renaissance littéraire pour l’auteur et un retour à la première inspiration romanesque après le naufrage que constituent le délire raciste et le succès en demi-teinte des romans intermédiaires : « récit d’une errance à peine interrompue par des étapes toujours provisoires, la trilogie retrouve le schème narratif qui était celui du Voyage, particulièrement dans sa première partie14 ». Retour à ce qui constitue donc la nature même du récit célinien, son mouvement, mais également achèvement, consécration d’une écriture singulière qui va mettre de plus en plus l’accent sur le travail du style comme unique médium de l’émotion. Enfin, la trilogie fait entendre une voix, celle de l’auteur-narrateur, dominante dans cette chronique qui conjugue le passé relaté et le présent de la narration. Cette présence de Céline dans le texte qui doit certainement beaucoup à l’expérience pamphlétaire s’efforce de (re)construire une image, une identité qui n’est pas sans entretenir un flou, une ambiguïté fondamentale, ni sans rappeler une habilité que la légende prête à Ulysse.

LA TRAVERSÉE DU ROYAUME DES MORTS

9Dernier volet d’une vaste trilogie romanesque dont la rédaction débute en 1955 et se prolongera jusqu’à la mort de l’écrivain en 1961 (D’un Château l’autre 1957, Nord 1960) Rigodon constitue le terme d’une échappée tout à la fois tragique et bouffonne à travers un Troisième Reich en pleine débâcle civile et militaire. Si le prisme de l’écriture célinienne remodèle en une savante transposition les événements et la chronologie de ces années, l’ensemble n’en constitue pas moins une chronique cohérente de ce que l’auteur a vécu dans l’Allemagne de 1944-45 : la fuite et l’errance en compagnie de sa femme Lili et de leur chat Bébert, les étapes de leurs pérégrinations, l’hôtel Lôwen à Sigmaringen (D’un château l’autre), Baden-Baden, Berlin, le domaine agricole de Zornhof (Nord), puis pour finir, les péripéties des voyages Zornhof-Sigmaringen-Copenhague (Rigodon).

10L’originalité de cette évocation ne fait aucun doute. Seule la langue de Céline pouvait restituer à cet événement sa dimension tout à la fois sinistre et triviale et nous offrir moins un récit qu’une vision hallucinante de la guerre moderne : continent en plein chaos, fracas des bombardements, exode massif, villes en flammes mais aussi spectacle dérisoire et grotesque des vaincus et des rescapés de la Collaboration. Dans cette tourmente où il ne fait pas partie des nantis ni des protégés qui logent au Château de Sigmaringen, une obsession hante Céline : survivre c’est-à-dire parvenir à fuir la catastrophe qu’il sent imminente.

  • 15 Lettre au Docteur Camus, 30 juin 1947, Écrits de Paris, Oct. 1961, p. 104.

11D’un château l’autre ne relate pas une première tentative avortée de passage en Suisse pourtant mentionnée dans la correspondance de l’auteur : « A Sigmaringen, nous avons pensé un moment pouvoir nous échapper et passer la frontière suisse... Bébert s’est entraîné avec nous comme un chien... il nous suivait la nuit dans les neiges d’un mètre... plusieurs kilomètres... il en a eu deux pattes gelées15 ». Mais un passage d’une version primitive du texte signale la présence de passeurs se livrant à toute sorte de contrebande pour approvisionner les pensionnaires de Sigmaringen :

  • 16 D’un château l’autre, Fragment d’une version primitive, La Pléiade, Tome III, p. 1027.

Je vous parle des thermomètres... obligé de les faire venir de Suisse à mes frais, et par passeurs (...) Ils ne ramenaient pas que des thermomètres et des lampes de poche... aussi des « Gitanes » pour Laval et des Lucky Strike pour une dame (...) On savait que Déat avait reçu du salami de Suisse... c’était officiel ! par passeur...16

12Ces passeurs n’inspirent aucune confiance à Céline qui refuse leur proposition de lui faire franchir illégalement la frontière suisse :

  • 17 Ibid., p. 1028. Céline écrit « SIEgmaringen ».

Ils étaient indics et provocs, c’est pas douteux, c’est sûr certain (...) pour « bizarres », ils étaient bizarres, oui certes... de quelles races d’abord? quelles ethnies ? de toutes ! comme tout à Siegmaringen... Lettons... Belges... Hongrois... Arabes... Juifs... Luxembourgeois... on les revoyait, on les revoyait plus... passeurs, ils passaient... je parle pas de leurs noms, comme presque tout le monde à Siegmaringen, c’était de faux noms...17

  • 18 Bagatelles pour un massacre, Paris, Denoël, 1937, p. 127.
  • 19 « Chacun a son petit secret, le mien c’était de le voir, lui demander de nous faire passer au Dane (...)
  • 20 « Se sauver ?... mais par où ?... vers où ?... je vous ai parlé du Danemark, là-haut, pas à côté ! (...)

13Le climat de délation qui règne à Sigmaringen renforce les soupçons de Céline et réanime au passage un vieux relent de racisme qui n’est pas sans rappeler l’angoisse éprouvée par le pamphlétaire face à l’identité du juif : « D’abord ils sont tous camouflés, travestis, caméléons... ils changent de noms comme de frontières... n’importe quoi qui donne le change, qui sonne trompeur18 ». Rien d’étonnant ici à ce que l’image du passeur soit liée à celle du trafiquant fourbe et profiteur, exploitant la souffrance de l’autre et encourageant les faiblesses d’une communauté qui a elle-même perdu son âme. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la Suisse qui intéresse l’auteur mais le nord de l’Europe. Dès son départ de la rue Girardon en juin 44, Céline projette en effet de rejoindre le Danemark et d’obtenir un laissez-passer des autorités allemandes pour une raison mystérieuse qui est évoquée à la fin de D’un château l’autre19 rappelée dans Nord20 et dévoilée dans les dernières pages de Rigodon :

  • 21 Rigodon, op. cit., p. 886.

Le franchissement du canal pour amusant qu’il ait été arrangeait pas tout... oh là que non !... le plus grave dans un sens, la frontière danoise... j’en avais parlé à personne mais j’y pensais je peux dire depuis Paris... même mon idée depuis toujours, preuve que tous les droits de mes belles œuvres, à peu près six millions de francs, étaient là-haut... pas au petit bonheur : en coffre et en banque... je peux le dire à présent Landsman Bank... Peter Bang Wej... ça risque plus rien... seulement je ne voudrais pas qu’on croie que cette chronique est un tissu de billevesées... vous pensez si la police s’est demandé, et jusqu’au bout, ce que j’étais venu foutre au Danemark21.

  • 22 Ibid.

14Cette obsession du nord trouve donc une justification rationnelle dans le désir de Céline de récupérer son or, salutaire idée fixe dans cet univers sens dessus dessous : « Est-ce que nous roulons vers le Nord ? toujours ma boussole, je l’ai autour du cou, je ne veux pas qu’on me trompe !22 ». Cette triste odyssée n’a donc pas seulement les apparences d’une échappée chaotique, elle semblerait garder le nord, fonder sa véracité sur une logique orientée qui en motive a posteriori et dérisoirement le sens.

  • 23 Henri Godard, Notice de Rigodon, op. cit., p. 959.
  • 24 Cf. L-F Céline. Entretien avec le Professeur Y, Paris, Gallimard, p. 99-102.
  • 25 Rigodon, op. cit., p. 737.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.

15Elle est également profondément déterminée par un unique moyen de transport – le train – qui « constitue dans Rigodon l’unité de lieu du récit23 » et donne tout son sens à la métaphore du « métro émotif24 ». C’est au rythme bringuebalant de multiples convois ferroviaires que Céline effectue en effet sa difficile avancée vers la Baltique : trains de soldats, de réfugiés, de blessés, trains luxueux, trains de marchandises, plates-formes militaires et wagons plombés... Ils sont le salut de toute une humanité en déroute, « trains si combles que vous n’y glisseriez pas un doigt (...) tortillard hérissé de jambes, de bras, de têtes que vous êtes forcés de rire (...) femmes, enfants et militaires... et des biberons et des bébés (...) trop bourrés de tout, blessés, voyageurs et cadavres, impossible de les détacher25 ». Pour espérer y trouver une place, il faut affronter la cohue des réfugiés et subir la hargne des artilleurs qui en défendent l’accès « à coups de piquets de mines... flach ! et brang !... sur toutes les mains qui se présentent26 ». Car ces wagons sont pleins de « faux morts, resquilleurs et resquilleuses qu’ont saisi de profiter de la chance... quitter Berlin !27 ». Dans cette vision d’enfer, les convois n’embarquent plus que des spectres, vivants mêlés aux cadavres, blessés, lépreux incurables, évacués dans la hâte et promis à la sélection nietzschéenne, « façon de se débarrasser... d’envoyer pourrir plus loin ». Ces trains-fantômes que Céline va emprunter jusqu’à la frontière danoise constituent, comme nous le précise Philippe Muray, « la suite de la séquence du bateau-mouche de D’un château l’autre ». Même variation fantastique du jugement dernier dans laquelle un Charon punitif, géant « moitié singe, moitié tigre », fracasse indistinctement à coups d’aviron les crânes des morts-vivants, porteurs d’obole ou non, histoire de les faire « re-re-remourir » :

  • 28 D’un château l’autre, op. cit., p. 83.

La publique larguait juste à l’aube !... terrible ! le moment que Caron arrivait !... sonnait ! à la ronde !... tous !... ceux qu’avaient pas payé... d’abord !... et les autres après ! payeurs !... pas payeurs !... tout le monde était servi !... confitures de tronches !... massacrerie à la rame !28

  • 29 « Il y a un persécuté dans toute cette saloperie c’est MOI. C’est moi qui me plains. Et je n’ai pa (...)

16Rigodon constitue bien la fin de cette traversée du royaume des morts où il s’agit de s’agglutiner aux cadavres, de devenir soi-même spectre, revenant, pour pouvoir témoigner en victime de la folie meurtrière de ce siècle (obtenir un rachat par l’écriture ?) mais aussi, dans un même mouvement, dédouaner l’histoire de toute responsabilité en superposant les souffrances et les martyrs, en les rendant en quelque sorte équivalents (les trains de Rigodon = les trains de la déportation !). Autant dire que les passages s’effectuent à plusieurs niveaux, qu’ils opèrent d’infimes déplacements permettant un démarquage, une disparition progressive du témoin-acteur qui se traduit concrètement par le délabrement de ses facultés physiques et intellectuelles – ne fallait-il pas inverser la position du pamphlétaire, faire de lui un paria, un juif29 ? – mais aussi sa résurrection en « extralucide voyant », Cassandre des apocalypses futures. Les moyens de cette transformation sont pour ainsi dire inscrits dans le récit des trajets clandestins de Céline.

RIGODON : L’ULTIME PASSE

  • 30 Frédéric Vitoux, Louis-Ferdinand Céline, Misère et parole, Paris, Gallimard, 1973, p. 187.
  • 31 « La vérité de ce monde, c’est la mort », Voyage au bout de la nuit, op. cit., p. 200.

17Les trains empruntés par Céline dans sa course vers la Baltique au moment de l’offensive générale des armées alliées sont remplis de déplacés en tout genre, civils traqués par les bombardements, soldats égarés, malades évacués des hôpitaux, compagnons de voyage occasionnels dont il va partager la souffrance et le désarroi. Dans ce brassage énorme, Céline retrouve un rôle salvateur, celui de médecin. Nous savons combien les liens entre médecine et écriture s’avèrent multiples et primordiaux dans l’œuvre de l’écrivain. La pratique médicale a toujours été à ses yeux une école de lucidité et un puissant révélateur de la misère humaine. Elle rassemble un savoir qui permet de « connaître tous les maux, toutes les déchéances du corps humain, de mieux les connaître et de mieux les ressentir30 » mais débouche en même temps sur une vision du monde tragique et désespérée, littéralement obsédée par la présence de la mort31.

  • 32 Rigodon, op. cit., p. 736.
  • 33 Ibid., p. 897.
  • 34 Ibid., p. 900.

18C’est par le biais de la médecine que Céline réussit sa traversée de l’enfer. Dès son départ pour Rostock, elle lui sert de sauf-conduit : « Défense passive de Bezons... je leur crie, je leur montre, brassard, tampon, papier...32 » tout comme lors du franchissement de la frontière danoise où Céline se fait passer auprès de l’officier suédois pour un ancien prisonnier, médecin dans un camp et Lili pour une infirmière... « Voilà ! il me répond... médecin de la Croix-rouge... moi aussi! « Passive » de Bezons... mon brassard le prouve !... il peut le regarder !... il regarde... brassard noir crasseux mais authentique, tampons, tout !33 ». Céline avoue lui-même le privilège, l’intimité complice que lui confère l’appartenance au corps médical : « un homme de cœur ce « Croix-Rouge »... je ne crois pas qu’il était dupe... j’ai vu pire plus tard, des passes bien plus périlleuses... sans les médecins et la médecine, j’en serais pas sorti...34 ». Dès la première page de D’un château l’autre où le narrateur installé à Meudon se plaint amèrement de son manque de clientèle jusqu’au récit des consultations données auprès de la colonie française de Sigmaringen, à l’hôtel Lôwen et au cours de ses multiples pérégrinations, Céline met l’accent sur son activité médicale au détriment du métier d’écrivain qu’il se complaît à disqualifier :

  • 35 D’un château l’autre, op. cit., p. 93.

Oh, que j’étais bien décidé à ne plus rien écrire... j’ai toujours trouvé indécent, rien que le mot : écrire ! prétentiard, narcisse, « m’as-tu-lu »... c’est donc bien la raison de la gêne... la seule !... pas candidat au Panthéon ! (...) non !... la vanité m’houspille pas ! mais le gaz, les carottes, les biscottes... vous savez !... si j’ai risqué, si je me suis cuit ?... pour le gaz, les carottes, biscottes ! pour les chiens aussi, leur tambouille... le peu que j’ai écrit regardez ces haines !... ce qu’on m’en a voulu !35

  • 36 Julia Kristeva, Pouvoirs de l’horreur. Essai sur l’abjection, Paris, Seuil, coll. Points, 1980, p. (...)
  • 37 Rigodon, op. cit., p. 762.

19Exit donc des vanités et des postures grotesques de l’homme de lettres ! Plus question d’affirmer l’originalité d’une voix et de jouer au plus malin : il faut retrouver la lucidité, l’humilité, se fondre dans l’anonymat des victimes, endosser les habits du médecin des pauvres, ceux du Dr Destouches alias Dr Bardamu, et affronter à nouveau l’incurable. Céline-médecin, galérien parmi les galériens, réintègre la nuit des figurants, il s’incorpore à sa matière qui est la « douleur comme lieu du sujet36 ». Cette complicité avec la misère s’exprime tantôt de manière bouffonne lorsqu’il s’agit d’embarquer dans des wagons emplis à craquer de femmes et d’enfants : « nous là dedans, nous trois, et Bébert, dans l’amalgame de ces femmes baltes, loupiots et familles (...) dans leur méli-mélo de croupions, nichons, bras et cheveux... coincés, imbriqués de façon qu’on puisse pas beaucoup nous jeter hors...37 » mais elle se traduit la plupart du temps par une présence insistante et morbide de la maladie et de sa déchéance physique, comme lors du trajet avec les lépreux dans le train des marées qui le mène à Warnemünde :

  • 38 Ibid. p. 749.

Je les vois là tous, ils ne sont pas hideux ils n’ont pas d’âge pour ainsi dire, ils sont hors d’âge, assez boutonneux et emmitouflés, la plupart de très gros pansements... surtout des hommes, il semble (...) ils se tamponnent beaucoup le nez et les yeux... leurs loques servent à ça... vous pouvez faire leur diagnostic facilement...38

  • 39 Ibid., p. 773.
  • 40 D’un château l’autre, op. cit., p 286.

20Le médecin associe son destin à celui des victimes, à celui des malades indésirables, lui-même lépreux comme le montre l’épisode où il subit l’ostracisme des officiers allemands : « être lépreux à des agréments, vous avez plus à être poli avec personne, on vous fout dehors de partout et vous demandez que ça ! j’avais vu avec ceux de Rostock, lépreux, ils étaient contents d’être chassés, extirpés de leurs neiges, expulsés, allez hop ! en bottes vers d’autres neiges !39 ». Cette assimilation est aussi une contagion, elle transmet une vérité que personne ne veut voir, entendre, vérité qui marginalise le sujet qui s’en fait porteur. Céline passe donc de l’autre côté du miroir, du côté de la souffrance et de la mort, du refoulé, mais aussi du côté du féminin. Médecin-accoucheur, il nous fait part de sa compassion pour les femmes enceintes, « cahotées, carambolées l’une contre l’autre » et assiste même l’une d’entre elles prête à enfanter dans un train bombardé40. Plus loin, il nous rappelle que la vérité de l’espèce humaine lui semble tout entière résumée dans l’acte d’accouchement, ce moment où la nature s’exhibe, hésite entre le dedans et le dehors, la vie et la mort, seuil invisible et fascinant :

  • 41 Rigodon, op. cit., p. 870.

... et j’ai été accoucheur, je peux dire passionné par les difficultés de passage, visions aux détroits, ces instants si rares où la nature se laisse observer en action, si subtile, comme elle hésite, et se décide... au moment de la vie, si j’ose dire (...) l’accouchement voilà qui vaut la peine d’être vu !... épié !... au milli !41

  • 42 Ibid., p. 771.

21L’accoucheur accompagne les femmes dans ce passage vers la vie, partage avec elles cette complicité biologique, mais ici s’effectue un curieux renversement car ce sont les mères qui lui sauvent la mise, qui lui évitent d’être débarqué n’importe où, expulsé... Les femmes, mais aussi et surtout les enfants, dont il faut se charger et qui se transforment le moment voulu en auxiliaires précieux jusqu’à assurer en fin de compte le salut de Céline. Un premier épisode dans le train qui conduit l’auteur de Leipzig à Fürth met en scène un nourrisson abandonné dont Céline et sa femme vont s’occuper, détournant ainsi la méfiance des officiers allemands : « Peut-être si y avait pas à faire patienter ce nouveau-né jusqu’à Fürth il nous ferait descendre ?42 ». Mais c’est surtout le franchissement redouté de la frontière danoise qui va faire l’objet d’une construction fictionnelle dans laquelle apparaît une bande d’enfants. Nous savons par les biographes de Céline que la chronique là encore transpose l’événement et que la mention de ces enfants ne repose sur aucun indice réel :

  • 43 Philippe Aiméras, Céline – Entre haines et passion, Paris, Laffont, 1994, p. 296.

Au matin du 27 mars, vers 6 heures du matin, un train entre en gare. C’est un convoi de la Croix-Rouge suédoise sous la conduite d’un médecin-colonel. Il transporte des rapatriés, tous suédois. Le Dr Destouches aborde son confrère et lui demande le passage. Lucette se joint à son mari pour le supplier de les emmener. Elle garde de l’événement un souvenir dramatique : le Suédois reste inflexible, elle tombe d’épuisement, le train s’ébranle, quelqu’un se saisit d’elle, la hisse dans le wagon. Céline la rejoint avec Bébert, le convoi s’ébranle, il pénètre au Danemark43.

  • 44 D’un château l’autre, op. cit., pp 281-288.
  • 45 Rigodon, op. cit., p. 846.

22Céline comme à son habitude déforme, grossit mais ces exagérations sont révélatrices car elles nous donnent à voir des réalités intérieures et répondent à une forte cohérence imaginaire. Les enfants sont bien présents dans la trilogie : une volée de mômes « déprédateurs » nourrit déjà un épisode panique de D’un château l’autre44 mais la fin de Rigodon inclut une longue séquence où ils vont être amenés à jouer un rôle narratif essentiel. Dans le train qui le rapproche de Flensburg, le narrateur se voit confier bien malgré lui un groupe de « petits crétins », chassés d’un asile et pratiquement livrés à eux-mêmes : « Les voici, pas d’erreur, pas exagéré, tous bancalots, grosses têtes pendantes, des quatre à dix ans, à peu près... Quasimodos bambins baveux...45 ». L’enfance, comme on le sait, constitue une exception dans l’œuvre célinienne, elle seule suscite encore un mouvement de pitié et de tendresse :

  • 46 Ibid., p. 850.

À vrai dire ces mômes si débiles, bulleux, baveux, ne pouvaient rien nous demander... on voyait, ils faisaient effort pour qu’on les comprenne, c’était tout... y aurait plus d’abattoirs possibles si les fonctionnaires préposés regardaient les yeux des anormaux (...) nos morveux les nôtres étaient pas faits pour exister mais ils étaient arrivés là et ils avaient faim...46

  • 47 Yves Pages, Les fictions du politique chez Céline, Paris, Seuil, 1994, p. 133.
  • 48 Rigodon, op. cit., p. 892.

23Céline prend donc en charge ces enfants qui l’ont adopté eux d’instinct et vont le suivre dans une errance à travers Hambourg rasée par les bombardements. Lors de cette scène hallucinante, la petite bande fait preuve d’une capacité d’adaptation extraordinaire. Elle se fond dans le paysage dévasté soudainement transformé en terrain de jeux, sonde chaque trou, chaque fissure à la recherche de nourriture : « Nos mômes sûrement pouvaient tenir à douze ou quinze dans n’importe quel trou... je les avais pas comptés... en plus je vous ai dit, baveux, visqueux... et recroquevillés... ils passaient par n’importe quel trou, des fentes que vous vous demandiez comment ? ». Etrangers à la peur, les enfants retrouvent paradoxalement dans ces ruines fumantes jonchées de cadavres, la liberté, l’insouciance et l’espièglerie propres à leur âge : « si avortons qu’ils soient, vous les suivez plus, ils sont dans le sens de la vie... ». Ce fragment d’innocence et d’allégresse au milieu du chaos fait partie, comme nous le rappelle Yves Pagès, de ces « excroissances utopiques qui ménagent dans le texte célinien de petites fictions parasitaires, où l’abolition de l’ordre révèle un hors-champ festif ou émeutier47 » et métamorphosent du même coup le désastre en féerie du désastre mais il participe également d’un mythe omniprésent chez l’auteur : celui d’un âge préservé de la dégradation du monde adulte, irréductible à toute contrainte extérieure car en prise directe avec l’émotion primitive et la jouissance spontanée. Les « mômes crétins » n’ont pas d’identité, ils ne parlent pas, ils échappent à tout comptage, à toute logique, toute autorité. Radicalement hétérogènes, leur marginalité en fait des êtres « passe-partout », passeurs en puissance d’un narrateur de plus en plus usé : « Ca fait au moins trois semaines que nous sautons entre les voies, nous et notre marmaille... d’un train l’autre (...) sautez ! rigodon !... et zig et zag ! nous pourrions aussi baver... pire que les mômes ! commode qu’ils l’ont !... pupilles des asiles !48 ». Ainsi, au terme de ce périple, la bande d’enfants « idiots » fournit-elle une identité fictive au narrateur et un alibi parfait au passage clandestin de la frontière danoise :

  • 49 Ibid., p. 895.

C’est le train de la Croix-Rouge suédoise, il remonte en Suède par Flensburg (...) ce train est bourré d’enfants... et j’ai aussi une bordée de mômes ! et en détresse ! (...) les enfants suédois et leurs mères qu’on rapatrie, qu’étaient en Allemagne... la Croix-Rouge suédoise ! gî !... si ça tombe ! les nôtres aussi sont suédois, tous !... je décide !... je dis !... ça arrange tout !... c’est pas eux qui diront le contraire ! l’idée, voilà !... je peux être gâteux, archi-blet, jamais en retard pour une idée !49

24Si Céline réussit finalement sa percée, c’est grâce à cette proximité réintroduite par le biais de la praxis médicale avec les victimes de la misère, de l’abandon et de la déchéance : malades, infirmes, blessés, femmes, nourrissons, enfants débiles. Une symbiose idéale s’opère entre le narrateur et ses personnages : lui-même exclu parmi les exclus, assimilé à la souffrance, à la maladie et à la folie, il devient un être hors-norme, anormal, à l’image de cette enfance dégradée, monstrueuse, rampant dans les décombres du monde. Mais cette falsification du personnage-narrateur clandestin prépare en même temps un passage à un autre niveau, celui de l’énonciation elle-même, et un brouillage de l’identité du narrateur-auteur.

« COLIN-MAILLARD50 »

  • 50 Titre envisagé par Céline jusqu’au dernier moment pour Rigodon.
  • 51 Henri Godard, op. cit., p. xix.
  • 52 Ibid., p. xxii.

25Car la trilogie ne nous donne pas seulement à entendre un récit, elle nous livre aussi des séquences hétérogènes de longueur variable consacrées aux commentaires et aux réflexions du narrateur : anecdotes concomitantes à l’époque même de la rédaction du manuscrit, allusions à l’actualité, références à des contemporains, rapports avec les journalistes et avec son éditeur, souvenirs personnels, adresses aux lecteurs, l’ensemble sur fond d’attaques, de plaintes et de récriminations lancinantes. Ces décrochages qui semblent de prime abord ralentir voire même perturber la lecture des événements relatés assurent toutefois, comme le précise Henri Godard, une fonction essentielle, celle de mettre en évidence la présence d’un narrateur à l’origine. « Par eux, à tout moment, quel que soit le récit qu’il va faire ou qu’il fait, quelque lointains, énormes ou fantastiques que puissent être les personnages ou les incidents du récit, le narrateur est toujours là51 ». Médiation d’une voix qui filtre la parole, la module à son débit et entretient un contact permanent et quasi intime avec le lecteur, la présence de Céline dans le texte est pour ainsi dire incontournable. C’est de cet « affrontement (entre passé relaté et présent de l’écriture) que la narration célinienne tire sa vie52 ».

  • 53 Philippe Sollers, Stratégie de Céline, op. cit., p. 156.
  • 54 Définition donnée par Céline dans une interview à RTL. Cahiers Céline 2, Paris, Gallimard, p. 196.

26Faut-il pour autant considérer que la substance de ces séquences compte moins que leur existence même ? Si hétéroclites et parcellaires qu’ils paraissent, ces fragments font passer un message qui renvoie à des narrations et à des expériences antérieures, arrière-plan toujours ravivé par la personnalité de l’écrivain. Alors que la chronique dédouane l’auteur en le présentant comme témoin ou victime mais jamais acteur de la catastrophe, les interstices ouverts dans le récit réintroduisent une parole réactive qui signe le retour du mode pamphlétaire dans le romanesque. En ce sens, temps du récit et temps de l’écriture n’entrent jamais en concurrence, ils contribuent de manière égale à construire la singularité radicale d’une voix. La métamorphose sacrificielle du narrateur de la chronique en figure marginalisée partageant le sort de tous ceux que la misère rejette hors de l’humanité construit la légende du prophète-clochard de Meudon. Toutefois cette déchéance n’est qu’un trompe-l’œil car elle autorise en définitive une résurrection de l’auteur en comique bouffon, fou délirant, lançant ses ultimes avertissements contre l’imposture généralisée. Le récit dans Rigodon accompagne cette mutation et les dernières images du narrateur titubant dans les décombres de Hambourg, flanqué de sa bande de « déchets infantiles », proposent une échappatoire qui consiste à déréaliser la dimension tragique de l’histoire, à ridiculiser le monde « comme s’il s’agissait d’un spectacle trafiqué exprès par des charlatans, des canailles ou des débiles mentaux53 ». Cette chronique se définit donc bien comme « une divagation à travers un paysage54 », au double sens d’errance mais aussi de dérive romanesque mise en scène par une énonciation délirante : construction narrative éclatée, récit brouillé, mémoire déficiente, hallucinations, répétitions... Le narrateur avoue s’y perdre lui-même sous les effets conjugués de la fièvre, de la fatigue, du paludisme, des chutes et des chocs comme la brique qu’il reçoit sur la tête à la fin de Rigodon.

  • 55 Rigodon, op. cit., p. 906.

Je divague, je vais vous perdre, mais c’est l’instinct que je ne sais pas si je finirai jamais ce livre... très beau, chronique des faits et gestes qu’ont eu de l’importance y a vingt ans... trente ans... mais les faits d’aujourd’hui alors ? tous les gens de ma classe sont partis sauf quelques déchets qui savent plus, ergotent, grattouillent, débloquent d’une gazette-cafouillette à l’autre (...) on a qu’une vie c’est pas beaucoup, surtout moi mon cas que je sens les Parques me gratter le fil, et comme s’amuser... oui !... joujou ! n’empêche vous m’attendez et qu’au lieu de chroniquer en ordre, je sais plus où je suis...55

  • 56 L.-F. Céline vous parle, op. cit., p. 933.

27Mimant l’éclatement et le chaos du monde, la mémoire du narrateur bouleverse le réel, le déforme, le tord, le soumet à un constant travail de transposition stylistique qui va s’imposer dans ces années d’après-guerre comme la valeur essentielle de l’écrivain. Il s’agit de « forcer les phrases à sortir légèrement de leur signification (...) et forcer le lecteur à lui-même déplacer son sens (...) il faut tourner autour. Autour de quoi ? Autour de l’émotion56 ». Ce parti-pris esthético-affectif qui valorise la musique, le rythme, le « chant intime » de la langue au détriment du sens offre l’avantage de reléguer l’histoire et les idées au rang d’accessoires :

  • 57 Entretien avec Albert Zbinden, p. 937.
  • 58 L.-F. Céline vous parle, op. cit., p. 934.

L’histoire, je la conforme absolument au style, de même que les peintres ne s’occupent pas spécialement de la pomme. La pomme de Cézanne, le miroir de Renoir ou la bonne femme de Picasso ou la chaumière de Vlaminck, ils sont le style qu’ils lui donnent. L’objet disparaît plus ou moins...57
On a sorti l’homme de la poésie émotive pour le faire entrer dans la dialectique, c’est-à-dire le bafouillage n’est-ce pas ? Ou les idées. Les idées, rien n’est plus vulgaire58.

  • 59 Cf à ce sujet la correspondance de ces années : « Les juifs devraient m’élever une statue pour le (...)
  • 60 On connaît la fascination exercée sur Céline par la destinée tragique de Philippe-Ignace Semmelwei (...)
  • 61 En lettres capitales dans une lettre de prison adressée à son avocat danois.
  • 62 Rigodon, op. cit., p. 798.

28On comprend tout de suite le parti que Céline va pouvoir tirer de cette nouvelle position, la question de sa responsabilité politique ou morale se trouvant transférée/occultée sur un autre plan, celui de l’écriture et de la création littéraire. Ainsi s’efforce-t-il de nous convaincre que la cause de tous ses déboires provient du Voyage et non des livres antisémites qu’il ne reniera d’ailleurs jamais59. Son seul crime, celui d’avoir renouvelé la langue en profondeur, fait de lui un Semmelweis60 de la littérature, visionnaire incompris, lâchement attaqué et pillé par des contemporains lourds, obtus et cruellement jaloux. Céline renverse donc la situation et retrouve avec une certaine jubilation le rôle du bouc-émissaire que les pamphlets avaient largement orchestré. Rescapé de la « plus grande chasse à courre qu’on ait organisé en Histoire », coupable de rien du tout mais « maudit » et « excommunié », Céline peut donc se présenter comme « ABSOLUMENT INNOCENT ET PERSÉCUTÉ61 ». Ce curieux glissement métonymique de la faute, du contenu au contenant, du sens à la forme, gomme les disparités d’une œuvre dont il sait qu’une partie est condamnée à l’infamie et vise à lui redonner unité et cohérence. Sous couvert d’art poétique et de formalisme, Céline sauve ses livres, tous ses livres, sans renier, ni oublier ballets et pamphlets, quitte à passer pour un fou, spécimen extravagant du côté des signifiés « – On vous a dit que vous étiez dingue, Maître ?62 » mais incontestable génie côté signifiants.

29Cette nouvelle perspective permet dans les derniers textes et particulièrement dans Rigodon un retour prudent mais sans ambiguïté aux thèmes racistes-biologiques. Ceux-ci ont toujours été associés dans les pamphlets à une problématique formelle qui prend pour cible l’institution scolaire, coupable de dénaturer l’enfance en lui inculquant une langue morte, stérile, à l’opposé des « sources du corps » et de l’émotion primitive. Corps et langue se superposent inlassablement dans l’œuvre de Céline et cette adéquation se confirme dans l’acte de création littéraire envisagé comme une procréation, un temps de vertige :

  • 63 Interview sur Rabelais et Lettre à Ernst Bendz, Les Cahiers de l’Herne 3, 1963.

Votre langue est d’une pureté biologique. Mais on ne fait pas il faut le concevoir des enfants par hygiène. Tout le contraire, la création est une bagarre dégoûtante (...)
La raison ! faut être fou... on ne peut rien faire avec ça, tout émasculé. Ils me font rire. Regardez ce qui les contrarie : on n’a jamais réussi à faire « raisonnablement » un enfant. Rien à faire, il faut un moment de délire dans la création63.

  • 64 Bagatelles pour un massacre, op. cit., p. 216.
  • 65 Rigodon, op. cit., p. 888.

30Le style, c’est donc avant tout une affaire de dérèglement et « si l’on se met à délirer, il faut vraiment avoir la fièvre... faut pas faire semblant64 ». Car seul le délire authentifie la parole, il n’est pas l’envers de la raison mais son antidote, le signe de distinction qui s’oppose au mensonge culturel du langage. La mise en scène d’un message raciste déliré peut passer pour une énième provocation de l’écrivain alors qu’elle renvoie à un espace privilégié où se répète sans se dire une vérité clandestine. La fin de Rigodon gagne ainsi toujours plus en séquences de ce type. Sous prétexte de faire son numéro de fou gâteux devant une presse qui en redemande, Céline rappelle ce qu’il pense être le vrai problème : « Race blanche au pilon (...) tout jaune vous serez (...) et noir en sus ! le blanc a jamais été que « fond de teint »... oui !... oui !... je débloque un peu65 » pour prophétiser in fine la décadence programmée de notre civilisation et l’invasion d’une horde jaune qui viendra remplacer la précédente. Céline en jouant sur le mode de la comédie et de l’auto-dérision son propre rôle de pamphlétaire et cela jusqu’à la dernière vérité, achève en fait le brouillage d’un message ininterrompu.

31Du récit au commentaire, du passé au présent, c’est finalement la même marginalité que l’écrivain revendique et qui convient à l’image qu’il veut donner de lui-même : celle d’un paria inclassable, dérangeant, irrécupérable. Mais cette place en dehors de l’institution qu’il exècre, lui permet d’affirmer son statut de solitaire révolté et de construire un lieu de parole libérée car sans compétence, ni référent rationnel, parole inspirée, fondée sur l’instinct et l’émotion et donc, à ses yeux, purement authentique – purement au sens tout à la fois stylistique et biologique. On retrouve le destin christique du pamphlétaire, garantie a posteriori des effets de vérité de son discours : solitude, raillerie et incompréhension de ses contemporains, persécution. Bien sûr le ton a changé, on n’est plus dans la logique de combat des pamphlets antisémites, mais le message en forme de testament fragmenté reste le même, il suffit de remplacer les chinois par le signifiant que nous avons tous en mémoire.

  • 66 Julia Kristeva, D’une identité, l’autre in Polylogue, Paris, Seuil, 1977, p. 167.
  • 67 Ibid., p. 168.

32Autant dire que cette dernière partie de l’œuvre multiplie les enjeux comme s’il ne s’agissait pas seulement de passer mais également de faire passer et de trouver les médiations nécessaires. D’un Céline l’autre, la trilogie livre bien une bataille, celle qui consiste à passer outre, à faire oublier le sens mais à en préserver la trace, tour de passe-passe produit par les rythmes et les ellipses syntaxiques, procédés dont Julia Kristeva nous rappelle qu’ils font « affluer, à travers la prédication ainsi striée, la connotation : l’objet dénoté de l’énoncé, l’objet transcendantal perd ses contours nets66 ». L’écriture s’engage alors dans une opération qui est « un effacement du sens dans le non-sens et le rire67 » tout en maintenant la présence d’un message mais cette fois en sourdine, décliné sur un mode mineur, comme « cryptographié » dans la pulsion rythmée du style.

33La trilogie allemande ne constitue donc pas seulement la chronique d’une traversée réussie. Dans les ruptures de sa trame, remodelée dans le décousu du style et les interstices ouverts par les suspensions, se profile encore et toujours l’ombre d’une voix inaudible. Elle nous lègue l’inévitable ambiguïté célinienne : l’image d’un homme aux abois, pourchassé, ballotté, « passé » mais aussi celle d’un auteur tragiquement fidèle à lui-même, éternel passeur clandestin :

  • 68 H. E. Kaminski, Céline en chemise brune ou le Mal du présent, Paris, Ed. Champ libre, 1983, p. 85 (...)

Que le pirate montre son pavillon – (...) Mais qu’il ne se faufile pas comme un innocent voyageur à la recherche d’émotions toutes personnelles. Il veut frauder la douane. Il porte du poison dans son bagage68.

Notes

1 Rigodon, Bibliothèque de la Pléiade Tome III, Paris, Gallimard, 1974, p. 893.

2 Voyage au bout de la nuit, Bibliothèque de la Pléiade Tome I, Gallimard, 1981 p. 229.

3 Henri Godard, Préface au tome I de l’œuvre romanesque, La Pléiade, Gallimard, p. xxxv.

4 Philippe Sollers, Stratégie de Céline in La guerre du goût, Paris, NRF, Gallimard, 1994, p. 169.

5 Voyage au bout de la nuit, op. cit., p. 275.

6 « Si je vais m’inspirer comme on dit ce n’est certainement pas dans les lectures ! choses mortes ! mais dans des éléments vivants ». Lettres à Albert Paraz, Cahiers Céline n° 6, Gallimard, p. 176.

7 Bagatelles pour un massacre (1937), L’école des cadavres (1938), Les Beaux draps (1941), Paris, Denoël.

8 « Les idées, rien n’est plus vulgaire... Ce n’est pas mon domaine, les idées, les messages. Je ne suis pas un homme à message, un homme à idées, je suis un homme à style » Céline vous parle, Pléiade, Tome III, op. cit., p. 934.

9 Philippe Muray, Céline, Paris, Seuil, 1981, p. 15.

10 Jean-Pierre Richard, Nausée de Céline, Fata Morgana, 1973, p. 53.

11 Féerie pour une autrefois I, Gallimard, 1952 ; Féerie pour une autre fois II, Gallimard, 1954.

12 Philippe Muray, op. cit., p. 207.

13 Ibid., p. 229.

14 Henri Godard, Préface du tome II de la Bibliothèque de la Pléiade, op. cit., p. xv.

15 Lettre au Docteur Camus, 30 juin 1947, Écrits de Paris, Oct. 1961, p. 104.

16 D’un château l’autre, Fragment d’une version primitive, La Pléiade, Tome III, p. 1027.

17 Ibid., p. 1028. Céline écrit « SIEgmaringen ».

18 Bagatelles pour un massacre, Paris, Denoël, 1937, p. 127.

19 « Chacun a son petit secret, le mien c’était de le voir, lui demander de nous faire passer au Danemark... sûr, il pouvait ! » D’un château l’autre, op. cit., p. 290.

20 « Se sauver ?... mais par où ?... vers où ?... je vous ai parlé du Danemark, là-haut, pas à côté ! pas tout près le Danemark ! combien de bornes ! et s’embarquer où ? Warnemünde ?... Rostock ? en temps de paix... mais à présent ? » Nord, La Pléiade, Tome III, p. 597.

21 Rigodon, op. cit., p. 886.

22 Ibid.

23 Henri Godard, Notice de Rigodon, op. cit., p. 959.

24 Cf. L-F Céline. Entretien avec le Professeur Y, Paris, Gallimard, p. 99-102.

25 Rigodon, op. cit., p. 737.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 D’un château l’autre, op. cit., p. 83.

29 « Il y a un persécuté dans toute cette saloperie c’est MOI. C’est moi qui me plains. Et je n’ai pas fini de me plaindre. Si on te parle des souffrances et des martyrs de Buchenwald ! nous avons aussi enduré des souffrances et des martyrs... » Lettres de prison 1945-1947, Paris, Gallimard, 1998, p. 171.

30 Frédéric Vitoux, Louis-Ferdinand Céline, Misère et parole, Paris, Gallimard, 1973, p. 187.

31 « La vérité de ce monde, c’est la mort », Voyage au bout de la nuit, op. cit., p. 200.

32 Rigodon, op. cit., p. 736.

33 Ibid., p. 897.

34 Ibid., p. 900.

35 D’un château l’autre, op. cit., p. 93.

36 Julia Kristeva, Pouvoirs de l’horreur. Essai sur l’abjection, Paris, Seuil, coll. Points, 1980, p. 165.

37 Rigodon, op. cit., p. 762.

38 Ibid. p. 749.

39 Ibid., p. 773.

40 D’un château l’autre, op. cit., p 286.

41 Rigodon, op. cit., p. 870.

42 Ibid., p. 771.

43 Philippe Aiméras, Céline – Entre haines et passion, Paris, Laffont, 1994, p. 296.

44 D’un château l’autre, op. cit., pp 281-288.

45 Rigodon, op. cit., p. 846.

46 Ibid., p. 850.

47 Yves Pages, Les fictions du politique chez Céline, Paris, Seuil, 1994, p. 133.

48 Rigodon, op. cit., p. 892.

49 Ibid., p. 895.

50 Titre envisagé par Céline jusqu’au dernier moment pour Rigodon.

51 Henri Godard, op. cit., p. xix.

52 Ibid., p. xxii.

53 Philippe Sollers, Stratégie de Céline, op. cit., p. 156.

54 Définition donnée par Céline dans une interview à RTL. Cahiers Céline 2, Paris, Gallimard, p. 196.

55 Rigodon, op. cit., p. 906.

56 L.-F. Céline vous parle, op. cit., p. 933.

57 Entretien avec Albert Zbinden, p. 937.

58 L.-F. Céline vous parle, op. cit., p. 934.

59 Cf à ce sujet la correspondance de ces années : « Les juifs devraient m’élever une statue pour le mal que je ne leur ai pas fait », Lettres de prison 1946 ou les déclarations à Albert Zbinden : « Moi je n’ai rien à me repentir de rien du tout ».

60 On connaît la fascination exercée sur Céline par la destinée tragique de Philippe-Ignace Semmelweis (1818-1875), médecin hongrois à qui il consacre sa thèse de médecine en 1924. Cet obstétricien découvrit l’origine microbienne de la fièvre puerpérale qui décimait alors les accouchées dans les hôpitaux, préconisa des mesures d’hygiène stricte pour éviter les infections mais se heurta à l’hostilité générale de ses confrères. Il mourut, à moitié fou, rejeté par ses pairs, lui-même contaminé après une dissection de cadavre.

61 En lettres capitales dans une lettre de prison adressée à son avocat danois.

62 Rigodon, op. cit., p. 798.

63 Interview sur Rabelais et Lettre à Ernst Bendz, Les Cahiers de l’Herne 3, 1963.

64 Bagatelles pour un massacre, op. cit., p. 216.

65 Rigodon, op. cit., p. 888.

66 Julia Kristeva, D’une identité, l’autre in Polylogue, Paris, Seuil, 1977, p. 167.

67 Ibid., p. 168.

68 H. E. Kaminski, Céline en chemise brune ou le Mal du présent, Paris, Ed. Champ libre, 1983, p. 85 (première édition : Paris, Nouvelles Ed. Excelsior, 1938).

Notes de fin

* Docteur en Lettres et Sciences humaines – Université de Perpignan

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540