Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juifs de Catalogne

 | 
Martine Berthelot

Troisième partie. Méthodologie et problèmes de recherche

Pour une histoire des Juifs en Catalogne du Nord. Réalités et perspectives de recherche1

Texte intégral

  • 1 Publié dans : Recueil des communications du colloque de juin 2000 Perpignan, l’histoire des Juifs (...)
  • * Vegeu el següent capítol d’aquest llibre : Contribució a una bibliografia dels estudis sobre el ju (...)
  • * Parlem de la Claude DENJEAN. Vegeu el seu llibre Juifs et Chrétiens. De Perpignan à Puigcerdà. xii (...)
  • * Parlem dels historiadors presents al col•loqui de Perpinyà del 2000 : Alícia Marcet, especialista (...)

Per a una història dels jueus a Catalunya nord. Realitats i perspectives de recerca
Aquest títol pretén fer aparèixer la possible existència d’una història i, per tant, una historiografia jueva local, a semblança de les dues grans regions fronteres : Catalunya Principat i Provença. En efecte, gràcies a les investigacions dels historia-dors francesos, catalans, espanyols i israelians (entre d’altres), se sap ara que terres com el Comtat Venaissí, Narbona, Girona i la seva regió, Barcelona, el País Valencià, l’illa de Mallorca varen ser marcades per una presència jueva forta i esponerosa. Regió-cruïlla entre el nord i el sud del Pirineu mediterrani, el Rosselló també va ser pels jueus una terra de pas o d’integració.
Aquesta aposta per a una història jueva al Rosselló – que es recolza en una recerca bibliogràfica prèvia dels treballs i obres publicades sobre les comunitats jueves del Rosselló històric i actual* – presenta primer la situació general dels pocs estudis sobre el judaisme d’aquesta regió. Seguidament, qüestiona els problemes de recerca vinculats amb els fons arxivístics i també la formació dels investigadors. Finalment, es sosté una reflexió sobre l’obertura de nous eixos d’investigació vinculats amb l’especifitat rossellonesa, com podrien ser, per exemple, micro-estudis molts localitzat, o recerques sobre els conversos, i els seus descendents.
Defensar el reconeixement del judaisme rossellonés o nord-català així com el foment dels estudis en aquest camp, és un cop més retrobar-se als marges de la història i la recerca. Ja que, en el cas concret del Rosselló, això equival a situar-se en una doble periferia tributària dels avatars històrico-polítics : adés, es considera com l’extrem sud provençal i allò que a nivell polític era el Reialme de França ; adés, com l’extrem nord-est català i hispànic en els temps més gloriosos de la Corona d’Aragó i després d’Espanya. Fins al punt que hom oblida que la idea de Catalunya va néixer al bell mig del Conflent. De tot allò resulta un problema d’identitat geo-històric de la regió que els mateixos nord-catalans coneixen força, i que de fet afecta també la investigació, ja que els historiadors confrontats amb una frontera fluctuant prefereixen ben sovint aturar-se prudentment a les Corberes o l’Alt Empordà. I és molt significatiu que la única persona que avui en dia estudia els jueus de l’antic comtat del Rosselló*, ho fassi seguint l’horitzontalitat del Pirineu.
La presència jueva al Rosselló va ser menys permanent que a la resta de Catalunya o a Provença. Tanmateix, segons els historiadors*, existeix un important fons d’arxius i fonts primàries gairebé sense explotar a l’Arxiu departamental dels Pyrénées-Orientales. El que val a dir potser que si els investigadors són els que falten, aleshores el problema no se situa a nivell de la temàtica ans més aviat en el si de les entitats de recerca.

  • 2 L’intitulé annoncé de notre communication était : « Pour une histoire des Juifs de Perpignan, réal (...)

1A l’opposé des communications de ce colloque qui, chacune de leur côté, ont mis en lumière un aspect spécifique des Juifs dans l’histoire de Perpignan, du Roussillon ou plus généralement de la Catalogne du Nord2, c’est un regard global associé à un ensemble de réflexions que, dans ces lignes, nous allons essayer de porter sur les études consacrées aux Juifs de cette région. Notre postulat – dont la vérification ne sera possible qu’à long terme – est de faire apparaître et admettre une histoire des Juifs spécifique à la Catalogne du nord, tout comme a été reconnue l’histoire des Juifs du Comtat Venaissin, de Provence, du Languedoc ou du Principat de Catalogne, des Baléares et du Pays Valencien, à la faveur des multiples recherches menées à dessein précisément. Les intervenants de ce colloque objecteront peut-être que cette histoire existe déjà, ne serait-ce qu’au miroir de leurs propres travaux. Soit., mais est-ce néanmoins l’opinion vue du dehors de la communauté scientifique ? Le peuple nord-catalan a-t-il conscience d’une histoire juive qui lui serait propre et qui ferait partie intégrante de l’histoire générale de la société et du territoire nord-catalan ? Sait-il vraiment quels ont été la place et le rôle des Juifs dans la société médiévale ? Quant aux Juifs aujourd’hui en Roussillon, ont-ils, eux aussi, conscience d’un réel passé juif en Vallespir, en Conflent, en Cerdagne et non pas seulement à Perpignan où l’existence d’un quartier juif médiéval est attesté depuis longtemps ? L’histoire des Juifs du Roussillon, de la Cerdagne s’est-elle achevée net avec l’édit d’expulsion de 1493 et le départ de 39 derniers Juifs depuis Collioure ? De même, si l’on conçoit l’histoire non pas comme la science d’un passé définitivement révolu, mais aussi comme une science du présent, comme un processus en marche continuelle, d’autres questions s’adjoignent aux précédentes : que signifie aujourd’hui la présence d’une communauté à Perpignan ? Sa reconstruction est-elle purement conjoncturelle, étrangère au passé, contingente en somme, ou bien était-elle en latence ? Depuis quand ? Il n’est pas sûr, aujourd’hui, que toutes ces questions trouvent une réponse. Ce ne sera qu’à la faveur de nouvelles recherches et de nouveaux axes de recherches qu’il sera possible d’éclairer d’un jour nouveau ce sujet.

  • 3 Recherche également limitée à nos seules compétences linguistiques en français, catalan, castillan (...)

2Nous aborderons ici le thème de ce qui a priori nous semble être une histoire des Juifs en Catalogne du Nord, non pas de l’intérieur mais avec la distance et la curiosité qu’implique un regard extérieur. En effet, nous ne sommes ni médiéviste, ni spécialiste du Roussillon, mais travaillons depuis 1979 sur le retour des Juifs en Espagne, et en particulier sur leur réimplantation communautaire à Barcelone depuis la fin du xixe siècle. L’intérêt porté à la communauté de Perpignan s’inscrit donc dans cet ensemble territorial qu’a formé la Catalogne dans son histoire passée, mais aussi et encore dans sa continuité présente et à venir. Comment, dès lors, appréhender un thème que l’on ne connaît que de façon superficielle ? Banalement. Comme tout chercheur qui s’engage en terrain inconnu : autrement dit, par le biais des travaux existant déjà sur cette question, en commençant par passer au crible les bibliographies et en essayant d’en dégager les principaux axes, les principaux noms3. Et faut-il encore préciser que c’est un regard non épistémologique, non critique que nous portons sur les travaux mentionnés tout au long de ces pages. De même, ce n’est qu’à titre d’indication que seront proposées des pistes et des perspectives de recherches.

PUBLICATIONS

3Un double constat s’impose presque naturellement quand on essaie de recenser ces travaux et d’en connaître quelque peu la teneur. D’une part, les publications relatives aux Juifs de Catalogne du Nord sont peu nombreuses et portent dans leur grande majorité sur l’époque antérieure à 1493, année de l’annexion à la couronne d’Espagne et de l’édit d’expulsion prononcé par les Rois catholiques pour les Juifs de Perpignan et des comtés du Roussillon et de la Cerdagne. D’autre part, elles montrent que dans l’ensemble catalano-provençal, le judaïsme médiéval du Roussillon apparaît toujours en retrait, la région semblant être un lieu de passage plutôt qu’un lieu d’ancrage, contrairement aux communautés du Languedoc, du Comtat Venaissin, de Provence, de Gérone, etc., beaucoup plus stables quant à elles car sans doute mieux enracinées dans leurs territoires respectifs. Il est tentant de déduire que les deux observations sont liées : c’est-à-dire qu’il y a peu d’études, car la présence juive en Roussillon étant moins affirmée ou peut-être moins permanente qu’ailleurs (encore que cela reste à prouver), elle y a laissé peu de traces et il n’y a pas grand-chose à en dire. Les chercheurs savent bien que c’est-là un faux argument, le qualitatif étant tout aussi important et digne d’intérêt que le quantitatif.

  • 4 Voir chapitre suivant : « Contribució a una bibliografia dels estudis sobre el judaisme rosselloné (...)
  • 5 Idem.

4Actuellement, deux seuls ouvrages notoires tiennent lieu de référence sur la vie des Juifs de Roussillon, deux études historiques qui, d’ailleurs, servent de source à la plupart des écrits ultérieurs des autres auteurs. Il s’agit de l’étude de Pierre Vidal, Les Juifs des anciens Comtés du Roussillon et de Cerdagne (1887-1888, étude réeditée en 1992), et le livre de l’historien nord-américain Richard Emery, publié en anglais en 1959, The Jews of Perpignan in the thirteenth century [Les Juifs de Perpignan au xiiie siècle], qui traite des activités économiques des Juifs, et dont certains chapitres ont par la suite été remaniés, complétés et publiés en français dans différentes revues4. Les travaux de R. Emery reposent essentiellement sur l’étude d’archives notariales ; ceux de P. Vidal s’appuient, au départ, sur les données recueillies et développées par l’historien D. M. J. Henry cinquante ans auparavant, et sur celles de Bernard Alart5, mais elles sont avantageusement complétées par différents documents d’archives. Certes, il existe de nombreux travaux sur les grandes figures intellectuelles du judaïsme perpignanais (le rabbin Meiri, Profiat Duran etc.), sur leur production et leur rayonnement universel, travaux menés par des chercheurs notamment allemands, israéliens et nord-américains. Mais ces recherches se situent dans la tradition des grandes études d’érudition juive et n’intéressent pas directement l’histoire de la judaïcité roussillonnaise même si elles peuvent, à l’occasion, en éclairer certains aspects.

  • 6 Gustave SAIGE, Les Juifs du Languedoc antérieurement au xive siècle, Paris, Alphonse Picard éditeu (...)
  • 7 L’historiographie du judaïsme médiéval en Espagne est impressionnante et spécialisée selon un déco (...)
  • 8 Carles RAHOLA, Els jueus a Catalunya, Barcelona, Publicacions Arnau de Vilanova, col. La Sageta, 1 (...)

5Les études d’histoire si prolixes sur les communautés juives de Provence, du Languedoc et de Gérone accordent, elles aussi, une place très restreinte aux communautés du Roussillon, la plupart du temps celles-ci n’étant évoquées qu’au titre de passage ou de lieu de naissance des grandes figures intellectuelles ou religieuses. Outre les causes envisagées plus haut, ce fait serait-il également imputable à la situation géographique particulière du Roussillon qui en a d’ailleurs conditionné les avatars historiques et politiques, et corollairement la vie et le destin des Juifs ? Car, situé aux confins de deux grands territoires et systèmes politiques au nord et au sud, il a, comme on le sait, souffert de sa condition doublement périphérique, puisque convoité par le royaume de France et par celui d’Espagne, et successivement ballotté entre l’un et l’autre pendant deux siècles. Avant 1659 (Traité des Pyrénées), les anciens comtés du Roussillon et de Cerdagne font partie de l’ensemble catalano-aragonais puis de la Couronne d’Espagne ; ils sont donc pour les médiévistes français exclus du champ de leurs investigations sur le judaïsme languedocien et provençal concrètement. Pour autant, les historiens du judaïsme de la Péninsule ibérique n’intègrent que très parcimonieusement cette région dans leurs ouvrages, et, lorsqu’ils en parlent, c’est de façon souvent allusive ou accessoire. D’où ces vides selon que la question est appréhendée sous l’angle français ou sous l’angle espagnol. À titre d’exemples, nous renvoyons aux ouvrages de Gustave Saige et de Jean Régné sur les Juifs du Languedoc et de Narbonne, et à ceux de Danielle Iancu ou de René Moulinas sur ceux de Provence et du Comtat Venaissin6. On peut observer dans les bibliographies, à n’en pas douter très complètes que donnent ces deux derniers auteurs, qu’ils ne mentionnent pour ainsi dire aucune étude spécifique aux communautés juives ou aux Juifs du Roussillon. Un même constat s’impose pour ce qui est du Principat7. Pour s’en convaincre d’un premier coup d’œil, il n’est qu’à consulter l’ouvrage de Carles Rahola, Els jueus a Catalunya, ou le livre de divulgation de Marcó i Dachs, Els jueus i nosaltres, ou bien encore, pour une enquête plus minutieuse, se reporter aux bibliographies des études sur le judaïsme catalan, aragonais et provençal publiées dans les revues Calls et Tamid8. Ainsi, par exemple, dans Calls, Jaume Riera i Sans recense quelque 890 études sur le judaïsme catalan dont 12 seulement – décompte à l’appui – sur le Roussillon, tout le reste s’appliquant aux autres Pays catalans.

  • 9 Cette constatation nous a été personnellement confirmée par Antony Pinto qui a présenté dans ce co (...)
  • 10 Dans les actes de ce colloque, Claude Denjean propose deux textes dont un sur les convertis : « Co (...)
  • 11 Julio CARO BAROJA, Los judíos en la España moderna y contemporánea, Madrid, Istmo, 1978, 3 volumes (...)

6En ce qui concerne le xvie et le xviie siècle, il n’existe aucun ouvrage de référence9, pour cause ! Les Juifs ont été expulsés en 1493 par les Rois catholiques. Mais, c’est oublier la présence et la destinée des conversos, cible préférentielle de l’Inquisition espagnole jusqu’au début du xviie siècle. Que sont devenus ces Juifs christianisés de force ou de gré depuis 1391, tout au long du xve siècle et au-delà ? Se sont-ils assimilés, définitivement défaits de la foi mosaïque, des pratiques et de leur identité juives, ou certains n’ont-ils pas, à l’image des marranes, pratiqué et pérennisé l’endogamie et le cryptojudaïsme10 ? Aucun ouvrage non plus dans l’esprit de Caro Baroja sur les Juifs convertis en Espagne et au Portugal (Los Judíos en la Espana moderna y contemporánea) qui fait apparaître non seulement les vicissitudes endurées par les premières générations de convertis soumis à l’Inquisition, mais aussi leur adaptation à la société chrétienne, leur mobilité sociale et géographique, et, plus tard, le rôle des grandes lignées de conversos dans les circuits économiques et politiques de l’Espagne, ainsi que les échanges avec les Juifs du Sud ouest de la France11. Un même vide bibliographique est observable pour la période qui part de 1659 (annexion du Roussillon à la Couronne de France), et couvre la fin du xviie siècle, le xviiie et surtout le xixe siècle, c’est-à-dire la période qui correspondra à l’accession des Juifs de France à l’émancipation juridique, civique, laquelle leur permet de s’intégrer dans la société en général et dans les réseaux économiques et financiers qu’ils contribueront d’ailleurs à développer.

  • 12 Friedel BOHNY-REITER, Journal de Rivesaltes 1941-1942, Genève, éd. Zoé, 1993. - Anne GRYNBER, Les (...)
  • 13 Émilienne EYCHENNE, Les portes de la Liberté, le franchissement clandestin de la frontière espagno (...)
  • 14 Mémoires de maîtrise de sociologie de Christelle Soriane (inaccessible) et de Déborah Laloum (inac (...)

7Les publications et les travaux sur la période contemporaine sont à envisager avec plus de discernement. D’une part, l’étude de l’histoire proche et immédiate, fait appel à d’autres méthodes, à d’autres sources que les archives classiques, en s’appuyant notamment sur les sources orales (témoignages directs, récits de vie) et les enquêtes de terrain propres aux sciences sociales. D’autre part, le sort fait aux Juifs ashkénazes avant et pendant la seconde guerre mondiale, puis l’arrivée massive des sépharades d’Afrique du nord au moment de l’Indépendance, ont suscité et suscitent encore un nombre d’études et de publications jamais égalé sans doute. Pour ce qui est du Roussillon, divers ouvrages ont déjà été publiés sur le camp de Rivesaltes, soit dans le cadre d’études plus larges sur l’internement des Juifs dans les camps de concentration français, soit dans le cadre d’études sur les réfugiés espagnols républicains12, mais on ne trouve aucune publication consacrée spécifiquement aux réfugiés juifs à Rivesaltes, encore que le mémoire de maîtrise d’Anne Boitel sur ce thème fera prochainement l’objet d’une publication. Les réseaux clandestins de passage vers l’Espagne pendant la seconde guerre mondiale et les activités de la Résistance dans la région ont donné lieu à une très large littérature13 ; mais rien qui ne soit spécifique aux nombreuses familles juives dont la destination était Barcelone ; les Pyrénées catalanes (et andorranes) ont pourtant été le théâtre de drames sans précédents. Combien de temps encore montagnes et montagnards garderont-ils leurs secrets ?... Dans le domaine plus actuel de la sociologie, il n’existe pas de publication spécifique à la présence des Juifs dans la région ; des recherches universitaires ont été engagées, certaines menées à leur terme mais elles demeurent inédites14.

  • 15 Claude Denjean et Vincent Claverie, tous deux intervenants de ce colloque nous l’ont assuré, de mê (...)

8En conclusion, force est de reconnaître et de déplorer le nombre réduit d’ouvrages de divulgation et d’études même si celles-ci commencent tout juste à pointer, ne serait-ce que dans le cadre universitaire. Le sujet n’est guère facile, il est vrai : la mobilité des Juifs au Moyen Âge et leur enracinement peu profond dans la région, le manque de traces et de vestiges visibles, l’ignorance quant au sort des convertis, puis la discrétion des premiers retours, l’aspect tabou de certains faits de guerre, le caractère encore non affirmé de l’actuelle communauté justifient peut-être le peu d’attention pour la question. Cela est préjudiciable à l’histoire juive et à l’histoire catalane. Pourtant, en ce qui concerne le Moyen Âge, P. Vidal et R. Emery n’ont pas épuisé la totalité des sources : archivistes et historiens coïncident quant à l’existence de nombreuses archives, dont une grande partie demeure inexploitée car insoupçonnée du public15. De même, l’histoire orale et les études empiriques auraient beaucoup à apporter sur le xxe siècle. Le champ n’est donc que peu entamé : c’est, dans un certain sens, un atout en dépit des difficultés souvent inhérentes au démarrage d’une étude sur terrain vierge. Mais n’est-ce pas aussi le devoir des chercheurs que de savoir susciter ce qui n’est pas a priori évident ?

PERSPECTIVES DE RECHERCHE

9S’il l’on préfère voir dans un défaut d’imagination, plutôt que dans un réel manque d’intérêt ou dans le manque d’assises, la rareté des études sur les Juifs de Perpignan, du Roussillon ou de Catalogne du Nord, quelques pistes de recherches aideront-elles, qui sait, à éveiller des vocations. Le champ est large, tant sur le plan diachronique que synchronique, et de nombreuses disciplines scientifiques autres que l’histoire en général ou la sociologie sont sollicitées, car les études juives en France et à l’étranger intègrent une grande diversité d’approches dès lors qu’il s’agit de travailler sur les communautés, ou sur des aspects plus particuliers voire même marginaux ou épiphénoménaux. Nous nous limiterons ici à n’évoquer que des aspects en prise directe avec la spécificité de la région.

L’axe historique

  • 16 Pour les recherches sur le call de Perpignan, se reporter aux communications à ce colloque et aux (...)
  • 17 Françaises ou espagnoles, les études sur le judaïsme médiéval de Provence et de Catalogne en repla (...)

10Les études archéologiques misent, on le sait, sur la patience car sur la longue durée et sur de multiples achoppements (comme le témoignent les fouilles sur la citerne-mikvé du couvent des Minimes) mais elles s’avèrent néanmoins fondamentales16. S’agissant des premières implantations juives dans la région, tout reste à faire puisque leur ancienneté n’est pas attestée. Ce n’est que dans la seconde moitié du xiie siècle (avec la création des registres notariaux en Roussillon puis la publication des Usatges) qu’apparaissent les premiers écrits concernant les Juifs de Perpignan et de la région. Autrement dit, pour la période relative aux onze premiers siècles de notre ère, on ignore tout des Juifs de la région alors même que des « noyaux » étaient déjà implantés et organisés tant à Narbonne qu’à Gérone17.

  • 18 Des recherches prospectives plus ou moins importantes ont été réalisées dans de nombreuses petites (...)

11En ce qui concerne leur présence au Moyen Âge, de nouvelles études sont envisageables : soit thématiques (comme celles de R. Emery sur les veuves, l’usure, les relations commerciales..., ou celle de M. Choukroun qui a présenté dans ce colloque une étude sur les médecins juifs) ; soit locales, y compris sous forme de micro-études exhaustives sur les différentes villes ayant recensé des familles juives (Céret, Villefranche-de-Conflent), de façon à pouvoir redessiner une carte historique et géographique du judaïsme médiéval de la Catalogne du Nord, à l’image de ce qui a été fait dans la région de l’Ampourdan18.

  • 19 Voir l’article de l’abbé Capeille, mentionné dans la bibliographie donnée au chapitre suivant.
  • 20 Page 254 de son article cité dans le chapitre suivant.

12L’époque qui a suivi l’expulsion en 1493 est intéressante en ce qu’elle s’oriente vers les convertis restés en Roussillon et dont on ne sait rien, ainsi que sur les descendants de ces convertis. Ramon Sala évoquait la chapelle de la Convesseria comme objet d’étude possible. C’est, en effet, un « terrain » et un sujet d’études à privilégier en l’élargissant aux méthodes de conversion pratiquées par l’Église19. Le travail sur l’onomastique serait susceptible aussi de révéler des surprises intéressantes si l’on se tient à une observation récurrente qui se manifeste un peu partout en Catalogne y compris en Roussillon : en effet, combien de personnes ici même, à Gérone, à Barcelone, se sont-elles (ou nous ont-elles) interrogées sur les origines de leur patronyme y induisant une origine juive. S’il est admis que des noms comme Vidal, Bonjorn, Valls, Fuster, Martí, Salvat étaient courants parmi les Juifs convertis, il reste néanmoins à démontrer l’origine juive ou conversa des familles portant ces noms aujourd’hui, et éventuellement la pérennité des lignées par le jeu des alliances, ou encore la pérennité de la mémoire juive, voire de certaines pratiques cryptojuives. Nous présumons qu’il y a là matière à recherche auprès des familles catalanes concernées. En 1965, J-G. Gigot invitait déjà à entreprendre cette démarche, et disait en substance : « Une étude solide de l’onomastique, basée sur le document d’archive, réserverait sans doute des surprises, et permettrait, nous en sommes persuadé, d’expliquer l’aspect et le comportement actuels de telle ou telle catégorie particulière d’habitants, sinon d’un ensemble de population assez profondément imprégné depuis cette époque »20. Parallèlement, une autre ligne à suivre concernerait les réminiscences antijuives médiévales qui ont perduré au travers des siècles et que l’on retrouve de façon rituelle ou symbolique dans certaines traditions locales encore aujourd’hui ou jusqu’à une époque relativement récente. Par ailleurs, à défaut de pratiques ou de faits démontrables, ce sont les discours afférents et les représentations qui pourraient être objets d’analyse. Là encore, c’est aller fouiller dans les arcanes de la mémoire collective nord-catalane par le biais de l’anthropologie, de la psychologie sociale ou même de l’ethnopsychologie, voire de la psychanalyse, mais le résultat peut s’avérer édifiant. Eu égard aux études juives proprement dites, ces axes relèvent de l’épiphénoménal, néanmoins des recherches de ce type sont nécessaires en ce qu’elles interpellent de façon directe l’histoire des familles et/ou de la société nord-catalane. Tout comme s’inscrivent dans ce domaine des recherches sur l’antijudaïsme et sur l’antisémitisme. On ne peut en faire l’économie délibérée dans notre postulat : prétendre éclairer l’histoire des Juifs de ou en Catalogne du Nord, c’est rechercher du côté juif mais aussi du côté chrétien de la société.

  • 21 Pour cette période, se reporter aux communications à ce colloque de Madeleine Souche et de Gilbert (...)

13Un autre segment à traiter serait l’époque postérieure à l’annexion du Roussillon au Royaume de France, en 1659, c’est-à-dire les xviie et xviiie siècles sur lesquels on ne sait rien. Qu’a représenté pour les convertis le fait de passer de la tutelle espagnole et du spectre de l’Inquisition à la tutelle française ? Y a-t-il eu des déplacements de Juifs venus du nord ? ou du sud ? Puis, comment se sont traduites, au xixe siècle, les retombées de la Révolution Française, et de l’émancipation acquise en 1792 ? Certains pans de l’histoire économique ou juridique seraient ici susceptibles d’apporter des éléments instructifs21.

L’axe contemporain – le xxe siècle

  • 22 Voir à ce sujet, l’article de Marie-Claude VALAISON, conservateur en chef des musées Hyacinthe Rig (...)

14Le xxe siècle est à appréhender dans son intégralité. La première moitié du siècle sur laquelle nous connaissons peu de choses encore si ce n’est la venue d’artistes juifs d’origine russe (Soutine, Krémègne, Kikoïne...) à Céret ou à Collioure, dans le sillage d’autres artistes et de mécènes, ou pour fuir la première guerre mondiale. La réalité et l’évolution de ces réseaux artistiques, tout comme la place de la culture juive ou l’influence de la Catalogne au travers de leurs œuvres, ont leur légitimité dans les sujets d’étude sur les Juifs de et dans la région22.

  • 23 Voir ci-dessus notes 11, 12.
  • 24 L’histoire orale n’est ni une science ni une discipline mais une méthode de recherche basée sur la (...)

15L’époque de la seconde guerre mondiale, qui a vu affluer les populations juives, recluses de force dans les camps d’internement, ou de passage vers l’Espagne est, comme on l’a vu, la plus étudiée23, mais il reste beaucoup à recueillir et à apprendre sur le passage des Juifs en Espagne ; dans ce sens, la population locale pourrait être d’une aide précieuse pourvu qu’elle soit sollicitée à temps24.

  • 25 D. Laloum, annoncée mais absente de ce colloque avait commencé une recherche sur l’identité juive (...)

16Un autre thème central concerne l’arrivée des Juifs d’Afrique du nord à partir de 1956, et la reconstitution et l’évolution de la communauté de Perpignan25 ; intrinsèquement d’abord, et ensuite, par rapport à l’ensemble des communautés juives établies à la même époque en Languedoc-Provence et Côte d’Azur ou en Catalogne du sud, aux Baléares et sur le littoral ibérico-méditerranéen. Ce cadre déborde désormais le terrain historique strict puisqu’il est aussi et très largement couvert par la sociologie, l’anthropologie et les intersciences qui en dérivent et qui essaient de comprendre, entre autres, toute la problématique de la transplantation-réimplantation, de l’intégration, et, en aval, l’évolution de l’identité et des pratiques identitaires (abandon/maintien/ emprunts/mariages mixtes...). Voilà un ensemble de thèmes désormais classiques dans les études juives modernes, et abordables à partir de diverses approches.

17Donc, multiples, variées et pluridisciplinaires pourraient être les nouvelles études sur les Juifs en Roussillon, à condition toutefois de s’en donner la peine, c’est-à-dire de réellement faire œuvre de recherche et d’innovation, tout comme le firent, en leur temps, Pierre Vidal ou Richard Emery. D’autant plus que de nos jours, l’informatique allège, pour partie, la quête, le recueil et souvent même l’analyse des matériaux.

18On peut envisager à terme au moins deux objectifs au plan théorique qui viseraient à définir la place du Roussillon pour les Juifs et la place des Juifs en Roussillon, et en particulier : 1) ce que représente, dans la continuité historique, le Roussillon pour les Juifs, entendons le Roussillon par rapport à tout l’espace catalan, d’une part, mais aussi dans ses prolongements, c’est-à-dire par rapport à l’arc occidental méditerranéen. Et, 2) quels sont, toujours dans la continuité historique, la place et le rôle des Juifs dans la société nord-catalane ; y a t-il récurrence de la présence juive (par des passages conjoncturels mais plus ou moins longs), ou bien y a t-il pérennité de la présence juive par un ancrage plus subtil, mais aussi plus difficile à déterminer ?

19Le devoir et le travail de mémoire si souvent mis en exergue de nos jours, ne sauraient s’accomplir sans un travail de recherche, mais ce dernier doit aussi s’accompagner d’un devoir de divulgation. L’histoire n’appartient pas aux seuls spécialistes de l’histoire, pas plus que la sociologie aux sociologues, ou la médecine aux médecins. Elle appartient à la société toute entière. Et l’histoire des Juifs du Roussillon ou des Juifs en Roussillon appartient à la société nord-catalane toute entière. Cette société doit connaître son histoire pour mieux la reconnaître et l’admettre comme faisant partie de son identité.♦

Notes

1 Publié dans : Recueil des communications du colloque de juin 2000 Perpignan, l’histoire des Juifs dans la ville (xiie-xxe siècle), Perpignan, Archives communales, 2003, p. 255-271

2 L’intitulé annoncé de notre communication était : « Pour une histoire des Juifs de Perpignan, réalités et perspectives de recherches », titre qui se voulait en adéquation avec celui du colloque, mais qui, au fil de notre enquête s’est révélé trop réducteur. C’est la raison pour laquelle nous préférons l’élargir ici à la Catalogne du Nord. Par ailleurs, pour répondre à une critique qui nous avait été faite à l’issue de notre communication, et mettre au point notre position, rappelons que le propos ici n’était pas de faire l’inventaire des archives et documents d’archives pouvant exister sur le sujet, mais d’essayer de recenser les publications sur les Juifs de Catalogne du Nord dans le passé ou le présent (travaux publiés et donc, en théorie, accessibles au public le plus large possible). Enfin, nous remercions Mesdames Castaing et Grau de la bibliothèque de l’Université de Perpignan qui nous ont efficacement secondée dans ce travail de recherches, ainsi que Anne Boitel et Silvia Planas (directrice de l’Institut d’Estudis Nahmanides, de Gérone), toutes les deux intervenantes dans ce colloque, pour leur bienveillante collaboration.

3 Recherche également limitée à nos seules compétences linguistiques en français, catalan, castillan et éventuellement en anglais : Eduard FELIU dans Pierre VIDAL, Les Juifs des anciens comtés du Roussillon et de Cerdagne, Perpignan, éd. Mare Nostrum, 1992, p. 147-151. - B. BLUMENKRANZ et M. LÉVY, Bibliographie des Juifs en France, Toulouse, éd. Privat, 1974. - Jaume RIERA I SANS, « Estudis sobre el judaisme català », dans Call 1, 1970-1984, p. 93-132 ; Call 2, 1929-1969, p. 181-209 ; Call 3, 1836-1928, p. 103-135, Tàrrega. - Jaume RIERA I SANS, « Estudis forasters sobre el judaisme català fins a l’any 1929 », in Calls 4, Tàrrega, p. 95-161. - Eduard Feliu et Pere CASANELLAS, « Bibliografia sobre la història dels jueus de la Corona de Catalunya-Aragó i Provença, 1985-1994 », in Tamid 1, Barcelona, 1997, p. 157-265. Les notes bibliographiques complémentaires présentées dans Tamid 2, 1998-1999, ne signalent aucune référence sur les Juifs de Perpignan ou du Roussillon. Par ailleurs, nous avons évidemment consulté les bibliographies insérées dans les ouvrages des principaux auteurs cités dans le texte de cette communication.

4 Voir chapitre suivant : « Contribució a una bibliografia dels estudis sobre el judaisme rossellonés ».

5 Idem.

6 Gustave SAIGE, Les Juifs du Languedoc antérieurement au xive siècle, Paris, Alphonse Picard éditeur, 1881.

  • Jean RÉGNÉ, Étude sur la condition des Juifs de Narbonne du ve au xive siècle, Laffitte Reprints, Marseille, 1981 (réimpression de l’édition de Narbonne, 1912). - René Moulinas, Les Juifs Ju pape en France, Toulouse, Privat, 1981.
  • Danièle et Carol IANCU, Les Juifs du Midi, une histoire millénaire, Avignon, éd. Barthélémy, 1995. On peut consulter également les travaux d’autres spécialistes de ces régions et notamment : ceux de Marie France Godfroy pour Carcassonne, de Noël Coulet et de Joseph Schatzmiller pour la Provence, entre autres.

7 L’historiographie du judaïsme médiéval en Espagne est impressionnante et spécialisée selon un découpage géographique ou thématique : à des grands noms (actuels ou posthumes) de la recherche correspondent souvent des villes ou des régions : Gérone, Barcelone, Tarragone, Majorque, Valence... Par exemple : Yom Tov Assis, Itzak Baer, Eduard Feliu, Ramon Magdalena, J. Ma Millas Vallicrosa, Carles Rahola, Jaume Riera i Sans, David Romano, S. Sobrequés i Vidal...

8 Carles RAHOLA, Els jueus a Catalunya, Barcelona, Publicacions Arnau de Vilanova, col. La Sageta, 1929 (l’auteur se centre sur Gérone, Barcelone, Besalú, Cervera, Castelló d’Empúries et Tortosa). - Lluis MARCÓ I DACHS, Els jueus i nosaltres, Barcelona, ed. Pòrtic, 1977 (qui n’est qu’un ouvrage de divulgation et non pas de recherche). - Pour les revues Tamid et Call, voir note 3 ci-dessus.

9 Cette constatation nous a été personnellement confirmée par Antony Pinto qui a présenté dans ce colloque la communication (mal intitulée au demeurant) « Los conversos de Perpignan ».

10 Dans les actes de ce colloque, Claude Denjean propose deux textes dont un sur les convertis : « Comment peut-t-on être un bon converti ? Des convers en Roussillon et en Cerdagne à la fin du xive siècle » o. c. p. 123-130.

11 Julio CARO BAROJA, Los judíos en la España moderna y contemporánea, Madrid, Istmo, 1978, 3 volumes. L’historien espagnol Jaume Contreras a, lui aussi, beaucoup travaillé sur l’Inquisition espagnole, de même que Bartolomé Bennassar et Jean-Pierre Dedieu en France. Pour l’Inquisition en Catalogne (en général), se reporter entre autres à l’ouvrage de Juan BLAZQUEL, La lnquisición en Catalunya (El Tribunal del Santo Oficio de Barcelona, 1487-1820), Toledo, ed. Arcano, 1990 (qui comprend plusieurs allusions à Perpignan et au Roussillon).

12 Friedel BOHNY-REITER, Journal de Rivesaltes 1941-1942, Genève, éd. Zoé, 1993. - Anne GRYNBER, Les camps de la honte. Les internés juifs des camps français, Paris, La Découverte, 1991. Pour les exilés républicains, deux exemples : - Geneviève DREYFUS-ARMAND et Émile TÉMINE, « Les camps sur la plage, un exil espagnol », Paris, Autrement n° 88, 1995. - René GRANDO, Jacques QUERALT et Xavier FEBRÈS, Camps du mépris (Des chemins de l’exil à ceux de la Résistance), Perpignan, éd. Trabucaire, 1991. - Pour la recherche d’Anne Boitel, voir le chapitre : « Principales références bibliographiques sur la Catalogne du Nord » : xxe siècle.

13 Émilienne EYCHENNE, Les portes de la Liberté, le franchissement clandestin de la frontière espagnole dans les Pyrénées-Orientales de 1939 à 1945, Toulouse, Privat, 1985, 284 p. - RÉMY, La ligne de démarcation, Histoires catalanes, Librairie Académique Perrin, Paris, 1972. - Jean LARRIEU, « Vichy, l’occupation nazie et la résistance catalane », Revista Terra Nostra, Prades, 1994, 3 volumes, dont : « Chronologie des années noires » (vol. 1). - Lisa FITTKO, Le chemin des Pyrénées, Paris, éd. Maren Sell et Compagnie, 1985. - Narciso ALBA a également abordé indirectement le passage par Banyuls des Juifs réfugiés du nazisme dans ses travaux sur Walter Benjamin ; voir par exemple son article « Walter Benjamin et le sentier du petit bossu », dans Les Cahiers de l’Université de Perpignan, n° 14, 1993, p. 53-81. En fait, il existe une très large bibliographie (ne serait-ce qu’en français, en catalan ou en espagnol) sur les passages à travers les Pyrénées à cette époque. Pour s’en rendre compte et trouver ces ouvrages, il n’est qu’à faire une recherche informatique à partir de descripteurs associés comme : Pyrénées, Résistance, Passages, Chemins, Juifs, Contrebandiers, Clandestin etc. Par ailleurs, pour une recherche spécifique sur la période de la Résistance dans la région, on pourrait peut-être consulter avec profit le mémoire de maîtrise d’Édith BESOMBES, Inventaire bibliographique sur la Résistance dans les Pyrénées Orientales, janvier 1940-août 1944, dép. d’Histoire, Université de Perpignan, 2000, 147 p., dir. J. M. Goger.

14 Mémoires de maîtrise de sociologie de Christelle Soriane (inaccessible) et de Déborah Laloum (inachevé) ; et celui de Corinne Melloul, en histoire contemporaine.

15 Claude Denjean et Vincent Claverie, tous deux intervenants de ce colloque nous l’ont assuré, de même que M. Parent, ancien directeur des Archives.

16 Pour les recherches sur le call de Perpignan, se reporter aux communications à ce colloque et aux travaux de : Géraldine Mallet, Lucien Bayrou et Rémi Marichal.

17 Françaises ou espagnoles, les études sur le judaïsme médiéval de Provence et de Catalogne en replacent toutes les origines dans le contexte des conquêtes et des implantations romaines puis, de l’expansion chrétienne et des règnes visigoths. - Ainsi, l’historien catalan Antoni ROVIRA i VIRGILI mentionne la présence d’une communauté juive importante dans l’île de Minorque dès le siècle I, (in Història Nacional de Catalunya Il, p. 294, cité par Marcó i Dachs p. 100). - Pour Jean RÉGNÉ, « la première mention historique relative aux Juifs de Narbonne est à peu près contemporaine de l’entrée des Visigoths dans cette ville », d’ailleurs le concile d’Agde (506) y débat déjà du baptême des Juifs posant des interdits dans leurs relations avec les Chrétiens (in Étude sur la condition des Juifs... o. c., p. 5-6 sqq.). - Parlant des Juifs d’Avignon et du Comtat Venaissin, Armand LUNEL écrit : « La ville d’Avignon et la province du Comtat furent donc le refuge qui s’ouvrit d’abord à un certain nombre de Juifs expulsés tour à tour du Languedoc, du Dauphiné et finalement de la Provence ; mais ces émigrants n’entrèrent pas en pays étranger, du fait qu’ils rejoignirent alors un noyau indigène formé d’autres Juifs de la même souche qu’eux et dont l’implantation exactement comme la leur, remontait au-delà de l’ère chrétienne », in Juifs du Languedoc, de la Provence et des États français du Pape, Paris, Albin Michel, 1975, p. 70. Pendant la période carolingienne, se dessine un axe commercial autour des produits d’Orient (importé par les Juifs rhadamites) lequel, partant de Lyon et d’Arles, reliait la Gallia à Hispania, et passait par Narbonne et Gérone : comment donc, à l’instar de Philippe BOURDREL, ne pas penser à Perpignan, ne serait-ce que comme ville-relais (Histoire des Juifs de France, Paris, Albin Michel, 1974, p. 135). - Voir également : Lluis Marcó i Dachs, o. c. p. 117-118. L’antique Ruscino se situant en plein cœur de l’axe Provence-Catalogne, on peut se poser des questions quant aux origines de leur implantation dans la région.

18 Des recherches prospectives plus ou moins importantes ont été réalisées dans de nombreuses petites communes de la province de Gérone (Vilajuïga, La Bisbal, Castelló d’Empúries...). Les mémoires et rapports d’études sont consultables à l’Institut d’estudis Nahmànides, de Gérone.

19 Voir l’article de l’abbé Capeille, mentionné dans la bibliographie donnée au chapitre suivant.

20 Page 254 de son article cité dans le chapitre suivant.

21 Pour cette période, se reporter aux communications à ce colloque de Madeleine Souche et de Gilbert Larguier, ainsi qu’aux références qu’ils ne manqueront pas de donner.

22 Voir à ce sujet, l’article de Marie-Claude VALAISON, conservateur en chef des musées Hyacinthe Rigaud et Joseph Puig, de Perpignan : « Quelques peintres juifs en Roussillon » in Perpignan, l’Histoire des Juifs dans la ville, o. c., p. 235-241.

23 Voir ci-dessus notes 11, 12.

24 L’histoire orale n’est ni une science ni une discipline mais une méthode de recherche basée sur la collecte de témoignages oraux auprès de personnes ayant été les témoins directs de certains faits. Ces témoignages sont recueillis sous forme fixée, au magnétophone ou au vidéo, et exploités à des fins d’analyse mais aussi de sauvegarde et de conservation. Cette méthode de recherche qui date des années 1930 est issue de l’École de Chicago. Histoire, sociologie et anthropologie sont les principales disciplines qui recourent à l’histoire orale. Par ailleurs, les études sur la Shoah, notamment en Israël (au Département d’Histoire orale de l’Institut du Judaïsme contemporain, Université Hébraïque de Jérusalem) s’appuient très largement sur cette méthode de recueil de données. Voir chapitre « histoire juive et histoire orale ».

25 D. Laloum, annoncée mais absente de ce colloque avait commencé une recherche sur l’identité juive à travers les rites et traditions familiales.

Notes de fin

* Vegeu el següent capítol d’aquest llibre : Contribució a una bibliografia dels estudis sobre el judaisme rossellonés.

* Parlem de la Claude DENJEAN. Vegeu el seu llibre Juifs et Chrétiens. De Perpignan à Puigcerdà. xiiie-xive s., éd. Trabucaire, Perpinyà, 2004.

* Parlem dels historiadors presents al col•loqui de Perpinyà del 2000 : Alícia Marcet, especialista de Catalunya Nord, i Claude Denjean, especialista del judaïsme a la Cerdanya.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540