Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juifs de Catalogne

 | 
Martine Berthelot

Première partie. Communautés juives en Catalogne

Normalisation juridique et organisation communautaire1

Texte intégral

  • 1 Publié dans Actes du colloque « Les Juifs dans l’Europe d’aujourd’hui et de demain », Paris, novem (...)

Normalització jurídica i organització comunitària
Aquest text, presenta la judaïcitat barcelonina sota una nova perspectiva ja que, en aquest cas, el propòsit es centra en l’estatut jurídic dels jueus com a minoria religiosa d’Espanya, en l’estructura i la infraestructura comunitària (aleshores ja no es basava únicament en la CIB ja que dues noves associacions jueves s’acabaven de crear), en la normalització (millor dit, la integració política) comunitària, i en els nous reptes i perspectives que ja es desdibuixaven a finals de 1992, any trascendental de les relacions entre Espanya i els jueus. O sigui, s’hi tracta la doble qüestió de l’evolució comunitària i de la seva integració en el paisatge polític i jurídic. Concretament, la reflexió s’assenta – no pas en el conjunt dels jueus de Barcelona – ans més aviat en les instàncies comunitàries i les polítiques dutes a terme en la comunitat durant els deu-quinze anys anteriors, en les dificultats, les innovacions, les opcions i també els fracassos. Reflexió aquesta que emanava principalment del discurs comparat dels mateixos dirigents, responsables i consellers comunitaris (entre els quals dos presidents antagònics). Concretament, s’hi aborden quatre punts.
La normalització de l’estatut dels jueus a l’estat espanyol, implica evocar l’etapa d’allò que només era una “tolerància” religiosa, i després de llibertat religiosa, però també el buit jurídic que va imperar fins l’any 1992, tant a nivell individual com a nivell col·lectiu i comunitari.
Seguidament, es dóna a conèixer l’organització de la principal i més gran entitat jueva de Barcelona (va ser l’única fins al 1992): la definició que s’atribuïa aleshores (“Conjunt de tots els hebreus vivint a Barcelona”) i la seva tendència (ortodoxa). També es detallen: la seva infraestructura, estructura i direcció, les qüestions d’ordre religiós, i l’intent – frustrat – d’un nou model de comunitat més oberta a totes les sensibilitats del judaisme.
La normalització comunitària en el marc de Catalunya i l’obertura cap a l’exterior va ser un repte prioritari en els anys vuitanta; s’hi varen multiplicar les relacions de la CIB amb les autoritats locals (Generalitat de Catalunya i Ajuntament de Barcelona: el president del Govern autonòmic, Jordi Pujol, especialment atès a la qüestió jueva i israeliana, va donar una empenta molt forta en l’apropament dels jueus i dels catalans. Va ser també l’època de relacions més consolidades amb els mitjans de comunicació.
Finalement, s’examinen els nous reptes comunitaris generats per aquesta obertura cap a l’exterior, però també a l’interior de la comunitat. La gran heterogeneitat de la població jueva, en el si del que finalment era una petita comunitat va generar conflictes i dissidències que acabaren amb l’emergència de noves associacions al marge de la CIB. Situació inèdita que tindria una incidència important en el futur de la CIB i de la col·lectivitat jueva a Catalunya.

1Après quatre siècles d’absence en Espagne, les Juifs ont commencé à revenir dans la Péninsule ibérique vers le milieu du xixe siècle. Actuellement, il y a un peu moins de 8 000 personnes reparties dans treize communautés dont les plus importantes sont Barcelone, Madrid et Séville. Cependant, selon des estimations plus globales, le nombre oscillerait entre 12 000 et 20 000 personnes. La communauté de Barcelone compte 2 500 membres. En ce qui concerne l’origine, la communauté juive d’Espagne est marocaine dans sa majorité (environ 70 %), et pour le reste, très cosmopolite, notamment à Barcelone (sépharades des Balkans, ashkénazes d’Europe centrale, Argentins, Israéliens, Libanais, Nord-Américains, Anglais, Russes, etc.) Le statut socio-économique est moyen-élevé en général, les domaines professionnels prédominants étant le commerce, l’industrie, les professions libérales, le secteur immobilier et le tourisme. Il y a enfin de nombreux retraités dans les petites communautés de la côte méditerranéenne ainsi que des îles Baléares et Canaries.

NORMALISATION DU STATUT DES JUIFS DANS L’ÉTAT ESPAGNOL

2Parler de l’organisation des communautés juives de l’Espagne actuelle, implique de revenir d’abord sur l’évolution de leur statut juridique dans ce pays. Nous savons tous que la place qui est accordée aux Juifs dans les sociétés globales détermine en grande partie le développement et le devenir des communautés, à la fois en tant que groupes de personnes et en tant qu’institutions. C’est on ne peut plus vrai dans un pays comme l’Espagne qui, il y a quelques décennies, était encore emprisonnée entre la dictature franquiste et la toute puissance de l’Église catholique, et âprement fermée a l’extérieur et au progrès.

3Dans l’histoire contemporaine du judaïsme espagnol, deux dates, 1945 et 1978, sont particulièrement saillantes et marqueront de façon décisive l’évolution de la vie communautaire. Un bref rappel historique est ici nécessaire.

Tolérance religieuse et liberté religieuse

4Depuis le retour des Juifs dans la Péninsule ibérique, au xixe siècle, il n’y a eu que deux très brèves périodes de liberté religieuse (1869-1876 et 1931-1939) décrétées d’ailleurs au moment des deux seules républiques que connut l’Espagne. Exception faite de ces deux périodes, la communauté juive, en tant que minorité confessionnelle non-catholique, devait vivre soit sous un régime de tolérance conditionnelle, soit dans la clandestinité ou la semi clandestinité (notamment au moment de la guerre civile espagnole et dans les premières années de la période franquiste, c’est-à-dire entre 1936-1945).

5En juillet 1945, le Fuero de los Españoles (équivalent franquiste d’une constitution) abroge la liberté religieuse qui avait été décrétée en 1931 sous la Deuxième République, et réinstitue la tolérance conditionnelle pour les non-catholiques (article 6). En clair, cela signifiait que les autres cultes n’étaient pas interdits, mais qu’ils devaient être observés en privé, les cérémonies et manifestations publiques n’étant permises qu’aux catholiques. C’est néanmoins dans ce contexte que fut construit l’actuel centre communautaire juif de Barcelone, inauguré en 1954, et grâce auquel la vie juive communautaire put réellement recommencer en Espagne.

6Ce n’est que le 6 décembre 1978, à l’aube de la période démocratique, que la liberté de religion et de culte a été décrétée par la nouvelle constitution espagnole, et que le caractère étatique du catholicisme a été annulé (article 16). Par ailleurs, au plan individuel, les personnes n’étant pas, en Espagne, obligées de déclarer leur confession, le problème ne se posait pas. La grande majorité des Juifs venant de l’étranger, ils étaient donc considérés comme étrangers et soumis aux mêmes conditions ; la naturalisation espagnole était obtenue a partir de dix années de résidence. Quant aux personnes nées en Espagne (c’est-à-dire celles qui sont originaires de Ceuta et de Melilla, ou bien les actuelles deuxième et troisième générations), elles étaient et sont espagnoles de facto.

Un grand vide juridique

7Depuis 1978, les progrès en matière juridique ont été lents et infimes. Deux mesures seulement ont été prises. La première date de 1982 et concerne le statut individuel. Une réforme du code civil y a réduit le délai de naturalisation espagnole des Ibéro-américains de dix à deux ans ; et elle a inclus les sefarditas, c’est-à-dire les descendants des Juifs expulsés d’Espagne. Dans la pratique, cela signifie qu’un Juif sépharade (mais aussi un Argentin ashkénaze, en sa qualité d’Ibéro-américain) peut désormais obtenir la nationalité espagnole en deux ans, alors qu’un ashkénaze d’Europe, par exemple, continuera d’attendre dix ans ! La deuxième mesure a été prise en 1992. Il s’agit d’un accord signé entre le Gouvernement central espagnol et des instances représentatives des minorités confessionnelles (la Fédération des Communautés israélites d’Espagne, dans le cas de la minorité juive), et ratifié peu après par le Parlement espagnol. C’est le premier accord formel en Espagne a ce sujet, qui reconnaît aux minorités religieuses les mêmes droits juridiques et fiscaux qu’aux catholiques.

8Pour le reste, et notamment pour le code pénal, un certain nombre de lacunes persistent encore en ce qui concerne les droits des minorités, et notamment des Juifs : il y a, par exemple, un vide total sur les questions de discrimination et d’antisémitisme. En 1991, à la veille de la réforme du code pénal espagnol, des représentants de la Comunidad Israelita de Barcelona (CIB) avaient entrepris des démarches auprès des différents partis politiques et auprès du Fiscal General del Estado (homologue espagnol du procureur de la République), afin que soient pénalisés les actes de discrimination raciale et l’antisémitisme. Cependant, la loi est restée muette à ce sujet.

  • 2 La minorité musulmane, longtemps peu nombreuse et traditionnellement très discrète, est devenue au (...)

9On peut attribuer ce vide juridique au fait que, jusqu’à une date récente, les minorités confessionnelles étaient peu nombreuses en Espagne et qu’elles ne constituaient ni un problème ni une priorité pour le gouvernement espagnol2. D’un autre côté, ces minorités, notamment la minorité juive, sont toujours restées, par obligation et par tradition, très discrètes, hésitant à se montrer et à revendiquer des droits qui, dans d’autres pays, avaient été acquis depuis longtemps. Cette situation est certes appelée à changer parce que, d’une part, l’Espagne devra aligner sa position sur les autres pays de la Communauté Européenne, et, d’autre part, parce qu’une prise de conscience et des démarches ont déjà eu lieu de la part des minorités concernées.

ORGANISATION COMMUNAUTAIRE, L’EXEMPLE DES JUIFS DE BARCELONE3

  • 3 Nos remerciements vont à : M. David Grebler, président de la CIB (1990-1992) ; M. Simon Emergui, p (...)

10Au début de l’année 1992, il n’y avait encore a Barcelone (et plus globalement en Catalogne) qu’une seule entité communautaire juive, la Comunidad Israelita de Barcelona. Fondée le 30 décembre 1918, c’est la première communauté officiellement recréée en Espagne depuis l’Expulsion. Or, au printemps dernier, deux nouvelles entités juives se sont constituées : la Asociación Macabí Barcelona et la Asociación Hebraica de Catalunya qui regroupent respectivement 130 et 150 personnes. Nous reviendrons sur ces deux nouvelles entités dans la dernière partie de cet exposé, et soulignons que nos propos ici porteront principalement sur la CIB qui, outre son importance historique, reste la plus grande et la plus complète des entités juives de Catalogne.

Définition et tendance

11Dans son actuel règlement, qui date de 1957 (et qui a été remodifié en 1960, 1971 et 1985), la Comunidad Israelita de Barcelona se définit comme : « L’ensemble de tous les Hébreux résidant a Barcelone » (art. 1er). Elle « considère comme israélite toute personne qui a été admise au sein du judaïsme par le rituel correspondant » (art. 2). Bien que ne se réclamant pas ouvertement orthodoxe, la vocation de la CIB est orthodoxe, malgré une récente tentative de laïcisation sur laquelle nous reviendrons un peu plus loin. Le rabbin, en place depuis 1963, est lui-même orthodoxe. En fait, depuis la création du centre communautaire, en 1954, et surtout depuis l’arrivée, à la même époque, de Marocains hispanophones, la CIB a essayé de développer l’orthodoxie et le traditionalisme, dans les limites, cependant, imposées par le contexte espagnol. On a vu, en effet, que l’Espagne a été très longtemps hostile aux confessions non-catholiques, les obligeant à exercer leurs cultes dans la plus grande discrétion. Actuellement l’orthodoxie est freinée, voire pratiquement empêchée pour d’autres raisons : d’une part, à cause de l’infrastructure para-communautaire restée déficiente, et d’autre part, en conséquence de l’évolution des habitudes et des conditions de vie liées a la modernité.

12Tout cela fait que la collectivité juive de Barcelone, tout du moins la majorité présente à la communauté, se considère plutôt comme conservative au sens américain du terme, c’est-à-dire dans la mesure où, individuellement, la pratique juive quotidienne (cacherout, shabbat) n’est pas observée, et où ne sont conservés que certaines fêtes traditionnelles et certains rites de passage. Cela n’empêche, par ailleurs, qu’une partie de cette collectivité juive exige de la CIB qu’elle soit orthodoxe.

Finalités et infrastructure

13Ce n’est donc qu’a partir de 1954 que la CIB a pu assurer matériellement les principales fonctions nécessaires au déroulement de la vie juive traditionnelle. Ces fonctions sont les suivantes – nous les citerons en les résumant dans l’ordre où elles apparaissent dans le règlement en vigueur : fonction religieuse (célébration, maintien et service du culte, des traditions, des fêtes et des rites religieux) ; assistance funéraire ; éducation et culture juives (pour enfants, jeunes et adultes) ; bienfaisance ; relations avec les autres communautés juives.

14En ce qui concerne le centre communautaire, rien de l’extérieur ne laisse supposer qu’il s’agit d’un « territoire » juif, si ce n’est des étoiles de David et des candélabres savamment entremêlés aux grilles de la façade et seuls perceptibles aux yeux des avertis. C’est un grand édifice de quatre étages qui comprend : deux synagogues (sépharade et ashkénaze), mikvé, secrétariat, bibliothèque, salles de réunions et de conférences, salon, logements du rabbin et du bedeau. La CIB est également propriétaire de trois cimetières, de la boucherie casher (située dans la même rue que le centre communautaire) et d’une résidence de loisirs a quinze kilomètres de Barcelone (don d’un membre de la communauté). Elle loue une grande maison particulière qui abrite le collège sefardí (une centaine d’enfants).

15Enfin, outre le rabbin, elle emploie environ vingt « fonctionnaires » communautaires, juifs et non-juifs, (secrétariat, boucherie casher, collège et personnel de service).

  • 4 WIZO (Women’s International Zionist Organization) : Organisation internationale de femmes sioniste (...)
  • 5 KKL (Keren Kayemet Leisrael) : Organisation sioniste créée en 1901, et chargée de collecter des fo (...)
  • 6 Bnei Brith : organisation philanthropique créée aux États-Unis en 1845, en défense des droits des (...)
  • 7 ARCCI : Associació de Relacions Cuturals Catalunya-Israel.
  • 8 Entesa judeo-cristiana : nom catalan des Amitiés judéo-chrétiennes.

16Le centre communautaire est également le siège de diverses autres activités pour les entités juives telles que la WIZO4, le KKL5, et occasionnellement pour la Bnei Brith6, pour des activités culturelles ; pour des fêtes communautaires et des fêtes privées (mariages, Bar mitzvot, circoncisions, etc.) ; pour des activités organisées avec d’autres organismes (ARCCI7, Entesa judeo-cristiana8, Université) ; pour des conférences de presse, des congrès... La CIB diffuse mensuellement un bulletin d’information interne, Safir, et publie annuellement la revue culturelle Alef.

Structure et direction de la communauté

17Les principaux organes de décision, d’intervention, d’exécution de la CIB sont le comité de direction, le conseil communautaire et l’assemblée générale.

  • Le Comité. La CIB est dirigée par un comité élu au suffrage universel pour trois ans (les élections ayant lieu généralement en février ou en mars). Ce comité comprend : le président, le vice-président, le trésorier, le comptable, le secrétaire et quatre membres du bureau. Les membres ont la responsabilité des diverses commissions et sous-commissions ; ils désignent éventuellement d’autres responsables. Les commissions peuvent changer en fonction des comités. Elles sont actuellement au nombre de dix. Certaines existent depuis toujours ou depuis longtemps, comme : affaires religieuses et funéraires ; enfance et jeunesse ; collège ; culture ; club socio-récréatif de Valldoreix ; fêtes ; maintenance. D’autres sont beaucoup plus récentes : administration ; accueil des immigrants et des futurs membres ; relations avec la presse. Les relations extérieures ne font pas l’objet d’une commission spécifique mais incombent au président et au vice-président.
  • Le Conseil communautaire. Il joue le rôle d’assesseur du comité et est composé de douze personnalités de la Communauté (anciens présidents, anciens membres du Comité, ou « vétérans »).
  • L’Assemblée générale. C’est l’ensemble des membres électeurs de la CIB. Elle doit être constituée d’un minimum de quarante-cinq personnes. L’assemblée générale ordinaire se réunit tous les ans, au plus tard trente jours après Pessah, sur convocation du comité. Les assemblées générales extraordinaires peuvent être convoquées à n’importe quelle date, lorsque les circonstances l’imposent.

Les questions d’ordre religieux

18Le rabbin est engagé par le comité de la Communauté. Il n’y a qu’un rabbin a Barcelone (sépharade et orthodoxe). Sa responsabilité est très grande puisqu’il s’occupe évidemment de toutes les questions religieuses mais également de l’abattage rituel, des circoncisions, des mariages et de l’assistance funéraire. Il n’existe pas de tribunal rabbinique en Espagne, aussi, pour les questions de conversion, les intéressés doivent-ils se rendre en Israël, à Paris, à Londres ou en Italie. Dans ce cas, le rabbin de Barcelone n’a qu’un rôle d’assesseur. En 1989, un second rabbin fixe avait été contacté pour s’occuper de l’éducation et de la jeunesse mais il est parti pour la Colombie et n’a pas été remplacé. En 1992, pour la première fois, un rabbin ashkénaze a célébré les fêtes de Rosh Hashana et de Yom Kippour, tâche auparavant assumée par l’officiant qui assure habituellement les services religieux du rituel ashkénaze.

Tentative échouée de nouveau modèle communautaire

19Telles sont donc la structure et l’infrastructure communautaires en vigueur à la CIB en cette quasi fin de xxe siècle. Le comité directeur actuel de la CIB avait proposé un nouveau mode de fonctionnement communautaire. Ce projet n’a pas été voté. Cependant, étant donné le côté innovateur qu’il supposait, d’une part, et d’autre part, les répercussions sans précédent auxquelles il a donné lieu, il semble adéquat d’en parler quelque peu.

20Ce comité, élu en mars 1990, proposait un programme qui – pour le président – « idéologiquement, fasse de la CIB une communauté ouverte à toutes les tendances, et où, dans le sein d’une même communauté, les différentes tendances religieuses et sociales, les différentes façons de se sentir juif puissent coexister ».

  • 9 M. David Grebler.

21C’est donc dans ce sens qu’avait été prévu un système d’autonomie pouvant permettre « à chaque Juif de se reconnaître dans une partie de la communauté mais pas nécessairement dans sa globalité ». Ce comité lui-même s’était refusé à adopter « une orientation religieuse ou politique marquée, voulant donner et recevoir toutes les tendances, sans rien limiter, sans rien forcer »9.

22Trois propositions concrètes soutenaient ce programme :

  • Séparer le religieux du profane. Théoriquement, cette séparation impliquait une nouvelle vision et une nouvelle vocation de la CIB dont le noyau central ne serait plus la fonction religieuse. Dans la pratique, cela nécessitait un réaménagement du centre communautaire, puisqu’il aurait fallu séparer les synagogues du reste de l’édifice.
  • Changer la structure communautaire. II s’agissait en l’occurrence de substituer les anciennes commissions et sous-commissions communautaires qui étaient interdépendantes, par un système de départements autonomes, mais néanmoins sous contrôle du comité. Concrètement, il s’agissait de recréer un noyau central basé sur l’administration, la culture, l’éducation et la jeunesse, et autour duquel auraient gravité des départements autonomes (religieux, éducatif, bienfaisance, socio-récréatif, etc.) dont les membres ne seraient pas nécessairement membres du noyau central de la CIB.
  • Faire voter un nouveau règlement de la CIB qui servirait à encadrer la nouvelle structure.

23Ce programme a rencontré de nombreuses oppositions et n’a pas été accepté ; non plus d’ailleurs que le nouveau règlement. II était trop radical pour les uns et pas assez pour les autres. Trop radical pour les traditionalistes qui n’acceptaient pas cette laïcisation de la CIB, mais aussi pour le rabbin qui estimait que cette nouvelle conception religieuse allait à l’encontre de sa vocation puisqu’il se considère comme le chef spirituel de l’ensemble de la CIB – et n’entendait pas être relégué a la fonction de technicien du culte, et de surcroît dans un département isolé. Pas assez radical pour les libéraux qui revendiquaient, non pas une autonomie contrôlée, mais une totale indépendance de gestion des départements. L’ancien modèle est donc toujours en vigueur. Néanmoins, comme nous le verrons, ce projet a eu d’autres conséquences puisqu’il a abouti à la création de deux nouvelles entités.

NORMALISATION COMMUNAUTAIRE EN CATALOGNE ET OUVERTURE À L’EXTÉRIEUR

24Depuis 1979, l’État espagnol est régi par un système d’autonomies qui repose sur dix-sept communautés différenciées, chacune d’elles possédant un parlement et des lois spécifiques. Certaines de ces communautés comme le Pays Basque ou la Catalogne sont, en outre, dotées d’une forte personnalité historique, culturelle et d’une langue officielle omniprésente, et elles sont généralement très centrées sur leur propre particularisme.

25Ces caractéristiques qui, pour beaucoup d’étrangers, peuvent déclencher un phénomène de rejet, n’ont pas constitué pour les immigrants juifs un réel handicap. Leur intégration individuelle s’est faite rapidement, tant sur le plan professionnel que sur le plan linguistique. Les générations nées dans la Péninsule ibérique sont, par le biais de l’école, de l’Université et des media, parfaitement intégrées. En revanche, la normalisation communautaire a suivi un processus un peu lent ; toutefois, depuis une dizaine d’années, les différents comités de la CIB ont axé une grande partie de leur action et de leurs efforts sur les relations avec l’extérieur, et en particulier avec les autorités locales et la presse. Cela, dans le double but de se faire reconnaître et accélérer ainsi la normalisation communautaire en Catalogne, et de faire connaître à la société catalane la réalité juive locale, internationale et Israël.

Les relations avec les autorités locales

26C’est à partir de 1983 qu’une politique extérieure de la CIB a réellement commencé. Pour les dirigeants de cette époque, l’établissement de relations avec le gouvernement autonome de Catalogne, la Generalitat, était prioritaire. Ils prirent donc l’initiative d’une rencontre avec les autorités catalanes, et une délégation de présidents d’entités juives (CIB, Bnei Brith, KKL, WIZO) fut reçue par le vice-président de la Generalitat. En fait, ce premier contact fut déterminant à deux titres. D’une part, au titre des relations catalano-juives locales, puisque cela se traduisit postérieurement par une aide infrastructurelle, par diverses collaborations et par des manifestations culturelles et scientifiques conjointes. D’autre part, au titre des relations catalano-israéliennes et hispano-israéliennes. II faut préciser qu’en 1983, il n’y avait pas encore de relations diplomatiques entre l’État d’Israël et l’Espagne (elles datent de 1986). Or, c’est lors de ce premier contact que fut soulevée l’idée d’une rencontre entre autorités catalanes et israéliennes.

  • 10 Le Premier ministre espagnol, Felipe González, s’est rendu en Israël en décembre 1991, quelques te (...)

27Cette rencontre ne se concrétisa qu’en mai 1987, avec la visite officielle du président catalan, Jordi Pujol, en Israël à l’occasion de la Semaine de Catalogne à Jérusalem. C’était la première fois qu’une autorité politique espagnole se rendait en Israël. Et c’est seulement en 1991 que, à leur tour, les autorités du gouvernement central espagnol se rendirent officiellement en Israël10.

  • 11 Les Catalans se plaisent à rapprocher la similitude des destins entre Israël et la Catalogne, entr (...)

28Mais il nous faut ici ouvrir une parenthèse car nous touchons un aspect particulièrement sensible et singulier des relations entre Juifs et Espagnols, entre Juifs et Catalans. La politique espagnole actuelle est encore traditionnellement pro-arabe. En revanche, ce que l’on sait moins, c’est que les Catalans ont manifesté, surtout depuis le xixe siècle, une sympathie, une curiosité et une ouverture envers le peuple juif et Israël11.

  • 12 La mairie de Barcelone est socialiste, tout comme le gouvernement central espagnol qui est, comme (...)

29Le Comité suivant (1990-1992), bien que de tendance opposée, a poursuivi cette politique de relations avec les autorités catalanes, en la renforçant et en l’élargissant cette fois à la municipalité et à la mairie de Barcelone12. Ainsi, en juin 1990, la CIB avait-elle invité le maire de Barcelone et des représentants du gouvernement catalan à assister à la synagogue à une manifestation de solidarité, après la profanation du cimetière juif de Carpentras. De même, à l’occasion des élections municipales de Barcelone, tous les chefs de partis politiques avaient été conviés à présenter leur programme électoral au centre communautaire. Dans ce domaine des relations avec les autorités politiques, la tâche de la CIB, par le fait même qu’elle se trouve en Catalogne, est facilitée, d’une part, par l’accessibilité (c’est un petit pays où tout est plus proche et plus facilement réalisable), et, d’autre part, par l’intérêt des Catalans envers les Juifs, intérêt qui est réciproque et conditionné par une même expérience historique de peuple minorisé.

Les relations avec la presse et les media

30Le deuxième axe de cette politique d’ouverture de la CIB sur l’environnement et sur la société catalane (mais aussi espagnole), concerne la presse et les media. Dès 1983, la CIB avait inauguré une action de type informatif et éducatif auprès des moyens d’information, dont l’objectif était, là encore, de faire connaître la réalité juive catalane, espagnole et Israël. Dans ce sens, la tâche à réaliser auprès du public espagnol est considérable tant sont grands les préjugés, la confusion et l’ignorance. Concrètement, les relations avec les media se sont traduites par l’intermédiaire de la presse, de la TV et de la radio (aussi bien catalanes qu’espagnoles), et ce, de diverses façons : soit dans le cadre des informations générales à l’occasion de manifestations politiques, culturelles, etc., soit dans le cadre de débats, d’entrevues, de reportages, soit enfin à travers des conférences de presse.

  • 13 Sefarad’92 : nom donné à l’ensemble des manifestations (politiques, culturelles, scientifiques...) (...)
  • 14 Depuis quelques années, une initiative menée par Carlos Benarroch, de la communauté de Barcelone, (...)

31Durant ces deux dernières années, la CIB a élargi cet impact auprès des media et surtout de la presse, ne cherchant plus seulement à se faire connaître ou a faire connaître la réalité juive, mais voulant faire entendre la voix de la communauté juive chaque fois que se produit un évènement international important, qu’il soit ou non en rapport avec les Juifs ou avec Israël. C’est une position a la fois nouvelle et courageuse dans la mesure où la communauté juive ne représente que 0,04 % de la population catalane. Ainsi, de la phase de reconnaissance et d’intégration, la CIB est passée à une phase de normalisation dans la société catalane grâce aux bonnes relations qu’elle a établies avec les autorités politiques locales, et à une action assidue auprès des moyens d’information. Les diverses manifestations de Sefarad’9213 ont eu un écho remarquable dans les media. Mais le plus dur reste encore à accomplir : l’éducation de la société espagnole14.

NOUVEAUX ENJEUX COMMUNAUTAIRES

32La Comunidad Israelita de Barcelona, n’est plus, depuis 1992, la seule entité juive de Catalogne, puisque deux groupes dissidents ont fondé deux associations indépendantes. Les actuels dirigeants de la CIB attribuent cette scission a l’échec de leur projet communautaire, projet qu’ils avaient voulu fonder sur le consensus.

33Ce n’est ni tout à fait faux, ni tout à fait vrai. Cette scission nous semble plutôt l’aboutissement logique et inéluctable de longues années de coexistence forcée et de tensions, tantôt ouvertes, tantôt larvées, entre les diverses tendances religieuses, idéologiques, ethniques et sociales en présence dans l’unique centre communautaire juif de Barcelone. C’est cette situation que nous voudrions maintenant expliquer ainsi que les récents changements intervenus à la CIB et les nouvelles perspectives qui s’annoncent pour la collectivité juive de Catalogne.

Image sociale et sociologique de la CIB

34En 1992, trois caractéristiques principales définissent la Comunidad Israelita de Barcelona : elle est cosmopolite, numériquement peu importante et enfin, elle représente une certaine image traditionnelle et fermée.

  • Du point de vue des origines, la CIB est configurée par plusieurs groupes arrivés d’horizons différents et par vagues d’immigration successives : les Turcs et les Grecs sont arrivés dans les années 20 ; les ashkénazes d’Europe centrale, dans les années 30 et 40 ; les Marocains de l’ex-protectorat espagnol dans les années 50 et 60 ; et enfin les Sud-Américains, Argentins principalement, dans les années 70 et 80. Chaque immigration a donné lieu à des conflits entre les nouveaux venus et ceux qui étaient déjà en place, en raison de différences religieuses, idéologiques, de fonctionnement ou, plus simplement, par réaction de méconnaissance et de peur envers l’autre groupe. Chaque fois, cependant, les nouveaux venus avaient fini par s’intégrer plus ou moins harmonieusement et les tensions par se résorber, tout en restant latentes.
  • Au plan numérique, la CIB est une petite communauté puisqu’elle ne regroupe que 2 500 membres. Jusque dans les années 70, les diverses vagues d’immigration avaient été un facteur de développement pour la communauté. Or, l’arrivée relativement plus massive de quelque trois mille Sud-Américains n’a pas joué ce rôle d’accroissement puisque très peu de familles se sont intégrées à la CIB. Par ailleurs, à cette stagnation numérique, s’ajoutent le départ des jeunes en Israël ou à l’étranger, une augmentation des mariages mixtes et une déjudaïsation progressive des nouvelles générations. Tous ces facteurs conjugués ne vont pas évidemment dans le sens du développement et du dynamisme communautaire.
  • Finalement, la CIB présente une « certaine image » qui ne reflète pas vraiment la réalité mais qui, néanmoins, lui porte préjudice. Pour les Sud-Américains, en particulier, elle apparaît comme une communauté très orthodoxe, fermée, immobile et surtout trop sépharade, trop marocaine.
  • 15 Les sources fournies par la CIB donnent les pourcentages suivants : 35 % d’Afrique du Nord (princi (...)

35Effectivement, les sépharades sont les plus nombreux15. Ce sont eux, et notamment les Marocains qui, dans les années 50, avaient pris en main la direction et la restructuration de la communauté en lui imprimant le caractère traditionaliste propre aux communautés d’Afrique du Nord. Lorsque les Argentins (d’origine russe et polonaise) qui, au contraire, sont dans leur grande majorité progressistes, libéraux ou même athées, ont voulu s’intégrer à la CIB, ils auraient voulu changer un certain nombre de choses (notamment la cacherout), mais ils se sont heurtés à la fois aux normes communautaires et à une partie de la collectivité en place. Une cristallisation des positions s’ensuivit, chaque groupe poussant à l’extrême les caractéristiques de l’autre. D’où l’image d’homogénéité clanique, d’immobilisme et d’hermétisme qui est attribuée à la CIB dans son ensemble (alors qu’elle est cosmopolite) par les Argentins qui, aux yeux des autres, incarnent l’athéisme et le gauchisme.

36Après un calme routinier et relatif d’une dizaine d’années (décennie 80), période pendant laquelle elle a été dirigée par un comité conservateur mais plus ou moins ouvert, en 1990, la CIB a été prise en main par un nouveau comité de tendance libérale. Un nouveau tournant semblait alors s’amorcer.

Des dissensions aux dissidences

37Partant de cette réalité sociologique et sociale de la CIB et d’une certaine stagnation qui en découlait, le nouveau comité souhaitait instituer un autre modèle communautaire. Animé du désir d’attirer de nouveaux membres dont les Sud-Américains, il souhaitait changer l’image de la CIB en en faisant une communauté ouverte à toutes les tendances et qui réponde mieux au profil social ou socio-religieux et aux attentes de l’ensemble des Juifs de Barcelone. Nous avons déjà exposé les grandes lignes de ce programme qui consistait en la séparation du religieux et du profane, en la restructuration en départements autonomes et en l’élaboration d’un nouveau règlement.

38Ce programme novateur, bien que trop radical pour les traditionalistes et pas assez pour les libéraux, était sans doute trop immature encore pour pouvoir être accepté tel que. Il a déclenché une situation totalement inédite : non seulement les conflits et les clivages ont resurgi avec plus de force que par le passé, mais les désaccords ont finalement abouti à la sécession de deux groupes.

39Ces différents clivages, qui vont des sépharades orthodoxes aux libéraux argentins en passant par toutes les tendances intermédiaires en fonction de l’origine ou de l’idéologie, existaient déjà auparavant mais ne se manifestaient pas de la même façon. Des années de vie communautaire en autarcie, imposées par le contexte espagnol, avaient accoutumé les Juifs de Barcelone à certaines limites : lorsqu’il y avait conflit, les intérêts collectifs de la CIB l’emportaient toujours sur les divergences, et ceux qui n’étaient pas d’accord finissaient par se conformer ou par s’éloigner.

40Dans le contexte démocratique désormais assuré en Espagne, et d’autre part, avec le nouveau comité qui se voulait ouvert, consensuel et novateur, les tendances plus ou moins libérales ou laïques avaient trouvé un espoir de se manifester réellement, de pouvoir participer à la vie communautaire et de l’amener vers l’ouverture et vers une certaine libéralisation. Certes, diverses voix se sont exprimées, mais pas dans le sens du programme proposé, chaque groupe y allant de ses propres revendications ou de ses propres critiques. Finalement, de l’idée de consensus qui s’était fait jour, la CIB est passée à une situation chaotique au sein de laquelle le comité, accusé de ne pas mettre en pratique les idéaux ou les projets pour lesquels il avait reçu l’appui des libéraux et pour lesquels il avait été élu, s’est retrouvé isolé, voire réduit puisque certains de ses membres démissionnèrent.

41Au printemps 1992, deux groupes se sont définitivement détournés pour créer leur propre association. La situation à la CIB ne s’est pas améliorée, et le comité a démissionné à l’automne. Quant à l’organisation communautaire, elle est finalement restée ce qu’elle a toujours été, puisque le nouveau règlement n’a pas été voté.

Nouvelles associations

42La création de deux nouvelles entités juives à Barcelone est un événement suffisamment important pour que leur soient consacrées quelques lignes. De constitution récente, elles en sont encore à une étape de questionnements et d’ajustements, raison pour laquelle il est malaisé ici d’en décrire l’organisation. En voici néanmoins les grandes lignes.

  • La Asociación Hebraica de Catalunya a été fondée le 26 février 1992 à Barcelone par un groupe de Juifs de différentes origines, mais issus de la CIB. Elle a ses propres statuts et est sur le point de se doter d’un siège social. Elle se définit comme une institution de caractère laïque, démocratique, pluraliste et ouverte à tous les Juifs, cependant que dans ses finalités sociale et culturelle elle s’appuie sur les traditions et les coutumes juives ancestrales. Selon ses promoteurs et fondateurs, la Hebraica a été créée pour apporter aux Juifs de Barcelone, ce que la CIB ne pouvait ou ne voulait donner. Dans ce sens, son objectif est d’attirer les Sud-Américains (en voie accélérée de déjudaïsation) et d’accueillir les couples mixtes que la CIB ne reconnaît pas toujours. Par ailleurs, la Hebraica souhaite établir des liens et travailler avec d’autres institutions juives espagnoles ou internationales et avec Israël. Elle a actuellement de bonnes relations avec 1’autre entité juive, l’association Macabí de Barcelone, et avec le collège sefardí. Chaque semaine, en particulier pour le shabbat, elle organise des activités sociales (réunions ou discussions sur des thèmes juifs) et des activités culturelles pour enfants, jeunes et adultes. Jusqu’à présent, ces activités hebdomadaires avaient lieu au domicile de certains adhérents. Cependant, les manifestations plus importantes, comme les fêtes de Pessah ou Rosh Hashana et Kippour, se sont déroulées dans un hôtel. Pour les grandes fêtes juives, la Hebraica, en association avec la World Union for Progressive Judaism, a fait venir tout spécialement à Barcelone un rabbin libéral. C’était la première fois qu’avait lieu en Espagne une activité de ce genre. La Asociación Hebraica de Catalunya est formée de 150 à 180 personnes (selon les activités). 30 % environ proviennent de la CIB et 70 % sont des Sud-Américains venus de 1’extérieur (Argentins, Uruguayens, Chiliens et Péruviens).
  • La Asociación Macabí de Barcelona. Elle a été constituée en mars 1992 par un groupes de personnes issues ou appartenant encore a la CIB, cependant, en tant qu’association, elle est totalement indépendante de la CIB. Elle a ses propres statuts qui reprennent en partie les statuts de 1’Union Macabi Mondiale dont elle a d’ailleurs adopté l’emblème et le drapeau. Enfin, elle est liée à la Fédération Macabi Europe. L’objectif général de Macabi est d’encourager le développement d’activités sportives, sociales et culturelles pour les Juifs de Catalogne. Bien que le sport soit l’argument fondamental de cette association, de par son orientation elle est surtout sociale dans la mesure où elle s’adresse prioritairement aux jeunes en leur proposant, d’une part, un cadre ou ils puissent s’organiser et gérer eux-mêmes le club, et, en leur proposant, d’autre part, d’établir et de développer des relations au sein du club et avec d’autres associations nationales, internationales ou israéliennes. Enfin l’aspect culturel est également présent bien qu’à un stade encore initial (un atelier de théâtre et un chœur ont récemment vu le jour). Par ailleurs, Macabi se veut non-politique ; relativement sioniste, il n’est pas totalement laïque puisque sont organisées des activités culturelles en rapport avec certaines fêtes juives (dont Hanouka).

43Pour le déroulement de ses activités, Macabi utilise les installations de la CIB, c’est-a-dire le club socio-récréatif de la propriété de Valldoreix et le collège sefardí. Pour certains sports, comme le football, il a recours à des installations municipales ou privées. En octobre dernier, la Asociación Macabí de Barcelona a organisé une rencontre avec les clubs Macabi de Marseille et de Madrid. Plus récemment, l’équipe de football a participé à un tournoi organisé avec diverses équipes catalanes. Actuellement l’association regroupe 135 membres (enfants, jeunes et adultes ; hommes et femmes), de toutes origines et dont une grande partie sont issus ou encore membres de la CIB.

***

44L’ensemble de la collectivité juive de Catalogne dispose donc maintenant de trois entités indépendantes les unes des autres. La Comunidad Israelita de Barcelona, indépendamment de l’option qu’elle est appelée à envisager ou à conserver, reste ce qu’elle est dans son essence : une communauté traditionnelle qui assure les principales fonctions de la vie juive et du culte hébraïque. L’Asociación Hebraica de Catalunya et l’Asociación Macabí de Barcelona ont une vocation plus spécifiquement sociale, culturelle ou sportive ; en cela, elles viennent compléter et renforcer le rôle de la CIB.

45Parce que ces nouvelles entités sont nées des antagonismes qui régnaient à la CIB, et parce qu’elles revêtent un caractère dissident, leur création n’a pas été favorablement accueillie au sein de la CIB. Le Comité s’est d’ailleurs mal résigné à voir partir une partie des adhérents, et non des moins actifs. Habitués à ne considérer et à n’envisager la communauté juive que dans son unicité, ils trouvent cette atomisation soudaine néfaste et dangereuse pour l’avenir de la collectivité juive de Catalogne. Au contraire, pour les fondateurs des deux nouvelles entités, la communauté juive en Catalogne est plurielle : elle doit donc s’organiser en fonction de ce pluralisme, dans un esprit d’ouverture et en toute indépendance.

  • 16 Dans une communication présentée, en 1989 à Sherbrooke (Québec), à l’occasion du IIIe Congrès inte (...)

46Certes, il était temps de mettre fin à ce caractère à la fois atypique et anachronique d’unicité communautaire basée sur le modèle de l’ancienne Kehila. La CIB a montré, notamment dans ses relations avec l’extérieur, qu’elle s’engageait fermement dans la voie de la normalisation en Catalogne et en Espagne. L’ouverture de l’intérieur – même si la gestation a été longue, même si cet enfantement est douloureux – est un autre pas vers la normalisation de la vie communautaire juive tout court, vers son ressourcement et surtout vers la préservation de l’identité juive sérieusement menacée. Grâce à ces deux nouvelles entités, c’est également la possibilité d’un accroissement et d’une vitalité nouvelle : les quelque trois mille Juifs Sud-Américains installés à Barcelone, mais également les jeunes issus de la CIB, ont désormais deux autres options juives auxquelles s’identifier16. Un nouveau départ s’amorce donc qui sera peut-être suivi d’autres initiatives. L’avenir le dira.

47D’un point de vue symbolique, ce que l’on retiendra de l’année 1992, c’est que cinq siècles très exactement après l’Expulsion des Juifs d’Espagne, la création de ces deux nouvelles entités juives constitue plus qu’un espoir : c’est un défi.

Notes

1 Publié dans Actes du colloque « Les Juifs dans l’Europe d’aujourd’hui et de demain », Paris, novembre 1992, Yod n° 36-37, INALCO, 1993-1994, p. 99-118. Ce colloque était organisé par le Fonds Social Juif Unifié.

2 La minorité musulmane, longtemps peu nombreuse et traditionnellement très discrète, est devenue au cours des trois dernières années, un problème. social et économique, lié à l’immigration et à l’intégration de cette population. À l’aube des années 90, il y avait en Espagne environ 250 000 musulmans. En 2010, le nombre de musulmans en Espagne est estimé à 1,5 million de personnes dont 900 000 Marocains. Une étude démographique de l’Union des Communautés Islamiques d’Espagne (UCIDE) réalisée en 2008 donnait le chiffre de 1,3 million, dont 50 % nés en Espagne. Source internet UCIDE, « Presentación del estudio demográfico de la población musulmana en España », 2010.

3 Nos remerciements vont à : M. David Grebler, président de la CIB (1990-1992) ; M. Simon Emergui, président de la CIB (1983-1990) ; Mme Mónica Adrian, membre du comité de la CIB (1990-1992) ; Mme Cecilia Machta, membre fondateur de l’Asociación Hebraica de Catalunya ; et M. Miguel Szpiniak, membre fondateur de l’Asociación Macabí de Barcelona, pour les entrevues qu’ils ont bien voulu nous accorder dans le cadre de cette étude.

4 WIZO (Women’s International Zionist Organization) : Organisation internationale de femmes sionistes fondée en 1920 en Grande Bretagne, et chargée de collecter des fonds pour le bien-être de la société israélienne et plus spécialement pour les femmes, les enfants et les personnes âgées.

5 KKL (Keren Kayemet Leisrael) : Organisation sioniste créée en 1901, et chargée de collecter des fonds dans les communautés de la diaspora afin de préparer les terres pour la forestation, l’agriculture et l’urbanisation.

6 Bnei Brith : organisation philanthropique créée aux États-Unis en 1845, en défense des droits des Juifs dans le monde, du progrès, de la lutte contre l’oppression. Ses activités de bienfaisance sont également importantes.

7 ARCCI : Associació de Relacions Cuturals Catalunya-Israel.

8 Entesa judeo-cristiana : nom catalan des Amitiés judéo-chrétiennes.

9 M. David Grebler.

10 Le Premier ministre espagnol, Felipe González, s’est rendu en Israël en décembre 1991, quelques temps après la conférence pour la Paix au Proche-Orient qui avait été inaugurée à Madrid en octobre de la même année.

11 Les Catalans se plaisent à rapprocher la similitude des destins entre Israël et la Catalogne, entre le peuple juif et le peuple catalan. Similitude toute relative, et qui se base surtout sur une même condition de peuple minoritaire et longtemps marginalisé, d’une part ; et, d’autre part, sur la renaissance, au xixe siècle, de la langue et de la culture catalanes, un peu à l’image de l’hébreu. II n’en reste pas moins vrai que, le 6 juin dernier 1991, le parlement catalan a officiellement réprouvé l’Édit d’Expulsion de 1492, et les violences portées contre les Juifs d’Espagne postérieurement, de même qu’il a reconnu la présence et l’apport général du judaïsme catalan du Moyen Âge comme partie intégrante de l’histoire de la Catalogne. Pour sa part, le souverain espagnol, Juan Carlos 1er, a prononcé des paroles de réconciliation entre l’Espagne et le peuple juif, sans pour autant révoquer l’Édit d’Expulsion.

12 La mairie de Barcelone est socialiste, tout comme le gouvernement central espagnol qui est, comme nous l’avons déjà souligné, de tradition pro-arabe et pro-palestinienne.

13 Sefarad’92 : nom donné à l’ensemble des manifestations (politiques, culturelles, scientifiques...) organisées en Espagne pour la commémoration du cinquième centenaire de l’expulsion des Juifs de ce pays.

14 Depuis quelques années, une initiative menée par Carlos Benarroch, de la communauté de Barcelone, s’est spécialisée dans la lutte contre la discrimination antijuive présente dans les manuels scolaires et dans les dictionnaires.

15 Les sources fournies par la CIB donnent les pourcentages suivants : 35 % d’Afrique du Nord (principalement des Marocains de l’ancien protectorat espagnol) ; 30 % de sépharades des Balkans ; 17 % d’ashkénazes européens ; 15 % d’ashkénazes sud-américains, et le restant regroupe d’autres origines.

16 Dans une communication présentée, en 1989 à Sherbrooke (Québec), à l’occasion du IIIe Congrès international de l’ARIC (Association pour la Recherche Interculturelle), nous avions déjà évoqué le problème des Argentins ainsi que les différents avantages individuels et collectifs que pourrait représenter la constitution d’une nouvelle entité juive à Barcelone.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540