Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le drap et le grain en Languedoc

 | 
Gilbert Larguier

Première partie. Ruptures 1300 - Milieu du XVe siècle

Chapitre II. Un rétablissement spectaculaire 1355-1400

Texte intégral

A / APRÈS LES GRANDES ÉPREUVES, LA RÉCUPÉRATION DÉMOGRAPHIQUE

  • 1 Dr. DEVY, (1986) ; P. WOLFF, (1968) la peste noire p. 159-161 ; H. L, t. IX, p. 609, note 2.
  • 2 Dont 25,2 % de femmes. A.M.N., registre non coté. Tous les registres de clavaires dont il est fait (...)
  • 3 Soit 17,9 %.
  • 4 Pour prendre uniquement l’exemple des faubourgs, le terson Malbec de Bourg a un pourcentage de veu (...)
  • 5 Cf. infra, chap. III et IV, A.
  • 6 Enfuis, 38 hommes, 12 femmes, morts, 1 hommes, 8 femmes ; pauvres, 95 hommes, 68 femmes.
  • 7 D’autres auteurs pensent que la chute de la population est plus limitée. J. CAILLE estime le nombr (...)

1C’est donc une des premières villes du Midi de la France qui allait subir en moins de dix ans un choc irréparable. L’épidémie de peste qui fait rage en Avignon dès le mois de janvier 1348 touche Narbonne à partir de la mi-février. La mortalité dure cinq mois environ. André Benezech, le viguier royal, qui écrit au jurat de Gérone le 17 avril 1348, avance que l’épidémie a fait périr en deux mois un quart des habitants1. Combien décédèrent ensuite ? Pour les contemporains, neuf dixièmes de la population auraient disparu en tout, ce qui paraît très exagéré. Le clavaire de 1352 ne trouve cependant que 973 contribuables à inscrire sur son livre de collecte, 497 en Cité, 476 en Bourg2 dont 179 dans le terson Migean. Or, on se rappelle, le cahier de collecte antérieur à la peste comportait 998 noms pour ce seul terson, c’est-à-dire plus que toute la ville en 13523. Il est peut-être hasardeux de s’appuyer sur ce seul exemple pour évaluer la diminution de la population. Les ravages causés par l’épidémie ne sont probablement pas rigoureusement équivalents dans tous les quartiers de la ville. La proportion différente de femmes seules tendrait à le montrer4, encore que les observations faites tout au long du xve s.5 laissent à penser que les variations de population sont constamment très proches d’un quartier à l’autre. Ces listes de collecte sont-elles établies sur des critères rigoureusement identiques ? On peut en douter. Une concentration des fortunes se produit. Mais le pouvoir municipal hésite entre la rigueur qui permettrait de compenser la chute dramatique du nombre des contribuables et des ressources fiscales et la crainte d’éloigner d’éventuels candidats à l’installation. D’ailleurs, que traduit exactement la liste des contribuables de 1352 puisqu’à la lire attentivement on s’aperçoit que 58 sont portés enfuis, 15 morts et 163 sont qualifiés de pauvres ?6. Il faudrait donc aller dans le sens des évaluations les plus pessimistes des contemporains. Au cours de la peste de 1348, Narbonne aurait perdu les quatre cinquièmes de sa population et ne compterait plus que 6 à 7 000 habitants en 13527.

  • 8 Pour les mariniers, cf. infra.

2Trois ans plus tard, en 1355, Narbonne subissait une seconde catastrophe tout aussi traumatisante. Les bandes conduites par le Prince Noir investissaient la ville. La Cité, solidement fortifiée et bien défendue, parvenait à résister. Mais le Bourg tombait rapidement. Pendant plusieurs jours les incendies et le pillage le dévastaient presque entièrement. Les faubourgs des deux parties de la ville subissaient le même sort. Un an après, le clavaire impose 553 personnes seulement, soit 43 % de moins qu’en 1352 ! Les pertes humaines n’ont peut-être pas eu cette ampleur. Beaucoup d’habitants fuient devant l’ennemi comme les mariniers8. Le raid du prince de Galles n’en a pas moins des effets désastreux car les quartiers livrés à la soldatesque étaient précisément ceux qui contenaient le plus d’artisans et de marchands.

  • 9 Des doutes ont commencé à être émis récemment sur ce schéma-catastrophe, J. CAILLE, (1986).

3Le choc des épreuves que subit Narbonne apparaît peut-être plus sévère qu’ailleurs. On a longtemps daté de ce moment son déclin irrémédiable qu’elle ne serait jamais parvenue ensuite à surmonter vraiment9. Ce schéma de l’effondrement ne peut être accepté aussi facilement.

  • 10 A. BLANC, (1899) p. 542 sq. ; J. COMBES, (1990) p. 30. La peste de 1361 dure trois mois à Montpell (...)
  • 11 A.M.N., non cotés, 106 ont du moble et des possessions, 85 seulement des possessions, 27 seulement (...)
  • 12 On en compte 50, soit 16,13 %, dont la moitié sont expressément désignées comme veuves.
  • 13 A. HIGOUNET-NADAL, (1978), on reconnaît sur la courbe narbonnaise tirée du registre des clavaires (...)

4Narbonne ne subit pas ces coups du sort sans réagir. Une partie des vides sont rapidement comblés. Malgré une nouvelle épidémie de peste qui débute à la Saint-Michel de 1360, dure jusqu’en juin-juillet 1361 et connaît une « reprise furieuse les trois derniers mois »10 ?, 904 noms sont inscrits sur le registre de collecte de Bourg de 1362, 909 sur celui de Cité de 1368. Un précieux compoix du terson Lamourguier de 1363 lève tous les doutes quant à la réalité de ce surprenant repeuplement en nous confirmant le sérieux avec lequel se fixait l’impôt. Le compoix comprend 310 noms. C’est très supérieur au livre de collecte. Mais 92 personnes sont portées comme n’ayant ni moble ni possession, c’est-à-dire aucun capital mobilier, et pas de biens immobiliers ou fonciers11. Les registres fiscaux donnent donc exactement le nombre des possédants. Il faut leur ajouter 39 % dans le terson Lamourguier pour obtenir le chiffre des chefs de familles. On est aux lendemains de la peste de 1360 et les effets de la peste noire ne sont pas encore tous effacés. Les femmes seules et les veuves forment encore une proportion importante de la population12. La récupération, extrêmement rapide, s’est faite en quelques années (cf. gr. n° 3). Des réactions de cette ampleur ne sont pas exceptionnelles et ont été mises en évidence ailleurs, comme à Périgueux. Mais la remontée de la population urbaine extrêmement vive, puisque le nombre des foyers réels doubla, se révélera aussi beaucoup plus éphémère : on retomba en une trentaine d’années aux bas niveaux de l’immédiat après-peste13.

  • 14 P. WOLFF, (1954) p. 125. « Stérilité des moissons et des vendanges... » cependant, A.M.N., CC 1920 (...)
  • 15 Le registre ne comporte que 1 521 noms, mais le folio 59 manque. Il comptait 10 noms.

5À Narbonne, la solidité du rétablissement est telle que la ville semble totalement épargnée par les mauvaises récoltes de 1373-1374 et par la grande cherté de 137514. 1 431 personnes sont imposées en 1376-137715, 1 480 en 1380 et même 1 651 en 1381-82, à la veille de la guerre que vont se livrer le vicomte Aymeric de Narbonne allié au duc de Berry et la ville qui a pris le parti du comte de Foix, Gaston Phoebus.

  • 16 B. GUILLEMAIN, (1962), Bordius de Lunel habitant Narbonne intervient dans une vente de draps de La (...)
  • 17 G. LARGUIER, (1977) p. 200-201.

6Des juifs profitent de l’abandon momentané des mesures prises à leur encontre et viennent se réinstaller à Narbonne en 135916. Mais leurs effectifs sont étroits. L’étendue même du dépeuplement explique davantage la réaction qui se produit. La ville conservait un appareil productif, endommagé certes, et ses réseaux commerciaux. Elle manquait de main-d’œuvre surtout. Les vides creusés par la peste donnaient aux ruraux désireux de venir en ville des facilités qu’ils n’avaient pas eu lorsque la pression démographique était à son maximum dans les campagnes. Narbonne constitue un foyer de basse pression. À cause de leur taille et de la promiscuité, les villes sont plus vulnérables que les petites communautés dispersées. Après avoir quitté Narbonne, les troupes du Prince Noir se dirigent vers Cuxac, incendient Ouveillan. Arrivées devant les murs de Capestang, elles stoppent leur progression et prennent le chemin du retour. Les ravages localement importants restent circonscrits et moins étendus qu’on ne l’a cru. À Ouveillan, par exemple, la population s’enfuit, le terroir accumule des ruines qui ne seront pas relevées avant des décennies17. Mais le lieu ne reste pas dépeuplé et envahi par les friches un siècle durant comme on l’a écrit.

  • 18 Jusqu’à l’épidémie de 1399-1400, Histoire de la population française, t. I, p. 324 sq.
  • 19 Collecte des clavaires ; 1178 en 1393, 1250 en 1398, 1140 en 1399. Cette diminution des deux derni (...)

7Cette récupération qui ramène Narbonne à 9 ou 10 000 habitants environ et semble devoir se poursuivre à un rythme allègre est stoppée brutalement par la ‘guerre du vicomte’. La lutte spectaculaire et âpre que se livrent la ville ouvertement déclarée pour le comte de Foix et le vicomte partisan du duc de Berry à partir de 1381 est loin d’être un épisode secondaire. Les hostilités durent des mois, le vicomte assiège Narbonne, n’hésite pas à s’en prendre au barrage de Moussoulens pour empêcher que l’eau de l’Aude ne s’écoule dans la robine, ce qui privait les Narbonnais d’eau, empêchait les moulins de tourner, asséchait les fossés creusés au devant des remparts. La guerre casse net le redressement narbonnais qui se poursuit ailleurs jusqu’à la fin du siècle18. 1380-81 est le sommet de la récupération qui suit les catastrophes du milieu du siècle. La courbe du nombre des contribuables s’infléchit à nouveau à la baisse. Au cours des dernières décennies du xive s., les clavaires ne parviennent à inscrire sur leurs registres que de 1 150 à 1 250 noms19.

  • 20 C. CARRERE, (1967) p. 652 sq.

8D’autres facteurs, d’ordre démographique notamment, entrent en ligne de compte. C’est le moment où arrivent à l’âge adulte les classes creuses nées au milieu du siècle. Mais la ‘guerre du vicomte’ tombe mal. Autour de 1380, des troubles économiques et sociaux se manifestent dans toute l’Europe, signes d’un malaise international. Barcelone connaît de 1380 à 1390 sa première crise généralisée marquée par une série de faillites, la fuite du métal jaune, un fléchissement marqué des salaires et un ralentissement du grand commerce20. Des causes propres au Principat l’expliquent en partie, notamment le trop grand nombre d’emprunts effectués par le roi et son fils. Mais Narbonne est trop liée à la Catalogne pour ne pas en subir les effets, comme elle est touchée indirectement par la fin du séjour des papes à Avignon.

  • 21 M. J. LARENAUDIE, (1952) p. 28-29. Elles n’avaient jamais vraiment disparu. En 1374 et 1375 le bas (...)
  • 22 V. CHOMEL, (1947) p. 74.
  • 23 N. COULET, (1990) p. 8-16.
  • 24 C’est-à-dire les îles Saint-Alexandre, l’École et Saint-Barthélémy.
  • 25 Collectes de 1389 1, 1389 11, 1392, 1393. Dans la collecte de 1392 il y a 7 juifs pour 23 contribu (...)

9Les difficultés frumentaires sont de retour en dépit de la chute de la population, comme de 1386 à 139321, même si elles ne sont pas si graves qu’on l’a cru puisque les récoltes de 1389 et 1390 laissent quelques excédents dont on autorise l’exportation par le port de Narbonne22. La nouvelle mesure d’expulsion prise contre les juifs en 1394, qui sera définitive23, n’a pas le même effet sur Narbonne que la décision de Philippe le Bel. Une petite communauté juive était parvenue à se reconstituer et à se maintenir en Cité, regroupée à la fin du xive s. dans les îles Ramon Franc et R. Avinionis -R. d’Avignon24. Très affaiblie numériquement, elle vivait petitement. Les juifs revenus à Narbonne n’avaient pu récupérer les biens immobiliers qu’on leur avait confisqués. Ils louaient les habitations qu’ils occupaient. Sur les 11 chefs de famille que nous donne la collecte de clavaire de 1392 aucun chiffre d’imposition ne figure en face du nom de trois d’entre eux, 2 ne règlent pas la somme qu’on leur réclame. N’ayant plus ni terres ni maisons personne ne tirera profit de leur départ25.

  • 26 Tous les registres de clavaires, jusqu’au xvie s., comportent ces listes de "nouveaux habitants" p (...)
  • 27 A.-C. MARIN, (1985).
  • 28 Sans compter les nouveaux habitants qui, généralement, sont de très mauvais payeurs.
  • 29 Ce terson est celui où les "non-valeurs" sont constamment les plus nombreuses. Ainsi en 1398 pour (...)

10Signe des difficultés et des efforts que fait la communauté pour enrayer la diminution du nombre des contribuables et des ressources fiscales, on accueille des ‘nouveaux habitants’ qui sont regroupés en 1399 en une liste séparée sur le registre des clavaires26. Comme dans d’autres villes, les autorités municipales s’emploient à attirer en accordant des avantages fiscaux27. La longueur des listes de contribuables et leur précision ne doivent pas faire illusion cependant. La proportion de ceux qui ne règlent pas leur dû est énorme. Elle s’élève à 31,5 % en 140528. Au total, avec des variations d’un quartier à l’autre, les défaillants sont plus nombreux en Cité qu’en Bourg. Le terson La Major détient le record des mauvais payeurs : 37,7 %29. De tels pourcentages font s’interroger sur la valeur de ces listes et le crédit qu’on peut leur accorder. Le registre de 1417, particulièrement bien tenu et précis, donne un excellent exemple de la prudence avec laquelle il faut manier les registres d’impôts pour évaluer la taille des populations urbaines. À côté du nom des contribuables on lit 209 fois mor es -est mort- à la place de a paguat -a payé- dont 126 fois en Cité, c’est-à-dire dans 27,5 % des cas. Ces faiblesses, souvent montrées, n’enlèvent pas toute valeur aux sources fiscales. Elles ont au moins le mérite, à défaut d’autres sources, d’offrir une documentation sérielle qui ne soit pas trop disparate. Les oscillations du nombre des imposés ne reflètent que de manière imparfaite les variations du nombre des habitants. Elles ne les enregistrent qu’avec retard et par à-coups à la suite du toilettage périodique des listes. Les tendances de fond s’aperçoivent cependant sans discussion possible ainsi que, approximativement, la proportion de la diminution ou de l’augmentation de la population.

  • 30 L’utilisation de ces listes de nouveaux habitants appelle plusieurs remarques. Elles sont postérie (...)

11Le palier de résistance où retombe la population urbaine à la suite de la ‘guerre du vicomte’ et où Narbonne se maintient une quinzaine d’années, apparaît donc fragile. L’extrême rapidité avec laquelle s’était effectué le rétablissement après les catastrophes du milieu du xive s. exclut que la remontée de la population soit due à un facteur unique : reprise vigoureuse de la natalité, retour des fuyards et afflux d’immigrants. Ces trois facteurs ont dû se combiner sans qu’on puisse préciser la proportion de chacun d’eux, comprendre les ressorts exacts de la récupération et percevoir, éventuellement, ses limites. On en est réduit à quelques glanes dans les registres de clavaires et les listes des nouveaux habitants du début du xve s., ce qui permet au mieux de préciser la zone sur laquelle s’exerce l’attraction urbaine. Ils restent fragmentaires, car ils concernent les habitants installés qui entendaient rester à Narbonne. Les gens de condition précaire, la population flottante, ne sont pas pris en compte. Une première vague de ‘nouveaux habitants’ se produit entre 1405 et 1410. Ils sont 21 en 1402, 65 en 1405, 82 en 1406, 93 en 1408, mais seulement 30 en 1415. À quoi correspond exactement cet afflux ? À une pression fiscale aggravée, à une opération de séduction de la part des consuls pour attirer le plus grand nombre d’habitants ou bien à une régularisation de situation et à l’intégration de nouveaux venus ? C’est cette dernière hypothèse qu’il faut retenir certainement, car le nombre de contribuables ne se redresse pas de manière significative ensuite30.

  • 31 A.M.N., non coté, compte du droit de robinage et de travaux à la paissière de Sallèles, 1401-1405.

12On n’a que 70 % environ des provenances des 93 nouveaux habitants de 1408 et un quart de leurs professions (cf. carte n° 4). Une conclusion se dégage cependant avec la plus grande netteté. L’immigration à Narbonne est d’origine très proche. Les trois quarts des nouveaux habitants (73,8 %) viennent de moins de 30 kilomètres. Ce sont les villages de la proximité immédiate de la ville qui donnent le plus : Montredon, Ouveillan, Canet, Ginestas... Le caractère diocésain de cette immigration est très marqué. Les communautés situées au nord de Narbonne, jusqu’à Puisserguier, toute la couronne ouest, la plaine et le nord des Corbières -Thézan, Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, Villesèque et jusqu’à Lagrasse- sont le réservoir où puise Narbonne. Phénomène intéressant que nous révèlent ces listes du début du xve s., des communautés aujourd’hui disparues alimentent le courant d’émigration vers la ville. Trois nouveaux habitants sont de Truillas, 2 de Védilhan, 2 du Vilar-des-Ports. Malgré les épidémies du xive s. et les ravages des troupes, ces communautés restent encore bien vivantes et peuplées au début du xve s. Ainsi, lors des grands travaux effectués à la robine et à la construction de la nouvelle digue en 1401-1402 une dizaine d’hommes et de femmes de Védilhan dont les noms diffèrent furent engagés. Cette localité était donc composée alors d’une quinzaine de familles31. Le Narbonnais garde intact sa densité de petites agglomérations rurales. L’armature urbaine et rurale a donc bien résisté aux premiers chocs des épidémies, de la guerre et du retournement de la conjoncture. Mais l’attrait qu’exerce la ville et le flux qui se crée à son profit menacent les petites communautés périurbaines. Le rétablissement de la ville se fait à leur détriment. Le processus est essentiel à la compréhension du destin de la ville et du peuplement du Narbonnais au xve s. Il explique pourquoi le palier de stabilisation où s’arrête la population urbaine ne peut être maintenu plus d’une quinzaine d’années. Les ressources humaines proches de la ville qui ont permis un sursaut ne sont pas inépuisables.

  • 32 C’est un marchand ou le descendant d’un marchand. Jacme Olivier travaille beaucoup pour son commer (...)
  • 33 P. WOLFF, (1954) p. 82.
  • 34 J. SAGNES dir., (1986) p. 150.

13La proportion des nouveaux habitants étrangers au Narbonnais est faible. Quelques uns viennent du Biterrois, de Béziers même, de Murviel, de Cessenon. Estienne Pinhol auquel on demande 2 livres pour 6 années de présence dans la ville est de Montpellier32. Jean Giraut, brassier, de Barbentane en Provence. Le nord ne fournit aucun des nouveaux habitants. Les forains les plus septentrionaux descendent du Rouergue comme Jean de Raffanel né à Villefranche. L’aire de recrutement des immigrants s’étend un peu plus largement du côté de l’ouest. Un pareur vient de Pamiers, Jean de Dossec, un penchenier, de Lectoure, Pierre del Noguier, pasteur, de Asson en Béarn. La présence de ce dernier à Narbonne confirme le fort courant migratoire des Béarnais vers l’est au cours de cette période33. Solidement implantés à Toulouse où ils servent d’intermédiaires dans les relations économiques étroites entre la vallée de la Garonne et leur région, ils viennent aussi jusqu’au bord de la Méditerranée. C’est du sud proche peut-être que l’apport est le plus important. Sont installés à Narbonne en 1408 des gens de Perpignan, de Saint-Laurent-de-la-Salanque ou de Torreilles... La remontée catalane vers le nord apparaît importante dans la première moitié du xve s. Les Catalans sont nombreux également à Béziers34 ou à Montpellier.

  • 35 A.-C. MARIN, (1985).

14La carte des courants migratoires orientés vers Narbonne au début du xve s. apparaît donc comme très contrastée. Elle oppose un umland très sollicité et des zones éloignées à faible émission contenues dans une bande étroite qui s’étend du Roussillon au Rouergue, et de la Provence rhodanienne au Béarn. Ces quelques notations laissent donc entrevoir des migrations dont le rayon d’action est plus faible que dans d’autres villes méridionales, comme Montpellier ou Toulouse. La documentation ne permet pas de faire des comparaisons rigoureuses à une date donnée. Les lettres d’habitanage montpelliéraines couvrent la période 1422-1442 par exemple et sont le fruit d’une politique systématique des consuls. Les campagnes proches des centres urbains importants sont en ces périodes de difficultés, encore plus qu’au temps de prospérité, le réservoir privilégié où leur population se renouvelle. À chaque attaque de peste succède une vague d’immigration. Mais l’aire de chacune de ces villes apparaît bien délimitée. Aucune n’empiète sur l’espace dominé par une autre35.

  • 36 Idem, En 1423 Jean Nadal marchand, en 1425 Jean Vitalis changeur, en 1426 Pierre Santzet, Jacques (...)

15On n’observe pas toutefois à Narbonne d’aussi amples courants migratoires qu’à Toulouse ou Montpellier. Seul point commun : les Rouergats sont en nombre partout. Le Rouergue relativement épargné par les vagues de surmortalité apparaît bien, à la fin du xive s. et au début du xve s., comme un réservoir de population, un des pôles migratoires majeurs qui diffuse en direction de tout le Midi languedocien. Mais en 1408 on ne trouve pas trace de migrants venus des pays rhodaniens, de la Bourgogne, du Centre, de Paris, de la Flandre ou d’Allemagne comme à Toulouse et à Montpellier. La taille des villes, leurs fonctions, leur poids économique expliquent-ils ces différences ? Le repli de Narbonne sur sa micro-région est-il le fait de difficultés plus sérieuses qu’ailleurs ? On relève en effet le nom de plusieurs marchands narbonnais à Montpellier au cours de la décennie 142036. Peut-être faut-il penser à des courants migratoires un peu différents. L’apport du sud, plus important que celui du nord, tient une place supérieure à ce qu’il est dans les autres grandes villes méridionales. Les listes de nouveaux habitants confirment des relations tissées entre Narbonne et les pays catalans. Celles-ci ne sont pas seulement commerciales et ne se limitent pas à un va-et-vient de patrons de barques et de marchands. Des Roussillonnais viennent vivre à Narbonne et s’y établissent d’autant plus facilement que la ‘langue vulgaire’ parlée à Narbonne présente de nombreux points communs avec le catalan. Les parlers occitan et catalan restent des cousins germains, incomplètement dissociés encore. Les tournures de phrases, montrent que les intonations des deux parlers étaient très proches. Malgré les différences qui s’aperçoivent de plus en plus nettement, le Narbonnais, le Roussillon et le domaine catalan en général, font partie d’une même communauté linguistique au début du xve s.

Carte n° 4 - L’immigration à Narbonne au début du xve s.
Origine des nouveaux habitants en 1408

16Les trop rares mentions des métiers des nouveaux habitants sont sans surprise. Il y a quelques labradors et brassiers en 1408. Mais les gens de métiers dominent. Les artisans du textile ou qui travaillent le cuir sont les plus nombreux : tisserands, pencheniers, pareurs, blanchers et aludiers. Les deux principaux secteurs de l’économie narbonnaise trouvent ainsi à se renouveler facilement à proximité de la ville.

B / RÉSISTANCE ÉCONOMIQUE ET RECOMPOSITION DE L’ESPACE URBAIN

1. Narbonne, ville forte

  • 37 Coll. DOAT, vol. 53, f° 140, H. L., t. IX, p. 615 note 4, p. 617. Pour couvrir les frais on met po (...)
  • 38 C. FREIGANG, (1992) p. 29 sq.

17Les deux agressions que subit Narbonne en moins de dix ans au milieu du xive s. modifient profondément la ville. Le raid anglais précipite une recomposition de l’espace urbain qui avait déjà commencé. Dès le lendemain de la peste, en effet, en 1349, on s’était inquiété des faiblesses que présentait le système de défense. Les murailles étaient en piteux état en Bourg qui « absolument désemparé n’aurait pas résisté à une attaque toujours à craindre ». On ne prévoyait pas de simples consolidations ou réparations, mais bien de nouvelles fortifications. Le lieutenant du roi sollicité permettait de détruire à cet effet les maisons situées sur le tracé des ouvrages projetés37. Au même moment les consuls opposaient un refus intransigeant au chapitre Saint-Just qui voulait déplacer l’enceinte du côté est de Cité pour poursuivre les travaux de la cathédrale et exécuter le plan initialement prévu. Ils craignaient surtout de voir la ville momentanément sans défense. Le conflit long, passionné, émaillé d’incidents rocambolesques entre les consuls et les chanoines, illustre parfaitement le repli de la ville sur elle-même. L’achèvement de la cité céleste, dont la cathédrale est le symbole, passe après les urgences de l’heure38.

  • 39 Une imposition sur les denrées et les marchandises vendues dans la ville est établie pour 5 ans en (...)
  • 40 Ibidem, p. 814. Nombreuses références, A.M.N., CC 1305, 1310, 1311...

18Ces travaux de consolidation des remparts se poursuivent pendant plus de trois quarts de siècle et concernent toute les parties de l’enceinte39. L’initiative ne vient pas seulement des consuls, du vicomte ou de l’archevêque. La monarchie fait pression pour que les choses aillent plus rapidement. En décembre 1369, le duc d’Anjou ordonne au vicomte Aymeric de faire fortifier la ville de Narbonne, de veiller à sa garde, et d’y établir des capitaines40. La réorganisation de l’enceinte fortifiée n’alla pas sans des susceptibilités froissées, des conflits incessants d’intérêts et de souveraineté. À la suite de l’ordre donné par le duc d’Anjou au vicomte, les consuls se disent profondément choqués sous prétexte qu’ils tiennent leur consulat immédiatement du roi et qu’ils ont la responsabilité de la garde de la ville. De même, ils protestent quand l’archevêque veut faire exhausser les tours de son palais. Mais l’urgence a vite raison des prétentions ou de la mauvaise humeur des uns et des autres malgré l’importance des sommes qu’il faut engager.

  • 41 51 % des contribuables en 1352. Seul indice de la diminution de la population, le nombre des îles, (...)
  • 42 En 1338.
  • 43 Dr. DEVY, (1986) p. 335-336.

19Plusieurs portes sont aveuglées pour réduire à l’indispensable les communications avec l’extérieur. Le nombre des tours augmente. Vers 1370 les remparts de Cité en comptent 42, les remparts de Bourg 26. Les courtines renforcées sont débarrassées des constructions qui s’y adossaient ou qui encombraient parfois le chemin de ronde. De même, on s’emploie à libérer un espace de quelques mètres entre les remparts et les habitations afin de faciliter le déplacement des défenseurs. À l’extérieur, les fossés, déblayés, sont remis en eau. C’est une raison supplémentaire de l’attention des consuls à garantir à la robine qui contribue au système de défense de la ville une alimentation et un débit réguliers. Narbonne reprend son allure de forteresse. Malgré l’union des consulats de Cité et de Bourg dans la décennie qui précède la catastrophe41, aboutissement d’une première évolution des institutions municipales et résultat à la fois d’une ouverture sur l’extérieur et d’une plus grande cohésion interne, la ville se retrouvait partagée en deux citadelles de part et d’autre du fleuve. Cela n’allait pas sans inconvénients. Certes, le siège de 1355 avait montré que, partagée en deux, toute la ville ne tombait pas d’un coup aux mains ennemies. Mais l’espace libre entre le fleuve et les remparts facilitait l’investissement de Narbonne ou rendait problématique la protection du pont qui reliait le Bourg et la Cité. Aussi, perfectionna-t-on le système de défense. Le lieutenant du roi en Languedoc donna largement l’impulsion. Dès 1371, il revenait à la charge auprès des consuls pour leur demander de presser la remise en état des fossés et l’achèvement des barbacanes destinées à clore entièrement la ville. Deux furent construites du côté de Cité, qui allaient jusqu’au pont-vieux. La première, à l’ouest, s’accrochait à la troisième tour de l’archevêché, la seconde, à l’est, à la ‘tour des vents’42. Ces ouvrages caractérisent parfaitement et accentuent la physionomie que prend Narbonne. Plus que jamais celle-ci est une ville double. La circulation d’un côté à l’autre de la robine se fait à l’abri du rideau de murailles qui protège l’accès au pont-vieux. Celui-ci ne perd pas son aspect, cependant, d’une rue bordée de boutiques et d’obradors -d’ouvroirs d’artisans43. C’étaient de simples échoppes qui ne comportaient pas d’étage, des constructions légères, on le comprend aisément, car trop vulnérables en cas d’attaque de la ville. Elles avaient une valeur marchande élevée néanmoins. Les principaux mercadiers en possédaient, les exploitaient eux-mêmes, les faisaient tenir par leurs facteurs ou les louaient. Une boutique rapportait autant qu’une maison en ville. La fonction du pont, lieu de rencontre et d’échanges autant que de circulation, l’animation qui y régnait, atténuaient un peu le repli obligé des deux parties de la ville derrière leurs fortifications.

20La contraction de l’espace urbain est rapide, mais pas immédiate et semble-t-il moins importante qu’on ne l’a cru. La ville reste à peu près intacte après le passage de la peste. La collecte de clavaire de 1352 nous montre une ville toujours composée de 8 tersons et des faubourgs peuplés. 27,8 % des contribuables habitent encore en dehors des fortifications. En Cité, c’est presque la moitié de la population qui est hors les murs dans les faubourgs de Villeneuve, et de Saint-Félix (47,7 %).

  • 44 A.M.N., compoix du terson Lamourguier 1363, collecte des clavaires 1407, non cotés.

21Aussi, cette partie de la ville contient-elle davantage d’habitants que l’autre44. Après 1355, par contre, les registres de tailles ne mentionnent plus que 5 tersons. Plus aucune ne fait allusion aux tersons Malbec, Saint-Félix et Villeneuve ainsi qu’aux îles qui les composaient. Aussi, bien qu’elle ait résisté aux assauts du Prince Noir, est-ce la Cité, paradoxalement, qui est la plus affectée par la contraction de l’espace urbain. Le rapport entre le nombre de contribuables de Cité et de Bourg s’inverse. Bourg l’emporte désormais.

22En 1398, 56 % des contribuables y demeurent. C’est à peu près le poids de chacune des deux parties de la ville pendant plusieurs siècles. Est-ce-à-dire que les faubourgs sont laissés entièrement à l’abandon et retournent à l’état de friches ? Les choses sont moins simples, bien qu’on n’entende plus parler de faubourgs. La chute de la population, la faible occupation du centre facilitent le repli à l’intérieur des remparts. Toute vie ne disparaît pas cependant. Les églises restent debout, comme Saint-Etienne dans le faubourg de Villeneuve. Surtout, les ordres religieux, mendiants comme prêcheurs, n’éprouvent pas le besoin de transférer leurs couvents en ville.

  • 45 Dr. DEVY, (1986) p. 341.

23Le précédent du Prince Noir, plus que l’architecture et la disposition des bâtiments, explique l’attitude des religieux, différente de celle du reste de la population. Il loge dans le couvent des Carmes pendant que ses troupes assiègent Narbonne et livrent le Bourg et les faubourgs au pillage et à l’incendie. Ce sentiment d’immunité sort renforcé de la ‘guerre du vicomte’. Aimeric IV s’en prend aux biens des citadins dans le terroir mais aucune source ne signale d’exaction à l’encontre des établissements religieux. Les augustins, établis près de la porte Saint-Paul, les carmes, les franciscains, les frères prêcheurs, les minorettes également, restent extra-muros pendant plus d’un siècle et demi. Les habitations, les échoppes, les ateliers sont délaissés. Toutes les activités liées au travail rentrent à l’intérieur des murs. Au devant des fossés et des tours ne reste plus qu’une ‘couronne de prière’45 avec ses églises, les enclos des couvents et la verdure de leurs jardins.

2. Narbonne après la peste noire

24On date des chocs du milieu du xive s. l’affaiblissement économique de Narbonne. La chute de la population de la ville, des campagnes, et généralement de tout l’Occident, entraînant la disparition des producteurs et des consommateurs, le retournement de la conjoncture causé directement ou accentué par les entraves aux échanges que causent les opérations de guerre, ne pouvaient rester sans effet. D’autant, comme toujours, qu’apparaissent en pleine lumière, dès que les difficultés se pressent, les faiblesses restées masquées jusque-là par le haut niveau de la population et de l’activité économique. Mais les symptômes défavorables, en dehors de tout facteur conjoncturel, se multipliaient, on l’a vu. Or Narbonne, dans un premier temps, résiste très honorablement, bien que le territoire urbain se réduise et que se mette en place une nouvelle géographie des activités et de la société.

  • 46 Ibidem.
  • 47 Le terson Malbec se trouvait à l’ouest de Bourg, cf. carte n° 1.
  • 48 10,8 % dans le terson Malbec. La proportion est plus forte en Cité (20,3 %) qu’en Bourg (14,4 %).

25La collecte de clavaire de 135246, qui répond au souci évident de compter les survivants, montre que la peste qui se propage dès les premiers mois de 1348 ne provoque pas sur le moment d’effondrement économique. La mort frappe les hommes, mais la ville conserve une belle allure, garde intacte sa structure interne et ses faubourgs. À l’est de la Cité, vers l’aval de la robine, le faubourg Villeneuve qui contient 61 contribuables compterait alors plus de cent maisons. Le quartier Saint-Félix, du côté ouest de Cité, occupait un espace plus vaste encore. Une population importante vivait dans ce terson en 1352 puisqu’on y dénombrait 173 contribuables. Près de la moitié de la population du côté de Cité habitait donc hors les murs (47 %). La proportion était plus faible en Bourg, 7,8 % seulement, dans le terson Malbec47. Ces listes d’imposés de 1352 témoignent-elles fidèlement de la répartition de la population et de la situation antérieure à la peste ? Le nombre des femmes est inégal selon les quartiers. Sur 993 contribuables recensés 19,9 % sont des femmes. Mais ce pourcentage s’élève à 25,4 % à Saint-Félix et à 26,1 % à Villeneuve. Est-ce là l’indice d’une plus grande vulnérabilité à la maladie de la population qui vivait hors les murs et d’une mortalité plus forte48 ?

2657,2 % des professions des hommes sont connues. C’est assez pour se faire une idée de l’économie urbaine et esquisser une géographie sociale (cf. annexe n° 2 et tableau n° 1). La place de l’artisanat, du textile en particulier, confirme le maintien à peu près intact des fabrications jusqu’à la peste noire. 41,3 % des contribuables sont artisans. Parmi eux, 46,5 % relèvent du textile. La ville reste plus que jamais spécialisée dans l’apprêt des draps. Plus de la moitié de ceux qui travaillent pour la draperie sont pareurs en effet (51,2 %). Les opérations de préparation de la laine, des fils... ne se font plus guère en ville, de même que le tissage des draps. Un travailleur du textile sur 5 environ (18,6 %) est tisserand. Les draps issus de la fabrique narbonnaise représentent peu de chose à côté de ceux qui viennent d’ailleurs. La proportion plus élevée que naguère des tailleurs (24,4 %), un peu paradoxale en cette période de forte diminution de la population, traduit moins une nouvelle orientation de la draperie narbonnaise que son affaiblissement relatif. En dehors du textile, un seul secteur artisanal compte vraiment : celui du cuir -26,6 % des artisans. La production est diversifiée. Les blanquiers côtoient les aludiers, les pelissiers, les borsaires ou les pergaminiers. Son poids reste sans comparaison dans l’économie locale avec la draperie. De plus faible valeur marchande, de technique moins complexe, elle n’est pas la source directe ou indirecte d’autant d’emplois.

  • 49 Sergent royal, d’archevêque, de l’abbé de Saint-Paul, sous-viguier....
  • 50 On a regroupé dans la catégorie crieurs publics les encantaires, littéralement les vendeurs à l’en (...)

27Le commerce occupe la seconde place à Narbonne. Un Narbonnais sur six vit directement de l’échange. Cette proportion est supérieure en fait, car nombre d’artisans commercialisent directement le fruit de leur travail. Plus significative est la part du grand commerce. Les mercadiers, les épiciers, les changeurs ou les corratiers intermédiaires obligés des échanges, sont plus nombreux que les commerçants de proximité, comme les mangonniers, les bouchers, les poissonniers. Un troisième groupe, très disparate, puisqu’il comprend les sergents49, les messagers ou écuyers des consuls, les crieurs publics50, c’est-à-dire les employés au service du roi, des différents seigneurs de la ville ou des consuls, compte un nombre d’actifs sensiblement égal à celui du commerce. Complètent ces trois grandes catégories un nombre imposant de notaires (38), 4 avocats et maîtres-es-droit, 2 médecins ainsi que 9 mariniers.

  • 51 La question du paiement de l’impôt par les clercs (notion plus large que celle d’ecclésiastique d’ (...)

28Le clergé est totalement exempté d’impôt. Aucun ecclésiastique ne figure sur le registre du clavaire51. Le nombre des contribuables qualifiés de nobles ou de bourgeois est infime : 6 donzels -jeunes nobles célibataires- habitant tous en Cité et 5 bourgeois. Plus digne d’attention est la faiblesse du nombre des brassiers et des lauraires -les laboureurs-. La ville contenait-elle si peu d’agriculteurs et n’avait-elle que des relations distantes avec la campagne, entièrement consacrée qu’elle était à l’artisanat et au commerce ? Deux observations vont dans le sens de cette hypothèse. Il n’y a guère plus de laboureurs dans les faubourgs que dans les autres quartiers de l’intérieur. D’autre part, on l’a vu, les hameaux qui entourent la ville sont entièrement consacrés à l’agriculture et à la vie pastorale.

29Le registre de collecte de 1352 confirme la répartition des activités urbaines que l’on n’avait pu apercevoir jusque-là que pour un quartier ou une partie de la ville. À l’exception du faubourg Villeneuve, où se concentrent tous les mariniers, Narbonne ne comporte pas de quartier spécialisé dans un métier, un type d’opération ou un secteur artisanal qui lui serait réservé. Des tendances et des associations d’activités dominent néanmoins une géographie sociale différenciée.

  • 52 84,2 % des artisans du terson d’Aude travaillent dans le textile.

30L’artisanat se répartit de manière équilibrée entre les deux parties de la ville et les faubourgs. Petite surprise : Cité l’emporte sur Bourg. Ce ne sont pas les faubourgs qui se distinguent particulièrement. Le pourcentage des artisans est très voisin et équivalent à la moyenne de la ville. Les différences sont davantage entre quartiers de l’intérieur de la ville. Le secteur oriental de Cité -le terson de La Major- compte davantage d’artisans que le côté ouest -Saint-Just. C’est l’inverse en Bourg où le terson de Lamourguier est la zone de Narbonne où la densité artisanale est la plus faible. Cela n’empêche pas la diversité, au contraire. Saint-Just et Lamourguier sont en effet des quartiers où l’on dénombre la plus grande variété de métiers. La draperie a perdu beaucoup de terrain en Cité. À peine plus d’un tiers des travailleurs du textile y habite (37 %). Le tissage s’y pratique autant qu’en Bourg. La confection s’est développée. Mais l’apprêt des draps se fait ailleurs. Les quartiers de Saint-Félix et de La Major se sont orientés vers d’autres domaines. Le cuir est devenu une véritable spécialité du faubourg Saint-Félix. Tous les aludiers et les blanquiers se sont installés là, à proximité de la robine. Les pelissiers et les cordonniers sont davantage à l’intérieur de la ville dans le quartier Saint-Just et à La Major, comme d’ailleurs les quartiers du bois. La Major compte la plus forte concentration de fustiers de tout Narbonne. L’orientation de Bourg vers le textile est beaucoup plus prononcée. Celui-ci occupe 3 artisans sur 5 avec une spécialisation marquée dans l’apprêt des draps. 40 % de tous les artisans de Bourg sont en effet des pareurs qui se concentrent principalement dans les tersons Migean et d’Aude, le long et à proximité de la rue de la Parerie52.

31Le commerce apparaît dans l’ensemble un peu plus développé en Cité qu’en Bourg, bien que Lamourguier soit le quartier le plus nettement orienté vers l’échange. Un tiers des mercadiers narbonnais y loge ainsi que 3 épiciers sur 5 et 4 des 7 corratiers que nous connaissons. Le faubourg Saint-Félix a aussi un nombre respectable de mercadiers. Deux ou trois quartiers concentrent une proportion de notaires et de personnel de service plus forte que les autres.

Tableau n° 1 - Narbonne en 1352.
Les catégories socio-professionnelles par quartiers (en %)

Tableau n° 1 - Narbonne en 1352.Les catégories socio-professionnelles par quartiers (en %)
  • * Le tableau ne tient pas compte des donzels et des bourgeois.

Note **

32En Cité, les quartiers où il y a beaucoup de notaires sont aussi ceux où les sergents, les encantaires... etc. sont nombreux. En Bourg, c’est le contraire. Là où les notaires sont en force le personnel de service est rare et vice-versa.

33La peste noire a provoqué un choc démographique impressionnant. La composition socio-professionnelle de la ville et de ses quartiers, au lendemain de l’épidémie, montre cependant que la ville a assez bien résisté à l’épreuve. Les différences entre quartiers ne proviennent pas des vides provoqués par la maladie. Narbonne est bien une ville double où les deux parties séparées par la robine ont une organisation similaire. Au quartier Saint-Just en Cité, peu industrieux, où aux marchands, notaires, sergents... s’ajoutent les clercs exemptés d’impôts et la domesticité qui vivait avec eux, correspond le terson Lamourguier encore moins peuplé d’artisans. Le côté nord de Cité a son pendant en Bourg entre la robine et Saint-Paul. Le faubourg Saint-Félix apparaît finalement comme la partie de la ville où les différentes activités sont les plus équilibrées. La dissémination des activités et des catégories sociales, à l’exception du cas spécifique des mariniers et des gens de mer regroupés à Villeneuve, favorisée par la structure particulière de la ville, explique que les différenciations entre quartiers ne soient guère poussées et les tensions sociales peu marquées. Il n’y a pas à Narbonne de quartier riche face à des îlots de pauvreté.

  • 53 Mais elle est générale : la proportion des tailleurs progresse fortement à Toulouse aussi, par exe (...)

34L’image qui se dégage de Narbonne entre la peste noire et 1355 n’est pas d’une parfaite clarté. Mais quelques traits paraissent incontestables. Les fonctions urbaines n’ont pas été affectées. Narbonne vit sur sa lancée grâce à ses secteurs traditionnels. La draperie et le commerce restent puissants. Une implantation solide dans les différents quartiers n’est pas en accord avec un déclin avancé, encore moins avec une économie totalement ruinée. Cela ne veut pas dire que Narbonne ait préservé intégralement toutes ses positions. Bornons-nous aux éléments où l’on dispose de points de comparaison. La proportion des artisans parmi les actifs s’est affaiblie. La progression des tailleurs dans le secteur du textile n’est pas un signe de vitalité53. Avant la peste, deux tiers des hommes exerçant une profession dans le terson Migean étaient des artisans. Il n’y en a plus que 48,6 % en 1352. Notre document nous donne le nom de 14 pareurs. En se fondant sur la proportion des professions connues, on peut estimer leur nombre à une bonne vingtaine, ce qui paraît dérisoire par rapport aux 111 dénombrés précédemment.

35À regarder de près, cette chute correspond cependant, proportionnellement, à celle de l’ensemble de la population. En Bourg, à structure démographique identique, la draperie n’a pas vraiment cédé du terrain. L’affaiblissement est d’ailleurs antérieur à 1348. En Cité, la draperie n’est plus que l’ombre de ce qu’elle avait été. Même si tous ne sont pas mentionnés, et s’il faut les rapporter à la population, que représentent les 8 tisserands et les 8 pareurs par rapport aux 45 tisserands, aux 95 pareurs dénombrés en 1278 ? Encore moins que ne l’indiquent des chiffres car il n’y a plus aucun foulon ni teinturier en 1352 alors qu’ils étaient respectivement 114 et 27 en 1278.

36Toutes les informations que l’on peut recueillir sont concordantes. La peste, au moins à court terme, ne transforme pas l’économie urbaine ni les secteurs d’activité. Les changements significatifs sont antérieurs et concernent principalement la Cité. L’expulsion des juifs qui l’affecte directement, puisque les juiveries du vicomte et de l’archevêque s’y trouvaient, et la désaffection de la draperie, sont à peu près contemporaines. Les deux événements ont-ils un lien de cause à effet ? On n’a aucun témoignage direct ou argument à avancer en ce sens. Mais le recul de la draperie en Cité est trop prononcé au moment de l’exode de la communauté juive ou dans la période qui suit pour que la désorganisation sociale et économique qui en a résulté n’ait pas joué comme facteur aggravant.

3. Afflux de mariniers

371355 accéléra les évolutions, on l’a vu, et la Cité qui résista à la soldatesque pâtit, paradoxalement, davantage que Bourg. Le repli à l’intérieur des murs redistribue au moins en partie les hommes et leurs activités. Dans un premier temps, les bouleversements ne sont pas considérables. La nouvelle géographie socio-professionnelle reste largement déterminée par le temps de la prospérité et du maximum de population. Les comptes des clavaires, notre source pour suivre à travers les listes de contribuables la composition du tissu social, sont malheureusement trop discontinus et lacunaires pour que l’on puisse observer autant qu’on le voudrait cet épisode rare de l’histoire urbaine qui combine à la fois une nouvelle répartition de l’espace et un vif mouvement de récupération démographique.

  • 54 43 mariniers sont dans le terson La Major, ainsi que le capolier, 2 dans le terson Saint-Just. Pou (...)

38Les caractères, la situation de chacun des quartiers par rapport au reste de l’espace urbain, à la robine, aux ponts, au terroir, déterminent l’endroit où les habitants des faubourgs viennent se fixer. L’exemple le plus caractéristique et le plus intéressant à suivre, car il est bon indicateur des fonctions économiques de Narbonne, est celui des mariniers, des pescadors - les pêcheurs- et autres gens d’étang et de mer. Leur migration les conduit au plus près. Ils glissent simplement du faubourg Villeneuve où ils demeuraient tous, au terson La Major, restent du même côté du fleuve, vers l’aval de la robine. Les mariniers et les pêcheurs en s’insérant dans un quartier déjà occupé reconstituent ainsi à peu de choses près la disposition qu’ils avaient à Villeneuve. Quelles que soient les fluctuations du commerce maritime narbonnais, on les retrouve toujours vers l’aval, où l’accès à partir de la mer était le plus commode et du côté sud-est, face au vent dominant pour mieux amener et amarrer leurs barques. Ils font preuve, par là, d’une remarquable permanence dans leur manière d’être et de se situer dans l’espace par rapport au fleuve et à la ville. Le quartier des gens de mer est parfaitement organisé en 1367. Il n’a guère fallu de temps pour qu’à l’intérieur de la ville se reforme un tissu social original (cf. carte n° 5). On compte 45 mariniers et un capolier en Cité en 1367. Il y en avait aussi en Bourg. Trois, au moins, résident dans le terson Lamourguier54. Ce nombre très important soulève une série d’interrogations. C’est le plus élevé qu’il nous soit donné de connaître entre 1350 et 1400.

  • 55 Dr. DEVY, (1986) p. 306, la sentence Barrot.

39Les listes fiscales en mentionnent 9 en 1352, 5 en 1356, 8 en 1396. Le groupe des mariniers est sous-estimé au milieu du siècle. Une procédure judiciaire nous donne en 1352 le nom de 3 mariniers supplémentaires55. Mais la diminution des mariniers entre 1352 et 1356 paraît tout à fait conforme à la chute de la population que l’on observe par ailleurs. La très forte augmentation constatée ensuite infirme l’idée couramment admise d’une cessation quasi totale du commerce maritime à partir de Narbonne, même après la désorganisation du système Aude-robine. Au contraire. Une vigoureuse reprise des échanges par mer se produit dans le troisième quart du siècle. Narbonne n’est pas restée longtemps sans vie. Le trafic maritime est une des composantes de la réaction narbonnaise à ses traumatismes et un des facteurs de la récupération démographique. Il n’est probablement pas l’élément principal ni peut-être déterminant. La ville continue de regagner des habitants alors que le nombre des mariniers se réduit déjà. Cela montre la fragilité et les limites de la reprise économique et combien la ‘guerre du vicomte’, avec les entraves au commerce qu’elle ne manque pas d’entraîner, précipite les difficultés que connaît Narbonne à partir de 1380 plus qu’elle ne les provoque entièrement.

4. Narbonne en 1376

  • 56 Cf. supra. Le nombre de femmes veuves ou vivant seules inférieur à ce qui avait été observé précéd (...)

40C’est en 1376 que l’on peut le mieux observer la société narbonnaise (cf. annexe n° 3). L’équipée du Prince Noir date alors de vingt ans. Les traces les plus voyantes des destructions sont effacées. La récupération que connaît Narbonne a eu le temps de produire tous ses effets. Elle s’approche de son terme, ce qu’annoncent quelques symptômes, comme le rythme plus hésitant de la remontée du nombre des contribuables. 1 420 contribuables sont répertoriés sur le livre du clavaire. Ce qui donne, en tenant compte du clergé et des exemptés, une population d’environ 8 000 habitants pour l’ensemble de l’agglomération. Le nombre des contribuables du terson Migean confirme cette estimation. Ils sont 255, c’est-à-dire le quart des imposés du temps où la population était à son maximum56.

  • 57 En Cité on parle de labradors, en Bourg de brassiers. La terminologie prête à confusion. S’agissai (...)

41La densité de la population à l’intérieur de la ville est plus faible que précédemment. Mais aucun quartier, aucun îlot de maisons n’a été délaissé ou n’a fait l’objet d’une quelconque désaffection. Narbonne n’a pas connu le délabrement qu’on observe en d’autres villes où les ruines ne sont pas relevées et laissent la place, peu à peu, à des petits jardins. Le tissu urbain et social apparaît comme parfaitement reconstitué. Le rétablissement des activités économiques s’est effectué parallèlement au repeuplement. Aucun signe de décadence ou de désorganisation prolongée n’est perceptible. Avec 42 % des actifs, l’artisanat reste la première force économique de la ville. Il n’a rien cédé par rapport à 1352. La proportion des Narbonnais qui s’y consacrent s’est même légèrement améliorée. Sont en recul par contre les professions de service. Cela est dû principalement au nombre infiniment plus réduit des sergents, gardes, messages, escudiers ou encantaires. Cette catégorie ne compte plus que 13 individus en 1367 contre 77 en 1352 pour une population beaucoup plus faible. On pourrait penser, avec la montée des périls, à une exonération fiscale beaucoup plus généreuse des sirvents et des serviteurs des consuls. Les registres fiscaux sont muets sur ce point. Les brassiers, les gens de peine et les travailleurs de terre ont vu, par contre, leurs effectifs progresser fortement57.

42Le souci de distinguer les laboureurs des brassiers, l’augmentation du nombre des ortolans -les jardiniers- leur regroupement dans une même zone, montrent la constitution de nouveaux groupes dans la société urbaine qui a tendance à prendre des caractères ruraux. Cette orientation nouvelle apparaît en un sens quelque peu contradictoire. C’est au moment où les faubourgs et les quartiers aux aspects encore champêtres sont abandonnés, où l’on relève et renforce les remparts et le système de défense de la ville contre les agressions extérieures, qu’une partie de la population se tourne vers la terre et contribue à mettre en valeur le terroir. Il est un des aspects de la réaction de la ville face à l’adversité. Avec l’abandon des faubourgs, l’espace urbanisé recule, la nature regagne du terrain.

43Aussitôt, les Narbonnais réinvestissent les abords de la ville en y aménageant des jardins. Le soin quasi-quotidien qu’exige l’horticulture, le va-et-vient incessant de part et d’autre des portes pour aller et venir au travail et transporter les récoltes, rétablissent un lien organique entre le domaine bâti qui reste un lieu de vie et d’habitation et le territoire délaissé. Les orts, par le travail intensif qu’ils réclament, leurs produits destinés à la consommation de la population urbaine, sont la forme la plus humanisée que puisse prendre le retour de la couronne urbaine à l’espace rural. La ville maintient ainsi aussi étroit que possible son contrôle sur l’espace où elle s’était étendue un temps.

Tableau n° 2 - Narbonne en 1376-1377.
Les catégories socio-professionnelles par quartiers

Tableau n° 2 - Narbonne en 1376-1377.Les catégories socio-professionnelles par quartiers

44De nouvelles relations s’établissent entre la ville et la campagne au cours du quart de siècle que dure la récupération. La période est trop brève pour que l’on puisse distinguer nettement des phases originales. Les livres de collecte suggèrent cependant l’existence de plusieurs périodes. Dans un premier temps, qui correspond en gros à la décennie 1360, Narbonne renoue avec le trafic maritime, recherche dans ses relations lointaines ou régionales les moyens de son rétablissement. Cette voie trouve vite ses limites. La chute du nombre des mariniers entre 1368 et 1376 l’a montré. Aussi la ville redécouvre-t-elle son terroir. Malgré l’inquiétude grandissante dont témoignent les consuls à l’égard de la situation frumentaire, la terre, dominée par l’Église et la seigneurie, n’est pas le principal domaine d’intervention des milieux les plus dynamiques et l’objet d’investissements. Les profits sont ailleurs, dans la draperie et le commerce. Narbonne dépend pour son ravitaillement des campagnes environnantes auxquelles elle offre un débouché commode et rémunérateur. Le retour à la terre apparaît comme une réponse au manque de débouchés et à l’échec relatif de la reprise maritime et commerciale. On demande au terroir les gains et l’emploi que n’offre plus la fabrique. Il est symptomatique d’ailleurs que les jardiniers soient établis exclusivement au nord-est de la Cité dans la zone où la draperie a connu son déclin le plus précoce. Le développement du jardinage et la création d’un groupe nombreux vite organisé ne pouvait se faire sans une demande durable et solvable. La moindre dépendance à l’égard des sources traditionnelles d’approvisionnement correspond-elle aussi à une modification des habitudes alimentaires, à une consommation plus variée qui accorde une place plus large aux légumes ? Indéniablement. Le régime alimentaire s’enrichit dès la seconde moitié du xive s., plus précocement donc qu’on ne l’a dit parfois, et pas seulement de viande. Celle-ci apparaît davantage comme la caractéristique du xve s. L’augmentation rapide de la population va de pair avec une ration alimentaire par individu augmentée, facilite la reconversion, conforte la récupération.

  • * Notaires, médecins, employés des consuls.

Note **

Carte n° 5 - Mariniers et pescadors à Narbonne dans la seconde moitié du xive siècle (1368, 1376, 1396)

  • 58 Cf. infra, chap. X.
  • 59 Cf. infra, p. 123.

45On discerne mal l’origine de nos ortolans et, par là, le processus de transformation de la société urbaine. Sont-ils des Narbonnais d’origine ou des immigrés ? La plupart viennent d’ailleurs, comme la majorité des habitants. Mais continuer à travailler la terre facilite l’insertion de ces nouveaux venus. Ces ortolans prospèrent, font souche de véritables dynasties jardinières que l’on peut suivre pendant plus d’un siècle58. Le repli de Narbonne sur la terre et la contribution supérieure qu’elle apporte à son propre ravitaillement pouvait-elle porter ombrage aux communautés voisines et les concurrencer ? Il n’en a rien été. Les villages fournissaient peu de maraîchage. Narbonne reste un débouché pour les grains qu’ils ont en excédent. Le marchand Jacme Olivier procède à des achats de blé et d’orge à plusieurs reprises dans les parages, comme à Ouveillan59. Seules purent en pâtir les communautés rurales les plus proches. Mais cela ne fut pas immédiat, car on les voit encore peuplées et bien vivantes au début du xve s.

46Le retour à la terre marque-t-il un repli de la ville sur elle-même, sur des horizons proches et un affaiblissement économique ? À certains égards, oui. Mais il ne faut pas l’exagérer. La forte diminution des sergents et des emplois de service qui constitue une surprise, inclinerait, si elle était effective, à penser différemment. Car il ne s’agissait pas d’emplois productifs. Narbonne fait preuve d’une étonnante résistance à la tourmente et, toutes proportions de population gardées, conserve intacts ses principaux secteurs d’activité. L’analyse quartier par quartier confirme cette vision relativement optimiste de Narbonne aux trois quarts du xive s. et la solidité de la reconstruction.

47Deux villes différentes qui se font face. Telle apparaît Narbonne en 1376 (cf. cartes n° 6 et 7). Tout les oppose, ou à peu près : la forme et la disposition de l’espace bâti, les catégories socio-professionnelles et leur répartition dans les quartiers. La Cité dont le territoire rétréci s’étire en longueur, paraît pleine de contrastes. La partie ouest est entièrement consacrée à l’Église. À l’ensemble palais archiépiscopal, cloître et cathédrale qui se jouxtent, fait pendant, vers le nord, l’enclos de Saint-Just où logent les chanoines, les ecclésiastiques, leurs familles et leurs domestiques. Le reste de la population se tasse entre les abords de la rue droite et le rempart est, dans un espace beaucoup plus exigu que le Bourg. Aussi, était-ce cette partie de la ville qui possédait la plus forte densité. Malgré cela, les professions et les catégories sociales apparaissent cloisonnées, à l’écart les unes des autres. Le commerce fait seul exception, encore qu’il soit faiblement représenté dans les îles les plus proches des remparts au nord et à l’est et que des sous-catégories soient confinées aux abords de la place, le long des artères ou dans un espace réduit. Les mangonniers se regroupaient au bas de la rue droite et autour de la caularia, la place qui au débouché du pont-vieux et du portail salinier se développait entre le palais de l’archevêque et le palais vicomtal. Cette localisation s’explique aisément. La plus grande partie du commerce de détail se faisait autour de la place. Au centre, tout encombré de taules, les étals des bouchers, poissonniers et marchands de fruits, se tenait le marché. Près de la tour mauresque, vers les barques, on mesurait les grains. Une série de boutiques adossées au palais neuf ou au sud de l’île de l’hôpital de la Croix s’ouvrait aussi sur la caularia lui donnant une animation quasi permanente. Les bouchers, nombreux, ce qui témoigne d’un commerce de détail de la viande prospère, résidaient tous dans le quartier sud-est de la Cité entre La Major et les Barques.

48Quant aux mercadiers et aux aventuriers qui se déplaçaient et couraient les foires, ils sont un peu en retrait, assez loin de la place et de la robine. Les aventuriers, dans l’ensemble, sont même plus éloignés que les mercadiers du centre de la ville. En Bourg aussi. La nature des opérations commerciales traitées par ces deux catégories de marchands rend compte de ces nuances. L’ordonnance du commerce en Cité est donc pleine de subtilité. Chaque catégorie occupe un espace bien délimité qui côtoie les autres sans interpénétration.

Carte n° 6 - Narbonne en 1376

Carte n° 7 - Narbonne en 1376

49Il en est de même pour les labradors, les jardiniers, les artisans, les mariniers ou les professions de service, notaires ou sergents. Les labradors et ortolans ont littéralement colonisé le nord et l’est de Cité. Ils ont fait des îles Saint-Louis, Saint-Sébastien, Saint-François, Saint-Mathurin un domaine qui leur appartient, où ils ne tolèrent qu’une dizaine d’artisans, tisserands et tailleurs pour la plupart. Ils ne se complaisent que dans les îles proches des remparts, véritable monde périphérique qui vit surtout en contact avec l’extérieur de la ville. Un seul secteur artisanal est vraiment développé en Cité aux trois quarts du xive s. : les métiers du cuir. La mégisserie n’était pas une nouveauté en Cité. Mais elle avait trouvé au cours du xiiie s. à s’établir plus commodément dans les faubourgs de Villeneuve et de Saint-Félix.

50Ces métiers du cuir ont dû se réorganiser et migrer à l’intérieur des remparts où ils ont fourni par la même occasion une activité de remplacement à la draperie en déclin. Les aludiers et les blanquiers sont venus s’établir près de la place, non loin de la robine à cause de leurs besoins en eau qu’ils se procuraient accessoirement à l’aide des puits creusés à l’intérieur des maisons. Les pelissiers et cordonniers avaient préféré venir se fixer davantage dans les îles situées de part et d’autre de la rue droite entre la cathédrale Saint-Just et la place Bistan. Cité a pratiquement le monopole du traitement des peaux. On ne travaille en Bourg que le cuir déjà préparé. La draperie ne vient qu’au second rang en Cité, derrière le cuir. Contrairement aux nouveaux métiers, les artisans du textile ne s’aggloméraient pas par spécialité et se dispersaient à peu près dans toutes les îles, à l’exclusion -exception faite de Saint-Cosme- du secteur le plus proche de la robine. Cette dissémination est un bon témoin de l’extension de la draperie lorsqu’elle était à son plus grand développement un siècle plus tôt. Elle occupait tout l’espace borné par les remparts et débordait dans les faubourgs. Activité traditionnelle, développée bien avant les autres, la draperie, indifférente à la réorganisation de l’espace intérieur, conservait très affaiblie, mais figée, l’implantation qu’elle avait eue.

51Les mariniers, les notaires et les sirvents n’ont guère de points communs au premier abord. Leur formation, leur rythme de vie, leur statut dans la société sont très différents. Ils habitent pourtant les mêmes maisons le long des mêmes rues dans le terson La Major et plus particulièrement dans le coin sud-est de la Cité. La concentration des mariniers est un phénomène récent, on l’a vu, et s’explique aisément. La forte densité des notaires à cet endroit est un héritage de la localisation de la communauté juive. À cause de cette association un peu insolite des mariniers, notaires et sirvents, le quartier La Major a des caractères originaux. Il comprend la proportion d’actifs de l’artisanat la plus faible de la ville alors qu’il l’emporte d’assez loin pour les métiers de l’échange et des services.

  • 60 Il y a quelques hésitations pour Saint-Loup et la topographie médiévale de cette partie de la vill (...)

52La géographie socio-professionnelle a des caractères tout à fait différents en Bourg. Aucun quartier n’est réservé à l’Église et aux ecclésiastiques. Les brassiers sont partout. À peine paraissent-ils un peu moins nombreux dans les îles situées au débouché du pont-vieux. Les artisans du textile aussi. 58 % des artisans s’y concentrent. Bourg contient les trois quarts des travailleurs de la draperie. Les tersons Migean et d’Aude sont le cœur de la production. Le quartier Lamourguier participe moins. Mais il s’agit d’un phénomène déjà ancien. La localisation n’est pas tout à fait la même selon les spécialités. Les ateliers de teinturerie travaillent côte à côte dans les îles Saint-Firmin et Saint-Loup60. Les sartres se regroupent davantage dans les petites îles du centre, dans les rues courtes et étroites qui joignent les placettes du Bourg où sont établis aussi de nombreux cordonniers, ce qui suggère une confection destinée principalement à la consommation de la population urbaine. Les pareurs, par contre, qui sont la catégorie distinctive de la fabrique narbonnaise, occupent tout l’espace. Il n’y a aucun coin de Bourg où ils ne soient établis. Une telle densité ne peut être le fait d’une draperie moribonde. La fabrique narbonnaise a survécu à la prise du Bourg de 1355 et a même opéré un remarquable rétablissement. Aux trois quarts du xive s. Narbonne garde une production drapière significative. Le commerce ne fait pas piètre figure non plus. Il est à la fois plus solidement établi, plus divers qu’en Cité et y occupe une position supérieure. On n’a pas seulement le commerce élémentaire de détail et de proximité ou le commerce de plus grande envergure des maseliers et des mercadiers, mais aussi des bladiers, des courtiers et des cambiadors. Les bladiers se tenaient à proximité entre la rue de la Parerie et la robine, les changeurs demeuraient le long de la rue qui menait au pont-vieux, du côté de Lamourguier. Quant aux courtiers, qui servaient de médiateurs dans les échanges, ce n’est pas autour d’une place ou le long d’une rue qu’ils exerçaient leur activité principalement, mais autour du carrefour que formaient les deux axes majeurs du Bourg.

53On observe sans peine que toutes les voies de quelque importance, les points de convergence et de rencontre, sont jalonnés ou entourés de gens qui pratiquent l’échange des marchandises, des capitaux et des espèces. Certes, Narbonne n’est pas un pôle commercial de premier plan. Mais la diversité des groupes de marchands, la présence surtout de changeurs, apportent la preuve indiscutable d’un volume d’affaires important et à longue distance. Leur rigoureuse disposition dans l’espace urbain en fonction de la texture du bâti, des principales lignes de la trame de la circulation et de leurs intersections, apporte autant d’arguments pour conclure à l’existence de courants d’échanges réguliers et volumineux.

54La recomposition de l’espace urbain sous la pression des difficultés se fait donc différemment de part et d’autre de la robine. La Cité, beaucoup plus bouleversée que le Bourg tout au long du xive s. avec l’expulsion des juifs, la désagrégation des juiveries, le déclin de la draperie, l’abandon des faubourgs, forcée à une réorganisation permanente par ces événements inattendus mais aux conséquences chaque fois irréversibles, réagit par le regroupement des métiers et la distinction des groupes sociaux. Les espaces séparés n’étaient pas chose nouvelle avec les juiveries. Mais cela concernait une population différente. Les artisans ou les mariniers qui se réfugient en ville ne se dispersent pas, comme si le déplacement imposé renforçait les communautés de métiers et les solidarités. La draperie en déclin déjà avancé, mais conservatoire des anciennes manières d’être dans la ville, disséminée dans tous les quartiers, servirait de contre-exemple. Bourg, au contraire, qui n’a pas subi les mêmes atteintes et a gardé dynamiques la draperie et le commerce du temps de la prospérité, conserve beaucoup mieux ses structures spatiales et sociales.

C / UNE REPRISE MARITIME

1. Un cycle éphémère ?

  • 61 E. BARATIER, (1973) ; et probablement J. COMBES, comme le montre la publication posthume de ses tr (...)

55Le dépouillement attentif des notaires marseillais avait laissé pressentir à E. Baratier que Narbonne jusqu’à une date avancée du xive s. eut « une vitalité économique plus importante qu’on ne s’accorde à le dire »61. Après les événements du milieu du siècle on aurait pu s’attendre à un fléchissement marqué du commerce maritime narbonnais à la suite de l’abandon du quartier Villeneuve et de la réinstallation forcée des mariniers à l’intérieur de la ville. Les informations que l’on peut réunir sont fragmentaires, dispersées, et proviennent de sources diverses. Mais elles concordent totalement. Il n’y a pas eu un effondrement du commerce, encore moins un abandon avec la chute de la population et la désorganisation des échanges.

  • 62 C.-G. MAUBERT, (1980), 13 licences de sortie délivrées au cours de l’hiver 1357 à Barcelone sont à (...)
  • 63 Dans le terson La Major il y a une île Falgueyra.
  • 64 F. SEVILLANO COLOM, (1982) p. 55.
  • 65 H. CHAUBAUT, (1925) p. 131-132, Jean et Jacques Vidal de Castres sont parmi les principaux intéres (...)
  • 66 C. PORT, (1854) p. 118 sq. et A. GERMAIN, (1862) t. II, p. 541.

56L’interruption du trafic maritime est de courte durée. Narbonne reste la principale destination languedocienne pour la marine catalane qui redistribue vers le nord les produits alimentaires tirés du royaume de Valence62. Dès que les échanges se rétablissent on voit les Narbonnais partout en Méditerranée occidentale et sur les routes du Levant. Malgré la petite éclipse que semble connaître Marseille entre 1360 et 1380, les marchands et transporteurs de Narbonne sont très actifs dans ce dernier port. Ils le fréquentent assidûment et organisent de là une partie de leurs affaires. En février-mars 1354, deux marchands marseillais Antoine Casse et Estève de Brandis affrètent 3 bateaux pour aller charger du blé à Arles et le convoyer à Porto-Pisano. Ils agissent pour le compte de Raimond Figueria63. En août 1359, la barque narbonnaise Sainte-Marie de Jean Saborell s’apprête à quitter Marseille pour un voyage vers Alicante. Mais c’est en direction du Levant, leur destination privilégiée, que les Narbonnais se montrent les plus entreprenants. On ne l’aperçoit pas toujours bien à partir de l’observatoire narbonnais car les réseaux de relations des marchands qui se maintiennent intacts et leurs affaires sont à l’échelle de la Méditerranée. Jean Vidal de Castres organise par exemple l’essentiel de son négoce à partir de Chypre où il tenait un facteur. En 1353, il revenait de Famagouste avec une cargaison d’alun qu’il déchargeait à Majorque par l’entremise de Pere Jordi qui lui servait de facteur sur place ; l’année suivante, il introduisait des charges de cire et de graine64. Affaires d’importance médiocre dont l’intérêt est de voir les marchands naviguer eux-mêmes et disposer de relais étendus. Les Vidal de Castres -la famille comptait plusieurs rameaux- s’intéressaient surtout au commerce des épices pratiqué en association avec d’autres marchands languedociens par le point de passage obligé qu’était Aigues-Mortes65. Les Narbonnais parviennent même à consolider leurs positions. En 1356, le grand maître des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem leur accorde de nombreux privilèges à Rhodes66.

57Tout au long des années suivantes leur présence est attestée dans tout le quart nord-est de l’Ultramar en de multiples circonstances. Les marchands narbonnais utilisent indifféremment pour transporter leurs marchandises des nefs narbonnaises, marseillaises ou même génoises. En 1360, Berenger Vidal, en route vers le Levant, fait naufrage sur les côtes du royaume de Naples avec 3 galères de Marseille chargées de draps. L’année suivante des nefs narbonnaises relâchent à Chypre. En 1374, un Narbonnais charge à Marseille du miel et des étoffes sur une nef génoise à destination de Naples, Rhodes, Chypre et Beyrouth. Ces quelques exemples montrent que les marchands narbonnais ne se limitent pas à un commerce passif. Ils conduisent ou accompagnent les nefs, affrètent un ou plusieurs bateaux à la fois et, lorsqu’ils s’associent avec d’autres marchands, ce n’est jamais selon des rapports de dépendance. Ils pourraient donner à croire que le commerce narbonnais s’effectue principalement en dehors du Languedoc à partir de ports têtes de ligne ou étapes du grand commerce. Les échanges reprennent aussi autour des graus du littoral.

  • 67 H. L., t. IX, p. 691.

58Les perspectives ne paraissent pas sans avenir car Narbonne tente aussitôt d’en capter le bénéfice. Elle se lance dans une nouvelle offensive contre le monopole d’Aigues-Mortes. Les habitants de la ville et de la sénéchaussée de Carcassonne, mais il faut voir derrière cette initiative la main des mercadiers et artisans qui jouissaient d’une grande influence au consulat, sollicitent du comte de Poitiers le transfert du port d’Aigues-Mortes à Leucate en 1349. Il ne s’y montre pas hostile. Le dauphin son frère, par contre, fut beaucoup plus réservé. La contre-offensive s’organisa d’ailleurs rapidement contre Narbonne. Les habitants et les marchands de la sénéchaussée de Beaucaire élevèrent de vigoureuses protestations et le comte de Poitiers, invoquant le préjudice qui serait causé à Aigues-Mortes, prit le parti, devant les états particuliers de la sénéchaussée qui avaient été convoqués, d’interdire aux habitants de Narbonne de poursuivre les travaux commencés pour établir un port de mer au grau de la ville67.

  • 68 Narbonne pensait-elle mettre aussi à profit l’entrée de Montpellier dans le royaume et la recompos (...)
  • 69 A. GERMAIN, (1862) t. II, p. 237-239.
  • 70 H. L., t. IX, p. 707, note 4 ; coll. Doat vol. 53, f° 289. Faut-il voir dans cette mesure le début (...)

59Dès que les circonstances lui paraissent favorables, Narbonne s’active, bien que la partie soit inégale68. La monarchie ne pouvait revenir si facilement sur son choix et les intérêts économiques de l’est languedocien restaient très puissants69. La ville n’eut semble-t-il pas uniquement l’ambition de conforter le rôle de Leucate car elle entreprit d’aménager aussitôt le grau par où elle s’ouvrait sur la mer. Les travaux n’ont laissé aucune trace. L’objectif n’était probablement pas de creuser un port capable de remplacer Leucate où les grosses nefs pourraient venir charger ou se mettre à l’abri, mais bien de développer un double organisme portuaire dont les équipements seraient complémentaires. Ce glissement du port intérieur au grau n’aboutit pas. Narbonne n’osa pas braver ouvertement le veto mis à ses entreprises. Elle obtint au moins une compensation. Le 17 janvier 1360, le comte de Poitiers accéda à la requête des consuls de Narbonne et permit l’exportation du pastel et des autres plantes tinctoriales par les ports et passages de la sénéchaussée de Carcassonne70.

  • 71 Peut-être y en avait-il d’autres encore. La collecte du clavaire de 1368 n’a été conservée que pou (...)
  • 72 Cette île correspond aux deux îles la Vicomte et Saint-Zacharie de la période postérieure.
  • 73 Anton Sigier île Saint Ambroise, P. Sigier île Saint-Cosme et Br. Sigier, capolier, île Saint-Cosm (...)

60Mais il y a loin des décisions à la réalité. Le maintien des privilèges d’Aigues-Mortes ne parût guère gêner Narbonne sur le moment si l’on en croit le nombre élevé de mariniers qui y réside en 136871 (cf. carte n° 5). Cette étonnante concentration de mariniers montre que la prétention de Narbonne à faire pièce à Aigues-Mortes reposait sur une reprise effective du commerce maritime. L’analyse que l’on peut faire de ce groupe de mariniers confirme, s’il en était encore besoin, l’extraordinaire rapidité du rétablissement narbonnais après 1355. Il n’a pas fallu beaucoup de temps aux gens de mer après leur abandon du faubourg Villeneuve pour se réinstaller et reconstituer un quartier au sud de l’île Saint-Ambroise72. Près de 40 % de ces mariniers et pescadors résident dans deux îles, vastes il est vrai : l’île R. Asinhan -Saint-Barthélémy- et l’île Anton de Narbonne -Saint-Cosme. On ne dénombre pas moins, en 1368, de 3 Sigier, 3 Canet, 4 Trencavel73. Cette homonymie ne prouve pas forcément qu’ils étaient membres d’une même famille ou parents. C’est certain dans le cas des Trencavel dont l’un d’eux est qualifié de jove car il fallait le distinguer d’un plus âgé avec qui il habitait.

  • 74 Île Saint-Martin.
  • 75 C. CARRERE, (1967).
  • 76 E. BARATIER, (1973) p. 92.
  • 77 Nombreux exemples à partir des listes de clavaires. L’exemple des Teulier est donné par E. BARATIE (...)

61La solidarité de ce milieu de mariniers narbonnais est renforcée par leur condition qui est très homogène, bien qu’on discerne entre eux quelques différences. Plus de la moitié sont imposés 1 l. 3 s. 6 d., comme les brassiers. Les autres le sont davantage. G. Holyvier doit 2 l. 8 s. 9 d. par exemple. Les Trencavel paient la plus lourde taxe : Anton 2 l. 11 s. 3 d.74 et Etienne 3 l. 1 s. 8 d. Les disparités montrent que le terme marinier recouvre des statuts différents. Il y a les simples matelots salariés intéressés aux profits pour un nombre réduit de parts75, les pilotes comme Anton Boutenac qui navigue au long cours en Méditerranée orientale76, les capouliers qui font le transbordement des marchandises entre Narbonne et la mer, les patrons qui participent eux-mêmes au trafic et possèdent des quirats -des parts de barque. Le nombre, la forte cohésion des gens de mer, leur très solide implantation en ville ne pourraient exister si Narbonne était sans eau, sans marine, sans capitaux ni produits à échanger. En dépit du monopole d’Aigues-Mortes, dont on confirme et rappelle sans cesse qu’il doit être le seul port du Languedoc, Narbonne reste ouverte sur la mer. Le dynamisme de ses marchands dont le groupe a pu survivre suffisamment compact aux troubles du milieu du siècle aussi bien en Méditerranée occidentale que sur les lignes du Levant, montre que Narbonne et les Narbonnais ont joué un rôle non négligeable dans la reprise commerciale de la seconde moitié du xive s. dans le Midi de la France77. On comprend mieux pourquoi ils ont essayé d’en capitaliser les bénéfices en dessaisissant Aigues-Mortes de ses privilèges.

  • 78 Pos Canet dans l’île Br. Barut, allivrement 1 l. 14 s. ; P. Sigier île P. Salsas, allivrement 1 l. (...)
  • 79 Cf. supra et carte n° 5.

62Les documents précis font défaut pour dire quand s’achève la reprise narbonnaise et expliquer les raisons de ce retournement de situation. En 1376-1377, on l’a vu, le nombre des mariniers a diminué de moitié par rapport à ce qu’il était une dizaine d’années auparavant. Le groupe n’a pas perdu toute cohésion, mais l’affaiblissement est patent. Autant que son ampleur, ce sont les caractères qu’il prend et ses modalités qui semblent éclairants. 25 % de l’effectif des mariniers de 1368 sont encore à Narbonne en 1376-1377. Un bon tiers des mariniers semblent être des nouveaux venus. Le groupe se renouvelle malgré la diminution de ses effectifs. Les principales familles de mariniers n’ont pas quitté Narbonne. Les Canet, les Sigier, les Trencavel sont toujours là, mais représentés par un ou deux individus seulement78. Le montant de l’impôt que leur réclament les clavaires ne traduit pas un bouleversement marqué de la condition matérielle du groupe. Cette stabilité n’est pas uniquement le produit des habitudes acquises ou des pesanteurs de la fiscalité municipale car on tient compte de l’évolution des situations individuelles. Anton Boutenac a prospéré, il devance maintenant Etienne Trencavel. La somme qu’il doit régler, 2 l. 17 s., est inférieure à ce que l’on demandait aux mariniers les plus lourdement taxés en 1368. Ce recul des mariniers dans la hiérarchie fiscale reflète bien le ralentissement des affaires et leurs difficultés. Mais c’est dans l’espace que se traduit peut-être le mieux l’affaiblissement du groupe et sa perte de cohésion. Les mariniers ont abandonné les îles les plus en profondeur dans l’intérieur de la ville79. Les brassiers et ortolans en profitent aussitôt pour poursuivre leur avancée et venir s’établir solidement jusque là. Le reflux des gens de mer, sensible partout car les effectifs diminuent dans toutes les îles, est davantage prononcé au nord de l’église La Major là où leur densité était la plus faible. En 1376-77, les deux îles Saint-Barthélémy et Saint-Cosme à la pointe sud-est de la Cité rassemblent la moitié des mariniers.

  • 80 Ce qui justifierait les demandes, le refus d’y accéder et le fait que Narbonne ne revienne pas à l (...)

63Peut-on émettre une hypothèse sur ce déclin accéléré ? La côte narbonnaise, le grau de La Nouvelle, auraient constitué, un temps, un point de convergence pour le trafic qui rétablirait ensuite ses circuits antérieurs, notamment vers Aigues-Mortes80. Il faudrait beaucoup mieux connaître les courants commerciaux, la société des gens de mer de la côte du Languedoc et de ses abords pour éclairer ce point. Sont en cause les relations de Narbonne avec l’extérieur, car la vie maritime locale n’est pas affectée. Les pêcheurs qui allaient dans les étangs ou en mer, à proximité du rivage, restent aussi nombreux qu’avant.

64En un quart de siècle, Narbonne a donc connu un bref mais étonnant cycle maritime. L’espace urbain, tel une plaque sensible, ne fait qu’enregistrer et révéler l’histoire des gens de mer, l’évolution de leur nombre, ainsi que les processus de déplacement, d’expansion dans la ville, puis de repli. La force et la cohésion du groupe se mesurent à l’aire qu’il occupe et à sa densité. Ce sont des indicateurs, toujours très sûrs, que l’on retrouvera dans la longue histoire des groupes sociaux narbonnais. Le processus se poursuit, à un rythme moins rapide. Mais en 1396 il ne reste plus que 8 mariniers. Les principales lignées de mariniers ont disparu. Il n’y a plus aucun Canet ni Trencavel. Il reste un seul membre de la famille Sigier, Pierre. La chute dans l’échelle des impositions s’est poursuivie. Ils ne sont plus que deux à payer plus d’une livre. Cinq ans plus tard, les consuls s’adresseront au plus taxé d’entre eux, Br. Roselon (il est à 1 l. 17 s. 7 d.), pour transporter le matériel nécessaire à la réfection de la paissière de Sallèles et à la consolidation des berges de la robine. Le groupe des mariniers n’est plus que l’ombre de ce qu’il avait été trente ans auparavant.

2. Un marchand narbonnais : Jacme Olivier

  • 81 A. BLANC, (1899).

65Le ralentissement du trafic à partir de la ville ne signifie pas pour autant que le commerce tombe dans la même proportion. Le nombre des mercadiers de 1376 est là pour nous en convaincre, ainsi que le précieux livre de comptes de Jacme Olivier81. Ce registre de 150 folios, magistralement édité à la fin du siècle dernier en 1899, avait suscité beaucoup d’interrogations au moment de sa publication car il contrevenait à l’idée que l’on se faisait de l’état de Narbonne et de son activité économique dans la seconde moitié du xive s. Encore faut-il essayer de situer exactement le moment, la personnalité et la nature des affaires de Jacme Olivier.

  • 82 C. CARRERE, (1967).
  • 83 Ce n’est pas la seule fois où Narbonne jouira d’une aisance monétaire à cause de sa proximité de l (...)

66Le livre de compte couvre la période 1381-1391. Il s’ouvre alors que les marins quittent Narbonne. Son début coïncide, à quelques années près, avec ‘la guerre du Vicomte’ qui stoppe le redressement de Narbonne et l’ouverture de la crise qui secoue Barcelone82. Ces circonstances défavorables sont contrebalancées par de meilleures perspectives vers l’est. Les relations avec Marseille connaissent de nouveaux développements. Elles sont étroites et très suivies entre 1380 et 1400 à l’occasion d’une reprise des échanges directs avec la Méditerranée orientale. La guerre que se livrent Gênes et Venise à partir de 1379 n’y est pas étrangère. Les hostilités renchérissent les épices et stimulent les marines occidentales neutres. Les expéditions que font Louis Ier et Louis II d’Anjou ont plutôt tendance à avantager les Narbonnais et les Montpelliérains. Les Marseillais, prudents, préfèrent en effet utiliser les nefs languedociennes que d’affréter des bateaux pour leur propre compte. L’orientation des affaires de Jacme Olivier vers le Levant le rend assez insensible à la conjoncture locale. Même les difficultés barcelonaises ne le desservent pas forcément, au contraire. Il commerce peu avec la capitale catalane. La crise financière qui secoue le Principat provoque la fuite des florins d’Aragon alors que la mauvaise monnaie venue du nord afflue. Jacme Olivier effectue la plupart de ses paiements, même les plus modestes, en bons florins aragonais83.

  • 84 Ce talh correspond à une estime de 805 livres. Le talh est l’estime fiscale, la quista une levée d (...)
  • 85 F° LXIII v°. Est-ce notre marchand ou son père ? Il n’est en tout cas pas un nouveau venu à Narbon (...)
  • 86 La moyenne serait de 6 l. 13 s. Pour la position de Jacme Olivier dans la hiérarchie des fortunes, (...)
  • 87 On ne note pas de différence importante entre les marchands de Bourg et ceux de Cité. La moyenne d (...)

67Notre marchand est le Ja Holyvier qualifié de borges dans la collecte de clavaires de 1376/77. Il habite l’île Bernard Vidal, c’est à dire Saint-Augustin, du terson Lamourguier, et doit payer pel tal et per la quista 6 l. 3 d.84. Le hasard de la conservation des documents n’a pas si mal fait les choses. Le livre de comptes qui nous est parvenu est celui d’un personnage très représentatif du milieu des marchands narbonnais. Jacme Olivier n’est pas un débutant. En 1356, la liste par ordre alphabétique des contribuables, sans indication d’îles, comporte un J. Olivyer, mercadier85. En 1363, ses biens sont détaillés dans le compoix du terson Lamourguier à l’île où il demeurera toute sa vie. Ce n’est pas un médiocre, mais il n’appartient pas au petit groupe des plus gros marchands. Avec deux deniers et un demi-gros de talh en 1376, il se situe exactement à la médiane de l’estime fiscale des mercadiers. En 1363, les estimateurs évaluent son moble à 500 l., au niveau des marchands aisés, mais très en deçà des plus grosses fortunes du quartier. Jacme Olivier n’est pas l’homme des brillantes réussites ni des revers retentissants. Jusqu’à la fin de sa vie il se maintient86. Il ne faut pas imaginer ce groupe des mercadiers comme très homogène. Le montant de l’impôt, qui ne doit traduire que très approximativement la hiérarchie des fortunes et des affaires, l’illustre bien. 10% payent une livre ou moins. Un tiers entre 2 et 4 livres. Au dessus de Jacme Olivier, un groupe solide de marchands -un quart des mercadiers- est imposé entre 9 et 12 livres. Une poignée seulement dépasse 15 livres, dont Bernard Vidal, le plus fortement imposé, qui doit 23 l. 3 d.87.

  • 88 Usages de la bladerie, f° XXXII du livre de comptes de Jacme Olivier ; toutes les références suiva (...)
  • 89 L’île Saint-Biaise est appelée l’île Berthomieu Teulier de 1352 à 1435.
  • 90 F° XLVI v°. Comme les autres mercadiers d’envergure, Jacme Olivier participe à la vie municipale. (...)

68Jacme Olivier est établi au cœur des affaires. Il habite dans le quartier le plus commerçant, l’île où résident 3 changeurs, à proximité de la production drapière, à moins de cent mètres de la place au blé où il paie des usages88 et de la maison des inquants où l’on vend les draps. À partir de là, on aperçoit très bien à travers le livre de comptes le réseau de relations qu’il a constitué et ses liaisons quotidiennes ou plus lointaines dans la ville, en Narbonnais et outre-mer. Jacme Olivier fréquente assidûment les autres marchands de Bourg qui sont ses clients ou ses associés : Bernard Vidal dont la maison est voisine de la sienne et dont il sera l’exécuteur testamentaire, G. Palma et les Vidal de Castres, Jacme, Jehan et Bernard du terson d’Aude -îles Saint-Pierre et Saint-Paul- Berthomieu Teulier89 et Franc Gylabert du terson d’Aude -île Saint-Biaise et Saint-Crépin. Il semble par contre n’être guère en relations d’affaires avec les mercadiers de Cité. Indice supplémentaire des mondes séparés que constituent Bourg et Cité ? Jacme Olivier est très attaché au Bourg et à tout ce qui en est le symbole. Pas une fois il ne commence un compte de son négoce avec le Levant sans qu’il ne le place sous l’invocation de Me senher Saint Paul de Narbonne90. Homme prudent, il ne se disperse pas, n’a d’affaires suivies qu’avec un nombre limité de personnes en qui il a entièrement confiance. Les mêmes noms reviennent année après année tout au long du livre de comptes. Ses affaires sont fondées sur la solidité des relations personnelles et familiales. Jacme Olivier ne semble pas avoir de fils. Mais ses confrères en ont qui sont impliqués très tôt dans les affaires. Berthomieu Teulier jove habite dans la même île que lui. Le voyage de la nau Sant-Johan e Santa-Magdellena partie en octobre 1385 est confiée à C. Palma jove. Les fils conduisent les bateaux et vont jusqu’à Damas acheter les épices.

  • 91 F° LXXV v°, f° IV, 15 juillet 1381, 15 draps donnés à apprêter à G. Laures faytz a l’ostal.
  • 92 F° LXVIII.
  • 93 Un Benezech Amblard tisseyre est signalé en 1356. Sur les Amblard, cf. infra.
  • 94 L’île Saint-André.
  • 95 F° LXXX v°.

69Le Bourg constitue le cadre où Jacme réalise l’essentiel de son négoce. Outre la faculté de se procurer ou d’échanger les espèces, il trouvait sur place des draps dont il suivait la finition, contrôlait la qualité et qui allaient fournir la matière principale des cargaisons expédiées vers le Levant. À l’occasion, il fait même tisser des draps chez lui. Dans le lot qu’il livre au pareur P. Ros en 1385, plusieurs ont été « faits à la maison » au cours des mois précédents91. En général cependant, il achète les draps pour lui ou pour le compte d’autres marchands92. Il n’est guère disert sur l’origine précise de ces draps. Mais tous n’ont pas été ouvrés dans la ville même. Entre 1387 et 1390, il va en effet à plusieurs reprises chez Benezech Amblard pour en acquérir : 74 au total valant 541 l. 14 s. 11 d. Cet Amblard, certainement fils d’un tisseire93, tenait dans l’île Antoni Bedos94 une hôtellerie remarquablement placée au carrefour des principales rues de Bourg95 qui convergeaient vers le pont-vieux dont la fonction était importante dans les échanges. Point de rencontre entre la production extérieure à Narbonne et les mercadiers elle servait à l’occasion de marché secondaire. Les mercadiers trouvaient à se procurer là les draps d’origine villageoise sans avoir à sortir de Narbonne. Cela n’empêchait pas Jacme Olivier d’acheter des draps de temps en temps hors du Narbonnais comme à Saint-Pons.

  • 96 F° III, IV ... etc.
  • 97 F° LXXV v°.
  • 98 F° IV, 15 juillet 1381.
  • 99 F° LXXXII v°, 16 juillet 1388.
  • 100 F° XLVI, LXXV, etc.
  • 101 F° LXXXX, comte novel de l’an LXXXVIIII.
  • 102 F° XVI, 26 vermeils, 14 verts, 11 bleus, 7 canelats. Pour la localisation de la teinturerie, cf. s (...)
  • 103 F° XLVI v°, LXVIII, LXXXXVII v°.
  • 104 F° LXXXX v°.
  • 105 F° CXXIII v°.
  • 106 F° L. Mais ce n’est pas pour lui un objet important de son commerce. Il ne s’intéresse pas à l’exp (...)
  • 107 Les achats de laine de Jacme Olivier sont inclus principalement dans les comptes de ses correspond (...)

70Jacme Olivier achète quelques draps acolorat -déjà teints. C’est rare. D’habitude ils sont écrus ou blanquets96 et il se charge de les faire adobar -c’est-à-dire apprêter. P. Ros, son pareur attitré, ne travaille pratiquement que pour lui, à voir les quantités déclarées périodiquement : 60 draps d’un coup le 9 décembre 1387 par exemple97. Il donne aussi à adobar à G. Laures98 et à Jehan Seguier99. Le marchand fournit les draps, règle le pareur à mesure que progresse le travail100, et consent des avances101. Jacme Olivier avait-il aussi des intérêts dans la teinture ? On peut le penser car il fait payer un drap que G. Fontz tenhit a la nostra tinha bleu. Mais il donne à teindre aussi, en vermeil, vert, bleu, canelat102 ; les couleurs à base de pastel qui sortaient le plus couramment des ateliers narbonnais103. Jacme Olivier intervient donc, bien que ce ne soit pas systématique, à tous les stades de la fabrication des draps. Il ajoutait le commerce des matières premières nécessaires à l’apprêt ou à la teinture : alun qui venait de Barcelone104, pastel105, roga106 et laine107.

  • 108 L’évolution décisive de la draperie et du commerce narbonnais serait donc antérieure au milieu du (...)

71Le nombre des affaires traitées par Jacme Olivier et sa place dans le commerce narbonnais, honnêtes sans plus, font parfaitement ressortir l’étroitesse des liens entre le commerce et la draperie. De même, on aperçoit assez bien l’organisation de la draperie narbonnaise au fil des achats et des commandes qu’il fait. Les mercadiers ne contrôlent pas les premières phases de la production. On ne relève en effet jamais dans le livre des comptes, d’achat de laine, de salaires versés aux cardeurs, de commandes pour tisser des draps, d’avances de matière première ou d’argent en contrepartie desquels les tisserands apporteraient l’ouvrage terminé. Il n’y a pas d’association ou de relation de dépendance entre le capital et le travail à ce premier stade de la confection des draps. Jacme Olivier n’est pas un marchand-fabricant comme il y en a à la même époque en Flandre et dont le personnage sera le type représentatif de la draperie languedocienne à l’âge moderne. Le livre de comptes confirme tout à fait les collectes des clavaires et la composition socio-professionnelle qu’elles nous donnaient à voir. On tisse peu les draps à Narbonne108.

72Malgré l’importance de sa population, le nombre de ses marchands, son rôle essentiel dans la commercialisation, la ville n’exerce qu’une faible emprise sur les régions qui l’entourent. Le capital urbain ne contrôle pas directement la laine dont on a besoin, le filage, le travail qui sort des métiers à tisser. Faut-il voir là un des facteurs principaux qui expliquent le destin de la fabrique narbonnaise et les relations de Narbonne à la draperie ? Le sort de celle-ci et de tous ceux qui en vivaient directement ou indirectement dépendait en effet du trafic du Levant et du dynamisme des mercadiers. Plus que jamais les échanges étaient le moteur de la production et les draps la principale contrepartie des épices.

73Jacme Olivier est bien un borgez, un bourgeois comme le qualifie le rôle de taille de 1376, au sens littéral du terme. L’essentiel de ses affaires se déroule en ville, concerne la production urbaine et l’amène à n’avoir de relations qu’avec des marchands d’autres villes. Le terroir de Narbonne et le Narbonnais constituent le second cercle où il déploie son activité. Les environs de Narbonne apparaissent fréquemment dans le livre de comptes ; jamais pour ses opérations d’envergure. Jacme Olivier n’est pas coupé de la campagne, mais la ville et le plat-pays, malgré les va-et-vient quasi-quotidiens de part et d’autre des remparts, apparaissent bien comme des mondes différents, contrastés, qui ne sont pas de même nature.

  • 109 F° XIV, LXXXVIII v°, LXXXIX.
  • 110 Compoix du terson Lamourguier.
  • 111 F° LXII, LXXIV, LXXXIII. Il en fait aussi en ville.
  • 112 F° LVII, LXXIV v°, CXXXXIV.
  • 113 F° XXVII. Autres prêts de semences, d’orge, d’avoine : XXII v°, XXIX v°.

74Première périphérie où les contacts sont très étroits : le terroir et ses marges. En bon Narbonnais, notre homme possède des vignes qu’il surveille avec attention, dont il détaille les frais de culture et de vendange109. La récolte est destinée à la consommation domestique. Il n’a jamais investi dans la terre. À la fin de sa vie, il ne possède toujours que deux vignes comme en 1363110. À cette exception près, le mercadier n’intervient pas directement dans la production. Son action s’exerce par d’autres moyens. Il fait des prêts d’argent111, de semences, qu’il consent à des habitants de Quillanet, Saint-Martin-de-Toques, Saint-Pierre-des-Clars112, voire même au pareur P. Seguier à qui il donnait des draps à adobar113. Les relations entre marchands et artisans du textile dont certains étaient de solides propriétaires terriens, ne se limitaient pas aux commandes et au paiement du travail de la draperie. Les semences qu’il avance, les florins aragonais qui circulent dans les campagnes, entretiennent les petits centres circumvoisins.

  • 114 Pour le passage de l’orge au froment : E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 179-184.
  • 115 F° LXXXXVIII v°, LXXXXIX.
  • 116 Idem, une cargaison de blé et d’ordi sur Barcelone.

75Le livre de comptes confirme, pour la fin du xive s., la vitalité des satellites ruraux de Narbonne qui se soutiennent tant que l’artisanat et le commerce restent dominants à Narbonne, avec un partage des tâches entre la ville qui fabrique et échange et la campagne qui procure les grains. Au-delà de ce rayon de dix kilomètres, le marchand, en dehors des paiements d’usages, de foriscapes, n’intervient guère que pour des achats de grains : ordy -orge- principalement, avoine et froment. Ce dernier reste secondaire encore114. Il participe au drainage des grains par la ville, petitement. Ce n’est pas sa spécialité. Les grains n’apparaissent qu’épisodiquement dans ses affaires et jamais pour des quantités importantes : quelques setiers revendus au marché au blé115 ou expédiés par mer à Barcelone116.

  • 117 F° LXXIX v°, LXXXV v°, CXXIII.

76C’est plus loin, dans une troisième sphère narbonnaise, que Jacme trouve la marchandise qui fournit avec les draps l’essentiel de ses cargaisons vers le Levant : le miel. L’aire de la production du miel ‘de Narbonne’, ce qui est une appellation un peu abusive car on le désigne par son lieu d’expédition, est parfaitement délimitée. Ce sont les Corbières dont les collines âpres et la garrigue procurent alors aux habitants, grâce aux troupeaux de moutons et aux ruches d’abeilles, leurs ressources autant que les terroirs cultivés. Une économie différente où l’animal intimement lié au tapis végétal est élevé pour ce qu’il offre, la laine et le miel ; de cueillette encore, d’une certaine manière. Mais ce n’est pas la moins vive ni la moins déterminante pour l’artisanat urbain et le commerce outre-mer. L’élevage des abeilles se faisait sur une grande échelle, à voir les quantités que réceptionne un marchand de moyenne importance comme Jacme Olivier. Les mercadiers narbonnais ne se déplaçaient pas dans les Corbières. Des marchands locaux collectaient le miel et l’apportaient à Narbonne comme Berthomieu Gade et R. Gorple de Talairan, P. Gilart de Villerouge, Jehan Ar de Vilanova -Villeneuve-des-Corbières117.

  • 118 Littéralement un tronc d’arbre. Les ruches se logent dans des troncs évidés ou sont fabriquées de (...)

77Le miel se récoltait à la Saint-Jean en principe. De mars à avril, la floraison du romarin commençait à remplir les ruches. Venaient ensuite le thym, le dorycnium, les cistes. Dans les terrains qui étaient favorables à la croissance de la lavande et du buplèvre, la récolte se prolongeait en juillet et août lorsque l’année était humide. Combien pouvait produire un buc118 bon an mal an ? 4 à 5 kgs au plus. Encore était-ce dans les conditions les plus favorables. Le romarin, par exemple, ne donne vraiment qu’une année sur cinq quel que soit le type de ruche et le savoir-faire de l’apiculteur. Une bonne année, deux moyennes et deux mauvaises pendant lesquelles il faut nourrir les colonies d’abeilles. Tel est le rendement habituel des récoltes de romarin. Le renouvellement des reines se faisant par essaimage naturel, on ne récoltait en effet qu’une année sur deux. Lorsque la vieille reine essaime et que naît une nouvelle, la ruche consomme ses ressources et ne produit rien. Les ruchers suivent le rythme bisannuel des autres productions de la nature : l’olivier donne beaucoup d’olives une fois, l’année suivante il ‘fait du bois’ et produit peu ; on laisse reposer la terre un an sur deux pour les grains...

78La seule possibilité pour augmenter de manière significative le rendement des bucs était la transhumance. Après avoir fait la récolte de la fin juin on enveloppait les bucs dans une toile de sac et on les transportait de nuit à dos de mulet dans les Corbières de l’intérieur, plus profondes et plus élevées, vers Tuchan, le col d’Extrême, le col du Paradis où l’on récoltait une seconde fois en juillet et août. On doublait ainsi le rendement de la ruche. Mais tous les bucs ne transhumaient pas. Aussi, à quelques kilos en moyenne pour chacun d’eux, il en fallait des milliers pour obtenir les tonnages expédiés outre-mer.

  • 119 Cf. infra, chap. XII et XIV ; V. CHOMEL, (1947). Les Corbières n’ont pas l’exclusivité en Méditerr (...)

79On ne soupçonne guère l’importance que put avoir le miel dans les Corbières. Le massif audois connut une véritable phase mellifère avec l’essor du trafic du Levant qui multiplie producteurs et marchands du cru, assure des ressources régulières, développe la circulation de la bonne monnaie tout en ouvrant plus largement cette zone à la ville. L’histoire des montagnes des Corbières qui paraissent un bastion isolé, a donc été un temps étroitement liée à l’histoire du sucre et en a subi les vicissitudes. On tient là, à coup sûr, une des explications de la meilleure résistance de cette zone aux ‘malheurs du temps’ et de l’existence au début du xve s. de groupes humains guère moins importants qu’ils ne seront trois ou quatre siècles plus tard119.

80Les trois aires que dessine le livre de comptes : la première ceinture contrôlée étroitement par la ville, des vignes et des prés, où les relations personnelles sont suivies, la plaine productrice de grains, le massif apicole, montrent un monde campagnard nuancé et divers, enfoncé dans sa ruralité, mais fortement dépendant de la ville et dans son orbite. Le débouché qu’offre l’approvisionnement de la population urbaine n’est pas le plus important. Ce qui est décisif est la mise dans le circuit du grand commerce, par les mercadiers, des productions rurales, draps tissés dans les villages ou miel.

  • 120 F° II, III, XXXVI, LUI, LVIII ... etc.

81Au-dessus du Narbonnais où se fabriquent et se concentrent les marchandises, il y a pour notre marchand l’horizon régional qui se circonscrit à peu près entre Carcassonne à l’ouest, Barcelone au sud, le triangle Montpellier-Avignon-Aigues-Mortes auquel on peut annexer Marseille bien que ce port soit déjà sur la route du Levant. Ce domaine est celui du commerce maritime modeste, des grains par exemple, où s’effectue l’étape préparatoire du commerce de l’Ultramar et où résident tous ceux qui participent au grand commerce avec lui. Les limites et la forme de cet espace régional sont éloquentes. La disproportion est totale entre l’ouest et l’est, entre l’occident et l’orient. Jacme Olivier ignore-t-il Toulouse ? Il n’avait guère d’intérêts de ce côté-là. Tout ou presque, par contre, se passe à l’est et dans son prolongement. Carcassonne, Barcelone, appartient aux marges. Jacme se déplace à Carcassonne, expédie une cargaison d’ordy à Barcelone120. Il ne les fréquente qu’épisodiquement. Le cœur de ses affaires se situe à Perpignan, Montpellier, Aigues-Mortes et Marseille, toutes villes littorales impliquées dans le commerce maritime entre lesquelles se rassemblent et se chargent les nefs.

  • 121 F° XXXVI, XLVI v° ...
  • 122 F° XXXIV...
  • 123 F° XLIV.
  • 124 En 1382 2 balles partent de Perpignan directement à Marseille. Mais les Perpignanais n’ont pas les (...)

82Grâce au livre de comptes on peut reconstituer, à peu près, les opérations d’embarquement. Il était hors de question que les grosses nefs remontent jusqu’à Narbonne ou restent exposées devant le grau qui était beaucoup trop dangereux. Elles venaient stationner au port de Leucate, en fait sous le cap, au lieu-dit de La Franqui où elles trouvaient un abri et une profondeur suffisante121. Des capouls chargeaient à Narbonne les balles de draps et les jarres de miel, descendaient jusqu’à la mer. Ils n’allaient pas toujours au bateau. Parfois des barques prenaient le relais pour affronter les vagues122. Tous les mercadiers qui participaient au trafic faisaient amener ainsi leurs marchandises. De là, les nefs dont le chargement n’était jamais achevé en une seule étape gagnaient Aigues-Mortes ou Marseille pour le compléter. L’étape d’Aigues-Mortes paraît avoir été obligatoire. Elle permettait de satisfaire aux privilèges qui lui avaient été accordés. Mais, on le voit, cela n’interdisait ni ne stérilisait le trafic en d’autres points de la côte languedocienne. Parfois, cependant, le regroupement de la cargaison se faisait à Aigues-Mortes même123 et les barques entreprenaient le voyage pour convoyer les marchandises des différents points de la côte124.

  • 125 F° XLI.
  • 126 F° LXXXXVIII.

83Jacme Olivier cerne bien l’horizon régional. Il connaît personnellement les marchands, les changeurs ou les correspondants avec qui il est en affaires : Aymeric Fabre de Perpignan ; G. Pinhol, Jac. Malros, le cambiador Jehan Matfre, Jacme Tornisarem de Montpellier. Il se déplace, se rend à Carcassonne, à Montpellier125, reçoit ses correspondants. Jacme Tornisarem est à Narbonne en 1385126. Mais il ne semble pas -ou plus ?- s’éloigner du Languedoc.

  • 127 F° II, 1381 ; XXI, 1383.
  • 128 F°IX, 1382...
  • 129 Exemple : f° XLVI v° : "l’an LXXXV (1385) ad honor et a reverenssia de nostre senhor Dyeu benezect (...)

84La grande affaire, l’objet de tous les calculs, le but des opérations de négoce préalables, l’aboutissement des efforts de l’année est le trafic levantin, le voyage de la nau de Narbonne127, de la nau des sieurs de Narbonne et de Montpellier128. Quel soin extrême Jacme Olivier met à placer les voyages des nefs et de tous ceux qui entreprennent l’expédition sous la protection divine ! Pas une fois il ne fait allusion au commerce vers la Méditerranée orientale sans invoquer le seigneur Dieu, la Sainte Trinité, la Sainte Vierge, Saint Paul de Narbonne, les Saintes XI Mille Vierges, la Cour céleste du Paradis129. Le peuple céleste tout entier est appelé à la rescousse pour préserver le voyage vers cet autre au-delà qui échappe entièrement au marchand et sur quoi tout repose.

  • 130 On peut identifier une quinzaine de nefs en tout.
  • 131 En 1380 la nef Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Marie-Madeleine emporte une commande de Tomasso Bossa (...)
  • 132 F° CIII v°. Il utilise aussi la nau de Montpellier, f° LXXIII.

85La rotation est d’un voyage par an, guère plus130. Les marchands narbonnais se groupent pour affréter un bâtiment que Jacme Olivier désigne sous le nom de nau de Narbonne. Le volume de leurs marchandises est-il suffisant pour que le chargement soit complet ? Ils s’associent avec les Montpelliérains pour remplir le bateau en commun131. Le commerce languedocien ne se limite pas à cela. Ce serait peu et mettrait Narbonne et Montpellier loin derrière Barcelone ou Marseille. Jacme Olivier utilise les services de bateaux partis d’autres ports. Ainsi en 1386, il fait apporter 36 jarres contenant 21,5 quintaux de miel à la nau de Collioure qui est à Leucate132. La dispersion des envois destinée à limiter les risques tout autant qu’à profiter des opportunités d’un bâtiment, brouille quelque peu la vision que l’on peut avoir du commerce languedocien.

  • 133 E. BARATIER, (1973) p. 91. Le même Jean Alaros est sur la Sainte-Catherine en compagnie d’un Marse (...)

86Le commerce lointain, le plus périlleux, ne s’accommode pas de l’incertitude quant au choix des hommes, le seul facteur sur lequel le marchand a prise. Sa confiance va aux Narbonnais qu’il connaît intimement : Jacques Vidal, Jacques Baron, G. Palma et plus encore Berthomieu Teulier, le jove de la collecte du clavaire qui habite une maison voisine de la sienne et qu’il a vu grandir133. C’est un même groupe de 10 à 15 personnes qui travaillent en étroite collaboration pendant la dizaine d’années que couvre le livre de comptes. Là encore, on pourrait facilement dessiner le cercle de relations dont Jacme est le centre : la poignée d’hommes à qui il confie ses marchandises et sa fortune, les marchands avec qui il traite de manière moins assidue mais régulière, les correspondants auxquels il ne demande de services que de loin en loin.

  • 134 F° XXI, XXXVI, L, LXVIII, LXXXXVII.
  • 135 Il accomplit une autre traversée en 1385, E. BARATIER, (1973) p. 91.
  • 136 Cf. supra ; J. BAUMEL, t. III (1973) p. 277.

87Mais le livre de comptes est réducteur. Le commerce narbonnais ne se limite pas aux bateaux qu’il mentionne. Les Narbonnais pilotent d’autres navires. Au printemps 1383, Pierre de Puysec, Narbonnais établi à Montpellier, commande le Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Marie-Madeleine134. En septembre de la même année Jean Calvet de Leucate patronise une autre nef, la Sainte-Marie qui emporte du corail. André Boutenac pilote la Sainte-Catherine en 1389135. Plusieurs marchands narbonnais ont des participations ou des intérêts sur des nefs dont ne parle pas Jacme Olivier. On peut se borner à deux exemples qui montrent la connexion des affaires entre Narbonnais et Marseillais. Le premier est bien connu car le bateau fut pillé au large de la Crète. P. de Montirat avait nolisé en 1386 un tiers de la nef le Saint-Esprit où une bonne dizaine de marchands marseillais possédaient aussi des marchandises. En 1389, Jean Alaros qui habite dans la même île Pr. Vidal que Jacme Olivier, où il est imposé modestement -1 l. 12 s. 6 d.-, est associé au Marseillais Guillaume Barban pour charger la nef Sainte-Marie et Saint-Jean136.

  • 137 C. CARRERE, (1967) p. 409. Mais ces expéditions ne paraissent pas régulières.
  • 138 Simple stockage des marchandises débarquées d’une nef avant d’être rapatriées sur une barque.

88Tout ce qui est expédié ou rapporté du Levant n’atteint pas forcément Narbonne. Ainsi, 24 draps de la fabrique narbonnaise sont chargés à Barcelone pour l’Ultramar en 1396137. En 1382, il y avait dans la boutique de Jean Casse, consul des Languedociens à Marseille, des marchandises appartenant à des Narbonnais : 122 poids d’épices de Bernard Vincent associé du marchand Giraud de Jérusalem, 108 poids du même produit de Guillaume Palma, 40 caisses de sucre de Jacques Vidal138.

89De cette tentative de reconstitution du puzzle du commerce du Levant, à cause de la disparition des documents, se dégage l’image d’un négoce ample. La multiplicité des apports, les ramifications des relations, les imbrications des intérêts entre marchands frappe davantage encore que le volume des affaires traitées. De Collioure à Marseille le monde des marchands et des marins se caractérise à la fois par une grande diversité, à cause du morcellement politique, et une vraie solidarité. Dans les affaires, il n’y a aucune hostilité ou concurrence entre les Catalans, les Languedociens de la France des Valois, les Provençaux du royaume angevin, les villes ou les provinces. Sur les bateaux toutes les marchandises sont acceptées et les marchands de différentes origines s’associent sans discrimination. Simplement, Jacme nous le montre, la confiance dans les natifs de la même ville, avec la famille duquel on gardera le contact, donne une place plus importante aux solidarités locales. Mais celles-ci ne sont jamais exclusives. On relèvera toutefois la frontière qui court entre le Roussillon et la Catalogne d’outre-Pyrénées et tend à partager l’espace catalan en deux. Jacme Olivier commerce avec les Perpignanais. Les nefs de Collioure viennent charger à Leucate, effectuent le parcours des nefs narbonnaises et montpelliéraines, complètent leur cargaison et partent de Marseille. Le Roussillon appartient au même domaine maritime et de relations que le Languedoc. Marseille est pour lui la porte de l’Orient, tout autant que Barcelone.

  • 139 E. BARATIER, (1973) p. 90.

90La répartition des tâches apparaît bien établie. Aux uns, les marchands à demeure, dont notre mercadier est le prototype, qui bornent leurs déplacements à l’espace régional, le négoce en ville, la surveillance du travail des draps, l’achat du miel, la préparation des expéditions, puis la réception et l’écoulement des retours. Aux autres, le pilotage, l’accompagnement des nefs, les transactions dans les ports, les traversées et, une fois à destination, l’écoulement de la cargaison et l’achat du fret de retour. Deux types d’affaires, deux styles de vie. Le second, à l’allure d’un aller et retour par an, est dévolu en principe aux plus jeunes. Jacme Olivier et ses associés n’ont pas de facteur sur place dans les échelles du Levant. Ceux qui partent sur les bateaux font le voyage de Damas pour acheter les épices. Ils en profitent aussi pour trafiquer à leur profit. Barthélemy Teulier, par exemple, pratique couramment le commerce des esclaves. En novembre 1381, il vend un premier esclave, appelé Georges qu’il vient de ramener de Rhodes, au Marseillais Charles Anton. Quelques mois plus tard, il en cède un second à un Barcelonais139.

  • 140 F° XX v°, XXI, compte de B. Asihan p. 274.
  • 141 F° XLIV, 12 balles, 76 draps ; LXVII ; 12 balles, 88,5 draps.
  • 142 74 jarres de miel, net 106,8 qx, f° XXXVI ; 36 jarres, net 31,5 qx, f° LIII v°; 42 jarres, 37,5 qx (...)

91Les échanges, au moins pour ce que nos documents nous disent, sont relativement simples : les draps et le miel contre les épices, poivre, gingembre principalement, que complètent du coton, de la cannelle, de l’alforis, de la garance, de l’aloès et du sucre de Babylonie140. Mais, on vient de le voir avec les esclaves, la liste n’est pas exhaustive. Pour son compte, Jacme Olivier envoie à chaque voyage de 8 à 12 balles de draps contenant 7 pièces en moyenne141 et du miel en quantité variable : 36, 42, 74 jarres, soit autant de quintaux142.

  • 143 E. BARATIER, (1973), ces directions confirment que les Narbonnais fréquentent Rhodes où ils avaien (...)

92Vers quelles destinations de la Méditerranée orientale appareillait-on ? Toujours les mêmes. Sur 15 nefs dont parle Jacme Olivier on connaît le but de 13. Neuf bateaux ont Alexandrie comme seule direction, 3 touchent Alexandrie avant de poursuivre leur route vers Beyrouth ou Rhodes. Un seul se dirige directement vers Rhodes et Beyrouth. La prééminence de la direction alexandrine n’est pas pour surprendre. On sait la place que tenaient les Narbonnais dans ce port. Elle est aussi confirmée par les registres des notaires marseillais143.

  • 144 F° VIII.
  • 145 Collecte des clavaires de 1379-1380.
  • 146 Puis Jaume Lac.
  • 147 E. BARATIER, (1973) p. 92 et infra, chap. IV, C.

93La présence des marchands de Narbonne est attestée aussi dans le Proche-Orient au-delà de la frange littorale comprise entre Rhodes et Alexandrie. François Gilabert ramène d’un voyage de Romanie 4 quintaux et 81 livres de coton à Jean Lac144. Ce dernier personnage est au moins aussi intéressant que Jacme Olivier. Porté comme pareur sur la collecte de 1376 il n’en est pas moins imposé 14 l. 6 s. 3 d., comme les plus riches marchands. Le commerce avec le Levant débordait donc des cercles des mercadiers. On était pareur de père en fils chez les Lac. La famille avait acquis déjà au milieu du xive s. une solide aisance et une position enviable, au dessus de la condition moyenne des artisans du textile. Bernard Lac, le père, qui habitait l’île Br Alaman (Saint-Hippolyte), dans le quartier Migean, consul de Bourg pour l’échelle des pareurs en 1356, s’était dégagé de la situation de dépendance à l’égard des marchands et ne travaillait plus à façon sur commande. Lorsqu’il prend sa succession, Jehan Lac est aussitôt qualifié de drapier145. Il n’abandonne pas pour autant la parerie car il sera souvent désigné encore comme paraire. Il devient rapidement consul lui aussi et se lance dans le grand commerce où il ne se contentera pas d’apparitions fugitives. Ses affaires prospèrent. Les estimateurs qui déterminent le montant de l’imposition augmentent sa quista régulièrement : 52 l. 4 s. d. en 1393, 72 l. 14 s. 6 d. en 1398. Devenu un des plus ‘apparents’ de la ville il sera choisi, ce qui est un signe de reconnaissance de sa réussite, éponyme de l’île où il habite. L’île Br Alaman s’appellera l’île Johan Lac146. On retrouvera les Lac sur les chemins du Levant au début du xve s.147.

  • 148 700 livres en moyenne. Leur valeur varie de 200 livres en 1 386 à 1 300 livres en 1383.
  • 149 On comprend mieux à travers l’exemple de Jacme Olivier le maintien de la draperie en Bourg.
  • 150 Ceux-ci interviennent très souvent, notamment dans les achats de draps.
  • 151 On ne peut guère en tirer de conclusion. L’association et la diversité des affaires traitées avec (...)

94Si le livre de comptes nous permet de nous faire une idée de la valeur des marchandises qu’il charge sur les nefs148, il est impossible d’entrevoir les profits dégagés par les opérations de négoce, ainsi que l’état de la fortune de notre marchand, ce qui réduit la portée du document. Au total, cependant, par la nature, la dimension, l’extension de ses affaires, Jacme Olivier apparaît bien comme le modèle du marchand narbonnais. Sa comptabilité révèle les structures de l’espace, de la société, de l’économie, de la ville ainsi que la complexité des liens entre la fabrique et le commerce, le centre urbain et le monde rural149. Il témoigne pour un milieu vif, différencié, de marchands où les gros mercadiers n’ont pas l’exclusivité du trafic du Levant. Les plus faiblement imposés, comme Jean Alaros, tiennent leur place. Autour de lui gravite une foule d’intermédiaires : des capoliers, des changeurs, des corratiers150. Fait-il usage des techniques commerciales les plus évoluées du temps ? Les règlements sont effectués comptant. Il utilise une seule fois la lettre de change151. En tout cas, le négoce narbonnais est totalement intégré aux échanges qui s’effectuent entre le cap de Creus et Marseille. Narbonne joue un rôle décisif dans le commerce languedocien. Mais ce rôle éminent a sa contrepartie. La ville et la campagne qui l’entoure dépendent étroitement de l’Orient à la fin du xive s. pour les activités les plus rémunératrices. Elles lui doivent en partie leur redressement et une vitalité que la guerre et les événements qui se déroulent sur terre menacent.

  • 152 E. BARATIER, (1973) p. 92.
  • 153 G. RAMBERT, t. III (1951), in fine "l’état des départs à destination du Levant des bâtiments marse (...)

95Au cours de la décennie 1390-1399, les sources marseillaises grâce auxquelles on suivait les voyages des nefs de Narbonne ou des bateaux qui portaient les marchandises des marchands de la ville se taisent152. Simple hasard de la conservation des documents ? Les dernières pages du livre de comptes coïncident-elles avec la fin d’une époque ? Le contraste entre les nombreuses mentions antérieures à 1390 et le silence de la décennie qui suit n’est pas fortuit. Les expéditions maritimes des Angevins en Italie ralentissent puis arrêtent complètement l’armement marseillais. Les nefs languedociennes cessent de naviguer, les marchands préfèrent utiliser les bâtiments génois et catalans pour expédier leurs marchandises153.

  • 154 C. CARRERE, (1967) p. 188.

96Mais le commerce maritime ne se développait pas seulement dans l’ample et lent courant des rotations annuelles des nefs, trop grosses embarcations pour franchir la passe du grau et venir accoster entre Cité et Bourg, et ne se réduisait pas pour Narbonne au chargement des capouls et barques qui allaient jusqu’à Leucate. D’autres trafics passent par Narbonne que ne contrôlent pas toujours les marchands locaux. Le bois par exemple. Barcelone, pour ses constructions navales, avait besoin de bois qu’elle recherchait au delà de la Catalogne. On appréciait fort dans tout le bassin occidental de la Méditerranée le bois qui descendait des forêts du pays de Sault et de la haute vallée de l’Aude pour faire des rames ou des mâts. Un marchand de Quillan, par exemple, Jacques Izern, faisait une grosse livraison à Bérenguer Rovira en 1393 : 400 estelles pour tailler des rames de galées, 288 estelles pour des rames longues de 16 à 20 palmes, 20 mâts de sapin ainsi que 12 grumes de bois de chêne154.

3. La traite du blé à la fin du xive siècle ; la marine gruissanaise

  • 155 C. PORT, (1854) p. 78-79, p. 187 sq. ; coll. Doat. t. 54, p. 133 sq. Livre de collecte de 1392. 6 (...)
  • 156 Mai : Duran de Marseille, 20 setiers de froment ; juin : P. Andrieu de Gruissan, 12 setiers de fro (...)

97Le trafic du blé nous est connu par la recette de la traite du blé permise du 13 avril 1390 au 8 janvier 1391, insérée dans le registre du clavaire de 1392. Les exportations étaient interdites en principe depuis 1386. Aussi fallut-il l’accord du duc d’Anjou pour sortir les grains et enregistrer tous les départs155. Le trafic qui nous est rapporté a un caractère quelque peu exceptionnel. Il s’en dégage néanmoins des caractères qui ont une valeur beaucoup plus générale. 61 bateaux viennent chercher des grains et emportent 7 826 setiers. Cela fait en moyenne 130 setiers environ par embarcation. Mais les chargements sont d’importance très inégale : de quelques setiers à 500 setiers pour les plus gros156. La majorité sont modestes et ne dépassent pas 100 setiers (cf. tableau n° 3).

  • 157 Juin : Pons Sallèles fait charger par un patron de Collioure 40 setiers de froment. Jehan Pelat av (...)

98Ce qui frappe le plus dans ce commerce est l’opposition entre les expéditeurs et les transporteurs. Les marchands qui exportent les grains sont tous Narbonnais. Aucun patron de barque n’est de la ville, situation un peu singulière quand on sait qu’il y avait des mariniers à Narbonne. Parmi les marchands qui font les expéditions, G. Albeyras, P. Baron, P. Bedos et B. Saint-Just sont les plus actifs. Jacme Olivier est absent. Mais plusieurs des collègues avec qui il était en affaire et qui participaient au commerce du Levant comme Jehan Pelat, Pos Sallèles, Anton Bedos ou P. Vidal ne dédaignent pas ce trafic, bien qu’ils n’y interviennent parfois que pour quelques dizaines de setiers157.

  • * 60 setiers de froment et 141 setiers d’orge sont transportés par terre en août.

Tableau n° 3 - Traite du blé, 13 avril 1390-8 janvier 1391
Nombre de bateaux et cargaisons (en setiers**)

Tableau n° 3 - Traite du blé, 13 avril 1390-8 janvier 1391Nombre de bateaux et cargaisons (en setiers**)
  • 158 En janvier Guillaume Salvat charge 60 setiers de froment pour P. Tisseyre et 220 setiers pour Anto (...)

99Les ports vers où l’on achemine les grains ne sont pas indiqués. On ne peut les déduire des lieux d’où viennent les bateaux, même si l’on peut en retirer des indications car il y en a de Cadaquès, de Marseille ou de Nice158. L’origine des patrons de barque, en revanche, est plein d’enseignement. Sur 57 voyages connus, 29 sont accomplis par des Gruissanais (47,5 %), 18 par des patrons catalans. Les autres patrons interviennent beaucoup moins (cf. tableau n° 4).

  • 159 Ce commerce du blé n’est pas une chose nouvelle. Deux bateaux qui obtenaient une licence au départ (...)

100La traite du blé confirme d’abord la position du port de Narbonne et les liens qu’il entretient avec les régions voisines159.

Tableau n° 4 - Traite du blé, 13 avril 1390-8 janvier 1391
(transporteurs, types de cargaisons, en setiers)

Tableau n° 4 - Traite du blé, 13 avril 1390-8 janvier 1391(transporteurs, types de cargaisons, en setiers)

101Surtout, elle fait découvrir l’importance de la marine gruissanaise, à la fin du xive s. Une dizaine de patrons se partagent le trafic qui s’étale sur trois trimestres, dont Guillaume Quintaine, Bernard Roquafort et R. Gironda qui sont les plus actifs et font plusieurs voyages chacun. Ces noms appartiennent à un fond anthroponymique gruissanais bien constitué qui perdurera longtemps. On n’y retrouve aucun des mariniers narbonnais installés au cours de la seconde moitié du siècle dans les tersons de La Major ou de Cité. La remarque est d’importance. Les marchands narbonnais utilisent massivement les patrons gruissanais alors qu’ils ne font appel à aucun marinier de Narbonne. L’essor d’une marine gruissanaise aurait-elle concurrencé celle de Narbonne ? Elle apparaît en effet en pleine vigueur, bien organisée, avec des familles de navigateurs à la fin du xive s. alors que le groupe des Narbonnais périclite. On aurait pu faire l’hypothèse d’une poursuite de la carrière mouvementée du groupe des mariniers narbonnais. L’affaiblissement du groupe des gens de mer, après son abandon du quartier Villeneuve et sa réinstallation à l’intérieur de la ville, aurait correspondu à une nouvelle migration, vers le littoral cette fois, à cause de l’incommodité du port et des problèmes d’alimentation en eau de la robine. Il n’en est rien. Un foyer de vie maritime autonome s’est développé à Gruissan, qui ne se bornait pas à l’exploitation des étangs et à la pêche littorale mais affrontait la haute mer avec ce que cela suppose de tradition familiale, de capitaux, de savoir nautique. Il prend le relais des mariniers narbonnais. On trouve là une explication au maintien du commerce maritime alors que le groupe des gens de mer décline. Pour le trafic lointain, les marchands utilisent les grosses nefs peu tributaires du port de l’intérieur qu’était Narbonne ; pour le trafic régional, ils avaient à portée les patrons et les barques dont ils avaient besoin.

  • 160 Seule hésitation, en 1391 Pierre et Lazare Pujol de Narbonne patrons d’une barque se trouvent à Ma (...)

102Il est difficile en l’état actuel des sources d’expliquer plus avant ce cycle maritime de la fin du xive s., bref, mais au processus tout à fait éclairant tant par le nombre des mariniers, les lieux où ils s’installent, leur remplacement par les Gruissanais quand ils cessent leur activité ou quittent la ville160. Une vie maritime existait donc bien en Languedoc en dehors d’Aigues-Mortes. Il faut imaginer autour de Narbonne un véritable complexe portuaire ; même s’il ne fonctionnait que par intermittence au cours de l’année. Le cap Leucate, auquel la monarchie a préféré Aigues-Mortes pour en faire le centre du grand commerce, était l’abri en eau profonde où mouillaient les grosses nefs qui collectaient leur chargement sur la route du Levant. Narbonne, puis Gruissan, étaient fréquentés par de petits bâtiments qui se faufilaient à travers les graus, capables de naviguer sur les étangs et de remonter la robine. Deux types de navigation et de trafic, tout à fait complémentaires, le livre de Jacme Olivier nous l’a montré, au xive siècle.

Notes

1 Dr. DEVY, (1986) ; P. WOLFF, (1968) la peste noire p. 159-161 ; H. L, t. IX, p. 609, note 2.

2 Dont 25,2 % de femmes. A.M.N., registre non coté. Tous les registres de clavaires dont il est fait mention ci-dessous ne sont pas cotés.

3 Soit 17,9 %.

4 Pour prendre uniquement l’exemple des faubourgs, le terson Malbec de Bourg a un pourcentage de veuves égal à 10,8 % alors que Villeneuve et Saint-Félix en ont respectivement 26,2 % et 25,6 %, cf. Dr. DEVY, (1986) p. 15.

5 Cf. infra, chap. III et IV, A.

6 Enfuis, 38 hommes, 12 femmes, morts, 1 hommes, 8 femmes ; pauvres, 95 hommes, 68 femmes.

7 D’autres auteurs pensent que la chute de la population est plus limitée. J. CAILLE estime le nombre des victimes à 7 000-7 800, soit un quart de la population environ -Histoire de Narbonne p. 163. Cela revient à accepter le chiffre avancé par le viguier qui écrit alors que l’épidémie est loin d’être terminée. La comparaison de toutes les sources antérieures à 1348 -dénombrement des feux, de quartiers, de catégories sociales ou de travailleurs, comme les pareurs qui cotisent pour l’affaire de la gabelle des draps, et du nombre des contribuables en 1352- amène à conclure que la peste de 1348 a causé des pertes humaines bien supérieures. Septembre 1348 : « La ville avait été frappée plus que toutes les autres par la grande mortalité qui venait de sévir », A.M.N., CC 2104.

8 Pour les mariniers, cf. infra.

9 Des doutes ont commencé à être émis récemment sur ce schéma-catastrophe, J. CAILLE, (1986).

10 A. BLANC, (1899) p. 542 sq. ; J. COMBES, (1990) p. 30. La peste de 1361 dure trois mois à Montpellier et causerait la mort de 500 personnes par jour à son paroxysme. En Avignon la peste de 1361 serait encore plus meurtrière que celle de 1348, B. GUILLEMAIN, (1962) p. 448. Narbonne compterait 2 500 feux au printemps 1360, A.M.N., CC 2107, 11 mars 1360.

11 A.M.N., non cotés, 106 ont du moble et des possessions, 85 seulement des possessions, 27 seulement des immeubles. 92 n’ont rien (71 hommes et 21 femmes).

12 On en compte 50, soit 16,13 %, dont la moitié sont expressément désignées comme veuves.

13 A. HIGOUNET-NADAL, (1978), on reconnaît sur la courbe narbonnaise tirée du registre des clavaires d’autres événements mis en évidence à Périgueux. Les limites des listes de taillables ont été analysées et soulignées. Le mouvement des feux réels à Périgueux paraît néanmoins beaucoup trop contrasté entre 1320 et 1370 pour refléter les fluctuations exactes du chiffre de la population.

14 P. WOLFF, (1954) p. 125. « Stérilité des moissons et des vendanges... » cependant, A.M.N., CC 1920, 16 novembre 1370.

15 Le registre ne comporte que 1 521 noms, mais le folio 59 manque. Il comptait 10 noms.

16 B. GUILLEMAIN, (1962), Bordius de Lunel habitant Narbonne intervient dans une vente de draps de Languedoc, p. 649, note 114.

17 G. LARGUIER, (1977) p. 200-201.

18 Jusqu’à l’épidémie de 1399-1400, Histoire de la population française, t. I, p. 324 sq.

19 Collecte des clavaires ; 1178 en 1393, 1250 en 1398, 1140 en 1399. Cette diminution des deux dernières années est-elle à mettre en relation avec l’attaque de peste qui se produit en 1400 ? Les preuves sont à rechercher encore.

20 C. CARRERE, (1967) p. 652 sq.

21 M. J. LARENAUDIE, (1952) p. 28-29. Elles n’avaient jamais vraiment disparu. En 1374 et 1375 le bassin occidental de la Méditerranée avait connu deux récoltes gravement déficitaires.

22 V. CHOMEL, (1947) p. 74.

23 N. COULET, (1990) p. 8-16.

24 C’est-à-dire les îles Saint-Alexandre, l’École et Saint-Barthélémy.

25 Collectes de 1389 1, 1389 11, 1392, 1393. Dans la collecte de 1392 il y a 7 juifs pour 23 contribuables dans l’île Ramon Franc, 3 sur 27 dans l’île R. Avinionus.

26 Tous les registres de clavaires, jusqu’au xvie s., comportent ces listes de "nouveaux habitants" puis "nouveaux habitants et nouveaux taillables", ce qui ne facilite pas le décompte du nombre des contribuables. Les nouveaux habitants étaient-ils intégrés d’office sur les listes de collecte à leur place dans les îles où ils résidaient avant 1398 ? Ils ne sont pas inscrits peut-être aussi rigoureusement qu’ils le seront ensuite. Plusieurs sont mentionnés en Cité en 1376. Si c’était le cas il faudrait conclure à une diminution du nombre des contribuables encore supérieure aux chiffres que l’on obtient. Dans nos évaluations et sur le schéma qui en provient, les nouveaux habitants ont été ajoutés aux contribuables inscrits île par île.

27 A.-C. MARIN, (1985).

28 Sans compter les nouveaux habitants qui, généralement, sont de très mauvais payeurs.

29 Ce terson est celui où les "non-valeurs" sont constamment les plus nombreuses. Ainsi en 1398 pour une proportion moyenne de défaillances égale à 23,3 % il y en a 24,8 % dans le terson La Major, 23 % dans le terson d’Aude, 26,1 % dans le terson Migean et 18,9 % dans le terson Lamourguier en Bourg.

30 L’utilisation de ces listes de nouveaux habitants appelle plusieurs remarques. Elles sont postérieures à 1398, viennent donc 20 ans environ après que la reprise du troisième quart du xive s. soit achevée. Les listes se répètent largement d’une année à l’autre. On peut être considéré comme nouvel habitant pendant plusieurs années. Les listes de nouveaux habitants ne donnent donc qu’avec un retard d’au moins une dizaine d’années les déplacements de population.

31 A.M.N., non coté, compte du droit de robinage et de travaux à la paissière de Sallèles, 1401-1405.

32 C’est un marchand ou le descendant d’un marchand. Jacme Olivier travaille beaucoup pour son commerce avec le Levant avec ce Pinhol de Montpellier, A. BLANC, (1899) f° LXVI.

33 P. WOLFF, (1954) p. 82.

34 J. SAGNES dir., (1986) p. 150.

35 A.-C. MARIN, (1985).

36 Idem, En 1423 Jean Nadal marchand, en 1425 Jean Vitalis changeur, en 1426 Pierre Santzet, Jacques Bernard marchand, en 1431 Antoine Calpinhan marchand de Capestang. D’autres Narbonnais résidaient à Montpellier au même moment : Pierre Vidal arrente en 1428 les usages qu’il avait au Bourg de Narbonne, A. D. Hérault, II E 95/ 470, f° 25.

37 Coll. DOAT, vol. 53, f° 140, H. L., t. IX, p. 615 note 4, p. 617. Pour couvrir les frais on met pour un an un impôt sur les achats et ventes d’immeubles, sur les revenus des loyers. L’archevêque d’Auch promet aussi aux habitants de Narbonne de rétablir les murailles de leur ville et d’imposer à cet effet une gabelle sur toutes les marchandises qui seront vendues dans la ville. Ces travaux sont exécutés rapidement. Dès 1352 les consuls avaient commencé les réparations de leurs murailles.

38 C. FREIGANG, (1992) p. 29 sq.

39 Une imposition sur les denrées et les marchandises vendues dans la ville est établie pour 5 ans en 1385 pour réparer les murs et les fossés, H. L., t. IX, p. 654.

40 Ibidem, p. 814. Nombreuses références, A.M.N., CC 1305, 1310, 1311...

41 51 % des contribuables en 1352. Seul indice de la diminution de la population, le nombre des îles, où le clavaire décompte les contribuables, diminue fortement.

42 En 1338.

43 Dr. DEVY, (1986) p. 335-336.

44 A.M.N., compoix du terson Lamourguier 1363, collecte des clavaires 1407, non cotés.

45 Dr. DEVY, (1986) p. 341.

46 Ibidem.

47 Le terson Malbec se trouvait à l’ouest de Bourg, cf. carte n° 1.

48 10,8 % dans le terson Malbec. La proportion est plus forte en Cité (20,3 %) qu’en Bourg (14,4 %).

49 Sergent royal, d’archevêque, de l’abbé de Saint-Paul, sous-viguier....

50 On a regroupé dans la catégorie crieurs publics les encantaires, littéralement les vendeurs à l’encan -aux enchères-, et les trompaires -les joueurs de trompette. Les crieurs publics exerçaient une véritable fonction officielle. Pour pouvoir officier ils devaient être acceptés par les consuls. Ceux-ci pouvaient les révoquer ; cf. A. BLANC, (1899) pièce annexe LXIII a.

51 La question du paiement de l’impôt par les clercs (notion plus large que celle d’ecclésiastique d’abord, on se le rappelle) est un problème déjà ancien qui resurgira périodiquement jusqu’au xviiie s., A. BLANC, (1899) pièce justificative XXIX p. 439-440, 26 octobre 1290. Les consuls de Narbonne présentent au sénéchal de Carcassonne des lettres de Philippe IV lui enjoignant de contraindre les clercs et les religieux ayant des biens à Narbonne à contribuer aux tailles ; pièce LIX, 1308, les clercs refusent de payer les tailles ; A.M.N., nombreuses références en CC. Les consuls, le souverain, par le biais de son lieutenant général ou du sénéchal de Carcassonne reviennent sans cesse à la charge. Sans succès.

52 84,2 % des artisans du terson d’Aude travaillent dans le textile.

53 Mais elle est générale : la proportion des tailleurs progresse fortement à Toulouse aussi, par exemple, P. WOLLF, (1974).

54 43 mariniers sont dans le terson La Major, ainsi que le capolier, 2 dans le terson Saint-Just. Pour le Bourg : compoix du terson Lamourguier 1363. Ces chiffres sont un minimum. Sont inscrits sur le livre de collecte les mariniers qui ont des biens immobiliers et fonciers, des parts de barques ou un capital qu’ils négocient. Les autres, qui n’ont ni possessions ni moble, n’y figurent pas. Les 3 mariniers du terson Lamourguier ne sont pas dans le livre de collecte de Bourg de 1362. Le nombre de mariniers narbonnais du troisième quart du xive s. est certainement très supérieur à celui que nous pouvons connaître.

55 Dr. DEVY, (1986) p. 306, la sentence Barrot.

56 Cf. supra. Le nombre de femmes veuves ou vivant seules inférieur à ce qui avait été observé précédemment montre qu’aucune forte mortalité ne s’était produite à Narbonne au cours des années antérieures.

57 En Cité on parle de labradors, en Bourg de brassiers. La terminologie prête à confusion. S’agissait-il de deux catégories distinctes ? Aucun contribuable n’est qualifié de brassier en Cité. Mais 18 d’entre eux sont appelés labradors en Bourg, à côté des 134 brassiers. Brassier désignerait les hommes de peine : porteurs... travaillant en ville surtout, les labradors les ouvriers agricoles.

58 Cf. infra, chap. X.

59 Cf. infra, p. 123.

60 Il y a quelques hésitations pour Saint-Loup et la topographie médiévale de cette partie de la ville. Mais les ateliers de teinturerie se trouvent tous regroupés au coin nord-ouest de Bourg.

61 E. BARATIER, (1973) ; et probablement J. COMBES, comme le montre la publication posthume de ses travaux (1990), notamment : "Les ports languedociens au xive et au début du xve siècle", p. 39-66.

62 C.-G. MAUBERT, (1980), 13 licences de sortie délivrées au cours de l’hiver 1357 à Barcelone sont à destination de Narbonne, p. 677 ; deux autres licences comportent la destination narbonnaise, après avoir touché Sant-Feliu-de-Guixols et Collioure, p. 674, p. 676.

63 Dans le terson La Major il y a une île Falgueyra.

64 F. SEVILLANO COLOM, (1982) p. 55.

65 H. CHAUBAUT, (1925) p. 131-132, Jean et Jacques Vidal de Castres sont parmi les principaux intéressés de la Cigale, une nef patronisée depuis Chypre par le Montpelliérain Pierre Rogier qui touche Aigues-Mortes en 1358 avec à son bord une cargaison d’épices estimée à près de 200 000 florins.

66 C. PORT, (1854) p. 118 sq. et A. GERMAIN, (1862) t. II, p. 541.

67 H. L., t. IX, p. 691.

68 Narbonne pensait-elle mettre aussi à profit l’entrée de Montpellier dans le royaume et la recomposition des forces en Languedoc ? On n’a aucun renseignement à cet égard.

69 A. GERMAIN, (1862) t. II, p. 237-239.

70 H. L., t. IX, p. 707, note 4 ; coll. Doat vol. 53, f° 289. Faut-il voir dans cette mesure le début de l’exportation des coques par Narbonne ou simplement la confirmation d’un trafic bien installé déjà. La permission d’exporter confirme le développement des draperies concurrentes sur le pourtour de la Méditerranée occidentale, la mutation narbonnaise en cours qui de centre producteur de draps se transforme en port expéditeur de produits entrant dans la fabrication des tissus.

71 Peut-être y en avait-il d’autres encore. La collecte du clavaire de 1368 n’a été conservée que pour la Cité. Mais, on le sait, il n’y a jamais eu que très peu de mariniers en Bourg. Ils étaient deux en 1376.

72 Cette île correspond aux deux îles la Vicomte et Saint-Zacharie de la période postérieure.

73 Anton Sigier île Saint Ambroise, P. Sigier île Saint-Cosme et Br. Sigier, capolier, île Saint-Cosme. Pos Canet loge île de la Trinité, P. Canet île Saint-Laurent, J. Canet île Saint-Martin. G. Trencavel et Étienne Trencavel résident île Saint-Cosme, Anton Trencavel jove île Saint-Barthélémy, Anton Trencavel île Saint-Ambroise.

74 Île Saint-Martin.

75 C. CARRERE, (1967).

76 E. BARATIER, (1973) p. 92.

77 Nombreux exemples à partir des listes de clavaires. L’exemple des Teulier est donné par E. BARATIER, (1973).

78 Pos Canet dans l’île Br. Barut, allivrement 1 l. 14 s. ; P. Sigier île P. Salsas, allivrement 1 l. 3 s. ; Étienne Trencavel allivrement 2 l. 8 s. et G. Trencavel allivrement 1 l. 4 s.

79 Cf. supra et carte n° 5.

80 Ce qui justifierait les demandes, le refus d’y accéder et le fait que Narbonne ne revienne pas à la charge de sitôt.

81 A. BLANC, (1899).

82 C. CARRERE, (1967).

83 Ce n’est pas la seule fois où Narbonne jouira d’une aisance monétaire à cause de sa proximité de la Catalogne et de l’Espagne. Cf. infra, chap. XII.

84 Ce talh correspond à une estime de 805 livres. Le talh est l’estime fiscale, la quista une levée d’impôt, fixée par les consuls dont le nombre et le montant peuvent varier.

85 F° LXIII v°. Est-ce notre marchand ou son père ? Il n’est en tout cas pas un nouveau venu à Narbonne, il est bien intégré à la ville et dans le milieu des mercadiers. En 1327 il y a une île Jacme Olivier dans le terson d’Aude.

86 La moyenne serait de 6 l. 13 s. Pour la position de Jacme Olivier dans la hiérarchie des fortunes, cf. infra, chap. III, C, et tableau n° 11.

87 On ne note pas de différence importante entre les marchands de Bourg et ceux de Cité. La moyenne de l’imposition des marchands de Cité est légèrement inférieure cependant.

88 Usages de la bladerie, f° XXXII du livre de comptes de Jacme Olivier ; toutes les références suivantes renvoient au livre de comptes.

89 L’île Saint-Biaise est appelée l’île Berthomieu Teulier de 1352 à 1435.

90 F° XLVI v°. Comme les autres mercadiers d’envergure, Jacme Olivier participe à la vie municipale. Il est consul de Bourg en 1367 à la première échelle des marchands placiers.

91 F° LXXV v°, f° IV, 15 juillet 1381, 15 draps donnés à apprêter à G. Laures faytz a l’ostal.

92 F° LXVIII.

93 Un Benezech Amblard tisseyre est signalé en 1356. Sur les Amblard, cf. infra.

94 L’île Saint-André.

95 F° LXXX v°.

96 F° III, IV ... etc.

97 F° LXXV v°.

98 F° IV, 15 juillet 1381.

99 F° LXXXII v°, 16 juillet 1388.

100 F° XLVI, LXXV, etc.

101 F° LXXXX, comte novel de l’an LXXXVIIII.

102 F° XVI, 26 vermeils, 14 verts, 11 bleus, 7 canelats. Pour la localisation de la teinturerie, cf. supra.

103 F° XLVI v°, LXVIII, LXXXXVII v°.

104 F° LXXXX v°.

105 F° CXXIII v°.

106 F° L. Mais ce n’est pas pour lui un objet important de son commerce. Il ne s’intéresse pas à l’exportation du pastel. Est-ce parce qu’il ne s’occupe que de la Méditerranée orientale à l’exclusion de la Catalogne ?

107 Les achats de laine de Jacme Olivier sont inclus principalement dans les comptes de ses correspondants : p. 284, achat de laine d’Aragon, p. 280-282. Il paie des usages au marché de la laine, f° XXXII.

108 L’évolution décisive de la draperie et du commerce narbonnais serait donc antérieure au milieu du xive s., ce que montreraient les mutations de la composition socioprofessionnelle de Cité ?

109 F° XIV, LXXXVIII v°, LXXXIX.

110 Compoix du terson Lamourguier.

111 F° LXII, LXXIV, LXXXIII. Il en fait aussi en ville.

112 F° LVII, LXXIV v°, CXXXXIV.

113 F° XXVII. Autres prêts de semences, d’orge, d’avoine : XXII v°, XXIX v°.

114 Pour le passage de l’orge au froment : E. LE ROY LADURIE, (1966) p. 179-184.

115 F° LXXXXVIII v°, LXXXXIX.

116 Idem, une cargaison de blé et d’ordi sur Barcelone.

117 F° LXXIX v°, LXXXV v°, CXXIII.

118 Littéralement un tronc d’arbre. Les ruches se logent dans des troncs évidés ou sont fabriquées de planches épaisses d’un pouce que l’on assemble.

119 Cf. infra, chap. XII et XIV ; V. CHOMEL, (1947). Les Corbières n’ont pas l’exclusivité en Méditerranée occidentale des expéditions de miel vers le Levant : exportations de miel par Barcelone, cf. C. CARRERE, (1967) p. 645.

120 F° II, III, XXXVI, LUI, LVIII ... etc.

121 F° XXXVI, XLVI v° ...

122 F° XXXIV...

123 F° XLIV.

124 En 1382 2 balles partent de Perpignan directement à Marseille. Mais les Perpignanais n’ont pas les mêmes contraintes en matière de commerce que les Languedociens, f° X v°.

125 F° XLI.

126 F° LXXXXVIII.

127 F° II, 1381 ; XXI, 1383.

128 F°IX, 1382...

129 Exemple : f° XLVI v° : "l’an LXXXV (1385) ad honor et a reverenssia de nostre senhor Dyeu benezecte et de tota la santa trinitat et de Ila verges gloriora benaurada maire de Dyeu e del glorios corssant M° senher Sant Paul de Narbona e de llas benezectas santas XI mellia verges e de tota la corls sellestial de paradys, que nos a salve en mar et en tera et nos don garan de ona part. Amen". L’invocation des onze mille vierges est rituelle en Méditerranée lorsqu’on va aborder les périls de la mer. Il insiste encore en ajoutant : "Viage de Domas am la nau Sant-Johan-e-Ssanta-Magdallena, en garda de Dyeu et d’en G. Palma, jove, l’an desus, a XVI de otobre".

130 On peut identifier une quinzaine de nefs en tout.

131 En 1380 la nef Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Marie-Madeleine emporte une commande de Tomasso Bossavin, marchand d’Alba établi à Montpellier ; au printemps suivant deux poivriers montpelliérains utilisent la Sainte-Marie de Narbonne pour envoyer des toiles au Levant..., J. COMBES, (1974) p. 203 et notes n° 120, 121.

132 F° CIII v°. Il utilise aussi la nau de Montpellier, f° LXXIII.

133 E. BARATIER, (1973) p. 91. Le même Jean Alaros est sur la Sainte-Catherine en compagnie d’un Marseillais en 1385, J. COMBES, (1974) p. 204 note 124.

134 F° XXI, XXXVI, L, LXVIII, LXXXXVII.

135 Il accomplit une autre traversée en 1385, E. BARATIER, (1973) p. 91.

136 Cf. supra ; J. BAUMEL, t. III (1973) p. 277.

137 C. CARRERE, (1967) p. 409. Mais ces expéditions ne paraissent pas régulières.

138 Simple stockage des marchandises débarquées d’une nef avant d’être rapatriées sur une barque.

139 E. BARATIER, (1973) p. 90.

140 F° XX v°, XXI, compte de B. Asihan p. 274.

141 F° XLIV, 12 balles, 76 draps ; LXVII ; 12 balles, 88,5 draps.

142 74 jarres de miel, net 106,8 qx, f° XXXVI ; 36 jarres, net 31,5 qx, f° LIII v°; 42 jarres, 37,5 qx, f° LXVIII.

143 E. BARATIER, (1973), ces directions confirment que les Narbonnais fréquentent Rhodes où ils avaient obtenu des privilèges.

144 F° VIII.

145 Collecte des clavaires de 1379-1380.

146 Puis Jaume Lac.

147 E. BARATIER, (1973) p. 92 et infra, chap. IV, C.

148 700 livres en moyenne. Leur valeur varie de 200 livres en 1 386 à 1 300 livres en 1383.

149 On comprend mieux à travers l’exemple de Jacme Olivier le maintien de la draperie en Bourg.

150 Ceux-ci interviennent très souvent, notamment dans les achats de draps.

151 On ne peut guère en tirer de conclusion. L’association et la diversité des affaires traitées avec les marchands du nord-ouest de la Méditerranée ne peuvent pas faire penser à un retard des techniques commerciales pour Narbonne.

152 E. BARATIER, (1973) p. 92.

153 G. RAMBERT, t. III (1951), in fine "l’état des départs à destination du Levant des bâtiments marseillais et languedociens (1379-1410)" ; E. BARATIER, (1973), p. 92 ; J. COMBES (1974) p. 207.

154 C. CARRERE, (1967) p. 188.

155 C. PORT, (1854) p. 78-79, p. 187 sq. ; coll. Doat. t. 54, p. 133 sq. Livre de collecte de 1392. 6 deniers de traite par setier de blé, 3 deniers de traite par setier d’orge et d’avoine.

156 Mai : Duran de Marseille, 20 setiers de froment ; juin : P. Andrieu de Gruissan, 12 setiers de froment ; avril : B. Roquafort, 500 setiers de froment ; B. Andrieu de Collioure, 600 setiers de froment.

157 Juin : Pons Sallèles fait charger par un patron de Collioure 40 setiers de froment. Jehan Pelat avec 10 l. 10 s. d’allivrement et Pons Sallèles avec 8 l. 10 s. 3 d. appartiennent à la catégorie supérieure des marchands.

158 En janvier Guillaume Salvat charge 60 setiers de froment pour P. Tisseyre et 220 setiers pour Anton Bedos.

159 Ce commerce du blé n’est pas une chose nouvelle. Deux bateaux qui obtenaient une licence au départ de Barcelone en 1357 vers Narbonne étaient tenus de ramener des grains, il en était de même pour 4 bateaux à destination de Sérignan, pour 2 bateaux à destination de Agde, C.-G. MAUBERT, (1980), p. 677-679.

160 Seule hésitation, en 1391 Pierre et Lazare Pujol de Narbonne patrons d’une barque se trouvent à Marseille. En avril 1390 P. Pujol de Narbonne emporte 46 setiers de froment et 31 setiers d’orge.

Notes de fin

* Le tableau ne tient pas compte des donzels et des bourgeois.

* Notaires, médecins, employés des consuls.

* 60 setiers de froment et 141 setiers d’orge sont transportés par terre en août.

Table des illustrations

Légende Carte n° 4 - L’immigration à Narbonne au début du xve s.Origine des nouveaux habitants en 1408
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Tableau n° 1 - Narbonne en 1352.Les catégories socio-professionnelles par quartiers (en %)
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Tableau n° 2 - Narbonne en 1376-1377.Les catégories socio-professionnelles par quartiers
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Carte n° 5 - Mariniers et pescadors à Narbonne dans la seconde moitié du xive siècle (1368, 1376, 1396)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 773k
Légende Carte n° 6 - Narbonne en 1376
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Carte n° 7 - Narbonne en 1376
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Titre Tableau n° 3 - Traite du blé, 13 avril 1390-8 janvier 1391Nombre de bateaux et cargaisons (en setiers**)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau n° 4 - Traite du blé, 13 avril 1390-8 janvier 1391(transporteurs, types de cargaisons, en setiers)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1549/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© Presses universitaires de Perpignan, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540