Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le drap et le grain en Languedoc

 | 
Gilbert Larguier

Deuxième partie. Renaissances. Milieu du XVe - fin du XVIe

Chapitre VI. De la ville médiévale à la ville moderne

Texte intégral

A / NARBONNE VILLE ROYALE, COMME UN FRUIT MÛR

1La fin du xve s. et le début du xvie s. sont une des étapes les plus importantes de l’histoire de Narbonne. Elle devient place frontière et entre dans le domaine royal en 1507. Les deux événements qui ont un lien direct entre eux modifient profondément la situation narbonnaise, ouvrent une nouvelle période, mais ne constituent pas une rupture. Au contraire, ils s’inscrivent à bien des égards dans une continuité remarquable.

2Lorsqu’en 1507 Louis XII échange avec son neveu Gaston de Foix la vicomté de Narbonne contre le duché de Nemours érigé en la circonstance en duché-pairie, il ne fait que recueillir un fruit mûr et combler un vide. La branche vicomtale des Narbonne-Lara installée par la vicomtesse Ermengarde à la fin du xiie s. s’éteint avec Guillaume. Il meurt en 1424 à la bataille de Verneuil au service du ‘vrai’ roi. Son frère utérin Pierre de Tinières hérite de la vicomté, mais ne peut en assumer le pouvoir. D’esprit faible, il est interné et sa femme vend la vicomté en 1447 à Gaston IV de Foix qui la cède à son tour en 1468 à son second fils Jean. C’est de l’héritier de celui-ci que Louis XII obtient la ville et la vicomté.

  • 1 H. L., t. VIII, p. 61 sq., p. 267 sq.
  • 2 Ouveillan constitue un bon exemple : G. LARGUIER, (1977) p. 181-197.
  • 3 À Ouveillan, Fabrezan, Villerouge-la-Panouze... G. LARGUIER, (1977) ; J. REGNE, (1910).
  • 4 Cf. supra, chap. II.
  • 5 La ‘guerre du vicomte’ qui termine le long règne de Aymeric VI s'achève sur un échec. La ville rés (...)

3Aucun vicomte ne réside à Narbonne au cours du xve siècle. Guillaume II même, intéressé uniquement par son entreprise sarde, se montre épisodiquement. Cette longue vacance est mortelle pour les institutions vicomtales qui tombent en décadence et disparaissent quasiment. Ces difficultés de succession ne font que précipiter un déclin largement amorcé depuis la fin du xiiie s. Aymeric IV (1270-1298), accaparé par les différends avec son frère, ses expéditions en Terre Sainte ou par le service du roi, n’administre que de loin son domaine et en laisse la gestion à des procureurs dont le choix ne fut pas toujours très heureux1. Les communautés profitèrent de cette vacuité du pouvoir et des besoins financiers pressants du vicomte pour obtenir, contre argent, des droits, des privilèges, le consulat, la possibilité d’administrer2. Amalric II (1298-1328) céda encore beaucoup3. L’essor des communautés rurales et la conquête des droits allèrent de pair avec l’abaissement des vicomtes, avec leur perte d’influence hors de Narbonne, et les précipitèrent. Rien ne releva le prestige des vicomtes au xive s. On les voit impuissants dans leurs entreprises narbonnaises, incapables de s’imposer durablement et de s’opposer au consulat. Aymeric VI (1341-1388) eut beau protester contre les ouvrages de défense que les consuls, encouragés par le souverain, entreprirent de construire. Ceux-ci n’en firent qu’à leur tête4. Les fortifications appartenaient d’ailleurs à la ville. Les vicomtes n’avaient jamais pu faire face aux charges financières qu’elles représentaient. La place que prend la politique de défense à partir de 1340 contribue d’ailleurs à renforcer le pouvoir municipal face aux vicomtes qui ne jouent aucun rôle dans ce domaine5.

  • 6 J. CAILLE, dans Histoire de Narbonne, p. 119-140.
  • 7 Jean Roger de Beaufort 1375-1391 ; François de Conzié 1391-1433.

4Ce vide, effectif au xve s., aurait pu être mis à profit par les archevêques, co-seigneurs de la ville avec le vicomte. Leur lutte d’influence, âpre et souvent rude, avait dominé l’histoire de Narbonne entre le xie et le xiiie s.6. Mais les archevêques s’éloignent aussi de Narbonne. Leur nomination est de plus en plus influencée par des considérations familiales, administratives ou politiques. Jean Roger, François de Conzié7, paraissent peu dans leur diocèse. Au xve s., les représentants de la grande noblesse occupent le siège, viennent faire une entrée fastueuse dans la ville comme Jean d’Harcourt, mais ne résident pas. Le pouvoir consulaire qui dès le xiiie s. s’affirmait face aux seigneuries justicières, finit par s’imposer facilement. Narbonne jouit pendant un siècle d’une liberté remarquable pour s’administrer.

  • 8 En 1224, A.M.N., droits du roi à Narbonne comme roi de France et comme duc de Narbonne, AA 34, 35, (...)
  • 9 A.M.N., AA 37 à 46.

5C’est pourtant le souverain qui tire le principal bénéfice de cette situation. Il possédait le titre de duc de Narbonne depuis que le fils de Simon de Montfort le lui avait transmis avec tous ses autres droits sur le Languedoc. Cela ne lui donnait pas de réels pouvoirs mais un droit de regard et, à l’occasion, un moyen facile d’intervention8. Il ne s’en servit guère. Ce sont les consuls qui l’utilisèrent et firent tout pour introduire le roi à Narbonne. On le voit bien lors de l’union des deux consulats. Cité et Bourg avaient obtenu séparément un consulat. Une administration communale s’était formée dans chacune des deux parties de la ville. L’idée de réunir les deux consulats, évoquée depuis le début du xive s., se heurtait à la mauvaise volonté du vicomte et de l’archevêque qui craignaient de voir l’institution municipale se renforcer encore et leur échapper définitivement. Bourg et Cité s’appuyèrent sur le roi pour l’obtenir. Une demande d’autorisation de se réunir pour en conférer fut d’abord présentée par les consuls. Une seconde suivit, afin qu’une enquête soit ouverte. Le 12 juin 1338, Philippe VI prononçait l’union des deux consulats de Bourg et de Cité. Le texte des lettres patentes est tout à fait explicite. Celles-ci, tient-on à préciser, ont été accordées à la demande des consuls de Narbonne malgré l’opposition de l’archevêque et du vicomte. La ville qui réglait 5 000 l. tournois en profitait pour se faire confirmer par Philippe VI ses libertés, usages, coutumes, franchises et droits9.

6Dès ce moment, la cause est entendue. Le vicomte et l’archevêque pèsent peu face au pouvoir municipal dont l’alliance avec la monarchie, moyennant finance, est définitivement scellée. La création d’une viguerie à Narbonne, qui suit de peu, renforce la présence royale. Narbonne préfère un roi puissant mais lointain aux seigneurs locaux. Le processus est classique. Il s’effectue d’autant plus rapidement qu’il ne se heurte à aucun obstacle sérieux. La mollesse du vicomte et de l’archevêque s’explique aussi par les revers qu’ils venaient de subir autour de la ville. En quelques années au cours du premier tiers du xive s., le roi s’impose de manière décisive en Narbonnais. Les interventions royales se multiplient dans les affaires des communautés. Le principe qui voulait que l’octroi, abrégeant le fief, lésait le suzerain et nécessitait confirmation, offrait toutes les occasions voulues avec les concessions de droits et de privilèges aux communautés. La division des fiefs et la diminution des revenus des seigneurs firent le reste.

7Ainsi, Amalry de Pérignan partagea ses domaines en deux. Amauri de Talairan reçut les châteaux de la Corbière, Aimeric d’Ouveillan et de Pérignan ce qu’il possédait autour de Narbonne. Ce dernier aliéna aussitôt une partie de ses biens. Il chercha d’abord à vendre Sériège. La communauté d’Ouveillan offrit de participer au rachat des lieux pour la part qui concernait son terroir, intervint immédiatement pour que le roi se porte acquéreur. Affaire conclue. Ouveillan régla 165 l. sur 350. Il voulut céder ensuite les portions de justice qu’il avait en paréage avec Fontfroide. L’abbaye les lui racheta en juin 1320. Trois mois après, elle offrit le paréage au roi en lui accordant une place bien supérieure à ce qu’avait Aimeric précédemment. Deux ans plus tard, Aimeric engageait le château d’Ouveillan à l’archevêque de Narbonne et promettait de lui en faire la vente définitive moyennant le prix de 5 000 l. avec tous ses fiefs, arrière-fiefs et sa justice haute, moyenne et basse. Il fallait pour que l’acte définitif fût passé, l’autorisation du roi, car le vicomte et la maison de Narbonne étaient ses feudataires. Il le refusa. Les consuls et la communauté d’Ouveillan offraient de fournir les 5 000 l. demandés à condition que le château et la seigneurie fussent soumis à perpétuité à la couronne de France. Le pouvoir royal arrivait au bon moment et captait les fruits de l’essor des communautés et du rejet du pouvoir seigneurial. La division des fiefs, accélérée par l’application imparfaite du droit d’aînesse, lui facilitait la tâche. Au milieu du xive s., le pouvoir seigneurial était singulièrement affaibli à Narbonne et en Narbonnais. L’étape est capitale. Les seigneurs laïcs sont en décadence. L’Église perd son dynamisme. Aucun pouvoir local ne parviendra à se reconstituer sur des bases solides. Indirectement, cependant, l’affaiblissement de la famille vicomtale pèse sur le rayonnement de Narbonne. Son influence sur son environnement se réduit comme peau de chagrin et ce n’est pas le médiocre intérêt des mercadiers pour les investissements fonciers qui compensait cette perte de contrôle des communautés rurales.

  • 10 A.M.N., 15 octobre 1469, 23 mai 1470... AA 106, v° sq. Il y avait urgence car la paissière venait (...)
  • 11 Ibidem, AA 103, f° 139 ; AA 104, f° 49 v° (1476) ; f 4 v°, 6 mai 1497 ; f° 6, 29 janvier 1499.
  • 12 Les relations de Louis XI avec Narbonne ont été plus étroites qu'on ne l'imagine. Parmi ses médeci (...)
  • 13 A.M.N., AA 103, f° 143 v°, 147 ; G. MOUYNES, (1871) CLXXXVII p. 398-403.

8La longue période de guerre, de troubles, de difficultés qui s’ouvre, stoppe net les progrès du pouvoir royal qui ne se manifeste plus que par ses demandes de subsides. Aucune initiative n’est prise pendant un siècle et demi, jusqu’à la fin du conflit avec l’Angleterre. Personne ne s’occupe sérieusement des seigneuries entrées dans le domaine royal jusqu’aux trois quarts du xive s. alors que les œuvres paroissiales, les chapitres narbonnais, rénovent leurs terriers périodiquement. L’accession de Louis XI au trône clôt cette longue vacance du pouvoir. Ses visées sur le Roussillon et l’intérêt stratégique et maritime de Narbonne accélèrent un peu les choses. La reprise en main est évidente à partir de 1470. On la perçoit dans tous les domaines. La ville se voit confirmer son droit de robinage10. Jean de Montredon, désigné comme viguier, reste longtemps en charge, déploie aussitôt une intense activité, est secondé par un juge, Pierre Delort seigneur de Taraillan11. Le souverain s’assure ainsi de soutiens et de solides relais parmi les notables locaux qui voient là le moyen de conforter leur ascension sociale et d’entrer dans la noblesse. Jean de Montredon se pare du titre de conseiller du roi. Cela sent la noblesse toute récente. La charge du viguier devient à Narbonne un des moyens les plus sûrs, une étape presque obligée pour accéder localement à la noblesse12. Le processus est en marche dès les trois quarts du xve s. Sous couvert de régler un différend entre les consuls et plusieurs habitants syndiqués à propos de la rédaction du compoix et de la manière d’estimer les biens soumis à l’impôt, la monarchie intervient directement dans la vie municipale. Un arrêt du parlement de Toulouse réglemente en 1484 l’élection des consuls. Les 80 conseillers politiques sont désignés par les agents du souverain13. La rénovation des fiefs à laquelle le notaire de Labba procède sans ménagement achève la restauration du pouvoir royal en Narbonnais.

  • 14 A.D.A., 23 J 23, nomination de Gaspard de Villemur comme gouverneur de la ville, vicomté ; terre e (...)
  • 15 P. V. d'installation et formule d'acquiescement des consuls, AA 50 : « disant estre très joyeulx e (...)

9L’échange de la vicomté de Narbonne contre le duché de Nemours apparaît comme l’aboutissement logique d’une lente conquête de la monarchie où les pouvoirs municipaux de la ville et des communautés rurales ont joué un rôle essentiel. Louis XII, profitant de la minorité de son neveu, agissait d’ailleurs comme s’il était complètement le maître de Narbonne bien avant que soit conclu l’échange entre le vicomté et le duché de Nemours. Il donnait à la ville un gouverneur, soutenait le groupe d’entrepreneurs qui voulait construire un moulin entre le Bourg et la Cité14. Les consuls ont-ils vu d’un bon œil que Narbonne passe entièrement sous la main du roi ?15

10Les considérations d’ordre militaire l’emportent. Jusque-là, le recours au roi procédait surtout d’un souci de se dégager des contingences locales et de renforcer le pouvoir consulaire. Peu de choses changent dans un premier temps. Les Narbonnais pensent avoir pris leurs précautions et obtenu toutes garanties avant d’acquiescer à l’échange : la confirmation des droits et des privilèges bien sûr, mais également la garde des clefs de la ville et la nomination du capitaine. Narbonne « clef et garde de tout notre pays de Languedoc », « seconde Rome » comme l’écrivent les lettres patentes de Louis XII, entendait rester maîtresse de son destin et garder les pouvoirs qu’elle avait acquis depuis le xiie s. en matière de défense plus particulièrement. En avait-elle les moyens maintenant qu’elle se trouvait en première ligne face à un État ?

B / NARBONNE, VILLE FORTE

  • 16 Les conférences entre les ambassadeurs des deux pays qui précèdent le traité se tiennent tantôt à (...)

11On ne sait, paradoxalement, que bien peu de choses sur la période, si décisive pour Narbonne, qui suit la restitution par Charles VIII du comté de Roussillon aux souverains espagnols16. On est encore, par exemple, dans l’incapacité de préciser la chronologie et la nature des travaux entrepris pour faire de Narbonne une place forte qui pût soutenir la comparaison avec ce qu’on édifiait de l’autre côté de la frontière. Mais, peut-être, s’est-on trop exclusivement attaché aux fortifications. Les aménagements intérieurs, les travaux d’urbanisme, ont au moins autant d’importance. La nouvelle fonction assignée à la ville correspond au moment où se produit le renouveau économique. Narbonne ne peut croître à l’aise. Elle se développe cependant, mais de manière originale.

  • 17 En 1406, la ville établit une contribution spéciale pour la reconstruction des tours. La contribut (...)

12Narbonne n’avait jamais cessé d’être une ville forte. L’effort de la ville pour se défendre et maintenir des remparts se poursuit tout au long du xve s. malgré les déclarations toujours pessimistes sur l’état de délabrement des portes, des ponts-levis et des ouvrages17. Mais on ne sait pas répondre de manière assurée à une question qui commande la compréhension de l’évolution et du remodelage de la ville entre 1480 et le milieu du xvie s. : quel était le tracé exact de l’enceinte ? Narbonne était-elle encore formée de deux citadelles raccordées par le pont-vieux, lui-même protégé par les barbacanes, comme à la fin du xive s., ou bien les remparts avaient-ils été prolongés jusqu’à la robine ? Deux ponts fortifiés, le pont des Carmes en amont et le pont Sainte-Catherine en aval garderaient les issues de la robine et feraient de Narbonne une ville entièrement close. En d’autres termes, avant 1493 le système de remparts modernes serait presque entièrement constitué. Les travaux effectués sous Louis XII et François Ier ne seraient qu’une amélioration et une adaptation aux techniques nouvelles et à la puissance de feu de l’artillerie.

  • 18 Les remparts appartenaient à la ville, celle-ci en a toujours eu la maîtrise de la construction. L (...)
  • 19 . CAILLE, (1974) p. 24-38 ; Dr. DEVY, (1986) p. 331-334 ; R. CAIROU, (1979).
  • 20 E. M. THOMSON éd., (1889). Dernière mention du pont de la Fuste en 1438 où il fut trenquat per las (...)
  • 21 A.M.N., EE 4, 1496-1497, compte des travaux de fortifications du 12 au 17 décembre. Il coïncide ex (...)
  • 22 R. CAIROU, (1979) p. 52. La collecte de clavaire de 1526, f° CLII v° et CLIII v°, parle aussi du p (...)
  • 23 Ibidem, pont des Carmes, f° 11, p. 72 ; pont Sainte-Catherine, f 12, p. 75.
  • 24 Colonel ROCOLLE : (1973) p. 176 ; VIOLET LE DUC, Dictionnaire d'architecture, t. 6, meurtrières. A (...)
  • 25 Cf. supra.
  • 26 Cf. infra.
  • 27 A.M.N., AA 112, f° 19 v°-21.

13Les hésitations sont permises. La rareté des sources de 1450 à 1520 ne facilite pas la tâche18. Au centre de la question, les ponts, leur situation, la date de leur construction. Beaucoup de points restent à élucider malgré des travaux intéressants19. Narbonne possédait quatre ponts au milieu du xive s. : le pont-vieux, le pont des Carmes achevé en 1332, le pont de la Fuste ou des Prêcheurs, à l’extérieur, au sud de la ville, sont parfaitement connus. On ne sait pas le nom et l’implantation du quatrième20. Un pont existait très probablement au xve s. entre le pont de la Fuste et le pont-vieux car lors des travaux effectués à la fin de l’année 1496 les maçons « ont rompu le pont de Lamourguier »21. Cela laisserait à penser que cet ouvrage ne pouvait s’intégrer dans le système de défense projeté. A-t-il été détruit pour laisser la place au pont de la cadène -la chaîne- ainsi appelé car une lourde chaîne tirée le soir en travers de la robine en empêchait l’entrée et prévenait ainsi des mauvaises surprises ? Il ne put y avoir à cette hauteur deux ponts aussi proches l’un de l’autre. On s’est étonné cependant de certaines particularités de construction du pont de la cadène, bientôt pont Notre-Dame ou pont Sainte-Catherine22. Les parapets comportent des archères. Sur le flanc du pont des Carmes du côté de Bourg, les fortifications médiévales sont également reconnaissables à leur appareil en bossage23. Or les progrès de l’artillerie, l’utilisation des ‘bombardelles’, des ‘escopettes’ et des ‘bâtons à feu’ condamnent les archères, remplacées par des orifices ronds qui laissaient passer la gueule des armes à feu24. Est-ce à dire que le pont Sainte-Catherine est antérieur à 1460 ? Le pont des Carmes a sûrement été fortifié. Mais pour que, d’un seul jet, du côté de Cité, le rempart ferme la ville, il eût fallu que tout l’espace compris entre le pont, le palais archiépiscopal et la cathédrale Saint-Just fût englobé. Or, on le sait, les consuls après 1355 n’avaient rien voulu entendre. Les chanoines du chapitre Saint-Just n’avaient pu les convaincre de déplacer l’enceinte pour qu’ils pussent achever la cathédrale25. C’est sur ces positions qu’ils avaient maintenu le rempart et l’avaient renforcé de nouvelles tours. Un autre argument irait dans le sens de cette interprétation. La stabilité des îles où sont classés les contribuables est remarquable de la fin du xive s. au début du xvie s. Dernier argument. Si des ponts fortifiés et un système de remparts avaient entouré Narbonne les murailles qui fermaient Bourg et Cité auraient-elles été maintenues ? Or, on sait qu’elles existaient encore en 1490. Le 1er septembre 1491, les consuls et les représentants du comte de Foix passaient un bail à nouvel achept à Mathieu Peyronne pour une pièce de terre située dans les barbacanes de la Cité, devant le portail salinier26. En 1528, les consuls donnaient la permission au cordonnier Durand Brosse qui venait d’acheter un patu situé contre le rempart nord de Bourg, à la tête du pont-vieux, d’adosser la toiture de la maison qu’il projetait d’y construire27.

14Le nouveau système de défense lève une hypothèque et en établit une autre. C’est tout le sens de l’évolution urbaine narbonnaise qui se joue là pour trois siècles. L’enceinte fortifiée, pour la première fois depuis sa fondation, englobe toute la ville qui peut être traitée comme un espace d’un seul tenant. Le centre, occupé jusque-là par les remparts, s’offre à la construction et devient un territoire à conquérir. Mais Narbonne, ville frontière, ne pourra pas avoir de faubourgs et se développer, ce qui constituera un facteur stérilisant pour la ville ; sa phase ascendante du début de l’âge moderne coïncidant en effet à peu près avec la période où la ville garde un rôle militaire. Le remaniement des fortifications et les aménagements internes vont de pair, sans que leur chronologie se superpose toujours exactement.

  • 28 Ibidem, AA 101, f° 160 v°, 10 deniers pour être affectés aux fortifications « de plusieurs villes (...)

15Il ne se passa guère de temps après le retour du Roussillon à l’Espagne pour que les premiers travaux de renforcement de la frontière soient entrepris. Dès le 10 décembre 1495, Charles VIII prenait une ordonnance qui imposait une taxe de 10 deniers par quintal de sel, outre la gabelle du roi, sur tous les greniers du Languedoc, destinée aux fortifications. L’année suivante, la crue était maintenue pour trois ans28. Crues sur le sel et exemptions fiscales, auxquelles s’ajouteront quelques aides exceptionnelles, financeront pendant un siècle la défense de la ville. Les lettres qui instituaient la crue du sel prévoyaient la manière dont serait réparti l’argent qui en proviendrait : 5 deniers iraient à Narbonne, 3 à Carcassonne, 2 à Béziers. On a ainsi la manière dont on concevait la défense du Languedoc. Le dispositif militaire reposait sur une citadelle avancée qui devait soutenir le premier choc, Leucate, et une ville forte, Narbonne, qui étaient le pendant septentrional du couple Salses / Perpignan ; elles-mêmes couvertes par deux verrous à l’arrière qui bloqueraient éventuellement les débordements et les incursions en direction du Languedoc, Carcassonne et Béziers.

  • 29 Ibidem, AA 101, f° 162, Jean de la Roche Aymon, seigneur de Chabannes était lieutenant du duc de B (...)
  • 30 Ibidem, AA 101, f° 163 v°, 8 mars 1496, les réparations des fossés et murailles sont ja commencées (...)

16Les lettres patentes du 16 décembre désignaient « les sieurs Saint-André et de Chabannes ou l’ung d’eux » pour diriger les travaux29. Mais on s’activait déjà. Les fragments d’un compte des sommes dues aux gens qui avaient été engagés montrent qu’on travailla tout l’automne 1496 et le début de l’année 149730. Les premiers travaux datent donc du règne de Charles VIII. Ils sont plus précoces qu’on ne le pensait jusqu’ici car on les datait entièrement des règnes de Louis XII et de François Ier. On n’a pas le détail de ce que l’on fit exactement alors. Des terrassements, principalement, car on engagea surtout des terraillons, des manœuvres et des charretiers. Ils mettent en état les fossés et terrassent les murailles, au moins une partie d’entre elles. Le compte mentionne aussi des réparations à un boulevard. Cela laisserait à penser que dès cette date il y avait au-devant de Narbonne un tel type d’ouvrage avancé qui garantissait contre l’attaque à distance de l’artillerie. Une avant-porte en pierre maçonnée fut aussi bâtie à la porte Roi.

  • 31 Lettres patentes de Charles VIII du 16 décembre 1496 contenant le renouvellement des défenses d'im (...)
  • 32 Le traité de Marcoussis en 1498 met fin aux hostilités.

17On accélérait les travaux car les relations entre les deux royaumes s’étaient rapidement dégradées. Après ses premièrs succès à Naples, Charles VIII s’était heurté au roi catholique. Les rapports commerciaux se tendaient sérieusement. À l’augmentation prohibitive des droits sur les marchandises françaises de 10 sols par livre qui menaçait la draperie languedocienne, Charles VIII en représailles répondait par l’interdiction pure et simple d’importer des draps et des ouvrages en laine du Roussillon, de la Catalogne et de la Sardaigne31. Le commerce des draps, et par là la concurrence industrielle, est un des meilleurs baromètres depuis deux siècles des relations entre la France et l’Espagne. Ferdinand massait des troupes en Roussillon. À la demande de ses alliés de la Très sainte ligue de Venise, il faisait mine de menacer le Languedoc pour obliger le roi de France à évacuer l’Italie. Il y eut quelques escarmouches sur la frontière. Les Français se montrèrent les plus offensifs, se portèrent devant Salses, sans résultats significatifs. Narbonne ne fut pas directement menacée32. Ce schéma allait se répéter presque constamment par la suite. Les troupes espagnoles firent quelques incursions en Corbières, sans pénétrer en profondeur. Sur la côte et la voie qui mène à Narbonne, elles ne dépassèrent jamais Leucate.

  • 33 Les bastions Saint-Paul, Montmorency, Saint-Cosme, Saint-François et Saint-Félix.

18Cette première vague de travaux exécutés rapidement sous la pression des événements, alors que l’on commençait à élever le massif château de Salses selon les conceptions les plus récentes de l’art militaire, ne pouvait remanier de fond en comble toute la place de Narbonne. Les choses se firent progressivement, en une génération. On eut le souci cependant, dès le départ, de tenir compte des techniques nouvelles. L’enceinte médiévale, impropre aux contre-attaques des assiégés, vulnérable aux boulets de fonte, était difficile à transformer. Trois idées directrices guident la reconversion de Narbonne en place de guerre : reconstruction des remparts au-devant de l’enceinte médiévale dans toute les parties méridionales d’où pouvait venir l’ennemi, construction de cinq bastions pour protéger cette nouvelle ligne de défense33, extension au nord-ouest sur la façade la moins exposée. Le tout venait s’appuyer sur les deux ponts fortifiés de Sainte-Catherine et des Carmes qui achevaient de fermer la ville.

19L’espace urbain régularisé, plus compact, se trouvait considérablement agrandi. Narbonne regagnait, cette fois-ci à l’intérieur des remparts, une partie du territoire où avaient grossi les faubourgs médiévaux au temps de l’expansion : en Cité au-delà du palais de l’archevêque et de la cathédrale Saint-Just, la zone où s’étendait le faubourg de Coiran et de Belvèze qui avait donné une partie du terson de Saint-Félix ; en Bourg, plus modestement, le saillant nord-ouest au-delà du couvent des Carmes. Ces gains ont une très forte signification. À l’orée du xvie s., Narbonne regagnait une partie du terrain qu’elle avait été obligée d’abandonner au milieu du xive s. On pourrait y voir le gage et les moyens d’une nouvelle expansion.

  • 34 « Murus illius civitatis adeo fortis, adeo spissus est de maximis quadratis, ut quasi similem thea (...)
  • 35 Félix et Thomas PLATTER, (1892) p. 401. Il parle de 8 bastions, considère la tour de Tournon en pi (...)

20L’enveloppe forte de Narbonne n’apporte aucune innovation technique. Elle est construite selon les normes qui se mettent peu à peu en place au début du xvie s. : le tracé est bastionné et les courtines sont abaissées, les murailles terrassées. Narbonne s’enterre. La description qu’en font deux voyageurs à un siècle de distance donne la mesure des transformations. Jérôme Münzer est très impressionné en 1495 par la puissance et la hauteur des murailles qui lui rappellent le théâtre de Vérone34. Thomas Platter, en janvier 1599, passe une partie de son séjour sur les remparts ou à aller voir de près l’un après l’autre chacun des ouvrages qui entourent la ville. Ils ont tous, rapporte-t-il, la même forme que la tour de la Reine « bastion redoutable construit en pierre de taille, épaisse de 10 pieds carrés et protégée par un fossé qui fait [...] le tour de la ville ». Bien garnis de terre, ils « cachent si bien la ville qu’on ne peut ni la voir ni, à plus forte raison, la canonner »35.

  • 36 Sur la seule partie encore conservée, une courtine proche du bastion Montmorency, les remplois son (...)
  • 37 En 1471, Jean d'Harcourt avait fait abattre ce qui restait du Capitole pour bâtir l'église Saint-S (...)
  • 38 1556, Félix et Thomas PLATTER: « remparts où l'on voit beaucoup d'antiquités enchassées dans le mu (...)

21On travaille presque en permanence à Narbonne. Mais les nouvelles fortifications furent modifiées en deux campagnes principales. La première après 1510, la seconde après 1523. À défaut de documents explicites, l’emblème enchâssé dans chacune des parties, le L couronné et le porc épic devise de Louis XII, le F couronné avec la salamandre devise de François Ier, relevés avant que les remparts ne soient abattus, sont comme la signature qui date le moment de leur construction. Les remparts médiévaux fournirent l’essentiel des matériaux de la nouvelle muraille36. On en conserva la base cependant comme murs de soutènement. Les carrières alentour pourvurent au complément. François Ier donna l’ordre de démolir les derniers vestiges des monuments romains. Il n’en restait guère d’ailleurs37. Les pierres les plus remarquables, colonnes, chapiteaux, bas-reliefs ou inscriptions, servirent de couronnement aux remparts. Une manière de justifier le titre de seconde Rome dont Narbonne s’enorgueillissait et auquel elle tenait tant et de participer au goût renaissant pour l’Antiquité. Ce sera longtemps un des attraits de la ville pour les savants, les curieux ou les simples passants. À près d’un demi-siècle de distance, les frères Platter emploient à peu près les mêmes expressions pour signaler les « antiquités enchâssées dans le mur »38.

22L’expression, sous la plume des étudiants bâlois, a valeur de symbole et rend excellemment compte des mutations qui s’opéraient ainsi. Narbonne, depuis un millénaire et demi, vivait sur la structure de sa fondation et de la croissance antique au milieu des décombres de la romanité, ruinés, mais qui, par delà les outrages du temps, assuraient une continuité fortement intériorisée avec les origines. Le passage à l’état de place-forte frontière rompait l’ordonnance maintenue jusque-là. Narbonne inaugurait une ère nouvelle en arasant ses vestiges romains et en exhaussant les pièces les plus remarquables au couronnement des murailles. Un lien avec les origines se dénouait ; un autre se formait. La ville antique finissait de mourir, la ville devenait musée, ce qui est une autre façon de vivre l’Antiquité, à la plus fois spectaculaire et intellectuelle. La contradiction n’est qu’apparente entre la forme très utilitariste de l’emploi des blocs de pierre et le témoignage dont elles étaient le support, ou plutôt réunies dans la double signification dont est chargé le mot ‘exposer’. Au sens littéral du terme les sculptures et le trésor épigraphique exposés participaient à la parure de la ville. Ils étaient placés aussi face au danger, aux risques du canon et de la guerre. La culture et la durée mobilisées pour contribuer à la conservation de la ville et à sa pérennité : était-ce, sans que cela soit bien conscient, une forme d’exorcisme ? Les murailles de Narbonne se voyaient donc assigner un double rôle : de conservation des hommes, de la vie immédiate, et de conservatoire du passé.

  • 39 R. CAIROU, (1979) p. 55-56.

23Le vide entre les deux enceintes fut rempli de déblais provenant de l’élargissement des fossés. L’espace ainsi dégagé à l’intérieur permit de faire sans difficulté les rues militaires nécessaires à la circulation rapide de l’artillerie. Les principales tours furent construites juste devant celles du Moyen Âge. On en garda des éléments. Un escalier qui crevait le mur ancien traversait une partie du fossé comblé, les raccordait aux bases des nouvelles tours39.

  • 40 Félix et Thomas PLATTER, (1892) p. 401 et supra.

24Lors de la première série de travaux on s’occupa en Bourg, ‘du côté de l’Espagne’, de la construction de la tour de la Reine que l’on soigna particulièrement40, du bastion Saint-Paul et de la tour de Tournon, en Cité de la tour de la Terrasse et de la tour de la Citadelle. C’est à ce moment-là, dès le début des travaux, que l’on modifia le tracé des remparts et que l’on agrandit la ville.

  • 41 Comptes consulaires, pièces justificatives, 1511 ; autres travaux en 1512, ibidem.
  • 42 Ceci sera fait lorsque l'on construira les nouvelles courtines en avant des anciens murs.
  • 43 Le pont est mentionné une première fois en 1526 sous le nom de pont Saint-Cosme ; collecte des cla (...)

25En même temps que l’on bâtissait à neuf ces ouvrages, on multipliait les réparations aux parties anciennes. Les comptes consulaires des années 1511 et 1512 sont remplis de dépenses pour les matériaux, les charrois ou les journées des employés à la réfection du portail Raymond Jean, dont « le pont était en danger de tomber »41, au portail Saint-Paul, au portail de Lamourguier, aux portails de Cité et même au portail salinier situé entre la caularia et la tête du pont-vieux. Ces notations sont très précieuses pour comprendre les différentes étapes des travaux. On conserve dans les premiers temps les anciennes portes ouvertes au Moyen Âge. On se contente de les renforcer. Ce n’est qu’ultérieurement, lorsqu’on fit les nouveaux murs, que l’on ferma hermétiquement la ville pour ne laisser que deux portes, une en Cité, la porte du Roi, l’autre en Bourg, la porte Raymond Jean42. L’intérêt que l’on porte au portail salinier, en pleine ville, semblerait indiquer -on sait en effet que le bastion Saint-Cosme fut bâti après 1523-, qu’il conservait un rôle défensif. Était-il possible de l’atteindre en passant le long de la robine ? Cela fournirait un argument décisif pour dater le pont Sainte-Catherine et la fermeture complète de la ville du côté sud. Il serait contemporain de la construction du bastion Saint-Cosme43.

  • 44 P. V. États de Languedoc, août 1522. Lettre du sénéchal de Carcassonne demandant que l'on fasse fo (...)
  • 45 Le portail sera remplacé par la porte connétable construite entre 1605 et 1608.
  • 46 Comptabilité consulaire, pièces justificatives.
  • 47 R. CAIROU, (1979) fig. 6, p. 59. On fait aussi une courtine qui joint le bastion Saint-Félix à la (...)
  • 48 Les travaux se poursuivent au moins jusqu'en 1527 : comptabilité consulaire, pièces justificatives (...)
  • 49 Catalogue des actes de François Ier, 22 mai 1536 (t. V, n° 18860), mandement pour ordonner aux per (...)
  • 50 R. CAIROU, (1979) p. 65.

26Il restait beaucoup à faire pour moderniser l’enceinte, lui donner cohérence et solidité. La seconde phase des travaux s’ouvre en 1522-1523. En 1522, on amasse des vivres et des munitions à Narbonne44, en 1523, 25 000 l. sont affectées aux fortifications de la place par les États de Languedoc. En Bourg, on refait sur place la porte Raymond Jean pour mieux la raccorder à la tour Tournon45, toutes les courtines qui vont du bastion Saint-Paul à la tour de la Reine. Les travaux de cette partie étaient très avancés en 1525 si l’on en croit l’avalanche de protestations que reçoivent les consuls : Pierre Bousquet par exemple, un laboureur, se plaint qu’on lui a pris son jardin, qu’on a abattu les trois quarts de sa maison. Son ‘bétail mulatier’ est passé de vie à trépas. Demangeon Souche réclame aussi, car on a démoli la maison appelée l’hostellerie de la Croix-Blanche, adossée à l’ancienne muraille de Bourg. Antoine Trégoin a vu abattre une de ses maisons dans la paroisse Lamourguier46... En Cité, on refait toute la partie sud-est de l’enceinte, les trois bastions Saint-Cosme, Saint-François et Saint-Félix, on élève les courtines dans leur intervalle, aisément identifiables grâce aux pierres sphériques représentant de gros projectiles taillés dans de la lave noire, et l’on ouvre une nouvelle Porte Roi avec son fronton richement décoré47. Le plus important était fait48. Narbonne pouvait soutenir la comparaison avec Perpignan. On n’en resta pas là cependant, bien que ce que l’on fit par la suite n’eût pas une importance comparable. On projetait un renforcement de la garnison et des défenses en 1536 car on demandait à tous ceux qui possédaient des carrières autour de Narbonne de les céder afin de fournir des matériaux, on donnait ordre de creuser encore plus profondément les fossés49... La seconde moitié du xvie s. apporte peu aussi, malgré la guerre civile. Les adversaires ne disposaient que d’une artillerie réduite et de forces de destruction limitées, incapables, sauf par surprise ou trahison ourdie de l’intérieur, de prendre d’assaut, après un siège en règle, la place forte. Le grand bastion Damville remplace le bastion Saint-Paul50. C’est secondaire comparé à Perpignan où l’on construisit la citadelle pour contenir le château royal et les fortifications qui l’entouraient déjà.

C / CONQUÊTES ET AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS

  • 51 A.M.N., AA 101, f° 164 v°.

27Les problèmes de défense mobilisent les énergies, engloutissent des sommes considérables et concentrent l’attention. L’intérieur de la ville change aussi comme il le fit rarement en vingt siècles. Observation pleine d’intérêt qu’il faut souligner : les premiers symptômes mesurables d’évolution sont antérieurs au traité de Barcelone qui rend le Roussillon à l’Espagne. Le 1er septembre 1491 le marchand Mathieu Peyronne se fit concéder à nouvel achept une pièce de terre située dans les barbacanes de la Cité devant le portail salinier. Deux mois après, les consuls faisaient bail, sous la même condition, à Jean Vignes, d’une pièce de terre contiguë à la précédente du côté d’autan51. Il vaut la peine de citer exactement les confronts du terrain concédé à Mathieu Peyronne : « de circio cum heremitate sive terris vacantibus ; de altano cum platea co-operta ante dictum Pontum Veterem ; de meridie cum ripperia Atacis et de aquilone cum carriera publica ».

  • 52 Ibidem, AA 101 sq., Mathieu Peyronne meurt en janvier 1518, BB 57, f° 13.
  • 53 Ibidem, AA 101, f° 180 v°, compoix de 1499 : Guillaume Orieult est compté pour « deux hostals et d (...)
  • 54 Ibidem, compoix de 1499, f° LVI v°. C'est un argument supplémentaire pour dater ce compoix non de (...)
  • 55 Ibidem, AA 101, f° 179 v°.
  • 56 Ibidem, AA 112, f° 3 v°. La maison qu'il conservait fut vendue après sa mort, le 29 avril 1518, au (...)
  • 57 Appelé d'abord île Mathieu Peyronne le 'faubourg' prend le nom d'île Sainte-Marie à la fin du xvie(...)

28Tout l’espace situé devant le pont-vieux était donc vierge de construction. La platea cooperta construite quelques années plus tôt servait de halle et abritait les étals des poissonniers et des maseliers. Mathieu Peyronne entreprit aussitôt de construire une maison avec une boutique au rez-de-chaussée. Omniprésent au consulat et dans les affaires de la ville, il profitait de sa position pour entreprendre une opération de spéculation foncière52. Une fois que les maisons sont édifiées il en revend une partie, se fait attribuer d’autres terrains et se lance dans de nouvelles constructions. Le 3 avril 1503, les officiers de la cour du vicomte approuvaient la vente des deux maisons et boutiques contiguës qu’il avait faites à Guillaume Orieult « extra menia civitatis Narbone », devant le portail salinier de la Cité53. À la même date, un marchand, Guillaume Dapchier, en avait acheté une également54. Le compoix de 1499 reconnaissait à Mathieu Peyronne deux maisons et deux boutiques ‘bastides de nou’. Le 13 mai 1502, il se faisait concéder un nouveau patu situé ‘devant l’archevêché’55. Le chantier progressait à vive allure en direction du pont des Carmes. On n’était plus au cap del pont viel. La zone comprise entre la robine et le chemin qui longeait le palais neuf, où l’on avait bâti la barbacane dans la seconde moitié du xive s., était en passe d’être entièrement conquise. Mathieu Peyronne continua ses opérations immobilières jusqu’à la fin de sa vie. Il vendait à Jean Rigaud, en 1513 encore, une maison contiguë à une autre qu’il gardait56. Le rédacteur de l’acte localisait le bâtiment « in suburbio civitatis Narbone et ante palatium archiepiscopale dicte ville et inter duos pontes ». De 1491 à 1513 un faubourg s’était constitué au centre de la ville. On a la bonne fortune d’en suivre presque pas à pas la formation car les terrains appartenaient à la communauté et son principal promoteur, mort sans enfant en 1518, fit don de tous ses biens à la ville pour fonder un collège57 .

  • 58 Ibidem, AA 111, f 100, 23 octobre 1444: transaction passée entre les officiers de Gaston de Foix, (...)
  • 59 Ibidem, AA 112, f° 20, 3 avril 1528. L'autorisation était donnée sous la condition que la maison s (...)
  • 60 Ibidem, compoix de 1499, f° XLVII v°, f° XLVII v°, f° CXLVII v°.
  • 61 Ibidem, AA 112, f° 63 v°, 5 novembre 1520.

29Le même processus s’aperçoit de l’autre côté du pont-vieux, en Bourg, de manière beaucoup moins spectaculaire car il n’y avait que très peu de place à investir. Le rempart qui protégeait le Bourg du côté de la robine venait s’accrocher au pont-vieux par une tour58. Dans un premier temps on adossa les maisons à la muraille. Il fallait pour cela obtenir l’autorisation des consuls. Ils l’accordèrent fort libéralement. Durand Brosse, qui s’était porté acquéreur d’un patu en 1528 en vue de construire, l’obtint sans difficulté comme d’autres habitants qui l’avaient devancé59. Le bâtiment allait bon train à Narbonne. Les abords du pont-vieux ne sont pas les seuls endroits où l’on signale des hostals bastits a neuf. Au portail Saint-Cosme, Peyre Pelissier possède une boutique ou blanquerie et un hostal bâtit en 1500. Le notaire de Labba a aussi ung hostal que a faict nou ilha Antony Darias60. Ces dernières constructions qui ne sont qu’une faible partie de ce que l’on entreprend alors n’ont pas la même signification que le suburbio civitatis. Elles relèvent davantage de la rénovation urbaine et de la densification des édifices dans les îlots occupés depuis longtemps. Elles signalent assez bien les points où s’effectuent les principales opérations immobilières. Mathieu Peyronne, par exemple, choisit pour établir le collège qu’il fonde par son testament le quartier Saint-Cosme. En 1520, les écoles venaient d’être « construites et édifiées de neuf » près du portail Saint-Cosme61.

  • 62 Accessoirement aussi le choix du siège du consulat constitue une victoire du négoce. Faut-il voir (...)

30En trois quarts de siècle, l’espace urbain se recompose. La ville médiévale, double, prend l’aspect qu’elle a conservé jusqu’à aujourd’hui. Narbonne offre l’exemple rare d’une ville qui trouve à l’intérieur d’elle-même les moyens de son expansion. Là est la grande originalité de sa croissance moderne. Le processus de transformation, en schématisant à peine, peut être à peu près reconstitué. L’impulsion, dès le début, est orientée délibérément vers le centre. Les abords du pont de jonction entre les deux villes, la partie comprise entre la robine et l’archevêché, qui permettait le plus vaste développement, sont d’abord investis : quatre massifs viennent encadrer le pont, s’étalent sur tout l’espace disponible (cf. carte n° 11). Le terme suburbium -faubourg-, employé par les consuls pour désigner le nouvel ensemble de boutiques et de maisons bâti à l’initiative d’abord de Mathieu Peyronne, surprend quelque peu au premier abord. La notion de faubourg est attachée à un quartier périphérique, excroissance d’un organisme déjà constitué. On le saisit sans effort si l’on imagine comment ils voyaient la ville. Narbonne, à bien des égards, restait deux villes distinctes dont l’histoire se déroulait parallèlement. Les institutions communales s’y étaient développées séparément d’abord, leur destin économique divergea longtemps, on l’a vu, et les groupes sociaux qui les habitaient présentaient de notables différences. Un mouvement puissant de rapprochement avait marqué le xiiie s. et la première moitié du xive s., caractérisé par l’élargissement du pont-vieux sur les bords duquel étaient venues s’établir les boutiques, la construction de plusieurs ponts et l’union des consulats en 1338. Les liens matériels et institutionnels sont le fruit de la croissance économique, l’expression de l’affirmation de la communauté face aux seigneurs. Le choix du consulat de Bourg comme siège de la maison de la ville n’était pas sans signification en effet. Proche de la tête du pont en Bourg il se situait face à la caularia, la place de Cité, sur laquelle donnaient les palais de l’archevêque et du vicomte62. La diminution de la population, le reflux à l’intérieur des remparts, les menaces, l’obligation de se mettre en état de défense stoppent net l’élan. Les deux parties de la ville sont obligées de se replier sur elles-mêmes, de s’organiser en deux citadelles bien protégées. Les barbacanes de Cité construites pour défendre l’accès au pont-vieux renforcent en un sens la liaison Cité-Bourg. La concentration se fait au détriment des autres voies de passage. Tout le reste de l’espace compris entre les berges de la robine et les murs de Cité ou de Bourg reste nu et vide. Les abords du pont-vieux, les berges, sont effectivement à l’extérieur de la ville. Les occuper est bien, au sens littéral du terme, former un suburbium.

31Cette excroissance n’était pas simple augmentation du nombre des boutiques et des maisons, qui ne put jamais être considérable et trouva rapidement ses limites à cause de l’espace réduit à conquérir. C’était aussi renouer avec le processus interrompu, le temps que dura la dépression, de l’union de Bourg et de Cité. Paradoxe, et ruse des mots : le suburbium comblait un vide. Les massifs d’immeubles qui venaient s’accrocher aux quatre coins du pont avaient immédiatement vocation à devenir le cœur, le nouveau centre de gravité de la ville autour de qui tout s’organisera désormais. L’empressement à investir ce territoire resté stérile apparaît comme l’appropriation d’un domaine jusque-là interdit, et une véritable libération. La certitude que Narbonne était appelée à devenir la place forte principale contre l’Espagne, la connaissance des projets visant à fermer totalement l’enceinte au moyen de ponts fortifiés avant que les travaux ne soient exécutés, ont grandement facilité la conquête de la zone ‘entre deux villes’, selon l’expression très forte qui est encore restée à Narbonne dans le langage courant. L’obstacle qui avait pesé depuis toujours sur le développement urbain disparaissait. Soyons très attentifs à la chronologie. Les premières opérations immobilières débutent avant la rétrocession du Roussillon à l’Espagne. Les Narbonnais anticipent donc les bouleversements territoriaux, l’affrontement entre les puissances française et espagnole. Les initiatives et ce regard neuf sur la ville sont le signe le plus tangible du renouveau et de l’expansion retrouvée.

  • 63 Ibidem, AA 112, f° 22, publié par G. MOUYNES (1871) p. 399-403 ; cf. annexe n° 7. Mathieu Peyronne (...)
  • 64 Cf. infra.

32Comme au beau temps de la prospérité médiévale, la reprise de la croissance inaugure une nouvelle phase de rapprochement entre les deux parties de la ville. Il y a beaucoup de similitudes entre le processus médiéval et celui qui se produit à la fin du xve s. et dans la première moitié du xvie s. Les acteurs appartiennent aux mêmes groupes sociaux. Mathieu Peyronne qui apparaît comme le grand initiateur des aménagements urbains est un marchand héritier d’une famille de négociants que l’on a vu prospérer au xve s. Pendant plus de 25 ans, il est au centre de multiples opérations d’urbanisme qui sont conduites en ville et dans le terroir comme entrepreneur ou membre du conseil de ville. Il était un des quatre-vingt conseillers politiques nommés par des agents de Louis XI en 1484, désigné dans la première échelle de Bourg, des bourgeois placiers et marchands, en même temps que Raulin Seguier, Henri Guissane, Guinot Trégoin, Simon Berre... Il fut consul à plusieurs reprises, et un des hommes les plus influents de Narbonne pendant plus d’un quart de siècle63. Raulin Seguier, consul plusieurs fois lui aussi, participe pour un tiers à la construction du moulin entre-deux-villes64. Est-ce une surprise ? Tous les deux, ainsi que ceux qui se montrent les plus actifs dans l’entreprise, habitent Bourg. Un petit groupe d’hommes qui détiennent le pouvoir se font donner, s’attribuent serait-il plus exact de dire, les autorisations pour bâtir à des conditions très intéressantes. Le sol est concédé gratuitement moyennant un droit de reconnaissance et des usages réduits. Les marchands investissent aussitôt le nouveau quartier. Quand Mathieu Peyronne vend ses maisons il les cède à des marchands. Tous les immeubles décrits par les confronts appartiennent à des gens qui pratiquent le négoce. Consulat et négoce donc, les deux ne faisant qu’un, majoritairement de Bourg : l’initiative des mutations de l’espace revient au même type d’hommes à deux siècles de distance. C’est un indice de vitalité de Narbonne. À tous les sens du terme, par les individus et les lieux où s’effectuent les conquêtes, il s’agit d’une dynamique interne, soigneusement contrôlée par le consulat.

  • 65 Ibidem, AA 112, f° 63-68 ; BB 57, f° 1-13. Achat d'abord, d'une maison île Saint-Nazaire à la femm (...)

33Un homme comme Mathieu Peyronne dut y faire quelque profit. Ces maisons du quartier neuf ne se signalent pas par leur qualité architecturale. Étroites, car élevées au-dessus de boutiques, hautes de trois ou quatre étages, à destination utilitaire, elles sont faites à l’économie et manquent de prestance. Narbonne laisse passer l’occasion d’édifier un ensemble monumental renaissant qui aurait pu avoir une grande unité. Ce n’est pas là-dessus toutefois, ni sur la spéculation foncière, que se bâtissent les fortunes. N’interviennent en effet que des gens déjà bien installés. Mathieu Peyronne utilise à plein son crédit et son influence. Mais le personnage est plein d’intérêt et représentatif de cette génération de bâtisseurs. L’attachement, voire l’identification à la ville, est manifeste. Il laisse ses maisons et tous ses autres biens à la communauté, et confie à ses collègues du consulat le soin de régler sa succession. Sa fortune sera destinée à fonder un collège qui devait accueillir douze enfants pauvres de la ville ainsi qu’un précepteur pour les éduquer et assurer leur entretien65. Il préservait ainsi, alors qu’avec lui s’éteignait une lignée de marchands, la poursuite de son œuvre d’édification de la ville. Sa fondation procède d’une ambition évidente de perpétuer son souvenir. Elle traduit aussi une forme de piété civique, d’attachement à la res publica, une conception de la ville et d’être dans la cité que ces notables, bourgeois et nobles en puissance, vont développer au cours du xvie s.

Carte n° 11 - Les transformation du centre ville
(fin xve - première moitié du xvie siècle)

  • 66 Cf. supra.
  • 67 A.M.N., compoix de 1549, f° 459 v°, une maison bâtie à neuf ; f° 343, maison neuve de Jacques Moul (...)
  • 68 Ibidem, f° 898 v°, un petit hostal neuf de Pierre Bosc tanneur, f 836 v°, une maison et calquière (...)
  • 69 Martin Delort, juge pour le roi, venait de faire bâtir un pailler sur un patu, A.M.N., compoix de (...)

34Les extrémités du pont-vieux n’absorbaient pas tous les efforts de construction. La vue de nouvelles bâtisses qui sortaient de terre eut un effet d’entraînement. Entre les maisons refaites ou bâties à neuf et les énormes travaux des fortifications, Narbonne fut pendant un demi-siècle un chantier permanent. Dans un premier temps, les abords de la robine suscitent le plus grand nombre d’initiatives : en Bourg dans le terson d’Aude, entre le pont-vieux et le pont des Carmes, en Cité entre la Vicomté et la porte Saint-Cosme66. Ultérieurement, la rénovation gagne tous les quartiers. On peut la suivre presque pas à pas dans les compoix. Le mouvement de construction n’est pas encore achevé en 1549, en Cité en particulier. Le compoix signale des maisons neuves dans les îles Saint-Cosme, Saint-Barthélemy, la Cour du Roi, la Trinité, Saint-Luc, Saint-Étienne. Jean Sestre venait de faire sur deux jardins ‘un moulin à huile novellemenf’ ...67 Le Bourg ne reste pas à l’écart. Des hostals neufs sont édifiés île Saint-Jaume, île Saint-Féréol, île Claire Tessier68. Leurs dimensions sont des plus modestes. Il se poursuivra jusqu’en 1560, mais avec une intensité déclinante69.

  • 70 Mais il n'y a guère de maisons de caractère, en dehors de la maison dite des Trois Nourrices.
  • 71 Cf. infra, chap. VII.

35L’élan donné à la fin du xve s. a donc été durable. Le patrimoine immobilier narbonnais s’en trouve considérablement rajeuni70. On opéra, on le voit au détail des descriptions, en gagnant sur les patus, les petits jardins, par une augmentation de la densité du bâti. Les contraintes de l’espace imposaient cette solution. Les berges de la robine, en aval du pont-vieux, offraient davantage de terrains libres qu’entre le palais neuf de l’archevêque et le cours d’eau. On n’y toucha pas. Les principaux acteurs de la mutation urbaine étaient liés au commerce ainsi qu’aux salins comme les Seguier71. Aussi, ne leur traversa-t-il pas l’esprit de venir bâtir là où venaient accoster les bateaux chargés de marchandises du côté de Cité, ou les sapines qui apportaient le sel aux entrepôts du côté de Bourg. Le massif système défensif de la tour de la Reine, du bastion Saint-Cosme et du pont Sainte-Catherine mettait toute cette zone à l’abri des incursions extérieures. Cette dernière ne reste pas vierge de constructions à cause d’un manque de dynamisme ou d’un essoufflement de la vitalité, bien qu’on ne doive pas surévaluer celle-ci. Au contraire. La reprise du trafic et le développement des salins bloquent l’urbanisation des berges de la robine en aval du pont-vieux.

  • 72 Au milieu du xvie s. la construction des boutiques et des maisons sur le pont n'est pas encore ach (...)

36Coincée de toutes parts, l’urbanisation allait-elle s’interrompre ? Il y avait bien un domaine qui s’offrait : celui que l’on intégrait à la ville à l’est de Cité entre le bloc palais archiépiscopal-cloître Saint-Just cathédrale et le rempart ouest. Les marchands paraissent le délaisser. Il est excentré par rapport aux autres quartiers plus actifs ; dans la Cité qui est beaucoup moins dynamique. L’Église joue également un rôle inhibiteur et freine l’aménagement. Il sera surtout un prolongement de ‘l’enclos Saint-Just’, terme qui sert à désigner les îlots de maisons réservés aux chanoines, aux ecclésiastiques ainsi qu’aux familles qui leur étaient alliées. Les capucins chers au cardinal de Joyeuse trouveront à s’y établir à l’aise ainsi que plus tard, au xviie s. finissant, le séminaire. La progression se fera sur le seul lieu où l’on pouvait encore ajouter des maisons, accroître la densité de l’occupation, sur le pont. Les boutiques bâties de manière assez légère qui longeaient les deux côtés du pont sont reconstruites, avec des murs épais à leur base capables de supporter plusieurs étages72. Au dessus des boutiques, larges d’une dizaine de mètres en façade, on élève ces maisons haut perchées, mal commodes, avec leurs trois ou quatre niveaux. Exemple tardif, de la modernité, rare au xvie s., d’occupation d’un pont par des habitations qui demeure aujourd’hui le meilleur témoignage du renouveau économique narbonnais. La jonction des maisons scellait aussi, puisqu’elles s’interpénétraient maintenant, l’union de Bourg et de Cité.

37Le langage traduit excellemment la perception qu’en eurent les contemporains. L’expression consacrée, d’usage universel et banalisé, pont-vieux, n’a guère de concurrent jusqu’au début du xvie s. Elle cède la place à ‘pont des marchands’ au cours du xvie s. Substitution d’un lieu commun à un autre ? Les marchands étaient déjà sur le pont, comme à demeure depuis le xiiie s. au moins. Mais pourrait-on maintenir la dénomination traditionnelle pont-vieux alors qu’en devenant une rue bordée d’immeubles il polarisait autour de lui et sur son tablier l’investissement immobilier, qu’il devenait dans l’horizon quotidien un des signes les plus voyants du renouveau urbain ?

  • 73 E. DEPREZ, (1936) p. 53-79 ; 16 septembre 1494.
  • 74 Félix et Thomas PLATTER, (1892) p. 401.

38L’initiative revenait aux marchands. Le pont serait encore davantage voué au commerce que précédemment. Des marchands y logeaient. Le glissement ne sera pas immédiat. Il était inéluctable. La redistribution des groupes sociaux dans la ville en sera modifiée. Ceux-ci, en dépit des longues habitudes, des caractéristiques et de la valeur des édifices qui n’étaient pas accessibles à toutes les bourses, auront tendance à s’ordonner en fonction du nouveau centre : une nouvelle manière de se situer dans la ville, d’appréhender cet espace d’un seul tenant entre les remparts et de matérialiser la fusion des deux villes en une. Redonnons la parole à nos voyageurs allemands observateurs précis et narrateurs aussi concis que précieux. La description différente qu’ils font du pont traduit parfaitement l’étendue des changements. La vision de Jérôme Münzer en 1494 reste traditionnelle. La ville ne s’est pas mise en mouvement : « ...urbem antiquissimam et in duas urbes divisam, quam flu-vius medius et navigabilis scindit, et pons superbus... supra quem magne mercancie et venalia tractantur... »73. Thomas Platter, en 1599, est surtout sensible au trait d’union de Bourg et de Cité et il le décrit devenu une rue : « Le pont qu’il y a dans l’intérieur est pavé et bordé de maisons appartenant aux plus riches marchands de l’endroit »74. Les termes employés sont limpides dans leur simplicité. Le passant décrivait trois éléments distincts à la fin du xve s. Un siècle plus tard il n’aperçoit qu’un seul organisme urbain et parle d’intérieur pour un pont que l’on disait placé à l’extérieur des deux villes.

  • 75 Cf. supra, notamment création de la crue sur le sel dont le produit est destiné aux fortifications
  • 76 5 février 1495, actes de cession du droit de passage dans la seigneurie de Montredon et les terres (...)
  • 77 Ce terroir est inclus actuellement dans la commune de Montredon, cf. G. MOUYNES, (1871) p. 377-379 (...)
  • 78 Cet aqueduc restera jusqu'au xixe s. le principal canal d'alimentation en eau de Narbonne.
  • 79 A.M.N., AA 109, deuxième feuillet de garde, notes concernant les fontaines de la ville : « l'an mi (...)
  • 80 Collecte des clavaires, dossier des pièces justificatives, AA 109, f° 76. 1511, note concernant la (...)
  • 81 En 1529 encore : dépenses à la fontaine (dossier des pièces justificatives des dépenses consulaire (...)
  • 82 A.M.N., AA 109, f° 75 v°. Henri Guissane est consul comme placier.

39Bâtir des maisons neuves, faire d’un suburbium le centre de Narbonne, fut l’aspect le plus spectaculaire des mutations citadines. Pas les seules. Les consuls menèrent en effet à la fin du xve s. et au début du xvie s. une politique édilitaire de grande ampleur et très novatrice. Ils se préoccupèrent d’abord de l’eau. Rappelons l’intense effort de réparation et d’entretien de la paissière de Sallèles. On le comprend mieux, maintenant, avec les ambitions que nourrissaient les consuls pour leur ville. Le renouveau du trafic maritime, la fonction militaire, imposaient que Narbonne ne soit pas exposée aux catastrophes et qu’elle puisse compter sur un débit régulier de la robine. Les consuls se lancent parallèlement dans un programme d’approvisionnement en eau potable de la ville. En 1495, l’année où est prise la décision de faire de Narbonne une grande place forte75, trois des consuls, Guillaume Alcoynes, Mathieu Peyronne et Jean Cathalan, signent au nom de la communauté l’acte donnant à Narbonne, avec toutes garanties, le droit de passage des eaux qui l’alimenteraient76. La ville capte les eaux des petites sources situées dans le territoire de Saint-Pierre-des-Clars, la terminaison des Corbières au nord-ouest de la ville77, les collecte et les amène par un aqueduc construit très soigneusement avec ses regards maçonnés espacés de 50 à 100 mètres pour en vérifier l’état et faciliter le curage du conduit78. Une fois cet ouvrage terminé, ils entreprennent de doter Narbonne de fontaines publiques, une en Cité et l’autre en Bourg. Les travaux commencés en 150879 furent menés à bien en 1511 et 1512. Anthoni Maury fut chargé d’exécuter les deux fontaines et leur griffoul en marbre qu’on fit venir de Saint-Pons-de-Thomières80. Faire jaillir l’eau de source sur les places de Narbonne était une innovation sans précédent. Jaloux de leur œuvre, les consuls n’eurent de cesse pendant trente ans de leur consacrer des sommes considérables81. Laisser couler l’eau des mêmes sources dans un marbre identique participait déjà de la volonté d’union des deux villes. Mais la construction des fontaines s’inscrivait aussi, ce qui explique la sollicitude constante des consuls, dans une œuvre plus vaste. La croissance du suburbium comblant les vides du centre on aménagea les places qui s’ouvraient de part et d’autre du pont. En 1501, les consuls, Mathieu Peyronne en tête, toujours lui, qualifié de borges et non plus de mercator comme en 1495, « feron alongar la plassa del cap del pont de Siutat fins a la mureta devers lo Vescomtat »82. Les fontaines, alors qu’on abattait les ouvrages de défense, leur serviraient de parure.

  • 83 Comptes consulaires, pièces justificatives : 26 janvier 1511, 16 décembre 1511 : 29 tombereaux de (...)

40Le conseil débordait d’activité. Il commandait en même temps des tombereaux de pierres par dizaines pour faire paver les rues publiques, s’engageait dans un vaste programme de réfection de la voirie83. Le revêtement de nombreuses rues était repris et refait à neuf. On empierrait certaines rues pour la première fois : vaste opération d’urbanisme menée sur tous les fronts qui, en quelques années, change l’aspect de la ville, la pétrifie en même temps qu’elle la densifie.

  • 84 J. CAILLE, Histoire de Narbonne, p. 188.
  • 85 En fait, la pente est très faible. Au niveau du nouveau moulin entre-deux-villes la côte NGF est d (...)
  • 86 Ibidem, compoix 'de 1499', chaque part du moulin est évaluée à 400 l., f° 123 v°, 127 r°, 172. Les (...)
  • 87 Cf. supra. Il est consul en 1493.
  • 88 Ibidem, AA 108, f° 42 v°, qualifié de licencié en droit. Il était consul aux côtés de François Pey (...)
  • 89 Ibidem, AA 101, f° 179 v°, cf. supra. Il est un des consuls, il achète à Mathieu Peyronne un patu. (...)
  • 90 A.N., H 748 10, 15 septembre 1501 ; A. SPONT, (1891) p. 447-448. Sur le sel, cf. infra, chap. VII.
  • 91 Île Saint-Pierre.
  • 92 A.M.N., AA 103, f° 5, 23 mars 1468 : transaction arbitrale entre les gens d'Église de Narbonne et (...)

41Dernier équipement important, à l’intérieur de la ville, construit à la même époque et d’initiative privée, mais on reconnaîtra le même petit groupe d’hommes qui se succèdent au consulat ou à des titres divers tiennent le pouvoir : le moulin entre-deux-villes. Le nom qu’on lui donne désigne déjà l’emplacement où il fut bâti, sur la robine entre le pont-vieux et le pont des Carmes, du côté de Cité car on pouvait y établir, mieux que sur la berge de Bourg, le bief qui guiderait le courant de l’eau. Placer un moulin entre Cité et Bourg n’était pas une première. D’autres avaient précédé, sous le pont-vieux même, en amont ou en aval84. Les graves inondations de la première moitié du xive s. les avaient sérieusement endommagés. On les avait rendus responsables pour une part du caractère catastrophique des inondations et de contribuer à détourner l’Aude de son cours. Établis au fil de l’eau, ils en gênaient l’écoulement en cas d’afflux brutal. Aussi les avait-on pratiquement éliminés85. L’implantation du nouveau moulin parait à cet inconvénient. Établi contre la berge, il n’empiétait pas sur le chenal du cours d’eau. Nous connaissons les trois personnages qui reçurent l’autorisation d’installer les moulins : Raulin Seguier, André Peytavin et Berthomieu Saint-Jean86. On sait déjà qui était Raulin Seguier87 et les services rendus par sa famille au souverain. André Peytavin jouissait aussi d’une forte position. Consul en 149688, juge de la vicomté pour Gaston de Foix89, il occupait aussi la charge de lieutenant du visiteur des gabelles au siège de Narbonne. On l’attaquera avec virulence aux États de Languedoc réunis au Puy, l’accusant de concussion et d’avoir commis de multiples exactions et extorsions90. Son association avec Raulin Seguier, propriétaire de salins et que l’on verra s’engager vigoureusement dans ce domaine, montre au moins les relations intimes qu’il entretenait avec les principaux intéressés. Comme Berthomieu Saint-Jean, Peytavin habitait le terson Lamourguier. Raulin Seguier logeait dans le terson Migean91. Les hommes de Bourg sont décidément partout. Formaient-ils un groupe de pression fortement organisé ? On pourrait le supposer. La construction du moulin entre-deux-villes bouleversait quelques positions acquises. Il allait concurrencer en effet le moulin du Gua qui ravitaillait la ville et où, on l’a vu, de puissants intérêts étaient partie prenante. La situation avait été partiellement débloquée avec la transaction passée en 1492 entre la communauté et les chapitres qui concluait 30 années de dur affrontement sur la question de la contribution des biens ecclésiastiques aux charges et aux tailles92. Le chapitre Saint-Just, devenu le principal propriétaire du moulin du Gua au cours de la seconde moitié du xve s., cédait à la ville une part de la propriété du moulin et l’associait ainsi à son exploitation.

  • 93 Le bail en faveur de Peyronne et de Saint-Jean -la lettre de Louis XII ne mentionne pas Seguier, m (...)
  • 94 A.M.N., AA 112, f° 9-14, 31 décembre 1520.
  • 95 A.D.A., 63 J 24. Mademoiselle Sylvie Caucanas, conservateur des archives départementales de l'Aude (...)

42Quand Seguier, Peytavin et Saint-Jean se firent-ils concéder l’autorisation de construire deux moulins, l’un à moudre du blé, l’autre à fouler les draps, entre Bourg et Cité ? Exactement, on l’ignore. Ce fut dans le courant de l’année 1502 très probablement, peut-être même avant93. L’autorisation de bâtir des moulins en ville souleva immédiatement en effet l’hostilité la plus vive du chapitre métropolitain qui craignait à juste titre de voir réduit au chômage tous les moulins installés sur les cours d’eau en amont de Narbonne. Les chanoines engagèrent une action devant le sénéchal de Carcassonne, puis devant le parlement de Toulouse pour empêcher qu’ils ne se réalisent. L’affaire fut évoquée au Conseil du Roi et vint en dernier ressort devant le parlement de Paris94. L’intervention du souverain lui-même, par une lettre au sénéchal de Carcassonne, en date du 29 avril 1503, fut nécessaire pour pouvoir passer outre à l’obstruction du chapitre95. Les termes sont clairs : les moulins neufs de Narbonne répondent à un double objectif, de défense de la ville et du royaume, d’offensive économique. Ils serviraient doublement en cas d’hostilité. Garantis contre toute surprise car ils étaient à l’intérieur -les Narbonnais avaient même la facilité d’« aller aud(it) moulin le sac sur le col »- ils contribueraient activement à la défense de la ville : les chaussées du bief que l’on allait construire élèveraient le niveau de l’eau, permettant ainsi de remplir les fossés à ras-bord. Quant au moulin foulon, on en attendait une relance de la draperie. « C’est beau lieu à drap-per » -il s’agit de Narbonne- affirme fortement la lettre royale. Il y a abondance de laine fine à proximité, on produira à meilleur compte et on fera aussi bien qu’à Perpignan. Narbonne serait ainsi le poste avancé de la concurrence que l’on promettait d’engager contre la draperie perpignanaise. Ce discours a une fonction justificatrice pour lever un obstacle à la construction des moulins. Il n’en est pas moins révélateur d’un état d’esprit et de la manière dont on considérait la toute nouvelle place frontière qu’était Narbonne.

  • 96 A.D.A., 63 J 26.
  • 97 Ibidem, 63 J 27, 7 novembre 1520.
  • 98 A.M.N., AA 112, f 9-14, 31 décembre 1520. Cette transaction met un terme aux grandes manœuvres aut (...)

43Dès la lettre connue, Peytavin, Seguier et Saint-Jean firent ouvrir le chantier et avancer les travaux aussi vite que possible. Au mois de juin suivant, les moulins étaient bâtis. Mais ils manquaient de solidité. La veille de la fête Saint-Pierre et Saint-Paul de 1510 ils s’effondrèrent « tombés d’ault en bas et jusque dans leurs fondements »96. Commencent alors de longues tractations et une redistribution des cartes, car les moulins du chapitre Saint-Just chômaient depuis 1503. Un accord fut trouvé en 1520 entre les héritiers de André Peytavin et de Barthélemy Saint-Jean et le chapitre auxquels ils firent donation de leurs parts97, puis entre le chapitre et la ville. Celle-ci reçut deux des neuf parts des moulins98.

  • 99 A.M.N., AA 102, p. 148 v° ; dossiers des pièces justificatives de la comptabilité consulaire.
  • 100 A.M.N., compoix de 1559, une grange bâtie à neuf à Lebrassous, f° 866 v° ; compoix de 1562, une gr (...)

44L’intérieur de la ville est le domaine d’action privilégié des consuls. Leurs activités fébriles n’auraient pas été complètes s’ils n’étaient intervenus aussi dans le terroir. Leur effort porta sur le drainage de toute la partie est du terroir qui penche vers l’étang salin. Importante entreprise encore que ce creusement d’azagadous ou caves mayral, c’est-à-dire de fossés collecteurs des excédents d’eau à évacuer vers l’étang. Elle participe à l’offensive agricole qui s’affirme au début du xvie s. La ville fit établir un plan de drainage puis creuser les fossés. Mais les terrains qui bénéficieraient des améliorations étant privés, on fit participer aux frais les propriétaires pour ce qui leur incombait. Elle ne prit à sa charge que les ponts qu’il fallut faire sur les chemins de Coursan, Cuxac, Vinassan, Moujan99... C’est distinguer soigneusement le domaine public et l’espace privé. L’ampleur du programme à concevoir et à réaliser dépassait les forces des propriétaires qui auraient dû surmonter les obstacles de la mise sur pied d’une organisation et du financement. La méthode choisie offrait l’avantage d’aller au plus vite et d’exécuter le projet en quelques mois. La ville préparait ainsi les conditions de la conquête d’une partie du terroir jusque-là délaissé en même temps qu’elle améliorait ses communications avec les communautés voisines ; mouvement prolongé, on le verra, par une série de constructions neuves qui poussent un peu partout dans le terroir. Les compoix, guides toujours sûrs des progressions, en signalent encore au milieu du siècle100.

  • 101 A.M.N., AA 48, lettre patente de Louis XII, 15 mai 1508.
  • 102 Félix et Thomas PLATTER, (1892) p. 400.

45Un élan étonnant semblait emporter Narbonne. Son statut, sa fonction, sa physionomie changeaient en même temps, comme si, après une longue période sans réaction et de repli sur soi, elle cherchait à rattraper le temps perdu. La ville médiévale, double, cède la place à la ville moderne agrandie, une, qui ne sera plus guère modifiée jusqu’à la construction du chemin de fer et à l’expansion viticole de la seconde moitié du xixe s. L’arrivée massive de nouveaux habitants depuis 1470, signe que Narbonne redevenait attractive, apportait autant de germes de renouvellement. C’étaient des septentrionaux en majorité on l’a vu, et quelques Italiens. La nouvelle orientation du déplacement des hommes et des courants migratoires anticipait les mutations de la ville. Paradoxalement, les relations conflictuelles avec l’Espagne et l’attrait qu’elle exerçait produisaient le même effet. En accédant au rang de place frontière, de « clef et garde de tout le pays de Languedoc »101, de « clef et garde de la France du côté de l’Espagne »102, en devenant un verrou déterminant contre le sud, Narbonne voyait les influences du nord se renforcer singulièrement, ne serait-ce qu’à cause de l’intervention royale, de plus en plus pressante pour avoir le commandement de la place malgré la garantie qu’avaient cru obtenir à cet égard les consuls en 1507. L’arrivée de l’argent américain bouleverse l’économie et la société espagnoles et amplifie le phénomène. Le flux des migrants qui se dirigent vers la péninsule ibérique en quête d’emplois saisonniers ou permanents comme ces valets, colporteurs, ou petits commerçants installés en ville, vient majoritairement du continent. L’influence italienne, en dépit de la présence sur place de quelques marchands et de l’aventure italienne des souverains qui entraînent avec eux dans la péninsule des Languedociens, est plus ténue. Elle n’est pas totalement absente cependant, perceptible à l’attention portée aux places, malgré l’exiguïté de l’espace dont on disposait, à la quête de l’eau de source amenée à grands frais qui coulerait dans des vasques, et au marbre dans lesquelles on fit tailler celles-ci.

  • 103 Cf. infra.

46Les nouveaux venus, les habitants de fraîche date qui viennent s’installer avec des capitaux, ne jouent aucun rôle direct dans le réaménagement urbain ; au moins dans un premier temps. Les principaux acteurs sont Narbonnais de souche, issus de familles bien intégrées à la ville depuis des décennies, membres du conseil de la communauté où ils siégeaient en permanence comme conseillers politiques. Les deux choses allaient de pair d’ailleurs. Le fait qu’il n’y ait pas d’emprise seigneurale forte, que les terrains construits ou aménagés soient considérés comme propriété communale explique-t-il ce caractère ? Il dut y contribuer grandement. Le conseil de ville gère, en laissant faire le renouveau urbain au bénéfice de ses membres. En tout cas, rien ne pouvait se faire sans son aval. La présence du même groupe d’individus à chacune des décisions importantes pendant un quart de siècle témoigne d’une constance remarquable, d’un engagement personnel durable, même si la distinction entre politique municipale et intérêts particuliers n’apparaît pas toujours clairement. D’inspiration consulaire, l’entreprise est une affaire de laïcs. À cet égard, elle constitue un moment très particulier de l’histoire narbonnaise. Elle se situe en effet au moment où le vide seigneurial est le plus criant. Sans être totalement évanouie, car la cour vicomtale continue à rendre la justice, l’autorité vicomtale ne tient plus qu’à un fil. Les archevêques sont à peu près dans la même position. Entre 1492, où Charles d’Amboise devient archevêque, et 1524, où Jean de Lorraine est pourvu du siège métropolitain, quatre autres prélats se succèdent, pour qui Narbonne n’est qu’un bénéfice parmi d’autres, l’étape d’une carrière poursuivie loin du Languedoc. Quant au roi qui s’installe à Narbonne en 1507, il pousse peu son avantage dans un premier temps. La première intervention significative du pouvoir monarchique se place en 1531 où François Ier crée un office de capitaine gouverneur de la ville103, ce qui ouvrira un conflit plus que séculaire pour le contrôle des clefs des portes. Le climat était à l’apaisement avec les chapitres on l’a vu. Les différends réglés, le conseil de ville et le chapitre Saint-Just s’orientaient vers une cogestion des ouvrages où ils détenaient des intérêts en commun. Aussi, le consulat bénéficia-t-il d’une liberté d’action qu’il n’eut à aucun autre moment de son histoire et put entreprendre à peu près à sa guise : conjonction entre la vacuité des autres pouvoirs, le renouveau économique et la reconstruction de l’enceinte fortifiée.

  • 104 Cf. supra, chap. II.
  • 105 R. CAIROU, (1979), une parenthèse dans l'histoire de Narbonne, de l'Antiquité à 1789.

47L’absence de toute intervention de l’Église et de référence à la religion ou au sacré est non moins frappante. Ceux qui à des titres divers participent aux opérations immobilières, d’aménagement ou de rénovation, appartiennent à la société civile. Aucune construction à caractère religieux ne date de cette période à Narbonne : solution de continuité dans l’histoire narbonnaise, entre le Moyen Âge conquérant et bâtisseur, même après les désastres du milieu du xive s.104, et la restauration religieuse commencée à la fin du xvie s. avec la fondation de couvents et de confréries. Il est encore plus remarquable qu’aucun des lieux nouvellement bâtis par les personnalités qui appartenaient aux milieux consulaires n’ait accueilli d’oratoire, de chapelle, n’ait été sanctifié d’une quelconque manière. Simplement, placera-t-on quelques statues sur le pont Sainte-Catherine, au bastion Saint-François, au portail Raimond Jean105.

  • 106 Cf. infra, chap. VII.

48Au bout du compte, quelle signification peut-on donner aux initiatives urbaines que connaît Narbonne à la fin du xve s. et au début du xvie s. ? S’agit-il d’une refondation de la ville ? Par certains côtés, oui. Le renouvellement a ses limites cependant et n’est pas dénué d’ambiguïté. On l’aperçoit bien à travers la personnalité des principaux acteurs. André Peytavin, notaire, homme de loi, juge de la vicomté, n’appartient pas au milieu des marchands. Il ne joue qu’un rôle de second plan. Mathieu Peyronne, Raulin Seguier, beaucoup plus engagés, sont des marchands. Mais ils ne se caractérisent pas par l’ampleur qu’ils donnent à leurs affaires et par leur vigueur commerciale. Ce sont des héritiers. Mathieu Peyronne s’intéresse davantage à ses activités édilitaires qu’à son négoce ; Raulin Seguier, on l’a vu, investit dans la terre, à Narbonne et aux environs et s’intéresse aux salines106. Ils n’appartiennent pas comme la plupart de leurs collègues de la matricule et du consulat au groupe de marchands qui contribuent à donner un nouvel essor au commerce maritime. L’énergie qu’ils déploient, plus qu’un signe d’ouverture à des horizons nouveaux, n’est-elle pas une forme de repli sur soi, un peu frileuse, comparable à l’orientation des investissements vers le secteur foncier que l’on avait observé ? La question vaut d’être posée. Le mouvement de construction n’est cependant pas un feu de paille. Au milieu du xvie s., on construisait encore des boutiques sur le pont-des-marchands.

D / LE NORD ET L’OUEST : DES COURANTS MIGRATOIRES RENFORCÉS

  • 107 77 contre 48.
  • 108 H. L., t. XI, p. 172. La peste est à Toulouse en 1502, p. 175.
  • 109 G. LARGUIER, (1977) p. 41.
  • 110 Le nombre des nouveaux habitants décroîtra fortement ensuite, excepté en 1515 et 1521 où il attein (...)
  • 111 Il y eut 78 nouveaux habitants en 1511, 13 seulement en 1526, ce qui donne un léger fléchissement (...)
  • 112 Cf. infra, l'épidémie débute en 1522 et non pas en 1521 comme le laisserait croire la criée pour l (...)
  • 113 Dr. CAYLA, (1938) p. 106 note 2, p. 130 note 6 : 19 janvier 1531, le testateur et le notaire se ti (...)

49La ville, plus à l’aise, pouvait accueillir une population très augmentée. La croissance du nombre des habitants suivit-elle le mouvement des constructions ? On en est réduit encore, jusqu’à la fin du xvie s. à l’instrument incommode des registres de clavaires qui se révèle tout à fait insuffisant jusqu’après 1530 où le conseil de ville, pressé par des besoins financiers impérieux, est contraint d’assujettir à l’impôt la presque totalité des habitants. Entre temps, population fiscale et population réelle divergent. La distorsion qui se crée révèle assez bien d’ailleurs comment Narbonne se repeuple. Le système fiscal paraît immobile longtemps, depuis la fin du xive s. Les propriétaires fonciers ou ceux qui exerçaient une activité artisanale ou de négoce payaient l’impôt. La proportion des possédants par rapport à la population ne varie guère. Les choses changent dans la première moitié du xvie s. Mais reprenons l’analyse des registres des clavaires (cf. gr. n° 2). 975 contribuables sont inscrits en 1500, dont 48 nouveaux habitants. Cinq ans plus tard, malgré un nombre de nouveaux habitants plus élevé, la population fiscale diminue de 6 %107. La peste de 1502 ou 1503, sur laquelle on n’est malheureusement que fort peu renseigné, en est sûrement la cause108. Les troupes qui reviennent du Roussillon en 1503 introduisent la peste à Montpellier. Les soldats infectés la propagent sur leur passage. Les villes auprès desquelles ils s’approchent sont contaminées les unes après les autres. Elle était déjà aux environs de Narbonne au cours de l’été 1502. Jean Laporte, le 2 septembre, ne put trouver sur place à Ouveillan, lorsqu’il fit son testament, ni notaire, ni témoins. Tout le monde avait fui devant la maladie contagieuse109. Les pertes subies par Narbonne sont, très certainement, supérieures à 6 % de l’effectif des habitants. Les clavaires préféraient conserver les noms des propriétaires décédés dans l’espoir que les héritiers s’acquitteraient des sommes dues par les défunts. Le coup fut rude car la belle remontée en cours depuis 1480 se trouva stoppée net, malgré une nouvelle vague d’inscription de nouveaux habitants, la dernière de cette ampleur : 104 en 1507, 134 en 1508, 156 en 1509110. La marche en avant paraît reprendre néanmoins ensuite. Les contribuables inscrits dans les tersons ne cessent d’augmenter : 986 en 1515, 1016 en 1526111. La progression peut paraître bien légère. Il y eut entre temps une nouvelle attaque pesteuse. Moins virulente que la précédente cependant, l’épidémie se fit sentir à Narbonne de 1522 au début de l’année 1524, avec de brusques offensives comme en mai et juin 1523112. L’épidémie qui sévit en 1529-1530, n’est pas encore complètement éteinte en 1531 et cause des ravages beaucoup plus sérieux. 10 % des contribuables narbonnais sont emportés. La ville ne fut pas la seule éprouvée par la maladie. Tous les villages environnants furent frappés successivement. Du 31 mai au 29 juin 1531, les actes passés par le notaire Mengaud dans la région du nord de Narbonne avec des habitants de Ginestas, Mirepeisset, Paraza, Saint-Marcel, Sainte-Valière sont signés à l’extérieur des agglomérations, dans un chemin, un enclos, au bord de l’Aude113. Années particulièrement difficiles pour Narbonne car l’Aude au cours d’une de ses crues catastrophiques emporte la paissière de Sallèles, plonge la cité dans une situation financière abominable et montre la fragilité de l’œuvre entreprise depuis le début du siècle. La ville mettra plus de 10 ans à récupérer. Si l’on s’en tient au nombre des contribuables, qui reflète bien, au moins proportionnellement, on le verra, l’évolution des propriétaires de terres et de maisons, le premier tiers du siècle est décevant. L’impression qui prévaut est celle d’une stagnation, d’un décollage cassé dans son élan.

50Après 1540, les registres des clavaires s’épaississent fortement car les listes des contribuables s’allongent. Ils sont 1488 en 1545. La ville a été obligée de céder une partie de ses revenus patrimoniaux, comme le droit de robinage, pour se libérer des emprunts qu’elle avait dû contracter un peu en catastrophe. Le souverain réclame aussi l’engagement de nouvelles dépenses pour renforcer les fortifications. On ne peut faire autrement qu’accroître la pression fiscale. De 1540 à 1545, l’augmentation du nombre des contribuables est de 29,2 %. Ce n’est, tout compte fait, pas très considérable. Rappelons-nous la proportion des brassiers qui ne figuraient pas sur le registre d’impôts de 1363 du terson Lamourguier. Elle n’est pas très différente dans la première moitié du xvie s., serait même un peu plus faible. Par-delà deux siècles, les structures urbaines font preuve d’une continuité remarquable.

  • 114 Comptabilité consulaire, pièces justificatives : compte pour le guet à la place de ceux qui sont d (...)

51Peut-on estimer, avec beaucoup de prudence, la population de Narbonne au milieu du xvie s. ? Considérer qu’il y a autant de feux que de contribuables et affecter le multiplicateur couramment usité pour les feux, paraît un peu trop sommaire. Narbonne compterait 6 000 habitants environ. Peut-être conviendrait-il d’ajouter en sus les ecclésiastiques, les malades, les pauvres des hôpitaux... Il faut tenir compte surtout de la garnison. François Ier avait en effet ordonné qu’une garnison de 3 000 hommes soit placée à Narbonne. Fut-elle vraiment constituée et resta-elle stationnée en permanence ? On peut en douter. Les habitants sont enrôlés pour faire le guet114. La construction des maisons à l’intérieur de la ville apportait un surcroît de travail. Les grands chantiers des fortifications mobilisaient une foule de travailleurs. Ce type d’ouvrage ne fixait guère les individus, et l’on décida aussi de recourir à la corvée. Les variations périodiques de population furent fortes. L’afflux des tâcherons ou des soldats compense partiellement entre 1525 et 1540 la chute du nombre des habitants.

  • 115 Décès à l'hôpital : comptes des clavaires, pièces justificatives ; registres des notaires de Gines (...)
  • 116 AA 110, f° 120, serment des consuls.
  • 117 Ce nombre reste à peu près stable au cours de la première moitié du xvie s. Est-il fonction d'un n (...)
  • 118 Collecte des clavaires, pièces justificatives, compte des suaires: 1522 : 17-30 septembre 5 ; octo (...)
  • 119 18 décembre 1523...

52En l’absence de registres paroissiaux, il est impossible d’entrevoir, même de manière fugitive, les comportements démographiques : part de la croissance naturelle et de l’immigration dans l’évolution de la population, taux de fécondité, taille des familles... L’immigration serait à étudier de très près, dans toutes ses composantes, des milieux les moins fortunés et les plus instables aux hommes entreprenants qui arrivent avec un capital et décident de tenter leur chance là. Les listes des nouveaux habitants sont décevantes. Elles s’étiolent et se taisent sur l’origine des nouveaux venus. Deux sources s’offrent à nous, ténues, au témoignage fragile car pointilliste, qui ne sont pas exactement comparables avec nos moyens d’information précédents : des fragments lacunaires des décès à l’hôpital et les notations des registres de notaires de Ginestas115. La communauté avait en charge les principaux établissements d’assistance de la ville : les « hospitals grant assiz au fossé de monsieur Saint Paul du Bourg, de la Croix de Cité et des pauvres ladres et aussi de la maison commune Carité »116. L’hôpital de Bourg accueillait en temps normal de 30 à 40 personnes, chiffre qui pouvait être multiplié par deux ou trois en cas d’épidémie ou de difficultés frumentaires qui attiraient les pauvres vers la ville117. Il y en avait 98 le dernier jour du mois de janvier 1532, 130 le 18 septembre 1562. Le compte des suaires que les consuls payèrent pour les décédés en 1522-24 montre qu’ils eurent le plus grand mal à faire face à l’épidémie. Un hôpital de fortune avait été aménagé à l’extérieur de la ville, fait de cabanes de bois pour mettre les pestiférés à l’écart. Un décès sur deux intervient aux ‘foratas’. Mais l’isolement des malades n’était pas respecté rigoureusement, ni les mesures de quarantaine. La durée de l’épidémie explique aussi le relâchement du contrôle. Les pauvres continuent à entrer dans la ville pour y trouver refuge et entretiennent l’épidémie118. Moment terrible que cette vingtaine de mois où les étrangers viennent, pauvres anonymes, mourir dans les rues, les étables, voire les fumiers : 15 octobre 1522, un homme est trouvé à la poissonnerie de Cité, dans le local couvert qui ouvre sur la place ; le 26 du même mois, un pauvre mendiant à la Parerie ; 22 novembre 1522, une pauvre fille morte dans une étable ; 25 octobre 1524, un homme trouvé mort au fumier de l’Écu de France, une des principales hôtelleries de Narbonne ; dans l’archevêché même119...

  • 120 À la poissonnerie de Cité (2), à la Parerie (1), devant la Cour du Roi (1), près d'une hôtellerie (...)
  • 121 Compte des clavaires 1534.

53Les pauvres sont partout en ville et meurent, quand ils ont encore la force de se traîner, là où ils parviennent à trouver un abri. Il en meurt partout120 : près des portes, aux abords des places, dans les rues, à proximité des églises, des hôtelleries, dans les cimetières. 50 % décèdent sous un toit -halle, étable, maison-, l’autre moitié dehors. Les pauvres sont attirés par le centre-ville. Il en meurt davantage là ; probablement à cause des points de passage qui s’y trouvent et de l’espoir d’y recevoir une aumône. C’est dire l’impuissance ou le manque d’énergie du conseil de ville à faire respecter les ordres interdisant la promiscuité. Encore tolère-t-on tous ces pauvres hères. L’attitude se durcit vite. Après la mortalité et les difficultés de tous ordres qui s’abattent sur la ville autour de 1530, les consuls prennent des mesures beaucoup plus spectaculaires. La ville se ferme à nouveau aux pauvres. On institutionnalise le contrôle et on forme une police chargée de limiter leurs divagations dans la ville. En 1534, on a payé Simon Bore alias Villefranche « pour avoir donné l’aumône aux pauvres pèlerins de Saint-Jacques, appelé le mandat de l’archevêque, avoir jeté les marauds hors la ville et conduit les pauvres à l’hôpital et avoir nettoyé les rues »121. Cette triple fonction de distribution d’aumônes, de chasse aux vagabonds qui sont dans les rues et d’enlèvement des immondices assurée par Villefranche a quelque chose d’un peu surprenant. C’est une réaction d’après épidémie, très largement, d’une ville qui vient d’être un peu débordée par l’afflux des pauvres ; un réflexe de citadins inquiets devant l’intrusion d’étrangers, ruraux majoritairement, de porteurs de germes dont il faudra purifier la ville, et la purger comme des immondices que l’on jette par les rues.

54Même l’accueil fait aux pèlerins devient plus réservé. On leur donne la passade et mieux vaut qu’ils reprennent leur route.

  • 122 Des valets sont aussi envoyés à l'hôpital par leurs maîtres : un serviteur de M. de Ricardelle, le (...)

55Aussi, ne sait-on pas toujours d’où viennent ces gens. Ceux qui meurent à l’hôpital Saint-Paul ou aux cabanes des pestiférés sont-ils des migrants installés de fraîche date, de simples passants ? Il est difficile de faire une distinction. À grands traits on peut brosser cependant le portrait des malheureux qui décèdent à l’hôpital. 82 % sont des hommes, adultes pratiquement tous. Peu d’adolescents sont signalés. Les jeunes qui décèdent sont des bâtards de l’hôpital, les enfants trouvés. Ceux-ci payent toujours un tribut très lourd, par rapport à leurs effectifs, à chaque épidémie ou lors des disettes. La précision est plus grande en ce qui concerne les femmes. 29 % sont appelées ‘filles’, ‘pauvres filles’ presque toujours ; adolescentes ou jeunes femmes célibataires encore qui se retrouvent seules. Un cinquième de ces femmes environ sont des servantes, éternelles reléguées dans les pièces annexes ou les étages des maisons qui restent peu intégrées, voire étrangères. L’envoi à l’hôpital dès qu’elles sont sérieusement malades est une forme de l’exclusion122. Aucun de ces défunts n’est qualifié de Narbonnais ou ‘de Narbonne’. Mais peut-être ne voyait-on pas la nécessité de préciser. Les non-Narbonnais sont l’immense majorité, sinon la quasi-totalité de ceux qui fréquentent l’hôpital.

  • 123 Sans les négliger il ne faut pas trop s'attacher aux différences que l'on perçoit entre 1522-24 et (...)
  • 124 Cf. infra, chap. VII.

56Les flux migratoires apparaissent très affirmés et d’une grande constance au cours de la première moitié du xvie s.123. Les diocésains sont peu nombreux. La couronne narbonnaise est quasiment absente ainsi que les Corbières. À peine relève-t-on le nom de quelques individus de Lagrasse, Lanet... Ce n’est qu’un filet bien mince. Est-ce un indice de bonne intégration dans la ville ou d’une immigration réduite ? La belle allure des campagnes que donne la Recherche Générale du diocèse de 1537 ferait pencher pour la seconde hypothèse124. Une nouveauté : des migrants commencent à descendre des pays de la haute vallée de l’Aude, des diocèses d’Alet et de Limoux. Des liens anciens unissent le Narbonnais et cette région par la descente du bois, la vente des draps.

Tableau n° 26 - Les pauvres à l’hôpital de Narbonne au xvie s.

Tableau n° 26 - Les pauvres à l’hôpital de Narbonne au xvie s.

57La comptabilité municipale va du 1er février au 31 janvier suivant. Cela correspond à l’entrée en charge des consuls au début du mois de février et à leur année de gestion.

58m : minimum M : maximum moyenne mensuelle

Tableau n° 27 - Origine des décédés à l’hôpital de Narbonne (en %)
Première moitié du xvie s.

Tableau n° 27 - Origine des décédés à l’hôpital de Narbonne (en %)Première moitié du xvie s.
  • 125 Un seul de Pamiers.
  • 126 Une femme de Castelnaudary, 15 juin 1545.
  • 127 Deux décédés du diocèse de Lescar en 1422-1424. Deux encore en 1545, un du Béarn en 1524, un de Ta (...)

59La présence d’hommes et de femmes de cette zone est-elle un des effets de la menace des armées espagnoles sur la frontière et des incursions des tructrices qu’elle y fait ? Un des foyers de migration parmi les plus actifs et durables vers le Narbonnais se met en marche... Par contre, c’est une surprise, personne ou presque ne vient des contrées ariégeoises125, du Comminges, fort peu du diocèse de Carcassonne, de la Montagne Noire et du Lauragais126. On est à une des plus belles phases de la prospérité pastelière. Les populations du pays de cocagne émigrent peu. Celui-ci attire beaucoup plus qu’il n’est un foyer de départ. Les migrants qui viennent du côté de l’ouest arrivent de plus loin, à partir d’Avignonet. Le Toulousain, Toulouse même, les bourgs et les petites villes de sa zone d’influence comme Montgiscard, Muret, Grenade, donnent beaucoup plus, ainsi que les campagnes du sud de la Garonne : les diocèses de Lombez, Lectoure, Condom, Auch. Le courant migratoire issu de cette zone est en train de se renforcer. En 1545, près de la moitié des migrants originaires de l’ouest proviennent du diocèse de Toulouse et de la boucle de la Garonne. Toulouse, malgré la vive croissance et la prospérité que lui vaut le commerce du pastel, n’absorbe pas tout l’excédent de la population de la vaste zone sur laquelle elle exerce son influence. Un puissant courant migratoire vient de toute la vallée de la Garonne, de Montauban, d’Agen, et de son diocèse, de Marmande et des marches du Bordelais, aux caractères assez originaux. Il est en effet très concentré le long du fleuve. Les citadins des villes égrainées sur les principaux axes de communication dominent. On est pourtant, là, entre deux grands centres urbains importants, et plus proche de l’Atlantique. Les bords de la Méditerranée dans la première moitié du xvie s. n’ont pas perdu toute attraction. On n’est pas étonné aussi de relever parmi ces défunts de l’hôpital le nom de Pyrénéens ou de Béarnais du diocèse de Lescar127.

  • 128 Cf. infra, chap. XIV.

60Bien que les apports en provenance de l’ouest paraissent se renforcer, le nord garde sa prééminence. On retrouve beaucoup de traits communs avec ce que l’on avait pu constater au xve s. Les courants migratoires sont déjà bien installés, conservent une remarquable permanence puisqu’on les retrouve aussi bien en période de dépression et de baisse de la population qu’en phase ascendante. À l’instar des autres villes du Midi languedocien, Narbonne vit comme en état de perfusion permanente. Le Massif central joue le rôle de pôle régénérateur des villes méridionales. Les zones d’émission sont parfaitement délimitées. Hormis quelques arrivées du Gévaudan, personne ne vient de la moitié est du Massif central. Rien non plus de la retombée atlantique, du Limousin, de la Marche. Le Saint-Ponais, l’Albigeois, Saint-Flour et les monts du Cantal forment le triangle d’où partent le plus grand nombre de migrants qui descendent vers Narbonne. Les Clermontois sont beaucoup plus rares. La présence de gens originaires des balcons montagneux qui encadrent Saint-Pons n’est pas une surprise. Les relations avec le Narbonnais à la fin du Moyen Âge et tout au long du xvie s. sont d’une très grande densité128. Mais la ville n’est pas au xvie s. la destination principale des migrants de cette zone. Un grand Albigeois qui engloberait tout le revers nord de la Montagne Noire, des monts de Lacaune au Castrais, à Lavaur, le diocèse de Vabre, et remonterait au Rouergue de Villefranche à Rodez, est le premier foyer où se recrutent ceux qui partent en direction de Narbonne. Un bon quart des mourants de l’hôpital, en 1522-1524 comme en 1545, viennent de là.

61Toulouse et la vallée de la Garonne vers où penche cette vaste zone et qui accueille traditionnellement une part importante de ses candidats au départ, sont très loin d’absorber l’excédent de population. L’Albigeois subit-il une crise plus sévère qu’ailleurs ? Les citadins côtoient en effet les ruraux. Mais des pourcentages identiques se retrouvent en 1522-1524 et 1545. Ces départs massifs de l’Albigeois en direction du Languedoc sont à rapprocher de ceux que l’on a déjà constatés dans les petites villes qui entourent Toulouse et de la vallée la Garonne. Malgré sa taille, l’essor du pastel et l’éclat des hôtels construits par ses marchands qui font impression, Toulouse retient moins qu’on ne l’aurait cru. Le diocèse de Saint-Flour, Aurillac, les montagnes et les plateaux du Massif central envoient leurs contingents, toujours significatifs. Mais ils sont secondaires par rapport aux précédents. Les Auvergnats ne descendent pas encore vers le Languedoc méditerranéen. Ou plutôt, ils ne font que passer pour aller en Espagne.

  • 129 12 octobre 1545.
  • 130 19 septembre 1522, 5 juin 1545...

62En dehors de ces deux grandes directions, les apports paraissent faibles et réduits à quelques unités. Les caractères de l’immigration changent. Ceux qui viennent de loin jusqu’à Narbonne sont tous natifs de villes importantes, alors que les flux du sud-ouest et du Massif central se composent majoritairement de ruraux et d’habitants de bourgs. Du côté de l’ouest, il en vient de La Rochelle, Poitiers, Tours, Rennes. Des Parisiens129, des Lyonnais130, sont inhumés aussi dans les linceuls que font acheter les consuls. Les éléments étrangers au royaume sont réduits à peu de chose. Une femme est originaire de Cabestany en Roussillon. On peut supposer que Jean le Castillan mort le 28 novembre 1523 est d’origine ibérique. Un Allemand meurt à l’hôpital le 23 mai 1545.

63Les listes des pauvres de l’hôpital et celles des nouveaux habitants ne sont pas comparables. L’une concerne des hommes uniquement, possédant un métier, stables, solvables, qui sont sur la voie de l’intégration, l’autre des groupes beaucoup plus hétérogènes, mêlés, fluctuants dans leurs effectifs, mal fixés, dont la mobilité verse rapidement dans le vagabondage : des strates différentes de courants migratoires qui ne se recoupent pas totalement. Mais à regarder de près, les informations qu’elles nous livrent, malgré leurs lacunes et le faible nombre des années d’observation, sont concordantes. Les migrations populaires s’effectuent dans l’ensemble à l’intérieur d’espaces plus restreints, mais très bien polarisés. Une ligne nord-ouest, à l’aplomb de Narbonne, paraît partager l’espace en deux. Le contraste est total entre l’est et l’ouest. Narbonne est à la convergence d’une coulée puissante descendue du nord et d’un ample faisceau qui vient du sud-ouest. Ces migrations, dont la source se situe entre les routes du piémont pyrénéen et la vallée de la Garonne et dont la région toulousaine est le centre, sont peut-être un des éléments les plus neufs du xvie s. narbonnais.

64Narbonne, peu intégrée à l’économie de l’arrière-pays aux xive et xve s., n’entretenait que des rapports distants avec l’intérieur. Par la force des choses, la ville devenue plus continentale renforce ses liens humains avec l’ouest. Phénomène paradoxal en apparence car la Méditerranée semble devoir offrir moins d’attrait et marquer le pas. Narbonne, la méditerranéenne et méridionale, est à bien des égards devenue une ville montagnarde et occidentale. De l’est, même le plus proche, du Bas-Languedoc méditerranéen, sourd un petit filet de migrants, si ténu qu’il ne compte pour ainsi dire pas. Aucun Provençal par exemple, et à peine quelques Rhodaniens. Des artisans, des négociants, des hommes qui ont comme bagage une bonne éducation et des titres, comme des notaires ou des médecins, viennent des villes les plus dynamiques. Attractives, ces villes sont aussi les plus ouvertes sur l’extérieur.

65Malgré l’imperfection des sources, les lignes de force sont nettement tracées dans leurs directions et leur importance. Les épidémies, le hasard du moment où on les saisit importent peu. On travaillait aux fortifications en 1522-1524. Le chantier est terminé en 1545. L’image que nous donnent les listes de décès de l’hôpital est identique.

  • 131 Dr. CAYLA, (1938) p. 165.
  • 132 Cette descente des clercs du Rouergue est une des conséquence de la densité des communautés de prê (...)
  • 133 Ibidem, p. 185. Ce phénomène de descente des clercs du Rouergue a déjà été décrit. Il est très pré (...)

66L’immigration dans les campagnes est aussi forte qu’en ville. Ses caractères sont quelques peu différents. L’exemple du nord du Narbonnais, de la dizaine de villages compris entre Saint-Marcel, Ginestas et Ouveillan, les met bien en évidence. Aucun citadin ne vient s’établir dans les campagnes. Par contre, ces premiers villages de plaine, au ras des reliefs où commence le Massif central, sont littéralement envahis par les migrants qui en proviennent. La descente est absolument impressionnante. Tous les adultes que l’on rencontre dans les registres des notaires, bien installés entre 1520 et 1530 et parfaitement intégrés à la vie villageoise, appartiennent aux générations nées à la fin du siècle précédent. La vague de migrants, qui s’arrête dès que le plat-pays est atteint, vient d’un secteur géographique relativement réduit. La barrière montagneuse la plus avancée, d’une vingtaine de kilomètres en profondeur, où les terrains point trop pentus, les sols aptes à être mis en culture commencent à se faire rares et ne sont guère extensibles, forment le premier vivier d’où partent les futurs Narbonnais. Tous les villages et hameaux du Minervois, des hauteurs, de l’est à l’ouest, laissent partir des hommes jeunes : La Livinière, Cassagnoles, Cesseras, Aigne, La Caunette, Montouliers, Rieussec, Pardailhan... et, au-delà, Saint-Chinian : une journée de marche, guère plus, sépare les lieux de départ et d’installation. Les vallées du Thoré et de l’Orb qui débouchent sur Castres et le Biterrois donnent peu ainsi que les monts de l’Espinouse. Le second flot de migrants, au moins aussi important que le précédent, vient de plus loin, d’au-delà des monts de Lacaune. Il s’agit d’une population différente. Est-on natif d’un village ? C’est qu’on est originaire du Minervois, de villages compacts, de communautés correctement organisées sur le plan institutionnel. Sort-on d’un mas ou d’un masage ? C’est qu’on descend du rebord oriental du diocèse de Castres, des diocèses de Vabre et de Rodez. Autour de 1530, Ginestas, par exemple, est habité de natifs del Bosquet, de Guissac au diocèse de Castres, del Vernier au diocèse de Vabre, de Servinhal au diocèse de Rodez, sans compter tel autre qui descend du côté de Cahors131. Avec eux afflue une foule de clercs et de prêtres qui ont du mal à obtenir des bénéfices132. Antoine Gazel du diocèse de Vabre parvient à se faire confier le service du purgatoire de Pouzols133. Le plus souvent, ils sont condamnés à se faire maîtres d’école, vivant de quelques messes. Leurs moyens d’intégration ne sont guère meilleurs que ceux de leurs congénères.

  • 134 E. LE ROY LADURIE, (1966).
  • 135 Dr. CAYLA, (1938) p. 186, mai 1521.
  • 136 Ibidem, p. 177, 5 octobre 1531.

67Voilà un phénomène puissant, nouveau. Les cadets quittent en masse les masages de la reconquête agricole et des frérèches134. Première vague d’un excédent qui essaime et vient repeupler à vive allure les villages du Narbonnais ? Elle rend compte pour une part significative de la vitalité dont ils font preuve. La reconquête rurale, bien avancée, ne manquait pas de bras. On prend la mesure et l’ampleur de cette vague de départ des masages avec les premiers registres des notaires. N’était-elle pas déjà en mouvement plus précocement, dès la fin du xve s. ? L’extraordinaire progression de Peyriac-Minervois, le renouvellement anthroponymique d’Ouveillan, s’expliqueraient ainsi sans mal. La rigoureuse délimitation de ce foyer d’émigration ne laisse pas d’impressionner. Surtout lorsqu’on fait la comparaison avec ce que l’on a aperçu à Narbonne. Les Albigeois, pourtant si nombreux en ville, les Cantaliens ou Auvergnats, s’arrêtent peu dans les villages pour s’y fixer. De même, les gens du sud-ouest sont très rares dans le nord du Narbonnais. Il y en a malgré tout. Le recteur d’Urdens au diocèse de Lectoure habite à Sallèles en 1521135, Bernard Arthus est de Gimont136. Les flux migratoires orientés vers la ville et la campagne sont largement différents.

68La population des communautés rurales dans ce premier tiers du xvie s. apparaît comme extraordinairement mêlée. Il est difficile, à travers nos sources indirectes, d’estimer le nombre des nouveaux venus. Toute tentative de statistique élaborée à partir des notations des actes de notaires est vouée à l’échec. Les origines ne sont pas toujours inscrites. Les migrants de fraîche date ne sont sûrement pas appelés comme témoins devant les notaires autant que les villageois de souche. Les femmes, d’autre part, n’apparaissent que très rarement. Doit-on imaginer des communautés composées majoritairement d’étrangers ? Certainement, si on raisonne sur deux générations. En se risquant à des proportions très approximatives on peut estimer la part que représentent les principaux groupes de population : 40 % d’autochtones, peut-être moins pour les hommes, 30 % d’habitants originaires du Minervois, 30 % de Rouergats et de gens d’extraction plus lointaine. À ce moment-là, l’immigration en milieu rural est aussi forte, sinon davantage, qu’en ville. Tous ces nouveaux venus se fixent-ils définitivement ? Impossible de le savoir vraiment. Simplement, peut-on noter le nombre très faible des défunts de l’hôpital de Narbonne qui se disent habitants des villages du nord du Narbonnais. L’immigration est le facteur principal de la croissance de la population.

  • 137 Dr. CAYLA, (1950) p. 66-68.
  • 138 Cf. infra, chap. X. L'exemple de la famille de Beauxhostes montre qu'elle n'est pas toujours liée (...)

69L’origine des migrants, les possibilités offertes, expliquent l’attrait que purent exercer ces finages de plaine. On imagine sans mal ces natifs des masages arrivant avec pour tout bagage une besace à l’épaule. Rares étaient ceux qui emportaient un petit pécule avec eux. Ces cadets ou puînés se voyaient condamnés à être dépendants toute leur vie s’ils restaient sur place, à subir les rigueurs de structures patriarcales. La forte cohésion des masages, comme cellule de production, favorable à l’épanouissement des frérèches, supporte mal la division ou même les essaimages à proximité. Partir, libérait à plusieurs titres. On échappait ainsi à la promiscuité et aux contraintes familiales, on pouvait s’établir et entrer dans le monde des possédants. La fougue avec laquelle on voit des hommes descendus des reliefs passer des baux, emprunter, acheter, est plus éloquente que tout récit et long discours qu’en bons analphabètes ils ne savaient faire. Au sens littéral du terme, il s’agissait pour eux d’une émancipation. Il ne faut cependant pas opposer de manière trop systématique les masages aux communautés plus importantes et libres de la plaine. Des frérèches existent et se forment dans les environs de Ginestas au début du xvie s.137. Les familles élargies ou les contrats d’association unissant sous le même toit des personnes qui ne sont pas forcément liées par les liens du sang débordent des zones isolées et montagneuses, ne se limitent pas aux périodes de difficultés. Les frérèches se diffusent également en plaine, à proximité des villes dans les villages ouverts sur l’extérieur, poussés par une vigoureuse croissance et où la reconquête des terroirs est très avancée. Mais, dans la pratique, étaient-elles identiques à celles qui existaient dans les endroits reculés ? Les conditions de l’exploitation, les structures de la propriété, les rendaient beaucoup moins impératives et contraignantes. Elles associent des frères ou des enfants aux parents et n’étaient pas toujours liées à l’exploitation d’un domaine138. Une chose est sûre en revanche. Les nouveaux venus issus de pays d’habitat dispersé s’intégraient dans des villages groupés. Ils passaient d’un type de solidarité à un autre. Leur établissement durable passait par l’apprentissage de nouvelles pratiques institutionnelles.

  • 139 Cf. infra, chap. VII, B.
  • 140 E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 320, ‘une crise des profondeurs’.

70Mais la capacité à accueillir et à assimiler autant de migrants n’était pas illimitée. La descente massive vers la plaine ne cause pas de difficultés jusque vers 1530. Le mécanisme fonctionne encore parfaitement quand on le saisit dans les registres de notaires. Après cette date, les choses changent. Les places sont prises. Les possibilités d’installation se réduisent fortement. L’évolution des structures foncières n’y est certainement pas étrangère139. Les pauvres recommencent à assiéger les villes lors des années de pénurie. Mais est-ce bien le signe d’une crise aiguë des campagnes de la plaine140. Rien n’est moins certain.

Notes

1 H. L., t. VIII, p. 61 sq., p. 267 sq.

2 Ouveillan constitue un bon exemple : G. LARGUIER, (1977) p. 181-197.

3 À Ouveillan, Fabrezan, Villerouge-la-Panouze... G. LARGUIER, (1977) ; J. REGNE, (1910).

4 Cf. supra, chap. II.

5 La ‘guerre du vicomte’ qui termine le long règne de Aymeric VI s'achève sur un échec. La ville résiste au vicomte.

6 J. CAILLE, dans Histoire de Narbonne, p. 119-140.

7 Jean Roger de Beaufort 1375-1391 ; François de Conzié 1391-1433.

8 En 1224, A.M.N., droits du roi à Narbonne comme roi de France et comme duc de Narbonne, AA 34, 35, 36.

9 A.M.N., AA 37 à 46.

10 A.M.N., 15 octobre 1469, 23 mai 1470... AA 106, v° sq. Il y avait urgence car la paissière venait d'être emportée à nouveau et les bateaux avaient du mal à remonter jusqu'à Narbonne.

11 Ibidem, AA 103, f° 139 ; AA 104, f° 49 v° (1476) ; f 4 v°, 6 mai 1497 ; f° 6, 29 janvier 1499.

12 Les relations de Louis XI avec Narbonne ont été plus étroites qu'on ne l'imagine. Parmi ses médecins on compte en effet le personnage de Claude de Moulins qu'il nomma premier médecin et auquel il donna en récompense la terre de Saint-Pierre-des-Clars, A.D.A., 3 J 783.

13 A.M.N., AA 103, f° 143 v°, 147 ; G. MOUYNES, (1871) CLXXXVII p. 398-403.

14 A.D.A., 23 J 23, nomination de Gaspard de Villemur comme gouverneur de la ville, vicomté ; terre et seigneuries de Narbonne, 23 J 24, 29 avril 1503, cf. infra, C.

15 P. V. d'installation et formule d'acquiescement des consuls, AA 50 : « disant estre très joyeulx et bien erreux de cette noble et belle unyon. »

16 Les conférences entre les ambassadeurs des deux pays qui précèdent le traité se tiennent tantôt à Narbonne, tantôt à Figueras. Les réunions des députés chargés de régler les différends entre les sujets des deux royaumes par suite de représailles devaient se tenir alternativement à Perpignan et à Narbonne.

17 En 1406, la ville établit une contribution spéciale pour la reconstruction des tours. La contribution est renouvelée en 1418. En 1424, des lettres patentes de Charles VII autorisent un impôt de 4 d. tournois par livre de viande pour employer aux travaux de fortifications, R. CAIROU, (1979) p. 45. En 1462 encore, dépense pour le portail et le pont Raymond Jean ; cf. collecte des clavaires.

18 Les remparts appartenaient à la ville, celle-ci en a toujours eu la maîtrise de la construction. Les archives municipales ne renferment aucun dossier concernant les fortifications de cette période-là. La série des pièces justificatives des comptes consulaires est postérieure.

19 . CAILLE, (1974) p. 24-38 ; Dr. DEVY, (1986) p. 331-334 ; R. CAIROU, (1979).

20 E. M. THOMSON éd., (1889). Dernière mention du pont de la Fuste en 1438 où il fut trenquat per las aygas, emporté par une inondation et réparé. Le compte des dépenses des charpentes s'élève à 2131.

21 A.M.N., EE 4, 1496-1497, compte des travaux de fortifications du 12 au 17 décembre. Il coïncide exactement avec l'alignement des remparts du côté de Lamourguier en Bourg et de la porte Saint-Cosme ; R. CAIROU, (1979), plan p. 46-47.

22 R. CAIROU, (1979) p. 52. La collecte de clavaire de 1526, f° CLII v° et CLIII v°, parle aussi du pont Saint-Coyme, premier nom du pont de la cadène.

23 Ibidem, pont des Carmes, f° 11, p. 72 ; pont Sainte-Catherine, f 12, p. 75.

24 Colonel ROCOLLE : (1973) p. 176 ; VIOLET LE DUC, Dictionnaire d'architecture, t. 6, meurtrières. A. CORVISIER et Ph. CONTAMINE dir., (1992) p. 257 sq.

25 Cf. supra.

26 Cf. infra.

27 A.M.N., AA 112, f° 19 v°-21.

28 Ibidem, AA 101, f° 160 v°, 10 deniers pour être affectés aux fortifications « de plusieurs villes et places de Languedoc et entre autres le bourg de Carcassonne et les villes de Béziers et de Narbonne... assises sur la frontière de Roussillon... pour obvier et résister aux courses et entreprises des Aragonnoys » ; f° 162. On ne parlera pas ici du financement et du coût des travaux. Cf. sur cet aspect la courte mise au point de A. Blanchard dans l'Histoire militaire de la France, 1992, t. I, p. 266-267.

29 Ibidem, AA 101, f° 162, Jean de la Roche Aymon, seigneur de Chabannes était lieutenant du duc de Bourbonnais gouverneur du Languedoc.

30 Ibidem, AA 101, f° 163 v°, 8 mars 1496, les réparations des fossés et murailles sont ja commencées à faire ez ville de Carcassonne, Narbonne et Béziers, EE 4, début des travaux de la campagne de 1496, le 25 septembre.

31 Lettres patentes de Charles VIII du 16 décembre 1496 contenant le renouvellement des défenses d'importation. Le produit des amendes et confiscations devait aller pour moitié aux fortifications de Narbonne, Carcassonne et Béziers, A.M.N., AA 101, f° 162 v°.

32 Le traité de Marcoussis en 1498 met fin aux hostilités.

33 Les bastions Saint-Paul, Montmorency, Saint-Cosme, Saint-François et Saint-Félix.

34 « Murus illius civitatis adeo fortis, adeo spissus est de maximis quadratis, ut quasi similem theatro Verone Italie crederes » ; E. DEPREZ, (1936) p. 53-79.

35 Félix et Thomas PLATTER, (1892) p. 401. Il parle de 8 bastions, considère la tour de Tournon en pierre bleuâtre et la tour de la citadelle comme des bastions ; E. LE ROY LADURIE, (1995) p. 321-324.

36 Sur la seule partie encore conservée, une courtine proche du bastion Montmorency, les remplois sont reconnaissables.

37 En 1471, Jean d'Harcourt avait fait abattre ce qui restait du Capitole pour bâtir l'église Saint-Sébastien.

38 1556, Félix et Thomas PLATTER: « remparts où l'on voit beaucoup d'antiquités enchassées dans le mur », p. 152 ; Thomas : « mur d'enceinte où on peut voir quantité d'antiquités romaines encastrées », p. 400.

39 R. CAIROU, (1979) p. 55-56.

40 Félix et Thomas PLATTER, (1892) p. 401 et supra.

41 Comptes consulaires, pièces justificatives, 1511 ; autres travaux en 1512, ibidem.

42 Ceci sera fait lorsque l'on construira les nouvelles courtines en avant des anciens murs.

43 Le pont est mentionné une première fois en 1526 sous le nom de pont Saint-Cosme ; collecte des clavaires 1526.

44 P. V. États de Languedoc, août 1522. Lettre du sénéchal de Carcassonne demandant que l'on fasse fournir des vivres à Narbonne : 4 000 charges de blé ou farine, 600 pipes de vin (1 pipe = 3 charges), 4 000 moutons, 300 bœufs, 1 000 charges d'avoine, 1 500 quintaux de foin.

45 Le portail sera remplacé par la porte connétable construite entre 1605 et 1608.

46 Comptabilité consulaire, pièces justificatives.

47 R. CAIROU, (1979) fig. 6, p. 59. On fait aussi une courtine qui joint le bastion Saint-Félix à la tour Citadelle.

48 Les travaux se poursuivent au moins jusqu'en 1527 : comptabilité consulaire, pièces justificatives, 1527, dépense pour les terres des remparts.

49 Catalogue des actes de François Ier, 22 mai 1536 (t. V, n° 18860), mandement pour ordonner aux personnes qui possèdent autour de Narbonne des champs où il y a des carrières de les abandonner aux habitants de cette ville, moyennant rétribution ; pour qu'ils puissent fortifier leur ville de tours et de murailles. 3 juin 1536 (t. VII, n° 25869), commission pour faire creuser plus profond les fossés de Narbonne et en imposer la corvée aux habitants des paroisses et villages voisins. Même jour (t. III, n° 8492), lettres enjoignant aux habitants des 24 diocèses du Languedoc de fournir 53 journées de corvées pour la réparation des fossés de Narbonne. Autres subsides pour Narbonne ; 1546, 20 000 l. pour les fortifications de Narbonne et de Leucate.

50 R. CAIROU, (1979) p. 65.

51 A.M.N., AA 101, f° 164 v°.

52 Ibidem, AA 101 sq., Mathieu Peyronne meurt en janvier 1518, BB 57, f° 13.

53 Ibidem, AA 101, f° 180 v°, compoix de 1499 : Guillaume Orieult est compté pour « deux hostals et deux boutiques qui ont été de Mathieu Peyronne al cap del pont » (f° LVI v°). Sur la personnalité et le rôle de G. Orieult dans le sel cf. infra, chap. VII.

54 Ibidem, compoix de 1499, f° LVI v°. C'est un argument supplémentaire pour dater ce compoix non de 1499 mais de 4 ou 5 années plus tard.

55 Ibidem, AA 101, f° 179 v°.

56 Ibidem, AA 112, f° 3 v°. La maison qu'il conservait fut vendue après sa mort, le 29 avril 1518, au marchand Jean Bilhard pour 300 l. tournois. Elle confrontait, de cers, Jean Rigaud mangonnier et les héritiers de Guillaume Dapchier qui était marchand (AA 112, f° 7 v°).

57 Appelé d'abord île Mathieu Peyronne le 'faubourg' prend le nom d'île Sainte-Marie à la fin du xvie s.

58 Ibidem, AA 111, f 100, 23 octobre 1444: transaction passée entre les officiers de Gaston de Foix, vicomte de Narbonne et les consuls de la ville dans un différend sur le bail à nouvel achept d'une androune ou passage consenti à Pierre Bonponht située dans le Bourg « in capite Pontis Veteris sese tenentem et attingentem cum turre et muro sive muraglia dicti Burgi et in capite dicte Pontis Veteris a parte ipsius Burgi, et sine aliquo medio contiguam cum portali dicti Pontis »... La date de 1444 portée par le document comporte une erreur. Gaston de Foix n'achète en effet la vicomté qu'en 1447.

59 Ibidem, AA 112, f° 20, 3 avril 1528. L'autorisation était donnée sous la condition que la maison serait démolie à la première réquisition des consuls. Même obligation avait été imposée à me Henri Sabatier notaire de l'archevêque, à Jean Chabas, Gabriel Salvaire et plusieurs autres habitants. Malgré la fermeture de la ville du côté nord les remparts de Bourg aux abords du pont-vieux restaient encore en place en 1528.

60 Ibidem, compoix de 1499, f° XLVII v°, f° XLVII v°, f° CXLVII v°.

61 Ibidem, AA 112, f° 63 v°, 5 novembre 1520.

62 Accessoirement aussi le choix du siège du consulat constitue une victoire du négoce. Faut-il voir dans cet événement un effet, aussi, du déclin précoce de la draperie en Cité qui venait d'être durement affectée par l'expulsion des juifs ?

63 Ibidem, AA 112, f° 22, publié par G. MOUYNES (1871) p. 399-403 ; cf. annexe n° 7. Mathieu Peyronne est consul en 1495, 1501.

64 Cf. infra.

65 Ibidem, AA 112, f° 63-68 ; BB 57, f° 1-13. Achat d'abord, d'une maison île Saint-Nazaire à la femme de l'hôte de l'écu de France, d'une autre île le Consulat à René de la Rue, marchand, dont les revenus seraient affectés aux dépenses des écoles. Le collège sera fondé île l'École. 112 l. au moins était prévus pour les frais des douze collégiats et du précepteur. La somme se révélera rapidement insuffisante à cause de la hausse des prix. Les douze collégiats seront réduits au nombre de quatre, boursiers pensionnaires de Narbonne et du diocèse, choisis par le conseil de la ville. L. NARBONNE, (1892) p. 72 sq. Dr. DEVY, (1986) p. 260-263. BB 57, f° 4 : on ne possède pas le testament de Mathieu Peyronne, la page du registre consulaire où il devait être transcrit est restée blanche. Arnaud Seguier est un des exécuteurs testamentaires de Mathieu Peyronne.

66 Cf. supra.

67 A.M.N., compoix de 1549, f° 459 v°, une maison bâtie à neuf ; f° 343, maison neuve de Jacques Mouly pélégantier ; f° 52 ; f° 581 : un patu bâti en deux hostals appartenant à Durand Nautonnier, un des marchands imposé le plus lourdement pour le cabal (1 000 l.) ; f° 159 v°, une maison bâtie à neuf à Guiraud Nautonnier marchand -cabal 500 l.- ; f° 126 v°, appartenant à Estienne Giron sellier ; f° 304 v°.

68 Ibidem, f° 898 v°, un petit hostal neuf de Pierre Bosc tanneur, f 836 v°, une maison et calquière bâties à neuf appartenant à Guillaume Marcouyre corratier, f° 918 v°, une petite maison bâtie à neuf appartenant aux héritiers de Jean Angit bonnetier.

69 Martin Delort, juge pour le roi, venait de faire bâtir un pailler sur un patu, A.M.N., compoix de 1562, f° 41 v° ; le notaire Guillaume d'Aragon une maison île le Poids de la Farine, ibidem, f° 110 ; Raymond Domergue une maison île Saint-Clément, ibidem, f° 748 ; noble Henri Sabatier plusieurs petites maisons dans les îles Saint-Bernard et Saint-Alexis, ibidem, f° 370-371, près de la tête du pont-vieux. Autres constructions : île Saint-Antoine (f° 186), une étable, pailler, patu île la Vicomté (f° 189) ; une maison refaite à neuf île Saint-Jaume (f° 443). Les constructions neuves ne sont pas limitées à l'intérieur de la ville : il y en a aussi dans le terroir, cf. infra.

70 Mais il n'y a guère de maisons de caractère, en dehors de la maison dite des Trois Nourrices.

71 Cf. infra, chap. VII.

72 Au milieu du xvie s. la construction des boutiques et des maisons sur le pont n'est pas encore achevée : compoix de 1549 : Daudé Amans marchand, une boutique sur le pont bâtie de neuf, Estienne Alquier apothicaire, une boutique sur le pont bâtie de neuf, Guillaume Castier mangonnier, deux boutiques sur le pont bâties de neuf... Compoix de 1562 : Meric Rigaud, une boutique qu'il a bâtie de neuf...

73 E. DEPREZ, (1936) p. 53-79 ; 16 septembre 1494.

74 Félix et Thomas PLATTER, (1892) p. 401.

75 Cf. supra, notamment création de la crue sur le sel dont le produit est destiné aux fortifications.

76 5 février 1495, actes de cession du droit de passage dans la seigneurie de Montredon et les terres de Saint-Pierre-des-Clars, faite à la ville par Jean de Montredon seigneur de Montredon et Guillaume de Neveys seigneur de Botonet et Ornaisons pour l'établissement de l'aqueduc des fontaines moyennant l'albergue d'une paire de gants de la valeur de 2 sous 6 deniers, AA 103, f° 72 v°, publié dans G. MOUYNES, (1871) document CLXXXIV p. 403-406.

77 Ce terroir est inclus actuellement dans la commune de Montredon, cf. G. MOUYNES, (1871) p. 377-379. Ces prises d'eau à Saint-Pierre-des-Clars ont une autre signification. On l'a vu, Saint-Pierre-des-Clars était une communauté à part entière au xive siècle. Son dépérissement laissait le champ libre à la ville qui pouvait ainsi aller chercher dans la zone des collines l'eau potable dont elle ne disposait plus.

78 Cet aqueduc restera jusqu'au xixe s. le principal canal d'alimentation en eau de Narbonne.

79 A.M.N., AA 109, deuxième feuillet de garde, notes concernant les fontaines de la ville : « l'an mil cinq cens et huict feurent faictes les fontaines de la présent ville de Narbonne ».

80 Collecte des clavaires, dossier des pièces justificatives, AA 109, f° 76. 1511, note concernant la construction des fontaines de Bourg et de Cité. Guillaume Alcoynes est un des consuls. En 1511, le marché des fontaines est passé à Anthoni Maury pour 400 écus au soleil, l'écu valant 36 s. 6 d. ; 1512, les deux griffouls sont posés. Anthoni Maury reçoit en plus de ce qu'on lui avait promis 127 l. 7 s. 8 d. La fontaine de Cité se trouvait devant l'évêché et était conçue pour servir d'abreuvoir (pièces justificatives des dépenses consulaires).

81 En 1529 encore : dépenses à la fontaine (dossier des pièces justificatives des dépenses consulaires).

82 A.M.N., AA 109, f° 75 v°. Henri Guissane est consul comme placier.

83 Comptes consulaires, pièces justificatives : 26 janvier 1511, 16 décembre 1511 : 29 tombereaux de pierres...

84 J. CAILLE, Histoire de Narbonne, p. 188.

85 En fait, la pente est très faible. Au niveau du nouveau moulin entre-deux-villes la côte NGF est de 6,072 m., sous le pont de la Liberté, en aval, la côte est de 5,815 m.

86 Ibidem, compoix 'de 1499', chaque part du moulin est évaluée à 400 l., f° 123 v°, 127 r°, 172. Les choses sont un peu plus complexes en fait. La lettre de Louis XII au sénéchal de Carcassonne parle seulement de Mathieu Peyronne et de Barthélémy Saint-Jean (63 J 24) ; André Peytavin apparaît ensuite, puis Raulin Seguier (63 J 23, compoix ‘de 1499’). Entre-temps, Mathieu Peyronne semble s'être retiré du projet.

87 Cf. supra. Il est consul en 1493.

88 Ibidem, AA 108, f° 42 v°, qualifié de licencié en droit. Il était consul aux côtés de François Peyronne.

89 Ibidem, AA 101, f° 179 v°, cf. supra. Il est un des consuls, il achète à Mathieu Peyronne un patu. Les liens entre tous ces personnages apparaissent aussi de manière assez imprévue, mais subtile, longtemps après leur décès. Les îlots de maisons portent le nom des notables jusqu'à la fin du xvie s., ce qui rend malaisé leur identification. L'île Saint-Crescent dans le terson Lamourguier, île Guiraut d'Erminis en 1352, qui devient ensuite Mathieu Peyronne en 1499, prendra le nom de André Peytavin.

90 A.N., H 748 10, 15 septembre 1501 ; A. SPONT, (1891) p. 447-448. Sur le sel, cf. infra, chap. VII.

91 Île Saint-Pierre.

92 A.M.N., AA 103, f° 5, 23 mars 1468 : transaction arbitrale entre les gens d'Église de Narbonne et les consuls concernant l'exemption de la taille des biens ruraux ecclésiastiques et des maisons des cloîtres Saint-Just, Saint-Paul et Saint-Sébastien ; Ibidem, f° 140, 1481-1483 : Lettre de Louis XI du mois de mai 1481 qui dispensait de toutes tailles les biens du chapitre Saint-Just ; AA 100, f° 149, 22 mars 1493 : délibération des consuls qui homologue et approuve la transaction passée entre les consuls, les syndics du chapitre Saint-Just, les collégiales Saint-Paul et Saint-Étienne et le clergé de Narbonne sur la taille des biens ruraux ecclésiastiques datée du 11 mars 1492. La ville est mise en possession d'une portion du moulin du Gua. Le chapitre avait acquis au cours de la seconde moitié du xve s. quatre parts du moulin du Gua en 1459, 1465, 1468, 1482.

93 Le bail en faveur de Peyronne et de Saint-Jean -la lettre de Louis XII ne mentionne pas Seguier, mais celui-ci est cité dans les procédures ultérieures- est-il contemporain de la nomination de Gaspard de Villemur comme gouverneur de la ville ? Ces initiatives procèdent d'une même volonté de créer aussi rapidement que possible les conditions pour que Narbonne devienne une place-forte sûre. La construction du château de Salses précipite la décision.

94 A.M.N., AA 112, f° 9-14, 31 décembre 1520.

95 A.D.A., 63 J 24. Mademoiselle Sylvie Caucanas, conservateur des archives départementales de l'Aude, m'a signalé les documents concernant les moulins de Narbonne dès leur acquisition par le Conseil général de l'Aude.

96 A.D.A., 63 J 26.

97 Ibidem, 63 J 27, 7 novembre 1520.

98 A.M.N., AA 112, f 9-14, 31 décembre 1520. Cette transaction met un terme aux grandes manœuvres autour des moulins, situation qui restera à peu près inchangée jusqu'en 1789.

99 A.M.N., AA 102, p. 148 v° ; dossiers des pièces justificatives de la comptabilité consulaire.

100 A.M.N., compoix de 1559, une grange bâtie à neuf à Lebrassous, f° 866 v° ; compoix de 1562, une grange bâtie à neuf, f° 78 v°, une grange bâtie de neuf dans les terres de Larnet, f° 317 v°...

101 A.M.N., AA 48, lettre patente de Louis XII, 15 mai 1508.

102 Félix et Thomas PLATTER, (1892) p. 400.

103 Cf. infra.

104 Cf. supra, chap. II.

105 R. CAIROU, (1979), une parenthèse dans l'histoire de Narbonne, de l'Antiquité à 1789.

106 Cf. infra, chap. VII.

107 77 contre 48.

108 H. L., t. XI, p. 172. La peste est à Toulouse en 1502, p. 175.

109 G. LARGUIER, (1977) p. 41.

110 Le nombre des nouveaux habitants décroîtra fortement ensuite, excepté en 1515 et 1521 où il atteint 78 et 54. Les listes de nouveaux habitants disparaissent quasiment après 1541, avec la refonte du système d'imposition.

111 Il y eut 78 nouveaux habitants en 1511, 13 seulement en 1526, ce qui donne un léger fléchissement à notre courbe en 1526 par rapport à 1515.

112 Cf. infra, l'épidémie débute en 1522 et non pas en 1521 comme le laisserait croire la criée pour l'épidémie à Barcelone du 5 mai 1521 qui cite comme lieux infectés les villes du royaume de France, E. NADAL et E. GIRALT, (1960) p. 27-28.

113 Dr. CAYLA, (1938) p. 106 note 2, p. 130 note 6 : 19 janvier 1531, le testateur et le notaire se tiennent dans des champs voisins.

114 Comptabilité consulaire, pièces justificatives : compte pour le guet à la place de ceux qui sont défaillants, 1547-1548.

115 Décès à l'hôpital : comptes des clavaires, pièces justificatives ; registres des notaires de Ginestas : Dr. CAYLA, (1938).

116 AA 110, f° 120, serment des consuls.

117 Ce nombre reste à peu près stable au cours de la première moitié du xvie s. Est-il fonction d'un nombre de places limité ou bien l'afflux des pauvres est-il constant ? En 1534, année plus calme que celles données dans le tableau n° 26, la moyenne mensuelle oscille entre 25 et 45.

118 Collecte des clavaires, pièces justificatives, compte des suaires: 1522 : 17-30 septembre 5 ; octobre 16 ; novembre 28 ; décembre 26. 1523 : janvier 18 ; avril 22 ; mai 48 ; juin 50 ; juillet 25 ; août 26 ; septembre 16 ; octobre 19 ; novembre 38 ; décembre 27. 1524 : janvier 20.

119 18 décembre 1523...

120 À la poissonnerie de Cité (2), à la Parerie (1), devant la Cour du Roi (1), près d'une hôtellerie (2), dans une étable (5), dans une maison (1), dans l'archevêché (2), près de Lamourguier (1), près de la porte de Bourg (1), au cimetière de Saint-Sébastien (1), aux salins (1), près du moulin (1), entre-deux-villes (3)...

121 Compte des clavaires 1534.

122 Des valets sont aussi envoyés à l'hôpital par leurs maîtres : un serviteur de M. de Ricardelle, le 25 janvier 1523...

123 Sans les négliger il ne faut pas trop s'attacher aux différences que l'on perçoit entre 1522-24 et 1545. Les effectifs sur lesquels porte la statistique de 1545 sont plus réduits. Ce facteur à lui seul peut expliquer une partie des variations.

124 Cf. infra, chap. VII.

125 Un seul de Pamiers.

126 Une femme de Castelnaudary, 15 juin 1545.

127 Deux décédés du diocèse de Lescar en 1422-1424. Deux encore en 1545, un du Béarn en 1524, un de Tarbes en 1523, un autre en 1545...

128 Cf. infra, chap. XIV.

129 12 octobre 1545.

130 19 septembre 1522, 5 juin 1545...

131 Dr. CAYLA, (1938) p. 165.

132 Cette descente des clercs du Rouergue est une des conséquence de la densité des communautés de prêtres, N. LEMAÎTRE, (1988) p. 43 sq., p. 282 sq.

133 Ibidem, p. 185. Ce phénomène de descente des clercs du Rouergue a déjà été décrit. Il est très précoce ici.

134 E. LE ROY LADURIE, (1966).

135 Dr. CAYLA, (1938) p. 186, mai 1521.

136 Ibidem, p. 177, 5 octobre 1531.

137 Dr. CAYLA, (1950) p. 66-68.

138 Cf. infra, chap. X. L'exemple de la famille de Beauxhostes montre qu'elle n'est pas toujours liée à l'exploitation d'un domaine.

139 Cf. infra, chap. VII, B.

140 E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 320, ‘une crise des profondeurs’.

Table des illustrations

Légende Carte n° 11 - Les transformation du centre ville(fin xve - première moitié du xvie siècle)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Tableau n° 26 - Les pauvres à l’hôpital de Narbonne au xvie s.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Tableau n° 27 - Origine des décédés à l’hôpital de Narbonne (en %)Première moitié du xvie s.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1554/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Presses universitaires de Perpignan, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540