Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juifs de Catalogne

 | 
Martine Berthelot

Deuxième partie. Judaïsmes actuels

Approche des grands courants actuels du judaïsme religieux et laïc en Occident1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est la première partie d’un article en espagnol : « Principales corrientes del judaísmo (...)
  • 2 L’Émancipation fut la reconnaissance des droits civils, civiques et juridiques des Juifs et le débu (...)

1Le mot « judaïsme », qui renvoie généralement à la religion juive et qui, des siècles durant, a désigné la « nation juive », a cessé de s’appliquer exclusivement a une entité ethnoreligieuse. Aujourd’hui, il désigne aussi une réalité identitaire, culturelle et sociologique beaucoup plus riche et complexe que la seule croyance monothéiste héritée du patriarche Abraham ou que l’unicité de l’ancien peuple sémite. Dans les pays occidentaux (Europe, Amérique, Afrique du Sud, et dans une moindre proportion, Israël), le judaïsme se divise en divers courants (appelés aussi tendances, branches, mouvements) et dénominations issus de trois grandes familles : orthodoxe, réformée, laïque. Ces courants, nés presque tous dans l’orbite de communautés ashkénazes, alors les plus nombreuses, sont apparus à partir du xviiie siècle, et surtout au long du xixe siècle, c’est-à-dire en parallèle ou en conséquence du processus d’émancipation2 des Juifs européens et de leur inclusion dans la modernité ; émancipation qui signifia la désintégration de l’ancestrale vie communautaire en autarcie.

2Au xxe siècle, de nouveaux courants ont à leur tour vu le jour, encore que moins importants et parfois même marginaux. L’émergence de cinq à six courants en moins d’un siècle n’est pas fortuite, puisque à cette époque de sécularisation et de restructuration socioreligieuse ou culturelle les Juifs faisaient face à des enjeux dont l’objectif était de concilier les valeurs intrinsèques et intemporelles du judaïsme avec les exigences de la modernité et de leur intégration dans les sociétés globales. Objectif pour le moins difficile, puisque chaque nouveau courant qui apparaissait – et toujours par opposition doctrinale avec les précédents – prétendait apporter de nouvelles réponses, et si possible aussi, des améliorations. Cette fragmentation continue du judaïsme, d’abord consécutive aux changements socioculturels (intégration dans les sociétés globales, émigrations, réenculturations), mais aussi à des grands traumatismes dont la Shoah, en a déterminé la recomposition. Aujourd’hui, considéré sous l’angle sociologique, il convient de parler de judaïsmes au pluriel, pluralité qui comporte, évidemment, une grande complexité.

3Toutefois, cette complexité ne réside pas seulement dans la diversité des courants et dans leurs différences, parfois très subtiles tant les frontières entre elles peuvent être fines et poreuses. Une étude comparative spécifique – bien qu’assez générale, courte et forcément réductrice, comme celle-ci – montre que ces courants nés d’abord en Europe et exportés aux États-Unis, ou au contraire nés aux États-Unis et ayant fait souche par la suite en Europe, ne revêtent pas tout à fait les mêmes caractéristiques dans les différents pays où ils évoluent. Selon l’endroit où il se situe, aux États-Unis, en Grande Bretagne, en France ou en Israël, c’est-à-dire dans les pays ayant une population juive importante, un même courant peut exister et être vécu de façon très différente, parfois même antagonique. Si l’on ajoute à cela la diversité des dénominations d’un même courant, toujours en fonction des pays, on comprendra mieux la difficulté d’un regard global et comparatif de ce panorama des judaïsmes.

  • 3 Ces appelatifs changent selon les pays : en anglais, par exemple, c’est le mot denomination qui pré (...)
  • 4 Il ne faut pas confondre ces mizrahim (dénomination géoethnique générique des Juifs orientaux, par (...)
  • 5 Pour une consultation rapide de ces termes, on peut aller voir sur Wikipédia à l’entrée « Judaïsme  (...)

4Enfin, une précision conceptuelle essentielle s’impose ici : ces divers courants (ou comme nous l’avons dit, branches, tendances, mouvements)3 du judaïsme ne sont pas les classiques subdivisions ethniques juives telles que ashkénazes, sépharades, mizrahim4, ou bien les très marginaux falashas, samaritains, caraïtes, sadducéens, Juifs de l’Inde, Juifs des montagnes5, etc. Ces tous derniers émanent du judaïsme ancien de Palestine et n’ont aucune représentation dans la diaspora occidentale ; et même s’ils ont conservé des pratiques religieuses et culturelles spécifiques (basées dans certains cas sur des pratiques endogamiques), ils n’ont rien à voir avec cette quête permanente de conciliation et d’harmonie entre, d’un côté, l’évolution-adaptation socioculturelle aux sociétés globales et, d’un autre, la fidélité à certaines formes de judaïsme qui caractérise les grands courants contemporains du judaïsme, ou plus exactement, les judaïsmes occidentaux actuels.

5Dans les pages qui suivent, deux aspects seront abordés : nous commencerons par situer et clarifier une à une ces différentes tendances religieuses juives par rapport à ce que l’on appelle l’orthodoxie, en découvrant quelles furent leur genèse et leur chronologie, et quelles sont aujourd’hui leurs principales caractéristiques. Puis nous en examinerons les points d’opposition : d’abord, par rapport à la doctrine et à la philosophie, aux valeurs, à la projection sociale ; et ensuite, en fonction des différents pays. Cette approche se situe dans la perspective de la sociologie des religions et non pas d’un point de vue uniquement historique ou religieux.

LES PRINCIPAUX COURANTS : CHRONOLOGIE, GENÈSE, DÉFINITION ET GÉOGRAPHIE6

  • 6 Données partiellement extraites de Jean-Christophe ATTIAS - Esther BENBASSA, Dictionnaire de Civili (...)
  • 7 Halakha : corpus de règles établies par la tradition orale juive, depuis l’époque du Talmud jusqu’à (...)

6– Avant l’Émancipation et le mouvement intellectuel et philosophique qui la sous-tendit et l’accompagna (l’Haskala ou Lumières juives, fin du xviiie-xixe), on ne parlait que de judaïsme, sans autres qualificatifs : il s’agissait du judaïsme rabbinique. Émanation du judaïsme pharisien, le judaïsme rabbinique apparaît dans la diaspora après la destruction du Second Temple (an 70 de l’ère chrétienne). Il fut structuré par les rabbins et talmudistes entre le iie et le viie siècle, et il est reconnu depuis lors comme la norme du judaïsme. Bien plus tard, en Europe Centrale et de l’Est où il se développa, il adopterait le nom de judaïsme orthodoxe ou judaïsme normatif, appellatif apparu en 1795 pour désigner l’ensemble des pratiques et des croyances juives traditionnelles (c’est-à-dire « d’inspiration divine », qui accepte la totalité de la loi orale et de la loi écrite, et observe strictement les enseignements, les règles et les traditions de la Halakha)7 par opposition aux innovations introduites par les courants postérieurs dérivés principalement du judaïsme réformé.

  • 8 Haredi ou Haredim (suffixe im : désinence hébraïque du masculin pluriel) signifie « Ceux qui craign (...)

7À la fin du xviiie siècle et au début du xixe, suite à l’éclosion du mouvement hassidique (voir paragraphe suivant), l’orthodoxie juive connaît une première division en deux courants qui touchent deux grandes zones géographiques de l’Europe. À l’est (Ukraine, Pologne), un courant regroupe les hassidim ou piétistes et mystiques qui continuent de vivre en autarcie, tandis qu’à l’ouest (Allemagne) évolue le courant du judaïsme rabbinique officiel, le courant « de toujours » qui se concrétisera sous le double nom de mitnagdi(m) ou litai(m). Le mot hébreu mitnagdim signifie « opposants », sous-entendu aux hassidim ; tandis que le terme litai, ou litaim, dérive de « lituaniens », en mémoire du rabbin Gaon de Vilna (Lituanie). Au milieu du xixe siècle, une seconde division se fait jour au sein du judaïsme rabbinique, division incitée par les défenseurs de l’ouverture sur la société globale ; entre autres noms, elle adopte celui de judaïsme néo-orthodoxe (voir infra), par opposition à ce qui, dorénavant, serait appelé (malgré bien des critiques) judaïsme ultra-orthodoxe haredi8 des hassidim et des mitnagdim.

8Aujourd’hui, l’expression « judaïsme orthodoxe » est générique et employée pour le différencier du judaïsme réformé-libéral et du traditionnaliste-massorti (voir infra). C’est surtout une entité très hétérogène qui englobe tous les courants et variantes apparus à partir du xviiie siècle : les ultra-orthodoxies des haredim (qu’ils soient hassidim – et en leur sein les lubavitch – ou bien mitnagdim/litaim), le judaïsme néo-orthodoxe ou orthodoxe moderne, le judaïsme sépharade, le sionisme religieux, etc. Les différences ne sont pas tant religieuses (dans la mesure où tous ces courants proviennent d’une même doctrine et dérivent les uns des autres) que socioculturelles et géoethniques, puisque la pratique et l’idéologie sont polymorphes et différentes d’un pays à un autre, et plus particulièrement sur des questions comme, par exemple, l’importance de l’étude des textes, la vie communautaire, les études profanes ou l’État d’Israël. Toutefois, il existe une certaine confusion entretenue par ceux qui estiment que l’orthodoxie est dans sa globalité le seul modèle religieux pour les Juifs. Les orthodoxes (et les ultra-orthodoxes) considèrent, en effet, leurs conceptions religieuses et leur mode de vie comme véritablement juifs, et les décisions prises par les autres courants – les réformés – comme non valides (par exemple, l’autorité des rabbins ou les conversions au judaïsme). Ils se considèrent comme dépositaires de la Tradition juive et œuvrent pour assurer la conservation des anciennes formes d’autarcie sociale et culturelle.

  • 9 Dans cette approche sociologique et moderne-contemporaine, il n’est pas tenu compte évidemment d’au (...)
  • 10 Le terme Habad qui est souvent associé à celui de Loubavitch est un acronyme composé de trois mots (...)
  • 11 Laurence PODSELVER, « Les hassidim de Loubavitch : une marginalité traditionnelle », in Sectes et d (...)

9– Au plan historique, le premier mouvement collectif et populaire « dissident »9 par rapport au judaïsme rabbinique/orthodoxe est le judaïsme hassidique (de hassid, pieux). Il est apparu en Ukraine au xviiie siècle autour de la figure du rabbin Israël ben Eliezer, plus connu sous le nom de Ba’al Shem Tov. L’objectif était de relancer et de rénover le judaïsme – alors considéré comme trop austère – à travers la spontanéité religieuse, la joie et l’émotion, au détriment le cas échéant de l’étude qui caractérise le judaïsme rabbinique. Après la seconde guerre mondiale, ce mouvement connut un nouvel essor dans le but d’attirer des Juifs éloignés ou dispersés. Actuellement, et hormis l’extrême importance et le charisme du rev ou rebbe, le rabbin, et de l’organisation en dynasties et en écoles rivales, il ne présente pas de grandes différences doctrinales et théologiques avec le judaïsme orthodoxe rabbinique. La pratique est cependant différente : dévotion extrême, usage du yiddish, mode de vie autocentré, y compris dans les orientations politiques. Les hassidim sont rétifs à toute sorte de modernisme et totalement indifférents aux sciences, ils évitent les contacts avec la société et les études profanes, adoptent un mode vestimentaire distinctif (autre forme d’autoségrégation), et maintiennent la femme dans un rôle de soumission à l’homme et de reproduction (familles de cinq à dix enfants). Au sein du hassidisme et des multiples dynasties de rebbes, le groupe le plus connu est celui des loubavitch (ou Habad)10. Ils sont nombreux dans des métropoles telles que New York, Londres, Anvers, Paris, ainsi qu’en Israël. À l’exception d’un petite fraction d’entre eux, ils ont habituellement une réaction très critique, parfois même hostile, par rapport à Israël et au sionisme. Ce groupe a largement recours aux supports et aux réseaux informatiques de communication. De nos jours, les loubavitch forment une minorité très active qui pratique le prosélytisme auprès des autres Juifs, et des sépharades en particulier, malgré des origines géographiques et des traditions culturelles et linguistiques fort éloignées des leurs11. Tout comme leurs opposants – les mitnagdim –, les hassidim sont considérés comme des fondamentalistes-intégristes.

  • 12 Ses promoteurs et adeptes considérant, en effet, que, selon la Loi juive, la tradition est évolutiv (...)
  • 13 Wissenschaft des Judentums : expression qui, en allemand, signifie science du judaïsme, par opposit (...)

10– Le judaïsme réformé émerge dans le climat de progrès et de réformes impulsé par la Haskala ou Lumières juives. Il fut promu en Allemagne sous le nom de judaïsme progressif ou évolutif12, par le rabbin Abraham Geiger pendant la première moitié du xixe siècle ; puis, il se consolida au cours de la seconde et atteignit rapidement les autres pays d’Europe occidentale et les États-Unis. Ce courant, qui nie l’origine divine de la Torah orale et l’immutabilité de la loi écrite, adapte la pensée et la pratique juive aux exigences et à l’esprit du temps, et donc, à cette époque-là, aux idées surgies des Lumières ainsi que de la Science du Judaïsme13. Voulant moderniser le judaïsme (à l’instar du protestantisme – d’où le qualificatif « réformé »), ce nouveau courant signifia de nombreux et profonds changements dans le culte, dans la pratique et dans les cérémonies (introduction de l’orgue à la synagogue, usage de la langue vernaculaire, abandon de prières considérées comme archaïques...) ; il reconnaît également l’autonomie des rabbins au sein des congrégations individuelles (et non par rapport à une hiérarchie nationale), ainsi que l’égalité des sexes (femmes rabbins). Aujourd’hui, le judaïsme réformé est très souple par rapport à la judéité et à la transmission matrilinéaire. Le judaïsme reformé a engendré le judaïsme libéral et le judaïsme progressiste, courants très ouverts aux changements idéologiques et sociétaux. Le judaïsme réformé n’est pas très sioniste, même s’il défend le processus de paix au Proche-Orient. Il est très implanté aux États-Unis, puisqu’il y représente 60 % des Juifs religieux ; il est également majoritaire en Grande-Bretagne, mais très minoritaire en France (2 %). Minoritaire aussi en Espagne, bien que les communautés y soient en augmentation.

  • 14 Certains sociologues et anthropologues français (dont Laurence Podselver, 2004 : 43-51) utilisent l (...)
  • 15 Certains idéologues du judaïsme réformé proposèrent même l’abandon de la cacherout, du shabbat et d (...)

11– Le judaïsme néo-orthodoxe14 (orthodoxe moderne, modéré ou encore centriste) fut lui aussi promu en Allemagne au milieu du xixe siècle par le rabbin Simon Hirsch en réaction à ce qu’il considérait comme un égarement du judaïsme réformé15. Le judaïsme néo-orthodoxe proposait de concilier une observance rigoureuse des lois et des traditions du judaïsme avec les exigences de la société contemporaine : promotion de la culture locale et du patriotisme, adoption des vêtements occidentaux, amélioration de la condition féminine. Si, à l’époque de son apparition, les Juifs n’y montrèrent que peu de sympathie, aujourd’hui l’orthodoxie moderne est le courant qui correspond le plus à l’image du juif universel restant attaché à la piété juive. Israël est considéré comme principal référent du judaïsme et des Juifs. C’est également le courant dominant du judaïsme rabbinique, et il est considéré comme gardien de la tradition religieuse. Il prédomine dans toute l’Europe et dans les communautés sépharades, encore que sous des noms parfois différents : en France, par exemple, l’orthodoxie juive moderne est dite (auto-désignée) « institutionnelle » ; en Espagne, elle est appelée « orthodoxe ».

  • 16 Massorti : du mot hébreu masoret qui signifie « tradition ».

12– Malgré la confusion induite par son nom, le judaïsme conservateur (également appelé traditionnaliste ou massorti)16 est issu du judaïsme réformé et occupe une position intermédiaire entre le judaïsme réformé et le judaïsme orthodoxe. Le terme « conservateur » exprime la volonté de « conserver » les préceptes de la Halakha devant gouverner la vie juive. Ce courant est né, lui aussi, en Allemagne au xixe siècle, à l’initiative de Zacharias Frankel qui considérait que le judaïsme orthodoxe était obsolète et le réformé trop radical. D’où sa conception intermédiaire. Pour Frankel, la loi devait être observée, mais son interprétation devait être assez souple pour permettre aux Juifs de vivre avec leur temps et la société globale. Actuellement, le centre institutionnel du judaïsme conservateur-massorti se trouve aux États-Unis et regroupe environ huit-cents congrégations. Il est bien implanté dans l’ensemble du continent américain, en Europe et en Israël. C’est le courant qui lutte le plus en faveur de la parité ainsi que de la représentation et de la responsabilité féminine dans la vie à la fois religieuse et sociale (depuis 1983, les femmes peuvent suivre une formation rabbinique). Il concilie notamment les formes synagogales traditionnelles, le respect des règles talmudiques ou l’usage de l’hébreu avec des exigences plus actuelles telles que la non-séparation entre les hommes et les femmes. Prosélytiste, il œuvre à la coexistence et à l’aide mutuelle avec les non-Juifs mais s’oppose à l’assimilation. Dès le début, il a soutenu le sionisme mais il s’abstient de toute ingérence dans la politique israélienne. Aux États-Unis, le judaïsme conservateur moderne qui est tout particulièrement actif dans les questions de parité, a autorisé en décembre 1986 l’ordination d’hommes et de femmes rabbins homosexuels ainsi que des cérémonies de fiançailles (non pas de mariage) entre lesbiennes et gays de religion juive.

13– Le judaïsme reconstructionniste est un courant du judaïsme nord-américain issu du judaïsme conservateur, et affilié à l’Union mondiale du Judaïsme progressiste. Après avoir fait partie de ces deux courants (réformé et conservateur), il est devenu indépendant et est aujourd’hui considéré comme la troisième branche du judaïsme réformé. Créé par Mordechaï Kaplan en 1922, il a été réactivé à partir de 1967. Le reconstructionnisme conçoit le judaïsme comme une civilisation religieuse dynamique et évolutive basée sur une langue, une histoire, une culture, un peuple, une terre... totalité enveloppée d’une dimension divine. Il considère cependant que les autres courants ne répondent pas aux besoins modernes des Juifs, d’où l’idée de « reconstruction ». Il engage à l’ouverture des synagogues, non seulement à l’étude et à la prière, mais aussi à l’art et à la vie culturelle ; il invite à l’observance des fêtes traditionnelles, à l’usage de l’hébreu et à une pratique religieuse et culturelle de groupe ; il est égalitaire (paritaire) et fervent défenseur des droits de la femme ; il ne reconnaît ni l’élection ni la supériorité du peuple juif mais plutôt une importance spéciale du judaïsme, raison pour laquelle il est ouvert aux conversions et, jusqu’à un certain point, à l’intégration des non-Juifs ; il défend et promeut la justice sociale et la paix ; sioniste, il aide à la construction de l’État d’Israël. Bien que peu nombreux, les membres du judaïsme reconstructionniste exercent une grande influence intellectuelle parmi les Juifs nord-américains qui ont adopté nombre de ses idées et de ses concepts.

  • 17 Shoah : terme hébreu signifiant « catastrophe » et désignant le génocide des Juifs durant la second (...)
  • 18 Comme par exemple : anciens membres du Bund, Juifs communistes ou résistants, judaïsme et socialism (...)
  • 19 En espagnol, le judaïsme laïc est communément appelé « secular » (séculier). En fait pour la sociol (...)

14– Le judaïsme laïc et/ou humaniste – communautaire ou organisé – n’est ni areligieux ni antireligieux, mais plaide pour une forme de solidarité juive non religieuse. Il est apparu en Europe à la fin du xixe siècle (sionisme et socialisme juifs luttèrent contre la tutelle rabbinique), et fut réactivé dans la seconde moitié du xxe siècle après la shoah17. C’est un courant progressiste relativement diversifié qui conçoit le judaïsme davantage comme une civilisation (historique et culturelle) que comme une religion. Il représente les Juifs qui n’ont aucun contact avec la vie juive organisée (environ 50 % de la judaïcité mondiale, diaspora et Israël compris). En Europe, il est issu des anciens mouvements juifs de gauche18 d’origine ashkénaze. Il est orienté vers le pluralisme, le dialogue avec les chrétiens et les musulmans ainsi que vers la question du Proche-Orient, la lutte contre le racisme et la xénophobie, la perpétuation de la mémoire de la Shoah, la transmission de l’identité juive et laïque, et la défense des valeurs humanistes universelles. Il privilégie les débats et les rencontres conviviales (voyages, dîners, séminaires, fêtes). La Fédération internationale du judaïsme humaniste laïc a vu le jour en 1985 aux États-Unis. En Europe, le centre se trouve en Belgique. En Espagne19 – principalement à Madrid et à Barcelone – les quelques cercles du judaïsme laïc ont été impulsés par les ashkénazes argentins dans les années 1980.

15Enfin, dans la diaspora occidentale, il existe également quelques courants marginaux du judaïsme parmi lesquels le très syncrétique judaïsme messianique. Né en Grande-Bretagne au début du xixe siècle (la première communauté date de 1813), il connaît une renaissance à partir de 1925. En France, l’Association française du judaïsme messianique – AFJM a été fondée en 1980. Actuellement les Jews for Jesus (« Juifs pour Jésus ») représentent environ 500 000 personnes, principalement sur le continent américain. Le judaïsme messianique regroupe un ensemble de courants qui, soit combinent la théologie chrétienne avec la pratique religieuse juive, soit sont représentés par des Juifs qui reconnaissent le caractère messianique de Jésus (Yeshua). Un autre courant marginal et syncrétique est également présent aux États-Unis principalement : il s’agit du judaïsme du Renouveau (Jewish Renewal), apparu à la fin des années 1960, et qui allie les pratiques mystiques et méditatives récupérées de sectes anciennes avec des influences du judaïsme libéral urbain.

Principaux courants du judaïsme actuel dans les pays occidentaux

Principaux courants du judaïsme actuel dans les pays occidentaux

POSITIONS DOCTRINALES DES DIFFÉRENTS COURANTS

16Tel qu’il ressort des pages antérieures, les divers courants du judaïsme se distinguent sur certains points essentiels que nous nous limiterons ici à synthétiser. Sur le plan religieux, il existe d’emblée une bipolarisation entre croyance et pratiques. Pour ce qui est de la croyance, il faut citer : croyance par rapport à la Torah, à Dieu, ou à la révélation ; degré d’acceptation de la « Loi » (Torah, Talmud, Halakha), en particulier sur des questions scientifiques, éthiques et politiques ; croyance en l’idée de « peuple élu » ; importance accordée à l’étude de la Torah par rapport aux études profanes ; importance des rabbins comme guides spirituels. Pour ce qui est des pratiques, citons : les observances de la Halakha (cacherout, shabbat, rites de passage, purification...) ; importance des habitudes synagogales ne relevant pas de la Halakha (vêtements, langue, musique, séparation hommes-femmes, etc.). Sur le plan social, mentionnons : le degré d’intégration ou d’éloignement de la société ambiante ; la nature des relations avec les non-Juifs. En troisième lieu, il y a la relation entre judaïsme et Israël (Israël considéré tout à la fois comme terre mythique et comme état-nation moderne). Aux critères précédents, il convient d’ajouter un niveau socio-religieux issu de la modernité et, en particulier, le rôle des femmes dans la religion, l’ascendance juive, etc.

17Dans les lignes qui suivent, nous tenterons de mettre en relief les grands traits distinctifs des courants réformés par rapport au judaïsme orthodoxe normatif qui est et demeure le référent, sans toutefois entrer en détail dans les multiples et complexes convergences ou différences de chacun de ces courants. À l’exception du judaïsme ultra-orthodoxe intégriste qui vise la rupture entre ses membres et le monde environnant, aussi bien les conservateurs-massorti que les réformés-libéraux (voire aussi les laïcs qui, rappelons-le, ne sont pas areligieux) considèrent qu’il faut évoluer et vivre à l’unisson du monde moderne. Pour ces courants, le judaïsme ne doit donc pas être considéré comme une doctrine pétrifiée, mais au contraire comme une entité vivante, dynamique et évolutive, au sein de laquelle la responsabilité individuelle doit elle aussi compter (contrairement au judaïsme classique qui repose sur l’autorité des rabbins). Nous relèverons ici cinq critères fondamentaux d’évolution :

    • 20 À propos de la cacherout en général, voir les travaux de Sophie NIZARD, et notamment : « La cachero (...)

    Adaptation au monde moderne et incorporation des avancées scientifiques, technologiques, idéologiques et sociales ; adaptation aux nouvelles façons de vivre, compte tenu du degré élevé d’urbanisation des Juifs en général et des contraintes que suppose la vie professionnelle des femmes. Par exemple, en ce qui concerne les lois alimentaires de la cacherout20 : possibilité d’utiliser une seule vaisselle, absorber des produits lactés après l’ingestion de viandes de volailles ; en ce qui concerne le shabbat : possibilité d’utiliser les transports en commun, etc.

  • Égalitarisme, parité et rôle de la femme : le principal défi est de sortir du patriarcat et d’adapter le rôle religieux des femmes à celui qu’elles ont dans la vie civile (où elles ont acquis de nombreux droits égalitaires avec les hommes). Dans les synagogues libérales et massorti, elles ne sont plus séparées des hommes, peuvent prier avec eux, monter à la teba (estrade où officie le rabbin), se couvrir du châle de prières, y compris être ordonnées rabbins. Il existe par ailleurs une évolution sur les questions du mariage, de la filiation, de la répudiation, domaines dans lesquels des droits accrus ont été reconnus aux épouses et aux mères.

  • Plus grande ouverture et tolérance envers les non-Juifs : accueil des non-Juifs par la conversion ; reconnaissance des conjoints (homme ou femme) non-juifs ainsi que des enfants nés de mère non-juive (question importante dans ce cas, puisqu’il s’agit d’une remise en question de la matrilinéarité). Dans ce domaine, le défi est aussi démographique, la principale motivation étant qu’il vaut mieux accueillir de nouveaux Juifs plutôt que de perdre les siens par ségrégation, éloignement et assimilation.

  • L’accent est mis, par ailleurs, sur la responsabilité personnelle et la réflexion individuelle orientée vers l’éthique et vers un judaïsme vivant et militant, et également vers la participation dans le débat citoyen et public. D’où l’implication politique, syndicale, culturelle, etc. En ce sens, les différents courants du judaïsme réformé partagent des valeurs telles que, d’une part, le sens de la responsabilité juive quant à la préservation, la réparation et l’amélioration de la marche du monde, et, d’autre part, l’appartenance et la responsabilité face à la communauté juive universelle (Klal Israel).

  • Plus globalement, il faut souligner l’égalité et la justice sociale ainsi qu’une tolérance pluriforme envers l’Autre : sépharades/ashkénazes ; homosexuels (couples, mariages, y compris rabbins homosexuels) ; envers les non-Juifs et les autres religions (en particulier l’Islam). Les rabbins libéraux sont, depuis toujours, militants du dialogue interreligieux avec les chrétiens et les musulmans.

DÉNOMINATIONS, DIVERGENCES ET CONFUSIONS SELON LES PAYS

18La typologie des judaïsmes et la nomenclature établie plus haut nous conduisent à quelques considérations puisque aussi bien les dénominations des différents courants que leur philosophie et leur pratique revêtent des tonalités variables selon la géographie. Ainsi, il existe basiquement deux grandes divergences : la première, c’est l’opposition entre traditionnel et libéral, et la seconde entre observant et non-observant. Mais ce n’est pas tout car, selon les pays, selon les leaders spirituels de chaque communauté, voire même selon les individus, les frontières entre deux tendances ou courants sont parfois très ténues. Parallèlement, une même dénomination peut présenter des différences assez grandes dans la pratique. Par exemple, le fait que le judaïsme ultra-orthodoxe soit inclus dans le judaïsme orthodoxe tend à diluer les deux, alors que dans la praxis, le judaïsme orthodoxe (rabbinique, normatif) peut s’infléchir vers le rigorisme, ou au contraire vers des expressions plus modérées et modernes, comme la néo-orthodoxie ; il peut même tendre vers le courant massorti malgré des oppositions socio-religieuses de fond. Autre exemple : l’ambigüité des divers noms du judaïsme massorti (également appelé traditionnaliste, traditionnel ou conservateur) amène souvent à le confondre avec le judaïsme orthodoxe (lui-même appelé traditionnel), alors qu’en réalité le courant massorti est issu du judaïsme réformé-progressiste ; et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle certaines communautés massorti peuvent tendre vers le judaïsme orthodoxe ou vers le judaïsme libéral. Il en est de même pour le judaïsme réformé et le judaïsme libéral qui (notamment aux États-Unis) peuvent tendre vers le judaïsme massorti ou vers le reconstructionniste. Et ainsi successivement.

  • 21 Pour les données numériques, on peut se reporter à American Jewish Year Book, American Jewish Commi (...)

19Voyons maintenant comment se présentent ces courants dans les quatre pays occidentaux qui abritent les plus grandes populations juives : les États-Unis, la Grande-Bretagne, Israël et la France21.

20États-Unis. Avec un peu plus de 5 millions de Juifs, c’est le pays qui regroupe le plus grand nombre d’organisations communautaires. Le degré d’américanisation des Juifs y dépasse les simples considérations religieuses puisque les mariages exogamiques (Juifs/non-Juifs) atteignent 40 %. Tous les courants y sont représentés ; cependant, réformés, conservateurs et orthodoxes sont prépondérants. De plus, chacun de ces grands courants est intérieurement ramifié et diversifié, mais ils sont tous associés aux grandes institutions représentatives américaines ou mondiales.

  • 22 Goldberg, o. c. 1996, p. 535.

21Ainsi, pour les orthodoxes, l’Union of Orthodox Jewish Congregations of America (ou Orthodox Union, OU) et le Rabbinical Council of America (RCA) représentent le judaïsme orthodoxe moderne, tandis que les orthodoxes de la « Torah authentique » (haredim) sont regroupés autour d’organisations propres et de yeshivot (universités rabbiniques), tels le mouvement Yeshiva Lubavitch, par exemple ; au plan numérique, si les orthodoxes sont très minoritaires par rapport aux réformés, en revanche, les Haredim (ultra-orthodoxes) représentent cinq cents mille personnes. En ce qui concerne le judaïsme traditionnaliste-conservateur (massorti), en 1985, l’USCJ ou United Synagogue of Conservative Judaism comptait 1 250 000 membres affiliés et plus de huit-cents congrégations22 ; et il y a également l’Union for Traditional Judaism. Pour ce qui est du judaïsme réformé, la WUPJ ou World Union for Progressiv Judaism représente les courants qui, en Europe, correspondent au judaïsme libéral, c’est-à-dire le « plus à gauche », et elle comprend les tendances suivantes : Progressive, Reform, Liberal, Reconstructionist ainsi que des courants sionistes ; le plus important est le Reform Judaism avec 1,1 million de membres affiliés. Parce que c’est la plus libérale des communautés nord-américaines, beaucoup de Juifs non-observants et/ou agnostiques se définissent communément comme réformés même si, en réalité, tel n’est pas l’esprit du judaïsme réformé.

  • 23 Source pour la Grande-Bretagne Ari BEKER, Jewish Communities of the World, Jerusalem, 1998, p. 125- (...)
  • 24 Au plan identitaire : 26 % se considèrent laïcs, 18 % « simplement juifs », 15 % progressistes, 31  (...)
  • 25 O. c. Source : Commission on Representation... p. 10-11.

22La Grande-Bretagne23, compte environ 209 000 Juifs dont environ 200 000 observants et affiliés24. Le judaïsme religieux institutionnel se décline en quatre tendances : les ultra orthodoxes (strictly Orthodox/Haredi) ; les orthodoxes traditionnels (central Orthodox) regroupant ashkénazes et sépharades ; les conservateurs (Masorti) ; les progressistes (Reform et Liberal)25, Les Haredim (10,5 %) sont regroupés sous l’Union of Orthodox Hebrew Congregations, sont organisés en plusieurs centaines de petites synagogues. Les orthodoxes (60,7 %) dépendent de la United Synagogue, une des plus importantes institutions juives de Grande-Bretagne. Le courant massorti (1,5 %) est institutionnalisé sous l’Assembly of Masorti Synagogues. C’est dans ce pays que se trouve aujourd’hui le principal centre européen du judaïsme « progressif » qui regrouperait 20 % de la judaïcité observante (Movement for Reform Judaism), et ce, même s’il est plus proche du judaïsme conservateur américain que du réformé : la majorité des hommes et femmes rabbins progressistes en Europe reçoivent leur formation au Leo Beack College de Londres ; le Liberal Judaism britannique, à l’instar du judaïsme libéral français et du judaïsme réformé américain, est plus à gauche.

  • 26 En 2007, la population israélienne représentait un ensemble de 7 150 000 personnes dont 5 415 000 J (...)
  • 27 Chiffres obtenus sur le site http://www.jewfap.org/toc.htm.
  • 28 Contrairement, par exemple, aux réformistes des États-Unis.

23En Israël, les Juifs – qui représentent 75-76 % de la population israélienne – se définissent généralement davantage en fonction de leur degré de pratique religieuse qu’en fonction des courants du judaïsme26. Ainsi se désignent-ils ou bien comme hilonim, c’est-à-dire laïcs (il s’agit en majorité d’ashkénazes européens), ou bien datim, autrement dit religieux, et ce, quel que soit leur degré d’attachement à la communauté et aux préceptes de la Halakha. Le groupe des datim comprend : les orthodoxes (ultra-orthodoxes inclus), les traditionnalistes (plutôt des sépharades), les mizrahim (ou Juifs orientaux) et les réformistes qui sont les moins nombreux. Dans l’État hébreu, seul le judaïsme orthodoxe est officiel et légalement reconnu. Quant au terme « traditionnaliste », il est ambigu dans la mesure où son emploi est générique et recouvre davantage que le courant massorti officiel du Conservative Judaism. Pour leur part, les sociologues israéliens différencient quatre catégories : 1) Les haredim ou ultra-orthodoxes (hassidim et mitnagdim) caractérisés par leur pratique très stricte et leur séparatisme social. 2) Les orthodoxes et les mizrahim qui ont également une pratique stricte mais qui, eux, vivent en immersion dans le monde moderne. Ces deux courants représentent entre 15 et 20 %. 3) Les traditionnalistes (massorti) et les réformistes dont la pratique religieuse est partielle, comptent 30 à 35 % de la population juive du pays. 4) Enfin, les hilonim, ou Juifs laïcs, totalisent 50 %27, chiffre qui n’a rien d’étonnant lorsqu’on sait que la création de l’État d’Israël a été l’œuvre des Juifs laïcs. Cela dit, en Israël, les laïcs observent quelques pratiques traditionnelles comme l’allumage des bougies et la limitation de certaines activités le jour de shabbat ; ou le maintien de certaines modalités de la cacherout28.

  • 29 CRIF : Conseil représentatif des institutions juives de France, créé en 1944. FSJU : Fonds social j (...)
  • 30 Pour le judaïsme libéral de France, voir : Joëlle ALLOUCHE-BENAYOUN, « Les communautés libérales et (...)

24En France (environ 500 000 Juifs), la structuration officielle du judaïsme remonte à Napoléon qui, en 1808, avait créé le Consistoire Israélite de France, puis, à la séparation de l’Église et de l’État. Il y a donc, d’un côté, l’organisation religieuse (le Consistoire Israélite), et de l’autre, les affaires séculières et politiques (sous l’égide du CRIF), et sociales, éducatives et culturelles (FSJU)29. Il y a trois grands courants religieux : 1) Les orthodoxes : il faut entendre ici les ultra-orthodoxes : Beth Loubavitch, Igoud Haheredim, etc. 2) Les institutionnels du consistoire central, c’est-à-dire les orthodoxes modernes, sépharades et ashkénazes. 3) Le judaïsme réformé avec : d’un côté, les libéraux qui, de moins à plus, comprennent : Adath Shalom, l’Union Libérale Israélite de France, le Mouvement Juif Libéral de France30, ainsi que le courant féministe de la femme rabbin Pauline Bebe ; de l’autre côté, les conservateurs, c’est-à-dire les traditionnalistes-massortis. Les courants considérés comme trop « extrémistes » – les Loubavitch et les plus libéraux tels le courant de Pauline Bebe – ne sont pas affiliés au Consistoire central. Finalement, en marge des organisations religieuses, il y a les très nombreuses et diverses associations du judaïsme laïc et humaniste français, mais dont la représentation individuelle est numériquement restreinte.

  • 31 Il ne s’agit ici que de quelques-uns (les principaux) des dénominations et courants. Il n’est pas t (...)

Noms et qualificatifs sous lesquels s’autodénomment les communautés des divers courants du judaïsme aux États-Unis, en Grande Bretagne, en Israël, en France et en Espagne31

Noms et qualificatifs sous lesquels s’autodénomment les communautés des divers courants du judaïsme aux États-Unis, en Grande Bretagne, en Israël, en France et en Espagne31

CONCLUSION

  • 32 Cette catégorisation ne correspond pas, bien évidemment, à une perspective uniquement religieuse qu (...)

25Pour résumer, et en tenant compte des caractéristiques non seulement religieuses mais aussi sociologiques et idéologiques ainsi que des différentes nuances déjà exposées, on peut considérer que les principales façons de vivre aujourd’hui en accord avec le judaïsme ou avec la judéité se structurent en quatre groupes ou tendances32. Dans tous les pays occidentaux où les Juifs sont présents, ce sont ces quatre tendances qui apparaissent, même si c’est de façon inégale d’un point de vue démographique-statistique et institutionnel.

  • 33 Cette volonté de séparation est telle, que dans certaines villes et en certaines occasions, le syst (...)

26Ainsi, pour les ultra-orthodoxes, la religion et la piété dominent tous les aspects de la vie quotidienne, et sont vécus en totale conformité avec la Halakha. De par le fait que leur mode de vie soit caractérisé par une pratique religieuse totale (stricte observance ou orthopraxis), bien souvent au détriment d’autres pratiques sociales (comme un travail salarié, ou encore en Israël le service militaire), seule une séparation effective du monde profane permet cet objectif. D’où leur volonté d’auto-marginalisation sociale et géographique moyennant un regroupement dans des quartiers spécifiques dotés d’infrastructures sociales, culturelles, éducatives et économiques propres33. Ce courant est minoritaire mais en expansion du fait d’une natalité importante et du prosélytisme.

27Les orthodoxes : d’un côté, ce sont les héritiers du judaïsme talmudique-rabbinique, c’est-à-dire La référence en matière de judaïsme. À cet effet, ils observent la Halakha qu’ils considèrent de caractère divin et donc immutable – sans changement ni adaptation, pour eux l’homme devant s’adapter à la Loi, et non pas le contraire. À la différence des ultra-orthodoxes, ils vivent en immersion dans le monde moderne. En Europe ils représentent le courant religieux majoritaire. D’un autre côté, le judaïsme orthodoxe est extrêmement diversifié, au point que bien souvent ce qualificatif n’est pas représentatif d’une pratique religieuse assidue ni même régulière, mais s’adopte plutôt par défaut, et en particulier par refus d’identification aux autres courants.

  • 34 Aux États-Unis, on tend à les appeler réformés, en Grande-Bretagne reformés ou bien progressistes, (...)

28Les réformés comprennent : 1) les progressistes-libéraux34 et 2) les traditionnalistes-massorti. Bien qu’à des degrés différents (plus libéral pour les premiers, et plus conservateurs pour les seconds), ces deux courants ne reconnaissent pas un caractère impératif et divin à la Halakha, et considèrent donc qu’elle doit être adaptée à la modernité, aux nouveaux contextes socio-historiques et à l’éthique du temps. Les deux branches œuvrent au libéralisme, au progrès et surtout à la parité, et ce, tant sur le plan doctrinaire que dans l’observance religieuse. La praxis religieuse est partielle pour les libéraux, plus codifiée pour les massorti. Ces courants sont majoritaires en Amérique du Nord, et minoritaires en Europe.

29Quant aux Juifs laïcs ou humanistes, ils reconnaissent la centralité de l’homme et non pas celle de Dieu, et, sans être forcément antireligieux, ils ne sont intéressés que par la transmission de l’identité juive, l’éthique juive et l’humanisme en général. Particulièrement actif et militant, le judaïsme laïc organisé n’est pas représentatif numériquement – loin s’en faut – de l’ensemble des Juifs laïcs (croyants ou non-croyants, peu ou pas observants) : en Europe, ils représentent environ la moitié de la judaïcité alors que les organisations et associations du judaïsme laïc et humaniste sont peu nombreuses encore que très diverses.♦

Notes

1 Ce chapitre est la première partie d’un article en espagnol : « Principales corrientes del judaísmo religioso y laico hoy en occidente y en España », en Miscelánea de Estudios Árabes y Hebraicos (Sección hebreo), Universidad de Granada, n° 57, 2008, p. 79-108.

2 L’Émancipation fut la reconnaissance des droits civils, civiques et juridiques des Juifs et le début de leur intégration individuelle dans les sociétés globales (processus couramment désigné comme « sortie des ghettos » ou sécularisation).

3 Ces appelatifs changent selon les pays : en anglais, par exemple, c’est le mot denomination qui prévaut.

4 Il ne faut pas confondre ces mizrahim (dénomination géoethnique générique des Juifs orientaux, par opposition à sépharades et à ashkénazes) avec le parti politique israélien Mizrahi (fondé à Vilnius à la fin du xixe siècle, et qui est une des branches du sionisme religieux, basé sur le sionisme orthodoxe).

5 Pour une consultation rapide de ces termes, on peut aller voir sur Wikipédia à l’entrée « Judaïsme ».

6 Données partiellement extraites de Jean-Christophe ATTIAS - Esther BENBASSA, Dictionnaire de Civilisation juive, Paris, Larousse, 1997, et de Sylvie-Anne GOLDBERG (dir.), Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, Paris, Cerf/Robert Laffont, 1996, Adapté de Geoffroy Wigoder. Pour une connaissance plus approfondie des différents judaïsmes (histoire, culure, organisation...) voir Régine AZRIA, Le judaïsme, La découverte, 1996.

7 Halakha : corpus de règles établies par la tradition orale juive, depuis l’époque du Talmud jusqu’à aujourd’hui, et qui comprend, entre autres, le Mishne Tora de Maimonides (xiie s.), le Shulhan Arukh fixé par Joseph Caro (xvie s.), etc.

8 Haredi ou Haredim (suffixe im : désinence hébraïque du masculin pluriel) signifie « Ceux qui craignent Dieu ». C’est le terme employé par les laïcs pour nommer les ultra-orthodoxes. Cela dit, hassidim et mitnagdim ne se considèrent pas et ne se définissent pas comme ultra-orthodoxes mais comme « orthodoxes pieux ». Dans la perspective sociologique – qui est ici la nôtre – étant donné que ultra-ortodoxes et orthodoxes représentent deux modes de vie et de rapports à la société bien distincts, nous conserverons la dichotomie.

9 Dans cette approche sociologique et moderne-contemporaine, il n’est pas tenu compte évidemment d’autres dissidences, comme celle des frankistes (de Jacob Frank) ou des sabbatéistes (de Sabbataï Zvi) qui sont antérieures et considérées, en outre, comme des expériences plus personnelles que collectives.

10 Le terme Habad qui est souvent associé à celui de Loubavitch est un acronyme composé de trois mots hébreux signifiant : intelligence, conscience et connaissance.

11 Laurence PODSELVER, « Les hassidim de Loubavitch : une marginalité traditionnelle », in Sectes et démocratie, Paris, 1999, p. 126-131, et du même auteur : Fragmentation et recomposition du judaïsme. Le cas français, Paris, Labor et Fides, 2004, p. 43-51.

12 Ses promoteurs et adeptes considérant, en effet, que, selon la Loi juive, la tradition est évolutive et la révélation progressive.

13 Wissenschaft des Judentums : expression qui, en allemand, signifie science du judaïsme, par opposition au judaïsme comme religion.

14 Certains sociologues et anthropologues français (dont Laurence Podselver, 2004 : 43-51) utilisent le mot néo-orthodoxe dans un autre sens, en l’occurrence pour désigner les Juifs qui, pratiquant la teshouva (ou retour à la religion juive), « se convertissent » au hassidisme. L. Podselver utilise aussi le terme de néo-hassidisme.

15 Certains idéologues du judaïsme réformé proposèrent même l’abandon de la cacherout, du shabbat et de la circoncision.

16 Massorti : du mot hébreu masoret qui signifie « tradition ».

17 Shoah : terme hébreu signifiant « catastrophe » et désignant le génocide des Juifs durant la seconde guerre mondiale. Holocauste.

18 Comme par exemple : anciens membres du Bund, Juifs communistes ou résistants, judaïsme et socialisme, gauche sioniste pacifiste, etc.

19 En espagnol, le judaïsme laïc est communément appelé « secular » (séculier). En fait pour la sociologie (espagnole) des religions, laïco et secular n’ont pas la même signification : la sécularisation étant le processus de distanciation sociologique du religieux, tandis que la laïcité désigne une position idéologique de séparation entre société civile et société religieuse.

20 À propos de la cacherout en général, voir les travaux de Sophie NIZARD, et notamment : « La cacherout en France : organisation matérielle d’une consommation symbolique », Les Cahiers du Judaïsme, n° 3, 1998, p. 63-73 ; ainsi que « Mémoires incorporées : rites et pratiques alimentaires dans le judaïsme contemporain » in DIANTEL, HERVIEU-LEGER, SAINT-MARTIN (dir.), La modernité rituelle - Rites politiques et religieux des sociétés modernes, Paris, L’Harmattan/AFSR, 2004, p. 85-99.

21 Pour les données numériques, on peut se reporter à American Jewish Year Book, American Jewish Committee, New-York, édité annuellement jusqu’en 2009.

22 Goldberg, o. c. 1996, p. 535.

23 Source pour la Grande-Bretagne Ari BEKER, Jewish Communities of the World, Jerusalem, 1998, p. 125-129 et Bernhard WASSERSTEIN, The Jews in Europa since 1945, London, 1997. Traduction française : Les Juifs d’Europe depuis 1945, Paris, Calmann-Lévy, 2000, p. 87-95. Commission on Representation of the Interests of the British Jewish Community (2000), A Community of Communities : report of the Commission on Representation of the Interests of the British Jewish Community, Institut for Policy Jewish Research, p. 10-11, 31 mars 2000. http://www.jpr.org.uk/publications/publication.php?id=97.

24 Au plan identitaire : 26 % se considèrent laïcs, 18 % « simplement juifs », 15 % progressistes, 31 % traditionalistes et 9 % orthodoxes. Source : Commission on Representation... p. 10.

25 O. c. Source : Commission on Representation... p. 10-11.

26 En 2007, la population israélienne représentait un ensemble de 7 150 000 personnes dont 5 415 000 Juifs.

27 Chiffres obtenus sur le site http://www.jewfap.org/toc.htm.

28 Contrairement, par exemple, aux réformistes des États-Unis.

29 CRIF : Conseil représentatif des institutions juives de France, créé en 1944. FSJU : Fonds social juif unifié, créé après la seconde guerre mondiale, il fédère les associations culturelles et les écoles juives. Voir également AZRIA, o. c. 1996, p. 94-95.

30 Pour le judaïsme libéral de France, voir : Joëlle ALLOUCHE-BENAYOUN, « Les communautés libérales et conservatrices », Observatoire du monde juif 10-11, Paris, 2004, p. 37-59.

31 Il ne s’agit ici que de quelques-uns (les principaux) des dénominations et courants. Il n’est pas tenu compte des subdivisions géoethniques (ashkénazes, sépharades), ni des orientations politiques de certains de ces courants (par exemple : les Sionistes religieux ou les Haredim anti-sionistes, etc.), ni évidemment des innombrables organisations institutionnelles.

32 Cette catégorisation ne correspond pas, bien évidemment, à une perspective uniquement religieuse qui opposerait orthodoxes et réformés, en laissant les laïcs de côté. Elle ne peut pas non plus, ici, tenir compte des grandes différences de typologie qui existent selon les pays, comme nous l’avons vu plus haut.

33 Cette volonté de séparation est telle, que dans certaines villes et en certaines occasions, le système de l’erouv est mis en application. Erouv : séparation matérielle (un mur, une rue, par exemple) ou symbolique (un fil, un ruban) d’une territorialité spécifique aux ultra-orthodoxes.

34 Aux États-Unis, on tend à les appeler réformés, en Grande-Bretagne reformés ou bien progressistes, et en Israël, en France et dans le reste de l’Europe libéraux.

Table des illustrations

Titre Principaux courants du judaïsme actuel dans les pays occidentaux
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Noms et qualificatifs sous lesquels s’autodénomment les communautés des divers courants du judaïsme aux États-Unis, en Grande Bretagne, en Israël, en France et en Espagne31
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1396/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540