Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juifs de Catalogne

 | 
Martine Berthelot

Première partie. Communautés juives en Catalogne

Regard sur le patrimoine et les pratiques linguistiques des Juifs de Catalogne1

Texte intégral

  • 1 Publié dans : Les Langues néo-latines n° 39, Paris, 1999, p. 47-66. Et en catalan, sous le titre « (...)
  • * Vegeu capítol anterior, “Un espai lingüístic desconegut...”

Mirada al patrimoni i les pràctiques lingüístiques dels jueus de Catalunya
Aquest article recolzat en estudis anteriors (1981,1992)* i en l’observació, pretén analitzar la situació lingüística de la Comunidad Israelita de Barcelona – CIB al final del segle xx. Tenint en compte l’evolució natural de l’ús de les llengües, la integració de les generacions nascudes a Catalunya, d’un cert “rejoveniment” de la col•lectivitat jueva local i de la modificació ètnica (ambdues coses consecutives a les noves onades d’immigració), volíem saber el que succeïa amb el tradicional multilingüisme de la CIB; en quina mesura el panorama lingüístic havia canviat, i com es presentava aleshores (1999).
La primera part, “Un multilinguisme en évolution”, tracta la riquesa lingüística dels jueus de Barcelona, salvat que les vint llengües mencionades pels enquestats (castellà, català, francès, anglès, alemany, judeoespanyol, hebreu, italià, yiddish, turc, búlgar, romanès, portuguès, grec, polonès, rus, hongarès, serbi, llengües eslaves i ucranià) no reflectien la totalitat de l’espectre lingüístic de la CIB ja que l’enquesta de base es dirigia només als jueus arribats fins als anys cinquanta, i doncs no comprenia els que varen arribar més tard del Marroc, d’Egipte, Amèrica del sud, Israel, Geòrgia, exIugoslàvia, Ucraïna, Rússia, etc. D’altra banda, aquest multilingüisme general que s’explica per raons familiars i geogràfiques, històriques, econòmiques, culturals, és més individual que no pas col•lectiu atès que resulta de trajectòries específiques i que el capital lingüístic varia d’una persona a una altra fins i tot en el si d’una mateixa família. Finalment, aquest extraordinari multilingüisme, típic dels transplantats (immigrats), disminueix amb l’arrelament i amb les generacions implantades, és a dir, nascudes a Catalunya.
La segona part, “Langues juives: un destin tourmenté”, és dedicada a les llengües jueves i al seu ús actual a Barcelona. Se centra primer en l’hebreu i en les dues grans judeollengües: yiddish (judeoalemany) i djudezmo (judeocastellà), i després en el seu lloc i importància dins la història i cultura jueva. També s’evoca la seva situació actual en la CIB.
D’aquesta doble mirada al multilingüisme i a la situació de les llengües jueves de la CIB, se’n dedueix que la situació lingüística en aquest microcosmos jueu és eminenment evolutiva i no sempre en una perspectiva optimista. En efecte, el declivi ja observat de les judeollengües també continua en les diverses bosses comunitàries on encara existien aquestes llengües, i – el que és pitjor – sense que hi hagi, com a Barcelona, el més mínim esforç de salvaguàrdia. D’altra banda, aquesta gran riquesa lingüística de la CIB s’està reduïnt en benefici d’un marc molt més limitat (mitjana de quatre idiomes: castellà, català, anglès, i llengua X) i més homogeni des d’un punt de vista generacional. Finalment, una sola nota positiva emergeix d’aquest panorama: és l’adopció generalitzada del català, fenòmen perfectament natural en la perspectiva històrico-lingüística dels jueus, però que respon també al lloc i a l’estatut del català, llengua co-oficial.

  • 2 Il y avait – au moment de l’enquête servant de base à cet article – deux entités juives officielle (...)
  • 3 Plurilinguisme au collège de la Communauté Israélite de Barcelone, Mémoire de maîtrise, Université (...)

1Dans le cadre de nos recherches sur la communauté juive de Barcelone, par trois fois déjà, il nous a été donné d’en étudier les pratiques linguistiques et de souligner l’extrême diversité des langues connues et utilisées2. Une première étude de terrain sur l’école juive (1980) où étaient enseignées cinq langues (espagnol, français, hébreu, catalan et anglais) à des élèves de trois à quatorze ans à l’époque, avait permis de faire connaître cet enseignement multilingue original et unique à Barcelone (voire même en Espagne), et de l’analyser3. En tant qu’observateur-participant (puisque enseignant le français dans ce centre), nous avions pu constater que, malgré ce plurilinguisme précoce et plus ou moins fonctionnel, il n’existait en fait aucune politique consciente et rationnelle d’enseignement plurilingue, et que celui-ci répondait davantage à des motifs aléatoires et conjoncturels qu’à une planification globale et cohérente. L’analyse des trois enquêtes (adressées aux élèves, aux enseignants et aux parents d’élèves) mettait en relief certains conflits et certaines contradictions : par exemple, malgré une acceptation généralisée de l’enseignement de et en cinq langues, une dualité se faisait jour entre, d’une part, le français et le castillan, et, d’autre part, entre le catalan et l’anglais. En revanche, l’enseignement de l’hébreu n’était jamais remis en question, ce qui laissait penser que cette langue était considérée comme partie substantielle de l’identité juive, et qu’elle fonctionnait indépendamment du reste.

  • 4 Étude publiée sous le titre « La CIB, un espai lingüístic desconegut a Catalunya », dans Treballs (...)

2Onze ans plus tard, un programme d’Archives orales auprès des personnes âgées de la Communauté Israélite de Barcelone, arrivées entre 1914 et 1950, nous donna l’occasion d’insérer une enquête sociolinguistique sur leur connaissance et usage des langues4. Nous savions d’avance, comme résultat de plusieurs années d’observation, que la communauté juive de Barcelone est plurilingue car cosmopolite. Cependant, pour cette nouvelle étude sociolinguistique, notre hypothèse de départ était que plus les personnes étaient âgées, plus leur plurilinguisme devait être large et diversifié, étant donné que, originaires d’Europe sud-orientale (Turquie, Grèce), centrale (Balkans, Autriche, Pologne) et occidentale (Allemagne, Italie, France), ces personnes avaient grandi à une époque de convulsions politiques et de grandes transformations sociales, économiques et culturelles, et que leur itinéraire familial ou personnel était jalonné d’exils et d’expériences de toutes sortes. Nous les avions donc interrogées sur les langues apprises et utilisées dans leur enfance, les langues apprises plus tard et/ou simplement connues, les langues utilisées en Espagne, et les langues qu’elles n’utilisent plus. Nous avions pu alors constater que la richesse linguistique de ces personnes dépassait tous les pronostics puisque la connaissance moyenne était de sept langues par personne (langues apprises et parlées à un moment ou à un autre de leur vie). En revanche, mais cela n’est guère étonnant, nous observions à travers cette enquête qu’avec les générations postérieures (enfants et petits-enfants), les langues d’origine (bulgare, hongrois) et les langues juives (yiddish et judéo-espagnol) étaient peu ou pas du tout parlées. D’où il fallait induire que cette extraordinaire richesse linguistique des personnes âgées était rapidement appelée à disparaître au profit d’un cadre linguistique beaucoup plus réduit et homogène avec l’espagnol, le catalan, l’anglais, l’hébreu, voire le français.

  • 5 Étude publiée sous le titre « Judeollengües i plurilingüisme dels jueus », dans Treballs de Sociol (...)

3Enfin, une troisième étude nous permettait de dresser un panorama modeste, et forcément incomplet, des différentes langues juives ou judéo-langues, et d’appréhender plus particulièrement les origines, l’évolution et la situation actuelle du yiddish et du judéo-espagnol5.

4Avec un recul de vingt ans dans le cas du Liceo sefardí, et de près de dix ans dans le cas plus général de la Comunidad Israelita de Barcelona, qu’en est-il de ce multilinguisme pour ainsi dire unique au sein d’un groupe minoritaire, mais aussi dans l’enseignement en Catalogne ? L’intégration naturelle des générations nées en Catalogne, le « rajeunissement » de la collectivité juive et la modification ethnique issue d’une constante mobilité ont, à n’en pas douter, changé le panorama linguistique des années antérieures. Dans quelle mesure ? Pour quelles raisons ? Quelle est la nouvelle donne linguistique ? C’est ce que nous allons essayer de découvrir dans une première partie. Puis, dans une seconde partie, nous reviendrons sur ce patrimoine linguistique particulier que sont les judéolangues (yiddish, djudezmo et hakitiya) et sur l’état actuel de leur usage au sein de la collectivité juive en Catalogne.

UN MULTILINGUISME EN ÉVOLUTION

Babélisme communautaire

  • 6 Voir TSC n° 10, cité en note 3, p. 45.

5Avant d’analyser l’évolution du multilinguisme de la communauté juive de Barcelone, il est sans doute nécessaire de revenir sur sa nature et d’en préciser l’étendue. Car, bien au-delà des deux populations qui avaient fait l’objet d’enquêtes de terrain concrètes et d’analyse, à savoir les quelque cent dix élèves que comptait le collège sefardi en 1980 et les trente personnes âgées ayant répondu à l’enquête sociolinguistique de 1991, la collectivité juive de Barcelone représente quelques milliers de personnes issues des horizons les plus divers et aux itinéraires familiaux, culturels et géographiques les plus variés. Déjà, en 1993, nous avertissions le lecteur des limites de ce multilinguisme des personnes âgées interrogées dans le cadre des archives orales qui mentionnaient un total de vingt langues ci-après énumérées dans l’ordre décroissant : castillan, catalan, français, anglais, allemand, judéo-espagnol, hébreu, italien, yiddish, turc, bulgare, roumain, portugais, grec, polonais, russe, hongrois, serbe, « langues slaves », ukrainien. Une personne disait connaître onze de ces langues, tandis qu’à l’opposé trois personnes en connaissaient seulement quatre ; la moyenne étant de sept langues connues par personne. Or, comme nous le précisions dans l’analyse, « cette enquête n’était adressée qu’aux Juifs d’Europe ; si nous l’élargissions aux autres groupes de la CIB, originaires du Maghreb, du Proche-Orient, ou d’Amérique du sud [et aujourd’hui, des pays issus de l’ex-Yougoslavie et de l’ex-Union Soviétique], le nombre de langues serait encore plus élevé et plus varié6. Cette richesse linguistique ne se justifie pas uniquement en termes géographique et familial, c’est-à-dire en fonction du pays d’origine de toutes ces personnes. Elle s’explique également en termes historique et politique (propres à une époque et à un contexte international donnés), en termes culturel et social (propres à des milieux familiaux donnés), et en termes économique et professionnel (propres à des choix là encore familiaux ou bien individuels donnés). Mais ce n’est pas tout, car elle continue en fonction de l’itinéraire individuel de chacun, une fois qu’il est sorti du milieu familial, voire du pays d’origine. On peut donc dire de ce multilinguisme qu’il s’apparente à une véritable capitalisation linguistique individuelle et spécifique à chaque trajectoire. Quelques exemples concrets suffiront peut-être à éclairer et à illustrer nos propos.

  • 7 Sépharade : Au sens premier, descendant des Juifs expulsés de la Péninsule ibérique en 1492 ; plus (...)
  • 8 Ladino : ici, terme indûment utilisé par B. A. (et par de nombreuses personnes) pour parler du jud (...)

6– B. A., est né en Bulgarie de parents juifs sépharades7. Enfant, il apprend ce qu’il appelle ladino ou judéo-espagnol familial, ainsi que le bulgare8. Vers l’âge de quatre ans, il émigre avec ses parents en Palestine (alors sous mandat britannique) où, scolarisé, il apprend l’hébreu qui devient peu à peu sa langue quotidienne. Alors qu’il a neuf ans, sa famille part s’installer à Barcelone ; inscrit au lycée français de la ville, il étudie le français, puis l’espagnol, de même que par immersion il se familiarise avec le catalan. Étudiant en mathématiques, il se perfectionne en anglais, puis, par motivation personnelle, s’initie à l’italien. Au total, B. A. capitalise huit langues.

7– E. L. est né en Roumanie (où il apprend le roumain), issu d’une famille bourgeoise (on lui enseigne l’allemand et le français, langues de culture) ; de par ses grands-parents, il connaît le yiddish ; de par les échanges communautaires, le judéo-espagnol ; de par ses études, il est initié à l’anglais ; de par un choix personnel à l’italien ; enfin arrivé en Espagne, il s’habitue au castillan péninsulaire puis au catalan. Total, neuf langues.

  • 9 Ashkénaze : Juif originaire (lui-même ou ses ancêtres) d’Europe septentrionale. Nous avons traité (...)

8– Comment expliquer que V. B., née à Melilla de parents sépharades, et arrivée toute jeune à Barcelone, parle le yiddish en plus du castillan, du français, ou du catalan ? En fait, mariée à un ashkénaze d’origine polonaise, elle a, par contact, appris le yiddish, langue naturelle de sa belle-famille9.

9Il y a vingt ans, certains élèves du collège sefardi, capitalisaient également un important bagage linguistique, comme résultat à la fois de leur pays de naissance, de la trajectoire familiale et de leur scolarité au collège de la communauté juive.

10– Ainsi, V. S., onze ans à l’époque, parlait-elle six langues : de sa mère sépharade de Turquie, elle apprit tout d’abord l’espagnol ; mais née et scolarisée au Liban, elle apprit également l’arabe et le français ; arrivée à Barcelone vers l’âge de six ans et inscrite au collège sefardi, l’hébreu lui fut enseigné, puis l’anglais, puis le catalan. De l’avis des différents professeurs de langues, tous natifs (dont l’auteure de ces lignes), V. s’exprimait parfaitement dans toutes ces langues.

11Ces exemples (que l’on pourrait multiplier à souhait) ne sont représentatifs que d’eux-mêmes tant ils paraissent spécifiques. Néanmoins, ils illustrent à la fois la mobilité physique des Juifs (même si cette mobilité est contrainte) et leur adaptabilité intellectuelle et linguistique.

  • 10 Martine Berthelot, voir Plurilinguisme au collège..., 1980, p. 213.

12Pourtant, ce multilinguisme, que d’aucuns considèrent comme un don typiquement juif et un inestimable avantage, n’est pour beaucoup qu’une contingence historique : ainsi, justifiant le plurilinguisme dans son école, le directeur du collège sefardi affirmait lui-même qu’il s’agit d’« un besoin psychologique et peut-être inconscient du Juif de connaître d’autres langues, car il ne sait jamais où il sera demain »10. Plus sophistiqué, le philosophe français Albert Memmi y voit un « désordre linguistique », un « drame culturel » hérité de l’histoire chaotique de ce peuple jeté à la diaspora. Dans son livre La libération du Juif (1966), Memmi se demande quelle est la véritable langue du Juif, puis, en guise de réponse, il écrit :

  • 11 Albert MEMMI, La libération du Juif, Paris, Payot, 1966, p. 159.

« C’est l’histoire qui révèle périodiquement au Juif que sa langue n’est qu’une langue d’emprunt, puisque toujours susceptible de lui être reprise sans préavis. Une énumération exhaustive des langues utilisées par les Juifs serait interminable. Toutes celles des non-Juifs parmi lesquels ils ont vécu : l’anglais, l’allemand, le français, l’italien, l’espagnol, le russe, le polonais, le turc, etc. Sans compter toutes ces véritables langues mixtes, le judéo-espagnol, le judéo-arabe, le judéo-persan, le judéo-germain, etc. Créations presque originales, où se composent un passé étonnamment résistant et un présent nouveau »11.

13Non sans amertume, le philosophe poursuit :

  • 12 Idem, p. 164.

« Inutile de se faire d’illusion : l’absence d’une langue unique et stable est l’absence de langue ; avec toutes les conséquences catastrophiques qui résultent d’une telle carence. Peuple de perpétuelles personnes déplacées, les Juifs ont ainsi passé une grande partie de leur existence collective à réapprendre, à délaisser ce qu’ils savaient enfin, pour s’initier péniblement à des habitudes nouvelles, à s’éloigner de ce qu’ils furent, pour survivre. Songe-t-on à quel prix épuisant cela s’est toujours payé ? Quel désordre en a résulté dans la vie de ce pauvre peuple »12.

14Un peu plus loin, Memmi précise la nature de ce « désordre » :

  • 13 Idem, p. 165.

« La langue du Juif différait d’une judaïcité à l’autre, vacillait d’une génération à l’autre, hésitait à l’intérieur du Juif lui-même. Trop souvent, c’était la langue des autres qui résonnait dans sa tête (...) »13.

15Voilà bien, en effet, deux caractéristiques du multilinguisme ou, si l’on préfère, de la diversité linguistique des Juifs : elle n’est pas universelle, et elle n’est jamais acquise une fois pour toutes, mais est sujette à de constants changements d’une famille à une autre, et au sein d’une même famille, pour un même individu. On peut vérifier cet aspect chez les Juifs de Barcelone : car si le multilinguisme est une constante de la CIB, il serait inexact d’affirmer que tous les membres de la collectivité juive de Barcelone parlent sept ou huit langues, que ces langues sont transmises d’une génération à une autre. Au contraire, ce cadre linguistique a tendance à se réduire et à s’homogénéiser. Nous allons voir, à présent, dans quelle mesure et pour quelles raisons cette extraordinaire richesse tend à diminuer, voire même à se perdre.

Un multilinguisme en régression

16Si le multilinguisme individuel des Juifs, d’une part, et l’impressionnante diversité linguistique des Juifs dans leur ensemble, d’autre part, sont bien le fruit de la mobilité et de la dispersion, on peut penser que, au contraire, la stabilité et le regroupement réduiront le plurilinguisme et l’homogénéiseront. Israël en est sans doute le meilleur exemple : aux premières générations d’immigrés, séparées entre elles notamment par la diversité des langues, ont succédé les deuxième et troisième générations qu’unissait une seule et même langue, l’hébreu moderne, enseigné selon une politique linguistique planifiée, pour servir précisément de trait d’union entre des milliers d’individus que tout séparait hormis leur judéité.

17C’est un schéma similaire qui se présente à Barcelone. Le cosmopolitisme et le plurilinguisme des premières générations de Juifs immigrés en Catalogne, qui faisaient la spécificité et l’originalité de cette communauté, sont en train de s’atténuer sensiblement (non pas de disparaître tout à fait) avec les nouvelles générations nées en Catalogne, pour laisser place à un patron linguistique plus réduit, mais plus ancré dans le paysage catalan environnant. Ainsi, deux langues émergent-elles : le castillan et le catalan (en cela, on retrouve le bilinguisme ou la diglossie propres des habitants de Catalogne), suivies de l’anglais (principale langue étrangère enseignée en Espagne) ; puis viennent le français et/ou l’hébreu, à des degrés différents selon les personnes et selon leurs origines ; ainsi, des enfants scolarisés au lycée français de Barcelone ; ainsi des religieux, des sionistes ou des élèves passés par le collège sefardi pour l’hébreu (langue religieuse, culturelle et identitaire).

  • 14 Par opposition à « transplantées », c’est-à-dire ayant fait l’expérience de l’émigration-immigrati (...)

18Cette évolution linguistique des générations implantées14 (c’est-à-dire nées en Catalogne) est, de nos jours, naturelle et inéluctable. Tout observateur a loisir de le constater, quel que soit l’angle sous lequel il se place. En ce qui nous concerne, nous donnerons quatre exemples que nous connaissons relativement bien :

  • Ces cinq langues sont justement les langues enseignées au collège sefardi depuis les années 70, même si, à l’époque (et cela peut sembler paradoxal) ce choix était plus intuitif, affectif, voire contingent, que réellement étudié. Une vingtaine d’années plus tard, le directeur a procédé à un réaménagement hiérarchique de ces langues, soit pour des raisons de politique linguistique, soit sous la pression des parents. Ainsi, le français a-t-il cédé davantage de place à l’anglais et au catalan. Mais globalement, ces cinq langues sont toujours présentes : enseignées d’abord comme disciplines propres, elles sont ensuite utilisées comme langues instrumentales pour d’autres matières (histoire, mathématiques, littérature, etc.).
  • Dans l’enquête sociolinguistique auprès des personnes âgées de la CIB, la réduction du multilinguisme apparaît explicitement : c’est en général le castillan que les grands-parents parlent avec leurs petits enfants. Et, comme nous le disions (1993), dans la majorité des cas, les enquêtés n’utilisent plus leur langue première d’origine (bulgare. polonais, hongrois, yiddish) avec leurs propres enfants, car ils ne la leur ont pas transmise15. Dans ce cas de la perte de la langue d’origine, tout comme pour la religion, on ne peut s’empêcher de penser à la théorie des trois générations qui veut que le grand-père prie, le fils croit, le petit-fils nie ; les grands parents parlent yiddish, les enfants le comprennent, les petits-enfants l’ignorent.
  • Citons enfin un cas plus personnel d’une famille, mais qui est loin de représenter un cas isolé. La mère est ashkénaze d’origine allemande, le père sépharade d’origine turque (tous deux sont nés à Barcelone), leurs enfants (nés également à Barcelone) s’adressent à eux en catalan ; la mère répond en catalan, le père tantôt en catalan, tantôt en castillan.

19Quant aux familles dont les parents forment/formaient un couple mixte (par exemple, père juif et mère catalane), c’est le catalan qui en général domine à la maison, quelle que soit la date d’arrivée à Barcelone (que ce soient les années 1930, 40 ou 50).

20Cette réduction et homogénéisation du multilinguisme de la collectivité juive de Barcelone semble inévitable pour des raisons intrinsèques aux membres de cette communauté, mais elle est également le fruit d’une pression extérieure certaine. Tel que nous l’avons déjà dit, la CIB est à son origine une communauté cosmopolite : Turcs, Polonais, Allemands, Roumains, Bulgares, Hongrois, Marocains, arrivés entre les années 20 et 60 formaient un véritable creuset de langues, de traditions, d’habitudes, etc. Dépositaires d’un important capital linguistique à leur arrivée à Barcelone, celui-ci s’est étiolé au fil du temps. Étudié de plus près, c’est en fait par étapes successives qu’il s’est amenuisé, ainsi :

  • Pour ce qui est des « pionniers », arrivés dans les années 20 et 30, la transplantation (changement de pays) et la rupture avec leur milieu familial d’origine a été le premier facteur de l’abandon spontané ou progressif de langues comme le yiddish, le bulgare, le polonais, l’allemand, surtout s’ils n’avaient pas (ou peu) l’occasion de parler ces langues à Barcelone, parce qu’arrivés seuls, ou bien parce que leur conjoint était d’une autre origine.
  • Leur intégration professionnelle en Espagne, d’une part, en Catalogne, d’autre part, a supposé des choix linguistiques plus ou moins conscients : ainsi, certains commerçants ou représentants de commerce ont-ils adopté d’emblée le catalan, car appelés à négocier dans des petites villes très catalanophones.
  • Les Turcs et les Grecs ont – par contact, par immersion et aussi par nécessité sociale– recastillanisé puis abandonné leur djudezmo familial.
  • D’autres personnes – pour diverses raisons qui leurs sont propres – ont préféré miser sur le castillan, langue d’union des membres de la communauté juive.
  • Les mariages mixtes (ashkénazes/sépharades, ou Juifs/Catalans de souche, ou encore Juifs/non-Catalans de souche) ont influencé la langue familiale, la plupart du temps au bénéfice du catalan ou du castillan. Par ailleurs, des facteurs extérieurs ont également influencé ces choix ou ces glissements linguistiques :
  • Le franquisme (entre 1939 et 1975) qui a persécuté le catalan, et l’école qui lui servait de relais, ont imposé le castillan. Certaines familles – pour échapper à la religion obligatoire dans toutes les écoles de l’État espagnol – ont fait scolariser leurs enfants dans les écoles étrangères, au lycée français bien souvent. Toute une génération de jeunes Juifs est ainsi passée par le lycée ou les écoles françaises de Barcelone.
  • Puis, au début des années 80 – et l’on passe à la troisième génération – la politique du gouvernement autonome de la Generalitat a changé le panorama linguistique dans toute la société catalane (école, université, médias, rue, service public, etc.). Le catalan s’affirme alors comme la première langue des jeunes générations juives, avec le castillan qui le précède ou le suit de près, puis l’anglais qui est la langue étrangère la plus enseignée en Espagne.
  • Avec d’autres facteurs comme la démocratie consolidée ou la cherté de l’enseignement privé, rares sont aujourd’hui les familles juives qui font scolariser leurs enfants dans des lycées étrangers ou même au collège sefardi : d’où une perte progressive du français ou de l’allemand (qui était étudié au Collège suisse, par exemple).
  • Enfin, la situation de l’hébreu est elle-même précaire. En dehors du collège sefardi où l’hébreu fait l’objet d’environ cinq heures par semaine et par niveau, la langue du judaïsme et principalement des hommes est de moins en moins apprise (à l’exception des rudiments nécessaires aux principaux offices religieux et rites de passage)16. Dans ce cas, c’est l’éloignement communautaire généralisé dans toutes les communautés juives d’Europe (désaffection du sentiment religieux, mariages mixtes) qui en est la cause.

21Dans ce panorama négatif de la perte des langues, on nous objectera que la communauté juive de Barcelone est mobile et qu’elle se nourrit régulièrement de flux de nouveaux immigrants, telles les familles arrivées, dans les années 1990, de l’ex-Yougoslavie ou de l’ex-Union soviétique (Russes, Géorgiens, Ukrainiens, Biélorusses, Croates, Bosniaques). Bien sûr, la communauté juive de Barcelone – à l’image de toutes les communautés juives des pays stables – accueillera, intégrera toujours ces nouveaux arrivants parlant de nouvelles langues. II n’en reste pas moins que, à terme, ces familles immigrées de la dernière heure subiront le même processus linguistique que leurs aînés arrivés depuis les années 20. Et c’est le modèle catalan actuel, c’est-à-dire local, qui finira par s’imposer, comme en France, comme au Canada, comme aux États-Unis. Et, si par malchance le problème linguistique leur est insurmontable (notamment en raison du bilinguisme catalan-castillan), alors ils partiront, comme d’autres l’ont fait avant eux.

22C’est, en fait, une nouvelle identité juive en Espagne qui est en train d’émerger, faite d’abandons et d’emprunts. Mais, cet aspect central de la question juive, est aussi le sort réservé à tous les candidats au départ puis à l’intégration.

LANGUES JUIVES : UN DESTIN TOURMENTÉ

  • 17 À propos de la haketia, voir : Carlos BENARROCH, « Ojeada sobre el Judeo-español en Marruecos », d (...)

23Comment parler du multilinguisme des communautés juives sans évoquer aussi ces langues juives par excellence que sont les judéo-langues et l’hébreu ? Nous ne reviendrons pas ici sur l’origine, les caractéristiques et l’évolution des deux grandes judéo-langues, le yiddish ou judéo-allemand des ashkénazes, et le judéo-espagnol des sépharades qui a engendré le djudezmo en Europe sud-orientale et la haketia au Maroc, ni sur les formes « calques » (traduction mot à mot) comme le ladino ou le latino, utilisés dans l’étude des textes bibliques, rabbiniques et dans la liturgie17. En revanche, nous verrons quelle place, au sein de l’histoire et de la culture juives, revêt ce patrimoine linguistique spécifique que sont ces langues juives hybrides, en les comparant à l’autre langue juive naturelle qu’est l’hébreu. Puis, nous essaierons de cerner ce qu’il en reste aujourd’hui dans la pratique des Juifs à Barcelone.

Langues sémitiques et langues mixtes

24La tradition juive veut que l’hébreu soit la langue de la Révélation et des origines : celle du verbe divin, celle d’Adam et Ève, et aussi celle des Hébreux.

25C’est la langue de la Bible, des grands livres historiques et des textes prophétiques. Elle apparaît, de ce fait, comme la langue sacrée, parallèlement et par opposition aux autres langues, profanes celles-là, parlées par les Juifs en exil ou sous domination étrangère (araméen d’abord, grec ensuite, latin plus tard, puis arabe et bien d’autres langues). Le premier exil des Juifs à Babylone, au début du vie siècle avant J.-C., entraîna la perte progressive de l’hébreu comme langue parlée ; il fut d’abord concurrencé puis supplanté par l’araméen alors langue administrative et vernaculaire de presque tous les peuples du Moyen-Orient (de la Mésopotamie au Golfe Persique), qui deviendra la langue des Juifs de l’exil et occupera, lui aussi, une place prestigieuse dans leur histoire. Notons que la langue de l’histoire sainte, celle de Jésus et de ses contemporains en Judée est l’araméen et non pas l’hébreu. Mais, la diaspora juive s’étendant progressivement bien au-delà du Moyen-Orient, partout où ils s’implanteront, ils emprunteront la/les langue/s autochtone/s.

  • 18 En fait, il existe quatre types d’hébreu : l’hébreu biblique (des Textes sacrés), l’hébreu rabbini (...)

26L’hébreu classique restera la langue de l’écrit, celle de l’Écriture et des textes sacrés, mais il subira, tout comme l’hébreu parlé, l’influence de l’araméen, puis du grec et bientôt du latin. Au iiie siècle de notre ère, alors qu’il n’est plus du tout parlé depuis longtemps, l’hébreu devient la langue des Sages. Au Moyen-Âge, les Juifs sont implantés dans la majorité des territoires du bassin méditerranéen, dont ils ont adopté les langues vernaculaires (qu’ils enrichissent de mots hébreux et araméens). L’hébreu écrit reste la langue de la Loi et des prophètes, et, récité ou chanté, celle de la liturgie et de la pratique religieuse, mais il est aussi au cœur de l’érudition (grammaire, poésie et kabbale), alors que les activités philosophiques et scientifiques sont en arabe, et la langue vernaculaire des Juifs étant, quant à elle, celle de leur environnement. L’hébreu, bien que très ancien, et depuis longtemps réduit à l’écrit, n’est jamais resté une langue figée. Au contraire. Il a déjà subi diverses influences (araméen, grec, latin, comme on l’a vu), et au Moyen-Âge, sous l’effet de l’intense activité intellectuelle, scientifique et de traduction, il se nourrit d’apports terminologiques nouveaux et redevient langue d’expression des érudits18.

  • 19 « Lumières juives » ou Haskalah : mouvement philosophique émancipateur du judaïsme (fin xviiie-fin (...)

27Mais ce n’est qu’au xixe siècle que l’hébreu connaîtra le renouveau, la vitalité et l’importance que l’on sait. Déjà, les « Lumières juives » avaient contribué à sa regénération, en Allemagne notamment, grâce à toute une littérature, qui entendait d’ailleurs rivaliser avec la littérature yiddish19. Cependant, c’est, plus tard, avec le développement du sionisme et l’ambitieux programme (de modernisation et d’adaptation) d’Eliezer Ben Yehuda, qu’il retrouvera sa place comme langue parlée des Juifs en Palestine, pour devenir, en 1948, langue officielle de l’État d’Israël.

  • 20 D’après Claude HAGÈGE, Le souffle de la langue, éd. Odile Jacob, Paris, 1992, p. 82.

28À mi-chemin entre l’hébreu, qui était leur langue de religion et de tradition propre, et les différentes langues d’emprunt qu’ils adoptèrent au gré de leur exils et implantations, les Juifs se façonnèrent un espace linguistique à la fois original et spécifique : les judéo-langues. Avec une particularité supplémentaire pour ce qui est du judéo-espagnol et du yiddish, puisqu’elles ne leur furent vraiment propres et reconnues que lorsqu’ils quittèrent les pays où elles étaient nées : l’Espagne au xve siècle, et l’Allemagne aux xiiie et xive siècles. On sait qu’ils emportèrent avec eux les langues qu’ils y parlaient : le castillan et les romances anciens, dans le cas des sépharades de la Péninsule ibérique, le haut-allemand moyen, dans le cas des ashkénazes. Ces langues-base se distingueront rapidement des langues locales dont elles sont historiquement issues ; conservées à l’état archaïque, d’une part, enrichies d’apports hébraïques ou araméens, d’autre part, et, finalement, en contact avec de nouvelles langues employées au cours de leurs déplacements successifs, elles formeraient bientôt le judéo-espagnol et le judéo-allemand, « langues où se reflétaient leur identité mixte et leur histoire tourmentée »20. Ces langues juives (qui s’écrivaient en caractères hébraïques) étaient réservées à l’usage familial et communautaire. Elles ont également servi de support à une riche littérature, et plus tard à une presse substantielle. Mais, ethno centrées, elles ne pouvaient assurer une « existence civique normale » aux Juifs dans les pays où ils s’étaient réfugiés, raison pour laquelle ils en connaissent aussi parfaitement les langues.

  • 21 « Minorité protégée » (contre impôts), ou dhimmis, était le nom attribué aux Juifs (ainsi qu’aux C (...)

29Apogée et agonie, pourrait-on dire, caractérisèrent ces deux fleurons de l’espagnol et de l’allemand. Suite à l’émancipation civique et juridique qui leur fut progressivement accordée à partir de 1792, c’est l’intégration des Juifs dans les sociétés globales qui a entraîné le déclin précipité ou progressif des judéolangues. Autrement dit, ces langues n’avaient leur raison d’être que tant que les Juifs formaient une « nation étrangère », ou des minorités dites « protégées » ou, plus exactement, lorsqu’ils n’étaient que des citoyens de seconde catégorie21. Ces judéo-langues se sont formées au contact inéluctable des autres langues, certes. Mais il n’en est pas moins vrai que les apports lexicaux et syntaxiques de l’hébreu et de l’araméen, d’une part, et, d’autre part, leur graphie hébraïque – notamment pour le yiddish et le djudezmo – rendaient ces langues intelligibles aux Juifs, et à eux seuls, qui les utilisaient dans le cadre familial, communautaire, religieux, culturel ou dans leurs relations professionnelles. Parlant de la haketia (judéo-espagnol des Juifs du Maroc), José Benoliel – un des rares spécialistes du début du xxe siècle de cette question – avance trois raisons de la création, conservation et évolution de ce qu’il appelle un dialecte :

  • 22 José BENOLIEL, « El dialecto judeo-hispano-marroquí », in : Raíces, revista judía de cultura, n° 1 (...)

« La primera y principal fue ciertamente la conveniencia para los judíos ibéricos, de entenderse unos con otros sin peligro de serlo por circunstantes extraños, moros o cristianos, en unos tiempos en que todos los medios de defensa eran pocos para preservarse de persecuciones y atropellos. Esta verdad, evidente por sí misma, es confirmada por la propia decadencia y gradual desaparecimiento de la misma hakitía, en estos últimos años, a medida que, con la creciente civilización y respeto del derecho humano, va creciendo el sosiego y la confianza en el corazón del judío hispano-marroquí, y le va inspirando el deseo y proporcionándole los medios de adoptar más elegantes y dignos trajes para revestir su cuerpo, y más puro y castizo lenguaje para traducir su pensamiento. La segunda causa, que más bien dice relación a la persistencia y progresivo incremento de la hakitía, proviene del alejamiento de la tierra patria, alejamiento que forzosamente hizo obliterar y olvidar, poco a poco, gran copia de vocablos castellanos y surgir la necesidad de reemplazarlos sucesivamente por otros de lengua árabe o hebrea. Finalmente, la tercera causa, dimanante de las primeras y de la distancia cada vez mayor en tiempo, espacio, educación y costumbres, entre judíos expulsados y españoles, asienta sobre la natural aspiración de poseer un idioma propio para entenderse y reconocerse unos a otros, y para no confundirse ni ser confundidos con sus correligionarios de habla arábiga »22.

  • 23 C. Hagège, op. cit. p. 27 et p. 83.

30En somme, les judéo-langues auraient été des instruments de reconnaissance et de distinction ethnique, d’une part, ainsi que d’automargination culturelle, d’autre part. La rénovation et la promotion du yiddish au xviiie et au xixe siècle tendaient aussi vers les deux premiers postulats avancés par Benoliel. Mais pour ces langues spécifiques, le revers de la médaille était bien là précisément. Car l’association d’une langue incompréhensible avec ceux qui la parlaient, les Juifs en l’occurrence, a souvent alimenté l’hostilité des sociétés majoritaires à leur encontre : soit parce que connues et utilisées exclusivement par les Juifs entre eux, elles suscitaient des réflexes de peur et de haine dans les sociétés dominantes ; soit, et dans les années 1930, ce fut le cas du yiddish en Pologne, en Ukraine ou en Roumanie, parce que les Juifs qui parlaient cette langue d’origine germanique étaient associés aux ennemis Allemands23. Triste paradoxe ! En tout état de cause, judéo-espagnol ou judéo-allemand ont connu au xxe siècle un déclin attesté : progressif, dans le premier cas, brutal dans le second.

  • 24 Une des principales missions des écoles de l’Alliance Israélite Universelle (réparties dans la maj (...)
  • 25 Voir TSC n° 20, cité, p. 47, note 14.

31Le djudezmo qui avait pourtant connu ses heures de gloire dans l’ex-Empire Ottoman, et qui, à la fin du xixe siècle servait une presse encore relativement alerte, fut peu à peu délaissé au profit des grandes langues européennes de la colonisation adoptées par la bourgeoisie, ou du français diffusé par le biais des écoles de l’Alliance Israélite Universelle (AIU). Considéré comme peu gratifiant, car devenu langue des classes défavorisées, et symbole d’une vie ethnocentrée largement entamée par la modernisation et l’émancipation, son déclin fut également précipité par l’émigration massive vers la France et l’Amérique24. Le djudezmo n’était plus parlé que par 8 000 personnes dans les Balkans à la veille de la deuxième guerre mondiale. La déportation et l’extermination par les nazis, d’une grande partie des Juifs des Balkans et notamment de l’importante communauté de Salonique ont porté un coup fatal à cette langue. La haketia des Juifs du Maroc (beaucoup moins nombreux que les sépharades des Balkans) a d’abord été recastillanisée à partir de la fin du xixe siècle ; d’autre part, à l’instar du djudezmo, elle n’a pu résister à la généralisation du français des écoles de l’AIU, ou du castillan des écoles du protectorat espagnol, et elle s’est progressivement effacée, pour ne plus subsister que sous forme de vestiges depuis les années 195025. Quant au yiddish, il a été amputé de 5 millions d’ashkénazes qui le parlaient, assassinés par les nazis pendant la deuxième guerre mondiale.

Judéo-langues : un patrimoine en péril

  • 26 Pour le judéo-espagnol, voir (entre autres) : H. V. Séphiha, op. cit., p. 70-96. Toute l’œuvre de (...)

32Malgré ce triste panorama, le yiddish et le djudezmo n’ont pas tout à fait disparu, contrairement aux petites judéo-langues totalement éteintes, comme la hakitia. C’est l’émigration en Israël et dans les pays occidentaux (États-Unis, France) qui a préservé sinon leur usage, tout du moins leur existence. Des efforts sont faits pour recueillir, conserver, sauvegarder ce qu’il en reste, pour encourager les gens qui les parlaient ou qui les parlent encore à les transmettre, et pour promouvoir leur étude26.

33On peut se demander quelle est, en Espagne et notamment à Barcelone, la situation de ces trois judéo-langues puisque la communauté juive est cosmopolite. De nos années d’observation de la communauté judéo-catalane, on peut signaler quelques lignes directrices :

  • 27 Martine BERTHELOT, Les Juifs de Barcelone au xxe siècle, retour à Sefarad, identité juive et intég (...)

34– Le yiddish des ashkénazes arrivés avant 1950, n’est plus transmis, Alors qu’il était utilisé comme langue identitaire et naturelle entre les immigrants polonais de la première génération, il a aujourd’hui pratiquement disparu comme langue d’usage, en même temps d’ailleurs que ces personnes qui le parlaient et qui se sont éteintes pour la plupart. Les Roumains et les Autrichiens, un peu plus jeunes que les Polonais, le connaissent mais ne l’utilisent pas car ce n’était pas leur langue d’usage avant d’arriver en Espagne. Tout juste quelques expressions ou mots subsistent-ils chez ces ashkénazes, car indicibles en langue espagnole et catalane, ou n’ayant pas d’équivalent dans notre culture, ou encore pour appuyer une pensée. Précisons, que déjà peu nombreux à l’origine, et hommes plutôt que femmes (années 30 et 40), la nuptialité des ashkénazes yiddishophones a été très marquée par les mariages mixtes (avec des sépharades ou avec des non-juives), ce qui a précipité le déclin de son usage à Barcelone. Pour leur part, les Juifs argentins (dont les parents et grands-parents étaient d’origine russe et polonaise) arrivés en Espagne dans les années 70 et 80 avaient déjà plus ou moins perdu l’usage du yiddish dans leur pays d’origine27.

35– Le djudezmo des sépharades de Turquie et d’Europe sud-orientale, presque unanimement connu des immigrants des années 1920 et 1930, a disparu pour une autre raison. Alors que c’est la langue qui a facilité leur intégration en Espagne, elle a subi un processus de recastillanisation rapide, appuyé entre autre par l’obligation, sous le franquisme, de parler le castillan en public. À titre d’anecdote, on citera le cas de cette sépharade tout juste arrivée de Palestine en 1947, qui, s’adressant en judéo-espagnol à un épicier, s’entendit répondre : « Ici, on ne parle pas catalan »...

  • 28 Voir I. S. Revah, Hispanisme et judaïsme..., op. cit.

36Les personnes âgées interrogées dans notre enquête, en 1991, avouaient parler le djudezmo (qu’elles appellent affectueusement españoliko ou español nuestro ou encore español sefardí) soit avec leur conjoint, soit avec leurs frères et sœurs (c’est-à-dire avec des personnes de leur génération ou de leur milieu familial). Elles ne l’ont pas transmise à leurs enfants, néanmoins, des expressions ou des mots subsistent (certains verbes comme meldar plutôt que rezar qui renvoie aux chrétiens, ou bien ce qui a trait aux traditions culinaires, ou encore, des interjections). Enfin, des longues entrevues avec une dizaine de ces personnes, nous avions pu détecter des formes phonétiques ou morphologiques propres au djudezmo : les sons [z], certaines formes verbales du passé simple (hizimos, dizimos), mais aussi des gallicismes ou des mots français28. Certains locuteurs, à défaut de conserver le vocabulaire, la phonétique ou des formes typiques du djudezmo, en ont gardé dans la prosodie et l’accentuation l’extrême douceur (le contraste avec le castillan péninsulaire est saisissant).

37– L’usage de la hakitia des sépharades originaires de l’ancien protectorat espagnol du Maroc avait disparu bien avant qu’ils n’arrivent en Espagne dans les années 1950 et 1960. Elle ne subsiste plus guère aujourd’hui que sous forme de vestige. En 1980, des jeunes élèves du collège sefardi nous avouaient en riant, qu’ils connaissaient quelques expressions encore utilisées par leurs parents dans des situations affectives ou émotionnelles précises. Mais, plus encore que le djudezmo, car d’aire beaucoup plus restreinte, et surtout parce qu’elle n’avait qu’un usage oral, contrairement au judéo-espagnol qui était très utilisé à l’écrit, la hakitia était considérée comme une langue de seconde catégorie. José Benoliel, lui-même, la qualifiait de dialecte ; et nous avons personnellement entendu des sépharades marocains parler de « patois » et de « jargon » à l’endroit de leur propre langue. Il faut ici, mentionner la tâche patiente et louable de Carlos Benarroch, de Barcelone, qui depuis des années, collecte et classifie des expressions, des proverbes, du lexique en hakitia, et qui a élaboré un « refranero haquitía » en attente de publication.

38À Barcelone, ces langues juives ont donc disparu pour des raisons structurelles. Elles ne pouvaient survivre hors de leur milieu d’épanouissement (ghettos d’Europe centrale, communautés des Balkans ou du Maroc), c’est-à-dire là où elles trouvaient cohérence et cohésion. A fortiori, comment quelques dizaines, voire quelques centaines, de familles transplantées pouvaient-elles « naturellement » conserver ces langues d’un autre lieu, d’un autre temps, d’un autre monde, quand le succès de leur intégration en Espagne dépendait de la nécessité d’apprendre et d’utiliser l’espagnol, lequel, de surcroît, faisait son apparition à l’intérieur de la maison juive par le biais des enfants scolarisés dans les écoles locales. La lutte était inégale, et l’issue jouée d’avance.

39Contrairement aux judéo-langues, aujourd’hui tombées en désuétude, et n’apparaissant plus que sous forme d’alternance codique, et, parce que son usage recouvrait d’autres motivations, l’hébreu a toujours été présent parmi la communauté juive de Barcelone. Tout d’abord, parce que c’est la langue de la Bible et de la liturgie, et qu’il est utilisé à la synagogue. Par ailleurs, son apprentissage est indispensable pour l’étude des textes sacrés, de l’histoire juive et de la préparation des enfants à la Bar Mitsva. Secondement, la création de l’État d’Israël, en 1948, et le sionisme triomphant ont impulsé l’enseignement et l’apprentissage de l’hébreu moderne qui avait alors un écho formidable parmi la jeunesse juive, soit parce qu’elle désirait émigrer vers ce nouveau foyer national, soit parce que c’était une forme de militance identitaire. En troisième lieu, la création du collège sefardí au début des années 70 est venue renforcer l’apprentissage de l’hébreu. Cependant, d’une façon plus générale, l’usage quotidien ou régulier de l’hébreu, dans l’ensemble de la collectivité juive barcelonaise, reste assez secondaire et réservé davantage aux hommes. L’arrivée de quelques familles hébréophones d’Israël n’a que très peu modifié l’attitude des autres membres de la communauté.

***

40La résurrection de l’hébreu, deux mille ans après sa disparition, est un fait unique dans l’histoire des langues. Longtemps langue mythique d’un peuple en exil, il est, depuis 1948, langue nationale d’un État et d’un peuple souverains. À l’opposé, le sort des judéo-langues semble répondre à des raisons conjoncturelles limitées dans l’histoire : nées à des périodes et pour des raisons données, elles ont disparu pour des raisons données également (érosion, abandon volontaire, génocide). Pour autant, cette disparition se justifie-t-elle ? Est-ce là le sort inéluctable des langues minoritaires ?

41Nombreux sont les Juifs eux-mêmes qui se sont intéressés à la langue et aux langues ; l’histoire, même ancienne, est pleine de grammairiens, traducteurs, philologues et, plus récemment, de linguistes : Chomsky, Fishmann, Benvéniste. Ce n’est pas le fruit du hasard mais bien l’habitude des langues qui sont le véhicule de la communication entre les humains. Et chacun de placer en cet instrument de communication sa propre idéologie, son propre idéalisme ou sa propre vision du monde. Ainsi, Lejzer Ludwick Zamenhoff (1859-1917) créa cette langue artificielle mais internationale que devait être l’espéranto pour effacer les distances que marquent les différentes langues entre les peuples, et dont il avait souffert dans son enfance à Bialystok, comme il le dira lui même :

  • 29 Cité par C. Hagège, op. cit. p. 167-168.

« Ce lieu de ma naissance et de mes jeunes années imprima leur première direction à toutes mes idées futures. À Bialystok, la population se compose de quatre éléments différents ; Russes, Polonais, Allemands et Juifs : chacun d’eux parle une langue à part et entretient des rapports hostiles avec les autres ; [...] dans la rue, dans les maisons, à chaque pas, tout me donnait le sentiment que l’humanité n’existe pas ; il n’existait que des Russes, des Polonais, des Allemands des Juifs, etc. [...] Personne ne peut ressentir la nécessité d’une langue humainement neutre et anationale aussi fort qu’un Juif, qui est obligé de prier Dieu dans une langue morte depuis longtemps, qui reçoit son éducation et son instruction dans la langue d’un peuple qui le rejette, et qui a des compagnons de souffrance sur toute la terre, avec lesquels il ne peut se comprendre »29.

  • 30 Voir notamment Eliezer BEN YEHOUDA, Le rêve traversé, éditions du Scribe, Paris 1988.

42C’est pour ces motifs-là précisément qu’un autre Juif, contemporain de Zamenhof, idéaliste lui-aussi, conçoit une autre solution, non pas pour l’humanité toute entière mais pour les propres Juifs : Eliezer Ben Yehouda (18581922) allait, dans la mouvance du sionisme naissant et du Judenstadt (État juif ) imaginé par Théodore Herzl, régénérer l’hébreu (alors hautement concurrencé par le yiddish) afin qu’il redevienne la langue nationale du peuple juif, dans un foyer national propre30.

43Enfin, c’est avec un chantre contemporain du plurilinguisme, Claude Hagège, sépharade, que nous terminerons ces lignes. Un siècle après Zamenhoff et Ben Yehuda, commentant le triste constat d’un xxe siècle dévastateur, le linguiste français dit en substance :

  • 31 C. Hagège, op. cit., p. 83

« Cet anéantissement [des Juifs germanophones], comme celui d’une masse de sépharades, hérauts d’une autre grande langue, l’espagnol, a causé à la culture européenne un dommage très grave du point de vue linguistique : l’Europe a perdu un grand nombre de polyglottes. Or les polyglottes sont des piliers de l’Europe unie, dont la construction s’annonce aujourd’hui. Nomades des langues, les polyglottes disparus dessinaient le profil de l’Européen idéal. Il n’est meilleur hommage à leur mémoire que de former à présent le plus possible d’hommes et de femmes qui redonnent vie à ce modèle. Beaucoup de ces morts furent plurilingues par nécessité. Une vaste politique d’apprentissage des langues apporterait la preuve que dans une Europe qui veut son unité, on peut aussi l’être par choix »31.

44Trois Juifs, trois linguistes, trois positions : universaliste, européiste, particulariste. Au lecteur d’apprécier.♦

Notes

1 Publié dans : Les Langues néo-latines n° 39, Paris, 1999, p. 47-66. Et en catalan, sous le titre « Nova mirada sobre el patrimoni i les pràctiques lingüístiques dels jueus de Barcelona » dans Treballs de Sociolingüística Catalana n° 14-15, ed. 3 i 4, València 2000, p. 39-52.

2 Il y avait – au moment de l’enquête servant de base à cet article – deux entités juives officielles à Barcelone : la Comunidad Israelita de Barcelona (CIB), l’institution juive la plus ancienne (créée à la fin de 1918) et regroupant le plus d’adhérents ; elle est de tendance orthodoxe/traditionnelle ; et l’Atid, de tendance libérale, créée dans les années 90. D’après les données de la CIB, il y aurait environ 3 000 Juifs dans la capitale catalane. Dans cet article, lorsque nous parlerons des Juifs comme collectivité humaine, nous utiliserons l’expression communauté juive sans majuscule, Communauté avec une majuscule ayant le sens d’institution. De même que le collège sefardi a pour nom officiel Liceo sefardí, mais ce n’est pas un lycée au sens français du terme, puisque la plus grande classe correspond à la 4e de l’enseignement secondaire français.

3 Plurilinguisme au collège de la Communauté Israélite de Barcelone, Mémoire de maîtrise, Université Paul Valéry, Montpellier, 1980, 240 p. Introduction et conclusion publiées sous le titre « Introducció a l’estudi de la CIB », dans Treballs de Sociolingüística Catalana (TSC), n° 4, València, ed. 3 i 4, 1982, p. 103-123.

4 Étude publiée sous le titre « La CIB, un espai lingüístic desconegut a Catalunya », dans Treballs de Sociolingüística Catalana (TSC), n° 10, València, ed. 3 i 4, 1993, p. 27-49. (Voir chapitre précédent).

5 Étude publiée sous le titre « Judeollengües i plurilingüisme dels jueus », dans Treballs de Sociolingüística Catalana (TSC), n° 11, València, ed. 3 i 4, 1994, p. 89-94.

6 Voir TSC n° 10, cité en note 3, p. 45.

7 Sépharade : Au sens premier, descendant des Juifs expulsés de la Péninsule ibérique en 1492 ; plus généralement, encore que improprement, Juif non-ashkénaze (voir ci-dessous note 9).

8 Ladino : ici, terme indûment utilisé par B. A. (et par de nombreuses personnes) pour parler du judéo-espagnol, quand il faudrait, d’après H. V. Séphiha, parler de djudezmo, qui était la langue vernaculaire, alors que ladino est le nom donné à une forme très spéciale de l’espagnol ancien, langue utilisée dans la liturgie et la pédagogie. Voir à ce sujet : Haïm Vidal SÉPHIHA, L’agonie des judéo-espagnols, Paris, éd. Entente, 1977, p. 16-22 ; L. S. REVAH, « Hispanisme et judaïsme des langues parlées et écrites par les sefardim », dans Actas del 1er simposio de Estudios sefardíes, Madrid, ed. de I. M. Hassan - CSIC, 1970, p. 233-242.

9 Ashkénaze : Juif originaire (lui-même ou ses ancêtres) d’Europe septentrionale. Nous avons traité de la terminologie, relative aux Juifs et aux langues juives : Cien años de presencia judía en la España contemporánea, ed. KFM, col. ERAIM n° 2, Barcelona, 1995, p. 19-33.

10 Martine Berthelot, voir Plurilinguisme au collège..., 1980, p. 213.

11 Albert MEMMI, La libération du Juif, Paris, Payot, 1966, p. 159.

12 Idem, p. 164.

13 Idem, p. 165.

14 Par opposition à « transplantées », c’est-à-dire ayant fait l’expérience de l’émigration-immigration ; concept sociologique utilisé par Dominique Schnapper dans Juifs et Israélites, Paris, Gallimard, 1980.

15 Voir TSC n° 10, o. c., p. 37-38.

16 Bar Mitsva : cérémonie symbolisant l’âge de la majorité religieuse des jeunes Juifs de douze ans (et dont l’équivalent, chez les Chrétiens catholiques est la Profession de foi).

17 À propos de la haketia, voir : Carlos BENARROCH, « Ojeada sobre el Judeo-español en Marruecos », dans Actas del 1er Simposio..., op. cit. ; Line AMSELLEM, « Vestiges de la haketia », dans Actes de la Journée d’Études judéo-espagnoles, Clichy, École des Hautes Études du Judaïsme, 1990, p. 55-70.

18 En fait, il existe quatre types d’hébreu : l’hébreu biblique (des Textes sacrés), l’hébreu rabbinique (des Sages), l’hébreu néo-classique (des érudits du Moyen Âge) et l’hébreu moderne (actuellement parlé en Israël). Pour l’hébreu, nos informations proviennent de : J. C. ATTIAS et E. BENBASSA, Dictionnaire de civilisation juive, Paris, Larousse, 1997, p. 118-120 ; Théophile GROL, Grands moments de l’histoire juive, Paris, Les éditeurs français réunis, 1980, p. 41-45.

19 « Lumières juives » ou Haskalah : mouvement philosophique émancipateur du judaïsme (fin xviiie-fin xixe), émanant des Lumières françaises et allemandes.

20 D’après Claude HAGÈGE, Le souffle de la langue, éd. Odile Jacob, Paris, 1992, p. 82.

21 « Minorité protégée » (contre impôts), ou dhimmis, était le nom attribué aux Juifs (ainsi qu’aux Chrétiens) dans les pays de l’Islam. En France, avant leur émancipation (1792), ils recevaient le nom de « nation étrangère ».

22 José BENOLIEL, « El dialecto judeo-hispano-marroquí », in : Raíces, revista judía de cultura, n° 18, Madrid, 1994, p. 47-49 (la version originale de ce texte date du début du xxe siècle).

23 C. Hagège, op. cit. p. 27 et p. 83.

24 Une des principales missions des écoles de l’Alliance Israélite Universelle (réparties dans la majorité des pays du Bassin méditerranéen) fut précisément la diffusion de la langue et de la culture françaises, alors considérées comme véhicules d’émancipation et de modernisation des Juifs.

25 Voir TSC n° 20, cité, p. 47, note 14.

26 Pour le judéo-espagnol, voir (entre autres) : H. V. Séphiha, op. cit., p. 70-96. Toute l’œuvre de Séphiha est consacrée à la sauvegarde du judéo-espagnol. H. V. BESSO, « Decadencia del judeo-español ; perspectivas para el futuro », in Actas del 1er Simposio..., op. cit., p. 249-261.

27 Martine BERTHELOT, Les Juifs de Barcelone au xxe siècle, retour à Sefarad, identité juive et intégration à la société catalane, thèse de doctorat de IIIe cycle, Université Paul Valéry, Montpellier, 1984, voir vol. 1 et 2.

28 Voir I. S. Revah, Hispanisme et judaïsme..., op. cit.

29 Cité par C. Hagège, op. cit. p. 167-168.

30 Voir notamment Eliezer BEN YEHOUDA, Le rêve traversé, éditions du Scribe, Paris 1988.

31 C. Hagège, op. cit., p. 83

Notes de fin

* Vegeu capítol anterior, “Un espai lingüístic desconegut...”

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540