Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juifs de Catalogne

 | 
Martine Berthelot

Première partie. Communautés juives en Catalogne

Redécouverte et valorisation du patrimoine juif en Roussillon1

Texte intégral

  • 1 Texte remanié d’une conférence intitulée « Redécouverte et valorisation du patrimoine juif en Rous (...)

Descoberta i valorització del patrimoni jueu al Rosselló
Comparat amb l’Empordà o la Provença, la presència dels jueus al Rosselló medieval va ser relativament efímera atès que va durar del segle xiii fins a les acaballes del xv. Si, en el cas de Perpinyà que va comptar fins a mil jueus (d’un conjunt de 14.000 habitants), es pot parlar de comunitat organitzada – o sigui d’aljama – i també de barri jueu – el call – no n’és el cas pels pobles veïns on la seva presència era desigual, discontínua, fluctuant, i limitant-se només a unes quantes dezenes de famílies o persones. Després de l’expulsió, l’any 1493, els jueus no tornaren al Rosselló abans del segle xviii, del xix, època de la seva reimplantació progressiva i creació d’une petita comunitat, i finalment i sobretot al segle xx.
En aquesta perspectiva de la redescoberta del patrimoni jueu i del que, d’ara endavant, se sol anomenar els “llocs de la memòria”, també ens centrarem en l’època de la IIª guerra mundial, ja que la Catalunya del nord va ser escenari d’un doble èxode. Primer, a finals dels anys trenta, amb l’arribada massiva dels republicans espanyols que fugien del franquisme, i poc després, dels jueus francesos i europeus víctimes de les lleis racials o bé que també fugien del nazisme alemany i del feixisme italià. Individualment o amb les seves famílies, espavilant-se sols o recolzats per xarxes d’ajut, milers de jueus passaren pels camins d’evasió del Pirineu cap a Espanya : per la costa mediterrània (Banyuls, Port-Bou) o per l’interior i l’alta muntanya que voreja el Vallespir el Conflent i la Cerdanya ; d’altres, que no tindrien aquesta sort, van conèixer la tragèdia dels camps d’internament, de concentració i fins i tot d’exterminació.
La valorització del patrimoni i dels llocs de la memòria vinculats amb la presència (llarga, provisional o furtiva) dels jueus al Rosselló, no cobreix exactament les mateixes modalitats que les prolífiques iniciatives dels diversos programes sorgits de la revalorització del Patrimoni jueu d’Europa (Jewish Heritage i Itinerari Europeu del Patrimoni Jueu). Per bé que, d’altra banda, s’hi retroben les motivacions de salvaguàrdia d’un patrimoni compartit, de preservació de la memòria, d’educació a la tolerància de la societat global, tal i com ho demostren cada any el desenvolupament i l’èxit de la Jornada europea de la cultura jueva i fins i tot de la Jornada del patrimoni. Tot i així, en aquesta regió, les accions dutes a terme o projectades pels poders públics i polítics no concerneixen de manera específica la cultura i la història dels jueus. Això significa que, molt sovint, aquestes accions i manifestacions són associades o integrades en programes més globals de descoberta de l’Altre : Altre que no es limita al jueus, sinó també al musulmà, el protestant, l’espanyol, l’harki, el gitano, ja que –com se sap– el Rosselló no és només terra de pas, sinó també terra d’immigració i d’acolliment de diverses poblacions. En els darrers vint anys, en diverses ocasions, els poders públics locals (Villa de Perpinyà, Consell General dels Pirineus Orientals, i alguns altres ajuntaments) han demostrat la seva sensibilitat a la cultura, la història i el patrimoni jueu. Veurem les modalitats i l’abast d’aquestes implicacions.
Tancarem aquest capítol amb unes reflexions més generals sobre la recuperació de la memòria objectiva et la reinscripció de la història jueva en la història nordcatalana ; també sobre la descoberta del passat jueu a tota Europa i els improbables però ben reals vincles entre l’educació de la memòria històrica i la indústria turística ; i, finalment, sobre la possibilitat d’una ruta jueva pel Rosselló i la Catalunya del nord.

  • 2 Pierre VIDAL, « Les Juifs des anciens comtés du Roussillon et de Cerdagne », Perpignan, in Revue d (...)

1Contrairement aux communautés des régions de Narbonne ou de Gérone, la présence des Juifs dans le Roussillon médiéval aura été plus éphémère puisque n’ayant globalement duré que deux siècles (xiiie-fin du xve). Si, dans le cas de Perpignan, qui aurait compté jusqu’à mille Juifs (sur un ensemble de 14 000 habitants), on peut parler de communauté organisée – l’aljama – et de quartier juif – le call –, ce n’est pas le cas pour les bourgades environnantes où leur présence fut inégale, discontinue et fluctuante, ne s’élevant bien souvent qu’à quelques dizaines de familles ou de personnes2. Les premiers comtes catalans, aux xiie et xiiie siècles, puis le Royaume de Majorque (fin du xiiie-début du xive), leur furent assez favorables. Mais dans la deuxième moitié du xve siècle, sous la pression des prédicateurs dominicains, la Couronne d’Aragon adopta une attitude ambivalente à leur égard ; jusqu’à l’annexion des comtés nord-catalans par les Rois catholiques, fatale, puisque, un an et demi après l’expulsion des Juifs d’Espagne, le décret d’Expulsion fut également appliqué en septembre 1493 à tous ceux d’entre eux qui refuseraient d’abjurer leur foi.

  • 3 Pour des éléments de bibliographie sur les Juifs du Roussillon, voir dans le présent volume le cha (...)

2Après leur expulsion à la fin du xve siècle, les Juifs ne réapparurent que bien plus tard dans la région : xviiie et xixe siècle, époque de réimplantation et de reconstruction d’une petite communauté, puis – enfin et surtout – xxe siècle3.

3Dans la perspective de la redécouverte du patrimoine juif et de ce qu’il est convenu d’appeler les lieux de mémoire, c’est aussi l’époque de la seconde guerre mondiale, du nazisme et de la Shoah qui retiendra notre attention. En effet, la région frontalière du Roussillon a été le théâtre d’un double exode. D’abord, à la fin des années trente, avec l’arrivée massive des républicains espagnols fuyant le franquisme puis, peu après, des Juifs français et européens victimes des lois raciales ou fuyant le nazisme allemand et le fascisme italien. Individuellement ou en famille, se débrouillant seuls ou pris en main par des réseaux, des milliers de Juifs empruntèrent les chemins d’évasion pyrénéens vers l’Espagne : par la côte (Banyuls, Port-Bou) ou par l’intérieur (région de Céret, d’Arles de Tech, ou plus haut dans le Vallespir, par Saint-Laurent-de-Cerdans et Prats-de-Molló ou, plus à l’ouest encore, par la Cerdagne), cependant que d’autres, moins chanceux, connurent le destin – souvent tragique – des camps d’internement, de concentration et d’extermination.

  • 4 L’Association européenne pour la préservation et la valorisation de la culture et du patrimoine ju (...)
  • 5 Dans le cadre des Itinéraires culturels du conseil de l’Europe (culture, patrimoine, nature), l’It (...)

4La mise en valeur du patrimoine et des lieux de mémoire liés à la présence – longue, temporaire, voire furtive – des Juifs dans la région du Roussillon, n’épouse pas tout à fait les mêmes modalités que les prolifiques initiatives liées aux différents programmes émanant de la revalorisation du patrimoine juif d’Europe (Jewish Heritage4 et Itinéraire européen du patrimoine juif )5. Même si, par ailleurs, se rejoignent les motivations de sauvegarde d’un patrimoine partagé, de préservation de la mémoire et d’éducation à la tolérance de la société toute entière, ainsi qu’en témoignent chaque année le développement et le succès croissant de la Journée européenne de la culture juive ou même de la Journée du patrimoine tout court. Néanmoins, comme nous le verrons, les actions mises en œuvre ou en projet par les pouvoirs publics et politiques ne recouvrent pas spécifiquement la culture et l’histoire des Juifs dans cette région.

5Il faut entendre par là, que ces actions sont bien souvent associées ou intégrées à des programmes plus globaux de redécouverte de l’Autre : cet Autre dans la région ne se limitant pas au Juif, mais comprenant aussi le Musulman, le Protestant, l’Espagnol, le Harki, le Gitan, tant il est vrai que le Roussillon n’est pas uniquement une région de passage mais également une terre d’immigration et d’ancrage de diverses populations. Au cours des vingt dernières années, les pouvoirs publics locaux ont donc attesté leur sensibilité à la culture, à l’histoire et au patrimoine juif en maintes occasions. Par pouvoirs publics, entendons concrètement : le conseil général des Pyrénées-Orientales, la Ville de Perpignan, et quelques autres municipalités qui seront mentionnées au moment opportun.

6Ainsi, donc, de l’époque médiévale, puis, sans transition, au xxe siècle, nous essaierons de voir quelles traces sont restées de la présence juive reculée ou proche ; puis, quelles sont aujourd’hui les politiques de réhabilitation de l’histoire des Juifs en Roussillon ; enfin, nous conclurons par quelques réflexions de synthèse et de prospection.

PATRIMOINE MÉDIÉVAL

Une présence attestée dans la toponymie et les archives mais non dans la pierre

  • 6 Pierre VIDAL, 1992, p. 41 notamment.
  • 7 Termes cités par Bernard ALART, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 179 (...)
  • 8 Selon Vidal, ce nom désignait une chapelle à la fin du xixe siècle. À propos de ce terme, voir éga (...)
  • 9 Les Juifs, quant à eux, désignaient leur cimetière Montjuich (comme à Gérone et à Barcelone), mon (...)

7Signe irréfutable de la présence juive dans la région, la langue catalane ancienne avait intégré les appellatifs jueus, juheus, juseus et les adjectifs en dérivant : juïc, juhic, juhègue, judaïc, etc. Il est fait mention du juseu fisich (le juif médecin), du capellà juheu (capellanus judeus en latin6 ou curé juif, autrement dit le rabbin), du vin juhic ou vino judaicho (vin juif ), schola judeorum ou schola dels jueus (la synagogue), molí dels jueus, forn dels jueus, macell ou maseyll jueu (la boucherie), etc7. Dans certain cas, c’est la toponymie qui sert d’indicateur : tel le substantif Juhegues (« les Juives ») dans le village de Torreilles8. À Salses est mentionné un lieu autrefois dit claper de Juseus (claper que les philologues identifient comme « tas de pierres », c’est-à-dire pour les archéologues, cimetière, en l’occurrence des Juifs)9.

  • 10 D.-M.-J. HENRY, Histoire du Roussillon, IIe partie, Imprimerie Royale, 1835. Laffitte Reprints, Ma (...)
  • 11 Eugène CORTADE, Cotlliure marítim, navegants, corsaris i pescadors, Barcelone, ed. Barcino, 1967.
  • 12 Catalunya romànica, vol. XIV, El Rosselló, Enciclopèdia catalana, Barcelone, 1993, p. 287.
  • 13 ALART, o. c., voir notamment p. 133 à 135, 220 à 226, 294 à 300 et 317 à 323.

8Concernant Claira, l’historien Henry écrit que « un très vieux (sic) acte parle d’un quartier de ce terroir nommé Santa Maria de Judaicis »10. Le quartier où les Juifs catalans du Moyen Âge vivent regroupés est le call (du latin callis, rue étroite) ou le carrer dels jueus s’il n’y a qu’une seule rue (comme à Collioure, par exemple, d’après Cortade)11. On retrouve là l’équivalent de la calle qui, dans l’Espagne médiévale signifiait la rue juive, du carriero occitan, de la vicus judeorum ou encore de la judengasse en Alsace. À Perpignan, les archives mentionnent en outre le portalet dels jueus (ou poterne des Juifs), autrement dit la porte d’accès à l’extérieur de la ville depuis le call12. Pour les communes qui nous intéressent ici, les archives ont signalé13 : un carrer dels jueus à Céret, à Collioure, un carrer dels juheus fora lo call à Perpignan, et à Villefranche un « antiquitus callium judeorum ». De la même façon, il sera question de fossar dels juheus pour le cimetière : à Perpignan, à Céret, à Thuir, à Ille-sur-Têt, tandis qu’à Elne (ancien siège épiscopal) les archives évoquent le fossari judeorum.

  • 14 Aujourd’hui une partie de la Cerdagne relève de l’État français, l’autre de l’État espagnol.
  • 15 VIDAL, o. c. p. 14, 27, 90.
  • 16 EMERY, o. c., cité supra en note 2.
  • 17 Coŀlecta : Au Moyen Âge, institution juive chargée de fixer et de recueillir les impôts dans les c (...)
  • 18 Henri GROSS, Gallia judaica, Dictionnaire géographique de la France d’après les sources rabbinique (...)

9Eu égard à leur implantation dans l’espace qui, au Moyen Âge, constituait les comtés du Roussillon et de Cerdagne (aujourd’hui les Pyrénées-Orientales moins Puigcerdà)14, si l’on unit et superpose les données fournies par Vidal15 et par Émery (1980)16 à partir de sources primaires, à un moment ou à un autre de ces trois siècles les Juifs auraient résidé (soit en tant que communautés officielles astreintes à la coŀlecta17, soit en familles regroupées, en familles isolées ou encore individuellement) dans 18 cités et villages : Perpignan, Puigcerdà (aujourd’hui dans l’État espagnol), qui furent les deux principaux centres ; mais aussi Arles, Céret et le Boulou, dans le Vallespir ; Villefranche, Vinçà, Ille et Millas, dans la vallée du Conflent ; Thuir, dans les Aspres ; Collioure, Elne, Argeles, Canet, Claira, pour le littoral ; enfin, Pia, Toreille, Salses et Cabestany18.

  • 19 Danielle IANCU, « À propos du mikvé de Perpignan et d’autres cités méridionales », in Revue des Ét (...)
  • 20 Vidal, o. c., voir note 2.
  • 21 Vidal, o. c.

10Aujourd’hui cependant, contrairement à la Catalogne ibérique, la région roussillonnaise ne conserve pratiquement aucun témoignage architectural, ou pour le moins visible, de l’antique présence juive, si ce n’est les traces, dans la muraille de la vieille ville de Perpignan, de l’ancienne poterne qui reliait le call à la campagne, et d’autre part, la citerne du couvent des Minimes, dont certains historiens et rabbins soutiennent qu’il s’agit de l’ancien mikvé mis à profit par les nouveaux occupants des lieux19. L’historien Pierre Vidal, qui au xixe produisit les seuls écrits de référence sur les Juifs du Roussillon20, justifiait en son temps déjà l’absence de vestiges par la vente des pierres tombales du cimetière médiéval de Perpignan en recouvrement des dettes diverses contractées par les Juifs, ainsi que par les démolitions et reconstructions inhérentes au passage des siècles et aux nécessités des populations toujours renouvelées21. Ce fut là le lot de bien d’autres communautés juives médiévales de part et d’autres des Pyrénées.

11Toutefois, exception faite de Perpignan, étant donné qu’il n’y a pas eu de politique ni de programme systématique de fouilles archéologiques, ces lieux de l’antique présence juive ne restent pressentis qu’au miroir des travaux des érudits et archivistes du xixe. Et, soit dit en passant, c’est cette absence de traces et de visibilité actuelle qui conditionne bien évidemment les politiques locales de mise ou de non-mise en valeur de l’histoire juive.

  • 22 Entre autres : Juan ATIENZA, Caminos de Sefarad, Guía judía de España, Barcelona, ed. Robin Book, (...)
  • 23 Cette recherche a fait l’objet de la publication Route juive : Narbonne-Girona, Perpignan, édition (...)
  • 24 VIDAL, o. c. ; Henry, o. c. ; Henri ARAGON, Les monuments et les rues de Perpignan, 1928. Réédité (...)

12Influencée par un certain nombre d’initiatives – recherches et publications – concernant la redécouverte du patrimoine juif médiéval en Catalogne et en Espagne22, en 2001-2002 nous avions, pour toutes les communes roussillonnaises où est historiquement attestée une présence juive, essayé de localiser in situ l’ancien quartier ou, bien plus souvent, l’ancienne rue où avait pu se tenir une juiverie23. En nous basant sur la toponymie et les informations recueillies dans les travaux d’Alart, d’Aragon, d’Henry, de Vidal24, cinq anciens calls avaient pu être localisés, ou plus exactement, les lieux sur lesquels avaient pu se tenir ces calls.

  • 25 Voir supra, note 20, p. 72-119.
  • 26 Entre autres : José Luís Lacave (pour les juiveries de Castille et d’Andalousie), Josep Maria Noll (...)

13Ces communes de l’ancien Roussillon sont les suivantes : dans la vallée du Conflent, Villefranche (ville étape entre l’ancienne aljama de Perpignan et celle de Puigcerdà), Vinçà, Ille-sur-Tet, Millas, Thuir ; dans la vallée du Vallespir, au sud, Céret, et Arles ; et enfin Collioure et Elne, sur ou à proximité du littoral. À l’exception de Collioure, dont le quartier médiéval fut entièrement rasé en 1669 pour faire place aux nouvelles constructions de Vauban, les autres quartiers ou rues supposément juives peuvent être localisées. Nous en avions rendu compte dans notre ouvrage Route juive25. Certes, les preuves formelles font défaut ; néanmoins, pour l’observateur quelque peu averti, certaines analogies physiques sont frappantes avec des calls (historiquement attestés, analysés et décrits par les historiens) dans la région voisine de l’Empourdan. Par exemple, les médiévistes et archéologues espagnols ont mis en évidence que les calls sont situés soit près d’une église, d’un château (autrement dit, à proximité d’une autorité ecclésiastique ou royale dont ils jouissaient – en principe – de la protection) ; ou de remparts (accessibilité à la campagne ou aux jardins extra-muros où se trouvaient leur moulin, le cimetière) ; proximité d’une source d’eau (pour le mikvé)26. De même que la rue juive est aussi parfois coudée, étroite, et accessible par deux issues porchées pourvues de portes, etc.

Sauvegarde et valorisation : la Ville de Perpignan à la découverte du judaïsme médiéval

  • 27 Avec, à sa tête, Jean-Paul Alduy, de 1993 à 2009, et entre autres Maurice Halimi, maire adjoint ch (...)
  • 28 Ouvrage de divulgation publié par le CEDACC, Perpignan, 1997 dans la collection « Aspects du Moyen (...)

14La Municipalité de Perpignan27 a impulsé et mis en œuvre, depuis une quinzaine d’années, un ensemble d’actions réellement propres à sortir de l’oubli et à réhabiliter la culture juive médiévale autochtone. La première occasion fut donnée, en 1993, pour le Ve centenaire de l’expulsion des Juifs du Roussillon par les Rois Catholiques. En Espagne, l’année 1992 ayant été marquée par de multiples manifestations fédérées autour du Programme Sefarad’92, il était naturel que le sort partagé des Juifs catalans fît l’objet, en Roussillon également, d’initiatives à la fois culturelles et publiques. La principale initiative, réalisée sous l’impulsion de la communauté juive de Perpignan, fut une commémoration au palais des expositions, avec des conférences et une exposition sur les anciens Juifs du Roussillon, ainsi que l’édition d’une brochure en catalan et en français. Une émanation directe de ces manifestations consista en la publication d’un petit ouvrage bilingue (catalan-français) de Maryse Choukroun, Les Juifs catalans de leur arrivée à leur expulsion28, qui concourut à la redécouverte du judaïsme catalan.

15Depuis lors, la Ville de Perpignan dont l’action culturelle repose sur le concept de fraternité et sur le dialogue intercommunautaire et interreligieux, a instauré le programme Spiritualités dans la cité (devenu Laïcité et spritualités dans la cité) par le biais duquel elle se propose de mener et faire partager une politique humaniste et de tolérance. Divers colloques se sont succédé. Le premier, tenu les 19, 20 et 21 juin 2000 au couvent des Minimes, réunissait des spécialistes et universitaires autour du thème L’Histoire des Juifs dans la ville (xiie-xxe siècles). Trois autres colloques suivraient sur les protestants, les musulmans, les francs-maçons.

  • 29 Plus largement, c’est tout le plan d’implantation de l’ancien call qui est remis en cause par des (...)
  • 30 Information de M. Raymond Sala, historien et conseiller municipal en charge du Patrimoine de la vi (...)

16Autre entreprise : la redécouverte et la réhabilitation du call en la place actuelle de l’ancien couvent des Minimes. Le service archéologique de la Ville de Perpignan a entrepris diverses recherches sur le site. À la suite d’une première étude sur l’implantation du couvent des Minimes en 1991, deux campagnes de sondages archéologiques furent menées en 1997 et 1998, et notamment en ce qui concerne la citerne. Toutefois, les conclusions des archéologues quant à la confirmation de l’ancien mikvé n’ont pas abouti, contrairement aux affirmations de spécialistes juifs d’archéologie médiévale29. En l’absence de consensus, la Ville de Perpignan a gelé son projet de rénovation de la « citerne-mikvé », mais elle a maintenu les contacts avec l’architecte-urbaniste spécialiste des mikvaot, M. Claude Gensac, qui a récemment donné un complément d’information de son rapport de 2002 confirmant l’existence d’un mikvé30. Le 12 janvier 2004, a été inauguré dans la cour d’entrée du couvent des Minimes le Jardin Menahem ben Solomon-Ha Meiri avec la pose d’une plaque commémorative. Ce jardin se veut le symbole du dialogue entre les trois religions du Livre. La manifestation a été l’occasion de présenter les actes du colloque de 2000. La réhabilitation du call s’est traduite également au travers de la toponymie catalane restituée dans l’ensemble du quartier historique de Perpignan : il y a donc désormais une rue du call, et une rue dels jueus. Enfin, parmi les dernières initiatives liées à la culture juive, citons le programme de l’année 2010, mis en œuvre par la Direction de culture de la Ville de Perpignan, sur le thème des marranes et du crypto-judaïsme, ainsi que la cérémonie d’allumage public de la première bougie pour la fête de Hanoukkah au mois de décembre, un grand chandelier ayant été installé dans le Jardin du Méiri.

17Collioure. En 1995, à la suite de la commémoration de Ve centenaire de l’expulsion des Juifs du Roussillon en 1993, la sculpture « Soleils portés », de la plasticienne Francesca Caruana, a été dressée au pied du Château Royal de Collioure. Cette création métallique suggère un mât et une voile percée de 39 trous, symboles des 39 derniers Judéo-catalans chassés de Roussillon.

xxe SIÈCLE ET ÉPOQUE CONTEMPORAINE

  • 31 Voir le chapitre 1 du présent ouvrage, « Migracions jueves als països de llengua catalana ».

18Les Juifs ayant été expulsés en 1493, ne restèrent que ceux qui se convertirent et – pour reprendre un concept moderne – s’assimilèrent à la société majoritaire. Officiellement, le judaïsme avait donc cessé d’exister dans le Roussillon. Et, au contraire de bien des régions françaises où les expulsions furent assez vite suivies de rappel, il n’y eut plus de communautés juives pendant près de trois siècles. Ce n’est que dans la deuxième moitié du xixe siècle que les premières familles juives de l’époque moderne firent leur réapparition à Perpignan ; elles y fondèrent une communauté vers 1870, et obtinrent l’autorisation de disposer d’un cimetière une dizaine d’années plus tard31. Ce n’est pas la communauté actuelle qui sera notre objet ici mais le sort des Juifs étrangers internés au camp de Rivesaltes pendant la seconde guerre mondiale et ceux qui franchirent clandestinement les Pyrénées, pour pouvoir, depuis l’Espagne ou le Portugal, gagner d’autres continents.

Retour sur des lieux de l’histoire

  • 32 Sur l’histoire juive du camp de Rivesaltes, le lecteur peut notamment consulter : Anne BOITEL, Le (...)

19Le Camp de Rivesaltes32. L’ancien camp militaire Joffre fut construit sur la commune de Rivesaltes, au nord de Perpignan, en 1938 pour servir d’acclimatation et d’instruction aux troupes coloniales. À cette époque, le camp aligne cent cinquante grandes baraques d’habitations regroupées en îlots. Mais très vite, il aura une utilisation autre que le cantonnement militaire. En février 1939, y seront en effet confinés les premiers civils, réfugiés espagnols fuyant le régime franquiste. Bientôt, diverses populations, dont les Juifs fuyant le nazisme affluent vers le sud de la France. Du mois d’août 1939 jusqu’à sa fermeture en novembre 1942, le camp militaire de Rivesaltes, entre temps passé sous le régime de Vichy, est reconverti en centre d’hébergement et affecté au regroupement familial d’Espagnols (55 %), de Juifs (33 %) et de Tziganes.

  • 33 Nicolas DELBOURG, Histoire générale du camp de Rivesaltes, Conférence donnée aux Journées du Patri (...)
  • 34 Pour l’histoire générale du camp, voir Joël METTAY, L’archipel du Mépris, Trabucaire, Perpignan, 2 (...)
  • 35 Nicolas Delbourg, article cité en note 33.

20Le destin des Juifs aura été lié à ce camp pendant deux années : 1941-1942. En mai 1941, ils représentent plus d’un tiers des internés. Avec l’intensification de la politique raciale du régime de Vichy, le camp Joffre passe de Centre d’hébergement familial à Centre régional puis, devient en août 1942, Centre national de rassemblement des Israélites de Rivesaltes où seront internés tous les Juifs étrangers de la zone sud. Ce centre de rassemblement est installé dans les îlots J (femmes et enfants), F (hommes) et K (réception, transit et triage). Il est prévu pour un effectif de 10 000 internés, composé de familles et, pour une durée de quinze jours chacune. Y sont d’abord regroupés les 1 176 Juifs déjà au centre. Les transferts de nouveaux arrivants internés dans d’autres camps ou pris dans des rafles se font par trains jusqu’à la gare de Rivesaltes, puis, par camions jusqu’au camp ; de la même manière, mais en sens inverse, pour les convois en direction de Drancy – et, de là, vers Auschwitz33. En novembre 1942, dans le cadre de l’invasion de la Zone libre, les troupes allemandes s’installent au camp Joffre. Le centre d’hébergement est alors dissout. Il n’y a plus de Juifs. Les mille derniers internés seront dirigés vers le camp de Gurs, à l’exception des Tziganes qui seront envoyés dans les Bouches du Rhône. L’armée allemande quitte Rivesaltes le 19 août 1944. Au total, pendant sept décennies (1939-2007), ce camp aura connu diverses appellations et diverses affectations34. Y « auront été regroupés et immobilisés des réfugiés accusés de présenter un risque économique et politique (Espagnols fuyant le franquisme ; Européens du Centre et de l’Est, souvent juifs, chassés par les avancées nazies, mais considérés comme ressortissants de puissances ennemies), des populations mises en cause sur une base raciste (Gitans et Juifs) ; puis au moment de l’Épuration, des prisonniers de guerre allemands, des collaborateurs ; au moment de la guerre de l’Algérie, des soldats supplétifs coloniaux de l’armée française et des populations civiles (notamment 20 000 Harkis) fuyant les nations post-coloniales ; enfin des immigrés clandestins »35.

  • 36 Retirada ou Retraite : nom catalan donné à l’exode massif des réfugiés (catalans et espagnols) de (...)
  • 37 Dans son Journal de Rivesaltes, 1941-1942 (éd. Zoe, Genève, 1993), Friedel BOHNY-REITER, infirmièr (...)

21La maternité suisse d’Elne. Ce que l’on connaît aujourd’hui (et depuis moins de dix ans) sous ce nom, est l’ancien château Bardou (plus localement appelé mas Mirou), alors désaffecté et inhabitable qui, pendant une partie de la seconde guerre mondiale, fut réhabilité et transformé en maternité de fortune par le Secours suisse aux Enfants, sous l’impulsion d’Élisabeth Eidenbenz. Cette jeune infirmière de 25 ans, d’abord engagée dans l’aide des enfants espagnols pendant la Guerre civile (1936-1939), suit elle aussi le flot de la Retirada36 et se fixe dans les Pyrénées-Orientales. C’est en novembre 1939 qu’elle fait aménager les lieux. Une cinquantaine de lits répartis en chambres pour quatre à huit personnes seront installés ainsi qu’une petite salle d’accouchement. Elle se fera aider d’une autre infirmière suisse, Friedel Bohny-Reiter et de volontaires des différents camps. Secondée par la Croix-Rouge internationale, elle obtiendra les vivres nécessaires à la survie des pensionnaires. La maternité accueille et soulage d’abord les jeunes et les futures mères espagnoles internées notamment au camp de Rivesaltes ou dans les camps sommaires aménagés sur les plages du Barcarès, de Saint-Cyprien, d’Argelès. Suivront d’autres jeunes femmes en détresse, juives, tziganes et de nationalités diverses37. Au total, 597 enfants y verront le jour ; certains nouveaux-nés juifs (parmi les 200 qui naquirent à la maternité d’Elne) confiés à des familles d’accueil purent avoir la vie sauve. Au milieu de la guerre, et de conditions extrêmes, la maternité suisse d’Elne sera un îlot de chaleur et de survie. Cependant, en butte à des difficultés de tous ordres, l’association doit fusionner avec la Croix Rouge en 1942. En 1944, face aux refus réitérés d’Elizabeth Eidenbez de laisser inspecter l’établissement, les officiers allemands réquisitionnent le château et font fermer la maternité.

  • 38 Voir les nombreux travaux de l’historienne Émilienne EYCHENNE sur le passage et le franchissement (...)
  • 39 FFL : Forces françaises libres. FFC : Forces françaises combattantes. Respectivement : armées régu (...)
  • 40 Josep CALVET i BELLERA, « Des de l’Alt Empordà a la llibertat. El pas de refugiats estrangers dura (...)
  • 41 Lisa FITTKO, Le chemin des Pyrénées, ed. Maren Sell & comp., 1987 ; et en espagnol, sous le titre  (...)
  • 42 Entretien de l’auteure avec Madame Vierny, chez elle à Banyuls, le 9 octobre 2003.

22Les chemins de la liberté. Nombreux sont les chemins pyrénéens, dits aussi « portes de la liberté »38, qu’empruntèrent les fugitifs du nazisme entre 1939 et 1945. De Banyuls, sur le littoral méditerranéen, à Prats-de-Mollo (100-120 km vers l’intérieur), mais aussi à partir du Conflent puis de la Cerdagne en divers points de la montagne, de multiples chemins d’évasion vers l’Espagne furent empruntés clandestinement par des milliers de personnes. Il s’agissait d’itinéraires éprouvés historiquement et mis à profit par des réseaux (politiques, d’aide aux Juifs) ou des filières à but lucratif (filières dites crapuleuses). Ce pouvait être aussi de simples sentiers suivis aléatoirement et intuitivement par des fugitifs isolés. Qui étaient ces fugitifs ? Des Juifs d’Europe centrale (allemands, autrichiens, polonais, russes, bulgares, turc). Puis beaucoup de Juifs alsaciens. Tous voulant gagner les États-Unis, le Brésil ou l’Argentine ; des intellectuels et artistes hostiles au fascisme dont, là encore de nombreux Juifs, des gens connus. Et puis des hommes politiques antifascistes, des militaires et des combattants des FFL ou FFC39 (belges, anglais, français). Toutes ces personnes qui, à un titre ou à un autre – et plus particulièrement les familles juives – étaient bien sûr dépourvues de papiers officiels – passeports, sauf-conduits, visa d’entrée, de séjour, de transit, de sortie, etc.– leur permettant de passer en France ou en Espagne40. Le plus connu aujourd’hui de ces chemins est celui qui reliait Banyuls-sur-mer à Port-Bou (il fut emprunté par le philosophe allemand Walter Benjamin), lieu d’action de la filière dite de Marseille (mise sur pied par les Américains Varian Fry et Franck Bohn). Lisa Fittko relate dans son livre Le chemin des Pyrénées41, ses activités de passeuse et d’aide aux fugitifs à Banyuls. Dina Vierny, modèle et muse du sculpteur Aristide Maillol, conduira elle aussi des réfugiés vers l’Espagne, et deviendra « relais » de la filière de Marseille42.

Redécouverte tardive

23À l’époque de notre première recherche pour l’élaboration d’une Route juive (2001 et 2002), ces divers endroits ne figuraient pas encore comme lieu de mémoire. Le camp de Rivesaltes, propriété de l’Armée, était interdit aux visiteurs (une partie du camp servant encore de champ de tir à cette époque, l’autre de centre de rétention des immigrés clandestins). Il y était simplement question du problème posé par son rachat alors qu’il était promis à la destruction.

  • 43 Route juive (2002), o. c., p. 60-67.
  • 44 Idem, p. 108-11.

24Quant au projet de construction d’un mémorial, il n’était pas encore de notoriété publique. En revanche, nous signalions dans le cimetière municipal de Rivesaltes le carré destiné aux personnes juives mortes dans le camp tout proche43. L’histoire de la maternité d’Elne (qui appartenait à un particulier) était à peine connue elle aussi : un premier hommage venant tout juste d’être rendu à Élizabeth Eidenbenz en 200244. Seule existait sur les hauteurs de Banyuls, au lieu-dit Puig del Mas, une stèle en hommage aux passeurs Hans et Lisa Fittko.

25Le camp de Rivesaltes et le conseil général des Pyrénées-Orientales. La sauvegarde de la mémoire des victimes du camp de Rivesaltes commence en 1978, avec la publication par Serge Klarsfeld de la liste des Juifs déportés et décédés dans ce camp, puis en 1993 par une seconde publication de S. Klarsfeld : « Les transferts de juifs du camp de Rivesaltes et de la région de Montpellier vers le centre de Drancy en vue de leur déportation, 10 août 1942 ». Le 16 janvier 1994, est inaugurée une stèle à la Mémoire des 2 313 juifs déportés du camp de Rivesaltes vers Auschwitz sous l’impulsion de l’Association des fils et des filles de déportés des Juifs de France. Deux autres stèles seront élevées à côté : l’une, en 1995 à la mémoire des Harkis, et l’autre, en 1999 à la mémoire des Républicains espagnols.

  • 45 Soutien et visites entre autres de : Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix ; Robert Badinter, ancien (...)

26L’action du conseil général des Pyrénées-Orientales commence en 1998 lorsque son président, Christian Bourquin, nouvellement élu, intervient contre la menace de destruction du camp. En 2000, le conseil général vote l’approbation du projet de musée Mémorial. Puis, en novembre 2005, il fait l’acquisition de l’ilot F (l’ancien centre de « triage ») de 42 hectares, lequel faisait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis l’an 2000. En 2006, une convention de partenariat est signée à Washington entre le conseil général des Pyrénées-Orientales, le musée Mémorial de l’Holocauste des États-Unis, et le Mémorial de la Shoah en France. Faisant suite à cet événement, colloques, conférences, rencontres et expositions sont organisées. En parallèle de ce processus, le camp est ouvert au public pour la première fois en 2005, lors de la Journée du patrimoine, à la suite de quoi il accueille différentes actions culturelles et pédagogiques avec des associations partenaires, dont l’Éducation Nationale. Le Mémorial-Historial de Rivesaltes aura pour « vocation de rendre compte de l’histoire de l’internement en France pendant la seconde guerre mondiale, de l’histoire du camp dans sa pluralité de situations et de populations de 1930 à nos jours, et de l’histoire des oeuvres d’assistance humanitaire au xxe siècle ». L’ouverture d’abord annoncée pour 2010 a été différée à plusieurs reprises ; malgré le soutien de diverses personnalités politiques, intellectuelles, religieuses, les financements actuels n’en permettent pas encore la réalisation45.

  • 46 Élisabeth Eidenbenz (1913-2011) a été honorée de la Médaille des Justes de l’État d’Israël en 2002 (...)
  • 47 Lui-même intégré dans le programme MAN (mémoire, association et nature) qui vise à structurer le t (...)
  • 48 Voir Route juive (2002), o. c., p. 132-137.

27L’on citera deux autres initiatives municipales. – La maternité d’Elne. À l’issue de la seconde guerre mondiale, le château de Bardou qui avait abrité la maternité suisse retourna à l’abandon et tomba dans l’oubli. Dans les années 1990, il fut racheté par un artisan-verrier qui y installa son atelier. En 2001, celui-ci reçoit la visite d’un certain Guy Eckstein qui y était né, et qui lui expliqua l’histoire de la maternité. Ils recherchèrent Elizabeth Eidenbenz46. En mars 2002, la municipalité rendit hommage à l’ancienne infirmière avec notamment l’inauguration d’une plaque commémorative. Puis en juillet 2004, elle décida de racheter le château pour un faire un lieu de mémoire. La municipalité de Banyuls-sur-Mer s’est, quant à elle, investie à deux reprises dans la récupération de la mémoire des Juifs fugitifs du nazisme. En 2000, elle fit élever, au Puig del Mas (l’ancien village de Banyuls), une stèle « à la mémoire de Lisa et Hans Fittko et tous les autres ». Cette stèle se trouve dans un petit square, à l’angle du boulevard les Évadés de France et du Camí de la Cigala, jadis point de départ des réfugiés s’aventurant dans les Albères pour gagner l’Espagne. Le 24 juin 2007, en partenariat avec la commune de Port-Bou a été inauguré le Chemin de Walter Benjamin, qui se veut pédagogique puisqu’y sont implantés des panneaux en cinq langues rappelant que le philosophe judéo-allemand l’avait emprunté pour fuir le nazisme. Ce chemin Walter Benjamin intègre un projet franco-espagnol plus large intitulé « Les chemins de notre identité »47 dont le but est de remettre à profit les anciens chemins transfrontaliers dans une vocation culturelle et ludique. Il faut souligner que ce chemin trouve sa suite à Port-Bou, village espagnol où est enterré W. Benjamin, et où d’autres initiatives de rehabilitation de cette époque ont aussi vu le jour, dont le monument « Passage » de l’artiste Dani Karavan48, et dont, plus récemment, l’ouverture d’une maison-musée consacrée au philosophe.

Les peintres juifs en Roussillon

  • 49 Voir à ce sujet, l’article de Marie-Claude VALAISON, conservateur en chef des musées Hyacinthe Rig (...)

28Il est opportun d’introduire ici un thème très peu abordé dans le cadre de la valorisation de la culture et de l’histoire juive, sans doute parce que méconnu ou considéré comme insuffisamment politique, mais qui, cependant, mérite tout notre intérêt et, en tout cas, en élargit le champ. Il s’agit des artistes d’origine juive, des peintres bien souvent, venus s’établir de gré ou de force dans le Roussillon49 entre les deux guerres mondiales.

  • 50 Jamais, cependant, n’a été organisée une exposition conjointe de tous ces artistes.

29La commune de Céret, au pied des Pyrénées, ne vit pas seulement y arriver, vers 1910, les grands noms de l’avant-garde artistique du début du xxe siècle ; entre les deux guerres, elle accueillit une seconde vague d’artistes, et notamment plusieurs peintres étrangers de ce qui est connu aujourd’hui comme l’École de Paris : parmi eux, Chaïm Soutine, Pinchus Krémègne, Michel Kikoïne, Marc Chagall, Arvit Blatas, Moïse Kisling, Modigliani, Mané Katz et bien d’autres. La présence éphémère de la plupart d’entre eux n’empêcha pas quelques autres de s’y installer plus longtemps, voire d’y finir leur vie comme Krémègne. Le musée d’Art moderne a honoré ces artistes de diverses grandes expositions : Soutine, Krémègne, Chagall50.

  • 51 Ces quelques lignes – adaptées par nous – sont du journaliste Joël Mettay qui avait bien voulu fai (...)
  • 52 IMEC : Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine.

30Une mention particulière sera également faite, dans ces pages, à Otto Freundlich (1878-1943)51. Peintre, sculpteur, céramiste et théoricien de l’art, entre autres, d’origine prussienne. Installé à Paris, il fut arrêté en 1939 et interné dans plusieurs camps en France avant d’être libéré en juin 1940. Avec sa femme, Jeanne Kosnick-Kloss, il descendit chercher refuge en Roussillon dans les villages isolés de St-Paul puis de St-Martin de Fenouillet. Dénoncé par un voisin, il y fut arrêté en 1943 et déporté, via, Drancy, au camp d’extermination de Maïdenek où il mourut. La mémoire de Freundlich est honorée chaque année par l’Association des amis de Jeanne et Otto Freundlich qui n’a pas seulement déposé à l’IMEC52 l’ensemble des archives du peintre retrouvées après la guerre, mais a formé le projet d’un lieu commémorant le passage, en Roussillon, « de cet ami de Kandinsky et des plus grands artistes du xxe siècle ».

RÉFLEXIONS – CONCLUSION

Récupération de la mémoire historique objective et réinscription de l’histoire juive dans l’histoire nord-catalane

31De par sa situation de frontière, la région a de tous temps été théâtre d’exodes vers le nord ou vers le sud, et réceptacle d’immigration. Et donc, la première de ces réflexions finales est que la valorisation de l’histoire juive de la région par les pouvoirs publics locaux est intégrée dans des programmes plus larges de redécouverte et de valorisation de l’Autre, l’Autre étant partie intégrante de la société roussillonnaise, et ce, à quelque moment que ce fût ou que ce soit de son histoire. Ainsi, pour la Ville de Perpignan qui mise sur les concepts de fraternité, spiritualité ou encore de laïcité, la composante juive s’agrège à la composante musulmane, protestante, catholique, franc-maçonne, etc., lesquelles, chacune en sa particularité et toutes ensemble à la fois, forment aujourd’hui le tissu social, culturel et identitaire de Perpignan et de sa région. Alors que, pour le conseil général des Pyrénées-Orientales, faire face au passé récent, peu glorieux de la région, de la France des camps d’internement et de la collaboration, ressortit à la fois au devoir de mémoire pour les populations autochtones et au devoir de justice vis à vis des populations victimes : fussent-elles espagnoles, juives, harki, gitanes, etc. Même si une place plus large a été faite à la période et aux populations de la Retirada dans le cadre des nombreuses commémorations de 2009, sur le soixante-dixième anniversaire de l’exil des républicains espagnols. Tant du côté de la ville de Perpignan que du côté du conseil général, l’on retrouve donc une même problématique citoyenne de réparation symbolique de l’histoire et de réconciliation des peuples à travers – pour le sujet qui nous occupe ici – la réinscription de l’histoire juive dans l’histoire de la Catalogne du Nord.

  • 53 La mémoire historique qui tend à l’objectivité, s’oppose bien évidemment à la mémoire collective, (...)

32Qu’il s’agisse de l’histoire tronquée, en septembre 1493, des Juifs du Roussillon médiéval, ou de l’histoire plus récente des camps et de la fuite vers le sud, il y a peu encore, régnaient dans la société roussillonnaise une ignorance et un silence qui n’ont plus raison d’être et sont aujourd’hui palliés par un processus de récupération de la mémoire historique53. Archéologues, historiens, sociologues, journalistes etc. à la faveur de programmes de fouilles, d’études des archives, de découverte de nouveaux documents, d’analyse des témoignages sont en train de réécrire l’histoire la plus objective possible de la région, c’est-à-dire en y réinscrivant toutes les communautés et populations qui, à un moment donné, en firent partie. De marginale –car confinée aux cénacles du savoir intellectuel et scientifique– cette histoire est en train de devenir accessible à la société toute entière par le biais de la volonté et de l’action des pouvoirs publics et d’associations militantes.

Redécouverte du passé juif en Europe : de la mémoire historique à l’industrie touristique

  • 54 Sur le portail informatique « Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe », à propos des Itinérair (...)

33Un peu partout en Europe, on redécouvre depuis quelques décennies l’histoire, la culture, le patrimoine des Juifs54. En Espagne, en Italie, en Alsace, à Prague ou à Budapest, en Provence, etc. Quels intérêts réels sous-tendent certains programmes parfois portés par les plus hautes instances nationales ? Dans des projets et des actions où interviennent divers pouvoirs publics (municipalités, collectivités territoriales, états) et différents organismes privés, il n’est pas toujours aisé de démêler la dimension humaniste et pédagogique de l’enjeu touristico-économique.

  • 55 En français : Réseau des [anciennes] juiveries d’Espagne, et Chemins de Sépharad.
  • 56 En Espagne, ce tourisme historico-culturel choisi à la carte et, qui plus est, ayant cours à l’int (...)
  • 57 Voir l’étude de Jordi TRESSERRAS : « El Ghetto de Venècia : de reducte jueu a patrimoni cultural i (...)

34Un exemple explicite de cette conception de la « récupération » du passé à des fins touristiques et économiques nous est donné, au sud des Pyrénées, avec la Red de juderías de España et Caminos de Sefarad55, une initiative espagnole qui, depuis plus de vingt ans, oeuvre à la promotion des anciens quartiers et monuments juifs de la Péninsule ibérique (Girona, Toledo, Córdoba, Sevilla, Barcelona...) magnifiquement restaurés et mis en valeur dans un but à la fois urbanistique de conservation et d’embellissement des centres historiques des villes, dans un but culturel de réhabilitation d’un passé oublié-occulté, mais aussi et surtout dans un but ouvertement économique56. Esprit que l’on retrouve dans la valorisation (plus récente) de l’ancien Ghetto de Venise, lequel, par la volonté de diverses administrations de l’État italien et d’entités privées soucieuses de conserver et promouvoir un patrimoine original, est passé en quelques années d’obscur quartier en délabrement à ressource culturelle et touristique de premier ordre57.

  • 58 Trois couvents y furent construits : Couvent des Minimes, Chapelle Saint-Dominique et le Couvent D (...)
  • 59 Par contraste avec ce qui en fut jadis la face nord, aujourd’hui rénovée (remparts de la rue Franç (...)

35Rien à voir, par conséquent, entre le call de Gérone, la judería de Tolède ou le ghetto de Venise, et l’ancien quartier juif de Perpignan. Loin s’en faut. Celui-ci ne jouit d’aucun attrait architectural (ni monumentalité, ni esthétique gothique d’un quartier comme en Espagne), et la réhabilitation d’un monument original tel que le mikvé dépend encore des réticences de la part des autorités officielles de la ville autour de sa reconnaissance. Qui plus est, après le départ forcé des Juifs en 1493, la démolition du call et la construction à son emplacement de trois couvents, imprégnèrent le quartier d’une coloration nettement chrétienne, comme pour mieux en effacer l’identité juive58. Par la suite, la destinée de cette colline Saint-Jacques – un temps voué aux artisans et aux jardiniers – a changé au fil des siècles et au gré des agrandissements et métamorphoses de la ville. Il a peu a peu accueilli des populations de parias et de pauvres, dont les gitans sédentarisés auxquels s’ajoutent désormais le prolétariat maghrébin ou asiatique. Le quartier est aujourd’hui physiquement très dégradé, et, de par sa problématique tout à la fois socio-économique et multiculturelle, il génère des conflits que la municipalité de Perpignan a bien du mal à gérer. D’où, d’ailleurs, l’idée d’y pratiquer une spéculation immobilière fort incertaine et en tout cas controversée59.

36S’il est de plus en plus vrai que ces politiques de réhabilitation, qui sont parfois associées à la création d’itinéraires culturels, servent et sont tout à la fois le produit de divers intérêts – témoignage culturel et historique d’une identité ou d’un enracinement ; vecteurs touristico-économiques permettant à une ville ou une région de trouver des ressources nouvelles ; projections politiques voire idéologiques – elles ne combinent pas forcément ces trois dimensions en parallèle.

  • 60 Terme désignant la « récupération de la mémoire », employé par l’anthropologue québecois Iñaki OLA (...)
  • 61 La mairie de Perpignan étant UMP, et le conseil général des Pyrénées-Orientales, PS.

37Qu’il s’agisse de l’action de la Ville de Perpignan, ou de celle du conseil général des Pyrénées-Orientales, la dimension idéologique (volonté d’anamnèse60 et de réparation historique par rapport à des temps reculés ou plus récents) et la dimension pédagogique (d’instruction et d’éducation à la tolérance) sont au centre des programmes. En ce sens, le modèle est davantage à rapprocher des initiatives liées au Jewish Heritage qu’au modèle espagnol. Cela dit, que le côté politique, en Roussillon, s’exprime sous forme de rivalités et de surenchères61, cela n’échappe pas à l’observateur local ; mais c’est sans doute là un moindre mal au regard de l’objectif pédagogique et ideólogique d’éducation à la tolérance.

Vers une route juive en Roussillon ?

  • 62 Réseau culturel terre catalane : créé en 1990 avec l’Agence française de l’ingénierie touristique (...)

38Les routes et itinéraires culturels sont multiples et variés : route de Saint-Jacques-de-Compostelle, route des Cathares, route de l’Art roman, route des anciennes juiveries de Provence, etc. En tant que sites porteurs de patrimoine, aussi bien le call de Perpignan, le camp et le cimetière de Rivesaltes, la maternité suisse d’Elne, que le chemin Walter Benjamin de Banyuls, auxquels viendrait s’ajouter une étape pour les peintres juifs, seraient susceptibles de former un itinéraire spécifique s’inscrivant dans un réseau culturel. Et ce pourrait être à double titre. En premier lieu, comme réseau juif rattaché à l’organisme européen Jewish Heritage, ainsi qu’il en existe ailleurs en France (Provence et ancien Comtat Venaissin, Alsace) ou dans la Péninsule ibérique (les calls de Catalogne ou les Caminos de Sefarad). De même, en second lieu, que ces sites pourraient intégrer le Réseau Culturel Terre Catalane62.

  • 63 Nous avions nous-même plaidé et œuvré dans ce sens à travers l’élaboration de l’ouvrage Route Juiv (...)

39Pour l’heure, rien de tout cela. Évidemment, au problème concret de la matérialité/monumentalité du patrimoine vient s’agréger celui de sa reconnaissance institutionnelle, elle-même assujettie au « label » scientifique. Or, nous avons mentionné, pour ce qui est du mikvé de Perpignan, la réticence des pouvoirs publics (en l’occurrence la Ville) puisque ses propres experts en archéologie demeurent très réservés quant à l’origine juive de la citerne du couvent des Minimes. Pour autant, il faut gager que, à plus ou moins long terme, ces différents sites et lieux de mémoire – de par leur unité historique et culturelle juive – feront l’objet d’une inscription officielle dans le réseau patrimonial nord-catalan et, partant, d’une route juive à part entière63.

40Au-delà, dans la perspective d’un maillage géographique des différents sites juifs d’Europe reliés entre eux par une vaste route patrimoniale, le petit territoire nod-catalan du Roussillon, mais aussi de la Cerdagne, assure une continuité historique et culturelle entre la Péninsule ibérique et la province.♦

Notes

1 Texte remanié d’une conférence intitulée « Redécouverte et valorisation du patrimoine juif en Roussillon » donnée dans le cadre du séminaire Patrimoine juif en Europe, Nouvelle Gallia Judaica-CNRS Montpellier, Responsable : D. Iancu-Agou, 2 mars 2009.

2 Pierre VIDAL, « Les Juifs des anciens comtés du Roussillon et de Cerdagne », Perpignan, in Revue des Études Juives, 15, 1887 (p. l9-55) et 16, 1888, 1-23 (p. 170-203). Articles réimprimés en un volume sous le même titre, Les Juifs des anciens comtés du Roussillon et de Cerdagne, Perpignan, éd. Mare Nostrum, 1992. Richard W. EMERY, « Les juifs en Conflent et en Vallespir (1250-1415) », in Conflent, Vallespir et montagnes catalanes, Montpellier, 1980, p. 85-91.

3 Pour des éléments de bibliographie sur les Juifs du Roussillon, voir dans le présent volume le chapitre 18, « Contribució a una bibliografia dels estudis sobre el judaisme rossellonés ».

4 L’Association européenne pour la préservation et la valorisation de la culture et du patrimoine juifs – Jewish Heritage – a été fondée par le B’nai B’rith Europe, le Conseil européen des communautés juives (ECJC), et la Red de Juderías de España – Caminos de Sefarad. Cette association émane d’une initiative plus ancienne, La journée européenne de la culture juive, elle-même issue d’une première expérience lancée dans le Bas-Rhin, en 1996, sous la formule de la « journée portes-ouvertes » par l’association juive B’nai B’rith Hirschler de Strasbourg, en partenariat avec l’Agence de développement touristique du Bas-Rhin. Le succès de cette première opération engendra la reconduite annuelle de l’expérience qui s’étendit à d’autres régions de France, puis, à partir de 2000, à d’autres pays d’Europe.

5 Dans le cadre des Itinéraires culturels du conseil de l’Europe (culture, patrimoine, nature), l’Itinéraire européen du patrimoine juif consiste à mettre en valeur et à relier entre eux les monuments légués par les communautés juives à travers l’Europe. Ce projet d’itinéraire est né de la Journée européenne de la culture juive.

6 Pierre VIDAL, 1992, p. 41 notamment.

7 Termes cités par Bernard ALART, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Pyrénées-Orientales, Archives Civiles, série B.C., tome premier, Paris, 1868, p. 220-222.

8 Selon Vidal, ce nom désignait une chapelle à la fin du xixe siècle. À propos de ce terme, voir également Lluís BASSEDA, Toponymie historique de Catalunya Nord, vol. 1, édition Terra Nostra, Prades, 1990, p. 726-727, parg. 977.

9 Les Juifs, quant à eux, désignaient leur cimetière Montjuich (comme à Gérone et à Barcelone), mon Juhic, Mons juïc, ou encore Mont Judaïque (à Narbonne). Tous ces appellatifs, qui proviennent notamment des travaux de Pierre Vidal et de Julien-Bernard Alart, ont été consignés par Bernhard BLUMENKRANZ dans son ouvrage Art et archéologie des Juifs en France médiévale, Paris, Les Belles Lettres, 1980. En particulier, le chapitre « Inventaire archéologique », p. 305-387.

10 D.-M.-J. HENRY, Histoire du Roussillon, IIe partie, Imprimerie Royale, 1835. Laffitte Reprints, Marseille, 1974, p. 196 sqq.

11 Eugène CORTADE, Cotlliure marítim, navegants, corsaris i pescadors, Barcelone, ed. Barcino, 1967.

12 Catalunya romànica, vol. XIV, El Rosselló, Enciclopèdia catalana, Barcelone, 1993, p. 287.

13 ALART, o. c., voir notamment p. 133 à 135, 220 à 226, 294 à 300 et 317 à 323.

14 Aujourd’hui une partie de la Cerdagne relève de l’État français, l’autre de l’État espagnol.

15 VIDAL, o. c. p. 14, 27, 90.

16 EMERY, o. c., cité supra en note 2.

17 Coŀlecta : Au Moyen Âge, institution juive chargée de fixer et de recueillir les impôts dans les communautés d’une même zone géographique.

18 Henri GROSS, Gallia judaica, Dictionnaire géographique de la France d’après les sources rabbiniques, Paris, 1897. Réimpression avec « Supplément bibliographique, additions et corrections » de Simon SCHWARZFUCHS, Amsterdam, Philo Press, 1969, p. 548.

19 Danielle IANCU, « À propos du mikvé de Perpignan et d’autres cités méridionales », in Revue des Études Juives, CLI, 3-4, 1992, p. 355-362.

20 Vidal, o. c., voir note 2.

21 Vidal, o. c.

22 Entre autres : Juan ATIENZA, Caminos de Sefarad, Guía judía de España, Barcelona, ed. Robin Book, 1994 (qui est une réactualisation de son ouvrage de 1982) ; José Luís LACAVE, Juderías y sinagogas de España, Madrid, ed. Mapfre, 1992 ; Viaje por la España judía, Madrid, Ministerio de Comercio y Cultura, 1994 ; Guía de la España judía, itinerarios de Sefarad, Córdoba, ed. El almendro, 2000 ; Antonio ARADILLAS - José Maria IÑIGO, Viaje por la España judía, Barcelona, ed. Laertes, 2002 ; Pancracio CELDRÁN GOMARIZ, Las juderías de España : caminos Sefarad/Spanish Jewish netword : routes of Sefarad (ed. Bilingue español-inglés), Madrid, ed. Al y Mar S. L., 2005. Sur les pays catalans et Gérone, il y a également de nombreuses publications dont : Ramon ALBERCH I FUGUERAS - Joana BORRAS, Guia del call jueu de Girona, ed. Columna, 1995, réédition Certeza, 2003 ; Ramon ALBERCH, Guía de la judería de Gerona, Barcelona, Columna, 1996 ; Josep LÓPEZ BONET, Guía judía de Mallorca, Palma de Mallorca, Muntaner, 2005.

23 Cette recherche a fait l’objet de la publication Route juive : Narbonne-Girona, Perpignan, éditions Sources, 2002.

24 VIDAL, o. c. ; Henry, o. c. ; Henri ARAGON, Les monuments et les rues de Perpignan, 1928. Réédité par Laffitte Reprints, Marseille, 1977. B. ALART. Pour Alart, o. c. ; voir également les références données dans le dernier chapitre du présent ouvrage.

25 Voir supra, note 20, p. 72-119.

26 Entre autres : José Luís Lacave (pour les juiveries de Castille et d’Andalousie), Josep Maria Nolla (pour le call de Gérone), Ferran Puig (call de Barcelone), Maria José Lloveras (pour Besalú), Oriol Saula (pour Tàrrega), ainsi que Jordi Casanovas (épigraphe des tombes juives d’Espagne en général et de Catalogne en particulier).

27 Avec, à sa tête, Jean-Paul Alduy, de 1993 à 2009, et entre autres Maurice Halimi, maire adjoint chargé de la Culture (et par ailleurs ancien président de la communauté juive de Perpignan).

28 Ouvrage de divulgation publié par le CEDACC, Perpignan, 1997 dans la collection « Aspects du Moyen Âge en Catalogne du Nord ».

29 Plus largement, c’est tout le plan d’implantation de l’ancien call qui est remis en cause par des études ultérieures. Voir Aymat CATAFAU, « Le couvent des Minimes de Perpignan et l’emplacement du call juif médiéval », contribution au DFS d’Astrid Huser, Fouille du couvent des Minimes de Perpignan, CRHiSM - Université de Perpignan 2005, [4 p.]. Texte inédit, aimablement cédé par l’auteur.

30 Information de M. Raymond Sala, historien et conseiller municipal en charge du Patrimoine de la ville, 24 février 2009, corroborée à l’auteure de ces pages par M. Claude Gensac lui-même, le 2 mars 2009.

31 Voir le chapitre 1 du présent ouvrage, « Migracions jueves als països de llengua catalana ».

32 Sur l’histoire juive du camp de Rivesaltes, le lecteur peut notamment consulter : Anne BOITEL, Le camp de Rivesaltes 1941-1942, Les Presses Universitaires de Perpignan - Mare Nostrum, 2001, ainsi que son article « Les internés juifs du camp de Rivesaltes entre 1941 et 1942 : de l’internement à la déportation », in Perpignan, Histoire des Juifs dans la Ville, o. c., p. 171-191.

33 Nicolas DELBOURG, Histoire générale du camp de Rivesaltes, Conférence donnée aux Journées du Patrimoine, Camp de Rivesaltes, 15 et 16 septembre 2007, disponible sur Internet.

34 Pour l’histoire générale du camp, voir Joël METTAY, L’archipel du Mépris, Trabucaire, Perpignan, 2001.

35 Nicolas Delbourg, article cité en note 33.

36 Retirada ou Retraite : nom catalan donné à l’exode massif des réfugiés (catalans et espagnols) de la République espagnole vaincus par le général Franco en janvier 1939. Environ 500 000 personnes franchirent la frontière pyrénéenne et se retrouvèrent, pour la plupart, internées dans des centres d’hébergement de fortune (les fameux camps sur les plages de Le Barcarès, Canet-en-Roussillon, Saint-Cyprien, Argelès-sur-mer, quand ce ne furent ceux de Rivesaltes, de Gurs et bien d’autres dans le midi de la France).

37 Dans son Journal de Rivesaltes, 1941-1942 (éd. Zoe, Genève, 1993), Friedel BOHNY-REITER, infirmière à cette époque au camp de Rivesaltes, relate notamment les affres des parturientes et des jeunes mères au camp, ainsi que les péripéties et les ruses mises en œuvre pour les transférer à la maternité d’Elne, et, dans la mesure du possible, les évacuer ensuite vers l’étranger. Citons également : Assumpta MONTELLA, La Maternitat d’Elna : bressols dels exiliats, ed. Ara Llibres Barcelona, 2005. Tristan CASTANIER I PALAU, Femmes en exil, mères des camps, Élisabeth Eidenbez et la maternité suisse d’Elne (1939-1944), éd. Trabucaire, Perpignan, 2008.

38 Voir les nombreux travaux de l’historienne Émilienne EYCHENNE sur le passage et le franchissement des Pyrénées par les clandestins entre 1939 et 1945, dont : Les portes de la Liberté (Toulouse, Privat, 1985), Les Pyrénées de la liberté (Éd. France-Empire 1983 et 1998), Les Fougères de la liberté (1987), etc. Voir également Jean LARRIEU, Vichy, l’occupation nazie et la résistance catalane, Perpignan, éd. Terra Nostra, 1994.

39 FFL : Forces françaises libres. FFC : Forces françaises combattantes. Respectivement : armées régulières de la France, de juin 1940 à juillet 1943 ; et réseaux de renseignements, d’action et d’évasion, créés en 1942. Les deux organismes faisaient partie de la Résistance.

40 Josep CALVET i BELLERA, « Des de l’Alt Empordà a la llibertat. El pas de refugiats estrangers durant els anys de la Segona Guerra Mundial » Annals de l’Institut d’Estudis Empordanesos, no 37, 2004, p. 151-185. Et du même auteur, Les muntanyes de la llibertat. El pas d’evadits pels Pirineus durant la Segona Guerra Mundial, Barcelona, L’avenç, 2008.

41 Lisa FITTKO, Le chemin des Pyrénées, ed. Maren Sell & comp., 1987 ; et en espagnol, sous le titre : De Berlín a los Pirineos. Evocación de una militancia, Madrid, ed. Anaya & Mario Muchnik, 1997.

42 Entretien de l’auteure avec Madame Vierny, chez elle à Banyuls, le 9 octobre 2003.

43 Route juive (2002), o. c., p. 60-67.

44 Idem, p. 108-11.

45 Soutien et visites entre autres de : Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix ; Robert Badinter, ancien garde des sceaux français ; le Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim. Le financement est prévu à hauteur de 30 % par le conseil général, 40 % par la Région et 20 % par l’État. Voir notamment : journal électronique La Clau (actualités et société en Catalogne nord et sud) 4.9.2008 / 28.10.2008 / 9.12.2008 / 6.3.2010 / 10.06.2010. D’autres soutiens avaient déjà été apportés par le passé, dont ceux de Simone Veil, Edgard Morin, Claude Simon.

46 Élisabeth Eidenbenz (1913-2011) a été honorée de la Médaille des Justes de l’État d’Israël en 2002 ainsi que, en 2006, des plus grandes distinctions du Royaume d’Espagne, du Gouvernement autonome de la Generalitat de Catalunya et de la République Française.

47 Lui-même intégré dans le programme MAN (mémoire, association et nature) qui vise à structurer le tourisme rural dans cette région.

48 Voir Route juive (2002), o. c., p. 132-137.

49 Voir à ce sujet, l’article de Marie-Claude VALAISON, conservateur en chef des musées Hyacinthe Rigaud et Joseph Puig, de Perpignan : « Quelques peintres juifs en Roussillon », in Perpignan, l’Histoire des Juifs dans la ville, o. c., p. 235-241. Bien d’autres articles de différents auteurs ont été consacrés à ces peintres venus séjourner ou s’installer dans la région ; si ces études font la part belle à l’aspect artistique, elles n’en recèlent pas moins de précieux indices sur les motivations de leur présence en Roussillon. Au musée d’Art moderne de Céret, ainsi qu’à la galerie Odile Oms, l’on peut trouver de nombreux ouvrages afférents, notamment sur Chagall, Soutine, Krémègne.

50 Jamais, cependant, n’a été organisée une exposition conjointe de tous ces artistes.

51 Ces quelques lignes – adaptées par nous – sont du journaliste Joël Mettay qui avait bien voulu faire un article sur Otto Freundlich dans notre livre Route juive... p. 68-69. Pour plus d’informations sur l’artiste, voir l’émouvant ouvrage que lui a consacré J. METTAY : Le pas perdu, à la recherche d’Otto Freundlich, L’Aphélie, Céret, 1993.

52 IMEC : Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine.

53 La mémoire historique qui tend à l’objectivité, s’oppose bien évidemment à la mémoire collective, souvent viscérale, fantasmée voire triviale, en tout cas subjective. Un essai de typologie des représentations sociales de la mémoire est donné par Iñaki OLAZABAL et Joseph LÉVY : « Représentations contemporaines de la réinscription du patrimoine juif dans la ville de Girona : Une étude exploratoire », in La cultura del llibre : Herència de passat, vivència de futur, Actes del congrés Internacional « Cultura sefardita al Mediterrani », Girona, 26-28 de març de 1998, ed. Patronat municipal del call, Ajuntament de Girona, 1999, p. 221-239.

54 Sur le portail informatique « Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe », à propos des Itinéraires européens du patrimoine juif, on peut lire notamment : « Les principaux objectifs sont de préserver et de promouvoir le patrimoine juif, de promouvoir le tourisme autour de ces sites et de rendre les Européens attentifs à la richesse culturelle que les juifs ont apportée à travers l’Europe pendant leur séjour dans de si nombreuses régions ». En outre, il y est précisé que « Le patrimoine juif européen inclut principalement : - les sites archéologiques, les synagogues et les cimetières, les bains rituels, les quartiers juifs, les monuments et les lieux de mémoire ; - les archives et les bibliothèques tenues par des établissements juifs et non juifs ; - un nombre de plus en plus important de musées qui se consacrent à l’étude, à la protection et à la publicité de la vie juive et de ses objets religieux et quotidiens ». Voir supra notes 4 et 5.

55 En français : Réseau des [anciennes] juiveries d’Espagne, et Chemins de Sépharad.

56 En Espagne, ce tourisme historico-culturel choisi à la carte et, qui plus est, ayant cours à l’intérieur du pays bien souvent, vient contrebalancer et revaloriser l’image très dépréciée de son tourisme de masse traditionnel de sol y playa (soleil et plage) du littoral méditerranéen. En outre, et comme pour Venise ou d’autres villes italiennes (Ferrare, Livourne), il attire un public juif américain et européen fortuné. Il est donc générateur de fructueuses retombées financières pour des pays dont l’industrie culturelle est l’un des principaux moteurs économiques.

57 Voir l’étude de Jordi TRESSERRAS : « El Ghetto de Venècia : de reducte jueu a patrimoni cultural i recurs turístic », in Revista d’etnologia de Catalunya, n° 31, octobre 2007, p. 27-43.

58 Trois couvents y furent construits : Couvent des Minimes, Chapelle Saint-Dominique et le Couvent Dechaux. En 1791, le couvent des Minimes est occupé par l’administration militaire. Géraldine MALLET, « Le call de Perpignan un site, une carrière pour la construction du couvent des Minimes », in Recueil des communications du colloque de Perpignan, l’histoire des Juifs dans la ville (xiie-xxe siècles), Perpignan Archives-Histoire, 2003, p. 15-24.

59 Par contraste avec ce qui en fut jadis la face nord, aujourd’hui rénovée (remparts de la rue François Rabelais et couvent des Minimes), la face sud du quartier n’offre pas le cadre monumental idéal à la restauration architecturale et à sa mise en valeur touristique.

60 Terme désignant la « récupération de la mémoire », employé par l’anthropologue québecois Iñaki OLAZABAL HARVEY (déjà cité en note 53) dans le cadre de Gérone : « Memoria histórica y memoria colectiva – la recuperación del patrimonio judío en Girona », in Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, vol. XLII, 2001, p. 681-687.

61 La mairie de Perpignan étant UMP, et le conseil général des Pyrénées-Orientales, PS.

62 Réseau culturel terre catalane : créé en 1990 avec l’Agence française de l’ingénierie touristique – AFIT du ministère du Tourisme, et de la direction départementale des Affaires Culturelles-DRAC du ministère de la Culture, ainsi que de nombreuses autres entités territoriales ou nationales, publiques ou privées. Huit itinéraires thématiques y sont actuellement gérés, et se rapportent notamment : à la préhistoire, aux églises médiévales et baroques, aux châteaux et fortifications, au patrimoine naturel, ethnologique, à l’art moderne et contemporain, etc. En 2009, la Retirada ou exil des républicains espagnols vers la France, a été le point fort de ses activités événementielles.

63 Nous avions nous-même plaidé et œuvré dans ce sens à travers l’élaboration de l’ouvrage Route Juive (2002, o. c.) puisqu’il s’agissait, en l’occurrence, d’une route transfrontalière.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540