Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juifs de Catalogne

 | 
Martine Berthelot

Troisième partie. Méthodologie et problèmes de recherche

Plurilinguisme, langues juives et terminologie, quelques observations1

Texte intégral

  • 1 Extraits remaniés de notre thèse d’Habilitation à diriger des recherches, Université de Perpignan, (...)

Plurilingüisme, llengües jueves i terminologia, algunes observacions
El tema dels idiomes no només és recurrent en el món del judaïsme, sinó que és central, idiosincràtic, mític. Els jueus sempre han adoptat les llengües i dialectes dels països on s’integraven, adaptant-les o creant noves formes lingüístiques originals, tal com les innumerables juedollengües – o llengües mixtes –, mortes o oblidades la majoria. Tret de les dues més representatives (judeocastellà/djudezmo i judeoalemany/yiddish) que els esdevingueren pròpies i es desenvoluparen en l’exil, lluny de les terres on s’originaren. L’ús d’aquestes llengües mixtes, amb les quals els jueus s’han fet, desfet i refet unes identitats singulars, no els impedia d’altra banda de dominar i excel·lir en altres grans idiomes de les nacions : grec, àrab, alemany...
En el conjunt dels nostres estudis sobre l’actual judaïcitat catalana, la qüestió de les llengües es va abordar segons tres perspectives diferents.
El plurilingüisme va ser tractat en dues de les seves manifestacions concretes. La primera és l’autèntica cultura del plurilingüisme tal i com el vam poder observar i participar-hi al col·legi sefardita de Barcelona. L’ensenyament actiu en cinc idiomes per als nens de la comunitat jueva va ser impartit sense concepció o planificació lingüística prèvia (1970-1990) ; però, va haver d’evolucionar per a no apagar-se i ocasionar el tancament de l’escola. Vam conèixer molt bé aquest primer periode com a professora de francès i també perquè el vam estudiar, descriure i analitzar. Una altra manifestació interessant del plurilingüisme ens ve donada per l’experiència de la gent gran, és a dir el col·lectiu (molt internacional, per cert) gràcies al qual es va formar la gran riquesa lingüística d’aquesta comunitat, i que sens dubte s’acabarà amb ell.
Les judeollengües van constituir un aspecte recurrent en els nostres contactes, converses, observacions amb els membres de la CIB : era doncs lògic fer una incursió, d’una banda, en la seva formació i evolució històrica, i d’altra banda, en el seu ús actual, en general i així com en el marc de la comunitat de Barcelona. Però, el seu declivi sembla ineluctable per tal com l’ús quotidià és cada cop més reduït i escàs malgrat els esforços per a salvaguardar-les, especialment les dues més importants : yiddish i djudezmo.
Terminologia. Examinar i descriure un objecte és, en primer lloc, utilitzar un llenguatge apropiat, específic i, si fos possible, la paraula justa. Lingüista i traductora, utilitzant regularment francès, català, castellà, i a més a més, molt de temps immersa en un món on l’hebreu està molt present (en particular sota forma d’expressions usuals recurrents i d’alternança còdica), la qüestió de la terminologia ens va sensibilitzar força. De fet, és molt sorprenent la utilització no apropiada o incorrecta de molts referents judaics en els mitjans de comunicació catalans o castellans. La ignorància del conjunt de la societat espanyola que s’afegeix als antics tòpics sobre el judaisme i els jueus, és probablement la causa de moltes deformacions terminològiques. En aquest sentit la tasca pedagògica és immensa (i els recursos reduïts). La fixació ortogràfica és delicada i complexa pels nombrosos termes hebreus o estrangers, però és essencial i imprescindible si ens situem en la perspectiva d’una total normalització del judaisme a Espanya i a Catalunya.

  • 2 Citons des noms comme : karaitoyevàric (variante du judéo-grec parlée dans l’ancienne Byzance), ka (...)
  • 3 Claude HAGÈGE, Le souffle de la langue, Paris, Odile Jacob, 1992.
  • 4 Izhac EPSTEIN, La pensée et la polyglossie, Genève, 1913.

1Si la mémoire – mais aussi ses corollaires : histoire, transmission, identité collective – est un thème récurrent dans l’univers du judaïsme, celui des langues n’en est pas moins central, idiosyncratique pour ne pas dire mythique. « Au début était le Verbe », puis vint le babélisme, et le temps de la polyglossie... Le rapport des Juifs aux langues relève du paradoxe. Tenants d’un idiome sacré, biblique, hautement identitaire : l’hébreu, rivé à une nation tout aussi symbolique, ils n’eurent de cesse de façonner des langues (et des dialectes) composites, locaux, éphémères : poussières d’étoiles évanouies à côté du joyau millénaire cultivé et transmis de génération en génération. Les Juifs, en effet, ont toujours adopté les langues des pays où ils s’installaient, en les adaptant voire en créant des formes linguistiques originales telles les innombrables langues juives, judéo-langues ou langues mixtes, mortes ou oubliées pour la plupart2. Exception faite des deux plus représentatives (judéo-espagnol/djudezmo et judéo-allemand/yiddish) qui ne leur deviendraient propres et ne s’épanouiraient que dans l’exil, loin des pays où elles avaient été forgées. L’usage de ces langues mixtes par lesquelles les Juifs se sont fait, défait et refait des identités singulières, ne les empêchait pas, par ailleurs, de dominer ou d’exceller dans d’autres grandes langues des nations : grec, arabe, allemand. « La langue – écrit Claude Hagège à propos des Juifs d’Allemagne au début du xxe siècle – alors, pourvu que l’on sût s’en bien servir tenait lieu de patrie à tous ceux qui la choisissaient »3, au point même – omet de signaler l’éminent linguiste – que les plus assimilés prônaient l’abandon du bilinguisme et du plurilinguisme4.

  • 5 Delphine BECHTEL, « La guerre des langues entre l’hébreu et le yiddish : l’exclusion de la langue (...)
  • 6 Idem, p. 27.

2Les langues ont à ce point été facteur d’enjeux culturels et sociaux parmi les communautés dispersées que de graves conflits les affectèrent quand ce n’étaient des décisions drastiques qui les amputeraient de tout un pan de leur patrimoine culturel et identitaire. L’émancipation civique et juridique obtenue au xviiie et xixe siècles se prolongerait d’une acculturation dont les judéo-langues seraient les premières à pâtir. C’est ainsi qu’il faut comprendre la célèbre « guerre des langues », guerre diglossique entre l’hébreu (langue de la High culture) et le yiddish (utilisé dans la sphère de la Low culture)5 pour les communautés ashkénazes d’Europe centrale et orientale. Ainsi encore de la position des maskilim (idéologues juifs allemands éclairés) qui réclamaient l’adoption du pur allemand ou du pur hébreu mais pas le mélange de langues6. Ainsi de l’exhortation faite aux sépharades de la klasa bacha d’abandonner leurs langues dialectales considérées comme non gratifiantes ; on sait aujourd’hui l’action dissolvante du réseau d’écoles de l’Alliance israélite universelle, laquelle, voulant œuvrer à la promotion sociale des sépharades du bassin méditerranéen par la culture et la langue française, précipita en fait la disparition de leurs langues identitaires.

  • 7 David ROMANO, « La transmission des sciences sociales par les Juifs en Languedoc », in Juifs et ju (...)

3Longtemps caractère de l’altérité et de l’étrangeté des Juifs, les langues furent aussi – pour d’autres – un sauf-conduit ou une raison d’être. Polyglottes, plurilingues, ils le furent des siècles durant par tradition religieuse, par nomadisme ou errrance par nécessité quotidienne ou par choix. Hommes et femmes de passage, d’une terre ou d’une rive à une autre, en même temps que passeurs de sciences, de savoirs et de sagesse à travers la traduction. Le Moyen Âge espagnol et « provençal » connut des dynasties de traducteurs juifs tels les Ibn Tibbon/Tibbonides ou les Kimhi7. Plus tard, le siècle des nationalismes produirait les plus idéalistes et les plus antagonistes des linguistes : Zamenhoff (l’universaliste) et Ben Yehouda (le sioniste) en tête ; tandis que d’autres, artistes rebelles (tel Tzara, ou plus tard encore Pérec), se joueraient de la langue comme d’un objet dérisoire. Quant aux sciences du langage et des langues, elles se nourriraient de noms prestigieux tant en Amérique qu’en Europe : Joshua Fishman, Isac Epstein, Noam Chomsky, Émile Benveniste ou Claude Hagège, pour ne citer que quelques-uns.

LES LANGUES JUIVES À BARCELONE

Bilinguisme, plurilinguisme, babélisme

4La Communauté israélite de Barcelone est un creuset d’hommes, de femmes et d’enfants venus d’Europe centrale et orientale, d’Afrique du Nord, du Proche-Orient, d’Amérique du Sud. Porteurs de cultures différentes, ils sont (ils étaient) surtout porteurs de langues différentes, et à titre individuel de plusieurs langues. C’est là un premier jalon dans ce panorama linguistique. Le second jalon étant l’insertion de cette communauté multilingue dans la société catalane qui elle-même alterne l’usage de deux langues. D’où la spécificité pluriculturelle et plurilinguistique de la CIB qui n’a d’équivalent dans aucune autre communauté juive d’Espagne.

5La problématique sociolinguistique qui nous occupe dans ce cas réside donc dans la situation originale et complexe d’une minorité plurilingue, insérée dans une société bilingue (le terme étant ici générique). Encore que ce ne soit pas cette donnée ainsi posée qui fasse problème mais bien plutôt : a) Le rapport (dont l’usage) des Juifs à « leurs » langues ; b) Les options linguistiques individuelles et/ou collectives de la CIB et les enjeux afférents ; et c) L’évolution de cet éventail linguistique en termes de perte ou de maintien des langues (notamment des langues juives), ou encore d’adoption de nouvelles langues (le catalan, l’anglais, par exemple). Partant, c’est la combinatoire sociolinguistique dans son ensemble à laquelle est confrontée la judaïcité barcelonaise (et seulement elle) qui est intéressante. En réalité, la complexité est telle qu’il convient, au préalable, de la préciser et d’en présenter les facettes une à une.

  • 8 Par exemple : Rafael NINYOLES, Idioma i prejudici, Palma de Mallorca, editorial Moll, 1975. France (...)

6Pour ce qui est de la « société bilingue » – terme utilisé ici dans son sens générique afin de ne pas entrer dans le débat des sociolinguistes catalans sur la diglossie et le conflit linguistique8 ou plus exactement, du bilinguisme (qui, stricto sensu, n’est qu’un idéal, beaucoup se bricolant un usage circonstanciel des deux langues) –, quels sont a priori les rapports des sépharades et des ashkénazes de la CIB à l’espagnol et au catalan ?

7L’espagnol ou castillan, pour tous les étrangers en situation d’immigration, c’est d’abord la langue consulaire et administrative du pays d’accueil (langue des passeports et de l’ensemble des formalités). À ce titre, c’est la langue dominante.

8Mais c’est aussi et surtout la langue identitaire de plusieurs groupes juifs de la CIB : ainsi, est-il la première langue des ashkénazes d’Amérique hispanophone et des Juifs (en grande majorité sépharades) de l’ancien protectorat espagnol du Maroc. L’espagnol est également, par le truchement du judéo-espagnol ou de ses variantes (djudezmo et haketiya), langue d’identité historique des descendants des Juifs expulsés d’Espagne ; nombreux sépharades (du Levant ou du Maroc) se sont installés en Espagne pour des raisons linguistiques. Et c’est encore la première langue usuelle de la CIB pour des raisons externes : la CIB s’est, en effet, constituée-reconstituée à l’époque franquiste où officiellement seul le castillan était autorisé, le catalan se trouvant relégué à la sphère privée et familiale. Pour les immigrants de cette époque, dont les Juifs, le castillan seul avait officiellement cours.

9Le catalan est pour tous les étrangers (Espagnols des autres régions et non-Espagnols) langue d’intégration dans la société locale : socio-économique et culturelle. Pour les jeunes (nés en Catalogne ou arrivés jeunes), c’est la langue de la scolarité et des études supérieures ; au collège sefardi, il fait l’objet d’un enseignement obligatoire de quatre à cinq heures hebdomadaires. Pour les adultes non nés en Catalogne, la connaissance se fait bien souvent par immersion et imprégnation. L’omniprésence (rue, transports, médias, commerces, administration, lieu de travail) du catalan ainsi que sa proximité linguistique avec le castillan en facilitent l’acquisition, pour le moins passive.

10Considérons à présent le plurilinguisme communautaire, c’est-à-dire de l’ensemble des membres de la CIB. Quel est-il ? Comment est-il géré ? Ici aussi, tout est question de compétence, de sensibilité individuelle et d’interaction entre les locuteurs. Mais, attitudes linguistiques personnelles et interpersonnelles mises à part, on peut en dégager les lignes directrices suivantes :

  • L’intégration linguistique des nouveaux arrivants passe obligatoirement par l’adaptation linguistique et donc par la connaissance ou l’apprentissage d’une ou des deux langues locales : espagnol et éventuellement catalan.
  • Le capital linguistique : individuel, familial, « groupal » (sépharades levantins, sépharades marocains, ashkénazes) ou encore communautaire, appelle à une catégorisation entre : a) L’hébreu liturgique (langue religieuse et communautaire des hommes) ; l’hébreu israélien de certains immigrés ; et l’hébreu enseigné au collège sefardi (somme des deux précédents) ; b) Les judéo-langues familiales ou individuelles (yiddish, djudezmo, haketiya) ; c) Le français, première ou deuxième langue des Marocains et des Turcs scolarisés dans les écoles de l’Alliance israélite universelle, et de deux générations de jeunes scolarisés au lycée français ou dans les autres écoles françaises de Barcelone ; et d) Les langues nationales des originaires (arabe, italien, bulgare, hongrois, polonais, allemand, russe, etc.).
  • 9 Plurilinguisme et enseignement au collège de la Communauté Israélite de Barcelone, mémoire de maît (...)

11Notre hypothèse de travail, dans l’approche générale de la réimplantation communautaire des Juifs en Catalogne et en Espagne, était que cette extraordinaire richesse linguistique de la CIB est/était désormais appelée à évoluer dans le sens d’une régression et d’une homogénéisation. Régression par la perte d’un grand nombre de ces langues parlées (les langues juives ou les langues nationales parlées seulement par quelques personnes) ; homogénéisation linguistique fonctionnelle, c’est-à-dire en fonction d’enjeux sociaux et culturels nouveaux en adéquation avec la mondialisation des styles de vie. Autrement dit, l’évolution identitaire-communautaire des Juifs telle que nous avons pu l’entrevoir dans d’autres études (implication des Juifs par rapport à la judéité, aux traditions, à la vie communautaire) se double d’une évolution linguistique. Dans les deux cas, il y a rupture avec les modèles ancestraux de reproduction et de pérennisation d’une identité propre. Pour être honnête, nous n’entrevoyions pas encore cette issue, dans les années 80, au terme de notre première étude sociolinguistique9. Ce n’est qu’à partir d’une nouvelle enquête réalisée en 1991 auprès des personnes âgées de la CIB, et de l’exploitation des témoignages recueillis dans le cadre du programme d’histoire orale de la CIB, que s’est fait jour cette évolution inéluctable. Mais, c’est un phénomène qui affecte bien d’autres groupes ethniques et qui avait déjà été théorisé par les spécialistes de la sociologie du langage.

RETOUR SUR QUELQUES ÉTUDES

12Les nécessités de l’étude de la Comunidad Israelita de Barcelona, dont une des caractéristiques essentielles tient au fait de son pluriculturalisme et plurilinguisme, nous ont donc conduit à faire quelques pas dans le domaine de la sociolinguistique. Ont été privilégiés trois aspects en apparence différents, mais, comme toujours, tributaires les uns des autres puisque l’usage des langues est lié à la fois au locuteur, à son groupe de référence, à la société et au contexte, le tout étant comme on le sait d’une grande variété et variabilité. Au plan strictement méthodologique, quantitatif et qualitatif ont souvent été mis en synergie à partir d’enquêtes sociolinguistiques, de participation-observation et d’entretiens ; des recherches documentaires ayant complété ces outils de base.

Plurilinguisme

13Ayant déjà eu l’occasion, dans les chapitres antérieurs de cet ouvrage, d’évoquer le plurilinguisme des adultes, nous nous limiterons ici au plurilinguisme des enfants de la communauté juive.

14Le hasard a voulu que nous nous penchions sur le multilinguisme des enfants juifs de Barcelone au tout début des années quatre-vingt, c’est-à-dire à un moment où les questions de bilinguisme, diglossie et conflit linguistique étaient plus que d’actualité avec le processus de normalisation linguistique éclos après la mort de Franco. La société catalane à l’épreuve linguistique était plus qu’un bouillon de culture, c’était un véritable laboratoire. Grâce à Gentil Puig et au Grup Català de Sociolingüística, nous avons été quelque peu initiée à la sociolinguistique et introduite dans le milieu des sociolinguistes catalans. Alors que dans leur sillage, des universitaires entamaient diverses recherches de terrain sur des situations de diglossie et de conflit linguistique, nous nous engagions dans l’étude d’une « petite communauté » multilingue originale : celle des élèves du Liceo Sefardí de Barcelona.

  • 10 Alors appelé EGB, Enseñanza General Básica, et qui correspondait au primaire et au premier cycle ( (...)

15Cette école, fondée en 1969, d’abord comme jardin d’enfants de la CIB, ajouterait chaque année une classe supplémentaire au point de parvenir au cursus complet de l’enseignement officiel espagnol10, dont bénéficiaient à cette époque quelque cent-trente jeunes élèves. La pédagogie reposait sur l’âge précoce des apprenants (de trois ans à quatorze-quinze ans), sur un pluralisme linguistique fonctionnel : le français, langue de culture (qui avait été langue de promotion sociale des parents ou grands-parents) ; l’espagnol, langue de l’État (assujettie, de plus, aux directives ministérielles du gouvernement de Madrid) ; l’hébreu, langue ethnico-religieuse (dont l’enseignement s’y fait aussi à visée sioniste) ; le catalan, langue du « pays » ; et l’anglais « langue d’avenir ». Par ailleurs, les effectifs étaient réduits et les enseignements dispensés par des natifs (enseignants qui participaient à toutes les tâches du collège : cantine, transport, baby-sitting au jardin d’enfants, sports, etc.). La ligne pédagogique, à l’image bon enfant de l’ambiance qui imprégnait le collège, était plus pragmatique et aléatoire que réellement définie et planifiée.

16Cet éventail de cinq langues, surprenant pour qui ne connaît pas les pratiques linguistiques des Juifs dans l’histoire, est en fait un héritage et un prolongement direct de ces pratiques. Plutôt que de réduire l’offre linguistique de l’école en procédant à des choix cornéliens, c’est le « paquet » entier qui fut retenu en ce qu’il répondait le mieux à l’attachement affectif de ces sépharades marocains pour le français et l’hébreu, aux obligations socioculturelles locales (castillan, catalan) et au pragmatisme (l’anglais). Les élèves combinaient ainsi une sorte de « passé-présent-futur » linguistique harmonieux et non conflictuel avec leur identité familiale et communautaire. Tel était le cadre sociolinguistique de l’école juive de Barcelone dans les années 80. Vers les années 90, l’arrivée d’enfants sud-américains, israéliens puis russes, ukrainiens et géorgiens, parallèle à la baisse des effectifs d’origine marocaine, viendrait bouleverser cet équilibre linguistique qui ne correspondait plus ni à ce public désormais hétérogène ni à ses attentes. Une nouvelle étape commencerait pour le collège sefardí, avec une nouvelle répartition des horaires avantageant l’anglais et reléguant le français à une plage minimale.

  • 11 C’est la Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, à Paris, qui centralise la documentatio (...)

17Ayant lu notre mémoire de maîtrise, une collègue du collège sefardi, dont le père avait été directeur d’une école de l’Alliance israélite universelle en Iran, nous reprochait gentiment de n’avoir que très peu évoqué ce réseau éducatif judéo-français. Nous objections à cette observation pourtant très pertinente que le collège sefardi n’était pas compris dans le réseau des écoles de l’AIU. Mais ce n’était là qu’une esquive de forme car, en effet, il aurait été enrichissant pour notre étude, de connaître voire de comparer le contexte et l’approche pédagogique de Barcelone avec d’autres centres dans d’autres pays, même si les recherches sont rares dans ce domaine11.

Langues juives

18L’histoire passionnante des langues juives ne peut manquer d’interpeller le chercheur en études juives : qu’elles soient considérées sous l’aspect philologique de leur constitution, de leur évolution permanente et de leur fonctionnement, ou sous l’aspect sociolinguistique des aires géographiques et des domaines culturels de diffusion, des aléas de leur épanouissement, déclin puis sauvegarde, ou bien encore de leur centralité sociohistorique, socioculturelle et identitaire. Nous n’avons fait qu’aborder le thème des langues juives, incursion rapide mais indispensable pour mieux comprendre leur empreinte ou leur présence dans la vie des Juifs de la CIB, et les allusions régulières de ceux-ci au fil de nos observations, entrevues, enquêtes, ou au détour de simples conversations sans but d’étude.

  • 12 Biologiste de formation, après le traumatisme de la Shoah qui a emporté ses proches parents, il a (...)
  • 13 Madrid, CSIC, 1970.
  • 14 « Ojeada sobre el judeoespañol de Marruecos », in Actas del Primer Simposio de Estudios Sefardíes, (...)
  • 15 Par exemple, José BENOLIEL, « Dialecto judeo-hispano-marroquí o haketía », in Boletín de la Academ (...)
  • 16 « Le judéo-arabe et ses stratégies d’existence », in La société juive à travers l’histoire [dir. S (...)

19Le judéo-espagnol a son infatigable avocat et chantre en la personne du charismatique et touchant Vidal Haïm Séphiha. Il est non seulement le pionnier de la linguistique du judéo-espagnol mais aussi un des plus grands connaisseurs contemporains de la judéo-hispanologie12. Un de ses nombreux combats scientifiques et philologiques a été de faire reconnaître la différence de statut linguistique et sociolinguistique entre le judéo-espagnol (et ses variantes dialectales) et le ladino ; le premier étant la langue vernaculaire et véhiculaire des descendants des Juifs espagnols, l’autre la langue calque de l’hébreu utilisée par eux à des fins liturgiques et pédagogiques. Double modalité également présente au sein du judéo-allemand par la voie du yiddish et du humech taytch. Les nombreux écrits du linguiste nous ont beaucoup servi, de même que certaines des études réalisées sous sa direction par ses disciples de l’Institut d’études hispaniques de Paris. Par ailleurs, les Actas del Premier Simposio de Estudios Sefardíes13 recueillent des articles philologiques intéressants (notamment d’I. S. Revah et d’H. Besso). Pour la haketiya, variante judéo-espagnole-arabe des sépharades marocains, nous nous sommes appuyée sur l’étude de Carlos Benarroch14, encore qu’il ne soit pas le seul qui ait traité de cette langue15. L’analyse sociolinguistique très fine de Joseph Chetrit16 sur les influences romanes dans les langues judéo-arabes d’Afrique du Nord, nous aurait à l’époque été d’une extrême utilité.

  • 17 Dont un des spécialistes en France, Jean BAUMGARTEN, Le yiddish, Paris, PUF Que sais-je n° 2552, 1 (...)
  • 18 Dont Théophile GROL, Grands moments de l’histoire juive : de la Bible à l’État d’Israël, Paris, Le (...)
  • 19 Albert MEMMI, La Libération du Juif, Paris, Payot,1966, p. 167.

20L’usage sociolinguistique du yiddish a surtout été étudié aux États-Unis par Joshua Fishman, et dans le cadre de ce pays ou de New York plus exactement, où réside la plus grande communauté yiddishophone du monde. En Europe où le yiddish a été anéanti en même temps que ses locuteurs, la situation est différente, tout comme l’est le regard scientifique qui privilégie l’histoire et la littérature. Nous avons dû glaner des informations chez différents auteurs17, dans des encyclopédies juives, ou chez des auteurs déjà cités par ailleurs18. Même observation pour l’hébreu qui n’est pas langue juive mais langue des Juifs, « langue mythique des Juifs hors d’une nation juive »19, et qui a évidemment été inclus dans nos observations au même titre que tous les autres idiomes employés à la CIB et au collège sefardi.

Terminologie

  • 20 Se référer à la comunidad « israeliana » de Barcelona (ou de Madrid), à l’endroit de la CIB ou de (...)
  • 21 M. BERTHELOT, « De los hebreos, israelitas y judíos : algunas precisiones terminológicas », in Raí (...)
  • 22 M. BERTHELOT, Cien años de presencia judía en la España contemporánea, Barcelona, ed. KFM, col. ER (...)
  • 23 Ces indications ont été trouvées sur le site Internet de Termcat (www.termcat.es), chapitres : Man (...)

21Examiner et décrire un objet, c’est user en premier lieu d’un langage approprié et spécifique, et si possible du mot juste. Traductrice, nous avons été maintes fois saisie par l’utilisation indue ou incorrecte d’un certain nombre de référents, tant dans les médias hispanophones que catalanophones. L’ignorance des Espagnols (dans leur ensemble) quant au monde judaïque ajoutée aux ancestraux clichés, forment la base probable des déformations terminologiques ayant cours en Espagne et bien relayés dans la presse20. En ce sens, la tâche pédagogique est grande, mais les ressources sont réduites. Carlos Benarroch partit très tôt en croisade contre ce qu’il appelait non sans humour les judíadas des livres scolaires et des dictionnaires espagnols. Combat qu’il avait porté jusqu’aux hautes sphères de la Real Academia Española et de la Maison Royale. Sans succès probant. Personnellement, nous nous somme limitée à faire œuvre d’explication21. La diffusion la plus large possible de glossaires est indispensable22 ; mais, souvent relégués en fin d’ouvrages eux-mêmes confinés aux milieux et aux publics intéressés, ils ne suffisent ni à atteindre le grand public, ni à œuvrer efficacement à la normalisation. En dernier lieu, subsiste le problème attenant de la fixation orthographique. Tâche délicate, compliquée, peut-être insurmontable en raison des innombrables termes hébraïques ou étrangers, mais nécessaire si l’on se situe dans l’optique de la normalisation du judaïsme en Espagne et en Catalogne. L’organisme Termcat, filiale de l’Institut d’Estudis Catalans, dont l’une des tâches spécifiques est de travailler sur la terminologie et les néologismes en catalan, apporte un certain nombre de réponses à ce type de problème. Les spécialistes y ont, en effet, avancé différents critères d’acceptation ou de refus des emprunts et des calques. Si nombre de vocables scientifiques et technologiques d’origine anglo-saxonne ou gréco-latine passent par le moule de l’adaptation, en revanche d’autres « emprunts sont acceptés mais ne réclament pas d’intervention » (c’est-à-dire de catalanisation phonique ou morphologique) ; cette catégorie comprend, en premier lieu, les « xenismes » ou mots étrangers désignant une réalité d’une autre culture et difficiles à traduire, comme bistrot, condottiero, geisha... ». L’on pourrait, à notre avis, y inclure les termes hébraïques shabbat, casher, shalom, etc23. De façon plus générale, dans ce domaine linguistique également, un minutieux travail d’harmonisation et de normalisation reste encore à effectuer.

  • 24 Voir supra, note 21.
  • 25 M. FERNÁNDEZ MARTORELL, Estudio antropológico : una comunidad judía, Barcelona, Mitre, 1984 : p. 1 (...)
  • 26 Ainsi de sépharade/séfarade ; ainsi encore de casher (se dit d’un aliment rituellement licite) qui (...)
  • 27 Mercedes Fernández Martorell, o. c. en note 24. Voir glossaire, p. 263-270.
  • 28 José Antonio LISBONA, Retorno a Sefarad. La política de España hacia sus judíos en el siglo xx, Ba (...)
  • 29 Maria Josep ESTANYOL I FUENTES, Judaisme a Catalunya avui, Barcelona, Pòrtic, 2002. Voir glossaire (...)
  • 30 Xénisme : emprunt lexical qui désigne une réalité propre à une culture et qui n’a pas d’équivalent (...)

22À deux reprises nous nous sommes livrée à un modeste examen terminologique24. La première réflexion s’attarda sur trois concepts de base, Hébreux, Israélites, Juifs, ainsi que sur les dérivés : judaïsme, judaïcité, judéité, et plus précisément sur l’usage souvent erroné des trois premiers dans la presse espagnole, voire par certains universitaires25. Prenant appui sur nos travaux ainsi que sur la littérature générale et sur les langues française ou anglaise, nous tentons, après un rappel de leur évolution historique et des nuances qu’ils ont pu acquérir, de replacer chacun de ces concepts dans le champ qui lui revient aujourd’hui. À l’époque où ce texte a été conçu, nous n’envisagions l’explication de ces concepts que dans leur perspective historique et sociolinguistique. Avec le temps, nous sommes de plus en plus convaincue de la nécessité d’une réflexion sur la fixation orthographique de ces mots et surtout ceux d’origine hébraïque. De plus en plus de publications – scientifiques ou non – concernant Juifs et judaïsme ont cours en Espagne, tant en catalan qu’en castillan. Un certain désordre orthographique y règne auquel il conviendrait de remédier par l’harmonisation de ces termes et par leur inclusion dans les dictionnaires généraux. Certes, le problème de l’harmonisation orthographique des mots d’origine hébraïque se pose dans la langue française elle-même (sous l’influence des multiples formes employées par les Juifs en fonction de leurs origines) qui ne donne pas dans l’écriture unique26. Mais il est plus aigu en espagnol et en catalan, dont les systèmes orthographiques sont relativement simples alors que la transcription des mots hébraïques est complexifiée au possible (doubles consonnes, h final, usage indifférencié des q/k, etc.). Nous-même, n’avons pas échappé aux fluctuations d’une orthographe non balisée. L’alphabet romaniste (antérieur à l’alphabet phonétique international) semble en voie d’abandon ; autrefois ortographiés, en espagnol, kašer / Roš ha-šanah / mišnah / šalom / šabbat27 sont devenus kasher / Rosh Hashana ou même sabbat28. C’est sans doute en catalan que le changement est le plus surprenant que ce soit dans la presse ou chez les universitaires comme Maria Josep Estanyol29. On y trouve des vocables nettement catalanisés dans l’orthographe : caixer / caixrut / Roix ha-xanà / menorà / kipà mais aussi un xavat, une iexivà, l’iddix (ídix) ou la Xoà à peine reconnaissables. Si la voyelle finale à vient remplacer avec pertinence le ah tonique des mots hébraïques, en revanche l’adaptation du sh ou du ch par le digraphe ix (ô combien catalan) nous semble excessif et ne correspond pas aux critères de Termcat, comme on a pu le voir, puisque les xénismes30 ne subissent pas d’adaptation orthographique.

  • 31 José Luís LACAVE, « L’Espagne à la découverte du séfardisme », in Les Nouveaux Cahiers n° 62, Pari (...)
  • 32 Claude TAPIA, « Un cheminement séculaire. Réflexions sur les relations judéo-musulmanes », in Les (...)
  • 33 Par exemple, M. Fernández-Martorell, o. c.

23Notre deuxième étude, en complément de la précédente, se centrait sur des concepts liés aux mots « ashkénazes » et « sépharades ». C’était l’occasion d’une nouvelle réflexion sur l’origine et surtout sur l’évolution de ces notions, en même temps qu’il permettait de faire connaître au lecteur espagnol une autre facette de la culture des Juifs. Les plus intéressants de ces concepts, de par la double évolution dont ils ont été l’objet, nous sont donnés par les couples sefardismo/séphardisme et sefardita/sépharade. Alors même que les termes espagnols renvoient à la souche hispanique – et à elle seule – de cette branche du judaïsme31, les termes français n’en retiennent plus que la dimension maghrébine32 ; pourtant nul indice étymologique ne rend compte du glissement de sens ni du contenu. Pour conclure, revenons une fois de plus à la nécessité d’une fixation orthographique. Si les termes « ashkénaze » (en français) et asquenasita (en catalan) ne prêtent à redire, en revanche la langue espagnole n’a pas toujours su discriminer entre asquenasí (aujourd’hui la norme) et asquenazí / askenazí33. Afin d’éviter le malaise de ce terme inconfortable, les Juifs hispanophones recourent en général au français (ashkénaze), ou, s’il s’agit du pluriel, empruntent le mot hébreu ashkenazim, faisant preuve ainsi du bon usage du polyglottisme.♦

Notes

1 Extraits remaniés de notre thèse d’Habilitation à diriger des recherches, Université de Perpignan, 2004, p. 95-112.

2 Citons des noms comme : karaitoyevàric (variante du judéo-grec parlée dans l’ancienne Byzance), karaitoàrvic (un des anciens parlers judéo-égyptiens), carachaï-balkar ou encore karakalpak (anciennes variantes du judéo-turc).

3 Claude HAGÈGE, Le souffle de la langue, Paris, Odile Jacob, 1992.

4 Izhac EPSTEIN, La pensée et la polyglossie, Genève, 1913.

5 Delphine BECHTEL, « La guerre des langues entre l’hébreu et le yiddish : l’exclusion de la langue yiddish de la Haskalah à l’État d’Israël », in Plurielles n° 7, Langues Juives de la diaspora, 1998-99.

6 Idem, p. 27.

7 David ROMANO, « La transmission des sciences sociales par les Juifs en Languedoc », in Juifs et judaïsme du Languedoc, xiiie siècle-début xive (dir. M. H. Vicaire et B. Blumenkranz), Toulouse Privat, 1977, p. 363-386.

8 Par exemple : Rafael NINYOLES, Idioma i prejudici, Palma de Mallorca, editorial Moll, 1975. Francesc VALLVERDU, Dues llengües : dues funcions ?, Barcelona, edicions 62, 1979 ; ainsi que El conflicto lingüístico en Cataluña : historia y presente, Barcelona, Península ed. del bolsillo, 1981.

9 Plurilinguisme et enseignement au collège de la Communauté Israélite de Barcelone, mémoire de maîtrise, Université Paul Valéry Montpellier III, 1981, 240 p.

10 Alors appelé EGB, Enseñanza General Básica, et qui correspondait au primaire et au premier cycle (moins la troisième) du secondaire français.

11 C’est la Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, à Paris, qui centralise la documentation relative aux écoles de l’AIU.

12 Biologiste de formation, après le traumatisme de la Shoah qui a emporté ses proches parents, il a voué sa vie à l’étude et à la sauvegarde de la culture et de la langue de ses ancêtres stambouliotes. Judéo-hispanologie est le nom qu’il attribue à « l’étude du judaïsme espagnol dans toute son étendue, avant et après 1492 » (Le judéoespagnol, Paris, Entente, 1986, p. 18, note 2).

13 Madrid, CSIC, 1970.

14 « Ojeada sobre el judeoespañol de Marruecos », in Actas del Primer Simposio de Estudios Sefardíes, Madrid, CSIC, 1970, p. 263-275. Version remaniée in Marges 8, Université de Perpignan, CRILAUP, 1991, p. 143-162.

15 Par exemple, José BENOLIEL, « Dialecto judeo-hispano-marroquí o haketía », in Boletín de la Academia Española : 1926-III, 1927-IV, 1928-XV.

16 « Le judéo-arabe et ses stratégies d’existence », in La société juive à travers l’histoire [dir. Shmuel TRIGANO], Paris, Fayard, tome IV, 1993, p. 521-532. Ainsi que « L’influence du français dans les langues judéo-arabes d’Afrique du Nord », in Plurielles n° 8, 1998-1999, p. 49-56.

17 Dont un des spécialistes en France, Jean BAUMGARTEN, Le yiddish, Paris, PUF Que sais-je n° 2552, 1990.

18 Dont Théophile GROL, Grands moments de l’histoire juive : de la Bible à l’État d’Israël, Paris, Les éditeurs français réunis, 1980. Uriel WEINREICH, History of the Yiddish Language, Chicago-Londres, University Of Chicago Press, 1980, aujourd’hui donné comme LA référence.

19 Albert MEMMI, La Libération du Juif, Paris, Payot,1966, p. 167.

20 Se référer à la comunidad « israeliana » de Barcelona (ou de Madrid), à l’endroit de la CIB ou de la CIM, parler de « sefarditas » pour désigner les Israéliens, ou bien encore du conflit « palestino-israelita » sont des erreurs courantes dans la presse écrite et audio-visuelle.

21 M. BERTHELOT, « De los hebreos, israelitas y judíos : algunas precisiones terminológicas », in Raíces n° 10-11, Madrid, 1991, p. 78-80. Et « Sefardíes y asquenasíes : nuevas precisiones terminológicas », in Raíces n° 12, Madrid, 1992, p. 26-33.

22 M. BERTHELOT, Cien años de presencia judía en la España contemporánea, Barcelona, ed. KFM, col. ERAÏM,1995.

23 Ces indications ont été trouvées sur le site Internet de Termcat (www.termcat.es), chapitres : Manlleus i calcs lingüístics en els treballs de terminologia catalana ; Pronunciació dels manlleus ; Termes catalans com a alternativa a manlleus. Signalons au passage que rien n’est mentionné en ce qui concerne l’hébreu ; qui plus est, au chapitre Indicadors de llengua-símbols internacionals establerts per l’ISO, l’hébreu ne figure pas non plus alors qu’y apparaissent des langues comme l’africaan, le breton, le frioulais, etc.

24 Voir supra, note 21.

25 M. FERNÁNDEZ MARTORELL, Estudio antropológico : una comunidad judía, Barcelona, Mitre, 1984 : p. 114, faisant allusion aux Israéliens (Israelíes), utilise le mot Israelitas (Israélites). Par ailleurs, à l’occasion de l’allumage public des bougies de Hanouka, à Gérone en décembre 1998, la presse qui se fait écho de l’événement offre un florilège d’erreurs terminologiques. Nous avons relevé dans le Press book 2002 de l’Institut Nahmánides de Gérone les erreurs suivantes, parmi bien d’autres, extraites de : La Vanguardia, Diari de Girona, El Punt, Aurora : « Federació de Comunitats "Israelianes" d’Espanya » / « Comunidad "Sefardí" de Barcelona, Perpiñán, Narbona... » / « Comunitat "israeliana" de Berlín ». Dans un même article en catalan (El Punt 15.12.98, p. 8), l’auteur parle de : comunitats "judaiques" de Berlin / comunitat "jueva" de Berlin / comunitat "israeliana" de Berlin !

26 Ainsi de sépharade/séfarade ; ainsi encore de casher (se dit d’un aliment rituellement licite) qui se démultiplie sous les formes kasher, cachère (au féminin), kosher (influence du yiddish) ; même chose pour yiddish (forme anglaise) que le linguiste Claude Hagège orthographie tantôt yidich (1992) tantôt yidiche (2000). La forme yidiche serait « préférable en français », d’après Langues européennes 6, du Bureau Européen pour les Langues Moins Répandues, 1997, p. 3. Parmi les rares références dans ce domaine, il existe au Québec – nous a affirmé le chercheur québécois Iñaki Olázabal – l’étude d’Esther Benaïm (Orthographe des mots hébreux). Nous n’avons pas pu localiser cet ouvrage.

27 Mercedes Fernández Martorell, o. c. en note 24. Voir glossaire, p. 263-270.

28 José Antonio LISBONA, Retorno a Sefarad. La política de España hacia sus judíos en el siglo xx, Barcelona, Riopiedras, 1993. Voir glossaire, p. 373-374.

29 Maria Josep ESTANYOL I FUENTES, Judaisme a Catalunya avui, Barcelona, Pòrtic, 2002. Voir glossaire, p. 189-227.

30 Xénisme : emprunt lexical qui désigne une réalité propre à une culture et qui n’a pas d’équivalent dans la culture et dans la langue cible ; il est de ce fait impossible à traduire.

31 José Luís LACAVE, « L’Espagne à la découverte du séfardisme », in Les Nouveaux Cahiers n° 62, Paris, 1980, p. 39-44

32 Claude TAPIA, « Un cheminement séculaire. Réflexions sur les relations judéo-musulmanes », in Les Nouveaux Cahiers n° 99, Paris, 1990, p. 49-56.

33 Par exemple, M. Fernández-Martorell, o. c.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540