Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juifs de Catalogne

 | 
Martine Berthelot

Prologue

Tessa Calders I Artís

Texte intégral

1Qu’un chercheur réunisse en volume les articles et communications qu’il a écrits sur un thème particulier, c’est généralement une bonne chose. Si ce chercheur est, comme Martine Berthelot reconnu pour la solidité de son travail, alors c’est une excellente chose.

  • 1 Cien años de presencia judía en la España contemporánea, Barcelona, KFM Editorial, 1995.

2Les études sur les Juifs des pays de langue catalane ont reçu une impulsion décisive à partir des travaux d’Eduard Feliu, dans la deuxième moitié du siècle écoulé. Aujourd’hui, nous sommes nombreux à nous être engagés dans ce champ d’investigation, privilégiant bien sûr le Moyen Âge qui est l’époque de la splendeur des communautés juives de Catalogne. Martine Berthelot, elle, a choisi un thème beaucoup moins fréquenté, celui des judaïcités contemporaines. L’exercice comporte deux séries de difficultés : tout d’abord la recherche de données, l’interprétation des enquêtes et des statistiques, ensuite l’usage d’une terminologie qui permette de saisir sans équivoque l’objet que l’on traite. Sur ce point, l’auteure est très minutieuse. Elle l’a largement prouvé avec le glossaire qu’elle nous a donné il y a quelques années. Des éclaircissements qu’elle a apportés sur certains termes spécifiques du judaïsme1, nous avons tous bénéficié, car ils permettent de refléter toute une série de nuances indispensables à maîtriser si l’on veut que les thèses exposées soient compréhensibles.

3En marge de cette terminologie, dont l’usage n’a pas de connotation politique, il faut relever un mot qui, en dehors du domaine scientifique, est souvent employé improprement : c’est le mot Sefarad. En hébreu israélien, Sefarad désigne l’État espagnol. Pourtant, cela n’a jamais correspondu à ce que l’on connaît aujourd’hui comme l’Espagne, ni dans l’antiquité, ni à l’époque médiévale. Le mot Sefarad apparaît pour la première fois dans le livre biblique d’Abdia (verset 20) et fait alors référence à une contrée de l’Asie Mineure. Nous ignorons pour quelle raison, à partir de la période des gaonim de Babylone, ce mot a commencé à désigner les royaumes musulmans de la Péninsule ibérique, emploi qui s’est perpétué jusqu’à caractériser progressivement l’ensemble de la Castille.

  • 2 Le congrès international, Congrés sobre l’estudi dels jueus en territoris de parla catalana, organ (...)

4Jamais, cependant, Sefarad n’a inclus les terres catalanes. Comme on le sait, le territoire aujourd’hui appelé Espagne n’a été connu sous ce nom qu’à partir du xvie siècle. Dès lors, s’est généralisé le terme « séfarades » pour désigner l’ensemble des descendants des Juifs expulsés de la Péninsule, et l’on en est ainsi venu à diluer, dans la mémoire collective des Juifs catalans, l’essence véritable de leur passé. Un passé dans lequel la langue vernaculaire, les coutumes sociales, l’organisation politique, les rites liturgiques et, en définitive, tous les aspects de la vie personnelle et collective de ces Juifs n’étaient pas séfarades mais bien catalans2. Le lecteur saisira la portée de cette distinction en lisant les importantes contributions que M. Berthelot a réunies dans ce livre.

Notes

1 Cien años de presencia judía en la España contemporánea, Barcelona, KFM Editorial, 1995.

2 Le congrès international, Congrés sobre l’estudi dels jueus en territoris de parla catalana, organisé par l’Institut Món Juïc en collaboration avec diverses universités catalanes, traite tous ces thèmes en profondeur. Il a une périodicité de trois ans et a connu quatre éditions : 2001 Barcelone-Gérone ; 2004 Barcelone-Cervera ; 2007 Barcelone-Perpignan (co-organisé et co-dirigé par Martine Berthelot) et 2010 Barcelone-Valence.

Auteur

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540