Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juifs de Catalogne

 | 
Martine Berthelot

Première partie. Communautés juives en Catalogne

Juifs et Catalans ou l’effet miroir de quelques stéréotypes1

Texte intégral

  • 1 Texte initialement rédigé dans le cadre de notre thèse de doctorat (1984, vol. 2), et publié dans (...)

Jueus i catalans, o l’efecte mirall d’uns quants estereòtips
Quan, en el marc de la nostra tesi doctoral, vam questionar els jueus de la comunitat de Barcelona, entre d’altres temes, sobre les motivacions de la seva implantació en la capital catalana, van expressar de forma espontània les seves sensacions i opinions sobre la “personalitat” catalana, a més a més establint-hi un paral·lel amb els jueus. Pels psicosociòlegs, l’emissió d’estereòtips – clixés, prejudicis, idees preconcebudes... – és un fenòmen normal d’un grup determinat cap a un exogrup. Tanmateix, aquella actitud dels jueus entrevistats no tant sols era totalment imprevista i recurrent al llarg de l’enquesta, sinó que reprenien aquells prejudicis sorgits de l’etnocentre castellà-cristià, en bona part similars a les representacions antijueves comunes.
En aquest article, situem primer la visió estereotipada sobre els catalans en la perspectiva sociohistòrica hispànica. Els clixés i prejudicis atribuïts als catalans no es poden entendre – ens sembla – si no es recorda prèviament el “referent” o sigui la imatge de l’espanyol central, d’un centre propi i figurat, o sigui, geogràfic i simbòlic, en altres termes del castellà. Imatge aquella, petrificada de l’hidalgo, caballer, terrà, idealista, generòs, apassionat, sovint pobre però honrat, imatge perenitzada sota la figura de Don Quijote, que per cert no és estereòtip sinó arquètip. L’antitesi d’aquella figura hispànica autèntica i pura del cor d’Espanya és renviada als marges, a la perifèria (també pròpia i figurada). Així és com apareix la imatge de català “industriós”, “intel·ligent”, “àvar”, “clànic”, “tancat”, “separatista”, etc. (imatge igualment etnotipada del català, coneguda sota els trets del Senyor Esteve de Santiago Russiñol, acaballes del segle xix), d’aquell “jueu d’Espanya”, com diuen els nostres enquestats.
Els estereòtips expressats pels jueus de la nostra enquesta permeten d’abordar quatre aspectes en una perspectiva sociohistòrica : l’origen dels estereòtips generalment aplicats als catalans per part dels espanyols ; les representacions que els jueus es fan dels catalans ; les (pseudo-) afinitats entre catalans i jueus ; i finalment tractem d’interpretar allò que sembla emparentar-se amb els mites generadors d’aquestes actituds, mites que també tenen les seves arrels en els laberint de la història i de l’imaginari col·lectiu.

  • 2 Référence à Jordi Pujol, président du gouvernement autonome de la Generalitat de Catalogne de 1980 (...)
  • 3 Il s’agit des intellectuels espagnols de la Generación del 98, et des débats sur l’Héthérodoxie et (...)

1La relative ancienneté du texte que nous reproduisons dans cet ouvrage appelle trois remarques. D’une part, le contexte catalan (renaissance linguistique et politique du début de la démocratie espagnole) dans lequel s’inscrivait notre étude sur les Juifs établis à Barcelone a, depuis lors, beaucoup changé. Le contexte international aussi. Comme le remarque une collègue lucide, « le pujolisme2 n’est plus ce qu’il était et je doute doute qu’Israël ait conservé cette image massivement positive chez les Catalans. On aimerait bien refaire l’enquête vingt ans après ». Certes, mais ce texte n’a pas valeur de généralisation : il se propose seulement de faire connaître, en tentant de l’expliquer, la pensée d’un groupe sur un autre groupe, en un lieu et à un moment donnés. C’est le discours des enquêtés saisi sur le vif et dans toute sa subjectivité qui intéresse ici, et que, pour mieux comprendre, nous relions à des faits socio-historiques avérés ainsi qu’à des observations déjà émises par d’autres chercheurs et essayistes. Car, deuxième remarque, la comparaison Catalan/Juif, catalanisme/sionisme est récurrente en Espagne et en Catalogne dans les discours communs, dans la presse, chez certains essayistes et écrivains, y compris parmi les universitaires. Or, le sujet est enveloppé d’obscurité et de confusion où s’enchevêtrent l’antijudaïsme traditionnel, l’anti-catalanisme historique et l’antisémitisme moderne, trois des divers facteurs qui conditionnent les préjugés tant sur les Juifs que sur les Catalans. Enfin, le rapport de l’Espagne à ses minorités historiques (religieuses ou nationales) a, depuis le xixe siècle, suscité de nombreux débats et courants intellectuels3.

  • 4 Par exemple, les travaux de Christiane STALLAERT, Etnogénesis y etnicidad, una aproximación histór (...)
  • 5 Par exemple, Gonzalo ÁLVAREZ CHILLIDA, El Antisemitismo en España. La imagen del judío (1812-2002)(...)
  • 6 Et qui interrogerait aussi la phénoménologie ou la psychologie analytique, par exemple.

2Depuis deux à trois décennies cependant, un certain nombre d’ouvrages, en anthropologie sociale et historique, sont apparus sur des thèmes plus ciblés, comme l’identité ethnique des Espagnols (à partir notamment du fameux casticismo)4 ; de même, en sociologie et en histoire, les universitaires espagnols commencent à scruter l’antisémitisme moderne dans la Péninsule5. Mais, seule, une interprétation qui prenne en compte la pluridisciplinarité des approches6 pourra jeter un éclairage nouveau sur le phénomène.

***

  • 7 CIB : Comunidad Israelita de Barcelona ; à l’époque de cette étude, c’était la seule communauté ju (...)
  • 8 Origine/itinéraire, identité/religiosité, relations intracommunautaires, Israël/diaspora, degré d’ (...)
  • 9 À noter que la comparaison est unilatérale : le Catalan est comparé au Juif, et non pas le contrai (...)

3Dans la perspective de recherche qui caractérise nos études sur les judaïcités hispanique et catalane, selon laquelle comportements, attitudes mais aussi opinions et représentations ne peuvent être appréhendés sans référence au passé, les lignes qui suivent se proposent d’illustrer à l’aide de quelques éléments socio-historiques les origines d’un phénomène insolite qui s’était manifesté de façon imprévue et constante dans le cadre d’une étude sur la communauté juive de Barcelone (CIB)7. Au cours d’entretiens en profondeur réalisés auprès de vingt-quatre personnes sur la thématique classique des Juifs vivant en diaspora8, presque toutes, et avant même que ne soit abordée la question de l’intégration à la société catalane, s’étaient spontanément exprimées sur la « personnalité » des Catalans en alléguant, stéréotypes à l’appui, une similitude ou pseudo similitude des caractères juif et catalan. Or, notre canevas initial ne comportait aucune question portant directement ou indirectement sur les personnes. Si, comme il a été dit plus haut, la comparaison Catalans/Juifs est presque banale9, en revanche c’est la reprise inhabituelle de ces stéréotypes par les Juifs qui interpellait et demandait à être appréhendée.

LES CATALANS OBJETS DE STÉRÉOTYPES HISPANIQUES

  • 10 En France, notamment Jean Maisonneuve, Jacques Philippe Leyens, Serge Moscovici et Denise Jodelet (...)
  • 11 En jouant sur les mots, on pourrait opposer l’ego à l’exo.
  • 12 Théodor ADORNO, and co., The authoritarian personality, New York, Harper et Row, 1950. Cité dans S (...)
  • 13 En réalité, conversos et moriscos (c’est-à-dire les anciens hispano-juifs et hispano-musulmans), c (...)

4La psychologie sociale a montré que les représentations intergroupes sont soumises à des catégorisations : clichés, stéréotypes, préjugés propres au sens commun et tendant à la différenciation voire à la discrimination et à la marginalisation10. Tout groupe ou communauté, que son altérité soit ethnique, religieuse, régionale, culturelle, sociale ou économique, voire physique, est soumis à un jugement subjectif, à des généralisations réductrices, abusives quand ce n’est erronées, issues d’un pseudo centre ou ethnocentre, d’une hypothétique norme, d’une idéologie, ou d’une simple comparaison ressortissant à la dialectique de l’Alter et de l’Ego11. Attitude qui répond à la définition que donne Adorno de l’ethnocentrisme : « une tendance de l’individu à être "centré ethniquement", à accepter de façon rigide ceux qui lui sont semblables par la culture et à rejeter ceux qui sont "dissemblables" »12. Le problème restant de savoir qui ou ce qui représente la norme ou le centre, et en vertu de quoi. À cet égard, le cas espagnol est particulièrement révélateur puisque, sur la base du concept de pureté de sang puis de caste qu’il se forge et s’approprie dès la fin du Moyen âge, l’Espagnol chrétien du centre de la Péninsule ibérique va, quand il n’aura pu l’intégrer à la force (comme le Juif ou le Maure)13, exclure tout ce qui ne sera pas espagnol selon sa propre norme religieuse et ethnique : le Basque, l’Andalou, le Galicien, le Catalan.

  • 14 Rafael NINYOLES, Madre España, Valencia, Ed. Prometeo, 1979, p. 158-159.

5Le sociologue valencien, Rafaël Ninyoles, s’est plu à regrouper ces stéréotypes appliqués aux Catalans : ainsi, seraient-ils « industrieux, très travailleurs, avares, intelligents et astucieux, ils jouissent d’une situation privilégiée, ont l’esprit de clan et sont partout ». Ne pressentons-nous pas déjà de quel côté ira la comparaison ? Ninyoles poursuit qu’ils affirment, en outre, leur « tendance à l’intransigeance et à l’affirmation de ce qui leur est propre, tendance qui mène à leurs velléités séparatistes bien connues »14. Ces stéréotypes, au demeurant explicitables, ont été générés au cours de l’histoire.

  • 15 Les hispanistes médiévistes parlent « des Espagnes », au miroir des différents royaumes qui coexis (...)
  • 16 La chute du dernier royaume musulman de Grenade date du 2 janvier 1492, et le décret d’expulsion d (...)
  • 17 Aux xve et xvie siècles, 10 % de la population du Royaume de Castille et 15 % du Royaume de Navarr (...)
  • 18 Marranes et morisques. Voir supra note 13.

6Dans l’Espagne15 du xvie siècle, fini le temps de la Reconquête sur les Arabes – les Juifs, quant à eux, avaient été sommés de se convertir ou de quitter le pays16 –, un modèle s’imposa depuis Madrid, instituée capitale du royaume par la grâce de Felipe II, et idéalement située dans le cœur géographique de la péninsule, en Castille. Ce modèle du Castillan, vieux chrétien, de l’hidalgo appelé bientôt à prouver sa pureté de sang, va rapidement figurer l’image de la normalité castiza, c’est-à-dire de la caste, du caractère pur, traditionnel et authentiquement espagnol – caricaturé, entre autres, sous les traits de Don Quichotte – : noblesse, honneur, ferveur, générosité, idéalisme, passion, individualisme, spontanéité, etc.17, image ethnocentrée qui va littéralement stigmatiser ce qui est ethniquement impur18 ou ce qui est périphérique. Or, il se trouve que les régions, les communautés géographiquement périphériques sont la Catalogne, le Pays Basque, la Galice, l’Andalousie, tous d’anciens royaumes, duchés ou comtés, régions dotées d’un caractère propre, d’une culture et d’une langue propres, d’une histoire propre. L’Espagnol authentique n’est donc pas seulement identifié au pur orthodoxe chrétien (et bientôt catholique) mais aussi au Castillan (à la caste des Castillans) du centre cadastral.

  • 19 Ibid., vol. 2, p. 222-3.

7D’autre part, la Catalogne qui, jusqu’alors, avait suivi un itinéraire propre et distant de la Castille, connut au xixe siècle un développement industriel (notamment dans le textile) sans précédent dans le reste de l’Espagne. Or, pour la société espagnole encore imprégnée de critères idéologiques tout droit issus du Moyen Âge et qui, entre autres, condamnait le travail manuel, le commerce et l’usure, l’image du Catalan va se figer : on va le voir et le dépeindre sous les traits d’un « marchand de tissu » ou d’un « voyageur de commerce » ou même d’un usurier. Dans la monumentale Histoire des Espagnols, de l’historien Bartolomé Bennassar, ne lit-on pas que : « À l’inverse de la capitale, où l’aristocratie du sang et d’argent, entourée d’une nombreuse domesticité, domine la forte majorité des fonctionnaires (...) établie aux côtés d’un assez faible noyau d’artisans et d’ouvriers, Barcelone se consacre massivement, pour ainsi dire, aux pratiques du commerce et de l’industrie. Cette activité soutenue, génératrice d’une plus grande homogénéité du corps social, entraîne aussi des curiosités, des goûts différents. Les classes aisées de Barcelone envoient très souvent leurs fils mener ou poursuivre leurs études à l’étranger, voyagent elles mêmes beaucoup, préfèrent en général l’ostentation du foyer à l’ostentation publique et se préoccupent du lendemain, manifestant un sens de la prévoyance fort peu répandu dans les régions centrales de la péninsule. En d’autres termes, la prospérité catalane est en premier lieu le fruit du labeur de plusieurs générations de commerçants, d’artisans, d’anciens contremaîtres devenus fabricants »19.

  • 20 Une grande partie des travaux de l’historien espagnol Manuel Tunón de Lara y est consacrée.

8Ce n’est pas tout. Le xixe siècle, c’est également l’époque de l’émergence des nationalismes et, pour la Catalogne, d’une redécouverte identitaire, culturelle, linguistique, littéraire propre, caractérisée par un mouvement : la Renaixença. Aussi, cette image de modernité et de particularité assumée que donne désormais la Catalogne, contribue-t-elle à la démarquer davantage encore de la traditionnelle Espagne (économiquement arriérée et culturellement centrée sur un passé glorieux mais révolu), et contribue par voie de conséquence à renforcer l’altérité du Catalan par rapport au Castillan castizo, à l’Espagnol authentique. Altérité dans laquelle, à cette époque, se font face deux images sociales et culturelles : celle du bourgeois triomphant et celle du noble le plus souvent ruiné et décadent mais enveloppé de sa dignité (su honra) et, au-delà, les deux grandes figures idéologiques de l’Espagne moderne : les nationalistes et progressistes, d’une part, et les monarchistes conservateurs, d’autre part, qui pendant plus d’un siècle vont figurer au théâtre de la scène politique espagnole20.

  • 21 Ninyoles, o. c., p. 166. Voir également : Joan PÉREZ I VENTAYOL : L’exemple dels jueus. Els catala (...)

9Enfin, sous l’impulsion du nationalisme franquiste (lui-même nourri de l’idéologie fasciste puis nazie) et en particulier dans les années de la guerre civile (1936-1939), la « question catalane » va catalyser le sentiment anti-catalan d’une fraction de la population espagnole, en même temps d’ailleurs que va augmenter le caractère propre et nettement anti-espagnol des Catalans. À tel point que certains auteurs parlent des Catalans comme des boucs émissaires, et que les mots « catalans » et « juifs » seront souvent amalgamés, notamment dans la presse franquiste des années de guerre civile : « ... la grande masse des judéo-catalans dont s’est nourri le séparatisme, et qui forme, comme on le sait, le noyau central de l’abominable et nuisible Ligue régionaliste. En Catalogne, il y a une énorme partie de la population d’origine juive (...). Des juifs convertis, disséminés parmi le reste des habitants et qui, regroupés dans les villes, ont fini par masquer la vraie population catalane d’origine rurale (...). Les plus malins, ceux qui, voyant la partie perdue – dès les prémices du mouvement –, sont passés dans notre zone, et se multiplient partout où l’on peut rendre et se rendre service : ce sont presque tous des judéo-catalans »21.

10Évidemment, l’on est passé des clichés sur les Catalans à des préjugés de type nettement antisémite, glissement qui traduit l’évolution de l’image imposée aux Catalans dans le contexte espagnol. Ce que nous retiendrons néanmoins c’est, d’une part, la provenance « centrale » de ce type d’affirmations et, d’autre part, qu’elles ciblent un objet périphérique avec tous les corrélats qu’on voudra y ajouter (exogène, étranger, etc.). L’existence de ces stéréotypes et préjugés castillans à l’égard des Catalans demeure encore bien enracinée, comme nous allons maintenant le constater.

REPRÉSENTATIONS QUE LES JUIFS SE FONT DES CATALANS

11Si presque tous les Juifs de notre enquête reconnaissent avoir des amitiés catalanes – relations approfondies et privilégiées ou plus superficielles issues de contacts professionnels – il est logique qu’ils aient une certaine connaissance du caractère catalan, encore que peut-être pas nécessairement objective lorsqu’ils expriment leur vision de l’autre. Voici donc, regroupées et classées selon un ordre de valeur, les représentations qu’ont les Juifs des Catalans (le chiffre entre parenthèses indique la fréquence de la représentation) :

  1. Positif : « ils sont simples » ; « ils cherchent à comprendre » / « compréhensifs » ; « curieux » / « ouverts » ; « intelligents » (2) / « les plus intellectuels » (2) / « ouverts intellectuellement » ; « cultivés » (3) ; « quand ils donnent l’amitié, ils la donnent » (3).
  2. Neutre : « se croient/se sentent différents », « souligne sa catalanité ».
  3. Négatif : « difficiles à cerner » (2), « distants », « fermés » (4), « il n’est pas franc », « individualiste », « régionaliste », « paysan », « tribal », « raciste », « il est avare ».
  4. Comparaison Catalans/Juifs : « Ils se sentent Juifs » (2), « On dit qu’il est le Juif de l’Espagne » / « Ils disent qu’ils sont les Juifs de l’Espagne » / « C’est le Juif de l’Espagne », « Ils sont d’origine juive » / « Ils sont tous d’origine juive », « Ils se comportent comme des Juifs » / « Ils ont les traits physiques et moraux des Juifs » (2), « C’est le mauvais Juif », « Ils admirent Israël » / « Ils ressemblent aux Israéliens ».

12Ces différents jugements révèlent le caractère pluriel des représentations que se font les Juifs des Catalans : tantôt, ils lui reconnaissent des qualités, tantôt ils le voient sous un angle négatif, tantôt enfin ils essaient de rechercher les divers aspects de la « personnalité catalane ». Sans vouloir analyser ces représentations, clichés, stéréotypes ou préjugés, métaphores, on peut malgré tout, et très rapidement, avancer quelques justifications possibles en faisant à nouveau une petite incursion socio-historique. Ainsi :

  • De la vision positive et valorisante qu’ils ont des Catalans, les Juifs sont plus sensibles aux valeurs intellectuelles et sociales : est-ce un hasard ? Le seul héritage qu’ils aient conservé et qui les ait maintenus unis et vivants, c’est le « Livre », détenteur de la Loi, de la Connaissance, de la Tradition, de l’Être. Connaissance et, corollairement : ouverture, curiosité, compréhension, intelligence (au sens de perception et d’entente avec l’autre) sont inhérentes au destin des Juifs en ce que leur expérience trimillénaire au sein de multiples sociétés et cultures a contribué à la richesse et à l’ouverture intellectuelle, caractéristiques qu’en général ils avouent trouver difficilement chez les Espagnols habitués à des siècles d’autarcie, de monolithisme religieux et de pression idéologique monocorde. Par ailleurs, l’amitié aux dires des enquêtés si longue à obtenir des Catalans, mais profonde une fois acquise, est tout aussi justifiable : rompus à l’oppression, la méfiance, la trahison parfois, comment les Juifs ne seraient-ils pas sensibles à l’amitié non-juive lorsqu’elle est sincère ?
  • La neutralité des représentations qui consiste simplement à souligner que les Catalans appartiennent à un peuple donné et que ce peuple est différent des autres reste assez ambiguë ; le psychosociologue Jean Maisonneuve n’écrit-il pas qu’un stéréotype n’est jamais neutre22 ? Que les Catalans (hommes politiques, intellectuels ou artistes) soulignent leur catalinité ou leur différence par rapport au reste des Espagnols, cette attitude peut paraître soit un signe de fierté, une façon d’assumer leur identité et leur héritage culturel en dépit de l’oppression qu’ils ont subie depuis le « centre », soit un signe de supériorité par rapport aux autres. Or, l’une et l’autre de ces attitudes avaient été exprimées par nos même enquêtés sur la judéité23. Ce serait donc par affinité qu’ils soulignent ces caractéristiques catalanes.
  • Et de fait, lorsque les Catalans sont perçus négativement par les Juifs, c’est souvent en rapport avec leurs caractéristiques nationalistes, leur idiosyncrasie. Ces représentations qui veulent que les Catalans soient « fermés », « difficiles à cerner » ou « régionalistes » par exemple, peuvent être incomprises par les Juifs, lesquels, au contraire, se sont caractérisés – tout du moins chaque fois qu’ils en ont eu l’occasion – par une bonne intégration et des rapports flexibles et ouverts dans les pays où ils se sont dispersés.
  • 24 Époque de l’effervescence identitaire en Catalogne.
  • 25 Un enquêté hostile à la Catalogne nous en avait parlé comme d’un « État dans l’État ».

13Une première question se pose : pourquoi, au cours des entretiens, les Juifs de la CIB ont-ils ressenti le besoin de s’exprimer sur les Catalans, réutilisant en outre des clichés et stéréotypes issus de l’idéologie dominante castillane, entérinés par la société espagnole et admis par les Catalans eux-mêmes. Nous y entrevoyons deux raisons possibles : 1- Parce que la réflexion préalable – au cours de l’entretien – sur la « question » catalane telle qu’elle est quotidiennement vécue en Catalogne au début des années 80 (problème politique, linguistique et culturel relativement sensible)24, les a amenés à poser de façon quasi naturelle leur regard sur la société catalane ; autrement dit, partis du fait catalan, ils ont abouti aux personnes. D’autre part, la société catalane est perçue par les Juifs non pas toujours comme une société normale et souveraine de par son autonomie mais comme une contre-société au sein de la société espagnole globale25. 2- Parce qu’ils avaient connaissance de stéréotypes déjà existants sur les Catalans qui, curieusement, sont du même ordre que ceux qui fonctionnent à propos des Juifs, et donc d’eux-mêmes. Par conséquent, il y aurait un effet miroir, un reflet. Dans ce cas précis, regarder le Catalan, ce serait regarder un autre soi-même, ce serait se regarder. Il est évident qu’à ce stade c’est dans la psychanalyse qu’il faut aller puiser des éléments supplémentaires d’analyse.

  • 26 Maisonneuve, o. c., p. 131.

14Deuxième question : les représentations que les Juifs se font des Catalans sont-elles liées à leur propre système de référence (y a-t-il réellement un effet miroir ou une analogie entre Juifs et Catalans ?), ou bien sont-elles le produit du système de références « central », c’est-à-dire de l’idéologie dominante espagnole, tel que nous l’avons vu dans les paragraphes précédents. Interrogations qui conduisent à la distinction suivante : les représentations des Juifs envers les Catalans sont-elles le produit d’affinités au sens où l’entend Maisonneuve, « une relation dilective, c’est-à-dire un choix réciproque lié à une satisfaction affective des partenaires »26 (l’on verra un peu plus loin comment a pu s’établir cette « satisfaction affective » entre Juifs et Catalans) ou bien ces représentations sont-elles de purs stéréotypes c’est-à-dire de banals lieux communs ? Une analyse psychosociologique affinée apporterait sans doute quelques réponses. Cela dit, si les affinités ont un contenu positif et les préjugés sont plutôt défavorables, on peut alors conclure qu’il y a de la part des Juifs à la fois émission de préjugés (« les Catalans sont fermés, distants, régionalistes ») et manifestation d’affinités (« ils sont compréhensifs, cultivés, intelligents »). En d’autres termes, les avis sont partagés.

Des affinités entre Juifs et Catalans

  • 27 Ninyoles, o. c., p. 159.

15Il est donc un second discours produit par les enquêtés sur leur perception des Catalans qui ne tient plus de l’émission de stéréotypes, n’apparaît plus comme un « jugement », mais qui se rapproche plutôt d’une constatation. C’est l’association de la « personnalité catalane » et de la « personnalité juive », association d’ailleurs reprise par les Catalans eux-mêmes et volontiers admise par R. Ninyoles quand, se référant aux traits de caractère précédemment énoncés, il écrit : « Oui, je peux affirmer le degré d’uniformité que l’on attribue au caractère juif avec ces mêmes images »27.

16C’est un trait qui est, au demeurant, assez répandu, puisqu’il a déjà été observé de l’extérieur. En effet, la philosophe française, Rachel Israël, souligne cette attitude parmi les Catalans :

  • 28 Rachel ISRAËL, « La Catalogne et ses fantasmes », in Les Nouveaux Cahiers no 55, Paris, 1978-1979, (...)

« En Catalogne espagnole, à deux exceptions près, je n’ai pas rencontré d’antisémitisme dans le discours d’autrui. Au contraire, mes interlocuteurs m’ont presque toujours affirmé qu’ils étaient "semblables aux Juifs", "très proches des Juifs" ou même "un peu Juifs". Ils constatent leurs qualités nationales, les mêmes, disent-ils, que les qualités traditionnellement attribuées aux Juifs : sens du travail, sens de la famille, de l’entraide sociale, de la responsabilité, goût de l’étude, de l’introversion, patience et sobriété dans le comportement, fidélité à soi-même n’empêchant pas une certaine faculté de se transplanter et de s’adapter »28.

17Mais nos enquêtés ont une attitude ambivalente à ce sujet : les uns admettent en effet ou trouvent une similitude de traits moraux et physiques, les autres relèguent ces affirmations dans le domaine des préjugés et des avatars :

« Lorsque je suis arrivé à Barcelone, comme je ne connaissais rien, la première chose que j’ai faite a été de prendre un taxi pour aller à la Communauté. D’un taxi à l’autre, ils se hélaient. Et celui qui me transportait m’a dit – il n’était pas Catalan – : "Vous savez, ces Catalans sont les Juifs de l’Espagne". Et à partir de là, j’ai commencé à me poser des questions : Comment sont les Catalans ? D’où viennent-ils ? Bien sûr, ils se sentent d’origine juive. Tous les Juifs n’avaient pas quitté l’Espagne, certains s’étaient convertis et principalement les Juifs de Catalogne étaient restés et s’étaient convertis, mais beaucoup d’entre eux avaient toujours gardé quelques traditions, ou le nom. Tout du moins, ils savent, ils ont conscience d’être culturellement d’origine juive ». (Directeur d’école, 45 ans, d’origine marocaine) « Les Catalans, évidemment, dans le reste de l’Espagne, on dit qu’ils sont les Juifs de l’Espagne. En fait, le visage, les traits sont juifs. Je les regarde physiquement et je dis : ça, ce sont des traits juifs. Je ne sais pas, par exemple, comment un Juif arrive à reconnaître un autre Juif, mais ce qui m’arrive, c’est que je regarde les Catalans et je commence à analyser, et je trouve qu’ils ont beaucoup de traits (c’est peut-être génétique) qu’ont les Juifs. Par exemple, le fait d’utiliser des lunettes, ou la forme du visage ou du nez. Que sais-je ? Tu commences à parler avec eux, et si c’est un Catalan lucide, il va te dire : Nous descendons de telle famille, et il se trouve que ma mère a encore les tefilim qu’utilisaient les Juifs pour prier, à je ne sais quelle époque, et qui appartenaient à mes grands-parents. Voilà, quoi ! ». (Bibliothécaire documentaliste, 40 ans, d’origine argentine)

« Pour ce qui est des affinités, tu trouves de nombreux Catalans qui te disent : mon grand-père est d’origine juive... Je ne sais pas, moi, que ce soit un Fuster, ou un Ferrer ou un Martí. Alors, j’ignore si c’est parce qu’ils ont été marginalisés par la Castille, ou bien si c’est parce qu’ils se sont eux-mêmes donné cette image d’avares ou de commerçants. D’une certaine façon, ils ont senti qu’ils étaient stéréotypés, je ne sais pas pourquoi, mais c’est un fait : tu rencontres beaucoup plus de Catalans qui te disent "je crois que je suis d’origine juive", que des personnes originaires de la Meseta, de Castille ou de Madrid... Je ne sais pas... D’autre part, les Juifs ne sont pas restés plus longtemps en Catalogne qu’ailleurs ». (Ingénieur mathématicien, 45 ans, d’origine hongroise)

« Qu’est-ce que c’est un Juif ? C’est un Sémite. Qu’est-ce que c’est un Arabe ? C’est un Sémite. Qu’est-ce qu’il y a eu ici ? Des Juifs et des Arabes. Ça, c’est le résultat. Donc fatalement : morphologie sémite ». (Professeur, 68 ans, d’origine française)

« Pour ce qui est de dire que les Juifs ont toujours été réprimés comme les Catalans, je crois qu’on ne peut pas comparer, parce qu’ils ont toujours vécu chez eux alors que les Juifs ont été disséminés. Et les Catalans n’ont jamais été une minorité en Catalogne. C’est-à-dire qu’on a réprimé leur langue et leur culture, mais ils ont toujours été chez eux ; mais pas les Juifs. D’autre part, s’il y a certaines similitudes entre la renaissance des langues nationales à partir du xixe siècle, et bien le catalan coïncide d’une certaine façon avec la renaissance de l’hébreu parlé, mais c’est la même chose pour toutes les langues minoritaires qui renaissent à la fin xixe qui est le siècle des nationalismes ».
(Professeur d’université, 40 ans, d’origine autrichienne)

« De la même façon que les Juifs disent que les Catalans ressemblent aux Juifs, les Catalans disent que les Juifs ressemblent aux Catalans. C’est-à-dire qu’ils ont l’impression que la façon d’être catalane est pétrie de judéité et que ça se sent énormément dans leur façon d’être. Ils ont des origines juives ? Tout a tellement été mélangé que pratiquement tout le monde est un peu juif. Il y a des gens qui cherchent à prouver qu’ils le sont réellement et qui vont se chercher des théories pour le moins farfelues, c’est un peu couper les cheveux en quatre pour montrer qu’ils sont juifs ».
(Rédactrice journal « Confederación Nacional del Trabajo », 28 ans, d’origine tunisienne)

18Les similitudes physiques, si elles existent réellement, sont fortuites ; on pourrait admettre, tout au plus, qu’il y ait un type méditerranéen par opposition à un type nordique, mais, par ailleurs, les traits particuliers attribués aux Juifs sont aléatoires et erronés, la science génétique ou anthropologique ayant depuis longtemps déjà récusé l’idée de traits ou d’une race spécifiquement juifs. De toutes façons, à moins que ne se soient produits depuis cinq siècles (c’est-à-dire depuis 1492, date de l’expulsion des Juifs d’Espagne) et sans interruption des relations familiales ou des mariages endogamiques, le brassage des populations s’est occupé de gommer tout trait racial dans la plupart des groupes ethniques méditerranéens.

19Juifs et Catalans étant deux groupes minoritaires, ils sont sujets aux préjugés de l’idéologie ethnique, religieuse et culturelle dominante. Mais en fait, qui s’identifie à l’autre ? Les Juifs de Catalogne reprennent des arguments nés et véhiculés en Espagne ou en Catalogne, certes, mais ce sont les Catalans qui, de gré ou de force, ont intériorisé les caractéristiques et les stéréotypes généralement attribués aux Juifs. Pourquoi ont-ils donc été amenés à s’identifier aux Juifs, et parfois même, à voir dans la Catalogne un autre Israël ?

LE MYTHE

20C’est sans doute dans le domaine des mythes et des profondeurs de l’inconscient collectif qu’il faut replacer la genèse de cette attitude. Ainsi, voyons-nous deux niveaux dans la production et l’adoption du mythe juif par les Catalans : un mythe populaire, irrationnel, et un mythe supérieur, rationalisé, intellectualisé.

21La double image du Juif médiéval, le puissant Juif de Cour, le Judío Real, que l’on envie mais que l’on craint, et à l’autre extrême, le paria, le Juif misérable de la judería ou du call, du ghetto – celui que l’on opprime et que l’on méprise – s’est superposée dans l’inconscient des masses pour ne plus donner naissance qu’à une représentation unique et avilie du Juif. L’amplification de cette image populaire médiévale et chrétienne d’un Juif ignominieux, indésirable, caricatural, glisse peu à peu vers l’irréel pour se figer en mythe. Le mythe populaire est né, qui fait du Juif un être universel, omniprésent, fantôme et fantasme : l’antinorme en quelque sorte, pourchassée par les uns, récupérée par d’autres. C’est parce que le Catalan a été considéré comme un déviant vis-à-vis du modèle central, qu’il a peu à peu assimilé, en même temps qu’on la lui imposait, cette image du Juif. Physiquement, le Juif avait été éliminé d’Espagne ; dans les esprits, il était réincarné. Autant dire que si, de nos jours, l’identification du Catalan à la personne du Juif est présente, elle plonge ses racines loin dans l’histoire : Rachel Israël nous le dit magnifiquement :

  • 29 R. Israël, o. c., p. 46-47.

« Linguistiquement, le catalan est une véritable langue, très proche de l’ancienne langue d’Oc, et tant sa musique que sa grammaire diffèrent du castillan. Or, depuis la pré-Reconquête, ne pas s’exprimer en castillan c’est, pour l’inconscient espagnol, ne pas parler "chrétien", donc parler quelque peu juif ou arabe. On exhorta donc les Catalans à employer un langage de chrétiens. Ensuite, leur habileté est également, selon une tradition populaire, issue, dit-on, du goût pour l’or et le pouvoir, l’apanage des Juifs. On taxa alors les Catalans de Juifs de l’Espagne. Lorsqu’ils cherchèrent à se définir culturellement par rapport à l’échiquier national espagnol, les Catalans se trouvèrent pris entre l’identification au Castillan, à l’espagnol normatif imposé comme modèle orthodoxe et positif, et l’identification au Juif, figure extrême de l’altérité et de l’étrangeté, négative et dépréciée. L’une signifiait l’acceptation de la conformité au nationalisme et la renonciation aux particularités propres, l’autre, au contraire, le renforcement du particularisme, mais aussi le rejet dans le camp du Mal. Les Catalans optèrent pour la sauvegarde de leur identité propre, et plutôt que de s’insurger contre tout amalgame entre celle-ci et la judéité, ils inversèrent la valeur de l’altérité désormais assumée et l’intégrèrent comme composante de leur image de soi collective »29.

  • 30 Nous empruntons l’expression à Albert MEMMI, Portrait d’un Juif, Gallimard, 1962. L’auteur consacr (...)
  • 31 Pour l’origine du nom Sefarad, se reporter à l’explication donnée par l’hébraïste catalane Tessa C (...)
  • 32 R. Israël, o. c., p. 47.

22À l’opposé du mythe populaire et annihilant, lié à la « figure biologique »30 du Juif, il est un contre mythe, un mythe supérieur, rationalisé, qui dépasse la personne humaine du Juif pour ne plus se fixer que sur son rayonnement. C’est le mythe du Juif transfiguré, enchaîné à tout jamais à l’Espagne à laquelle il a donné son nom : Sefarad31. C’est le mythe littéraire que l’on retrouve dans l’œuvre du Catalan Salvador Espriu, « La pell de brau », où le Juif cristallisé n’est plus Juif mais il est Sefarad, il est l’Espagne. Et c’est encore le mythe d’un peuple hébreu ressuscitant et vainqueur qui s’incarne à travers l’Israël moderne : mythe repris par les indépendantistes catalans, parce qu’Israël revenu à la vie, c’est à la fois un peuple, une histoire, une langue qui renaissent. Et ce n’est pas un hasard si les grandes victoires de l’Israël moderne sont considérées en Catalogne comme des victoires propres, ce n’est pas un hasard si les étoiles de David fleurissent au cou des jeunes Catalans32. Tout comme d’autres peuples se sont choisi Rome ou la Grèce, dans la construction de leur identité nationale les Catalans se sont donné un modèle : Israël. On ne sait plus très bien où finit l’ancien, où commence l’actuel, mais qu’importe, Israël, c’est tout un symbole.♦

Notes

1 Texte initialement rédigé dans le cadre de notre thèse de doctorat (1984, vol. 2), et publié dans Intercultures, 12, SIETAR, Paris, 1991, p. 19-32. Nous y apportons ici quelques remaniements.

2 Référence à Jordi Pujol, président du gouvernement autonome de la Generalitat de Catalogne de 1980 à 2003, fervent catalaniste et philosémite et sioniste notoire.

3 Il s’agit des intellectuels espagnols de la Generación del 98, et des débats sur l’Héthérodoxie et sur les Deux Espagnes. Un peu plus tard, dans leur sillage, s’élèveraient deux célèbres visions antagoniques dans le débat sur El Ser de España : Américo CASTRO, España en su historia. Cristianos, moros y judíos, México, Losada 1948, et Barcelona, Grijalbo Mondadori, 1983. Et Claudio SÁNCHEZ ALBORNOZ, España, un enigma histórico, Buenos Aires, 1957.

4 Par exemple, les travaux de Christiane STALLAERT, Etnogénesis y etnicidad, una aproximación histórico-antropológica al casticismo, Anthropos editorial, 1998. Du même auteur : Ni una gota de sangre impura. La España inquisitorial y la Alemania nazi cara a cara, Galaxia Gutenberg, 2006.

5 Par exemple, Gonzalo ÁLVAREZ CHILLIDA, El Antisemitismo en España. La imagen del judío (1812-2002), Marcial Pons Historia, 2002. L’antisémitisme en Espagne a été bien plus largement traité par des universitaires anglosaxons et étrangers que par des Espagnols.

6 Et qui interrogerait aussi la phénoménologie ou la psychologie analytique, par exemple.

7 CIB : Comunidad Israelita de Barcelona ; à l’époque de cette étude, c’était la seule communauté juive de Catalogne.

8 Origine/itinéraire, identité/religiosité, relations intracommunautaires, Israël/diaspora, degré d’intégration à la société globale.

9 À noter que la comparaison est unilatérale : le Catalan est comparé au Juif, et non pas le contraire.

10 En France, notamment Jean Maisonneuve, Jacques Philippe Leyens, Serge Moscovici et Denise Jodelet (voir bibliographie).

11 En jouant sur les mots, on pourrait opposer l’ego à l’exo.

12 Théodor ADORNO, and co., The authoritarian personality, New York, Harper et Row, 1950. Cité dans S. Moscovici, Psychologie sociale, Paris, P.U.F. 1984, p. 456. Ch. Stallaert (supra voir note 4) parle de « narcissisme ethnique ».

13 En réalité, conversos et moriscos (c’est-à-dire les anciens hispano-juifs et hispano-musulmans), cible privilégiée de l’Inquisition qui les soupçonnait de pratiquer leur ancienne religion en secret, avaient été intégrés par le biais de la conversion forcée au christianisme. Intégration toute théorique, puisqu’ils étaient socialement marqués du sceau de l’impureté. Le statut de pureté de sang délimitant les vieux chrétiens (castizos) des nouveaux chrétiens (tous les convertis et descendants de convertis).

14 Rafael NINYOLES, Madre España, Valencia, Ed. Prometeo, 1979, p. 158-159.

15 Les hispanistes médiévistes parlent « des Espagnes », au miroir des différents royaumes qui coexistèrent jusqu’à la fin du xve siècle : Castille, Aragon, Navarre, Portugal, Grenade. Denis MENJOT, Les Espagnes médiévales, 409-1474, Hachette, 1996.

16 La chute du dernier royaume musulman de Grenade date du 2 janvier 1492, et le décret d’expulsion des Juifs du 31 mars de la même année.

17 Aux xve et xvie siècles, 10 % de la population du Royaume de Castille et 15 % du Royaume de Navarre étaient constitués par la moyenne et la petite noblesse (caballería et hidalguía), alors qu’elle était statistiquement insignifiante en Catalogne. BENNASSAR B., Histoire des Espagnols. Paris, Colin, 1985, vol. I, p. 318.

18 Marranes et morisques. Voir supra note 13.

19 Ibid., vol. 2, p. 222-3.

20 Une grande partie des travaux de l’historien espagnol Manuel Tunón de Lara y est consacrée.

21 Ninyoles, o. c., p. 166. Voir également : Joan PÉREZ I VENTAYOL : L’exemple dels jueus. Els catalanisme d’esquerres i la seva visió del poble jueu, del sionisme i del conflicte a Palestina 1928-1936 (PPU i Món Juïc, 2010) ; l’auteur, qui étudie la presse catalane de cette époque, consacre un chapitre de son ouvrage à la comparaison des Catalans et des Juifs, et un autre à la comparaison du sionisme et du catalanisme.

22 Jean MAISONNEUVE, Introduction à la psychosociologie, Paris, P.U.F., 1981, p. 131.

23 Au chapitre de l’identité juive, également dans notre thèse, nous abordons l’attitude de plusieurs enquêtés qui avaient manifesté leur orgueil d’appartenir au peuple juif, appartenance parfois même ressentie comme une « noblesse ».

24 Époque de l’effervescence identitaire en Catalogne.

25 Un enquêté hostile à la Catalogne nous en avait parlé comme d’un « État dans l’État ».

26 Maisonneuve, o. c., p. 131.

27 Ninyoles, o. c., p. 159.

28 Rachel ISRAËL, « La Catalogne et ses fantasmes », in Les Nouveaux Cahiers no 55, Paris, 1978-1979, p. 44.

29 R. Israël, o. c., p. 46-47.

30 Nous empruntons l’expression à Albert MEMMI, Portrait d’un Juif, Gallimard, 1962. L’auteur consacre deux chapitres à ce concept.

31 Pour l’origine du nom Sefarad, se reporter à l’explication donnée par l’hébraïste catalane Tessa Calders, au prologue du présent ouvrage (p. 8). Suivant l’explication historique de T. Calders, l’amalgame Sefarad-Espagne du mythe et de l’allégorie d’Espriu, serait donc antithétique avec la Catalogne.

32 R. Israël, o. c., p. 47.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540